FÉDÉRATION ROMANDE DES CONSOMMATEURS INDÉPENDANT ET SANS PUBLICITÉ LES PRIX. CINÉMA Salles romandes encore plus chères

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FÉDÉRATION ROMANDE DES CONSOMMATEURS INDÉPENDANT ET SANS PUBLICITÉ LES PRIX. CINÉMA Salles romandes encore plus chères"

Transcription

1 FRC INDÉPENDANT N O 13 novembre francs 4 euros MAGAZINE FÉDÉRATION ROMANDE DES CONSOMMATEURS INDÉPENDANT ET SANS PUBLICITÉ MARCHÉ DE L ÉLECTRICITÉ LES PRIX DISJONCTENT FILMS ALIMENTAIRES TESTÉS Ils n emballent pas toujours CINÉMA Salles romandes encore plus chères TERROIR Des labels qui peinent à se démarquer FRC_mag13_Couv_v2.indd :00:08

2 ÉDITORIAL F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 Pour endiguer la crise de confiance Les produits structurés de Lehman Brothers laisseront longtemps un goût amer aux milliers de clients, en Suisse, qui ont fait confiance à leur banque. Leur pécule s est volatilisé avec la faillite de la banque d affaires américaine. Ces produits ne sont, en principe, réservés qu aux investisseurs avertis. Or beaucoup de banques les ont proposés à des particuliers, sans toujours se soucier de leur niveau de connaissances. L argument était imparable: leur capital était garanti. Quoi qu il arrive, leur disait-on, il leur serait restitué intégralement. Sauf en cas de faillite de la banque émettrice, bien sûr... Aujourd hui, confronté à la levée de boucliers de ceux qui ont tout perdu, le Credit Suisse concède que le risque «n a pas toujours été bien compris». Si la banque va rembourser partiellement certains clients, d autres devront attendre la liquidation de la faillite de Lehman Brothers pour connaître leur sort. En attendant, la FRC, elle, réagit et organise la défense des nombreux épargnants lésés qui se sont adressés à elle. Alors que la crise financière s amplifie et menace désormais l économie réelle, un plan historique de sauvetage des banques et du système de crédit a été lancé par les SOMMAIRE 3 Faillite Lehman Brothers Les petits épargnants trinquent 4 Coups de chapeau 5 Bonnets d âne ÉLECTRICITÉ 8 Les hausses créent l électrochoc ENQUÊTE CINÉMA 12 Pourquoi les prix restent plus élevés qu en Europe TESTS 15 Ils ont testé pour nous 20 Les films alimentaires L adhérence fait parfois défaut CHECK-LIST 18 Vous chauffer à bon prix TÉLÉPHONIE MOBILE 24 Prudence, les contrats suisses nous rendent captifs Etats. Dont celui, spectaculaire, de 68 milliards de francs, pour renflouer UBS. Parviendra-t-il à enrayer le plongeon des Bourses et la panique sur les marchés? La perte de confiance est généralisée et des milliers de clients désertent les grandes banques, au profit notamment des banques cantonales. Certes, la crise a du bon: le prix de l essence est reparti à la baisse, tout comme celui du mazout et les taux hypothécaires. Le franc a aussi repris de la vigueur face à l euro et promet des vacances européennes moins chères. La crise pourrait aussi déboucher sur une meilleure protection de l épargne et des avoirs du 3e pilier. Reste que nous n échapperons pas à la hausse du prix de l électricité (p. 8), et de l assurance-maladie (fin novembre est le dernier délai pour changer d assureur) et que la répercussion de la baisse des denrées alimentaires se fait attendre. Les amoureux du cinéma, qui espéraient une baisse des tarifs, en sont aussi pour leurs frais (p. 12). Enfin, les milliards de francs que les fonds de pension ont perdus sur les marchés boursiers se répercuteront aussi par une baisse des avoirs des cotisants au deuxième pilier. Autant le savoir pour anticiper. Carole Pirker PR-PG PRODUITS DU TERROIR 16 Entre concept marketing et exigence de qualité FRC POLITIQUE 26 Sous la Coupole 27 CFF La FRC demande un audit CELA VOUS EST ARRIVÉ 28 Quand un steak haché s évapore Le cadeau empoisonné de Tele2 IMPRESSUM ÉDITEUR Fédération romande des consommateurs PRÉSIDENTE Monika Dusong RÉDACTRICE EN CHEF Carole Pirker RÉDACTION Aline Clerc agriculture, environnement Luc-Olivier Erard journaliste RP Nadine Frossard juriste Permanence Huma Khamis sciences, tests Florence Bettschart, droit Valérie Muster conseil Permanence Anne Onidi journaliste, stagiaire Nadia Thion gane économie ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO Fabien Albiez François Maret PHOTO ARC/Jean-Bernard Sieber CONCEPTION ET RÉALISATION GRAPHIQUE Martin Nieva COTISATION-ABONNEMENT 50 fr. par an (10 numéros), 2 ans 90 fr. (20 numéros) étranger 70 fr. (10 numéros) Abo de soutien à la FRC 80 fr. (2 ans 140 fr.) CCP: FRC Lausanne ADRESSE RÉDACTION cp 6151, rue de Genève 7, 1002 Lausanne Tél Fax COPYRIGHT Tous droits réservés. Aucun article de ce journal ne peut être reproduit ni diffusé sans autorisation expresse de la FRC ou de la rédactrice en chef. L utilisation des tests à des fins publicitaires est interdite. BONUS WEB Accès à mot de passe: terroir valable du 28 octobre au 25 novembre IMPRESSION Swissprinters IRL, Renens, sur papier certifié FSC (respectant l environnement, blanchi sans chlore), exemplaires 2 FRC_mag13_02-03.indd :01:36

3 FR C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 ÉCONOMIE Les petits épargnants face à la crise Berne vole au secours des banques. Qui se soucie des consommateurs? Des milliards de francs se sont volatilisés sur les marchés depuis début octobre. Et les ramifications suisses de la faillite de Lehman Brothers auront coûté des millions de francs aux épargnants romands. A ce jour, plus de 300 personnes ont fait appel à la plate-forme mise en place par la FRC pour recenser les lésés en vue d une action concertée. Ici, une rentière AVS qui touche 2000 francs par mois pense avoir placé ses économies en toute sécurité et se souvient de la «certitude du banquier de garantir l entier du capital». Là, ce père de famille qui hérite de francs et place l argent sur un compte courant. Les «multiples appels du Credit Suisse» finiront par le convaincre qu un placement dans un produit Lehman Brothers serait plus judicieux. Partout en Suisse romande, des gens qui, pour la plupart, disent «ne pas être des boursicoteurs» ou «préférer la sécurité au rendement», ont perdu des plumes. Ce qui frappe dans la mésaventure vécue par ces Romands, c est la simplicité avec laquelle leur banque les a abordés pour vendre des produits aussi BANQUE NATIONALE Le plan de sauvetage de Berne concerne pour l heure UBS. Les petits épargnants attendront. complexes. Certains affirment même n avoir «jamais entendu parler» de Lehman Brothers avant le téléphone fatidique qui leur annonçait l évaporation de leur pécule. «Dérivés», «produits structurés», «titrisation»: qui aurait cru, il y a encore quelques semaines, que ces notions étaient si familières dans les foyers romands? Et si elles ne l étaient pas, fallait-il vraiment envoyer des rentiers, des mères de famille, de tranquilles épargnants, dans les tourments boursiers? Le 16 octobre, la Banque nationale annonçait un plan de sauvetage historique pour les banques, reprenant pour 60 milliards d actifs pourris. Pour les petits épargnants, des solutions restent à trouver. Luc-Olivier Erard ARC/Jean-Bernard Sieber Trois questions que vous vous posez J ai placé mon argent dans une banque. Mon capital est-il garanti? Les comptes dans les banques privées sont garantis jusqu à fr. La Confédération a annoncé vouloir réviser ce chiffre. La banque m a conseillé d acheter des actions, et elles ont chuté.mon capital est-il garanti? Si vous perdez de l argent parce que des titres en votre possession perdent leur valeur, la banque ne peut en être, en principe, tenue pour responsable. La responsabilité de la banque peut être engagée si elle a failli à ses obligations, notamment en matière d information, dans certaines situations très particulières à examiner au cas par cas. Les parachutes et les bonus, c est fini? Pas sûr. L an dernier, une seule des 48 plus grandes entreprises suisses a consulté ses actionnaires au sujet des rémunérations, selon la fondation Ethos, citée par L Agefi. Berne a toutefois assorti son sauvetage d UBS à des «conditions» concernant les rémunérations. POUR MIEUX COMPRENDRE LA CRISE BANCAIRE L enquête de Myret Zaki, journaliste au Temps, analyse la situation d UBS dans la crise des subprimes, («UBS, les dessous d un scandale», Favre, 2008, 223 pages). L ouvrage édité par la FRC et la Déclaration de Berne («L argent responsable», Andreas Missbach, 2008, 160 pages) montre comment argent et éthique sont conciliables. Le mensuel Alternatives économiques suit la situation de manière critique et avisée, notamment sur Internet (www. alternatives-economiques.fr.) 3 FRC_mag13_02-03.indd :01:38

4 COUPS DE CHAPEAU F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 A Pfister Meubles, qui contacte ses acheteurs d une série de vaisselle bientôt épuisée afin qu ils puissent renouveler leur service si nécessaire. A EBP, éditeur de logiciels, qui a envoyé gratuitement la version corrigée du programme dans lequel un client avait trouvé un bug. A Betty Bossi, qui a remplacé gratuitement un Fouett crème dont la tige était cassée. A Velo plus, à Wetzikon, qui remplace gratuitement une valise étanche qui ne l est plus, bien que la date de garantie soit dépassée. A Ardo Medical, qui remplace en moins de 24 heures deux pièce d un tire-lait Ameda acheté il y a plus de sept ans. A Promod, à Yverdon, qui échange une veste en cuir deux mois après l achat à cause d un défaut, et ce malgré le fait que le client n avait pas conservé le ticket de caisse. Publication Le droit suisse, c est tordant! Peut-on travailler plus de cinquante heures par semaine? A-t-on le droit d appeler «sirop de framboise» une mixture entièrement brassée en laboratoire? A partir de quel âge peut-on se marier? L Etat a-t-il le droit de construire une route dans le potager de votre grand-mère? Si vous ne savez pas répondre à l une de ces questions, lisez «Droit suisse». Et vous allez rire! Sérieux «et» drôle? Depuis «Institutions politiques européennes» ou encore «Economie suisse», on sait que c est possible. Pour leur nouvel ouvrage, les Editions Loisirs et Pédagogie ont lâché Mix & Remix en plein milieu du rayon «Droit suisse». Il s en est sorti toujours aussi mordant. Pour la rédaction de l ouvrage, la collection dirigée par Vincent Kucholl a fait confiance à Cesla Amarelle, Sunrise achète Tele2 Suisse Sunrise, deuxième opérateur de téléphonie en Suisse avec plus de 2,3 millions de clients, vient de s offrir le fournisseur de télécomunications Tele2 Suisse. Les clients de Tele2 concernés par cette nouvelle donne pourront continuer à utiliser tous les produits et services de Tele2. Comme Tele2 se servait déjà largement du réseau mobile de Sunrise par un accord de roaming, les clients mobiles ne subiront eux non plus Le nombre d habitants qui pourraient être approvisionnés en chauffage et en eau chaude si l énergie thermique des eaux usées était utilisée. avocate et ancienne vice-présidente de la FRC. Ni lourd à digérer ni exagérément simplifié, l ouvrage parcourt tous les domaines du droit, de la famille au travail en passant par les contrats, l aménagement du territoire ou encore l application des peines. On peut aussi s y familiariser avec le fonctionnement de la justice et de l administration, et avec les droits politiques. Chacun a tous les jours affaire au droit. Autant commencer par en rire! L.-O. E. aucun changement. Même si, pour l heure, Tele2 semble destiné à rester une marque indépendante, ses clients auront la possibilité de changer pour un produit ou une offre combinée de Sunrise quand ils le voudront. Tant que la Commission de la concurrence (Comco) n a pas donné son accord pour cet achat, Sunrise et Tele2 demeurent deux entités distinctes, et en principe concurrentes. V. M. 76 kg la consommation record de légumes frais par habitant en Suisse en Mix & Remix 4 FRC_mag13_04-05.indd :02:06

5 F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 BONNETS D ÂNE Lait à la mélamine Pas de sérieux danger en Suisse Couper du lait avec de l eau et corriger le mélange avec de la mélamine pour éviter la détection de la fraude, voilà la recette qui, en Chine, a causé la mort de quatre bébés et en a intoxiqué près de autres. Non toxique en cas d ingestion ponctuelle, la mélamine conduit à de graves problèmes de foie si elle est consommée régulièrement par de jeunes enfants. Faut-il dès lors s inquiéter en Suisse? Oui et non. Non, car les produits laitiers chinois, tels que lait ou yogourts, sont interdits d importation en Suisse et en Europe. Sur douze préparations pour bébés fabriquées en Europe et analysées en Suisse par le Service genevois de la consommation, aucune ne contenait de la mélamine. Oui, car l interdiction ne touche pas d autres denrées alimentaires chinoises, comme des biscuits ou 9% la hausse des prix annoncée pour les cartes journalières de remontées mécaniques pour cet hiver. des bonbons pouvant comporter du lait dans leurs ingrédients. De la mélamine a ainsi été retrouvée dans des bonbons, des biscuits salés ou des caramels fabriqués en Chine, en Thaïlande et au Sri Lanka. Ils ont été retirés du marché. L Office fédéral de la santé publique indique que la population ne court aucun danger, «à moins qu un enfant âgé d un à trois ans n en consomme plus d un kilo par jour durant une période prolongée». La FRC conseille de lire attentivement la provenance et la composition des produits achetés, particulièrement lors d achats dans des rayons ou magasins asiatiques; elle attend de nos autorités de surveillance que tous les produits contaminés soient rapidement détectés et retirés du marché, voire interdits si nécessaire. A. C Archives numériques L amnésie guette Photomontage FRC 36% la proportion de ménages d une seule personne en Suisse (2005), qui pourrait passer à 41% en C est l histoire d une vérification de routine qui a mal tourné au Laboratoire national d essai: en voulant vérifier quelques CD qu ils avaient gravés auparavant, les chercheurs de cet institut français se sont rendu compte que certains n étaient plus lisibles, alors même qu ils n étaient vieux que de quelques années. 60 millions de consommateurs relate l affaire dans son numéro d octobre. Après investigations, il s avère qu environ 15% des disques, archivés pourtant dans des conditions optimales, sont partiellement ou entièrement dégradés trois ans après gravage. On savait que le CD n était pas l as de la longévité: un livre en bibliothèque peut tenir trois siècles. Mais si vous pensiez vous en tirer avec une petite vérification tous les cinq ans, vous risquez d avoir des surprises. Les conseils de 60? Graver avec soin, dans les vitesses les plus lentes et sur des supports non réenregistrables; multiplier les copies (sans négliger les tirages sur papier, comme nous l avons déjà souvent suggéré); enfin, surveillez vos archives: pas de lumière, pas d humidité, pas de chaleur. L.-O. E. Fotolia.com A Canon, qui résilie son contrat de maintenance d une photocopieuse, contraignant les clients à de nouveaux achats, alors que le matériel, acheté il y a neuf ans, fonctionne parfaitement. A Migros et Frey, qui ajoutent le logo de la marque Frey sur les plaques de 100 g de chocolat noir Crémant pour la modique somme de 30 ct., soit... 30% d augmentation entre le 18 et le 23 septembre! A Soda Club, qui augmente le prix de ses bonbonnes de gaz de 3 francs tout en diminuant leur contenance. A Billag, qui cherche toujours à taxer les ordinateurs connectés à Internet sans vérifier que toutes les conditions requises sont remplies... Malgré nos explications en page 28 de FRC Magazine No 12! A Held, qui baisse le prix de sa poudre à lave-vaisselle de moins de 10% et dont l emballage maigrit d un quart, ni vu, ni connu. DR 5 FRC_mag13_04-05.indd :02:09

6 CHRONIQUE FR C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 Marie-France Corre Consultante en consommation et marketing responsable à Paris* L effet papillon effet papillon, vous connaissez? L C est la théorie selon laquelle le battement d ailes d un papillon au Brésil pourrait provoquer une tornade au Texas. Une jolie métaphore empruntée à un scientifique spécialiste de la théorie du chaos pour dire qu un phénomène minime peut fortement influencer une situation, même éloignée. Eh bien, l effet papillon existe aussi en... consommation! Petite démonstration. Vous êtes dans les starting-blocks depuis la rentrée, vous attendez avec une impatience joyeuse votre shopping de Noël... Pas vraiment? Vous faites peut-être alors partie de les 97% des Suisses qui redoutent le casse-tête des idées cadeaux, la cohue infernale dans les magasins et l attente interminable aux caisses. Comme 56% des Européens, vous expédiez sans doute vos courses de Noël à la dernière minute. Chaque automne, il suffit que le temps soit clément pour que les consommateurs retardent encore plus ces achats. Les ventes se concentrent sur la dernière semaine avant le réveillon. Or Noël génère la moitié du chiffre d affaires annuel du secteur. Première erreur et premières conséquences, évidentes pour tous: une belle pagaille et une forte tension gâchent l ambiance de fête, les vendeurs sont débordés, les magasins pas en mesure de fournir l objet convoité et le consommateur encombré de cadeaux pas toujours adaptés. Venons-en au fait, à notre fameux effet papillon et aux conséquences moins visibles et plus lointaines de ces achats précipités. Gardons l exemple des jouets, dont les trois quarts sont produits en Chine, dans la région de Guandong, près On a tendance à l oublier, mais les jouets sans matière synthétique et sans danger pour la santé existent encore. de Hongkong. Les fabricants nord-américains et européens y apprécient la main d œuvre abondante et bon marché qui leur permet de compter sur des coûts de production extrêmement bas. Huit mille usines y travaillent en sous-traitance pour nos grandes marques, qui ont presque toutes délocalisé leur production. Outre le problème de qualité, dont on a beaucoup parlé l été dernier, le système chinois pose un véritable dilemme éthique. Les pratiques sociales dans les usines de jouets en Chine, comme dans d autres secteurs industriels, sont désormais connues: santé et sécurité négligées; horaires de travail excessifs, jusqu à 214 heures supplémentaires par mois au lieu des 36 autorisées par la réglementation; pas de repos hebdomadaire; salaires ne permettant pas de subsister, etc. Les fabricants profitent de la «flexibilité des outils de production», comprenez des rythmes d enfer et l exploitation des ouvriers, pour tester jusque très tard dans la saison leurs concepts de jouets et passer leurs commandes. Acheter au dernier moment, c est un peu participer sans le vouloir à cette gigantesque machination. Plus les consommateurs repoussent leurs achats avant la date fatidique du 25 décembre, plus écrasante est la pression sur la main d œuvre. Or un bon tiers des Suisses, surtout, soit dit en passant, les Suisses alémaniques, se déclarent prêts à payer plus cher des produits «éthiques», autrement dit, à tenir compte des impacts sanitaires, environnementaux et sociaux dans leur choix. C est mieux que la moyenne européenne. Dans le cas des jouets, acheter éthique, ce serait d abord acheter, hors période de pointe, un cadeau qui ne sera peutêtre pas à la dernière mode, mais adapté à l âge et aux centres d intérêt de l enfant et, pourquoi pas, fabriqué près de chez nous. V ous l avez compris, l effet papillon, ce sont toutes les conséquences souvent ignorées de nos petits actes de consommation au quotidien. Alors un conseil: prenez (vite) le temps de réfléchir à vos petites emplettes de fin d année! * Marie-France Corre est notamment l auteure d un ouvrage intitulé «La consommation responsable de A à Z», paru en août 2008 chez Pearson-Village Mondial. 6 FRC_mag13_06-07.indd :02:25

7 FR C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 LA FRC VOUS DÉFEND Quand un vendeur de voitures vous mène en bateau Si vous comptez acquérir un véhicule d occasion, ne lésinez pas sur les essais et faites-vous accompagner par une personne compétente. J ai acheté une voiture d occasion dénichée sur le site Internet Autoscout24. Ce véhicule était bien équipé, et le prix m a paru juste par rapport à ses qualités, y compris une garantie haut de gamme de douze mois. J ai donc signé le contrat. Mal m en a pris, puisque plusieurs éléments importants pour moi manquaient, et que la garantie, bas de gamme, n offrait plus qu une couverture très restreinte. Je me suis fait avoir, et le vendeur se cache derrière le fournisseur de garantie pour ne rien faire. Que me conseillez-vous? M. P. Un litige? Un problème? Si vous êtes membre de la FRC, Nadine Frossard, juriste à la Permanence FRC, vient à votre secours (tarif normal) Tester le véhicule convoité ARC/Jean-Bernard Sieber Le consommateur est rarement spécialisé en mécanique auto. C est pourquoi la FRC recommande d essayer le véhicule sur route avant de l acheter et de le soumettre à un centre technique TCS ou à son garagiste pour un contrôle. Si ce n est pas possible avant l achat, il faut le faire juste après. Le futur acheteur doit veiller à l efficacité du système de freinage (faire un freinage d urgence et un freinage léger) et vérifier l absence de défaut de la boîte à vitesses en essayant tous les rapports: si «ça gratte», il y a un problème. Il faut également repérer tout bruit suspect ou anormal et tester l embrayage en serrant le frein à main, puis passer la première vitesse et embrayer normalement. Vérifier aussi que la voiture tient le cap à l accélération et que le volant est parfaitement aligné. Si un professionnel vous accompagne, c est mieux: il a le savoirfaire, l expérience et le flair. Annoncer les défauts immédiatement Les règles légales sur le contrat de vente sont les mêmes, que l on conclue le contrat par Internet, par téléphone ou entre présents. Ainsi, l annonce parue sur Internet constitue une offre et engage celui qui la publie. Le vendeur qui annonce les qualités de l objet qu il vend, doit les garantir. A l acheteur ensuite de vérifier le véhicule immédiatement, aussitôt qu il le peut. S il constate des défauts, il doit en aviser le vendeur sans délai, de préférence sous pli recommandé. Garantie La loi accorde une garantie d un an sur tout achat d un véhicule, sauf si le contrat mentionne une autre durée ou une exclusion («garantie de trois mois sur les pièces», «sans garantie», «tel PRUDENCE A vous de vérifier les informations du vendeur. que vu et essayé»). Il en va de même pour les réparations effectuées sur le véhicule, les travaux réalisés étant garantis un an, sauf mention restrictive. Si la garantie est alternative, par exemple «garantie un an ou km», elle cesse lorsque le premier des deux paramètres est atteint. Attention toutefois: elle ne couvre que les défauts du véhicule. L usure normale, comme celle des plaquettes de frein ou des cardans, n est jamais prise en compte. Le consommateur a le choix Dans le cas de M. P., il convient de mettre en demeure le vendeur d accorder la garantie haut de gamme convenue et d assumer la garantie des défauts. On peut lui réclamer de fournir les qualités promises, ou alors d accorder une moins-value sur le prix de vente. Le choix entre la réparation et la diminution du prix appartient à l acheteur. Et si les défauts sont trop importants, le consommateur peut exiger la résiliation du contrat. Dans ce cas, il récupère le montant payé et rend la voiture au vendeur. Nadine Frossard 7 FRC_mag13_06-07.indd :02:28

8 ÉNERGIE F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 30% La surconsommation d un congélateur qui peut être provoquée par 3 mm de givre. 85% La participation des collectivités publiques dans les entreprises électriques. OR GRIS La Suisse s impose un électrochoc Le marché de l électricité est en pleine révolution et connaît une hausse massive des prix due au manque de transparence. DOSSIER RÉALISÉ PAR LUC-OLIVIER ERARD ET ANNE ONIDI obscure», «augmentations faramineuses», «absence «Tarification de justification»... Les annonces de hausse des prix de l électricité soulèvent l indignation. De nombreux Romands en ont fait part à la FRC ces dernières semaines. Et ils ont de quoi en perdre leur latin. «Je ne comprends pas que, la libéralisation du marché ayant été refusée en votation, le gouvernement ait balayé cette décision d un revers de la main», nous écrit par exemple Claude Boillat, de La Chaux-de-Fonds. En fait, la libéralisation a été imposée par le Tribunal fédéral et déboule... avec un cortège de hausses. Avant le grand saut vers le marché libre prévu pour 2009, retour sur un électrochoc. La distribution de l électricité en Suisse incombe aujourd hui à quelques 900 entreprises. Dans ce marché très fragmenté, on trouve de tout: certaines produisent de l électricité, d autres ne font qu en acheter à des fournisseurs et la revendre aux utilisateurs. Certaines ont des actionnaires privés, toutefois les entreprises électriques sont en mains publiques à près de 85%. Pourquoi les factures vont-elles augmenter? Les entreprises (dès 2009), puis les particuliers (dès 2014, sous réserve d un référendum), pourront choisir leur fournisseur, et, concurrence aidant, les prix devraient baisser. C était du moins l espoir des promoteurs de cette libéralisation (cf. ci-dessous). Aujourd hui, pourtant, les prix montent. Les électriciens ont, un peu partout, annoncé des hausses de tarif. Les chanceux sont rares: Yverdon, par exemple, a prévu de maintenir ses prix inchangés en Une partie des augmentations s explique par la hausse de l énergie sur le marché européen. Mais pas seulement. Les factures devront dorénavant séparer clairement trois composantes: le prix du courrant lui-même, le coût de son transport et les diverses taxes. Or la libéralisation ne touche que le courant, non son acheminement. Il faut donc connaître le prix du réseau de lignes électriques. Ainsi, par exemple, un producteur d énergie verte pourra vous vendre directement du courant produit à partir de ses éoliennes. Mais il vous faudra aussi payer le passage sur les lignes à haute tension de Swissgrid, puis sur les lignes qui permettent d arriver jusque chez vous. Celles-ci appartiennent à votre fournisseur «historique» d électricité. Pourquoi la libéralisation a quand même eu lieu Le marché européen s est progressivement libéralisé entre 1998 et Or, dans une large partie de l Europe occidentale, dont la Suisse, les électriciens ont choisi dès les années cinquante de connecter les réseaux entre eux pour avoir une plus grande sécurité de l approvisionnement. Une nouvelle loi suisse a donc été prévue pour correspondre à l évolution du marché européen, mais elle a été refusée en Une décision du Tribunal fédéral, fondée sur la loi sur les cartels, a forcé Berne à remettre l ouvrage sur le métier. La loi actuelle a donc été adoptée en 2007, accompagnant l ouverture progressive du marché de mesures en faveur des énergies renouvelables. 8 FRC_mag13_08-11.indd :02:46

9 PAR KARL ET THÉO ALBRECHT F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 ÉNERGIE 30% «Il est à craindre que la revalorisation des réseaux ne conduise à ce que les clients paient une deuxième fois des ouvrages déjà amortis.» Rudolph Strahm, ancien surveillant des prix la hausse maximale des tarifs annoncée par les fournisseurs. Photos ARC/Jean-Bernard Sieber Beaucoup de centrales veulent augmenter leur capacité pour faire face à une demande croissante qui vient d Europe. Centrale hydraulique et son transformateur, Pont de la Tine sur la Grande-Eau (Alpes vaudoises). CES HAUSSES DE PRIX VOUS INDIGNENT? Téléchargez le modèle de plainte préparé par la FRC pour demander à la Commission fédérale de l électricité (Elcom) d en examiner le bien-fondé: Du coup, les entreprises ont dû fixer des prix de passage sur leurs réseaux alors même qu elles sont clientes et, bien souvent aussi, actionnaires les unes des autres. Un enchevêtrement tel qu il paraît difficile d imaginer qu une partie de la hausse ne soit pas due à une volonté de gonfler la valeur du réseau pour une partie au moins de ces entreprises. Rudolf Strahm, ancien surveillant des prix, s en était d ailleurs ouvert au quotidien alémanique Sonntagsblick, début septembre: il disait craindre, en substanc e, que «la revalorisation des réseaux ne conduise à ce que les clients paient une deuxième fois des ouvrages déjà amortis». Que fait le Parlement? Malgré un débat urgent, le Parlement n a rien décidé lors de la session d octobre. Plusieurs commissions se sont ensuite emparées du sujet pour proposer le gel des tarifs, une loi urgente ou encore un autre mode de calcul des coûts du réseau. Il a également été proposé de renforcer les compétences de la Commission fédérale de l électricité (Elcom). Composée de spécialistes indépendants des entreprises électriques, elle compte aussi dans ses rangs Aline Clerc, responsable des questions d énergie au secrétariat général de la FRC. Cette commission est compétente dans le domaine des prix du réseau, donc de l acheminement du courant, mais aussi du prix de l énergie pour les consommateurs qui n ont pas (encore) le choix du fournisseur. L Elcom surveille les tarifs a posteriori, et intervient d office ou sur plainte des consommateurs. A la mi-octobre, ils étaient déjà 2000 à avoir contacté le régulateur. Un seule solution: réduire la consommation Dans un domaine si complexe, il est difficile d imaginer comment le consommateur peut agir pour faire valoir ses intérêts. Bien sûr, l essentiel des entreprises électriques étant en mains publiques, il est toujours possible d intervenir dans le champ politique, dans son canton ou même sa 9 FRC_mag13_08-11.indd :02:49

10 ÉNERGIE F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 commune. Les chances de succès sont toutefois limitées si l on s en réfère à la récente décision du Parlement fribourgeois, qui a refusé le gel des tarifs du groupe E. Mais, à court terme, il demeure important de contester les tarifs auprès de l Elcom. Cependant, pour réellement limiter les frais, une seule solution: l économie d énergie (cf. en p. 11). A cet égard, les augmentations enregistrées sur les abonnements sont particulièrement décourageantes: plus l abonnement représente une partie importante des factures, moins les efforts de chacun seront perceptibles. La FRC a déjà entrepris une campagne auprès des distributeurs pour demander une tarification récompensant la modération de la consommation d énergie. L.-O. E. Tarifs Incitez-nous à économiser! Pour un appartement de 2 ou 3 pièces, diviser la consommation par deux (de 3000 à 1500 kwh) peut renchérir le prix du kwh de 28%. Cet exemple, fondé sur le tarif Easy des Forces motrices bernoises (Jura et Jura bernois), illustre le fait qu une taxe de base, indépendante de la consommation, n incite pas assez aux économies d électricité. Avec une taxe de base, moins on consomme, plus le prix moyen au kwh renchérit. La majorité des distributeurs du pays pratique ce type de tarification, qui défavorise les ménages et les PME qui épargnent l électricité. Les organisations de consommateurs FRC, ACSI, SKS et KF, accompagnées du WWF et de la Fondation suisse de l énergie, demandent aux distributeurs de mettre en place des modèles tarifaires plus incitatifs. La taxe de base doit être abolie, comme dans les villes de Lausanne, de Berne et de Zurich. La responsabilité en incombe non seulement aux directeurs des entreprises électriques, mais également aux représentants des communes et des cantons au sein des conseils d administration. Produire de l électricité ne suffit pas Le barrage de la Grande-Dixence produit environ 2 milliards de kwh par an, soit l équivalent de la consommation de ménages. L électricité produite est commercialisée sur le marché suisse ou européen à un bon prix lors des pics de consommation. Les grandes installations que sont les barrages ou les centrales nucléaires ne sont qu une partie, très visible, du système électrique. Pour qu une ampoule s allume lorsque l interrupteur s enclen- Spectacle son et lumière sur le barrage de la Grande-Dixence, présenté par Energie Ouest Suisse (EOS) en juillet ARC/Jean-Bernard Sieber che et que le réfrigérateur fonctionne 24 h sur 24, l énergie doit être fournie à domicile. Après avoir été produite, l électricité est donc transportée par le réseau composé de lignes à haute, moyenne et basse tension jusqu à la prise dans votre salon. Comme le courant ne peut pas être stocké, ce système doit pouvoir fournir en tout temps l électricité désirée. Monsieur Prix a estimé que, pour les ménages, les coûts de production ne représentent que 40% de la facture, le reste revenant au réseau et aux taxes. La libéralisation consiste à séparer la production de l acheminement d électricité. Le transport et la distribution restent un «monopole naturel» car les réseaux électriques ne seront pas construits à double. La fourniture est libéralisée, ce qui nécessite de connaître les coûts d acheminement pour que le gestionnaire du réseau puisse les facturer à l entreprise désirant livrer un client raccordé à son réseau. La valeur des réseaux a donc été estimée, ce qui est un des facteurs expliquant les hausses de prix. Swissgrid, un nouvel acteur Pour gérer le réseau à haute tension, colonne vertébrale du système, la législation a prévu la création d une société indépendante, Swissgrid. Celle-ci fixe les tarifs d utilisation de son réseau et le prix de l énergie, dite «de réglage», nécessaire pour éviter les pannes. Ces tarifs sont une des causes de la hausse des prix, et certains milieux mettent en cause l indépendance de cette société dont les propriétaires sont sept grandes sociétés suprarégionales. 10 FRC_mag13_08-11.indd :02:50

11 F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 Mode veille ou stand-by La consommation inutile Certains appareils consomment de l électricité même lorsqu ils sont éteints. Les plus voraces? Imprimante, modem, récepteur décodeur télé, chaîne stéréo et machine à café sans fonction auto-off. L énergie ainsi gaspillée tous les ans en Suisse permettrait d alimenter en électricité toutes les entreprises et tous les habitants de la ville de Zurich durant une année entière. Pour économiser jusqu à 15% de sa facture d électricité, la solution est simple: il faut mettre les appareils complètement hors tension avec une multiprise à commutateur. A la maison Des efforts qui paient! Saviez-vous que, placé à la cave, un congélateur consommera 25% de moins que dans l appartement chauffé? Que la cuisson dans une cocotte-minute est quatre à six fois moins gourmande que dans une casserole? Ou que chauffer du lait au four à micro-ondes coûte trois fois moins cher que sur une plaque électrique? Autant de mesures détaillées dans la rubrique «éco-gestes» du site La hotline fournit également des conseils pour le prix d un appel local. Décompte annuel Plus de précisions dès 2009 Connaissez-vous votre consommation? Facile, direz-vous, elle se trouve sur le décompte final de début d année. Oui, mais, dès 2009, cette facture se devra d être plus transparente: la consommation effective, l utilisation du réseau, l abonnement, les taxes communales et la contribution aux énergies renouvelables seront enfin différenciés. Plus approximatifs, mais parlants, les chiffres de Monsieur Prix: un ménage helvétique lambda vivant dans un appartement de 4 pièces avec cuisinière électrique consommerait 2500 kwh/an, alors qu une maison individuelle de 5 pièces avec cuisinière électrique, chauffe-eau de 150 litres, sèche-linge et chauffage électrique à résistance en dépenserait dix fois plus! Photolia.com CHECK-LIST... XXXXXXXX Quand le chauffage jette un froid Que vous soyez locataire ou propriétaire, optez pour quelques gestes simples qui vous permettront de garder votre porte-monnaie au chaud pendant l hiver Faites vérifier! Faites un contrôle annuel des chaudières et/ou cheminées. Cela permet de limiter la surconsommation de ce type d installations et d en garantir la sécurité. Purgez! De même, vérifiez les radiateurs au début de la saison froide: s ils «glougloutent» ou s ils ne sont pas uniformément chauds, ils doivent être purgés. Economisez! Dans la mesure du possible, installez des vannes thermostatiques sur les radiateurs. Celles-ci règlent localement le radiateur en fonction de la température ambiante. En effet, une chambre donnant au Sud n a pas besoin d être chauffée autant qu une pièce moins exposée. Diffusez! Dégagez les radiateurs des meubles et autres objets (rideaux lourds, par exemple) qui empêchent la chaleur de se diffuser dans la pièce. Baissez! Baissez la température d un degré dans tout le logement. Cela vous permettra d économiser 6 à 7% sur votre facture annuelle de chauffage. Adaptez la température en fonction de la pièce (16 à 18 degrés pour les chambres, 20 à 21 degrés pour le séjour, 23 degrés dans la salle de bains et 19 à 20 degrés pour la cuisine). Fermez! Lors de départ en vacances ou d absence prolongée, fermez les radiateurs. Maintenez hors gel! Pour les résidences secondaires, il existe des systèmes permettant d enclencher le chauffage par téléphone ou par SMS et de maintenir la température à 6 degrés (pour éviter le gel) durant les périodes où le logement est inoccupé. Aérez! Aérez pleinement une ou deux fois par jour pendant cinq à dix minutes. Veillez à ce que les fenêtres soient correctement isolées et traquez les courants d air. Par ailleurs, laisser les fenêtres entrouvertes en permanence équivaut à chauffer l air extérieur! Huma Khamis 11 FRC_mag13_08-11.indd :02:51

12 ENQUÊTE F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O fr. 70 le tarif moyen des salles romandes en Fréquentation annuelle moyenne par habitant, en Suisse romande. (Source, OFS) , , , ,1 CINÉMA Lumière sur le p Trois ans après notre dernier relevé, et malgré l agacement de Berne, au ENQUÊTE RÉALISÉE PAR LUC-OLIVIER ERARD ET ANNE ONIDI Trop cher, le cinéma? Depuis notre dernière enquête, en 2005, le prix d une séance de cinéma a encore augmenté. A fin 2007 pourtant, Monsieur Prix tirait les conclusions de sa propre enquête: oui, le billet de cinéma est trop cher par rapport aux prix européens, disait le gendarme des étiquettes à fin 2007 (cf. encadré). Dans notre relevé réalisé par les enquêteurs de la FRC lors du premier semestre 2008, environ un quart des cinémas parmi 75 établissements observés avaient relevé leurs prix en moyenne de 7%. Cinéma des villes, cinéma des champs Les disparités régionales sont, sans surprise, assez marquées. Le prix moyen du ticket est de 13 fr. (inchangé depuis 2005) dans le Jura, alors qu il monte à près de 16 fr. (+1 fr. par rapport à 2005) dans le canton de Neuchâtel, dont toutes les salles, à l exception d un cinéma associatif, appartiennent à la même société. A Genève, le prix moyen est un peu inférieur, 15 fr. 28 contre 15 fr. 22 en Mais il faut noter que ce prix moyen n est pas pondéré par le nombre de sièges, le prix est donc légèrement sous-évalué en raison du poids de petites salles indépendantes. Ce type d établissements, dont certains ont pour vocation d offrir une programmation créative, à l écart des grands circuits com- Au premier semestre 2008, un quart des cinémas ont relevé leurs prix en moyenne de 7%. Une marge de manœuvre de 2 francs que Mo Se faire une toile en Suisse, c est hors de prix, si l on en juge par la comparaison avec nos voisins européens. Dans son enquête bouclée en fin d année passée, Monsieur Prix évalue les écarts de prix entre 45 % et 80% en défaveur des spectateurs suisses. Pourquoi? Les spécificités du marché suisse entraînent des frais élevés. Mais ces spécialités locales n expliquent pas tout. Le surveillant des prix s est notamment penché sur la part du billet d entrée revenant au distributeur. La mise à disposition des films aux exploitants se fait essentiellement par trois sociétés américaines: Walt Disney (24% de part 12 FRC_mag13_12-15.indd :03:11

13 F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 ENQUÊTE Les Amours d Astrée et de Céladon, d Eric Rohmer, n est pas sorti en salles mais directement en DVD. En Suisse, les distributeurs réclament 2 francs de plus qu en France ou en Allemagne. prix des salles obscures e, aucune embellie ne s annonce sur le prix des films en Suisse romande. CANTON Tarif plein Etudiant AVS/AI Enfant Fribourg 14 fr fr fr fr. 75 Genève 15 fr fr fr fr. 53 Jura bernois 13 fr fr fr fr. 13 Jura 13 fr. 10 fr fr fr. 67 Vaud 14 fr fr fr fr. 09 Valais 14 fr fr. 10 fr fr. 14 Neuchâtel 16 fr. 13 fr. 13 fr. 11 fr. 50 Evolution du plein tarif par canton, FRC Fotolia.com fr. 15 fr fr. 14 fr fr fr fr. 13 fr. 11 fr fr fr fr fr fr. 40 NE VS VD JU JU BE GE FR tarif 2005 tarif 2008 e Monsieur Prix n a pas les moyens de faire appliquer de marché), United International Pictures (19%) et Warner/20th Century Fox (24%). Celles-ci réclament en moyenne 6 francs par entrée, soit 2 francs de plus qu en Allemagne ou en France, où le prix d entrée moyen est de 9 fr. Au final, pour Monsieur Prix, la branche se trouve donc en présence d une marge pour baisser les prix «jusqu à 2 francs par entrée». Mais les distributeurs et les exploitants ne veulent pas entendre parler de baisse. Et chez Monsieur Prix, le suppléant Beat Niederhauser avoue son impuissance: «On n a aucun moyen de faire pression sur les distributeurs et les exploitants.» ARC/Jean-Bernard Sieber 13 FRC_mag13_12-15.indd :03:13

14 ENQUÊTE F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 Provenance des films en pourcentage 70 58,1% 62,8% Fotolia.com % des films programmés Suisse romande ,5% 2,8% 34,6% 32,4% Suisse Etats-Unis Union européenne % 2005 % ,8% 1,9% Autres source: OFS, 2008 merciaux, s en sortent d ailleurs honorablement, leur prix moyen sur le plan romand se situant à 13 fr. 88. Ce prix reflète aussi un large recours au bénévolat. Mais, plus important encore, ce sont les salles indépendantes, présentes aussi bien en ville que dans les campagnes, qui permettent de maintenir une offre dans toutes les régions. Les Romands ne désertent pas les salles obscures. Toutefois, le nombre d entrées diminue, passant de en 2005 à en 2007, soit une baisse de 8,3% (source: OFS, Suisse romande, sauf Jura bernois). Les quelques cinémas fermés en Suisse romande sont pour l essentiel des salles isolées, les nouveaux établissements sont de grands complexes multisalles situés en zone urbaine. Une industrie bourrée de complexes Si le tarif plein adulte permet de comparer les prix, il ne reflète qu imparfaitement ceux-ci. Se faire une toile à moindre coût reste possible. Les offres «alternatives» sont variées, et le cinéma est l une des rares activités à offrir encore systématiquement des tarifs allégés pour rentiers, étudiants, enfants ou, tout simplement, passionnés. De la simple carte de fidélité offrant un rabais aux formules élaborées avec repas, en passant par des tarifs abaissés les jours de faible affluence, la séance à 10 francs reste possible. L.-O. E. «En termes de pouvoir d achat, la Suisse pratique des prix relativement bas par rapport à ses voisins» Notre enquête montre que le prix des places de cinéma a encore augmenté, alors qu il est déjà plus élevé qu ailleurs en Europe... Claude Ruey. En termes de pouvoir d achat, ce n est pas vrai. En comparaison avec ses voisins, la Suisse pratique des prix parmi les plus bas: il faut travailler en moyenne 32,7 minutes en Suisse pour se payer une place, contre 38,6 en France ou encore 68 en Italie. D ailleurs, il est à noter que Monsieur Prix n est pas intervenu formellement. La Suisse est arrosée de blockbusters américains, alors que certains films montrés à Paris ne sortent même pas... Vous me surprenez. La diversité de programmation est très importante. Il y a pléthore, et les exploitants ont déjà de la peine à programmer certains films. Seriez-vous d accord de limiter le nombre de bobines en circulation pour un même film pour encourager la diversité? Certainement pas. Ça tuerait les salles dans les petites villes. Elles se battent pour survivre, et il ne faudrait pas les empêcher de montrer les films qui ont du succès et qui leur permettent de facto de programmer aussi des films au public moins large. Le relatif désamour pour les salles est-il, selon vous, à mettre sur le compte du DVD? C est bien sûr une des raisons importantes. Cela dit, il y a des moyens d y faire face. Nous réfléchissons à mieux attirer les adolescents au cinéma. Il y a la Lanterne magique pour les plus jeunes, mais ça ne suffit pas. Les multiplexes sont-ils responsables d une perte de qualité du cinéma? Non, bien au contraire. On peut certes le déplorer, mais les salles dont le public augmente, ce sont celles des multiplexes. Quelles sont les principales difficultés auxquelles se heurtent les salles? Ce qui va les pénaliser dans les prochains mois, ce sont les prix de l électricité. C est un poste de charge très important. Et puis, pour les petites salles, il y a la digitalisation. Beaucoup ont encore des projecteurs classiques, et les investissements à faire sont importants. L.-O. E 14 FRC_mag13_12-15.indd :03:14

15 PAGE RÉALISÉE PAR ANNE ONIDI ILS ONT TESTÉ POUR NOUS Cartouches d encre alternatives Impression mitigée Le commerce des cartouches d encre est plus que lucratif. Rien d étonnant donc à ce que certains fabricants proposent des clones ou des sets de recharge pour cartouches d origine. Mais, pour protéger leur marché, Canon, Epson, HP et compagnie font tout pour leur compliquer la tâche. Résultat: selon «Test-Achats», qui a testé les encres Armor, Pelikan et Ink Club, les alternatives sont souvent moins fiables et/ou moins pratiques! Quant aux systèmes de recharge, nos confrères belges Préparer des quatrequarts en remplaçant le sucre par des édulcorants prétendument aptes à supporter la cuisson, c est le test qu a réalisé «Test-Achats» santé. Le résultat? Des cakes très compacts. les déconseillent, car ils risquent d endommager l imprimante. Le test démontre également que la qualité des cartouches d encre alternatives n est pas constante. A quand la fin des monopoles? LES MEILLEURES: Pour Canon Pixma MP520: Armor, 9 fr. 60 Pour Epson Stylus DX8400: Pelikan, 10 fr. 80 Pour HP Photosmart C6280: Pelikan, 9 fr. 90 Cosmétiques bio On n en mangerait pas tous les jours Depuis quelques années, en France, le marché des cosmétiques bio croît au rythme de 30 à 40% par an. Mais si le naturel revient au galop sur les étiquetages, il n en va pas toujours de même à l intérieur des pots. La mention «bio» est sujette à caution car réservée aux produits alimentaires: rien de tel pour les cosmétiques! Si parfums synthétiques, colorants artificiels, silicones et ingrédients issus de l industrie pétrochimiques sont généralement bannis des formulations, certains labels sont plus stricts que d autres... «Que choisir» a jugé et analysé la composition, l étiquetage, la conservation, la teneur en allergènes, le packaging et la tolérance des produits. Vingt-deux crèmes, dans les catégories soins du visage, contour des yeux et lait pour bébé ont été testés. Verdict: la marque Weleda sort grand vainqueur et rafle deux premières places avec une belle longueur d avance sur les suivantes. LES MEILLEURS Logona visage crème vitaminée à la carotte, 27 fr. 90 Weleda contour des yeux rose musquée, 22 fr. 70 Weleda lait bébé au calendula, 14 fr. 60 Cakes édulcorés Caloriques, chers et raplaplas Eh oui, en pâtisserie, le sucre n apporte pas que le goût mais aussi la texture! Quant aux calories, elles ont été comptées aux 100 g de cake cuit. Certes, les édulcorants apportent moins de calories, mais aussi de volume: à part égale, le nombre de calories est donc sensiblement le même! Si l on ajoute à cela le fait qu un édulcorant peut coûter jusqu à 14 fois plus cher que son modèle, mieux vaut le réserver pour le café, le yogourt et autre préparation ne nécessitant aucune cuisson. LE MOINS CHER Canderel, 6 fr. 25 Home cinéma Du velours pour les yeux et les oreilles Les dispositifs de home cinéma vendus en kit, c est relativement simple et relativement pratique. Mais si on est prêt à y mettre le prix, on peut aussi assembler différents éléments soi-même et opter pour un amplificateur AV soigneusement choisi. Ces éléments sont relativement coûteux. La qualité de son et d image obtenue est-elle vraiment meilleure qu avec un kit standard? C est ce qu a voulu savoir «Test-Achats», qui conclut à «une réelle plus-value». Un investissement judicieux permettrait d obtenir, selon le magazine, «une image et un son inédits», lorsqu ils sont utilisés avec des systèmes d enceintes performants. Les appareils ont été testés d après la qualité du son et des images, leur puissance, mais aussi selon le nombre d appareils avec lesquels ils peuvent être utilisés. En effet, certains sont munis de dizaines de prises pour qu on puisse y brancher télévision, lecteur DVD, ipod, etc. Attention aussi, lors du choix, au type d images que l appareil devra convertir. LE MEILLEUR ampli sans conversion HDMI vidéo Pioneer VSX - 918V, 273 fr. LE MEILLEUR ampli avec conversion HDMI vidéo Yamaha RX V fr. DR 15 FRC_mag13_12-15.indd :03:16

16 ALIMENTATION F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 9le nombre de marques régionales en Suisse romande. 1,5 million de fr./an consacré à la promotion des marques régionales en Suisse romande. TERROIRS La pagaille d Proximité et authenticité font les beaux jours du secteur alimentaire. Ma les marques prolifèrent. Que faut-il retenir de ces logos? DOSSIER RÉALISÉ PAR ALINE CLERC ET ANNE ONIDI En 2001, la FRC lançait un pavé dans la mare en dénonçant le manque de cohérence des tout jeunes labels de terroir régionaux romands; elle demandait une harmonisation des exigences, principalement sur l origine régionale des matières premières et le savoir-faire artisanal. Des contrôles indépendants étaient également souhaités. Sept ans plus tard, la situation s est quelque peu améliorée sur le plan du cahier des charges grâce au travail de la Commission intercantonale terroir (CIT), créée en réaction à notre étude, mais les contrôles n ont pas réellement démarré. La FRC s attendait à des progrès plus importants. Toujours plus de marques distinctives Entre-temps, d autres marques ont vu le jour. Il est de nouveau difficile de faire la différence entre les produits: ceux de montagne, maintenant encadrés par une ordonnance fédérale, les produits slow food vendus par Coop, aux exigences peu transparentes, ou encore certains programmes de distributeurs, comme Migros ou Manor, qui jouent sur la proximité et le terroir avec des critères différents. Alors que la proximité est simplement une garantie sur la provenance régionale des produits à l instar du programme De la région de Migros, le concept de terroir doit offrir en plus un supplément de qualité au niveau du goût, de la typicité et du caractère artisanal ou traditionnel. Cette différence des démarches n est pas toujours perceptible, car parfois la communication joue habilement sur les mots. Sophie Réviron, responsable de l Observatoire des marchés chez Agridea (Association suisse pour le développement de l agriculture et de l espace rural), étudie les attitudes des consommateurs face à ces produits. Elle constate «un courant très clair et en progression en faveur de ces produits. Les raisons en sont variées: volonté de soutenir l économie locale et le développement rural, qualité gustative, préoccupations environnementales ou garanties de sécurité.» Bouchers, boulangers, fromagers ou distilleurs, Les distributeurs mettent en scène les producteurs Ces aspirations ont été perçues par les distributeurs, qui proposent des gammes ad hoc. Dans leur communication, les producteurs occupent la première place, ce qui confirme une observation de Sophie Réviron: «L aspect relationnel est primordial dans la vente de tels produits. Manor, plutôt que autan 16 FRC_mag13_16-19.indd :03:38

17 F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 ALIMENTATION 60% la proportion de consommateurs qui sont attentifs à l origine des produits. J. Taramarcaz Les marques régionales ont un rôle à jouer en garantissant que la qualité des produits correspond aux promesses de l emballage. des labels régionaux re. Mais, malgré quelques efforts d harmonisation, d une coopérative à l autre, exclut certains producteurs. Les maraîchers ont ainsi de plus en plus de peine à livrer les coopératives Migros situées en dehors de leur «région», Migros Zurich préférant parfois acheter ses salades à l étranger plutôt que dans le Chablais. PR-PG urs, autant de métiers au service des produits et des labels régionaux. de miser sur des labels régionaux existants, préfère afficher la photo du maraîcher en magasin pour jouer sur la corde émotionnelle. A la Migros, les OVPT NE producteurs De la région sont mis en scène sur les affiches, mais, dans la réalité, ils n ont pas toujours le même sourire publicitaire. En effet, ce programme, dont les exigences varient Les labels de terroir romands n ont pas encore trouvé leur public Près de dix ans après leur création, et malgré un soutien important des cantons et de la Confédération, les marques régionales romandes n ont pas encore trouvé leur public, à part à Genève, où le label Genève Région Terre Avenir (GRTA) est distribué par Migros. Ailleurs, lorsqu un produit entre au supermarché, le label régional disparaît généralement derrière la marque du distributeur, renforçant ce manque de notoriété. Un déficit dû certainement à la présence sur le territoire romand de neuf labels et neuf logos différents, alors que l Union européenne prévoit un logo déclinable régionalement. Ces démarches semblent avoir échoué dans le contact direct avec le consommateur, au contraire des producteurs pratiquant la vente directe ou des démarches d agriculture contractuelle de proximité (paniers de légumes). Ces dernières, majoritairement sans soutien public, restent 17 FRC_mag13_16-19.indd :03:41

18 ALIMENTATION F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 encore confidentielles (0,5% environ de la population romande y a recours) mais connaissent un fort développement depuis quatre ans, passant de 400 à 4200 ménages approvisionnés. Sur ce marché en expansion, il peut être tentant de vendre l image du terroir, «le capital symbolique», selon Sophie Réviron, sans le contenu. Les marques régionales ont un rôle à jouer en garantissant par leur label que le contenu des produits correspond véritablement aux promesses de l emballage. La FRC attend qu en 2009, conformément aux affirmations des marques, des progrès significatifs soient réalisés; en tant que financeurs, la Confédération et les cantons doivent y veiller, sans quoi le mot «terroir» deviendra un pur concept marketing. A. C. Le canton de Vaud était cette année l hôte d honneur de l Olma, la foire d automne de Saint-Gall. Les marques régionales romandes Une h Pour la FRC, les lignes directrices de la Commission intercantonale terroir (CIT) constituent un premier pas. D une part, elles sont suffisamment exigeantes sur les points cruciaux que sont l origine régionale des produits agricoles et du bétail, au moins à 90%, le lieu d élaboration des produits et son caractère artisanal, la traçabilité et la mise en place de contrôles externes. D autre part, ce n est pas un cadre trop rigide, puisque des dérogations peuvent Les labels définis en accord avec la CIT être accordées. Mais les labels de terroir régionaux (ou les marques de terroir des cantons romands) n ont pas encore tous concrétisé ces exigences. Certaines marques romandes pourraient être tentées d adopter le cahier des charges national, élaboré par la suite et utilisé par l Ofag pour définir les bénéficiaires d aide à la promotion. Ce dernier document est moins exigeant sur plusieurs points, notamment le pourcentage de matières premières. A. O. La marque Produits du terroir Neuchâtel respecte les critères de la CiT. En collaboration avec le Jura et le Jura bernois, elle mène un projet pilote de certification contrôle par un organisme indépendant pour vérifier sur le terrain l application des critères du cahier des charges. Sur cette base, la certification devrait démarrer en 2009 pour les autres marques régionales (Vaud, Fribourg, Valais) Les marques Spécialités du canton du Jura et Produits du terroir du Jura bernois, également fidèles aux prescriptions de la CIT, utilisent des matières premières exclusivement jurassiennes, à deux exceptions près: le chocolat et le houblon. Pays-d Enhaut Produits authentiques dispose également d un bon cahier des charges, particulièrement pointu sur la question du lieu d élevage des animaux, mais sans préciser l origine du fourrage. 18 FRC_mag13_16-19.indd :03:45

19 F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 ALIMENTATION ARC/Jean-Bernard Sieber Alessandra Silauri, responsable de la promotion des ventes des produits agricoles et cheffe suppléante du secteur «promotion de la qualité et des ventes» à l Ofag, Office fédéral de l agriculture. Quelle différence y a-t-il entre un produit régional et un produit du terroir? La notion de région fait référence à la provenance du produit et à la destination du revenu de la vente, alors que celle de terroir recourt au savoir-faire traditionnel d une région. La Suisse romande a une approche plutôt méditerranéenne, culturelle, alors qu en Suisse alémanique les aspects liés à la santé sont privilégiés. L enquête de la FRC en 2001 a-t-elle eu des effets? e harmonisation encore en cours Les retardataires Le cahier des charges commun de Produits du terroir vaudois et de Saveur du Jura vaudois est encore trop flou. Reste que ces marques, qui assurent qu elles certifieront leurs produits au printemps prochain sur les modèles de Neuchâtel et du Jura, ont déjà rayé de leurs listes de nombreux produits non conformes. Marques régionales essentielles à la promotion de l agriculture Suite à cette enquête, une base commune a pu être définie. Les responsables des marques régionales réunis à l initiative de l Ofag ont fixé des exigences communes minimales pour garantir leur crédibilité à long terme. Mais il est possible d aller plus loin: Genève a introduit par exemple des critères sociaux dans son règlement. Quelle place occupent les produits du terroir dans la politique agricole suisse? Lanterne rouge Avec l ouverture des frontières, les produits du terroir et régionaux occupent une place capitale. La Confédération consacre 2 millions de francs par an à la promotion de ces produits, soit près d un cinquième du budget destiné à la promotion faite en Suisse. Un chiffre qui n est pas du tout proportionnel à la quantité produite, mais correct en termes de promotion de la qualité! A. O. Produits du terroir du Pays de Fribourg. Le cahier des charges, minimaliste et laxiste, n a pas encore été adapté, mais les nouveaux produits répondent aux critères de la CIT. La situation devrait se clarifier fin 2009, selon ses responsables. Le pionnier social Genève Région Terre Avenir Cette marque ne revendique pas une connotation terroir, mais promeut les produits genevois, sans se limiter aux spécialités traditionnelles. Son cahier des charges autorise ainsi la culture hors-sol, mais, sur les autres points, correspond à celui de la CiT. Avec trois plus: les étiquettes donnent beaucoup d informations (mode de production, indication de la variété, origine précise des ingrédients, etc.), les conditions sociales des employés agricoles sont définies et les produits sont déjà certifiés. Le label prévoit aussi un prix équitable qui peine à se concrétiser. Le satellite Marque Valais Cette marque s est retirée de la CiT car cette dernière n acceptait pas la viande séchée fabriquée à partir de viande non valaisanne. Fruits et miels portent toutefois la marque Valais et remplissent les exigences de la CiT. 19 FRC_mag13_16-19.indd :03:47

20 TEST FRC F R C MAGAZINE NOVEMBRE 2008 N O 13 Films alimentaires L adhé re Qui ne s est jamais énervé en manipulant un film alimentaire? Hélas, mê DOSSIER RÉALISÉ PAR HUMA KHAMIS d un film alimentaire tourne parfois L utilisation au cauchemar: il est censé coller à tout, mais se colle surtout à lui-même, et rarement au support sur lequel on veut l employer. Afin de voir ce qui se cache derrière ces films transparents, la FRC a testé les produits les plus courants. Bonne nouvelle! Nous avons trouvé celui qui répond à la majorité de vos besoins. Malheureusement, dans certains cas, c est bien à l utilisateur de faire preuve de la souplesse qui fait défaut à cette fameuse pellicule destinée à conserver nos aliments. Un panel de testeurs et un laboratoire spécialisé se sont penchés sur 120 rouleaux de sept marques différentes. Ils n en ont pas perdu leurs nerfs... Une colle pour l adhérence Autant le préciser d emblée, même le meilleur film étirable du monde rencontre des difficultés à adhérer à certaines surfaces. Inutile donc de pester contre celui-ci lorsque vous l employez sur du Teflon (un moule à gâteau, par exemple) ou sur de l acier: il ne tiendra pas... ou alors péniblement. Normal: les ustensiles de cuisine portant ce type de revêtement sont conçus pour être antiadhérents et éviter que les substances ne s y attachent. Par conséquent, face à ces récipients peu coopérants, il faudra compter sur la faculté du film à s étirer et sur son autoadhérence. Sur ces points, seul le film alimentaire M Budget s en sort convenablement et vient à bout de la surface émaillée d une casserole. De leur côté, Folio et Saran peinent à l attache... A l opposé, tous les films alimentaires en test ont passé sans encombre l épreuve du saladier en Attention, ça chauffe Quoi de plus simple que de passer directement l assiette recouverte de film alimentaire du frigo au micro-ondes, en prenant soin d y percer quelques trous au préalable? Méfiez-vous, toutes les pellicules ne supportent pas les hautes températures, et vous risquez bien d être confronté à du plastique qui se rétracte et qui n empêche plus les projections dans le four. Dans le pire des cas, des substances indésirables peuvent se retrouver dans votre nourriture. Si vous voulez chauffer les aliments emballés, choisissez des films portant la mention «résiste au micro-ondes». A titre d exemple, le film Saran est conçu pour aller au four à micro-ondes et résiste à des températures de 180 degrés. Mais cet avantage a un prix: ce film est plus épais, moins adhérent, et c est aussi le plus cher de notre test. H. K. 20 FRC_mag13_20-23.indd :04:10

Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser

Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser Éclairage L'éclairage représente en moyenne 15% d'une facture d'électricité. Pour en diminuer sa charge profitez au maximum

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Assainissement sur mesure Pour un confort optimal

Assainissement sur mesure Pour un confort optimal Office fédéral de l énergie SuisseEnergie Assainissement sur mesure Pour un confort optimal Conférence Romande des Délégués à l Energie www.crde.ch Votre objectif Murs Toits et fenêtres Meilleur confort:

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2005

CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2005 CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2005 I. La consommation en Suisse en 2005 1) Contribution accrue de la consommation privée des ménages à la croissance économique La consommation privée en Suisse en 2005

Plus en détail

Économiser l eau et l énergie chez soi

Économiser l eau et l énergie chez soi Économiser l eau et l énergie chez soi Le point sur nos consommations DES CHIFFRES QUI PARLENT Un ménage français consacre, en moyenne et par an, 6,2 % de ses ressources pour se chauffer, se déplacer,

Plus en détail

Semestre d étude à l Université de Limerick

Semestre d étude à l Université de Limerick Camille DESTOMBES Rapport fin de séjour Semestre d étude à l Université de Limerick Année 2013-2014 J ai passé le semestre d automne 2013-2014 dans l université de Limerick dans le sud-ouest de l Irlande

Plus en détail

Petits gestes. Département du Lot. Grandes économies. Trucs et astuces pour faire baisser la facture. Guide écos-gestes p 1

Petits gestes. Département du Lot. Grandes économies. Trucs et astuces pour faire baisser la facture. Guide écos-gestes p 1 Département du Lot Petits gestes Grandes économies Trucs et astuces pour faire baisser la facture Guide écos-gestes p 1 Comment réduire sa facture d eau, d électricité? Est-il vraiment possible d économiser

Plus en détail

En partenariat avec. Faire des économies d énergie Conseils pour le quotidien

En partenariat avec. Faire des économies d énergie Conseils pour le quotidien En partenariat avec Faire des économies d énergie Conseils pour le quotidien Sommaire Des économies d énergie sont autant d économies d argent 5 Conseils pour bien se chauffer 7 Conseils pour bien aérer

Plus en détail

3 x = 1x. l énergie. Préférez les douches plutôt que des bains. GRANd défi. Un bain, c est 150 à 200 litres d eau, une douche,

3 x = 1x. l énergie. Préférez les douches plutôt que des bains. GRANd défi. Un bain, c est 150 à 200 litres d eau, une douche, Préférez les douches plutôt que s bains Un bain, c est 150 à 200 litres d eau, une douche, 3 x = 1x c est seulement 30 à 40 litres, soit 5 fois plus économique qu un bain! 3 E/mois* * Selon le CSTB, le

Plus en détail

Sigeif. pour réduire votre facture et protéger l environnement. 42 gestes au quotidien. Guide pratique pour la maîtrise de l énergie

Sigeif. pour réduire votre facture et protéger l environnement. 42 gestes au quotidien. Guide pratique pour la maîtrise de l énergie Sigeif Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Electricité en Ile-de-France au bureau dans les transports 42 gestes au quotidien pour réduire votre facture et protéger l environnement Guide pratique pour

Plus en détail

02, Avenue chenoi, BP 265 - Hydra - Alger Tél. : 021 60 31 32 / 60 24 46 / Fax : 021 48 25 68 / Site web : www.aprue.org.dz

02, Avenue chenoi, BP 265 - Hydra - Alger Tél. : 021 60 31 32 / 60 24 46 / Fax : 021 48 25 68 / Site web : www.aprue.org.dz 02, Avenue chenoi, BP 265 - Hydra - Alger Tél. : 021 60 31 32 / 60 24 46 / Fax : 021 48 25 68 / Site web : www.aprue.org.dz Ce guide, conçu par l Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES?

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? 1. CONSOMMATION DE PAPIER Les écoles primaires et secondaires bruxelloises consomment chaque année 250 millions de feuilles A4, soit environ

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2 MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 LA VÉRITÉ SUR LE MARKETING: QU EST-CE QUE LE MARKETING? QU EST-CE QUE N EST PAS LE MARKETING? DIX CONSEILS POUR UNE GESTION DE MARQUE EFFICACE UNITÉ 2 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec À l intention du Comité tripartite sur la valorisation Lévis (Québec)

Plus en détail

Association Suisse des Fabricants et Fournisseurs d Appareils électrodomestiques. La nouvelle étiquette énergie 2011

Association Suisse des Fabricants et Fournisseurs d Appareils électrodomestiques. La nouvelle étiquette énergie 2011 Association Suisse des Fabricants et Fournisseurs d Appareils électrodomestiques La nouvelle étiquette énergie 2011 INTRODUCTION L étiquette énergie, histoire d un succès Les principaux critères d achat

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

Power4You L ÉNERGIE MOINS CHÈRE ET PLUS VERTE C EST POUR VOUS!

Power4You L ÉNERGIE MOINS CHÈRE ET PLUS VERTE C EST POUR VOUS! Power4You Power4You L ÉNERGIE MOINS CHÈRE ET PLUS VERTE C EST POUR VOUS! SÉANCE D INFO ORGANISÉE EN COLLABORATION AVEC LE COMITÉ DE QUARTIER OPALE-OPAAL POWER4YOU EN BREF POWER4YOU QU EST CE QUE C EST?

Plus en détail

Eléments de réflexion sur une tarification. Les données EdF explicitées (tarifs TTC actualisés à la date du 15.08.2010)

Eléments de réflexion sur une tarification. Les données EdF explicitées (tarifs TTC actualisés à la date du 15.08.2010) Eléments de réflexion sur une tarification Les Unités concernées Le Kilowatt-heure (1Kwh = 1000 wh) est une unité d énergie. Elle est d une utilisation plus pratique que le joule quand il s agit de comptabiliser

Plus en détail

Parité réseau. 1. Synthèse. 2. Introduction

Parité réseau. 1. Synthèse. 2. Introduction Parité réseau Document connaissances de base, état: octobre 2013 1. Synthèse Dès lors que l électricité autoproduite affiche un coût équivalent à celui de l électricité prélevée sur le réseau, elle devient

Plus en détail

Nos prêts hypothécaires. Edifiez votre logement sur des fondations solides

Nos prêts hypothécaires. Edifiez votre logement sur des fondations solides Nos prêts hypothécaires Edifiez votre logement sur des fondations solides Vous rêvez d un logement bien à vous? La Banque Migros vous soutient avec des solutions attrayantes. Du financement de votre premier

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE. Les travaux d éco-rénovation sont-ils vraiment rentables? À quelles

Plus en détail

ENFIN UN DECOMPTE EQUITABLE! Un décompte des frais de chauffage et d eau en fonction de la consommation réelle

ENFIN UN DECOMPTE EQUITABLE! Un décompte des frais de chauffage et d eau en fonction de la consommation réelle ENFIN UN DECOMPTE EQUITABLE! Un décompte des frais de chauffage et d eau en fonction de la consommation réelle Schweizerischer Verband für Wärme- und Wasserkostenabrechnung Association suisse pour le décompte

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE.

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE. GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE. Les travaux d éco-rénovation sont-ils vraiment rentables? À quelles

Plus en détail

-DIVERSIFICATION - DES NOUVEAUX MOYENS POUR AUGMENTER VOS BÉNÉFICES

-DIVERSIFICATION - DES NOUVEAUX MOYENS POUR AUGMENTER VOS BÉNÉFICES CHAPITRE 17 -DIVERSIFICATION - DES NOUVEAUX MOYENS POUR AUGMENTER VOS BÉNÉFICES Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre 6 moyens pour diversifier votre business VO Le rôle clé du commercial Mettre

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE

GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE GUIDE PRATIQUE POUR MES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE POUR MON BUDGET, MON CONFORT ET MA PLANÈTE : JE ME LANCE, AVEC LE CRÉDIT AGRICOLE. Les travaux d éco-rénovation sont-ils vraiment rentables? À quelles

Plus en détail

THEME 4 : Eco-citoyenneté

THEME 4 : Eco-citoyenneté Saint-Chamond 2020, un projet de développement durable pour Saint-Chamond, construit avec tous les citoyens ATELIERS CITOYENS : Partageons nos points de vue sur Saint-Chamond! THEME 4 : Eco-citoyenneté

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

en hiver, maîtriser sa facture d électricité

en hiver, maîtriser sa facture d électricité en hiver, maîtriser sa facture d électricité DOSSIER DE presse 2014 Contact presse service-de-presse@edf.fr Tél. : 01 40 42 46 37 Contact presse service-de-presse@edf.fr Tél. : 01 40 42 46 37 L arrivée

Plus en détail

Comment réduire sa consommation électroménagère? Conseils pratiques

Comment réduire sa consommation électroménagère? Conseils pratiques Comment réduire sa consommation électroménagère? Conseils pratiques Cabinet O.Sidler - 26160 Félines/Rimandoule Pour réduire sa consommation électroménagère, quatre types d actions sont possibles : 1 -

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

Réduisons nos déchets :

Réduisons nos déchets : Réduisons nos : 1 kg de produit par habitant et par jour! Les quantités de produits en France augmentent de 1% chaque année. 2005 Les des ménages représentent 22 % de la totalité des produits. 1960 160

Plus en détail

Les économies d énergie avec Synco

Les économies d énergie avec Synco Les économies d énergie avec Synco Conseils et astuces pour l utilisateur final *Des réponses pour les infrastructures Answers for infrastructure*. 1 2 Sommaire Situation actuelle et potentiels d économie...

Plus en détail

CHASSE OUVERTE AUX ENERGIVORES!

CHASSE OUVERTE AUX ENERGIVORES! CHASSE OUVERTE AUX ENERGIVORES! ZONES DE CHASSE LE SALON P.4-9 LA CHAMBRE P.16-19 LA SALLE DE BAIN P.20-23 LA CUISINE P.10-15 SOMMAIRE Introduction Le salon La cuisine La chambre La salle de bain Êtes-vous

Plus en détail

Analyse critique de l étude de l Union Française de l Electricité

Analyse critique de l étude de l Union Française de l Electricité Analyse critique de l étude de l Union Française de l Electricité Benjamin DESSUS 23 janvier 2012 www.global-chance.org ANALYSE CRITIQUE DE L ETUDE DE L UFE. Benjamin DESSUS 23 janvier 2012 * L Union Française

Plus en détail

Économisons l énergie! 11

Économisons l énergie! 11 Économisons l énergie! 11 Objectifs Prendre conscience de sa consommation d énergie. Maîtriser sa consommation d énergie afin de réduire l émission de gaz à effet de serre (mettre en place gestes et actions).

Plus en détail

Analyse critique de l étude de l union française de l électricité : «électricité 2030, quels choix pour la France»

Analyse critique de l étude de l union française de l électricité : «électricité 2030, quels choix pour la France» Analyse critique de l étude de l union française de l électricité : «électricité 2030, quels choix pour la France» Benjamin Dessus (Global Chance) L Union Française de l Électricité, organisme qui regroupe

Plus en détail

Tes 12 défis. Dis STOP. au réchauffement de la planète!

Tes 12 défis. Dis STOP. au réchauffement de la planète! Tes 12 défis Dis STOP au réchauffement de la planète! Tes 12 défis mode d emploi Et si les 500 000 lecteurs d Images Doc s y mettent? Ce livret te propose 12 gestes simples à réaliser dans ta vie quotidienne

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

312 GJ (312 000 000 000 J) Chapitre 3. La principale source d énergie de la Terre est le Soleil. L ÉNERGIE ET SES MANIFESTATIONS. par habitant par an.

312 GJ (312 000 000 000 J) Chapitre 3. La principale source d énergie de la Terre est le Soleil. L ÉNERGIE ET SES MANIFESTATIONS. par habitant par an. Chapitre 3 L ÉNERGIE ET SES MANIFESTATIONS La principale source d énergie de la Terre est le Soleil. Toutefois, la principale source d énergie exploitée par l humain est le pétrole. SOURCES D ÉNERGIE UTILISÉES

Plus en détail

Actualités Juridiques

Actualités Juridiques À savoir Actualités Juridiques Investir dans la pierre : une garantie pour la retraite Louez bien, louez meublé? Etat des lieux : une précaution indispensable! Investir dans la pierre : une garantie pour

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Isola. L arbre généalogique de la famille. Paul. Bénédicte. Mathias. Marie. énerg hic

Isola. L arbre généalogique de la famille. Paul. Bénédicte. Mathias. Marie. énerg hic Chasse au gaspi avec Paul L arbre généalogique de la famille Isola Bénédicte Mathias énerg hic Marie Dépôt légal : octobre 2009 D/2009/11802/54 Service public de Wallonie, 2009 Tous droits réservés Editeur

Plus en détail

D autres questions? Votre partenaire en cas de litige lié à votre logement TCS Protection juridique immeuble Plier la carte, humecter et coller ici.

D autres questions? Votre partenaire en cas de litige lié à votre logement TCS Protection juridique immeuble Plier la carte, humecter et coller ici. Demande d assurance D autres questions? Oui, je veux vivre dans mon logement en toute sérénité et souscris l assurance TCS Protection juridique immeuble au prix de CHF 60. par an. Nous sommes à votre disposition

Plus en détail

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable «Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod «La terre n appartient pas à l homme, c est l homme qui appartient à la terre» Sitting Bull L habitat est le premier

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

8 écrans 1 360 8 unités centrales un modem Prix hors taxes 4 460 T.V.A. 19,6 % Prix taxes comprises.

8 écrans 1 360 8 unités centrales un modem Prix hors taxes 4 460 T.V.A. 19,6 % Prix taxes comprises. EXERCICES SUR LA FORMATION DES PRIX Exercice 1 Monsieur Lemarque, gérant d'un bar, vient de développer huit accès à internet dans son établissement. Pour cela, il a décidé d'acheter les éléments séparément

Plus en détail

LES GESTES VERTS POUR VOTRE LOGEMENT

LES GESTES VERTS POUR VOTRE LOGEMENT LES GESTES VERTS POUR VOTRE LOGEMENT Le guide malin des économies d énergies, chez moi! Toutes les astuces, idées, conseils pour baisser vos charges et rendre la planète plus belle! Agir pour protéger

Plus en détail

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur:

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

La solution fidélisation par carte à puce

La solution fidélisation par carte à puce FIDELITY CARD La solution fidélisation par carte à puce 2 / 11 Fidéliser ses clients Face à la diversité de l'offre et à la multiplication des formes de distribution, fidéliser est devenu le maître mot

Plus en détail

Toute l énergie de l innovation

Toute l énergie de l innovation Toute l énergie de l innovation 1 Pourquoi Agir? Le contexte électrique Breton Le programme ENBRIN 2 Comment Agir au quotidien? Les éco-gestes au travail Les éco-gestes à la maison ÉcoWatt 2 - animation

Plus en détail

Monnaie. Options de paiement Il y a différentes façons de paiement pour les produits et services en Estonie:

Monnaie. Options de paiement Il y a différentes façons de paiement pour les produits et services en Estonie: Monnaie L Euro ( ) est la monnaie officielle de l Estonie depuis le 1er janvier 2011. 1 euro = 100 centimes. Les pièces suivantes sont utilisées: 1, 2, 5, 10, 20 & 50 centimes et 1 & 2 euros. Les dénominations

Plus en détail

EXPOSITION LA MAISON ÉCONOME

EXPOSITION LA MAISON ÉCONOME EXPOSITION LA MAISON ÉCONOME Autour de 100m de modules ludiques et interactifs, organisés selon les différentes pièces d une habitation, venez découvrir comment réduire vos consommations d eau et d énergie

Plus en détail

BUT DU JEU Etre le seul joueur qui n ait pas fait faillite.

BUT DU JEU Etre le seul joueur qui n ait pas fait faillite. Si vous avez l habitude de jouer à Monopoly, vous pouvez maintenant faire des parties plus rapides! Une partie de jeu rapide est une vraie partie de Monopoly, à trois différences près : 1. Avant le début

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

>> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Eau chaude sanitaire 3 ***

>> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Eau chaude sanitaire 3 *** SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Zena CHAUDIÈRE MURALE GAZ BASSE TEMPÉRATURE EASYLIFE Le confort à budget mini! >> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Eau chaude sanitaire

Plus en détail

Indications pédagogiques D2/23

Indications pédagogiques D2/23 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques D2/23 D : REALISER UN MESSAGE A L ECRIT Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 2 : Organiser et structurer un message Objectif opérationnel

Plus en détail

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)»

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Département fédéral des finances DFF Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Etat: septembre 2014 Questions et réponses Que demande l initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative

Plus en détail

Terre&Nature, c est chaque jeudi plus de 110 000 lecteurs fidèles par nature.

Terre&Nature, c est chaque jeudi plus de 110 000 lecteurs fidèles par nature. Tarifs 2014 Terre&Nature, c est chaque jeudi plus de 110 000 lecteurs fidèles par nature. Xavier Duquaine Rédacteur en chef Chaque semaine, offrez-vous une place au cœur de la nature dans notre hebdomadaire!

Plus en détail

LETTRE AUX ACTIONNAIRES

LETTRE AUX ACTIONNAIRES LETTRE AUX ACTIONNAIRES Commentaire sur l évolution des affaires du Groupe VZ au 1 er semestre 2014 VZ Holding SA Beethovenstrasse 24 8002 Zurich GROUPE VZ : PREMIER SEMESTRE 2014 Madame, Monsieur, chers

Plus en détail

Le confort toute l année

Le confort toute l année Le confort toute l année Altherma de Daikin, c est une solution performante pour le chauffage de votre maison, mais pas seulement! C est aussi votre source d eau chaude sanitaire, ainsi que votre système

Plus en détail

Enquête sur les budgets des ménages (EU-HBS)

Enquête sur les budgets des ménages (EU-HBS) Enquête sur les budgets des ménages (EU-HBS) INFORMATIONS GÉNÉRALES EU-HBS (European Union Household Budget Survey) est une enquête sur les dépenses et les revenus des ménages belges ; c est un outil important

Plus en détail

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une

La Commission de la concurrence (ci-après: Comco) a adopté le 21 octobre 2002 une Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Note explicative de la Commission de la concurrence se rapportant à la Communication

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009

Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009 L amour du prochain : réfléchir, s engager. Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009 Atelier 5 Injustice et justice dans notre consommation Exposé d Elisabeth Hardmeier, enseignante en musicologie de la

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

Rénover son bâtiment Mode d emploi

Rénover son bâtiment Mode d emploi Un Article de presse de Fribourg, le 31 mai 2010 Rénovation, énergie solaire : comment bien faire et quel financement? Rénover son bâtiment Mode d emploi En Suisse, près de deux millions de bâtiments,

Plus en détail

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs L hôtellerie-restauration suisse souffre depuis belle lurette de la cherté du franc suisse. Ces derniers mois tout particulièrement,

Plus en détail

L hypermarché dans lequel je fais mes achats vend les yaourts nature par paquet de 12. Je vis seul. Est-ce que je peux n en prendre que 4?

L hypermarché dans lequel je fais mes achats vend les yaourts nature par paquet de 12. Je vis seul. Est-ce que je peux n en prendre que 4? 1 J ai acheté un pot de peinture dans un magasin de bricolage. Lors du passage en caisse, le prix était plus cher que celui affiché en rayon. Est-ce que je peux exiger de payer le premier prix? Oui. En

Plus en détail

Un mode de paiement avec plein d avantages pour vos achats et vos voyages

Un mode de paiement avec plein d avantages pour vos achats et vos voyages MasterCard ou Visa Un mode de paiement avec plein d avantages pour vos achats et vos voyages Les cartes de crédit offrant les prestations les plus attrayantes au quotidien et en voyage. card services Une

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 3112 Valable jusqu au : 15/02/2025 Type de bâtiment : Immeuble collectif Année de construction : Avant 1975 Surface habitable : 92,04 m² Adresse : 6, Rue Francisque Sarcey 75116 PARIS 16 Date : 16/02/2015

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

Pénurie d électricité? RESA répond à vos questions

Pénurie d électricité? RESA répond à vos questions Pénurie d électricité? RESA répond à vos questions Questions et réponses relatives à la pénurie d électricité 1. DÉFINITIONS PÉNURIE D ÉLECTRICITÉ Une pénurie d électricité intervient quand la production

Plus en détail

SMA Solar Technology AG Avenir Solaire pour les enfants. À la maison

SMA Solar Technology AG Avenir Solaire pour les enfants. À la maison À la maison Combien d énergie consommons-nous réellement à la maison? Comment la mesurer? Solarine et L Ourson Soleil vont te donner quelques astuces pour faire des économies d énergie chez toi, afi n

Plus en détail

Questions abordées : L offre en produits régionaux et ses caractéristiques

Questions abordées : L offre en produits régionaux et ses caractéristiques Compte-rendu de l atelier du 24 janvier 2013 sur les attentes des consommateurs, les marchés, les relations avec la grande distribution, les signes de qualité et de marque et la restauration hors domicile

Plus en détail

I. LES ENTREPRISES FACE A L ÉNERGIE

I. LES ENTREPRISES FACE A L ÉNERGIE Vous êtes ici : Entreprendre» Défis du 21ème siècle» Énergie» Entreprises & Énergie I. LES ENTREPRISES FACE A L ÉNERGIE Une entreprise utilise de l énergie pour différents postes. Voici quelques exemples

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

4. Stratégie hypothécaire. Taux d intérêt présents et futurs

4. Stratégie hypothécaire. Taux d intérêt présents et futurs 75 qui influencent directement le financement des hypothèques reste parfaitement imprévisible. Pour cette raison, il est recommandé de calculer précisément son budget afin de déterminer exactement quelles

Plus en détail

Linge propre pour pas cher Faire sa lessive sans lessiver le porte-monnaie

Linge propre pour pas cher Faire sa lessive sans lessiver le porte-monnaie Office fédéral de l énergie SuisseEnergie Linge propre pour pas cher Faire sa lessive sans lessiver le porte-monnaie Conférence Romande des Délégués à l Energie www.crde.ch Jour de lessive!... Pensez à

Plus en détail

Eco campus Pasteur-lille

Eco campus Pasteur-lille Eco campus Pasteur-lille Mobilisons ensemble nos énergies pour un environnement amélioré et durable Choisissons les éco-gestes : 4 au travail 4 à la maison INSTITUT PASTEUR DE LILLE Fondation reconnue

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

Le chauffage. Défi FAEP

Le chauffage. Défi FAEP Le chauffage Défi FAEP Les aspects abordés L impact du chauffage sur les consommations Les bonnes questions à se poser Lutter contre les parois froides Exemple avec une famille moyenne La part du chauffage

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

Sensibilisation comportementale. Réunion d information Le 30 avril 2011

Sensibilisation comportementale. Réunion d information Le 30 avril 2011 Sensibilisation comportementale Réunion d information Le 30 avril 2011 Espace Info Energie Informer et conseiller Les semaines paires à Pontivy, - 1 rue Henri Dunant de 13h30 à 17h30 du lundi au vendredi

Plus en détail

Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers

Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers E X P E R T D U D. P. E L O C A T I F Diagnostic de Performance Energétique Pour la location Appartement N 1 T2 DOCUMENT LOCATAIRE Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers Rapport N 5215022008 réalisée

Plus en détail

CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse. 5/6 novembre 2010, Berne

CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse. 5/6 novembre 2010, Berne CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse 5/6 novembre 2010, Berne Impressum: Éditrice : Union syndicale suisse USS 3003 Berne, www.uss.ch, info@sgb.ch Rédaction : Pietro Cavadini Conception graphique

Plus en détail

Grâce à une séance de remue-méninges, les élèves cherchent un nom à la fois percutant et pertinent puis votent pour retenir l une des propositions.

Grâce à une séance de remue-méninges, les élèves cherchent un nom à la fois percutant et pertinent puis votent pour retenir l une des propositions. Créer un journal Qu'un journal scolaire soit imprimé ou en ligne, sa création est un projet propre à motiver les élèves et resserrer les liens dans la classe à condition de profondément impliquer les jeunes

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

Quelle est la combinaison gagnante?

Quelle est la combinaison gagnante? LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE LE PLUS AVANTAGEUX Quelle est la combinaison gagnante? O. Lesage et R. Vanparys Le prix du mazout atteint des sommets ces derniers temps et cela fait mal au portefeuille. Le prix

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix

Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix N 2 Janvier 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Evolution des dépenses contraintes et de

Plus en détail

Investissez dans l'immobilier

Investissez dans l'immobilier Investissez dans l'immobilier 1 Investissez dans l'immobilier Visitez : www.immo-topics.fr 2 Investissez dans l'immobilier Sommaire Est-ce que l immobilier est fait pour vous?... 3 Pourquoi vous avez tout

Plus en détail