LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence"

Transcription

1 1 LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence Point de vue Ailancy Mars 2015

2 SOMMAIRE 2 1. Contexte et objectifs de la Loi Eckert 2. Impacts et enjeux de la Loi Eckert sur les métiers de la banque et de l assurance 3. Questions liées à la conformité 4. Annexes

3 CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 Un dispositif législatif actuel lacunaire Rapport de la Cour des comptes du 17 juillet 2013 : Manque de diligence des établissements de crédit et des entreprises d assurance Absence de contrôle par l ACPR sur les comptes bancaires inactifs, non encore définis par la loi Gestion non harmonisée et défaillante concernant les avoirs bancaires inactifs Atteinte à la protection des épargnants causée par des lacunes en matière de traitement des avoirs en déshérence Loi Eckert du 13 juin 2014 complété par un projet ambitieux Plafonnement des frais perçus par les établissements Incitation des organismes d assurance de s acquitter avec diligence de leurs obligations d information/recherche ACTUALITÉ Le 3 ème assureur français, s est vu adresser par la Commission des sanctions de l ACPR un blâme assorti d une sanction pécuniaire de 40M, le 31 octobre Cette décision fait suite à une décision datant d avril 2014 et condamnant un concurrent à un blâme assorti d une sanction pécuniaire s élevant à 10M. Les griefs (sous le régime Agira 2) : - Manquement à l obligation d identifier les assurés décédés, ce que l assureur aurait omis de faire, notamment pour les assurés dont le décès est antérieur à 1978, - Manquement à l'obligation générale de recherche des bénéficiaires, - Défaut d établissement de la liste des contrats d assurance vie dénoués comportant des montants non réglés. Cette sanction laisse présager de l importance qui sera accordée à la réforme portée par la loi Eckert et des risques encourus par les banquiers et les assureurs en cas de défaut de réaction face au nouveau dispositif et susceptibles d impacter directement leur image. Incitation des organismes d assurance de s acquitter avec diligence de leurs obligations d information/recherche Renforcement des pouvoirs de l ACPR La France rejoint désormais plusieurs pays européens disposant déjà d une règlementation sur les comptes «dormants», tels l Irlande, la Belgique ou encore la Grèce.

4 CONTEXTE ET OBJECTIFS 4 Un dispositif plus strict pour les établissements bancaires, désormais applicable aux assureurs Avant la loi Eckert - Une seule obligation à la charge des banques : le versement à l Etat des avoirs en déshérence aux termes de la prescription trentenaire - Pas de définition légale du compte inactif - Aucune obligation de rechercher si les titulaires sont décédés - Accès indirect des notaires au fichier FICOBA Un encours d avoirs non négligeable Répartition des encours et avoirs bancaires et de contrats d'assurance vie et de capitalisation non réclamés Avoirs bancaires Contrats d'assurance vie et de capitalisation 2,8 Mds 1,6 Mds Après la loi Eckert - Définition du «compte inactif» - Transfert des avoirs à la CDC au terme de délais définis par la loi - Nouvelle compétence de contrôle de l ACPR sur les diligences effectuées par les établissements - Renforcement du rôle des notaires - Dispositif étendu aux contrats d assurance vie (AV) en déshérence 1,8 millions de comptes S agissant du secteur bancaire, sont concernés : Les établissements de crédit Les établissements de paiement Les établissements de monnaie électronique Les prestataires de services d investissement et de services connexes (tels que la tenue de compte-conservation d instruments financiers) S agissant du secteur des assurances, les nouvelles dispositions étendent les obligations : Aux contrats gérés par les entreprises d assurance ou les institutions de prévoyance Aux contrats gérés par les mutuelles ou les unions de mutuelles Répartition des encours et avoirs bancaires non réclamés selon la nature des comptes 1,5 Mds 120 m Comptes de dépôts à vue et d'épargne bancaire (dont règlementée) Comptes titres Total : c. 4,4 Mds Sources: Rapport de la Cour des comptes, 2013

5 CALENDRIER 5 Contexte législatif 1 er août 15 décembre 17 décembre 26 juillet 13 juin 1 er janvier Décembre Loi n de sécurité financière, contraignant les assureurs à envoyer chaque année un courrier récapitulatif à leurs assurés pour les contrats de plus de 2000 d'encours. Loi n Agira I, permettant d'interroger gratuitement les assureurs pour savoir si une personne est bénéficiaire d'un contrat après le décès de son titulaire. Loi n Agira II, autorisant les assureurs à consulter le RNIPP* si un assuré est décédé. Loi n de séparation et de régulation des activités bancaires, obligeant chaque année les assureurs à s informer du décès éventuel de tous leurs clients et à publier un bilan de leurs recherches, incluant le nombre et l encours des contrats «dont les capitaux et les rentes dus n ont pas été versés au bénéficiaire». Vote de la Loi Eckert Entrée en vigueur de la loi Eckert Publication envisagée des Décrets d application relatifs à : - La consultation des données figurant au RNIPP et relatives au décès des personnes inscrites par les établissements de crédit - L identification et la gestion des comptes inactifs - Le plafonnement des frais prélevés, taux de revalorisation du capital garanti en cas de décès - La gestion des sommes par la CDC - Le versement à l Etat des dépôts et avoirs *RNIPP: Registre National d Identification des Personnes Physiques

6 SOMMAIRE 6 1. Contexte et objectifs de la Loi Eckert 2. Impacts et enjeux de la Loi Eckert sur les métiers de la banque et de l assurance 3. Questions liées à la conformité 4. Annexes

7 IMPACTS ET ENJEUX DE LA LOI ECKERT (1/5) 7 Un processus en trois temps Constat d inactivité Constat du caractère inactif du compte ou du décès de l assuré A l issue d un délai variable selon les situations, les fonds sont déposés à la Caisse des dépôts et consignations (CDC), qui : Organise la publicité de l identité des titulaires du compte ou du souscripteur du contrat Garantit le reversement des sommes, si leur destinataire légitime se manifeste Projet CICLADE Dépôt des fonds Fonds acquis à l Etat Si personne ne se présente, les sommes sont reversées à l Etat en application de la prescription trentenaire

8 IMPACTS ET ENJEUX DE LA LOI ECKERT (2/5) 8 Une définition stricte du «compte inactif» Sont désormais considérés comme «inactifs», les comptes : N ayant fait l objet d aucune opération, Hors inscription d intérêts/débit par les établissements de frais ou de commissions ou versement de produits ou remboursements de titres de capital ou de créance. Dont le titulaire ne s est pas manifesté sous quelque forme que ce soit ni n a effectué aucune opération sur un autre compte ouvert à son nom dans les livres de l établissement, Une manifestation du client s entendrait, par exemple de : La réponse à un appel téléphonique ou à un courrier électronique, L émission de tout signe permettant de confirmer sa volonté d utiliser le compte, La consultation en ligne de son compte, La réalisation d une opération sur un compte ouvert à son nom dans les livres de l établissement. Pendant une période de 12 mois. Apportant avec elle des obligations connexes Obligation de recensement et consultation du RNIPP Encadrement des frais prélevés Devoirs d information - Obligation de recensement annuel de tous les contrats inactifs - Obligation pour les banques de rechercher les titulaires de comptes par le biais d une consultation annuelle du RNIPP* - Plafond des frais prélevés sur les comptes inactifs fixé par décret en Conseil d Etat (décembre 2015) - Information au titulaire ou ses ayants droit connus du caractère inactif du compte et des conséquences qui y sont attachées - Information au titulaire/ayant droit de l inactivité/transfert, 6 mois avant Sont désormais considérés comme «inactifs», les coffres forts : N ayant fait l objet d aucune opération, Pendant une période de 10 ans, Et dont les frais de location n ont pas été payés au moins une fois. Obligation de conservation des informations Publication - Solde des comptes à la date du dépôt à la CDC - Computation des délais - Régime fiscal - Identification des titulaires - Publication obligatoire dans les livres de l établissement du nombre de compte inactifs, montant total des dépôts et avoirs *RNIPP: Registre National d Identification des Personnes Physiques

9 IMPACTS ET ENJEUX DE LA LOI ECKERT (3/5) 9 Implications pratiques pour les établissements bancaires et les teneurs de comptes Comptes courants inactifs dont les titulaires sont en vie Comptes épargne et titres inactifs dont les titulaires sont en vie T=0 T + 1 an T + 10 ans T + 30 ans T=0 T + 5 ans T + 10 ans T + 30 ans 1 an 9 ans 6 mois 20 ans 5 ans 5 ans 6 mois 20 ans Dernier mouvement sur le compte ou manifestation du client Transfert des fonds à la CDC Transfert des fonds à l Etat par la CDC Dernier mouvement sur le compte ou manifestation du client Transfert des fonds à la CDC Transfert des fonds à l Etat par la CDC Qualification du compte en «compte inactif» Information au titulaire du transfert Qualification du compte en «compte inactif» Information au titulaire du transfert T=0 T + 1 an T + 3 ans T + 30 ans 1 an Décès du titulaire du compte Comptes inactifs dont les titulaires sont décédés 6 2 ans m 27 ans mois Information aux bénéficiaires du transfert Qualification du compte en «compte inactif» (absence de réclamation par les ayants-droits) Transfert des fonds à la CDC Transfert des fonds à l Etat par la CDC Les avoirs en instruments financiers sont liquidés dans les meilleurs délais à l issue des périodes de 3 ou 10 ans Le produit de la liquidation est déposé à la CDC dans les 3 mois qui suivent l'expiration de ces périodes ou dans le mois suivant la liquidation effective des titres lorsque celle-ci n a pas pu être réalisée pour des raisons indépendantes de la volonté de l établissement bancaire Le titulaire du compte ou ses ayants-droit ne peuvent obtenir le versement qu'en numéraire Les droits d'associé et les titres financiers non admis aux négociations sur un marché réglementé ou sur un système multilatéral de négociation ne sont ni liquidés, ni déposés à la CDC.

10 IMPACTS ET ENJEUX DE LA LOI ECKERT (4/5) 10 Un dispositif étendu aux contrats d AV et de capitalisation en déshérence Obligations de recensement et de consultation du RNIPP Obligation de recensement annuel de tous les contrats en déshérence Obligation de consultation annuelle du RNIPP afin de rechercher les titulaires décédés Encadrement des frais de recherche Refacturation des frais de recherche de bénéficiaires et d information désormais interdite Devoirs d information Contrats à terme : relevé d information spécifique (1 mois avant et 1 an après) Information annuelle étendue à tous les contrats, quel que soit le montant Information au souscripteur/bénéficiaire du transfert, 6 mois avant Obligation de conservation des informations Contrats non réglés, dont les capitaux sont transférés à la CDC + Publications et rapports annuels à l ACPR Publication dans les livres de ces informations et du nombre de recherches/démarches effectuées Rapports annuels à l ACPR/Ministre de l économie du nombre/encours des contrats non réglés Revalorisation post mortem du capital garanti - Dès le décès de l assuré (et non plus après un délai de carence d un an) - A un taux minimum fixé par décret - S étend aux contrats ne comportant pas de valeur de rachat, dont les bénéficiaires sont des personnes physiques Contrats d assurance-vie et de capitalisation non réclamés T=0 T + 10 ans T + 30 ans A réception de l avis de décès et de la connaissance des coordonnées du bénéficiaire, ou au terme prévu par le contrat, l assureur dispose de 15 jours pour demander au bénéficiaire de lui fournir les pièces nécessaire au paiement 10 ans 6 mois 20 ans A réception de ces pièces, l assureur dispose d un mois pour lui verser le capital ou la rente Information au souscripteur du transfert Transfert des fonds à la CDC Dernier mouvement sur le compte ou manifestation du client Ou date de connaissance du décès par l assureur Transfert des fonds à l Etat par la CDC En cas de versement tardif des sommes dues au bénéficiaire, le capital non versé produit de plein droit des intérêts : au taux légal majoré de moitié pendant 2 mois, puis au double du taux légal.

11 IMPACTS ET ENJEUX DE LA LOI ECKERT (5/5) 11 Régime de tolérance pour l année er janvier : Entrée en vigueur de la loi 1 er mai er juillet Fichiers FICOBA et FICOVIE rendus opérationnels Rapport de l ACPR au Parlement décrivant les actions menées et l évolution des encours, le nombre de contrats/bons pour Fin du délai octroyé pour informer les titulaires de comptes/souscripteurs de contrats d AV ou contrats de capitalisation des nouvelles dispositions légales ans 27 ans 10 ans 20 ans 30 ans Dernier mouvement sur le compte ou manifestation du titulaire Obligation d information par courrier recommandé ou par tout autre moyen à disposition de l établissement (6 mois avant le transfert) Premier transfert de fonds à l Etat Premier transfert de fonds issus de comptes inactifs dont les titulaires sont en vie et des AV à la CDC Premier transfert de fonds issus de comptes inactifs dont les titulaires sont décédés à la CDC «Courant 2016» Transfert correspondant des fonds à l Etat, en l absence de manifestation ou de réclamation

12 SOMMAIRE Contexte et objectifs de la Loi Eckert 2. Impacts et enjeux de la Loi Eckert sur les métiers de la banque et de l assurance 3. Questions liées à la mise en conformité 4. Annexes

13 QUESTIONS LIÉES À LA CONFORMITÉ 13 Problématiques organisationnelles concernant les établissements bancaires Etablissement des modalités d échange avec les prestataires externes (TCC, etc.) Approche «compte par compte» afin d identifier les avoirs non mouvementés Processus d accompagnement des clients et récupération des fonds Identification des interlocuteurs clients Le plan de contrôle peutil intégrer les nouvelles obligations? Formation incidente des équipes commerciales Détermination de la procédure de transfert à la CDC Instauration d un système d alerte au niveau agence Problématiques métiers Augmentation des effectifs dédiés à la recherche des titulaires Intégration de la loi Eckert tableau de bord Problématiques SI Problématiques commerciales Quid de la responsabilité des agences/ interlocuteurs/ filiales? Collecte et centralisation des informations Ou stocker les informations à conserver post transfert? Accompagnement des ayants-droit post transfert Quid du titulaire de compte non résident français? Quid des titres faisant l objet d OST au moment du transfert? Quid la tarification liée aux comptes inactifs? Mise en place du système de reporting/listing du statut des comptes Mise en place du système de traçabilité, relances, transfert Quels efforts fournir pour conserver/réactiver les comptes?

14 QUESTIONS LIÉES À LA CONFORMITÉ 14 Problématiques organisationnelles concernant les assureurs Etablissement des modalités d échange avec les prestataires externes Approche «contrat par contrat» afin d identifier les avoirs non mouvementés Processus d accompagnement des bénéficiaires et récupération des fonds Identification des acteurs dédiés à la relation clients Le plan de contrôle peutil intégrer les nouvelles obligations? Formation ad hoc des équipes commerciales Instauration d un système d alerte Détermination de la procédure de transfert à la CDC Problématiques métiers Augmentation des effectifs dédiés à la recherche des bénéficiaires Problématiques SI Intégration de la loi Eckert dans le tableau de bord Quid de la responsabilité des différents Acteurs dans l exécution des obligations? Problématiques commerciales Ou stocker les informations à conserver post transfert? Quid du titulaire de compte non résident français? Collecte et centralisation des informations Traitement commercial des bénéficiaires post transfert Mise en place du système de traçabilité, relances, transfert Gestion de la confidentialité Mise en place du système de reporting/listing du statut des contrats Quels efforts fournir pour conserver/réactiver les contrats?

15 QUESTIONS LIÉES À LA CONFORMITÉ 15 Problématiques liées à la gestion du projet DIAGNOSTIC DISPOSITIF CIBLE MISE EN ŒUVRE REGLEMENTATION - Analyse d impacts (comparatif des obligations existantes et nouvelles) - Audit de conformité - Recensement des obligations règlementaires et des normes groupe - Mise en œuvre conforme aux décrets d application liés au dispositif légal ORGANISATION - Inventaire de l organisation actuelle - Inventaire des avoirs en déshérence et qualification - Analyse d efficacité - Définition de l organisation et processus cibles en conformité avec la loi - Détermination des modalités d échange et relation avec les intermédiaires (CDC, INSEE, etc.) - Accompagnement du changement et élaboration détaillée des processus et déploiement - Mise en œuvre d une procédure «groupe» de traitement des futurs dossiers - Formation des corps de métiers impactés SYSTÈME D INFORMATION - Audit technique et fonctionnel des systèmes en place - Identifier les applications concernées - Expression des besoins d évolution liés à la computation des délais, publicité, identification des contrats/comptes inactifs - Assistance au pilotage, coordination du projet et recettes - Assistance à l organisation de la mise en production Le dispositif projet doit mobiliser des compétences variées (expertise banque de détail, titres, assurance) ainsi que des experts du pilotage de projet, compte-tenu d un délai d adaptation court imposé aux acteurs impactés.

16 SOMMAIRE Contexte et objectifs de la Loi Eckert 2. Impacts et enjeux de la Loi Eckert sur les métiers de la banque et de l assurance 3. Questions liées à la conformité 4. Annexes

17 ILS NOUS FONT CONFIANCE 17

18 DERNIÈRES PUBLICATIONS AILANCY 18 La transformation Digitale en Banque et Assurance Evolutions règlementaires Relation Client Organisation de la fonction MOA 10 bonnes raisons de rater son tournant digital MIF II : vision et perspectives Etude Benchmark : Gestion des réclamations par les établissements bancaires et par les assureurs Comment impliquer les métiers, quelle contribution à la gouvernance du système d information? Benchmark des OMS/EMS Les Market Data dans un nouvel univers réglementaire et technique Comment tirer partie des évolutions de Target 2 Securities? Enquête sur la sous-traitance des opérations par les sociétés de gestion Face aux évolutions du marché, comment identifier les opportunités potentielles et de repenser ses choix d équipement? Quelles solutions à mettre en œuvre pour optimiser la gestion des données financières? Une nouvelle configuration poussant les acteurs à revoir leur organisation Post-Marché Mesure de l évolution par les sociétés de gestion de leur fonction Middle-Office

19 QUELQUES MOTS SUR AILANCY Nous contacter 19 Nos coordonnées 32 rue de Ponthieu Paris Tel : Thibaut de Lajudie Associé Ophira Tuil Consultante

Conférence EIFR 18 décembre 2014

Conférence EIFR 18 décembre 2014 Conférence EIFR 18 décembre 2014 Prudentiel/Pratiques commerciales bancaires et assurances Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

SUCCESSIONS VACANTES ET AVOIRS NON RECLAMES:

SUCCESSIONS VACANTES ET AVOIRS NON RECLAMES: SUCCESSIONS VACANTES ET AVOIRS NON RECLAMES: Contrats d assurance-vie nonréclamés / dormants (Luxembourg, Belgique, France, Allemagne) Luxembourg, le 8 mai 2014 Pierre MOREAU Marc GOUDEN Avocats associés

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1511839D Intitulé du texte : Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et des comptes publics Date d établissement de la présente

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L LOIS LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

1 Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence : une protection renforcée des épargnants

1 Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence : une protection renforcée des épargnants 1 Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence : une protection renforcée des épargnants PRÉSENTATION La situation des avoirs bancaires et des contrats d assurance-vie en déshérence

Plus en détail

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE DECISION N 2010-064 EN DATE DU 13 JUILLET 2010 Le collège de l Autorité de régulation des jeux en ligne ; Vu la loi n 2010-476 du 12 mai 2010 relative

Plus en détail

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES?

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES Référence IT26-05/2005 Article 1 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? 1. Qu entendons-nous par «NOUS»? Les AP, une marque et un nom commercial de

Plus en détail

Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris. 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com

Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris. 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com 8065_CG_MPE_0709_29juill09 - www.lecerkle.com Malakoff Médéric Siège social : 21 rue Laffitte 75009 Paris CMAV Société d assurance mutuelle du groupe Malakoff Médéric régie par le Code des assurances Siège

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Monsieur le Président /Madame la Présidente, Monsieur le Ministre, Mes chers collègues,

Monsieur le Président /Madame la Présidente, Monsieur le Ministre, Mes chers collègues, PPL relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence Mercredi 7 mai 2014 Intervention de M. Francis DELATTRE Monsieur le Président /Madame la Présidente, Monsieur le

Plus en détail

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse le 13 juin 2014 1 Sommaire 1. Le point d entrée commun : Assurance Banque Épargne Info Service 2. Bilan 2013

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

Règlement de placement

Règlement de placement Règlement de placement Valable dès le 1 er mars 2014 Page 1 de 7 A. Table des matières A. Table des matières 2 B. But et contenu 3 Art. 1 But 3 Art. 2 Objectifs et principes du placement de la fortune

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS

PLACEMENTS FINANCIERS EN TOUTE AUTONOMIE OU AVEC L AIDE DE PROFESSIONNELS, TOUTES LES SOLUTIONS POUR VALORISER VOTRE PATRIMOINE Avec les solutions Groupama Banque, vous valorisez votre capital(1) avec des supports d investissement

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

Datagest, une entité de

Datagest, une entité de Datagest, une entité de Datagest en quelques mots Entité informatique de BDO à Luxembourg Gestion de l informatique du groupe Société informatique pour les clients externes Nos activités : Éditeur de logiciel

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

Sujets d actualité Assurance. Actualités Santé Actualités Assurance vie Solvabilité II

Sujets d actualité Assurance. Actualités Santé Actualités Assurance vie Solvabilité II Sujets d actualité Assurance Actualités Santé Actualités Assurance vie Solvabilité II Actualité Santé Projet de loi santé - tiers-payant généralisé («dispense d avance de frais» pour les assurés) - accès

Plus en détail

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Document public 27/09/2013 La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 OBJET : Loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie.

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II

MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II MUTUELLES DE SANTE JOURNEE D'INFORMATION SOLVABILITE II JEUDI 20 MARS 2014 Les défis du Pilier 2 : Contrôle Interne et ORSA Manifestation organisée par en partenariat avec Le déblocage du processus européen

Plus en détail

SUBVENTIONS D INTéRêT

SUBVENTIONS D INTéRêT DISPOSITIONS COMPLÉMENTAIRES - SUBVENTIONS D INTÉRÊT 1 SUBVENTIONS D INTéRêT Sommaire Loi modifiée du 22 juin 1963 fixant le régime des traitements des fonctionnaires de l Etat (Extrait: Art. 29sexties)

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants

Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants Pour atteindre vos objectifs financiers, vous devez pouvoir compter sur un partenaire fiable pour la gestion de votre patrimoine. Et, à ce titre,

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital La solution pour optimiser votre épargne Vous souhaitez faire fructifier votre capital, préparer votre

Plus en détail

Le Régime de retraite assurée d entreprise. Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu

Le Régime de retraite assurée d entreprise. Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu Le Régime de retraite assurée d entreprise Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu L opportunité Des propriétaires d entreprise qui ont besoin d assurance pour les

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Fiche info financière pour assurance vie fiscale

Fiche info financière pour assurance vie fiscale Fiche info financière pour assurance vie fiscale Valable à partir du 24/3/2015 DL Strategy Type d assurance vie Assurance vie à taux d intérêt garanti par la compagnie d assurances (Branche 21). Garanties

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1515214A Intitulé du texte : Projet d arrêté pris en application de l article R. 312-19 du code monétaire et financier Ministère à l origine de la

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

ZARIFI ZARIFI GESTION. Politique de Gestion des Conflits d intérêts. Société de Gestion de Portefeuille. Entreprise d Investissement

ZARIFI ZARIFI GESTION. Politique de Gestion des Conflits d intérêts. Société de Gestion de Portefeuille. Entreprise d Investissement ZARIFI Entreprise d Investissement ZARIFI GESTION Société de Gestion de Portefeuille Politique de Gestion des Conflits d intérêts Préambule Zarifi Entreprise d'investissement est une entreprise d investissement

Plus en détail

FICHES INFO FINANCIERES

FICHES INFO FINANCIERES FICHES INFO FINANCIERES RENT LIFE - RENT FIX - RENT TEMPO Ethias SA Votre agent d assurances 1517-207 07/15 POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES FORMULES DE RENTE ET OBTENIR UN DEVIS GRATUITEMENT, INFORMEZ-VOUS

Plus en détail

DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF)

DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF) DOSSIER SUR LA RÉFORME DE LA FORMATIONmpte Personnel de Formation (CPF) Le CPF est ouvert pour tous les salariés de 16 ans jusqu'à la retraite. Il est entré en vigueur le 1er janvier 2015. Le «Compte Personnel

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Refonte des infrastructures du système d information. Marché A Procédure Adaptée

Refonte des infrastructures du système d information. Marché A Procédure Adaptée Refonte des infrastructures du système d information Marché A Procédure Adaptée Pouvoir adjudicateur : Nom du Pouvoir adjudicateur CENTRE HELENE BOREL Ayant son siège social à Avenue du Château du Liez

Plus en détail

Comptes bancaires inactifs et contrats d'assurance-vie en déshérence

Comptes bancaires inactifs et contrats d'assurance-vie en déshérence Informations sur une nouvelle réglementation ayant un fort impact sur vos comptes ou ceux pour lesquels vous êtes représentant (mineur, majeur protégé, association, entreprise ). Vous êtes peut-être concerné.

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE N 61 Ville de Genève Département des finances et du : Audit de légalité et de gestion de la rapport publié le 14 décembre 2012 La Cour a émis 11 recommandations, toutes acceptées spontanément par l audité.

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Entre les Soussignés : La CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

Que devient un compte inactif?

Que devient un compte inactif? DÉCEMBRE 2015 N 29 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Que devient un compte inactif? Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour

Plus en détail

DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION Volet territorial CPER 2015-2020 INTITULE DU PROJET (détaillé en annexe) : COÛT TOTAL DU PROJET : MONTANT DE SUBVENTION SOLLICITE : TOTAL DES AUTRES AIDES PUBLIQUES

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement LA SOLUTION POUR ÉPARGNER SIMPLEMENT Vous souhaitez vous construire progressivement un patrimoine, transmettre votre

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

SOLUTIONS BANQUE PRO. À vos côtés pour votre activité professionnelle

SOLUTIONS BANQUE PRO. À vos côtés pour votre activité professionnelle SOLUTIONS BANQUE PRO À vos côtés pour votre activité professionnelle TOUTES NOS SOLUTIONS POUR VOUS ACCOMPAGNER DANS VOTRE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE Pour développer et pérenniser votre activité professionnelle,

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

Que devient un compte inactif?

Que devient un compte inactif? DÉCEMBRE 2015 N 29 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Que devient un compte inactif? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION ADDENDUM DE JANVIER 2011 INVESCO TAIGA Société d'investissement à Capital Variable de droit français conforme à la Directive 85/611/CEE Rue de Londres, 16/18 75009

Plus en détail

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS ANNEXE AU RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 24 AVRIL 2007 RELATIVE

Plus en détail

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise M e Jean Chartier Président Carrefour de l industrie de la sécurité 21 octobre 2013 - La Malbaie (Québec) Présentation générale La Commission

Plus en détail

Conférence de Presse Groupama Banque

Conférence de Presse Groupama Banque Conférence de Presse Groupama Banque 22 mai 2014 Intervenants 2 Michel Lungart, Directeur Assurances, Banque et Services de Groupama Bernard Pouy, Directeur général de Groupama Banque Sommaire 3 Introduction

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

APPEL D OFFRES PRESTATIONS DPMSI/FDS DSI 2015 317 PAP ASSISTANCE MAITRISE D OUVRAGE DECISIONNELLE DOCUMENT DE CONSULTATION 7 OCTOBRE 2015

APPEL D OFFRES PRESTATIONS DPMSI/FDS DSI 2015 317 PAP ASSISTANCE MAITRISE D OUVRAGE DECISIONNELLE DOCUMENT DE CONSULTATION 7 OCTOBRE 2015 DOCUMENT DE CONSULTATION 7 OCTOBRE 2015 APPEL D OFFRES PRESTATIONS DPMSI/FDS DSI 2015 317 PAP ASSISTANCE MAITRISE D OUVRAGE DECISIONNELLE Bpifrance PRESTATION DPMSI/FDS 1 TYPE DE PROCEDURE Marché privé,

Plus en détail

La fonction Conformité dans l assurance

La fonction Conformité dans l assurance La fonction Conformité dans l assurance L approche par les risques L exemple de la lutte contre le blanchiment Présentation pour : Faculté d Orléans Intervenant(s) : Laurent GUEREL AG2R LA MONDIALE 1/19

Plus en détail

Avenir Épargne Retraite

Avenir Épargne Retraite Avenir Épargne Retraite Le contrat Avenir Épargne Retraite est un contrat d assurance-vie individuel à capital différé. Il offre comme garanties un capital ou une rente viagère en cas de vie du souscripteur-assuré

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

PERP D AXA : Pour réduire vos impôts tout en préparant votre retraite.

PERP D AXA : Pour réduire vos impôts tout en préparant votre retraite. PERP D AXA : Pour réduire vos impôts tout en préparant votre retraite. Aujourd hui, épargnez sans effort : vos versements sont fiscalement déductibles. Vous épargnez sans bouleverser votre budget Vous

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Comment la loi du 14 juin 2013 aménage les principales mesures de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013

Comment la loi du 14 juin 2013 aménage les principales mesures de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 Comment la loi du 14 juin 2013 aménage les principales mesures de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 1. Généralisation de la couverture santé dans les entreprises, portabilité

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI N 2 (2009-2010) RELATIVE AUX CONTRATS D ASSURANCE SUR LA VIE. Examen en commission : Mercredi 31 mars 2010 A M E N D E M E N T

PROPOSITION DE LOI N 2 (2009-2010) RELATIVE AUX CONTRATS D ASSURANCE SUR LA VIE. Examen en commission : Mercredi 31 mars 2010 A M E N D E M E N T N 1 Rédiger ainsi cet article : ARTICLE 1ER I. Le I de l article L. 132-9-3 du code des assurances est complété par une phrase ainsi rédigée : «Elles s informent selon une périodicité au moins annuelle

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Crowdfunding : Rêve ou réalité?

Crowdfunding : Rêve ou réalité? Crowdfunding : Rêve ou réalité? L encadrement du financement participatif : contrainte ou opportunité? Mardi 16 septembre 2014 Cinquième Matinale CCEF Cercle de l Union Interalliée (Paris) SOMMAIRE Le

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation clients/adhérents. Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation clients/adhérents. Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation clients/adhérents Dossier de

Plus en détail

SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements. Syrtals Mars 2014. Tous droits réservés SYRTALS SI

SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements. Syrtals Mars 2014. Tous droits réservés SYRTALS SI SEPA, prochaine étape : de la centralisation de trésorerie à la centralisation des paiements Syrtals Mars 2014 Tous droits réservés SYRTALS SI 1 2 Agenda De quelle centralisation parle-t-on? Pourquoi mettre

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

SOLUTIONS BANQUE PRO. À vos côtés pour votre activité professionnelle

SOLUTIONS BANQUE PRO. À vos côtés pour votre activité professionnelle SOLUTIONS BANQUE PRO À vos côtés pour votre activité professionnelle TOUTES NOS SOLUTIONS POUR VOUS ACCOMPAGNER DANS VOTRE ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE Pour développer et pérenniser votre activité professionnelle,

Plus en détail

La Révision comptable

La Révision comptable Jean-Marc Bénard La Révision comptable Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME Direction de la réglementation des métiers du tourisme, des classements et de la qualité 18 août 2010 SOMMAIRE PRÉSENTATION DE ATOUT FRANCE 1. LES GRANDS

Plus en détail

MARCHE DE CREATION D UNE APPLICATION MOBILE

MARCHE DE CREATION D UNE APPLICATION MOBILE Marchés publics de services ou de fournitures OFFICE DE TOURISME DE LOURDES Place Peyramale 65100 LOURDES Tél. : 05 62 42 77 40 Fax : 05 62 94 60 95 E-mail : @lourdes-infotourisme..lourdes-infotourisme.

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

ATHAIS CONSULTING. Portage administratif. Ressource Management

ATHAIS CONSULTING. Portage administratif. Ressource Management ATHAIS CONSULTING Portage administratif Ressource Management ATHAIS CONSULTING ATHAIS Consulting est une société spécialisée dans le portage administratif de compétences. Elle fait partie du groupe ABC

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

CONDITIONs GéNéRALEs first fiscal ET first épargne-pension

CONDITIONs GéNéRALEs first fiscal ET first épargne-pension CONDITIONs GéNéRALEs first fiscal et first épargne-pension first Fiscal et first épargne-pension Table des matières Définitions 4 Objet du contrat - Description générale 4 Effet du contrat - Premier versement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIVRET D EPARGNE SOLIDAIRE POUR LES PERSONNES MORALES

CONDITIONS GENERALES LIVRET D EPARGNE SOLIDAIRE POUR LES PERSONNES MORALES Etablissement contractant Crédit Municipal de Nantes Etablissement public de crédit et d aide sociale N Siret 264 400 557 00 205 Siège social 2 rue Marcel Paul- BP 90625 44006 Nantes cedex 1 Tél. 02 40

Plus en détail

ADDENDUM BELGE AU PROSPECTUS D EMISSION SAINT-HONORE EUROPE SYNERGIE Fonds Commun de Placement de droit français conforme à la Directive 85/611/CEE 47, rue du Faubourg Saint-Honoré, 75401 Paris, France

Plus en détail

Ce PDF est dynamique, vous pouvez naviguer en cliquant sur les boutons du sommaire. Les outils d informations

Ce PDF est dynamique, vous pouvez naviguer en cliquant sur les boutons du sommaire. Les outils d informations Ce PDF est dynamique, vous pouvez naviguer en cliquant sur les boutons du sommaire. L expertise ESEF International AVEC HUMANIS, VOTRE ENTREPRISE PROFITE D UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ SIMPLE ET EFFICACE.

Plus en détail

Rencontre avec Directeur Général Banque Privée

Rencontre avec Directeur Général Banque Privée Rencontre avec Directeur Général Banque Privée PARTAGE D OPPORTUNITES VENDREDI 03 JUILLET 2015 JEAN-PIERRE PLONQUET Les Assurances et les Banques Des métiers traversés par des oppositions profondes L assurance

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

Contrats d assurance vie en déshérence

Contrats d assurance vie en déshérence RAPPORT DE L ACPR AU PARLEMENT Contrats d assurance vie en déshérence Article 13 de la loi n 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence

Plus en détail

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF) MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne

Plus en détail

Allianz Vie Génération

Allianz Vie Génération Allianz Vie Génération Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz.fr Anticipez et préparez votre succession Pourquoi anticiper et préparer votre succession? Parce que la planification successorale

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

Le service d appels d offres

Le service d appels d offres Le service d appels d offres Réponses aux demandes de devis Le site Mon-immeuble.com vous propose un service d appels d offres accessible par le menu «Appels d offres». Ce service est réservé aux membres

Plus en détail