Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP"

Transcription

1 repères Premier ministre 17 ititut national Mars 2012 n s hautes étus la sécurité la justice Directeur la publication : André-Michel ventre, Directeur l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département l ONDRP Premiers éléments mesure sur les débits frauduleux déclarés par les ménages sur leurs comptes s au cours l enquête «Cadre vie sécurité» 2011 Jorick Guillaneuf, chargé d étus statistiques à l ONDRP Mickaël Scherr, chargé d étus statistiques à l ONDRP L enquête annuelle «Cadre vie sécurité» INSEE-ONDRP comprend s questio victimation sur les vols, les actes vandalisme les atteintes aux personnes (violences physiques, violences sexuelles, menaces, injures). Il s agit d atteintes appartenant à ux gra familles d infractio selon la classification utilisée par l ONDRP, les atteintes aux bie les atteintes volontaires à l intégrité physique. En 2009, il est apparu nécessaire d élargir les questio victimation l enquête aux rraits frauduleux sur compte, une atteinte la famille s escroqueries infractio économiques financières. L introduction cte nouvelle victimation à l enquête «Cadre vie sécurité» s est effectuée en ux temps : lors que l enquête 2010, un nombre limitée questio ont été posées, puis en 2011, les rraits frauduleux sur compte ont fait l obj d un module victimation à part entière, comparable à ceux coacrés aux autres atteintes. L ONDRP se propose d en diffuser les principaux résultats da le présent article sa collection «Repères». Ce rnier s icrit da le cadre méthodologique définit par l ONDRP da le document appelé «Dictionnaire méthodologique s enquêtes Cadre vie sécurité». On y trouvera notamment la formulation s principales questio les répoes sont présentées da l article. Elles concernent les caractéristiques s rraits frauduleux sur compte telles qu elles ont été décrites par les ménages se déclarant victimes. L Observatoire qualifie «structurelle» ce type d étu. Ititut national s hautes étus la sécurité la justice Département l Observatoire national la délinquance s répoes pénales École militaire 1 place Joffre Case Paris 07 SP Tél : Fax : Contact : Christophe Soullez, chef du département ONDRP

2 De premières analyses conjoncturelles, portant sur l évolution da le temps la fréquence annuelle la proportion ménages se déclarant victimes rraits frauduleux sur compte, seront envisageables fin 2012 lorsqu on disposera s résultats l enquête «Cadre vie sécurité» la collecte se terminera à la mi-avril. On signale à ce suj que pour ces atteintes, il ne sera pas possible procér à s comparaiso avec les nombres faits cotatés par la police la gendarmerie. D une part, car il n existe pas moyen comptabiliser façon spécifique parmi les faits cotatés, ceux correspondant aux «rraits frauduleux sur compte» au se l enquête «Cadre vie sécurité». D autre part, car la façon d enregistrer les inx d infractio comprenant les rraits frauduleux sur compte, soit les faits d «escroqueries abus confiance» ceux «falsificatio usages cartes crédit», a connu puis 2009 s fluctuatio qui rennt leur analyse en tendance impossible 1. Par ailleurs, l étu s caractéristiques s rraits frauduleux sur compte à partir s résultats s enquêtes «Cadre vie sécurité» perm d illustrer la diversité s approches que perm cte source. On rappelle, par exemple, que da une publication novembre 2011, l Observatoire a exploité la scription s auteurs d atteintes fournies par les victimes déclarées 2 qu en décembre 2011, il s est intéressé aux opinio s personnes 14 a plus sur l action la police la gendarmerie da leur cadre vie 3. André-Michel VENTRE Directeur l INHESJ Alain BAUER Professeur criminologie au CNAM Présint du coeil d orientation l ONDRP (1) Voir Pages du bullin annuel (2) Voir (3) Voir INHESJ/ONDRP Repères n 17 Mars

3 LES chiffres clés Lors l enquête «Cadre vie sécurité» 2011, 3,4 % s ménages déclarent avoir été victimes d au moi un débit frauduleux sur leur(s) compte(s) (s) en 2009 ou en 2010, 1,8 % au cours l année On estime que ménages ont été victimes ce type d escroqueries s au cours l année % s victimes disent que le débit (ou série débits) frauduleux le plus récent résulte d un achat effectué à l ai leurs informatio s (numéros compte, numéros carte, intifiants connexion ) sur Intern. Le débit (ou série débits) frauduleux peut concerner s sommes peu élevées (31 % s débits déclarés sont montant inférieur à 100 ), ou très élevées (14 % sont supérieurs à ). La moitié s débits frauduleux déclarés par le ménage sont inférieurs à 250. Le montant moyen est 750 mais est très influencé par s préjudices montant élevé. 70 % s ménages victimes disent avoir découvert l existence du débit frauduleux en coultant un relevé d opératio. 60 % d entre eux ignorent totalement comment l auteur a procédé pour obtenir s informatio confintielles sur leur(s) compte(s) (s). Environ un ménage victime sur ux déclare avoir déposé plainte pour le débit (ou série débits) le plus récent auprès la police la gendarmerie près quatre sur cinq affirment avoir été remboursés en totalité par leur banque. De nouvelles questio victimation permtent d étudier les débits frauduleux déclarés par les ménages sur leur compte L enquête «Cadre vie sécurité» (ou «enquête victimation»), menée chaque année conjointement avec l Ititut national la statistique s étus économiques (INSEE), est l une s sources statistiques principales s étus l ONDRP. Elle fournit s informatio riches sur les atteintes subies par les ménages individus enquêtés, qu elles aient été préalablement déclarées ou non auprès la police la gendarmerie. La collecte l enquête a lieu en face-à-face, par un échange verbal entre l enquêteur l INSEE l enquêté, généralement au domicile du ménage interrogé. Après avoir déterminé la composition du ménage, l enquêteur soum une première série questio dite «questionnaire ménage» à la personne référence du ménage 4. Ce questionnaire vise à obtenir s informatio sur les atteintes 5 subies à l encontre du ou s logement(s) du ménage (cambriolage, vol sa effraction, actes dégradation, au sein la résince principale ou d un autre logement possédé par le ménage) ou certai bie possédés par le ménage 6 (vol voiture, ux-roues à moteur ou vélo). La nature s atteintes mesurées est définie par la formulation s questio dites «victimation». Elles permtent aux ménages ou personnes interrogées dire si, «oui» ou «non», ils ont été victimes d une atteinte au cours la pério référence (définitio), en l espèce, au cours s ux années précédant l enquête. Les personnes qui se déclarent victimes sont euite soumises à un eemble questio («module victimation») visant à fournir différentes caractéristiques la rnière atteinte subie (déroulement, préjudices, suites données ). En 2010, pour la première fois puis la création l enquête, une question victimation portait sur un type particulier d escroqueries le ménage aurait pu être victime : les débits frauduleux sur leur(s) compte(s) (s). Il apparaissait aii que 3,5 % s ménages se déclarent victimes d au moi un débit frauduleux sur un leurs comptes s au cours s ux rnières années précédant l enquête, ici (tableau 1). L année suivante, un module plus détaillé traitant ce type d escroquerie a été intégré à l enquête «Cadre vie sécurité» La question victimation posée était la suivante : «Est-il arrivé en 2009 ou en 2010 qu un débit frauduleux soit effectué sur l un vos comptes s? Il s agit d un rrait d argent sur votre compte effectué sa votre accord en utilisant s informatio personnelles comme un numéro carte obtenu illégalement. Ce débit frauduleux peut avoir eu lieu via Intern. Exclure - Les litiges avec s créanciers - Les débits résultant du vol d un chèque ou d une carte - Les débits résultant d une carte oubliée da un distributeur - Les cas d extorsion données confintielles par la violence ou la menace». Rappelo que les résultats taux établis à partir l enquête sont s estimatio ceux que l on aurait obtenus si l enquête avait été soumise à l eemble la population française. Le périmètre l échantillon enquêté amène à présenter s valeurs taux qui sont s ordres granur. De plus, les statistiques extraites l enquête ne sont pas exploitées da leur forme brute, c est-à-dire par un comptage simple s différentes répoes. Afin rendre les échantillo ménages personnes représentatifs, un poids est affecté à chaque ménage modifie sa contribution numérique aux résultats l enquête. Ces poids sont établis à partir s profils s ménages au sein la population française, selon les principaux critères démographiques sociaux (sexe, âge, niveau diplôme ) ou géographiques (régio, taille l unité urbaine (définitio), type quartier ). Les données utilisées sont dîtes pondérées 7. (4 La personne référence, au se s enquêtes auprès s ménages, est déterminée au niveau du ménage. C est la principale apporteuse ressources ; si plusieurs personnes déclarent être les principales apporteuses ressources leur ménage, c est celles qui, par ordre priorité décroissante, est active, ou rraitée ou autres inactives ; à statut égal il s agit la plus âgée. (5) Sont coidérées à la fois les atteintes avérées les tentatives. (6) Une distinction doit être opérée entre les bie coidérés da le cadre du questionnaire comme commu au ménage (voiture, ux roues, vélo), on coidère qu un vol a été suffisamment marquant pour pouvoir être décrit par n importe quel membre du ménage, les bie plus personnels s membres du ménage (téléphones portables, vêtements, bijoux), pour lesquels une partie du questionnaire «individuel» est coacrée. (7) Voir par exemple la présentation méthodologique l enquête «Cadre vie sécurité» du rapport annuel 2010 : INHESJ/ONDRP Repères n 17 Mars

4 Tableau 1. Répartition s ménages déclarant possér un compte avoir subi au Tableau 1. Répartition s ménages déclarant possér un compte avoir subi au moi moi un débit un frauduleux débit frauduleux sur un sur ux un a, ux au a, cours au s cours enquêtes s enquêtes «Cadre «Cadre vie sécurité vie» sécurité 2010» Enquêtes «Cadre vie sécurité» Nombre ménages interrogés en données pondérées Ménages déclarant possér un compte 1,8 % s ménages se déclarent victimes d au moi un débit frauduleux en 2010 Avertissement : L enquête «Cadre vie sécurité» 2010 comportait uniquement une question portant sur le fait que les ménages ont été victimes, ou non, d au moi un débit frauduleux sur leur(s) compte(s) (s) sur ux a. Les répoes à cte question sont présentées da le tableau 1 cte étu. L eemble s autres tableaux portant sur les caractéristiques du rnier débit frauduleux (ou séries débits du même type) subi n est établi qu à partir s résultats l enquête «Cadre vie sécurité» Par ailleurs, les personnes interrogées qui sont désignées comme «victimes» d atteintes au sein ces paragraphes sont coidérées comme telles au regard s répoes qu elles ont fournies lors l enquête ménages ont été interrogés au cours l enquête «Cadre vie sécurité» 2011 (tableau A1 annexe). La quasi-totalité d entre eux affirme possér un ou plusieurs comptes s en 2009 ou en 2010 (98,4 % s ménages). Ménages se déclarant victimes d'au moi un débit frauduleux au cours s ux années précédant l'enquête Ménages victimes au cours l'année précédant l'enquête Ménages déclarant ne pas possér un compte 3,4 % s ménages se déclarent victimes d au moi un débit frauduleux sur un leurs comptes s au cours s années (tableau 1). Au cours l enquête précénte, 3,5 % s ménages se disaient victimes cte catégorie Enquête 2010 Enquête 2011 Nombre estimé Part (en %) Nombre estimé Part (en %) , , , , , , , , ,5 Source : Enquête Source : Enquête «Cadre «Cadre vie vie sécurité sécurité» 2010» , 2011, INSEE INSEE Note lecture : 3,4 % s ménages France métropolitaine déclarent avoir été victimes d au moi un débit frauduleux en 2009 ou Note lecture : 3,4 % s ménages France métropolitaine déclarent avoir été victimes d au moi un débit en 2010, ce qui correspond à un volume estimé ménages. frauduleux en 2009 ou en 2010, ce qui correspond à un volume estimé ménages. Tableau Répartition s s ménages ménages déclarant déclarant avoir subi avoir au subi moi au un moi débit un frauduleux débit frauduleux sur ux a, sur ux au cours a, au l enquête cours «l enquête Cadre vie «Cadre sécurité vie» 2011, sécurité selon» le 2011, nombre selon débits. le nombre débits. 71 % s ménages se déclarant victimes d au moi un débit frauduleux sur ux a, affirment avoir été victimes d un débit frauduleux unique (tableau 2) Nombre 29 % plusieurs débits frauduleux. 24 % disent avoir subi plusieurs débits Part frauduleux moyen Enquête «Cadre vie sécurité» 2011 formant une même série, c est-à-dire que ces débits sont s opératio (en %) s débits même déclarés type, concentrées da le temps, ou coécutives à la même perte d informatio confintielles. Ménages déclarant au moi un débit frauduleux sur ux a 100 1,8 Les ménages qui se déclarent victimes plusieurs débits frauduleux sont interrogés sur le nombre précis d atteintes subies. Si la plupart d entre eux Ménages déclarant un unique débit frauduleux sur ux a 71 1,0 parvient à donner un chiffre précis, certai ménages déclarent avoir subi un grand nombre débits frauduleux en ux a, parfois si important qu ils ne Ménages peuvent déclarant fournir plusieurs une estimation débits frauduleux précise sur ux du nombre a d atteintes 29 subies. 3,9 Pour limiter le risque voir s cas isolés modifier profondément l ordre granur du Ménages nombre déclarant à estimer, plusieurs selon débits une frauduleux méthodologie formant une introduite da 24 ses précéntes 4,1 même série publicatio 10, l ONDRP a décidé limiter à 10 atteintes la contribution maximale d un Ménages ménage déclarant victime plusieurs da débits le calcul frauduleux formant nombre plusieurs moyen débits frauduleux subis 5 2,9 séries par les ménages. En Champ moyenne, : Ménages l eemble s ménages Source se Source : déclarant Enquête : Enquête «Cadre victimes «Cadre vie vie dit sécurité avoir» subi 2011, 1,8 INSEE débit frauduleux. Note lecture Ceux : 29 qui % s se ménages déclarent qui se déclarent victimes victimes d au plusieurs moi un débits frauduleux disent sur en ux moyenne a disent en avoir Note lecture : 29 % s ménages qui se déclarent victimes d au moi un débit frauduleux sur ux a subi avoir 3,9 subi débits. plusieurs, ce qui correspond à un nombre moyen 3,9 débits. disent en avoir subi plusieurs, ce qui correspond à un nombre moyen 3,9 débits. (8) Voir par exemple la présentation méthodologique l enquête «Cadre vie sécurité» du rapport annuel 2010 : Le montant la moitié s débits frauduleux déclarés par les ménages victimes INHESJ/ONDRP est inférieur Repères n 17 à 250 Mars Les personnes disant avoir été victimes d au moi un débit frauduleux en 2009 ou en d escroqueries en 2008 ou en Au regard la précision l enquête, la variation entre l enquête du taux ménages se déclarant victimes n est pas significative. 1,8 % s ménages affirment avoir été victimes d au moi un débit frauduleux survenu au cours l année 2010, pour un nombre estimé d environ victimes. 71 % s ménages se déclarant victimes d au moi un débit frauduleux sur ux a, affirment avoir été victimes d un débit frauduleux unique (tableau 2) 29 % plusieurs débits frauduleux. 24 % disent avoir subi plusieurs débits frauduleux formant une même série, c està-dire que ces débits sont s opératio s même type, concentrées da le temps, ou coécutives à la même perte d informatio confintielles. Les ménages qui se déclarent victimes plusieurs débits frauduleux sont interrogés sur le nombre précis d atteintes subies. Si la plupart d entre eux parvient à donner un chiffre précis, certai ménages déclarent avoir subi un grand nombre débits frauduleux en ux a, parfois si important qu ils ne peuvent fournir une estimation précise du nombre d atteintes subies. Pour limiter le risque voir s cas isolés modifier profondément l ordre granur du nombre à estimer, selon une méthodologie introduite da ses précéntes publicatio 8, l ONDRP a décidé limiter à 10 atteintes la contribution maximale d un ménage victime da le calcul du nombre moyen débits frauduleux subis par les ménages. En moyenne, l eemble s ménages se déclarant victimes dit avoir subi 1,8 débit frauduleux. Ceux qui se déclarent victimes plusieurs débits disent en moyenne avoir subi 3,9 débits. Le montant la moitié s débits frauduleux déclarés par les ménages victimes est inférieur à 250 Les personnes disant avoir été victimes d au moi un débit frauduleux en 2009 ou en 2010 sont euite amenées à répondre à s questio relatives aux caractéristiques (type d opération, montant, mo cotat ) du débit frauduleux le plus récent ou la série débits frauduleux du même type la plus récente. Environ 30 % s débits frauduleux (ou série débits) décrits par les ménages victimes sont valeur inférieure à 100 (tableau 3). 17 % d entre eux sont d un montant compris entre , 38 % entre , 14 % sont supérieurs à 1000.

5 Le montant moyen du débit frauduleux, ou série débits frauduleux, le plus récent, déclaré par les victimes est d environ 750. Cte moyenne est cependant fortement influencée par l existence d escroqueries d un montant très élevé. En eff, les débits frauduleux d un montant supérieur à représentent plus la moitié la valeur s préjudices déclarés par les victimes. La valeur médiane s débits frauduleux déclarés est 250, ce qui signifie que la moitié s débits sont d un montant inférieur à 250. Cte valeur est près trois fois inférieure à la moyenne. Cte rnière ne rend donc pas bien compte s valeurs préjudice que l on rencontre le plus fréquemment. La moitié s victimes affirme que le rnier débit frauduleux est la coéquence d un achat effectué sur Intern à l ai leurs informatio s 50 % s ménages se déclarant victimes disent que le débit frauduleux (ou série) le plus récent était un achat effectué da un commerce en ligne, sur Intern (graphique 1), à l ai d informatio confintielles sur un leurs comptes s, obtenues façon illicite. Les achats, à l origine du préjudice, peuvent avoir été effectués à l ai d une carte ou par d autres services paiement en ligne. 14 % disent que le débit le plus récent est la coéquence d un achat effectué au moyen d une carte da un commerce traditionnel. Cte proportion est intique pour les ménages déclarant Tableau 3. Répartition s débits frauduleux (ou séries débits frauduleux du même type) déclarés Tableau 3. par Répartition les victimes, s au débits cours frauduleux l enquête (ou «séries Cadre débits vie frauduleux sécurité» 2011, du même selon type) le type déclarés par les victimes, au cours l enquête «Cadre vie sécurité» 2011, selon le type d opération, le montant le montant moyen du débit. d opération, le montant le montant moyen du débit. Enquête «Cadre vie déclarée sur ux a Source : Enquête Source «: Cadre Enquête «vie Cadre sécurité vie sécurité» 2011,» INSEE 2011, INSEE Note lecture : : % % s s ménages ménages se disant se disant victimes victimes d au moi d au un moi virement un virement frauduleux en frauduleux ux a déclarent ux que le montant a déclarent est inférieur que ou le montant égal à 100 est. inférieur ou égal à 100. Graphique La moitié 1. Répartition s victimes s débits affirme frauduleux que le (ou rnier séries débits frauduleux même est type) la Graphique 1. Répartition s débits frauduleux (ou séries débits frauduleux du même type) déclarés déclarés coéquence par par les victimes, les victimes, d un au cours au achat cours l enquête effectué «Cadre sur «Cadre Intern vie vie sécurité à l ai»» 2011, selon leurs type d opération informatio.. s 50 % s ménages se déclarant victimes disent que le débit frauduleux (ou série) le plus 50 récent 50 était un achat effectué da un commerce en ligne, sur Intern (graphique 1), à l ai d informatio confintielles sur un leurs comptes s, obtenues façon illicite. Ces achats peuvent avoir été effectués à l ai d une carte ou par d autres services paiement en ligne % disent que le débit le plus récent est la coéquence d un achat effectué au moyen d une carte da un commerce traditionnel. Cte proportion est intique pour les ménages déclarant un débit frauduleux opéré à l ai d un rrait via un distributeur automatique. Moi % s ménages affirment que le rnier débit frauduleux (ou série) subi était un virement effectué puis l un leurs comptes s. 23 % s ménages se déclarant victimes d un achat frauduleux sur Intern, disent que le plus récent (ou série la plus récente), est inférieur à 100, 36 % qu il est compris entre , 19 % que son montant est supérieur à Les rraits da s 14 distributeurs bills décrits par les victimes concentrent s 14 montants préjudice plus élevés : plus 75 % d entre 12 eux sont d un montant supérieur à 250 environ 20 % sont supérieurs à À l inverse, au regard s montants décrits par 8les ménages victimes, les virements s frauduleux regroupent s montants plus faibles sont majoritairement inférieurs à Achat da un commerce en ligne via intern Achat au moyen d'une carte da un commerce traditionnel Montant du débit (ou la série débits frauduleux même type) le plus récent Tout montant Rrait à un distributeur automatique bills <= à 100 Virement De 101 à 250 Autre procédé (ex: rechargement portable) De 251 à 1000 Ne sait pas > à 1000 Eemble s débits frauduleux (en %) Achat da un commerce en ligne, sur intern Achat au moyen d'une carte da un commerce traditionnel Rrait à un distributeur automatique bills Virement Autre procédé (ex: rechargement portable) Champ :: Ménages Source : Enquête Source «: Cadre Enquête «Cadre vie sécurité vie sécurité» 2011,» 2011, INSEE INSEE 7 un débit frauduleux opéré à l ai d un Note lecture : 50 % s ménages victimes déclarent que le débit frauduleux (ou série du même type) le plus récent est un achat rrait via un distributeur automatique. Note da un lecture commerce : 50 en % ligne s ou ménages via Intern. victimes déclarent que le débit frauduleux (ou série du même type) le plus récent est un achat da un commerce en ligne ou via Intern. Moi 10 % s ménages affirment supérieur à 250 environ 20 % sont récent a été effectué en France ou puis que le rnier débit frauduleux (ou série) Pour supérieurs chaque type à 1000 d opération., les victimes la France ont (60 été % s questionnées ménages victimes). subi était un virement effectué puis l un sur le pays da lequel, selon eux, le débit frauduleux (ou série) le plus récent a été effectué 11. La leurs comptes s. À l inverse, au regard s montants 65 % s ménages se déclarant victimes majorité s ménages déclarent que le débit frauduleux le plus récent a été effectué en 23 % s ménages se déclarant victimes France décrits ou puis par les la France ménages (60 % victimes, s ménages les d un victimes). achat da un commerce en ligne, d un achat frauduleux sur Intern, disent virements s frauduleux regroupent d un rrait ou d un virement 65 % s ménages se déclarant victimes d un achat da un commerce en ligne, d un que le plus récent (ou série la plus s montants plus faibles sont majoritairement frauduleux disent que celui-ci a été rrait ou d un virement frauduleux disent que celui-ci a été effectué en France récente), est inférieur à 100, 36 % qu il est (tableau 4). inférieurs à 100. effectué en France (tableau 4). compris entre , 19 % que En revanche, Pour chaque les type ménages d opération disant, avoir été victimes En revanche, d un achat les frauduleux ménages disant au moyen avoir son montant est supérieur à d une les carte victimes ont da été questionnées un commerce sur traditionnel été victimes affirment d un plus achat fréquemment frauduleux que au le Les rraits da s distributeurs commerce le pays se da situait lequel, à l étranger selon eux, (61 le % débit s ménages moyen victimes). d une carte da un bills décrits par les victimes concentrent frauduleux (ou série) le plus récent a commerce traditionnel affirment plus s montants préjudice plus élevés : été effectué 9. La majorité s ménages fréquemment que le commerce se situait plus 75 % d entre eux sont d un montant déclarent que le débit frauduleux le plus à l étranger (61% s ménages victimes). (9) Le «pays d origine» du débit présenté da le tableau 2 fait référence, pour les achats da un commerce traditionnel, au pays da lequel se situe le commerce, ou au pays rattachement du site intern utilisé pour les achats effectués en ligne. Ce terme désigne, pour les rraits frauduleux, le pays da 11 Le «pays d origine» du débit présenté da le tableau 2 fait référence, pour les achats da un commerce lequel se situe le distributeur automatique bills traditionnel, utilisé, au pour pays da les virements, lequel se situe le pays le commerce, vers lequel ou celui-ci au pays a été émis. rattachement du site intern utilisé pour les achats effectués en ligne. Ce terme désigne, pour les rraits frauduleux, le pays da lequel se situe le INHESJ/ONDRP Repères n 17 Mars 2012 distributeur automatique bills utilisé, pour les virements, le pays vers lequel celui-ci a été émis. 5 8

6 Tableau 4. Répartition s débits frauduleux (ou séries débits frauduleux du même type) déclarés par les victimes, au cours l enquête «Cadre vie sécurité» 2011, selon le type d opération, le pays d où le débit a été initié. Tableau 4. Répartition s débits frauduleux (ou séries débits frauduleux du même type) déclarés par les victimes, au cours l enquête «Cadre vie sécurité» 2011, selon le type d opération, le pays d où le débit a été initié. Enquête «Cadre vie déclarée sur ux a Tout débit Pays d'origine du débit France Étranger Eemble s débits frauduleux Achat da un commerce en ligne, sur intern Achat au moyen d'une carte da un commerce traditionnel Rrait à un distributeur automatique bills Virement (ou série) cotaté après avoir été contacté par sa banque ou un autre établissement déclarent que son montant était supérieur à 250, un sur quatre qu il était supérieur à Une banque pourra plus fréquemment être à l origine la découverte d un débit frauduleux d un montant élevé. En eff, le ménage victime d un débit frauduleux d un montant élevé se rrouvera d autant plus facilement en situation découvert, pour laquelle la banque est souvent avertie en temps réel. Champ : Ménages Champ : Ménages Source Source : Enquête : Enquête «Cadre «Cadre vie sécurité vie» sécurité 2011, INSEE» 2011, INSEE Note lecture : 65 % s ménages victimes d un achat frauduleux da un commerce en ligne déclarent que le débit frauduleux (ou série du même type) le plus récent a été effectué puis la France. Note lecture : 65 % s ménages victimes d un achat frauduleux da un commerce en ligne déclarent que le débit frauduleux (ou série du même type) le plus récent a été effectué puis la France. Sept ménages victimes sur dix disent avoir découvert l existence du débit frauduleux en coultant un relevé d opératio 70 % s ménages se déclarant victimes d au moi un débit frauduleux en ux a affirment 70 % s l avoir ménages découvert se déclarant en coultant victimes un relevé une d opératio, administration que (police, soit sur gendarmerie, papier, sur d au intern, moi ou par un le débit biais d un frauduleux serveur vocal en (graphique impôts, c.) 2). est marginale. Environ ux a un ménage affirment victime l avoir sur découvert cinq dit avoir en été Les contacté débits par sa cotatés banque ou en un coultant autre établissement coultant un. relevé d opératio, En revanche, que la proportion ce victimes déclarant avoir cotaté un relevé d opératio sont, pour 55 % le soit rnier sur papier, débit frauduleux sur intern, suite ou à par un rej le biais d achat par carte, ou après avoir été contacté par une administration (police, gendarmerie, d entre impôts, eux, c.) d un est montant trop faible inférieur pour à d un serveur vocal (graphique 2). pouvoir être établi. 250 (37% inférieur à 100, 18 % compris entre ) (tableau 5). Environ un ménage victime sur cinq dit avoir été contacté par sa banque ou un autre établissement. En revanche, la proportion victimes déclarant avoir cotaté le rnier débit frauduleux suite à un rej d achat par carte, ou après avoir été contacté par À l inverse, l établissement est plus fréquemment à l origine la découverte du débit frauduleux la victime lorsque ce rnier est d un montant plus élevé : plus 70 % s ménages victimes d un débit frauduleux Graphique 2. Répartition s débits frauduleux (ou séries débits frauduleux du même type) Graphique 2. Répartition s débits frauduleux (ou séries débits frauduleux du même type) déclarés par les victimes, au cours l enquête Cadre vie sécurité 2011, selon le mo déclarés par les victimes, au cours l enquête «Cadre vie sécurité» 2011, selon le mo découverte du du débit débit par par la victime. la victime. % Sept ménages victimes sur dix disent avoir découvert l existence du débit frauduleux en coultant un relevé d opératio 70 En coultant un relevé d'opératio (sur papier ou sur intern ou par un serveur vocal) 21 Suite à un contact la banque ou d'un autre établissement Source : Enquête Source : Enquête «Cadre «Cadre vie vie sécurité» 2011, INSEE Note lecture : 70 % s ménages victimes déclarent avoir cotaté le débit frauduleux (ou série du même type) le plus récent en coultant Note un lecture relevé d opératio. : 70 % s ménages victimes déclarent avoir cotaté le débit frauduleux (ou série du même type) le plus récent en coultant un relevé d opératio. INHESJ/ONDRP Repères n 17 Mars Après un rej d'achat par carte Suite à un contact d'une administration (police, gendarmerie, impôts...) 5 9 Par un autre procédé Les débits cotatés en coultant un relevé d opératio sont, pour 55 % d entre eux, d un montant inférieur à 250 (37 % inférieur à 100, 18 % compris entre 101 Près 60 % s ménages victimes d un débit frauduleux ne savent pas comment l auteur a procédé pour obtenir les informatio sur leurs comptes s Les ménages qui se déclarent victimes d au moi un débit frauduleux sur leurs comptes s sur ux a ont également été interrogés pour savoir s ils savaient comment l auteur ou les auteurs avaient procédé pour obtenir s informatio confintielles sur leurs comptes s (numéro compte, numéro carte, intifiants connexion ). 59 % s ménages victimes déclarent aii n avoir aucune idée la façon l auteur a procédé pour obtenir ces informatio (graphique 3). 12 % peent le savoir, mais pas avec certitu moi 30 % déclarent savoir avec certitu comment l auteur a procédé pour obtenir les informatio. Les mos opératoires décrits sont très hétérogènes. 12 % s ménages victimes déclarent que l auteur a obtenu les informatio s au cours d un achat ou d une réservation effectués sur Intern. 7 % d entre eux affirment que les informatio s ont été dérobées par l auteur lors d un achat da un commerce traditionnel 6 % alors qu ils riraient l argent à un distributeur automatique bills. La proportion ménages victimes d un débit frauduleux, disant que l auteur (ou les auteurs) a obtenu les informatio s en imitant un courrier électronique d une banque ou d une administration («phishing») ou par un appel téléphonique, est marginale, au regard la précision l enquête, pour être calculée. Il en est même pour les ménages qui déclarent que l auteur a obtenu ces informatio directement

7 Tableau 5. Répartition s débits frauduleux déclarés par les victimes selon le montant du débit (ou série) le plus récent le mo cotat du débit décrit par la victime, au cours l enquête «Cadre vie sécurité» Tableau 4. Répartition s débits frauduleux déclarés par les victimes selon le montant du débit (ou série) le plus récent le mo cotat du débit décrit par la victime, au cours l enquête «Cadre vie sécurité» Enquête «Cadre vie déclarée sur ux a Montant du débit (ou la série débits frauduleux même type) le plus récent Tout montant <= à 100 De 101 à % d entre eux affirment que les 12informatio s ont été 11 dérobées par l auteur lors d un achat da un commerce traditionnel 6 % alors qu ils riraient l argent à 10 un distributeur automatique 7 6 bills. La proportion ménages victimes d un débit frauduleux, disant que l auteur (ou les auteurs) a obtenu les informatio s en imitant un courrier électronique d une 0 banque A ou partir d une d'un Lors administration d'un achat Lors d'un («achat phishing En imitant») un ou par Auprès un d'un appel Par téléphonique, un autre Ne sait pas est trop peu élevée, rrait effectué au regard effectué da la précision ou une l enquête, courrier pour établissement être calculée. moyen Il en est comment même pour les da ménages un un qui commerce déclarent réservation que sur l auteur électronique a obtenu ou ces informatio l'auteur directement a distributeur traditionnel intern d'une banque commercial procédé auprès d un établissement ou commercial (par exemple en piratant un fichier automatique ou d'une clients). bills administration (phishing) ou Environ 11 % s ménages se déclarant victimes par un appel disent que l auteur a utilisé un procédé autre fait que aucune ceux démarche évoqués pour précémment. être remboursés téléphonique du débit frauduleux (ou série), le plus Champ récent, : Ménages s établit à 7 %. Source : Enquête «Cadre vie sécurité» 2011, INSEE 41 : non % significatif, s ménages effectif trop faible se disant pour effectuer victimes une estimation Champ : Ménages Source d un : débit Enquête frauduleux «Cadre déclarent vie sécurité avoir» 2011, déposé INSEE Note plainte lecture : avoir 12 % s été ménages remboursé se disant victimes intégralement d un débit frauduleux par (ou série) leur en banque. ux a déclarent 33 % que l auteur d entre a obtenu eux les informatio affirment avoir leur compte été remboursé lorsqu ils sa effectuaient avoir un déposé achat ou une plainte. réservation sur Intern. 11 Tableau 6. Répartition s débits frauduleux déclarés par les ménages victimes selon le type Tableau 5. Répartition s débits frauduleux déclarés par les ménages victimes selon le type démarche démarche auprès auprès la la police police ou ou la la gendarmerie gendarmerie auprès auprès la banque la banque pour pour le remboursement, le remboursement, au au cours cours l enquête «Cadre «Cadre vie vie sécurité sécurité» 2011.» Source : Enquête Source «: Cadre Enquête «vie Cadre sécurité vie sécurité» 2011,» 2011, INSEE INSEE : non significatif, effectif trop faible pour effectuer une : estimation non significatif, effectif trop faible pour effectuer une estimation Note lecture : 41 % s ménages se disant victimes d un débit frauduleux (ou série) en ux a déclarent avoir déposé plainte auprès Note lecture : 41 % s ménages se disant victimes d un débit frauduleux (ou série) en ux a déclarent avoir la police déposé plainte la gendarmerie auprès avoir la police été remboursés. la gendarmerie avoir été remboursés. Le INHESJ/ONDRP taux plainte Repères augmente n 17 Mars avec 2012 le montant du préjudice 7 De 251 à 1000 > à 1000 Eemble s débits frauduleux En coultant un relevé d'opératio (sur papier ou sur intern ou par un serveur vocal) Suite à un contact la banque ou d'un autre établissement Champ : Ménages : Ménages Source : Enquête Source : «Enquête Cadre «Cadre vie vie sécurité sécurité» 2011,» INSEE Note lecture : 37 % ménages se disant victimes d un débit frauduleux (ou série) cotaté sur un relevé d opératio affirment que Note son montant lecture était inférieur : 37 % ou ménages égal à 100 se. disant victimes d un débit frauduleux (ou série) cotaté sur un relevé d opératio affirment que son montant était inférieur ou égal à 100. Graphique 3. Répartition s débits frauduleux selon le mo opératoire l auteur, tel que décrit par Graphique les ménages 3. Répartition se déclarant s victimes, débits frauduleux pour obtenir selon les le informatio mo opératoire du compte l auteur,, tel que au cours Près décrit l enquête par les 60 «ménages % Cadre s se ménages vie déclarant sécurité victimes, victimes» pour obtenir les informatio du compte, d un débit frauduleux ne savent pas au cours l enquête «Cadre vie sécurité» comment l auteur a procédé pour obtenir les informatio sur leurs comptes % s Les ménages qui se déclarent victimes d au moi un débit frauduleux sur leurs comptes s sur ux a ont également été interrogés pour savoir s ils savaient comment l auteur ou les auteurs avaient procédé pour obtenir s informatio confintielles sur 50 leurs comptes s (numéro compte, numéro carte, intifiants connexion ). 59 % 40 s ménages victimes déclarent aii n avoir aucune idée la façon l auteur a procédé pour obtenir ces informatio (graphique 3). 12 % peent le savoir, mais pas avec certitu moi 30 % déclarent savoir avec certitu comment l auteur a procédé pour obtenir les informatio. 30 Parmi celles qui disent connaître le procédé utilisé par l auteur, avec certitu ou non, les mos opératoires décrits sont très hétérogènes. 12 % s ménages victimes déclarent que l auteur a obtenu les informatio s au cours d un achat ou d une réservation 20 effectués sur Intern. Enquête «Cadre vie sécurité» 2011 Dernière atteinte déclarée sur ux a Tout type démarche auprès la banque Tout type démarche auprès la police la gendarmerie État la man remboursement du débit ou la série débits frauduleux Remboursement total Deman en cours traitement Deman refusée Absence man Dépôt plainte Déclaration à la main courante 5 4 Absence déclaration La proportion ménages déclarant avoir déposé plainte pour un débit frauduleux (ou auprès d un établissement ou commercial (par exemple en piratant un fichier clients). Environ 11 % s ménages se déclarant victimes disent que l auteur a utilisé un procédé autre que ceux évoqués précémment. La proportion élevée victimes qui ignorent comment l auteur a procédé pour obtenir ces informatio, aii que l hétérogénéité s répoes celles qui disent le savoir, montrent bien que le phénomène s escroqueries s, particulièrement celles commises par le biais d Intern, évolue cotamment que les procédés utilisés par l auteur meurent difficiles à cerner à mesurer, y compris par le biais s enquêtes victimation. Un ménage victime sur ux dit avoir déposé plainte quatre sur cinq avoir été remboursés par sa banque l intégralité du préjudice Lors l enquête «Cadre vie sécurité» 2011, 52 % s ménages se déclarant victimes d au moi un débit frauduleux sur ux a, disent avoir déclaré ce préjudice à la police ou à la gendarmerie (tableau 6). 47 % s ménages victimes d un débit ou d une série débits frauduleux sur leur(s) compte(s) (s), au cours s années , ont déposé plainte. 5 % d entre eux affirment avoir fait une déclaration à la main courante les 47 % restant affirment n avoir fait aucune déclaration à ces administratio. Indépendamment la démarche entreprise auprès la police la gendarmerie à la suite du (ou s) débit(s) frauduleux, 79 % s ménages victimes disent avoir été remboursés totalement par leur banque du préjudice financier subi. 6 % s ménages déclarent que leur man remboursement est en cours traitement 6 % qu elle a été refusée par la banque. La proportion ménages interrogés qui affirment n avoir fait aucune démarche pour être remboursés du débit frauduleux (ou série), le plus récent, s établit à 7 %. 41 % s ménages se disant victimes d un débit frauduleux déclarent avoir déposé plainte avoir été remboursé intégralement par leur banque. 33 % d entre eux affirment avoir été remboursé sa avoir déposé plainte.

8 Champ : Ménages Source : Enquête «Cadre vie sécurité» 2011, INSEE Le taux plainte augmente avec le montant du préjudice La proportion ménages déclarant avoir déposé plainte pour un débit frauduleux (ou série), sur ux a, atteint 47 % (tableau 7). Plus le montant du débit frauduleux est élevé plus la proportion ménages ayant déclaré avoir déposé plainte est coéquente. En eff, le taux plainte, estimé par l enquête, atteint 69 % si le montant du préjudice est supérieur à 1 000, alors qu il n est que 29 % pour les débits frauduleux inférieurs à 100. Inversement, les ménages ayant dit n avoir fait aucune déclaration à la suite du préjudice sont majoritaires pour les montants les plus faibles sont minoritaires pour les montants les plus élevés. Ils représentent 66 % pour s montants déclarés inférieurs à 100 seulement 27 % pour les montants supérieurs à comme la proportion ménages victimes disant avoir été remboursés La proportion ménages déclarant avoir obtenu un remboursement total pour le rnier débit frauduleux (ou série) sur ux a, d un montant supérieur à atteint 92 % (tableau 8). Plus le montant du débit frauduleux est faible plus la proportion ménages ayant déclaré avoir obtenu le remboursement total diminue. Cte proportion atteint 65 % pour les débits frauduleux inférieurs à 100. Note lecture : 29 % s ménages se disant victimes d un débit frauduleux (ou série) en ux a, montant inférieur ou égal à 100, déclarent avoir déposé plainte auprès la police la gendarmerie. Tableau 7. Répartition s débits frauduleux déclarés par les victimes, au cours l enquête Tableau 6. Répartition s débits frauduleux déclarés par les victimes, au cours l enquête ««Cadre vie vie sécurité» 2011, selon le le type type démarche auprès la la police police ou ou la la gendarmerie le le montant comme du du débit. la proportion ménages victimes disant avoir été remboursés Montant du débit (ou la série débits frauduleux La proportion ménages déclarant avoir obtenu même un remboursement type) le plus récent total pour le rnier Enquête «Cadre vie débit frauduleux (ou série) sur ux a, d un montant supérieur à atteint De 251 à 92 déclarée % (tableau sur ux 7). a Plus le montant du Tout débit frauduleux <= à 100 De est 101 faible à plus 1000 la proportion > à 1000 montant 250 ménages ayant déclaré avoir obtenu le remboursement total diminue. Cte proportion atteint 65 % pour les débits frauduleux inférieurs à 100. La Eemble proportion s débits ménages frauduleux victimes ayant 100 dit n avoir 100 effectué 100 aucune man 100 à 100 la suite du débit frauduleux s amoindrit à mesure que le montant augmente. Elle s établit à 14 % pour s montants inférieurs à 100 n est plus que 6 % pour s montants compris Dépôt entre plainte Absence déclaration De plus, la part ménages ayant déclaré être victime d un débit frauduleux (ou série) Champ en Champ ux : Ménages : Ménages a, d un montant inférieur ou Source égal à : Enquête 100 Source, :«Enquête Cadre déclare «Cadre vie da vie sécurité sécurité 12»% 2011,» s 2011, INSEE cas, que leur man est en cours traitement. Cte proportion est ntement moindre pour Note lecture : 29 % s ménages se disant victimes d un débit frauduleux (ou série) en ux a, montant inférieur ou égal à 100, déclarent s montants avoir déposé plainte débit auprès plus la police élevés. la La gendarmerie. part ménages déclarant s être fait refuser leur Note man lecture : 29 remboursement % s ménages se varie disant entre victimes 4 d un 8 débit % en frauduleux fonction (ou du série) montant en ux du a, débit montant frauduleux. inférieur ou égal à 100, déclarent avoir déposé plainte auprès la police la gendarmerie. Tableau 8. Répartition s débits frauduleux déclarés par les victimes, au cours l enquête «Tableau Cadre 7. Répartition vie sécurité s» débits 2011, selon frauduleux type déclarés démarche par les auprès victimes, au la cours banque pour l enquête le «Cadre vie sécurité» 2011, selon le type démarche auprès la banque pour le remboursement remboursement comme la le le proportion montant montant du du débit. débit. ménages victimes disant avoir été remboursés Montant du débit (ou la série débits frauduleux La proportion ménages déclarant avoir obtenu même un remboursement type) le plus récent total pour le rnier débit Enquête frauduleux «Cadre (ou vie série) sur ux a, d un montant supérieur à atteint 92 sécurité % (tableau» 20117). Dernière Plus le atteinte montant du débit frauduleux est faible plus De 251 la à proportion déclarée sur ux a Tout <= à 100 De 101 à > à 1000 ménages ayant déclaré avoir obtenu le remboursement total diminue montant 250 Cte proportion atteint 65 % pour les débits frauduleux inférieurs à 100. La proportion ménages victimes ayant dit n avoir effectué aucune man à la suite Eemble s débits frauduleux du débit frauduleux s amoindrit à mesure que le montant augmente. Elle s établit à 14 % pour Remboursement s montants total inférieurs à n est plus 65 que 806 % pour 86 s montants 92 compris Deman entre cours 250 traitement De Deman plus, la refusée part ménages ayant déclaré être 6 victime 8 d un débit 6 frauduleux 6 (ou série) 5 en Absence ux a, man d un montant inférieur ou égal à 7 100, 14 déclare 10 da 12 % 3 s cas, que leur man est en cours traitement. Cte proportion est ntement moindre pour s Champ montants : Ménages débit plus élevés. La part ménages Source : Enquête déclarant «Cadre s être vie sécurité fait» refuser 2011, INSEE leur man Note lecture : 65 remboursement % s ménages disant varie victimes entre d un débit 4 frauduleux 8 %(ou en série) fonction en ux a, du montant inférieur du ou débit égal 14 frauduleux. à 100, déclarent avoir été remboursé intégralement du montant du préjudice. Tableau 7. Répartition s débits frauduleux déclarés par les victimes, au cours l enquête «Cadre vie sécurité» 2011, selon le type démarche auprès la banque pour le remboursement La proportion le montant ménages du débit. victimes ayant dit n avoir effectué aucune man à la suite du débit frauduleux s amoindrit Enquête à mesure «Cadre que vie le montant augmente. déclarée Elle s établit sur ux à a 14 % pour s montants Tout montant inférieurs à 100 n est plus que 3 % pour s montants compris entre De plus, la part ménages ayant déclaré être victime d un débit frauduleux (ou série) en ux a, d un montant inférieur ou égal à 100, déclare da 12 même % s type) cas, le que plus récent leur man est en cours traitement. Cte proportion est De 251 à ntement <= à 100 De moindre 101 à pour s > montants à débit plus élevés. La part ménages déclarant s être fait refuser leur man remboursement varie entre 4 8 % en fonction du montant du débit frauduleux. Montant du débit (ou la série débits frauduleux Eemble s débits frauduleux Remboursement total Deman en cours traitement Deman refusée * * * Absence man INHESJ/ONDRP Repères n 17 Mars

9 ANNEXE ANNEXE Tableau A1. Répartition s ménages ayant déclaré possér un compte avoir subi au Tableau A1. Répartition s ménages ayant déclaré possér un compte avoir subi au moi un débit frauduleux sur ux a, au cours s enquêtes «Cadre vie sécurité» Tableau moi un A1. débit Répartition frauduleux s sur ménages ux a, ayant au déclaré cours s possér enquêtes un compte «Cadre vie sécurité avoir subi» au moi un débit frauduleux sur ux a, au cours s enquêtes «Cadre vie sécurité» Enquête 2010 Enquête 2011 Enquête 2010 Enquête 2011 Enquêtes Enquêtes ««Cadre Cadre vie vie sécurité sécurité»» 2011 Nombre Nombre Poids 2011 Nombre ménages ménages en Nombre ménages en Poids moyen données en brutes données brutes en données données brutes brutes moyen ANNEXE Nombre ménages interrogés en données Nombre brutes ménages interrogés en données pondérées Ménages déclarant possér un compte Ménages déclarant possér un en compte en Ménages se déclarant victimes d'au moi moi un débit un frauduleux débit frauduleux en 2009 en 2009 ou en ou 2010 en 2010 Ménages victimes d'au moi un débit frauduleux Ménages en 2010 victimes d'au moi un débit frauduleux en 2010 Ménages déclarant ne pas possér un Ménages compte déclarant en ne 2009 pas possér 2010 un compte en Champ : Ménages Source : Enquête Source «: Cadre Enquête «vie Cadre sécurité vie sécurité» 2011,» 2011, INSEE Source : Enquête «Cadre vie sécurité» 2011, INSEE INSEE Tableau A2. Répartition s s ménages ménages ayant ayant déclaré déclaré avoir avoir subi subi au moi au moi un débit un débit frauduleux frauduleux avoir Tableau A2. Répartition s ménages ayant déclaré avoir subi au moi un débit frauduleux avoir avoir déposé déposé déposé plainte plainte plainte suite suite à à l atteinte suite l atteinte à l atteinte (ou (ou série série (ou d atteintes) d atteintes) série d atteintes) la plus la plus récente, récente, la plus au cours récente, au cours l enquête au cours l enquête «Cadre l enquête «Cadre «Cadre vie vie sécurité sécurité vie» sécurité» » Enquêtes «Cadre Cadre vie vie sécurité sécurité»» Ménages se se déclarant victimes d'au d'au moi moi un débit frauduleux au au cours cours s s ux ux années précédant l'enquête Ménages ayant déposé plainte auprès la police ou la la gendarmerie Enquête Enquête Enquête Enquête Nombre Nombre Part Part (en %) (en %) Nombre Nombre Part (en Part %) (en %) ,0 100, ,0 100, ,3 49, ,2 47,2 Champ Champ : Ménages :: Ménages Source Source : Enquête : Enquête Source «Cadre «Cadre : Enquête vie «vie Cadre sécurité sécurité vie» 2011, sécurité» 2011, INSEE» 2011, INSEE INSEE INHESJ/ONDRP Repères n 17 Mars

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

repères n 30 Les débits frauduleux sur compte bancaire

repères n 30 Les débits frauduleux sur compte bancaire observatoire national de la délinquance et des réponses pénales repères n 30 Septembre 2015 par Marie clais Chargée d études socio-statistiques Les débits frauduleux sur compte bancaire Résultats basés

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse.

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse. La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2013 Jorick GUILLANEUF

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 Jorick Guillaneuf, chargé d études statistiques à l ONDRP DOSSIER

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Janvier 2014 Tableaux de bord annuels sur les

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées

La cybercriminalité et les infractions liées Sanctions pénales Sous la direction de Rapport annuel 2015 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées Marine valzer Chargée d études criminologiques à l utilisation frauduleuse d internet

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Septembre 2011. Méthodologie des Tableaux de bords annuels

Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Septembre 2011. Méthodologie des Tableaux de bords annuels de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez Septembre 2011 Méthodologie des Tableaux de

Plus en détail

VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE

VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE GRANDn 15 VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE : LES TROIS GRANDES CATEGORIES DE VIOLENCES PHYSIQUES NON CRAPULEUSES ANGLE

Plus en détail

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

Etudes et travaux de l ORDCS

Etudes et travaux de l ORDCS Etudes et travaux de l ORDCS Victimation et sentiment d insécurité dans une petite ville de l agglomération marseillaise Laurent MUCCHIELLI, Emilie RAQUET, Claire SALADINO Observatoire Régional de la Délinquance

Plus en détail

Bulletin mensuel. L objet principal du bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et

Bulletin mensuel. L objet principal du bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et Bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales AOÛT 2012 Criminalité et délinquance enregistrées en juillet 2012 observatoire national de la délinquance et des réponses

Plus en détail

L enregistrement des faits de crimes et délits non routiers par la police et la gendarmerie

L enregistrement des faits de crimes et délits non routiers par la police et la gendarmerie AVRIL 2012 Bulletin mensuel de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales L activité des services de police et des unités de gendarmerie Criminalité et délinquance enregistrées en

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE CENTRE LOIRE

CREDIT AGRICOLE CENTRE LOIRE CREDIT AGRICOLE CENTRE LOIRE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 8, allée des collèges - 18 BOURGES Siret 398 824 714 16 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

Entre maison, enfant(s) et travail: les diverses formes d arrangement dans les couples

Entre maison, enfant(s) et travail: les diverses formes d arrangement dans les couples études résultats et N 570 avril 2007 Entre maison, enfant(s) et travail: les diverses formes d arrangement da les couples Cette étude, réalisée à partir de l enquête Étude des relatio familiales et intergénérationnelles

Plus en détail

La lettre de l Ét@t en Dordogne

La lettre de l Ét@t en Dordogne N 1 - Janvier - Février 2013 La lettre de l Ét@t en Dordogne LE DOSSIER DU MOIS LE BILAN DE LA DELINQUANCE 2012 Sommaire L'éditorial Je vous présente le premier numéro de l année 2013 de la lettre des

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Première édition - 4 e trimestre 2011 Un nouvel outil : Initié par la chaire Économie numérique de

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA SÉCURITÉ : Ville d AVRANCHES

QUESTIONNAIRE SUR LA SÉCURITÉ : Ville d AVRANCHES QUESTIONNAIRE SUR LA SÉCURITÉ : Ville d AVRANCHES Merci de prendre votre temps pour remplir ce questionnaire avec soin et de l envoyer au plus tard le 31 août 2015. Ce questionnaire comprend 25 questions

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. ARTICLE 1er: FONCTIONNEMENT

REGLEMENT INTERIEUR. ARTICLE 1er: FONCTIONNEMENT REGLEMENT NTEREUR 1 ARTCLE 1er: FONCTONNEMENT - Gion Consulaire Agréé Lot--Garonne (CGA 47), créé à l initiative la Chambre Commerce d nstrie s Membres l Ordre s Experts-comptab Lot--Garonne, fonctionne

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Huitième édition 3 e trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne 11 Objectifs et Méthodologie Objectifs : Analyse du profil sociodémographique des clients des banques en ligne Historique et détention de produits financiers dans des

Plus en détail

et résultats État de santé et renoncement aux soins des bénéficiaires du RSA N 882 juin 2014

et résultats État de santé et renoncement aux soins des bénéficiaires du RSA N 882 juin 2014 ét udes et résultats N 882 juin 2014 État de santé et renoncement aux soi des bénéficiaires du RSA Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) sont moi nombreux à se percevoir en bonne santé

Plus en détail

La République fédérale d Allemagne est composée de

La République fédérale d Allemagne est composée de La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre La criminalité enregistrée en Allemagne en Olivier gourdon, Chargé d études à l ONDRP Présentation du système policier allemand

Plus en détail

LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE

LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE les étus l emploi cadre - octobre 2007 PHOTOGRAPHIE DES SALAIRES DES CADRES QUELS PROFILS POUR QUELS SALAIRES? ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DU SALAIRE DES CADRES Enquête auprès

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

Livret. Médecins. de Sécurité à l usage des. Secrétariat général - Service de la communication du ministère de l Intérieur

Livret. Médecins. de Sécurité à l usage des. Secrétariat général - Service de la communication du ministère de l Intérieur Conseil National de l Ordre des Livret de Sécurité à l usage des Secrétariat général - Service de la communication du ministère de l Intérieur OBSERVATOIRE POUR LA SECURITE DES MEDECINS : RECENSEMENT NATIONAL

Plus en détail

L achat de médicaments sur Internet

L achat de médicaments sur Internet L achat médicaments sur Intern Adéï ZULFIKARPASIC Directrice Détement Opinion Institutionnel 01 55 33 21 41 06 17 45 78 98 ai.zulfikaric@lh2.fr Vanessa GALISSI Directrice d étus Détement Opinion Institutionnel

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Sondage au sujet des expériences et opinions sur la criminalité en Suisse

Sondage au sujet des expériences et opinions sur la criminalité en Suisse Institut de Criminologie Sondage au sujet des expériences et opinions sur la criminalité en Suisse Analyses dans le cadre du sondage national de victimisation 2011 Martin Killias, Silvia Staubli, Lorenz

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DANS LES COMMERCES DE MENDE

DOSSIER DE PRESSE DANS LES COMMERCES DE MENDE COMMUNICATION DOSSIER DE PRESSE LA PREVENTION DES CAMBRIOLAGES DANS LES COMMERCES DE MENDE LUNDI 14 AVRIL 2014 A 15 H 30 En présence de : Guillaume LAMBERT, préfet de la Lozère, Commissaire Christophe

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

Etude Fraude Sociale. Rencontres provinciales printemps 2014

Etude Fraude Sociale. Rencontres provinciales printemps 2014 Etude Fraude Sociale Rencontres provinciales printemps 2014 Contexte En 2013, la secrétaire d Etat à l intégration sociale a chargé la société de consultance PwC de réaliser une étude sur l impact de la

Plus en détail

La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012

La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012 1 La criminalité enregistrée en Angleterre et au Pays de Galles en 2012 Les statistiques mesurant la criminalité ne sont pas homogènes dans l ensemble du Royaume-Uni. Ceci tient aux différents systèmes

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales GRANDn 24 ANGLE Février Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel VENTRE Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Observer dans la durée les atteintes aux voitures

Observer dans la durée les atteintes aux voitures Observer dans la durée les atteintes aux voitures I. Une baisse continue À l échelle nationale 1, le seul indicateur qui permette de suivre l évolution des atteintes aux véhicules sur le long terme est

Plus en détail

Règlement Internet Banking. Helpdesk Internet Banking: 02 548 28 00 ou helpdesk@triodos.be

Règlement Internet Banking. Helpdesk Internet Banking: 02 548 28 00 ou helpdesk@triodos.be Règlement Internet Banking Helpdesk Internet Banking: 02 548 28 00 ou helpdesk@triodos.be Article 1. Définitions 1.1 La Banque: la succursale belge de Triodos Bank nv, société anonyme de droit néerlandais,

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

Sondage public 2012 sur les services policiers

Sondage public 2012 sur les services policiers Sondage public 2012 sur les services policiers 2 Sixième sondage public depuis 1995. Le sondage est conçu pour faire comprendre les perceptions des citoyens sur la criminalité i et la sécurité et mesurer

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 octobre 2013 LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS CONFIDENTIELS AU BUREAU OU EN PRIVÉ EN 2013

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 octobre 2013 LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS CONFIDENTIELS AU BUREAU OU EN PRIVÉ EN 2013 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 octobre 2013 LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS CONFIDENTIELS AU BUREAU OU EN PRIVÉ EN 2013 Une étude Fellowes / CSA Menée en septembre 2013 LES FRANÇAIS ET LES PAPIERS CONFIDENTIELS

Plus en détail

DOSSIER : LES ARNAQUES SUR INTERNET

DOSSIER : LES ARNAQUES SUR INTERNET DOSSIER : LES ARNAQUES SUR INTERNET 1. Les arnaques les plus fréquentes 2. Les arnaques les plus courantes dans l hôtellerie 3. Comment déceler une arnaque? 4. Comment se protéger? 5. Comment réagir si

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive note d informationnovembre 13.26 En 2013, 93 % des collégiens se déclarent satisfaits du climat scolaire de leur établissement. C est à peu près autant qu en 2011 lors de la première édition de l enquête.

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Cinquième édition 4 e trimestre 2012 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ DU TRAVAIL EN ALGÉRIE : POPULATION ACTIVE ET EMPLOIS OCCUPÉS

LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ DU TRAVAIL EN ALGÉRIE : POPULATION ACTIVE ET EMPLOIS OCCUPÉS Région et Développement n 35-2012 LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ DU TRAVAIL EN ALGÉRIE : POPULATION ACTIVE ET EMPLOIS OCCUPÉS Moundir LASSASSI * et Nacer-eddine HAMMOUDA ** Résumé - Da les pays en développement

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

www.lesclesdelabanque.com 9 RÉFLEXES SÉCURITÉ

www.lesclesdelabanque.com 9 RÉFLEXES SÉCURITÉ JUIN 2015 Guide élaboré avec CARTE BANCAIRE www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent 9 RÉFLEXES SÉCURITÉ N 5 LES GUIDES SÉCURITÉ BANCAIRE Guide élaboré avec le Groupement

Plus en détail

«Comprendre les causes du non-recours à la CMUC»

«Comprendre les causes du non-recours à la CMUC» Convention d étude entre le Fonds de Financement de la CMU et l Université Paris Dauphine «Comprendre les causes du non-recours à la CMUC» Rapport final - Septembre 2006 Auteurs Sandrine Dufour-Kippelen

Plus en détail

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Le 13 octobre 2014 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse 75082 Paris cedex 02 Tél. : 01 53

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Les arnaques sur Internet

Les arnaques sur Internet Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jérôme SAINTE-MARIE Directeur général-adjoint (jerome.sainte-marie@csa.eu) Yves-Marie CANN Directeur d études (yves-marie.cann@csa.eu) Nicolas FERT Chargé d études

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

VIDEO PROTECTION : Sécurité publique

VIDEO PROTECTION : Sécurité publique AFFAIRES RESOLUES VIDEOPROTECTION mai 2011 VIDEO PROTECTION : Sécurité publique MARSEILLE (13) Viols 1 interpellation Le 21 puis le 22 mai 2011, les enquêteurs de la sûreté départementale des Bouchesdu-Rhône

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG Dossier de presse 11 février 2014 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La sexualité des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE. Herstappe 2000-2014. Police Fédérale - DGR/DRI

STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE. Herstappe 2000-2014. Police Fédérale - DGR/DRI STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE 2-24 Police Fédérale - DGR/DRI STATISTIQUES POLICIERES DE CRIMINALITE LIEU DE PERPETRATION: COMMUNE PARTIE I : INFRACTIONS JUDICIAIRES

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits.

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. NOTICE EXPLICATIVE Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. écrit. Vous allez être reçu(e) pour relater des faits qui seront

Plus en détail

Sylvain Dejean, Emilie Huiban, Adrien Souquet

Sylvain Dejean, Emilie Huiban, Adrien Souquet - - Sylvain Dejean, Emilie Huiban, Adrien Souquet Autres contributeurs à l étude : Godefroy Dang Nguyen, Virginie Lethiais, Karine Roudaut Mars 2013 L objectif principal de cette étude est d identifier

Plus en détail

Longtemps marqué par des confrontations et des instrumentalisations

Longtemps marqué par des confrontations et des instrumentalisations 6 Résultats et méthodes Directeur de la publication Régis GUYOT Rédacteur en chef Christophe SOULLEZ Décembre 2005 Les infractions économiques, financières et escroqueries de 1996 à 2004 à travers l état

Plus en détail

Baromètre du paiement électronique Vague 2

Baromètre du paiement électronique Vague 2 pour Baromètre du paiement électronique Vague 2 Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d entreprise frederic.micheau@ifop.com Janvier 2012 Laurent Houitte Directeur Marketing

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Enquête de CPA Canada sur la fraude 2014

Enquête de CPA Canada sur la fraude 2014 Préparé pour : Comptables professionnels agréés du Canada Le 28 février 2014 Informations sur l enquête L a été menée par Harris/Decima au moyen d un sondage téléphonique réalisé à l échelle nationale

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

Étude des pratiques et usages documentaires numériques des étudiants de l I.U.T. Lyon 3 Rapport d étude

Étude des pratiques et usages documentaires numériques des étudiants de l I.U.T. Lyon 3 Rapport d étude Titre du projet Étude des pratiques et usages documentaires numériques des étudiants de l I.U.T. Lyon 3 Rapport d étude À l attention de Delphine Merrien et Paulin Grégoire Vos contacts: Isabelle Le Roy

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Groupe de travail sur la rénovation du questionnaire de recensement Pascale BREUIL Chef de l Unité des Etudes Démographiques et sociales 28/09/2011

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE CARTE V PAY. particuliers.societegenerale.fr

GUIDE PRATIQUE CARTE V PAY. particuliers.societegenerale.fr 2014 GUIDE PRATIQUE particuliers.societegenerale.fr 1 Les numéros indispensables Pour profiter pleinement de votre carte et de ses services, voici tous les numéros importants : Perte, vol ou utilisation

Plus en détail

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Dossier Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Bertrand Garbinti, Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Le patrimoine d un ménage est constitué par la somme de tous les biens qu il

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée

DOSSIER DE PRESSE Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée DOSSIER DE PRESSE Plan de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée lundi 18 novembre à 11h30 La lutte contre les cambriolages est une priorité du Ministre de l intérieur, affirmée par le

Plus en détail

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC Par: Jean-Pierre Brun, professeur Éric Plante, Professionnel de recherche Sondage par: Léger Marketing Mars 2004 DÉFINITION DU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

Plus en détail

ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES

ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES JANVIER 2015 Ce guide a été élaboré avec la Police Judiciaire www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES 9 RÉFLEXES SÉCURITÉ www.aveclespme.fr

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES

ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES JANVIER 2015 Ce guide a été élaboré avec la Police Judiciaire ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES 9 RÉFLEXES SÉCURITÉ N 1 LES GUIDES SÉCURITÉ BANCAIRE CE GUIDE VOUS EST OFFERT PAR Pour toute information

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

TARIFS ET RÉMUNÉRATIONS

TARIFS ET RÉMUNÉRATIONS TARIFS ET RÉMUNÉRATIONS Ce document constitue un extrait des conditions et tarifs de nos principaux produits et services en vigueur au 01/07/2005. Ces tarifs et conditions peuvent être modifiées et ne

Plus en détail

PRESTATIONS BANCAIRES

PRESTATIONS BANCAIRES PRESTATIONS BAAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS Tél : 54.34.44 Fax : 53.23.79 info@consommation.pf www.consommation.pf MAJ août 2008 A partir des plaquettes tarifaires mises à la disposition du public

Plus en détail