Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse"

Transcription

1 Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Mise à jour des données SILC pour l année 2010 (Traduction du rapport allemand 2012) Sur mandat d Employés Suisse : Hansjörg Schmid, communication Traduction de Virginie Jaquet, Employés Suisse Le texte allemand fait foi

2 Table des matières Table des matières Point de départ et questionnement Méthodologie... 4 Définition de la classe moyenne... 4 Source des données... 4 Définition des concepts de revenu et de ménage Résultats Résumé...10 Bibliographie...11

3 1. Point de départ et questionnement L association Employés Suisse souhaite se positionner comme un centre de compétences et de prestations pour la classe moyenne. Après avoir mis en place avec succès un calculateur de revenu sur son site internet, Employés Suisse a souhaité actualiser ses données pour l année 2010, en se basant sur celles de l enquête sur les revenus et les conditions de vie des ménages en Suisse (SILC) de l Office fédéral de la statistique (OFS). Ce rapport a pour but de fournir les résultats actualisés du calculateur de revenu et de comparer les résultats de 2010 avec ceux des années précédentes. Dans le cadre du calculateur de revenu, les trois catégories suivantes de revenu ont été définies : Revenu brut d équivalence (Définition Eurostat) Revenu d équivalence disponible (Défintion Eurostat) Revenu d équivalence disponible à court terme Les calculs réalisés pour l actualisation du calculateur de revenu se limitent à ces trois catégories de revenu. En outre, la médiane et le niveau des quintiles ont été calculés. L indicateur 2 définit dans le document «Konzeptbericht» (cf. Oesch/ Schärrer 2011, seulement disponible en allemand) a aussi été estimé pour l année 2009 et 2010 puis comparé.

4 2. Méthodologie Définition de la classe moyenne Dans l étude réalisée par le bureau d étude, BASS, sur la situation de la classe moyenne (cf. Oesch/Schärrer 2010, résumé en français de l étude), chaque personne d un ménage privé, dont le revenu se situait entre le 20% des revenus les plus faibles et le 20% des revenus les plus élevés, définissait la classe moyenne. La classe moyenne a ensuite été subdivisée en trois sous-catégories : classe moyenne inférieure (2 ème quintile) classe moyenne intermédiaire (3 ème quintile), classe moyenne supérieure (4 ème quintile). Cette définition de la classe moyenne divise la population suisse selon le revenu d équivalence en cinq groupes égaux et comptabilise 60% des personnes dans les ménages comme appartenant à la classe moyenne. Le tableau 1 illustre cette catégorisation des personnes en cinq groupes : Tableau 1 : Catégorisation des personnes selon le revenu dans le ménage Classe de revenu Décile Quintile Pourcentage Personnes dans un ménage à bas revenu Personnes de la classe moyenne inférieure Personnes de la classe moyenne intermédiaire Personnes de la classe moyenne supérieure Personnes dans un ménage avec un revenu élevé Source : propre présentation 1 er et 2 ème décile 1 er quintile 20% 3 ème et 4 ème décile 2 ème quintile 20% 5 ème et 6 ème décile 3 ème quintile 20% 7 ème et 8 ème décile 4 ème quintile 20% 9 ème et 10 ème décile 5 ème quintile 20% Ce concept de classe moyenne permet d analyser le niveau du revenu moyen des personnes pour chaque classe de revenu et leur part de revenu par rapport au revenu total. Lors de la comparaison entre les différentes années, l évolution de chaque classe de revenu et celle de leur niveau seront présentées et interprétées. Ce concept ne permet malheureusement aucun énoncé sur l évolution du pouvoir d achat de chaque classe de revenu, ni sur un changement de taille de la classe moyenne, car celle-ci se définit toujours comme le 60% de la population. L indicateur 2 du document «Konzeptbericht» (cf. Oesch/Schärrer 2011, seulement disponible en allemand) repose sur cette définition de la classe moyenne. Source des données SILC est une enquête coordonnée au niveau européen et menée dans plus de vingt-cinq pays. Le but de cette enquête est d étudier la distribution des revenus, la pauvreté, la marginalisation sociale et les conditions de vie en utilisant des indicateurs européens comparables. L enquête a pu aussi être réalisée en Suisse grâce à un accord bilatéral sur les statistiques. Elle se base sur un échantillon d environ 7'000 ménages comprenant plus de 17'000 personnes. L échantillon a été sélectionné de façon aléatoire à partir du registre des numéros de téléphones privés de l OFS. La population permanente des ménages privés constitue la population totale de l enquête 1. Avec l aide de SILC, la situation de la classe moyenne peut être annuellement analysée par rapport au revenu (d équivalence) disponible 1 Source : quellen/blank/blank/silc/01.html, état au

5 en Suisse. Au niveau régional, l étude se limite aux grandes régions de la Suisse. Cette source de données est très adéquate pour décrire la situation de la classe moyenne et est en lien avec l orientation choisie pour l étude, c'est-à-dire sur le revenu et les conditions de vie. Définition des concepts de revenu et de ménage Le revenu brut des ménages (Définition Eurostat) correspond au revenu de l ensemble des membres d un ménage. Le salaire brut (c est-à-dire avant les déductions sociales), le revenu issu d une activité indépendante, les revenus issus de transfert, tels que les rentes et les pensions alimentaires, ou encore les intérêts, et les remboursements sont comptabilisés dans le revenu brut des ménages (Eurostat 2010, 212). Le revenu disponible (Définition Eurostat) est calculé à partir du revenu brut des ménages duquel sont soustraites les dépenses obligatoires, telles que les cotisations aux assurances sociales (AVS/AI, prévoyance professionnelle, etc.), les impôts, les primes pour l assurance maladie de base et les transferts réguliers entre ménages (Eurostat 2010, 214). Le revenu disponible à court terme d un ménage est le revenu d un ménage duquel ont été soustraits les coûts de l habitat (loyer ou intérêt hypothécaire/amortissement, charges annexes pour le chauffage et l eau, taxe d épuration, frais d entretien). Le revenu d équivalence est calculé sur la base du revenu des ménages en tenant compte du nombre de personnes dans le ménage. Pour l échelle des dépenses (une famille de quatre personnes n a pas quatre fois plus de dépenses qu une seule personne, pour atteindre les mêmes standards de vie), le poids de chaque personne dans le ménage doit être pris en considération. Le membre le plus âgé du ménage a un poids de 1, chaque autre personne à partir de 14 ans a un poids de 0.5 et chaque enfant de moins de 14 ans a un poids de 0.3 ; la «valeur d équivalence» du ménage est donnée par la somme de ces pondérations. Le choix de la catégorie de revenu a une signification importante pour la mise en œuvre du calculateur et la présentation des indicateurs. Les différentes catégories de revenus prises en compte dans les données SILC sont présentées dans le tableau 2 ci-dessous. Les calculs du revenu brut et du revenu disponible (définition suisse) sont réalisés grâce à SILC 2009, afin que les résultats du Monitoring correspondent aux résultats des publications de l OFS (par exemple : même revenu médian). Il a par contre été accepté de rompre la logique voulue avec l application de la définition de l Eurostat pour le revenu disponible à court terme.

6 Tableau 2 : Définition des catégories de revenu Catégorie de revenu Définition suisse Définition Eurostat Revenu brut (équivalent) Revenu de tous les membres d un ménage, inclu l avantage financier issu de l habitat Revenu disponible (d équivalence) Revenu (d équivalence) disponible à court terme Sources : BFS (2010), propre présentation Revenu brut déduction faite des impôts, des cotisations aux assurances sociales, des primes de caisse maladie et des transferts réguliers Pas de définition Revenu de tous les membres d un ménage Revenu brut déduction faite des impôts, des cotisations aux assurances sociales, des primes de caisse maladie et des transferts réguliers Revenu disponible déduction faite des coûts de l habitat Pour le calculateur de revenu en ligne, l utilisation de la définition suisse pour le revenu brut n a pas permis d observer l avantage financier issu de l habitat. L OFS écrit ceci à ce sujet : «afin de tenir compte de l avantage financier que représente le fait d être propriétaire de son logement ou de bénéficier d un loyer inférieur au prix du marché, on ajoute au revenu brut des ménages concernés un «loyer fictif» correspondant à la valeur d usage de ce patrimoine, après déduction des frais de logement effectivement payés» (BFS 2010). Il est probable que les utilisateurs du calculateur de revenu ne soient pas en mesure de calculer le prix sur le marché de leur appartement ( le loyer offert). Pour cette raison, le calculateur de revenu se base sur les catégories de revenu de l Eurostat.

7 3. Résultats Dans les paragraphes suivants, les données issues de SILC 2010 sont comparées avec celles issues de SILC Plus précisément, les données sur les revenus de l année 2008 (SILC 2009) et celles de l année 2009 (SILC 2010) sont mises en parallèle. Par la suite, les différences de revenu se calculeront toujours par rapport aux années de référence 2008 et Dans SILC 2010 (c'est-à-dire année de référence 2009), la médiane du revenu annuel d équivalence disponible (Définition Eurostat) était de 46'306 francs (cf. Tableau 3). La moitié de la population avait un revenu d équivalence disponible inférieur à ce montant de 46'306 francs, tandis que l autre moitié avait un revenu d équivalence disponible supérieur. En 2008, la médiane était de 46'527 francs. Le revenu médian de la population suisse a donc diminué, de 2008 à 2009, de 221 francs, soit 0,5 %. D un point de vue statistique, la différence de revenu est faible. Sur la base de ce calcul, aucune différence significative ne peut être constatée. Cependant, cela ne signifie pas que le revenu n a connu aucun changement. En effet, il est possible que l échantillon ne soit pas suffisamment grand pour pouvoir montrer des différences statistiques significatives. Dans ce contexte, la différence relevée peut être considérée comme un indice d un changement effectif. Le tableau 3 montre la part de revenu des personnes pour chacun des cinq groupes de revenu (1 er quintile- 5 ème quintile). Tableau 3 : Distribution des trois catégories de revenu par classe de revenu, SILC 2010 Distribution 1 er quintile 2 ème quintile 3 ème quintile 4 ème quintile 5 ème quintile Total Revenu équivalent brut Part de revenu en % Moyenne Médiane Minimum Maximum ' Revenu d équivalence disponible Part de revenu en % Moyenne Médiane Minimum Maximum ' ' Revenu d équivalence disponible à court terme Part de revenu en % Moyenne Médiane Minimum Maximum ' ' Source : SILC 2010, propre présentation La classe moyenne inférieure (2 ème quintile) disposait de 13.4 % du revenu total d équivalence disponible en Les personnes de la classe moyenne intermédiaire avaient, quant à elles, à disposition 17.4% du revenu total d équivalence disponible et les personnes de la classe moyenne supérieure 22.4 %. L inégalité augmente entre les cinq groupes de revenu, si le coût de l habitat est pris en compte (= revenu d équivalence disponible à court terme). En effet, les ménages aux revenus les plus bas, et la classe moyenne inférieure et intermédiaire voient diminuer leur part de revenu d équivalence, tandis que la classe moyenne supérieure et les ménages avec un revenu élevé voient augmenter

8 leur part disponible de revenu d équivalence respectivement de 22.4 % à 23% et de 38.2 % à 41.9 %. Le graphique 1 illustre la part de revenu d équivalence disponible pour chaque catégorie de la classe moyenne pour les années de référence 2008 et 2009 (SILC 2009/2010). En 2008, les résultats ont été recalculés sur la base de la nouvelle définition choisie, afin de rendre possible des comparaisons. La part de revenu disponible augmente pour la classe moyenne inférieure et la classe moyenne intermédiaire respectivement de 0.19 et de 0.12 points de pourcentage. Pour la classe moyenne supérieure, cette part reste stable, soit 22.4 %. Cette différence minime n est statistiquement pas significative, comme l indique l intervalle de confiance. En se basant sur les données SILC-2009, la part réelle du revenu de la classe moyenne inférieure se situe entre 12.8 et 14 % pour un intervalle de confiance de 90%. Les intervalles en 2008 et 2009 se recoupent de sorte qu aucune différence significative entre les parts de revenu n est constatée. Ce constat est confirmé par les intervalles de confiance (cf. Rapport allemand) Graphique 1 : Part du revenu d équivalence disponible à disposition de chaque catégorie de la classe moyenne en pourcentage SILC 2009 SILC ème quintile 3ème quintile 4ème quintile Sources : SILC 2009/2010, propre présentation Le tableau 4 montre, pour les trois catégories de revenu, les parts en pourcentage à disposition par classe de revenu (1 er -5 ème quintiles) en 2008 et Dans son ensemble, la classe moyenne a augmenté sa part disponible pour les trois catégories de revenu. La part du revenu brut équivalent augmente de 0.25 points de pourcentage, celle du revenu d équivalence disponible de 0.28 points de pourcentage et celle du revenu d équivalence disponible à court terme de 0.21 points de pourcentage. Les personnes des ménages avec des revenus élevés (5 ème quintile) voient diminuer leur part de revenu pour chaque catégorie. Les personnes ayant un bas revenu (1 er quintile) peuvent maintenir leur part de revenu à disposition et même l augmenter quelque peu. Les personnes de la classe moyenne ont vu, entre 2008 et 2009, leur part de revenu tendanciellement (statistiquement non-significatif) augmenter aux dépens des personnes d un ménage ayant un revenu élevé. Le revenu moyen d équivalence disponible (=moyenne arithmétique) de la classe moyenne a, pour la même période, diminué de 47'636 francs par année à 47'202 francs. Face à l amélioration relative de la situation financière de la classe moyenne, on est confronté à une détérioration de la situation en absolu. Ce résultat reste identique, lorsque le renchérissement est pris en compte (-0.5 % en 2009 par rapport à l année précédente) 2. 2 Source : état au

9 Tableau 4 : Part de l ensemble des trois revenus par classe de revenu, en 2008 et 2009 Catégorie de revenu Revenu équivalent brut Revenu d équivalence disponible Revenu d équivalence disponible à court terme Dif. en PP Dif. en PP Dif. en PP 1 ère quintile 8.7% 8.8% % 8.5% % 5.9% ème quintile 13.1% 13.3% % 13.4% % 12.2% ème quintile 17.0% 17.1% % 17.4% % 17.0% ème quintile 22.3% 22.2% % 22.4% % 23.0% ème quintile 38.9% 38.6% % 38.2% % 41.9% Classe 52.4% 52.6% % 53.3% % 52.2% 0.21 moyenne Remarques : Dif. en PP = Différence en point de pourcentage. Différence non significative Sources : SLC 2009/2010, propre présentation Les rapports entre les quintiles pour le revenu d équivalence disponible en 2008 et 2009 sont illustrés dans le graphique 2. Le rapport entre la part de revenu de la classe moyenne intermédiaire (3 ème quintile) et celle des personnes d un ménage à bas revenu (1 er quintile) reste stable. Les personnes de la classe moyenne intermédiaire disposent de deux fois plus de revenus en comparaison de celles issues d un ménage à bas revenu. Quant au rapport entre la part de revenu des personnes ayant un revenu élevé (5 ème quintile) et celle des personnes de la classe moyenne intermédiaire (3 ème quintile), il diminue légèrement de 2.24 à Cela est dû au fait que la part de revenu de cette dernière augmente et celle des personnes issues d un ménage ayant un revenu élevé diminue. Le même constat est fait lorsque le rapport entre le 1 er et le 5 ème quintile est calculé. Graphique 2 : Rapport des quintiles pour le revenu d équivalence disponible SILC 2009 SILC Q3/Q1 Q5/Q3 Q5/Q1 Remarques : Q1 = Part de revenu des personnes du 1 er quintile, etc. Sources : SILC 2009/2010, propre présentation

10 4. Résumé L inégalité de revenu a, en 2009, légèrement diminué entre les différentes classes de revenu dans chaque catégorie de revenu en comparaison à l année précédente. Ce sont avant tout les personnes des ménages ayant un revenu élevé (5 ème quintile) qui voient leur situation se détériorer. Au contraire, les personnes issues d un ménage à bas revenu (1 er quintile), tout comme la classe moyenne inférieure et intermédiaire voient leur part de revenu légèrement augmenter. Face à l amélioration relative de la situation financière de la classe moyenne, on est confronté à une détérioration de la situation en absolu. Le revenu moyen d équivalence disponible (=moyenne arithmétique) de la classe moyenne a, pour la même période, diminué de 47'636 francs par année à 47'202 francs. Cette détérioration de la situation financière ne concerne pas seulement les personnes de la classe moyenne, mais aussi les personnes ayant un bas revenu ou un revenu élevé, comme le montre le revenu moyen (tendance centrale, médiane) de la population suisse qui est tendanciellement plus faible en 2009 qu en Il faut considérer que la détérioration de la situation financière de l ensemble de la population s inscrit dans un contexte de baisse du produit intérieur brut. L output de l économie suisse a diminué en valeur réelle en 2009 aux trois premiers trimestres en comparaison à l année précédente.

11 Bibliographie BFS (2010): Erhebung über die Einkommen und die Lebensbedingungen (SILC). Lebensbedingungen in der Schweiz 2009, Neuchâtel Eurostat (2010): Social Statistics and Information Society. Unit F-3: Living conditions and social protection statistics, Description of the Target Variables: Cross-sectional and Longitudinal Oesch Thomas und Markus Schärrer Büro BASS (2010): Studie zur Situation des Mittelstandes in der Schweiz Auswertung von Sekundärdaten, Literatur- und Dokumentenanalyse, Bern Oesch Thomas und Markus Schärrer Büro BASS (2011): Monitoring zur Situation des Mittelstandes in der Schweiz Konzeptbericht, Bern

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

Revenus et dépenses des ménages en Suisse

Revenus et dépenses des ménages en Suisse Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 27.10.2014, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-1410-00 Enquête sur

Plus en détail

Les propriétaires plus satisfaits de leur logement que les locataires

Les propriétaires plus satisfaits de leur logement que les locataires Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 09.12.2013, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-1313-70 Enquête 2012

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

20 Revenus et qualité de vie de la population

20 Revenus et qualité de vie de la population Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG COMUNICATO STAMPA

Plus en détail

Situation économique et sociale de la population

Situation économique et sociale de la population Situation économique et sociale de la population Panorama Revenu des ménages et ses composantes Le revenu brut des ménages comprend tous les revenus d un ménage privé et de ses membres. Si l on déduit

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2014 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction POINT DE L ORDRE DU JOUR : 15j Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Du 9 mai 2013 au 8 mai 2014 Période de référence précédente : 7 juin

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

L Enquête suisse sur la structure des salaires (ESS) comme base de données pour le calcul des taux horaires dans le cadre du préjudice ménager

L Enquête suisse sur la structure des salaires (ESS) comme base de données pour le calcul des taux horaires dans le cadre du préjudice ménager L Enquête suisse sur la structure des salaires (ESS) comme base de données pour le calcul des taux horaires dans le cadre du préjudice ménager OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE (OFS) David Koch Section

Plus en détail

Statistique de la prévoyance vieillesse L essentiel en bref

Statistique de la prévoyance vieillesse L essentiel en bref BÜRO FÜR ARBEITS- UND SOZIALPOLITISCHE STUDIEN AG KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERN. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUERO.CH. WWW.BUERO.CH Statistique de la prévoyance vieillesse L

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2014 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des cours boursiers et des prix immobiliers

Patrimoine des ménages en 2014 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des cours boursiers et des prix immobiliers Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2015 Forte croissance persistante du patrimoine due à la hausse des

Plus en détail

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Démographie La communauté locale des Grands-Monts était composée

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

Chèque-habitat : le nouvel avantage fiscal lié au logement

Chèque-habitat : le nouvel avantage fiscal lié au logement Chèque-habitat : le nouvel avantage fiscal lié au logement Le Gouvernement wallon a décidé de supprimer le bonus logement. A partir du 1 er janvier 2016, cette réduction d'impôt sur le crédit hypothécaire,

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Taux de working poor en 2008: plus bas qu en 2007

Taux de working poor en 2008: plus bas qu en 2007 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 04.11.2010, 9:15 www.ofs150ans.ch 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-1011-40

Plus en détail

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier abcdefg Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 20 novembre 2009 Patrimoine des ménages en 2008 Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson par Gino Lambert, chercheur à la Chaire 1997 Table des matières Introduction Analyse des taux díintérêt sur les cartes de crédit Analyse

Plus en détail

4 Description des chiffres-clés répertoriés

4 Description des chiffres-clés répertoriés 4 Description des chiffres-clés répertoriés La partie tableaux donne, pour chaque hôpital de Suisse, une sélection de chiffres-clés. Celle-ci se fonde sur l ancienne publication de la VESKA/H+ «Statistique

Plus en détail

Introduction et explications du tableau de calcul annexe pour l année 2010

Introduction et explications du tableau de calcul annexe pour l année 2010 1 Revenu de base: Financement par le transfert partiel de recettes de la protection sociale et par le prélèvement sur la valeur ajoutée nette des entreprises Introduction et explications du tableau de

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

relevés d assurances collectives

relevés d assurances collectives Assurances collectives Tout sur les relevés d assurances collectives Mieux-être : Un objectif gagnant. Relevés d assurances collectives Bonjour. Aider vos clients à gérer leur régime d assurances collectives

Plus en détail

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête Fiche qualité SRCV 2009 Nom Carte d identité de Enquête Statistique sur les ressources et les conditions de vie Année de Les données de sont relatives à 2009 La première enquête SRCV a démarré en 2004.

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA766 CIDR Tous droits de reproduction réservés Présentation méthodologique pour le calcul des cotisations dans les mutuelles de santé

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Modifications au 1 er janvier 2015

Modifications au 1 er janvier 2015 1.2015 Généralités Modifications au 1 er janvier 2015 Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Le présent mémento vous renseigne sur les modifications entrant en vigueur le 1 er janvier 2015 dans le domaine

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

PLAN DE PRÉVOYANCE SF Indépendants et intermittents

PLAN DE PRÉVOYANCE SF Indépendants et intermittents PLAN DE PRÉVOYANCE SF Indépendants et intermittents RÈGLEMENT, 1 re partie Valable dès le 1 er janvier 2010 Mis en vigueur par le Conseil de fondation le 9 novembre 2009. Le présent plan de prévoyance

Plus en détail

Évaluations statistiques

Évaluations statistiques 1 / 20 Évaluations statistiques Statistiques annuelles 2010, analyses pour l'ensemble de la Suisse Informations et formulaires de demande: www.leprogrammebatiments.ch 2 / 20 18.03.2011 Centre national

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.04.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-0903-60 Pauvreté et

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 40/Février 2015 Les fonds de travailleurs au Québec (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN) offrent un RÉER qui est assorti d un crédit d impôt en plus de la déduction

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Modèle comptable harmonisé pour les structures d accueil extrafamilial de jour MCH-StE

Modèle comptable harmonisé pour les structures d accueil extrafamilial de jour MCH-StE Direktion für Gesundheit und Soziales GSD Route des Cliniques 17, 1701 Fribourg T +41 26 305 29 04, F +41 26 305 29 09 www.fr.ch/dsas Réf: NO Courriel: dsas@fr.ch Fribourg, le 31 octobre 2012 Modèle comptable

Plus en détail

Exemple: Passage pour août 2008 de la base 100=2005 à la base 100=1.1.1948

Exemple: Passage pour août 2008 de la base 100=2005 à la base 100=1.1.1948 Glossaire Base de l indice La période de base de l indice correspond à la période où l indice possède la valeur 100. Par exemple un indice base 100 en 2005 signifie que la moyenne des indices mensuels

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Les Chiffres sur. Le PTZ+ et historique

Les Chiffres sur. Le PTZ+ et historique Du prêt à 0% au PTZ+ Depuis 1995, l Etat aide les primo-accédants à la propriété en leur permettant de bénéficier d'un prêt sans intérêts, couvrant une partie du coût d achat du logement. Ce dispositif

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Notes / Instructions aux répondants

Notes / Instructions aux répondants Division de la statistique du revenu Section des enquêtes sur les pensions et le patrimoine Recensement des caisses de retraite en fiducie 2012 Notes / Instructions aux répondants Retour du questionnaire

Plus en détail

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch Les prêts hypothécaires Habiter chez soi www.bcn.ch Les financements hypothécaires Vu la valeur généralement élevée des biens immobiliers, il est usuel de faire appel à une banque, afin de participer au

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

CAISSE DE PENSION FREELANCE

CAISSE DE PENSION FREELANCE Caisse de pension Freelance CAISSE DE PENSION FREELANCE du syndicat des médias comedia RÉSUMÉ DU RÈGLEMENT 2007 Valable dès le 01.01.2007 Caisse de pension Freelance 1/6 RESUME DES DISPOSITIONS LES PLUS

Plus en détail

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Matthias Kuert Killer Responsable de la politique sociale kuert@travailsuisse.ch Berne, octobre 2013 Tableau 1 Bénéfices

Plus en détail

Michael Gerfin (Université de Berne), Heidi Stutz, Thomas Oesch, Silvia Strub (Bureau BASS)

Michael Gerfin (Université de Berne), Heidi Stutz, Thomas Oesch, Silvia Strub (Bureau BASS) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS 1 Population Neuchâtel, mars 2009 Le coût des enfants en Suisse Michael Gerfin (Université de Berne), Heidi Stutz,

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Good practice: aide sociale

Good practice: aide sociale Good practice: aide sociale Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes cantonaux de transferts

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER «SCF» LES AVANTAGES AU PERSONNEL La présente note vient en appui à l instruction n 2 du 29 octobre 2009 portant première application

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales. Commission centrale des examens. Examen professionnel 2008 du brevet

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales. Commission centrale des examens. Examen professionnel 2008 du brevet FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2008 du brevet Prestations complémentaires à l AVS/AI (PC) et Aide sociale (AS) Nom / Prénom

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Etude de la forme juridique du dirigeant

Etude de la forme juridique du dirigeant Au bonheur des dames 25 rue des fleurs 75010 Paris Etude de la forme juridique du dirigeant SOCIC et Associés 25 Place Albert 1er 04 94 89 05 18 jljavelaud@socic.fr 1 1. Introduction L'objectif de cette

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 1) Avantage imposable des voitures de société A partir du 1 janvier 2012, l avantage imposable résultant de la mise à disposition gratuite d une voiture de société

Plus en détail

Statistique suisse des bénéficiaires de l aide sociale

Statistique suisse des bénéficiaires de l aide sociale Statistique suisse des bénéficiaires de l aide sociale Questionnaire Avances sur pensions alimentaires (AVPA) Complété par: Nom, prénom Nom du service d enquête Numéro de téléphone Disponibilité téléphonique

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

Statistique fiscale des revenus

Statistique fiscale des revenus SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie Produit Statistique Statistique fiscale des revenus Informations générales Statistique fiscale des revenus soumis à l'impôt des personnes physiques. Cette

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu. Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p.

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu. Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p. Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable Joe Oliver, c.p., député Mars 2015 Préface Les présentes notes explicatives portent sur

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF

Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF Décision de l'assemblée plénière de la CDF du 28 septembre 2007 Imposition d après la dépense (imposition forfaitaire) dans les cantons / recommandations de la CDF 1. Bases légales La possibilité d'être

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

Statistique suisse de l aide sociale dans le domaine de l asile (easyl)

Statistique suisse de l aide sociale dans le domaine de l asile (easyl) Statistique suisse de l aide sociale dans le domaine de l asile (easyl) 0 Informations sur l office chargé de la collecte 0.1 Nom de l office chargé de la collecte:... 0.2 Titulature de la personne de

Plus en détail

La prévoyance en Suisse

La prévoyance en Suisse La prévoyance en Suisse 27 1 er pilier Montants de base des rentes AVS/AI 2010 Rente de vieillesse simple Montant minimum par an par mois Montant maximum par an par mois 13 680 1 140 27 360 2 280 Rente

Plus en détail

Caisse de pensions ASMPP/SSPC. Première partie: plan de prévoyance BB-flex

Caisse de pensions ASMPP/SSPC. Première partie: plan de prévoyance BB-flex Caisse de pensions ASMPP/SSPC (proparis Fondation de prévoyance arts et métiers Suisse) RÈGLEMENT 2013 Première partie: plan de prévoyance BB-flex Le présent plan de prévoyance entre en vigueur au 1 er

Plus en détail

Cour suprême du canton de Berne. Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite

Cour suprême du canton de Berne. Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite Obergericht des Kantons Bern Aufsichtsbehörde in Betreibungs- und Konkurssachen Cour suprême du canton de Berne Autorité de surveillance en matière de poursuite et de faillite Circulaire no B 1 aux offices

Plus en détail

Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO)

Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO) Ministère du Revenu Imposition des sociétés 33, rue King Ouest CP 620 Oshawa ON L1H 8E9 Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO) Ce formulaire s applique aux années d imposition

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail