LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence"

Transcription

1 1 LOI ECKERT : Des dispositions nouvelles sur les comptes bancaires inactifs et les contrats d assurance vie en déshérence Point de vue Ailancy Mars 2015

2 SOMMAIRE 2 1. Contexte et objectifs de la Loi Eckert 2. Impacts et enjeux de la Loi Eckert sur les métiers de la banque et de l assurance 3. Questions liées à la conformité 4. Annexes

3 CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 Un dispositif législatif actuel lacunaire Rapport de la Cour des comptes du 17 juillet 2013 : Manque de diligence des établissements de crédit et des entreprises d assurance Absence de contrôle par l ACPR sur les comptes bancaires inactifs, non encore définis par la loi Gestion non harmonisée et défaillante concernant les avoirs bancaires inactifs Atteinte à la protection des épargnants causée par des lacunes en matière de traitement des avoirs en déshérence Loi Eckert du 13 juin 2014 complété par un projet ambitieux Plafonnement des frais perçus par les établissements Incitation des organismes d assurance de s acquitter avec diligence de leurs obligations d information/recherche ACTUALITÉ Le 3 ème assureur français, s est vu adresser par la Commission des sanctions de l ACPR un blâme assorti d une sanction pécuniaire de 40M, le 31 octobre Cette décision fait suite à une décision datant d avril 2014 et condamnant un concurrent à un blâme assorti d une sanction pécuniaire s élevant à 10M. Les griefs (sous le régime Agira 2) : - Manquement à l obligation d identifier les assurés décédés, ce que l assureur aurait omis de faire, notamment pour les assurés dont le décès est antérieur à 1978, - Manquement à l'obligation générale de recherche des bénéficiaires, - Défaut d établissement de la liste des contrats d assurance vie dénoués comportant des montants non réglés. Cette sanction laisse présager de l importance qui sera accordée à la réforme portée par la loi Eckert et des risques encourus par les banquiers et les assureurs en cas de défaut de réaction face au nouveau dispositif et susceptibles d impacter directement leur image. Incitation des organismes d assurance de s acquitter avec diligence de leurs obligations d information/recherche Renforcement des pouvoirs de l ACPR La France rejoint désormais plusieurs pays européens disposant déjà d une règlementation sur les comptes «dormants», tels l Irlande, la Belgique ou encore la Grèce.

4 CONTEXTE ET OBJECTIFS 4 Un dispositif plus strict pour les établissements bancaires, désormais applicable aux assureurs Avant la loi Eckert - Une seule obligation à la charge des banques : le versement à l Etat des avoirs en déshérence aux termes de la prescription trentenaire - Pas de définition légale du compte inactif - Aucune obligation de rechercher si les titulaires sont décédés - Accès indirect des notaires au fichier FICOBA Un encours d avoirs non négligeable Répartition des encours et avoirs bancaires et de contrats d'assurance vie et de capitalisation non réclamés Avoirs bancaires Contrats d'assurance vie et de capitalisation 2,8 Mds 1,6 Mds Après la loi Eckert - Définition du «compte inactif» - Transfert des avoirs à la CDC au terme de délais définis par la loi - Nouvelle compétence de contrôle de l ACPR sur les diligences effectuées par les établissements - Renforcement du rôle des notaires - Dispositif étendu aux contrats d assurance vie (AV) en déshérence 1,8 millions de comptes S agissant du secteur bancaire, sont concernés : Les établissements de crédit Les établissements de paiement Les établissements de monnaie électronique Les prestataires de services d investissement et de services connexes (tels que la tenue de compte-conservation d instruments financiers) S agissant du secteur des assurances, les nouvelles dispositions étendent les obligations : Aux contrats gérés par les entreprises d assurance ou les institutions de prévoyance Aux contrats gérés par les mutuelles ou les unions de mutuelles Répartition des encours et avoirs bancaires non réclamés selon la nature des comptes 1,5 Mds 120 m Comptes de dépôts à vue et d'épargne bancaire (dont règlementée) Comptes titres Total : c. 4,4 Mds Sources: Rapport de la Cour des comptes, 2013

5 CALENDRIER 5 Contexte législatif 1 er août 15 décembre 17 décembre 26 juillet 13 juin 1 er janvier Décembre Loi n de sécurité financière, contraignant les assureurs à envoyer chaque année un courrier récapitulatif à leurs assurés pour les contrats de plus de 2000 d'encours. Loi n Agira I, permettant d'interroger gratuitement les assureurs pour savoir si une personne est bénéficiaire d'un contrat après le décès de son titulaire. Loi n Agira II, autorisant les assureurs à consulter le RNIPP* si un assuré est décédé. Loi n de séparation et de régulation des activités bancaires, obligeant chaque année les assureurs à s informer du décès éventuel de tous leurs clients et à publier un bilan de leurs recherches, incluant le nombre et l encours des contrats «dont les capitaux et les rentes dus n ont pas été versés au bénéficiaire». Vote de la Loi Eckert Entrée en vigueur de la loi Eckert Publication envisagée des Décrets d application relatifs à : - La consultation des données figurant au RNIPP et relatives au décès des personnes inscrites par les établissements de crédit - L identification et la gestion des comptes inactifs - Le plafonnement des frais prélevés, taux de revalorisation du capital garanti en cas de décès - La gestion des sommes par la CDC - Le versement à l Etat des dépôts et avoirs *RNIPP: Registre National d Identification des Personnes Physiques

6 SOMMAIRE 6 1. Contexte et objectifs de la Loi Eckert 2. Impacts et enjeux de la Loi Eckert sur les métiers de la banque et de l assurance 3. Questions liées à la conformité 4. Annexes

7 IMPACTS ET ENJEUX DE LA LOI ECKERT (1/5) 7 Un processus en trois temps Constat d inactivité Constat du caractère inactif du compte ou du décès de l assuré A l issue d un délai variable selon les situations, les fonds sont déposés à la Caisse des dépôts et consignations (CDC), qui : Organise la publicité de l identité des titulaires du compte ou du souscripteur du contrat Garantit le reversement des sommes, si leur destinataire légitime se manifeste Projet CICLADE Dépôt des fonds Fonds acquis à l Etat Si personne ne se présente, les sommes sont reversées à l Etat en application de la prescription trentenaire

8 IMPACTS ET ENJEUX DE LA LOI ECKERT (2/5) 8 Une définition stricte du «compte inactif» Sont désormais considérés comme «inactifs», les comptes : N ayant fait l objet d aucune opération, Hors inscription d intérêts/débit par les établissements de frais ou de commissions ou versement de produits ou remboursements de titres de capital ou de créance. Dont le titulaire ne s est pas manifesté sous quelque forme que ce soit ni n a effectué aucune opération sur un autre compte ouvert à son nom dans les livres de l établissement, Une manifestation du client s entendrait, par exemple de : La réponse à un appel téléphonique ou à un courrier électronique, L émission de tout signe permettant de confirmer sa volonté d utiliser le compte, La consultation en ligne de son compte, La réalisation d une opération sur un compte ouvert à son nom dans les livres de l établissement. Pendant une période de 12 mois. Apportant avec elle des obligations connexes Obligation de recensement et consultation du RNIPP Encadrement des frais prélevés Devoirs d information - Obligation de recensement annuel de tous les contrats inactifs - Obligation pour les banques de rechercher les titulaires de comptes par le biais d une consultation annuelle du RNIPP* - Plafond des frais prélevés sur les comptes inactifs fixé par décret en Conseil d Etat (décembre 2015) - Information au titulaire ou ses ayants droit connus du caractère inactif du compte et des conséquences qui y sont attachées - Information au titulaire/ayant droit de l inactivité/transfert, 6 mois avant Sont désormais considérés comme «inactifs», les coffres forts : N ayant fait l objet d aucune opération, Pendant une période de 10 ans, Et dont les frais de location n ont pas été payés au moins une fois. Obligation de conservation des informations Publication - Solde des comptes à la date du dépôt à la CDC - Computation des délais - Régime fiscal - Identification des titulaires - Publication obligatoire dans les livres de l établissement du nombre de compte inactifs, montant total des dépôts et avoirs *RNIPP: Registre National d Identification des Personnes Physiques

9 IMPACTS ET ENJEUX DE LA LOI ECKERT (3/5) 9 Implications pratiques pour les établissements bancaires et les teneurs de comptes Comptes courants inactifs dont les titulaires sont en vie Comptes épargne et titres inactifs dont les titulaires sont en vie T=0 T + 1 an T + 10 ans T + 30 ans T=0 T + 5 ans T + 10 ans T + 30 ans 1 an 9 ans 6 mois 20 ans 5 ans 5 ans 6 mois 20 ans Dernier mouvement sur le compte ou manifestation du client Transfert des fonds à la CDC Transfert des fonds à l Etat par la CDC Dernier mouvement sur le compte ou manifestation du client Transfert des fonds à la CDC Transfert des fonds à l Etat par la CDC Qualification du compte en «compte inactif» Information au titulaire du transfert Qualification du compte en «compte inactif» Information au titulaire du transfert T=0 T + 1 an T + 3 ans T + 30 ans 1 an Décès du titulaire du compte Comptes inactifs dont les titulaires sont décédés 6 2 ans m 27 ans mois Information aux bénéficiaires du transfert Qualification du compte en «compte inactif» (absence de réclamation par les ayants-droits) Transfert des fonds à la CDC Transfert des fonds à l Etat par la CDC Les avoirs en instruments financiers sont liquidés dans les meilleurs délais à l issue des périodes de 3 ou 10 ans Le produit de la liquidation est déposé à la CDC dans les 3 mois qui suivent l'expiration de ces périodes ou dans le mois suivant la liquidation effective des titres lorsque celle-ci n a pas pu être réalisée pour des raisons indépendantes de la volonté de l établissement bancaire Le titulaire du compte ou ses ayants-droit ne peuvent obtenir le versement qu'en numéraire Les droits d'associé et les titres financiers non admis aux négociations sur un marché réglementé ou sur un système multilatéral de négociation ne sont ni liquidés, ni déposés à la CDC.

10 IMPACTS ET ENJEUX DE LA LOI ECKERT (4/5) 10 Un dispositif étendu aux contrats d AV et de capitalisation en déshérence Obligations de recensement et de consultation du RNIPP Obligation de recensement annuel de tous les contrats en déshérence Obligation de consultation annuelle du RNIPP afin de rechercher les titulaires décédés Encadrement des frais de recherche Refacturation des frais de recherche de bénéficiaires et d information désormais interdite Devoirs d information Contrats à terme : relevé d information spécifique (1 mois avant et 1 an après) Information annuelle étendue à tous les contrats, quel que soit le montant Information au souscripteur/bénéficiaire du transfert, 6 mois avant Obligation de conservation des informations Contrats non réglés, dont les capitaux sont transférés à la CDC + Publications et rapports annuels à l ACPR Publication dans les livres de ces informations et du nombre de recherches/démarches effectuées Rapports annuels à l ACPR/Ministre de l économie du nombre/encours des contrats non réglés Revalorisation post mortem du capital garanti - Dès le décès de l assuré (et non plus après un délai de carence d un an) - A un taux minimum fixé par décret - S étend aux contrats ne comportant pas de valeur de rachat, dont les bénéficiaires sont des personnes physiques Contrats d assurance-vie et de capitalisation non réclamés T=0 T + 10 ans T + 30 ans A réception de l avis de décès et de la connaissance des coordonnées du bénéficiaire, ou au terme prévu par le contrat, l assureur dispose de 15 jours pour demander au bénéficiaire de lui fournir les pièces nécessaire au paiement 10 ans 6 mois 20 ans A réception de ces pièces, l assureur dispose d un mois pour lui verser le capital ou la rente Information au souscripteur du transfert Transfert des fonds à la CDC Dernier mouvement sur le compte ou manifestation du client Ou date de connaissance du décès par l assureur Transfert des fonds à l Etat par la CDC En cas de versement tardif des sommes dues au bénéficiaire, le capital non versé produit de plein droit des intérêts : au taux légal majoré de moitié pendant 2 mois, puis au double du taux légal.

11 IMPACTS ET ENJEUX DE LA LOI ECKERT (5/5) 11 Régime de tolérance pour l année er janvier : Entrée en vigueur de la loi 1 er mai er juillet Fichiers FICOBA et FICOVIE rendus opérationnels Rapport de l ACPR au Parlement décrivant les actions menées et l évolution des encours, le nombre de contrats/bons pour Fin du délai octroyé pour informer les titulaires de comptes/souscripteurs de contrats d AV ou contrats de capitalisation des nouvelles dispositions légales ans 27 ans 10 ans 20 ans 30 ans Dernier mouvement sur le compte ou manifestation du titulaire Obligation d information par courrier recommandé ou par tout autre moyen à disposition de l établissement (6 mois avant le transfert) Premier transfert de fonds à l Etat Premier transfert de fonds issus de comptes inactifs dont les titulaires sont en vie et des AV à la CDC Premier transfert de fonds issus de comptes inactifs dont les titulaires sont décédés à la CDC «Courant 2016» Transfert correspondant des fonds à l Etat, en l absence de manifestation ou de réclamation

12 SOMMAIRE Contexte et objectifs de la Loi Eckert 2. Impacts et enjeux de la Loi Eckert sur les métiers de la banque et de l assurance 3. Questions liées à la mise en conformité 4. Annexes

13 QUESTIONS LIÉES À LA CONFORMITÉ 13 Problématiques organisationnelles concernant les établissements bancaires Etablissement des modalités d échange avec les prestataires externes (TCC, etc.) Approche «compte par compte» afin d identifier les avoirs non mouvementés Processus d accompagnement des clients et récupération des fonds Identification des interlocuteurs clients Le plan de contrôle peutil intégrer les nouvelles obligations? Formation incidente des équipes commerciales Détermination de la procédure de transfert à la CDC Instauration d un système d alerte au niveau agence Problématiques métiers Augmentation des effectifs dédiés à la recherche des titulaires Intégration de la loi Eckert tableau de bord Problématiques SI Problématiques commerciales Quid de la responsabilité des agences/ interlocuteurs/ filiales? Collecte et centralisation des informations Ou stocker les informations à conserver post transfert? Accompagnement des ayants-droit post transfert Quid du titulaire de compte non résident français? Quid des titres faisant l objet d OST au moment du transfert? Quid la tarification liée aux comptes inactifs? Mise en place du système de reporting/listing du statut des comptes Mise en place du système de traçabilité, relances, transfert Quels efforts fournir pour conserver/réactiver les comptes?

14 QUESTIONS LIÉES À LA CONFORMITÉ 14 Problématiques organisationnelles concernant les assureurs Etablissement des modalités d échange avec les prestataires externes Approche «contrat par contrat» afin d identifier les avoirs non mouvementés Processus d accompagnement des bénéficiaires et récupération des fonds Identification des acteurs dédiés à la relation clients Le plan de contrôle peutil intégrer les nouvelles obligations? Formation ad hoc des équipes commerciales Instauration d un système d alerte Détermination de la procédure de transfert à la CDC Problématiques métiers Augmentation des effectifs dédiés à la recherche des bénéficiaires Problématiques SI Intégration de la loi Eckert dans le tableau de bord Quid de la responsabilité des différents Acteurs dans l exécution des obligations? Problématiques commerciales Ou stocker les informations à conserver post transfert? Quid du titulaire de compte non résident français? Collecte et centralisation des informations Traitement commercial des bénéficiaires post transfert Mise en place du système de traçabilité, relances, transfert Gestion de la confidentialité Mise en place du système de reporting/listing du statut des contrats Quels efforts fournir pour conserver/réactiver les contrats?

15 QUESTIONS LIÉES À LA CONFORMITÉ 15 Problématiques liées à la gestion du projet DIAGNOSTIC DISPOSITIF CIBLE MISE EN ŒUVRE REGLEMENTATION - Analyse d impacts (comparatif des obligations existantes et nouvelles) - Audit de conformité - Recensement des obligations règlementaires et des normes groupe - Mise en œuvre conforme aux décrets d application liés au dispositif légal ORGANISATION - Inventaire de l organisation actuelle - Inventaire des avoirs en déshérence et qualification - Analyse d efficacité - Définition de l organisation et processus cibles en conformité avec la loi - Détermination des modalités d échange et relation avec les intermédiaires (CDC, INSEE, etc.) - Accompagnement du changement et élaboration détaillée des processus et déploiement - Mise en œuvre d une procédure «groupe» de traitement des futurs dossiers - Formation des corps de métiers impactés SYSTÈME D INFORMATION - Audit technique et fonctionnel des systèmes en place - Identifier les applications concernées - Expression des besoins d évolution liés à la computation des délais, publicité, identification des contrats/comptes inactifs - Assistance au pilotage, coordination du projet et recettes - Assistance à l organisation de la mise en production Le dispositif projet doit mobiliser des compétences variées (expertise banque de détail, titres, assurance) ainsi que des experts du pilotage de projet, compte-tenu d un délai d adaptation court imposé aux acteurs impactés.

16 SOMMAIRE Contexte et objectifs de la Loi Eckert 2. Impacts et enjeux de la Loi Eckert sur les métiers de la banque et de l assurance 3. Questions liées à la conformité 4. Annexes

17 ILS NOUS FONT CONFIANCE 17

18 DERNIÈRES PUBLICATIONS AILANCY 18 La transformation Digitale en Banque et Assurance Evolutions règlementaires Relation Client Organisation de la fonction MOA 10 bonnes raisons de rater son tournant digital MIF II : vision et perspectives Etude Benchmark : Gestion des réclamations par les établissements bancaires et par les assureurs Comment impliquer les métiers, quelle contribution à la gouvernance du système d information? Benchmark des OMS/EMS Les Market Data dans un nouvel univers réglementaire et technique Comment tirer partie des évolutions de Target 2 Securities? Enquête sur la sous-traitance des opérations par les sociétés de gestion Face aux évolutions du marché, comment identifier les opportunités potentielles et de repenser ses choix d équipement? Quelles solutions à mettre en œuvre pour optimiser la gestion des données financières? Une nouvelle configuration poussant les acteurs à revoir leur organisation Post-Marché Mesure de l évolution par les sociétés de gestion de leur fonction Middle-Office

19 QUELQUES MOTS SUR AILANCY Nous contacter 19 Nos coordonnées 32 rue de Ponthieu Paris Tel : Thibaut de Lajudie Associé Ophira Tuil Consultante

Conférence EIFR 18 décembre 2014

Conférence EIFR 18 décembre 2014 Conférence EIFR 18 décembre 2014 Prudentiel/Pratiques commerciales bancaires et assurances Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

1 Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence : une protection renforcée des épargnants

1 Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence : une protection renforcée des épargnants 1 Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence : une protection renforcée des épargnants PRÉSENTATION La situation des avoirs bancaires et des contrats d assurance-vie en déshérence

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L LOIS LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1511839D Intitulé du texte : Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et des comptes publics Date d établissement de la présente

Plus en détail

DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL :

DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL : CRIDON Nord-Est CHRONIQUE COMMENTEE DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL : LA BOÎTE À OUTILS DU NOTAIRE SE COMPLÈTE Les difficultés de recherche des éléments constitutifs de l actif successoral limitent

Plus en détail

Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence

Les avoirs bancaires et les contrats d assurance-vie en déshérence COMMUNICATION À LA COMMISSION DES FINANCES, DE L ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET DU CONTRÔLE BUDGETAIRE DE L ASSEMBLEE NATIONALE ARTICLE 58-2 DE LA LOI ORGANIQUE DU 1 ER AOÛT 2001 RELATIVE AUX LOIS DE FINANCES Les

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

N 471 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 avril 2014 RAPPORT FAIT

N 471 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 avril 2014 RAPPORT FAIT N 471 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 avril 2014 RAPPORT FAIT au nom de la commission des finances (1) sur la proposition de loi, ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE

Plus en détail

Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 27/06/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel

Introduction. Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP 27/06/2012. Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Introduction Jean-Philippe Thierry, vice-président de l ACP Banque de France - Autorité de Contrôle Prudentiel Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACP 1. La veille

Plus en détail

N 1292 DÉPOSÉ ET PRÉSENTÉ. Enregistré

N 1292 DÉPOSÉ ET PRÉSENTÉ. Enregistré N 1292 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 juillet 2013. RAPPORT D INFORMATION DÉPOSÉ en application de

Plus en détail

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse le 13 juin 2014 1 Sommaire 1. Le point d entrée commun : Assurance Banque Épargne Info Service 2. Bilan 2013

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 1 Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 2 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACPR 1. Évolutions réglementaires

Plus en détail

ART. PREMIER N 28 ASSEMBLÉE NATIONALE 14 février 2014 COMPTES BANCAIRES INACTIFS ET CONTRATS D'ASSURANCE-VIE EN DÉSHÉRENCE - (N 1765) AMENDEMENT

ART. PREMIER N 28 ASSEMBLÉE NATIONALE 14 février 2014 COMPTES BANCAIRES INACTIFS ET CONTRATS D'ASSURANCE-VIE EN DÉSHÉRENCE - (N 1765) AMENDEMENT ART. PREMIER N 28 N o 28 Mme Genevard, Mme Marianne Dubois, M. de Rocca Serra, M. Gosselin, Mme Fort, M. Herth, M. Tardy, M. Le Fur, M. Alain Marleix, M. Le Mèner, M. Luca, M. Siré, M. Piron, M. Morel-A-

Plus en détail

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions

Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Secteur des réformes 04/10/07 Avoirs non réclamés des contrats d assurance vie : constat et propositions Les principaux termes de la problématique des avoirs non réclamés de l assurance vie (parmi lesquels

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 5 I-3-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 5 I-3-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 5 I-3-11 AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DU COMPARTIMENT EURO DES CONTRATS D ASSURANCE-VIE

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

10 JUIN 2015 APPEL D OFFRES ETUDE D EVALUATION A MI-PARCOURS DU DISPOSITIF DES PRETS NUMERIQUES DU PROGRAMME DES INVESTISSEMENTS D AVENIR

10 JUIN 2015 APPEL D OFFRES ETUDE D EVALUATION A MI-PARCOURS DU DISPOSITIF DES PRETS NUMERIQUES DU PROGRAMME DES INVESTISSEMENTS D AVENIR 10 JUIN 2015 APPEL D OFFRES ETUDE D EVALUATION A MI-PARCOURS DU DISPOSITIF DES PRETS NUMERIQUES DU PROGRAMME DES INVESTISSEMENTS D AVENIR 1. Type de procédure Cette procédure est un marché privé, passé

Plus en détail

Les demarches administratives

Les demarches administratives Les demarches administratives Après la disparition d un être cher, s ajoute à la douleur de l événement une série de démarches administratives. Celles-ci sont nombreuses et répondent à un calendrier précis.

Plus en détail

Les de marches en cas de de ce s

Les de marches en cas de de ce s Les de marches en cas de de ce s Le décès d un proche nous plonge souvent dans un grand désarroi. Certaines démarches doivent cependant être accomplies rapidement. Ce mini-guide est destiné à vous informer

Plus en détail

Séparation, rupture de la vie commune

Séparation, rupture de la vie commune Séparation, rupture de la vie commune ÊTRE ACCOMPAGNÉ PAR SA BANQUE À CHAQUE ÉTAPE DE SA VIE. 2 SOMMAIRE QUELLES DÉMARCHES POUR... Que notre relation soit ancienne ou plus récente, nous nous engageons

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 23 NOVEMBRE 2012 DELIBERATION N CR-12/20.710 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DU CONTROLE DE GESTION Stratégie régionale de vérification (contrôle) des principaux bénéficiaires

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle

Devoir de conseil et responsabilité professionnelle ATELIER n 2 Devoir de conseil et responsabilité professionnelle Vincent Patrimonio, GRAS SAVOYE Professions «Les conseilleurs ne sont pas les payeurs». Est-ce vrai? A quels risques s exposent les professionnels

Plus en détail

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES entre [Nom du Client] et Indép'AM [Date] Convention de service - Mandat Global entre [Nom du Client] et Indép AM Page

Plus en détail

Sujets d actualité Assurance

Sujets d actualité Assurance Directive Solvabilité II Loi de sécurisation de l'emploi (ANI) Sujets Santé Rapport «Berger Lefevre» et Eurocroissance Règles d investissement des entreprises d assurance Loi de séparation des activités

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Les démarches en cas de décès

Les démarches en cas de décès OCTOBRE 2013 N 4 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les démarches en cas de décès Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

N avez-vous pas oublié vos comptes dormants?

N avez-vous pas oublié vos comptes dormants? N avez-vous pas oublié vos comptes dormants? www.comptesdormants.be Caisse des Dépôts et Consignations Administration de la Trésorerie.be Devez-vous rester éveillé à cause de vos comptes dormants? Bien

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI N 2 (2009-2010) RELATIVE AUX CONTRATS D ASSURANCE SUR LA VIE. Examen en commission : Mercredi 31 mars 2010 A M E N D E M E N T

PROPOSITION DE LOI N 2 (2009-2010) RELATIVE AUX CONTRATS D ASSURANCE SUR LA VIE. Examen en commission : Mercredi 31 mars 2010 A M E N D E M E N T N 1 Rédiger ainsi cet article : ARTICLE 1ER I. Le I de l article L. 132-9-3 du code des assurances est complété par une phrase ainsi rédigée : «Elles s informent selon une périodicité au moins annuelle

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 66 DU 5 AOÛT 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-3-11 INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS

Plus en détail

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES

LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX (MARCHE DES PARTICULIERS) CONDITIONS GENERALES Article 1 OUVERTURE ET DETENTION Le Livret Grand Prix est un compte d épargne qui peut être ouvert par toute personne physique Il ne peut

Plus en détail

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration).

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration). Glossaire Âge LPP L année civile moins l année de naissance donne l âge LPP. Autorité de surveillance L autorité de surveillance est prévue par la LPP. Il doit s agir d une instance cantonale centrale

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

RAPPORT DU GOUVERNEMENT RELATIF AUX CONTRATS D ASSURANCE VIE NON RECLAMES - JUIN 2009

RAPPORT DU GOUVERNEMENT RELATIF AUX CONTRATS D ASSURANCE VIE NON RECLAMES - JUIN 2009 RAPPORT DU GOUVERNEMENT RELATIF AUX CONTRATS D ASSURANCE VIE NON RECLAMES - JUIN 2009 1 Résumé Avant 2003, l environnement législatif n empêchait pas le développement du phénomène des contrats d assurance

Plus en détail

Compte rendu. Mercredi 5 février 2014 Séance de 9 heures 30. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire

Compte rendu. Mercredi 5 février 2014 Séance de 9 heures 30. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Examen de la proposition de loi relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance-vie en déshérence

Plus en détail

Papiers et factures Combien de temps faut-il les conserver?

Papiers et factures Combien de temps faut-il les conserver? Assurances Quittances et primes 2 ans Quittances, avis d'échéance, preuve du règlement, courrier de résiliation, accusé de réception Contrats d'assurance habitation et automobile Durée du contrat + 2 ans

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014.

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Information Atelier PLH Grand Avignon 7 octobre 2014 Rappel chronologique Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

LOIS. L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

LOIS. L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : LOIS LOI n o 2007-1775 du 17 décembre 2007 permettant la recherche des bénéficiaires des contrats d assurance sur la vie non réclamés et garantissant les droits des assurés (1) NOR : ECEX0710947L L Assemblée

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques Diane Patrimoine NANTISSEMENT ET GARANTIE DE PASSIF : le contrat d assurance-vie ou de capitalisation, un outil au service du client, de l entrepreneur et de ses conseils. (Réunion du Pole Ingénierie Patrimoniale

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES?

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES Référence IT26-05/2005 Article 1 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? 1. Qu entendons-nous par «NOUS»? Les AP, une marque et un nom commercial de

Plus en détail

Fiche info financière pour assurance vie fiscale

Fiche info financière pour assurance vie fiscale Fiche info financière pour assurance vie fiscale Valable à partir du 24/3/2015 DL Strategy Type d assurance vie Assurance vie à taux d intérêt garanti par la compagnie d assurances (Branche 21). Garanties

Plus en détail

INFORMATION. Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous au 0810 63 44 44 (prix d un appel local).

INFORMATION. Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous au 0810 63 44 44 (prix d un appel local). Réservé à la vente à distance INFORMATION Vous trouverez ci-jointe la convention d ouverture du Livret A Comme Agir. Si vous êtes déjà client du Crédit Coopératif, nous vous remercions de bien vouloir

Plus en détail

MONDIALE STRATEGIE TNS

MONDIALE STRATEGIE TNS LA MONDIALE PARTENAIRE AMPHITEA 14, rue Roquépine 22, Boulevard Malesherbes 75379 Paris cedex 08 75008 Paris SA au capital de 60.064.206 euros Association sans but lucratif RCS PARIS B 313 689 713 régie

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Avril 2013 POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Conformément aux règles des directives 2004/39/CE du 21 avril 2004 et 2006/73CE du 10 août 2006 transposées dans les articles 313-18 à 313-28 du

Plus en détail

N avez-vous pas oublié vos comptes dormants?

N avez-vous pas oublié vos comptes dormants? N avez-vous pas oublié vos comptes dormants? www.comptesdormants.be Caisse des Dépôts et Consignations Administration de la Trésorerie.be Devez-vous rester éveillé à cause de vos comptes dormants? Bien

Plus en détail

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Natalie Lemaire Directrice des Relations avec les Epargnants, AMF et Coordinatrice des travaux du pôle commun ACP/AMF Conférence de Presse

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

JORF n 0076 du 31 mars 2015. Texte n 24

JORF n 0076 du 31 mars 2015. Texte n 24 Le 31 mars 2015 JORF n 0076 du 31 mars 2015 Texte n 24 DECRET Décret n 2015-362 du 30 mars 2015 relatif aux obligations déclaratives des entreprises d assurance et organismes assimilés NOR: FCPE1409747D

Plus en détail

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions NEWSLETTER 14 195 du 27 MAI 2014 ANALYSE PAR STEPHANE PILLEYRE Une mise à jour du BOFiP en date du 9 juillet 2013 a intégré une décision

Plus en détail

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION COMMISSION DES SANCTIONS

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION COMMISSION DES SANCTIONS CARDIF ASSURANCE VIE Procédure n o 2013-03 bis Blâme et sanction pécuniaire de 10 millions d euros Audience du 21 mars 2014 Décision rendue le 7 avril 2014 AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres?

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Créé par la loi du 25 juin 1999 relative à l épargne et à la sécurité financière, le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR) est chargé d une

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre

Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre A la suite du Conseil Supérieur de la Fonction Publique du 9 avril 2009, le décret 2009-1065 du 28 août 2009 portant modifications du Compte Epargne

Plus en détail

Enjeux des plateformes de financement participatif françaises : Concilier développement, innovation et conformité.

Enjeux des plateformes de financement participatif françaises : Concilier développement, innovation et conformité. Traitement de données personnelles Cibles Européennes Archivages Investisseurs non-résidents Contrôle AMF Contrôle ACPR Gestion des conflits d intérêts Contrôle interne de conformité Enjeux des plateformes

Plus en détail

Note expresse www.iedom.fr

Note expresse www.iedom.fr Incidents de paiement sur chèques, incidents sur crédits aux particuliers et droit au compte NUMERO 1 JUILLET 23 Cette note actualise et complète les informations de la Note expresse n 4 parue en novembre

Plus en détail

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt

Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt Une banque démarre son activité sans un euro de dépôt INTRODUCTION Le cas présenté ci-après permet de comprendre le fonctionnement général d une banque mais reste un cas d école purement théorique. Imaginons

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

parce que la perte d un proche est un MOMent difficile, la Caisse d epargne VOus aide

parce que la perte d un proche est un MOMent difficile, la Caisse d epargne VOus aide succession d un proche guide des premières démarches POUR EN SAVOIR DAVANTAGE, RENSEIGNEZ-VOUS AUPRÈS DE VOTRE CONSEILLER CAISSE D EPARGNE OU SUR : parce que la perte d un proche est un MOMent difficile,

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT 1414214 D Intitulé du texte : projet de décret relatif aux modalités de calcul du taux annuel effectif de l assurance Ministère à l origine de la

Plus en détail

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ;

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ; Délibération n 479-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres?

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Créé par la loi du 25 juin 1999 relative à l épargne et à la sécurité financière, le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR) est chargé d une

Plus en détail

OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE INITIEE PAR SOCIETE GENERALE VISANT LES ACTIONS BOURSORAMA QUESTIONS & REPONSES

OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE INITIEE PAR SOCIETE GENERALE VISANT LES ACTIONS BOURSORAMA QUESTIONS & REPONSES OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE INITIEE PAR SOCIETE GENERALE VISANT LES ACTIONS BOURSORAMA QUESTIONS & REPONSES OTHER 1 1. Questions Générales : a. Qui est l'initiateur de l'offre? Société Générale est

Plus en détail

Convention de prévoyance

Convention de prévoyance (à usage interne, laisser en blanc s.v.p.) N de compte prévoyance Original pour la Fondation Convention de prévoyance Conformément à l art. 82 LPP, le/la titulaire convient avec la Fondation de prévoyance

Plus en détail

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie

Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie Recommandation sur les communications à caractère publicitaire des contrats d assurance vie 2015-R-01 du 12 février 2015 1. Contexte Les communications constituent la toute première étape de la relation

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance Séminaire EIFR Gouvernance et contrôle des établissements financiers : pour une surveillance des risques et un contrôle efficace Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II

Le Data Risk Center. Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Le Data Risk Center Plateforme de pilotage et de gestion des risques Pilier I de la directive Solvabilité II Sommaire Le conseil en Risk Management 1) Le projet Solvabilité II Objectifs et moyens à mettre

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES Des produits et services proposés par Groupama Banque Applicables au 1 er JANVIER 2015 Clientèle DES PROFESSIONNELS AGRICOLES Des artisans, commerçants et prestataires de services

Plus en détail

La régularisation fiscale des clients français

La régularisation fiscale des clients français La régularisation fiscale des clients français Michel Collet Mercredi 8 octobre 2013, Genève 08/10/2013 La régularisation fiscale des clients français 1 Plan : 1. Introduction 2. La circulaire «Cazeneuve»

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION

MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION MON COMPTE AU QUOTIDIEN EXTRAIT DES CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AUX PARTICULIERS CONVENTION Juillet 2013 LA VOLONTÉ DU CRÉDIT MUTUEL : AMÉLIORER SANS CESSE L INFORMATION TRANSMISE. et nous vous en

Plus en détail

Accord sur les avantages au personnel. portant sur la tarification des produits et services bancaires

Accord sur les avantages au personnel. portant sur la tarification des produits et services bancaires portant sur la tarification des produits et services bancaires Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 98 DU 17 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-4-10 INSTRUCTION DU 15 NOVEMBRE 2010 IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DES CONTRATS D

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX 1 Ouverture et détention du Livret Grand Prix 1.1 Conditions d ouverture et de détention Le Livret Grand Prix est un compte d épargne. Il peut être ouvert par : toute

Plus en détail

AVANTAGES TARIFAIRES AU PERSONNEL. Mesures prises unilatéralement par la direction le 1 er février 2011

AVANTAGES TARIFAIRES AU PERSONNEL. Mesures prises unilatéralement par la direction le 1 er février 2011 AVANTAGES TARIFAIRES AU PERSONNEL. Mesures prises unilatéralement par la direction le 1 er février 2011 1. Bénéficiaires. Sont seuls bénéficiaires des présentes décisions unilatérales : - tous les salariés

Plus en détail