Présentateurs : Sandra Boivin B.Sc. inf., DESS-PCI. Nadine Sicard médecin- conseil. 21 novembre décembre 2013

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentateurs : Sandra Boivin B.Sc. inf., DESS-PCI. Nadine Sicard médecin- conseil. 21 novembre décembre 2013"

Transcription

1 Présentateurs : Sandra Boivin B.Sc. inf., DESS-PCI Nadine Sicard médecin- conseil 21 novembre décembre

2 Objectifs d apprentissage Connaître le contenu des articles de la réglementation qui adresse les responsabilités des exploitants au regard de la prévention et du contrôle des infections Connaître les rôles et responsabilités des différents partenaires impliqués dans la gestion de la prévention des infections dans les Résidences privées pour aînés (RPA) : exploitants, CSSS, agences et DSP 2

3 Objectifs d apprentissage Être en mesure d utiliser le Guide de prévention des infections dans les résidences privées pour aînés comme référence de base en PCI être en mesure d identifier les pratiques de base à utiliser dans les RPA être en mesure d identifier les précautions additionnelles à appliquer lors d éclosions des infections les plus fréquemment rencontrées dans les RPA notamment la grippe et les gastro-entérites Intégrer une préoccupation de surveillance d éclosions de maladies infectieuses dans le soutien à domicile dispensé par les CSSS 3

4 Plan de la présentation Présentation des rôles et des responsabilités Présentation des différents chapitres du guide et de leurs contenus Application de certaines mesures en présence d éclosions 4

5 Chapitre 1 Rôles et responsabilités 5

6 Réglementation sur la certification des RPA Volonté sociale et politique d améliorer la qualité des services et la sécurité des résidents Changements très importants, qui visent principalement des secteurs autres que la PCI Dossier porté principalement par les services sociaux, les responsables de la certification et les exploitants 6

7 Étapes de l adoption du règlement 30 novembre 2011 : la «Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière de santé et de services sociaux» est sanctionnée Les articles 7 à 10, 21 et 23 de cette loi modifient les pouvoirs réglementaires du gouvernement concernant les RPA prévus à la LSSSS 13 mars 2013 : entrée en vigueur du «Règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité et les normes d exploitation d une résidence privée pour aînés» 7

8 Aspects touchés par le nouveau règlement Catégories de RPA Qualités d une personne qui demande une attestation temporaire de conformité Critères sociosanitaires auxquels doit se conformer l exploitant pour être titulaire d un certificat de conformité Normes et conditions auxquelles doivent satisfaire les membres du personnel et les bénévoles : Formation requise Conditions de sécurité Antécédents judiciaires Certains articles du règlement ne s appliquent pas aux RPA qui accueillent moins de 6 personnes ou qui ont moins de 10 chambres. Le règlement ne s applique pas aux RPA de moins de 6 personnes liées 8

9 Aspects du nouveau règlement en lien avec la santé publique Critères sociosanitaires, applicables à toute résidence Article 17 : procédures en cas de danger pour la vie et l intégrité, décès, absence inexpliquée et chaleur accablante Article 18 : Guide de PCI Article 19 : l exploitant doit s assurer que les membres du personnel attestent par écrit avoir pris connaissance des procédures et du guide 9

10 Compétences en PCI pour les préposés Article 23 : Tous les préposés en RPA devront maîtriser un certain nombre de compétences un an après la date d entrée en fonction dont : ( ) savoir appliquer les pratiques de base pour prévenir les infections et la contamination Plusieurs modalités seront disponibles : Formation dans une commission scolaire Formation en cours d emploi (FORMAREZ) Bilan des acquis (équivalences) Entrée en vigueur de l article 23 : 1 er novembre

11 Normes d exploitation Applicables à toute résidence : Article 39 : L exploitant d une RPA doit conclure avec l instance locale du territoire ( ) une entente établissant les modalités de dispensation des services de santé et des services sociaux Article 41 : L exploitant d une RPA doit permettre aux résidents de recevoir en tout temps des visiteurs 11

12 Guide de prévention des infections et réglementation Article 18 : L exploitant doit faire connaître aux membres de son personnel le «Guide de prévention des infections dans les résidences privées pour aînés» publié par la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux Article 19 : L exploitant doit s assurer que les membres du personnel attestent par écrit avoir pris connaissance des procédures et guide visés respectivement aux articles 17 et 18 12

13 Rôles et responsabilités de l ASSS, de la DSP et des CSSS Doivent être établis régionalement en fonction de l organisation des services et des mandats respectifs Au niveau provincial, on ne prévoit pas établir de modèles ou de directives en ce qui a trait aux rôles et responsabilités (outre les cadres législatifs et organisationnels existants) 13

14 Chapitre 2 Notions de base en maladies infectieuses 14

15 Chapitre 2 Principaux symptômes Différence entre colonisé et infecté Chaîne de l infection Transmission des micro-organismes Évaluation des facteurs de risque Caractéristiques personnelles Caractéristiques du micro-organisme Caractéristiques liées à l environnement Caractéristiques individuelles 15

16 Principaux symptômes Fièvre et frissons Changement de comportements 16

17 Colonisé et infecté Lorsqu un agent infectieux n entraine pas de symptôme, on dit que la personne est colonisée ex. : un porteur SARM Lorsqu il y a des signes et symptômes, on dit que la personne est infectée ex. : gastro-entérite, pneumonie 17

18 Chaîne de transmission des infections PRESENCE D UN MICRO-ORGANISME Bactérie, virus, parasite, champignons TRANSMISSION DU MICRO-ORGANISME Par contact avec une personne ou l environnement contaminé. Par gouttelettes (toux et éternuement). Par les voies aériennes. Par un véhicule commun (aliment). HOTE (PERSONNE RECEPTIVE) Toute personne à risque de contracter une infection. 18

19 Transmission des micro-organismes Transmission par contact Contact direct : peau à peau Contact indirect : via des objets Transmission par gouttelettes Qui viennent en contact avec une muqueuse Voyagent sur une distance d environ 2 mètres Transmission aérienne Microgouttelettes Restent en suspension dans l air 19

20 Évaluation des facteurs de risque de maladies infectieuses Caractéristiques personnelles pouvant augmenter le risque de transmission Incontinence ou selles non contenues Diarrhée Écoulement nasal, toux, expectorations, etc. Caractéristiques du micro-organisme qui augmentent le risque de transmission d une infection Capacité de survivre dans l environnement (C. difficile) Son pouvoir infectieux, sa virulence 20

21 Évaluation des facteurs de risque de maladies infectieuses Caractéristiques liées à l environnement qui augmentent le risque de transmission Matériel de soins partagé et non désinfecté Chambres et toilettes partagées Nombre de résidents Caractéristiques individuelles qui augmentent le risque d acquisition d une infection Âge Présence de plaies, de cathéters : IV, urinaire Certaines maladies graves ou un système immunitaire affaibli 21

22 Chapitre 3 Pratiques de base 22

23 Pratiques de base Hygiène des mains Hygiène et étiquette respiratoire Port de l équipement de protection Manipulation sécuritaire du linge souillé et des déchets Nettoyage et désinfection du matériel de soins et de l environnement Manipulation sécuritaire des objets piquants tranchants 23

24 Hygiène des mains Deux méthodes : Eau et savon Si mains visiblement souillées En présence de diarrhée associée au C. difficile Lors de gastro-entérite d allure virale Solution hydro-alcoolique (SHA) Méthode rapide et efficace à privilégier le reste du temps 24

25 Hygiène et étiquette respiratoire Hygiène respiratoire Se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir Jeter le mouchoir Tousser ou éternuer dans le pli du coude Hygiène des mains Étiquette respiratoire En présence de fièvre ET de toux Port du masque lors de visite dans un établissement de santé 25

26 Équipement de protection Blouse à manches longues Masque de protection Protection oculaire Gants 26

27 Manipulation sécuritaire du linge souillé et des déchets Ne pas déposer la literie souillée sur les surfaces Ne pas déposer de culotte d incontinence souillée sur les surfaces Mettre les déchets dans les endroits prévus à cet effet 27

28 Nettoyage et désinfection du matériel de soins et de l environnement Eau de javel Bon désinfectant domestique Peu couteux Facile d utilisation 28

29 Appareils, équipements et matériels de soins Doivent être nettoyés et désinfectés entre chaque utilisation ex. : le glucomètre 29

30 Manipulation sécuritaire des objets piquants tranchants Bacs jaunes Bien connaître le processus de récupération Respecter le niveau de remplissage Intervention rapide lors d accident Appliquer les premiers soins 30

31 Produits et articles de soins d hygiène personnelle Ne doivent pas être partagés! 31

32 Manipulation des aliments Les manipulateurs d aliments qui présentent des signes et symptômes d infection entérique doivent être retirés de cette tâche ex. : gastro-entérite, retrait jusqu à 48h après la fin des symptômes 32

33 Chapitre 4 Maladies infectieuses fréquemment observées 33

34 Éclosions de maladies infectieuses Éclosion = deux cas ou plus qui ont un lien entre eux OU un nombre de cas qui est supérieur à ce qui est normalement attendu Éclosion = mise en place de mesures pour contrôler la situation 34

35 Éclosions de maladies infectieuses Signalement des situations exceptionnelles (ou hors de contrôle) à la direction de santé publique de votre région selon les modalités établies par le CSSS et la DSP exemples de situations à déclarer: taux d attaque, morbidité, mortalité Dans le cadre de la loi sur la santé publique, art. 94, les directeurs d établissements qui constituent des milieux de travail ou des milieux de soins. peuvent signaler aux directeurs de santé publique les situations ou ils ont des motifs de croire qu il existe une menace à la santé des personnes un professionnel de la santé peut aussi signaler une telle situation. 35

36 Diarrhée associée au Clostridium difficile Évaluation des causes de la diarrhée Prise d ATB Hospitalisation récente Laxatif Autres médications Diète Hygiène des mains avec eau et savon Hygiène et salubrité avec de l eau de javel Salle de bain, toilette, etc. 36

37 Diarrhée Toilette= résident avec la diarrhée Chaise d aisance = résident sans diarrhée 37

38 SARM/ERV Pratiques de base Hygiène des mains Hygiène respiratoire 38

39 Gale Diagnostic médical pour confirmer Précautions contact en attendant d avoir le diagnostic Respecter les consignes d application pour le traitement Passer la balayeuse sur tous les meubles en tissus autant dans la chambre du résident que dans les aires communes Laver l environnement avec de l eau savonneuse Une gale norvégienne (croutée) : gale commune aggravée 39

40 Gastro-entérite (d allure virale) Évaluation de la diarrhée Prise d ATB Hospitalisation récente Laxatif Autres médications Diète Précautions contact jusqu à 48h après la fin des symptômes Retrait des manipulateurs d aliments symptomatiques jusqu à 48h après la fin des symptômes Attention personnel d agence de placement 40

41 Grippe Hygiène et étiquette respiratoire Précautions gouttelettes et contact Mettre en place les mesures rapidement Signaler à la DSP selon les critères et modalités établies (ex. taux d attaque, morbidité, mortalité) Une éclosion se termine 10 jours après le début des symptômes du dernier cas 41

42 Punaises de lit Ce n est pas une maladie infectieuse c est une nuisance Si présence de punaises de lit contacter un exterminateur certifié Site web : ndex.php?hygiene_et_salubrite 42

43 Zona Réactivation de la varicelle Pratiques de base S assurer de couvrir les plaies 43

44 Annexes Travaux de construction et de rénovation Qualité de l air intérieur Entreposage et manipulation des aliments Entretien des humidificateurs portatifs et refroidisseurs d eau Affiches sur les précautions additionnelles Techniques d hygiène des mains Port du masque de protection et hygiène respiratoire Liste d activités nécessitant des gants 44

45 Merci à Mme Marie-Josée Boulianne, responsable du groupe de travail Aux membres du groupe de travail M Daniel Bolduc pour avoir partagé son canevas de présentation 45

46 Questions? 46

AIDE-MÉMOIRE POUR LES EXPLOITANTS SUR LA PRÉVENTION DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS

AIDE-MÉMOIRE POUR LES EXPLOITANTS SUR LA PRÉVENTION DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Article 17 : AIDE-MÉMOIRE POUR LES EXPLOITANTS SUR LA PRÉVENTION DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS EXIGENCES DU RÈGLEMENT SUR LES CONDITIONS D OBTENTION D UN CERTIFICAT DE CONFORMITÉ ET LES NORMES

Plus en détail

GESTION DES ÉCLOSIONS DE GASTRO-ENTÉRITE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS

GESTION DES ÉCLOSIONS DE GASTRO-ENTÉRITE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches Formation s adressant aux responsables et travailleurs des RPA GASTRO-ENTÉRITE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Direction de

Plus en détail

GESTION DES ÉCLOSIONS DE GRIPPE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS

GESTION DES ÉCLOSIONS DE GRIPPE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches Formation s adressant aux responsables et travailleurs des RPA GRIPPE DANS LES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR AÎNÉS Direction de santé publique

Plus en détail

PRÉVENTION DES INFECTIONS. Mai 2015

PRÉVENTION DES INFECTIONS. Mai 2015 PRÉVENTION DES INFECTIONS Mai 2015 L AGENT INFECTIEUX L HÔTE SUSCEPTIBLE LE RÉSERVOIR LA PORTE D ENTRÉE LA PORTE DE SORTIE LE MODE DE TRANSMISSION Service de prévention des infections 2 Notions de base

Plus en détail

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après Module 3 Mesures préventions Avant Pendant Après AVANT: Vaccination Immunité acquise soit soit Active Passive est De longue durée S effectue Par intervention du système immunitaire C est à dire que Lymphocyte

Plus en détail

L hygiène des mains dans le cadre des précautions générales et additionnelles. Formation pour soignants

L hygiène des mains dans le cadre des précautions générales et additionnelles. Formation pour soignants L hygiène des mains dans le cadre des précautions générales et additionnelles Formation pour soignants Toutes les petites bêtes MRSA, VRE, CPE, C. difficile, M. tuberculosis, S. epidermidis, P. acnes,

Plus en détail

Mettre en œuvre les organisations et allouer les moyens nécessaires à la mise en place et l observance des précautions standard.

Mettre en œuvre les organisations et allouer les moyens nécessaires à la mise en place et l observance des précautions standard. Champ d application et stratégie de mise en œuvre Les précautions standard sont un ensemble de mesures visant à réduire le risque de transmission croisée des agents infectieux entre soignant, soigné et

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Cette présentation a été effectuée le 9 décembre 2015, au cours de la journée «5 es JAPI Au-delà des crises, la gestion des risques infectieux pour la santé des travailleurs et des patients (jour 2)» dans

Plus en détail

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Les Précautions Standard Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Au cours du temps 1847 Semmelweis instaure le lavage obligatoire des mains

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard CPias Normandie Procédures Objectifs - Prévenir la transmission d'agents infectieux véhiculés par le sang ou les liquides biologiques - Réduire le risque de transmission croisée - Protéger le personnel

Plus en détail

Champ d application et stratégie de mise en œuvre

Champ d application et stratégie de mise en œuvre Champ d application et stratégie de mise en œuvre Les précautions standard sont un ensemble de mesures visant à réduire le risque de transmission croisée des agents infectieux entre soignant, soigné et

Plus en détail

Laboratoire BCLA Site Sarlat. D aprés CCLIN Sud-Est

Laboratoire BCLA Site Sarlat. D aprés CCLIN Sud-Est Laboratoire BCLA Site Sarlat. D aprés CCLIN Sud-Est Les précautions standard Leur application constitue la première stratégie de prévention de la transmission des micro- organismes protège le personnel

Plus en détail

CHUM-USPIN-EOHH-Juillet 2017-IDEH-K.BOZOUKLIAN

CHUM-USPIN-EOHH-Juillet 2017-IDEH-K.BOZOUKLIAN 1 GÉNÉRALITÉS (1) La peau normale est colonisée par des bactéries: 10 14 bactéries/être humains = 100 000 000 000 000 c est-à-dire 10 fois plus que le nombre de cellules humaines = RÔLE BARRIÈRE MAJEUR

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PCI- DQSSER PROCÉDURE 32 ZONE SOUILLÉE. Objet : Circuit de traitement du linge

PROCÉDURE. Code : PCI- DQSSER PROCÉDURE 32 ZONE SOUILLÉE. Objet : Circuit de traitement du linge Code : PCI- DQSSER PROCÉDURE 32 Objet : Circuit de traitement du linge PROCÉDURE Émise par : Prévention et contrôle des infections, le 20 septembre 2012 Destinataires : Chefs d unités et personnel soignant

Plus en détail

Regroupement des propriétaires d habitations locatives

Regroupement des propriétaires d habitations locatives Regroupement des propriétaires d habitations locatives Dossier grippe A (H1N1) : Recommandations aux propriétaires de logements locatifs. Plusieurs mesures sont prises dans les entreprises et les lieux

Plus en détail

Guide. de prévention. des infections dans les résidences. Mise à jour 2014

Guide. de prévention. des infections dans les résidences. Mise à jour 2014 Guide de prévention des infections dans les résidences PRIVÉES pour aînés Mise à jour 2014 Guide de prévention des infections dans les résidences PRIVÉES pour aînés Mise à jour 2014 Avertissement aux

Plus en détail

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Période 4 (du 21 juin au 18 juillet 2009)

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Période 4 (du 21 juin au 18 juillet 2009) Période 4 (29-21) Du 21 juin au 18 juillet 29 Période 4 (du 21 juin au 18 juillet 29) 2 INDICATEURS SURVEILLANCE PROVINCIALE HÔPITAL PIERRE-BOUCHER INFECTIONS Bactériémies à Staphylococcus aureus d origine

Plus en détail

Grippe H1N1 : Indications provisoires pour les programmes d activités récréatives d été

Grippe H1N1 : Indications provisoires pour les programmes d activités récréatives d été Grippe H1N1 : Indications provisoires pour les programmes d activités récréatives d été 1. La grippe La grippe est une maladie respiratoire causée par un virus. Elle peut entraîner divers symptômes comme

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 PRECAUTIONS STANDARD BON USAGE DES GANTS Isabelle RABERIN - Infirmière hygiéniste Stéphanie GUINAND

Plus en détail

Aide-mémoire pour la prévention et le contrôle des gastroentérites d allure virale dans les établissements de soins

Aide-mémoire pour la prévention et le contrôle des gastroentérites d allure virale dans les établissements de soins Aide-mémoire pour la prévention et le contrôle des gastroentérites d allure virale dans les établissements de soins Ordonnances collectives, politiques et procédures Disponibles Connues Surveillance et

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

Mesures administratives Test noté - RÉPONSES

Mesures administratives Test noté - RÉPONSES C est un test coté. Ce test comprend cinq questions. La note de passage est 100 %. Si vous obtenez une note de 100 % à la fin de ce test, vous pourrez imprimer un certificat. Pour obtenir la note de passage,

Plus en détail

Rappel des fondamentaux

Rappel des fondamentaux Rappel des fondamentaux 08/09/09 Mme Tur Hygiène I. Introduction II. Réponses aux questions d hygiène I. Introduction Chaque année 10 000 personnes meurent des suites d une infection nosocomiale contractée

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI

PROCÉDURE. Code : PR-DSI Code : PR-DSI-000-29 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Présentée et adoptée au comité de direction le : 22 mars 2012 Entrée en vigueur le 22 mars 2012 Révisée le 19 novembre

Plus en détail

Outils pour la gestion des éclosions de gastroentérite virale

Outils pour la gestion des éclosions de gastroentérite virale Outils pour la gestion des éclosions de gastroentérite virale dans dans les établissements de soins VERSION : octobre 2017 Table des matières Aide-mémoire pour la gestion des éclosions p. 3 à 7 Investigation

Plus en détail

LES ISOLEMENTS. introduction

LES ISOLEMENTS. introduction LES ISOLEMENTS On appelle isolement, l ensemble des mesures destinées, soit : À s opposer à la transmission des agents infectieux d un malade infecté ou colonisé à un autre malade ou au personnel soignant.

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI

PROCÉDURE. Code : PR-DSI Code : PR-DSI-000-29 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers (DSI) Approuvée par : Présentée et adoptée au comité de direction le : 22 mars 2012 Entrée en vigueur le : 22 mars 2012

Plus en détail

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Périodes 12 et 13 (du 30 janvier 2011 au 31 mars 2011)

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Périodes 12 et 13 (du 30 janvier 2011 au 31 mars 2011) Périodes 1 et 13 (1-11) Du 3 jan 11 au 31 mars 11 Périodes 1 et 13 (du 3 janvier 11 au 31 mars 11) INDICATEURS SURVEILLANCE PROVINCIALE HÔPITAL PIERRE-BOUCHER INFECTIONS DONNÉES BRUTES Pér 1 Pér 13 Bactériémies

Plus en détail

EXEMPLES D INFECTIONS ASSOCIÉES AUX PRÉCAUTIONS ADDITIONNELLES

EXEMPLES D INFECTIONS ASSOCIÉES AUX PRÉCAUTIONS ADDITIONNELLES Clientèle sans précaution additionnelle = Pratiques de base Pour tous : Chaque fois que nécessaire. Pratiques de base en tout temps si risques d éclaboussures ou de contact avec liquides biologiques. Porter

Plus en détail

10/06/2015. ERV : Mesures de prévention et contrôle pour les milieux d hébergement et de. Plan de la présentation

10/06/2015. ERV : Mesures de prévention et contrôle pour les milieux d hébergement et de. Plan de la présentation ERV : Mesures de prévention et contrôle pour les milieux d hébergement et de soinsdelongue Dr Jasmin Villeneuve 10 juin 2015 Formulaire de divulgation de conflits d'intérêt potentiels Titre de la conférence

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

COMMENT PRÉVENIR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES : GUIDE À L INTENTION DES PATIENTS ET DES FAMILLES

COMMENT PRÉVENIR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES : GUIDE À L INTENTION DES PATIENTS ET DES FAMILLES COMMENT PRÉVENIR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES : GUIDE À L INTENTION DES PATIENTS ET DES FAMILLES www.hygiènedesmains.ca HandHygiene-FRE-Print_041912.indd Spread 1 of 6 - Pages(12, 1) INTRODUCTION La présente

Plus en détail

Gestion des situations épidémiques, GEA-IRA : Pourquoi? Comment? En pratique

Gestion des situations épidémiques, GEA-IRA : Pourquoi? Comment? En pratique Gestion des situations épidémiques, GEA-IRA : Pourquoi? Comment? En pratique 16 ème Journée Caennaise de prévention des Infections Associées aux Soins Mardi 11 octobre 2016 -Caen - Ghislaine Garnier, Résidence

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Norovirus. Also available in English: Norovirus (WC )

Guide à l intention des patients et des familles. Norovirus. Also available in English: Norovirus (WC ) Guide à l intention des patients et des familles Norovirus 2017 Also available in English: Norovirus (WC85-1382) www.nshealth.ca Norovirus Qu est-ce que le norovirus? Le norovirus est un virus courant

Plus en détail

III. RAPPEL DES PRINCIPALES MESURES D ISOLEMENT :

III. RAPPEL DES PRINCIPALES MESURES D ISOLEMENT : Page 1/5 I OBJECTIF : Eviter la transmission d un agent infectieux pandémique hautement pathogène pour l homme à partir d un patient infecté ou présumé, ou de son environnement immédiat, à des individus

Plus en détail

OCTOBRE 2018 UE 2.10 PRÉCAUTIONS STANDARD 1- DÉFINITIONS 2- PRECAUTIONS STANDARD. a- L hygiène des mains

OCTOBRE 2018 UE 2.10 PRÉCAUTIONS STANDARD 1- DÉFINITIONS 2- PRECAUTIONS STANDARD. a- L hygiène des mains 1- DÉFINITIONS Il existe deux grands types de précautions en hygiène. Nous retrouvons les précautions standard et complémentaires. Les précautions standard sont à appliquer pour tout patient quel que soit

Plus en détail

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD»

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» Travail de groupes Nîmes le 30 mars 2012 1 1ère situation Vous êtes IDE/AS, vous allez faire une toilette à un résident et refaire son lit. Vous réalisez

Plus en détail

Protocole relatif à la transmission des infections nosocomiales: Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM)

Protocole relatif à la transmission des infections nosocomiales: Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) PROTOCOLE CODE PRO-DQSSER -004 OBJET Protocole relatif à la transmission des infections nosocomiales: Staphylococcus aureus DESTINATAIRES Membres du personnel Gestionnaires Médecins PRÉPARÉ PAR Direction

Plus en détail

PROTOCOLE DE SOINS (P.S.) N Précautions additionnelles Mise à jour janvier Introduction En 1996, le CDC (Centers for Disease Control and

PROTOCOLE DE SOINS (P.S.) N Précautions additionnelles Mise à jour janvier Introduction En 1996, le CDC (Centers for Disease Control and CHU Lg PROTOCOLE DE SOINS (P.S.) N Précautions additionnelles Mise à jour janvier 2011 1. Introduction En 1996, le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) a revu sa ligne directrice concernant

Plus en détail

Jeudi 5 décembre 2013 Melle AUBRY Virginie Infirmière référente hygiène HAD mutualité de l AUBE

Jeudi 5 décembre 2013 Melle AUBRY Virginie Infirmière référente hygiène HAD mutualité de l AUBE Jeudi 5 décembre 2013 Melle AUBRY Virginie Infirmière référente hygiène HAD mutualité de l AUBE Objectifs : - Eviter les complications infectieuses lors de la réalisation des soins. - Maitriser la diffusion

Plus en détail

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Période 1 et 2 (du 1 er avril 2013 au 1 er juin 2013)

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Période 1 et 2 (du 1 er avril 2013 au 1 er juin 2013) Période 1 et 2 (213-214) du 1 er avril 213 au 1 er juin 213 2 INDICATEURS SURVEILLANCE PROVINCIALE - HÔPITAL PIERRE-BOUCHER INFECTIONS Bactériémies à Staphylococcus aureus d origine nosocomiale S. aureus

Plus en détail

Les particularités de la grippe A

Les particularités de la grippe A La grippe A en EHPAD Fiche synthétique Les particularités de la grippe A La grippe A n est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière, mais le virus en cause est très différent des virus saisonniers.

Plus en détail

SSSM FORMATION D EQUIPIER. Module SAP HYGIENE ET ASEPSIE. Service départemental d incendie et de secours du Puy-de-Dôme

SSSM FORMATION D EQUIPIER. Module SAP HYGIENE ET ASEPSIE. Service départemental d incendie et de secours du Puy-de-Dôme FORMATION D EQUIPIER Module SAP HYGIENE ET ASEPSIE Service départemental d incendie et de secours du Puy-de-Dôme TRANSMISSION DES MALADIES INFECTIEUSES L INFECTION Résulte de la pénétration puis du développement

Plus en détail

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES M. MARTEAU IDE Hygiéniste - CH Fontainebleau Septembre 2014 M.MARTEAU IDE hygiéniste février 2014 1 DEFINITION Ensemble des mesures destinées à faire barrière à la transmission

Plus en détail

PROTOCOLE. OBJET Protocole relatif à la transmission des infections nosocomiales : DESTINATAIRES PREPARE PAR

PROTOCOLE. OBJET Protocole relatif à la transmission des infections nosocomiales : DESTINATAIRES PREPARE PAR PROTOCOLE CODE PRO-DQSSER -001 OBJET Protocole relatif à la transmission des infections nosocomiales : la gastro-entérite infectieuse de type Norovirus DESTINATAIRES Membres du personnel Gestionnaires

Plus en détail

INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Période 12 (213-214) Du 9 février 214 au 8 mars 214 2 INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES TABLEAU 1 : SURVEILLANCE PROVINCIALE DES BACTÉRIÉMIES D ORIGINE NOSOCOMIALE

Plus en détail

Politique. Politique de prévention et contrôle des infections. N o d identification : PO-PS-SI.14

Politique. Politique de prévention et contrôle des infections. N o d identification : PO-PS-SI.14 Politique Politique de prévention et contrôle des infections N o d identification : PO-PS-SI.14 Procédure(s) associée(s) à la politique : PRO-PS-SI.004, PRO-PS-SI.005, PRO-PS-SI.011, PRO-PS-SI.022, PRO-PS-SI.023

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains professionnels et résidents 1. Objectif Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des microorganismes. 2. Domaine d application-personnel

Plus en détail

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène Les précautions complémentaires d hygiène Transmission

Plus en détail

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Historique Depuis l antiquité «mise en quarantaine» des patients contagieux pour éviter les épidémies

Plus en détail

Les Précautions Standard en Hygiène : pour tous, par tous, y compris au domicile

Les Précautions Standard en Hygiène : pour tous, par tous, y compris au domicile Les Précautions Standard en Hygiène : pour tous, par tous, y compris au domicile Dr L. Simon Centre de Coordination de Lutte contre les Infections Nosocomiales de l Est Dr L. Simon - CClin Est Introduction

Plus en détail

PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS

PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS PLAN PLAN DE LA PRÉSENTATION CHAINE DE TRANSMISSION DE L INFECTION PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS Infirmières / CEPI Août 2014 Chaine de l infection Pratiques de base Précautions additionnelles

Plus en détail

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Période 13 (du 1 er mars au 31 mars 2009)

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Période 13 (du 1 er mars au 31 mars 2009) Période 3 (28-29) Du er mars au 3 mars 29 Période 3 (du er mars au 3 mars 29) 2 INDICATEURS SURVEILLANCE PROVINCIALE HÔPITAL PIERRE-BOUCHER INFECTIONS Bactériémies à Staphylococcus aureus d origine nosocomiale

Plus en détail

AVIS RELATIF À LA SANTÉ AU TRAVAIL

AVIS RELATIF À LA SANTÉ AU TRAVAIL AVIS RELATIF À LA SANTÉ AU TRAVAIL Direction générale des régions et des programmes Programme de santé des fonctionnaires fédéraux (PSFF) Avis provisoire relatif à la santé au travail à l intention des

Plus en détail

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Période 8 (du 09 octobre au 05 novembre 2011)

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Période 8 (du 09 octobre au 05 novembre 2011) Période 8 (211-212) Du 9 octobre au 5 novembre 211 Période 8 (du 9 octobre au 5 novembre 211) 2 INDICATEURS SURVEILLANCE PROVINCIALE HÔPITAL PIERRE-BOUCHER DONNÉES BRUTES INFECTIONS Pér 8 Bactériémies

Plus en détail

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Période 12 (du 10 février au 09 mars 2013)

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Période 12 (du 10 février au 09 mars 2013) Période 12 (212-213) du 1 février au 9 mars 213 2 INDICATEURS SURVEILLANCE PROVINCIALE HÔPITAL PIERRE-BOUCHER INFECTIONS Bactériémies à Staphylococcus aureus d origine nosocomiale S. aureus sensible S.

Plus en détail

Qu est-ce qu une BMR?

Qu est-ce qu une BMR? QUE FAIRE LORS D UNE DÉCOUVERTE D UN RÉSIDENT BMR? Yann Ollivier IDE hygiéniste ARLIN Nord Pas de Calais Qu est-ce qu une BMR? Une bactérie est multirésistante lorsqu elle n est plus sensible qu à un petit

Plus en détail

F O R MA T I O N S. Le référent et la prévention des infections associées aux soins en établissements médico-sociaux : EHPAD, FAM & MAS.

F O R MA T I O N S. Le référent et la prévention des infections associées aux soins en établissements médico-sociaux : EHPAD, FAM & MAS. F O R MA T I O N S Le référent et la prévention des infections associées aux soins en établissements médico-sociaux : EHPAD, FAM & MAS 2018 Lieu : Pôle Régional d Enseignement et de Formation aux Métiers

Plus en détail

Les précautions complémentaires

Les précautions complémentaires Les précautions complémentaires Réunion des enseignants en instituts de formation des professionnels de santé Mardi 9 avril 2013 Amphithéâtre - Faculté de Médecine - Nancy De l isolement Aux précautions

Plus en détail

Préparé par la Direction de la santé publique Mars Mesures à prendre en cas de maladies infectieuses en milieu scolaire

Préparé par la Direction de la santé publique Mars Mesures à prendre en cas de maladies infectieuses en milieu scolaire Préparé par la Direction de la santé publique Mars 2018 Mesures à prendre en cas de maladies infectieuses en milieu scolaire Mesures à prendre en cas de maladies infectieuses en milieu scolaire est une

Plus en détail

Prévenir la propagation des microbes et infections

Prévenir la propagation des microbes et infections Guide à l intention des patients et des familles 2017 Prévenir la propagation des microbes et infections Pratiques de base et précautions supplémentaires Also available in English: Preventing the Spread

Plus en détail

La prévention du risque infectieux

La prévention du risque infectieux La prévention du risque infectieux Les Précautions Standard Hervé Vergnes, Cadre de santé, CPIAS Occitanie Evolution des concepts 1983 CDC (USA) Isolement spécifique par maladie 1985/ 1988 1998 CDC (USA)

Plus en détail

En pratique? Contexte

En pratique? Contexte En pratique? journée régionale de formation en hygiene hospitalière Lorient 27.03.2013 Contexte INSTRUCTION N DGS/RI1/DGCS/2012/433 du 21 décembre 2012 relative aux conduites à tenir devant des infections

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsable des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Gestion à domicile des infections acquises à l hôpital. Les bactéries multi-résistantes et leur gestion au quotidien

Gestion à domicile des infections acquises à l hôpital. Les bactéries multi-résistantes et leur gestion au quotidien Gestion à domicile des infections acquises à l hôpital Les bactéries multi-résistantes et leur gestion au quotidien Beaucoup de rouge Peu de Vert «bactérie multirésistante» Screening Beaucoup de rouge

Plus en détail

Comment faire la guerre au VRS Pour vous, pour la vie

Comment faire la guerre au VRS Pour vous, pour la vie LE VIRUS RESPIRATOIRE SYNCYTIAL Comment faire la guerre au VRS Pour vous, pour la vie Qu est-ce que le virus respiratoire syncytial ou VRS? Le virus respiratoire syncytial est un virus saisonnier. Il fait

Plus en détail

Notions de base en prévention et contrôle des infections : équipements de protection individuelle

Notions de base en prévention et contrôle des infections : équipements de protection individuelle Notions de base en prévention et contrôle des infections : équipements de protection individuelle COMITÉ SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU QUÉBEC Septembre 2018 Les équipements de protection individuelle

Plus en détail

INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Périodes et 2 (24-25) Du er avril 24 au 3 mai 24 Périodes et 2 (du er avril 24 au 3 mai 24) 2 INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES TABLEAU : SURVEILLANCE PROVINCIALE

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Les précautions standard I. Généralités C est un ensemble de règles à appliquer en toutes situations pour la protection des patients et du personnel. C est la première stratégie de prévention de la transmission

Plus en détail

Augmentation des cas de gastroentérite d allure virale (Norovirus)

Augmentation des cas de gastroentérite d allure virale (Norovirus) Appel à la vigilance Le 23 janvier 2017 - Pour diffusion Cet appel à la vigilance est destiné aux médecins et infirmières des urgences, officiers et infirmières PCI, microbiologistes-infectiologues, cliniques

Plus en détail

Précautions Standard Précautions contact et respiratoires en EPHAD

Précautions Standard Précautions contact et respiratoires en EPHAD Précautions Standard Précautions contact et respiratoires en EPHAD 1ére journée sur le risque infectieux en EHPAD dans la région Ile de France Jeudi 7 mai 2009 CCLIN Paris Nord Marie Christine Bertrand

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES PC SEHH -CHU Dijon

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES PC SEHH -CHU Dijon PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES 2018 PC 2018 -SEHH -CHU Dijon De l isolement aux précautions complémentaires PC 2018 -SEHH -CHU Dijon «précautions complémentaires» les indications Sa mise en œuvre et son interruption

Plus en détail

Recommandations. Protéger la clinique dentaire. contre La transmission de maladies infectieuses

Recommandations. Protéger la clinique dentaire. contre La transmission de maladies infectieuses Recommandations > Suivre les pratiques de base habituelles de prévention des infections. > Porter l équipement de protection personnelle, tel que le masque chirurgical et les verres protecteurs, afin de

Plus en détail

Clostridium difficile (C. difficile)

Clostridium difficile (C. difficile) Guide à l intention des patients et des familles Clostridium difficile (C. difficile) 2017 Also available in English: Clostridium difficile (C. diff) (WC85-0602) www.nshealth.ca Clostridium difficile (C.

Plus en détail

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE I - Objet : PROCEDURE : Page 1/6 Cette procédure a pour objet de décrire les règles à suivre lors d un ou plusieurs cas de Clostridium difficile. II - Diffusion : Service Action / Info Date TOUS LES SERVICES

Plus en détail

Les Précautions standard

Les Précautions standard Les Précautions standard Où en sont vos connaissances CpiasNouvelle Aquitaine, Réunion du réseau des correspondants en hygiène de Nouvelle aquitaine IMS XA de Pessac, 29 mai 2018 1 Des référentiels multiples

Plus en détail

INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Période (23-24) du 5 décembre 23 au janvier 24 2 INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES TABLEAU : SURVEILLANCE PROVINCIALE DES BACTÉRIÉMIES D ORIGINE NOSOCOMIALE

Plus en détail

PREVENTION DE L INFECTION NOSOCOMIALE

PREVENTION DE L INFECTION NOSOCOMIALE PREVENTION DE L INFECTION NOSOCOMIALE A.SADRAOUI H.KAICER Journée de l infirmière de la GOUTTE DE LAIT 12 Mai 2018 CAS CLINIQUE Nouveau-né, né avec une MAR Anamnèse infectieuse négative Transféré le lendemain

Plus en détail

L infection : les acteurs

L infection : les acteurs L infection : les acteurs PRECAUTIONS STANDARDS PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D.U. Plaies et Cicatrisation Mme QUINTIN L. Mai 2018 Virulence, Inoculum, Viabilité, Toxines Agent infectieux «Flores» Endogène,

Plus en détail

Précautions standard et complémentaires. Catherine Chapuis

Précautions standard et complémentaires. Catherine Chapuis PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Catherine Chapuis Equipe sectorielle de prévention du risque infectieux Lyon- Rhône Hospices Civils de

Plus en détail

Réunion régionale des EOH-28février 2013

Réunion régionale des EOH-28février 2013 INSTRUCTION N DGS/RI1/DGCS/2012/433 du 21 décembre 2012 relative aux conduites à tenir devant des infections respiratoires aiguës ou des gastroentérites aiguës dans les collectivités de personnes âgées.

Plus en détail

Les épidémies hivernales en région: épidémiologie, conduite à tenir, prévention

Les épidémies hivernales en région: épidémiologie, conduite à tenir, prévention Les épidémies hivernales en région: épidémiologie, conduite à tenir, prévention Journée régionale de formation du CEPIAS Centre-Val de Loire 4/12/2018 Dr. Durandin Florence: responsable CVAGS Introduction:

Plus en détail

INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES Période (3-4) Du janvier 4 au 8 février 4 INDICATEURS DU PROGRAMME PROVINCIAL DE SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES TABLEAU : SURVEILLANCE PROVINCIALE DES BACTÉRIÉMIES D ORIGINE NOSOCOMIALE - HÔPITAL

Plus en détail

Hygiène des mains et prévention du risque infectieux

Hygiène des mains et prévention du risque infectieux JOURNEE DE FORMATION DU PRINTEMPS DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE Jeudi 2 avril 2015 Hygiène des mains et prévention du risque infectieux Sandrine BIANGOMA, PH hygiène Monique BRUN, cadre hygiène

Plus en détail

Outil de référence pour la prévention et le contrôle des infections

Outil de référence pour la prévention et le contrôle des infections Outil de référence pour la prévention et le contrôle des infections à l intention des fournisseurs de soins de santé dans la communauté TABLE Introduction... 1 Glossaire... 2 Comment les infections se

Plus en détail

Précautions complémentaires. mentaires

Précautions complémentaires. mentaires Précautions complémentaires mentaires Champ de l interventionl Historique Pourquoi des précautions complémentaires en plus des précautions standards? L application stricte des précautions «standard» pour

Plus en détail

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE DIRECTIVE ADMINISTRATIVE OBJET : Virus d immunodéficience humaine - personnel N o D470 Date : le 24 août 1997 Page 1 de 2 Le syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA) est causé par le virus de l'immunodéficience

Plus en détail

MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT

MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT en établissements de santé Selon les recommandations 2009 de la SFHH «Prévention de la transmission croisée

Plus en détail

Personnel, médecins, stagiaires, externes, résidents, chercheurs, usagers, bénévoles et visiteurs du CIUSSS du Saguenay Lac- Saint-Jean

Personnel, médecins, stagiaires, externes, résidents, chercheurs, usagers, bénévoles et visiteurs du CIUSSS du Saguenay Lac- Saint-Jean Procédure Pratiques de base et précautions additionnelles en prévention et contrôle des infections Référence à la politique n o : PO-PS-SI.014 CE DOCUMENT S ADRESSE AUX PERSONNES SUIVANTES : Personnel,

Plus en détail

Identification et procédure d isolement d un patient contagieux en structure d urgence

Identification et procédure d isolement d un patient contagieux en structure d urgence Chapitre 34 Identification et procédure d isolement d un patient contagieux en structure d urgence B. DOUMENC Points essentiels La contagiosité est le potentiel de transmission d une maladie d un individu

Plus en détail

La saison de la grippe et du rhume

La saison de la grippe et du rhume Guide à l intention des patients et des familles 2017 La saison de la grippe et du rhume Quoi faire quand vous êtes à l hôpital Also available in English: Cold & Flu Season: Taking Care While You re in

Plus en détail

Service de prévention des infections

Service de prévention des infections Le présent document fait état des mesures de prévention, de surveillance et de contrôles des infections à prendre dans l établissement en présence d une infection nosocomiale ou lors d un risque de contamination

Plus en détail

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Périodes (du 18 novembre 2012 au 12 janvier 2013)

ACTIVITÉS DU PROGRAMME DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS Périodes (du 18 novembre 2012 au 12 janvier 2013) Périodes 9-1 (1-13) du 1 novembre 1 au 1 janvier 13 INDICATEURS SURVEILLANCE PROVINCIALE HÔPITAL PIERRE-BOUCHER INFECTIONS Bactériémies à Staphylococcus aureus d origine nosocomiale S. aureus sensible

Plus en détail

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes Prise en charge du patient à risque particulier au bloc opératoire (BMR ectoparasites tuberculose pulmonaire Clostridium difficile) Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie

Plus en détail

Les infections. Schéma de mécanisme des infections de manière générale : TRANSMISSION CONTAMINATION

Les infections. Schéma de mécanisme des infections de manière générale : TRANSMISSION CONTAMINATION Les infections. I : MECANISME DES S Les infections sont les compagnes constantes et parfois fatales de notre vie ;leur importance vient du fait qu elles sont fréquentes, parfois graves ou épidémiques avec

Plus en détail

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence POITIERS CEDEX

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence POITIERS CEDEX Page 1 sur 5 I. Indication Sur prescription médicale. Patient porteur de Bactéries Multi Résistantes aux antibiotiques (BMR) : Staphylocoque doré résistant à la méticilline (SAMR), Entérobactéries et Pseudomonas

Plus en détail

Journée régionale 12 octobre 2017

Journée régionale 12 octobre 2017 Prévention du risque infectieux dans les structures pour les personnes en situation handicap : Quelques points essentiels Journée régionale 12 octobre 2017 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Cpias Ile-de-France

Plus en détail

La désinfection des mains

La désinfection des mains La désinfection des mains Pourquoi et quand? Formation auditeurs HdM 2015 CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE, contamination exogène Source de micro-organismes: Patient-Personnel Voie de transmission Mains Receveur

Plus en détail

Précautions standards: Rappel.

Précautions standards: Rappel. Précautions standards: J'AI RECOURS A UNE HYGIENE DES MAINS avant et après tout contact avec un malade ou son environnement proche en cours de soins chez un même malade pour éviter une autocontamination

Plus en détail