Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2014"

Transcription

1 Bulletin Fiscal Tax Department- KPMG Tunisie Janvier 2014 Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2014 Nouvelles mesures concernant l impôt sur le revenu des personnes physiques et l impôt sur les sociétés : 1 Réduction du taux de l impôt sur les sociétés de 30% à 25% ( i ) avec ( Art. 18 ) : Augmentation du taux du minimum d impôt de 0,1% à 0,2% du chiffre d affaires local avec un minimum de perception de 300 dinars au titre de l impôt sur le revenu des personnes physiques et 500 dinars au titre de l impôt sur les sociétés ( pour les sociétés non soumises au taux privilégié de 10% ). Ce minimum de perception sera dû même en cas de non réalisation de chiffre d affaires ( ii ). Possibilité de déduire la différence entre l impôt dû et le montant du minimum d impôt durant les 5 exercices qui suivent sans que l impôt dû ne soit inférieur dans tous les cas au montant du minimum d impôt. Non application du minimum d impôt durant la durée de réalisation du projet qui ne peut excéder dans tous les cas 3 années à partir de la date de dépôt de la déclaration d existence. NB : ( i ) - le nouveau taux d IS de 25% s applique à partir de 2015 pour les bénéfices réalisés en ( ii )- Le nouveau taux du minimum d impôt sera applicable pour les bénéfices réalisés en 2013 à déclarer en Le montant du minimum d impôt peut être dû à l intérieur de la période de 3 années si l entrée en exploitation est effectuée avant l expiration des 3 années. La période de 3 années est décomptée à partir de la date de la déclaration d existence et non pas à partir de l entrée effective en exploitation. Le montant du minimum d impôt est majoré de 50% après un mois de l expiration du délai légal de dépôt de la déclaration. 2 Imposition des bénéfices distribués (dividendes) à partir du 1 er janvier 2015 à l impôt sur le revenu au taux libératoire de 5%, (article 19 ) avec : Exonération des dividendes distribués aux personnes morales ; Exonération des dividendes distribués imputés sur les réserves de la société inscrites au bilan au 31/12/2013 sous la condition qu ils soient mentionnés dans les notes aux états financiers parmi les capitaux propres au 31/12/2013 ; Possibilité de déduction de la retenue à la source opérée au taux de 5% de l impôt dû sur le revenu pour les personnes physiques dont le revenu globale provenant des bénéfices distribués ne dépasse pas dinars au titre de l année considérée. NB : - le terme «libératoire» désigne que le bénéficiaire des dividendes est tenu de les déclarer sans pour autant subir une imposition au titre des revenus distribués en tant que revenus de valeurs mobilières sauf s il veut bénéficier de la déduction de la retenue à la source opérée, dans ce cas le revenu provenant des dividendes ne sera pas intégré dans le revenu global mais il sera traiter à part pour les besoins du calcul de l impôt dû. Toutefois, lorsque le bénéficiaire est une personne non résidente non établie en Tunisie,

2 il n est pas tenu de déposer une déclaration au titre des dividendes reçus sauf s il veut bénéficier de la déduction de la retenue à la source opérée. Les dividendes reçus par les personnes morales soumises à l impôt sur les sociétés restent déductible de l assiette de l IS étant donné que l article 19 de la loi de finances 2014 a supprimé le point 10 de l article 38 ( relatif à l exonération des dividendes reçus par les personnes physiques ) et n a pas modifié les termes de l article 48 paragraphe III ( relatif à la déduction des dividendes reçus par les personnes morales). La retenue à la source reste due même si le montant des bénéfices distribués est inférieur à dinars ( le bénéfice de l avantage de la déduction s effectue au niveau du bénéficiaire et non pas au niveau de la société distributrice ). 3 La non déductibilité de l impôt pris en charge au lieu et place du redevable légal ( Art. 39 ) : Cette nouvelle mesure concerne les retenues à la source prises en charge au lieu et place des personnes non-résidentes ni établies en Tunisie au titre exclusivement des redevances qui leur sont versées. 4 Elargissement du champ d application de l impôt sur le revenu au titre de la plus-value immobilière ( Art. 47 ) : L apport de la loi de finances 2014 consiste à élargir le champ d application de l IR aux cessions de tous les terrains à l exception des terrains agricoles situés dans les zones agricoles. Toutefois, en cas de cession des terrains agricoles situés dans les zones agricoles, l impôt peut être dû dans les deux cas suivants : La cession été effectuée au profit d un promoteur immobilier Le cessionnaire n a pas respecté l engagement de ne pas réserver le terrain objet de la cession à la construction avant l expiration d une période de 4 ans à partir de la date de cession ; cet engagement devant être mentionné dans le contrat de cession. Par ailleurs, la loi de finances 2014 a précisé que la cession concernée par l impôt couvre la cession de propriété, de l usufruit, de nue-propriété et de servitudes 5 clarification du champ d application du taux de l IS de 35% pour les sociétés exerçant dans le cadre de la législation relative aux hydrocarbures ( Art. 18 ) : L apport de la loi de finances 2014 consiste à supprimer la référence au code des hydrocarbures prévue au septième tiret du quatrième alinéa du paragraphe I de l article 49 du code de l IRPP. Ainsi l application du taux de l IS de 35% concerne les sociétés de services pétroliers pour leur services rendus aux sociétés exerçant dans le cadre de la législation relative aux hydrocarbures ( aussi bien dans le cadre du code des hydrocarbures, du décret-loi 85-9 ou dans le cadre d une convention particulière régie par le décret de 1953 sur les mines ). Nouvelles mesures pour le secteur totalement exportateur et les autres secteurs bénéficiant d un avantage fiscal analogue : 1- Imposition des bénéfices réalisés à l export au taux réduit de 10% pour les bénéfices réalisés à partir de 2014 à déclarer en 2015 ( i ) avec ( Art. 18 ) : Institution d un minimum d impôt au taux réduit de 0,1% du chiffre d affaires à l export avec un minimum de perception de 200 dinars au titre de l impôt sur le revenu des personnes physiques et 300 dinars au titre de l impôt sur les sociétés. Ce minimum de perception sera dû même en cas de non réalisation de chiffre d affaires ( ii ) Possibilité de déduire la différence entre l impôt dû et le montant du minimum d impôt durant les 5 exercices qui suivent sans que l impôt dû ne soit inférieur dans tous les cas au montant du minimum d impôt. Non application du minimum d impôt durant la durée de réalisation du projet qui ne peut excéder dans tous les cas 3 ans à partir de la date de dépôt de la déclaration d existence. NB : ( i ) il ne s agit pas en fait d une nouvelle mesure introduite par la loi de finances 2014, il s agit simplement de l expiration de la prorogation de la durée de déduction totale prévue par la loi de finances 2013 qui a fixé la date limite pour le bénéfice de l avantage jusqu au 31/12/2013 et la loi de finance 2014 n a pas proroger la durée.

3 Cette mesure d imposition des bénéfices au taux de 10% ne concerne pas les sociétés totalement exportatrices qui n ont pas encore consommé la période de déduction totale de 10 ans et qui continuent à bénéficier de ladite déduction jusqu à la fin de la dixième année. Cette mesure d imposition au taux réduit de 10% ne concerne pas uniquement les entreprises exportatrices ( quelque soit le cadre légal : droit commun, code d incitation aux investissements, commerce international, zones franches.. ), mais elle concerne aussi les autres secteurs bénéficiant d un avantage fiscal analogue, en l occurrence les revenus ou bénéfices réalisés par les établissements de santé exerçant dans le cadre de la loi du 7 août 2001 pour leur activité avec les non résidents et les bénéfices réalisés par les prestataires de services financiers non résidents exerçant dans le cadre du code de prestation de services financiers aux non résidents. ( ii )- le nouveau taux du minimum d impôt sera applicable pour les bénéfices réalisés en 2014 à déclarer en Le montant du minimum d impôt peut être dû à l intérieur de la période de 3 années si l entrée en exploitation est effectuée avant l expiration des 3 années. La période de 3 années est décomptée à partir de la date de la déclaration d existence et non pas à partir de l entrée effective en exploitation. Le montant du minimum d impôt est majoré de 50% après un mois de l expiration du délai légal de déclaration. 2- Imposition des bénéfices distribués ( dividendes ) par les entreprises exportatrices à partir du 1 er janvier 2015 à la retenue à la source au taux libératoire ( i ) de 5% avec ( Art. 19 ) : Exonération des dividendes distribués aux personnes morales ( ii ) ; Exonération des dividendes distribués imputés sur les réserves de la société inscrites au bilan au 31/12/2013 sous la condition qu ils soient mentionnés dans les notes aux états financiers parmi les capitaux propres au 31/12/2013 ; Possibilité de déduction de la retenue à la source opérée au taux de 5% de l impôt dû sur le revenu pour les personnes physiques dont le revenu globale provenant des bénéfices distribués ne dépasse pas dinars au titre de l année considérée ( iii ). NB : ( i ) - le terme «libératoire» désigne que le bénéficiaire des dividendes est tenu de les déclarer sans pour autant subir une imposition au titre des revenus distribués en tant que revenus de valeurs mobilières sauf s il veut bénéficier de la déduction de la retenue à la source opérée, dans ce cas le revenu provenant des dividendes ne sera pas intégré dans le revenu global mais il sera traiter à part pour les besoins du calcul de l impôt dû. Toutefois, lorsque le bénéficiaire est une personne non résidente non établie en Tunisie, il n est pas tenu de déposer une déclaration au titre des dividendes reçus sauf s il veut bénéficier de la déduction de la retenue à la source opérée ( et ce sous réserve des dispositions des conventions de non double imposition ). Cette mesure concerne exclusivement les dividendes légalement distribués au sens de l article 29 paragraphe II alinéa (a) du code de l IRPP et donc ne concerne pas les sociétés qui opèrent en Tunisie dans le cadre d établissement stable ( mentionnées dans l alinéa (c) du paragraphe II de l article 29 susmentionné ) qui échappent donc à toute imposition pour leur bénéfices transférés à l étranger. Cette mesure de retenue à la source ne concerne pas les sociétés totalement exportatrices qui n ont pas encore consommé la période de déduction totale de 10 ans. Toutefois, le bénéfice de l avantage est subordonné à la production par le bénéficiaire d une attestation de non retenue délivrée par le bureau de contrôle des impôts compétent. Les dividendes reçus par les sociétés totalement exportatrices soumises à l impôt sur les sociétés au taux de 10% restent déductible de l assiette de l IS étant donné que l article 19 de la loi de finances 2014 a supprimé le point 10 de l article 38 ( relatif à l exonération des dividendes reçus par les personnes physiques ) et n a pas modifié les termes de l article 48 paragraphe III ( relatif à la déduction des dividendes reçus par les personnes morales ). ( ii ) les transferts de bénéfices des sociétés étrangères ( à l exclusion des établissements stables ) seront considérés comme une distribution de bénéfices soumise à la retenue à la source au taux de 5% et ce peu importe la

4 qualité du bénéficiaire personne physique ou personne morale. ( iii )- la retenue à la source reste due même si le montant des bénéfices distribués est inférieur à dinars ( le bénéfice de l avantage de la déduction s effectue au niveau du bénéficiaire et non pas au niveau de la société distributrice ). 3- Imposition du chiffre d affaires réalisé à l export à la TCL au taux réduit de 0,1% ( Art. 49 ) : La loi de finances 2014 a abrogé le point 3 de l article 12 du code d incitations aux investissements et tous les autres textes qui accordaient un avantage fiscal analogue en ajoutant parmi les obligations fiscales des sociétés totalement exportatrices et les autres sociétés soumises au taux réduit d IS de 10% le paiement de la TCL au taux de 0,1% du chiffre d affaires. NB : - Cette mesure s applique pour le chiffre d affaires réalisé par toutes les sociétés totalement exportatrices à partir du 01 janvier 2014 et ce indépendamment du délai de 10 ans pour le bénéfice de l avantage au niveau de l IS. 4 La suppression de l exonération des rémunérations payées par les sociétés totalement exportatrices au profit des personnes non établies non domiciliées en Tunisie ( Art. 54 ) : La loi de finances 2014 a supprimé le deuxième tiré du paragraphe 3 de l article 3 du code de l IRPP, ainsi toutes les rémunérations ayant le caractère de redevances payées par les sociétés totalement exportatrices au profit des personnes non établies non domiciliées en Tunisie devraient subir la retenue à la source au taux du droit commun de 15% sauf dispositions plus favorables prévues par les conventions de non double imposition. NB : Cette mesure s applique pour tout montant payé à partir du 01 janvier 2014 au titre d une opération réalisée en 2014, c'est-à-dire que les paiements effectués en 2014 et relatifs à des factures émises en 2013 ne sont pas concernés par la mesure. 5 La soumission des honoraires, commissions, courtages, loyers et rémunération des activités non commerciales quelle qu en soit l appellation provenant des opérations d exportation à la retenue à la source au taux de 5% ( Art. 51 ) : Cette mesure concerne les paiements effectués par les entreprises exportatrices au titre des prestations sus-indiquées. NB : - Cette mesure s applique pour tout montant payé à partir du 01 janvier 2014 même au titre d une opération réalisée ou facturée en Cette mesure ne s applique pas pour les sociétés totalement exportatrice durant la période du bénéfice de l avantage de 10 ans sous réserve de présentation d une attestation de non retenue par le bureau de contrôle des impôts compétent. 6 Imposition des traitements, salaires, indemnités et autres avantages en nature payés au profit des salariés non résidents dont la durée de travail ne dépasse pas 6 mois en Tunisie à une retenue à la source libératoire de 20% ( Art. 52 ) : Cette mesure concerne tous les salariés étranger ( sans restriction du nombre ) dont la durée effective de travail en Tunisie ne dépasse pas 6 mois par an. Elle est venue remédier à la situation des salariés étrangers qui se voient imposés auparavant selon un salaire mensuel ramené à 12 mois alors qu ils n ont pas travaillé une année complète d où la situation de crédit d impôt qui se dégage au niveau de leur déclaration annuelle d impôt qui sont obligés de la déposer. NB : - le terme «libératoire» désigne que le salarié étranger dont la durée de travail en Tunisie ne dépasse pas 6 mois et qui a subi la retenue à la source au taux de 20% ne sera plus tenu de déposer une déclaration annuelle au titre de son salaire. Nouvelles mesures pour les petites et moyennes entreprises : 1 Exonération des petites et moyennes entreprises crées en 2014 opérant dans le secteur de l industrie et dont le chiffre d affaires ne dépasse pas dinars de l impôt sur les bénéfices pendant les 5 premières années d activité ( Art. 20 ) : Cette mesure a prorogé le délai de déduction des bénéfices réalisés par les PME initialement fixé à 3 années par la loi de finances 2013 en le portant à 5 années avec limitation de la nature d activité uniquement pour le secteur de la transformation.

5 NB : - les entreprises crées en 2013 dans les autres secteurs d activité ( autre que la transformation ) vont bénéficier de la prorogation du délai de déduction des bénéfices jusqu à 5 ans. Nouvelles mesures pour consolider le pouvoir d achat pour les personnes à revenus limités : 1 Exonération des personnes physiques qui réalisent des revenues exclusivement dans la catégorie des traitements et salaires de l impôt sur le revenu à condition que le revenu annuel net après les déductions communes ne dépasse pas 5000 dinars et suppression de l abattement supplémentaire de 1000 dinars accordé aux personnes payées au SMIG ( Art. 76 ) : Cette mesure n a pas touché le barème de calcul de l impôt sur le revenu qui reste applicable pour tout salaire annuel supérieur à 5000 dinars, elle concerne exclusivement les salariés dont le salaire annuel après déductions communes ne dépasse pas 5000 dinars. Cette mesure est limitée uniquement pour la catégorie des salaires, elle ne concerne pas les autres catégories de revenu ( BIC, BNC...). 2 Relèvement de la déduction au titre des enfants handicapés et des étudiants non boursiers ( Art. 94 ) : L apport de la loi de finances 2014 consiste à : Relever la déduction au titre des enfants handicapés de d à d / enfant ; Relever la déduction au titre des étudiants non boursiers de 600 d à d / enfant. NB : - les déductions au titre des enfants infirmes et des étudiants non boursiers sont prises en compte lors de la liquidation de la retenue à la source par l employeur sur présentation des justificatifs conformément à l arrêté du ministre des finances du 29 mars Nouvelles mesures tendant à élargir l assiette fiscale et amélioration du recouvrement de l impôt : 1 La révision du forfait d assiette pour la détermination des bénéfices imposable des professions non commerciales de 70% à 80% ( Art. 46 ) : La loi de finances pour l année 2014 a relevé à la hausse l assiette soumise à l impôt sur le revenu selon le régime du forfait d assiette réalisé par les professions non commerciales de 70% des recettes brutes à 80% des même recettes. NB : - cette mesure s applique pour les revenus réalisés en 2013 à déclarer en Soumission des montants assujettis à la retenue à la source dans le cadre des articles 52 et 53 du code de l IRPP à la retenue à la source au taux de 1% de leur montant net des retenues au titre de la redevance dû sur les revenus des personnes physiques qui dépasse dinars nets par an ( Art. 77 ) : L apport de la loi de finance 2014 consiste dans : La suppression du plafond de 2000 dinars au titre de la redevance de 1% due par les personnes physiques dont le revenu net annuel dépasse dinars par an ; Le maintien de l exonération de la redevance pour les personnes non résidentes non établies en Tunisie ; Le maintien de l exonération de la redevance pour les revenus provenant de la plus-value visée par les articles 27 et 31 bis du code de l IRPP ( plus-value immobilière et plus-value de cession des actions et des parts sociales ) ; La suppression de l exonération de la redevance pour les revenus provenant de la plus-value réalisée au titre de la cession des immeubles par les personnes morales non résidentes non établies prévue par l article 45 du code de l IRPP ; L élargissement du champ d application de la retenue à la source au titre de la redevance (

6 qui était auparavant exigible uniquement au titre des traitements et salaires ) à toutes les autres catégories de revenus soumises à la retenue à la source dans le cadre des articles 52 et 53 du code de l IRPP qui sont devenues soumises à la retenue à la source au titre de la redevance selon le taux de 1% de leur montants net des retenues. NB : - les nouvelles mesures s appliquent à partir du 01 janvier 2014 et ne touchent pas les anciennes dispositions de la loi de finances 2013 qui demeurent applicables pour les revenus réalisés au titre des années 2012 et 2013 ( c'est-à-dire que le plafond de 2000 dinars demeure applicable pour les revenus réalisés en 2013 à déclarer en 2014, et que la retenue à la source n est pas exigible sur les montants ( autres que les salaires ) payés en 2014 au titre des revenus de 2013 ). La redevance exceptionnelle reste applicable uniquement pour les années 2014 et Les montants dû ou payés au titre de la redevance ne sont pas déductibles de l impôt global dû sur le revenu. 3 Réduction du montant assujettis à la retenue à la source au taux de 1,5% de 2000 dinars à 1000 dinars ( Art. 51 ) : Cette mesure s insère dans le cadre de l unification des montants soumis à la retenue à la source qu elles soient payés par l Etat ou autres pour tout montant égal ou supérieur à 1000 dinars. 4 Soumission à la retenue à la source au taux libératoire de 25% pour tout montant de quelque nature que soit payé à une personne physique ou morale résidente dans les pays considérés en tant que paradis fiscaux ( Art. 44 ) : La liste des pays sera fixée ultérieurement par décret. 5 - Institution d une taxe sur la propriété des immeubles détenus par les personnes physiques (Art. 55 ) avec : Exonération de l habitation principale, des terres agricoles, des immeubles bâtis affectés à l exercice de l activité professionnelle, commerciale ou industrielle ; Exonération des immeubles non bâtis ( terrains ) aménagés situés dans les zones industrielles, urbaines et touristiques destinés à un usage professionnel ou artisanal ; Exonération des immeubles non bâtis exploités par les propriétaires dans le cadre d une activité industrielle, commerciale ou professionnelle ; Exonération des immeubles destinés à la location sous réserve de joindre la déclaration à déposer au titre de cette taxe d une copie de la déclaration de l impôt annuel sur le revenu au titre de l impôt foncier. Cette taxe est due par les propriétaires et elle est liquidée sur la base du montant dû au titre de la taxe sur les immeubles bâtis TIB ou de la TINB multiplié par 2,5 ( une fois et demi le montant de la TIB ou de la TINB ) et doit être déclarée et payée au plus tard le 31 mars de chaque année. 6 - Révision des droits d enregistrements dus sur l acquisition des locaux à usage d habitation auprès des promoteurs immobiliers ( Art. 53 ) : La loi de finances pour l année 2014 à prévu la révision du droit fixe d enregistrement pour les acquisitions des locaux à usage d habitation auprès des promoteurs immobiliers et ce par le remplacement du droit fixe pour la tranche du montant d acquisition supérieur à dinars par un droit proportionnel de 3%. Encouragement de l épargne à long terme en matière d assurance vie ( Art. 24 ) : Antérieurement à la loi de finances 2014, les contrats d assurance vie ouvrant droit à la déduction commune de l assiette de l IR doivent comporter l une des garanties suivantes : Garantie d un capital à l assuré ou à ses ascendants ou descendants, en cas de vie d une durée effective au moins égale à dix (10) ans ;

7 Garantie d une rente viagère à l assuré avec jouissance effective différée d au moins dix (10) ans ; Garantie d un capital en cas de décès au profit du conjoint, ascendants ou descendants de l assuré. Sous ce régime le plafond déductible de l assiette de l IR au titre des primes d assurance vie est fixé à dinars / an, la contribution patronale dans les contrats collectifs d assurance vie est déductible de l assiette de l IRPP et de l IS. Toutefois ne bénéficie pas de l avantage ( selon la doctrine administrative ) les contrats collectifs d assurance vie financés exclusivement par l employeur. L apport de la loi de finances 2014 consiste à : Etendre les avantages liés aux contrats d assurance-vie aux contrats comportant garantie des unités de compte au profit de l assuré, de son conjoint, de ses ascendants ou descendants servies après une durée minimale qui ne doit pas être inférieure à dix ans ; Etendre les avantages liés aux contrats d assurance-vie aux contrats de capitalisation ; Etendre l exonération de l IRPP initialement limitée aux rentes viagères à toutes les sommes payées dans le cadre de l exécution des contrats d assurance, à l exception des sommes payées en exécution des obligations du souscripteur prévues par la législation en vigueur. Par conséquent, les personnes physiques déduisent de leur revenu toutes les primes payées dans le cadre des contrats d assurance-vie et des contrats de capitalisation dans la limite de dinars / an, et ce lorsque ces contrats comportent l une des garantie suivantes : Garantie d un capital ou d une rente au profit de l assuré, de son conjoint, de ses ascendants ou descendants d une durée effective au moins égale à dix ans ; Garantie des unités de compte au profit de l assuré, de son conjoint, de ses ascendants ou descendants servies après une durée minimale qui ne doit pas être inférieure à dix ans ; Garantie d un capital ou d une rente en cas de décès au profit du conjoint, des ascendants ou des descendants. NB : La période d affiliation effective de 10 ans ne s applique pas pour les contrats d assurance au titre de retraite complémentaire souscrits avant le 1er Janvier 2014 qui continuent à bénéficier de l avantage s ils comportent l une des garanties prévues par l article 39 paragraphe I 2 du code de l IRPP et ce indépendamment de la durée de l affiliation. La déchéance de l avantage suite au rachat du contrat n est pas applicable en cas de transfert de la provision mathématique du contrat à une entreprise d assurance. En vertu de la loi de finances 2014 l impôt n est pas dû au titre des primes rétrocédées ainsi que les primes servies aux réassureurs non établis en Tunisie. Nouvelles mesures tendant à lutter contre la fraude fiscale : 1 La non déductibilité des charges payées en espèce dont le montant est supérieur à dinars ainsi que la non déductibilité des amortissements et de la TVA relatifs aux immobilisations dont le coût d acquisition dépasse ce montant et l institution d une amande administrative de 8% du montant pour les personnes qui encaissent des montants supérieurs à la limite sus-indiquée ( Art. 34 et 35 ) : La loi de finances pour 2014 a révisé à la hausse une mesure déjà existante concernant la non déductibilité des charges, des amortissements et de la TVA relatifs à des acquisitions payées en espèce pour un montant supérieur à 5000 dinars et ce en portant ce montant à dinars en 2014 pour le ramener par la suite à dinars en 2015 et 5000 dinars en NB : - l amende de 8% n est pas applicable en cas de déclaration des montants supérieurs à la limite sus indiquée au niveau de la déclaration d employeur par le bénéficiaire desdits montants. 2 La révision du régime forfaitaire d imposition vers l exclusion de certaines activités du bénéfice de ce régime ( Art. 45 ) :

8 En continuité avec l objectif de réduire le régime forfaitaire et sa limitation uniquement à ceux qui doivent en bénéficier réellement, la loi de finance pour 2014 a prévu l exclusion de certaines activités exercées dans les zones municipales de ce régime dont la liste sera fixée ultérieurement par décret. 3 Institution d une amende égale à 50% du montant de la TVA suspendue contre les fournisseurs qui ne détiennent pas des bons de commandes visés et ce nonobstant la validité de l autorisation d achat en suspension ( Art. 41 ) : La sanction prévue ne vise pas directement les sociétés qui bénéficient du régime suspensif de la TVA ou DC, mais c est une mesure qui s incère dans le cadre de la rationalisation des avantages fiscaux et de lutter contre le détournement des bons de commandes. 4 Institution d une amende administrative de 50% du montant de la TVA dont la déductibilité est devenue acceptée en cas de vérification approfondie extra-comptable ( Art. 40 ) : L apport de la loi de finances 2014 consiste à : Accepter la déductibilité de la TVA en cas de vérification sur des bases extracomptables sous réserve de factures conformes à l article 18 du code de la TVA ; Sanctionner le contribuable par une amende administrative de 50% du montant de la TVA qui a été admise en déduction. NB : - la nouvelle mesure n a pas spécifié les cas de vérification approfondie sur des bases extra-comptables, ce qui laisse entendre qu elle s applique à tout les cas ( pour des raisons de rejet de comptabilité ou de non présentation de la comptabilité ). Autres mesures : pièces théâtrales, musicales, littéraires et artistiques ( Art. 31 et 32 ) ; 3- Réduction du taux de la TVA due sur l importation du papier journal de 18% à 6% ( Art. 33 ) ; 4 Extension de l obligation du dépôt de la déclaration d existence aux agriculteurs et aux personnes réalisant des revenus fonciers bénéficiant d avantages fiscaux ( Art 66 ) ; 5 Extension de l obligation de facturation aux personnes physiques réalisant des bénéfices industriels ou commerciaux soumises au régime forfaitaire d imposition pour leur opérations dont la valeur ne dépasse pas 500 dinars pour chaque opération ( Art. 45 ) ; 6 Subordination des paiements publics à la régularisation de la situation fiscale des fournisseurs (Art. 62 ) ; 7 Subordination de la restitution des sommes perçues en trop au dépôt des déclarations fiscales à la date de l ordonnancement de restitution desdites sommes ( Art. 63 ) ; 8 L augmentation de la taxe due sur les établissements dangereux et insalubres selon la catégorie (Art. 72 ) ; 9 - La consolidation des ressources du fonds général de compensation par l institution d une redevance sur les voitures particulières et les voitures utilitaires et camions soumis au TUC qui varie de 20 dinars ( voitures 4 CV ) jusqu à 700 dinars pour les voitures particulières et de 25% du montant de la TUC pour les autres voitures et camions soumis à cette taxe ( Art. 76 ) avec : Allongement des délais de prescription pour la taxe de circulation, de la taxe annuelle sur les véhicules de tourisme à moteurs à huile lourde ou de l impôt additionnel annuel sur les véhicules utilisant le GPL et ce d une année à 4 années suivant celle au cours de laquelle la taxe est due. NB : - la redevance a été suspendue par décision du chef de gouvernement. 1 Résoudre l endettement du secteur agricole et de pêches par l abandon de l Etat du principal de la dette dont le montant ne dépasse pas 5000 dinars par personne ainsi que les intérêts y relatifs dans une enveloppe globale de 80 millions de dinars ( Art. 79 et 80 ) ; 2- Exonération de la TVA sur les opérations de production, de distribution et d exposition des

9 Contact Dhia Bouzayen FMBZ KPMG TUNISIE Les jardins du Lac II, BP n 317 Publiposte les berges du lac 1053 Tunis. Tunisie Tel : Fax: The information contained herein is of a general nature and is not intended to address the circumstances of any particular individual or entity. Although we endeavour to provide accurate and timely information, there can be no guarantee that such information is accurate as of the date it is received or that it will continue to be accurate in the future. No one should act on such information without appropriate professional advice after a thorough examination of the particular situation

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

COMITE DE FORMATION CONTINUE

COMITE DE FORMATION CONTINUE COMITE DE FORMATION CONTINUE PRÉSENTATION DES PRINCIPALES MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES COMPLÉMENTAIRE DE L ANNÉE 2014 DATE 5 SEPTEMBRE 2014 CABINET ZAHAF & ASSOCIES SOCIETE D EXPERTISE COMPTABLE

Plus en détail

Médecin célibataire Avant LF 2014 Après LF 2014 Ecart

Médecin célibataire Avant LF 2014 Après LF 2014 Ecart LA FISCALITE DES LIBERAUX Dans le but de diffuser la culture fiscale, nous avons le plaisir de vous présenter le nouveau régime fiscal des médecins de libre pratique. En tant que profession libérale, les

Plus en détail

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2015

Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2015 Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2015 Bulletin Fiscal Commentaire des dispositions fiscales de la loi de finances pour l année 2015 Dispositions en matière d impôts

Plus en détail

Accountants & business advisers. Loi de Finances Pour la gestion. Loi N 54/2013 du 30 décembre 2013

Accountants & business advisers. Loi de Finances Pour la gestion. Loi N 54/2013 du 30 décembre 2013 Loi de Finances Pour la gestion 2014 Loi N 54/2013 du 30 décembre 2013 INTRODUCTION Les principales nouveautés introduites par la loi de finances pour la gestion 2014 prévue par la loi n 54/2013 du 30

Plus en détail

- Recettes du Titre I 19 020 200 000 Dinars - Recettes du Titre II 8 052 000 000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 952 800 000 Dinars

- Recettes du Titre I 19 020 200 000 Dinars - Recettes du Titre II 8 052 000 000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 952 800 000 Dinars Loi n 2013-54 du 30 décembre 2013, portant loi de finances pour l année 2014 (1). Au nom du peuple, L assemblée nationale constituante ayant adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

Imposition des frontaliers belges occupés par un employeur luxembourgeois et travaillant au Luxembourg et en Belgique / Etats tiers

Imposition des frontaliers belges occupés par un employeur luxembourgeois et travaillant au Luxembourg et en Belgique / Etats tiers Imposition des frontaliers belges occupés par un employeur luxembourgeois et travaillant au Luxembourg et en Belgique / Etats tiers TAX 25 novembre 2010 Georges Bock Partner Tax, Head of Tax Stéphanie

Plus en détail

Ainsi, les personnes physiques réalisant, uniquement cette catégorie de revenu, sont aujourd hui éligibles aux Comptes Epargne en Actions.

Ainsi, les personnes physiques réalisant, uniquement cette catégorie de revenu, sont aujourd hui éligibles aux Comptes Epargne en Actions. La loi de finances pour la gestion de (LF 1 ), promulguée le 30 décembre 2013, a apporté des nouveautés significatives en matière d Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (IRPP). Les modifications

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Guide fiscal des créateurs et gestionnaires des entreprises

Guide fiscal des créateurs et gestionnaires des entreprises Guide fiscal des créateurs et gestionnaires des entreprises Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (IRPP) 1. Personnes imposables: o o Les personnes résidentes en Tunisie. Les personnes non résidentes

Plus en détail

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006)

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) L imposition des plus-values des particuliers fait l objet d un traitement séparé qui la distingue de l imposition des autres revenus

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DU CONTROLE FISCAL Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code catégorie Nombre

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail

2. En ce qui concerne les dotations au fond d intéressement du personnel

2. En ce qui concerne les dotations au fond d intéressement du personnel BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2012/09/39 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2012/25 NOTE COMMUNE N 25/ 2012 Objet : Commentaire des dispositions

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 17/2006

NOTE COMMUNE N 17/2006 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 17/2006 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 23 à 25 de la loi n

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS EN TUNISIE. Sommaire ********

LE REGIME FISCAL DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS EN TUNISIE. Sommaire ******** LE REGIME FISCAL DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS EN TUNISIE Neïla CHAABANE Assistante à la Faculté des Sciences Juridiques Tunis II Sommaire I Les obligations lors du démarrage de l activité. A) La procédure

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2012/07/29 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2012/15 NOTE COMMUNE N 15/2012 O B J E T : Commentaire : - des dispositions

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

La fiscalité de la voiture de société Union Wallonne des Entreprises

La fiscalité de la voiture de société Union Wallonne des Entreprises KPMG TAX & LEGAL La fiscalité de la voiture de société Union Wallonne des Entreprises Guy Pierson 9 octobre 2009 BELASTINGCONSULENTEN / CONSEILS FISCAUX / TAX ADVISERS Dans le chef de l employeur Frais

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

Note de présentation de la loi de finances complémentaire pour l année 2012

Note de présentation de la loi de finances complémentaire pour l année 2012 Note de présentation de la loi de finances complémentaire pour l année 2012 La loi de finances complémentaire pour l année 2012 comporte, outre les dispositions budgétaires et les dispositions diverses,

Plus en détail

- Septième partie : Financement 669.609.000 Dinars Au nom du peuple,

- Septième partie : Financement 669.609.000 Dinars Au nom du peuple, Loi n 2006-85 du 25 décembre 2006, portant loi de finances pour l année 2007 (1). - Septième partie : Financement public 669.609.000 Dinars Au nom du peuple, - Huitième partie : Dépenses de La chambre

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Note commune N 22 / 2014. Objet : Avantages fiscaux relatifs aux contrats d assurance-vie et aux contrats de capitalisation

Note commune N 22 / 2014. Objet : Avantages fiscaux relatifs aux contrats d assurance-vie et aux contrats de capitalisation REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 22 / 2014 Objet : Avantages fiscaux relatifs aux contrats d assurance-vie

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2015. Mr. LOUSSAIEF Walid Sous Directeur à la DGELF

PRÉSENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2015. Mr. LOUSSAIEF Walid Sous Directeur à la DGELF PRÉSENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2015 Mr. LOUSSAIEF Walid Sous Directeur à la DGELF Présentation Générale La loi de finances 2015 comprend en plus des dispositions budgétaires, des dispositions fiscales

Plus en détail

www.impots.finance.gov.tn TVA

www.impots.finance.gov.tn TVA TVA Opérations obligatoirement soumises à la taxe sur la valeur ajoutée Sont obligatoirement soumises à la TVA, les opérations suivantes : - Les importations, - Les prestations de service industriel ou

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

tifawt.com Impôt sur le revenu

tifawt.com Impôt sur le revenu IR L impôt sur le revenu s applique aux revenus et profits des personnes physiques et des personnes morales et n ayant pas opté pour l impôt sur les sociétés. Impôt sur le revenu Elaboré par Abderrahmane

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

(IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122

(IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 02/06/2011 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 06/2011 NOTE COMMUNE N 4/3122 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Dispositions Fiscales - LF 2014. Séminaire sur la loi de finances pour la gestion 2014 Page 1

Dispositions Fiscales - LF 2014. Séminaire sur la loi de finances pour la gestion 2014 Page 1 Dispositions Fiscales - LF 2014 Page 1 Plan 1. IRPP & IS 15 2. Retenues à la source 55 3. Avantages fiscaux 78 4. TCL; Impôt foncier; Droits d enregistrement et de timbres 119 5. Obligations fiscales 143

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année N de registre de commerce Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code

Plus en détail

LOI N 2006-80 DU 18 DECEMBRE 2006 RELATIVE A LA REDUCTION DES TAUX DE L IMPOT ET A L ALLEGEMENT DE LA PRESSION FISCALE POUR LES ENTREPRISES

LOI N 2006-80 DU 18 DECEMBRE 2006 RELATIVE A LA REDUCTION DES TAUX DE L IMPOT ET A L ALLEGEMENT DE LA PRESSION FISCALE POUR LES ENTREPRISES LOI N 2006-80 DU 18 DECEMBRE 2006 RELATIVE A LA REDUCTION DES TAUX DE L IMPOT ET A L ALLEGEMENT DE LA PRESSION FISCALE POUR LES ENTREPRISES CHAPITRE PREMIER : En matière d impôts directs Réduction du taux

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Note commune n 20/ 2014 R E S U M E

Note commune n 20/ 2014 R E S U M E REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune n 20/ 2014 Objet : Commentaire des dispositions des articles 5, 6

Plus en détail

lois - Cinquième partie : Intérêts de la dette publique 1 300 000 000 Dinars

lois - Cinquième partie : Intérêts de la dette publique 1 300 000 000 Dinars lois Loi n 2012-1 du 16 mai 2012, portant loi de finances complémentaire pour l année 2012 (1). Au nom du peuple, L assemblée nationale constituante ayant adopté, Le Président de la République promulgue

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 7/2014 R E S U M E

NOTE COMMUNE N 7/2014 R E S U M E REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES NOTE COMMUNE N 7/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 34 et 35 de la loi de

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 21/2014. OBJET : Commentaire des dispositions de l article 24 de la loi de finances complémentaire pour l année 2014 R E S U M E

NOTE COMMUNE N 21/2014. OBJET : Commentaire des dispositions de l article 24 de la loi de finances complémentaire pour l année 2014 R E S U M E REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 21/2014 OBJET : Commentaire des dispositions de l article 24 de la loi de finances

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Août 2012 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés

Plus en détail

FISCALITÉ DES VÉHICULES D ENTREPRISE F I S C A L I T É

FISCALITÉ DES VÉHICULES D ENTREPRISE F I S C A L I T É TVA Véhicules utilitaires : récupérable pour les entreprises assujetties à la TVA. En LLD et Crédit Bail, la TVA peut également être récupérée sur les véhicules dérivés. En achat comptant et crédit classique,

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009

Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/05/20 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/36 NOTE COMMUNE N 17/2009 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

NOTE D INFORMATION LOI DE FINANCES N 110-13 POUR L ANNEE BUDGETAIRE 2014 DISPOSITIONS FISCALES

NOTE D INFORMATION LOI DE FINANCES N 110-13 POUR L ANNEE BUDGETAIRE 2014 DISPOSITIONS FISCALES NOTE D INFORMATION LOI DE FINANCES N 110-13 POUR L ANNEE BUDGETAIRE 2014 DISPOSITIONS FISCALES Cette note d information a pour objet de présenter les principales mesures fiscales contenues dans la Loi

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

QUESTIONS FISCALES DIVERSES

QUESTIONS FISCALES DIVERSES N 41 - FISCAL N 5 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 26 mars 2004 QUESTIONS FISCALES DIVERSES Parmi les informations fiscales récentes relevées dans la jurisprudence, les bulletins officiels

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2008/25 NOTE COMMUNE N 10/2008

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2008/25 NOTE COMMUNE N 10/2008 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2008/02/08 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2008/25 NOTE COMMUNE N 10/2008 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 7

Table des matières. Introduction... 7 Table des matières Introduction... 7 CHAPITRE 1 La déclaration pour l impôt sur le revenu... 9 1. Qui a l obligation de déposer une déclaration pour l impôt sur le revenu?... 10 2. Qui a la possibilité

Plus en détail

Et si ma voiture se mettait à parler à la vôtre?

Et si ma voiture se mettait à parler à la vôtre? Et si ma voiture se mettait à parler à la vôtre? Automotion Fleet Club 25 Mars 2014 Bruno Magal Agenda Etapes de l évolution 1. Equipement 2. Connectivité 3. Intelligence Impact sur le secteur automobile

Plus en détail

La loi de finances pour la gestion 2013

La loi de finances pour la gestion 2013 La loi de finances pour la gestion 2013 Dispositions fiscales: Plan 1- Avantages Fiscaux 2- Impôts directs 3- Retenue à la source 4- TVA et taxes assises sur le CA 5- Droits et procédures fiscaux 6- Droits

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail