Les dispositions fiscales de la loi-programme du 22 juin 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les dispositions fiscales de la loi-programme du 22 juin 2012"

Transcription

1 IPCF Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés SOMMAIRE p. 1/ Les dispositions fiscales de la loi-programme du 22 juin 2012 p. 6/ Livraisons intracommunautaires de véhicules vers le Luxembourg Preuve du transport TVA p. 8/ Un conseil commun I.P.C.F. I.E.C. Les dispositions fiscales de la loi-programme du 22 juin 2012 La loi-programme du 22 juin 2012 est la troisième loi du gouvernement Di Rupo reprenant des dispositions fiscales. Les principales modifications concernent les règles en matière de pensions du deuxième pilier et ce qu on appelle le régime de «thin capitalisation» (souscapitalisation). jusqu à présent fixé à 16,5 % en cas de liquidation à l occasion de la mise à la retraite ou à partir de l âge de 60 ans, et à 10 % en cas de liquidation au travailleur/ dirigeant d entreprise au plus tôt au moment de son 65 e anniversaire, pour autant qu il soit resté effectivement actif jusqu à cet âge. Loi-programme du 22 juin 2012 Après la loi du 28 décembre 2011 portant des dispositions diverses et la loi-programme du 29 mars 2012, la loi-programme du 22 juin 2012 (M.B., 28 juin 2012) est la troisième loi portant exécution du volet fiscal de l accord de gouvernement Di Rupo. Comme à notre habitude, nous vous en donnons ici un aperçu thématique. Augmentation des taux applicables aux pensions du deuxième pilier Imposition distincte Les capitaux de pension payés à des travailleurs ou des dirigeants d entreprise en exécution d une assurance de groupe, d un EIP ou d un plan de pension contracté auprès d une «institution de retraite professionnelle» (en abrégé IRP, appelée autrefois fonds de pension) pour lequel l employeur/la société a versé des primes sont en principe imposés distinctement. Le taux de l imposition distincte pour les capitaux constitués au moyen de cotisations de l employeur/la société était Taux majoré en cas de liquidation à 60 ou 61 ans Le taux de 16,5 % sera porté à 20 % lorsque le capital de pension est liquidé à l âge de 60 ans (art. 171, 3 bis, premier tiret CIR 1992), et à 18 % en cas de liquidation à 61 ans (art. 171, 2 quater CIR 1992). Remarques : à compter de 2016, l âge minimum légal de la pension légale sera en principe fixé à 62 ans, excepté pour quelques catégories professionnelles particulières (p.ex. pour le personnel navigant de l aviation civile). À partir de 2016, une liquidation à 60 ou 61 ans ne pourra donc en principe se faire à l occasion de la mise à la retraite. Jusqu en 2016, et après également pour ces catégories professionnelles particulières, ce sera toutefois possible. Apparemment, le taux de 16,5 % pourrait encore être appliqué pour ces liquidations (au lieu du taux de 20 % ou de 18 %); un régime distinct s applique pour la catégorie professionnelle particulière des sportifs rémuné- P Bureau de dépôt 9000 Gent X Bimensuel Ne paraît pas dans les semaines

2 rés. Les sportifs rémunérés peuvent prendre leur retraite le premier jour du mois qui suit celui au cours duquel ils atteignent l âge de 35 ans, pour autant qu ils cessent définitivement et complètement leur activité professionnelle sportive 1. Si la pension complémentaire est liquidée à ce momentlà, le capital de pension constitué au moyen de cotisations de l employeur sera imposé au taux de 20 % (art. 171, 3 bis, deuxième tiret CIR 1992). Pour le reste, il conviendra d appliquer, dans les mêmes conditions (d âge), les taux applicables aux autres contribuables. doivent pas obligatoirement être «externalisées», autrement dit converties en une assurance ou un EIP. Les sociétés doivent cependant payer une taxe unique sur les provisions de pension existantes (art. 66 loi-programme). Cette taxe s élève à 1,75 % du montant total de la provision existant à la fin du dernier exercice comptable se clôturant avant le 1 er janvier Pour la plupart des sociétés, à savoir les sociétés dont l exercice comptable coïncide avec l année calendrier, cela signifie que la taxe doit être calculée sur le montant de la provision au 31 décembre Entrée en vigueur : capitaux de pension et valeurs de rachat payés ou attribués à partir du 1 er juillet Engagements de pension financés en interne Dorénavant également interdits pour les dirigeants d entreprise indépendants Les engagements de pension financés en interne sont des engagements de pension pour lesquels la société n a pas contracté d assurance de groupe ou d EIP au profit du bénéficiaire ni payé de cotisations à une IRP, mais qui sont financés par le biais d une provision de pension interne ou d une assurance dirigeant d entreprise dont la société est la bénéficiaire. Les engagements de pension financés en interne ne sont déjà plus possibles pour les travailleurs salariés depuis le 1 er janvier 2004 et sont désormais aussi interdits pour les dirigeants d entreprise indépendants (art. 3, 3 et suppression de l art. 75 de la loi du 27 octobre 2006 relative au contrôle des institutions de retraite professionnelle). Entrée en vigueur : l interdiction entre en vigueur le jour qui suit la fin du dernier exercice comptable se clôturant avant le 1 er janvier 2012 pour les engagements de pension pour lesquels une provision est constituée, et au 1 er juillet 2012 pour les engagements de pension financés au moyen d une assurance dirigeant d entreprise. Taxe sur les provisions existantes Contrairement à ce qui avait été envisagé initialement, les provisions de pension existantes ne La taxe est enrôlée en même temps que l impôt des sociétés, l impôt des personnes morales ou l impôt des non-résidents, en principe en une fois, à savoir en même temps que la cotisation afférente à l exercice d imposition Les sociétés peuvent toutefois choisir d étaler la taxe sur trois ans, à savoir sur les exercices d imposition 2013, 2014 et La taxe sera cependant alors un peu plus élevée, à savoir 3 0,6 %, autrement dit 1,8 %. Remarques : cette taxe ne s applique qu aux provisions de pension, et non aux engagements de pension qui ont été financés par le biais d une assurance dirigeant d entreprise ; cette taxe n est pas déductible dans le chef de la société et constitue dès lors une dépense non admise (art. 66, dernier alinéa de la loi-programme). Entrée en vigueur : exercice d imposition Exonération de la taxe d assurance en cas d externalisation de la provision Comme nous l avons dit, le gouvernement voulait au départ obliger les sociétés à externaliser les engagements de pension existants financés en interne et donc à les transférer dans une assurance pension (assurance de groupe ou EIP) ou une IRP, mais il a abandonné cette idée. L externalisation des engagements de pension existants financés en interne est toutefois encouragée. Les sociétés qui transfèrent une provision ou une assurance dirigeant d entreprise existante dans une 1 Art. 27, 3 de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de sécurité sociale. 2 Il n est donc plus possible d échapper encore à la taxe en procédant à une externalisation. La provision aurait en effet déjà dû être externalisée l année dernière. 2

3 assurance pension ou une IRP sont exonérées de la taxe d assurance de 4,4 % sur les primes et cotisations correspondant à la provision transférée ou au capital et à la valeur de rachat transférés de l assurance dirigeant d entreprise (art. 176² Code des droits et taxes divers). Cette exonération n est pas limitée dans le temps. Autrement dit, si une société décide dans dix ans d externaliser une provision de pension constituée jusqu à fin 2011, elle sera toujours exonérée de la taxe d assurance (sauf modifications ultérieures de la loi). Entrée en vigueur : primes et cotisations payées à partir du 1 er janvier 2012 en ce qui concerne les transferts de provisions, et primes et cotisations payées à partir du 1 er juillet 2012 en ce qui concerne les transferts de capitaux et valeurs de rachat d assurances-vie. Perception anticipée de la taxe anticipative Pour les pensions qui sont constituées au moyen d une assurance-vie individuelle (épargne à long terme) ou d un compte-épargne (épargne-pension), l assureur ou l établissement d épargne est tenu de prélever ce qu on appelle «une taxe anticipative» lorsque le preneur d assurance ou le titulaire d un compte-épargne atteint l âge de 60 ans. La retenue de cette taxe permet d éviter tout paiement d impôt lors de la liquidation ultérieure du capital de pension. La taxe anticipative s élève en principe à 10 % des réserves assurées ou de l épargne figurant sur le compte-épargne. Toutefois, dans la mesure où les réserves ou l épargne ont été constituées au moyen de primes payées avant le 1 er janvier 1993, le taux est fixé à 16,5 %. La loi-programme oblige désormais les assureurs ou les établissements d épargne à payer dès à présent 6,5 % de ces 16,5 %, avant que le preneur d assurance n atteigne l âge de 60 ans (art loi-programme). Le taux de la taxe anticipative passera ainsi de manière uniforme à 10 %, quel que soit le moment du paiement des primes (art. 185 du Code des droits et taxes divers). «Cotisation Wijninckx» sur les pensions complémentaires élevées Les primes qu une société paie pour une assurancepension (assurance de groupe ou EIP) au profit de ses travailleurs et/ou dirigeants d entreprise ne sont fiscalement déductibles que dans la mesure où la limite des 80 % n est pas dépassée, autrement dit dans la mesure où les primes n ont pas pour effet de porter la somme totale des pensions, légale et complémentaires, exprimée en une rente annuelle, à un montant supérieur à 80 % de la dernière rémunération annuelle brute normale. Une «rémunération annuelle brute normale» élevée augmente donc la limite de 80 % et permet dès lors aussi une pension complémentaire plus élevée. Afin de combattre les pensions complémentaires «excessives», le gouvernement avait au départ l intention de limiter davantage la déductibilité fiscale des primes d assurance-pension, en proportion de la pension la plus élevée du secteur public (autrement dit, les primes ne seraient pas déductibles dans la mesure où la pension totale serait supérieure à la pension la plus élevée du secteur public). Sur le plan pratique, cette idée n était toutefois pas facile à mettre en œuvre. Plutôt que d adapter ainsi la limite des 80 %, le gouvernement a désormais instauré une cotisation spéciale de sécurité sociale, appelée cotisation Wijninckx, qui doit être payée par les sociétés sur les primes d assurance-pension «excessives» (art de la loi-programme). Cette cotisation s élève à 1,5 % de la partie des primes (diminuée de la taxe sur les primes) qui dépasse par an par société et par travailleur/dirigeant d entreprise. Remarques : les primes qu une société paie pour transférer volontairement une provision de pension interne existante dans une assurance de groupe ou un EIP seront exonérées de la cotisation 4 ; la cotisation Wijninckx étant une cotisation de sécurité sociale, elle est, sur le plan fiscal, intégralement déductible dans le chef de la société ; un régime définitif entrera en vigueur à compter du 1 er janvier La cotisation ne dépendra plus d un seuil de primes mais bien d un objectif de pension. Entrée en vigueur : pour les réserves d assurance-vie, la taxe est payable au plus tard le 1 er octobre Pour l épargne figurant sur un compte-épargne, la date d entrée en vigueur doit encore être fixée par A.R. Entrée en vigueur : 1 er janvier Seuil pour 2012, à indexer les années suivantes. Le seuil correspond environ à la pension brute maximale de euros du secteur public. 4 Doit encore être transposé dans une loi. 3

4 Nouvelle modification du régime de «thin capitalisation» Durcissement du régime de thin capitalisation suite à la loi-programme du 29 mars 2012 La loi-programme du 29 mars 2012 a modifié ce qu on appelle le régime de thin capitalisation 5. La limitation de la déduction des intérêts s applique désormais aussi si le bénéficiaire effectif des intérêts fait partie d un groupe auquel appartient la société débitrice de ces intérêts, et la limite est dorénavant fixée à cinq fois la somme des réserves taxées (au début de l exercice comptable) et du capital libéré (à la fin de l exercice comptable). Adaptations apportées par la loiprogramme du 22 juin CIR). Il est toutefois important de noter que ce «netting» n est possible que lorsque les opérations de trésorerie sont réalisées dans le cadre d une convention-cadre de gestion centralisée de trésorerie. Cette convention doit notamment préciser les activités qui sont liées à la gestion quotidienne de la trésorerie et que la société effectue pour les membres du groupe, le mode de compensation de créances et de dettes entre les sociétés affiliées à la convention-cadre susmentionnée et les modalités d intervention des sociétés et les taux d intérêt pratiqués (art. 198, 4, al. 5, 2 CIR). Remarque : les intérêts que la société de cash pooling reçoit de certaines sociétés du groupe ne peuvent toutefois être déduits, p.ex. les intérêts perçus de banques, de sociétés de leasing mobilier etc., de sociétés qui ne sont pas ou sont faiblement taxées. Ce régime est à présent à nouveau modifié. La première adaptation concerne les exceptions à la limite de déductibilité instaurée par la loi-programme du 29 mars 2012 pour les emprunts contractés par des sociétés de leasing mobilier, des sociétés dont l activité principale consiste en factoring ou leasing immobilier et des sociétés dont l activité principale consiste en la réalisation d un projet de partenariat public-privé. Ces exceptions sont désormais limitées aux cas où l emprunt est octroyé par une société du groupe. Autrement dit, ces exceptions ne s appliquent pas lorsque l emprunt est octroyé par (autrement dit lorsque l emprunt est contracté auprès d ) un bénéficiaire effectif pour qui les intérêts ne sont pas imposables ou sont soumis à un régime de taxation notablement plus avantageux que celui résultant des règles fiscales belges normales (art. 198, 3, al. 3 CIR). La deuxième adaptation concerne les opérations de financement dans le cadre d une «gestion centralisée de trésorerie» au sein d un groupe de sociétés. Pour les sociétés d un groupe qui pratiquent cette «gestion centralisée de trésorerie», connue aussi sous le nom de «cash pooling», les intérêts à limiter éventuellement sont calculés en net. Il est autrement dit possible de déduire du montant des intérêts payés ou attribués, les intérêts que la société de cash pooling a reçus ou obtenus pour des sommes qui ont effectivement été mises à la disposition de sociétés du groupe (art. 198, La troisième adaptation est purement formelle, à savoir une nouvelle subdivision du texte de l article 198 CIR 1992 en 4 paragraphes. Entrée en vigueur : 1 er juillet Mesures diverses Modifications au niveau de la cotisation supplémentaire sur les revenus mobiliers La loi-programme du 22 juin apporte à nouveau quelques modifications au niveau de la cotisation supplémentaire sur les revenus mobiliers, instaurée par la loi du 28 décembre 2011 portant des dispositions diverses. La première modification concerne l obligation d information (à ce qu on appelle le point de contact central pour la cotisation supplémentaire) et l obligation de retenir la cotisation supplémentaire à la source lorsque le bénéficiaire des revenus choisit cette option. La loiprogramme du 29 mars 2012 manquait de précisions quant à l obligation d information pour les dividendes afférents à des titres au porteur ou des titres dématérialisés 6. Ces imprécisions sont désormais levées. Dorénavant, la déclaration doit être effectuée dans ce cas par tout opérateur économique établi en Belgique qui attribue ou met en paiement des dividendes ou des intérêts au profit immédiat du bénéficiaire, que cet opérateur soit le débiteur des revenus mobiliers précités ou qu il 5 Pour une analyse, voir Felix Vanden Heede, «Les dispositions fiscales de la loi-programme du 29 mars 2012», Pacioli, 2012, n Voir F. Vanden Heede, «Les dispositions fiscales de la loi-programme du 29 mars 2012», Pacioli, 2012, n 341, p. 2. 4

5 soit chargé par le débiteur ou le bénéficiaire d attribuer ou de mettre en paiement ces revenus (art. 174/1 2, al. 1 er, a) CIR 1992). Dans tous les autres cas, l obligation d information incombe au redevable du précompte mobilier (art. 174/1 2, al. 1 er, b) CIR 1992). Les personnes soumises à l obligation d information sont également celles qui, lorsque le bénéficiaire des dividendes ou des intérêts choisit cette option, doivent retenir à la source la cotisation supplémentaire (art. 174/1 2, al. 3 CIR 1992) 7. La deuxième modification porte sur les intérêts de retard et les amendes pour déclaration ou paiement tardif de la retenue à la source de la cotisation supplémentaire. Étant donné que le législateur vient à peine de préciser clairement à qui incombe l obligation de retenue alors que cette obligation a été instaurée avec effet rétroactif au 1 er janvier 2012, la loi stipule explicitement qu aucun intérêt de retard ni aucune amende n est appliquée pour déclaration ou paiement tardif de la cotisation supplémentaire en ce qui concerne les revenus mobiliers attribués ou mis en paiement entre le 1 er janvier et le 1 er août Entrée en vigueur : 1 er janvier Augmentation des amendes TVA L administration de la TVA peut infliger, pour certaines infractions au Code TVA et aux A.R. pris en exécution de celui-ci, des amendes dites non proportionnelles, c est-à-dire des amendes TVA qui consistent en un montant absolu et non en un pourcentage de la TVA due. Jusqu à présent, ces amendes ne pouvaient être inférieures à 25 ni supérieures à Ces montants sont désormais portés respectivement à 50 et à Comme auparavant, le montant de l amende est fixé dans un A.R. selon une échelle dont les graduations dépendent de la nature et de la gravité de l infraction (art C.TVA). L A.R. n 44 en question a entre-temps déjà été adapté (A.R. 9 juillet 2012, M.B., 17 juillet 2012). Entrée en vigueur : 1 er juillet 2012 pour les infractions commises à partir de cette date. L administration TVA a d ores et déjà fait savoir qu elle appliquera l ancien barème pour les amendes infligées jusqu au 16 juillet 2012 compris (communiqué de presse du 13 août 2012). Réduction du délai pour le dépôt de la déclaration de succession Le délai pour le dépôt de la déclaration de succession est réduit d un mois : la déclaration doit dorénavant être déposée dans un délai de quatre mois à compter du décès si celui-ci est survenu en Belgique (contre cinq mois auparavant), de cinq mois à compter du décès si celui-ci est survenu dans un autre pays européen (contre six mois auparavant) et de six mois à compter du décès si celui-ci est survenu hors d Europe (contre sept mois auparavant) (art. 40, al 1 er C. Succ.). Entrée en vigueur : les nouveaux délais s appliquent aux successions qui s ouvrent à partir du 1 er août 2012 ainsi qu aux déclarations nouvelles à déposer en vertu de l article 37 du Code des droits de succession, lorsque le délai de dépôt de ces déclarations (fixé à art. 40, al. 3 à 6 C. Succ.) commence à courir au plus tôt le 1 er août Augmentation de la taxe boursière La taxe boursière est temporairement augmentée pour deux types d opérations de bourse. La taxe pour les opérations ayant pour objet des actions individuelles passe de 0,22 % à 0,25 % 8, et la taxe sur les opérations ayant pour objet des actions de capitalisation passe de 0,65 % à 1 %. Dans ces deux cas, la taxe maximale est respectivement portée à 740 et Entrée en vigueur : du 1 er août 2012 au 31 décembre Taxe annuelle sur les établissements de crédit Les établissements de crédit doivent dorénavant payer une taxe annuelle sur une quotité des dépôts d épargne dont la première tranche d intérêts (de pour l exercice d imposition 2013) est exonérée d impôt des personnes physiques. La taxe s élève en principe à 0,05 %, mais est par ailleurs adaptée selon un coefficient de pondération qui dépend des prêts consentis par les établissements de crédit à des emprunteurs autres que des institutions financières (art à du Code des droits et taxes divers). Entrée en vigueur : la taxe est exigible le 1 er janvier de chaque année et pour la première fois le 1 er jan- 7 A noter que dans certaines situations plutôt exceptionnelles, l obligation d information et de retenue n incombe toujours à personne. Voir à ce propos O. Hermand, P. Delacroix, A. Lagache, «Cotisation de 4 % : qui doit communiquer, qui doit retenir?», Fiscologue, 2012, n 1301, p Le taux de 0,22 % était applicable aux opérations de bourse depuis le 1 er janvier de cette année et constituait déjà une augmentation (instaurée par la loi du 28 décembre 2011 portant des dispositions diverses). Auparavant, le taux s élevait à 0,17 %. 5

6 vier Elle doit être acquittée au plus tard le 1 er juillet de chaque année et pour la première fois le 1 er juillet Modification au niveau de la contribution des établissements financiers au fonds de protection des dépôts Les établissements financiers sont tenus de payer une contribution annuelle en vue du financement du «Fonds spécial de protection des dépôts, des assurances sur la vie et du capital de sociétés coopératives agréées». Pour 2012, la contribution passe de 0,245 % du montant des dépôts éligibles au remboursement à 0,26 % et sera ramenée à 0,13 % pour 2013 (art. 8, 1 er de l A.R. du 14 novembre 2008 portant exécution de la loi du 15 octobre 2008). Augmentation des accises Les accises sur les cigarettes et le tabac sont augmentées (art. 3 de la loi du 3 avril 1997 relative au régime fiscal des tabacs manufacturés). Entrée en vigueur : 1 er juillet Augmentation des droits de greffe Les droits de greffe sont augmentés de plus de 15 % (art ter C. Enr.). Entrée en vigueur : 8 juillet Mesures en préparation Avec cette loi-programme, pratiquement toutes les mesures fiscales annoncées dans l accord de gouvernement ont été exécutées. Un projet de «loi portant des dispositions fiscales et financières», qui sera approuvé prochainement, contient les dernières mesures prévues : en matière d impôt des personnes physiques : la conversion des déductions du revenu imposable en réductions d impôts (bonus logement, frais de garde d enfants, libéralités, ) ; en matière d impôt des sociétés : la suppression du report de la déduction des intérêts notionnels. Felix VANDEN HEEDE Juriste fiscal Livraisons intracommunautaires de véhicules vers le Luxembourg Preuve du transport TVA Les faits : Le litige porte sur le régime d exemption applicable aux opérations intracommunautaires (art. 39bis C.TVA) relatif à des ventes de véhicules réalisées à des sociétés de leasing établies au Luxembourg. Les faits concernent une société exerçant l activité de vente au détail de véhicules, véhicules livrés à une société de leasing établie au Luxembourg. Les factures relatives à ces ventes ont été établies par la société venderesse, sans application de TVA. Lors d un contrôle subséquent, l administration de la TVA a considéré que ces livraisons avaient à tort été exonérées de TVA, car selon l administration, la société n apportait pas la preuve du transport des biens depuis la Belgique vers le Luxembourg, et ce, avec livraisons durables dans le pays de destination. Comme rappelé ci-avant, la législation applicable et l article 39bis du Code TVA, lequel prévoit une exemption de la taxe : «Sur les livraisons de biens expédiés ou transportés par le vendeur autre qu un assujetti bénéficiant du régime prévu à l article 56, 2 par l acquéreur ou pour leur compte en dehors de la Belgique, mais à l intérieur de la Communauté, effectuées pour un autre assujetti ou pour une autre personne morale non assujettie, agissant en tant que telle dans un autre 6

7 Etat membre, et qui sont tenus d y soumettre à la taxe leurs acquisitions intracommunautaires de biens, lorsque ces livraisons de biens ne sont pas soumises au régime particulier de la marge bénéficiaire établie par l article 58, 4» La Cour d appel de Liège a considéré qu il appartenait à la juridiction saisie de ce litige d apprécier in concreto si la preuve du transport et de l expédition des véhicules concernés est rapportée. La Cour a constaté que le concessionnaire déposait à son dossier les pièces justificatives de l exportation des véhicules au Luxembourg, dont : les vignettes des services de douanes ; les certificats d immatriculation au Luxembourg ; les documents émanant du contrôle technique luxembourgeois. La Cour a considéré que ces documents sont pertinents et rapportent la preuve de ce que, effectivement, les biens ont été exportés au Luxembourg après acquisition, concessionnaires produisant outre les certificats d immatriculation, les factures de vente des véhicules litigieux portant le numéro d immatriculation de l acheteur au Luxembourg, la preuve du paiement des acquisitions par chèque ainsi qu une copie d un procès-verbal de réception de l acheteur étranger à la date de livraison. La Cour d appel a, de surcroît, considéré que la loi fiscale ne demandait pas d autres preuves et que l usage ultérieur du véhicule ayant fait l objet d un contrat de leasing avec la société étrangère propriétaire du véhicule, ne peut être efficacement opposé au vendeur qui a rempli son obligation en prouvant l exportation du véhicule à l étranger pour lui refuser l exemption, le bien vendu ayant été exporté à l étranger et vendu à un assujetti agissant en tant que tel. L Etat belge a introduit un pourvoi en cassation contre la décision qui donnait gain de cause aux concessionnaires automobiles considérant que l exemption visée par l article 39bis, de stricte interprétation et application, parce que dérogatoire au droit commun, n étant pas autorisé lorsque l expédition vers un autre Etat membre constitue un artifice qui dissimule, dans les faits, l intention ou la volonté des intervenants de mettre un véhicule à la disposition d un utilisateur localisé dans l Etat membre de l expédition de ce véhicule, et y relevant en l espèce. La Cour de cassation a très justement suivi l argumentation du concessionnaire consistant à dire que vouloir une permanence dans l exportation concrétisée par l utilisation effective normale du bien dans l Etat de destination, telle que souhaitée par l Etat belge en l état, est un critère qui ajoute une condition d application à l article 39bis, lequel prévoit uniquement le lieu de destination du véhicule, indépendamment de l utilisation qui en est faite. Le fait générateur de la taxe intervient au moment où l acquisition intracommunautaire de biens est effectuée. L acquisition intracommunautaire de biens est considérée comme effectuée au moment où la livraison à l intérieur du pays de biens similaires est considérée comme effectuée. Par conséquent, la Cour de cassation considère qu il est nécessaire et suffisant qu il existe un mouvement physique de biens entre Etats membres ou qu il y a bien eu le transfert dont question. C est donc à juste titre que la Cour de cassation, sur conclusions conformes de Monsieur l Avocat Général près la Cour de cassation, a considéré qu hormis les conditions relatives à la qualité des assujettis, au transfert du pouvoir de disposer d un bien comme un propriétaire et le déplacement physique du bien d un Etat membre à un autre, aucune autre condition ne saurait être exigée pour qualifier une opération de livraison ou d acquisition intracommunautaire de biens. Enfin, cette conclusion est particulièrement importante dans le cadre de transfert de véhicules entre Etats membres. Il est toutefois à relever que dans le cas d espèce, le concessionnaire disposait de tous les éléments permettant de justifier l effectivité de la vente et du transfert du véhicule vers l Etat de destination. Gageons que d ici quelques mois, nous verrons surgir une nouvelle législation en la matière (Réf. : C.C., , F F/1) Adrien ABSIL, Avocat au Barreau de Liège Juge suppléant Professeur de Droit commercial Membre de jury I.P.C.F. 7

8 Un conseil commun I.P.C.F. I.E.C. Le 9 juillet 2012, à l invitation de Monsieur André Bert, Président de l Institut des Experts-Comptables et des Conseils Fiscaux, une réunion du Conseil National de l I.P.C.F. s est tenue conjointement avec le Conseil National de l I.E.C. Le but de cette réunion commune était de définir une série d objectifs tenant à cœur aux deux Instituts et de déterminer les stratégies à mettre en œuvre pour leur réalisation. Après un accueil chaleureux et la présentation des membres des Conseils par Messieurs André Bert et Jean-Marie Conter, respectivement Présidents de l I.E.C. et de l I.P.C.F., les points ci-après ont été successivement abordés. Monsieur André Bert a expliqué comment la législation anti-blanchiment était appliquée au sein des cabinets et la manière dont les Instituts allaient en opérer le suivi. Il a également commenté la procédure du contrôle de qualité telle que définie par l I.E.C. Monsieur Jean-Marie Conter a ensuite détaillé la lettre de mission telle qu elle a été conçue par l I.P.C.F. et le fait que cette lettre de mission allait être rendue prochainement obligatoire afin de mieux déterminer les relations entre le comptable (-fiscaliste) et ses clients. Il a également précisé que cette lettre de mission faisait indissociablement partie du dossier permanent que chaque professionnel du chiffre doit tenir pour chacun de ses clients. Il a enfin émis quelques avis sur le plan d action du Gouvernement en matière de lutte contre les fraudes fiscale et sociale. Par après, Monsieur Xavier Schraepen, Vice-Président de l I.P.C.F. a fait un exposé sur les délais fiscaux imposés aux professionnels du chiffre et les relations entre ces derniers en général et les services du S.P.F. Finances. Conjointement avec Monsieur Benoît Vanderstichelen, Vice-Président de l I.E.C., le règlement de la formation permanente au sein des deux Instituts a été passé en revue et Monsieur Vanderstichelen a aussi évoqué l exercice d une activité professionnelle fiscale avec les problèmes qu elle pouvait susciter (application de la T.V.A. aux avocats, proposition d activités fiscales éventuellement réservées, ). La réunion, qui s est déroulée dans un esprit très constructif, s est ensuite clôturée par un déjeuner convivial réunissant les deux Conseils des Instituts. Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit, introduit dans un système de récupération ou transféré électroniquement, mécaniquement, au moyen de photocopies ou sous toute autre forme, sans autorisation préalable écrite de l éditeur. La rédaction veille à la fiabilité des informations publiées, lesquelles ne pourraient toutefois engager sa responsabilité. Editeur responsable : Jean-Marie CONTER, IPCF av. Legrand 45, 1050 Bruxelles, Tél. 02/ , Fax. 02/ URL : Rédaction : Jean-Marie CONTER, Gaëtan HANOT, Geert LENAERTS, Xavier SCHRAEPEN, Chantal DEMOOR. Comité scientifique : Professeur P. MICHEL, Professeur Emérite de Finance, Université de Liège, Professeur C. LEFEBVRE, Katholieke Universiteit Leuven. Réalisée en collaboration avec kluwer 8 Pacioli N 303 IPCF-BIBF / 3-16 septembre 2012

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 1) Avantage imposable des voitures de société A partir du 1 janvier 2012, l avantage imposable résultant de la mise à disposition gratuite d une voiture de société

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION?

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION? boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264 Indexation Indexation des plafonds en matière d impôts sur les revenus pour l exercice d imposition 2015 On trouvera ci-dessous les plafonds indexés applicables aux impôts sur les revenus pour l exercice

Plus en détail

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014.

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014. Explications concernant les conditions auxquelles les emprunts conclus en 2014 doivent satisfaire pour pouvoir entrer en considération pour la réduction d impôt régionale pour l habitation unique (bonus-logement)

Plus en détail

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965 SOMMAIRE I. LÉGISLATION SPECIALE Loi modifiant le régime des sociétés en matière d impôts sur les revenus et instituant un système de décision anticipée en matière fiscale 24 décembre 2002 Arrêté royal

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info Aspects fiscaux de l assurance vie Brochure d info 2 Aspects fiscaux de l assurance vie Préambule La rédaction de cette brochure a été achevée au 31/01/2015 et tient compte de la législation fiscale telle

Plus en détail

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Le modèle de la formule de déclaration pour l exercice d imposition 2015

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

I. Opérations pour lesquelles une personne morale non assujettie identifiée à la TVA est redevable de la TVA belge

I. Opérations pour lesquelles une personne morale non assujettie identifiée à la TVA est redevable de la TVA belge Taxe sur la valeur ajoutée. Modification, à partir du 1er janvier 2010, des règles de localisations des prestations de services et des obligations qui en résultent. Personnes morales non assujetties disposant

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

Loi-programme du 27 décembre 2012. Annulation des modifications apportées par la loi-programme du 28 décembre 2011 SOMMAIRE

Loi-programme du 27 décembre 2012. Annulation des modifications apportées par la loi-programme du 28 décembre 2011 SOMMAIRE IPCF Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés SOMMAIRE p. 1/ Les dispositions fiscales de la loiprogramme du 27 décembre 2012 p. 5/ T.V.A. - Nouvelles règles de facturation au 1 er janvier

Plus en détail

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 Dans la dernière édition du Moniteur belge de l année 2013, pour respecter les traditions, certaines nouvelles mesures fiscales ont été insérées. Dans ce tax alert nous passons

Plus en détail

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 -

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 - L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES Travail des étudiants Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2011 et 2012 - J ai travaillé

Plus en détail

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique Nom du produit Description Engagement de Pension - EIP Un engagement individuel de pension d une société

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

L'essentiel de l'assurance 12. FISCALITÉ DE L ASSURANCE À LUXEMBOURG

L'essentiel de l'assurance 12. FISCALITÉ DE L ASSURANCE À LUXEMBOURG 168 12. FISCALITÉ DE L ASSURANCE À LUXEMBOURG 169 Principes généraux La fiscalité de l assurance reste une affaire nationale: le contrat d assurance est soumis aux règles fiscales en vigueur dans l Etat

Plus en détail

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux Note préliminaire Cet exemple analyse la dissolution et

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Règlement relatif à l assurance complémentaire

Règlement relatif à l assurance complémentaire Règlement relatif à l assurance complémentaire Fondation de prévoyance Swiss Life Assurance complémentaire Service externe valable à compter du 1 er janvier 2011 Sommaire A Introduction 3 1 Principe 3

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Partie I - Le deuxième pilier

Partie I - Le deuxième pilier Table des matières Préambule 1. Introduction... 3 2. Les quatre piliers de pension... 4 3. Comment déterminer le revenu mensuel nécessaire à la retraite?.... 5 4. Comment déterminer votre capital pension

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ)

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) Q1 Qu est ce que la cotisation supplémentaire sur des revenus mobiliers? Q2 Qui est soumis à la cotisation supplémentaire sur des revenus mobiliers? Q3 Comment est perçue la cotisation

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Fiche d infos financières assurance vie

Fiche d infos financières assurance vie Fiche d infos financières assurance vie Assurance solde restant dû sur une tête 1 Type d assurance vie Garanties Groupe-cible Assurance décès (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS

VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION 30.30.014/00 09/08 Vous êtes dirigeant d entreprise et vous souhaitez octroyer à vous-même ou un avantage extra-légal de pension

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

Capi 23. Garanties complémentaires En option:

Capi 23. Garanties complémentaires En option: Capi 23 Type d assurance-vie Assurance vie du type branche 21 Garanties - En cas de vie de l assuré à l échéance du contrat, le contrat garantit le paiement de la réserve d épargne totale au bénéficiaire,

Plus en détail

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique B. MARISCAL Lors du Conseil des ministres extraordinaire d Ostende des 20 et 21 mars 2004, le gouvernement avait pris la décision de réformer

Plus en détail

Comptabilisation de la valeur nominale d emprunts

Comptabilisation de la valeur nominale d emprunts IPCF Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés SOMMAIRE p. 1/ Comptabilisation de la valeur nominale d emprunts p. 7/ Le remboursement du montant réel de frais de repas propres à un employeur

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 Lettre d Information Juridique et Fiscale 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 1. DROIT DES SOCIETES/ DROIT BOURSIER Sort de la clause de garantie de passif en cas de fusion absorption : Toute convention

Plus en détail

Le cautionnement personnel du gérant en faveur de sa SPRL : une bonne idée?

Le cautionnement personnel du gérant en faveur de sa SPRL : une bonne idée? IPCF Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés SOMMAIRE p. 1/ Le cautionnement personnel du gérant en faveur de sa SPRL : une bonne idée? p. 4/ Revenus mobiliers Taux de précompte mobilier

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Les mesures fiscales instaurées par la loi du 28 décembre 2011 portant des dispositions diverses

Les mesures fiscales instaurées par la loi du 28 décembre 2011 portant des dispositions diverses IPCF Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés SOMMAIRE p. 1/ Les mesures fiscales instaurées par la loi du 28 décembre 2011 portant des dispositions diverses p. 12/ Cessation d activités

Plus en détail

Update@Work Juillet 2012 Numéro 3 8e année

Update@Work Juillet 2012 Numéro 3 8e année Update@Work Juillet 2012 Numéro 3 8e année Accord gouvernemental Di Rupo (I): quelques mesures fiscales relatives au 2e pilier se concrétisent Dans l Update@Work de décembre 2011, nous vous informions

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Conditions Complémentaires d Assurance. Assurances de capitaux Règles propres à la prévoyance liée

Conditions Complémentaires d Assurance. Assurances de capitaux Règles propres à la prévoyance liée Conditions Complémentaires d Assurance Assurances de capitaux Règles propres à la prévoyance liée Table des matières I. Preneur de prévoyance et personne assurée... 2 II. Bénéficiaires (OPP3, art. 2)...

Plus en détail

Update@Work. Pensions complémentaires dans la loi du 15.5.2014 portant des dispositions diverses. Actualité en matière de gestion des RH

Update@Work. Pensions complémentaires dans la loi du 15.5.2014 portant des dispositions diverses. Actualité en matière de gestion des RH Aon Hewitt Update@Work Août 2014 - Numéro 5 10 ème année Actualité en matière de gestion des RH Table des matières 01 Sortie 03 Régime multi-organisateurs 03 Banque de données relative aux pensions complémentaires

Plus en détail

Plan de prévoyance 94

Plan de prévoyance 94 valable dès le 1er janvier 2015 Plan de prévoyance 94 Assurance d interruption Objectif L assurance d interruption a pour objectif d assurer la couverture de risques pour les personnes de moins de 50 ans,

Plus en détail

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives :

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives : Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Objet : transposition des directives : - 2002/12/CE du Parlement européen

Plus en détail

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2013 et 2014 -

Travail des étudiants. Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2013 et 2014 - L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES Travail des étudiants Répercussion sur la situation fiscale de l étudiant et sur celle de ses parents - Revenus des années 2013 et 2014 - J ai travaillé

Plus en détail

Save Plan 1. Type d assurance-vie

Save Plan 1. Type d assurance-vie Save Plan 1 Type d assurance-vie Garanties Assurance-vie dont les primes nettes (à savoir les primes, compte non tenu des taxes sur primes, des frais d entrée et d éventuelles primes pour garanties additionnelles)

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants SPF Sécurité Sociale DG Indépendants NOTE CONCERNANT LE NOUVEAU STATUT DES CONJOINTS AIDANTS Depuis le 1er juillet 2005 les conjoints aidants doivent s'affilier au statut social complet (maxi-statut).

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Numéro du rôle : 5736. Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5736. Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5736 Arrêt n 137/2014 du 25 septembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 43 de la loi du 11 juin 1874 sur les assurances (avant son abrogation par

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries EXTRAITS DU N 45 NOVEMBRE 2010 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries Des

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

La TVA et l avantage de toute nature lié à la voiture de société

La TVA et l avantage de toute nature lié à la voiture de société IPCF Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés SOMMAIRE p. 1/ La TVA et l avantage de toute nature lié à la voiture de société p. 4/ Revenus mobiliers Tarifs de précompte mobilier sur

Plus en détail

FICHES INFO FINANCIERES

FICHES INFO FINANCIERES FICHES INFO FINANCIERES RENT LIFE - RENT FIX - RENT TEMPO Ethias SA Votre agent d assurances 1517-207 07/15 POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES FORMULES DE RENTE ET OBTENIR UN DEVIS GRATUITEMENT, INFORMEZ-VOUS

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

R A M B. Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève

R A M B. Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève R A M B Fondation pour la Retraite Anticipée de la Métallurgie du Bâtiment à Genève 2004 1 FONDATION POUR LA RETRAITE ANTICIPEE DE LA METALLURGIE DU BATIMENT (FONDATION RAMB) REGLEMENT En application des

Plus en détail

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Olivier D Aout Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Thierry Litannie avec la collaboration de Emmanuel Delannoy et

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 La holding belge, utilisation par les résidents et les non-résidents 15 Jacques Malherbe et Daphné de Laveleye

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable William Francis Morneau, c.p., député Décembre 2015 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Vous cherchez à augmenter votre pouvoir d achat en réduisant vos impôts... Le système fiscal luxembourgeois vous

Plus en détail

I. INTRODUCTION 1-3 II. L INSCRIPTION HYPOTHECAIRE EN TANT QUE GARANTIE 4-8

I. INTRODUCTION 1-3 II. L INSCRIPTION HYPOTHECAIRE EN TANT QUE GARANTIE 4-8 Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service IPP Impôt des personnes physiques Circulaire AGFisc N 1/2015 (n Ci.RH.331/635.143) dd. 12.01.2015 Impôt des personnes

Plus en détail

Table des matières. Introduction 7 Jérôme Dandoy Titre I. Pension de retraite légale 8 Section 1. Régime des travailleurs salariés 8

Table des matières. Introduction 7 Jérôme Dandoy Titre I. Pension de retraite légale 8 Section 1. Régime des travailleurs salariés 8 Table des matières Introduction 7 Jérôme Dandoy Titre I. Pension de retraite légale 8 Section 1. Régime des travailleurs salariés 8 1. Rappel des conditions d âge et de carrière 8 2. Comment la pension

Plus en détail

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

PLAN DE PRÉVOYANCE C

PLAN DE PRÉVOYANCE C PLAN DE PRÉVOYANCE C RÈGLEMENT, 1 re partie Valable à partir du 1 er janvier 2010 Mis en vigueur par le Conseil de fondation le 9 novembre 2009 Le présent plan de prévoyance s applique à toutes les personnes

Plus en détail

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES?

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES Référence IT26-05/2005 Article 1 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? 1. Qu entendons-nous par «NOUS»? Les AP, une marque et un nom commercial de

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Invest 1. Type d assurance-vie

Invest 1. Type d assurance-vie Invest 1 Type d assurance-vie Garanties Public cible Assurance-vie dont la prime nette (à savoir la prime, hors taxes sur les primes et frais d entrée) est placée en tout ou en partie sur un ou plusieurs

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Fiche d information financière Assurance-vie branches 21 et 23

Fiche d information financière Assurance-vie branches 21 et 23 Fiche d information financière Assurance-vie branches 21 et 23 Type d assurance-vie isave Protect & Pension 1 Le produit isave Protect & Pension est une assurance-vie où le client a le choix entre un ou

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE Université de Metz Année Universitaire 2010/2011 UFR Droit - AES TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES Cours de Mme Corinne BOISMAIN TD de Maître Romain LANCIA TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier,

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier, Décret n 99-2773 du 13 décembre 1999 relatif à la fixation des conditions d ouverture des «Comptes Epargne en Actions», des conditions de leur gestion et de l utilisation des sommes et titres qui y sont

Plus en détail

INTRODUCTION Nouvelle Loi

INTRODUCTION Nouvelle Loi INTRODUCTION Suite à une série de contentieux au sujet de la légalité de la cotisation annuelle à la Chambre de Commerce, le gouvernement luxembourgeois avait proposé un nouveau cadre législatif relatif,

Plus en détail

Codex de l Expert-comptable et du Conseil fiscal

Codex de l Expert-comptable et du Conseil fiscal Codex de l Expert-comptable et du Conseil fiscal Ce code est mis à jour au Moniteur belge du 6 avril 2012. Editeur responsable: Hans Suijkerbuijk # 2012 Wolters Kluwer Belgium SA Waterloo Office Park Drève

Plus en détail

Invest 1. Type d assurance-vie

Invest 1. Type d assurance-vie Invest 1 Type d assurance-vie Garanties Public cible Assurance-vie dont la prime nette (à savoir la prime, hors taxes sur les primes et frais d entrée) est placée en tout ou en partie sur un ou plusieurs

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

Contrat épargne pension du type Universal Life

Contrat épargne pension du type Universal Life Contrat épargne pension du type Universal Life Conditions générales Securex A.A.M - Siège Social: Avenue de Tervueren 43, 1040 Bruxelles Entreprise Agréée par arrête royal du 5.1.1982 pour pratiquer les

Plus en détail