AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS"

Transcription

1 AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy PARIS Tél : Fax : cours Becquart Castelbon BP VOIRON cedex Tél : Fax : Page 1

2 ENJEUX ET CONTEXTE DE LA MISSION Afin de définir les orientations stratégiques du nouveau mandat, les élus souhaitent disposer d un audit financier et organisationnel faisant ressortir des préconisations pour le mandat à venir A ce titre, le nouveau mandat qui s ouvre est marqué par deux évolutions qui marquent significativement le début de mandat : D une part, la création au 1 er janvier dernier de la communauté d agglomération Privas Centre Ardèche, qui constitue à la fois un ensemble d opportunités mais aussi de risques D autre part, la réduction sans précédent des concours financiers de l Etat aux collectivités, avec pour corollaire un risque élevé de dégradation des marges de manœuvre financières de la ville, qui intervient dans le même temps que des transferts accrus de l Etat (dont la réforme des rythmes scolaires) La mission se décompose en deux étapes : La première étape de l étude traitera d une analyse rétrospective du budget principal de la ville, qui tiendra lieu de fondement pour l analyse prospective La seconde étape mettra en exergue la situation financière projetée en déterminant une capacité d investissement supportable pour la ville Page 2

3 EVOLUTION DE LA POPULATION DE LA VILLE DE PRIVAS EVOLUTION DE LA POPULATION ENTRE 2006 ET 2014 Evolution moyenne 2006/ POPULATION TOTALE INSEE Evolution -1,2% 0,0% 0,0% -6,7% 0,2% -0,8% -1,0% -1,0% -0,3% POPULATION TOTALE DGF* Evolution -1,3% 0,0% 0,0% -6,6% 0,9% -0,7% -1,5% -0,9% -1,2% Entre 2006 et 2014, la population INSEE de la commune a baissé de -1,2% par an en moyenne, la population DGF de -1,3% La forte diminution enregistrée en 2009 correspond à une modification de la méthode de recensement *Population DGF = population INSEE + nombre de résidences secondaires + (places de caravanes X 2) NB : la comptabilisation de deux habitants par place de caravane n intervient que pour les communes éligibles l année précédente à la dotation de solidarité urbaine ou à la première fraction de la dotation de solidarité rurale Page 3

4 Dépenses de fonctionnement LA DYNAMIQUE FINANCIERE LOCALE Recettes de fonctionnement Dépenses d investissement Recettes d investissement Frais de personnel Impôts et taxes Dépenses d équipement Épargne brute Ressources div D investissement Charges à caractère général Reversements de fiscalité (à compter de 2014) Capital des Emprunts Emprunts Autres dépenses courantes Intérêts de la dette Dotations et participations Stock de dette Capital des emprunts Intérêts de la dette Épargne brute Autres produits Page 4

5 FORMATION DE L EPARGNE Page 5

6 SCHEMA SIMPLIFIE DE L EPARGNE Recettes de fonctionnement Dépenses de gestion Épargne de gestion Intérêts de la dette Marges de manœuvre de Privas Épargne ou Capacité d autofinancement (CAF) brute Remboursement de la dette Autofinancement des investissements de Privas Épargne ou CAF Nette Dépenses d équipement L épargne de gestion correspond à l autofinancement dégagé sur le fonctionnement structurel de la Ville Après prise en compte des intérêts de la dette, liés au financement des investissements, résulte l épargne dite brute, soit le solde entre les recettes et les dépenses de la section de fonctionnement L épargne brute ou CAF brute est affectée prioritairement au remboursement de la dette Il reste ensuite ce que l on appelle l épargne nette ou CAF nette : c est le surplus des recettes de fonctionnement qui participe au financement des dépenses d investissement Page 6

7 FORMATION DE L EPARGNE FORMATION DE L'EPARGNE en k Δmoy Produits de fonctionnement (1) Evolution +1,0% -0,4% +5,6% -1,3% +3,9% +3,3% -2,6% -0,2% -0,4% Dépenses de gestion (2) Evolution +2,0% +7,7% +9,7% +0,4% +3,2% +1,6% -7,6% +1,8% +0,4% Epargne de gestion (3)=(1)-(2) Evolution -4,1% -31,5% -18,9% -15,1% +10,6% +18,4% +35,7% -10,7% -4,9% Intérêts de la dette (4) Evolution +1,3% +30,9% -11,8% +2,4% -3,7% -6,6% +3,1% +5,9% -4,6% Epargne brute (5)=(3)-(4) Evolution -7,0% -55,5% -26,9% -38,9% +43,5% +57,1% +65,7% -20,1% -5,1% Remboursement du capital (6) Evolution +2,0% -5,2% +8,7% +9,7% +38,9% -32,5% +7,0% +2,5% +0,9% Epargne nette (7)=(5)-(6) Evolution n/a -117,3% +211,8% +74,9% +36,7% -76,4% -185,1% -141,9% +74,3% Taux d'épargne brute (8)=(5)/(1) 15,0% 6,7% 4,6% 2,9% 4,0% 6,0% 10,2% 8,2% 7,8% Diminution annuelle moyenne de près de 5 % par an de l épargne brute entre 2005 et 2013 : une forte rupture entre 2005 et 2006 avec une baisse des produits de fonctionnement et une très forte augmentation des dépenses explique la dégradation Globalement, les dépenses de gestion progressent en moyenne près de deux fois plus vite que les recettes sur la période La forte dégradation se poursuit jusqu en 2010 où la tendance s inverse notamment du fait des transferts de compétence qui permettent une diminution des charges Toutefois, la baisse structurelle des produits ne marque pas véritablement un redressement significatif Taux d épargne brute faible qui se limite à 7,8 % (inférieur de plus de 10 points à la moyenne de la strate en 2013) Alors qu elle était positive en 2005, la CAF nette est devenue négative dès 2006 puis sur toute la période, hormis en 2011, ce qui signifie que la Ville ne dégage pas d autofinancement pour le financement des investissements, qui est couvert par de la dette nouvelle et/ou la mobilisation du fonds de roulement Page 7

8 EVOLUTION DES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT CHARGES DE FONCTIONNEMENT en k Δmoy Charges à caractère général Evolution +2,9% +3,0% +3,9% +5,5% -2,8% +5,4% -4,4% +7,3% +6,3% Charges de personnel nettes des remboursements Evolution +2,0% +12,5% +9,6% +3,9% +2,0% -0,5% -11,1% +0,8% +0,5% Autres charges de gestion courante Evolution +1,1% -0,4% +15,8% -15,0% +15,4% +4,8% -0,3% -1,8% -6,3% Péréquation horizontale Evolution n/a n/a n/a n/a n/a n/a +83,7% Charges d'intérêts Evolution +1,3% +30,9% -11,8% +2,4% -3,7% -6,6% +3,1% +5,9% -4,6% Autres charges Evolution +10,1% -59,7% +794,8% -70,7% +144,9 % +3,4% +32,5% +38,0% -56,0% Charges de fonctionnement Augmentation liée principalement aux fluides, aux prestations de services et aux dépenses d entretien Les charges rigides (personnel et intérêts) représentent plus de 60% des charges de fonctionnement Le transfert de compétence et la diminution des intérêts de la dette ont permis de réduire cette part (jusqu à 65% en début de période) Evolution +2,0% +9,3% +7,9% +0,6% +2,8% +1,1% -7,0% +2,1% +0,0% Augmentation des charges de fonctionnement de 2% par an en moyenne due à hauteur de 32% aux charges à caractère général, 53 % aux charges de personnel, 9 % aux autres charges de gestion courante et 4 % pour les intérêts de la dette (forte augmentation en 2006 puis diminution par la suite) Toutefois : Les charges de fonctionnement augmentent de plus de 9% en 2006, soit près de 1M (puis près de 8% en 2007), dont l explication réside dans l augmentation des charges de personnel de plus de 12% en 2006 (et 9,6% en 2007) Cette augmentation de début de période est une cause essentielle de la dégradation actuelle en sachant que par la suite (2011) La détérioration a été partiellement estompée par l effet du transfert de la compétence petite enfance qui s est traduit par un transfert de charges d un montant de 530K Effets du transfert de compétence petite enfance à la CC Page 8

9 EVOLUTION DES RECETTES DE FONCTIONNEMENT TOTAL DES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT en k Δmoy Contributions directes ,8% +2,7% +5,8% +8,0% +3,0% +5,1% -0,5% +2,5% +2,2% Autres recettes fiscales Evolution +2,0% +12,6% -11,1% -8,5% +2,1% +29,7% +8,0% -6,1% -4,7% FNGIR/DCRTP Evolution n/a n/a n/a n/a n/a n/a -7,3% -6,0% Dotations et versements de l'etat Evolution -0,8% -3,9% +4,8% -4,8% +1,7% -4,9% +4,1% -1,2% -1,9% Ressources liées à la péréquation horizontale Effet réforme TP Diminution des droits de mutation et taxe sur l électricité Compensation au titre de la réforme de la TP Evolution n/a -39,2% +31,3% -41,2% +47,7% -100,0% n/a -28,2% Subventions et participations des partenaires Evolution -2,0% -12,0% +54,2% -32,4% +38,0% +10,4% -14,4% -13,6% -18,1% Produit des services, du domaine et ventes diverses Evolution -7,0% -10,6% +10,6% +2,4% +5,9% +9,6% -38,9% -20,7% -1,8% Autres produits Evolution -0,3% +5,7% -8,4% +3,1% +31,9% +10,0% -19,5% -4,8% -12,4% Total des produits de fonctionnement Evolution +1,0% -0,4% +5,6% -1,3% +3,9% +3,3% -2,6% -0,2% -0,4% Augmentation des produits de fonctionnement de 1 % par an en moyenne, soit deux fois moins que les dépenses (+ 2%) L augmentation des contributions directes a permis de compenser la diminution des dotations de l Etat, subventions et produits des services (impactés par le transfert de compétence) Diminution des recettes depuis 2011, dont une partie s explique par le transfert des recettes liées à la petite enfance Les recettes sur lesquelles la Ville ne dispose d aucune marge de manœuvre (et soumises à diminution en partie dans les années à venir) représentent 32% des recettes de fonctionnement Page 9

10 L INVESTISSEMENT ET SON FINANCEMENT Page 10

11 BESOIN DE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS BESOIN DE FINANCEMENT en k Moy Dépenses d'investissement hors remboursement du capital Evolution/Moyenne ,8% -0,3% -18,5% +22,8% +23,8% -5,9% -39,4% -15,0% Recettes d'investissement hors emprunts Evolution/Moyenne ,1% -13,3% -25,0% +279,6 % -38,2% -50,1% +14,1% -68,3% Besoin de financement des investissements Evolution/Moyenne ,9% +9,1% -14,7% -106,7% ,5% +41,4% -59,6% +41,9% Le besoin de financement annuel moyen de 1,2M par an avec un niveau plus élevé en 2011 : il correspond à un niveau de financement par des ressources gratuites (FCTVA, subventions, TLE, cessions) de près de 50 % puisque les dépenses d investissement s élèvent à un peu moins de 2,3 M Il est à noter le niveau particulièrement élevé des produits de cession constaté en 2009 (environ 1 100K correspondant aux opérations La Fugiére et ADIS) qui expliquent l excédent de financement de la section d investissement dégagé au titre de cette année Le niveau des dépenses d équipement s établit en moyenne à 215 /habitant en moyenne, contre 419 /habitant pour la strate En 2009 et 2010, le niveau de Privas était proche de la moyenne ( /habitant) Page 11

12 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT Besoin de financement annuel moyen de 1,2M par an (avec un niveau plus élevé en 2011) couvert à hauteur de 75 % par la CAF brute et 27% par l endettement L écart à 100 % s explique par une augmentation du fonds de roulement Désendettement de la Ville en 2005, 2009 et 2013, mais endettement global sur la période de 317k /an COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT ET EVOLUTION DU FONDS DE ROULEMENT en k Δmoy CAF brute Evolution/Moyenne ,5% -26,9% -38,9% +43,5% +57,1% +65,7% -20,1% -5,1% Variation de la dette Evolution/Moyenne ,5% +64,5% -21,5% -125,7% -445,7% -26,0% -52,4% -308,9% Besoin de financement Evolution/Moyenne ,9% +9,1% -14,7% -106,7% -1749,5% +41,4% -59,6% +41,9% Variation du fonds de roulement Evolution/Moyenne 26-86,7% +353,8% -145,6% -553,1% -68,9% -308,2% -307,6% -286,0% Fonds de roulement au 31 décembre Evolution/Moyenne ,3% +42,6% -13,6% +71,5% +13,0% -23,9% +106,7% -39,4% Reprise des excédents des budgets annexes eau et assainissement (non transférés à la CC) : 581k Fonds de roulement de 918k en tenant compte des restes-à-réaliser Page 12

13 ENDETTEMENT ET SOLVABILITE Le ratio de capacité de désendettement indique le nombre d années nécessaire à la Ville pour se désendetter intégralement si elle y consacrait l intégralité de son épargne brute (et ne réalisait donc aucun investissement) Le ratio de capacité de désendettement s établit en 2013 à 18 ans, ce qui est très élevé Alors qu il se limitait à 8 années en 2005 ce ratio est resté systématiquement au-dessus de 13 années pour chacune des années suivantes avec l atteinte de pics très importants (47 années en 2008) La dégradation du ratio s explique à la fois par la dégradation de l épargne et par l augmentation de la dette sur la période Page 13

14 QUELLE CAPACITE D INVESTISSEMENT SUPPORTABLE? Page 14

15 HYPOTHESES Page 15

16 TAUX DE REALISATION MOYENS APPLIQUES AU BUDGET PRIMITIF 2014 Taux de réalisation moyens appliqués au budget primitif 2014 Dépenses de fonctionnement (taux moyens sur 2 ans) - Charges à caractère général 90,00% - Charges de personnel 97,00% - Atténuation des produits 100,00% - Autres de charges de gestion courante 97,00% - Charges financières 100,00% - Autres dépenses 100,00% Recettes de fonctionnement (taux moyens sur 2 ans) - Atténuations de charges 97,00% - Produits des services 100,00% - Impôts et taxes 100,00% - Dotations, subventions et participations 100,00% - dont dotations Etat 100,00% - dont subventions et participations autres financeurs 85,00% - Autres produits de gestion courante 100,00% - Produits financiers 100,00% - Autres produits 100,00% Dépenses d'investissement (taux moyens sur 4 ans) 65,00% Recettes d'investissement (taux moyens sur 4 ans) 65,00% Page 16

17 DEPENSES DE FONCTIONNEMENT Charges de personnel : +1,0% par an Charges à caractère général : +1,0% par an Autres charges de gestion courante : +1,0% par an Autres dépenses (dont les charges exceptionnelles, provisions) : figées Intérêts de la dette : Dette existante : selon le profil d extinction de la dette communiqué Dette nouvelle : taux de 4% sur 15 ans Page 17

18 RECETTES DE FONCTIONNEMENT Contributions directes: Taxe d habitation : +1,0% par an Taxe sur le foncier bâti : +1,5% par an Taxe sur le foncier non-bâti : +0,0% par an Autres recettes fiscales : +1,00% DGF : cf détail infra Allocations compensatrices : -20% par an pour la DUCSTP et les allocations compensatrices de TFB maintien du niveau 2014 pour les allocations compensatrices de TH et de TFNB Autres dotations et participations : -1% par an Produits des services et loyers : +1,5% par an FPIC : selon la montée en puissance du dispositif, maintien de la répartition de droit commun FNGIR DCRTP : figés Page 18

19 FOCUS SUR LA DGF Dotation de base 851,3 850,4 850,4 850,4 850,4 850,4 850,4 850,4 Dotation de superficie 6,5 6,5 6,5 6,5 6,5 6,5 6,5 6,5 Complément de garantie 1 246, , , , , , , ,3 Dotation de compensation de la suppression de la part salaires 965,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Dotation de compensation des baisses de DCTP 41,1 41,1 41,1 41,1 41,1 41,1 41,1 41,1 Dotation forfaitaire avant prélèvement 3 110, , , , , , , ,3 Participation au rétablissement des comptes publics Dotation forfaitaire nette de la participation au rétablissement des comptes publics 3 110, , , , , , , ,3 Ecart en ,3-239,1-232,4-236,5-8,8-8,8-8,7 Ecart cumulé en , , , , , , ,6 Variation en % -0,03% -0,01% -0,01% -0,02% 0,00% 0,00% 0,00% Variation cumulée en % -0,03% -0,04% -0,05% -0,06% -0,06% -0,06% -0,06% Dotation de solidarité rurale 100,8 101,6 101,6 101,6 101,6 101,6 101,6 101,6 Dotation nationale de péréquation part principale 41,2 37,1 33,4 33,4 33,4 33,4 33,4 33,4 Garantie DNP - garantie de sortie part majoration 13,0 8,7 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 DGF après prélèvement 3 266, , , , , , , ,3 La montée en puissance de la participation au rétablissement des comptes publics explique l essentiel de la forte baisse de la DGF entre 2014 et 2020 La réduction constatée entre 2013 et 2014 s explique quant à elle part l application du régime de la fiscalité unique pour la première fois en 2014 et le transfert compensé dans l attribution de compensation de la compensation de la part salaires de la taxe professionnelle Concernant la dotation nationale de péréquation, la ville poursuit sa sortie de la part majoration, pour la part dite principale elle subit une dégressivité amortie à 10 % en 2014 en raison des dispositifs de garantie Par prudence, une dégressivité identique a été retenue en 2016 Page 19

20 QUEL IMPACT FINANCIER D UN SCENARIO SANS MESURES D AJUSTEMENT? Page 20

21 CHARGES DE FONCTIONNEMENT annuelle moyenne 2013/2020 (en %) Charges à caractère général 2 633, , , , , , , ,4 Evolution 0,5% -2,2% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% Charges de personnel nettes des remboursements 6 213, , , , , , , ,8 Evolution 1,2% 2,5% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% Autres charges de gestion courante 1 962, , , , , , , ,2 Evolution 0,0% -6,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% FPIC 7,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Evolution -100,0% -100,0% N/A N/A N/A N/A N/A N/A Charges d'intérêts 743,3 755,0 721,5 686,4 651,9 618,7 583,9 547,1 Evolution -4,3% 1,6% -4,4% -4,9% -5,0% -5,1% -5,6% -6,3% Autres dépenses 13,4 16,3 16,3 16,3 16,3 16,3 16,3 16,3 Evolution 2,9% 22,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% Charges de fonctionnement , , , , , , , ,8 Evolution 0,5% -0,1% 0,6% 0,6% 0,6% 0,7% 0,7% 0,6% Avec les hypothèses contraintes retenues les charges de fonctionnement augmenteraient de 0,5% par an en moyenne entre 2013 et 2020 Les charges à caractère général et les charges de personnel nettes des remboursements expliqueraient cette évolution à hauteur de 22,9% et 123,2% respectivement La commune n ayant pas besoin de recourir à l emprunt pour financer de nouveaux investissements, les charges d intérêts diminueraient en moyenne de 4,3% par an sur la période Page 21

22 PRODUITS DE FONCTIONNEMENT annuelle moyenne 2013/2020 (en %) Contributions directes 7 275, , , , , , , ,3 Evolution -3,9% -28,7% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% Attribution de compensation 0, , , , , , , ,0 Evolution n/a n/a 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% Autres recettes fiscales 441,7 466,0 470,7 475,4 480,1 484,9 489,8 494,7 Evolution 1,6% 5,5% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% FNGIR/DCRTP 70,8 70,8 70,8 70,8 70,8 70,8 70,8 70,8 Evolution 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% Dotations et versements de l'etat 3 732, , , , , , , ,2 Evolution -10,6% -33,0% -10,5% -10,9% -12,3% -1,0% -0,9% -0,9% Ressources liées à la péréquation horizontale 57,4 118,1 143,2 181,5 184,1 186,8 189,5 192,3 Evolution 18,8% 105,7% 21,2% 26,7% 1,4% 1,5% 1,5% 1,5% Subventions et participations des partenaires 182,9 183,6 181,8 179,9 178,1 176,4 174,6 172,8 Evolution -0,8% 0,4% -1,0% -1,0% -1,0% -1,0% -1,0% -1,0% Produit des services, du domaine et ventes diverses 540,0 545,6 553,8 562,1 570,5 579,1 587,8 596,6 Evolution 1,4% 1,0% 1,5% 1,5% 1,5% 1,5% 1,5% 1,5% Autres recettes 249,7 209,0 211,1 213,2 215,3 217,5 219,7 221,9 Evolution -1,7% -16,3% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% Total produits de fonctionnement , , , , , , , ,7 Evolution -0,5% -1,1% -1,4% -1,1% -1,5% 0,4% 0,5% 0,5% Les produits de fonctionnement diminueraient de -0,5% par an entre 2013 et 2020, contre +0,5% pour les charges de fonctionnement Le transfert des impôts économiques à la communauté, induisant une diminution des contributions directes de 28,7% en 2014 se traduit par une génération de produits supplémentaires très faible Malgré une hausse de 13,1% par an des ressources du FPIC à partir de 2014, elles ne représenteraient qu un peu plus de 1% des produits totaux en 2020 S agissant des dotations et versements de l Etat, la réduction de 33% en 2014 intègre le transfert de l ancienne compensation salaires dans le cadre de l application de la fiscalité professionnelle unique au plan intercommunal, mais celle-ci est remplacée dans l attribution de compensation Si n est prise en compte que l évolution entre 2014 et 2020, c est-à-dire une fois décomptée la réduction de 2014, l évolution moyenne annuelle des dotations de l Etat est simulée à -6,2% par an Page 22

23 FORMATION DE L EPARGNE annuelle moyenne 2013/2020 (en %) Produits de fonctionnement , , , , , , , ,7-0,5% -1,1% -1,4% -1,1% -1,5% 0,4% 0,5% 0,5% Charges de gestion , , , , , , , ,7 0,8% -0,2% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% Epargne de gestion 1 721, , , ,3 788,8 730,3 672,7 615,9-13,7% -6,7% -17,5% -18,8% -26,7% -7,4% -7,9% -8,4% Intérêts de la dette 743,3 755,0 721,5 686,4 651,9 618,7 583,9 547,1-4,3% 1,6% -4,4% -4,9% -5,0% -5,1% -5,6% -6,3% Epargne brute 977,6 850,8 603,9 389,9 137,0 111,5 88,8 68,9-31,5% -13,0% -29,0% -35,4% -64,9% -18,6% -20,4% -22,4% Remboursement du capital de la dette ,2% -4,3% -10,9% -1,9% 3,4% 3,5% 3,5% -0,9% Epargne nette -147,7-225,8-355,7-551,5-836,8-896,0-954,1-964,1 30,7% 52,8% 57,6% 55,1% 51,7% 7,1% 6,5% 1,1% A compter de 2016, la Ville ne serait plus en mesure de voter un budget en équilibre : Le montant de l épargne brute devient à partir de cette année inférieur aux dotations aux amortissement dès 2017 Le caractère négatif de l épargne nette s accentue très fortement dès 2016 Page 23

24 QUELLES MARGES DE MANŒUVRE DEGAGER POUR OBTENIR UN BESOIN DE FINANCEMENT EQUIVALENT A CELUI DE LA PERIODE PASSEE? Page 24

25 FORMATION DE L EPARGNE annuelle moyenne 2013/ (en %) Produits de fonctionnement , , , , , , , ,7-0,5% -1,1% -1,4% -1,1% -1,5% 0,4% 0,5% 0,5% Charges de gestion , , , , , , , ,7 0,8% -0,2% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% Marges de manœuvre à dégager en fonctionnement 0,0 0,0 600,0 900, , , , ,0 N/A N/A N/A 50,0% 33,3% 25,0% 0,0% 0,0% Epargne de gestion 1 721, , , , , , , ,9 3,0% -6,7% 19,9% 2,6% 0,6% 12,1% -2,6% -2,6% Intérêts de la dette 743,3 755,0 721,5 718,1 718,4 720,9 713,5 707,5-0,7% 1,6% -4,4% -0,5% 0,0% 0,3% -1,0% -0,8% Epargne brute 977,6 850, , , , , , ,5 5,4% -13,0% 41,5% 4,5% 1,0% 18,8% -3,3% -3,5% Remboursement du capital de la dette ,8% -4,3% -10,9% 2,2% 8,1% 8,1% 7,2% 3,7% Epargne nette -147,7-225,8 244,3 277,2 210,0 362,9 230,7 134,6-198,7% 52,8% -208,2% 13,4% -24,2% 72,8% -36,4% -41,6% Taux d'épargne brute 5,9% 7,8% 6,9% 9,8% 10,4% 10,7% 12,6% 12,1% 11,7% L ampleur des mesures d ajustement sur la section de fonctionnement a été déterminée de telle manière que le taux d épargne brute atteigne environ 12% en fin de période Il s agit de mesures minimales d autant que la prospective n intègre pas de coûts de fonctionnement induits des dépenses d équipement réalisées L épargne brute augmenterait de 5,4% par an moyenne, et représenterait 11,7% des produits de fonctionnement en 2020, soit 1,5 fois plus qu en 2013 Page 25

26 en k CAPACITE D INVESTISSEMENT Moyenne Dépenses d'investissement Recettes d'investissement Besoin de financement des investissements Epargne brute Variation de dette Variation du fonds de roulement Fonds de roulement au 31/ En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 14,0 17,9 20,7 14,6 14,0 13,8 11,4 11,6 11,9 * FCTVA sur 90% des dépenses d investissement et 80% des dépenses d investissement éligibles à un taux de subvention de 10% sur le montant HT Le besoin de financement des investissements est fixé à partir de 2015 d après le besoin de financement moyen entre 2005 et 2013 Les dépenses et les recettes ont déterminé par rapport à ce dernier Sur toute la période, le besoin de financement est couvert en totalité par l épargne brute Ainsi la commune pourra stabiliser sa dette, voire se désendetter légèrement Le ratio de capacité de désendettement tendrait à diminuer sur la période pour atteindre un niveau encore élevé En 2020, il faudrait mobiliser pendant près de 12 ans, l épargne brute dégagée la même année, afin de rembourser la totalité de la dette au 31/12/2020 Page 26

27 QUELLES MARGES DE MANŒUVRE DEGAGER POUR OBTENIR UN BESOIN DE FINANCEMENT DEUX FOIS MOINS IMPORTANT QUE LE NIVEAU MOYEN DE LA PERIODE PASSEE? Page 27

28 FORMATION DE L EPARGNE annuelle moyenne 2013/2020 (en %) Produits de fonctionnement , , , , , , , ,7-0,5% -1,1% -1,4% -1,1% -1,5% 0,4% 0,5% 0,5% Charges de gestion , , , , , , , ,7 0,8% -0,2% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% Marges de manœuvre à dégager en fonctionnement 0,0 0,0 500,0 800, , , , ,0 n/a n/a n/a n/a n/a n/a n/a n/a Epargne de gestion 1 721, , , , , , , ,9 0,8% -6,7% 13,7% 2,8% -4,7% 2,3% 2,3% -3,0% Intérêts de la dette 743,3 755,0 721,5 704,3 684,4 669,7 652,6 632,3-2,3% 1,6% -4,4% -2,4% -2,8% -2,1% -2,6% -3,1% Epargne brute 977,6 850, , , , , , ,6 2,8% -13,0% 29,7% 6,2% -5,8% 5,1% 5,1% -3,0% Remboursement du capital de la dette ,4% -4,3% -10,9% 0,4% 5,4% 6,0% 5,9% 1,7% Epargne nette -147,7-225,8 144,3 208,1 88,1 83,5 79,5 23,2-176,8% 52,8% -163,9% 44,2% -57,6% -5,3% -4,8% -70,8% Taux d'épargne brute 3,3% 7,8% 6,9% 9,0% 9,7% 9,3% 9,7% 10,1% 9,8% Les marges de manœuvre à dégager ont été déterminées de façon à permettre une augmentation progressive du taux d épargne brute et une stabilisation autour de 10% en fin de période L épargne brute augmenterait de 2,8% par an moyenne, et représenterait 9,8% des produits de fonctionnement en 2020, soit 1,3 fois plus qu en 2013 Le budget pourrait ainsi être voté en équilibre L épargne nette serait positive à partir de 2015, mais diminuerait dès 2017 Page 28

29 CAPACITE D INVESTISSEMENT en k Moyenne Dépenses d'investissement Recettes d'investissement Besoin de financement des investissements Epargne brute Variation de dette Variation du fonds de roulement Fonds de roulement au 31/ En-cours de dette au 31/ Ratio de capacité de désendettement 14,6 17,9 20,7 15,5 14,1 14,5 13,3 12,1 12,0 * FCTVA sur 90% des dépenses d investissement et 80% des dépenses d investissement éligibles à un taux de subvention de 10% sur le montant HT Le besoin de financement des investissements est fixé à partir de 2015 d après le besoin de financement moyen entre 2005 et 2013 divisé par 2 Les dépenses et les recettes ont déterminé par rapport à ce dernier À partir de 2014, le besoin de financement est couvert par l épargne brute En 2014 et 2015, le fonds de roulement sera abondé par l excédent de l épargne brute par rapport aux besoin de financement et d une variation de dette globalement négative La commune de Privas va pouvoir se désendetter L en-cours de la dette au 31/12 diminuera de entre 2013 et 2020 Le ratio de capacité de désendettement suivra la même tendance, s établissant à 11,9 années en 2020, soit un niveau plus faible que le précédent scénario (12,3 années) Page 29

30 COMMENT DEGAGER DES MARGES DE MANŒUVRE? Lecture : en stabilisant les dépenses de gestion à compter de 2015, la commune pourrait dégager 555,8K d épargne de gestion supplémentaire à l horizon 2020 Cela ne serait pas suffisant pour assurer l équilibre financier à terme Il conviendrait donc d aller au-delà en terme de réduction ou d utiliser le levier fiscal Parmi les voies à utiliser, figurent non seulement les mesures de gestion et de choix de service public mais également la prise en compte de la centralité dans le cadre du pacte financier intercommunal Page 30

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES Jean-Pierre COBLENTZ et l équipe de Stratorial Finances Contacts

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BELLEGARDE Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard PRESENTATION DE LA COMMUNE La Commune de Bellegarde compte

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROSPECTIVE FINANCIERE DE LA COMMUNE SAINT JULIEN EN GENEVOIS 20 octobre 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Les Tours Gamma - Tour A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS Présentation par M. LEBRETON, Président de l ADF 9 octobre 2012 1 Glossaire des sigles AIS: Allocations individuelles de solidarité APA: Allocation personnalisée

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL : METHODE Le plan est basé sur le Budget primitif 2013 La prospective concerne le Fonctionnement (charges et produits réels)

Plus en détail

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée Communauté de Communes du Pays d Astrée Prospective financière 2014 2020 Présentation en Conseil Communautaire Février 2015 Evolution des équilibres financiers au fil de l eau (sans nouveaux investissements)

Plus en détail

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Communauté de communes Tarn et Dadou Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Présentation du

Plus en détail

Exercices 2011 à 2013

Exercices 2011 à 2013 ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 211 à 213 Avril 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Cette étude porte sur les exercices 211 à 213 et

Plus en détail

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 KPMG Secteur public droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. 1 Points généraux droit suisse. Tous droits

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants Portrait financier Analyse comparée CA 25-21 Direction régionale NORD - PAS DE CALAIS 19 avenue Le Corbusier - 59 4 LILLE cedex Directeur régional : Valérie-Marie AUBIN Votre correspondant Géraldine MOREAU

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS ANALYSE FINANCIERE DE MOIGNY SUR ECOLE EXERCICES 2009 à 2011 Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS PRÉSENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Moigny-sur-Ecole est une commune composée de 1 316 habitants

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 Compte administratif 2013 & Budget 2014 Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 2014 est «à cheval» sur 2 mandats : 2008 2014 qui se termine fin mars 2014 2014 2020 qui commencera début avril

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE

ANALYSE FINANCIERE DE ANALYSE FINANCIERE DE CRESSENSAC Trésorerie de Martel PRESENTATION DE LA COMMUNE La présente analyse financière a été réalisée au cours du mois de juillet 2010; elle porte sur les exercices 2005 à 2009.

Plus en détail

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE 1 Département : Yvelines Poste : 785 Instruction comptable : M14 N INSEE : 575 Population avec double comptes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera :

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera : SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUCATS Cette analyse retraite les résultats financiers des 5 dernières années pour déterminer comment la commune de Saucats parvient à couvrir ses charges de fonctionnement

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE

Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de SAUVETERRE DE GUYENNE PRESENTATION DE LA COMMUNE Sauveterre de Guyenne est une jolie bastide au cœur de l Entre Deux Mers créée en

Plus en détail

Communauté d Agglomération des Lacs de l Essonne

Communauté d Agglomération des Lacs de l Essonne Jean Christophe BERGE Tél. 01 55 34 40 13 Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Communauté d Agglomération des Lacs de l Essonne / Analyse financière rétrospective et prospective 87 rue St-Lazare I

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

PREAMBULE. L actualité des collectivités locales a été, sur la période récente, particulièrement dense.

PREAMBULE. L actualité des collectivités locales a été, sur la période récente, particulièrement dense. 1 PREAMBULE Parmi ses missions, la Direction Générale des Finances Publiques assure la tenue des comptes des collectivités locales et dispose à ce titre de données financières essentielles sur les finances

Plus en détail

NOTATION FINANCIERE. réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 SDIS DU TARN. 389 581 habitants (yc. rs)

NOTATION FINANCIERE. réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 SDIS DU TARN. 389 581 habitants (yc. rs) LOCALNOVATM NOTATION FINANCIERE réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 389 581 habitants (yc. rs) Examen dynamique et comparé de 6 rubriques catégorie 3 document édité le 04/11/14 Sommaire

Plus en détail

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 Ville d Ecommoy I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DGF : Pour poursuivre le plan d économies de 50 milliards d euros fixé par la loi du 29 décembre 2014 de programmation

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 212 à 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS Mars 215 SOMMAIRE I) LA FORMATION DE L'AUTOFINANCEMENT...4 A) Composantes des charges et des

Plus en détail

Commune de Plan d Aups Sainte Baume

Commune de Plan d Aups Sainte Baume Commune de Plan d Aups Sainte Baume Audit de début de mandat Le 23 juillet 2014 Restitution publique Ce document ne peut se lire et s interpréter qu en liaison avec les commentaires apportés oralement

Plus en détail