Diode à jonction. Figure 1 : Exemple de caractéristique courant-tension.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diode à jonction. Figure 1 : Exemple de caractéristique courant-tension."

Transcription

1 Diode à jonction A. Composants non linéaires Dans la première partie de ce cours nous avons étudié le comportement de circuits ne faisant intervenir que des composants linéaires. Cependant l'importance des éléments non linéaires en électronique est considérable. C'est pourquoi nous allons dans la première partie de ce chapitre présenter une méthode d'analyse générale des dipôles non linéaires. La diode fournira dans la suite un premier exemple simple de composant non linéaire. Compte-tenu de la complexité de l'analyse mathématique on utilise souvent une méthode graphique basée sur les caractéristiques statiques courant-tension ou tension-courant : - i = f(u) : caractéristique statique courant-tension ; - u = g(i) : caractéristique statique tension-courant. Ces caractéristiques statiques sont obtenues en maintenant constants tous les autres paramètres tels que : température, éclairement, champ magnétique, etc. En donnant à chacun de ces paramètres différentes valeurs discrètes on peut construire des réseaux de caractéristiques. Si cette caractéristique a une expression analytique simple ou si elle est linéaire dans certaines régions il est alors possible d'expliciter certains calculs. Figure 1 : Exemple de caractéristique courant-tension. Pour donner quelques définitions nous nous appuyons sur la caractéristique statique couranttension d un dipôle non linéaire, i = f(u) où u est la tension aux bornes du dipôle et i l intensité du courant le traversant (fig. 1). Il aurait été équivalent de se référer à la caractéristique tension-courant. Nous ne nous préoccupons pas ici du choix de la convention (récepteur ou générateur) mais cela est évidemment important en pratique. Nous nous plaçons en un point de fonctionnement du dipôle : i 0 =f(u 0 ) S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-1

2 A.1. Résistance statique Au point de fonctionnement (u 0, i 0 ) la résistance statique R est définie par le rapport de la tension sur l intensité : R= u 0 i 0 La résistance statique correspond à l'inverse de la pente de la droite passant par l'origine et le point de fonctionnement. Elle varie avec le point de fonctionnement. Figure 2 : Résistance statique. A.2. Résistance dynamique et modèle équivalent La résistance dynamique ou résistance différentielle prise au point de fonctionnement est définie par la dérivée de la caractéristique statique : R d = u i Nous utilisons la notation dérivée partielle pour rappeler l'existence possible d'autres paramètres. La résistance dynamique dépend également du point de fonctionnement. En assimilant la caractéristique à sa tangente au point de fonctionnement nous pouvons linéariser l étude du dipôle au voisinage de celui-ci. Nous pouvons alors écrire : Soit : i u e R d u=r d i+e La tension e correspond à l intersection de la tangente avec l axe horizontal. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-2

3 Figure 3 : Résistance dynamique. Cette relation correspond à la tension aux bornes d un générateur de tension de f.e.m. e en série avec la résistance dynamique R d. Nous obtenons ainsi un modèle équivalent au dipôle (fig. 4) au voisinage du point de fonctionnement. Pour étudier un circuit contenant un dipôle linéaire nous pouvons remplacer celui-ci par son modèle équivalent. Figure 4 : Dipôle équivalent A.3. Associations de dipôles en série et en parallèle Considérons une association de dipôles en série. Le dipôle équivalent est traversé par le même courant et la tension à ses bornes est égale à la somme algébrique des tensions aux bornes de chacun des dipôles. Figure 5 : Dipôles en série. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-3

4 Cela nous permet de construire graphiquement la caractéristique statique du dipôle équivalent comme indiqué sur la figure suivante : Figure 6 : Principe de la construction graphique de la caractéristique. du dipôle équivalent à des dipôles en série Le raisonnement est très similaire pour une association en parallèle. Nous utilisons le fait que la tension aux bornes du dipôle équivalent est égale à la tension commune à tous les dipôles et que le courant traversant le dipôle équivalent est égal à la somme algébrique des courants traversant chacun des dipôles. Figure 7 : Dipôles en parallèle. Le principe de construction de la caractéristique courant-tension du dipôle équivalent à un ensemble de dipôles associés en parallèle est présenté sur la figure 8. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-4

5 Figure 8 : Principe de la construction graphique de la caractéristique du dipôle équivalent à des dipôles en parallèle. A.4. Droite de charge et point de fonctionnement Considérons un dipôle non linéaire, de caractéristique statique courant-tension i = f(u) connue, en série avec une résistance R : Figure 9 : Dipôle non linéaire en série avec une résistance Nous supposons l'ensemble soumis à une différence de potentiel e. Nous cherchons à déterminer la tension aux bornes du composant non linéaire et l'intensité du courant qui le traverse. Avec les notations de la figure 9 nous pouvons écrire : Nous devons donc résoudre : e=u+r i i=f(u)= e u R Cela peut se faire graphiquement en traçant la droite de charge d équation : i= e u R S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-5

6 Son intersection avec la caractéristique statique du composant non linéaire permet de déterminer le point de fonctionnement (i0, u0). Figure 10 : Détermination du point de fonctionnement. B. Caractéristique statique courant-tension d'une diode La diode est un dipôle non linéaire et non symétrique dont le symbole est représenté sur la figure suivante. La borne A est appelée anode alors que la borne C correspond à la cathode. Ce symbole sera explicité un peu plus loin. Figure 11 : Symbole d une diode Dans un semi-conducteur une diode peut être réalisée par la juxtaposition de deux zones dopées avec des porteurs de signes opposés. On parle alors d une jonction. L'expression analytique de la caractéristique statique courant-tension d'une diode à jonction est donnée par la formule de Schokley : i=i S (e α u 1) Les paramètres I s et α, positifs, dépendent de la diode (semi-conducteur, géométrie, dopants et température). L allure de cette caractéristique est donnée sur la figure 12 pour la convention récepteur utilisée sur la figure 11. On observe que l intensité augmente rapidement pour une tension positive. La diode est alors polarisée en direct. Par contre pour une tension négative le courant sature à une très faible intensité. La diode est alors polarisée en inverse. Le symbole d une diode précise son sens de fonctionnement. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-6

7 Figure 12 : Caractéristique courant-tension d une diode à jonction. En pratique il y a deux limites à ne pas dépasser en fonctionnement continu. En polarisation directe il ne faut pas dépasser une intensité maximale définie par le constructeur au risque de détruire la diode par effet Joule. D'autre part, on évitera de dépasser la tension inverse maximale donnée par le constructeur de manière à ne pas atteindre la tension de rupture. C. Modélisation d'une diode à jonction C.1. Diode idéale En première approximation une diode peut être considérée comme un élément unidirectionnel. En polarisation directe elle se comporte comme un interrupteur fermé et en polarisation inverse comme un interrupteur ouvert. Cette description correspond à la diode idéale dont la caractéristique statique courant-tension est donnée sur la figure suivante : Figure 13 : Caractéristique d une diode idéale. Cela se résume également par : i 0 u=0 diode passante u 0 i=0 diode bloquée S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-7

8 C.2. Modélisation d'une diode pour les grands signaux Reprenons la caractéristique de la diode à jonction et essayons de la linéariser par morceaux. La figure 14 indique une modélisation valable sur le domaine considéré. Nous constatons que la diode ne devient passante qu'à partir d'une certaine tension V γ appelée tension de seuil ou tension de déchet. Cette tension de déchet est environ V pour les diodes au silicium et V pour les diodes au germanium. Figure 14 : Tension de déchet. D autre part, au-delà de la tension de déchet, lorsque la diode devient passante, la caractéristique n est pas verticale. Il s agit d un segment de droite dont l équation peut s écrire : i=a u V γ La pente de ce tronçon de droite est homogène à l inverse d une résistance : la résistance R D de la diode dans le sens direct. Nous avons alors : i= 1 R D u V γ u=v γ +R D i Au-delà de la tension de seuil on peut donc modéliser la diode par une source de tension Vγ en série avec une résistance R D. La valeur de cette résistance dans le sens direct peut varier entre 5 et 50 Ω pour les diodes au silicium. En polarisation inverse la lente variation de l intensité en fonction de la tension peut être modélisée par une résistance R I. Cette résistance inverse est très grande : MΩ. On distingue alors trois régimes de fonctionnement (figures 15 et 16) selon que la tension de polarisation de la diode est négative (fig. 16.b), comprise entre 0 et V γ (circuit ouvert fig. 16.c) ou supérieure à la tension de seuil (fig. 16.a). Lorsqu'une plus grande précision est nécessaire il existe d autres variantes de modélisation. On peut par exemple faire intervenir une source idéale de courant I S en parallèle avec la résistance inverse. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-8

9 Figure 15 : Modélisation d une diode avec trois régimes de fonctionnement. Figure 16 : Modèles équivalents d une diode en polarisation directe (a), bloquée (b) ou en polarisation inverse (c). Les bornes A et C correspondent à l anode et la cathode comme sur la figure 11. D. Etude d'un circuit contenant des diodes D.1. Méthode d'analyse La méthode générale pour étudier un circuit contenant des diodes se déroule en plusieurs étapes : - Faire une hypothèse sur l'état (passante ou bloquée) de chacune des diodes. - Remplacer chaque diode par la représentation équivalente correspondant à son état supposé. - Etudier le circuit obtenu en appliquant les lois des réseaux. - Contrôler la validité des hypothèses : Diode passante si le courant s'écoule dans le sens direct de l'anode vers la cathode. Diode bloquée si elle est polarisée en inverse ou si u < V γ. - Si certaines hypothèses se révèlent incorrectes les modifier et reprendre le calcul. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-9

10 Il s agit d une méthode valable pour tous les composants dont le comportement dépend de la tension à leurs bornes ou du courant les traversant. Nous la retrouverons pour les circuits contenant des transistors. D.2. Exemple Appliquons cette méthode au circuit comportant deux diodes présenté sur la figure 17. Ces deux diodes sont supposées identiques avec les caractéristiques suivantes : tension de seuil V γ =0.6 V, résistance directe R D =30 Ω et résistance inverse infinie. Les résistances R 1 et R 2 sont de 270 Ω et la résistance R vaut 4.7 kω. La tension de référence V vaut 5 V. Figure 17 : Circuit avec deux diodes. Nous voulons déterminer la tension de sortie s en fonction des tensions d entrée dans trois cas : - e 1 = e 2 = 5 V ; - e 1 = e 2 = 0 V ; - e 1 = 5 V et e 2 = 0 V. Par convention les tensions sont mesurées par rapport à une même référence (la masse). Pour faciliter l étude de ce circuit nous pouvons représenter les générateurs de tension omis sur la figure 17. Nous obtenons le circuit de la figure 18 comportant deux mailles. Le nœud A est commun aux anodes des deux diodes. Nous avons également noté C 1 et C 2 les deux cathodes. Nous avons orienté les intensités i 1 et i 2 dans le sens direct de chaque diode. La tension de sortie s correspond à la différence de potentiel V A V B. Etudions le premier cas. Par symétrie les deux diodes doivent se trouver dans le même état. Nous les supposons polarisées en direct. Nous étudions alors le circuit obtenu en remplaçant les diodes par leur équivalent (fig. 19) en faisant attention à leur orientation (anode et cathode). S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-10

11 Figure 18 : Autre représentation du circuit de la figure 17. Figure 19 : Circuit équivalent en supposant les deux diodes polarisées en direct. La mise en équations de ce circuit nous conduit aux trois relations suivantes : i=i 1 +i 2 V R i=e 1 +V γ +(R 1 +R D ) i 1 V R i=e 2 +V γ +(R 2 +R D ) i 2 La symétrie du problème nous permet de dire que : i 1 =i 2 i=2 i 1 =2 i 2 Nous pouvons calculer par exemple l intensité du courant traversant la diode D 1 : Soit : V e 1 V γ =(2 R+R 1 +R D ) i 1 S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-11

12 Nous avons donc : i 1 = V e 1 V γ 2 R+R 1 +R D e 1 =V i 1 = <0 2 R+R 1 +R D V γ L intensité étant négative l hypothèse initiale est donc incorrecte. Nous devons donc supposer les deux diodes bloquées. Ce qui nous donne le circuit équivalent présenté sur la figure 20. Clairement dans ce cas les trois intensités sont nulles et nous avons : s=v A V B =V Nous avons donc s = 5 V. Vérifions les hypothèses. Pour cela, calculons la tension de polarisation de chaque diode : u 1 =V A V C1 =V e 1 =0 Les deux diodes sont bloquées. u 2 =V A V C2 =V e 2 =0 Figure 20 : Circuit équivalent en supposant les deux diodes bloquées. Pour la deuxième situation il est naturel de supposer les deux diodes polarisées en direct. Nous avons déjà fait le calcul de l intensité traversant la diode D 1. Nous avons dans ce cas : e 1 =0 i 1 = V V γ 2 R+R 1 +R D >0 L hypothèse est donc correcte. Nous pouvons calculer la tension de sortie : Soit : Ce qui nous donne : s=v A V B =V R i=v 2 R i 1 V V γ s=v 2 R 2 R+R 1 +R D S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-12

13 L application numérique donne s = 0,74 V. s= (R 1+R D ) V+2 R V γ 2 R+R 1 +R D Passons au troisième cas. En nous inspirant des calculs précédents il semble raisonnable de supposer la première diode D 1 bloquée et la seconde D 2 polarisée en direct. Ceci nous conduit au circuit équivalent suivant : Figure 21 : Circuit équivalent en supposant D 1 bloquée et D 2 passante. La mise en équations de ce circuit nous conduit aux relations suivantes : i 1 =0 et i=i 2 V R i=v γ +(R 2 +R D ) i 2 V A V C1 =V R i e 1 Nous en déduisons l intensité du courant traversant la seconde diode : i 2 = V V γ R+R 2 +R D >0 L hypothèse sur celle-ci est donc correcte. Vérifions l hypothèse sur la première diode en calculons sa tension de polarisation : Soit : e 1 =V u 1 =V A V C1 = R i V V γ u 1 = R <0 R+R 2 +R D Elle est polarisée en inverse donc bloquée. Nous pouvons alors calculer la tension de sortie : s=v A V B =V R i S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-13

14 s=v R L application numérique donne s = 0,86 V. V V γ R+R 2 +R D = (R 2+R D ) V+RV γ R+R 2 +R D Ce circuit peut être utilisé pour traiter des signaux logiques définis en utilisant la convention suivante : - "0" tension inférieure à 1 V ; - "1" tension supérieure à 4 V. Dans ce cadre nous pouvons alors résumer nos résultats de la façon suivante : e 1 =e 2 =1 s=1 e 1 =e 2 =0 s=0 e 1 =1 et e 2 =0 s=0 Ce circuit permet de réaliser la fonction logique ET : s=e 1 e 2 E. Exemples d utilisation des diodes Dans cette partie nous allons étudier quelques applications des diodes qui utilisent leur caractéristique unidirectionnelle : "ON-OFF". Parmi celles-ci nous trouverons le redressement d'un courant alternatif, essentiel pour pouvoir alimenter en tension continue les circuits électroniques à partir du secteur. Nous verrons également des circuits limiteurs et multiplicateurs de tension. E.1. Redressement mono-alternance Considérons une résistance R en série avec une diode, l'ensemble étant soumis à une tension sinusoïdale e(t) = E sin ωt : Figure 22 : Redressement mono-alternance. Très souvent la tension maximale E est grande devant la tension de déchet V γ aussi peut-on négliger cette dernière. Nous modélisons la diode par sa résistance directe R D lorsqu'elle est passante et nous supposons sa résistance inverse infinie. La diode est passante lorsque la S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-14

15 tension e est positive et bloquée lorsque celle-ci est négative. Modulo 2π nous pouvons donc écrire : 0<ωt<π i>0 π ωt 2π i=0 L intensité du courant lorsque la diode est passante est donnée par : Soit : e i= R+R D 0<ωt<π i=i sinωt avec I= E π ωt 2π i=0 R+R D Ce résultat est illustré sur la figure suivante : Figure 23 : Tension aux bornes du générateur (en rouge) et intensité (en bleu). Nous remarquons que le courant est unidirectionnel. Calculons ses valeurs moyenne et efficace : I 0 = 1 T i(t)dt= 1 π I sin(x) dx= I T 0 2π π = E π (R+R D ) 2 = 1 T T i2 (t)dt I eff 0 I eff = I 2 = π = 1 2π I2 sin 2 (x) dx= I2 4 E 2 (R+R D ) Dans le calcul précédent nous avons négligé la tension de déchet V γ. Lorsque cela n'est pas le cas nous devons en tenir compte dans la modélisation de la diode passante, ce qui nous conduit au circuit équivalent de la figure 24. Le calcul de l intensité i est simple : i= e V γ R+R D La diode n est passante que si cette intensité est positive (pour l orientation choisie ici). S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-15

16 La diode est donc passante lorsque : Figure 24 : Prise en compte de la tension de déchet. Soit : e>v γ sinωt> V γ E ϕ<ωt<π-ϕ (modulo 2π) avec ϕ=sin V γ E La figure suivante illustre l allure de l intensité dans ce cas. Figure 25 : Tension aux bornes du générateur (en rouge) et intensité (en bleu) en tenant compte de la tension de déchet de la diode. E.2. Redressement des deux alternances Considérons le circuit présenté sur la figure 26 comportant un transformateur à point milieu et deux diodes identiques. La résistance R représente une charge utile. Le transformateur à point milieu est équivalent à deux sources tension identiques en série (fig. 27). Ainsi pendant les alternances positives la diode D 1 est passante alors que D 2 est bloquée. Si nous négligeons leurs tensions de déchet, nous avons alors pour les intensités des courants traversant celles-ci : i 1 = E sinωt R+R D et i 2 =0 S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-16

17 Pendant les alternances négatives l'état des diodes est inversé et nous avons : i 1 =0 et i 2 = E sinωt R+R D Figure 26 : Redressement avec transformateur à point milieu et deux diodes. Comme à tout instant le courant i traversant la charge utile est la somme algébrique des deux courants i 1 et i 2, nous pouvons écrire : i=i 1 +i 2 =I sinωt avec I= E R+R D Ce résultat est illustré par la figure 28. D après le calcul développé pour le redresseur monoalternance, il a pour intensité moyenne : I 0 = 2 I π Pour calculer l intensité efficace remarquons que : i =(i 1 +i 2 ) =i 1 +2 i 1 i 2 +i 2 =i 1 +i 2 En effet sur chaque alternance une des intensités est nulle. Nous avons donc : Soit : I eff 2 =2 I2 4 =I2 2 I eff = I 2 = E 2(R+R D ) Figure 27 : Schéma équivalent d un transformateur à point milieu. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-17

18 Figure 28 : Redressement des deux alternances : tension aux bornes du générateur (en rouge) et intensité (en bleu). Le circuit suivant avec un pont de diodes constitue également un redresseur bi-alternance : Figure 29 : Redressement des deux alternances avec un pont de diodes. Pendant les alternances positives les diodes D 1 et D 3 sont passantes, alors que les diodes D 2 et D 4 sont bloquées. Le courant s'écoule donc à travers D 1, R et D 3. Il est donc positif dans la charge. Pour les alternances négatives l'état de chaque diode est inversé : D 1 et D 3 bloquées avec D 2 et D 4 passantes. Le courant s'écoule donc à travers D 2, R et D 4. Il reste positif dans la charge. Nous avons donc : E i=i sinωt avec I= R+2 R D E.3. Charge d'un condensateur au travers d'une diode Considérons le montage de base de la figure 30 faisant intervenir une diode, un condensateur et un générateur de tension sinusoïdale e=e sinωt. Nous supposons le condensateur initialement déchargé. Les bornes A et B correspondent à l anode et la cathode de la diode. Lorsque v A > v B la diode est passante et le condensateur se charge. Lorsque v A < v B la diode est bloquée et, pour une diode idéale, le condensateur conserve sa charge électrique. Celle-ci augmente lorsque à nouveau on atteint v A > v B et ainsi de suite jusqu'à ce que la tension aux bornes du condensateur soit égale à la tension maximale E (fig. 31). Si nous choisissons la S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-18

19 borne négative du générateur de tension comme référence des potentiels, la courbe rouge représente v A et la courbe bleue v B. Figure 30 : Charge d un condensateur au travers d une diode. En régime permanent le condensateur reste chargé sous la tension v B = E. La tension aux bornes de la diode est alors : Nous avons donc : v D =v A v B =e E=E(sinωt 1) 2E<v D <0 La tension inverse de crête, tension maximale qui apparaît lorsque la diode n'est pas conductrice, est donc égale à 2E. Il faut en tenir compte dans le choix de la diode pour éviter un claquage. Figure 31 : Evolution de la charge du condensateur (bleu) comparée à la tension du générateur (rouge). Si la résistance inverse n'est pas infinie le condensateur se décharge légèrement lorsque v A < v B, la charge totale est alors plus longue à atteindre et la tension aux bornes du condensateur varie légèrement en régime permanent. E.4. Redressement avec filtre capacitif Une première application du circuit précédent permet, dans le cas d'un redresseur, d'atténuer les variations de la tension aux bornes de la charge. Considérons un circuit redresseur mono- S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-19

20 alternance auquel on ajoute un condensateur en parallèle à la résistance de charge. Considérons le régime permanent. Figure 32 : Redresseur mono-alternance avec filtre capacitif. Lorsque v A < v B, la diode étant bloquée, le condensateur se décharge à travers la résistance R avec une constante de temps τ=rc qui peut être choisie longue par rapport à la période du générateur. La tension aux bornes du condensateur et de la résistance de charge a alors l'allure suivante : Figure 33 : Redresseur mono-alternance avec filtre capacitif : tension aux bornes de la charge utile (en bleu). Il en serait de même pour un redresseur bi-alternance. E.5. Circuits limiteurs Les circuits limiteurs sont utilisés pour ne transmettre que les parties de signaux au-dessus ou en-dessous d'un certain seuil. Considérons par exemple le circuit de la figure 34. Supposons tout d'abord la diode idéale. Lorsque la diode D est passante la tension de sortie est égale à la tension de référence V R, par contre lorsqu'elle est bloquée nous avons directement s = e. Nous avons pour la tension aux bornes de la diode : v D =e V R La diode reste donc bloquée tant que la tension d'entrée e est inférieure à la tension de référence, elle devient passante au-delà : S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-20

21 e<v R D bloquée s=e e>v R D passante s=v R La tension de sortie ne peut pas dépasser V R. La tension de référence constitue donc un seuil supérieur. La figure 35 (à droite) illustre l allure du signal de sortie pour un signal d entrée sinusoïdal d amplitude supérieure à la tension de référence. La partie gauche de la figure illustre l impact de la caractéristique de transfert (en bleu) sur le signal d entrée. Figure 34 : Schéma d un circuit limiteur de tension. Figure 35 : Principe de fonctionnement d un circuit limiteur de tension : signal en entrée (vert), signal en sortie (rouge) et caractéristique de transfert (bleu). Si nous tenons compte de la résistance directe et de la tension de seuil de la diode nous avons, selon que la diode est passante ou non, les schémas équivalents présentés sur la figure 36. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-21

22 Figure 36 : Schémas équivalents d un circuit limiteur de tension lorsque la diode est passante (à gauche) ou bloquée (à droite). Calculons l intensité du courant i traversant la diode lorsque celle-ci est passante : Elle est passante si : i= e V R V γ R+R D i>0 e>v R +V γ La tension de seuil est donc égale à la tension de référence augmentée de la tension de déchet de la diode. En dessous de ce seuil la diode est bloquée et nous avons de manière évidente : s=e Calculons la tension de sortie lorsque la diode devient passante. Nous avons : s=v R +V γ +R D i= R D R+R D e+ R R+R D V R +V γ La caractéristique de transfert s = f(e) présente donc un changement brutal de pente pour e=v R +V γ. Celui-ci est visible sur la figure 37 (en bleu). Cette figure montre également l allure du signal en sortie (en rouge). Selon la valeur de la résistance de la diode en direct R D, l écrêtage est plus ou moins franc. Sur la figure nous avons supposé la résistance en direct assez grande pour illustrer la déformation du signal en sortie. Pour une résistance faible l écrêtage sera plus plat. Par ailleurs il est facile de montrer que les circuits schématisés sur les figures 38 et 39 ne transmettent respectivement que la partie du signal supérieure à la tension de référence V R ou la partie du signal comprise entre deux valeurs V 1 et V 2. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-22

23 Figure 37 : Principe de fonctionnement d un circuit limiteur de tension en tenant compte de la tension de déchet et de la résistance en direct de la diode. Figure 38 : Schéma d un circuit limiteur de tension : s = e si e > V R. Figure 39 : Schéma d un circuit limiteur de tension : s = e si V 1 < e < V 2. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-23

24 F. Modélisation d'une diode pour les petits signaux Les utilisations précédentes exploitaient toutes le comportement "ON-OFF" de la diode selon le sens de sa polarisation. Nous allons maintenant étudier le cas de petites variations d'un signal par rapport à sa valeur moyenne. Par exemple considérons le circuit suivant faisant intervenir la superposition d'une tension de polarisation V et un signal alternatif e = E sin ωt : Figure 40 : Diode polarisée (tension V) soumises à de petits signaux (tension e). Nous supposons l'amplitude E petite devant la polarisation V. Déterminons tout d'abord le point de fonctionnement (I 0, V 0 ) de la diode en présence uniquement de tension de polarisation. Nous pouvons écrire : v D =V R i i= V v D R ce qui nous donne l'équation de la droite de charge statique. Nous pouvons déterminer graphiquement le point de fonctionnement de la diode en cherchant l'intersection de cette droite de charge avec la caractéristique statique courant-tension de la diode (fig. 41). Nous l appelons point de repos. Figure 41 : Point de repos de la diode polarisée. S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-24

25 Si maintenant nous superposons le signal variable e à la polarisation, la droite de charge se déplace en restant parallèle à la droite de charge statique. En effet à chaque instant la droite de charge a pour équation : i(t)= V+e(t) v D R Figure 42 : Droite de charge dynamique en petits signaux. Le point de fonctionnement décrit donc le tronçon de courbe en vert sur la figure 42. Nous pouvons exprimer le point de fonctionnement dynamique en référence au point de fonctionnement statique : i=i 0+δi v D =V 0 +δv En reportant dans l équation de la droite de charge, il vient : I 0 +δi= V+e V 0 δv R Ce qui nous donne, en tenant compte de la relation définissant le point de repos : δv=e R δi D'autre part, au voisinage du point de repos nous pouvons confondre la caractéristique statique intensité-tension de la diode avec sa tangente. Nous pouvons alors effectuer un développement limité : Ce qui nous donne : i=f(v D ) I 0 +δi=f(v 0 +δv)=f(v 0 )+ f v D (V 0 ) δv I 0 =f(v 0 ) δi= f v D (V 0 ) δv= i v D (V 0 ) δv S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-25

26 Nous appelons conductance dynamique g d et résistance dynamique r d les quantités : Avec cette définition nous pouvons écrire : g d = 1 r d = i v D (V 0 ) δv=r d δi Pour les "petits signaux" (par rapport au point de repos) la diode peut être modélisée par une résistance. Le schéma électrique équivalent permettant l évaluation de δi et δv pour le circuit de la figure 40 est donc le suivant : Figure 43 : Modélisation de la diode en petits signaux. La diode est remplacée par sa résistance dynamique et la source de tension continue est éteinte. Nous avons alors pour l intensité δi : δi= e R+r d S. Tisserant ESIL Matériaux Electronique analogique VII-26

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info. Octobre-décembre 2005. 1.1 Contrôle d intégrité d une diode et reconnaissance des terminaux

Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info. Octobre-décembre 2005. 1.1 Contrôle d intégrité d une diode et reconnaissance des terminaux TP 3. Étude des diodes Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Étude préliminaire 1.1 Contrôle d intégrité d une diode et reconnaissance des

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 4 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Redressement d une tension I. Objectifs Redressement d une tension alternative par le moyen de diodes. Transformation

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP.

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP. Union générale des étudiants de Tunisie Modèle de compte-rendu de TP Dipôle RC Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

LES DIODES. I La diode à jonction. I.1 Constitution. Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1

LES DIODES. I La diode à jonction. I.1 Constitution. Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1 I La diode à jonction I.1 Constitution Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1 I.2 Caractéristique d'une diode Définition : c'est le graphique qui donne

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes etour au menu La diode 1 La diode : un dipôle non linéaire 1.1 Diode idéale 1.2 Diode réelle à semi-conducteur C est un dipôle électrique unidirectionnel dont les bornes sont l anode (A) et la cathode

Plus en détail

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE SYSTEMES LINEIRES DU PREMIER ORDRE 1. DEFINITION e(t) SYSTEME s(t) Un système est dit linéaire invariant du premier ordre si la réponse s(t) est liée à l excitation e(t) par une équation différentielle

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Lois de l électrocinétique

Lois de l électrocinétique Retour au menu! Lois de l électrocinétique 1 Courant électrique 1.1 Notion de courant n conducteur est un matériau contenant des charges libres capables de se déplacer. Dans les électrolytes les charges

Plus en détail

Le but de cette projection n'est pas de résoudre un problème

Le but de cette projection n'est pas de résoudre un problème METHODE D'ETUDE D'UN CIRCUIT ELECTRIQUE Le but de cette projection n'est pas de résoudre un problème mais de vous montrer comment on peut procéder pour obtenir les lois des noeuds et des mailles. Vous

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Les symboles des deux types de transistors sont représentés sur la figure 3.1. (i)

Les symboles des deux types de transistors sont représentés sur la figure 3.1. (i) hapitre 3 Les transistors bipolaires 3.1 Introduction Les transistors bipolaires ont été très utilisés au début (années 60, 70). Leur importance a diminuée avec l apparition des transistors à effet de

Plus en détail

1 Conducteurs et semi-conducteurs

1 Conducteurs et semi-conducteurs Séance de Spécialité n o 20 Diode et redressement Mots-clefs «conducteurs» et «semi-conducteurs». 1 Conducteurs et semi-conducteurs Les semi-conducteurs sont des matériaux qui ont une conductivité électrique

Plus en détail

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices Leçon N : Taux d évolution et indices En premier un peu de calcul : Si nous cherchons t [0 ;+ [ tel que x 2 = 0,25, nous trouvons une solution unique x = 0, 25 = 0,5. Nous allons utiliser cette année une

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes ANNUITES I Notions d annuités a.définition Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. Le processus de versements dépend du montant de l annuité,

Plus en détail

Donner les limites de validité de la relation obtenue.

Donner les limites de validité de la relation obtenue. olutions! ours! - Multiplicateur 0 e s alculer en fonction de. Donner les limites de validité de la relation obtenue. Quelle est la valeur supérieure de? Quel est le rôle de 0? - Multiplicateur e 0 s alculer

Plus en détail

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points)

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Afrique 2007 http://labolycee.org 1.La batterie : principe de fonctionnement La batterie d'une voiture est un accumulateur au plomb constitué

Plus en détail

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES LES DÉTERMINANTS DE MATRICES Sommaire Utilité... 1 1 Rappel Définition et composantes d'une matrice... 1 2 Le déterminant d'une matrice... 2 3 Calcul du déterminant pour une matrice... 2 4 Exercice...

Plus en détail

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne.

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. MODUL 1 MODUL 1. ésistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. Performances-seuils. L élève sera capable 1. d expliquer l effet qu occasionne la résistance interne d une source

Plus en détail

1.Alimentation linéaire

1.Alimentation linéaire Sommaire Introduction Cahier des charges...5 1.Alimentation linéaire...6 2.Alimentation à découpage...7 3.Les différents types de montages...8 3.1. Alimentation type "Buck"...8 3.2 Alimentation type "Boost"...8

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux 1) Notion de moment d une force : Les effets d une force sur un solide dépendent de la position de la force par rapport au corps. Pour traduire avec précision les effets d une force, il est nécessaire

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh 2 Fonctions binaires 45 2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh On peut définir complètement une fonction binaire en dressant son tableau de Karnaugh, table de vérité à 2 n cases pour n variables

Plus en détail

Exercices Electricité

Exercices Electricité Exercices Electricité EL1 Champ électrique 1 Deux charges ponctuelles Soit une charge ponctuelle q1 27 C située en x 0 et une charge q2 3 C en x 1m. a) En quel point (autre que l infini) la force électrique

Plus en détail

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015 Uniersité Mohammed Khidher Biskra A.U.: 204/205 Faculté des sciences et de la technologie nseignant: Bekhouche Khaled Matière: lectronique Fondamentale hapitre 4 : Le Transistor Bipolaire à Jonction 4..

Plus en détail

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS Centre de préparation au diplôme d'état d'audioprothésiste Epreuve de Physique (Durée: heures) 7 juillet Exercice : LA BALANCOIRE ( points) Une balançoire constituée

Plus en détail

3) Cet appareil produit quel genre de courant (continu ou alternatif)? Expliquer votre choix.

3) Cet appareil produit quel genre de courant (continu ou alternatif)? Expliquer votre choix. EXERCICES SUR L INTENSITÉ & LA TENSION DU COURANT ÉLECTRIQUE Exercice 1 1) Donner la lecture de la mesure. 2) Quelle est la nature de la grandeur mesurée? 3) Cet appareil produit quel genre de courant

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Etude de fonctions: procédure et exemple

Etude de fonctions: procédure et exemple Etude de fonctions: procédure et exemple Yves Delhaye 8 juillet 2007 Résumé Dans ce court travail, nous présentons les différentes étapes d une étude de fonction à travers un exemple. Nous nous limitons

Plus en détail

Solutions optimales multiples. 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB)

Solutions optimales multiples. 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB) 3D Solutions optimales multiples 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB) Le modèle (FRB) admet une solution optimale unique. En effet (voir page 182), l'algorithme du simplexe se termine par

Plus en détail

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 )

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Présentation du sujet La recherche de miniaturisation est actuellement un domaine important dans

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

Chapitre 5 La puissance en régime sinusoïdal

Chapitre 5 La puissance en régime sinusoïdal Chapitre 5 La puissance en régime sinusoïdal forcé 61 5.1. Les grandeurs instantanée, moyenne et e cace Les signaux étudiés dans ce chapitre sont des courants ou des tensions sinusoïdaux i(t) et u(t).

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

2.1 Le point mémoire statique Le point mémoire statique est fondé sur le bistable, dessiné de manière différente en Figure 1.

2.1 Le point mémoire statique Le point mémoire statique est fondé sur le bistable, dessiné de manière différente en Figure 1. Mémoires RAM 1. LOGIUE STATIUE ET LOGIUE DYNAMIUE Le point mémoire est l élément de base, capable de mémoriser un bit. Il y a deux approches possibles. L approche statique est fondée sur la l'utilisation

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Pendant tout le TP vous utiliserez la Fiche méthode de l oscilloscope OX 71 Livre Bordas, Collection ESPACE, 2008, p 183 I- FONCTIONNEMENT Mettre l appareil sous tension.

Plus en détail

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées Approche quantitative Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées «Les faits sont têtus. Il est plus facile de s arranger avec les statistiques.» Mark Twain L objectif de ce document

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

problèmes corri gés d électronique de puissance

problèmes corri gés d électronique de puissance problèmes corri gés d électronique de puissance u Niveaux de difficulté progressifs u Corrigés détaillés Pierre Mayé Professeur de physique appliquée à Arras Illustration de couverture : digitalvision

Plus en détail

1 Systèmes triphasés symétriques

1 Systèmes triphasés symétriques 1 Systèmes triphasés symétriques 1.1 Introduction Un système triphasé est un ensemble de grandeurs (tensions ou courants) sinusoïdales de même fréquence, déphasées les unes par rapport aux autres. Le système

Plus en détail

Son et Lumière. L optique géométrique

Son et Lumière. L optique géométrique Son et Lumière Leçon N 3 L optique géométrique Introdution Nous allons au cours de cette leçon poser les bases de l optique géométrique en en rappelant les principes fondamentaux pour ensuite nous concentrer

Plus en détail

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 Travaux pratiques d électronique, première séance Circuits passifs S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 1 Révision 1. Explorez le protoboard avec le voltmètre. Faites un schéma des connexions. 2. Calibrez

Plus en détail

Cours fonctions, expressions algébriques

Cours fonctions, expressions algébriques I. Expressions algébriques, équations a) Développement factorisation Développer Développer un produit, c est l écrire sous forme d une somme. Réduire une somme, c est l écrire avec le moins de termes possibles.

Plus en détail

Algorithmique et programmation. Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic

Algorithmique et programmation. Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic Algorithmique et programmation Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic Même s'il est possible d'écrire un programme petit à petit par touches successives, le résultat est souvent

Plus en détail

Formules d inclusion-exclusion

Formules d inclusion-exclusion Université de Rouen L1 M.I.EEA 2011 2012 Mathématiques discrètes Formules d inclusion-exclusion Je présente ici une correction détaillée de l Exercice 5 de la Feuille d exercices 1, en reprenant le problème

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

LA DIODE. Classe de première SI

LA DIODE. Classe de première SI LA DIODE Table des matières 1. Présentation... 2 2. Fonctionnement... 2 3. Caractéristiques... 3 3.1. Zone de claquage... 4 3.2. Techniques... 4 4. Exemples d utilisation... 6 4.1. Montage redresseur simple

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Enseignement de mathématiques Classe de première STMG Ressources pour le lycée technologique Dérivation : Approximation affine et applications aux évolutions successives Contexte pédagogique Objectifs

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques.

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques. Logique binaire I. L'algèbre de Boole L'algèbre de Boole est la partie des mathématiques, de la logique et de l'électronique qui s'intéresse aux opérations et aux fonctions sur les variables logiques.

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Ce document a été fabriqué par PDFmail (Copyright RTE Multimedia) http://www.pdfmail.com

Ce document a été fabriqué par PDFmail (Copyright RTE Multimedia) http://www.pdfmail.com I- LE COURNT ÉLECTRIQUE : 1) Nature du courant : Le courant électrique est un déplacement de charges électriques dans la matière. Dans les métaux, les porteurs de charges sont les ÉLECTRONS. Circulation

Plus en détail

Gaz parfait : Etude de la loi de Boyle - Mariotte

Gaz parfait : Etude de la loi de Boyle - Mariotte Gaz parfait : Etude de la loi de Boyle - Mariotte ENONCE : Pressiomètre Seringue à piston vissant On utilise un échantillon d air emprisonné dans une seringue graduée en cm 3, le volume maximal étant 60

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES B. MARCHADIER Dépendance et indépendance de deux aléas numériques images Mathématiques et sciences humaines, tome 25 (1969), p. 2534.

Plus en détail

Comment tracer une droite représentative d'une fonction et méthode de calcul de l'équation d'une droite.

Comment tracer une droite représentative d'une fonction et méthode de calcul de l'équation d'une droite. Comment tracer une droite représentative d'une fonction et méthode de calcul de l'équation d'une droite. Introduction : Avant de commencer, il est nécessaire de prendre connaissance des trois types de

Plus en détail

Chapitre III : lentilles minces

Chapitre III : lentilles minces Chapitre III : lentilles minces Les lentilles minces sont les systèmes optiques les plus utilisés, du fait de leur utilité pour la confection d instruments d optique tels que microscopes, télescopes ou

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

NOTICE DE LOGICIEL OHMNIBUS

NOTICE DE LOGICIEL OHMNIBUS NOTICE DE LOGICIEL OHMNIBUS DEPARTEMENT SCIENCES Mars 2005 OHMNIBUS I CHARGER L EXERCICE «DOC» A PARTIR DE LA FENETRE D ENTREE DANS LE LOGICIEL Exercice sélectionné par un click de souris et qui apparaît

Plus en détail

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 1 L objectif de la firme est la maximisation du profit Les profits sont définis comme la différence entre les recettes et le coûts Supposons que la firme produise n

Plus en détail

Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011

Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011 Lycée Privé Alfarabi SFAX Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011 2011 / 2012 Section : Sciences de l informatiques Coefficient : 3 EPREUVE : SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures M. Abdmouleh Nabil Le devoir

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

TP 1: Circuits passifs

TP 1: Circuits passifs Travaux Pratiques Avancés (TPA) d Electronique Année 2015-16 TP 1: ircuits passifs Sergio Gonzalez Sevilla *, Antonio Miucci Département de Physique Nucléaire et orpusculaire (DPN), Université de Genève

Plus en détail

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois...

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... En quoi cette notion de polarisation du transistor est-elle si importante? Et bien elle va permettre de

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction Electricité et magnétisme - TD n 1 Induction 1. Inductance mutuelle - transformateur On considère un solénoïde de section circulaire, de rayon R 1, de longueur, et constitué de N 1 spires. A l intérieur

Plus en détail

4.14 Influence de la température sur les résistances

4.14 Influence de la température sur les résistances nfluence de la température sur la résistance 4.14 nfluence de la température sur les résistances ne résistance R, parcourue par un courant pendant un certain temps t, dissipe une énergie calorifique (W

Plus en détail

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle.

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. TP force centrifuge Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : Étudier la force centrifuge dans le cas d un objet ponctuel en rotation uniforme autour d un axe fixe. 1 Présentation

Plus en détail

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU LE COURT ELECTRQUE COTU 1- perçu historique de l'électricité Voir polycop 2- Le courant électrique l existe deux types de courant. EDF. faire tirages feuille exercice et T annexe Montrer effet induction

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

ETUDE D'UN MULTIMETRE NUMERIQUE UTILISANT LE TRANSFERT DE CHARGES 1

ETUDE D'UN MULTIMETRE NUMERIQUE UTILISANT LE TRANSFERT DE CHARGES 1 ETUDE D'UN MULTIMETRE NUMERIQUE UTILISANT LE TRANSFERT DE CHARGES 1 Le schéma de principe d'un multimètre numérique est donné ci-dessous Il met en œuvre un montage comparateur (dont le rôle sera défini

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail