RESEARCH. Les avancées scientifiques et technologiques de DCNS_n 1 DISCRÉTION ET FURTIVITÉ DYNAMIQUE DES PLATEFORMES MARINES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESEARCH. Les avancées scientifiques et technologiques de DCNS_n 1 DISCRÉTION ET FURTIVITÉ DYNAMIQUE DES PLATEFORMES MARINES"

Transcription

1 RESEARCH Les avancées scientifiques et technologiques de DCNS_n 1 OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE PERFORMANCES NAUTIQUES ET DYNAMIQUE DES PLATEFORMES MARINES PRODUCTIVITÉ ET COMPÉTITIVITÉ DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS DISCRÉTION ET FURTIVITÉ TENUE DES STRUCTURES EN SERVICE MAÎTRISE DE L INFORMATION INTELLIGENCE EMBARQUÉE

2

3 SOMMAIRE EN COUVERTURE : image de synthèse représentant des fibres optiques. 04_ PRÉFACE 05_ ÉDITO 06_ AVANT-PROPOS 10_ ACTUALITÉS 13_ PERFORMANCES NAUTIQUES ET DYNAMIQUE DES PLATEFORMES MARINES La simulation des Interactions Fluide-Structure Comportement des navires et structures en mer Le bassin numérique 21_ TENUE DES STRUCTURES EN SERVICE Comparaison calcul/expérience de l éclatement d un réservoir HP présentant un défaut Application de l ingénierie incendie à l évaluation du niveau de sécurité des structures composites navales Application de l ozonation pour la maîtrise du biofouling dans les circuits eau de mer 29_OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE Optimisation de formes en hydrodynamique Démonstrateur générique d actionneur électrique 35_INTELLIGENCE EMBARQUÉE Positionnement dynamique de navires dans la glace Évitement d obstacles pour USV 41_MAÎTRISE DE L INFORMATION Extraction automatique d objets mobiles dans des vidéos Pistage Multicapteur par PHD Filter Optimisation de trajectoires par contrôle optimal stochastique 51_DISCRÉTION ET FURTIVITÉ Matériaux acoustiques pour la furtivité Projet AQUO Achieve QUieter Oceans by shipping noise footprint reduction 57_ PRODUCTIVITÉ ET COMPÉTITIVITÉ DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS Nettoyage par un procédé mousse innovant d un échangeur de chaleur encrassé Soudage par Faisceau d Électrons (FE) de l acier inoxydable X6CrNiMoNb _NOS COMMUNICATIONS SCIENTIFIQUES RESEARCH_1. La revue scientifique et technologique de DCNS. Directeur de publication : Alain BOVIS _Comité éditorial : Christian AUDOLY, Julien BÉNABÈS, Alexia BONNIFET, Luc BORDIER, Marc BOUSSEAU, Jean-Michel CORRIEU, François CORTIAL, Xavier DAL SANTO, Sylvain FAURE (CEA), Fabien GAUGAIN, Anne-Marie GROLLEAU, Joëlle GUTIERREZ, Emmanuel HERMS (CEA), Guillaume JACQUENOT, Dann LANEUVILLE, Cédric LEBLOND, Jean-Jacques MAISONNEUVE, Thierry MILLOT, Pol MULLER, Adrien NEGRE, Antoine PAGÈS, Fabian PÉCOT, Mathieu PRISER, Ygaal RENOU, Lucie ROULEAU, Céline ROUSSET, David ROUXEL, Florent SAINCLAIR, David-François SAINT-CYR, Jean-François SIGRIST, Camille YVIN _Conception et réalisation : _Crédits photo : DCNS tous droits réservés_revue diffusée à 1000 exemplaires. RESEARCH_1 03

4 PRÉFACE Le monde accélère, accélérons l innovation! PATRICK BOISSIER, Président Directeur Général du groupe DCNS «Le génie est fait de 1 % d inspiration et de 99 % de transpiration.» C est ainsi que Thomas Edison, génial inventeur, entre-autre, du télégraphe, du phonographe ou encore de l ampoule électrique, définissait en son temps le long cheminement qui caractérise l innovation. De la recherche fondamentale à l application technologique, il faut en effet suivre le parcours, souvent sinueux et semé d embûches, de la maturation, de la vérification, de la validation et de la valorisation d une théorie, aussi lumineuse soit-elle. Mais dans un monde où la technologie évolue à la vitesse de l éclair et dans lequel les marchés sont de plus en plus concurrentiels, il est indispensable, pour rester compétitif, de réduire le temps de développement et les coûts des nouveaux produits et services. Il faut également se conformer à des contraintes réglementaires, environnementales et sociales toujours plus exigeantes. Afin de conserver une longueur d avance, le Groupe a créé en 2011 DCNS Research, avec l objectif de donner un nouvel élan à sa stratégie d innovation et à son rayonnement scientifique. Cette structure d excellence, qui regroupe des ingénieurs et des techniciens de haut niveau, a fait de la recherche collaborative son moteur. En lien avec ses partenaires nationaux et internationaux et en étroite collaboration avec des laboratoires publics et académiques, elle imagine et conçoit les révolutions technologiques du futur. Qu il s agisse du navire virtuel, d atténuation de l empreinte du bruit sous-marin ou du développement de nouvelles sources d énergies marines, DCNS se positionne comme un inventeur de solutions de haute technologie. Avec un peu de transpiration, beaucoup d inspiration et de l innovation passionnément. 04 RESEARCH_1

5 ÉDITO Research réunit plusieurs travaux remarquables ayant, durant l année écoulée, apporté une avancée significative dans les outils scientifiques qui consolident les activités et les produits de DCNS Alain Bovis, directeur de DCNS Research et PDG de Sirehna Je suis très heureux de vous présenter, au nom de l ensemble des collaborateurs de DCNS, le premier numéro de notre revue annuelle scientifique et technologique. Dorénavant, nous publierons, tous les ans, plusieurs travaux remarquables ayant apporté une avancée significative dans les outils scientifiques ou dans les concepts technologiques qui consolident les activités et les produits de DCNS. Son nom RESEARCH conjugue notre mission, notre vocation internationale et la passion du Groupe pour la mer. Les travaux sont classés suivant différents chapitres correspondant aux grands défis pluridisciplinaires des engins océaniques de demain et de l énergie des mers. Face à chacun de ces défis, DCNS Research contribue à trouver les idées susceptibles de déboucher sur les innovations futures et de les transformer en technologies applicables en suivant un processus de maturation et de levée des risques. DCNS Research n est pas une création ex nihilo mais s inscrit dans la tradition d excellence scientifique et technique construite depuis près de trois siècles par nos prédécesseurs. L article introductif du professeur Larrie Ferreiro nous rappelle l origine de cette tradition, fierté de notre Génie Maritime. DCNS Research a été créé pour rassembler des forces, leur donner plus de visibilité et de nouveaux moyens d action, pour répondre à de nouveaux défis au profit des objectifs de croissance du groupe DCNS. La recherche collaborative, ou partenariale, a été mise au cœur de notre action. Il y a plus qu une coïncidence entre la création de DCNS Research, la montée en puissance de l Institut de Recherche Technologique Jules Verne, le lancement du projet de Technocampus Océan à Nantes. Il y a un projet global de renforcement de la recherche maritime, voulu par les pouvoirs publics et animé par le Conseil d Orientation de la Recherche et de l Innovation de la Construction et Activités Navales, le CORICAN. Plusieurs des travaux présentés dans ce numéro sont issus de la recherche collaborative. Vous trouverez également dans ce numéro un rappel des principaux événements survenus dans l activité de DCNS Research durant l année. Plusieurs de nos collaborateurs sont ainsi mis à l honneur. Au nom de tous les collaborateurs de DCNS Research, je vous souhaite une bonne lecture et vous donne, d ores et déjà, rendez-vous en 2014 pour le n 2 de RESEARCH. RESEARCH_1 05

6 AVANT-PROPOS L AUBE DES SCIENCES NAVALES LARRIE D. FERREIRO, Directeur de la recherche, Defense Acquisition University, Fort Belvoir, Virginie, États-Unis Au commencement du XVII e siècle, les maîtres charpentiers de marine ne disposaient d aucun outil mathématique permettant d appliquer les théories scientifiques aux navires. Deux siècles plus tard, à la fin du XVIII e siècle et à l aube de la révolution industrielle, les ingénieurs-constructeurs étaient dotés d un véritable corpus théorique pour concevoir des navires et prédire leurs caractéristiques et performances. «L Architecture navale» L expression «architecture navale» a été employée pour la première fois par l architecte allemand Joseph Furttenbach dans un ouvrage paru en 1629, Architectura Navalis. En 1677, le constructeur Charles Dassié, dans son livre L architecture navale, émet l idée que les mathématiques devaient jouer un rôle de premier plan dans la conception des navires. À la fin du XVIII e siècle, l «architecture navale» est l application de la théorie mathématique (la «géométrie») à la conception du navire, comme l illustre l Essai géométrique et pratique sur l architecture navale (1776), de Vial Du Clairbois, futur directeur de l école du Génie maritime. Au XIX e siècle, l architecture navale devient la «science de la construction navale», selon le magistral Architecture navale Théorie du Navire, de Pollard et Dudebout (1890), et inclut la mécanique des corps flottants développée dans «des étapes successives par la Science». L architecture navale, dans son sens moderne, est l application de la théorie scientifique, en tant qu élément de la conception du navire, en vue de prévoir ses caractéristiques et performances avant qu il ne soit construit. Évolution des plans des vaisseaux L architecture navale, c est-à-dire l utilisation de la théorie du navire dans sa conception, n aurait pu se développer sans les plans de coque à deux dimensions, à partir desquels les constructeurs pouvaient mesurer précisément les lignes afin de calculer mathématiquement la superficie et le volume de la coque. Les plans des navires ne sont pas apparus en tant que gabarits de construction. Les premiers plans connus figuraient dans les traités de construction navale. Les traités étaient généralement destinés à un usage pédagogique ou comme guides généraux, les plans n étant donnés qu à titre d exemples. Au cours du XVIII e siècle, les administrations navales commencèrent à demander à leurs constructeurs des plans des navires en trois vues les plans de formes verticales, les lignes d eau et les sections longitudinales afin de s assurer, avant construction, que les navires répondaient à leurs besoins. Rapidement ces plans, allaient devenir un élément clé dans le développement des calculs de stabilité et hydrodynamique. La science comme arme stratégique La construction de navires de guerre est un prolongement de la politique d une nation. Au cours des XVII e et XVIII e siècles, la France et la Grande-Bretagne ont été en conflit permanent sur les mers. La Grande-Bretagne était la puissance maritime dominante. Toutes ses frontières étant maritimes, sa sécurité reposait sur sa marine, dont la part dans le budget était supérieure à celle de tout autre ministère. La France, en revanche, devait défendre ses frontières terrestres et, logiquement, consacrait une part beaucoup plus 06 RESEARCH_1

7 AVANT-PROPOS importante de son budget à l armée de terre. Dans les années 1730 et 1740, le budget de la marine britannique représentait entre 2 et 4 fois celui de la marine française. Le niveau de ressources a naturellement déterminé la taille et le déploiement de chaque marine. Dans les années 1700, la Grande-Bretagne était capable de «contrôler la mer» à grande échelle c est-à-dire de déployer des escadres permanentes à travers l Atlantique. Avec une flotte moins nombreuse, les Français préféraient éviter les principaux engagements et appliquaient la tactique de «guerre de course» qui demandait des navires rapides. Aussi, la science a-t-elle joué un rôle majeur dans l évolution des flottes, en particulier en France. Les ministres de la Marine successifs, de Colbert à Sartine, ont estimé que la science pouvait être un «amplificateur» de puissance, c est-à-dire, que son application permettrait à chaque navire français de surpasser son adversaire britannique ; ainsi serait compensé le déséquilibre numérique entre les deux marines. Avec une meilleure stabilité, une vitesse plus élevée et une plus grande manœuvrabilité les navires pourraient «frapper plus vite». Les constructeurs ont donc été requis de se former aux principes de la théorie du navire. Colbert et la science Colbert, qui en 1669 cumulait les portefeuilles des Finances et de la Marine, entreprit de reconstruire «La Royale», qui ne comptait que 26 navires face aux 133 navires de la Royal Navy britannique. Mais son désir d utiliser les sciences comme outil de puissance a été entravé par le refus des constructeurs d adopter des principes communs de conception et de construction. Colbert et son fils Seignelay prirent une série de règlements sur les dimensions des navires et de leur mode de construction, dans un effort pour créer un contrôle central sur le processus de conception du navire. Mais ces instructions restèrent sans suite et les constructeurs navals continuèrent de construire des navires «à leur gré». L objectif de Colbert était de créer un ensemble de normes pour la conception que tous les chantiers navals pourraient utiliser. Il voulait, ainsi, qu un navire de 70 canons construit à Brest soit identique à celui construit à Toulon, afin de réduire les coûts des matériaux et des pièces de rechange. Cela permettrait également à tous les navires dans une ligne de bataille d avoir des qualités de navigation identiques, et ne pas avoir à tenir compte des différences de performances entre unités. Colbert décida que la théorie scientifique serait la seule base pour créer un ensemble de normes identiques applicables dans tous les chantiers. Aussi, et face à de nouveaux refus des constructeurs, il demanda en 1678 à deux mathématiciens qui n avaient jamais construit un navire de leurs vies de développer «une théorie sur le sujet de la construction de navires». Premières «théories du navire», Colbert trouva «une théorie sur le sujet de la construction de navires» dans les travaux de Renau d Elissagaray, un jeune ingénieur qui réalisa les premières recherches jamais entreprises sur la théorie du navire et qui proposa en 1679 que les ellipses soient à la base des formes de carène. En 1680, Colbert commissionna la construction d un modèle de «navire ellipsoïdal» sous la direction de l Amiral de Tourville. Ce navire devait être testé comparativement avec un modèle d un navire plus conventionnel, dans le grand canal du château de Versailles au début de l année Les essais effectués furent peu concluants. Jusque dans les années 1690, pratiquement aucun travail scientifique n avait été effectué sur la théorie du navire. Quelques principes de base sur l équilibre hydrostatique et sur la mécanique des fluides avaient bien été développés par des mathématiciens et des scientifiques tels que Stevin et Newton, mais la plupart de ces résultats furent contestés par Huygens. Aussi, quand en 1697 un mathématicien jésuite relativement peu connu, du nom de Paul Hoste, RESEARCH_1 07

8 AVANT-PROPOS publie sa Théorie de la construction des vaisseaux, il aborde de façon originale les domaines de la résistance des fluides, de la stabilité du navire, de ses mouvements et de la résistance de la poutre-navire. Bien que presque tous les principes de base utilisés par Hoste se soient aussi révélés erronés, il s agissait là d une première tentative en vue d établir une synthèse mathématique du sujet et de préparer le terrain pour des recherches ultérieures. Maurepas et la science dans «La Royale» Maurepas est devenu Ministre de la Marine en Il fut immédiatement confronté au manque de navires de combat. «La Royale» n avait alors que 33 vaisseaux de guerre contre 155 dans le «Royal Navy». Comme Colbert, Maurepas a rapidement cherché à augmenter l efficacité de sa flotte avec un budget limité, en donnant à chaque navire de meilleures performances. Et comme Colbert, Maurepas se tourna vers la Science pour y arriver. Maurepas était vice-président de l Académie des Sciences, et il fit de l Académie une sorte de laboratoire pour sa Marine. Il a soutenu la recherche scientifique dans l architecture navale, la navigation et la botanique (le bois et le chanvre étaient les matériaux de base pour les navires). Maurepas fit rapidement appel à deux scientifiques, Pierre Bouguer et Henri-Louis Duhamel du Monceau, qui ensemble soutiendront sa vision d une Marine construite sur des fondations scientifiques. Pierre Bouguer était professeur royal d hydrographie. Très vite, il commença à contribuer à des travaux de l Académie des Sciences sur des sujets maritimes et remporta plusieurs prix. Bouguer devint conseiller scientifique de Maurepas. En même temps, Maurepas demandait à l Académie des Sciences de rechercher de nouvelles méthodes de préservation du bois. Il fut impressionné par le travail de Duhamel du Monceau, un jeune botaniste qu il nomma en 1739 Inspecteur Général de la Marine, poste où il devait diriger tous les aspects de la conception et la construction des navires. Avec le soutien de Maurepas, Bouguer et Duhamel du Monceau allaient «inventer» l architecture navale moderne. Bouguer, Duhamel du Monceau et la première synthèse de l architecture navale, C est sur les hauteurs des Andes péruviennes, au cours de la Mission Géodésique sur l Équateur entre 1735 et 1744, que Bouguer a écrit la première vraie synthèse de l architecture navale, Traité du Navire, de sa construction, et ses mouvemens. Il a repris, là où Hoste l avait laissée près d un demi-siècle plus tôt, l étude scientifique de la conception et de la construction des navires. Le Traité du Navire décrit pour la première fois de nombreux concepts nouveaux, en établissant certaines bases de la théorie du navire encore en vigueur aujourd hui tels que le concept de «moment fléchissant» pour déterminer la résistance de la poutre-navire ou la notion de métacentre pour la stabilité. Le génie de Bouguer a été d écrire son livre, non pas pour les mathématiciens, mais pour les constructeurs, en fournissant chaque fois que nécessaire des exemples et des expériences pratiques. La publication du Traité du Navire suit la création de l École des Ingénieurs-Constructeurs de la Marine, en 1741, destinée à donner aux constructeurs les bases scientifiques et pratiques de la conception et de la construction des navires et c est Duhamel du Monceau, nommé par Maurepas directeur de l école, qui se charge de définir son programme d enseignement. L école est aménagée dans une salle du Louvre, à côté de la salle des séances de l Académie des Sciences. Duhamel du Monceau écrira un manuel pour l école en 1752, Élémens de l architecture navale, ou Traité Pratique de la construction des Vaisseaux, comme un mélange de pratique et de théorie du navire. Il travaille en étroite collaboration avec Bouguer et fait souvent allusion 08 RESEARCH_1

9 AVANT-PROPOS au Traité du Navire pour les concepts les plus difficiles. La grande originalité des Élémens est de fournir des formulaires utilisables avec des exemples numériques, et de réduire l analyse des différents problèmes à des protocoles de calcul facilement applicables à la conception. Ces calculs devinrent partie intégrante de l ingénierie des vaisseaux français dans l ordonnance de 1765 qui créé le Corps des Ingénieurs-Constructeurs de la Marine. Ainsi un nouveau système de professionnalisation et de normalisation fut mis en place réalisant l objectif initial de Colbert. À partir des années 1760, Daniel et Jean Bernoulli, d Alembert, Clairaut, Euler, développèrent la théorie de la résistance des fluides, mettant notamment en évidence les concepts de lignes de courant et de pression, en remplacement de la théorie erronée des chocs de Newton. À la même époque, les expériences pratiques, de Borda, Thévenard, Bossut, d Alembert et Condorcet, développèrent la pratique des essais comparatifs sur maquettes. Le rayonnement de l architecture navale française À la fin du XVIII e siècle, Les marines européennes, y compris la «Royal Navy», attribuaient la supériorité des navires de guerre français à leur utilisation de la théorie hydrodynamique. Dès lors, les autres marines calquèrent leurs règles de conception sur celles de la France. Les vaisseaux de 74 canons des marines britannique et espagnole ont été largement copiés du «gabarit» français. En fait, la majorité des navires qui ont combattu à la bataille de Trafalgar en 1805 étaient des «74 canons», basés sur la conception française. L organisation de la construction navale française a également été rapidement adoptée dans toute l Europe. En Espagne, Jorge Juan y Santacilia poursuivit les travaux de Bouguer avec son propre traité Examen Maritimo et, en 1765, le constructeur français Jean-François Gautier fut appelé afin de standardiser les navires de l Armada. Il créa un Cuerpo de Ingenieros de Marina, sur le modèle du Corps des Ingénieurs-Constructeurs. L Arsenal de Venise ouvre une Sculoa di Naval Architettura copiée sur l école française. Le grand constructeur suédois Fredrik Chapman adopte un grand nombre d idées françaises pour ses propres navires et crée un corps de constructeurs sur la base du modèle français. Aux Pays-Bas les constructeurs tels que Glavimans sont formés à l École des Ingénieurs- Constructeurs de la Marine et plus tard forment leur propre école. Le Corps des Ingénieurs-Constructeurs de la Marine a été rebaptisé Corps du Génie Maritime en 1799, titre qu il portera jusqu en Au XIX e siècle, le «Royal Corps of Naval Constructors» britannique et l «US Navy Construction Corps» seront tous deux créés sur le modèle français. Ainsi s est perpétuée pendant trois siècles l influence des sciences navales françaises. Cet article est issu de la conférence donnée par le professeur Ferreiro lors du colloque «Trois siècles de Génie Maritime» Paris, Discrétisation d une carène par éléments plans pour calculer la résistance à l avancement. Duhamel du Monceau, Élémens de l architecture navale, _RÉFÉRENCE LARRIE D. FERREIRO, Ships and Science : the birth of Naval Architecture in the scientific revolution , The MIT Press, RESEARCH_1 09

10 ACTUALITÉS DCNS Research étend sa collaboration à l international Accord de coopération avec l Institut Indien de Technologie de Mumbai (IIT Bombay) DCNS a signé, par l intermédiaire de DCNS Research, un protocole d accord avec l Indian Institute of Technology Mumbai, l un des plus grands instituts universitaires d Inde, spécialisé dans l enseignement et la recherche technologiques. Ce protocole d accord ouvre de nouvelles perspectives de coopération pour DCNS en Inde pour des programmes d enseignement et de recherche dans les secteurs du naval de défense et de l énergie. Compte tenu de leurs domaines d expertise respectifs, DCNS et l IIT Bombay misent sur le déploiement rapide de plusieurs projets, et notamment : le parrainage de programmes de recherche et développement qui seront effectués en coopération entre des équipes d IIT Bombay et de DCNS Research ; le parrainage de projets pédagogiques et l attribution de bourses de recherche à l IIT Bombay ; la formation de collaborateurs de DCNS grâce à des «Programmes de formation continue» assurés par l IIT Bombay. ACOUSTIQUE 2012 DCNS Research, partenaire d Acoustics 2012 Assurer une veille technique et présenter les avancées technologiques ou scientifiques de DCNS sont les principales motivations des experts de DCNS Research présents à la Cité Internationale des Congrès de Nantes du 23 au 27 avril lors de la convention internationale Acoustics Le congrès Acoustics 2012 est coorganisé par la Société Française d Acoustique (SFA) et l Institute of Acoustics (IOA) du Royaume-Uni. Il est également parrainé par l Association Européenne d Acoustique (EAA). Cet événement est l occasion d aborder les dernières avancées dans l ensemble des domaines de l acoustique. DCNS Research a présenté les résultats de cinq travaux dont un exposé des travaux réalisés depuis plusieurs années en collaboration avec le Prof. Serguei Iakovlev Université Dalhousie à Halifax. Dans la continuité de cette contribution active, DCNS Research participera à Acoustics 2013 qui se déroulera à New Delhi (Inde) du 10 au 15 novembre TRAVAUX DE RECHERCHE 2012 Marie Pomarede «Investigation et application des méthodes d ordre réduit pour les calculs d écoulement dans les faisceaux tubulaires d échangeurs de chaleur» Thèse de Doctorat à l Université de La Rochelle, février Samuel Tregouët «Lois de positionnement dynamique pour opérations arctiques» Travaux de Master à l école des Mines de Nantes, le 31 juillet Maud Bullier «Étude de revêtements acoustiques réflecteurs ou absorbeurs par la méthode des éléments finis en géométrie périodique 1D» Rapport de stage INSA Lyon, août Céline Ducatel «Méthodes d évaluation préliminaires des impacts acoustiques d une centrale ETM sur les mammifères marins» Rapport de stage ENSTA Bretagne, août Mathieu Le Pajolec «Développement et validation d algorithmes de calcul pour simulations couplées fluide/ structure» Travaux de Master à l Université de La Rochelle, septembre Laurent Valade «Réalisation et traitement d essais sur un profil portant déformable en tunnel hydrodynamique» Travaux de Master à l École Centrale de Nantes, septembre Romain Fargere «Simulation du comportement dynamique des transmissions par engrenages sur paliers hydrodynamiques» Thèse de Doctorat à l INSA Lyon, décembre RESEARCH_1

11 ACTUALITÉS FAITS MARQUANTS MAST 2011 Présentation des résultats des travaux menés sur la «prédiction des accalmies des mouvements de navires». FLOW-INDUCED VIBRATION 2012 Participation au comité scientifique et présentation de deux communications scientifiques sur l hydrodynamique et IFS et les faisceaux de tubes et les IFS. FORUM DCNS RESEARCH Rencontres industrie-université sur la recherche collaborative à Nantes en juin Les premières applications des travaux de recherche en 2012 DCNS Research a embarqué sur le patrouilleur hauturier Gowind L Adroit, un drone naval de surveillance. Ce drone naval est constitué d une embarcation semi-rigide équipée de radars, capteurs, caméras à pilotage à distance. Il peut effectuer des missions de surveillance de champs d éoliennes ou de contrôle des routes maritimes. DCNS Research a également livré à la marine singapourienne des systèmes de positionnement dynamique de navire pour des chasseurs de mines. Ce système permet de suivre une trajectoire extrêmement précise ou de tenir un point fixe lors des opérations de détection et de destruction de mines. Un nouveau contrat pour des équipements du même type a été signé avec la marine de Corée du Sud. Remise de prix Marie Pomarede, Doctorante à DCNS Research a reçu le 3 e prix MICADO de la Simulation Numérique à l occasion de Virtual PLM 12 à Reims, le 13 novembre Marie Pomarède a développé des méthodes d ordre réduit pour les calculs d écoulement dans les faisceaux tubulaires d échangeurs de chaleur. Ces problématiques sont cruciales car les systèmes étudiés sont des éléments majeurs des centrales nucléaires civiles et des chaufferies embarquées dans les sous-marins. Pour la réalisation de ces travaux, une collaboration a été mise en place avec EDF R&D, les deux entreprises ayant un objectif commun de réduire les temps de calcul pour leurs études d interactions fluide-structure à visée industrielle. NAVYCORR 2012 DCNS est à l initiative de la première journée Navycorr consacrée à la lutte contre la corrosion des navires. Elle s est déroulée le 11 juillet 2012 au Palais des Congrès Neptune de Toulon. OMAE 2012 Présentation des avancées sur Model DP System for Ice Tank Research à la conférence Ocean Offshore and Arctic Engineering à Rio de Janeiro en juin FORUM INNOVATION DGA Présentation du projet Prédiction des périodes d accalmies des mouvements navires lors du 1 er Forum Innovation DGA en novembre 2012 au CNIT de la Défense PROJET EUROPÉEN DCNS Research s implique dans les projets européens en pilotant le projet AQUO pour une durée de trois ans, lancé par la Commission Européenne dans le cadre de l initiative «The Oceans of Tomorrow». RESEARCH_1 11

12 12 RESEARCH_1

13 PERFORMANCES NAUTIQUES ET DYNAMIQUE DES PLATEFORMES MARINES Du calcul de traînée de carène aux essais de maquettes en bassin hydrodynamique, de la simulation de la tenue à la mer d une structure, à l optimisation des propulseurs, de la conception des systèmes de stabilisation dynamique à l analyse du lancement des armes sous-marines : cet axe regroupe toutes les activités qui permettent de rendre les plateformes marines, propulsées ou non, plus efficaces et plus sûres dans les missions qu elles ont à mener. RESEARCH_1 13

14 PERFORMANCES NAUTIQUES La simulation des Interactions Fluide-Structure AUTEURS : Jean-François SIGRIST, Fabien GAUGAIN, Lucie ROULEAU, Cédric LEBLOND Afin de concevoir des systèmes complexes dont les performances mécaniques doivent être évaluées par calcul numérique, DCNS travaille de longue date sur la modélisation et la simulation des interactions fluide-structure, lesquelles influencent grandement le comportement dynamique des structures navales. La grande variété des problématiques étudiées en interaction fluide-structure impose de développer une gamme de méthodes numériques étendue. L Interaction Fluide-Structure : au cœur des thèmes scientifiques d intérêt pour DCNS La simulation des Interactions Fluide-Structure (IFS) constitue un enjeu scientifique d importance pour DCNS, en raison de la grande variété des problématiques rencontrées lors du développement de ses produits [1]. Que cela soit sur le cœur de métier historique (naval militaire) ou sur les domaines de croissance (énergies marines renouvelables ou nucléaire civil), les exemples abondent : tenue des plateformes navales aux explosions sousmarines, performances hydrodynamiques des systèmes propulsifs, discrétion acoustique des navires, stabilité des systèmes de récupération d énergie thermique des mers, rendement des systèmes de production d énergie, sûreté des composants nucléaires, etc. Chaque situation concrète posant un problème particulier, il est nécessaire de développer un ensemble de méthodes et outils numériques pour s adapter à chaque cas d étude ; les recherches menées à DCNS Research dans le domaine de l IFS s étendent ainsi des approches semi-analytiques aux méthodes de réduction de modèle, en passant par l adaptation de méthodes aux éléments finis [2] et de méthode de couplage de codes. Modélisation de l interaction entre une onde de choc et une coque immergée Un modèle analytique décrivant l interaction entre une onde de choc, laquelle peut résulter d une explosion sous-marine, et une coque immergée est développé afin de disposer d une solution de référence pour ce problème modèle. Cette modélisation trouve par exemple son application à la vérification du dimensionnement des coques et à la validation des hydro-codes (1). Les modèles ainsi développés peuvent également être exploités pour comprendre les phénomènes de rayonnement acoustique des coques immergées [3]. Prédiction du rayonnement acoustique de structures immergées La maîtrise des signatures acoustiques des navires militaires passe par la compréhension des mécanismes physiques mis en jeu dans les vibrations de structures mixtes métalliques/viscoélastiques couplées avec un fluide. Pour proposer un modèle prédictif de ce comportement, il est nécessaire de travailler de façon transverse : de la modélisation mathématique du comportement des matériaux à l implémentation d une méthode numérique adaptée, en passant par l identification des propriétés physiques pertinentes pour renseigner les modèles mathématique et numérique. Avec leur partenaire du CNAM Paris, les équipes «matériaux et structures» de DCNS Research ont ainsi développé une modélisation éléments finis multiphysique pour répondre à ce besoin. Étude des performances hydrodynamiques des profils portants Un chargement hydrodynamique important peut induire des déformations plus ou moins significatives d un profil portant 14 RESEARCH_1

15 PERFORMANCES NAUTIQUES souple (en composite par exemple) et modifier ses performances ; afin de quantifier l importance de ces interactions, DCNS Research développe une méthode de calcul par couplage entre un code de dynamique des fluides et des structures. Les simulations sont validées par comparaison avec des résultats d essais réalisés au tunnel hydrodynamique de l IRENav (laboratoire de recherche de l École Navale). Analyse des écoulements dans les faisceaux tubulaires d échangeurs de chaleur Les écoulements de fluide caloporteur au sein d échangeurs de chaleur peuvent engendrer des vibrations incontrôlées des tubes dans le faisceau ; afin de comprendre les mécanismes d IFS responsables de ces instabilités potentielles, il est nécessaire d appréhender la complexité de l écoulement. En ciblant la modélisation sur les modes de l écoulement les plus énergétiques, les méthodes de réduction de modèle comme la Proper Orthogonal Decomposi tion permettent de construire un cadre d analyse potentiellement adapté à ce type de problèmes. Une évaluation de cette méthode pour l IFS en grands déplacements d un tube en faisceau a été conduite, en collaboration avec l Université de la Rochelle et EDF R&D, avec qui DCNS partage un intérêt scientifique sur ce sujet. (1) Un «hydro-code» est un outil de calcul numérique utilisé pour la simulation de l interaction fluide-structure dans de structures immergées soumises aux effets d explo sions sous marines distantes. Modélisation semi-analytique du comportement d une coque assujettie à une onde de pression : calcul du champ de contraintes. Rayonnement acoustique d une structure mixte métallique/viscoélastique : développement d un modèle numérique éléments finis prédictif [3]. _RÉFÉRENCES [1] J.F. SIGRIST Overview of Coupled Fluid-Structure Numerical Methods Applied to Naval Propulsion Systems. Computational Methods for Coupled Problems in Science and Engineering, Ischia Island, 8-11 June [2] J.F. SIGRIST. Interactions fluide-structure. Analyse vibratoire par éléments finis. Ellipses, [3] S. IAKOVLEV, J.F. SIGRIST, C. LEBLOND, H. A.F.A. SANTOS, A. LEFIEUX, K. WILLISTON. Mathematical Modeling of the Acoustic Radiation by Submerged Elastic Structures. Acoustics 2012, Nantes, April [4] L. ROULEAU, J.F. DEÜ, A. LEGAY, J.F. SIGRIST. Vibro-Acoustic Study of a Viscoelastic Sandwich Ring Immersed in Water. Journal of Sound and Vibration, 331, , [5] F. GAUGAIN, A. ASTOLFI, J.F. SIGRIST, F. DENISET. Numerical and Experimental Study of the Hydroelastic Behaviour of an Hydrofoil. Flow Induced Vibration, Dublin, 2-6 July [6] M. POMAREDE, E. LIBERGE, A. HAMDOUNI, E. LONGATTE, J.F. SIGRIST. Numerical Study of Tube-Bundle Flow-Induced Vibrations with Multiphase-POD Approach. Flow Induced Vibration, Dublin, 2-6 July Simulation du couplage fluide-structure pour un profil déformable dans un écoulement subcavitant : influence des déformations sur les performances hydrodynamiques [5]. Caractérisation des modes d énergie prépondérante pour un écoulement au sein d un faisceau tubulaire : analyse avec méthode de «Décomposition Orthogonale aux Valeurs Propres» (POD) [6]. RESEARCH_1 15

16 PERFORMANCES NAUTIQUES Comportement des navires et structures en mer AUTEURS : Jean-Jacques MAISONNEUVE, Antoine PAGÈS, Camille YVIN Une activité importante de DCNS Research est dédiée à la maîtrise du comportement à la mer des navires ou des structures. Cette activité couvre la maîtrise des phénomènes ainsi que leur modélisation physique et numérique. Elle a pour objectifs la mise au point d outils de prédiction utilisables pour la conception des navires et des structures, et de leurs systèmes de contrôle. Deux exemples de projet dans ce domaine sont décrits ci-dessous. Le projet SOS-stabilité Le projet SOS-stabilité est un projet collaboratif visant à mieux connaître et à améliorer la stabilité dynamique des petits navires de pêche. Ce projet illustre la complémentarité des compétences de DCNS Research (modélisation hydrodynamique, essais physiques et contrôle du navire). En effet, il inclut : la conception et la réalisation de modèles libres fortement instrumentés et téléopérés, à différentes échelles (2 m et 8 m de long), avec des capacités de simulation de pêche, et d envahissement ; la caractérisation de la tenue à la mer d un navire (chalutier), y compris sur mer forte, à partir d essais : essai en mer sur un navire existant, essais sur modèle libre en bassin de houle, essais en mer sur plate-forme grande échelle instrumentée ; la conception et le développement de modèles numériques se traduisant par un outil de simulation du comportement nonlinéaire du navire sur houle ; l intégration de ce noyau de simulation dans un simulateur de démonstration (console avec commandes navire et visualisation du navire et de la mer) ; la conception d algorithmes permettant de connaître l état instantané du navire vis-à-vis des problèmes de stabilité dynamique, à partir de capteurs disponibles à bord ; la conception de loi de commandes visant à améliorer le pilotage automatique du navire dans les conditions de mer fortes et de stabilité dynamique délicates. Les objectifs poursuivis, au travers de ces différents travaux, sont : une meilleure connaissance des phénomènes impliqués dans les problèmes de stabilité dynamique ; des moyens de simulation permettant de modéliser ces aspects, de les démontrer et d en informer les équipages, de mettre au point des systèmes embarqués visant à les réduire, et à terme d évaluer des critères réglementaires ; des systèmes embarqués permettant de mesurer l état du navire, d anticiper des situations à risque, et au final de mieux contrôler le comportement du navire dans les conditions de mer fortes est la quatrième année du projet, qui se termine mi Les travaux réalisés lors de cette année ont concerné principalement la validation du noyau de simulation de comportement du navire, le développement du simulateur de démonstration et le développement de la plate-forme grande échelle. Cette dernière est munie d un grand nombre de capteurs : mouvements du navire suivant les 6 degrés de liberté, commandes de propulsion et de barre, torseur des efforts sur la mèche de safran, efforts de traction sur les funes et orientation des funes, hauteur relative entre le navire et la surface de l eau en différents points, vitesses (trois composantes) au voisinage du safran, vent, (houle mesurée par bouée houlographe), caméras externes, et internes (envahissement de cale). La maquette est contrôlée à distance, et possède une autonomie de 3 à 5 heures verra la réalisation des derniers essais avec la plate-forme grande échelle, et l exploitation des résultats (essais, simulations, systèmes) avec l ensemble des partenaires. Ce projet, labellisé par les Pôles de compétitivité Mer-Bretagne, Mer-PACA et EMC-2, a été financé par le ministère du Redressement Productif et les régions Bretagne, PACA et Pays de la Loire. Il a été réalisé en partenariat entre DCNS Research, Bureau Veritas, Ifremer, IMP, Mauric, Merré et Principia. 16 RESEARCH_1

17 PERFORMANCES NAUTIQUES Couplage réponse couplée des grands mouvements d un corps maintenu par un ressort en torsion. Couplage fluide-mécanique multicorps Les travaux concernent la prédiction des mouvements de corps dans un fluide, en présence de liaisons pouvant être complexes, et éventuellement contrôlés par des actionneurs hydrodynamiques (ex. : structure multicorps pour EMR, remorquage de dispositifs sousmarins, navires contrôles par ailerons, navires amarrés, etc.). L approche classique, consistant à résoudre le problème mécanique avec des chargements hydrodynamiques supposés indépendants du mouvement lui-même atteint rapidement ses limites, dès lors que les mouvements sont de grande amplitude, les liaisons non-linéaires, et les écoulements complexes. L objectif des travaux est de développer une méthode couplant les résolutions mécanique et hydrodynamique de manière suffisamment souple et générique pour pouvoir traiter une grande variété de problèmes. L approche retenue est le couplage du code CFD ISIS développé par le laboratoire de mécanique des fluides de l École Centrale de Nantes, avec un code de résolution mécanique multicorps Open Source, MBDYN. Ceci doit permettre de résoudre de manière globale le comportement d un système à n degrés de liberté, éventuellement muni d un système de commande, et évoluant dans un fluide. Les travaux ont commencé fin Lors de cette première année, l approche théorique appropriée a été recherchée et établie et la chaîne de calcul ISIS/MBDYN a été mise en place, avec un couplage physique fort. La procédure a ensuite été appliquée à des cas élémentaires de la littérature, puis à un cas plus complexe (bouée amarrée dans la houle) pour lequel des résultats expérimentaux sont disponibles. Les résultats obtenus sont très encourageants. Les travaux suivants vont consister à tester la méthode sur des cas plus complexes, représentatifs de différentes problématiques industrielles. Ceci devra passer par un travail sur le maillage du fluide lors des grands déplacements des corps, y compris pour des corps articulés. Ces travaux font l objet d une thèse CIFRE réalisée au laboratoire de mécaniques des fluides de l École Centrale de Nantes. _RÉFÉRENCE Antoine PAGÈS, Jean-Jacques MAISONNEUVE, (Sirehna ), Clève WANDJI, Philippe CORRIGNAN, (Bureau Veritas), Benoît VINCENT (Ifremer), Small fishing vessels study and modelling for the improvement of the behaviour in extreme seas, STAB 2012, 11th International Conference on the Stability of Ships and Ocean Vehicles, Sept 2012, Athens, Greece. SOS-stabilité essais en bassin. SOS-stabilité essais en mer Simulateur. Couplage réponse sur houle d un flotteur ancré, avec couplage fort. RESEARCH_1 17

18 PERFORMANCES NAUTIQUES Le bassin numérique AUTEURS : Jean-Jacques MAISONNEUVE, Luc BORDIER, Fabian PÉCOT, Pol MULLER Le développement d un projet de navire, bâtiment de surface ou sous-marin, et des engins sousmarins en général, nécessite l évaluation des performances hydrodynamiques de ces engins à différents stades de conception, de manière itérative. Jusqu à présent, une grande partie de ces performances ne peut être évaluée qu au moyen d essais sur modèle, en bassin, induisant ainsi des coûts et des délais importants. L objectif est ici de développer et qualifier les approches numériques susceptibles de calculer ces performances, de manière à réduire au maximum le recours aux essais physiques, et par conséquent les coûts et délais de conception. DCNS Research a pour mission de développer ce type d approche. Ceci s appuie à la fois sur des projets de R&D interne, et sur des projets externes, et en particulier l action «Bassin numérique» de l IRT Jules Verne. Pour développer ce type d approche, on a recours à des codes de résolution des équations de la mécanique des fluides (Navier- Stokes), dont les évolutions récentes permettent d appréhender une gamme importante de problèmes. Le calcul de la résistance à l avancement des navires est désormais très précis. Les performances en termes de propulsion, de manœuvrabilité, et de tenue à la mer sont également abordables avec ces outils, que ce soit pour les bâtiments de surface ou les sous-marins. Ceci est réalisé jusqu à présent à l aide du logiciel STAR-CCM+, mais l objectif est de disposer à terme des outils les plus adaptés au problème à traiter, à l instant donné. D autres logiciels sont ainsi amenés à être utilisés ou suivis (FINE/MARINE, OpenFOAM ). Bassin numérique «sous-marin» Les travaux réalisés en 2012 concernent essentiellement la mise au point, et la qualification des méthodes vis-à-vis de la manœuvrabilité des sous-marins, en particulier dans un objectif de dimensionnement de l appareil à gouverner. Ceci peut passer par le calcul des coefficients de manœuvrabilité à partir de configurations «modèle captif», de la même manière qu avec des essais en bassin. Mais une méthode plus directe, ne nécessitant pas de procédure d identification complexe et délicate, est également recherchée : la modélisation de la trajectoire du sous-marin, barres braquées, que ce soit en giration dans le plan horizontal, ou en changement d immersion dans le plan vertical. Le problème de la stabilité du mouvement du sous-marin barres dans l axe, après perturbation, est également traité de la même manière. La qualification en cours consiste à vérifier les résultats obtenus pour ces différentes configurations, par rapport aux résultats connus par d autres moyens sur différents types de sous-marins. Ces travaux vont être poursuivis en 2013, et étendus à des configurations plus larges. Bassin numérique «lancement de projectiles» Le domaine de la modélisation du lancement d armes, et plus particulièrement de la prédiction de trajectoire après éjection, a démarré récemment au sein de DCNS Research. Il est complémentaire de la modélisation de l éjection proprement dite, qui est assurée par DCNS Ruelle. Dans le même esprit «bassin numérique», l objectif est de mettre au point des méthodes numériques qualifiées, utilisables par DCNS pour la conception des systèmes de lancement d armes et des porteurs. Le domaine est actuellement développé suivant deux axes complémentaires : une modélisation simplifiée, basée sur l exploitation de modèles de manœuvrabilité de l arme, mais prenant en compte le champ d écoulement autour du porteur. L objectif est de disposer d un outil pouvant être facilement utilisé au stade de l avant-projet pour balayer de nombreuses solutions, ou évaluer de nombreuses configurations de lancement ; 18 RESEARCH_1

19 PERFORMANCES NAUTIQUES la modélisation plus complète du lancement et de la trajectoire, basée sur une approche CFD, et prenant en compte l écoulement autour du mobile, autour du porteur, et les interactions entre les deux. Les travaux réalisés en 2012 ont concerné ces deux domaines. Un outil de simulation rapide a été développé (modèle mathématique paramétrique), permettant de prendre en compte des configurations variées de lancement, de mobiles, de manœuvres du porteur, incluant le champ de vitesse autour du porteur (importé d un résultat CFD). L ensemble des vérifications possibles a été réalisé. Une validation plus aboutie, par rapport à des essais, reste à effectuer. En parallèle, les différentes méthodes de modélisation CFD de l éjection ont été explorées. Une méthode particulièrement prometteuse a été sélectionnée et développée (méthode «chimère», ou maillages superposés) et testée sur différentes configurations. Les résultats obtenus ont été vérifiés autant que possible, mais restent également à valider plus précisément. Propulseurs marins Dans le domaine des «propulseurs marins», un certain nombre d outils de calcul des performances d hélices ont été intégrés (méthodes de ligne portantes, OpenProp, de singularités, PROCAL, et de résolution Navier-Stokes, STAR-CCM+). Ceci fait partie intégrante de l action «Bassin Numérique». L approche CFD a été validée du point de vue de sa capacité à prédire les performances d hélices en eau libre, sur des cas de référence DCNS (sous-marin et bâtiment de surface). Sillage sous-marin en giration trajectoire. Prédiction de trajectoire d une arme. Perspectives L activité bassin numérique en est a ses débuts, et va constituer une activité structurante sur les prochaines années, avec l extension du domaine d application pour chaque type de performance (propulsion, tenue à la mer, etc.), la prise en compte d engins variés (sousmarins, bâtiments de surface, projectiles divers, drones, EMR, etc.), et la modélisation de phénomènes plus complexes (interactions entre corps, phénomènes diphasiques, cavitation, interaction avec l acoustique, etc.). Prédiction de trajectoire d une arme Approche CFD, maillage chimère. Modélisation CFD d une hélice de sous-marin. RESEARCH_1 19

20 20 RESEARCH_1

Le Centre de Recherche Technologique de DCNS. Prénom Nom

Le Centre de Recherche Technologique de DCNS. Prénom Nom Le Centre de Recherche Technologique de DCNS Prénom Nom Concentration de la recherche technologique des industries navales 1980 1990 2000 2010 Création de Principia Création de Sirehna DCN quitte la DGA

Plus en détail

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Sciences de la Terre Premier semestre du cycle d ingénieur (S5) Il commence par la période d intégration que suivent tous les élèves de Polytech

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals

Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Projet Optiperf : les ressources du calcul parallèle à destination des architectes navals Pierre-Michel Guilcher, Olivier Payen, Aurélien Drouet, Erwan Jacquin Plan de l exposé Contexte général Définition

Plus en détail

[ Programme de formation ]

[ Programme de formation ] > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > E N S T A B r e t a g n e [ Programme de formation ] 1 er année 2 e

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

ANNEE 2013-2014. Le tableau ci-dessous présente ces unités d'enseignement ainsi que leurs coefficients et leurs volumes horaires respectifs.

ANNEE 2013-2014. Le tableau ci-dessous présente ces unités d'enseignement ainsi que leurs coefficients et leurs volumes horaires respectifs. ANNEE 2013-2014 PLAN DE FORMATION Licence Professionnelle en Alternance AII-SIAM «AUTOMATIQUE ET INFORMATIQUE INDUSTRIELLE» «SYSTEMES INDUSTRIELS AUTOMATISES ET MAINTENANCE» «PARCOURS AUTOMATISMES» 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Cnim Systèmes Industriels. La performance technologique au coeur de notre savoir-faire industriel

Cnim Systèmes Industriels. La performance technologique au coeur de notre savoir-faire industriel Cnim Systèmes Industriels La performance technologique au coeur de notre savoir-faire industriel le groupe CNIM Le Groupe CNIM développe et réalise des ensembles industriels clés en main à fort contenu

Plus en détail

Etudes / Développement / Application. Développer notre vision d avance

Etudes / Développement / Application. Développer notre vision d avance Développer notre vision d avance 1 - Ingénieur application système de freinage ESP 2 - Ingénieur développement système contrôle moteur 3 - Ingénieur essai moteur 4 - Ingénieur développement logiciel 5

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

Design, développement, prototypage, fabrication, assemblage et logistique

Design, développement, prototypage, fabrication, assemblage et logistique Spécialiste de la technique du formage. Large gamme de prestations. Solutions et niveaux de création de valeur individualisés. Compétences cumulées du développement à la fabrication. Dynamisme dans la

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

Virtual Ship à DCNS Research DCNS Research le 10/05/2015

Virtual Ship à DCNS Research DCNS Research le 10/05/2015 Virtual Ship à DCNS Research DCNS Research le 10/05/2015 DCNS 2013 - all rights reserved / tous droits réservés Fondamentaux de la conception navire 2 Mai 2015 DCNS Research Complexité comparée de divers

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER

RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER F2DP BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER FLOTTILLE CONCERNÉE ZONES D EXPÉRIMENTATION DES PROJETS Manche Patrick Lazic Golfe

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

en Architecture Navale

en Architecture Navale Cursus Cursus d application en Architecture Navale pour les Ingénieurs de l Armement d application des Polytechniciens école Nationale Supérieure de Techniques Avancées Bretagne www.ensta-bretagne.fr L

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Page 1 Innover en mécanique niq

Page 1 Innover en mécanique niq Page 1 Innover en mécanique Page 2 L efficacité énergétique des produits et procédés de l industrie mécanique Présentation de la vision et des projets suivis par le Cetim Thierry Ameye Contenu de la présentation

Plus en détail

I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15

I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15 SOMMAIRE Introduction...5 Paroles d entreprises...7 Schéma de la chaîne de valeur de création et d exploitation d un champ d éoliennes offshore...10 I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15

Plus en détail

Message d information et mise en contexte :

Message d information et mise en contexte : Programme d'amélioration continue de la formation en génie SONDAGE ÉTUDIANT Dans le cadre de l implantation des qualités requises des diplômées et diplômés Message d information et mise en contexte : Le

Plus en détail

LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE

LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE SOMMAIRE ENJEUX EN MATIERE DE PREVENTION ETAT DES LIEUX : ENSEIGNEMENTS DE L ETUDE «ERGOSPACE» EVOLUTION REGLEMENTAIRE EXEMPLE DANOIS ACTIONS ENGAGEES ENJEUX - 1 Le

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications Master en sciences et technologies mention mathématiques et applications master mathématiques et applications Contacts Nicolas Lerner lerner@math.jussieu.fr www.master.math.upmc.fr Master sciences et technologies

Plus en détail

Master Management des Ressources Humaines (MRH) Demande de création d un Diplôme d Université : Intensif «Expertise RH»

Master Management des Ressources Humaines (MRH) Demande de création d un Diplôme d Université : Intensif «Expertise RH» Master Management des Ressources Humaines (MRH) Demande de création d un Diplôme d Université : Intensif «Expertise RH» Présentation du Master 2 Management des Ressources Humaines Créé en 1991, le Master

Plus en détail

USINAGE A GRANDE VITESSE

USINAGE A GRANDE VITESSE USINAGE A GRANDE VITESSE François Geiskopf Yann Landon Emmanuel Duc LURPA, décembre 1999 L usinage à grande vitesse est devenu depuis le début des années 90 un des procédés de fabrication à la mode,

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Système de Management par la Qualité

Système de Management par la Qualité Système de Management par la Qualité Rapport Technique Référence Rédigé par MAN-01 Jérémie Dhennin Nombre de pages 9 Le 23 juillet 2015 Diffusion non restreinte ELEMCA SAS / RCS Toulouse 790 447 866 425,

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

BIM Journées de l Ecoconstruction

BIM Journées de l Ecoconstruction BIM Journées de l Ecoconstruction 09 octobre 2015 Lorraine Qualité Environnement Sommaire 1. Présentation du pôle Fibres Energivie 2. Qu est ce que le BIM 3. Les enjeux du BIM et de la transition numérique

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE

ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE ACCÉLÉRER LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉNERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE PAR L INNOVATION TECHNOLOGIQUE 150 MILLIONS D EUROS DE BUDGET DE LANCEMENT L Institut Photovoltaïque d Île-de-France (IPVF) a pour ambition

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015

BATIMAT 2015. Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social. Le BIM par Bouygues Bâtiment - Habitat Social. 3 novembre 2015 BATIMAT 2015 Le BIM par Bouygues Bâtiment Habitat Social 3 novembre 2015 Introduction Le BIM chez Bouygues Bâtiment Île-de-France Habitat Social Avant de parler de BIM, une très rapide présentation de

Plus en détail

L Electricité Maîtrisée

L Electricité Maîtrisée L Electricité Maîtrisée Motors and Electrical Devices for Energy Efficiency MEDEE, initialement CNRT (2002) puis Pôle de Recherche (Pôle Phare de la Région Nord-Pas de Calais, 2007), vient de se doter

Plus en détail

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES Julien Schaguene, Olivier Bertrand, Eric David Sogreah Consultants

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Classe de 5 ème Domaine d application : Habitat et ouvrages. Auteurs : JR.GARBAY & B.LAMOUR Académie de Versailles 1

Classe de 5 ème Domaine d application : Habitat et ouvrages. Auteurs : JR.GARBAY & B.LAMOUR Académie de Versailles 1 Classe de 5 ème Domaine d application : Habitat et ouvrages Auteurs : JR.GARBAY & B.LAMOUR Académie de Versailles 1 Nous proposons deux séquences ayant pour problématiques: 1) Quel est le secteur économique

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Séminaire inter-académique LYON (12-13 décembre 2007) Expérimentation en mathématiques, épreuve pratique de mathématiques : formation des élèves

Séminaire inter-académique LYON (12-13 décembre 2007) Expérimentation en mathématiques, épreuve pratique de mathématiques : formation des élèves Séminaire inter-académique LYON (12-13 décembre 2007) Expérimentation en mathématiques, épreuve pratique de mathématiques : formation des élèves (atelier animé par l académie de Besançon) Le fil conducteur

Plus en détail

Les voies de l éco-conception

Les voies de l éco-conception Les voies de l éco-conception Les voies de l éco - conception De ce domaine très vaste, qui embrasse tout le CYCLE DE VIE du produit «navire», nous allons extraire quelques problématiques relatives à la

Plus en détail

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR Afin d améliorer la qualité de son information client, le groupe Elior a doté les forces commerciales de son activité de restauration collective d une solution basée sur Pivotal CRM. Souple et ergonomique,

Plus en détail

L OFFRE ADAPTÉE DU CRIQ À L INDUSTRIE DE LA PHOTONIQUE. Conférence des Rencontres Photoniques Marie-Claude Côté, V-P développement des affaires

L OFFRE ADAPTÉE DU CRIQ À L INDUSTRIE DE LA PHOTONIQUE. Conférence des Rencontres Photoniques Marie-Claude Côté, V-P développement des affaires L OFFRE ADAPTÉE DU CRIQ À L INDUSTRIE DE LA PHOTONIQUE Conférence des Rencontres Photoniques Marie-Claude Côté, V-P développement des affaires Plan de la présentation Le CRIQ; Le secteur de l optique-photonique;

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Science, Technologie, Santé. Sciences Pour l Ingénieur. Mécanique et Ingénierie. 144 h 66 h 80 h h 798 h 1088 h

Science, Technologie, Santé. Sciences Pour l Ingénieur. Mécanique et Ingénierie. 144 h 66 h 80 h h 798 h 1088 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : Science, Technologie, Santé Sciences Pour l Ingénieur Mécanique et Ingénierie M2 120 ES 144 h 66 h 80 h h 798 h 1088 h cours

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

Projet thématique du réseau AEHESIS

Projet thématique du réseau AEHESIS Projet thématique du réseau AEHESIS Aligning a European Higher Education Structure In Sport Science Rapport de la troisième année - Résumé - (Translated by INSEP Paris) 2006 VUE D ENSEMBLE DU PROJET 1

Plus en détail

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE

L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE L EVOLUTION ET LES ENJEUX LIES A LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE Analyse de l évolution des emplois et des compétences dans les industries chimiques en Haute-Normandie à horizon 2020 SYNTHESE Monsieur Ludovic

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH

moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH moteur d évolution A NEW PATH TO GROWTH Participer au développement international du secteur Automobile Accompagner les évolutions du véhicule en production Concevoir les systèmes d aide à la conduite

Plus en détail

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE TABLE DES MATIERES TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES... 3 Article 1 : Création... 3 Article 2 : Missions...

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Dossier de sponsoring

Dossier de sponsoring Dossier de sponsoring Soutenez l équipe d ISIBOT L Institut Supérieur d Informatique, de Modélisation et de leurs Applications est l une des écoles publiques d ingénieurs les plus dynamiques de la région

Plus en détail

HEMPACORE. Protection incendie passive

HEMPACORE. Protection incendie passive HEMPACORE Protection incendie passive Durabilite La résistance de nos revêtements limite les dommages liés au transport, à la manutention et aux intempéries. Vous pouvez compter sur une qualité durable.

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie

Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie Master 2 Sciences, Technologies, Santé Mention Mécanique Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie Parcours R&D en mécanique des fluides Parcours R&D en matériaux et structures Parcours Energétique

Plus en détail

Alternance d excellence

Alternance d excellence Recrutez un(e) futur(e) Ingénieur(e) en Systèmes, Réseaux et Télécommunications Formation ingénieur en alternance Alternance d excellence 4 jours / semaine en entreprise Université de technologie de Troyes

Plus en détail

Evelina NASONOVA. Introduction :

Evelina NASONOVA. Introduction : MEMOIRE SCHEMA DIRECTEUR DEVELOPPEMENT DURABLE POUR UNE USINE RENAULT DANS LE MONDE SOUTENU LE 21 NOVEMBRE 2006 A L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Evelina NASONOVA Ce travail a été réalisé au sein

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA ENVISAGE UN MONDE OÙ CHACUN EST ACTEUR DE CHANGEMENT: UN MONDE QUI RÉPOND RAPIDEMENT ET EFFICACEMENT AUX ENJEUX SOCIAUX ET OÙ CHAQUE INDIVIDU

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

La lutte contre le bruit au coeur des recherches du Groupe Les Murs Anti-Bruit

La lutte contre le bruit au coeur des recherches du Groupe Les Murs Anti-Bruit La lutte contre le bruit au coeur des recherches du Groupe Les Murs Anti-Bruit - Projet de Recherche CST - SOMARO n 24 - Collaboration avec le Laboratoire de Physique de la Matière Condensée (Ecole Polytechnique)

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» MODULE REACTEUR Chauffer, refroidir Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» 1 / 31 Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» SOMMAIRE Objectifs de la séance

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Des méninges au service de l efficacité. énergétique NOVEMBRE 2012 DOSSIER DE PRESSE. 4 doctorants soutiennent leur thèse

Des méninges au service de l efficacité. énergétique NOVEMBRE 2012 DOSSIER DE PRESSE. 4 doctorants soutiennent leur thèse NOVEMBRE 2012 DO DOSSIER DE PRESSE Des méninges au service de l efficacité 4 doctorants soutiennent leur thèse 1 Des méninges au service de l efficacité 4 doctorants soutiennent leur thèse» Le mois prochain,

Plus en détail

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean»

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Qui sommes nous? Vincia en quelques faits et chiffres Une présence et une expérience internationales Créé en 2001 60 consultants - 20 en France -

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

L objectif de cet enseignement Est de comprendre comment la créativité et l innovation sont les moteurs de l évolution technologique

L objectif de cet enseignement Est de comprendre comment la créativité et l innovation sont les moteurs de l évolution technologique L objectif de cet enseignement Est de comprendre comment la créativité et l innovation sont les moteurs de l évolution technologique Est de confronter les élèves à des démarches permettant de favoriser

Plus en détail

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR

MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE / STAPS MATHEMATIQUES ET SCIENCES POUR L INGENIEUR Spécialité Ingénierie Numérique, Signal-Image et Informatique Industrielle (INS3I) www.univ-littoral.fr OBJECTIFS

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

I) Veille Technologique

I) Veille Technologique L objectif du programme solaire de la Fondation Océan Vital est de diminuer les coûts de production en axant ses travaux sur : - l approvisionnement des cellules - l amélioration du procédé d encapsulation

Plus en détail

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS

INFORMATIQUE - ANALYSE ET CONCEPTION D APPLICATIONS MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

Projet de création de SAFRAN ANALYTICS

Projet de création de SAFRAN ANALYTICS Projet de création de SAFRAN ANALYTICS Comité de Groupe 27 février 2015 SOMMAIRE Contexte Enjeux du Big Data pour Safran Projet Safran Analytics Calendrier prévisionnel 1 / CONFIDENTIEL / 27-02-2015 /

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars. Poutrelle Angelina. L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence

Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars. Poutrelle Angelina. L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars Poutrelle Angelina L alchimie réussie entre résistance, légèreté et transparence Poutrelle Angelina Une idée audacieuse adaptée à un produit industriel Plus

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail