Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015"

Transcription

1 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975)

2 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de / au lieu d, au contraire, cependant, en revanche, mais, mais aussi, mais également, même dans, toutefois, PHRASES du Chapitre VII : Enregistrement des faisceaux d électrons pp : De ce fait, le pouvoir séparateur du microscope optique (ou photonique) ne peut, les circonstances les plus favorables, s abaisser au-dessous du dixième de micron, et les grandissements pratiquement réalisables ne dépassent pas : S il est assez facile d observer les bactéries qui, selon les espèces, mesurent de quelques dixièmes de micron à quelques microns,, il est beaucoup plus difficile de distinguer les détails de leurs structures. 66 : on peut recourir à l ultramicroscope, ou, éclairer l objet à l aide de photons de lumière visible, utiliser des électrons de plus courte longueur 68 : il devenait possible d étudier des préparations microscopiques d une épaisseur pouvant atteindre 9/1 000 de millimètre de 0,1/1 000 de millimètre avec les microscopes électroniques traditionnels. 68 : Ce microscope se révélait d un grand intérêt, notamment pour l étude des métaux et des alliages, l observation de la matière vivante grâce au minimum d échauffement et d ionisation des sujets soumis aux faisceaux d électrons : Aujourd hui, des microscopes électroniques à 1 million de volts sont fabriqués industriellement, et un prototype fonctionnant sous une tension de 3,5 millions de volts vient d être construit et mis en service à Toulouse. Le pouvoir séparateur peut être abaissé jusqu à 1 Å et devrait permettre de voir les atomes d un cristal., les remarquables possibilités de ces microscopes à très haute / tension sont limitées par le fait que les images des objets amorphes, observées par transmission dans les conditions habituelles, présentent un très faible contraste. 69 : En microscopie conventionnelle à fond clair, seuls les électrons ayant passé au travers de l objet forment l image. Cela exige donc la transparence de cet objet et les spécimens étudiés ne doivent pas avoir plus de quelques microns d épaisseur. Par ailleurs, l image obtenue ne correspond pas à la vision réelle de l échantillon : elle est bidimensionnelle et ne restitue donc ni volumes, ni contours., dans la technique conventionnelle à fond noir, un diaphragme de contraste intercepte totalement le faisceau traversant directement l objet et ne laisse passer que les électrons diffusés, par interaction avec le spécimen, sous un angle inférieur au demi-angle d ouverture de l objectif 71 : Il (le microscope électronique à balayage) n est pas seulement un instrument d observation, peut être un instrument d analyse.

3 3 73 : L image électronique peut être enregistrée en photographiant l écran fluorescent, on préfère aujourd hui faire agir directement les électrons sur la couche photographique l écran fluorescent étant surtout utilisé pour le réglage et pour le centrage de l image comme pour le choix de l agrandissement : La durée d exposition dépend dans une large mesure des caractéristiques du microscope électronique utilisé, de l énergie des électrons, de l intensité du faisceau électronique, de la préparation, de la sensibilité de l émulsion, et de la technique de développement suivie. Pour sa détermination, il convient de se livrer à des essais pratiques préalables dans les conditions de travail propres à chaque laboratoire., les fabricants fournissent pour leurs plaques et films des notices avec les courbes qui correspondent à leurs révélateurs employés dans des conditions déterminées. 75 : Ce contraste dépend du révélateur, de la température, de la durée du développement. Le contraste est fonction également de l énergie des électrons et de l intensité du faisceau électronique., l influence de ces deux facteurs est négligeable pour les tensions d accélération habituelles (comprises entre 40 et 200 kv).

4 4 Corrigé : (Chapitre VII) 66 : De ce fait, le pouvoir séparateur du microscope optique (ou photonique) ne peut, même dans les circonstances les plus favorables, s abaisser au-dessous du dixième de micron, et les grandissements pratiquement réalisables ne dépassent pas : S il est assez facile d observer les bactéries qui, selon les espèces, mesurent de quelques dixièmes de micron à quelques microns, en revanche, il est beaucoup plus difficile de distinguer les détails de leurs structures. 66 : on peut recourir à l ultramicroscope, ou, au lieu d éclairer l objet à l aide de photons de lumière visible, utiliser des électrons de plus courte longueur 68 : il devenait possible d étudier des préparations microscopiques d une épaisseur pouvant atteindre 9/1 000 de millimètre au lieu de 0,1/1 000 de millimètre avec les microscopes électroniques traditionnels. 68 : Ce microscope se révélait d un grand intérêt, notamment pour l étude des métaux et des alliages, mais aussi l observation de la matière vivante grâce au minimum d échauffement et d ionisation des sujets soumis aux faisceaux d électrons : Aujourd hui, des microscopes électroniques à 1 million de volts sont fabriqués industriellement, et un prototype fonctionnant sous une tension de 3,5 millions de volts vient d être construit et mis en service à Toulouse. Le pouvoir séparateur peut être abaissé jusqu à 1 Å et devrait permettre de voir les atomes d un cristal. Cependant, les remarquables possibilités de ces microscopes à très haute / tension sont limitées par le fait que les images des objets amorphes, observées par transmission dans les conditions habituelles, présentent un très faible contraste. 69 : En microscopie conventionnelle à fond clair, seuls les électrons ayant passé au travers de l objet forment l image. Cela exige donc la transparence de cet objet et les spécimens étudiés ne doivent pas avoir plus de quelques microns d épaisseur. Par ailleurs, l image obtenue ne correspond pas à la vision réelle de l échantillon : elle est bidimensionnelle et ne restitue donc ni volumes, ni contours. Au contraire, dans la technique conventionnelle à fond noir, un diaphragme de contraste intercepte totalement le faisceau traversant directement l objet et ne laisse passer que les électrons diffusés, par interaction avec le spécimen, sous un angle inférieur au demi-angle d ouverture de l objectif 71 : Il (le microscope électronique à balayage) n est pas seulement un instrument d observation, mais peut également être un instrument d analyse. 73 : L image électronique peut être enregistrée en photographiant l écran fluorescent, mais on préfère aujourd hui faire agir directement les électrons sur la couche photographique l écran fluorescent étant surtout utilisé pour le réglage et pour le centrage de l image comme pour le choix de l agrandissement. 75 : Ce contraste dépend du révélateur, de la température, de la durée du développement. Le contraste est fonction également de l énergie des électrons et de l intensité du faisceau

5 5 électronique. Cependant, l influence de ces deux facteurs est négligeable pour les tensions d accélération habituelles (comprises entre 40 et 200 kv) : Pour sa détermination, il convient de se livrer à des essais pratiques préalables dans les conditions de travail propres à chaque laboratoire. Toutefois, les fabricants fournissent pour leurs plaques et films des notices avec les courbes qui correspondent à leurs révélateurs employés dans des conditions déterminées. 72 : En fait, pour conserver les avantages des microscopes à balayage tout en obtenant des images plus brillantes et plus visibles et un pouvoir séparateur élevé, il semble que la tendance aille de plus en plus vers une synthèse du microscope conventionnel et du microscope à balayage.

6 6 La photographie scientifique - Chapitre X. La spectrographie Photographie et analyse spectrale pp Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : alors, au contraire, mais, quoique, sans 90 : Les spectres d émission proviennent des corps lumineux eux-mêmes. Ils peuvent être continus : c est le cas avec les solides ou les liquides incandescents, qui émettent généralement toutes les radiations. Les gaz, formés d atomes, émettent des radiations discontinues : raies brillantes sur fond noir. 90 : A cause de la rareté des réseaux de bonne qualité, les spectrographes à réseau ne sont guère employés en Europe que pour l étude du Soleil. Ce sont des spectrohéliographes, qui servent à photographier les détails de la surface solaire en utilisant la lumière provenant d une radiation unique du spectre. 91 : Les meilleurs spectromètres visuels permettent des mesures très rapides de longueur d onde, une précision le plus souvent limitée à 0,1 Å. 92 : Parmi les quelque dix-huit types différents de plaques spéciales pour la spectroscopie que fabrique Eastman-Kodak à Rochester, figure la série des plaques 103 a, aux sels d or, ultra-sensibles peu durables et d une conservation difficile. 92 : Sur certains spectrographes modernes pour analyse chimique, on peut mesurer directement la position des raies sur le spectre lumineux l intermédiaire de la plaque photographique : 93 La méthode photographique, plus longue, reste utilisée, car elle présente l avantage essentiel de donner des documents permanents qu on peut ensuite étudier à loisir. 94 : La photo-électricité a permis de faire de grands progrès dans la réalisation de récepteurs de lumière et, lorsqu il s agit de mesurer un flux lumineux, les photomultiplicateurs modernes atteignent presque la perfection. bien des problèmes ne peuvent être résolus par les photomultiplicateurs, en particulier lorsqu il est nécessaire d enregistrer une image. 95 : Dans ces dispositifs, un télescope ordinaire projette l image non plus sur une plaque photographique sur une photocathode. 95 : Dans le second cas, l image se dessine directement sur la plaque sensible aux électrons. C est la technique de l électronographie appliquée à la caméra électronique Lallemand. Cet appareil ne peut fournir que les détails transmis par le télescope, il les donne avec des poses jusqu à 100 fois plus courtes. 94 : Figure 15 : Astronomie télescope.

7 7 Corrigé (Chapitre X) 90 : Les spectres d émission proviennent des corps lumineux eux-mêmes. Ils peuvent être continus : c est le cas avec les solides ou les liquides incandescents, qui émettent généralement toutes les radiations. Les gaz, formés d atomes, émettent au contraire des radiations discontinues : raies brillantes sur fond noir. 90 : A cause de la rareté des réseaux de bonne qualité, les spectrographes à réseau ne sont guère employés en Europe que pour l étude du Soleil. Ce sont alors des spectrohéliographes, qui servent à photographier les détails de la surface solaire en utilisant la lumière provenant d une radiation unique du spectre. 91 : Les meilleurs spectromètres visuels permettent des mesures très rapides de longueur d onde, mais une précision le plus souvent limitée à 0,1 Å. 92 : Parmi les quelque dix-huit types différents de plaques spéciales pour la spectroscopie que fabrique Eastman-Kodak à Rochester, figure la série des plaques 103 a, aux sels d or, ultra-sensibles mais peu durables et d une conservation difficile. 92 : Sur certains spectrographes modernes pour analyse chimique, on peut mesurer directement la position des raies sur le spectre lumineux sans l intermédiaire de la plaque photographique : 93 La méthode photographique, quoique plus longue, reste utilisée, car elle présente l avantage essentiel de donner des documents permanents qu on peut ensuite étudier à loisir. 94 : La photo-électricité a permis de faire de grands progrès dans la réalisation de récepteurs de lumière et, lorsqu il s agit de mesurer un flux lumineux, les photomultiplicateurs modernes atteignent presque la perfection. Mais bien des problèmes ne peuvent être résolus par les photomultiplicateurs, en particulier lorsqu il est nécessaire d enregistrer une image. 95 : Dans ces dispositifs, un télescope ordinaire projette l image non plus sur une plaque photographique mais sur une photocathode. 95 : Dans le second cas, l image se dessine directement sur la plaque sensible aux électrons. C est la technique de l électronographie appliquée à la caméra électronique Lallemand. Cet appareil ne peut fournir que les détails transmis par le télescope, mais il les donne avec des poses jusqu à 100 fois plus courtes. 94 : Figure 15 : Astronomie sans télescope

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE METHODES D ETUDE DE LA CELLULE ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE Techniques morphologiques 1 Les microscopes Les microscopes utilisent la déviation d un flux ondulatoire de particules, soit non chargées

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Couleur des objets. Voici les spectres de quelques lumières obtenues grâce à des spots rouge, vert et bleu : Spot bleu Spot vert

Couleur des objets. Voici les spectres de quelques lumières obtenues grâce à des spots rouge, vert et bleu : Spot bleu Spot vert Séance n 2 Couleur des objets Une couleur spectrale correspond à une lumière dont le spectre ne présente qu une seule couleur. Il existe 6 couleurs spectrales : rouge, orangé, jaune, vert, bleu, violet.

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 4 Les lampes au quotidien Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL,

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

La lumière est une onde électromagnétique transversale visible par l être humain.

La lumière est une onde électromagnétique transversale visible par l être humain. 3 LES ONDES LUMINEUSES La lumière est une onde électromagnétique transversale visible par l être humain. Caractéristiques : les ondes lumineuses se propagent en ligne droite; lorsqu elles rencontrent un

Plus en détail

TRANSPORT RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION

TRANSPORT RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION CONDUCTION ÉLECTRIQUE DÉFI DU RENOUVELABLE RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION Les centrales qui produisent l électricité sont implantées selon des contraintes géographiques

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Le microscope optique ou photonique

Le microscope optique ou photonique Le microscope optique ou photonique I description : Le microscope est composé de deux systèmes optiques, l objectif et l oculaire, chacun pouvant être considéré comme une lentille mince convergente L objectif

Plus en détail

Chapitre 1 Lumières et couleurs.

Chapitre 1 Lumières et couleurs. Chapitre 1 Lumières et couleurs. Items Connaissances Acquis Composition de la lumière blanche. Action d un filtre sur la lumière blanche. Synthèse additive. Couleur perçue lorsqu on observe un objet. Lumière

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température.

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température. Chapitre 1 : Ondes et particules, support d information Sources de rayonnements doc 1 : le rayonnement électromagnétique. Le Soleil, comme tous les corps célestes, émet des rayonnements électromagnétiques

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques... 1

Table des matières. Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques... 1 Table des matières Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques.......................... 1 1.1 Les composants des films...................................................... 1 1.1.1 Le support............................................................

Plus en détail

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE Lycée International des Pontonniers Novembre 2015 I. Généralités 1. Spectre d absorption - Lorsqu elle traverse une substance autre que l air ou le vide, la lumière

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS Première Année Premier Cycle ANNALE 2005-2006 FILERE FAS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON Par M.Rey marie.rey@insa-lyon Physique 1 Filière FAS TABLE DES MATIERES PROPAGATION DE LA LUMIERE...

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses?

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses? Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres en utilisant des interférences lumineuses? Il a fallu attendre le début des années 1980 pour «voir» pour la première fois des atomes de

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

- PROBLEME D OPTIQUE 1 -

- PROBLEME D OPTIQUE 1 - - 1 - ENONCE : «Appareil photographique» I. OBJECTIF STANAR On assimile l objectif d un appareil photographique à une lentille mince convergente () de centre O et de distance focale image f. a distance

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

1) Sources de lumières

1) Sources de lumières TP COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE Lycée F.BUISSON PTSI CONNAISSANCE DE BASES EN OPTIQUE GEOMETRIQUE 1) Sources de lumières 1-1) Sources à spectre de raies ou spectre discontinu Ces sources émettent un spectre

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire TD n 1 Compléments sur les microscopes Les différents types de microscopes photoniques A. Le microscope à fond noir B.Le microscope polarisant C.Le microscope à contraste

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts Cours I. Modélisation d un œil : 1. Schéma de l œil et vision : L œil est un récepteur de lumière sensible aux radiations lumineuses

Plus en détail

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION 1. Le but du travail 1.1. Mise en evidence du phénomène de dispersion de la lumière par l observation des spectres d émission et

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

Vision industrielle Dispositif optique

Vision industrielle Dispositif optique Vision industrielle Dispositif optique Plan du cours L objectif La focale L ouverture La mise au point Qualité d image Choix de l objectif Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 Constitution

Plus en détail

Le filtre Calcium-K pour l imagerie solaire Par Howard L. Cohen, janvier 2014

Le filtre Calcium-K pour l imagerie solaire Par Howard L. Cohen, janvier 2014 Le filtre Calcium-K pour l imagerie solaire Par Howard L. Cohen, janvier 2014 Les très belles images du Soleil faites par Howard Eskildsen et que l on peut voir sur le site web du Alachua Astronomy Club

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Activité Couleur des objets

Activité Couleur des objets Activité Couleur des objets Répondre sur une feuille annexe aux 6 activités en vous aidant des documents. Faites ensuite les exercices correspondants. I. Décomposition de la lumière 1. Décomposition de

Plus en détail

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur?

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? Notions et contenus Compétences attendues Couleur, vision et image Couleur des objets.

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Concernant les constituants du microscope photonique : A. La lentille la plus

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

I] Les différents types de lentilles

I] Les différents types de lentilles Chapitre II Les lentilles et l œil I] Les différents types de lentilles 1) Quelles catégories de lentilles, les différents bords permettent-ils de distinguer? Comment est la matière constituant une lentille?

Plus en détail

Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène?

Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène? Chapitre 2 : LA COULEUR DES CORPS Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène? 1-) La lumière blanche.

Plus en détail

Lumière : efficience et architecture des plantes ; impact des édifices / des éclairages sur le développement des plantes (ex des pelouses)

Lumière : efficience et architecture des plantes ; impact des édifices / des éclairages sur le développement des plantes (ex des pelouses) Lumière : efficience et architecture des plantes ; impact des édifices / des éclairages sur le développement des plantes (ex des pelouses) Combes Didier, Robert Pauline, Hurlus Jean-Michel 1 INRA-URP3F

Plus en détail

P O L A R I S AT I O N

P O L A R I S AT I O N P O L A R I S AT I O N P o l a r i s e u r d e P r e c i s i o n e n v e r r e Plébiscité par ses utilisateurs Athermiques, ces polariseurs peuvent être exposés à des faisceaux intenses. La monture à bille

Plus en détail

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien I. Etude de quelques sources de lumière Objectif : - Obtenir expérimentalement les spectres de quelques sources de lumière, et

Plus en détail

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE Ce document a été réalisé à partir du dossier«sagascience: La celluleanimale» http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doscel/decouv/norm/global.htm. Les outils utilisés pour

Plus en détail

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Philippe HERVÉ Julie CEDELLE Laboratoire d Énergétique et d Économie d Énergie, Université Paris X Nanterre, 50 Rue de Sèvres, 92140 Ville

Plus en détail

PANNEAUX SOLAIRES IN SITU : ÉNERGIE 2. Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s

PANNEAUX SOLAIRES IN SITU : ÉNERGIE 2. Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s IN SITU : ÉNERGIE 2 PANNEAUX SOLAIRES Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s Ce film montre des applications pratiques des générateurs électriques que sont les

Plus en détail

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada Les métamatériaux Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada La science et la technologie ont une soif insatiable de matériaux meilleurs et plus performants qui

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 I. Domaines d étude de ces deux techniques. Thème : Analyse spectrale. Partie : Spectroscopie Cours 9 : Spectroscopie I.R et R.M.N http://actions.maisondelachimie.com/outils_pedagogiques.html I.R. :

Plus en détail

Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement. Contrôle de qualité

Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement. Contrôle de qualité 1 Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement Négatoscope Contrôle de qualité 2 3 1-définition: Les rayonnements X sont des rayonnements électromagnétique de très courte longueur

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Chapitre VI SPECTRES DE LA LUMIERE

Chapitre VI SPECTRES DE LA LUMIERE Chapitre VI SPECTRES DE LA LUMIERE 1. Qu'est- ce que la lumière? La lumière est l ensemble des ondes électromagnétiques visibles (entre 400 et 800 nm). Décomposition de la lumière blanche La lumière solaire,

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

09 LES LENTILLES ET L ŒIL

09 LES LENTILLES ET L ŒIL CH I- 09 LES LENTILLES ET L ŒIL PRESENTATION DES LENTILLES 11- Qu est ce qu une lentille?. Une lentille est formée d une matière transparente (verre ou plastique) délimitée par deux surfaces lisses dont

Plus en détail

Technologie et techniques biologiques Durée : 2 heures

Technologie et techniques biologiques Durée : 2 heures Banque «Agro» Technologie et Biologie A 0504T Technologie et techniques biologiques Durée : 2 heures L usage d une calculette est interdit pour cette épreuve. MÉTHODES D ANALYSE MICROSCOPIQUE Les techniques

Plus en détail

Centres de bandes cm -1

Centres de bandes cm -1 O L importance du rôle l eau dans la physico-chimie de l atmosphère (effet de serre, dynamique des masses d air,.) lui donne une place de tout premier choix parmi les différents constituants atmosphériques.

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE BIOLOGIE CELLULAIRE Présentés par Mr CHELLI A.

TRAVAUX PRATIQUES DE BIOLOGIE CELLULAIRE Présentés par Mr CHELLI A. TP N 1 DE BIOLOGIE CELLULAIRE : INITIATION A LA MICROSCOPIE Introduction : L œil humain ne peu distinguer des objets mesurant moins de 0,2 mm. Le microscope devient donc nécessaire pour l observation de

Plus en détail

ACTION DU SOLEIL SUR LES VEGETAUX VERTS. pôle science 4ème du collège Stockfeld

ACTION DU SOLEIL SUR LES VEGETAUX VERTS. pôle science 4ème du collège Stockfeld ACTION DU SOLEIL SUR LES VEGETAUX VERTS pôle science 4ème du collège Stockfeld Problématique : quelle est l action du soleil sur les végétaux verts? Nous avons tenté de mesurer l effet du soleil sur les

Plus en détail