Atteintes à l image et à la réputation des entreprises d assurance à l ère du numérique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atteintes à l image et à la réputation des entreprises d assurance à l ère du numérique"

Transcription

1 INSTITUTIONS FINANCIÈRES ÉNERGIE INFRASTRUCTURES, MINES ET MATIÈRES PREMIÈRES TRANSPORT TECHNOLOGIE ET INNOVATION PRODUITS PHARMACEUTIQUES ET SCIENCES DE LA VIE Atteintes à l image et à la réputation des entreprises d assurance à l ère du numérique Marc d Haultfoeuille Avocat Associé 8 avril 2013

2 Sommaire I Les atteintes à l image et à la réputation II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles III Les moyens d action en cas d atteintes non répréhensibles IV Les mesures à mettre en œuvre 2

3 I Les atteintes à l image et à la réputation Qui peut porter atteinte? Concurrents Concurrents Cocontractants Cocontractants Clients Clients // consommateurs consommateurs Image Image et et réputation réputation de de l entreprise l entreprise Moteurs Moteurs de de recherche recherche et et sites sites Internet Internet Salariés Salariés / / stagiaires stagiaires Internautes Internautes qui qui relaient relaient l information l information Tiers Tiers (proches, journalistes, (proches, journalistes, hackers, etc.) hackers, etc.) 3

4 I Les atteintes à l image et à la réputation Quels types d atteintes? Les atteintes à l image et à la réputation d une entreprise sont multiples: - Commentaires excessifs et négatifs publiés sur Internet à l encontre de l entreprise et/ou des dirigeants ; - Expressions outrageantes utilisées sur Internet à l encontre de l entreprise et/ou de ses produits ou services et/ou des dirigeants ; - Faux avis négatifs (fake review) déposés sur les sites d achat et/ou forums par les concurrents à l encontre des produits et services de l entreprise ; - Copie par un tiers, pour son propre site internet, des éléments protégés ou non par le droit d auteur présentés par l entreprise sur son site Internet ; - Intrusion dans les systèmes informatiques de l entreprise ; 4

5 I Les atteintes à l image et à la réputation Quels types d atteintes? Les atteintes à l image et à la réputation d une entreprise sont multiples: - Erreur non intentionnelle des salariés: divulgation par inadvertance d informations confidentielles ; perte ou vol d appareils numériques contenant des données confidentielles de l entreprise, etc. - Création par un tiers de faux comptes ou de faux profils sur Internet pouvant être rattachés à l entreprise ; - Détournement par un salarié des informations relatives à la clientèle de l entreprise ; - Révélation de pratiques secrètes ou confidentielles de l entreprise ; - Reproduction sans autorisation des éléments de propriété intellectuelle de l entreprise, etc. 5

6 I Les atteintes à l image et à la réputation des atteintes Commentaires excessifs et négatifs publiés sur Internet à l encontre de l entreprise et/ou de ses dirigeants. Diffamation Toute allégation ou imputation d un fait précis, portant atteinte à l honneur ou à la considération d une personne ou du corps auquel le fait est imputé. La diffamation est punie d une amende de euros (art.29 et 32 de la loi du 29 juillet 1881). 6

7 I Les atteintes à l image et à la réputation des atteintes Expressions outrageantes utilisées sur Internet à l encontre de l entreprise et/ou de ses produits ou services et/ou de ses dirigeants. Injure Toute expression outrageante, termes de mépris ou invectives qui ne renferme l imputation d aucun fait. L injure est punie d une amende de euros (art.29 et 33 de la loi du 29 juillet 1881). 7

8 I Les atteintes à l image et à la réputation des atteintes Faux avis négatifs déposés sur les sites d achats et/ou forums par les concurrents Concurrence déloyale par dénigrement «Fait de porter atteinte à l image de marque d une entreprise ou d un produit désigné ou identifiable afin de détourner la clientèle en usant de propos ou d arguments répréhensibles ayant ou non une base exacte, diffusés ou émis ( ) de manière à toucher les clients de l entreprise visée» (CA. Vers., 9 septembre D.2000, somm. p.311). La concurrence déloyale par dénigrement peut donner lieu à une condamnation au paiement de dommages-intérêts (art.1382 du Code civil). 8

9 I Les atteintes à l image et à la réputation des atteintes Copie des éléments protégés ou non par le droit d auteur pour son site internet Parasitisme Fait de se référer, sans s adresser à la même clientèle, à une marque ou à toute autre forme de propriété industrielle ou intellectuelle créée par un tiers et particulièrement connue et ce, à l effet de tirer profit de sa renommée. Le parasitisme peut donner lieu à une condamnation au paiement de dommages-intérêts (art.1382 du Code civil). 9

10 I Les atteintes à l image et à la réputation des atteintes Intrusion dans les systèmes informatiques de l entreprise Accès frauduleux à un STAD Le fait d accéder ou de se maintenir, frauduleusement, dans tout ou partie d un système de traitement automatisé de données est puni de 2 ans d emprisonnement et de euros d amende. Lorsqu il en est résulté soit la suppression ou la modification de données contenues dans le système, soit une altération du fonctionnement de ce système, la peine est de 3 ans d emprisonnement et euros d amende (art du Code pénal). 10 back

11 I Les atteintes à l image et à la réputation des atteintes Erreur non intentionnelle des salariés : divulgation par inadvertance d informations confidentielles ; perte ou vol d appareils numériques contenant des données confidentielles de l entreprise, etc. Faute, Vol Tout fait quelconque de l homme qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer (art.1382 du Code civil). Chacun est responsable du dommage qu il a causé non seulement par son fait, mais encore par sa négligence ou par son imprudence (art.1383 du Code civil). Soustraction frauduleuse de la chose d autrui. Le vol est puni de 3 ans d emprisonnement et de euros d amende (art et du Code pénal). Projet de règlement européen pour une modernisation de la directive de 1995 qui prévoit notamment l obligation de notifier, sous 24 heures, la CNIL et la personne concernée de toute perte, vol ou piratage de ses données personnelles. 11

12 I Les atteintes à l image et à la réputation des atteintes Détournement par un salarié des informations relatives à la clientèle Abus de confiance, Violation d un engagement contractuel Fait par une personne de détourner, au préjudice d autrui, des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu elle a acceptés à charge de les rendre, de les représenter ou d en faire un usage déterminé. L abus de confiance est puni de 3 ans de prison et de euros d amende (art du Code pénal). Le détournement par un salarié des informations relatives à la clientèle peut également être constitutif d une violation d un engagement contractuel (contrat de travail) (art.1382 du Code civil). 12

13 I Les atteintes à l image et à la réputation des atteintes Dénonciation des pratiques secrètes ou confidentielles de l entreprise Violation du secret des affaires La violation du secret des affaires ne constitue pas aujourd hui une infraction. Les mesures financières imposées en cas de violation du secret des affaires ont vocation à réparer le préjudice causé, mais pas à réprimer l acte lui-même. Peut être sanctionnée sur le fondement : - de l accès frauduleux à un STAD ; - de la violation d un engagement contractuel (ex: clause de confidentialité) (art.1382 du Code civil) ; - du vol ; - de la protection du secret de fabrique (art. L du Code de la propriété intellectuelle et art. L du Code du travail) (puni de 2 ans de prison et de euros d amende). 13

14 I Les atteintes à l image et à la réputation des atteintes Création par un tiers de faux comptes ou de faux profils Usurpation d identité Fait d usurper l identité d un tiers ou de faire usage d une ou de plusieurs données de toute nature permettant de l identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d 1 an de prison et de euros d amende. Cette infraction est punie des mêmes peines lorsqu elle est commise sur un réseau de communication au public en ligne (art du Code pénal). 14

15 I Les atteintes à l image et à la réputation des atteintes Reproduction sans autorisation des éléments de propriété intellectuelle de l entreprise Contrefaçon Toute édition d écrits, de composition musicale, de dessin, de peinture ou de toute autre production, imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon. La contrefaçon est punie de 3 ans de prison et de euros d amende (art. L du Code de la propriété intellectuelle). Atteinte portée aux droits du titulaire de la marque (art. L du Code de la propriété intellectuelle). La contrefaçon de marque est punie de 3 ans de prison et de euros d amende (art. L du Code de la propriété intellectuelle). 15

16 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Quelles responsabilités engager? Clients/consommateurs ; Salariés ; Moteurs de recherche et sites Internet ; Concurrents ; Internautes qui relaient l information ; Cocontractants ; Tiers. La responsabilité de chaque acteur dépend de la nature exacte de son rôle et de son activité dans l atteinte. Les moyens d action pourront être mis en œuvre une fois la qualification effectuée. En tout les cas (sauf en matière de délit de presse), la première responsabilité à engager est celle de l auteur de l acte portant atteinte à l image et à la réputation de l entreprise : il est responsable de plein droit. 16

17 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Sur Internet : quelles responsabilités engager? Principe : liberté d expression «La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.» Sur Internet, l image et la réputation d une entreprise ne sont plus que composées des informations données volontairement par l entreprise dans le cadre de sa communication institutionnelle, elles sont également celles mises en ligne par les tiers sur les sites marchands, les réseaux sociaux, les sites d avis, etc. E-réputation : l e-réputation est constituée non seulement de la communication officielle des entreprises, mais aussi des messages diffusées par les internautes qui peuvent être des clients comme des concurrents ou des salariés de l entreprise. L e-réputation d une entreprise est son image numérique. 17

18 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Sur Internet : quelles responsabilités engager? L éditeur (directeur de publication) qui prend la responsabilité de diffuser ce contenu. Il est responsable en cas d infractions de presse, lorsque le message incriminé a fait l objet d une fixation préalable à sa communication au public (art.93-3 de la loi n du ). Il ne pourra toutefois pas être poursuivi pour diffamation ou injure lorsque le message sera directement diffusé (critère de la fixation préalable du message avant sa communication au public). Par ailleurs, il existe un régime d exonération de la responsabilité pénale du directeur ou du codirecteur de la publication en cas de diffamation ou d injure résultant du contenu d un message adressé par un internaute aux services de presse dans un espace de contributions personnelles (blog ou forum de discussion) dès lors que le directeur ou le codirecteur n avait effectivement pas connaissance du message avant sa mise en ligne ou si, dès le moment où il en a eu connaissance, il a agi promptement pour retirer ce message (art.93-3 de la loi n du ). 18

19 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Sur Internet : quelles responsabilités engager? Le fournisseur de contenu (auteur du contenu) qui porte atteinte est responsable. Le fournisseur de contenu et l éditeur peuvent être une même personne, lorsque celui qui crée le site en fournit également le contenu (ex: blog). Les prestataires techniques (fournisseur d accès à Internet et hébergeur du site) bénéficient, a priori, en raison de leur fonction neutre, d une exonération de responsabilité tant civile que pénale concernant les contenus accessibles par leurs services ou stockés par eux (art.6.i-2 Loi n du pour la Con fiance dans l Economie Numérique (LCEN)). 19

20 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Sur Internet : quelles responsabilités engager? Les hébergeurs peuvent néanmoins, a posteriori, voir leur responsabilité civile ou pénale engagée, dès lors qu ils avaient connaissance du caractère illicite du message et qu ils n ont pas agi promptement pour supprimer le contenu illicite. La preuve de cette connaissance peut être rapportée par tous moyens (art.6.i-2 LCEN). Il existe néanmoins une présomption de connaissance par l hébergeur du caractère illicite du message lorsqu un certain nombre d éléments lui ont été notifiés (art.6.i-2 LCEN). Les moteurs de recherche peuvent-ils être qualifiés d hébergeurs? La Cour européenne a jugé, dans un arrêt du 23 mars 2010, que pour considérer applicable à Google, le régime de responsabilité des hébergeurs, il convient d examiner si son rôle est «neutre», «à savoir si son comportement, est purement technique, automatique et passif, impliquant l absence de connaissance ou de contrôle des données qu il stocke». 20

21 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Les moyens d action extrajudiciaires (en cas de diffamation, injure, concurrence déloyale par dénigrement) Droit de réponse (art.6-iv de la LCEN et décret n du 24 oc tobre 2007). Toute personne nommée ou désignée dans un service de communication au public en ligne dispose d un droit de réponse, sans préjudice des demandes de correction ou de suppression du message qu elle peut adresser au service. Le droit de réponse doit être exercé dans les 3 mois à compter de la mise en ligne. Le régime du droit de réponse diffère selon que le requérant est en mesure ou non de déposer sa réponse sur le site litigieux: - si oui : pas d envoi de lettre recommandée au directeur de la publication du site ; - si non : la demande de réponse doit être adressée au directeur de publication par LRAR, ou par voie d exploit d huissier de justice. 21

22 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Les moyens d action extrajudiciaires (en cas de diffamation, injure, concurrence déloyale par dénigrement) Demande amiable de retrait du contenu Si possible, correspondance adressée à l auteur ou à l éditeur du site, s ils sont identifiables, mais ceux-ci peuvent refuser. En cas de demande adressée à l auteur ou à l éditeur revenue infructueuse, il y a possibilité d adresser une demande à l hébergeur pour solliciter le retrait des propos. La demande se fait par LRAR ou par voie d exploit d huissier de justice. Pour qu une telle demande soit valide, elle doit comporter des mentions obligatoires: la date de la notification, les coordonnées du notifiant, les coordonnées du destinataire, la description des faits et leur localisation, les motifs de retrait du contenu avec mention des dispositions légales l imposant, la copie de la lettre adressée à l éditeur ou à l auteur du contenu ou la justification des raisons pour lesquelles celui-ci n a pu être contacté (art.6.i-5 de la LCEN). Cette mise en demeure constitue un préalable nécessaire pour l engagement éventuel des responsabilités pénales et civiles des hébergeurs. 22

23 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Les moyens d action extrajudiciaires (en cas de diffamation, injure, concurrence déloyale par dénigrement, détournement par un salarié des informations relatives à la clientèle, violation du secret des affaires, contrefaçon). Dépôt de plainte à la CNIL sur le fondement de manquements sérieux à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée. En cas de démarche infructueuse auprès des acteurs, il est possible de demander à la CNIL d intervenir pour mettre un terme aux atteintes (aux données personnelles). La CNIL intervient auprès du responsable du site désigné. Si nécessaire, elle peut faire usage de ses pouvoirs de contrôle et de sanction (administrative et financière). La CNIL a également la possibilité de dénoncer au Procureur de la République les infractions à la loi dont elle a connaissance. Moyens d action contractuels : clause de confidentialité, clause pénale, clause de résiliation/licenciement, etc. 23

24 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Les moyens d action judiciaires (en cas de diffamation, injure, concurrence déloyale par dénigrement, parasitisme, accès frauduleux à un STAD, vol, détournement par un salarié des informations relatives à la clientèle, violation du secret des affaires, usurpation d identité, contrefaçon) Dépôt de plainte avec constitution de partie civile contre une personne déterminée ou contre X au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie. En cas de plainte contre X, les officiers de police seront chargés d identifier l auteur de l infraction. L inconvénient est qu une fois la plainte déposée, l entreprise n est plus maître de la procédure : elle n a pas la maîtrise de la personne qu elle souhaite attraire en justice. En effet, le juge d instruction est saisi des faits (saisine in rem) et non contre des personnes (saisine in personam) : si le juge d instruction ne peut instruire d office (s autosaisir) sur des faits non visés dans l acte initial de sa saisine, il peut en revanche instruire à l encontre de toutes personnes, mêmes celles qui n auraient pas été initialement désignées dans l acte. Ex: Une plainte avec constitution de partie civile contre un internaute ne saurait exclure la faculté, pour le juge d instruction, de renvoyer également le directeur de publication, ou tout autre complice, devant le Tribunal Correctionnel. Or, l entreprise peut, pour des raisons propres, ne souhaiter agir qu à l encontre du seul internaute. 24

25 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Les moyens d action judiciaires (en cas de diffamation, injure, concurrence déloyale par dénigrement) Requête aux fins d identification de l internaute (art.145 du Code de procédure civile) : Dans ce cas, la requête est soutenue devant le président du TGI territorialement compétent, qui sera invité à rendre une ordonnance par laquelle celui-ci enjoindra à l hébergeur de communiquer l ensemble des éléments en sa possession permettant l identification de l auteur du contenu illicite. Demande judiciaire de retrait du contenu adressée sur requête, en référé (article 6-I-8 de la LCEN), au fond ou par voie d injonction. Assignation en référé correspond à la saisine du juge civil, aux fins de suspension de la publication litigieuse, voire (dans certains cas) aux fins d allocation d une provision. Cette procédure est limitée en matière d infraction sur Internet, compte tenu de la rediffusion exponentielle sur de multiples autres sites. Référé de droit commun, subordonné à un trouble manifestement illicite (art.809 Code de procédure civile). Assignation en référé ou requête (art. 6-I.8 de la LCEN) pour obtenir du juge qu il prescrive aux prestataires d hébergement (art.6-i.2 de la LCEN ), ou à défaut aux fournisseurs d accès (art. 6-I.1 de la LCEN), toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser un dommage occasionné par le contenu d un service de communication au public en ligne. 25

26 II Les moyens d action en cas d atteintes répréhensibles Les moyens d action judiciaires (en cas de diffamation, injure, concurrence déloyale par dénigrement, parasitisme, accès frauduleux à un STAD, vol, détournement par un salarié des informations relatives à la clientèle, violation du secret des affaires, usurpation d identité, contrefaçon) Procès pénal ou civil par citation directe ou par assignation. Au civil, il s agit pour l entreprise d obtenir réparation par allocation de dommages et intérêts. Au pénal, il peut s agir pour l entreprise d obtenir une condamnation «exemplaire» des acteurs de l atteinte : cette initiative peut entrer dans le cadre d une stratégie de communication visant à montrer que l entreprise réagit aux attaques les plus graves. 26

27 III Les moyens d action en cas d atteintes non répréhensibles Toutes les atteintes ne sont pas répréhensibles: erreur non intentionnelle du salarié; partage d informations négatives par tous ceux qui en ont été destinataires ; commentaires négatifs qui ne constituent ni une diffamation, ni une injure, ni un dénigrement ; reproduction de la marque qui ne constitue pas une contrefaçon, etc. Droit à l oubli, actuellement en projet (règlement européen), n est pas reconnu aux entreprises Société de gestion de l image et de la réputation: ces entreprises peuvent identifier le volume des informations diffusées, la variété des sources, formats et langages de diffusion, mais elles peuvent également «nettoyer» la réputation sur Internet, par deux actions principales : contacter l hébergeur du site pour lui demander de retirer les contenus illicites, faire émerger un flot d informations neutres ou positives pour noyer les informations préjudiciables. 27

28 IV Les mesures à mettre en œuvre Afin de prévenir les atteintes (1/2) Sensibiliser les salariés aux risques d atteinte à l image et à la réputation de l entreprise ; Organiser sa veille: détecter les atteintes, mais également mesurer la popularité de sa marque ; Sécuriser les comptes et identifiants des utilisateurs dans l entreprise / définir une charte de nommage afin de définir l empreinte des identifiants et la manière dont ils doivent être gérés et enregistrés ; 28

29 IV Les mesures à mettre en œuvre Afin de prévenir les atteintes (2/2) Disposer d une charte informatique de l entreprise complète et régulièrement mise à jour pour éviter les risques, aussi bien pour l entreprise que pour les salariés ; Faire signer un accord de confidentialité à ses cocontractants ; Configurer les paramètres de confidentialité : il s agit là d un atout pour les titulaires de droits qui peuvent interdire l accès à des utilisateurs mineurs et à des utilisateurs localisés dans des pays spécifiques ; Nommer un Community Manager qui se charge de la création des comptes et demande les usernames. 29

30 IV Les mesures à mettre en œuvre Quand l atteinte est constituée Prendre contact avec l opérateur pour bloquer l accès à l appareil perdu ou volé; Prendre rapidement contact avec sa direction et/ou son avocat afin de qualifier le contenu incriminé ; Attendre plus de trois mois pour exercer une action en justice (diffamations ou injures publiques à caractère racial sont prescrites par un délai plus long, à savoir un an) ; Missionner, le cas échéant, un huissier de justice pour réaliser un constat ; Identifier l auteur de l atteinte ; Adopter une stratégie en privilégiant une démarche transparente et responsable ; Faire appel à une société de «nettoyage». 30

31 FINANCIAL INSTITUTIONS ENERGY INFRASTRUCTURE AND COMMODITIES TRANSPORT TECHNOLOGY Merci! Marc d Haultfoeuille - Partner +33 (0)

Internet, mineurs et législation. Ségolène ROUILLÉ-MIRZA Avocate au Barreau de Tours 22 janvier 2015

Internet, mineurs et législation. Ségolène ROUILLÉ-MIRZA Avocate au Barreau de Tours 22 janvier 2015 Internet, mineurs et législation Ségolène ROUILLÉ-MIRZA Avocate au Barreau de Tours 22 janvier 2015 Introduction Les principales incriminations et l aggravation des peines liée à l usage des TIC La responsabilité

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE CHARTE DES BONNES PRATIQUES INTERNET CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE PRÉAMBULE La Charte des bonnes pratiques

Plus en détail

PROTEGEZ L E REPUTATION DE VOTRE ENSEIGNE : Quels moyens juridiques? Laurence VERNAY Avocate associée Cabinet SAJE la vernay@saje fr.

PROTEGEZ L E REPUTATION DE VOTRE ENSEIGNE : Quels moyens juridiques? Laurence VERNAY Avocate associée Cabinet SAJE la vernay@saje fr. PROTEGEZ L E REPUTATION DE VOTRE ENSEIGNE : Quels moyens juridiques? Laurence VERNAY Avocate associée Cabinet SAJE la vernay@saje fr.com GRANDS PRINCIPES JURIDIQUES LIBERTES DE DROIT COMMUN Convention

Plus en détail

Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise

Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise MEDEF LYON RHONE 28 avril 2015 Xavier VAHRAMIAN, Avocat Associé Sommaire INTRODUCTION DELITS SUBIS PAR LES ENTREPRISES DELITS COMMIS PAR LES ENTREPRISES

Plus en détail

Audit juridique de votre site : pour se lancer sans risques dans le e-commerce

Audit juridique de votre site : pour se lancer sans risques dans le e-commerce Audit juridique de votre site : pour se lancer sans risques dans le e-commerce Animé par : Bernard LAMON Lamon et Associés Membre du réseau international ITECHLAW Certifié qualité ISO 9001:2008 N FQA :

Plus en détail

E-RÉPUTATION ET MAUVAISE RÉPUTATION

E-RÉPUTATION ET MAUVAISE RÉPUTATION E-RÉPUTATION ET MAUVAISE RÉPUTATION Ségolène Rouillé-Mirza Avocate au Barreau de Tours 15 février 2011 Introduction 1/2 Qu est ce que l e-réputation? Définition de réputation Dictionnaire Larousse: «Manière

Plus en détail

Mettre en place les actions juridiques adéquates pour protéger l image de son entreprise

Mettre en place les actions juridiques adéquates pour protéger l image de son entreprise Mettre en place les actions juridiques adéquates pour protéger l image de son entreprise Séminaire GFII jeudi 15 avril 2010 Groupement Français de l Industrie de l Information 87 boulevard de Courcelles

Plus en détail

Ces tableaux sont complétés par des commentaires distinguant les procédures de notification existant en France, aux Etats-Unis et en Finlande.

Ces tableaux sont complétés par des commentaires distinguant les procédures de notification existant en France, aux Etats-Unis et en Finlande. Tableaux comparatifs commentés des régimes de responsabilité des prestataires techniques aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Espagne et en Finlande Par David Guilliet et Ronan Hardouin, DESS Droit

Plus en détail

Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs)

Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs) Les délits de presse appliqués à Internet (La responsabilité des hébergeurs et des éditeurs) Article juridique publié le 21/11/2014, vu 923 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Loi n 86-1067 du 30 septembre

Plus en détail

Site internet et E-commerce Les étapes juridiques incontournables

Site internet et E-commerce Les étapes juridiques incontournables Site internet et E-commerce Les étapes juridiques incontournables Atelier du 7 juillet 2009 Animé par Annabel BONNARIC Avocat Cabinet FIDAL 2 Le Site Internet Véritable outil de communication de l entreprise

Plus en détail

Cyber-sécurité dans l entreprise

Cyber-sécurité dans l entreprise Cyber-sécurité dans l entreprise CADRE REGLEMENTAIRE: OBLIGATIONS ET LIMITES ACTECIL NOUVELLE-CALEDONIE Tel : +687 (00).85.82.92 www.actecil.fr - cchauveau@actecil.fr 3. Contrôle en AVAL des dispositifs

Plus en détail

Votre Blog marchand est peut-être «hors la loi» Découvrez les risques et les sanctions encourus

Votre Blog marchand est peut-être «hors la loi» Découvrez les risques et les sanctions encourus 1 Votre Blog marchand est peut-être «hors la loi» Découvrez les risques et les sanctions encourus De Chrystèle BOURELY (Docteur en droit privé) EXTRAIT du KINDLE disponible sur AMAZON - Tous droits privés

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE

PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE Ces Précisions concernant le Signalement d un Contenu Illicite ont pour but de vous fournir une explication des questions figurant au formulaire

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 21 juin 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Licence semestre

Plus en détail

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE Annexe juridique Frédéric DEHAN Directeur général des services Affaire suivie par Philippe PORTELLI Tél. : +33 (0)3 68 85 00 12 philippe.portelli@unistra.fr

Plus en détail

Fraude interne et malveillance CLUSIF 2009 B. POIDEVIN, Avocat

Fraude interne et malveillance CLUSIF 2009 B. POIDEVIN, Avocat Fraude interne et malveillance CLUSIF 2009 B. POIDEVIN, Avocat I. PROCEDURE Plainte pénale : - plainte simple / avec constitution de partie civile (délai de trois ( presse mois sauf infractions de - consignation

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation 1 - Objet de l Emploi Store Idées Pôle emploi met à disposition des internautes une plateforme de services web dénommée «Emploi Store Idées» (ci-après désignée «la plateforme»)

Plus en détail

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé

COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL. Hélène Lebon Avocat Associé COLLECTE ET TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL Hélène Lebon Avocat Associé PROGRAMME Champ d application de la loi I&L Principales obligations imposées par la loi Informatique et libertés Pouvoirs

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES.

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. DQ- Version 1 SSR Saint-Christophe CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. I] INTRODUCTION L emploi des nouvelles technologies nécessite l application

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37 CHAPITRE 3 10-1-1 37 CHAPITRE 3 RÈGLES D UTILISATION ET DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC A. UTILISATION DE LA MARQUE PEFC Les règles d utilisation de la marque PEFC figurent en annexe 16 du présent schéma

Plus en détail

Multimédia : quels droits? pour qui?

Multimédia : quels droits? pour qui? Osez l innovation avec la CCI Atelier Multimédia : quels droits? pour qui? Jeudi 15 octobre 2015 Osez l innovation avec la CCI Atelier Agnès ROBIN Maître de conférences à la Faculté de Droit de Montpellier

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

La protection des données personnelles

La protection des données personnelles La protection des données personnelles Limites légales et moyens de protection Intervenants Delphine PRAMOTTON, Ingénieur, Ernst & Young Philippe WALLAERT, Avocat, Morvilliers Sentenac 22 novembre 2005

Plus en détail

Le consommateur ne dispose pas du droit de renoncer à l'achat.

Le consommateur ne dispose pas du droit de renoncer à l'achat. CONVENTION DE PLACEMENT D ANNONCE Identification des parties D une part, la SPRL JSWR Consulting, inscrite à la Banque Carrefour des Entreprises de Belgique sous le numéro 0846.338.559 et sise à 4260 BRAIVES,

Plus en détail

REQUETE. A Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de LILLE

REQUETE. A Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de LILLE Blandine POIDEVIN Avocat au Barreau de Lille 3 rue Bayard 59000 LILLE : 03.20.21.97.18 03.61.26.58.90 : 03.20.63.22.25 REQUETE A Monsieur le Président du Tribunal de Grande Instance de LILLE Monsieur le

Plus en détail

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

MENTIONS LEGALES. Siège social : SHOM 13 Rue du Chatelier - CS 92 803 29 228 BREST Cedex 2

MENTIONS LEGALES. Siège social : SHOM 13 Rue du Chatelier - CS 92 803 29 228 BREST Cedex 2 MENTIONS LEGALES En vertu de l article 19 de la loi n 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique, les informations suivantes sont portées à la connaissance des utilisateurs :

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE TGI de Montpellier Ordonnance de référé du 28 octobre 2010 Marie C. / Google France et Inc. Source : http://legalis.net/ FAITS ET PROCEDURE Par acte d huissier en date du 27 septembre 2010, Madame Marie

Plus en détail

Mentions légales site internet

Mentions légales site internet Mentions légales site internet 1. Présentation du site et accès 1.1 Présentation En vertu de l article 6 de la loi n 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l économie numérique, il est précisé

Plus en détail

Nettoyage de l E-réputation des entreprises : la suppression de contenus illicites sur internet

Nettoyage de l E-réputation des entreprises : la suppression de contenus illicites sur internet Nettoyage de l E-réputation des entreprises : la suppression de contenus illicites sur internet Article juridique publié le 04/12/2013, vu 1948 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Grâce à Internet, les internautes

Plus en détail

Convention type ENTRE :

Convention type ENTRE : Convention type - d hébergement du site web d une association et/ou - d attribution d une adresse électronique à une association par l Université Paris- Sud ENTRE : L Université Paris-Sud Etablissement

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Les données personnelles (ou nominatives) sont les informations

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

CHARTE WIFI ET INTERNET

CHARTE WIFI ET INTERNET PAVILLON BLANC MÈDIATHÉQUE CENTRE D ART DE COLOMIERS CHARTE WIFI ET INTERNET MISSION : Le Pavillon Blanc Médiathèque Centre d Art de Colomiers a pour mission de permettre à tous ses visiteurs d accéder

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Email de la personne ayant envoyer les renseignements : immominervois@gmail.com Infor

Email de la personne ayant envoyer les renseignements : immominervois@gmail.com Infor Email de la personne ayant envoyer les renseignements : immominervois@gmail.com Infor mations légales 1. Présentation du site. En vertu de l'article 6 de la loi n 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin Publier des photos d élèves sur l internet Publier des photographies d élèves mineurs sur l internet doit toujours se faire avec l accord des parents. Ce document fait le point sur le sujet et fournit

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 septembre 2010. PROPOSITION DE LOI visant à modifier les conditions

Plus en détail

DDN/RSSI. Engagement éthique et déontologique de l'administrateur systèmes, réseaux et de système d'informations

DDN/RSSI. Engagement éthique et déontologique de l'administrateur systèmes, réseaux et de système d'informations DDN/RSSI Engagement éthique et déontologique de l'administrateur systèmes, réseaux et de système d'informations Page 1 10/03/2015 SOMMAIRE. Article I. Définitions...3 Section I.1 Administrateur...3 Section

Plus en détail

Réseaux sociaux et e-reputation Matinale IP&T 10 février 2011

Réseaux sociaux et e-reputation Matinale IP&T 10 février 2011 Réseaux sociaux et e-reputation Matinale IP&T 10 février 2011 Anne-Sophie Lampe, Avocat anne-sophie.lampe@dlapiper.com Protéger sa réputation numérique Comment faire retirer un contenu litigieux publié

Plus en détail

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste

Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au Code de la Poste Au nom du peuple, La chambre des députés ayant adopté. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Titre Premier : Dispositions

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques SÛRETE, SECURITE : Quelques précisions sémantiques SÛRETÉ SÉCURITÉ La signification attribuée aux termes «sûreté» et «sécurité» varie selon les métiers et les cultures professionnelles. Par exemple : La

Plus en détail

Photos et Droit à l image

Photos et Droit à l image Photos et Droit à l image 1) Le droit à l image (photos-vidéos) L atteinte au droit à l image n est pas caractérisée dès lors que la personne photographiée n est pas identifiable et que sa vie privée n

Plus en détail

Les divulgations face à la loi : informer sur les sanctions, peut-on efficacement agir en justice?

Les divulgations face à la loi : informer sur les sanctions, peut-on efficacement agir en justice? Les divulgations face à la loi : informer sur les sanctions, peut-on efficacement agir en justice? Par Diane MULLENEX ICHAY & MULLENEX Avocats 5 rue de Monceau 75008 Paris 1 La divulgation compulsive d

Plus en détail

Mentions légales du site «www.groupama-predict.fr»

Mentions légales du site «www.groupama-predict.fr» Mentions légales du site «www.groupama-predict.fr» L'accès au site «www.groupama-predict.fr», ci-après dénommé le «Site», implique l'acceptation des dispositions détaillées ci-après. Le Site accessible

Plus en détail

Le droit d opposition à être sollicité

Le droit d opposition à être sollicité Le droit d opposition à être sollicité Comment en informer les personnes? Quand leur permettre de l exercer? Etienne Drouard Avocat à la Cour edrouard@morganlewis.com 01 53 30 43 00-06 07 83 33 81 Morgan,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011

Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011 Sécuritédes Applications Web Conférence CLUSIF 15 décembre 2011 Les enjeux réglementaires de la protection des informations en ligne Garance MATHIAS Avocat Dématérialisation des données et informations

Plus en détail

Les règles juridiques applicables à la géolocalisation 20/10/2015

Les règles juridiques applicables à la géolocalisation 20/10/2015 Les règles juridiques applicables à la géolocalisation 20/10/2015 Conditions de licéité du traitement Loyauté et licéité de la collecte Les données doivent être : collectées pour des finalités déterminées,

Plus en détail

Promotion touristique et marketing électronique

Promotion touristique et marketing électronique Décoder le jargon juridique Promotion touristique et marketing électronique L approche juridique Julie TOMAS, Juriste TIC Aquitaine Europe Communication Décoder le jargon juridique I. L achat de mots-clés

Plus en détail

WEB-SÉMINAIRE MOPA. AEC, Cédric Favre Novembre 2014 1

WEB-SÉMINAIRE MOPA. AEC, Cédric Favre Novembre 2014 1 WEB-SÉMINAIRE MOPA AEC, Cédric Favre Novembre 2014 1 UN SITE INTERNET??? LOI N 2004-575 DU 21 JUIN 2004 POUR LA CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE (LOI CEN) Art. 1 er, IV, al. 1 er : «la communication

Plus en détail

Romain Defoy-Dubray Natacha Resnikoff

Romain Defoy-Dubray Natacha Resnikoff Romain Defoy-Dubray Natacha Resnikoff 10:00 11:30 Participatif! 11:30 12:00 Participatif ² Pourquoi gérer son e-réputation? Comment construire son image sur la toile? Conseils en cas de «bad buzz» Pourquoi

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

Charte régissant l usage des technologies de l information et de communication au sein de l Université de Lorraine

Charte régissant l usage des technologies de l information et de communication au sein de l Université de Lorraine Charte régissant l usage des technologies de l information et de communication au sein de l Université de Lorraine La présente charte définit les règles d usages et de sécurité que l Université de Lorraine

Plus en détail

Internet Charte d'utilisation sur le lieu de travail

Internet Charte d'utilisation sur le lieu de travail Internet Charte d'utilisation sur le lieu de travail Ce document permet de préciser les conditions d'utilisation d'internet dans le respect des droits et libertés de chacun Modèle de charte d utilisation

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

L'e-Réputation ou la réputation numérique

L'e-Réputation ou la réputation numérique L'e-Réputation ou la réputation numérique Article juridique publié le 10/02/2010, vu 5185 fois, Auteur : Emilie Boudreaux L E-Réputation La réputation est une notion subjective et aléatoire, elle est soumise

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

CMA Paris, le 19 mars 2015 #Tendances numériques. Intervenant Cabinet d Avocats Cohen-Hadria 248 Bd Raspail 75014 Paris

CMA Paris, le 19 mars 2015 #Tendances numériques. Intervenant Cabinet d Avocats Cohen-Hadria 248 Bd Raspail 75014 Paris LE DROIT DU NUMÉRIQUE AU SERVICE DES ARTISANS Points d attention CMA Paris, le 19 mars 2015 #Tendances numériques Intervenant Cabinet d Avocats Cohen-Hadria 248 Bd Raspail 75014 Paris CONTEXTE Actualité

Plus en détail

Droit du commerce électronique

Droit du commerce électronique Droit du commerce électronique Auteur(s) : Céline Castets-Renard Présentation(s) : Maître de conférences de droit privé, HDR, Université de Toulouse I CapitoleCo-directrice du Master 2 Droit et informatique

Plus en détail

Accès au site. Droits de propriété intellectuelle. Titularité des droits

Accès au site. Droits de propriété intellectuelle. Titularité des droits Le présent site accessible à l adresse http://www.aideauxfamilles.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de l association pour l aide aux familles. Il est édité par l association pour l aide aux familles,

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

Réglement intérieur. Supélec Rézo

Réglement intérieur. Supélec Rézo Réglement intérieur Supélec Rézo Préambule L association Supélec Rézo est une association régie par la loi du premier juillet 1901. Selon ses statuts, cette association a pour but : de gérer, animer et

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION du service «KIDOLIA»

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION du service «KIDOLIA» CONDITIONS GENERALES D UTILISATION du service «KIDOLIA» Dernière date de mise à jour des présentes Conditions Générales d Utilisation : 01/11/2015 Les présentes conditions générales d utilisation (ci-après

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION PAR LES RESIDENTS DES MOYENS ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE LA C.i.u.P

CHARTE D UTILISATION PAR LES RESIDENTS DES MOYENS ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE LA C.i.u.P CHARTE D UTILISATION PAR LES RESIDENTS DES MOYENS ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE LA C.i.u.P «L informatique doit être au service de chaque citoyen. Elle ne doit porter atteinte, ni à l identité humaine,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction des professions paramédicales Et des personnels hospitaliers

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

Les droits et devoirs des chefs d établissement

Les droits et devoirs des chefs d établissement Les droits et devoirs des chefs d établissement MODULE 1 Éléments de droit pénal général 1 re partie Cadre juridique et modalités d intervention du chef d établissement 2 e partie ÉLÉMENTS DE DROIT PÉNAL

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Revue d actualité juridique de la sécurité du Système d information

Revue d actualité juridique de la sécurité du Système d information Revue d actualité juridique de la sécurité du Système d information Me Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 16 mars 2011 THÈMES ABORDÉS : 1. Cloud computing : les limites juridiques de l

Plus en détail

2.3 Conditions d utilisation

2.3 Conditions d utilisation Conditions Générales d Utilisation de Paris fournisseurs, portail fournisseurs de la collectivité parisienne. En date du 15/05/2013, les présentes conditions générales du portail Paris fournisseurs ont

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Guide juridique de l'e-commerce et de l'e-marketing

Guide juridique de l'e-commerce et de l'e-marketing Choisir un nom de domaine et une marque 1. Introduction 13 2. Définitions et notions juridiques 14 2.1 Le nom de domaine 14 2.1.1 Qu est-ce qu un nom de domaine? 14 2.1.2 Un nom de domaine, pour quoi faire?

Plus en détail

La responsabilité des directeurs d unité

La responsabilité des directeurs d unité 9 mai 2012 - Journée des administrateurs et responsables des laboratoires de l INSIS La responsabilité des directeurs d unité Direction des affaires juridiques CNRS/DAJ/MF l 9 mai 2012 Journée INSIS P.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

GUIDE DU BON USAGE DES BLOGS SCOLAIRES

GUIDE DU BON USAGE DES BLOGS SCOLAIRES LES INFORMATIONS OBLIGATOIRES GUIDE DU BON USAGE DES BLOGS SCOLAIRES Considéré légalement comme un «service de communication au public en ligne», le site Web doit obligatoirement afficher des informations

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Le Code de la propriété intellectuelle doit prochainement être modifié par un décret dont la publication et l entrée

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de l Espace adhérent

Conditions Générales d Utilisation de l Espace adhérent Conditions Générales d Utilisation de l Espace adhérent Préambule L Espace Adhérent est un service offert par la Mutuelle du Ministère de la Justice (MMJ), Mutuelle régie par les dispositions du Livre

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE Article 1 Parties contractantes Le présent site internet (ci-après dénommé «le Site») et les services qui y sont proposés (ci-après dénommés «les Services»)

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE ARTICLE I - Objet...2 ARTICLE II - Etendue de la Sous-licence...3 ARTICLE III - Territoires concédés...3 ARTICLE IV - Conditions d accès...3

Plus en détail

Informations légales et définitions

Informations légales et définitions Le présent document a pour objet de définir les modalités et conditions dans lesquelles d une part, Talentis, ci-après dénommé l EDITEUR, met à la disposition de ses utilisateurs le site, et les services

Plus en détail