Angioedème histaminique idiopathique : Profil clinico-biologique type à partir de 88 patients

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Angioedème histaminique idiopathique : Profil clinico-biologique type à partir de 88 patients"

Transcription

1 1 Angioedème histaminique idiopathique : Profil clinico-biologique type à partir de 88 patients D. Fagedet 1, C. Cluze 2, I. Boccon-Gibod 1, A. Baudet 1, C. Massot 1, L. Bouillet 1 1Centre de Réference des Angioedèmes - Médecine Interne - CHU de Grenoble, 2INSERM UMR 912 Marseille

2 2 Introduction L angiœdème (AO) Œdème hypodermique localisé Kaplan 2005 Problème diagnostique fréquemment posé au Centre de Références des Angiœdèmes de Grenoble (CREAK) Deux principales causes Grigoriadou 2009 Angiœdème bradykinique, avec déficit en C1 Inhibiteur ou anomalies de la voie kallicréine-kinine Angiœdème histaminique idiopathique (AHI), reflet clinique de l urticaire chronique dans les tissus profonds

3 3 Physiopathologie D après JFNicolas

4 4 Objectif Décrire un profil clinico-biologique des patients consultant au CREAK, pour lesquels un diagnostic d Angioedème histaminique idiopathique a été retenu, dans le but de faciliter leur prise en charge. Identifier des facteurs prédictifs de réponse au traitement Rechercher des spécificités en fonction de la présence d une urticaire ou d anticorps anti-thyroïdiens associés.

5 5 Patients et méthode Etude rétrospective des patients ayant consulté au CREAK De Mars 2007 à Septembre 2010 Diagnostic d AHI retenu Critères d exclusion : AO bradykinique, allergique ou associé à une connectivite

6 6

7 7 Epidémiologie générale 247 patients ont consulté au CREAK 36% (n=88) des patients présentaient un AHI 60 femmes Âge moyen au diagnostic : 43,6ans Délai diagnostic : 5,9 ans Dans 80% des cas dès la première consultation au CREAK

8 Description clinique 8

9 9 Caractéristiques paracliniques Bilan réalisé dans 80% des cas NFS, CRP, EPS, ACAN, Ac anti-thyroïdiens, C1inh Rarement anormal Ac anti-thyroïdiens + (n = 10) 6 patients avec signes généraux Pas plus d investigations Pas plus de résultats anormaux

10 Réponse au traitement 10

11 11 Efficacité du traitement Traitement arrêté après 6 mois chez 28 patients 19 patients ont été revus Rémission complète n = 8 Récidive n = 11 58% de récidives 6 mois après l arrêt du traitement Pas de facteur prédictif de meilleure réponse au traitement Moins de récidives si arrêt brutal du traitement (p<0,05)

12 12 Urticaire et angioedème 59% des patients Concomitante : 9 patients A distance : 12 patients Les deux : 31 patients Diagnostic dès la première consultation au CREAK plus fréquent Pas plus d explorations paracliniques

13 Urticaire et angioedème 13

14 14 En prèsence d anticorps antithyroïdiens 15% des patients Présentation clinico-biologique identique Réponse au traitement non modifiée Plus souvent positifs en l absence de prise de corticoïdes antérieure

15 15 Discussion Profil clinique type : Crises fréquentes, courtes, prédominant au visage Examens paracliniques normaux Concordant avec la littérature Zingale 2006, Kulthanan 2007 L AHI reste mal connu 1/3 des consultations du CREAK Pas de mise en jeu du pronostic vital Errance diagnostique+++

16 16 Discussion Diagnostic différentiel :AO bradykinique type III Bouillet 2004, Bork 2007, Vitrat-Hincky 2010 Critères de distinction de l AE histaminergique Crises plus courtes Vitrat-Hincky 2010 Association avec une urticaire Test thérapeutique Cicardi 1999, Bouillet 2004 Dans l avenir, marqueurs biologiques? Pronostic très différent

17 17 Discussion Population féminine Rôle des oestrogènes? Kulthanan 2007, Nettis 2003 Rôle de l auto-immunité? Asero 2007, Ghazeeri 2011 Traitement Efficacité des anti-h1, pas des antileucotriènes Morgan 2008 Arrêt brutal du traitement? Effet paradoxal des corticoïdes Zuberbier 2009, Nosbaum 2010

18 18 Discussion Profil clinique particulier en présence d une urticaire Toubi, 2004 Rapprocher la surveillance Traiter plus longtemps En présence d urticaire et de douleurs abdominales : Syndrome d activation mastocytaire? Akin 2010, Hamilton 2011

19 19 Conclusion Une meilleure connaissance de cette pathologie doit permettre De faciliter son diagnostic De faciliter son diagnostic différentiel D optimiser sa prise en charge

PRISE EN CHARGE DE L ANGIOEDÈME À BRADYKININE EN URGENCE

PRISE EN CHARGE DE L ANGIOEDÈME À BRADYKININE EN URGENCE PRISE EN CHARGE DE L ANGIOEDÈME À BRADYKININE EN URGENCE Dr Noémie Le Gouellec Service de Médecine Interne Hôpital Claude-Huriez CHRU Lille CREAK : Centre National de Reference des Angioedèmes à Kinine

Plus en détail

HETEROGENEITE CLINIQUE DE L ANGIOEDEME PAR DEFICIT EN C1 INHIBITEUR. A PROPOS DE 20 Cas

HETEROGENEITE CLINIQUE DE L ANGIOEDEME PAR DEFICIT EN C1 INHIBITEUR. A PROPOS DE 20 Cas HETEROGENEITE CLINIQUE DE L ANGIOEDEME PAR DEFICIT EN C1 INHIBITEUR A PROPOS DE 20 Cas Messaoudi H., Djenouhat K., Otmani F., Arrada M. Service Médecine Interne, CHU Mustapha Laboratoire centrale, EPH

Plus en détail

Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins

Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins 1 sur 6 Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins Synonymes : angio-œdème héréditaire (ANH), angio-œdème bradykinique, œdème angioneurotique (OAN) Définition : Œdème sous-cutané ou sous-muqueux

Plus en détail

L ŒDÈME de QUINCKE. revisité

L ŒDÈME de QUINCKE. revisité L ŒDÈME de QUINCKE revisité FMC du Chalonnais - 10/01/2013 P. SCHERER 2 questions préalables L œdème de Quincke a-t-il toujours une localisation laryngée? L œdème de Quincke est il toujours allergique?

Plus en détail

Anaphylaxie & angiœdèmes

Anaphylaxie & angiœdèmes Anaphylaxie & angiœdèmes DESC médecine d urgence Février 2016 Dr MEYNIEU P-E Pôle des Urgences Hôpital Pellegrin, Bordeaux 1/ Identifier le type d angiœdème 2/ Evaluer la gravité de la crise 3/ Mettre

Plus en détail

Activité pédiatrique du CREAK évolutions en 2012

Activité pédiatrique du CREAK évolutions en 2012 CRéAk Activité pédiatrique du CREAK évolutions en 2012 Dr A Pagnier, Hôpital Couple enfant, CHU de GRENOBLE Journée médicale et scientifique du CREAK. 30/03/2012 Consultations Mensuelles pédiatriques et

Plus en détail

Particularités du syndrome de chevauchement CBP/HAI: étude multicentrique de 13 cas

Particularités du syndrome de chevauchement CBP/HAI: étude multicentrique de 13 cas Particularités du syndrome de chevauchement CBP/HAI: étude multicentrique de 13 cas EL Ouni A 1, Larbi T 1, Abdallah M 1, Harmel A 1, Bahri F 2, Ben Jazia I 2, Bouslama K 1, Hamzaoui S 1, M rad S 1. 1-Service

Plus en détail

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire Question 112 I. DÉFINITION INTRODUCTION 17 II. PRINCIPAUX

Plus en détail

Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations

Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations Clémence Jarrassé Mémoire DES pédiatrie 23 Octobre 2008 JARASSE Clémence 1 Introduction Association syndrome lymphoprolifératif

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES URTICAIRES CHRONIQUES EN ECHEC THERAPEUTIQUE

PRISE EN CHARGE DES URTICAIRES CHRONIQUES EN ECHEC THERAPEUTIQUE Journée Urticaire Chronique Actualités et Controverses Centre Hospitalier Lyon-Sud Jeudi 21 Janvier 2010 PRISE EN CHARGE DES URTICAIRES CHRONIQUES EN ECHEC THERAPEUTIQUE Dr Audrey NOSBAUM Service d Allergologie

Plus en détail

UNIVERSITE SEGALEN BORDEAUX FACULTE DE MEDECINE

UNIVERSITE SEGALEN BORDEAUX FACULTE DE MEDECINE UNIVERSITE SEGALEN BORDEAUX FACULTE DE MEDECINE RANDRIAMIHANGY N. Avisoa (Madagascar) Directeur : Pr Patrick MERCIE PLAN Introduction Observation Discussion Conclusion 3 INTRODUCTION DEFINITION (Liliane

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe DIAGNOSTIC PRÉCOCE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Dr S. MARTINON Centre Hospitalier St Joseph. St Luc LYON samedi 11 mars 2006 Dr Stéphane Martinon 1 QUESTIONS POLYARTHRITE RHUMATOÏDE OUI / NON Le diagnostic

Plus en détail

:: Angioedèmes bradykiniques

:: Angioedèmes bradykiniques :: Synonymes : œdème angioneurotique, angioedème héréditaire, angioedème bradykinique, angioedème secondaire aux inhibiteurs de l enzyme de conversion. Définition : - Œdème sous-cutané ou sous-muqueux

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

ANGIOEDEMES NON-HISTAMINIQUES Aspects cliniques et biologiques

ANGIOEDEMES NON-HISTAMINIQUES Aspects cliniques et biologiques ANGIOEDEMES NON-HISTAMINIQUES Aspects cliniques et biologiques David LAUNAY Service de Médecine Interne Centre National de Référence de la Sclérodermie Hôpital Claude-Huriez CHRU Lille Sylvain DUBUCQUOI

Plus en détail

L'hypothyroïdie fruste : Aspects épidémiologiques, clinico-biologiques et évolutifs

L'hypothyroïdie fruste : Aspects épidémiologiques, clinico-biologiques et évolutifs L'hypothyroïdie fruste : Aspects épidémiologiques, clinico-biologiques et évolutifs A. Melki, I. Slim, I. Louhaichi, S. Trimech, K. Ach, A. Maaroufi, M. Kacem, M. Chaieb; M. Chaieb Service d Endocrinologie

Plus en détail

Dr Bernard FLOCCARD Centre de référence des angiœdèmes à kinines Département d anesthésie- réanimation Hôpital Edouard Herriot - LYON

Dr Bernard FLOCCARD Centre de référence des angiœdèmes à kinines Département d anesthésie- réanimation Hôpital Edouard Herriot - LYON Dr Bernard FLOCCARD Centre de référence des angiœdèmes à kinines Département d anesthésie- réanimation Hôpital Edouard Herriot - LYON Quand y penser? Maladie rare, méconnue mais formes associées aux IEC,

Plus en détail

Actualités du centre. 6 ème journée annuelle du CREAK

Actualités du centre. 6 ème journée annuelle du CREAK Actualités du centre 6 ème journée annuelle du CREAK Isabelle Boccon-gibod Centre national de Reference des Angioedèmes Clinique universitaire de médecine interne CHU de Grenoble JSM Lille 31mars 2012

Plus en détail

Une histoire d angioedeme. J MOREAU Service de Dermatologie Dr DUPOND, CH Belfort - Montbéliard

Une histoire d angioedeme. J MOREAU Service de Dermatologie Dr DUPOND, CH Belfort - Montbéliard Une histoire d angioedeme J MOREAU Service de Dermatologie Dr DUPOND, CH Belfort - Montbéliard Monsieur X >80 ans Antécédents Adénocarcinome prostatique traité par radiothérapie Carcinome rénal multi métastatique

Plus en détail

Et si ce n'était pas un choc anaphylactique!

Et si ce n'était pas un choc anaphylactique! Et si ce n'était pas un choc anaphylactique! Pr David LAUNAY launayd@gmail.com @DLaunay Service de Médecine Interne. Unité d'immunologie Clinique CNRMR Maladies Autoimmunes et Systémiques Rares Hôpital

Plus en détail

Les angioedèmes. Laurence Bouillet Centre nationale de Référence des Angioedèmes Clinique universitaire de médecine interne CHU de Grenoble

Les angioedèmes. Laurence Bouillet Centre nationale de Référence des Angioedèmes Clinique universitaire de médecine interne CHU de Grenoble Les angioedèmes Laurence Bouillet Centre nationale de Référence des Angioedèmes Clinique universitaire de médecine interne CHU de Grenoble Démarche face à un angioedème Première étape: Est-ce bien un angioedème?

Plus en détail

L urticaire chronique spontanée (UCS): une maladie systémique?

L urticaire chronique spontanée (UCS): une maladie systémique? L urticaire chronique spontanée (UCS): une maladie systémique? Dr Isabelle BOCCON-GIBOD Dr Catherine MANSARD Centre de référence des angioedèmes à kinines (CREAK) Clinique universitaire de Médecine Interne-

Plus en détail

Les erreurs classiques dans le diagnostic et la gestion d une pseudo polyarthrite rhizomélique

Les erreurs classiques dans le diagnostic et la gestion d une pseudo polyarthrite rhizomélique Les erreurs classiques dans le diagnostic et la gestion d une pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 10 septembre 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur

Plus en détail

TROUBLES FONCTIONNELS INTESTINAUX QUELS EXAMENS POUR QUELS PATIENTS? Réunion d enseignementd Inter-Région Sud-Ouest 28 octobre 2005

TROUBLES FONCTIONNELS INTESTINAUX QUELS EXAMENS POUR QUELS PATIENTS? Réunion d enseignementd Inter-Région Sud-Ouest 28 octobre 2005 TROUBLES FONCTIONNELS INTESTINAUX QUELS EXAMENS POUR QUELS PATIENTS? Réunion d enseignementd Inter-Région Sud-Ouest 28 octobre 2005 Définitions (1) Troubles fonctionnels intestinaux (TFI) = colopathie

Plus en détail

PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME

PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME Melle J.S 19 ans Observation ATCDS: Toux sèche paroxystique nocturne non explorée HDM: J-3, toux quinteuse, fièvre et dyspnée sifflante J0: douleur retro sternale,

Plus en détail

du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires

du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires Les maladies autoinflammatoires : le point de vue du pédiatre Dr. Véronique Hentgen CH Versailles Centre de référence maladies autoinflammatoires de l enfant Adam, 2 ans 1/2 Consultation en octobre 2010

Plus en détail

Urticaire chronique idiopathique. Un pléonasme?

Urticaire chronique idiopathique. Un pléonasme? Urticaire chronique idiopathique Un pléonasme? Chronic urticaria = group of diseases that result of a large variety of underlying causes elicited by a great diversity of factors Si on admet le concept

Plus en détail

Table des matières ITEM 53 RÉÉDUCATION ET RÉADAPTATION... 1 ITEM 56 OSTÉOPOROSE Diagnostic... 3 Traitement... 6 Suivi... 6

Table des matières ITEM 53 RÉÉDUCATION ET RÉADAPTATION... 1 ITEM 56 OSTÉOPOROSE Diagnostic... 3 Traitement... 6 Suivi... 6 TABLE DES MATIÈRES VII Table des matières Note de l auteur... V Liste des abréviations... XIII Liste des items du programme de DCEM2-DCEM4... XVII ITEM 53 RÉÉDUCATION ET RÉADAPTATION... 1 Kinésithérapie...

Plus en détail

Marie MOATTI-COHEN. Service d hématologie biologique, Hôpital Antoine Béclère, Clamart

Marie MOATTI-COHEN. Service d hématologie biologique, Hôpital Antoine Béclère, Clamart Marie MOATTI-COHEN Service d hématologie biologique, Hôpital Antoine Béclère, Clamart Anémie hémolytique mécanique Hb < 12 g/dl Schizocytose Haptoglobine effondrée Thrombopénie périphérique Défaillance(s)

Plus en détail

Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte

Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte Facteurs d échec au cours des pyélonéphrites aiguës communautaires de l adulte A. Toumi, C. Loussaïef, F. Ben Romdhane, N. Bouzouaïa, M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses, EPS F. Bourguiba, Monastir,

Plus en détail

Table des matières. Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose

Table des matières. Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose Table des matières Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... V VI X Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose 1. Athérome, épidémiologie et physiopathologie, le malade polyathéromateux...

Plus en détail

quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir cette patiente sur les coupes thoraciques submillimétriques,en fenêtre parenchymateuse

quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir cette patiente sur les coupes thoraciques submillimétriques,en fenêtre parenchymateuse 43 ans,origine congolaise Ancienne institutrice Pas de tabac. HIV - Dyspnée d apparition progressive depuis 18 mois Pas d AEG Pas d anomalie à l auscultation quels sont les principaux éléments sémiologiques

Plus en détail

Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane

Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane CIE 802 Inserm / DGOS Fiche de synthèse d un projet de recherche Nom du rédacteur : Antoine Adenis Date de création du document

Plus en détail

Les maladies autoinflammatoires. pédiatrie. Véronique Hentgen CeRéMAI

Les maladies autoinflammatoires. pédiatrie. Véronique Hentgen CeRéMAI Les maladies autoinflammatoires en pédiatrie Véronique Hentgen CeRéMAI Maladie auto-inflammatoire : une définition Activation anormale ou persistance anormale de l activation du système immunitaire innée

Plus en détail

Table des matières I. INTRODUCTION II. INTERROGATOIRE III. EXAMEN CLINIQUE Question n 15, Module 2. De la conception à la naissance

Table des matières I. INTRODUCTION II. INTERROGATOIRE III. EXAMEN CLINIQUE Question n 15, Module 2. De la conception à la naissance Table des matières CHAPITRE 1 EXAMEN GYNÉCOLOGIQUE...17 I. INTRODUCTION... 17 II. INTERROGATOIRE... 17 III. EXAMEN CLINIQUE...18 CHAPITRE 2 EXAMEN PRÉNUPTIAL...22 Question n 15, Module 2. De la conception

Plus en détail

quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir cette patiente sur les coupes thoraciques submillimétriques,en fenêtre parenchymateuse

quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir cette patiente sur les coupes thoraciques submillimétriques,en fenêtre parenchymateuse 43 ans,origine congolaise Ancienne institutrice Pas de tabac. HIV - Dyspnée d apparition progressive depuis 18 mois Pas d AEG Pas d anomalie à l auscultation quels sont les principaux éléments sémiologiques

Plus en détail

Maladie de Crohn: Aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs à l Hôpital Principal de Dakar (Sénégal)

Maladie de Crohn: Aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs à l Hôpital Principal de Dakar (Sénégal) Maladie de Crohn: Aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs à l Hôpital Principal de Dakar (Sénégal) Assani G.I., Diallo I., Ndiaye B., Gning S.B., Fall F., Mbaye P.S. Service de médecine interne

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

Hépatite auto-immune: étude multicentrique* de 29 cas

Hépatite auto-immune: étude multicentrique* de 29 cas Hépatite auto-immune: étude multicentrique* de 29 cas EL Ouni A 1, Larbi T 1, Abdallah M 1, Harmel A 1, Bahri F 2, Ben Jazia I 2, Bouslama K 1, Hamzaoui S 1, M rad S 1. 1-Service de médecine interne, CHU

Plus en détail

EVALUATION ET OBSERVANCE DES PROPOSITIONS DE RÉUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) OSTEO-ARTICULAIRE:

EVALUATION ET OBSERVANCE DES PROPOSITIONS DE RÉUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) OSTEO-ARTICULAIRE: EVALUATION ET OBSERVANCE DES PROPOSITIONS DE RÉUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) OSTEO-ARTICULAIRE: R.Masson, M.Ferreyra, L.Colombain, A. Eden, M. Saada, T. Woestelandt, H. Aumaître JNI 2013-Clermont

Plus en détail

ASPECTS ANATOMO-CLINIQUES ET ÉVOLUTIFS DES HÉPATITES CHRONIQUES AUTO-IMMUNES

ASPECTS ANATOMO-CLINIQUES ET ÉVOLUTIFS DES HÉPATITES CHRONIQUES AUTO-IMMUNES XXIIème Journées nationales de la société algérienne d hepatogastroenterologie 13 décembre 2010- palais de la culture Alger ASPECTS ANATOMO-CLINIQUES ET ÉVOLUTIFS DES HÉPATITES CHRONIQUES AUTO-IMMUNES

Plus en détail

PNEUMOTHORAX(PNO) SPONTANE

PNEUMOTHORAX(PNO) SPONTANE PNEUMOTHORAX(PNO) SPONTANE Dr ADILA.F Service de pneumologie HCA Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine OBJECTIFS Définir un PNO spontané Comprendre les mécanismes physiopathologiques Rechercher

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... V Liste des abréviations de l'ouvrage...xiii

Table des matières. Avant-propos... V Liste des abréviations de l'ouvrage...xiii Table des matières Avant-propos................................................. V Liste des abréviations de l'ouvrage...............................xiii ITEM 83 Hépatites virales...........................................

Plus en détail

Pourquoi est-on sans diagnostic?

Pourquoi est-on sans diagnostic? Pourquoi est-on sans diagnostic David GENEVIEVE, MCU-PU Département de Génétique Hôpital Arnaud de Villeneuve, CHRU Montpellier Centre de référence anomalies du développement et syndromes malformatifs

Plus en détail

Avis 4 janvier B06AC02 (médicament utilisé dans les angioedèmes héréditaires)

Avis 4 janvier B06AC02 (médicament utilisé dans les angioedèmes héréditaires) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 janvier 2012 FIRAZYR 30 mg, solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 1 seringue de 3 ml, code CIP : 387 368-0 Laboratoire SHIRE France SA DCI icatibant

Plus en détail

Comité Développement professionnel continu

Comité Développement professionnel continu Comité Développement professionnel continu Dre Nadine Lahoud, Présidente Dre Amal Bessissov Dre Isabelle Chagnon Dre Stéphanie Landry Dre Michèle Mahone Dre Isabelle Malhamé Dre Rosalie-Sélène Meunier

Plus en détail

Vascularites limitées à un organe Single organvasculitis (SOV)

Vascularites limitées à un organe Single organvasculitis (SOV) Vascularites limitées à un organe Single organvasculitis (SOV) Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Centre de Référence pour les Maladies Systémiques et Autoimmunes rares Hôpital Cochin, Université

Plus en détail

J ai de l urticaire, que devrais-je savoir?

J ai de l urticaire, que devrais-je savoir? J ai de l urticaire, que devrais-je savoir? Le site du Docteur Laurent BATTIN Adresse du site : www.docvadis.fr/laurent.battin Validé par le Comité Scientifique Médecine générale L urticaire chronique

Plus en détail

Item 293 Altération de la fonction visuelle... 6 Installation brutale 6 Installation rapide 7 Installation progressive 7

Item 293 Altération de la fonction visuelle... 6 Installation brutale 6 Installation rapide 7 Installation progressive 7 Table des matières Item 291 Adénopathie superficielle... 1 Adénopathie localisée 1 Polyadénopathie 2 Item 292 Algies pelviennes chez la femme... 4 Diagnostic 4 Prise en charge 5 Item 293 Altération de

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE TRIGGER POINTS MYOFASCIAUX

PROGRAMME DETAILLE TRIGGER POINTS MYOFASCIAUX PROGRAMME DETAILLE TRIGGER POINTS MYOFASCIAUX Orientation n 1 : Contribuer à l'amélioration de la prise en charge des patients. Méthode Pédagogique ou cognitive en groupe, formation mixte présentielle

Plus en détail

Troubles digestifs Du fonctionnel à l organique. Douleurs chroniques. Dr Nina DIB. Service d hépato-gastro-entérologie et Oncologie Digestive

Troubles digestifs Du fonctionnel à l organique. Douleurs chroniques. Dr Nina DIB. Service d hépato-gastro-entérologie et Oncologie Digestive Troubles digestifs Du fonctionnel à l organique Douleurs chroniques Dr Nina DIB Service d hépato-gastro-entérologie et Oncologie Digestive CHU ANGERS 27/04/2017 Trouble fonctionnel ou organique? Les troubles

Plus en détail

Algodystrophie (SDRC 1)

Algodystrophie (SDRC 1) Algodystrophie (SDRC 1) Physiopathologie Présentations cliniques Dr Joël DAMIANO Rhumatologue Définition Algodystrophie Syndromes douloureux régional complexe de type 1 (Complex regional pain syndrome

Plus en détail

Maladie de Still de l adulte Présentations cliniques atypiques : à propos de 7 observations

Maladie de Still de l adulte Présentations cliniques atypiques : à propos de 7 observations Maladie de Still de l adulte Présentations cliniques atypiques : à propos de 7 observations M. Xavier ROUX Soutenance mémoire DES 05 octobre 2009 Université Bordeaux II Maladie de Still de l adulte Rhumatisme

Plus en détail

Comité Développement professionnel continu. - Cette activité de formation s adresse à tous les internistes du Québec et aux résidents I II III IV V.

Comité Développement professionnel continu. - Cette activité de formation s adresse à tous les internistes du Québec et aux résidents I II III IV V. Comité Développement professionnel continu Dre Nadine Lahoud, Présidente Dre Amal Bessissov Dre Isabelle Chagnon Dre Stéphanie Landry Dre Isabelle Malhamé Dre Rosalie-Sélène Meunier Dre Julie Plaisance

Plus en détail

Table des matières. Tableau de correspondance entre programmes...v Avant-propos... XI Liste des abréviations de l'ouvrage... XIX.

Table des matières. Tableau de correspondance entre programmes...v Avant-propos... XI Liste des abréviations de l'ouvrage... XIX. Table des matières Tableau de correspondance entre programmes...v Avant-propos... XI Liste des abréviations de l'ouvrage.... XIX Rhumatologie Rakiba Belkhir, Hubert Marotte, Adeline Ruyssen-Witrand, Nathalie

Plus en détail

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14-

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14- Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni Rencontres en infectiologie 14- Cas clinique Mr M.L, âgé de 41 ans Suivi en hématologie depuis octobre

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE THYROÏDIEN. Q.Charbonnier Hôpital R.Salengro

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE THYROÏDIEN. Q.Charbonnier Hôpital R.Salengro CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE THYROÏDIEN Q.Charbonnier Hôpital R.Salengro 02.04.2012 généralités (1) Lésion parenchymateuse Diagnostic clinique Découverte fortuite généralités (2) Incidence élevée

Plus en détail

TRAITEMENTS DES HYPERTHYROIDIES

TRAITEMENTS DES HYPERTHYROIDIES TRAITEMENTS DES HYPERTHYROIDIES Etienne Mollet 1 HYPERTHYROIDIES : TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX Moyens : Antithyroïdiens de synthèse : - carbimazole (néomercazole) : comprimés à 5 et 20 mg - méthyl thio uracile

Plus en détail

PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE

PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE Soirée thématique Risque infectieux environnemental PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE Dr Pol BRULLIARD Pharmacien hygiéniste Hôpitaux Du Pays du Mont

Plus en détail

Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences. Caroline Bourgeois

Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences. Caroline Bourgeois Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences Caroline Bourgeois Introduction Douleur thoracique 5 à 10 % des consultations aux urgences 15% sont

Plus en détail

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux I- Maladie infectieuse- Définition A- Définitions Maladie : Altération de la santé. Syndrôme infectieux Santé : Etat de bien-être

Plus en détail

LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau

LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau PLAN PCT AUX URGENCES MARQUEUR DIAGNOSTIQUE? MARQUEUR PRONOSTIQUE? PCT ET ANTIBIOTHERAPIE PCT et COUTS PCT et CHIRURGIE DESCRIPTION

Plus en détail

Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir?

Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir? Borréliose de Lyme tardive quand y penser? Conduite à tenir? Professeur Yves Hansmann Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Borréliose de Lyme tardive :

Plus en détail

ZIKA et GROSSESSE. Prise en charge des femmes enceintes en période d épidémie. Dr Bruno SCHAUB

ZIKA et GROSSESSE. Prise en charge des femmes enceintes en période d épidémie. Dr Bruno SCHAUB ZIKA et GROSSESSE Prise en charge des femmes enceintes en période d épidémie Dr Bruno SCHAUB Le ZIKA est mal connu proportion importante de formes asymptomatiques : 74 à 81 % morbidité moins marquée que

Plus en détail

Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients.

Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. Contribution du scanner abdomino-pelvien à la prise en charge des tableaux abdominaux aigus non traumatiques : étude de 90 patients. M Foinant (1), E Lipiecka (1), E Buc (2), JY Boire (1), J Schmidt (3),

Plus en détail

RMP: Rangueil midi-pyrénées - Cohorte de patients souffrant de

RMP: Rangueil midi-pyrénées - Cohorte de patients souffrant de RMP: Rangueil midi-pyrénées - Cohorte de patients souffrant de rhumatisme inflammatoire depuis moins d'un an Responsable(s) : Cantagrel Alain, UMR1043? Centre de Physiopathologie de Toulouse-Purpan Constantin,

Plus en détail

Dyspepsie : Quand et comment l'explorer?

Dyspepsie : Quand et comment l'explorer? 14 è me c o n g r è s n a t i o n a l d e l a S o c i é t é M a r o c a i n e d e n d o s c o p i e d i g e s t i v e «S M E D» Dyspepsie : Quand et comment l'explorer? Les 13 et 14 Mai 2016 Pr F. HADDAD,

Plus en détail

* Service de Pneumo-Allergologie, d Oncologie Thoracique, et aboratoire du sommeil, Hôpital de Beni-Messous,Alger,Algérie.

* Service de Pneumo-Allergologie, d Oncologie Thoracique, et aboratoire du sommeil, Hôpital de Beni-Messous,Alger,Algérie. 11 ème Congrès Francophone d Allergologie Paris 19 au 21 avril 216 ise en charge de l urticaire chronique en Afrique et au Maghreb. R. ABDELAZIZ, R. BOUSSAID, Y. El GUEDDARI, M. BEJI, M.KEBE, H.DOUAGUI

Plus en détail

CORRÉLATION ENTRE LES TESTS DE STIMULATION DE GH ET LES TAUX D IGF1 DANS LE DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE DE L ENFANT.

CORRÉLATION ENTRE LES TESTS DE STIMULATION DE GH ET LES TAUX D IGF1 DANS LE DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE DE L ENFANT. CORRÉLATION ENTRE LES TESTS DE STIMULATION DE GH ET LES TAUX D IGF1 DANS LE DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE DE L ENFANT. M Mokhtari, S Azzoug, D A Boudiaf, F Chentli, Pr N S Fedala. Service d endocrinologie-chu

Plus en détail

patient âgé de plus de 80 ans : de 180 patients

patient âgé de plus de 80 ans : de 180 patients Embolie pulmonaire chez le patient âgé de plus de 80 ans : étude rétrospective comparative de 180 patients Sébastien Miranda, G. Armengol, M. Bordage, M. Le Besnerais, N. Cailleux-Talbot, H. Lévesque,

Plus en détail

Clémence BALAJ. Femme de 55 ans, asymptomatique.scanner de surveillance annuelle pour ça. Clémence BALAJ

Clémence BALAJ. Femme de 55 ans, asymptomatique.scanner de surveillance annuelle pour ça. Clémence BALAJ Clémence BALAJ Femme de 55 ans, asymptomatique.scanner de surveillance annuelle pour ça Clémence BALAJ diagnostic panniculite mésentérique,bien sur, mais encore qu'est ce que c'est?, qu'est ce qu'on en

Plus en détail

Cirrhose biliaire primitive: étude multicentrique* de 79 cas

Cirrhose biliaire primitive: étude multicentrique* de 79 cas Cirrhose biliaire primitive: étude multicentrique* de 79 cas EL Ouni A 1, Larbi T 1, Abdallah M 1, Harmel A 1, Bahri F 2, Ben Jazia I 2, Bouslama K 1, Hamzaoui S 1, M rad S 1. 1-Service de médecine interne,

Plus en détail

Comment optimiser la prise en charge de vos patients en Rhumatologie? Emmanuel Hoppé 14 septembre 2017

Comment optimiser la prise en charge de vos patients en Rhumatologie? Emmanuel Hoppé 14 septembre 2017 Comment optimiser la prise en charge de vos patients en Rhumatologie? Emmanuel Hoppé 14 septembre 2017 Pourquoi optimiser? Vos patients sont naturellement pressés Vous êtes très occupés Nous sommes très

Plus en détail

FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 2 ème Session DFASM1. Partie 1 10 QCM à choix multiples

FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 2 ème Session DFASM1. Partie 1 10 QCM à choix multiples FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 2 ème Session DFASM1 Partie 1 10 QCM à choix multiples QCM1 : Parmi les propositions suivantes concernant cet article, indiquez la (ou les) réponse(s)

Plus en détail

Angéite cérébrale primitive du système nerveux central: description en imagerie des 52 premiers patients de la cohorte francaise COVAC

Angéite cérébrale primitive du système nerveux central: description en imagerie des 52 premiers patients de la cohorte francaise COVAC Angéite cérébrale primitive du système nerveux central: description en imagerie des 52 premiers patients de la cohorte francaise COVAC O Naggara 1, H de Boysson 2, M Zuber 3, V Costalat 4, C Oppenheim

Plus en détail

Traitement par anti thyroïdiens de synthèse(ats) en première intention au cours de la maladie de Basedow : quels résultats?

Traitement par anti thyroïdiens de synthèse(ats) en première intention au cours de la maladie de Basedow : quels résultats? Traitement par anti thyroïdiens de synthèse(ats) en première intention au cours de la maladie de Basedow : quels résultats? A.Khellaf L.Biri N.Adjrid N.Kaci - D.Foudil M.Semrouni Service d endocrinologie,

Plus en détail

Actualités sur les angioedèmes

Actualités sur les angioedèmes Actualités sur les angioedèmes L.Bouillet CREAK, Clinique universitaire de médecine interne, CHU de Grenoble Unité Inserm U1036, CEA-Grenoble, UJF LBouillet@chu-grenoble.fr Actualités du centre Protocoles

Plus en détail

Exploration des dysthyroïdies Arrêtons le gâchis. V. AUBERT Endocrinologue juin 2012

Exploration des dysthyroïdies Arrêtons le gâchis. V. AUBERT Endocrinologue juin 2012 Exploration des dysthyroïdies Arrêtons le gâchis V. AUBERT Endocrinologue 15-16 juin 2012 Les Explorations Biologiques Marqueurs biochimiques de la fonction: TSH, T4l, T3l Marqueurs biochimiques de l'étiologie:

Plus en détail

Les cancers différenciés de la thyroïde : épidémiologie, moyens diagnostic, et prise en charge

Les cancers différenciés de la thyroïde : épidémiologie, moyens diagnostic, et prise en charge Les cancers différenciés de la thyroïde : épidémiologie, moyens diagnostic, et prise en charge K.Laouamri, K.Khaloua, I.Laaref, S.Chouane, S,Derradj, Pr A.Bouchair Introduction La prévalence du cancer

Plus en détail

Table des matières. Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE 14 III.

Table des matières. Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE 14 III. Table des matières CHAPITRE 1. ALLERGIES ET HYPERSENSIBILITÉS CHEZ L ENFANT 13 ET L ADULTE : ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES, DIAGNOSTIQUES ET PRINCIPES DE TRAITEMENT I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Troubles métaboliques et syndromes de lyse tumorale au cours des leucémies aigües : expérience du service d hématologie du CHU Beni-Messous

Troubles métaboliques et syndromes de lyse tumorale au cours des leucémies aigües : expérience du service d hématologie du CHU Beni-Messous Troubles métaboliques et syndromes de lyse tumorale au cours des leucémies aigües : expérience du service d hématologie du CHU Beni-Messous Z.Kaci, I. Boumaida, A.Arour, Y.Berkouk, S. Boutarane, L.Hammani,

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

ROBIN 10 ans mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1

ROBIN 10 ans mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1 ROBIN 10 ans 14-15 mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1 ANTECEDENTS Né à terme 2003: Adénoidectomie avec paracentèse (bilan préoperatoire normal) sans complication Absence d antécédents familiaux

Plus en détail

Croissance des enfants atteints de rachitisme hypophosphatémique de l interrégion Rhône-Alpes Auvergne Mémoire DES de Pédiatrie

Croissance des enfants atteints de rachitisme hypophosphatémique de l interrégion Rhône-Alpes Auvergne Mémoire DES de Pédiatrie Croissance des enfants atteints de rachitisme hypophosphatémique de l interrégion Rhône-Alpes Auvergne Mémoire DES de Pédiatrie Introduction Rachitisme vitamino-résistant Fuite rénale de phosphate Décrit

Plus en détail

Les anticorps antithyroïdiens :" physiopathologie"

Les anticorps antithyroïdiens : physiopathologie Les anticorps antithyroïdiens :" physiopathologie" Séminaire Explorations des dysthyroïdies Metz 15-16 Juin 2012 AMMPPU Dr E.STEYER MCU - Département de Médecine Générale - Faculté de Médecine de Nancy

Plus en détail

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES DEFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC

COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES Enquête Coquelicot 2011 INVS/ANRS/INSERM : Estimation de la séro-prévalence

Plus en détail

XXI Congrès National de la Société Algérienne de Médecine Interne

XXI Congrès National de la Société Algérienne de Médecine Interne XXI Congrès National de la Société Algérienne de Médecine Interne La sarcoïdose systémique maladie rare et l HTA situation fréquente partagent beaucoup de points communs notamment :l âge de découverte,

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 3 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Volume 3 : Prise en charge Etude des stades de diagnostic et des résultats des traitements

Plus en détail

Quelle est la fréquence de l Hypersensibilité au Gluten chez les enfants présentant un Syndrome de l Intestin Irritable?

Quelle est la fréquence de l Hypersensibilité au Gluten chez les enfants présentant un Syndrome de l Intestin Irritable? CRAAAP 23 juin 2016 Quelle est la fréquence de l Hypersensibilité au Gluten chez les enfants présentant un Syndrome de l Intestin Irritable? Lucile Gonnaud Dr Destombe Critères de Rome III Syndrome de

Plus en détail

NeuroMyélite Optique de Devic et Sclérose en Plaques :

NeuroMyélite Optique de Devic et Sclérose en Plaques : Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques NeuroMyélite Optique de Devic et Sclérose en Plaques : Deux maladies

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Première partie ÉPIDÉMIOLOGIE ET SÉMIOLOGIE

TABLE DES MATIERES. Première partie ÉPIDÉMIOLOGIE ET SÉMIOLOGIE TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 Définition de la boulimie 2 Principales conceptions psychopathologiques de la boulimie 3 Présentation de l'étude du Réseau de recherche clinique sur la boulimie 4 Présentation

Plus en détail

Maladie de Cushing et intoxication médicamenteuse

Maladie de Cushing et intoxication médicamenteuse Maladie de Cushing et intoxication médicamenteuse Table des matières - Présentation du cas 3 - La patiente 4 - Exercice 5 - Anamnèse 6 - Exercice 7 - Suite des évènements : 8 - Exercice : Concernant la

Plus en détail

EPILEPSIE ET SYNDROMES EPILEPTIQUES

EPILEPSIE ET SYNDROMES EPILEPTIQUES EPILEPSIE ET SYNDROMES EPILEPTIQUES INTRODUCTION Le diagnostic de crise d épilepsie n est pas toujours évident, car la séméiologie peut être trompeuse. Première crise d épilepsie = Interrogatoire précis

Plus en détail

Carcinome neuroendocrine à grandes cellules

Carcinome neuroendocrine à grandes cellules Carcinome neuroendocrine à grandes cellules C. Clément-Duchêne Institut de Cancérologie de Lorraine Introduction Groupe hétérogène de tumeurs (histologie, immunohistochimie, moléculaire, pronostic et thérapeutique)

Plus en détail

Suivi et traitement du syndrome néphrotique idiopathique en cas de transplantation rénale

Suivi et traitement du syndrome néphrotique idiopathique en cas de transplantation rénale Suivi et traitement du syndrome néphrotique idiopathique en cas de transplantation rénale Jacques Dantal, Professeur de Néphrologie d Adulte, CHU de Nantes Pierre Cochat, Professeur de Néphrologie Pédiatrique,

Plus en détail

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna 1 CO-AUTEURS / STRUCTURES Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna Equipe Oncologie CAC Batna Equipe Radiothérapie CAC Batna INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION

Plus en détail

7 décembre 2007 Lionel Berthomieu Saint Etienne 1

7 décembre 2007 Lionel Berthomieu Saint Etienne 1 7 décembre 2007 Lionel Berthomieu Saint Etienne 1 Rappels: LUPUS LUPUS: maladie auto-immune Prédominance féminine Grand polymorphisme Caractérisé par la présence d auto-anticorps (AAN, ADNA,Asm,Arnp, AntiSSA

Plus en détail

Le syndrome de fatigue chronique chez l enfant ou Chronic Fatigue Immun Dysfonction Syndrome (CFIDS) ou Myalgic Encephalomyelitis (ME)

Le syndrome de fatigue chronique chez l enfant ou Chronic Fatigue Immun Dysfonction Syndrome (CFIDS) ou Myalgic Encephalomyelitis (ME) Le syndrome de fatigue chronique chez l enfant ou Chronic Fatigue Immun Dysfonction Syndrome (CFIDS) ou Myalgic Encephalomyelitis (ME) «Docteur, cela fait au moins six mois que je suis extrêmement fatigué(e)...»

Plus en détail