Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie"

Transcription

1 Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie Aix-en-Provence, le 7 novembre www. cabinet-ecoute.fr

2 Programme Introduction I. L exploitation en nom propre II. L exploitation en société III. L exploitation en groupe IV. La transmission - 2 -

3 Introduction

4 Introduction Il existe plusieurs modes d exploitation d une pharmacie d officine : L exploitation en nom propre L exploitation en société L exploitation au sein d un groupe de sociétés Le choix du mode d exploitation et le choix de la forme juridique de la société exploitante (en cas d exploitation sous forme de société) ont des incidences juridiques, financières, fiscales et sociales lors de l acquisition, de l exploitation et de la cession de la pharmacie d officine ou de la société exploitante. L exploitation sous forme de société se développe et l exploitation en nom propre décroît. Par ailleurs, l exploitation d une ou plusieurs pharmacies d officine au sein d un groupe de sociétés peut désormais être envisagée grâce à la SPFPL

5 L exploitation en nom propre

6 Présentation Aspects juridiques, fiscaux et sociaux I. L exploitation en nom propre AVANTAGES Peu réglementé Adapté aux petites entreprises INCONVÉNIENTS Une seule et unique personne (l entrepreneur individuel). Frais de démarrage peu élevés Propriétaire d une seule officine Formalités de constitution simples Responsabilité du pharmacien sur ses biens personnels de manière indéfinie Régime fiscal IR (avantageux pour les toutes petites entreprises) Régime fiscal IR (désavantageux pour les entreprises générant des bénéfices relativement importants) Régime social TNS Transmission par voie de cession ou d apport du fonds - 6 -

7 Aspects comptables et financiers I. L exploitation en nom propre AVANTAGES Obligations comptables simplifiées. Tenue d une comptabilité de trésorerie, tout au long de l exercice, jusqu à de CA ht. Lors de la clôture évaluation des créances acquises et des dettes certaines. INCONVÉNIENTS En règle générale, le résultat fiscale de type BIC / IR est égal au résultat comptable quelque soit le mode de financement de l investissement initial. Le même résultat est soumis aux calculs des cotisations sociales TNS. Evaluation simplifiée des stocks. Système comptable simple ne produisant que peu de donner à analyser. Pas d effet de levier sur la dette contractée pour l acquisition du fonds de commerce

8 La mise en société I. L exploitation en nom propre Intérêts - aspects juridiques, fiscaux et sociaux AVANTAGES Exercice seul ou en association Responsabilité des associés limitée à leurs apports (sauf pour les SNC) INCONVÉNIENTS Suivi juridique plus lourd qu en cas d exploitation en nom propre Régime salarié pour le président de SELAS et le DG de SELAFA Imposition à l IS (sauf SNC et EURL (option IS possible pour l EURL) Transmission de la pharmacie d officine par voie de cession de la société exploitante (cf. partie IV) - 8 -

9 I. L exploitation en nom propre Intérêts - aspects comptables et financiers AVANTAGES Détermination du résultat fiscal de l entreprise en application des dispositions BIC / IS. Le revenu de l entrepreneur est isolé pour être fiscalisé de manière autonome Art 62 du CGI. (Idem pour les cotisations TNS). Déconnexion de l entreprise du patrimoine de l entrepreneur. La garantie donnée pour garantir l emprunt bancaire finançant le fonds de commerce est adossée a l actif. Apparition de l effet de levier fiscal. INCONVÉNIENTS Les obligations comptables, du Code de Commerce combinées avec celles du Code général des Impôts, sont plus contraignantes. Interdiction de détenir un compte courant débiteur et de réaliser certaines opérations avec les fonds de la société

10 Les coûts fiscaux de la mise en société - Le coût fiscal I. L exploitation en nom propre Imposition de la plus-value sur l apport ou la cession (taux d IR de 16% auquel s ajoutent des cotisations sociales à 15,5%) Droits d enregistrement sur l apport à titre onéreux où la cession (0% pour une valeur de l activité apportée comprise entre 0 et 23K, 3% de 23 K à 200 K et 5% au delà) - Les régimes d exonération Exonération de la plus-value d apport en société d une entreprise individuelle (article 151 octies du CGI) Exonération de droits d enregistrement sous réserve de la prise d un engagement de conservation pendant 3 ans des titres reçus (article 809 du CGI)

11 L exploitation en société

12 II. L exploitation en société Le choix de la forme sociale : les principales sociétés commerciales de droit commun FORME SOCIALE ASSOCIÉS NOMBRE CAPITAL MIN. DIRIGEANT RÉGIME SOCIAL DU DIRIGEANT RÉGIME SOCIAL DE L ASSOCIÉ EXERÇANT RESPONSAB ILITÉ DETTES SOCIALES CAC RÉGIME FISCAL DE LA SOCIÉTÉ DROITS D ENREGIST REMENT EURL SARL 2 à 100 Pas de Gérant min. *** Limitée TNS TNS aux apports Non si < seuils EURL : IR (option IS) SARL : IS 3% avec abattement SNC 2 (qualité de commerçant) Pas de min. Gérant *** TNS TNS Indéfinie et solidaire Oui si > seuils IR (option IS) 3% avec abattement SASU SAS** 1 ou pls Pas de min. Préside nt DG *** Régime général* TNS Limitée aux apports Oui si > seuils ou si contrôle IS 0,1%

13 II. L exploitation en société * Pour éviter le cumul «régime TNS» (pour les fonctions de pharmacien) et «régime général» (pour les fonctions de président), le président ne doit pas être rémunéré au titre de son mandat. Il doit être rémunéré uniquement au titre de son activité professionnelle (régime TNS). ** Une pharmacie d officine ne peut pas être exploitée par une SAS/SASU. En revanche, elle peut être exploitée par une SELAS. *** Le dirigeant d une SEL, SARL ou d une SNC doit être un associé exerçant sa profession au sein de la SEL

14 II. L exploitation en société La SEL : une société commerciale dédiée aux professions libérales La SELARL fonctionne comme une SARL ou une EURL sous réserve des règles particulières applicable à la profession de pharmacien La SELAS fonctionne comme une SAS sous réserve des règles particulières applicable à la profession de pharmacien Le SELAFA ou la SELCA fonctionnent respectivement comme une SA ou une SCA sous réserve des règles particulières applicable à la profession de pharmacien. Formes de sociétés non adaptées à l exploitation de pharmacies d officine L intérêt de la SEL au regard des sociétés commerciales de droit commun pour ce qui concerne les pharmaciens Ouverture du capital à des SEL de pharmaciens ou à des pharmaciens n exerçant pas dans la SEL ou à des pharmaciens retraités (limite de 10 ans) ou à des ayants droit après décès (limite 5 ans) La SPFPL peut détenir des participations dans des SEL La SEL est un outil indispensable pour constituer un groupe

15 Contraintes légales et réglementaires propres aux SEL Un associé pharmacien qui exerce son activité dans une SEL est lié par une «clause d exclusivité». Une SEL ne peut exploiter qu une seule officine. II. L exploitation en société Le dirigeant de la SEL doit être un associé exerçant au sein de la SEL. Plus de la moitié du capital social et des droits de vote doit être détenue par des professionnels en exercice au sein de la société directement ou par l intermédiaire d une SPFPL. Chaque pharmacien associé dans une société exploitant une officine et y exerçant son activité doit détenir au moins 5% du capital social et des droits de vote de cette société

16 II. L exploitation en société Exemples : contrôle direct et indirect de la SEL par le pharmacien exploitant Pharmacien A Pharmacien A Pharmaciens Investisseurs Pharmacien A Dirigeant 100% Dirigeant 51% 49% Dirigeant 100% SEL A SEL A 5 % Dirigeant & exploitant SPFPL 95 % SEL

17 II. L exploitation en société Focus sur le décret n du 4 juin 2013 pour ce qui concerne les SEL Un pharmacien d officine ne peut détenir une participation directe ou indirecte que dans 4 SEL de pharmaciens d officine autres que celle dans laquelle il exerce. Une SEL ne peut détenir des participations directes ou indirectes que dans 4 SEL de pharmaciens d officine. Le mécanisme dit de l article 5-1 de la loi du 31 décembre 1990 qui permettait dans le cadre des SELAS une dissociation des droits de vote et des droits financiers n est plus applicable à la profession de pharmacien d officine (délai de 2 ans pour régulariser)

18 Montage à régulariser III. L exploitation en société droits financiers droits de vote SEL Pharmacien A 95% 49% 51% 5% SEL A

19 Exemple de montage alternatif II. L exploitation en société SEL A détient directement et indirectement 70% du capital de la SEL B 44% SEL A SEL B 49% SPFPL 51% Pharmacien A 51% 5%

20 II. L exploitation en société Exemples de montage au regard du décret n du 4 juin 2013 Pharmacien A Pharmacien A > 50,1% >50,1% SEL A <50% <50% <50% <50% SEL A SEL 1 SEL 2 SEL 3 SEL 4 <50% <50% <50% <50% SEL 1 SEL 2 SEL 3 SEL

21 L exploitation en groupe

22 III. L exploitation en groupe L intérêt de la constitution d un groupe de sociétés avec une société holding Effet de levier juridique Effet de levier financier Effet de levier fiscal Optimisation de la fiscalité personnelle (création d un holding patrimoniale, perception d une soulte net d impôts en cas d apport de titres, etc.) Maîtrise de la fiscalité personnelle (choix entre la rémunération du dirigeant et la distribution de dividendes)

23 III. L exploitation en groupe La SPFPL : un outil nécessaire pour la création d un groupe Définition Société de participations financières de professions libérales Holding IS Objet : détention et gestion de participations dans des SEL et éventuellement réalisation de prestations de services au sein de son groupe Intérêts de la SPFPL Faciliter l acquisition de parts sociales ou d actions de SEL et optimiser les coûts liés à cette acquisition Faciliter le regroupement de SEL

24 III. L exploitation en groupe Contraintes légales et réglementaires propres aux SPFPL Plus de la moitié du capital et des droits de vote doit être détenue par des pharmaciens titulaires, par des pharmaciens adjoints exerçant en officine ou des SEL de pharmaciens d officine Complément du capital d une SPFPL : pharmacien investisseur, SEL de pharmaciens, pharmacien retraité (limite de 10 ans), ayants droit après décès (limite 5 ans) Dirigeant de la SPFPL : personne exerçant la profession de pharmacien SPFPL peut détenir la majorité du capital et des droits de vote d une SEL (sous réserve que le pharmacien exerçant au sein de la SEL détienne plus de la moitié du capital et des droits de vote de la SEL directement et indirectement)

25 III. L exploitation en groupe Exemples de montage au regard des contraintes légales et réglementaires Pharmacien A Associés minoritaires (Pharmaciens investisseurs) Pharmaciens investisseurs Dirigeant >50,1% < 50% 5 % Dirigeant & exploitant SPFPL SEL 95 % Pharmacien A SPFPL Dirigeant > 50,1% < 50% SEL

26 III. L exploitation en groupe Focus sur le décret n du 4 juin 2013 pour ce qui concerne les SPFPL Les adjoints peuvent détenir une fraction du capital des SPFPL (des systèmes d intéressement des managers (stock-options, attribution gratuite d actions, BSA) peuvent être mis en place). Une SPFPL ne peut détenir des participations que dans trois SEL de pharmacien. La SPFPL est soumise à un contrôle obligatoire des instances ordinales au moins tous les quatre ans (contrôle sur la composition du capital et sur l'étendue de ses activités). Les violations des règles relatives aux SPFPL peuvent donner lieu à des sanctions disciplinaires. La radiation de la SPFPL du tableau de l'ordre entraine de plein droit la dissolution de la société. Le processus de constitution est calqué sur celui applicable aux SEL (constitution sous la condition suspensive de leur inscription au tableau)

27 III. L exploitation en groupe Exemple de montage au regard du décret n du 4 juin 2013 Pharmacien A Associés minoritaires (Pharmaciens investisseurs) Dirigeant 51 % 49 % Dirigeant & exploitant 5 % SPFPL 95 % 49 % 49 % SEL A SEL B SEL C Pharmacien C 51 % Dirigeant & exploitant Dirigeant & exploitant 51 % Pharmacien B

28 Optimisation du fonctionnement en «groupe». III. L exploitation en groupe Le holding devient une centrale d achats et une société de services (ressources humaines, comptabilité, informatique.). Les méthodes de fonctionnement sont harmonisées en vue de réduire les couts de fonctionnement. Gestion centralisée de la trésorerie et des engagements bancaires. Option pour le régime de l intégration fiscale (levier fiscal). Capacité à mobiliser des apports pour faciliter la levée de fonds en vue d une opportunité d investissement, mise en place de financements complexes entre la cible et l investisseur (levier financier)

29 III. L exploitation en groupe Effet de levier financier Pharmacien A Associés minoritaires (Pharmaciens investisseurs) SPFPL 50 Banque 100 Répartition du capital dans la SPFPL : Cible : SEL A Prix = 100 Pharmaciens : 51% Investisseur : 49%

30 III. L exploitation en groupe Effet de levier financier Pharmacien A Associés minoritaires (Pharmaciens investisseurs) Apports en numéraire et /ou apports de titres 5 % 51 % 95 % Avances en compte courant Apports en numéraire SPFPL 49 % Emprunt bancaire Remboursement de l emprunt Remontée bancaire de dividendes Banque SEL A

31 Effet de levier fiscal Déduction des intérêts d emprunt III. L exploitation en groupe Déduction des intérêts d emprunts par la société mère sur l emprunt ayant permis de financer l acquisition des titres de la filiale sous réserve de l absence d une règle limitative (limitation des charges financières, amendement Charasse, taux d intérêt ) Mise en place d une intégration fiscale pour que les distributions de dividendes n entrainent aucun frottement fiscal Détention de 95% (droits de vote et droits financiers) de la SEL par la SPFPL Détermination d un résultat fiscal au niveau du groupe à partir de la somme algébrique des résultats fiscaux des sociétés du groupe Remontées de cash dans le holding sans coût fiscal pour le remboursement de la dette

32 III. L exploitation en groupe Effet de levier fiscal Pharmacien A Associés minoritaires (Pharmaciens investisseurs) 51 % 49 % 5 % SPFPL = Déficit fiscal 95 % DIVIDENDES EXONÉRÉS SEL A = Bénéfice Fiscal DÉDUCTION CHARGES FINANCIÈRES ET FRAIS D ACQUISITION INTÉGRATION FISCALE

33 III. L exploitation en groupe Optimisation fiscale En cas d apport de titres, possibilité de bénéficier d une soulte non fiscalisée représentant jusqu à 10% de la valeur des titres apportés Possibilité de créer une holding patrimoniale qui pourrait réinvestir le cash issu de la cession de ses filiales d exploitation (SEL) Arbitrages rémunération/dividendes : choix de la catégorie de revenus la plus avantageuse en fonction des contraintes liées aux charges sociales et à l imposition des revenus

34 III. L exploitation en groupe Effet de levier fiscal Bénéfice du régime mère-fille pour que les distributions de dividendes des filiales : frottement fiscal limité à 1,67 % Remontées de cash dans le holding avec un coût fiscal faible pour le remboursement de la dette Détention minimale de 5% (droits de vote et droits financiers) de la SEL par la SPFPL Facturation de prestations de services (direction, stratégie, marketing ) par la SPFPL à ses filiales et sous-filiales Remontée de cash Exonération ISF au titre des biens professionnels sur les titres de la SPFPL holding animatrice de son groupe

35 III. L exploitation en groupe Effet de levier fiscal Pharmacien A 51 % Associés minoritaires (Pharmaciens investisseurs) 49 % 5 % SPFPL = Déficit fiscal Régime mère fille 95 % 49 % 51 % Pharmacien tiers SEL A SEL B Intégration fiscale

36 La transmission

37 IV. Transmission Etat des lieux Jusqu à présent l acquisition du fonds de commerce de pharmacie d officine était nettement plus répandue que l acquisition de la société exploitant la pharmacie d officine. L acquéreur avait intérêt à acquérir le fonds de commerce plutôt que la société car en cas d acquisition de la société par le pharmacien (personne physique) les intérêts d emprunt liés à l acquisition n étaient pas intégralement déductibles et le pharmacien remboursait le prêt avec des sommes distribuées ayant supportées l IR et les prélèvements sociaux. Désormais en cas d acquisition d une SEL de pharmacie par une SPFPL, les intérêts d emprunt seront en principe déductibles et le prêt sera remboursé par la SPFPL avec des sommes n ayant pas supporté l impôt (en cas d intégration fiscale)

38 IV. Transmission CESSION DE FONDS DE COMMERCE Côté acquéreur Côté vendeur AVANTAGES Acquisition d actifs Déduction des intérêts d emprunt et des droits d enregistrement INCONVÉNIENTS Droits d enregistrement significatifs Perte de la continuité de l activité, transfert des contrats non automatique (hors contrats de travail, bail commercial et contrats d assurance) Inventaire du stock Imposition de la plus-value (en principe : 33,33% pour une société IS et 31,5% pour une personne physique ou société IR) Imposition lors de la liquidation de la société exploitante Séquestre sur le prix de vente

39 IV. Transmission CESSION DE SOCIÉTÉ Côté acquéreur Côté vendeur AVANTAGES Droits d enregistrement plus faibles et déductibles 3% (avec un abattement de 23 K sur le prix de cession) ou 0,1% en fonction de la forme sociale Déductibilité des intérêts d emprunt si l acquéreur est une SPFPL Possibilité d exonération de plus-value (sur l IR, pas sur les prélèvements sociaux) Pas de liquidation de la société INCONVÉNIENTS Prise en charge du passif de la société Réalisation d un audit financier, juridique, fiscal et social Garantie d actif et de passif consentie à l acquéreur Mise en place d une garantie à la garantie

40 Fiscalité de la sortie Pour une personne physique exploitant à titre individuel En cas de cession du fonds de commerce : imposition de la plus-value de cession au niveau de la personne physique au taux de 31,5% (IR au taux de 16% sous conditions et cotisations sociales à 15,5%) avec possibilité d une exonération pour départ en retraite (imposition limitée aux cotisations sociales à 15,5%) Pour une personne physique associée d une SEL IV. Transmission Sous réserve des dispositions de la prochaine loi de finances En cas de cession du fonds de commerce : imposition de la plus-value de cession au niveau de la SEL au taux de 33,1/3% et imposition des dividendes versés à l associé (barème progressif après application d un abattement de 40% et cotisations sociales à 15,5%) En cas de cession des titres de la SEL : imposition de la plus-value réalisée par l associé (IR au taux de 19% sous conditions et cotisations sociales à 15,5%) avec possibilité d une exonération pour départ en retraite (imposition limitée aux cotisations sociales à 15,5%) Sous réserve des dispositions de la prochaine loi de finances : projet de suppression de l exonération départ en retraite et création d abattements pour durée de détention

41 IV. Transmission Fiscalité de la sortie Pour une personne physique associée d une SPFPL détenant une SEL En cas de cession du fonds de commerce : imposition de la plus-value de cession au niveau de la SEL au taux de 33,1/3%, exonération des dividendes versés par la SEL à la SPFPL (en cas d intégration fiscale) et imposition des dividendes versés à l associé (barème progressif après application d un abattement de 40% et cotisations sociales à 15,5%) En cas de cession des titres de la SEL par la SPFPL : imposition de la plusvalue réalisée par la SPFPL(IS représentant 4% du montant de la plusvalue) et imposition des dividendes versés à l associé (barème progressif après application d un abattement de 40% et cotisations sociales à 15,5%) En cas de cession des titres de la SPFPL : imposition de la plus-value réalisée par l associé (IR au taux de 19% sous conditions et cotisations sociales à 15,5%) avec possibilité d une exonération pour départ en retraite (imposition limitée aux cotisations sociales à 15,5%) Sous réserve des dispositions de la prochaine loi de finances : projet de suppression de l exonération départ en retraite et création d abattements pour durée de détention

42 IV. Transmission Projet de loi de finances 2014 (applicable en cas d adoption de la loi) Modification du régime des plus-values mobilières avec la création de deux types d abattement : Abattement de droit commun Durée de détention Titres détenus depuis moins de 2 ans Abattement sur la plus-value nette Néant Titres détenus entre 2 et 8 ans 50 % Titres détenus au-delà de 8 ans 65 % Abattement incitatif sous conditions Durée de détention Titres détenus depuis moins de 1 an Abattement sur la plus-value nette Néant Titres détenus entre 1 et 4 ans 50 % Titres détenus entre 4 et 8 ans 65 % Titres détenus au-delà de 8 ans 85%

43 Contacts Clyve Monfredo - AXTEN Avocat au Barreau d Aix-en-Provence 33 (0) (0) Jean-Philippe Pinatel Cabinet ECOUTE Expert-comptable Commissaire aux Comptes 33 (0) (0) Lionel Weller - AXTEN Avocat au Barreau d Aix-en-Provence 33 (0) (0)

SPFPL : Tout ça pour ça!

SPFPL : Tout ça pour ça! SPFPL : Tout ça pour ça! Animée par JM. BURTON et G. DE MARCHI 31/03/2014 1 CGP 31/03/2014 2 SOMMAIRE SPFPL : Quelle est la problématique? La SPFPL en pratique Propositions d aménagements 31/03/2014 3

Plus en détail

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple!

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! Août 2013 La SFPFL (Société de participations financières de profession libérale) est un outil juridique supplémentaire mis à la disposition

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Quels sont les impôts que je devrai payer lors de la cession de mon entreprise? Exclusivement une taxe

Plus en détail

2. Pourquoi choisir l EURL?

2. Pourquoi choisir l EURL? Le capital peut être variable. Un commissaire aux comptes n est pas obligatoire dans les petites EURL. L EURL est soumise à l impôt sur le revenu avec la possibilité d opter pour l impôt sur les sociétés.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL ET DE L EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE CONSTITUTION DE L ENTREPRISE en Nom Collectif A Nombre d associés L entrepreneur seul. Au moins 2 associés. Tous commerçants. Un associé unique, personne physique ou personne morale (mais qui ne peut être

Plus en détail

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes LES PRINCIPES DE BASE D UNE SOCIETE D EXERCICE LIBERAL A RESPONSABILITE LIMITEE (SELARL) Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire

Plus en détail

Anticipez et choisissez la forme juridique adaptée à votre projet

Anticipez et choisissez la forme juridique adaptée à votre projet Choisir votre statut juridique est une étape importante dans votre projet de création ou reprise d'entreprise. Anticipez et choisissez la forme juridique adaptée à votre projet Vaut-il mieux entreprendre

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL DU DIRIGEANT 5 février 2014 1 Les structures potentielles L entreprise individuelle Deux statuts particuliers peuvent être adoptés La société L auto-entrepreneur L entreprise

Plus en détail

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi Découvrez tous les leviers fiscaux pour votre entreprise Maître Guillaume PAINSAR, Notaire associé à RENNES Président association "Ouest Notaires Entreprise" Membre association "Notaires Conseils d'entrepreneurs"

Plus en détail

Les bons critères pour choisir votre statut juridique

Les bons critères pour choisir votre statut juridique Les bons critères pour choisir votre statut juridique Choisir votre statut juridique est une étape importante dans votre projet de création ou reprise d'entreprise. Vaut-il mieux entreprendre en nom propre

Plus en détail

Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients. Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL

Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients. Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL Fonds de commerce ou titres de société : Que faut-il préférer? 2 Acquisition

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir?

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Intervenants Angèle CAMUS Expert-comptable Philippe SAUZE Gan

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Pourquoi réaliser certaines opérations patrimoniales par le biais d une société holding?

Pourquoi réaliser certaines opérations patrimoniales par le biais d une société holding? Pourquoi réaliser certaines opérations patrimoniales par le biais d une société holding? Intervenants Anne Batsale Jean-Michel Dupuy Directeur Juridique et Fiscal Expert-Comptable Swiss Life Banque Privée

Plus en détail

«Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h

«Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h «Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h Quelle forme juridique pour entreprendre? RDV de la Création d Entreprise du 18 novembre 2015 Maître Nathalie MEILLAND-PLANCHE, Avocat Cabinet

Plus en détail

UNE DEMARCHE METHODOLOGIQUE

UNE DEMARCHE METHODOLOGIQUE LE PASSAGE D UN BNC EN SOCIETE D EXERCICE LIBERAL (SEL) : UNE DEMARCHE METHODOLOGIQUE Jean Pierre Roger Membre du comité «Professions Libérales» du C.S.O.E.C. Luc Fialletout D.G.A. d INTERFIMO- Membre

Plus en détail

Comment bien choisir le statut adapté à son projet. Salon de l entreprise 2012 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11

Comment bien choisir le statut adapté à son projet. Salon de l entreprise 2012 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11 Comment bien choisir le statut adapté à son projet Salon de l entreprise 2012 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11 Présentation générale Le choix de la forme juridique

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Thomas CROCHET Avocat à la Cour. Sociétés Holdings. Quelles opportunités pour les professions libérales?

Thomas CROCHET Avocat à la Cour. Sociétés Holdings. Quelles opportunités pour les professions libérales? Sociétés Holdings Quelles opportunités pour les professions libérales? Notion de société holding Définition: société dont l objet est la détention de parts sociales ou actions d autres sociétés La société

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Comment réussir la création. Aspects fiscaux. François-Xavier RUAU Expert-Comptable

Comment réussir la création. Aspects fiscaux. François-Xavier RUAU Expert-Comptable Comment réussir la création de son entreprise? Aspects fiscaux François-Xavier RUAU Expert-Comptable 1 Le choix de la forme juridique Il doit tenir compte notamment des critères suivants : Éléments financiers

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Comment bien choisir le statut adapté à son projet. Salon de l entreprise 2013 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11

Comment bien choisir le statut adapté à son projet. Salon de l entreprise 2013 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11 Comment bien choisir le statut adapté à son projet Salon de l entreprise 2013 Espace Gestion 17 73 rue des sauniers 17000 LA ROCHELLE 05 46 41 91 11 Présentation générale Salon de l entreprise 2013 Espace

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE

Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE I. Les différentes formes juridiques Présentation des différentes formes juridiques : 1. L Entreprise Individuelle (EI) 2. L Entreprise Individuelle à Responsabilité

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées

Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées «Inventaire et mode d emploi» Transaxiall - Atelier RM 5 5 2014 Le marché de la reprise en France - 500 000 entreprises à reprendre? - 350 000 n ont pas de valeur

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Les grandes décisions financières du Gastroentérologue

Les grandes décisions financières du Gastroentérologue Les grandes décisions financières du Gastroentérologue Symposium SYNMAD - Palais des Congrès de Paris vendredi 26 mars 2010 Le choix du mode d exercice - Faut il choisir la SEL? La transmission du cabinet

Plus en détail

Régime social et fiscal Bien choisir votre statut de consultant

Régime social et fiscal Bien choisir votre statut de consultant Régime social et fiscal Bien choisir votre statut de consultant Pierre SAUREL Thémistocle Avocats 1 Les statuts permettant d exercer comme consultant Entrepreneur individuel ou en nom propre Dirigeant

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil et transmission d entreprise Aspect donation/succession ISF Novembre 2014 Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil Aspect transmission Relativement récent

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 15-16 octobre 2009 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 15-16 octobre 2009 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz Quelle structure et quel statut pour le créateur Animé par Yves Fréard expert-comptable Choix de la Structure Juridique Entreprise en nom propre Entreprise en société L EURL ( entreprise unipersonnelle

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS

Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS La holding est un outil juridique de plus en plus utilisé par les praticiens pour répondre à des besoins très divers tendant toujours à la détention de participations

Plus en détail

Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille?

Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille? Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille? Animé par : Nicolas DUCROS, Journaliste - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Marc VASLIN Avocat SCOTTO & ASSOCIES

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Apport d un cabinet comptable. Pour le montage juridique et financier d un projet de micro-centrale hydroélectrique.

Apport d un cabinet comptable. Pour le montage juridique et financier d un projet de micro-centrale hydroélectrique. Apport d un cabinet comptable Pour le montage juridique et financier d un projet de micro-centrale hydroélectrique. Créé en 1957 110 collaborateurs 11 Experts - comptables Domaines d activités Expertise-comptable

Plus en détail

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL?

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Intervenant :Nicolas CAMPELS PRESENTATION DE L EIRL Pourquoi? Ce nouveau statut

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous rapprocher de votre cabinet comptable. 1 éléments

Plus en détail

Comment optimiser votre rémunération? 22 Janvier 2014

Comment optimiser votre rémunération? 22 Janvier 2014 Comment optimiser votre rémunération? 22 Janvier 2014 Introduction Que signifie optimiser votre rémunération : - Payer moins d impôts et de charges sociales pour optimiser son revenu immédiat? - Les revenus

Plus en détail

P6C08 La cre ation d une entreprise

P6C08 La cre ation d une entreprise P6C08 La cre ation d une entreprise I. Les différentes formes de sociétés La création d une entreprise implique le choix de la structure juridique la mieux adaptée à la taille et à l activité de la future

Plus en détail

Transmission d entreprise et optimisation

Transmission d entreprise et optimisation Transmission d entreprise et optimisation Intervenants: Damien Dreux Expert Comptable, Anne Lichtenstern Avocat, Alexandre Thurel Notaire, Myriam Constant Allianz. Sommaire Le Marché et les intervenants

Plus en détail

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires»

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» 11 juin 2013 Les matinales de l entrepreneur : «Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» Intervenants : - Mrs Jean François GANNE, Maxime RICHARD et Jean Luc BLACHON (cabinet d expertise Comptable

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable Préambule 1. Présentation du dispositif EIRL Caractéristiques juridiques, fiscales et sociales Modalités de constitution,

Plus en détail

3 ème atelier Reprise interne

3 ème atelier Reprise interne 3 ème atelier Reprise interne A3- Reprise interne PREAMBULE Lancement d une vidéo témoignage INTERVENANT Christian BAUDOUIN Expert-comptable 2 A3- Reprise interne ETAPES DE LA TRANSMISSION : Communes à

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Prix et valeurs des pharmacies

Prix et valeurs des pharmacies Prix et valeurs des pharmacies Evolution du cadre d exercice des pharmaciens Mars 2014 www.interfimo.fr Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, est interdite sans le consentement

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats

Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats Plan de l intervention 1. Contexte du projet 2. Statut du projet Partie

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Le loueur en meublé professionnel (LMP) François Longin 1 www.longin.fr Plan (1) Le statut LMP Juridique (location meublée)

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Comment choisir le statut de son entreprise

Comment choisir le statut de son entreprise Comment choisir le statut de son entreprise 1 Plan de l intervention 1. Création de l entreprise 2. Fonctionnement 3. Transmission ou disparition 4. Régime social et régime fiscal 5. Présentation du CEDAGE

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle Animé par : Aurélien DEMAURE Le cadre juridique L entreprise en nom propre L EIRL La société Les critères à retenir Le régime fiscal de l entrepreneur

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la SPFPL et que vous n avez jamais osé demander

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la SPFPL et que vous n avez jamais osé demander Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la SPFPL et que vous n avez jamais osé demander Conférence du 17 septembre 2014 Hervé CHEMOULI Cabinet CHEMOULI DALIN STOLOFF & Associés Sommaire I. Origines

Plus en détail

Professions Libérales. Découvrez la Société d Exercice Libéral avec votre conseiller.

Professions Libérales. Découvrez la Société d Exercice Libéral avec votre conseiller. Professions Libérales Découvrez la Société d Exercice Libéral avec votre conseiller. Préambule Les membres des professions libérales, soumises à un statut législatif ou réglementaire ou dont le titre

Plus en détail

Sociétés de capitaux : les sociétés d exercice libéral. Jean VILANOVA jean.vilanova@ca-predica.fr

Sociétés de capitaux : les sociétés d exercice libéral. Jean VILANOVA jean.vilanova@ca-predica.fr Sociétés de capitaux : les sociétés d exercice libéral jean.vilanova@ca-predica.fr Généralités Définition du praticien libéral Les raisons du succès de l exercice associé L organisation d un cabinet de

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

Emmanuel Jacques Almosnino

Emmanuel Jacques Almosnino Emmanuel Jacques Almosnino LE NOUVEAU REGIME DES COTISATIONS ET PRELEVEMENTS SOCIAUX SUR LES REMUNERATIONS La loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 augmente

Plus en détail

Près de 50 %* des entreprises du secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants sont exploitées sous forme de SARL

Près de 50 %* des entreprises du secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants sont exploitées sous forme de SARL Près de 50 %* des entreprises du secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants sont exploitées sous forme de SARL 33 %* sont exploitées en nom propre (entreprise individuelle ou personnelle) Structures juridiques

Plus en détail

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A)

SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A) SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A) TEXTES CONSTITUTION GESTION Art 1845 à 1870-1 code civil Pas de capital social minimum Associés : minimum 2 associés ; associé mineur possible ; époux ou

Plus en détail

Dossier : - La loi Madelin

Dossier : - La loi Madelin Dossier : - La loi Madelin Ceci est un document à caractère publicitaire. Les informations sont fournies à titre indicatif en fonction de la réglementation en vigueur au moment de sa rédaction. Avant toute

Plus en détail

Transmission d entreprise

Transmission d entreprise Formation métier Transmission d entreprise FVI Patrimoine & Entreprise Tour Polygone 265 avenue des Etats du Languedoc 34000 Montpellier www.fvi.fr Objectif : Vous saurez mettre en œuvre différentes stratégies

Plus en détail

Entreprendre en solo: Quelle structure juridique pour quels impacts fiscaux et sociaux? Kadeja MEDJI Espace Entreprendre

Entreprendre en solo: Quelle structure juridique pour quels impacts fiscaux et sociaux? Kadeja MEDJI Espace Entreprendre Entreprendre en solo: Quelle structure juridique pour quels impacts fiscaux et sociaux? Kadeja MEDJI Espace Entreprendre Objectifs de l atelier: -Différencier les différentes structures juridiques possibles

Plus en détail

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu Contenu 1. Vous et votre impôt sur le revenu 1.1. Présentation générale........................................ 1 1.1.1. Le nouveau barème.................................... 1 1.1.2. Quelques remarques....................................

Plus en détail

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014

Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Sumatra Patrimoine Actualités financières fiscales et patrimoniales 2014 LFR 2013 et LF2014 Mardi 25 Mars 2014 Les Mardis d Athélia Qui sommes nous? Cabinet Conseil en Gestion de Patrimoine Indépendant

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION?

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? La fiscalité de la cession varie fortement selon qu il s agisse d une entreprise individuelle ou d une société, qu elle s effectue à titre onéreux ou à titre

Plus en détail

SCI. Outil de gestion patrimoniale

SCI. Outil de gestion patrimoniale SCI Outil de gestion patrimoniale Sommaire I. Définition II. Pourquoi opter pour la création d une SCI? III. Obligations IV. Fiscalité I- Définition La Société Civile Immobilière de location est une société

Plus en détail

Quelle structure et quel statut pour le créateur?

Quelle structure et quel statut pour le créateur? 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz Quelle structure et quel statut pour le créateur? Animé par : Yves Fréard, Expert-Comptable Choix de la Structure Juridique Entreprise individuelle

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

Depuis 1990, le décret d application sur les «SPFPL» de pharmaciens était attendu avec impatience par toute la profession des pharmaciens d officine.

Depuis 1990, le décret d application sur les «SPFPL» de pharmaciens était attendu avec impatience par toute la profession des pharmaciens d officine. 1 LE DECRET SUR LES SOCIETES DE PARTICIPATIONS FINANCIERES DE PROFESSIONS LIBERALE DE PHARMACIENS D OFFICINE EST PARU LE 4 JUIN 2013 PREMIERS COMMENTAIRES SUR UN TEXTE TRES ATTENDU PAR LA PROFESSION Isabelle

Plus en détail