CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat"

Transcription

1 CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages aux semences, et pour stabiliser momentanément les premiers centimètres de sol, le temps que les racines se développent. Nous avons vu que, sur les marnes noires, le filet en toile de jute est efficace quant à la fixation de quelques centimètres de plaquettes. Sur un tel substrat, il apparaît très intéressant d'étudier si la composition granulométrique est modifiée, et dans quelles proportions. 2. MATERIELS ET METHODE La démarche envisagée est simple : elle consiste à prélever un échantillon de substrat recouvert par le filet et un échantillon de substrat non recouvert par le filet, de faire les analyses granulométriques et de comparer les résultats obtenus. Les prélèvements sont réalisés sur les sites expérimentaux les plus anciens (14 mois). Les échantillons sont récoltés à la truelle, et correspondent aux 3 premiers centimètres du substrat. La zone de prélèvement est indiquée sur la figure 78. C'est à cet endroit que la dénivelée est la plus importante entre le substrat couvert et le substrat non couvert (plusieurs centimètres).

2 filet A pente (%) Figure 78. Emplacement de la zone de prélèvement des échantillons de substrat. Les analyses granulométriques sont réalisées au laboratoire du Cemagref. Les 19 tamis en acier inoxydable (diamètre de cm) sont répartis en 3 colonnes ; chaque partie est passée au tamiseur mécanique pendant minutes. Les échantillons sont tamisés à sec. Il existe différents indices qui permettent de caractériser de manière chiffrée les résultats d'une analyse granulométrique, notamment à partir de la courbe granulométrique cumulative. Le quartile 1 (Q1) est la valeur du diamètre à % de la courbe, la médiane (Md) est la valeur du diamètre à % de la courbe, le quartile 3 (Q3) est la valeur du diamètre à 7 % de la courbe. Toujours à partir des courbes cumulatives, un indice de classement So (sorting-index de Trask) peut être calculé : So = Q3 Q1 Cet indice So permet d'apprécier le degré de classement d'un sédiment : valeur de l'indice So So <. degré de classement extrêmement bien classé. < So < 1 très bien classé 1 < So < 2. bien classé 2. < So < 3 normalement classé 3 < So < 4 faiblement classé 4 < So très mal classé

3 Pour les échantillons dont l'histogramme des fréquences relatives est uni modal, un autre indice peut être calculé. Il s'agit de l'indice (ou coefficient) d'asymétrie Sk ("Skewness" de Trask) : Q1 Q3 Sk = 2 Md Il exprime la symétrie du mode de l'histogramme par rapport à la médiane : si Sk < 1, le classement est maximum vers les fines ; si Sk = 1, la symétrie est parfaite ; si Sk > 1, le classement est maximum vers les grossiers. 3. RESULTATS Trois prélèvements ont été effectués. Chaque prélèvement est constitué de 2 échantillons, le premier correspond au substrat situé sous le filet (SF), le deuxième correspond au substrat non recouvert, le témoin (T). Le prélèvement 1 (P1) est réalisé sur une pente de 24 %, le prélèvement 2 (P2) sur une pente de 72 %, et le prélèvement 3 (P3) sur une pente de 92 %. Les résultats complets des analyses granulométriques sont donnés à l'annexe Influence de la pente sur la texture du substrat La figure 79 rassemble les résultats des analyses granulométriques pour les 6 échantillons sous forme d'histogrammes des fréquences relatives des refus (quantité de matériaux qui ne passe pas au travers d'un tamis). Le tableau 3 donne les différents indices déduits des courbes cumulatives et ceux calculés. Les échantillons T2 et T3 montrent incontestablement un histogramme uni modal et centré sur les matériaux grossiers (Sk2 =.78, Sk1 =.1) ; les échantillons T1, SF1 et SF2 ont une répartition (presque) bi modale, et l'échantillon SF3 est certainement le plus mal classé. Les échantillons T sont tous bien classés, avec des indices de classement inférieurs à 2.4. Les indices Q1, Md et Q3 augmentent quand la pente augmente. La relation entre ces 3 indices et la pente est donnée à la figure 8. Le petit nombre de données ne permet pas de tenter la modélisation la relation pente-granulométrie ; néanmoins nos analyses semblent indiquer que les relations entre Q1, Md, Q3 et la pente sont du type exponentiel.

4 T SF T SF T SF Figure 79. Histogramme des fréquences relatives pour les 6 échantillons de substrat

5 Echantillons T1 SF1 T2 SF2 T3 SF3 Pente (%) Q Md Q So Sk.78.1 Tableau 3. Valeurs des différents indices en fonction de la pente pour les 6 échantillons prélevés Q3 Valeurs des indices Md Q Pente (%) Figure 8. Relation du type exponentiel entre les indices Q1, Md, Q3 et la pente. Ainsi, le substrat superficiel étudié a une composition granulométrique dont les variations sont en relation avec la pente ; plus la pente est forte, moins le substrat contient d'éléments fins.

6 Influence du filet sur la texture du substrat Les échantillons SF sont tous moins bien classés que les échantillons T (avec un So de 3.3 l'échantillon SF 3 est faiblement classé). Cela pourrait être la traduction d'une granulométrie en cours d'évolution pour les échantillons dont le substrat est couvert par la toile de jute. Sur la figure 79, il apparaît que les échantillons de substrat recouvert par le filet contiennent moins d'éléments grossiers et par conséquent plus d'éléments fins que les échantillons témoins ; ceci est principalement vrai pour les prélèvement 2 et 3. La figure 81 donne les courbes granulométriques cumulatives pour les 6 échantillons. Les courbes des échantillons SF sont systématiquement au dessus de celle des échantillons T. En d'autres termes, cela confirme que les échantillons prélevés sous le filet contiennent une plus grande proportion de matériaux fins. Pour chaque maille des tamis, la différence des fréquences relatives entre l'échantillon T et SF d'un même prélèvement a été quantifiée. Les résultats sont donnés à la figure 82 et dans le tableau 36. La première constatation est qu'il existe une maille de tamis, que l'on peut appelé "diamètre seuil", au dessous duquel les proportions de matériaux sont systématiquement plus grandes pour l'échantillon SF que pour l'échantillon T. Ceci est vrai pour les trois intensités de pente. La deuxième constatation est que les différences maximales entre les classes (T-SF), ainsi que le "diamètre seuil" augmentent lorsque la pente augmente (tableau 36) : les différences maximales peuvent atteindre presque 3 % lorsque la pente est de 92 % alors qu'elles ne dépassent pas 2 % lorsque la pente est de 24 %. La différence de texture entre les échantillons T et SF semble donc être d'autant plus grande que la pente est forte. Néanmoins cela n'est pas la traduction d'une plus grande influence du filet. En effet, alors que les indices Q1, Md et Q3 augmentent lorsque la pente augmente pour les échantillons T, ceux ci ne montrent pas d'évolution particulière pour les échantillons SF (tableau 3). Ainsi la présence du filet inhibe ou ralentit le tri granulométrique naturel des versants et tend à induire une homogénéité de texture du substrat quelle que soit la pente considérée. La différence granulométrique entre le substrat recouvert et non recouvert augmente donc lorsque la pente augmente parce que la granulométrie du substrat non couvert varie avec la pente et que celle du substrat couvert tend à être la même quelle que soit la pente.

7 Fréquence cumulée (%) Prélèvement 1 (pente = 24%) sous filet 7 témoin Fréquence cumulée (%) Prélèvement 2 (pente = 72%) sous filet 7 témoin Fréquence cumulée (%) Prélèvement 3 (pente = 92%) sous filet 7 témoin Figure 81. Courbes granulométriques cumulatives des 3 prélèvements.

8 T1-SF1 (%) Pente de 24 % T2-SF2 (%) pente de 72 % T3-SF3 (%) Pente de 92 % Figure 82. Variations de la différence de la fréquence relative entre les échantillons T et SF en fonction de la pente.

9 Pente 24% 72% 92% Diamètre seuil (mm) [.8-1] [1.6-2.] [2.-4] Différences maximales (%) Tableau 36. Influence de la pente sur les caractéristiques granulométriques. 4. CONCLUSION Le filet en toile de jute biodégradable a une influence considérable sur les terrains de marnes noires qu'il recouvre : sous son couvert, il y a une diminution des matériaux grossiers au profit des matériaux plus fins. Dans un premier temps, le filet retient en place le substrat naturel qui se désagrège progressivement, et dans un deuxième temps retenir les produits de dégradation plus fins. Ainsi, outre son action de réduction de l'érosion (chapitre 6), il tend à inhiber le tri granulométrique dynamique le long des versants ; en d'autres termes il tend à annihiler l'effet de la pente et à rendre homogène la texture du substrat qu'il recouvre. L'impact du géojute sur la texture est d'autant plus intéressante que l'on a vu, au chapitre 3, que la vitesse de croissance du système racinaire est plus rapide lorsque la granulométrie du substrat est fine. L'utilisation d'un tel matériau peut donc augmenter considérablement la réussite d'une opération de végétalisation.

INTRODUCTION Les tailles des particules sédimentaires sont extrêmement diverses, depuis les fines poussières transportées par les vents de haute

INTRODUCTION Les tailles des particules sédimentaires sont extrêmement diverses, depuis les fines poussières transportées par les vents de haute INTRODUCTION Les tailles des particules sédimentaires sont extrêmement diverses, depuis les fines poussières transportées par les vents de haute altitude (sirocco par exemple) jusqu aux gigantesques blocs

Plus en détail

1ES Février 2013 Corrigé

1ES Février 2013 Corrigé 1ES Février 213 Corrigé Exercice 1 Le tableau ci-dessous renseigne sur les besoins en eau dans le monde : Population mondiale (Milliards d habitants) Volume moyen par habitant ( ) 195 2,5 4 1 197 3,6 5

Plus en détail

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN CHIKHI Mourad 1, SELLAMI Rabah 1 et Merzouk Kasbadji Nachida 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

Séries Statistiques Simples

Séries Statistiques Simples 1. Collecte et Représentation de l Information 1.1 Définitions 1.2 Tableaux statistiques 1.3 Graphiques 2. Séries statistiques simples 2.1 Moyenne arithmétique 2.2 Mode & Classe modale 2.3 Effectifs &

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

STATISTIQUES I) UN PEU DE VOCABULAIRE

STATISTIQUES I) UN PEU DE VOCABULAIRE STATISTIQUES I) UN PEU DE VOCABULAIRE Toute étude statistique s'appuie sur des données. Dans le cas ou ces données sont numériques (99% des cas), on distingue les données discrètes (qui prennent un nombre

Plus en détail

ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES

ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES I/ INTRODUCTION Extraits du document Ressources pour la classe de seconde Probabilités et Statistiques - : «L enseignement de la statistique et des probabilités constitue

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

1 Institut et Observatoire de Géophysique d Antananarivo Université d Antananarivo 2 Département Mines, ESPA - Université d Antananarivo

1 Institut et Observatoire de Géophysique d Antananarivo Université d Antananarivo 2 Département Mines, ESPA - Université d Antananarivo ÉTUDE DE SITE À LAVAKA PAR PROSPECTION ÉLECTRIQUE ET MÉTHODE GÉOTECHNIQUE À AMPANGABE, RN7 MADAGASCAR RANDRIAMASINATREHINA Mbolatiana. 1, RASOLOMANANA Eddy 1, 2, RAKOTOZAFY Claudine 1 1 Institut et Observatoire

Plus en détail

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2

Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 Caisse d Epargne Rhône Alpes Licence Econométrie Lyon 2 22 Novembre 2013 - Valérie Rousvoal Direction Etudes Commerciales Sommaire de la rencontre Présentation de la Caisse d épargne Rhône Alpes Présentation

Plus en détail

Bekafor Classic Notice de pose. www.betafence.com

Bekafor Classic Notice de pose. www.betafence.com Bekafor Classic Notice de pose www.betafence.com De quoi ai-je besoin... Panneaux Bekafor Classic Diamètre du fil : fil horizontal : 4,5 mm fil vertical : 4,0 mm Panneau : largeur 2 m Revêtement : galvanisé

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Travaux pratiques Présenté Par: M. GHOMARI F. & Mme BENDI-OUIS A. ANNEE

Plus en détail

Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai

Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai Les technologies de dépollution : recherche, développement et méthodes d évaluation Agnès Laboudigue Ecole des Mines de Douai Les facteurs principaux de la prise de décision pour le choix d une technique

Plus en détail

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation Nicolas Talaska, Anthony Guinchard Juin 2014 1 Table des matières 1. Contexte

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Statistique Descriptive I (M1102)

Statistique Descriptive I (M1102) Illustration du cours de Statistique Descriptive I (M1102) Année scolaire 2013/2014 Université de Perpignan Via Domitia, IUT STatistique et Informatique Décisionnelle (STID) Table des matières 1 Généralités

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

6. TEXTURE DU SOL. 6.0 Définition de la texture du sol. 6.1 Essais rapides à effectuer sur le terrain pour déterminer la texture du sol

6. TEXTURE DU SOL. 6.0 Définition de la texture du sol. 6.1 Essais rapides à effectuer sur le terrain pour déterminer la texture du sol 6. TEXTURE DU SOL 6.0 Définition de la texture du sol La texture indique l'abondance relative, dans le sol, de particules de dimensions variées: sable, limon ou argile. De la texture dépendent la facilité

Plus en détail

Qu est ce qu une toiture verte? Quels types existe-t-il? Caractéristiques

Qu est ce qu une toiture verte? Quels types existe-t-il? Caractéristiques Toiture verte Qu est ce qu une toiture verte? Une toiture verte est une toiture couverte avec des plantes. La végétation d une toiture verte est choisie dans des sortes de plantes qui résistent bien aux

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision

TABLEAU 5 Nombre moyen (et écarts types) de mots produits selon le niveau scolaire et les trois conditions de révision Dans ce tableau, si le chercheur ne s intéresse pas aux notes item par item mais simplement à la note globale, alors il conservera seulement les première et dernière colonnes et calculera des statistiques

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

Bekafor Classic. Notice de pose. www.betafence.fr www.directclotures.fr

Bekafor Classic. Notice de pose. www.betafence.fr www.directclotures.fr Bekafor Classic Notice de pose www.betafence.fr www.directclotures.fr Betafence vous remercie d avoir choisi les produits de la gamme résidentielle Bekafor. Leader mondial sur le marché de la clôture,

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS 1 MATERIEL VEGETAL : 2 TRAITEMENTS Anthémis: argyranthemum blanc Sté S et G Verveines: verbena coloris mélangés Sté Fischer ❶ Témoin

Plus en détail

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE 1 Définir le type de variable Dans notre cas, la variable est quantitative nominale. Note : Une variable est qualitative nominale quand

Plus en détail

GEOSYNTHETIQUES MATELAS ANTI-EROSION

GEOSYNTHETIQUES MATELAS ANTI-EROSION 06 GEOSYNTHETIQUES GEOSYNTHETIQUES 2 INDEX INFO GENERAL & APPLICATIONS...PAG 04 EROMAT TRI NON BIO-DEGRADABLE...PAG 05-06 FORTRAC 3D NON BIO-DEGRADABLE...PAG 07-09 EMOWEB NID D ABEILLES/ NON BIO-DEGRADABLE...PAG

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

Fiche technique détaillée du panneau DualSun

Fiche technique détaillée du panneau DualSun Fiche technique détaillée du panneau DualSun Table des matières I. Caractéristiques physiques du panneau DualSun... 2 a. Dilatation différentielle... 2 II. Caractéristiques photovoltaïques... 3 a. Augmentation

Plus en détail

METHODES EN GEOSCIENCES. Date et heure Localisation des prélèvements (longitude, latitude, profondeur ) Type d environnement Description du site

METHODES EN GEOSCIENCES. Date et heure Localisation des prélèvements (longitude, latitude, profondeur ) Type d environnement Description du site METHODES EN GEOSCIENCES I : Méthodes d études sédimentologies 1 - Notes de terrain Date et heure Localisation des prélèvements (longitude, latitude, profondeur ) Type d environnement Description du site

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Mortalité Naturelle du Hêtre Application au Simulateur de Croissance SimCAP *

Mortalité Naturelle du Hêtre Application au Simulateur de Croissance SimCAP * Mortalité Naturelle du Hêtre Application au Simulateur de Croissance SimCAP * J.-M. Ottorini F. Ningre N. Le Goff SimCAP est un simulateur individucentré, spatialement explicite. Il rend compte du développement

Plus en détail

Ebauche Rapport finale

Ebauche Rapport finale Ebauche Rapport finale Sommaire : 1 - Introduction au C.D.N. 2 - Définition de la problématique 3 - Etat de l'art : Présentatio de 3 Topologies streaming p2p 1) INTRODUCTION au C.D.N. La croissance rapide

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Paramètres de position

Paramètres de position Paramètres de position 1 On va parler ici des statistiques quantitatives. On veut les résumer par des nombres. On a deux types de nombres Les paramètre de position : ce sont ceux qui définissent une notion

Plus en détail

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol ECHANTILLONNAGE ET ANALYSE Echantillonnage : Echantillonnage et préparation des échantillons de sol en vue de l analyse (Norme X 31-100 et Normes NF X 31-101

Plus en détail

Baccalauréat Mathématiques informatique corrigé Polynésie 10 juin 2010

Baccalauréat Mathématiques informatique corrigé Polynésie 10 juin 2010 Baccalauréat Mathématiques informatique corrigé Polynésie 10 juin 2010 EXERCICE 1 11 points Un institut de recherche désire relever des informations sur l état de l enneigement dans un massif montagneux.

Plus en détail

Commune de SABLONNIERES

Commune de SABLONNIERES Commune de SABLONNIERES Travaux de raccordement des habitations au réseau d assainissement Eaux Usées CAHIER DES CHARGES DESTINE AUX PROPRIETAIRES : REALISANT EUX-MÊMES LEURS TRAVAUX DE RACCORDEMENT OU

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN 28 JANVIER 2013 1 SIMULATION TORPILLE SOUS-MARINE 2 1. Introduction On a choisi d étudier la torpille chinoise ET36,

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

DEVOIR COMMUN DE MATHÉMATIQUES

DEVOIR COMMUN DE MATHÉMATIQUES Classe de Seconde DEVOIR COMMUN DE MATHÉMATIQUES Vendredi 14 février 2014 Durée de l épreuve : 2 H 00 Ce sujet comporte 6 pages numérotées de 1 à 6. Dès que ce sujet vous est remis, assurez-vous qu il

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Chapitre 17 Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Introduction L'objectif de ce chapitre est de faire comprendre aux élèves qu'une analyse pertinente du compte de résultat

Plus en détail

LA GESTION DES MATIÈRES PREMIÈRES

LA GESTION DES MATIÈRES PREMIÈRES LES ENTREPRISES P.E.B. LTÉE LA GESTION DES MATIÈRES PREMIÈRES Par Marie-Andrée Larouche, ing. Les Entreprises PEB Ltée Sablière et carrière Usines de pavage Travaux d aqueducs et d égouts Mise en œuvre

Plus en détail

STATISTIQUES. I. Un peu de vocabulaire. II. Representations graphiques. 1. Diagramme circulaire

STATISTIQUES. I. Un peu de vocabulaire. II. Representations graphiques. 1. Diagramme circulaire STATISTIQUES I. Un peu de vocabulaire Toute étude statistique s'appuie sur des données. Dans le cas où ces données sont numériques, on distingue les données discrètes (qui prennent un nombre fini de valeurs

Plus en détail

3 - Salaires. Il va falloir compléter une succession de fenêtres pour arriver au graphique final.

3 - Salaires. Il va falloir compléter une succession de fenêtres pour arriver au graphique final. 3 - Objectif : Traiter les statistiques descriptives à l'aide du tableur Excel. Partie 1 : Représentations graphiques 1.1 Histogrammes Les données brutes sont placées dans les deux premières colonnes 1

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 009-00 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Remblais sur sols compressibles Étude d un remblai sur sols compressibles L aménagement d un terre-plein a

Plus en détail

TD de Statistiques - Séance N 2

TD de Statistiques - Séance N 2 TD de Statistiques - Séance N 2 1 Travail sur des variables catégorisées avec Excel 1.1 Quelques commandes d'excel utiles pour la saisie de données Saisie "assistée" ou non : utilisez le menu :Fichier

Plus en détail

STADLER Le meilleur de la technologie

STADLER Le meilleur de la technologie Le meilleur de la technologie Séparateurs balistiques Capacités Tri efficace d un flux de matériaux mélangés en différentes fractions Matériaux lourds roulants, p. ex. corps creux, bouteilles en plastique,

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) L attention des candidats est attirée sur le fait que la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements

Plus en détail

RÉGLEMENTATION DE LA CIRCULATION DES POIDS LOURDS ENTRE POITIERS ET LA FRONTIÈRE ESPAGNOLE- INTERDICTION DE DOUBLER I. CONTEXTE DE LA PRESTATION

RÉGLEMENTATION DE LA CIRCULATION DES POIDS LOURDS ENTRE POITIERS ET LA FRONTIÈRE ESPAGNOLE- INTERDICTION DE DOUBLER I. CONTEXTE DE LA PRESTATION RÉGLEMENTATION DE LA CIRCULATION DES POIDS LOURDS ENTRE POITIERS ET LA FRONTIÈRE ESPAGNOLE- INTERDICTION DE DOUBLER I. CONTEXTE DE LA PRESTATION En 2004, une interdiction de dépassement pour les poids-lourds

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

Défis et recommandations de l entretien hivernal des chemins forestiers. Papa Masseck Thiam, Ing. Jr., M.Sc. Chercheur Routes d accès aux ressources

Défis et recommandations de l entretien hivernal des chemins forestiers. Papa Masseck Thiam, Ing. Jr., M.Sc. Chercheur Routes d accès aux ressources Défis et recommandations de l entretien hivernal des chemins forestiers Papa Masseck Thiam, Ing. Jr., M.Sc. Chercheur Routes d accès aux ressources Plan de présentation Historique et contexte Problématique

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Bekafor Classic Montage. www.betafence.com

Bekafor Classic Montage. www.betafence.com Bekafor Classic Montage www.betafence.com Avant garde en matière de pose de clôture Vous désirez une clôture solide pour protéger votre propriété? Vous désirez une clôture qui souligne discrètement la

Plus en détail

EasyFix SIMPLE INGÉNIEUX BON MARCHÉ. Simplifiez l entretien de votre jardin.

EasyFix SIMPLE INGÉNIEUX BON MARCHÉ. Simplifiez l entretien de votre jardin. EasyFix Bordures à gazon SIMPLE INGÉNIEUX BON MARCHÉ Simplifiez l entretien de votre jardin. Pourquoi une bordure? L envahissement par des adventices provoque des soins supplémentaires. Que serait un jardin

Plus en détail

SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION

SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION SUPPORT TECHNIQUE DE PRESCRIPTION «ECLIPSE» : Additif limitant le retrait des bétons La fissuration du béton est universellement reconnue comme une des limitations les plus sérieuses pour ce matériau de

Plus en détail

Module 2 29 Décembre 2009 Intervenant: Dhuin STATISTIQUES

Module 2 29 Décembre 2009 Intervenant: Dhuin STATISTIQUES STATISTIQUES I. Séries statistiques simples... 1 A. Définitions... 1 1. Population... 1 2. Caractère statistique... 1 B. Séries classées / représentations graphiques.... 2 1. Séries classées... 2 2. Représentations

Plus en détail

STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique

STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique STENTS ET FLOW-DIVERTERS : la porosité finale peut différer de la porosité théorique Bing Fabrice, Darsaut Tim, Tieu Tai, Salazkin Igor, Guylaine Gevry, Guilbert François, Roy Daniel, Weill Alain, Raymond

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN M.R.C de Lotbinière Mars 2004 RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN PAR: Stéphane Larivée, ing. MRC de Lotbinière Mars 2004 Rapport sur le projet de déchiquetage

Plus en détail

Devoir maison du mercredi 13 novembre 2013 : Énoncé

Devoir maison du mercredi 13 novembre 2013 : Énoncé Devoir maison du mercredi 13 novembre 2013 : Énoncé Taper sous R library(car) data(mroz) Mroz fix(mroz) help(mroz) qui charge les données Mroz, les affiche et affiche leur descriptif. À partir de là, produire

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Ce bulletin vise à permettre de suivre régulièrement l évolution générale des conditions agrométéorologiques prévalant dans les différentes régions du pays décade après décade, au

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

Essais sur clapet anti-odeur STINK-SHIELD

Essais sur clapet anti-odeur STINK-SHIELD EN-CAPE 14.021 C V0 Xavier FAURE, Emmanuel MORNET et Dominique ORDITZ Département Climatologie Aérodynamique Pollution Epuration TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION 1 2. BANC D ESSAI DE CYCLAGE 1 3. CONFIGURATIONS

Plus en détail

Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B)

Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B) Guide de l utilisateur CNB 2005, Commentaires sur le calcul des structures (Partie 4 de la division B) Errata Publié par la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies Le

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

3. Caractéristiques et fonctions d une v.a.

3. Caractéristiques et fonctions d une v.a. 3. Caractéristiques et fonctions d une v.a. MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v2) MTH2302D: fonctions d une v.a. 1/32 Plan 1. Caractéristiques d une distribution 2. Fonctions

Plus en détail

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire L1-S1 Lire et caractériser l'information géographique - Le traitement statistique univarié Statistique : le terme statistique désigne à la fois : 1) l'ensemble des données numériques concernant une catégorie

Plus en détail

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière.

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière. Psychologie générale Jean Paschoud STATISTIQUE Sommaire Rôle de la statistique Variables Échelles de mesure Résumer, décrire Comparer Rôle de la statistique La statistique est avant tout un outil permettant

Plus en détail

La rugosité arithmétique (Ra), la rugosité quadratique moyenne (Rq) et les normes Lα

La rugosité arithmétique (Ra), la rugosité quadratique moyenne (Rq) et les normes Lα WORKSHOP RUGOSITE Université de Poitiers 11 Octobre 27 La rugosité arithmétique (Ra), la rugosité quadratique moyenne (Rq) et les normes Lα François HENNEBELLE 1,3, Maxence BIGERELLE 2 et Thierry COOREVITS

Plus en détail

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT 1 Le BETON AUTOPLAÇANT fait l objet de règles complémentaires dans la norme NF EN 206-9 Cette norme précise les règles qui s appliquent au BAP en complément des règles communes

Plus en détail

EXERCICES. Statistique descriptive univariée : révisions

EXERCICES. Statistique descriptive univariée : révisions U.F.R. S.P.S.E. UNIVERSITE PARIS X NANTERRE licence de psychologie L3 PLPSTA02 Bases de la statistique inférentielle 2008-2009 EXERCICES Statistique descriptive univariée : révisions Exercice 1 Pour 12

Plus en détail

Statistiques 0,14 0,11

Statistiques 0,14 0,11 Statistiques Rappels de vocabulaire : "Je suis pêcheur et je désire avoir des informations sur la taille des truites d'une rivière. Je décide de mesurer les truites obtenues au cours des trois dernières

Plus en détail

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP :

1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Réhabilitation du Site Grande Paroisse Toulouse Traitements mis en œuvre par Lot 1/ Traitement des terres et bétons pollués par HCT, HAP : Par désorption thermique : 50 000 tonnes environ Par traitement

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Cote c 1 en mm [7,9 ; 7,95[ [7,95 ; 8,0[ [8,0 ; 8,05[ [8,05 ; 8,1[ Nombre de pièces 3 39 37 1

Cote c 1 en mm [7,9 ; 7,95[ [7,95 ; 8,0[ [8,0 ; 8,05[ [8,05 ; 8,1[ Nombre de pièces 3 39 37 1 EXERCICES SUR LES STATISTIQUES Exercice 1 La toupie permet de fabriquer des pièces pour les montants d un meuble de porte de cuisine dont une coupe de profil est représentée ci-contre. Pour contrôler le

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Fibres courtes et fines

Fibres courtes et fines Fibres courtes et fines d amiante: quels risques? 30 EME JOURNÉES NATIONALES DE SANTE AU TRAVAIL DANS LE BÂTIMENT & LES TRAVAUX PUBLICS BLOIS, JEUDI 11 JUIN 2009 Pr Ch PARIS U954 Nutrition, génétique et

Plus en détail

Géofilets en jute/coco. Feutres et nattes. Tissus et bandes. Fascines. Fils. Accessoires

Géofilets en jute/coco. Feutres et nattes. Tissus et bandes. Fascines. Fils. Accessoires Consultez notre site internet www.agrijute.com Géofilets en jute/coco Feutres et nattes Fascines Tissus et bandes Fils Accessoires Produits organiques d aménagement paysager et d entretien des jardins

Plus en détail

La restauration hydromorphologique des cours d eau sur le bassin de la Somme

La restauration hydromorphologique des cours d eau sur le bassin de la Somme La restauration hydromorphologique des cours d eau sur le bassin de la Somme Mardi 17 septembre 2013 Le Syndicat mixte AMEVA, Etablissement public du bassin versant de la Somme Les Inondations de 2001

Plus en détail

Le transport régional voyageurs Synthèse

Le transport régional voyageurs Synthèse Le transport régional voyageurs Synthèse SNCF Région de Marseille Direction du Transport Public Note de synthèse TER.doc Le transport régional voyageurs Note de synthèse 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS L'objectif

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

Rittal Ventilateurs à filtre TopTherm

Rittal Ventilateurs à filtre TopTherm Rittal Ventilateurs à filtre TopTherm Climatisation Davantage de pression. Débit plus important. 2 Montage sans outil Le montage, le remplacement et la maintenance se font en toute simplicité sans outil

Plus en détail

LA VENTILATION EN TOITURE. Inventaire des solutions techniques

LA VENTILATION EN TOITURE. Inventaire des solutions techniques LA VENTILATION EN TOITURE Inventaire des solutions techniques Rappels sur les principes de la ventilation statique Effet cheminée Effet vent Sortie Entrée d air D après Institut de l Élevage Importance

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

Réno2020. Étude de la nouvelle façade. Projet de la rue du Molinay. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS

Réno2020. Étude de la nouvelle façade. Projet de la rue du Molinay. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Prof. dr. Ir. Ar. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Energy & Sustainable Development Réno2020 Projet de la rue du Molinay Étude de la nouvelle façade 09 03 2012 Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Sommaire

Plus en détail

SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte sphérique

SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte sphérique Titre : SSNV247 - Application d'une pression répartie sur [...] Date : 19/08/2015 Page : 1/10 SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

ÉVALUATION DANS LES CASERNES

ÉVALUATION DANS LES CASERNES ÉVALUATION DANS LES CASERNES ANALYSE DE L'EXPÉRIMENTATION DU LOGICIEL ELMO DANS TROIS CORPS DE TROUPE : ROUEN, LILLE, VALENCE Martine RÉMOND 1. BUTS DE L'EXPÉRIMENTATION Le GPLI (Groupe Permanent de Lutte

Plus en détail

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la Société de Calcul Mathématique, S. A. Algorithmes et Optimisation Le nombre de morts sur la route en fonction des évolutions de la réglementation Rapport adressé à AutoPlus par la Société de Calcul Mathématique

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail