Assurance-vie (2) : aspects juridiques et fiscalité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assurance-vie (2) : aspects juridiques et fiscalité"

Transcription

1 - 1 - Assurance-vie (2) : aspects juridiques et fiscalité Mots clés : Sommaire : Assurance-vie Multi-supports Bénéficiaire Notaire Fiscalité Rente Requalification Impôt ISF Clause bénéficiaire Exonération Abattement Héritier Succession Héritage 1. Fiscalité 1.1 Une fiscalité avantageuse 1.2 Un support idéal de transmission 2. Pièges juridiques 2.1 Rédaction de la clause bénéficiaire 2.2 Requalification et abus Résumé : «L'assurance-vie offre des avantages fiscaux tant dans une optique de placement que dans une optique successorale. Mais pour bien en profiter, mieux vaut connaître les multiples pièges juridiques tendus au souscripteur. Le choix du bénéficiaire est particulièrement important ; il faut donc réfléchir avant de rédiger la clause bénéficiaire.» Mise à jour : Auteur : H. du Halgouët Expert : FdB / YB / PN ISSN :

2 Fiscalité 1.1 Une fiscalité avantageuse A. Fiscalité des plus-values 1. Exonération d'impôt au cours du contrat 2. Prélèvements sociaux in fine (unités de compte) ou annuels (contrats en euros) 3. Imposition à la sortie B. ISF C. Dispositions spécifiques à la sortie en rente A. Fiscalité des plus-values Les contrats d'assurance-vie bénéficiaient d'un cadre fiscal avantageux mais qui a connu au fil des années des restrictions importantes. 1. Exonération d'impôt au cours du contrat Dans le cadre d'un contrat en unités de compte, tant que les capitaux restent investis (c'est-à-dire que le souscripteur n'opère pas de rachat), aucun impôt n'est dû. 2. Prélèvements sociaux En revanche, les prélèvements sociaux, désormais au taux de % sont déduits annuellement des intérêts servis sur les contrats en euros. Pour les fonds en euros logés dans un contrat d'assurance-vie en unités de compte, ce prélèvement n'est effectué qu'à la sortie, ce qui est plus favorable. 3. Imposition à la sortie Si le souscripteur sort du contrat (retrait partiel ou total), il subit une imposition de ses gains différente selon l'antériorité dont il dispose. Le produit imposable est déterminé en calculant la différence entre les sommes investies et la valeur de rachat. Pour un rachat partiel, la fraction imposée est proportionnelle à la fraction remboursée. Il est toujours possible d'intégrer les produits d'un placement à l'assurance-vie à l'imposition du revenu du foyer fiscal. Cependant, opter pour le prélèvement libératoire est généralement préférable. e anniversaire, le prélèvement se fait à 35 %. e et la 8 e année, le taux passe à 15 %. -delà de 8 ans, il faut faire une nouvelle distinction : o Les produits acquis jusqu'au 31 décembre 1997 ne sont pas imposables ; o Les produits (gains) acquis depuis le 31 décembre 1997 sont imposables. Ils sont soumis à un abattement de euros pour un célibataire et euros pour un couple. Au-delà, le contribuable peut opter pour un prélèvement libératoire de 7,5 % ou l'imposition sur le revenu des personnes physiques après abattement de 4600 euros (ou 9200 euros pour un couple). Il faut noter que les contrats de type DSK (cf. Chapitre intitulé " Assurance-vie (3) : multisupports ") sont exonérés du prélèvement libératoire au-delà de huit ans.

3 - 3 - Pour un contrat en euros, il n'y a pas lieu de payer en plus des prélèvements sociaux, puisque ceux-ci sont déduits annuellement. En revanche, pour les contrats en unités de compte, il faut ajouter les prélèvements sociaux au prélèvement libératoire. Etant donné la fiscalité applicable aux produits acquis depuis le 31 décembre 1997, il est préférable de racheter partiellement chaque année une fraction de son contrat de manière à rester en dessous de l'abattement plutôt que de sortir en une seule fois. Quelle que soit la date de sortie, les produits sont exonérés d'impôt sur les plus values si le rachat fait suite à un des événements suivants touchant le souscripteur ou son conjoint : Licenciement ; Mise en retraite anticipée ; Invalidité ; Cessation d'une activité non salariée suite à une liquidation judiciaire. Dans ces cas, il y a également exonération des prélèvements sociaux, sauf sur les contrats ayant déjà atteint 8 ans. Les intérêts capitalisés, ainsi que les plus-values réalisées lors des arbitrages (investissement / désinvestissement des supports) dans le contrat ne subissent aucune fiscalité annuelle. Les prélèvements sociaux sont appliqués dans le cadre de contrat monosupport, chaque année au moment du versement des intérêts. Dans le cadre des contrats multisupports, les prélèvements sociaux ne sont effectués qu'au moment d'un retrait. Les retraits réalisés avant 8 ans sur un contrat d'assurance vie donnent lieu à une imposition des plus values réalisées. Deux options sont alors possibles : Le prélèvement libératoire : L'imposition sur les plus-values (hors prélèvement sociaux) lors d'un rachat, est limitée et dégréssive dans le temps. En fonction de l'ancienneté de la souscription au contrat d'assurance vie, le barème d'imposition varie. Durée écoulée depuis l ouverture du contrat Taux de prélèvement libératoire appliqué sur les produits Prélèvements sociaux (CSG + RDS) De 0 à 4 ans 35 % ou IR 12,1 % De 4 à 8 ans 15 % ou IR 12,1 % Après 8 ans - 0 % jusqu à euros de plus-values pour une personne seule - 0 % jusqu à euros de plus-values pour un couple marié - 7,5 % au delà de ces montants 12,1 % L'intégration des plus values au revenu imposable : Dans ce cas le montant des plus values majorent le montant des revenus, selon le barème d'imposition suivant :

4 - 4 - Rachat avant 4 ans Rachat entre 4 et 8 ans Rachat après 8 ans La plus value est intégrée au revenu imposable dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers. La plus value est intégrée au revenu imposable dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers. La plus value est intégrée au revenu imposable dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers. - Célibataire, veuf, divorcé : 0% jusqu'à euros. - Couple marié : 0% jusqu'à euros. B. Impôt de Solidarité sur la Fortune Seuls sont soumis à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) les contrats d'assurance-vie : - Rachetables (pour leur valeur de rachat au 1er janvier. - Et non rachetables souscrits depuis le 20/11/91 (pour la valeur des primes versées après les 70 ans de l'assuré). Lors du dénouement du contrat, les sommes versées par l'assureur entrent dans le patrimoine de son bénéficiaire. Dans le cas d'une sortie en rente, celle-ci doit être déclarée chaque année par le bénéficiaire pour sa valeur de capitalisation. C. Dispositions spécifiques à la sortie en rente La sortie en rente bénéficie d'un régime particulier, à condition qu'elle ait été prévue à l'origine du contrat. Dans ce cas, les produits capitalisés jusqu'à la sortie sont exonérés d'impôt sur le revenu. Les versements (arrérages) sont, quant à eux, soumis à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux mais sur une fraction dégressive selon l'âge du bénéficiaire au moment où il demande le versement de la rente. En cas d'option de réversion (permettant de faire bénéficier de la rente une autre personne après le décès du crédirentier), la rente ne supporte pas de droits de succession lorsqu'elle change de bénéficiaire. Pour l'imposition des versements, c'est l'âge du plus vieux des époux qui sert à déterminer le barème applicable que ce soit du vivant ou suite à la mort de celui-ci. Cependant, si le nouveau bénéficiaire est plus âgé au moment de la réversion que ne l'était le premier bénéficiaire au moment de la détermination du barème, c'est la solution la plus favorable qui s'applique.

5 Un support idéal de transmission A. Un support idéal 1. Dérogation aux règles du droit civil 2. Utilisations concrètes B. Fiscalité au décès de l'assuré 1. Primes versées après 70 ans 2. Sommes transmises supérieures à euros A. Un support idéal 1. Dérogation aux règles du droit civil En cas de décès de l'assuré, le capital transmis au bénéficiaire, quel qu'il soit, n'entre pas dans la masse successorale à partager. Cette disposition, unique dans le régime successoral, permet de favoriser une personne sans être soumis aux règles de la réduction pour non-respect de la réserve des héritiers privilégiés. 2. Utilisations concrètes L'assurance-vie répond à de nombreux besoins en matière successorale : Alléger les droits à payer : le capital ainsi transmis ne supporte de droits de succession qu'au-delà de certains seuils ; Protéger le conjoint lorsqu'aucune autre disposition n'a été prévue à son égard : un capital important peut lui être transmis sans atteinte à la réserve. S'il n'existe pas de plafond en assurance-vie, une requalification du contrat peut être obtenue, soit par un ayant droit en cas d'abus de droit, soit par le fisc si la valeur du contrat représente une part trop importante du patrimoine global (plus ou moins 25 %). B. Fiscalité au décès sur les capitaux versés Les droits de succession auxquels sont soumis les capitaux transmis par l'assurance-vie sont moindres que ceux frappant les biens entrant dans la succession. Cependant, le régime a été progressivement alourdi. Deux régimes s'appliquent : % les sommes reçues lorsqu'elles excèdent euros ; vise à limiter la possibilité d'échapper à la fiscalité des successions. Les bénéficiaires sont ainsi taxés pour les primes versés après le 70 e anniversaire de l'assuré au-delà d'un abattement de euros. Ces dispositions ne s'appliquent pas dans tous les cas ; elles dépendent de la date de souscription du contrat et de la date de versement des primes. 1. Sommes transmises supérieures à euros Les contrats souscrits avant le 20 novembre 1991 sur lesquels aucune prime n'a été versée depuis le 13 octobre 1998 sont totalement exonérés de droits de succession. Si des primes ont été versées postérieurement à cette date, la taxe de 20 % sur les capitaux reçus excédant euros est due (à proportion des primes versées depuis cette date).

6 Primes versées après 70 ans Pour les contrats souscrits après le 20 novembre 1991, on distingue selon que les primes ont été versées avant ou après le 70 e anniversaire. Les primes versées tardivement supportent les droits de succession au taux ordinaire pour la fraction excédant euros (appréciée sur l'ensemble des contrats souscrits par l'assuré). Pour les primes versées avant 70 ans, c'est la limite de euros qui s'applique. Dans tous les cas, le Trésor reçoit directement les fonds par l'assureur. Il est inutile d'ouvrir plusieurs contrats d'assurance-vie pour contourner ces mesures. En effet, l'administration fiscale apprécie les seuils de manière globale. Date de versement des primes Avant le 13/10/1998 Après le 13/10/1998 Avant le 20/11/1991 Exonération Prélèvement de 20 % sur le montant des capitaux versés à un bénéficiaire après un abattement de Date de souscription du contrat Primes versées avant 70 ans Exonération Depuis le 20/11/1991 Prélèvement de 20 % sur le montant des capitaux versés à un bénéficiaire après un abattement de Primes versées après 70 ans Droit de succession sur le montant des primes versées après 70 ans si leur montant dépasse Récapitulatif de la taxation des sommes transmises par le biais de l'assurance-vie

7 Pièges juridiques 2.1 Rédaction de la clause bénéficiaire A. Le bénéficiaire doit être clairement dénommé 1 Pour bénéficier d avantages fiscaux 2 Clause type B. Le choix du bénéficiaire 1 Plusieurs bénéficiaires successifs 2 Optimiser le capital transmis 3 Tenir compte du régime fiscal C. Le notaire pour parer à deux problèmes 1 Le bénéficiaire acceptant 2 Le bénéficiaire doit déclarer le décès de l'assuré A. Le bénéficiaire doit être clairement dénommé 1. Choisir un bénéficiaire pour des raisons fiscales Pour que les dispositions concernant la réduction, voire la suppression des droits de succession, s'appliquent, le bénéficiaire doit être clairement nommé. Un mineur peut être désigné. Cependant, il n'est pas nécessaire de le citer nommément dans le contrat. 2. Une clause type En général, les assureurs proposent une clause du type " mon conjoint, à défaut mes enfants nés ou à naître ". Attention, pour que les enfants des enfants en bénéficient, il faut ajouter que le capital sera versé " aux enfants nés ou à naître, vivants ou représentés ". Dans le cas de la désignation du " conjoint " (non cité nommément), s'il y a divorce, le capital ou la rente sera versé au bénéfice du conjoint à la date d'exigibilité. Le conjoint divorcé est donc exclu. Cependant, si les fonds ont été versés par des biens communs, comme des salaires pendant le mariage, le cas est plus compliqué. B. Le choix du bénéficiaire 1. Plusieurs bénéficiaires successifs Si le bénéficiaire nommément désigné décède avant l'assuré, la désignation devient caduque. La prestation ne sera pas versée aux héritiers du bénéficiaire prédécédé, mais intégrée à la succession. Il en va de même lorsqu'aucun bénéficiaire n'a été déterminé. Il est donc intéressant de désigner des bénéficiaires multiples en fixant une clé de répartition des capitaux entre eux ou de désigner des bénéficiaires successifs. 2. Optimiser le capital transmis Si le conjoint survivant n'a pas " besoin " des fonds transmis (ou qu'il ne les réinvestit pas à son tour dans un contrat d'assurance-vie avant 70 ans), les enfants devront payer les droits de succession au décès du second parent! Il vaut mieux désigner, dans ce cas, les enfants comme bénéficiaires. Dans un esprit d'optimisation des sommes transmises, il faut prendre garde à ne pas transmettre à un parent éloigné des sommes correspondant à des primes versées après 70 ans. Dans ce cas, en effet, le taux retenu pour la taxation est celui du barème des droits de succession qui est plus lourd pour les personnes à faible degré de parenté.

8 - 8 - Barème des droits de succession et de donation : Succession ou donation en ligne directe (ascendants et descendants), fraction de part nette taxable : Valeur nette taxable Taux applicable Jusqu'à % de à % de à % de à % de à % de à % au-dessus de % Donations entre époux ou partenaires pacsés, fraction de part nette taxable : Valeur nette taxable Taux applicable Jusqu'à % de à % de à % de à % Au-delà, voir les droits des transmissions en ligne directe A savoir : pour les décès survenus depuis le 22 août 2007, les conjoints survivants et les partenaires liés au défunt par un pacte civil de solidarité (PACS) sont exonérés des droits de succession. Succession ou donation entre frères et soeurs, fraction de part nette taxable : Valeur nette taxable Taux applicable jusqu'à % au-delà de % A noter : pour les décès intervenus depuis le 22 août 2007, le frère ou la soeur du défunt, sous certaines conditions, est exonéré des droits de succession. Successions entre d'autres personnes : Situation où les montants sont taxables après abattement Taux Succession entre parents jusqu'au 4ème degré inclus 55% Succession entre parents au-delà du 4ème degré ou entre personnes non parentes 60% EN APPARTE : Depuis le 1 er Janvier 2006, le régime des donations a été réformé. Le rappel fiscal des donations antérieures est limité aux donations consenties depuis moins de 6 ans. Ainsi tous les 6 ans :

9 Un petit-enfant peut recevoir jusqu à euros ( euros de la part du grand-père et euros de la part de la grand-mère) en totale exonération de droits. Un enfant peut recevoir de chacun de ses parents euros. Un nouvel abattement de euros a été créé, il vise les donations entre frères et sœurs, celles entre oncle ou tante au profit de chacun des neveux et nièces, celles des arrière-grands-parents au profit de chacun des arrière-petits-enfants. Par conséquent, plus un donateur transmet des biens avant son décès, moins il en coûtera à ses héritiers au moment de l ouverture de sa succession. C. Le notaire pour parer à deux problèmes 1. Le bénéficiaire acceptant Mieux vaut cacher au bénéficiaire l'existence du contrat. En effet, le bénéficiaire peut notifier à l'assureur qu'il " accepte " le bénéfice du contrat. Dans ce cas, le souscripteur ne peut plus sans son accord ni faire de rachat partiel, ni modifier le bénéficiaire. La meilleure manière de procéder est de faire référence dans la clause bénéficiaire à une disposition prise auprès de votre notaire. 2. Le bénéficiaire doit déclarer le décès de l'assuré Passer par un notaire est de toutes manières une bonne idée, puisqu'à la mort de l'assuré, c'est le bénéficiaire qui devra déclarer le décès pour faire valoir ses droits. Comment le pourrait-il si personne n'a été informé de l'existence du contrat! Depuis le 1er mai 2006, de nouvelles règles améliorent le sort des contrats en déshérence (contrats qui n ont pas trouvé destinataires faute d avoir été réclamés par le(s) bénéficiaire(s). Nouvelles obligation pour l assureur : Il a l obligation (art. L132-8 code assurances) de rechercher le bénéficiaire désigné sur le contrat. Mais attention pour qu il puisse exécuter son obligation, il doit avoir connaissance du décès de son assuré. Ce changement est important car avant le 1er mai 2006, l assureur n avait aucune obligation de rechercher et de contacter le bénéficiaire désigné. Ensuite, l assureur a une obligation d information de l assuré sur les modalités et les conséquences de la désignation du bénéficiaire. Pour cela il doit insérer dans les contrats une mention informative sur ce sujet. La mention (art. A code assurances) doit comporter ces quatre informations : 1) L assuré a la possibilité de désigner le bénéficiaire directement sur le contrat, par avenant au contrat, par modification ultérieure, par acte sous seing privé ou encore par acte authentique. 2) L assuré peut indiquer les coordonnées précises du bénéficiaire (adresse, date et lieu de naissance etc ) 3) L assuré a la possibilité de modifier le bénéficiaire à tout moment. 4) L assuré doit avoir conscience que la désignation devient irrévocable en cas d acceptation par le bénéficiaire. Le droit pour toute personne de connaître sa qualité de bénéficiaire d un contrat d assurance vie. L apport majeur de la nouvelle loi porte sur la possibilité pour toute personne, physique ou morale à être informé de l existence d une stipulation effectuée à son bénéfice dans une police souscrite par une personne physique dont elle apporte par tout moyen la preuve du décès. Tout consommateur a donc la possibilité de demander par lettre recommandée avec accusé de réception à un organisme représentatif des entreprises d assurance (FFSA, GEMA, CTIP) s il est bénéficiaire d un contrat. L organisme représentatif concerné a 15 jours pour

10 transmettre la demande aux différentes entreprises d assurance. Dans le cas où le demandeur est bénéficiaire la société d assurance a un mois pour l informer de l existence d un capital ou d une rente. Afin de faciliter certaines démarches, la FFSA, le GEMA et la CTIP ont publié un communiqué commun relatif à la recherche des bénéficiaires de contrats d assurance en cas de décès. Ils annoncent la mise en place d une adresse commune à laquelle les consommateurs peuvent adresser leurs courriers.

11 Requalification et abus A. La notion d'aléa 1 Une notion délicate 2 qui doit inciter à la prudence B. Les primes manifestement exagérées 1 Les héritiers 2 Les créanciers A. La notion d'aléa 1. Une notion délicate L'assurance-vie, et les avantages successoraux qu'elle confère, est marquée par la notion d'aléa. L'aléa, c'est la mesure du risque pris par rapport à la durée de vie de l'assuré. En l'absence d'aléa, l'assurance-vie peut perdre ses avantages fiscaux en matière successorale. Exemple : Monsieur X souscrit à 90 ans un capital de euros avec une contre-assurance décès et désigne comme bénéficiaire une amie. Dans ce cas, les juges ont considéré que l'aléa n'était pas présent et que l'objectif principal de l'opération n'était pas l'épargne, mais une gratification particulière. 2. qui doit inciter à la prudence Il faut donc être prudent. Le risque de requalification est faible lorsqu'on a : - Un contrat à durée limitée ; - Souscrit à un âge moyen ; - Et cohérent avec les termes du contrat. Depuis une décision de la Cour de cassation datant du 18 juillet 2000, les contrats mixtes assurance-vie et décès sont dans la ligne de mire puisque la notion d'aléa en est exclue. B. Des primes manifestement exagérées Les avantages fiscaux de l'assurance-vie peuvent parfois être remis en cause lors d'attaques de la part de créanciers ou d'héritiers. C'est le juge qui décide, en se référant à la notion de " primes manifestement exagérées ". 1. Les héritiers Il n'existe pas de texte définissant précisément cette notion. Dans le cas d'héritiers qui se sentent lésés, notons que : - Ce sont les héritiers qui doivent prouver le caractère excessif des primes ; - Le juge du fond apprécie souverainement chaque situation, au cas par cas. Des critères comme l'état de santé du souscripteur ou son grand âge peuvent être pris en compte. Dans tous les cas, le rapport entre la valeur du contrat et le patrimoine du souscripteur est déterminant. 2. Les créanciers Le Code des Assurances stipule que, dans certains cas particuliers, comme des fraudes, un redressement ou une liquidation judiciaire, les créanciers du souscripteur peuvent prétendre au remboursement des primes, mais seulement si celles-ci sont " manifestement exagérées ". Dans ce cas, les créanciers attaquent directement le bénéficiaire à l'échéance du contrat.

12 AVERTISSEMENT : - Les modules de formation dénommés «Guide de la Bourse» qui vous sont proposés ne constituent pas des conseils boursiers. Il s'agit d'un manuel d'auto-formation qui est mis à votre disposition. Il faut signaler notamment que : - les tests constituent une vérification des connaissances mais ne donnent aucune garantie de savoir-faire, ni d'aptitude à une application. - les exemples utilisés ne constituent pas des règles mais ont un objet pédagogique d'explication. - les avis exprimés ne sont pas des conseils pour le futur mais des opinions fondées sur le passé. - l'ensemble du «Guide» représente une explication, une analyse ou une opinion raisonnable mais n'est pas un conseil ni un mode opératoire complet. Ces modules vous permettront d'approfondir vos connaissances des mécanismes économiques ou financiers, mais ne prétendent pas vous apporter la totalité des éléments nécessaires à la formation de votre jugement ni à l'élaboration de vos décisions. Quel que soit le soin apporté à la rédaction des textes, ils peuvent en outre comporter des erreurs ou des oublis. Dans le cas même où tous les éléments d'information "nécessaires" seraient à votre disposition, il faudrait ajouter l'expérience et le savoir-faire pour obtenir la meilleure décision possible qui reste soumise, dans toutes les hypothèses, aux aléas de la vie des affaires et des sociétés. Dans tous les cas, la responsabilité de MemoPage.com S.A. ne saurait être engagée par le simple fait qu'une information erronée aurait été donnée ou qu'une information serait absente ou encore du fait du contenu de ces modules. Les seules informations qui font foi sont celles des organismes officiels, tant dans le domaine strict de la Bourse (Autorités de marché comme la COB), de l'information (cote officielle) ou de la loi (Journal Officiel). Vos décisions futures seront donc prises sous votre seule et entière responsabilité. Limites d'utilisation : la formation mise à disposition de l'utilisateur, l'est à titre strictement personnel par MemoPage.com S.A. Toute reproduction, rediffusion etc., par quelque moyen que ce soit, à des fins autres que l'usage personnel, est strictement interdite. IMPORTANT : Tout utilisateur du présent «Guide» certifie : - avoir lu la page d'avertissement ci-dessus. - avoir pris connaissance du caractère purement informatif, à l'exclusion de tout conseil d'investissement, des documents fournis par le site de MemoPage.com - ne les mettre en oeuvre qu'avec les conseils appropriés et à ses propres risques. - consulter ce site à titre personnel. - à ne pas copier, enregistrer ou diffuser les informations contenues sauf pour son usage personnel. Tout utilisateur décharge l'éditeur du site de toute responsabilité quant à son contenu. Tout utilisateur s'engage à ne pas poursuivre l'éditeur par une quelconque action judiciaire. Tout utilisateur certifie ne pas trouver à redire aux restrictions énoncées ci-dessus.. Une publication de MemoPage.com S.A. - Directeur de la Publication : Patrice Noailles

Compte sur livret. Mots clés : Sommaire : Compte sur livret. 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 2. Le compte sur livret au quotidien

Compte sur livret. Mots clés : Sommaire : Compte sur livret. 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 2. Le compte sur livret au quotidien - 1 - Compte sur livret Mots clés :! Compte! Epargne! Versements! Rémunération! Livret! Fiscalité Sommaire : 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 1.1 Un produit d épargne ouvert à tous 1.2 Les

Plus en détail

Compte Courant Rémunéré

Compte Courant Rémunéré - 1 - Compte Courant Rémunéré Mots clés : Sommaire :! Compte rémunéré! Epargne! Versements! Rémunération! Livret 1. Définition du compte courant rémunéré 1.1 Historique 1.2 Description 1.3 Différences

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT L'ASSURANCE VIE PLACEMENT Une note de R i v i e r a F a m i l y O f f i c e Mise à jour : septembre 2004 Malgré les réformes de septembre 1997 et d octobre 1998, le cadre fiscal de l assurance vie demeure

Plus en détail

Mieux comprendre l assurance-vie

Mieux comprendre l assurance-vie Mieux comprendre l assurance-vie L'assurance vie est un placement financier très souple et toujours avantageux fiscalement. Avec l'assurance vie, votre investissement et ses fruits sont disponibles à tout

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

PEL et CEL. Mots clés : Sommaire : PEL et CEL. 1. Caractéristiques et fonctionnement du PEL. 2. Gestion du PEL du CEL.

PEL et CEL. Mots clés : Sommaire : PEL et CEL. 1. Caractéristiques et fonctionnement du PEL. 2. Gestion du PEL du CEL. - 1 - PEL et CEL Mots clés : Plan Epargne Logement Compte Prêt PEL CEL Crédit Construction Acquisition Résidence Versement Prime Sommaire : 1. Caractéristiques et fonctionnement du PEL 1.1 Caractéristiques

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE NOTICE FISCALE DES CONTRATS Cette notice est destinée à vous informer des principales dispositions fiscales actuellement en vigueur, s appliquant aux contrats individuels d assurance sur la vie (épargne,

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

PERP & «loi Madelin» (retraite complémentaire)

PERP & «loi Madelin» (retraite complémentaire) PERP & «loi Madelin» (retraite complémentaire) - 1 - PERP & «loi Madelin» (retraite complémentaire) Mots clés : Retraite Epargne Investissement Rente Imposition Fiscalité Economie Assurance vie Capitalisation

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Un contrat accessible

Un contrat accessible Octobre 2013 Un contrat accessible Minimum de versements programmés* : - 50 par mois - 100 par trimestre - 150 par semestre ou par an ou par versement libre *A conseiller, eu égard au traitement fiscal

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

A la découverte de l assurance vie HSBC France

A la découverte de l assurance vie HSBC France A la découverte de l assurance vie HSBC France L assurance vie, le placement qui vous accompagne dans tous vos projets Depuis quelques années, l assurance vie est devenue le placement préféré des Français

Plus en détail

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT Présentation Gan Prévoyance Un spécialiste de la protection sociale complémentaire Depuis plus de 65 ans, Gan Prévoyance est dédiée à la protection sociale, individuelle et

Plus en détail

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées Assurance-vie Malgré plusieurs réformes restreignant ses avantages fiscaux, l assurance-vie continue de bénéficier d un statut privilégié tant au regard de l impôt sur le revenu que des droits de succession.

Plus en détail

Compte-titres. Sommaire : 1. Utilité du compte-titres. 1.1 Ouvrir un compte-titres 1.2 Services attachés au compte-titres. 2.

Compte-titres. Sommaire : 1. Utilité du compte-titres. 1.1 Ouvrir un compte-titres 1.2 Services attachés au compte-titres. 2. Compte-titres - 1 - Compte-titres Mots clés :! Banque! Société de Bourse! Valeur mobilière! Action! Obligation! Warrant! Certificat! Fiscalité! Plus-value! Dividende! Gestion! Courtage! Garde! Agrément!

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts 1 Diversifier son patrimoine. Problématiques liées au développement du patrimoine Minorer les risques Optimiser la fiscalité Développer son patrimoine

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

AOF. L assurance vie. bourse. mini-guide. Comment investir en Bourse? Juin 2011

AOF. L assurance vie. bourse. mini-guide. Comment investir en Bourse? Juin 2011 AOF mini-guide bourse «Comment investir en Bourse? L assurance vie Juin 2011 L assurance vie SOMMAIRE 1. Une assurance vie, pour quoi faire? p.4 Se constituer une épargne p.4 Transmettre une épargne p.4

Plus en détail

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE INTRODUCTION L article 11 de la LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE pour 2011 modifie l article 990I du CGI sur 3 points: 1 Modification du taux de prélèvement lorsque le montant

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP La Note Juridique automne 2014 OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP Investir au capital d une société start-up est risqué mais nécessaire au développement de l activité des entreprises françaises.

Plus en détail

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE PERP PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE par Élysée Consulting Votre épargne pour votre retraite SOMMAIRE Bénéficiaires 3 Fonctionnnement du plan 3 Gestion du plan 4 Fiscalité des primes versées 5 Dénouement

Plus en détail

CONTRAT NOUVEAU CAP. Notice d information

CONTRAT NOUVEAU CAP. Notice d information ASSURANCE VIE EN EUROS maif.fr maif.fr CONTRAT NOUVEAU CAP Notice d information Nouveau Cap est un contrat d assurance vie en euros à adhésion individuelle. Il est conçu et géré par Parnasse-MAIF, filiale

Plus en détail

capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était.

capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était. capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était. Vous avez des projets d épargne? L assurance-vie est la solution qui s adapte à tous vos besoins L ASSURANCE-VIE

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital La solution pour optimiser votre épargne Vous souhaitez faire fructifier votre capital, préparer votre

Plus en détail

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011)

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) Principales mesures ENTRÉE EN VIGUEUR 3 mars 2011 Exit tax Un jour franc après

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat de Rente survie Base juridique Art.199 septies I 1 du code général des impôts

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

DOSSIER PRATIQUE La transmission de patrimoine

DOSSIER PRATIQUE La transmission de patrimoine DOSSIER PRATIQUE La transmission de patrimoine Édition 2014 Comprendre les règles de l héritage Anticiper et préparer sa succession Transmettre efficacement son patrimoine Avant-propos Préparer la transmission

Plus en détail

Le guide de l assurance vie

Le guide de l assurance vie Le guide de l assurance vie Document à titre purement informatif KACIUS Assurance vie - Présentation L'assurance vie est le placement financier privilégié des épargnants. Son attrait en tant qu'outil de

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation

La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation NEWSLETTER 15 276 du 14 AVRIL 2015 Analyse par STEPHANE PILLEYRE Dans un arrêt du 19 mars dernier 1, la

Plus en détail

EN BREF. Fructi-Pulse. Diversifiez votre investissement en toute simplicité à partir de 150 d investissement.

EN BREF. Fructi-Pulse. Diversifiez votre investissement en toute simplicité à partir de 150 d investissement. Fructi-Pulse Diversifiez votre investissement en toute simplicité à partir de 150 d investissement. EN BREF Fructi-Pulse est un contrat d assurance vie multisupport qui vous permet, en contrepartie d'une

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

Conférence Association des savoirs à Dunkerque

Conférence Association des savoirs à Dunkerque Conférence Association des savoirs à Dunkerque 1 Allianz parmi les leaders mondiaux Chiffres clés 2012 Allianz 1er assureur européen par sa capitalisation boursière Allianz SE : 58,6 M. AXA : 44,3 M Zürich

Plus en détail

LA REPRÉSENTATION EN MATIERE SUCCESSORALE

LA REPRÉSENTATION EN MATIERE SUCCESSORALE LA REPRÉSENTATION EN MATIERE SUCCESSORALE DROIT PATRIMONIAL En l absence de testament, le système de détermination des héritiers repose sur deux notions essentielles : - la notion d ordre, qui désigne

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Les principaux produits d épargne retraite.

Les principaux produits d épargne retraite. 1 Les principaux produits d épargne retraite. 2 Contrats individuels Nom Type de contrat Public Fonctionnement Sortie Fiscalité Versement Nb de bénéficiaires / encours Loi Madelin PREFON CRH (CGOS), à

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr OCTUOR Un nouvel horizon pour votre épargne www.generali-patrimoine.fr Avec Octuor, donnez du sens à votre stratégie patrimoniale Octuor est un contrat d assurance vie multisupport et multigestionnaire

Plus en détail

L'ASSURANCE-VIE EST-ELLE INCONTOURNABLE?

L'ASSURANCE-VIE EST-ELLE INCONTOURNABLE? i{ assurer Pavenir de son conjoint} L'ASSURANCE-VIE EST-ELLE INCONTOURNABLE? Ce support financier permet d'échapper en partie aux contraintes des règles^ de l'héritage, et parfois au poids de la fiscalité

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

DOSSIER PRATIQUE Latransmission depatrimoine

DOSSIER PRATIQUE Latransmission depatrimoine DOSSIER PRATIQUE Latransmission depatrimoine Édition 2011 Comprendre les règles de l héritage Anticiper et préparer sa succession Transmettre efficacement son patrimoine Préparer la transmission de son

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

15 La donation-partage transgénérationnelle

15 La donation-partage transgénérationnelle LES LIBÉRALITÉS-PARTAGES 15 La donation-partage transgénérationnelle Pourquoi choisir une donationpartage transgénérationnelle? Avantages au point de vue juridique... 691 Avantages au point de vue fiscal...

Plus en détail

Le contrat d assurance vie

Le contrat d assurance vie Le contrat d assurance vie DÉFINITIONS - L'assurance-vie peut être définie comme un contrat par lequel, en contrepartie de primes, l'assureur s'engage à verser au souscripteur ou au tiers par lui désigné

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

PACTE ADJOINT AU DON MANUEL. Dès maintenant, donnez un sens à son avenir

PACTE ADJOINT AU DON MANUEL. Dès maintenant, donnez un sens à son avenir PARTICULIERS professionnels entreprises PACTE ADJOINT AU DON MANUEL Dès maintenant, donnez un sens à son avenir Mode d emploi du pacte adjoint à la donation manuelle Pour mieux comprendre le pacte adjoint

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES

Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES 2 2 RECOMMANDATIONS - Aucune modification dans le contenu des actes ne doit être effectuée sans informer

Plus en détail

Le guide sur LES DONATIONS. Tout savoir pour transmettre et protéger vos proches

Le guide sur LES DONATIONS. Tout savoir pour transmettre et protéger vos proches maif.fr Le guide sur LES DONATIONS maif.fr Tout savoir pour transmettre et protéger vos proches Le guide sur LES DONATIONS Aider ses enfants et petits-enfants, c est investir dans un avenir durable. Vous

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Life Asset Portfolio (LAP) France

Life Asset Portfolio (LAP) France Information sur le produit I/IV Type de contrat Clients Devise du contrat Durée du contrat Assureur Souscripteur Assuré Bénéficiaires Contrat d'assurance vie à primes libres, lié à une ou plusieurs catégories

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

Les contrats retraite en Loi Madelin

Les contrats retraite en Loi Madelin Les contrats retraite en Loi Madelin Une retraite obligatoire insuffisante Par rapport à un salarié, le travailleur indépendant est un peu "le parent pauvre" du système de protection sociale français.

Plus en détail

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE L objectif de ce guide est de vous donner des pistes pour mieux comprendre l assurance vie et son fonctionnement, et vous aider ainsi à faire

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Managed Funds Stability Fund 1

Managed Funds Stability Fund 1 Managed Funds Stability Fund 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE Type d'assurance vie Assurance vie dont le rendement est lié à des fonds de placement (branche 23). Des primes

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 L actualité fiscale de l assurance-vie par M. Leroy Assurance vie - fiscalité L actualité fiscale de l assurance

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Comment bien choisir son. assurance vie

Comment bien choisir son. assurance vie Comment bien choisir son assurance vie Edition 2015 1 Edito Etudes supérieures, mariage, premier enfant, première acquisition, départ à la retraite Les différentes étapes de la vie s accompagnent toujours

Plus en détail

MA SUCCESSION ANTICIPER - PRÉPARER - TRANSMETTRE

MA SUCCESSION ANTICIPER - PRÉPARER - TRANSMETTRE MA SUCCESSION ANTICIPER - PRÉPARER - TRANSMETTRE 2 Sommaire Comprendre et anticiper sa succession Pour protéger vos proches, il est essentiel de préparer votre succession. Cette démarche, si elle est anticipée,

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

AOF. mini-guide. L assurance. vie

AOF. mini-guide. L assurance. vie AOF mini-guide L assurance vie Février 2013 L assurance vie Sommaire A - Un placement très populaire Pour qui? Pour quoi faire? Des avantages multiples B - Le contrat d assurance vie Les bases du contrat

Plus en détail