CSMA e Colloque National en Calcul des Structures Mai 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013"

Transcription

1 CSMA 0 e Colloque National en Calcul des Structures -7 Mai 0 Simulation numérique par éléments finis de l écoulement dans un mélangeur bi-vis et l interaction mélange-mélangeur Hamza DJOUDI *, Jean-claude GELIN, Thierry BARRIERE Femto-st, Mec Appli, Femto-st, Mec Appli, Femto-st, Mec Appli, * Auteur correspondant Résumé Dans l'industrie de plasturgie, les mélangeurs bi-vis sont largement utilisés pour la fusion, la dispersion et l'homogénéisation des polymères et des polymères chargés Le mélange est généralement obtenu par une combinaison de mouvement mécanique des vis de mélangeage La description quantitative des modèles d'écoulement est désormais possible, même pour des géométries assez complees, à travers le développement de la simulation de la dynamique des fluides (CFD) L objectif de cet article est de comprendre les mécanismes d'écoulement dans la chambre de mélangeage d un mélangeur bi-vis co-rotatif Ceci est fait au moyen de la simulation numérique D par la méthode des éléments finis, traitant notamment l interaction fluide-structure [6] (mélange-mélangeur) et faisant intervenir la méthode ALE [5] D abord une caractérisation rhéologique a été effectuée sur un polymère chargé en poudre Acier Inoydable 6L à différents tau de charges [] Les viscosités de cisaillement ont été évaluées à différentes températures Ensuite, une modélisation par éléments finis a été développée en supposant que le fluide est non-newtonien, régit par la loi de Carreau-Yasuda construite à partir des propriétés rhéologiques obtenues epérimentalement [4] Les résultats du modèle D en termes de champ de vitesse, champ de température et couple de mélangeage sont présentées Les résultats ont confirmé la capacité du modèle à prédire le comportement du mélange dans le mélangeur Mots clés Méthode ALE, Interaction fluide-structure, polymères chargés, Ino 6L, Viscosité de cisaillement, Couple mécanique, loi de comportement Introduction La vision du processus de mélange dans le procédé de moulage par injection de poudres (PIM) permettant la fabrication en série rentable de composants précis [,8] et supportant de fortes charges en métal (MIM) ou en céramique (CIM) a subi de profonds changements Durant des années, le mélange était vu comme une opération unitaire facile de conception et d eploitation Cependant, les récents progrès en mécanique des fluides, avec l apparition des simulations numériques des écoulements tridimensionnels et la prise en compte des propriétés rhéologiques ont permis une nette amélioration de la conception des mélangeurs Le mélange est donc devenu un domaine d étude à part entière La première partie concerne l élaboration et la caractérisation rhéologique des mélanges à base d'acier inoydable 6L à différents tau de charge (64, 66, 68 et 70%) [] Le liant est composé de polypropylène (PP), cire de paraffine (PW) et acide stéarique (SA) Les conditions d élaboration des mélanges et de caractérisations rhéologiques sont étudiées par différentes méthodes afin de ressortir les propriétés physiques des différents mélanges Ces propriétés sont utilisées pour identifier les

2 paramètres de la loi de viscosité Il est bien connu que la viscosité d'un polymère fondu change de manière significative avec le tau de cisaillement, la température et le tau de charge du polymère Par conséquent, le modèle newtonien, n'est pas un choi raisonnable pour la modélisation de l'écoulement de polymère Le plus simple pour surmonter cette difficulté est d'utiliser un modèle non newtonien [- ], c'est à dire modifier le modèle de Newton en utilisant une viscosité variable qui dépend du tau de cisaillement et de la température selon certaines lois empiriques [8] Dans cet article, afin de décrire l'écoulement du polymère, la viscosité de cisaillement obéit à la loi de Carreau-Yasuda La deuième partie porte sur l'analyse par éléments finis des écoulements de polymères chargés dans le mélangeur bi-vis pendant le processus de malaage Le couplage fluide-structure (mélangemélangeur) est utilisé, car, l'écoulement du fluide compris entre les deu vis et la chambre de mélangeage est conditionné par le mouvement de la structure solide (la rotation des vis), et réciproquement, la déformation de la structure est influencée par les efforts du fluide sur sa paroi Cette approche permet de déterminer les champs de vitesse et de tau de cisaillement, ainsi que des champs de température du polymère chargé au cours de l'étape de mélange Le logiciel Comsol multiphysique a été choisi pour cette étude, pour son efficacité à résoudre des problèmes multiphysiques couplés non linéaires Présentation du modèle rhéologique La loi viscosité Carreau-Yasuda [4,7] est utilisée dans ces travau pour décrire le comportement rhéologique des mélanges élaborés à base d'acier inoydable 6L à différents tau de charge (64, 66, 68 et 70%) : n a a T () 0 où n est l indice de pseudo plasticité, a est le paramètre de Yasuda, est le temps caractéristique 0( T ) est la viscosité dynamique à tau de cisaillement nul, elle est fonction de la température et s eprime selon la loi d Arrhenius [4,7] comme suit : T bt 0 0 e () Ces quatre paramètres sont ajustés pour que la courbe donnée par l'équation () passe au mieu par l'ensemble des points epérimentau Ces paramètres sont identifiés avec le logiciel Matlab Une comparaison entre les données mesurées et la loi de Carreau identifiée pour chaque mélange PP+PW+SA+6L est présentée dans la fig On constate une bonne corrélation entre les données mesurées et continues Fig Evolution de la viscosité de cisaillement en fonction du tau de cisaillement des mélanges Ino 6L : Comparaison entre l évolution epérimentale et les courbes tracés après les essais d identification des paramètres du modèle de Carreau-Yasuda

3 Modélisation et simulation numérique de l étape de mélangeage Ce travail porte entre autres sur la modélisation et simulation numérique de l écoulement dans le mélangeur bi-vis (Brabender ) durant la phase de malaage [] Plusieurs approimations ont été considérées : un écoulement laminaire incompressible est considéré, la loi de viscosité des matériau mélangés obéit à la loi de Carreau () Fig Définitions des sous domaines et des conditions au limites du domaine fluide et solide Les notations dans la fig désignent : : Chambre de mélange défini dans le repère fie R :, y, z : Vis de gauche, tournant dans le sens horaire R :, y, z : Vis de droite, tournant dans le sens trigonométrique R :, y, z : Domaine fluide 4 : Entrée mélangeur : Base encastrée de la chambre de mélange : Interfaces mélange-mélangeur Une formulation ALE (Arbitrary Lagrangian-Eulerian) pour le maillage mobile est appliquée pour les sous domaines et afin de formuler le problème considérer Description du maillage mobile Pour compléter le problème couplé il est nécessaire de tenir compte des équations décrivant le mouvement du maillage en repères mobiles La formulation Lagrangian-Eulerian Arbitraire [5,6] (ALE) est une solution qui permet de gérer des maillages mobiles avec des déplacements d amplitude modérée Elle permet de résoudre les équations du problème fluide dans un domaine mobile Soit X les coordonnées Lagrangiennes d un point dans le repère matériel, ses coordonnées Eulériennes dans le repère spatial et ses coordonnées dans un repère ALE L ALE traite le maillage comme repère qui se déplace avec une vitesse arbitraire w, t f t f, () La dérivée mite f est donnée par la relation : f f w f t t t pour la quantité f entre le repère matériel et le repère ALE, soit : La relation de passage

4 df dt f t f u f u w f (4) t t où u, t est la vitesse matérielle et w t, est la vitesse arbitraire t Cette propriété est très utile dans le développement d une description cinématique dans le repère ALE Description du problème fluide La loi de conservation de la quantité de mouvement s eprime en ALE: u t (5) u u p u f La relation (4) appliquée à u donne l epression suivante : u u t u, t u u t u w u (6) La relation qui permet de passer d une loi eprimée en variable Eulérienne à une loi équivalente eprimée en variables mites (ALE) s eprime par : u, t t u w u p u f Enfin, On obtient l écriture des équations de Navier-Stokes dans la description ALE en incompressible dans le domaine : 4 u, t t u w u p u f Cette formulation assigne à chaque point de l espace une vitesse de grille w, qui décrit un mouvement arbitraire du maillage et une vitesse matérielle u où f est le vecteur des forces volumiques dues au fluide On suppose que la force gravitationnelle ainsi que les autres forces volumiques relatives au fluide sont nulles Le tenseur des contraintes intégrant la pression (p) et le tenseur des contraintes du au cisaillement (K), est défini comme suit : (7) (8) pi K (9) Le tenseur des contraintes du au cisaillement pour un fluide non-newtonian généralisé est défini comme suit : K,T D (0) où D est le tenseur de tau de déformation et est la viscosité de cisaillement fonction locale du tau de cisaillement et de la température () Quand l influence de la température est prise en considération, elle est décrite par l équation de convection et diffusion suivante: C p T C t p u T kt K () où C p est la capacité thermique du mélange, k la conductivité thermique, et T la température dans la chambre de mélangeage 4

5 Description du problème de mécanique des structures Les déformations structurales sont résolues pour l utilisation d une formulation élastique et une formulation de géométrie non linéaire pour permettre des grandes déformations Les frontières subissent des efforts de la part du fluide donnés par : F T n pi u où n est le vecteur normal à la frontière Cette force représente la somme des forces de pression et de viscosités u Les conditions au limites associées à notre problème sont définies comme suit : -D bord on a une condition d adhésion fluide-paroi u / Ri 0 au niveau des frontières Condition de frontière ouverte, définie par 0 à l entrée du mélangeur -Encastrement au niveau de la frontière -Température imposée T 47 5K au niveau des frontières 4 44 La température etérieure est fiée à T et 9 5K -Transfert thermique avec l etérieur, définie par K grad T ht T n T et () à travers la frontière -Le problème couplé dépend du temps, les conditions initiales sont définies comme suit : u s, u 0, p 0, T 400C Rotation des vis Considérons deu points M et M appartenant au sous domaines, respectivement, les équations de mouvement en repères mobiles s écrivent par les relations suivantes : O M O M N r cos t 60 N r cos t 60 N r sin t y 60 N r sin t y 60 () (4) où r est la distance entre rapport au repère fie O i et M i et N est la vitesse de rotation en [tr/min] du repère mobile par 5 Processus numérique et implémentation dans le logiciel Comsol Le modèle couplé fluide-structure-thermique a été implémenté et assimilé à un problème multiphysiques couplé entre les modules «écoulement de fluides», «Mécanique des structure», «Transfert de chaleur», et «maillage mobile par la formation ALE» Les sous domaines, et sont discrétisés en éléments, soit 8407 éléments dans le domaine fluide 4 (986 éléments tétraédriques, 6 éléments heaédriques, éléments prismatiques, 97 éléments pyramidales), et 8407 éléments dans sous domaines solides, et (9899 éléments tétraédriques) fig, un schéma eplicite est utilisé pour le solveur temporel Avec un ajustement automatique du pas de temps L algorithme ci-dessous montre l interaction entre les trois modules cités La solution est donné à chaque pas de temps jusqu à t t t désigne ici le temps final de la simulation, f f 5

6 Fig Maillage élément finis du mélange-mélangeur avec maillage de couche limite au niveau des interfaces mélange-mélangeur (58676 éléments tétraédriques, 6 éléments heaédriques, éléments prismatiques, 97 éléments pyramidales) 4 Résultats et discussions 4 Profil des vecteurs vitesses Une visualisation des vecteurs de vitesse est présentée dans la figure pour le mélange en 6L chargé à 68% La distribution D des vecteurs de vitesse indique que le flu de la matière suit généralement la surface de la vis avec un flu aial supplémentaire se produisant dans l'espace entre les deu vis en raison de la configuration type roller La magnitude des vecteurs de vitesse du sousdomaine de droite est plus grande que celle du sous-domaine de gauche, en particulier à la surface des vis où une condition de paroi mobile est imposée, contrairement sur les parois de la chambre de mélangeage où une condition d'adhérence est imposée, produisant un tau cisaillement important On peut également noter que l'ampleur est réduite dans l'écart entre les vis causées par la rencontre des deu flu, ce qui a été validé epérimentalement par l'observation d'un matériau coloré à travers une plaque frontale vitrée Fig 4 Champ de vecteurs de vitesse du mélange en Ino 6L chargé à 68% Produit parles visco-rotatives du mélangeurbi-vis 4 Mélangeage dispersif Le mélangeage dispersif peut être analysé par l évaluation de l indice du mélange et le tau de cisaillement correspondant La fig 4 et fig 5 montrent respectivement le contour de l indice de mélange ( MI ) et du tau de cisaillement du mélange après 0 tours de la vis et à 0 rpm L écoulement élongationel indiqué par la couleur rouge est très important dans l espace entre les deu vis du mélangeur, et un important tau de cisaillement au niveau des etrémités des vis La viscosité de cisaillement est représentée dans la figure 5b qui révèle que la viscosité de cisaillement est plus ou moins constante dans la cavité du mélangeur ecepté au niveau des etrémités des vis où la viscosité de cisaillement est inférieure à celle de la cavité et qui est due vraisemblablement au fait que le tau de cisaillement dans cette zone est très important A partir de ces résultats on peut confirmer que le mélangeage est plus efficace au niveau des etrémités des vis de mélangeage 6

7 Figure 5 Cartographie D de : a) l indice de mélange ( MI ) ; b) Viscosité de cisaillement pour le mélange en Ino 6L chargé à 68% dans le mélangeur bi-vis après 0 révolutions 4 Evolution de la température L évolution de la température durant le processus de mélangeage est illustrée dans la Fig 6, au début de la simulation le mélange est à 50 C ecepté au niveau de la paroi etérieure de la chambre de mélangeage où la température imposée est égale à 00 C Les vis quant à elles sont chauffées par conduction et par convection, après un certain temps la température du mélange atteint une valeur limite qui correspond à la température imposée du mélangeage La simulation montre clairement que la température imposée est rapidement atteinte ce qui garantit des conditions optimales pour le mélangeage Le transfert de chaleur à l entrée du mélangeur est montré dans ces figures Fig 6 Champ de température D (en C) à deu instants différents pour le mélange Ino6Lchargé à 68% a) Champ de température à t=0 b) Champ de température à t=5s 44 Couple de mélangeage calculé par la simulation numérique Les couples de mélangeage prédit numériquement pour les tau de charges en Acier 6L allant de 6% à 70% sont présentés dans la Fig 7 on remarque que le couple de mélangeage augmente avec l augmentation de tau de charge de l Acier 6L dans la matrice polymérique A partir des résultats mesurée et calculés présentés on remarque une bonne corrélation entre les valeurs du couple epérimental et numérique Fig 7 Couple de mélangeage calculé pour les mélanges en Ino 6L : a) Couple de mélangeage calculé ; b) Couple de mélangeage epérimental 7

8 5 Conclusions La modélisation physique et la simulation numérique de l écoulement du mélange PP+PW+SA+6L dans le mélangeur bi-vis à tau de cisaillement élevé a été étudiée dans ce papier, d abord une caractérisation rhéologique a été réalisée afin de prédire un modèle de viscosité approprié Les viscosités de cisaillement de PP+PW+ SA chargé en Ino 6L ont été mesurées pour différentes teneurs en 6L et à différentes températures en utilisant le rhéomètre capillaire La simulation numérique D du processus de mélangeage repose sur une approche d'interaction fluide-structure La formulation ALE (Arbitrary Lagrange-Eulérienne) est utilisée, et permet de résoudre les équations du problème fluide dans un domaine mobile s adaptant au déformations de la structure Les résultats numériques en termes de vitesse, tau de cisaillement, viscosité de cisaillement et champ de température ont été présentés et attestent la validité du modèle d'écoulement rhéologique Références [] Q Wang, H Yin, X Qu, J L, Johnson Effects of Mold Dimensions on Rheological of Feedstock in Micro Powder Injection Molding, Powder Technology, 6-75, 009 [] P Balaji, Metal injection molding, 005 [] F Thiébaud, J-C Gelin Characterization of rheological behaviours of polypropylene/ carbon nanotubes composites and modeling their flow in a twin-screw mier, Composites science and technology, , 00 [4] MM Cross Rheology of non-newtonian fluids: a new flow equation for pseudoplastic systems, J Colloid Sci, 47-47, 965 [5] J Hron and S Turek, A monolithic FEM/multigrid solver for ALE formulation of fluid structure interaction with application in biomechanics In H-J Bungartz and M Schäfer, editors, 46-70, 006 [6] M Razzaq, J Hron, and S Turek, Numerical simulation of laminar incompressible fluid-structure interaction for elastic material with point constraintst, Advances in Mathematical Fluid Mechancis, 009 [7] P Carreau, DDe Kee, OChhara, Rheology of polymeric systems: principles and applications, Munich Hanser, 997 [8] RM German and A Bose, Injection Molding of Metals and Ceramics, Metal Powder Industries Federation, Princeton, New Jersey, USA, 997 8

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132

Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs. p. 129 à 132 Modélisation & simulation des groupes motopropulseurs ff p. 129 à 132 Fondamentaux Peut être organisé en intra-entreprise Introduction à la modélisation & la simulation des GMP & du contrôle 5 Jours

Plus en détail

Etude des propriétés rhéologiques et de vulcanisation des élastomères silicones bi-composants

Etude des propriétés rhéologiques et de vulcanisation des élastomères silicones bi-composants Etude des propriétés rhéologiques et de vulcanisation des élastomères silicones bi-composants H. OU, M. SAHLI, T. BARRIERE et J.C. GELIN Institut FEMTO-ST, Département de Mécanique Appliquée, 24 rue de

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Mécanisme d essuie glace Bosch

Mécanisme d essuie glace Bosch 1- Montrer que V ( 3/ 0) 0,5 m/ s 30 mm On mesure sur le document réponses : O mes = 30 mm L échelle est de 1/ 2 donc O reelle = 30 1.4 = 42mm 2π V ( 3/ 0) = O Ω (3/ 0) = 0.042 114 = 0.5 m/ s 60 V ( 3/

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE

SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE - TRAVAUX PRATIQUES - INTRODUCTION A L'UTILISATION DU LOGICIEL FORGE2 L. PENAZZI Janvier 2001 MAT/01/TP/INTR-FORGE/3.1 1. OBJECTIF Cette étude a pour objectif

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

Objets des recherches. Applications. Objectif de l exposé. Thèmes abordés

Objets des recherches. Applications. Objectif de l exposé. Thèmes abordés Objectif de l eposé Sources acoustiques : matériau, géométrie et non-linéarités. De la conception à la perception Antoine Chaigne Séminaire UME/LAMSID 10 novembre 010 Tentative de synthèse des travau menés

Plus en détail

Micro-moulage d engrenages de volume inférieur à 1 mm 3

Micro-moulage d engrenages de volume inférieur à 1 mm 3 Micro-moulage d engrenages de volume inférieur à 1 mm 3 T. Barriere, J.C. Gelin, G. Michel, M. Sahli & C. Quinard Institut FEMTO-ST, Département de Mécanique Appliquée, ENSMM, 26 chemin de l épitaphe,

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Modélisation. et simulation. des groupes

Modélisation. et simulation. des groupes 128 Moteurs - Lubrifiants - 2014 ALIMENTATION EN AIR, COMBUSTION ET DÉPOLLUTION CONCEPTION DE LA BASE ÉVOLUTION DES Modélisation CONTRÔLE et simulation PHYSICO-CHIMIE DES LUBRIFIANTS ET THÉORIE DE LA des

Plus en détail

Action : PERFORMANCE TECHNOLOGIQUE PLASTURGIE. Document Technique N 4 Février 2011 MOULAGE PAR INJECTION DE POUDRE

Action : PERFORMANCE TECHNOLOGIQUE PLASTURGIE. Document Technique N 4 Février 2011 MOULAGE PAR INJECTION DE POUDRE Action : PERFORMANCE TECHNOLOGIQUE PLASTURGIE Document Technique N 4 Février 2011 MOULAGE PAR INJECTION DE POUDRE LA FABRICATION DE PIECES COMPLEXES PAR LE PROCEDE DE MOULAGE PAR INJECTION DE POUDRE Le

Plus en détail

Réalisation de composants micro-structurés par moulage par injection de microsphères de verre

Réalisation de composants micro-structurés par moulage par injection de microsphères de verre Réalisation de composants micro-structurés par moulage par injection de microsphères de verre M.SAHLI a, T. BARRIÈRE a, J-C. GELIN a a. FEMTO-ST Institute, Applied Mechanics Dept., CNRS UMR 6174, ENSMM,

Plus en détail

Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT

Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT Initiation à l'utilisation du logiciel de simulation numérique ANSYS/FLUENT olivier.boiron@centrale-marseille.fr Septembre 2015 3A FETES Introduction à l'utilisation du logiciel de simulation numérique

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées.

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. EION 003 EPREUVE PECIFIQUE FIIERE MP PHYIQUE 1 Durée : 4 heures es calculatrices sont autorisées NB : e candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Zebulon. des matériaux. Emile Renner. Thématique: PMMCM Encadrants: Patrick DELOBELLE, Fabrice RICHARD, Yves GAILLARD, Fabien Amiot

Zebulon. des matériaux. Emile Renner. Thématique: PMMCM Encadrants: Patrick DELOBELLE, Fabrice RICHARD, Yves GAILLARD, Fabien Amiot Zebulon Code EF spécialisé dans le comportement des matériaux Emile Renner Thématique: PMMCM Encadrants: Patrick DELOBELLE, Fabrice RICHARD, Yves GAILLARD, Fabien Amiot Plan I- Introduction II- Structure

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

SOLIDIFICATION GENERALITES

SOLIDIFICATION GENERALITES Cours Matériaux 2005 SOLIDIFICATION GENERALITES Jean-Marc HAUDIN CEMEF PLAN 1. INTRODUCTION 2. LES MATERIAUX DE DEPART 3. DESCRIPTION DE PROCEDES TYPES 4. PROBLEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 1. INTRODUCTION

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

Parmi le large éventail des codes de calcul de l écoulement connus on peut citer : C3D, N3S, Fluent, CFX, Numeca, Star-CD, etc

Parmi le large éventail des codes de calcul de l écoulement connus on peut citer : C3D, N3S, Fluent, CFX, Numeca, Star-CD, etc Chapitre 5 Modélisation numérique 5.1. Introduction Depuis quelques années, l accroissement de la puissance des ordinateurs a permis de conduire des calculs tridimensionnels de l écoulement en turbomachines,

Plus en détail

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (A.C.P.) Pierre-Louis GONZALEZ INTRODUCTION Données : n individus observés sur p variables quantitatives. L A.C.P. permet d eplorer les liaisons entre variables et

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF DE CHALEUR D UN ÉCOULEMENT LAMINAIRE AU-DESSUS DU BOIS

SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF DE CHALEUR D UN ÉCOULEMENT LAMINAIRE AU-DESSUS DU BOIS VII ème Colloque Interuniversitaire Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes 23-25 mai 2005, Saint-Malo SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF

Plus en détail

Vers la simulation numérique d écoulements sanguins

Vers la simulation numérique d écoulements sanguins Vers la simulation numérique d écoulements sanguins Vincent Chabannes Université Joseph Fourier 10 Juin 2010 Collaborators C. Prud homme (UJF/LJK) M. Ismail (UJF/LSP) N. Debit (UCB/ICJ) G. Pena (U. Coimbra)

Plus en détail

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu P a g e 1 TS Physique Eercice résolu Enoncé -34 avant JC : Aristote déclare qu une masse d or, de plomb ou de tout autre corps pesant tombe d autant plus vite qu elle est plus grosse et, en particulier,

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

FONCTIONS TRIGONOMÉTRIQUES

FONCTIONS TRIGONOMÉTRIQUES FONCTIONS TRIGONOMÉTRIQUES Définition ( voir animation ) On dit qu'un repère orthonormé (O; i, j) est direct lorsque ( i ; j ) = + []. Dans le plan rapporté à un repère orthonormé direct, si M est le point

Plus en détail

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent OPENFOAM Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent Tutorials crées par Rajesh Bhaskaran sous fluent et adaptés par Bence Somogyi sous OF. Cas Laminaire Conduite de 20 cm de diamètre et 8 mètres

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 213 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 213 Méthode d immersion de pièces mobiles dans des fours industriels Jean-François ZARAGOCI 1 *, Elie HACHEM 2, Ghina JANNOUN 3, Jérémy

Plus en détail

Bases mathématiques pour l économie et la gestion

Bases mathématiques pour l économie et la gestion Bases mathématiques pour l économie et la gestion Bases mathématiques Pour l économie et la gestion - Table des matières PREMIERE PARTIE : QUELQUES OUTILS Chapitre : Traitement de systèmes d'équations..

Plus en détail

Décomposition de domaine et préconditionnement pour un modèle 3D en milieu poreux fracturé

Décomposition de domaine et préconditionnement pour un modèle 3D en milieu poreux fracturé Décomposition de domaine et préconditionnement pour un modèle 3D en milieu poreux fracturé Laila AMIR 1, Michel KERN 2, Vincent MARTIN 3, Jean E ROBERTS 4 Résumé : Dans cet article, nous nous intéressons

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Identification en temps réel de sources thermiques par thermographie infrarouge

Identification en temps réel de sources thermiques par thermographie infrarouge Identification en temps réel de sources thermiques par thermographie infrarouge Olivier Quéméner*, Etienne Videcoq*, Alain Neveu* * IUT Evry Brétigny Athis-Mons Université Evry Val d Essonne Département

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Un nouveau dispositif de type RMX pour le mélange et le contrôle des réactions chimiques à l état fondu

Un nouveau dispositif de type RMX pour le mélange et le contrôle des réactions chimiques à l état fondu Un nouveau dispositif de type RMX pour le mélange et le contrôle des réactions chimiques à l état fondu René MULLER Groupe d Intensification and d Intrapolation des Procédés Polymères (G2IP) LIPHT EAc

Plus en détail

Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait

Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait Hacène MOKRANI, Brahim BOUROUGA Laboratoire de Thermocinétique, UMR CNRS 6607, E.P.U.N., rue Christian Pauc, La Chantrerie,

Plus en détail

Sujets de la présentation

Sujets de la présentation INNOSQUARE Platform Presentation 12.06.15 Pascal Bovet 1 Sujets de la présentation 1. Projet PICC à bluefactory 2. Interactions actuelles et futures 3. Organisation et infrastructures 4. Soutien de la

Plus en détail

Chapitre 1 : propriétés physiques des fluides. Mécanique des fluides Christophe Ancey

Chapitre 1 : propriétés physiques des fluides. Mécanique des fluides Christophe Ancey Chapitre 1 : propriétés physiques des fluides Mécanique des fluides Christophe Ancey Chapitre 1 : propriétés physiques des fluides Définition physique d un fluide Définition rhéologique d un fluide Propriétés

Plus en détail

LA STATIQUE MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES

LA STATIQUE MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES I- Introduction L MECNIQUE C est la science mise à notre disposition afin de déterminer : les efforts, les caractéristiques d un mouvement, les dimensions, les déformations, les conditions de fonctionnement

Plus en détail

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN 28 JANVIER 2013 1 SIMULATION TORPILLE SOUS-MARINE 2 1. Introduction On a choisi d étudier la torpille chinoise ET36,

Plus en détail

Simulation du transport de matière par diffusion surfacique à l aide d une approche Level-Set

Simulation du transport de matière par diffusion surfacique à l aide d une approche Level-Set Simulation du transport de matière par diffusion surfacique à l aide d une approce Level-Set J. Brucon 1, D. Pino-Munoz 1, S. Drapier 1, F. Valdivieso 2 Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne

Plus en détail

FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec paroi déformable élastique

FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec paroi déformable élastique Titre : FDNV100 - Ballottement d un réservoir d eau avec p[...] Date : 03/11/2010 Page : 1/7 Manuel de Validation Fascicule V8.03 : Fluide non linéaire Document : V8.03.100 FDNV100 - Ballottement d un

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Nicolas Mordant Laboratoire de Physique Statistique 6 Novembre 2007 Compte-rendu de Luc Deike et Stéphanie Couvreur Introduction Les mouvements

Plus en détail

Modélisation d un système de chauffage passif dans la région de Béchar

Modélisation d un système de chauffage passif dans la région de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 355 368 Modélisation d un système de chauffage passif dans la région de Béchar K. Hami *, B. Draoui et O. Hami Faculté des Science et Technologie, Université

Plus en détail

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan

Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan rencontre du non-linéaire 2013 155 Motifs turbulent-laminaire dans l écoulement de Poiseuille plan Laurette S. Tuckerman PMMH-ESPCI-CNRS, 10 rue Vauquelin, 75005 Paris laurette@pmmh.espci.fr z streamwise

Plus en détail

: 3 si x 2 [0; ] 0 sinon

: 3 si x 2 [0; ] 0 sinon Oral HEC 2007 Question de cours : Dé nition d un estimateur ; dé nitions du biais et du risque quadratique d un estimateur. On considère n (n > 2) variables aléatoires réelles indépendantes X 1,..., X

Plus en détail

Phénomènes de dispersion

Phénomènes de dispersion PSI Moissan 1 Phénomènes de dispersion Février 13 Phénomènes de dispersion I Propagation dans un pavillon eponentiel I.1 Description et modélisation du problème On étudie la propagation d une onde acoustique

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS 6 - PIERRE ET MARIE CURIE THÈSE DE MÉCANIQUE. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE

UNIVERSITÉ PARIS 6 - PIERRE ET MARIE CURIE THÈSE DE MÉCANIQUE. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE UNIVERSITÉ PARIS 6 - PIERRE ET MARIE CURIE THÈSE DE MÉCANIQUE Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE Simulation de l interaction entre chocs et couche cisaillée en écoulements

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

TUTORIAL 2 ETUDE BIDIMENSIONNELLE D UN CYLINDRE INFINI A PAROI EPAISSE SOUS PRESSION INTERNE

TUTORIAL 2 ETUDE BIDIMENSIONNELLE D UN CYLINDRE INFINI A PAROI EPAISSE SOUS PRESSION INTERNE TUTORIAL 2 ETUDE BIDIMENSIONNELLE D UN CYLINDRE INFINI A PAROI EPAISSE SOUS PRESSION INTERNE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM2D permettant d'effectuer

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Sujet Agro 2011 Physique

Sujet Agro 2011 Physique Sujet Agro 2011 Physique A Chauffage d une maison en hiver A I Evaluation des pertes thermiques Confusion de l énoncé : le régime permanent est évoqué alors qu il faudrait parler de régime stationnaire.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 1 Un bref aperçu historique... 1 Contenu des exposés... 5 Références... 7

TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 1 Un bref aperçu historique... 1 Contenu des exposés... 5 Références... 7 TABLE DES MATIÈRES Préface... v Introduction... 1 Un bref aperçu historique..................................... 1 Contenu des exposés.......................................... 5 Références....................................................

Plus en détail

Simulation Numérique de la Convection Naturelle en Régime Laminaire Transitoire dans une Serre Tunnel Chauffée par le Bas (Flux)

Simulation Numérique de la Convection Naturelle en Régime Laminaire Transitoire dans une Serre Tunnel Chauffée par le Bas (Flux) Re. Energ. Ren. : Valorisation (999) 4-45 Simulation Numérique de la Conection Naturelle en Régime Laminaire Transitoire dans une Serre Tunnel Chauffée par le Bas (Flux) B. Draoui, M. Benyamine, Y. Touhami

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD)

DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD) DESCRIPTION MORPHOLOGIQUE ET FONCTIONNELLE DE L AORTE SAINE PAR IMAGERIE DE FLUX (CFD) Phuong Thao NGHIEM, Ramiro MORENO, Marylou PARA, Minh Hoang TRAN, Hervé ROUSSEAU Institut des Maladies Métaboliques

Plus en détail

Simulation avancée du moulage réactif

Simulation avancée du moulage réactif Simulation avancée du moulage réactif ABB présente sa nouvelle plate-forme numérique eramzes Lukasz Matysiak, Robert Platek, Michal Banas, Robert Sekula, Hoan D. Le, Roman Pernica, Petr Michlicek Avec

Plus en détail

"Lois d'écoulement des laves torrentielles"

Lois d'écoulement des laves torrentielles Préfecture de la Contrat de Plan Etat "Lois d'écoulement des laves torrentielles" Problème posé: Les laves torrentielles ne sont pas des glissements de terrain mais des mélanges boueux de densité très

Plus en détail

oc2 CONRIBUTION À L ÉTUDE DU SOUDAGE PROFOND PAR LASER À GRANDE VITESSE : PHÉNOMÈNE DE HUMPING

oc2 CONRIBUTION À L ÉTUDE DU SOUDAGE PROFOND PAR LASER À GRANDE VITESSE : PHÉNOMÈNE DE HUMPING 5 ème Séminaire National sur le Laser et ses Applications UKM Ouargla 16 et 17 Décembre 2009 oc2 CONRIBUTION À L ÉTUDE DU SOUDAGE PROFOND PAR LASER À GRANDE VITESSE : PHÉNOMÈNE DE HUMPING El-Hachemi AMARA

Plus en détail

Mathématiques pré-calcul 12 EXAMEN DE RÉFÉRENCE B

Mathématiques pré-calcul 12 EXAMEN DE RÉFÉRENCE B Mathématiques pré-calcul 12 Cahier d eamen II Questions à choi multiple et questions à réponse écrite EXAMEN DE RÉFÉRENCE B N OUVRE AUCUN CAHIER D EXAMEN AVANT QU ON TE LE PERMETTE. Nombre de pages : 23

Plus en détail

Catalogue de formation

Catalogue de formation Enregistré sous le numéro : 11 91 012 9991 auprès du Commissaire de la République de la Région Ile de France et du Département de Paris, CADLM propose un ensemble de formation dont les programmes sont

Plus en détail

MOBILITE ET HYPERSTATISME

MOBILITE ET HYPERSTATISME MOBILITE ET HPERSTATISME 1- Objectifs : Le cours sur les chaînes de solides nous a permis de déterminer le degré de mobilité et le degré d hyperstatisme pour un mécanisme donné : m = Nc - rc et h = Ns

Plus en détail

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES CI-4 LES CONTRAINTES DE MONTAGE D UN SYSTÈME. Objectifs ANALYSER - OPTIMISER A la fin de la séquence de révision, l élève doit être capable de B2 Proposer un modèle de connaissance et de comportement Déterminer

Plus en détail

Identification de la saturation d un renfort fibreux par analyse thermique

Identification de la saturation d un renfort fibreux par analyse thermique Identification de la saturation d un renfort fibreux par analyse thermique Maxime VILLIERE 1*, Sébastien GUEROULT 2, Vincent SOBOTKA 1, Nicolas BOYARD 1, Joël BREARD 2, Didier DELAUNAY 1 1 : Université

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Modélisation thermo-élasto-hydrodynamique d un joint de pompe primaire

Modélisation thermo-élasto-hydrodynamique d un joint de pompe primaire Modélisation thermo-élasto-hydrodynamique d un joint de pompe primaire Erwan Galenne EDF R&D, Département Analyses Mécaniques et Acoustique, 1 Avenue du Général de Gaulle, 92140 Clamart erwan.galenne@edf.fr

Plus en détail

Notice d Utilisation du logiciel Finite Element Method Magnetics version 3.4 auteur: David Meeker

Notice d Utilisation du logiciel Finite Element Method Magnetics version 3.4 auteur: David Meeker Notice d Utilisation du logiciel Finite Element Method Magnetics version 3.4 auteur: David Meeker DeCarvalho Adelino adelino.decarvalho@iutc.u-cergy.fr septembre 2005 Table des matières 1 Introduction

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux J.C. BATSALE*, JP LASSERRE**, A. DESCUNS*,**, G. LAMOTHE*,**

Plus en détail

COURS ÉCRIT. Introduction. 1 Modèles prototype 1D

COURS ÉCRIT. Introduction. 1 Modèles prototype 1D COURS ÉCRIT Modèles prototype D....................... 2 L instabilité roll waves d un écoulement incliné........ 5 3 Instabilité de Kelvin Helmoltz................... 4 Stabilité des écoulements parallèles................

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 La méthode CGSM pour l analyse statique des plaques avec variabilité Mahyunirsyah MAHJUDIN 1,2 *, Frédéric DRUESNE 1, Irwan KATILI

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES P.E. LOISEL, J. SCHAGUENE, O. BERTRAND, C. GUILBAUD ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT Symposium du CFBR

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Etude et Modélisation de l orientation de fibres dans des thermoplastiques renforcés

Etude et Modélisation de l orientation de fibres dans des thermoplastiques renforcés École Doctorale 364 : Sciences Fondamentales et Appliquées N attribué par la bibliothèque THÈSE pour obtenir le grade de DOCTEUR de L École Nationale Supérieure des Mines de Paris Spécialité :Sciences

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

Recrutement pour des projets de R D avec Alcoa et l Université Laval

Recrutement pour des projets de R D avec Alcoa et l Université Laval Recrutement pour des projets de R D avec Alcoa et l Université Laval Étudiants àla maîtrise et au doctorat Stagiaires postdoctoraux De septembre 2009 àaoût 2014 Soumettre votre candidature à: Lyne Dupuis

Plus en détail

Plaque matrice pour la pelletisation de plastiques

Plaque matrice pour la pelletisation de plastiques Plaque matrice pour la pelletisation de plastiques Canaux chauffants intérieurs et surface coupante en métal dur Drs. Ing. J. D Düring et Ing. R. J. Jochems, Groep B.V. Intro La polymérisation de l'éthylène

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail