Actualités de la fiscalité des contrats d assurance-vie en Allemagne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Actualités de la fiscalité des contrats d assurance-vie en Allemagne"

Transcription

1 Actualités de la fiscalité des contrats d assurance-vie en Allemagne - Apports de la Circulaire du Ministère des finances allemand en date du 1 er octobre I. La fiscalité des contrats d assurance-vie en Allemagne L imposition des contrats d assurance-vie en Allemagne change comme d autres pays européens régulièrement. Nous vous présentons par la suite la Circulaire du Ministère des finances allemand par rapport aux règles fiscales de l article 20 paragraphe 1 n 6 du Einkommensteuergesetz (Code général des impôts allemand). 1. Introduction de l Abgeltungsteuer (impôt sur les revenus de capitaux) : généralités et impact sur la fiscalité de l assurance-vie a. Généralités champs d application Au 1 er janvier 2009, une nouvelle taxe sur les revenus de capitaux à titre privé, l Abgeltungsteuer, a été introduite en Allemagne par la Loi réformant la fiscalité des entreprises (Unternehmensteuerreformgesetz 2008) 1 (Cf. article 32d Einkommensteuergesetz (EStG) (Code général des impôts allemand)). Tandis qu auparavant tous les revenus étaient taxables au même taux, il est introduit avec l Abgeltungsteuer un système dual taxant les revenus d activité professionnelle et les revenus de capitaux à des taux différents. L Abgeltungsteuer est une taxe forfaitaire sur les intérêts, les dividendes et les distributions en vertu de fonds d investissements (Fondsausschüttungen) ainsi que sur les bénéfices provenant de vente d actions et de devises (Kurs- und Währungsgewinne). 2 Elle est retenue à la source au taux de 25 %, contribution de solidarité (5,5 % sur le montant de l impôt sur le revenu) et, le cas échéant, impôt destiné aux églises (taxe annexe à l impôt sur le revenu) en sus. Au lieu d être virée suivant l avis sur la déclaration annuelle d impôt sur les revenus d activité professionnelle, cette taxe est transmise pour chaque client, directement par les établissements financiers (banques, assurances etc.) aux centres des impôts. Cependant, le contribuable peut choisir une imposition à son taux personnel si ce taux s avère être inférieur à 25 %. Si le contribuable a effectivement opté pour son taux personnel, l administration fiscale va d office procéder à un contrôle dit «Günstigerprüfung» afin de vérifier si ce résultat est vraiment plus favorable pour le contribuable. Les objectifs visés par le législateur allemand par l introduction de cette Abgeltungsteuer forfaitaire étaient les suivants : - simplification de la taxation, - incitation des investisseurs privés à ne pas placer des fonds à l étranger et - réduction d impôts. 3 Pour la détermination de la base d imposition des revenus de capitaux (Einkünfte aus Kapitalvermögen) un montant de 801 EUR par personne (1.602 EUR pour un couple marié) peut être déduit au titre de frais professionnels (Sparer-Pauschbetrag (montant forfaitaire 1 En date du 14 août 2007, publiée au journal officiel allemand (Bundesgesetzblatt I) pour 2007, 1912 du 14 août Avant l introduction de l Abgeltungsteuer les gains sur les ventes de titres n étaient pas imposables si les titres étaient détenus pendant une durée de plus d un an. 3 Imprimé du Parlement fédéral allemand 16/4841 (motifs paragraphe 1, phrase 2. d, e ; phrase 1.c ; phrase 2.d, e) (BT-Drucksache 16/4841). 1

2 pour épargnants)). 4 Toute autre possibilité de déduction de frais professionnels (Werbungskosten) a été supprimée dans le cadre de l Abgeltungsteuer. L Abgeltungsteuer est applicable aux revenus de capitaux à titre privé à partir du 1 er janvier 2009 (article 52a paragraphe 15 EStG). Règles transitoires : - Les bénéfices sur les ventes de placements de capitaux, qui ont été acquis avant le 1er janvier 2009, restent exonérés d impôts si le délai de spéculation d un an (durée de maintien) a été respecté. - Les titres, qui sont achetés à partir du 1 er janvier 2009 sont soumis à l Abgeltungsteuer, indépendamment de leur durée de maintien. - Ces règles sont également applicables dans le cadre de fonds d investissements (Fondssparpläne). b. Impact de l Abgeltungsteuer sur la fiscalité de l assurance-vie Il n est pas exclu que l Abgeltungsteuer puisse également s appliquer sur les revenus de contrats d assurance-vie. Ceci peut être le cas si l assurance-vie ne remplit pas les conditions nécessaires pour profiter du régime fiscal plus favorable, qui est normalement prévu pour ces contrats de prévoyance par excellence. Ainsi, l Abgeltungsteuer n est pas applicable aux assurances-vie 5, pour lesquelles vaut sous certaines conditions précises une imposition plus favorable en vertu de l article 20 paragraphe 1 n 6, phrase 2 EStG. 6 Il s agit de la procédure d imposition de la moitié des revenus émanant d une assurance-vie (Halbeinkünfteverfahren) qui est entrée en vigueur au 1 er janvier Cette procédure est applicable si la prestation de l assurance est versée après le 60 ième anniversaire de la personne imposable et au plus tôt 12 ans après la conclusion du contrat d assurance. Dans ce cas-ci, la base d imposition est égale à la moitié de la différence entre la prestation de l assurance et le montant total des primes payées par le souscripteur de l assurance. Le montant ainsi déterminé n est alors pas imposable au taux de 25 % de l Abgeltungsteuer, mais il est imposable au taux d imposition personnel du contribuable, compris avec l ensemble des autres revenus de ce dernier. Si l on appliquait le taux de l Abgeltungsteuer dans les cas du Halbeinkünfteverfahren, il n y aurait en fin de compte qu une imposition au taux de 12,5 % seulement. Estimant qu un tel 4 Cf. article 20 paragraphe 9 EStG 5 Pour la définition du terme d assurance-vie au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG cf. II. 1. a. ci après. 6 Cf. 32d paragraphe 2 n 2 EStG (Code général des impôts allemand). 7 Le paiement à l échéance d un contrat d assurance-vie de capitalisation et le paiement après l exercice du droit d option pour le versement d un capital en vertu d une assurance de rente ne sont pas imposables pour les contrats souscrits avant le 1er Janvier 2005 (Altverträge), pour autant que le contrat courrait depuis au moins 12 ans, que les primes aient été payées pendant au moins 5 ans et que la couverture décès minimale soit d au moins 60 %. Pour les contrats qui ont été conclus avant 2005, cette règle est toujours applicable aujourd hui (principe de continuité juridique). Les versements sous forme de rente ne doivent être taxés, d après l ancien droit applicable, qu en ce qui concerne leur partie revenus. En cas de rupture anticipée, c est l Abgeltungsteuer qui s applique aux anciens contrats. (cf. article 52a paragraphe 10 phrase 5 EStG) 2

3 avantage par rapport aux autres formes d investissement n était pas justifié, le législateur a opté pour l application du taux d imposition personnel. 8 Par contre, si les conditions d application du Halbeinkünfteverfahren ne sont pas remplies, la totalité du montant de la différence entre la prestation de l assurance et le montant total des primes payées par le souscripteur de l assurance est imposable au taux de l Abgeltungsteuer, soit à 25 %. 9 Par ailleurs, l Abgeltungsteuer s applique également lorsqu il s agit de contrats d assurance gérant des biens (vermögensverwaltende Versicherungsverträge), qui sont exclus des règles générales d imposition en matière d assurance (cf. les précisions ci-après sous I. 2.) Il convient de noter que le régime fiscal favorable de l article 20 paragraphe 1 n 6, phrase 2 EStG ne s applique que lorsque la prestation de l entreprise d assurance consiste au versement d un capital en vertu d une assurance de rente permettant au souscripteur d opter pour le versement d un capital au lieu du paiement de la rente (Rentenversicherung mit Kapitalwahlrecht), si le souscripteur n a pas choisi le paiement d une rente 10, ou d une assurance de capital contenant une part d épargne (Kapitalversicherung mit Sparanteil), (et) si le contrat a été conclu après le 31 décembre Dans tous les cas, il doit s agir d une prestation en cas de vie ou d un rachat. En dernier lieu, il peut être précisé que la prestation de l assurance en cas de vie ou en cas de décès est soumise aux droits de succession ou de donation, si le bénéficiaire du contrat est différent du souscripteur de l assurance. 2. Situation sur le marché des contrats d assurance-vie en Allemagne depuis 2005 / Optimisation des contrats par rapport à la situation fiscale existante L introduction de l Abgeltungsteuer a renforcé le mouvement de développement de certains contrats d assurances-vie sur le marché des assurances en Allemagne. Ce phénomène avait déjà commencé à s établir après l entrée en vigueur du Halbeinkünfteverfahren pour les assurances-vie (cf. supra) au 1 er janvier En effet, cette fiscalité avait incité les entreprises du secteur financier à élaborer des contrats d assurance pouvant bénéficier du régime favorable des assurances-vie, tout en offrant dans ces contrats des éléments d investissement caractéristiques de contrats de capitalisation qui, en principe, étaient soumis à une fiscalité moins avantageuse. Depuis 2005 et notamment après l introduction de l Abgeltungsteuer le 1 er janvier 2009, les gestionnaires de biens (Vermögensverwalter), les banques ainsi que les assurances ont tenté 8 Motifs du législateur pour l Unternehmenssteuerreformgesetz (cf. note de bas de page n 1) pour l article 32d paragraphe 2 n 2 EStG. Document (imprimé) du Parlement fédéral allemand 16/4841 (page 61, motifs paragraphe 32d nouveau n 2 (BT-Drucksache 16/4841). 9 Cf. l article 32d et article 43 EStG. 10 D après l article 20 paragraphe 1 n 6 phrase 4 EStG, les phrases 1 à 3 de l article 20 paragraphe 1 n 6 sont applicables aux revenus en provenance d assurance-vie en unités de compte, aux revenus en cas de vie en vertu d assurance de rente ne prévoyant pas d option pour le versement d un capital, dans la mesure où le versement sous forme de rente viagère n est ni stipulé ni effectué, ainsi qu aux revenus provenant d un rachat du contrat en cas d une assurance de rente ne prévoyant pas d option pour le versement d un capital. 11 cf. supra note de bas de page n 4. 3

4 de trouver des solutions adéquates permettant de profiter du régime fiscal favorable de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG (v. supra) et d éviter légalement la taxation de revenus issus de placements de capitaux pendant la durée des contrats avec l Abgeltungsteuer et de pouvoir ainsi profiter (entre autres) des intérêts composés (Zinseszinseffekt). Ceci amena à une offre et une demande renforcées de contrats d assurances, surnommés ultérieurement «contrats d assurance gérant des biens» (vermögensverwaltende Versicherungsverträge) souvent en provenance de compagnie d assurance établies dans des Etats voisins de l Allemagne et destinés à «envelopper» des dépôts d actions, des hedgefonds ou encore des obligations. Ces contrats étaient essentiellement destinés à proposer/offrir un placement de capitaux à gestion individuelle. L assurance de risques les englobant ne représentait seulement, dans la plupart des cas, qu un supplément négligeable/accessoire du contrat. Ces contrats ne prévoyaient souvent pas de prestation en cas de vie et le client seul supportait le risque de l investissement. L un des éléments types de ces contrats consistait en effet en la possibilité pour le souscripteur de pouvoir décider lui-même du choix des fonds d investissement par le gestionnaire de biens (Vermögensverwalter). Ces contrats offraient en règle générale une très grande flexibilité concernant le paiement des primes et la possibilité de réclamer le paiement de la prestation d assurance. Il était notamment possible d apporter un dépôt d actions/de titres déjà existant en tant que prime dans le contrat d assurance. II. Modification de la Loi sur la fiscalité des assurances-vie au 1 er janvier 2009 Le législateur allemand a voulu entraver ce développement sur le marché des d assurance, estimant que le privilège fiscal accordé aux assurances-vie en tant qu instrument de prévoyance, ne devait pas profiter aux contrats d assurance gérant des biens dont le but principal était le placement individualisé de capitaux et non l assurance du risque de décès ou de survie. C est ainsi qu il modifia, par la Loi fiscale pour l année 2009 (Jahressteuergesetz 2009) 12, l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG en précisant que des contrats d assurance gérant des biens n étaient pas susceptibles de bénéficier des règles d imposition pour les contrats d assurance en vertu de l article 20 paragraphe 1 n 6 phrases 1 à 4 EStG. En vertu de l article 20 paragraphe 1 n 6 phrase 5 EStG, un contrat d assurance est considéré comme contrat d assurance gérant des biens (vermögensverwaltender Versicherungsvertrag) si les conditions suivantes sont remplies cumulativement : 1. Dans le contrat d assurance, les parties ont convenu d une gestion individuelle de fonds/actifs qui ont été choisis spécialement pour ce contrat et 2. les placements de capitaux choisis ne sont pas limités aux fonds publics et/ou aux placements retraçant le développement d un indice publié et 3. le bénéficiaire effectif peut directement ou indirectement décider de la vente des investissements et du réinvestissement des produits sortant du placement. 12 Loi fiscale pour l année 2009 en date du 19 décembre 2008 (Jahressteuergesetz 2009 vom 19. Dezember 2008 (BGBl. 2008, I, Nr. 63, Seite 2794ff.)) 4

5 Il est ajouté que dans ces cas-ci, les revenus de capitaux revenant aux entreprises d assurance sont imputés au bénéficiaire effectif (wirtschaftlich Berechtigter) du contrat d assurance et que les phrases 1 à 4 de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG ne sont pas applicables. Cela signifie qu il y a une imposition continue des revenus pendant la durée du contrat au taux de l Abgeltungsteuer, et non une imposition du montant de la différence entre la prestation d assurance en fin de contrat et la totalité des primes payées par le souscripteur. Par ailleurs, la Loi fiscale pour l année 2009 a défini les conditions minimales devant être remplies par les couvertures de risque (Risikoleistung) des assurances-vie de capitalisation (Kapitallebensversicherung) pour que ces assurances soient susceptibles de pouvoir profiter du régime favorable du Halbeinkünfteverfahren. En vertu de l article 20 paragraphe 1 n 6 phrase 6 EStG, l article 20 paragraphe 1 n 6 phrase 2 (imposition de la moitié du montant de différence entre la prestation de l assurance et le montant total des primes payées par le souscripteur de l assurance) n est pas applicable si a) dans un contrat d assurances-vie de capitalisation prévoyant le versement de primes régulières, dont le montant devra toujours être au moins égal à celui fixé originairement jusqu à échéance en cas de vie, le montant de la prestation prévue par l assurance en cas de survenance du risque assuré est inférieure à 50 % de la somme totale des cotisations qui aurait été versées pendant la durée contractuelle au titre du paiement des primes 13 ; b) dans un contrat d assurances-vie de capitalisation, le montant de la prestation prévue en cas de survenance du risque assuré, n excède pas au moins de 10 % de la réserve mathématique, de la valeur du jour ou de la somme de toutes les primes payées, la réserve mathématique ou la valeur du jour de l assurance, et ceci au plus tard à partir de la 5 e année après la conclusion du contrat. Ce pourcentage peut diminuer jusqu à la fin de la durée du contrat selon un taux annuel constant, jusqu à zéro. Malgré ces précisions, il subsistait encore des doutes dans le secteur des assurances, notamment sur la question de savoir ce que le législateur comprenait exactement sous le terme de «contrat d assurance gérant des biens» et l on attendait des précisions de la part du Ministère des finances allemand (Bundesministerium der Finanzen (BMF)). Ces précisions ont été publiées le 1 er octobre 2009 dans une Circulaire du Ministère. III. Circulaire du ministère fédéral des finances allemand en date du 1 er octobre Apports de la Circulaire en matière d imposition de contrats gérant des biens (vermögensverwaltende Versicherungsverträge) La Circulaire du 1 er octobre traite de la fiscalité/taxation des contrats d assurance au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG 15 en modifiant la Circulaire précédente en la matière en date du 22 décembre Ceci ne vaut pas pour les assurances-vie de capitalisation (Kapital-Lebensversicherungen) pour lesquelles le montant de la couverture décès équivaut au moins au montant de la prestation en cas de vie ; ces contrats n exigent pas la détermination d une couverture décès minimale. (cf. Circulaire du 1 er octobre 2009, n 78b) 14 Circulaire du Ministère des finances allemand concernant la taxation de contrats d assurance au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG, publiée le 1 er octobre 2009, IV C 1 S. 2252/07/0001, ci-après dénommée 5

6 Dans cette Circulaire, le Ministère a notamment précisé les critères de différenciation entre des contrats d assurance-vie (fiscalement privilégiés) entrant dans le champ d application de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG et les contrats d assurance gérant des biens (vermögensverwaltende Versicherungsverträge) étant exclus de ce champs d application et taxés selon l Abgeltungsteuer dès la conclusion du contrat et pendant toute sa durée. a. Assurances au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG Dans la première partie de la Circulaire, le Ministère étudie l ensemble des critères retenus pour définir le terme d assurance au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG. Une assurance au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG se distingue d un placement de capitaux sans caractère d assurance (Vermögensanlage ohne Versicherungscharakter) par le fait, que l assurance couvre un risque économique, qui ressort de l incertitude et de l imprévisibilité de la vie humaine pour le plan de vie (risque biométrique). Les risques couverts par l assurance-vie sont le décès ou l incertitude sur la durée de vie. 17 Il n y pas contrat d assurance au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG lorsque le contrat ne contient pas de couverture de risque considérable (keine nennenswerte Risikotragung). Ceci est notamment le cas si le contrat prévoit en cas de réalisation du risque, le paiement de l épargne rassemblée seulement avec les intérêts ainsi qu une participation aux bénéfices. En règle générale, on est en présence d un contrat d assurance au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG, si le contrat d assurance garantit la restitution des primes au sens du droit de contrôle sur les entreprises d assurance (Versicherungsaufsichtsrecht). 18 Les règles concernant la couverture de décès minimale ont été modifiées pour les contrats d assurance conclus après le 31 mars 2009 ou pour lesquels la première prime a été versée après le 31 mars 2009 (article 52 paragraphe 36 phrase 11 EStG) (cf. supra sous II.). 19 La définition de l assurance de rente au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 est également précisée de manière extensive dans la Circulaire. 20 Par ailleurs, il est précisé que l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG n est pas applicable aux contrats de capitalisation (Kapitalisierungsgeschäfte, article 1 paragraphe 4, phrase 2 VAG (Loi sur le contrôle des assurances)). 21 «Circulaire du 1 er octobre 2009». (BMF-Schreiben vom 1. Oktober 2009 zur Besteuerung von Versicherungsverträgen im Sinne des 20 Absatz 1 Nummer 6 EStG (IV C 1 S 2252/07/0001)). 15 Dans la version en vigueur, modifiée par la Loi fiscale pour l année 2009 en date du 19 décembre 2008 (Jahressteuergesetz 2009 vom 19. Dezember 2008 (BGBl. 2008, I, Nr. 63, Seite 2794ff.)). 16 BStBl I 2006, S. 92 (Journal fiscal federal I 2006, page 92). 17 Circulaire du 1 er octobre 2009, n Circulaire du 1 er octobre 2009, n 3 (Lebensversicherungen oder Unfallversicherungen mit garantierter Beitragsrückzahlung). 19 Circulaire du 1 er octobre 2009, n 3 et n 78a. 20 Circulaire du 1 er octobre 2009, n 3a 3c ; ce sujet ne peut pas être traité plus en détail dans le cadre de cette présentation. 21 Circulaire du 1 er octobre 2009, n 4. 6

7 Les créances de capitaux émanant de contrats avec des entreprises d assurance, qui ne sont pas des contrats d assurance au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG comme décrit cidessus, sont imposables selon l article 20 paragraphe 1 n 7 EStG. Il est souligné ensuite que les contrats d assurance de rente ou de capital soumis à l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG ne sont que ceux comprenant une part d épargne (Sparanteil). La prime de ces assurances est en principe composée des trois éléments suivants : une part correspondant aux frais (p.e. frais dus à la souscription et à la gestion du contrat), une part correspondant au risque (p.e. décès) et une part correspondant à l épargne (la part de la prime finançant la prestation en cas de vie). Ainsi, l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG ne s applique pas aux contrats d assurance qui ne prévoient uniquement qu une couverture de risque (reine Risikoversicherungen) et ne comprenant par conséquent pas de part d épargne. 22 b. Contrats gérant des biens (vermögensverwaltende Versicherungsverträge) au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6 EStG En vertu de l article 20 paragraphe 1 n 6 phrase 5 EStG, les contrats gérant des biens (vermögensverwaltende Versicherungsverträge) sont exclus du régime fiscal de l article 20 paragraphe 1 n 6 phrases 1 à 4, ce qui signifie que ces contrats ne sont pas soumis aux règles d imposition généralement applicables aux contrats d assurance. Le Ministère utilise pour ces contrats le terme de «taxation transparente» (transparente Besteuerung). Cela signifie qu au moment où des revenus de capitaux/produits (par exemple sous forme d intérêts, de dividendes ou de gains de vente/transaction) issus de ces contrats seront inscrits sur le compte ou le dépôt détenu par l entreprise d assurance, ces revenus seront directement imputés au bénéficiaire effectif (wirtschaftlich Berechtigter). Dans ces cas, la taxation dépendra des règles fiscales applicables selon les circonstances. En ce qui concerne les intérêts, ils seront par exemple soumis à l article 20 paragraphe 1 n 7 EStG. Pour ce qui est des dividendes, c est l article 20 paragraphe 1 n 1 EStG qui s appliquera (ce que revient à une taxation selon l Abgeltungsteuer durant toute la vie du contrat (article 43 paragraphe 1, n 1, 6, et 7 EStG)). L article 20 paragraphe 1 n 6, phrase 5 EStG est applicable sur tous les revenus de capitaux qui sont inscrits sur les comptes ou dépôts des entreprises d assurance après le 31 décembre 2008 (article 52 paragraphe 36, phrase 10 EStG). Néanmoins, les contrats d assurance souscrits avant le 1 er janvier 2005 ne sont pas soumis à cette disposition. Comme énoncé plus haut, nous nous trouverons en présence d un contrat d assurance gérant des biens, si les conditions suivantes sont remplies cumulativement : 1. Dans le contrat d assurance, les parties ont convenu d une gestion individuelle de fonds/actifs qui ont été choisis spécialement pour ce contrat et 2. les placements de capitaux choisis ne sont pas limités aux fonds publics et/ou aux placements retraçant le développement d un indice publié et 22 Circulaire du 1 er octobre 2009, n 7. 7

8 3. le bénéficiaire effectif peut directement ou indirectement décider de la vente des investissements et du réinvestissement des produits sortant du placement. Selon la Circulaire, il faut parler d une gestion individuelle, dès lors que l épargne est placée ou gérée séparément pour un contrat individuel pendant que le bénéficiaire effectif doit assumer/supporter le risque du placement. Il est typique pour un contrat gérant des biens que le placement du capital soit effectué sur un compte ou un dépôt auprès d un organisme de crédit/financier (Kreditinstitut) au choix du client. L entreprise d assurance acquière dans ces cas, la propriété des biens de placements gérés sur le compte ou le dépôt. 23 Il est expliqué ensuite que les fonds/actifs ont été choisis spécialement pour le contrat au sens de la Loi, si le placement est fait, en tout ou en partie, en fonction du choix individuel du souscripteur de l assurance. Ceci est notamment le cas, lorsque le souscripteur apporte certains titres ou un dépôt d actions/de titres en tant que prime dans le contrat d assurance. 24 De surcroît, il est précisé dans la Circulaire, qu il ne s agit pas d un contrat gérant des biens, si les placements de capitaux choisis sont limités exclusivement aux fonds publics (öffentlich vertriebene Investmentfondsanteile) en Allemagne ou à l étranger. Cela veut dire que, si l on est en présence d un fonds d investissement interne d une assurance, celui-ci peut tout de même être considéré comme un fonds public sous la condition qu il retrace le développement des placements d un ou plusieurs fonds d investissement vendu(s) publiquement. 25 La Circulaire explique ensuite ce que l on doit comprendre par la possibilité de «disposition directe» (unmittelbare Dispositionsmöglichkeit) pour le bénéficiaire effectif : ceci serait le cas lorsque le contrat d assurance prévoirait un droit de directive (Weisungsrecht) du bénéficiaire effectif à l égard de l entreprise d assurance ou à l égard d un gestionnaire de biens (Vermögensverwalter) mandaté. Le pouvoir de disposition est considéré comme indirect, notamment si - les décisions sont prises par un gestionnaire de biens mandaté par le bénéficiaire effectif, - le bénéficiaire effectif peut demander le remplacement du gestionnaire de biens, - le bénéficiaire effectif a convenu avec l entreprise d assurance ou avec le gestionnaire de biens d une stratégie d investissement individualisée. 26 Par contre, le Ministère ne considère pas comme une possibilité de disposition directe ou indirecte, la possibilité pour le bénéficiaire effectif de choisir une stratégie d investissement parmi un certain nombre de stratégies standardisées proposées à un nombre indéterminé de souscripteurs. Ceci vaut également si le souscripteur a le droit de soumettre le contrat à plusieurs stratégies d investissement standardisées à pondération différente. 27 Dans le cas où un dépôt déjà existant est apporté dans un contrat d assurance pendant que la gestion du dépôt est maintenue par l organisme de crédit/financier ayant géré le dépôt auparavant, le Ministère part du principe que le bénéficiaire effectif peut disposer des 23 Circulaire du 1 er octobre 2009, n 34c. 24 Circulaire du 1er octobre 2009, n 34d. 25 Circulaire du 1er octobre 2009, n 34e. 26 Circulaire du 1er octobre 2009, n 34g. 27 Circulaire du 1er octobre 2009, n 34h. 8

9 investissements dans ce dépôt. Il est donc présumé que le bénéficiaire continue de pouvoir influencer les décisions d investissement. Cette présomption peut cependant être renversée. 28 En vertu de la Circulaire, le bénéficiaire effectif correspond à la personne titulaire du droit à la prestation d assurance. En règle générale, cette personne est le souscripteur du contrat d assurance. Cependant, en cas de désignation d un bénéficiaire irrévocable, ceci peut également être un tiers. La cession en garantie (Sicherungsübereignung) ou le nantissement du contrat d assurance ne provoque, en règle générale, pas de changement du bénéficiaire effectif. 29 La taxation des revenus issus de contrats, au sens de l article 20 paragraphe 1 n 6, phrase 5 EStG, qui sont inscrits sur les comptes/dépôts de l entreprises d assurance s effectue selon les dispositions de l article 20 paragraphe 1 et paragraphe 2 EStG. Il s ensuit que des prestations d assurance (en vertu de contrats gérant des biens) en cas de décès ou en cas de vie, aussi bien que les prestations en cas de rachat, ne sont pas soumises à l impôt sur le revenu, tant que les revenus de capitaux contenus dans ces prestations des entreprises d assurance, ont été taxés selon l article 20 paragraphe 1 n 6, phrase 5 EStG Adaptation des contrats en cours aux dispositions nouvelles de la Loi Une adaptation des contrats en cours à la Loi nouvelle en vue de les faire bénéficier de la fiscalité plus favorable des assurances en vertu de l article 20 paragraphe 1 n 6 phrases 1 à 4 EStG est possible. La qualification comme novation, au sens fiscal par l administration allemande, d une adaptation d un contrat d assurance existant, en vue de faire disparaître les éléments caractéristiques d un contrat gérant des biens, devra être appréciée au cas par cas selon les circonstances. Il est précisé dans la Circulaire qu une telle adaptation n est pas considérée comme une novation au sens fiscal, si elle est effectuée avant le 1 er juillet Ralf GEBAUER Maîtrise en Droit Privé Rechtsanwalt 28 Circulaire du 1er octobre 2009, n 34i. 29 Circulaire du 1er octobre 2009, n 34j. 30 Circulaire du 1er octobre 2009, n 34k. 31 Circulaire du 1er octobre 2009, n 34m. 9

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge;

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge; Déductions de primes Les montants versés pour le 1 er pilier sont entièrement déductibles du revenu. Les montants versés pour le 2 ème pilier sont entièrement déductibles du revenu. Sont déduits du revenu:

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal NOTES EXPLICATIVES CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU La Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) prévoit des règles concernant l imposition du revenu gagné sur

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Life Asset Portfolio (LAP) France

Life Asset Portfolio (LAP) France Information sur le produit I/IV Type de contrat Clients Devise du contrat Durée du contrat Assureur Souscripteur Assuré Bénéficiaires Contrat d'assurance vie à primes libres, lié à une ou plusieurs catégories

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES

Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 111bis / 1 du 11 décembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R n 111bis / 1 OBJET : Le régime de prévoyance-vieillesse (article 111bis L.I.R.)

Plus en détail

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique B. MARISCAL Lors du Conseil des ministres extraordinaire d Ostende des 20 et 21 mars 2004, le gouvernement avait pris la décision de réformer

Plus en détail

Organismes de bienfaisance et assurance vie

Organismes de bienfaisance et assurance vie Organismes de bienfaisance et assurance vie Introduction Le présent bulletin porte sur les règles de base qui régissent les dons de bienfaisance à l aide d une police d assurance vie, et plus particulièrement

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Chapitre 1: Préambule p.04. Chapitre 2: Champ d application p.04. Chapitre 3: Responsabilité p.05

TABLE DES MATIÈRES. Chapitre 1: Préambule p.04. Chapitre 2: Champ d application p.04. Chapitre 3: Responsabilité p.05 CODE DE BONNE CONDUITE RELATIF A LA PUBLICITE EN ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE 11.06.2009 TABLE DES MATIÈRES Chapitre 1: Préambule p.04 Chapitre 2: Champ d application p.04 Chapitre 3: Responsabilité p.05

Plus en détail

Les contrats multi-supports

Les contrats multi-supports Les contrats multi-supports Régime fiscal belge Par Benoît Philippart de Foy Avocat IFE 7 octobre 2014 Sommaire Les contrats d assurance vie multi-supports Les contrats de capitalisation multi-supports

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT L'ASSURANCE VIE PLACEMENT Une note de R i v i e r a F a m i l y O f f i c e Mise à jour : septembre 2004 Malgré les réformes de septembre 1997 et d octobre 1998, le cadre fiscal de l assurance vie demeure

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Avances sur police. I. Aperçu général

Avances sur police. I. Aperçu général Avances sur police Plusieurs contrats d assurance (comme les polices d assurance vie universelle) permettent aux titulaires de polices d affecter des dépôts au volet placements d un compte permettant le

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

DÉCLARATION DES CONTRATS D ASSURANCE-VIE (ARTICLE 10 DE LA LOI)

DÉCLARATION DES CONTRATS D ASSURANCE-VIE (ARTICLE 10 DE LA LOI) DÉCLARATION DES CONTRATS D ASSURANCE-VIE (ARTICLE 10 DE LA LOI) - La loi insère un article 1649 ter dans le CGI disposant : dans son I, d une obligation des organismes établis en France de déclaration

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 98 DU 17 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-4-10 INSTRUCTION DU 15 NOVEMBRE 2010 IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DES CONTRATS D

Plus en détail

1. Fipavie Expertises option revenus à vie est un contrat d assurance vie individuel exprimé en euros et/ou en unités de compte.

1. Fipavie Expertises option revenus à vie est un contrat d assurance vie individuel exprimé en euros et/ou en unités de compte. 1. Fipavie Expertises option revenus à vie est un contrat d assurance vie individuel exprimé et/ou en unités de compte. 2. Garanties : l En cas de vie de l assuré au terme : paiement d un capital (voir

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada Le présent certificat est émis en vertu de la POLICE DE RENTE COLLECTIVE FONDS DE REVENU STABLE MD établie en faveur de LA COMPAGNIE TRUST ROYAL

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel. Ma retraite

Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel. Ma retraite Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel Ma retraite Pour préparer et vivre votre retraite, toutes les solutions sont là, au Crédit Mutuel. La retraite : certains

Plus en détail

Le traitement fiscal des prestations d assurance dans le monde des affaires

Le traitement fiscal des prestations d assurance dans le monde des affaires Mario Lazzarini ing. agr. HTL, admin. cant. des impôts, Zoug Max Ledergerber économiste d entreprise HWV/FH, office cantonal des impôts, Aarau Le traitement fiscal des prestations d assurance dans le monde

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Assurez votre avenir, diminuez vos impôts

Assurez votre avenir, diminuez vos impôts Assurez votre avenir, diminuez vos impôts Sommaire OptiPension. L assurance d une solution souple et avantageuse. 6 Un avantage fiscal conséquent Une épargne régulière OptiPension Classic OptiPension

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE NOTICE FISCALE DES CONTRATS Cette notice est destinée à vous informer des principales dispositions fiscales actuellement en vigueur, s appliquant aux contrats individuels d assurance sur la vie (épargne,

Plus en détail

L Actualité du Club Social +

L Actualité du Club Social + L Actualité du Club Social + S O M M A I R E : Réforme des retraites N 1 3 La Gazette Sociale de Mont Saint Aignan 2 D E C E M B R E 2 0 1 0 L O I N 2 0 1 0-1 3 3 0 D U 9 N O V E M B R E 2 0 1 0 P O R

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale

Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale INTRODUCTION Épargne salariale et actionnariat salarié : des outils de rémunération globale 1 Les différents dispositifs d épargne salariale sont généralement présentés en plusieurs strates, auquel il

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PERP LIGNAGE Contrat d assurance sur la vie souscrit par le Groupement d Épargne Retraite Populaire ADRECO auprès d ORADEA VIE, compagnie d assurance vie et de capitalisation,

Plus en détail

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire DEPENSE FISCALE N 560104 Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire SOMMAIRE 1. IDENTITE DE LA DEPENSE...1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

Save Plan 1. Type d assurance-vie

Save Plan 1. Type d assurance-vie Save Plan 1 Type d assurance-vie Garanties Assurance-vie dont les primes nettes (à savoir les primes, compte non tenu des taxes sur primes, des frais d entrée et d éventuelles primes pour garanties additionnelles)

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L LOIS LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

En effet, elle présentera les possibilités de déductibilités fiscales à un moment de l année où chacun pense à réduire le montant de ses impôts.

En effet, elle présentera les possibilités de déductibilités fiscales à un moment de l année où chacun pense à réduire le montant de ses impôts. La newsletter d A & B Courtage Table des matières : Novembre 2010 - Editorial - La garantie Conducteur protégé dans un contrat d assurance auto - Les contrats d assurance déductibles du revenu imposable

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 N 2041 GB N 50143#17 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n a qu une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l administration. DISPOSITIFS

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

AOF. mini-guide. bourse. «Le Plan. Comment investir en Bourse? d Epargne en Actions

AOF. mini-guide. bourse. «Le Plan. Comment investir en Bourse? d Epargne en Actions AOF mini-guide bourse «Le Plan Comment investir en Bourse? d Epargne en Actions Mai 2011 Le Plan d Epargne en Actions (PEA) Le bureau d'études et d'analyses d'option Finance SOMMAIRE Introduction p.4 Qu

Plus en détail

SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE

SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE TITRE 1 : REGIME FISCAL DES PERSONNES PHYSIQUES I- PERSONNES PHYSIQUES RESIDENTES 2 A- TAXATION DES PROFITS DE CESSION 2 a- Champ d'application de la taxe 2

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr OCTUOR Un nouvel horizon pour votre épargne www.generali-patrimoine.fr Avec Octuor, donnez du sens à votre stratégie patrimoniale Octuor est un contrat d assurance vie multisupport et multigestionnaire

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 5 I-3-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 5 I-3-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 5 I-3-11 AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DU COMPARTIMENT EURO DES CONTRATS D ASSURANCE-VIE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À

FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE PRIMERICA DU CANADA FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À L IMMOBILISATION DES FONDS CRI DE L ONTARIO Votre addenda Vous trouverez ci-joint l addenda relatif à l immobilisation

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE

LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne salariale 2 - Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne salariale Sommaire Les dispositifs de participation

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

EN BREF. Fructi-Pulse. Diversifiez votre investissement en toute simplicité à partir de 150 d investissement.

EN BREF. Fructi-Pulse. Diversifiez votre investissement en toute simplicité à partir de 150 d investissement. Fructi-Pulse Diversifiez votre investissement en toute simplicité à partir de 150 d investissement. EN BREF Fructi-Pulse est un contrat d assurance vie multisupport qui vous permet, en contrepartie d'une

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

Conditions générales d assurance

Conditions générales d assurance Fo. 15 286f 03.15 Conditions générales d assurance pour les assurances de rentes viagères différées, à prime unique, avec option de restitution (tarif LRVE), édition 2015 Table des matières Parties au

Plus en détail

Un contrat accessible

Un contrat accessible Octobre 2013 Un contrat accessible Minimum de versements programmés* : - 50 par mois - 100 par trimestre - 150 par semestre ou par an ou par versement libre *A conseiller, eu égard au traitement fiscal

Plus en détail

Credo21 Safe Dynamic (Plan)

Credo21 Safe Dynamic (Plan) le placement, c'est notre métier Credo21 Safe Dynamic (Plan) Conditions générales Credo21 version 1.0 Contenue Article 1 Définitions 3 Article 2 Cadre juridique 3 Article 3 Prise d'effet 3 Article 4 Réalisation

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1008 du 4 septembre 2014 relatif aux contrats comportant des engagements donnant lieu à constitution

Plus en détail

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce)

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Code civil suisse (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Modification du 19 juin 2015 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé?

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? FAQ - TAX REFORM 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? Il faut, pour ce faire, procéder en deux temps. Dans un premier temps, il faut exclure, du montant total des

Plus en détail

Prêts pour l avenir. Prévenir avec la prévoyance privée. Comment optimiser votre prévoyance privée grâce au troisième pilier.

Prêts pour l avenir. Prévenir avec la prévoyance privée. Comment optimiser votre prévoyance privée grâce au troisième pilier. Prêts pour l avenir. Prévenir avec la prévoyance privée. Comment optimiser votre prévoyance privée grâce au troisième pilier. Prévoir soi-même. Le troisième pilier, complément de votre prévoyance. Le système

Plus en détail

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PIERRE DE SOLEIL ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Accéder à une gestion financière sur mesure Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Préparer

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE PERP PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE par Élysée Consulting Votre épargne pour votre retraite SOMMAIRE Bénéficiaires 3 Fonctionnnement du plan 3 Gestion du plan 4 Fiscalité des primes versées 5 Dénouement

Plus en détail

Assurance épargne avec participation au rendement transparente

Assurance épargne avec participation au rendement transparente Réalisez votre objectif d épargne à coup sûr. Assurance épargne avec participation au rendement transparente Vous souhaitez vous constituer un capital d épargne conséquent pour financer un beau voyage,

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

EPARGNE SELECT RENDEMENT

EPARGNE SELECT RENDEMENT EPARGNE SELECT RENDEMENT Instrument financier non garanti en capital 1 Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) Ce produit

Plus en détail

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. Éléments de la rémunération 3 1.1 Commission de production sur contrats d assurance vie... 3 1.2 Revenu de service acquis sur contrats d assurance vie... 3 1.3 Commission de

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail