L épuration par boues activées. Journée technique Clermont Ferrand - 8 juin

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L épuration par boues activées. Journée technique Clermont Ferrand - 8 juin 2010 -"

Transcription

1 L épuration par boues activées Journée technique Clermont Ferrand - 8 juin

2 L étude technico-économique SCOT Réflexion intercommunale SAGE SDAGE DCE PLU - Carte communale Programme de mesures Projet structurant dans les domaine de l eau potable et de l assainissement Développement urbain et économique du territoire Choix des filières Milieu: qualité et quantité Mesures milieux Évolution climatique Proposition de différents scénarios Document guide pour la réalisation des études Analyse technico-économiques des scénarios et l établissement des bases du dossier Projet de consultation retenu des entreprises (DCE) 15

3 Principe de la filière Synoptique d'une boue activée Bassin d'aération Clarificateur Recirculation Boues en excès Concentrateur Stockeur Mettre en place une microfaune bactérienne en culture libre (boues activées) qui en présence d air va transformer la pollution reçue en boues Domaine d application recommandé : > 500 Eq.habitants

4 Configuration classique Copyright Xavier Mignant / Ville de Quimper et Quimper Communauté

5 Aptitudes de la filière et coûts Avantages Inconvénients Coûts Très bonne qualité de traitement sur le carbone et l azote Adaptation aisée au traitement du phosphore Filière adaptée aux charges organiques importantes et aux effluents concentrés Adaptation aux variations de charge Emprise foncière limitée Coûts de fonctionnement élevés (coûts d investissement élevés à relativiser avec les autres filières) Exploitation rigoureuse nécessaire Production de boues relativement importante Dysfonctionnements possibles dus à des pannes Faible rendement bactériologique ( 10 5 à en E.coli au rejet ) mais traitement complémentaire possible par UV notamment (10 3 voire 10 2 ) Technique plus sujette au problème d intégration environnementale (matériaux, bruits, ) Investissement : 450 à 550 H.T./ Eq.Hab (1000 à 2000 Eq.Hab) (suivant filières boues et contraintes particulières) (hors frais divers et coûts de maîtrise d œuvre) Fonctionnement : 25 à 30 HT/ Eq.Hab/an (renouvellement des équipements compris )

6 Performances épuratoires Résultats moyens obtenus sur un échantillon d installations de capacités comprises entre 800 Eq.Hab et 2000 Eq.Hab et chargées organiquement entre 30 et 80% de leur capacité nominale DBO5 DCO MES NTK NGL Pt Concentrations au rejet (mg/l) 5 (10) 50 (50) 9 (10) 5 (10) 7 (15) 2* Rendements épuratoires (%) * * Pour les installations équipées d une unité de déphosphatation ( ) Performances épuratoires attendues

7 Des bases de dimensionnement à respecter Etage biologique Pour des tailles de stations inférieures à 2000 Eq.habitants, le choix économique du type d aération se portera de préférence sur des aérateurs de surface (turbines, ) dont la maintenance apparait par ailleurs plus aisée. Charge volumique : kg DBO 5 /m 3 /jour kg DBO 5 /m 3 /jour si pointe de pollution marquée l été (température plus favorable) Charge massique : 0.1 kg DBO 5 /kg MVS/jour Temps d aération : 12 à 13 h/jour pour garantir de bonnes conditions de dénitrification dans le bassin d aération Zone d anoxie non nécessaire même pour des normes azote sévères ( économie d énergie non négligeable) 40 w/m 3 avec turbines

8 Des bases de dimensionnement à respecter Etage secondaire 0.6 m/h en vitesse ascensionnelle sur le clarificateur (sur débit de pointe) quel que soit l objectif bactériologique recherché Recirculation de 100 à 150 % du débit de pointe horaire ou 200 % du débit moyen diurne

9

10 Une conception d ouvrage à maîtriser Mise en place de brasseur immergé non nécessaire

11 l Une conception d ouvrage à maîtriser REGARD DE DÉGAZAGE - Type 1a (avec turbine) COUPE A-A P.E. 0,20 0,40 0,30 Bassin d'aération P.E. 0,05 DÉTAIL DU DÉVERSOIR Pente à 30 P.E. Désersoir du bassin d'aération 0,25 Fond du bassin d'aération 0,30 P.E. Canal d'approche Déversoir du bassin d'aération 1ml. pour 40 m 3 /h (Qp) 1,00 Regard de dégazage 1m² pour 60 m 3 /h (Qp) Cloison siphoïde 0,40 Fond en trémie à 45 Correctement conçu, le regard de dégazage atténue notablement la formation d écumes sur les clarificateurs et contribue indéniablement à améliorer la qualité de l eau épurée en limitant sa teneur en MES VUE DE DESSUS Déversoir A A L/l = 1,5 à 2 P.E. : Plan d'eau statique Qp = débit de pointe horaire de la station hors recirculation L

12 Ouvrage de dégazage Canal d approche vers regard de dégazage Pente à 30 sous le plan d eau statique

13 Une conception d ouvrage à maîtriser Alimentation en diffusion horizontale proche de la surface (jupe de répartition immergée à 0.7 m et déflecteur de diffusion) Forte profondeur (3 m en périphérie) Radier avec pente à 20% et défaut de planéité de + ou 5 mm Racle de fond en 1 seul élément suspendu Vitesse du pont : 1 tour en moins de 30mn Testé sans dégradation de la qualité du rejet à 1 m/h de vitesse ascensionnelle et validé après modélisation mathématique par ANJOU RECHERCHE Mise en place de bassin tampon non nécessaire (peut être prévue en phasage ultérieur)

14 Clarificateur - type SEA 29

15

16 Un pilotage du fonctionnement à optimiser Asservissement du fonctionnement de la recirculation aux volumes réellement reçus sur l installation : STATION D EPURATION DE Automatisme de recirculation Le débit de recirculation sera asservi au débit entrant. Toutes les heures, l automate fait le point sur le volume entrant totalisé (VE) de la dernière heure. Si «n» est le taux de recirculation (n = coefficient paramétrable de 1,0 à 3,0), le volume de boues à recirculer devra être égal à VR = n x VE. Marche (2) P1 ou P2 (1) Arrêt (2) Si VR < 5 m 3 (2) 3 mn 12 mn Si 5 m 3 < VR < 10 m 3 (2) 4 mn 11 mn Si 10 m 3 < VR < 15 m 3 (2) 6 mn 9 mn Si 15 m 3 < VR < 20 m 3 (2) 8 mn 7 mn Si VR > 20 m 3 (2) 60 mn 0 (1) Une seule pompe de recirculation assure la totalité des besoins (débit unitaire des pompes = 40* m 3 /h) (2) Paramétrable * Valeur à confirmer après contrôle Un automatisme de sécurité sera à prévoir en cas de dysfonctionnement du débitmètre : Renvoi d alarme en cas de non fonctionnement des pompes de recirculation pendant un temps «t» (paramétrable) et en cas d absence de signal en provenance du débitmètre, avec basculement en cadence durée (horloge horaire préprogrammée).

17 Le cas des boues activées à membranes Principe de la filière : FILIERE DE TRAITEMENT PAR REACTEURS BIOLOGIQUES A MEMBRANES Station d'épuration LE GUILVINEC Modules de membranes plaques Bassin d'aération Bassin à membranes Modules de membranes fibres Milieu récepteur Circuit de l'effluent Boues recirculées NOM DE Dessin3 FICHIER : 28 jui, 2007 Domaine d application recommandé : > 1000 Eq.habitants

18 Le cas des boues activées à membranes Avantages Très bonne qualité de traitement garantie en toutes situations Mise en œuvre possible dans une enceinte confinée Désinfection poussée valeur 10 2 en E.coli possible au rejet Compacité Modularité Réhabilitation possible de filière classique Inconvénients Coûts d investissement et de fonctionnement élevés Adaptation délicate aux variations importantes de volumes à traiter (Bassin tampon) Dysfonctionnements possibles dus à des pannes Exploitation rigoureuse nécessaire ( maintenance plus importante que pour une filière classique) Production de boues relativement importante Technique plus sujette au problème de l intégration environnementale des matériaux (fabrication, recyclage membranes, ) Coûts Investissement : Surcoût de 0% à + 10% par rapport au coût d une filière boues activées classique (hors frais divers et coûts de maîtrise d œuvre) Fonctionnement : Mise en œuvre récente des unités ( mais charge 10% à 20% plus élevée que sur une filière classique : consommation d énergie supérieure d environ + 20%)

19 Le cas des boues activées à membranes Performances épuratoires Résultats moyens obtenus sur une installation de 1800 Eq.Hab chargée organiquement entre 20 et 50% de sa capacité nominale ( variation saisonnière ) DBO5 DCO MES NTK NGL Pt Concentrations au rejet (mg/l) 3 (5) 30 (40) 3 (5) 4 (10) 9 (15) 1* Rendements épuratoires (%) * Les résultats de suivi bactériologique indiquent des valeurs inférieures à 100 E. coli/100ml * Pour les installations équipées d une unité de déphosphatation ( ) Performances épuratoires attendues

20 Le cas des boues activées à membranes Points limitants de la filière membranaire : Aspect hydraulique : Nécessité d une grande rigueur dans le dimensionnement du bassin tampon et de la surface de membranes. La capacité hydraulique des membranes reste limitée à une augmentation temporaire du débit traversier nominal. Attention à ne pas perdre le bénéfice du traitement mis en œuvre par d éventuels débordements du bassin tampon. Avantage à la filière classique qui, sous réserve d une mise en œuvre correcte, est en mesure d accepter sans désordre, 24h sur 24h, les variations de volumes d eaux brutes.

21 Le cas des boues activées à membranes Points limitants de la filière membranaire : Elimination de l azote : la maitrise d un bon bilan sur l azote global s avère plus délicate sur la filière membranaire que sur la filière classique du fait de l air de balayage nécessaire pour le décolmatage des membranes. Conditions de dénitrification rendues difficiles justifiant souvent une zone d anoxie mais tendance à maintenir la charge volumique du bassin d aération sur des bases de dimensionnement plus proches de celles des filières classiques ( Cv de l ordre de 0.4 à 0.5 kg DBO 5 /m 3 /jour actuellement pour 0.8 à 1 kg DBO 5 /m 3 /jour sur les premiers projets)

22 Le cas des boues activées à membranes CONCLUSION Si la technique membranaire se justifie dès lors que des normes très sévères sont imposées, notamment sur le plan bactériologique, il convient de préciser que le traitement par boues activées ne doit pas être considéré comme une filière au rabais. En effet, lorsqu elle est bien dimensionnée et correctement conçue, elle offre des performances très voisines sur le plan physicochimique et autorise la mise en place d un traitement tertiaire de désinfection si besoin est.

23 Pour en savoir plus.. Le guide pour la réalisation des études technico-économiques : ( voir «Les publications» ) Les fiches techniques du SEA : Merci de votre attention

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

Commune de Saint Chamond. 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement

Commune de Saint Chamond. 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement Commune de Saint Chamond 7.1.2 Annexes sanitaires Assainissement 1 Le service assainissement collectif concerne la collecte des eaux usées et pluviales de la commune de SAINT CHAMOND et la dépollution

Plus en détail

Aquameris AQ2. Microstation MONOCUVE 3 EN 1. Robustesse Simplicité Efficacité. à culture fixée. agrément ministériel 2014-020

Aquameris AQ2. Microstation MONOCUVE 3 EN 1. Robustesse Simplicité Efficacité. à culture fixée. agrément ministériel 2014-020 Microstation à culture fixée Aquameris AQ2 MONOCUVE 3 EN 1 agrément ministériel 2014-020 Conforme à l arrêté ANC du 7 septembre 2009 modifié Robustesse Simplicité Efficacité CARACTÉRISTIQUES Performances

Plus en détail

Boues activées : dépenses énergétiques, comment les réduire?

Boues activées : dépenses énergétiques, comment les réduire? Boues activées : dépenses énergétiques, comment les réduire? Jeudi 11 juillet 2013 CIS de Besançon Stéphanie LARDET Chargée de missions Environnement ASCOMADE www.ascomade.org STEP de MONTREUX-CHATEAU

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Les rencontres de l Agence de l eau Clermont Ferrand 10 janvier 2012. TECHNIQUES D EPURATION Dispositifs agréés Abdel LAKEL, CSTB

Les rencontres de l Agence de l eau Clermont Ferrand 10 janvier 2012. TECHNIQUES D EPURATION Dispositifs agréés Abdel LAKEL, CSTB Les rencontres de l Agence de l eau Clermont Ferrand 10 janvier 2012 TECHNIQUES D EPURATION Dispositifs agréés Abdel LAKEL, CSTB 1 Dispositifs agréés Typologie et principe Procédés à écoulement saturé

Plus en détail

Valorisation des données d autosurveillance

Valorisation des données d autosurveillance Valorisation des données d autosurveillance Utilisation des données pour définir des priorités d action 1 Quelle valorisation des données? Des besoins multiples Environnementaux :» connaître les déversements

Plus en détail

Une épuration choisie

Une épuration choisie ETAT DES LIEUX EN LOIR ET CHER Dans l état actuel des choses, le département dispose de 216 unités d épuration qui assurent le traitement total ou partiel de 212 communes sur les 290 que comporte le département.

Plus en détail

Brochure produit. Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées.

Brochure produit. Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées. Brochure produit Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées. 2 Traitement innovant des eaux usées Optimisation des performances de traitement grâce aux technologies innovantes Wilo. Les exploitants

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011

Assainissement des campings. - 11 janvier 2011 Assainissement des campings - 11 janvier 2011 Etat des lieux de l assainissement non collectif (ANC) en Finistère Caractéristiques des eaux usées des campings Contexte et cadre réglementaire Les chiffres

Plus en détail

Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir»

Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir» Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir» La gestion future : dispositifs en expérimentation Plateforme technologique PFT GH 2 0 4 ème Semaine de l eau - Journée Technique

Plus en détail

Le SATESE 37 n étant pas assujetti à TVA, nos prix s entendent nets de toutes taxes. SATESE 37 Tarifs 2014 Comité syndical du 9 décembre 2013

Le SATESE 37 n étant pas assujetti à TVA, nos prix s entendent nets de toutes taxes. SATESE 37 Tarifs 2014 Comité syndical du 9 décembre 2013 T A R I F S 2 0 1 4 Contribution des membres Communes Etablissement Public de Coopération Intercommunale une compétence déléguée : tarif de base/habitant deux compétences déléguées : tarif de base/habitant

Plus en détail

Le rejet des eaux usées

Le rejet des eaux usées 13 Eaux usées, contexte légal et réglementaire Les eaux usées, si elles étaient rejetées dans le milieu sans traitement, pollueraient gravement l environnement et la ressource en eau. En effet, certaines

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE

COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE COMMUNAUTE DE COMMUNES ARNON BOISCHAUT CHER PRIX & QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT COLLECTIF EN REGIE RAPPORT ANNUEL 2012 Page 2 RAPPORT 2012 Caractérisation technique du service Organisation administrative

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION INDIVIDUELLE EN RÉGION WALLONNE

DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION INDIVIDUELLE EN RÉGION WALLONNE DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION INDIVIDUELLE EN RÉGION WALLONNE Michel LEJEUNE Président Comité d experts chargés de l examen des demandes d agrément de SEI Agrément wallon depuis 2001 du système

Plus en détail

L assainissement des petites collectivités rurales. Enjeux et perspectives

L assainissement des petites collectivités rurales. Enjeux et perspectives l'eau L assainissement des petites collectivités rurales Enjeux et perspectives Plan Diagnostic du parc de STEP en Isère STEP de moins de 2 000 Eh : état des lieux Besoins et spécificités de l assainissement

Plus en détail

Le groupe de travail EPNAC

Le groupe de travail EPNAC Le groupe de travail EPNAC sur l Evaluation des Procédés Nouveaux d Assainissement des petites et moyennes Collectivités Léa Mercoiret Rencontres de l eau Loire-Bretagne 8 juin 2010 Plan Contexte Fonctionnement

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013 DEPARTEMENT DE LA DRÔME DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT SERVICE GESTION DE L EAU Cellule d Assistance Technique ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

1 Assainissement collectif

1 Assainissement collectif 1 Assainissement collectif 1.1 Caractéristiques générales La commune adhère au syndicat intercommunal du bassin de L Arbresle (SIABA) pour le service d assainissement collectif. Elle lui délègue les compétences

Plus en détail

Cas des stations touristiques hivernales de montagne. Jean-Pierre CANLER Jean-Marc PERRET Jean-Marc CHOUBERT. Document technique.

Cas des stations touristiques hivernales de montagne. Jean-Pierre CANLER Jean-Marc PERRET Jean-Marc CHOUBERT. Document technique. Document technique FNDAE n 34 Fonds national pour le développement des adductions d eau Le traitement du carbone et de l azote pour des stations d épuration de type boue activée confrontées à des fortes

Plus en détail

solutions globales de traitement des eaux usées Quelques références

solutions globales de traitement des eaux usées Quelques références solutions globales de traitement des eaux usées Quelques références Société des EAUX DE VOLVIC (63) job N 5-01-16 job N 5-08-11 Procédé biologique BOMS Biomass On Mobile Support* Type d ef nt : les eaux

Plus en détail

Rapport annuel. S.I.R.G.E.A Syndicat Intercommunal de la Région de Guénange pour l Eau et l Assainissement

Rapport annuel. S.I.R.G.E.A Syndicat Intercommunal de la Région de Guénange pour l Eau et l Assainissement Rapport annuel S.I.R.G.E.A Syndicat Intercommunal de la Région de Guénange pour l Eau et l Assainissement ANNEE 2014 contexte du service contexte du service public de l'assainissement Le présent rapport

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif séminaire assainissement des eaux usées domestiques Assainissement Non Collectif Jacques LESAVRE lesavre.jacques@aesn..fr L assainissement non collectif (ANC): pourquoi? Directive européenne (91/271) du

Plus en détail

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux)

Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Etude lixiviats AEAG (enquête pour l'étude des rejets) Questionnaire ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) Ce document a été établi à l attention des exploitants faisant l objet de

Plus en détail

Rapport annuel. Commune de Sisteron

Rapport annuel. Commune de Sisteron Rapport relatif au prix et à la qualité du service public d assainissement collectif pour l'exercice 2011 présenté conformément à l article L.2224-5 du code général des collectivités territoriales. Sommaire

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Avis relatif à l agrément de dispositifs de traitement des eaux usées domestiques et fiches techniques correspondantes

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT

SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT SERVICE DE L'ASSAINISSEMENT RAPPORT ANNUEL 2013 I - CARACTERISATION TECHNIQUE du SERVICE 1) Présentation du territoire desservi La Commune de Noirétable assure elle-même la gestion de ce service en régie

Plus en détail

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre.

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. Contexte / Objectifs La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. A titre d exemple, pour compenser les émissions

Plus en détail

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales Version du 22/04/2009 SOMMAIRE I OBJET ET DONNEES DE BASE... 3 A. OBJET... 3 B. DONNEES DE BASES... 3 II DESCRIPTIF... 6 Saint Dizier

Plus en détail

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative VRM Membrane rotative d ultrafiltration Membranes plaques pour le traitement des eaux La solution du futur conçue pour répondre aux

Plus en détail

Traitement des micropolluants: aspects technique

Traitement des micropolluants: aspects technique Traitement des micropolluants: aspects technique Mise en œuvre des filières de traitement des micropolluants Didier Rubin Les filières de traitement Filières principales en eaux usées communales Ozonation

Plus en détail

BIOROCK. La solution d Assainissement Non Collectif

BIOROCK. La solution d Assainissement Non Collectif BIOROCK La solution d Assainissement Non Collectif Programme 1. 2. 3. 4. 5. 6. Introduction BIOROCK Système d épuration de BIOROCK Capacité des unités BIOROCK Avantages des unités BIOROCK Certifications

Plus en détail

Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service public de l assainissement collectif. Exercice 2014

Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service public de l assainissement collectif. Exercice 2014 Envoyé en préfecture le 09/12/2015 Reçu en préfecture le 10/12/2015 Affiché le ID : 029-212900021-20151203-2015066-DE Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service public de l assainissement collectif

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL PRIX ET QUALITE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF

RAPPORT ANNUEL PRIX ET QUALITE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF L union de Coteba et Sogreah Coteba & Sogreah, same team, enhanced expertise COMMUNE DE CLOHARS-CARNOET PRIX ET QUALITE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF EXERCICE 2012 Rapport annuel relatif

Plus en détail

Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE DE SAINT-FÉLIU-D'AVALL

Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE DE SAINT-FÉLIU-D'AVALL Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE DE SAINT-FÉLIU-D'AVALL Caractéristiques techniques du service d'eau potable Le service

Plus en détail

BOUES ACTIVEES DECANTATION SEPAREE

BOUES ACTIVEES DECANTATION SEPAREE BA BOUES ACTIVEES DECANTATION SEPAREE FICHE 5 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé > 500 EH 60 Observé > 1000 EH 60 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE Dégradation aérobie de la pollution

Plus en détail

Communes de Couffouleux et Rabastens/Tarn

Communes de Couffouleux et Rabastens/Tarn Département du Tarn Communes de Couffouleux et Rabastens/Tarn ETUDE DIAGNOSTIC RESEAU ET STEP ASSAINISSEMENT ETUDE PREALABLE PHASE N 2 RAPPORT DEFINITIF Alimentation en eau potable - Assainissement - Eaux

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF

TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF LES TECHNIQUES ADAPTEES AU PETIT COLLECTIF Les prétraitements Les stations compactes type boues activées Les filtres plantés de roseaux Les filtres à sable Les disques biologiques Les filtres à tourbe

Plus en détail

ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME

ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME ASSAINISSEMENT PLAN LOCAL D URBANISME I SITUATION ADMINISTRATIVE La station d épuration et les réseaux d assainissement de la Ville de MEAUX appartiennent à la ville et sont exploités en régie communale

Plus en détail

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX SMART WATER NETWORKS LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX Les défis posés au gestionnaire du système d assainissement La sécurité des biens et des personnes Anticiper et limiter les risques de débordements

Plus en détail

RAPPORT 2013 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT

RAPPORT 2013 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT RAPPORT 2013 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ASSAINISSEMENT 1 2 Sommaire I - PRESENTATION DU SERVICE I 1 ) Territoire géographique I 2 ) Moyens humains I 3 ) Mode de fonctionnement I 4 ) Assainissement

Plus en détail

Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE D'OPOUL-PÉRILLOS

Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE D'OPOUL-PÉRILLOS Rapport Annuel 2014 sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE D'OPOUL-PÉRILLOS Caractéristiques techniques du service d'eau potable Le service d'eau

Plus en détail

micro-station d épuration à boues activées

micro-station d épuration à boues activées Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement des transports durable, et du développement logement du l écologie, de Ministère micro-station d épuration à boues activées

Plus en détail

Les zones de dissipation végétalisées. Direction de l Eau et de l Environnement S.A.T.E.S.E.

Les zones de dissipation végétalisées. Direction de l Eau et de l Environnement S.A.T.E.S.E. Les zones de dissipation végétalisées Direction de l Eau et de l Environnement S.A.T.E.S.E. Philosophie et Objectifs Direction de l Eau et de l Environnement S.A.T.E.S.E. Les zones de dissipation végétalisées

Plus en détail

RAPPORT PRELIMINAIRE D ETUDE sur la lagune de Baraqueville (Aveyron) Rédigé par Olivier Marvallin

RAPPORT PRELIMINAIRE D ETUDE sur la lagune de Baraqueville (Aveyron) Rédigé par Olivier Marvallin Société Aquapure Pradines 12160 BARAQUEVILLE RAPPORT PRELIMINAIRE D ETUDE sur la lagune de Baraqueville (Aveyron) Rédigé par Olivier Marvallin Réhabilitation d une lagune naturelle. Fax : 0033.387.88.18.59

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue

Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue Colloque sur la gestion de l eau en Abitibi-Témiscamingue Samedi le 17 janvier 2004 Problématique de l évacuation et du traitement des eaux usées des résidences isolées en Abitibi-Témiscamingue Annie Bérubé

Plus en détail

BOUES ACTIVEES PAR TRAITEMENT SEQUENTIEL COMBINE

BOUES ACTIVEES PAR TRAITEMENT SEQUENTIEL COMBINE SBR BOUES ACTIVEES PAR TRAITEMENT SEQUENTIEL COMBINE FICHE 6 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé > 200 EH 50 Observé > 500 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE Technique d'épuration

Plus en détail

ACCESSIBILITE A LA PARCELLE

ACCESSIBILITE A LA PARCELLE Diagnostic de l installation existante d assainissement non collectif conformément Diagnostic à l arrêté de l installation du 27 avril 2012 existante relatif aux modalités de contrôles d assainissement

Plus en détail

Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration

Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration Dimensionnement GTZ-MNE Gérard PROVIN 2007 Capacité de production Capacité Nominale 3000 t/jour de Tomates Fraîches Durée

Plus en détail

Vous pouvez trouver de l aide à la rédaction du rapport sur le site. http://www.eaudanslaville.fr/

Vous pouvez trouver de l aide à la rédaction du rapport sur le site. http://www.eaudanslaville.fr/ SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT COLLECTIF Rapport relatif au Prix et à la Qualité du Service Public d assainissement collectif pour l exercice 2009 présenté conformément à l article L.2224-5 du Code Général

Plus en détail

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

AUTOSURVEILLANCE STEP

AUTOSURVEILLANCE STEP DOSSIER 13-153 Novembre 2013 AUTOSURVEILLANCE STEP Commune de SAINT-GERMAIN-LE-CHÂTELET (90) Campagne d Octobre 2013 Code station : 060990091001 Ce dossier a été réalisé par : Sciences Environnement Agence

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Une technologie parfaitement maîtrisée

Une technologie parfaitement maîtrisée Une technologie parfaitement maîtrisée Le procédé Prolix est l aboutissement d un retour d expérience de 10 ans sur le traitement des lixiviats de décharge. La synergie de l ensemble des procédés unitaires

Plus en détail

Mini-station d épuration individuelle KLARO

Mini-station d épuration individuelle KLARO CANPLAST SA est spécialisé dans la fourniture de canalisations, pièces, chambres de visite et autres ouvrages spéciaux en matière d assainissement et d'évacuation des eaux. Depuis 1992, son département

Plus en détail

Alimentation en eau potable et assainissement

Alimentation en eau potable et assainissement Qualité et cadre de vie Environnement Alimentation en eau potable et assainissement Alimentation en eau potable : Cf : tableau page suivante Assainissement Cf : tableau page suivante Contact Les dossiers

Plus en détail

Schéma d une station d épuration

Schéma d une station d épuration Schéma d une station d épuration 14 2 11 1 9 1 Relevage - dégrillage 2 Dessableur - déshuileur 3 Réacteur biologique 4 Clarificateur 5 Cuve à eau de service 6 Cave à boues 7 Dégazeur 6 7 8 4 Toutes nos

Plus en détail

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés

Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture. Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Développement de procédés de recyclage du phosphore sous une forme valorisable en agriculture Les enjeux du recyclage à partir d effluents chargés Contexte et objectif Recycler le P comme engrais phosphaté

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT DU DISPOSITIF DE SUIVI REGULIER DES REJETS INDUSTRIELS Raison sociale :... Commune, code postal :... Version numérique du rapport remise en version : CD DVD Clé USB Mail à

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES FICHE D INFORMATION TECHNIQUE BIONEST MD

NOUVELLES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES FICHE D INFORMATION TECHNIQUE BIONEST MD NOUVELLES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES FICHE D INFORMATION TECHNIQUE BIONEST MD Domaines d application : Fiche de niveau : Communautaire, commercial et institutionnel Standard Juin 2005 Révision

Plus en détail

Réunion SPANC SAGE du Boulonnais. 4 décembre 2014 Communauté d Agglomération du Boulonnais

Réunion SPANC SAGE du Boulonnais. 4 décembre 2014 Communauté d Agglomération du Boulonnais Réunion SPANC SAGE du Boulonnais 4 décembre 2014 Communauté d Agglomération du Boulonnais Ordre du jour Problématique ANC sur le territoire Présentation du fonctionnement des SPANC, nouvelle règlementation

Plus en détail

Bioréacteur à membrane

Bioréacteur à membrane Bioréacteur à membrane Une qualité exceptionnelle de rejet L effluent produit par Ecoprocess TM MBR satisfait les exigences de qualité les plus strictes en matière de rejet, incluant la désinfection, la

Plus en détail

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement.

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement. Département de l ISERE SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE Commune de PISIEU Etude des possibilités d assainissement collectif / non collectif Octobre 2005 Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement,

Plus en détail

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3)

L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3) L ÉPURATION DES EAUX USÉES RÉSIDENTIELLES : Les dispositifs d épuration des eaux usées (no 3) Agenda de présentation 1. La fosse septique et ses accessoires 2. Les éléments épurateurs (classique, modifié,

Plus en détail

Filtres à Coco pour le petit collectif - Premier Tech

Filtres à Coco pour le petit collectif - Premier Tech Partenariat 2013-2015 - Domaine eau et aménagements urbains Action 40-2 «Evaluation des procédés nouveaux d assainissement Conception et exploitation des stations de traitement des eaux usées des petites

Plus en détail

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Elodie BRELOT Directeur du GRAIE Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures

Plus en détail

Texte du Projet de loi

Texte du Projet de loi Projet de loi autorisant le Gouvernement à participer au financement des travaux d'agrandissement et de modernisation de la station d'épuration d'esch/schifflange par dépassement du montant fixé par la

Plus en détail

PROCEDE MIXTE D EPURATION. Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet

PROCEDE MIXTE D EPURATION. Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet PROCEDE MIXTE D EPURATION Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet L OPERATION Les objectifs augmenter les capacités hydraulique et organique de traitement du système d assainissement

Plus en détail

Ecoprocess. Ecoprocess. Ecoprocess MBBR. Ecoprocess SBR. Ecoprocess ASSAINISSEMENT POUR LES PETITES COLLECTIVITES ET ENTREPRISES

Ecoprocess. Ecoprocess. Ecoprocess MBBR. Ecoprocess SBR. Ecoprocess ASSAINISSEMENT POUR LES PETITES COLLECTIVITES ET ENTREPRISES DES SOLUTIONS PARFAITEMENT ADAPTÉES À VOS BESOINS PERFORMANTES, FIABLES ET ÉCONOMIQUES DE 21 À 200 EH Filtre Coco DE 51 À 300 EH MBBR DE 51 À 300 EH Cultures Fixées DE 150 À 1 000 EH SBR Filtre Coco OPTEZ

Plus en détail

Etude de cas : Mesure du coefficient de transfert d oxygène (k L a) en stations d épuration à boues activées

Etude de cas : Mesure du coefficient de transfert d oxygène (k L a) en stations d épuration à boues activées Etude de cas : Mesure du coefficient de transfert d oxygène (k L a) en stations d épuration à boues activées Sylvie Gillot - Cemagref DEA STE - Module TC. 2 - Mesure et Environnement 25 novembre 2003 Station

Plus en détail

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels

Réunion Information- Formation. À l attention des professionnels Réunion Information- Formation À l attention des professionnels A.N.C. Assainissement Non Collectif Par >, on désigne: tout système d'assainissement effectuant la collecte,

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5 LES EFFLUENTS Code de la Santé Publique L1331-10 Code de l Environnement R214-1 et suivants Arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des eaux usées des agglomérations

Plus en détail

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF?

COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? COMMENT LES EAUX USEES SONT-ELLES TRAITEES DANS UN ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF? I LA POLLUTION QUE NOUS PRODUISONS ET SON IMPACT SUR LE MILIEU NATUREL Pollution = Introduction d éléments extérieurs non

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

Différentes techniques d épuration

Différentes techniques d épuration Différentes techniques d épuration Le lagunage naturel Les caractéristiques de cette technique sont tirées du document technique FNDAE n 22, Filières d épuration adaptées aux petites collectivités, Ministère

Plus en détail

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution POLLUTEC Lyon, le 1 er décembre 2010 Plan de la présentation Présentation du syndicat ISGH Pollution des eaux pluviales

Plus en détail

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ASSAINISSEMENT

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ASSAINISSEMENT ANNEXE du PLU Gestion de l eau ASSAINISSEMENT 1. CONTEXTE La prise en compte de la loi sur l eau n 92-3 du 3 janvier 1992, modifiée en 1995, imposait d assurer la cohérence des démarches eau et urbanisme

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. une démarche écologique. Fourniture gratuite de compost issu des boues de la station d épuration de Carpentras

DOSSIER DE PRESSE. une démarche écologique. Fourniture gratuite de compost issu des boues de la station d épuration de Carpentras Fourniture gratuite de compost issu des boues de la station d épuration de Carpentras DOSSIER DE PRESSE 25 AVRIL 2014 Le compost issu des boues de la station d épuration Marignane de Carpentras est offert

Plus en détail

Systèmes d épuration de petites tailles. Présentation

Systèmes d épuration de petites tailles. Présentation Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux Asbl EPUVALEAU Avenue de la Faculté d'agronomie, 2-5030 Gembloux, Belgique Directeur : Dimitri Xanthoulis Tél. / Fax : + 32 81 62 21 95 E-mail

Plus en détail

LES PRIMES DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE années 2013 à 2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES

LES PRIMES DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE années 2013 à 2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES Les modalités d attribution des primes 2013 à 2018 sont définies par la délibération modifiée n 2012-25 du 25 octobre 2012 du conseil d administration de l agence

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL Bureau d Etudes TEST INGENIERIE 14, rue Gambetta 77 400 THORIGNY Tél. : 01.60 07 07 07 www.testingenierie.fr

Plus en détail

PRIX DE L EAU DOMESTIQUE

PRIX DE L EAU DOMESTIQUE PRIX DE L EAU DOMESTIQUE 25 Novembre 26 La production et la distribution de l eau potable, la collecte des eaux usées et leur traitement induisent des investissements importants. Le coût facturé aux consommateurs

Plus en détail

Filtres plantés de roseaux (1/3)

Filtres plantés de roseaux (1/3) Filtres plantés de roseaux (1/3) Cuve tampon d homogénéisation - décanteur - flottation 2 étages de filtre plantés - traitement aérobie parcelle enherbée, sillon d infiltration - traitement final Condition

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle Document réalisé avec le concours financier de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse. Guide technique Assainissement non collectif d une habitation individuelle Schéma d implantation d un assainissement

Plus en détail

Présenté par J-L. Böhm Equipe de Recherche en Physico-Chimie et Biotechnologies (ERPCB) EA 3914

Présenté par J-L. Böhm Equipe de Recherche en Physico-Chimie et Biotechnologies (ERPCB) EA 3914 BIORÉACTEUR A MEMBRANE ASSOCIANT UN LIT FIXÉ ANAÉROBIE ET UNE UNITÉ D ULTRAFILTRATION Études de laboratoire financées par Ademe et Région Basse-Normandie Étude sur pilote industriel financée par Oseo ANVAR

Plus en détail

Syndicat Intercommunal d assainissement de la Région d Albertville AUDIT DE LA STATION D EPURATION ET ETUDE DE FAISABILITE DE L EXTENSIO N CY00742

Syndicat Intercommunal d assainissement de la Région d Albertville AUDIT DE LA STATION D EPURATION ET ETUDE DE FAISABILITE DE L EXTENSIO N CY00742 Syndicat Intercommunal d assainissement de la Région d Albertville AUDIT DE LA STATION D EPURATION ET ETUDE DE FAISABILITE DE L EXTENSIO N Etude de modélisation hydraulique des réseaux intercommunaux d

Plus en détail

Station d épuration de Lumbin, La Terrasse. Pourquoi traite-t-on les eaux usées?

Station d épuration de Lumbin, La Terrasse. Pourquoi traite-t-on les eaux usées? Station d épuration de Lumbin, La Terrasse Pourquoi traite-t-on les eaux usées? Tous les jours, notre station d épuration reçoit, pour les épurer, nos eaux sales, qui proviennent de nos wc, nos lavabos,

Plus en détail

de traitement et de recyclage des eaux

de traitement et de recyclage des eaux WWW.NISKAE.FR Station de traitement et de recyclage des eaux SW1000 - Débit 1000L/H SIMPLICITE DE FONCTIONNEMENT ET D ENTRETIEN - Coagulation, floculation et décantation Station de traitement et de recyclage

Plus en détail