THÈSE DE DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE. Spécialité : Mécanique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THÈSE DE DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE. Spécialité : Mécanique"

Transcription

1 THÈSE DE DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE Spécialité : Mécanique Ecole doctorale Sciences mécaniques, acoustique, électronique et robotique de Paris Présentée par Thomas ROUILLON Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE Sujet de la thèse : Modélisation par termes sources de générateurs de tourbillon et optimisation de leurs caractéristiques pour la réduction de traînée de véhicules automobiles Soutenue le 20 décembre 2012 devant le jury composé de : M. Jean-Paul Bonnet Rapporteur M. Michel Stanislas Rapporteur M. Régis Duvigneau Examinateur M. Maurice Rossi Examinateur M. Fabien Harambat Tuteur industriel M. Lionel Mathelin Encadrant M. Christian Tenaud Directeur de thèse

2

3 Résumé La réduction de traînée est l un des axes majeurs de travail dans l industrie automobile. Elle impose principalement de manipuler ou contrôler l écoulement au niveau de la partie arrière des véhicules tri-corps, notamment sur la lunette arrière, responsable d une part importante de la traînée. Nous présentons un processus automatique d optimisation d appendices pour la manipulation d écoulement, appelés générateurs de tourbillons (Vortex Generators ou VGs), montés en fin de pavillon. Ce processus associe un code CFD RANS à une méthode d optimisation. Les VG physiques sont remplacés dans la simulation numérique, par un modèle de termes sources générant les tourbillons créés par les artifices. Nous validons avec succès l implantation du modèle à l aide de comparaisons avec des résultats expérimentaux. Une série de configurations de VGs est étudiée sur des géométries simples représentant la partie arrière d un véhicule tri-corps. Dans un second temps nous évaluons et validons la technique d optimisation utilisée dans notre procédure. Nous nous intéressons à un optimiseur global reposant sur l estimation d une surface de réponse par krigeage. Le point clé de la méthode d optimisation réside dans le choix d un meilleur candidat en utilisant la surface approximée pour minimiser la fonction objectif. Nous évaluons l algorithme sur des fonctions analytiques typiques, en comparant les résultats obtenus par le méta-model choisi et ceux d algorithmes globaux et locaux plus classiques. Finalement, la procédure est utilisée pour la minimisation de la traînée globale d une maquette de véhicule à échelle réduite. La configuration de VGs optimale permet une réduction notable de la trainée. Abstract The drag reduction is one of the major working axes in the car industry. It imposes mainly to manipulate or to control the flow at the rear end of notchback vehicles, in particular on the rear-windows, responsible for an important part of the drag. We present an automatic process of optimization of appendixes for the manipulation of flow, called Vortex Generators (VGs), mounted at the end of the roof. This process associates a CFD RANS code with a method of optimization. The physical VGs are substituted in the numerical simulation, by a source terms model generating vortices created by the devices. We validate successfully the implementation of the model by comparisons with experimental results. A series of configurations of VGs is studied on simple geometries representing the rear part of a notchback vehicle. Secondly we estimate and validate the technique of optimization used in our procedure. We are interested in a global optimizer resting on the estimation of a response surface by kriging. The key point of the method of optimization lies in the choice of a better candidate by using the approximation surface to minimize the objective function. We estimate the algorithm on classical analytical functions by comparing results using the chosen meta-model with those obtained with more classic global and local algorithms. Finally, the process is used for the minimization of the global drag of a car scale model. The optimal VGs configuration enables a notable drag reduction.

4

5 Table des matières Résumé iii Introduction générale 1 1 Problématique aérodynamique 7 1 Ecoulement autour d un corps non-profilé Effort du fluide sur le corps Influence d un gradient de pression sur un écoulement Lien entre décollement et trainée Manipuler l écoulement pour réduire la traînée L optimisation de forme Le contrôle d écoulement Les générateurs de tourbillons Principe Précédentes études expérimentales et utilisations Termes sources Méthodes d évaluation des solutions aérodynamiques 23 1 Méthodes numériques et modélisations Logiciels utilisés Modélisation de la turbulence Résolution numérique Conditions aux limites Modélisation des générateurs de vortex par termes sources Présentation et calibration du BAY model Géométrie d étude Mise en place des simulations Calibration de c vg Méthodes de sélection des cellules Validation du modèle de termes sources Simulation avec VGs maillés Comparaisons entre VGs modélisés et VGs maillés Ecoulement sur le volet incliné Conclusion Problème d optimisation 55 1 Principe de l optimisation Méthodes d optimisation Méthodes de descente v

6 vi TABLE DES MATIÈRES 2.2 Méthodes géométriques Algorithmes évolutionnaires Interpolation de surface de réponse Evaluation des méthodes d optimisation Fonctions analytiques testées Codage des méthodes d optimisation Résultats Conclusion Optimisation des VGs pour la réduction de traînée 77 1 Automatisation de la boucle Présentation de la boucle Paramétrisation des VGs Mesure de la réduction de trainée Minimisation de la traînée du volet incliné Cadre du problème d optimisation Résultats Validation expérimentale des optima Topologies d écoulements optimaux Conclusion Réduction de traînée d une maquette de véhicule 99 1 Géométrie Moyens expérimentaux Soufflerie Moyens de mesures Mise en place des simulations numériques Modèles numériques Domaine de calcul et conditions aux limites Maillage Paramétrisation du pavillon Validation de l écoulement de référence et de la modélisation des générateurs de tourbillons Ecoulement de référence Vérification de la mise en donnée de termes sources Bilan Minimisation de la traînée de la maquette de véhicule Espace des paramètress Initialisation Convergence Etude de l influence des différents paramètres Validation expérimentale du bassin optimal Validation et analyse de l écoulement optimal Conclusion Conclusion et perspectives 139 ANNEXES 143 A Modèle de Spalart et Allmaras 145

7 TABLE DES MATIÈRES vii B Prolongement de profil par le méthode de Monkewitz et al. 147 C Global Metamodels Optimization (GMO) Description générale de l algorithme Création de la base de données initiale Génération de la surface de réponse par krigeage Approximation de la moyenne et de la variance Matrice de covariance D Optimisation par essaim particulaire Principe de fonctionnement Formalisme Définition du réseau social Les cœfficients de conservatisme et de panurgisme Le cœfficient d inertie L initialisation E Validation de l optimum pour la réduction de traînée de la maquette de véhicule 157 Bibliographie 163

8

9 Introduction générale La protection de l environnement et les économies d énergie sont des enjeux sociétaux très importants. Dans ce contexte, l industrie automobile est contrainte de diminuer les émissions de gaz à effet de serre (NO x et CO 2 principalement) et par là-même la consommation de ses véhicules. Les constructeurs européens se sont engagés, au travers des accords CAFE (Corporate Averaged Fuel Emission), à abaisser de 20% les émissions de CO 2 de leur parc automobile. Cela revient à passer de 120 gr.km 1 en 2012 à 95 gr.km 1 en 2020 en moyenne sur le parc. Pour cela les constructeurs travaillent sur deux axes en même temps. Le premier est d améliorer le système de propulsion en développant des moteurs possédant de meilleurs rendements (moins de pertes en chaleur et réduction des frottements mécaniques) ou utilisant des énergies propres. C est pour ces raisons que, par exemple, les véhicules hybrides et électriques ont fait leur apparition. Le second a pour objectif de réduire l énergie nécessaire pour mouvoir le véhicule en diminuant les pertes, en particuliers les efforts liés au contact du pneu sur la route (poids, frottements...) mais également en minimisant les forces aérodynamiques i.e les forces qu exerce l air sur le véhicule. La figure 1 montre l évolution des contributions de ces deux forces à la dissipation de la puissance, mesurée en sortie de boite de vitesses, en fonction de la vitesse du véhicule. On remarque qu au-delà de 90 km.h 1 les forces aérodynamiques représentent plus de 70% des pertes énergétiques. En agissant alors sur ces forces, on agit sur un levier important de la consommation du véhicule et de ses émissions de polluants. Figure 1 Importance relative de la dissipation des pneus et de l aérodynamique en fonction de la vitesse du véhicule. Source interne PSA. Les forces aérodynamiques F peuvent se décomposer en trois composantes dans un repère cartésien lié à la voiture. On les exprime en fonction de l écoulement et des caractéristiques du véhicule de la manière suivante : F (x,y,z) = 1 2 ρu 2 SC (x,y,z) (1) 1

10 2 Introduction générale Figure 2 Evolutions typiques de la silhouette d automobile entre les années 60 et les années 80. avec ρ la masse volumique du fluide, U la vitesse du véhicule, S le maitre couple 1 et C (x,y,z) des grandeurs sans dimension permettant de définir les performances intrinsèques du véhicule appelées coefficients aérodynamiques. La force suivant l axe de la voiture s appelle la trainée, celle normale à la route la portance et la troisième la dérive. La forme des corps analysés étant symétrique suivant un plan médian, cette dernière n est étudiée que dans des cas particuliers comme le dépassement ou le comportement du véhicule par vent de travers par exemple. La portance est importante pour la sécurité du véhicule. En effet pour des questions de distances de freinage et de tenue de route, les constructeurs cherchent à dimensionner des véhicules qui ne se délestent pas à hautes vitesses afin de garder un contact suffisant avec la route. La traînée est la composante qui s oppose à l avancement. C est donc sur la traînée qu il est nécessaire d agir afin de diminuer la résistance au déplacement du véhicule et c est sur elle que nous nous concentrons par la suite. La force de traînée est la résultante de deux phénomènes distincts : la traînée visqueuse et la traînée de pression. La traînée visqueuse est la conséquence du frottement de l air sur la surface. La traînée de pression est due à un déséquilibre de pression entre l amont et l aval du corps. L avant du véhicule est en surpression, due aux surfaces frontales importantes comme le pare-brise ou la calandre, et l arrière du véhicule en dépression, notamment lorsqu un large décollement est présent. L écoulement autour d une voiture présente de nombreuses recirculations, la traînée de pression représente alors près de 80% de la traînée totale. Les études aérodynamiques automobiles s intéressent donc principalement à cette contribution. Les premières démarches se sont d abord attachées à améliorer la forme des véhicules et leur pénétration dans l air pour réduire la surpression à l avant du véhicule et limiter les décollements sur cette partie du véhicule. Ainsi après les chocs pétroliers des années 70, on a pu observer de fortes modifications dans la silhouette des voitures. La figure 2 montre les évolutions typiques des formes des véhicules que l on observe au cours de cette période (nez plongeant, pare-brise incliné...). La trainée moyenne du parc automobile a été réduite de 30% en vingt ans. Mais la vision du véhicule idéale n est pas la même suivant les différents intervenants dans la conception du véhicule. Par exemple, les modifications que les aérodynamiciens peuvent apporter sur la macro-forme sont fortement contraintes par les questions de style et d habitabilité. C est pourquoi, les constructeurs cherchent maintenant des technologies en rupture permettant de contrôler les décollements sans toucher à la ligne générale de l auto. La figure 3 indique les principales zones de décollement ainsi que leurs contributions à la traînée pour un véhicule contemporain. Deux principales régions ressortent : le soubassement (ou sous-plancher) et l arrière du véhicule. Le soubassement étant une partie avec des contraintes fortes (refroidissement, ligne d échappement...) sur lesquelles l aérodyna- 1. Le maitre couple est une surface fictive prise comme référence. En automobile, la surface considérée est l aire de la voiture projetée sur un plan normal à l axe d avancement du véhicule.

11 Introduction générale 3 Figure 3 Contributions relatives de chaque région du véhicule à la traînée globale. Source interne PSA. micien n a que de faibles marges de manœuvre, les études se portent alors majoritairement sur le culot de la voiture. Il est possible de classer les arrières de véhicules en deux grandes familles. Les culots droit (véhicules utilitaires par exemple) et les tri-corps (berlines avec coffre). Depuis quelques années, des artifices, dimensionnés facilement et peu onéreux, ont été développés et largement répandus pour manipuler les écoulements sur culot droit. Par exemple, l ajout d un becquet en bout de pavillon (i.e. le toit) permet de fixer la ligne de décollement et d allonger la bulle de recirculation. Les pressions au culot sont alors remontées. Une réduction de traînée de l ordre de 7% est alors obtenue. Mais ces dispositifs ne peuvent pas être appliqués en bout de pavillon d une silhouette tri-corps. D où l idée d étudier de nouveaux concepts qui, à l avenir, pourraient être généralisés sur ce type de véhicule. Dans cette thèse nous nous nous intéressons à une technique de manipulation consistant à générer des tourbillons au niveau du pavillon afin d aider l écoulement à rester attaché et ainsi limiter la dépression sur la lunette arrière. Ces tourbillons sont créés à l aide de petites plaques montées en incidence sur le pavillon. Pour réduire au maximum la traînée, il est nécessaire de créer les tourbillons les mieux adaptés possible à l écoulement et pour cela, une recherche des paramètres optimaux de forme des générateurs de tourbillons est obligatoire. Jusqu à présent, les études portant sur de tels artifices ont principalement été paramétriques et dans un cadre aéronautique ou pour des écoulements dans les conduites (voir chapitre 1). De plus, le décollement sur la lunette n est pas la seule source de traînée à l arrière du véhicule. D autres structures, comme les tourbillons longitudinaux, y contribuent de manière non négligeable et peuvent être impactées par la réduction du décollement. Il est donc important de prendre en compte l ensemble des effets induits lors de la minimisation de la traînée d une automobile. L objectif de cette étude est donc la construction d un processus automatique d optimisation permettant la détermination de la meilleure configuration de générateurs de tourbillons, appelés Vortex Generators ou VGs dans la suite, pour la réduction de traînée globale d un véhicule tri-corps. Un processus d optimisation est une recherche itérative de la configuration minimisant une fonction donnée. Il peut se décomposer en deux grandes parties. La première concerne la méthode d évaluation des solutions candidates. Dans notre cas les solutions candidates sont les configurations de VGs. Il n est pas imaginable, dans un contexte industriel, de réaliser expérimentalement l ensemble des évaluations pour des questions de temps (temps de prototypages, temps d essais nécessitant la monopolisation

12 4 Introduction générale de personnel,...) et de coût. C est pourquoi nous les réaliserons numériquement à l aide d un code de mécanique des fluides résolvant les équations de Navier-Stokes. Mais deux freins majeurs se présentent. Le premier est le fait que l on souhaite tester un grand nombre de configurations différentes. Chacune des configurations nécessite donc un nouveau maillage et un nouveau pré-traitement. Ces étapes sont gourmandes en temps et l automatisation de l ensemble des tâches rend difficile le contrôle de la qualité du maillage et sa correction éventuelle. Des divergences dans le calcul peuvent apparaitre et rendre fausse l évaluation. La seconde difficulté touche au temps des simulations. Les VGs sont des éléments de petites tailles comparées aux dimensions de la voiture. Ils ajoutent donc un surcroit de mailles et augmentent alors le temps de calcul. La solution est de ne pas représenter explicitement les VGs dans le calcul mais de simplement modéliser leur impact sur l écoulement en imposant des termes sources. Une partie de cette thèse consiste donc à l implantation et la validation de termes sources remplaçant le maillage des VGs. Différentes stratégies ont été développées depuis la fin des années 90. Dans le chapitre 1 nous présentons deux de ces méthodes et nous décrivons en détails dans le chapitre 2 celle utilisée. La seconde partie d un processus d optimisation est la méthode permettant d évoluer dans l espace des solutions possibles afin de converger vers l optimum d une fonction. Il existe un très grand nombre de méthodes d optimisation. Certaines se basent sur des phénomènes observés dans la nature (essaim d abeilles, colonie de fourmis, théorie de l évolution...). D autres utilisent le gradient de la fonction étudiée pour déterminer la direction de descente vers le minimum de la fonction. Enfin de nouvelles méthodes se proposent d estimer l ensemble de la fonction à partir d un nombre réduit d évaluations. Ces différentes méthodes sont plus ou moins adaptées au problème posé et nécessitent plus ou moins de réglages avant d être utilisées. Du choix de la stratégie d optimisation dépend la rapidité de convergence et la qualité de la solution obtenue. Il est donc primordial de prendre le temps de déterminer la méthode la plus apte à résoudre notre problème d optimisation. Une seconde partie de la thèse concerne alors l étude et l évaluation de différentes stratégies sur des fonctions analytiques tests. Nous utilisons ensuite les meilleures d entre-elles pour la minimisation de la traînée d une géométrie proche des véhicules automobiles : le volet incliné. Ce corps simplifié permet d étudier l impact des VGs sur un écoulement décollé, en s affranchissant des multiples effets 3D présents autour d une voiture. La meilleure des techniques d optimisation est alors utilisée pour déterminer les paramètres optimaux des VGs pour la manipulation de l écoulement autour d une voiture tri-corps afin de réduire sa traînée. Le manuscrit est structuré de la manière suivante. Le chapitre 1 rappelle les principes de base de l aérodynamique des véhicules terrestres et les notions essentielles à la bonne compréhension du reste de ces travaux. En nous appuyant sur une étude bibliographique, nous présentons également le principe de fonctionnement des VGs et les raisons pour lesquelles nous optons pour cette stratégie. Dans le chapitre suivant, après une présentation des méthodes numériques utilisées pour le calcul des écoulements, nous introduisons le modèle de termes sources permettant la substitution des VGs pleinement maillés dans les calculs. Une validation de ce modèle par comparaisons de résultats numériques à des résultats expérimentaux est réalisée en étudiant les écoulements au-dessus d une plaque plane et autour d un volet incliné. Dans le chapitre 3, nous décrivons dans un premier temps le principe d une démarche d optimisation avant de présenter différentes techniques permettant la minimisation d un problème. Enfin, nous évaluons ces méthodes sur des fonctions analytiques. Le chapitre 4 est consacré à la mise en place de la boucle d optimisation. Nous réalisons

13 Introduction générale 5 l optimisation des paramètres de forme des VGs pour la réduction de traînée du volet incliné. Nous analysons également les écoulements permettant une réduction optimale. Le dernier chapitre constitue le point d orgue de ce travail. Nous y réalisons l ensemble de la boucle d optimisation pour la réduction de traînée d une maquette échelle réduite d une automobile. Une analyse des écoulements manipulés est alors proposée afin de comprendre le rôle de la manipulation dans la modification de la traînée. Enfin, nous dressons des conclusions de ce travail et envisageons quelques perspectives.

14

15 Chapitre 1 Problématique aérodynamique Ce chapitre présente le cadre de notre étude aérodynamique. Il positionne notre application industrielle et nous permet ainsi d expliquer la démarche choisie pour ce travail. Dans une première partie nous reviendrons sur des notions de base afin d analyser les phénomènes qui interviennent lorsqu un corps se déplace dans un fluide. Nous amènerons alors les concepts de traînée et de portance qualifiant les performances d une automobile. Ensuite, nous introduirons la notion de contrôle d écoulement qui consiste à ne modifier que localement l écoulement à l aide d artifices afin d éviter de trop lourdes modifications de la macro-forme du véhicule. Enfin nous présenterons la stratégie de manipulation par générateurs de tourbillons et sa mise en place numérique. 1 Ecoulement autour d un corps non-profilé Nos travaux portent sur l étude de l écoulement d air autour d un véhicule automobile en conditions nominales sur voie rapide (de 90 à 130 km.h 1 ). Pour des raisons pratiques, afin de pouvoir accéder aisément à un ensemble de visualisations et de mesures, une partie des études aérodynamiques expérimentales ne se réalisent pas en déplaçant le véhicule dans l air mais en générant un écoulement autour du véhicule (études en soufflerie). En effet, les phénomènes qui sont observés sont la conséquence du mouvement relatif entre le véhicule et l air. Ainsi dans la suite nous nous placerons dans la situation où le corps étudié est fixe et immergé dans un écoulement de vitesse amont uniforme. 1.1 Effort du fluide sur le corps Considérons un volume fluide V fluide fixe enveloppé par une surface fermée S fluide, traversé par un écoulement stationnaire avec une vitesse U en entrée. Un solide indéformable et non-poreux 1, dont la surface mouillée est S solide, y est immergé. La surface globale délimitant le domaine fluide est donc S = S fluide S solide. Par convention n est la normale sortante de ce domaine (fig. 1.1). Par la suite, les vitesses des écoulements analysés sont comprises entre 20 et 40 m.s 1 représentant la vitesse des véhicules automobiles sur route ou autoroute. On peut donc les considérer comme incompressibles et newtoniens. Ainsi leur masse volumique ρ est constante et le tenseur des contraintes de pression et visqueuses peut s écrire de la manière suivante : σ = P (x, t) I + τ (x, t) (1.1) 1. Etant dans le cadre d une étude aérodynamique automobile, ces hypothèses sont justifiées. 7

16 8 CHAPITRE 1. PROBLÉMATIQUE AÉRODYNAMIQUE Figure 1.1 Solide plongé dans un fluide animé d un vitesse uniforme U. avec τ (x, t) = µ[ U + U T ] le tenseur des contraintes visqueuses, µ le coefficient de viscosité dynamique et I le tenseur identité. P (x, t) et U (x, t) sont respectivement les champs de pression et le vecteur des vitesses de l écoulement, x étant le vecteur position. En l absence de forces extérieures de volume, la dynamique du fluide isotherme est régie par les équations de conservations de la masse et de la quantité de mouvement : équations de Navier-Stokes (equations 1.2). ρ U t U = 0 + (ρu ) U = σ (1.2) On définit le nombre de Reynolds (Re) comme le rapport entre les forces d inertie et les forces de viscosité. Il s agit d un nombre sans dimension défini par l équation 1.3 à l aide d une longueur de référence L et d une vitesse de référence U. Re = ρu L µ = U L ν (1.3) Dans le cadre des études aérodynamiques automobiles, µ air 1, U 1 et L 1 donc Re 1. En divisant la vitesse par U et les longueurs par L, nous définissons les nouvelles variables suivantes : U = U U, x = x L, y = y L, z = z L t = tu L P = P ρu 2 Le système d équations 1.2 devient alors : (1.4) U = 0 U t + (U ) U = P + 1 (1.5) Re τ En réalisant un bilan de quantité de mouvement sur le domaine fluide, on obtient l équation suivante : t U dv + (U ) U nds = P nds + 1 τ nds (1.6) Re V fluide S S S Le premier terme de l équation représente le terme d inertie. Ce terme est donc nul dans le cas d un écoulement stationnaire. Il est également possible de décomposer les

17 1 Ecoulement autour d un corps non-profilé 9 intégrales sur le domaine fluide en intégrales sur le corps et sur l enveloppe fluide. En respectant la condition de non-glissement à la paroi de corps (U = 0), l équation 1.6 peut alors s écrire : (U ) U nds fluide + P nds fluide 1 τ nds fluide = S fluide S fluide ReS fluide P nds solide + 1 τ nds solide S solide ReS solide (1.7) Nous obtenons ainsi comme second terme de l équation l intégrale sur le corps des efforts de pression et de viscosité du corps sur le fluide. Or F corps fluide = F fluide corps et en vertu du théorème de la normale sur la surface fermée S ( nds = 0), il est alors possible d exprimer les efforts aérodynamiques des deux manières suivantes : S F = F fluide corps = (P P )nds solide 1 ( τ n ) ds solide S solide ReS solide = (U ) U nds (P P )nds + 1 ( τ n ) ds S fluide S fluide ReS fluide (1.8) en prenant P la pression sans dimension en entrée du domaine fluide, les deux surfaces S fluide et S solide ayant des contours fermés. Dans l équation 1.8, la première expression nous donne un point de vue pariétal des efforts. Elle fait intervenir uniquement des données mesurées à la surface du corps. Cette formulation est la plus communément utilisée dans les études aérodynamiques. La seconde nous propose une formulation volumique de F. La seule analyse de l écoulement est nécessaire. Ainsi lorsque nos générateurs de tourbillons seront uniquement modélisés par les termes sources dans les simulations, il nous sera néanmoins possible de calculer leur contribution à la traînée globale de l auto. Nous utiliserons donc cette expression dans la suite de cette thèse pour le calcul de la traînée qui intègre la contribution des manipulateurs. La traînée T est la projection de F sur l axe x. Il est possible de choisir les surfaces composant S fluide telles que S amont et S aval soient similaires en forme et normales à x (figure 1.2). Les autres étant quant à elles parallèles à x. On obtient ainsi après simplifications : ( T = S solide C x = (1 U ) 2 ds + V 2 + W 2) ds + (Pt Pt ) ds (1.9) S aval S aval S aval avec U =[U,V,W ] T, U =[U,0,0] T la vitesse amont et P t et P t les pressions totales amont et aval. Ainsi afin de connaitre les efforts du fluide sur le corps, il suffit d évaluer dans un plan dans le sillage les différences entre l écoulement amont et l écoulement aval. Il est alors possible d étudier l impact des différentes structures de l écoulement issues du corps notamment, les tourbillons longitudinaux [47]. Le sillage est la conséquence du contournement du véhicule par le fluide. Intéressons nous donc maintenant à l impact de la forme du solide sur l écoulement.

18 10 CHAPITRE 1. PROBLÉMATIQUE AÉRODYNAMIQUE Figure 1.2 Volume fluide de frontières S amont, S aval et S latérale traversé par un écoulement stationnaire de vitesse U en entrée dans lequel est immergé un solide de frontière S solide. 1.2 Influence d un gradient de pression sur un écoulement Considérons ici un écoulement bidimensionnel stationnaire sur une plaque plane de longueur L avec une vitesse U orienté tel que U W, V = 0 et y = 0. Les équations de Navier-Stokes peuvent s écrire alors comme le système Afin de simplifier le système, on réalise une analyse sur les ordres de grandeur des différents termes à l aide d une approximation de couche mince 2 (équation 1.10). U 1; U W ; x 1; z δ L (1.10) où δ est l épaisseur caractéristique de la couche mince et δ L. continuité suivant x U x + W z = U U x + W U z = P x + 1 ( 2 U ) Re x U z (1.11) suivant z U W x + W W z = p z + 1 ( 2 W Re x W ) z En retenant dans les différentes équations uniquement les termes dominants, on obtient alors le système : : 2. Cette approximation est valable jusqu au point de décollement.

19 1 Ecoulement autour d un corps non-profilé 11 U x + W z = 0 U U x + W U z = P x + 1 Re 2 U z 2 (1.12) P z = 0 Loin de la paroi, dans la région potentielle, l écoulement n est pas affecté par la viscosité et nous avons U z = 0. Nous obtenons alors la relation directe entre la vitesse longitudinale U et le gradient de pression. dp du = U dx dx (1.13) Ainsi on constate très bien que si dp dx > 0, puisque l on considère U > 0, l écoulement sera ralenti ( du dx < 0). Si l on se place maintenant proche de la paroi, dans la couche limite attachée, la viscosité joue un rôle important et on a U z > 0. ( A la paroi (z = 0), la condition d adhérence impose U = W = 0. Le signe de 2 U est donc entièrement piloté par le signe du gradient de pression imposé. Donc z 2 ) z =0 z >l ( ) 2 U z 2 dans le cas d un gradient de pression positif, on trouve que > 0. z =0 En dehors de la couche limite U = 1. Donc si l on se place à une distance l < δ (δ étant l épaisseur sans dimension de la couche limite) suffisante de la plaque, U z tend ( ) vers 0 + donc 2 U z < 0. Il y a donc un changement de signe de 2 U, ce qui 2 z 2 prouve l existence d un point d inflexion sur le profil de vitesse (1.3-2). Les particules en proche paroi sont ralenties mais leur inertie est encore suffisante pour vaincre le gradient de pression. Les particules avec une faible quantité de mouvement sont ralenties jusqu à s arrêter puis être forcées de rebrousser chemin (1.3-3 et 4). Le point de séparation (ou décollement) est alors défini comme la position pour laquelle : ( U ) z z =0 = 0 (1.14) En pratique, les gradients de pression son générés par des changements brusques de géométrie telles que la transition entre le toit du véhicule et le pare-brise arrière. Les angles étant importants, la couche limite se développant sur le pavillon ne peut résister de par son inertie et décolle sur la lunette. 1.3 Lien entre décollement et trainée Nous avons vu précédemment que la traînée était composée des contraintes de pression et des contraintes liées à la viscosité. Or pour des écoulements à haut Re, ces dernières ne contribuent que faiblement à la force. C est pourquoi nous nous concentrons dans cette section sur la traînée de pression. La figure 1.4 présente l écoulement autour d un cylindre pour deux nombres de Re et la figure 1.5 les évolutions des pressions sur sa paroi que l on observe pour ces deux types d écoulement. Pour le premier écoulement à très faible Re (Re=0,16), on remarque que le fluide reste attaché tout autour du cylindre. Les pressions entre l amont et l aval s équilibrent, la traînée de pression du cylindre est donc nulle.

20 12 CHAPITRE 1. PROBLÉMATIQUE AÉRODYNAMIQUE Figure 1.3 Evolution du profil de vitesse sur plaque plane en fonction du gradient de pression. 1- L écoulement est soumis à un gradient de pression négatif ou nul. Le profil ne présente pas de point d inflexion. 2- Un gradient de pression adverse est imposé. 3- On augmente le gradient afin de stopper l écoulement en proche paroi. C est le point de séparation. 4- Le gradient de pression augmente encore, l écoulement rebrousse chemin, nous sommes en présence d un décollement. Lorsque Re augmente, la courbure du cylindre impose un gradient de pression positif trop important et la couche limite décolle. En aval de D et D les points expérimentaux ne suivent plus la même évolution que dans le cas théorique (figure 1.5). Les mesures de Achenbach [1] nous indiquent que les pressions dans la zone de recirculation sont plus faibles que pour un écoulement idéal. La différence entre les deux courbes montre alors un déficit de pression entre l amont et l aval du cylindre. C est ce déficit qui est générateur de traînée. La pression dans la zone décollée est relativement constante et on peut constater que c est la valeur aux points de décollement qui est maintenue. Ainsi on peut estimer qu en manipulant l écoulement pour repousser la séparation on agira sur deux phénomènes en même temps. D un côté la pression dans la zone séparée sera plus élevée, donc l écart entre l amont et l aval plus faible. De l autre, la surface sur laquelle le déficit est intégré sera restreinte. Les deux actions vont dans le sens d une réduction de traînée. (a) Ecoulement attaché à Re=0,16 (b) Ecoulement stationnaire décollé à Re=26 Figure 1.4 Ecoulement autour d un cylindre en fonction du Re. Les points D et D indiquent les points de décollement. D après Van Dyke [57]. 2 Manipuler l écoulement pour réduire la traînée 2.1 L optimisation de forme La forme d un véhicule est propice à de fortes différences de pressions entre l avant et l arrière du véhicule. Une stratégie est donc de modifier la macro-forme de l auto pour les

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent OPENFOAM Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent Tutorials crées par Rajesh Bhaskaran sous fluent et adaptés par Bence Somogyi sous OF. Cas Laminaire Conduite de 20 cm de diamètre et 8 mètres

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre 1 Démarche générale Avec Gambit Création d une géométrie Maillage Définition des conditions aux limites Avec Fluent 3D Choix des équations

Plus en détail

Mécanique des Fluides

Mécanique des Fluides Mécanique des Fluides Franck Nicoud I3M franck.nicoud@univ-montp2.fr MKFLU - MI4 1 Plan général 1. Rappels 2. Quelques solutions analytiques 3. Notion de turbulence 4. Aérothermique 5. Interaction fluide-structure

Plus en détail

SOMMAIRE. La simulation numérique chez PSA. Organisation PSA Les applications CFD CFD Process UGM ENSIGHT - LA CFD CHEZ PSA 27/09/2010 2

SOMMAIRE. La simulation numérique chez PSA. Organisation PSA Les applications CFD CFD Process UGM ENSIGHT - LA CFD CHEZ PSA 27/09/2010 2 LA CFD CHEZ PSA Jean-Marc STAIMESSE PSA Peugeot Citroën La simulation numérique chez PSA Organisation PSA Les applications CFD CFD Process SOMMAIRE UGM ENSIGHT - LA CFD CHEZ PSA 27/09/2010 2 LA SIMULATION

Plus en détail

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE

Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Objectifs du cours Modélisation de la Turbulence M2 - EE Gomez Thomas Institut Jean Le Rond d Alembert Caractériser et classifier les écoulements turbulents. Introduire les outils mathématiques. Introduire

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES P.E. LOISEL, J. SCHAGUENE, O. BERTRAND, C. GUILBAUD ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT Symposium du CFBR

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Rapport du projet CFD 2010

Rapport du projet CFD 2010 ISAE-ENSICA Rapport du projet CFD 2010 Notice explicative des différents calculs effectués sous Fluent, Xfoil et Javafoil Tanguy Kervern 19/02/2010 Comparaison des performances de différents logiciels

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL. MEC4125A Laboratoires de Génie Mécanique SOUFFLERIE AÉRODYNAMIQUE

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL. MEC4125A Laboratoires de Génie Mécanique SOUFFLERIE AÉRODYNAMIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL MEC4125A Laboratoires de Génie Mécanique SOUFFLERIE AÉRODYNAMIQUE Jérôme NOËL 1328624 Jean-Baptiste LEPRETRE 1536884 AUTOMNE 2010 Table des matières Introduction 3 1 Présentation

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles

FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles FLUIDES EN ÉCOULEMENT Méthodes et modèles Jacques PADET Professeur Émérite à l Université de Reims Seconde édition revue et augmentée TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION Préface de la 1 ère édition Prologue

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Séminaire mi parcours Stock-e 2010 CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Iyad Balloul Renault Trucks - iyad.balloul@volvo.com Eric Bideaux INSA Lyon - eric.bideaux@insa-lyon.fr Marc Michard LMFA - Marc.Michard@ec-lyon.fr

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Chapitre 10 : Mécanique des fluides

Chapitre 10 : Mécanique des fluides Chapitre 10 : Mécanique des fluides 1. Pression hydrostatique Les fluides regroupent gaz et liquides. En général, on considère des fluides incompressibles. Ce n est plus le cas en thermodynamique. Un objet

Plus en détail

Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien

Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien Conversion énergie cinétique - énergie mécanique dans un moteur éolien Gilles Feld, Emmanuel Hoang, Romain Dardevet, Éric Labouré Adresse mél : gilles.feld@ens-cachan.fr, emmanuel.hoang@ens-cachan.fr,

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence

UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence UNITÉ DE PROGRAMME : S9UP1 Modélisation de la turbulence Modélisation de la turbulence Auteur : Yann MARCHESSE Département : Mécanique et Énergétique Édition : Année universitaire 2009-2010 ÉCOLE CATHOLIQUE

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Introduction à la simulation numérique des écoulements. Application au transfert thermique sur plaque plane avec StarCCM+.

Introduction à la simulation numérique des écoulements. Application au transfert thermique sur plaque plane avec StarCCM+. Introduction à la simulation numérique des écoulements. Application au transfert thermique sur plaque plane avec StarCCM+. H. Nouri 1 and F. Ravelet 1 1 DynFluid - Arts et Metiers ParisTech, 151 boulevard

Plus en détail

MOINS DE CONSOMMATION, PLUS DE SECURITE, AVEC IVECO DRIVER TRAINING (la formation conducteur IVECO).

MOINS DE CONSOMMATION, PLUS DE SECURITE, AVEC IVECO DRIVER TRAINING (la formation conducteur IVECO). MOINS DE CONSOMMATION, PLUS DE SECURITE, AVEC IVECO DRIVER TRAINING (la formation conducteur IVECO). IVECO S.p.A. Via Puglia 35,10156 Torino - Italia www.iveco.fr Pubblicazione A103504 Iveco donne une

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM

DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM Aéronautique & Défense DAHER-SOCATA dévoile le TBM 900, son nouveau TBM Après plus de 3 ans de développement, le TBM 900 vole plus vite et plus loin Certifié, l avion est déjà en production, commandé et

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Et si l avenir de votre CFD passait par OPEN FOAM?

Et si l avenir de votre CFD passait par OPEN FOAM? ACE MENU Et si l avenir de votre CFD passait par OPEN FOAM? OPEN FOAM solution d avenir? Pour qu Open FOAM soit une solution d avenir pour vos sociétés il faut : Que vous en soyez convaincus dès maintenant

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006

Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006 Économies de carburant Procédures opérationnelles dans un souci de meilleur rendement environnemental Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006 Qu est-ce

Plus en détail

Exemples de dynamique sur base modale

Exemples de dynamique sur base modale Dynamique sur base modale 1 Exemples de dynamique sur base modale L. CHAMPANEY et Ph. TROMPETTE Objectifs : Dynamique sur base modale réduite, Comparaison avec solution de référence, Influence des modes

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique

Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique Si chaib amel #1, Aliane Khaled *2, Sari Hassoun Zakaria #3 # Laboratoire MECACOMP, Université d Aboubekr Bekaid Tlemcen Université

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU $SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU Fabien FIGUERES fabien.figueres@mpsa.com 0RWVFOpV : Krigeage, plans d expériences space-filling, points de validations, calibration moteur. 5pVXPp Dans le

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

«Clustering pour le bureau d études : Application en CFD»

«Clustering pour le bureau d études : Application en CFD» «Clustering pour le bureau d études : Application en CFD» Par Nicolas COSTE, Société OPTIFLOW - 11/12/2002 OPTIFLOW: Bureau d études et de recherches en Mécanique des Fluides Créée en 1998 par un ensemble

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Conception de carène

Conception de carène Conception de carène Etude de l avant projet d un voilier de 10 mètres & FILS S.A 9 décembre 2011 RENCONTRE MATHS ET VOILE 1 INTRODUCTION Etat de l art : Les différentes formes de carène Les différents

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE

ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE Fatou DIOUF * - Sébastien LALLECHERE* - Françoise PALADIAN * - Marco KLINGLER***- Michel FOGLI ** (*) LASMEA,

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

Etude numérique et expérimentale du processus de recompression le long d un éjecteur supersonique

Etude numérique et expérimentale du processus de recompression le long d un éjecteur supersonique Etude numérique et expérimentale du processus de recompression le long d un éjecteur supersonique A. BOUHANGUEL, P. DESEVAUX, E. GAVIGNET Institut FEMTO-ST, Département ENISYS, Parc Technologique, 2 Avenue

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile"

Synthèse de l étude ADEME 2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile mai 2007 Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile" Contexte de l étude La mise en application de la nouvelle étape réglementaire Euro3

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Tutoriel première utilisation ICEM-CFD. Couche limite et modification du maillage en 2D

Tutoriel première utilisation ICEM-CFD. Couche limite et modification du maillage en 2D Tutoriel première utilisation ICEM-CFD Couche limite et modification du maillage en 2D Création de points, lignes, surfaces, ajout d un trou à la surface pour simuler le comportement de l écoulement autour

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Introduction au maillage pour le calcul scientifique

Introduction au maillage pour le calcul scientifique Introduction au maillage pour le calcul scientifique CEA DAM Île-de-France, Bruyères-le-Châtel franck.ledoux@cea.fr Présentation adaptée du tutorial de Steve Owen, Sandia National Laboratories, Albuquerque,

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

*** La clé de l éco conduite ***

*** La clé de l éco conduite *** *** La clé de l éco conduite *** LE CARBURANT EST CHER ET POLLUANT!! GRATUIT > > > TOUS LES CONSEILS POUR DIMINUER VOTRE CONSOMMATION DE CARBURANT!! Par souci écologique, de sécurité routière et pour le

Plus en détail

BALTIC Jusuf ETTIGHOFFER Loïc ROUZIER Ghislain. Course en Cours L optimisation des performances des voitures

BALTIC Jusuf ETTIGHOFFER Loïc ROUZIER Ghislain. Course en Cours L optimisation des performances des voitures BALTIC Jusuf ETTIGHOFFER Loïc ROUZIER Ghislain Course en Cours L optimisation des performances des voitures Introduction Objectifs du cours Ce cours fournit le savoir-faire et les quelques notions théoriques

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

Activités ISAE - DAEP

Activités ISAE - DAEP Activités ISAE - DAEP Projet EMMAV Travaux de M. Varin et A. Hisch «Nano Drone Electroactué» Travaux Liu Zhen «Design and aero-propulsive analysis of a nano air vehicle» Travaux de An-bang Sun «Study on

Plus en détail

L efficience énergétique...

L efficience énergétique... ......Une technique intelligente de régulation au service Edgar Mayer Product Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 02 I 2009 Grâce aux techniques de régulation intelligentes d aujourd hui, il est possible

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique

Microscopie à Force Atomique M1 SCIENCES DE LA MATIERE - ENS LYON ANNEE SCOLAIRE 2009-2010 Microscopie à Force Atomique Compte-rendu de Physique Expérimentale Réalisé au Laboratoire de Physique de l ENS Lyon sous la supervision de

Plus en détail

Simulation de l écoulement turbulent dans les aspirateurs de turbines hydrauliques : Impact des paramètres de modélisation

Simulation de l écoulement turbulent dans les aspirateurs de turbines hydrauliques : Impact des paramètres de modélisation FÉLIX-ANTOINE PAYETTE Simulation de l écoulement turbulent dans les aspirateurs de turbines hydrauliques : Impact des paramètres de modélisation Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de

Plus en détail

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse.

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse. ACTIVITE ITEC TP2 Durée : 2H Centre d intérêt : COMPORTEMENT D UNE PIECE AUBE D UN MIRAGE 2000 BA133 COMPETENCES TERMINALES ATTENDUES NIVEAU D ACQUISITION 1 2 3 * * Rendre compte de son travail par écrit.

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

Figure 1 : représentation des différents écarts

Figure 1 : représentation des différents écarts ulletin officiel spécial n 9 du 30 septembre 2010 Annexe SIENES DE L INGÉNIEUR YLE TERMINAL DE LA SÉRIE SIENTIFIQUE I - Objectifs généraux Notre société devra relever de nombreux défis dans les prochaines

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

LA DISPERSION ATMOSPHERIQUE

LA DISPERSION ATMOSPHERIQUE Compréhension des phénomènes et modélisation : LA DISPERSION ATMOSPHERIQUE Version du 28 décembre 2006 Cette fiche a été établie avec le concours de l INERIS La présente fiche a été rédigée sur la base

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail