PROJET DE LOI de financement de la sécurité sociale pour 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE LOI de financement de la sécurité sociale pour 2014"

Transcription

1 PROJET DE LOI de financement de la sécurité sociale pour 2014 NOR : EFIX L/Bleue ETUDE D IMPACT 8 OCTOBRE 2013

2 ARTICLE 3 MOBILISATION DES EXCEDENTS DU FONDS POUR L EMPLOI HOSPITALIER (FEH) I. Présentation de la mesure 1. Présentation du problème à résoudre et nécessité de l intervention du législateur Depuis 2010 et malgré un solde positif entre le montant des cotisations et le montant des prestations versées, la CNRACL connaît des résultats déficitaires. Cette situation s explique essentiellement par : - la dégradation continue du ratio démographique qui se traduit par une augmentation des prestations supérieure à celle des cotisations ; - la contribution au titre de la compensation vieillesse inter-régimes qui s est élevée à 1,7 Md en 2011 et 1,4 Md en 2012 ; - la mise en œuvre de l article 59 de la loi de finances pour 2010 qui prévoit un dispositif de neutralisation des conséquences financières de l acte II de la décentralisation. Ce dispositif représente en effet une «charge» pour la CNRACL avant de devenir une «ressource» à partir de En l absence de mesures de redressement, ces déficits successifs auraient conduit la CNRACL à la consommation totale de ses réserves dans le courant de l année Dans ce contexte, le Gouvernement a adopté fin 2012 plusieurs mesures visant à assurer l équilibre financier du régime et à garantir le paiement des pensions jusqu à début Ce plan de redressement s est s articulé autour : - d une mesure structurante consistant en un relèvement de la contribution employeur de 1,45 % en 2013 et 1,35 % en 2014 ; - d une mesure complémentaire reposant sur le transfert à la CNRACL, fin 2012, des excédents du Fonds de l allocation temporaire d invalidité des collectivités territoriales (FATIACL) et du Fonds de compensation de la cessation progressive d activité (FCCPA), tous deux surdotés par rapport au niveau des prestations servies. Toutefois, ces mesures de redressement ne permettent pas de couvrir les besoins de trésorerie auxquels la CNRACL est confrontée à chaque fin de mois compte tenu du décalage entre la date de versement des pensions, servies à J-3 avant la fin du mois, et la date de recouvrement des cotisations, au plus tard le 5 du mois suivant. Pour 2013, la couverture du besoin de financement de la CNRACL, qui devrait atteindre -710 M en fin d année selon les dernières prévisions du régime, est assurée par un montage financier reposant sur un conventionnement avec la Caisse des dépôts (par ailleurs gestionnaire du régime), La Banque postale et Arkéa pour un montant total de 930 M, complété par des avances de trésorerie de la Caisse des dépôts pour couvrir d éventuels pics de trésorerie (pour un montant maximum de 300 M ). Ce montage ne perdure cependant que jusqu au 30 décembre 2013, date à laquelle la CNRACL devra rembourser les prêts obtenus. Ainsi, la CNRACL devra à nouveau recourir, dans la limite du plafond d emprunt fixé par le PLFSS pour 2014, à des financements pour assurer ses besoins de trésorerie en 2014, qui atteindront jusqu à 800 M en février La mesure proposée consiste donc à minorer le montant des emprunts que devra contracter la Caisse en 2014 en prévoyant le transfert à la CNRACL d une partie des excédents du Fonds pour l emploi hospitalier (FEH), également géré par la Caisse des dépôts (établissement de Bordeaux). Ce Fonds 1 a pour objet la prise en charge des surcoûts financiers supportés par les établissements hospitaliers au titre du temps partiel, de la cessation anticipée d activité, de certaines formations et aides à la mobilité et du compte épargne temps qu ils accordent à leurs personnels titulaires et 1 Créé par l article 14 de la loi n du 25 juillet 1994.

3 contractuels. Il est financé par une contribution de 1% à la charge des employeurs 2 hospitaliers assise : - pour les fonctionnaires titulaires et stagiaires (affiliés à la CNRACL), sur leur traitement indiciaire brut 3, à l instar des cotisations versées à la CNRACL ; - pour les agents contractuels (affiliés au régime général), sur les rémunérations perçues dans la limite du plafond de la sécurité sociale. L intervention du législateur est nécessaire pour pouvoir procéder à ce transfert. 2. Présentation des options d action possibles et de la mesure retenue Mesure proposée : La mesure proposée consiste à reconstituer le fonds de roulement de la CNRACL en prévoyant le transfert d une partie des excédents du Fonds pour l emploi hospitaliers (FEH) 4. Le FEH, qui a dégagé 35,8 M de résultat net en 2012, est en effet structurellement excédentaire, la contribution employeur le finançant étant supérieure à ses besoins réels en termes de prestations. Son niveau de réserves s élève à plus de 233 M fin 2012 et devrait continuer à augmenter lors des prochains exercices selon les dernières prévisions de la Caisse des dépôts et consignations (+ 37 M en 2013 et + 39 M en 2014). Un montant de 200 M pourrait ainsi être transféré à la CNRACL tout en garantissant un fonds de roulement suffisant au FEH. 3. Justification de la place en loi de financement de la sécurité sociale Cette mesure prend place dans la deuxième partie de la loi de financement de la sécurité sociale au titre du A du V de l article L.O du code de la sécurité sociale aux termes duquel peuvent figurer dans cette partie de la loi de financement de la sécurité sociale les dispositions ayant un effet sur les recettes des régimes obligatoires de base relatives à l affectation de ces recettes. II. Consultations préalables à la saisine du Conseil d Etat Les conseils d administration de l ACOSS, de la CNAF, de la CNAVTS et du RSI, le conseil de la CNAMTS, l'unocam, le conseil central d'administration de la MSA ainsi que la commission AT-MP du régime général ont été saisis pour avis en application des dispositions législatives prévoyant explicitement cette saisine pour les projets de loi de financement de la sécurité sociale. Les résultats des votes et les avis émis par ces organismes sont présentés à la fin de la présente annexe 10 au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour Le conseil de l UNCAM et le conseil d administration de la CNSA ont parallèlement été informés du projet de loi. L UNCAM a rendu un avis lui aussi retracé à la fin de la présente annexe 10. III. Aspects juridiques 1. Articulation de la mesure avec le droit européen en vigueur a) La mesure applique-t-elle une mesure du droit dérivé européen (directive) ou relève-t-elle de la seule compétence des Etats membres? La mesure relève de la seule compétence des Etats membres. b) La mesure est-elle compatible avec le droit communautaire, tel qu éclairé par la jurisprudence de la Cour de justice des communautés européennes (CJCE) : règles relatives à 2 Taux en vigueur depuis le 1 er janvier 2002 en application de l article 1 er du décret n du 7 février Au traitement indiciaire brut s ajoute également la nouvelle bonification indiciaire. 4 Ce fonds participe au financement des surcoûts, supportés par les établissements publics sanitaires, sociaux et médicosociaux, liés au travail à temps partiel à 80% ou 90%, à la cessation progressive d activité, au congé de formation professionnelle, aux mobilités et au compte épargne-temps de leurs agents fonctionnaires et contractuels.

4 la concurrence, aux aides d Etat, à l égalité de traitement, dispositions de règlement ou de directive et/ou avec celle de la Cour européenne des droits de l Homme (CEDH)? La mesure est compatible avec le droit communautaire. 2. Introduction de la mesure dans l ordre juridique interne a) Possibilité de codification Non b) Abrogation de dispositions obsolètes Non c) Application de la mesure envisagée dans les collectivités d outre mer Départements d outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Mayotte) Collectivités d outre-mer -Saint-Pierre et Miquelon -Saint-Martin et Saint Barthélémy -autres (Polynésie française, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna, TAAF) Sans objet Sans objet 1. Impact financier IV. Evaluation des impacts Organismes impactés (régime, branche, fonds) 2013 (rectificatif) CNRACL M FEH M Impact financier en droits constatés (en M ) Coût ou moindre recette (signe -) Economie ou recette supplémentaire (signe +) P pour impact financier en année pleine et R pour impact en année réelle 2. Impacts économiques, sociaux, environnementaux et en matière d égalité entre les femmes et les hommes : a) impacts économiques Sans objet b) impacts sociaux Sans objet c) impacts sur l environnement Sans objet d) impacts sur l égalité entre les femmes et les hommes Sans objet 3. Impacts de la mise en œuvre de la mesure pour les différentes personnes physiques ou morales concernées

5 a) impact sur les personnes physiques Cette mesure sera neutre pour les fonctionnaires affiliés à la CNRACL, celle-ci consistant à transférer à la CNRACL une partie des excédents du FEH. b) impacts sur les administrations publiques ou des caisses de sécurité sociale Le transfert de 200 M d excédents permettra de réduire le déficit prévisionnel de la CNRACL au 31 décembre 2013 à -207 M (contre M sans le transfert 5 ). Ce transfert permettra par ailleurs d alléger les besoins de trésorerie auxquels la Caisse devra faire face fin décembre 2013, suite au remboursement des prêts contractés en 2013 (- 31 M contre M ), et en 2014 (-168 au lieu de -368 en décembre). Ce transfert réduira d autant le montant des réserves du FEH, tout en préservant un niveau de disponibilités suffisant pour que ce fonds puisse assurer les engagements qui sont les siens. c) impact sur la charge administrative, dont impact sur les systèmes d information Cette mesure n induit aucune charge administrative et aucun impact sur les systèmes d information de la Caisse des dépôts et consignations (gestionnaire de la CNRACL et du FEH), la mesure consistant en un virement bancaire depuis les comptes du FEH vers le compte CNRACL. d) impact budgétaire Aucun e) impact sur l emploi Aucun V. Présentation de la mise en œuvre, du suivi et de l évaluation 1. Liste de tous les textes d application nécessaires et du délai prévisionnel de leur publication La mesure n emporte pas de texte d application, elle est d application directe. 2. Existence de mesures transitoires? Non Aucune mesure transitoire n est prévue. La mesure est inscrite dans la partie «dispositions relatives à l année en cours» du PLFSS. Il pourra donc être procédé au transfert des excédents du Fonds pour l emploi hospitalier dès que la loi sera entrée en vigueur, soit au lendemain de sa publication. 3. Délais de mise en œuvre pratique par les caisses de sécurité sociale ou les cotisants Sans objet. 4. Modalités d information des assurés ou cotisants Aucune modalité d information n est prévue, la mesure étant neutre pour les cotisants au régime de la CNRACL. 5. Suivi de la mise en œuvre - la mesure est-elle couverte par un programme de qualité et d efficience (PQE) annexé au PLFSS et a-t-elle un impact sur les indicateurs attachés aux PQE? Non - si non, des indicateurs sont-ils prévus? Non 5 Prévisions CNRACL de juillet 2013

6 ARTICLE 4 MISE EN ŒUVRE DE LA CONTRIBUTION DES ORGANISMES ASSURANT LA COUVERTURE COMPLEMENTAIRE EN SANTE A L AVENANT N 8 A LA CONVENTION MEDICALE I. Présentation de la mesure 1. Présentation du problème à résoudre et nécessité de l intervention du législateur L'article 7 de l avenant n 8 à la convention nationale organisant les rapports entre les médecins libéraux et l'assurance maladie signée le 26 juillet 2011 traduit le souhait des organismes complémentaires de «participer au développement des nouveaux modes de rémunération en complétant le financement mis en place par l'assurance maladie obligatoire à hauteur de 150 millions d'euros, notamment par le développement de forfaits pour les médecins traitants». La présente mesure vise à déterminer les modalités de mise en œuvre de cette participation en prévoyant une contribution des organismes complémentaires au financement du nouveau forfait qui permet au médecin traitant de percevoir 5 par an et par patient non atteint d'une affection de longue durée (ALD), décidé par les signataires de l avenant Présentation des options d action possibles et de la mesure retenue Mesure proposée En l absence à ce jour d un mécanisme de tiers payant intégral permettant aux organismes complémentaires de verser directement aux médecins traitants cette participation, un dispositif transitoire est mis en place pour le versement de la contribution des organismes complémentaires par l intermédiaire de l assurance maladie obligatoire et de remboursements par ces organismes des dépenses avancées dans ce cadre. Le versement de la participation est dû par chaque organisme complémentaire en activité au 31 décembre de l année civile en cours (année N). Cette participation correspond au produit d un forfait annuel par le nombre d assurés et ayants droit couverts par cet organisme ayant bénéficié, au cours de l année civile précédente (année N-1), d au moins une consultation ou d une visite auprès de leur médecin traitant ayant donné lieu à prise en charge du ticket modérateur par l organisme complémentaire. Le montant du forfait annuel est égal au rapport entre le montant de 150 millions d euros (correspondant, en année pleine, à l engagement financier des organismes complémentaires prévu à l avenant 8) et le nombre d assurés et ayants droits remplissant les conditions mentionnées au paragraphe précédent. Il est fixé par arrêté des ministres chargés de la sécurité sociale et du budget dans la limite de cinq euros. Les modalités d échanges des données nécessaires à la détermination du montant du forfait, notamment les effectifs d assurés remplissant les conditions précitées, seront déterminées par décret en Conseil d Etat. Il est enfin proposé que la participation soit recouvrée par l'union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales (URSSAF) d Ile-de-France et que son produit soit affecté à la branche maladie du régime général. Le recouvrement de la participation sera annuel. Par souci de simplicité de gestion, le recouvrement de cette participation sera adossé à la dernière échéance de recouvrement de la taxe de solidarité additionnelle aux cotisations d assurance afférente aux garanties de protection complémentaire de l année N, c est-à-dire à la fin du mois de janvier N+1.Pour la TSA, les sommes dues au titre de la taxe sont en effet versées au plus tard le dernier jour du 1 er mois de chaque trimestre civil qui suit la date d émission des primes ou cotisations. Le choix de prendre en compte, pour le calcul du montant de la participation au titre de l année N, des effectifs d assurés relatifs à l année N-1 plutôt qu à l année N, permettra de fixer le montant du forfait dans le courant de l année N et de garantir que le montant global de la participation acquittée en janvier N+1 n excèdera pas le montant global de l engagement pris par l UNOCAM à hauteur de

7 150 M en année pleine. Il permet d éviter la mise en place d un mécanisme de régularisation qui aurait été complexe en gestion et peu lisible pour les organismes complémentaires. Compte tenu de l objectif de généralisation du tiers payant, ces modalités de versement de la participation des organismes complémentaires au financement de l amélioration du suivi, de la prévention et de la qualité des soins ont vocation à être transitoires et il est donc prévu que ces modalités s éteignent au 31 décembre 2016, année d échéance de la convention médicale. Autres mesures possibles Une autre option aurait pu consister en un paiement direct du forfait au médecin traitant par l organisme complémentaire du patient. Néanmoins, en l absence à ce jour de tiers-payant généralisé chez les médecins permettant des flux financiers directs entre les professionnels et les organismes complémentaires, cette option est provisoirement écartée au profit du mécanisme transitoire de reversement de la contribution des OC par l intermédiaire de l assurance maladie décrit ci-dessus. 3. Justification de la place en loi de financement de la sécurité sociale La mesure a un impact sur les recettes des régimes obligatoires de base de l assurance maladie estimé à 75 M dès l année 2013 et à 150 millions d euros en année pleine. Elle prend ainsi place dans la partie rectificative de la loi de financement. II. Consultations préalables à la saisine du Conseil d Etat : Les conseils d administration de l ACOSS, de la CNAF, de la CNAVTS et du RSI, le conseil de la CNAMTS, l'unocam, le conseil central d'administration de la MSA ainsi que la commission AT-MP du régime général ont été saisis pour avis en application des dispositions législatives prévoyant explicitement cette saisine pour les projets de loi de financement de la sécurité sociale. Les résultats des votes et les avis émis par ces organismes sont présentés à la fin de la présente annexe 10 au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour Le conseil de l UNCAM et le conseil d administration de la CNSA ont parallèlement été informés du projet de loi. L UNCAM a rendu un avis lui aussi retracé à la fin de la présente annexe 10. III. Aspects juridiques : 1. Articulation de la mesure avec le droit européen en vigueur a) La mesure applique-t-elle une mesure du droit dérivé européen (directive) ou relève-t-elle de la seule compétence des Etats membres? La mesure relève de la seule compétence des Etats membres. b) La mesure est-elle compatible avec le droit communautaire, tel qu éclairé par la jurisprudence de la Cour de justice des communautés européennes (CJCE) : règles relatives à la concurrence, aux aides d Etat, à l égalité de traitement, dispositions de règlement ou de directive et/ou avec celle de la Cour européenne des droits de l Homme (CEDH)? Sans objet. 2. Introduction de la mesure dans l ordre juridique interne a) Possibilité de codification : La mesure présentant un caractère transitoire dans l attente de la mise en place du tiers payant généralisé, il n est pas proposé de la codifier. b) Abrogation de dispositions obsolètes : Sans objet c) Application de la mesure envisagée dans les collectivités d outre mer :

8 Départements d outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Mayotte) Collectivités d outre-mer -Saint-Pierre et Miquelon -Saint-Martin et Saint Barthélémy -autres (Polynésie française, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna, TAAF) Oui Non Oui Non 1. Impact financier IV. Evaluation des impacts Rappel : impact financier pour l AMO du forfait médecin traitant (FMT) Seules les personnes de plus de 16 ans doivent déclarer un médecin traitant afin de pouvoir bénéficier du parcours de soins : 53,5 millions de personnes sont ainsi concernées. Parmi celles-ci, environ 43,5 millions ne bénéficient pas d'une exonération de ticket modérateur au titre d'une affection de longue durée (ALD). A fin mars 2012, 88 % des patients sans ALD avaient déclaré un médecin traitant. Au total, environ 38 millions de personnes de plus de 16 ans ne bénéficiant pas d'une exonération au titre d'une ALD ont choisi un médecin traitant 6. Sur la base d'un forfait à 5 par patient, le coût du forfait médecin traitant pour l'ensemble des régimes d'assurance maladie serait ainsi de 190 M. Sachant que 4% de la population n'est pas couverte par une complémentaire santé et que 6% l'est au titre de la CMUc, une première estimation du nombre de personnes prises en compte pour le calcul de la contribution serait de 31,4 millions d assurés et ayants droit. Ce nombre doit toutefois être abattu compte tenu de la condition d'une consultation ou d une visite dans l'année 7. Selon les informations de la CNAMTS, 6 % des assurés n'ont pas consommé de soins en Au total, on pourrait retenir une population non consommante d'environ 2,8 millions de personnes 9. La population prise en compte pour le calcul de la contribution serait ainsi comprise entre 28,5 millions et 31,4 millions de personnes, selon le taux de non-consommants parmi les patients ayant choisi un médecin traitant. Une contribution de 5 due par les OC pour chaque assuré et ayants droit de plus de 16 ans au titre d une consultation ou d une visite de son médecin traitant est compatible avec la fourchette précitée. Elle devra être affinée au vu des données les plus récentes à concurrence de 150 M. Concernant la prise en compte de cette mesure dans l'ondam, le périmètre 2013 ayant été défini dans l'annexe 7 du PLFSS 2013 sans référence à cette contribution, il ne sera pas possible d'en tenir compte dans le constat de l'ondam La mesure devrait néanmoins minorer le déficit de l'assurance maladie à hauteur de 75 M en Elle sera prise en compte dans le constat de l ONDAM L'annexe 7 du PLFSS 2014 précisera ainsi que cette contribution constituera une recette atténuative de l'ondam à l'instar des remises conventionnelles, venant modérer ainsi l'évolution tendancielle à hauteur de 75 M. Organismes impactés (régime, branche, fonds) Impact financier en droits constatés (en M ) Coût ou moindre recette (signe -) Economie ou recette supplémentaire (signe +) (rectificatif) Le forfait médecin traitant ne concerne que les patients ayant choisi un médecin traitant conventionné en secteur 1 ou en secteur 2 adhérant au contrat d'accès aux soins. Toutefois, sachant que les médecins traitants sont en majorité des généralistes, et que 93 % de ces derniers sont conventionnés en secteur 1, le nombre de patients retenu n'est pas beaucoup surévalué. 7 Cette condition a été posée par l UNOCAM lors des négociations relatives au financement du forfait médecin traitant. 8 Selon toute vraisemblance, ces non assurés ne sont pas, à de rares exceptions, des patients en ALD ou de jeunes enfants. 9 A ce stade, nous ne disposons pas d'informations sur le recoupement des 6 % non consommants et des personnes non ALD n'ayant pas déclaré de médecins traitant.

9 P pour impact financier en année pleine et R pour impact en année réelle 2. Impacts économiques, sociaux et environnementaux : a) impacts économiques : Cette mesure aura un impact mesuré sur les complémentaires santé. Le marché des complémentaires santé représente en effet 30 milliards d euros. b) impacts sociaux : Cette mesure permettra aux complémentaires santé de participer au développement des nouveaux modes de rémunération des médecins traitants en complétant le financement mis en place par l'assurance maladie obligatoire à hauteur de 150 millions d'euros. c) impacts sur l environnement : Cette mesure n aura pas d incidence sur l environnement. d) impacts sur l égalité entre les femmes et les hommes Sans objet 3. Impacts de la mise en œuvre de la mesure pour les différentes personnes physiques ou morales concernées a) impact sur les personnes physiques : La mesure est neutre pour les médecins, qui bénéficieront dans tous les cas du forfait servi par l assurance maladie obligatoire. b) impacts sur les administrations publiques ou des caisses de sécurité sociale : La mesure prévoit que le recouvrement soit confié à l URSSAF d Ile de France, qui est l organisme compétent pour le recouvrement de la TSA.. c) impact sur la charge administrative, dont impact sur les systèmes d information : Compte tenu des éléments présentés au point b), les modalités d'échange d'informations entre les organismes complémentaires, les caisses et l URSSAF d Ile de France en vue de la fixation du montant du forfait annuel seront définies par décret en Conseil d Etat. La mesure entrainera potentiellement un impact sur les systèmes d information des organismes complémentaires, de l organisme de recouvrement, voire de l assurance maladie obligatoire, compte tenu des mises à jour à prévoir. d) impact budgétaire : La mesure impactera le budget des organismes complémentaires. e) impact sur l emploi : La mesure n aura aucune incidence sur l emploi, tant au sein des organismes d assurance maladie complémentaire, que des organismes d assurance maladie obligatoire. V. Présentation de la mise en œuvre, du suivi et de l évaluation 1. Liste de tous les textes d application nécessaires et du délai prévisionnel de leur publication : La mesure nécessitera la publication de deux décrets et d un arrêté Par ailleurs, le formulaire déclaratif de la TSA devra être modifié en conséquence ; dès lors, un arrêté sera pris à ce sujet pour adapter le déclaratif (notamment mettre une rubrique supplémentaire pour déclarer la contribution). 2. Existence de mesures transitoires? La mesure ne nécessite pas de mesures transitoires.

10 3. Délais de mise en œuvre pratique par les caisses de sécurité sociale ou les cotisants : Il conviendra de procéder à la modification du formulaire de la TSA dans les plus brefs délais et en accord avec l ACOSS (qui pilote la maîtrise d ouvrage des formulaires et des circuits d affectation) en vue d un encaissement dans les délais nécessaires à une bonne clôture des comptes de la sécurité sociale. Par ailleurs, en ce qui concerne l année 2013, il sera également nécessaire de procéder à une bonne information des organismes complémentaires dans un délai assez bref car ces derniers n auront qu un mois pour déclarer au 31 janvier 2014 le montant dû au titre de 2013 sur la base des effectifs des assurés et ayant-droits de Un bordereau spécifique à l échéance du 31 janvier 2014 sera préférable à une modification de la déclaration TSA du 4 ème trimestre ce dernier ne sera pas pris par voie d arrêté, la cerfatisation seule étant nécessaire. De plus, pour la mise en fonctionnement effectif de la mesure, il conviendra également de prévoir la communication des effectifs 2013 par les OC - intervenant dans le calcul du forfait pour la participation due au 1 er janvier sur le bordereau TSA (sans doute celui du premier trimestre, soit au 30 avril) afin de pouvoir ensuite procéder à la rédaction de l arrêté des ministres qui fixe le montant du forfait annuel égal au rapport entre le montant de 150 millions d euros et le nombre d assurés et ayants droits. 4. Modalités d information des assurés ou cotisants Les assurés et les médecins seront informés de la démarche entreprise par les organismes complémentaires via différents canaux, à la fois par les assurances maladie obligatoires et complémentaires. 5. Suivi de la mise en œuvre - la mesure est-elle couverte par un programme de qualité et d efficience (PQE) annexé au PLFSS et a-t-elle un impact sur les indicateurs attachés aux PQE? Non. - si non, des indicateurs sont-ils prévus? Le suivi du versement de la contribution de chaque organisme complémentaire sera mis en place par l URSSAF d Ile de France et l assurance maladie obligatoire.

11 Annexe : version consolidée de l article (cet article ne fera pas l objet d une codification) I. A - Il est institué une participation à la prise en charge des modes de rémunération mentionnés au 13 de l article L du code de la sécurité sociale par les mutuelles régies par le code de la mutualité, les institutions de prévoyance régie par le livre IX du code de la sécurité sociale ou par le livre VII du code rural et de la pêche maritime et les entreprises régies par le code des assurances. Son produit est affecté à la Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés. La participation est due par chaque organisme, mentionné au premier alinéa, en activité au 31 décembre de l année au titre de laquelle elle est perçue. Elle est égale au produit d un forfait annuel par le nombre d assurés et ayants droit couverts par l organisme, à l exclusion des bénéficiaires de la couverture complémentaire mentionnée à l article L du code de la sécurité sociale, au 31 décembre de l année précédant celle au titre de laquelle elle est perçue et pour lesquels ce dernier a pris en charge, au cours de cette même année, au moins une fois, en tout ou partie, la participation de l assuré due au titre d une consultation ou d une visite du médecin traitant au sens de l article L du même code. Le montant du forfait annuel est fixé chaque année par arrêté des ministres chargés de la sécurité sociale et du budget. Il est égal au résultat de la division d un montant de 150 millions d euros par le nombre d assurés et ayants droit remplissant les conditions définies à l alinéa précédent, sans pouvoir excéder la limite de 5. Le résultat obtenu est arrondi au centime d euro le plus proche. Les modalités d échanges des données nécessaires à la détermination du montant du forfait annuel, notamment les effectifs des assurés et des ayants droit remplissant les conditions définies au troisième alinéa, sont déterminées par décret en Conseil d Etat. B. Par dérogation aux dispositions du A, pour le calcul de la participation due au titre de l année 2013, le forfait annuel par assuré ou ayant-droit est fixé à 2,5. II. La participation est recouvrée par l organisme

12 désigné pour le recouvrement de la taxe mentionnée à l article L du code de la sécurité sociale, concomitamment au recouvrement de cette taxe sous réserve d aménagements prévus, le cas échéant, par décret en Conseil d Etat. Elle est contrôlée selon les règles, garanties et sanctions prévues pour la même taxe. III. La participation mentionnée au I est due pour chacune des années 2013 à 2016.

13 ARTICLE 5 RECTIFICATION DU MONTANT DE LA DOTATION AU FMESPP, A L ONIAM ET A L EPRUS Le présent article rectifie les dotations de l assurance maladie 2013 à divers fonds et établissements. RESTITUTION PAR L EPRUS AUX REGIMES DE BASE D ASSURANCE MALADIE I. Présentation de la mesure 1. Présentation du problème à résoudre et nécessité de l intervention du législateur L article L du code de la santé publique prévoit que la contribution des régimes de base d assurance maladie au financement de l Etablissement de préparation et d urgence sanitaire (EPRUS) ne peut excéder 50% des dépenses effectuées relatives aux produits de santé nécessaire pour protéger la population contre une menace sanitaire grave. Il est prévu que ce plafond s apprécie sur des périodes de trois années consécutives. Aussi, pour la période , l article 6 de la LFSS 2011 avait prévu une régularisation de 331,6 M. Sur la période , les dépenses auxquelles les régimes d assurance maladie et l Etat doivent contribuer à parité se sont montées à ,65, ce qui correspond à une participation théorique de l assurance maladie de ,83. Les lois de financement de la sécurité sociale successives ont porté à le montant de la participation de ces régimes. La participation des régimes excède donc de ,18 le plafond prévu à l article L Il importe donc de prévoir une régularisation comptable dans le cadre de la LFSS pour Présentation des options d action possibles et de la mesure retenue Mesure proposée : Une seule option est ouverte pour respecter la volonté explicite du législateur de faire respecter la règle de partage des charges entre les régimes d assurance maladie et le budget de l Etat. La mesure proposée prévoit donc une restitution à hauteur de ,18, qui correspond à la différence entre les dotations des régimes d assurance maladie versées à l EPRUS entre 2010 et 2012 et les dépenses effectivement engagées sur la période. Un arrêté conjoint des ministres chargés de la santé, de la sécurité sociale et du budget répartira ce montant entre les différents régimes. Autres options possibles : sans objet. 3. Justification de la place en loi de financement de la sécurité sociale La mesure, qui a un effet sur les dépenses de l assurance maladie pour l année en cours, trouve sa place en loi de financement au titre des dispositions du A du V de l article LO du Code de la Sécurité sociale. II. Consultations préalables à la saisine du Conseil d Etat

14 Les conseils d administration de l ACOSS, de la CNAF, de la CNAVTS et du RSI, le conseil de la CNAMTS, l'unocam, le conseil central d'administration de la MSA ainsi que la commission AT-MP du régime général ont été saisis pour avis en application des dispositions législatives prévoyant explicitement cette saisine pour les projets de loi de financement de la sécurité sociale. Les résultats des votes et les avis émis par ces organismes sont présentés à la fin de la présente annexe 10 au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour Le conseil de l UNCAM et le conseil d administration de la CNSA ont parallèlement été informés du projet de loi. L UNCAM a rendu un avis lui aussi retracé à la fin de la présente annexe 10. III. Aspects juridiques 1. Articulation de la mesure avec le droit européen en vigueur a) La mesure applique-t-elle une mesure du droit dérivé européen (directive) ou relève-t-elle de la seule compétence des Etats membres? La mesure relève de la seule compétence nationale. b) La mesure est-elle compatible avec le droit communautaire, tel qu éclairé par la jurisprudence de la Cour de justice des communautés européennes (CJCE) : règles relatives à la concurrence, aux aides d Etat, à l égalité de traitement, dispositions de règlement ou de directive et/ou avec celle de la Cour européenne des droits de l Homme (CEDH)? Sans objet. 2. Introduction de la mesure dans l ordre juridique interne a) Possibilité de codification Cette disposition n étant pas pérenne, elle n a pas vocation à être codifiée. Non. b) Abrogation de dispositions obsolètes c) Application de la mesure envisagée dans les collectivités d outre mer Sans objet. Départements d outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Mayotte) Collectivités d outre-mer -Saint-Pierre et Miquelon -Saint-Martin et Saint Barthélémy -autres (Polynésie française, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna, TAAF) IV. Evaluation des impacts 1. Impact financier Le calcul de l impact financier est explicité dans les chapitres I et II.

15 Organismes impactés (régime, branche, fonds) Régimes de base d assurance maladie 2013 (rectificatif) 27,6 M Impact financier en droits constatés (en M ) Coût ou moindre recette (signe -) Economie ou recette supplémentaire (signe +) 2014 P ou R P pour impact financier en année pleine et R pour impact en année réelle 2. Impacts économiques, sociaux, environnementaux et en matière d égalité entre les femmes et les hommes : a) impacts économiques Cette mesure consistant en un transfert entre l EPRUS et les régimes d assurance maladie, elle n a pas d impact économique. b) impacts sociaux Cette mesure consistant en un transfert entre l EPRUS et les régimes d assurance maladie, elle n a pas d impacts sociaux. c) impacts sur l environnement Cette mesure consistant en un transfert entre l EPRUS et les régimes d assurance maladie, elle n a pas d impacts environnementaux. d) impacts sur l égalité entre les femmes et les hommes Cette mesure consistant en un transfert entre l EPRUS et les régimes d assurance maladie, elle n a pas d impact sur l égalité entre les hommes et les femmes. 3. Impacts de la mise en œuvre de la mesure pour les différentes personnes physiques ou morales concernées a) impact sur les personnes physiques Cette mesure consistant en un transfert entre l EPRUS et les régimes d assurance maladie, elle n a pas d impact sur les personnes physiques. b) impacts sur les administrations publiques ou des caisses de sécurité sociale Ce transfert impactera à la marge les comptes des régimes de base d assurance maladie et de l EPRUS. c) impact sur la charge administrative, dont impact sur les systèmes d information S agissant d une opération comptable simple, cette mesure n entraînera pas d alourdissement de la charge administrative des régimes et du fonds. Aucun ajustement des systèmes d information n est nécessaire. d) impact budgétaire La mesure n a pas d impact budgétaire car la dotation, au titre de 2014, de l assurance maladie à l EPRUS ne sera pas modifiée. e) impact sur l emploi Cette mesure de transfert financier n a pas d impact sur l emploi.

16 V. Présentation de la mise en œuvre, du suivi et de l évaluation 1. Liste de tous les textes d application nécessaires et du délai prévisionnel de leur publication Un arrêt conjoint des ministres chargés de la santé, de la sécurité sociale et du budget répartira ce montant entre les différents régimes d assurance maladie. 2. Existence de mesures transitoires? Aucune mesure transitoire n est nécessaire pour assurer la mise en œuvre de cette disposition. 3. Délais de mise en œuvre pratique par les caisses de sécurité sociale ou les cotisants Sans objet. 4. Modalités d information des assurés ou cotisants Cette mesure n affecte pas les assurés et les cotisants et n a donc pas à leur être notifiée. 5. Suivi de la mise en œuvre - la mesure est-elle couverte par un programme de qualité et d efficience (PQE) annexé au PLFSS et a-t-elle un impact sur les indicateurs attachés aux PQE? Non. - si non, des indicateurs sont-ils prévus? Non.

17 REVISION DES DOTATIONS AU FMESPP I. Présentation de la mesure 1. Présentation du problème à résoudre et nécessité de l intervention du législateur Le 3 du I de l article 88 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 dispose, concernant le fonds de modernisation des établissements de santé publics et privés (FMESPP) que : «L année de la constatation de la prescription, la totalité des sommes ainsi prescrites vient en diminution de la dotation de l assurance maladie au fonds pour l année en cours. Le montant de la dotation ainsi minoré est pris en compte en partie rectificative de la loi de financement de la sécurité sociale pour l année suivante». Les sommes prescrites au titre de l année 2013 sont de 26,8 M. 2. Présentation des options d action possibles et de la mesure retenue Mesure proposée : En application des dispositions précitées, la somme de 26,8 M doit être déduite, au titre de la prescription constatée sur l année 2013, du montant de la participation des régimes d assurance maladie au financement du FMESPP pour l année 2013 tel que fixé par le I de l article 73 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013, soit 370,27 M. Le présent article acte cette déduction. Une fois cette déduction actée, le nouveau montant de la participation des régimes obligatoires d assurance maladie au financement du FMESPP au titre de 2013, soit 343,47 M, doit faire l objet d une inscription en partie rectificative de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013, en modification du I de l article 73 de la loi de financement de la sécurité sociale pour Autres options possibles : Aucune 3. Justification de la place en loi de financement de la sécurité sociale La mesure conduit à réduire une dépense des régimes obligatoires de base de l'assurance maladie de l'année en cours. Elle prend place dans la deuxième partie de la loi de financement de la sécurité sociale en vertu du A du V de l'article LO du code de la sécurité sociale. II. Consultations préalables à la saisine du Conseil d Etat Les conseils d administration de l ACOSS, de la CNAF, de la CNAVTS et du RSI, le conseil de la CNAMTS, l'unocam, le conseil central d'administration de la MSA ainsi que la commission AT-MP du régime général ont été saisis pour avis en application des dispositions législatives prévoyant explicitement cette saisine pour les projets de loi de financement de la sécurité sociale. Les résultats des votes et les avis émis par ces organismes sont présentés à la fin de la présente annexe 10 au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour Le conseil de l UNCAM et le conseil d administration de la CNSA ont parallèlement été informés du projet de loi. L UNCAM a rendu un avis lui aussi retracé à la fin de la présente annexe 10.

18 III. Aspects juridiques 1. Articulation de la mesure avec le droit européen en vigueur a) La mesure applique-t-elle une mesure du droit dérivé européen (directive) ou relève-t-elle de la seule compétence des Etats membres? La mesure est de la seule compétence des Etats-membres. b) La mesure est-elle compatible avec le droit communautaire, tel qu éclairé par la jurisprudence de la Cour de justice des communautés européennes (CJCE) : règles relatives à la concurrence, aux aides d Etat, à l égalité de traitement, dispositions de règlement ou de directive et/ou avec celle de la Cour européenne des droits de l Homme (CEDH)? Sans objet 2. Introduction de la mesure dans l ordre juridique interne a) Possibilité de codification Il s'agit d'un article en LFSS qui n'a pas vocation à être codifié (mesure prise annuellement). b) Abrogation de dispositions obsolètes Non c) Application de la mesure envisagée dans les collectivités d outre mer La mesure est applicable dans le champ des régimes métropolitains de l'assurance maladie, soit quatre des cinq DOM et Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Départements d outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Mayotte) Collectivités d outre-mer -Saint-Pierre et Miquelon -Saint-Martin et Saint Barthélémy -autres (Polynésie française, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna, TAAF) Oui (sauf Mayotte) Non Oui Non IV. Evaluation des impacts 1. Impact financier Les sommes prescrites au titre de l année 2013 sont déduites du montant de la participation des régimes d assurance maladie au financement du FMESPP pour l année Organismes impactés (régime, branche, fonds) Régimes obligatoires de l'assurance maladie 2013 (rectificatif) + 26,8 Impact financier en droits constatés (en M ) Coût ou moindre recette (signe -) Economie ou recette supplémentaire (signe +) 2014 P P pour impact financier en année pleine et R pour impact en année réelle 2. Impacts économiques, sociaux et environnementaux : a) impacts économiques Aucun

19 b) impacts sociaux Aucun c) impacts sur l environnement Aucun d) impacts sur l égalité entre les femmes et les hommes Aucun 3. Impacts de la mise en œuvre de la mesure pour les différentes personnes physiques ou morales concernées a) impact sur les personnes physiques Aucun b) impacts sur les administrations publiques ou des caisses de sécurité sociale Le fonds est géré par la Caisse des dépôts et consignations qui tient la comptabilité et procède aux paiements en faveur des établissements de santé concernés. c) impact sur la charge administrative, dont impact sur les systèmes d information Aucun d) impact budgétaire Aucun e) impact sur l emploi Aucun V. Présentation de la mise en œuvre, du suivi et de l évaluation 1. Liste de tous les textes d application nécessaires et du délai prévisionnel de leur publication* Pas de texte d'application nécessaire 2. Existence de mesures transitoires? Non 3. Délais de mise en œuvre pratique par les caisses de sécurité sociale ou les cotisants Sans objet 4. Modalités d information des assurés ou cotisants Sans objet. 5. Suivi de la mise en œuvre - la mesure est-elle couverte par un programme de qualité et d efficience (PQE) annexé au PLFSS et a-t-elle un impact sur les indicateurs attachés aux PQE? Non - si non, des indicateurs sont-ils prévus? Le FMESPP fait l objet d un suivi budgétaire et comptable par la DGOS et la CDC. Par ailleurs, la commission de surveillance, prévue par la LFSS de 2001 (article 40), est chargée du contrôle et du suivi de la gestion du fonds.

20 Annexe : version consolidée des articles modifiés Article 73 actuel de la LFSS pour 2013 Article 73 modifié de la LFSS pour 2013 II. Le montant de la participation des régimes II. Le montant de la participation des régimes obligatoires d'assurance maladie au financement obligatoires d'assurance maladie au financement du fonds pour la modernisation des du fonds pour la modernisation des établissements de santé publics et privés est fixé établissements de santé publics et privés est fixé à 370,27 millions d'euros pour l'année à 343,47 millions d'euros pour l'année 2013.

ANNEXE 10 FICHES D ÉVALUATION PRÉALABLE DES ARTICLES DU PROJET DE LOI

ANNEXE 10 FICHES D ÉVALUATION PRÉALABLE DES ARTICLES DU PROJET DE LOI ANNEXE 10 FICHES D ÉVALUATION PRÉALABLE DES ARTICLES DU PROJET DE LOI PLFSS 2015 SOMMAIRE PLFSS 2015 - Annexe 10 ARTICLE 3 Contribution au titre de médicaments destinés au traitement de l'hépatite C...

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement du système de soins Sous-direction du financement de

Plus en détail

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Article liminaire La prévision de solde structurel et de solde effectif de l ensemble des administrations publiques pour 2014

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Ordonnance n o 2015-682 du 18 juin 2015 relative à la simplification des déclarations

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

Mots-clés : Taxe de solidarité additionnelle aux cotisations d'assurance dite «taxe CMU» Contribution CMU Organismes complémentaires.

Mots-clés : Taxe de solidarité additionnelle aux cotisations d'assurance dite «taxe CMU» Contribution CMU Organismes complémentaires. 1 Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss 2014S é c u r i t é s o c i a l e Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss ANNEXE 9 - Tableau patrimonial - Justification des besoins de trésorerie - Impact des mesures nouvelles sur

Plus en détail

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

REPONSE AUX QUESTIONS PORTANT SUR LA MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS ACS. Document du 20 janvier 2015. I. Candidature

REPONSE AUX QUESTIONS PORTANT SUR LA MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS ACS. Document du 20 janvier 2015. I. Candidature REPONSE AUX QUESTIONS PORTANT SUR LA MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS ACS Document du 20 janvier 2015 I. Candidature Un organisme complémentaire qui ne dispose pas de l agrément dit «branche 2» peut-il

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Les Grands Risques Sociaux Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Santé publique 1ere année du 2eme cycle de la Faculté d Odontologie Janvier 2016 Direction

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 5 I-1-12 REGIME DES INTERETS DES PLANS D EPARGNE-LOGEMENT (PEL) AU REGARD DES PRELEVEMENTS SOCIAUX. AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION

Plus en détail

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ Circulaire n 24/2006 Cl. C 477 Colmar, le 29 juin 2006 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68000 COLMAR 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1688 du 29 décembre 2014 relatif à la mise en œuvre de la réduction générale des cotisations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2007S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 9 - Besoins de trésorerie des régimes - Impact sur les comptes des mesures nouvelles www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010

CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 CIRCULAIRE d INFORMATIONS N 2010/05 du 23 JUIN 2010 LE COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) Textes de référence : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

destinataires in fine Pour information : destinataires in fine

destinataires in fine Pour information : destinataires in fine MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES Direction de la sécurité sociale Sous-direction des retraites et des institutions de

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

OCTOBRE 2014 REGLEMENT MUTUALISTE

OCTOBRE 2014 REGLEMENT MUTUALISTE OCTOBRE 2014 REGLEMENT MUTUALISTE 1 REGLEMENT MUTUALISTE SOMMAIRE Pages : Chapitre I : protections proposées 3 groupes et catégories de bénéficiaires Article 1 : protections 3 Article 2 : groupes et catégories

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.)

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA LOIRE LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) Références - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 modifié relatif au compte épargne temps dans la fonction

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 5 I-3-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 5 I-3-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 5 I-3-11 AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DU COMPARTIMENT EURO DES CONTRATS D ASSURANCE-VIE

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSS1411758D Intitulé du texte : décret relatif à la sélection des contrats d assurance complémentaires de santé susceptibles de bénéficier du crédit

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L.

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L. Commentaire Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013 Mme Annick D. épouse L. (Cotisations et contributions sociales des travailleurs non salariés non agricoles outre-mer) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

Chapitre III Les compensations inter-régimes

Chapitre III Les compensations inter-régimes 61 Chapitre III Les compensations inter-régimes LES COMPENSATIONS INTER-REGIMES 63 PRESENTATION La loi a institué en 1974 des mécanismes de compensation financière, d une part entre les régimes de retraite

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 98 DU 17 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-4-10 INSTRUCTION DU 15 NOVEMBRE 2010 IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DES CONTRATS D

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau décret modifiant le Compte épargne temps.

Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau décret modifiant le Compte épargne temps. Fonctions publiques et Assimilées Paris, le 16 avril 2009 Compte Epargne Temps : Une escroquerie à temps plein. Le Conseil supérieur de la Fonction publique d Etat a émis un avis positif sur un nouveau

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

REGLEMENT DU COMPTE EPARGNE-TEMPS

REGLEMENT DU COMPTE EPARGNE-TEMPS Comité Technique Paritaire Réunion du 28 septembre 2010 Annexe 1 REGLEMENT DU COMPTE EPARGNE-TEMPS Règles d ouverture, de fonctionnement, de gestion et de fermeture du Compte Epargne-Temps (art 10 du décret

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

Comptes annuels États financiers 2013

Comptes annuels États financiers 2013 Comptes annuels États financiers 2013 SOMMAIRE PREAMBULE... 2 1. Les missions de la CPRPSNCF... 2 2. L organisation comptable et financière... 3 3. La certification des comptes... 3 4. Convention de présentation...

Plus en détail

LE CONTRAT RESPONSABLE CONFORME CONTRAT RESPONSABLE

LE CONTRAT RESPONSABLE CONFORME CONTRAT RESPONSABLE LE CONTRAT RESPONSABLE CONFORME CONTRAT RESPONSABLE SOMMAIRE 1 - CONTEXTE P.03 2 - LEXIQUE ET QUESTIONS / RÉPONSES P.14 2 1 - CONTEXTE 3 UNE DYNAMIQUE QUI S INSCRIT DANS LE TEMPS Loi du 4 mars 2002 La

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

1. Présentation générale

1. Présentation générale Instruction n 2012-53 du 12 mars 2012 Modalités de cumul d une pension d invalidité avec les allocations d assurance chômage Sommaire 1. Présentation générale 1.1. Date d application des nouvelles règles

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE

LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE Département Administration et Gestion Communales JM/JR/ GeC/MK-Note n 42 ter Paris, le 29 mai 2013 LA NOUVELLE PROTECTION SOCIALE DES ÉLUS LOCAUX L article 18 de la loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Délibération 1/8. Molène et Sein. 1 Corse, DOM, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre et Miquelon et îles bretonnes des Glénans, Ouessant,

Délibération 1/8. Molène et Sein. 1 Corse, DOM, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre et Miquelon et îles bretonnes des Glénans, Ouessant, Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 9 octobre 2013 portant proposition relative aux charges de service public de l électricité et à la contribution unitaire pour 2014

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2013

Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2013 Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2013 Rappel du calendrier : 23-26 octobre 2012 : examen du PLFSS à l Assemblée nationale 12-16 novembre 2012 : examen du PLFSS au Sénat : rejet du texte 20

Plus en détail

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Sommaire Social AGIRC-ARCCO : la clé de répartition des hausses de cotisations 2014-2015 est fixée : L objectif de la loi du 20 janvier 2014

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Gers) (17 septembre 2009)

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité J.O n 247 du 24 octobre 2003 page 18112 texte n 5 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité Décret n 2003-1010 du 22 octobre 2003 relatif

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CIRCULAIRE CDG90 07-13 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis. Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

Chapitre II. Les tableaux d équilibre et le tableau. patrimonial de la sécurité sociale. relatifs à 2013 : avis sur la cohérence

Chapitre II. Les tableaux d équilibre et le tableau. patrimonial de la sécurité sociale. relatifs à 2013 : avis sur la cohérence Chapitre II Les tableaux d équilibre et le tableau patrimonial de la sécurité sociale relatifs à 2013 : avis sur la cohérence LES TABLEAU D ÉQUILIBRE ET LE TABLEAU PATRIMONIAL RELATIFS À 2013 : AVIS SUR

Plus en détail

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANCAIS REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS Arrêté du 30 décembre 2005 J.O. du 25 janvier 2006 Arrêté du 31

Plus en détail

Nouveautés au 1er janvier 2015

Nouveautés au 1er janvier 2015 Nouveautés au 1er janvier 2015 Urssaf.fr vous propose une présentation générale des principales dispositions de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 *, de la loi de finances pour 2015**

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant

Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Les charges sociales du médecin libéral et de son remplaçant Patrice MARIE Parmi les dépenses du médecin libéral, le poste des charges sociales occupe de loin la première place et augmente régulièrement

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2014

Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2014 Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2014 Rappel du calendrier : Projet de loi déposé : 9 octobre 2013 Voté en première lecture à l Assemblée Nationale : 29 octobre 2013 Rejeté en première lecture

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1431340D Intitulé du texte : Décret relatif au compte sur livret d épargne populaire Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et

Plus en détail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail Salon des transfrontaliers mars 2015 Caisse d assurance retraite et de la santé au travail La retraite du régime général La Sécurité Sociale Maladie - AT/MP Maternité - Invalidité Vieillesse Décès Charges

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1511839D Intitulé du texte : Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et des comptes publics Date d établissement de la présente

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RCP 2011

RAPPORT ANNUEL RCP 2011 RAPPORT ANNUEL RCP 2011 Remboursement du congé de paternité Caisse des Dépôts - Direction des retraites et de la solidarité rue du vergne - 33059 Bordeaux cedex 05 56 11 41 23 www.cdc.retraites.fr RETRAITES

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Compte épargne temps 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 9 mars 2010 Mise à jour du 1 er juin 2010 Références

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

COORDINATION ENTRE LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN

COORDINATION ENTRE LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN COORDINATION ENTRE LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN VIGUEUR DANS LES DEPARTEMENTS METROPOLITAINS OU D OUTRE MER OU DE SAINT-BARTHELEMY ET SAINT-MARTIN ET LES REGIMES DE SECURITE SOCIALE EN VIGUEUR A

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail