MATHEMATIQUES APPLIQUEES Equations aux dérivées partielles Cours et exercices corrigés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MATHEMATIQUES APPLIQUEES Equations aux dérivées partielles Cours et exercices corrigés"

Transcription

1 MATHEMATIQUES APPLIQUEES Equations aux dérivées partielles Cours et exercices corrigés Département GPI 1ère année Avril 2005 INPT-ENSIACET 118 route de Narbonne Toulouse cedex 4 Mail :

2 2

3 Table des matières I Différentielles totales - Facteurs intégrants 5 I.1 Rappel sur les dérivées partielles I.1.1 Définition I.1.2 dérivées successives I.1.3 Dérivées d une fonction composée I.1.4 Dérivées d une fonction composée de deux variables I.2 Différentielles totales I.2.1 Définition I.2.2 Formes différentielles totales exactes I.2.3 Application à l intégration d équation différentielles du premier ordre I.3 Facteurs Intégrants I.3.1 Introduction I.3.2 Définition I.3.3 Détermination de facteurs intégrants monovariables I.4 Généralisation aux fonctions de plus de deux variables I.5 Différentielles totales et fonctions d Etat II Equations linéaires aux dérivées partielles du premier ordre 15 II.1 Généralités II.2 Intégrales premières d un système différentiel II.2.1 Généralités sur les éq. lin. et homo. aux dérivées partielles du 1 er ordre II.3 Eq. lin. et hom. aux dérivées partielles du 1 er ordre : cas d une fonction de 2 var II.4 Facteur intégrant d une forme différentielle du premier ordre à deux variables II.4.1 Détermination d un facteur intégrant de la forme µ(x,y) IIIEq. aux dérivées partielles d ordre n à 2 variables, linéaires, homogènes, à coeff. csts 23 III.1 Définition III.2 Intégration III.3 Généralisation III.4 Eq. aux dérivées partielles à 3 variables, linéaires et homogènes, à coeff. csts IV Equations non linéaires aux dérivées partielles du premier ordre 31 IV.1 Méthode d intégration

4 4 TABLE DES MATIÈRES

5 Chapitre I Différentielles totales - Facteurs intégrants I.1 Rappel sur les dérivées partielles I.1.1 Définition Soit une fonction f(x,y) de deux variables réelles définie dans un voisinage de A = [a,b] ; si la fonction f(x,b) fonction de x seulement a une dérivée pour la valeur a de x, on la note f x(a,b) et on l appelle dérivée partielle de f(x,y) par rapport à x au point (a,b). Si en tout point d un voisinage de A, f x(x,y) existe, on définit ainsi une nouvelle fonction, la dérivée partielle de f(x,y) par rapport à x. On définit de même la dérivée partielle par rapport à y. On note : et f x = f(x,y) f y = f(x,y) I.1.2 dérivées successives De la même façon que précédemment, on peut étudier l existence de la dérivée par rapport à x de f x(x,y) et de f y(x,y); on définit ainsi les dérivées secondes que l on note f x = 2 f et f 2 2 xy = 2 f. On peut de même définir les dérivées secondes par rapport à y :f y = 2 f et f 2 2 yx = 2 f. Théorème 1 (Théorème de Schwarz) Si en un point de A = [a,b], les dérivées successives f xy et f yx existent et sont continues, en ce point ces dérivées sont égales : f xy = f yx soit 2 f = 2 f Exercice I.1 Déterminer 2 z 2, 2 z 2, 2 z, 2 z z = x 3 5xy + y 2 de la fonction z(x,y), : solution : z = 3x2 5y 2 z 2 = 6x ; 2 z = 5 z = 5x + 2y 2 z 2 = 2 ; 2 z = 5

6 6 Différentielles totales - Facteurs intégrants I.1.3 Dérivées d une fonction composée Si u = f(x,y) est définie dans un voisinage de A = [a,b] et x = ϕ(t), y = ψ(t) définies dans un intervalle I, voisinage du point t 0, si la fontion f(x,y) admet des dérivées partielles sur un voisinage de A et si ces dérivées sont continues en A, alors la fonction composée F(t) = f [ϕ(t),ψ(t)] est dérivable en t 0 et l on a le résultat : F (t) = f x(x,y)ϕ (t) + f y(x,y)ψ (t) Si les hypothèses d existence et de continuité de ces dérivées sont vraies sur un intervalle, la formule précedente est vraie sur tout l intervalle. I.1.4 Dérivées d une fonction composée de deux variables Soit la fonction F(x,y) = f(u,v), u et v étant des fonctions de x et y : u = u(x,y) et v = v(x,y) avec u 0 = u(x 0,y 0 ) et v 0 = v(x 0,y 0 ) Si les fonctions u et v admettent des dérivées partielles en (x 0,y 0 ) et si f(u,v) admet des dérivées partielles continues au voisinage de (u 0,v 0 ), alors F(x,y) admet des dérivées partielles au point (x 0,y 0 ) données par : F x(x 0,y 0 ) = f u(u 0,v 0 )u x(x 0,y 0 ) + f v(u 0,v 0 )v x(x 0,y 0 ) = f u (u 0,v 0 ) u (x 0,y 0 ) + f v (u 0,v 0 ) v (x 0,y 0 ) F y(x 0,y 0 ) = f u(u 0,v 0 )u y(x 0,y 0 ) + f v(u 0,v 0 )v y(x 0,y 0 ) = f u (u 0,v 0 ) u (x 0,y 0 ) + f v (u 0,v 0 ) v (x 0,y 0 ) Exercice I.2 Soit f(x,y) = x 2 + xy + y 2 et Déterminer : f u, f v solution : f = 2x + y f = x + 2y { x = 2u + v y = u 2v u = 2 v = 1 u = 1 v = 2 f u = f u + f = (2x + y)(2) + (x + 2y)(1) = 5x + 4y u f v = f v + f = (2x + y)(1) + (x + 2y)( 21) = 3y v

7 I.2 Différentielles totales 7 I.2 Différentielles totales I.2.1 Définition Soit une fonction de deux variables U(x, y) possédant des dérivées partielles continues. La différentielle totale ou exacte de U(x,y) s écrit : du = U U + dy (I.1) Si U(x,y) = Cte, alors du = 0. Exemple : Soit U(x,y) la fonction de deux variables définie par : I.2.2 U(x,y) = x + x 2 y 3 du(x,y) = (1 + 2xy 3 ) + (3x 2 y 2 )dy Formes différentielles totales exactes Soit une équation différentielle données sous la forme : M(x,y) + N(x,y)dy = 0 (I.2) Si on peut trouver une fonction U(x,y) qui vérifie : et M(x,y) = U N(x,y) = U alors, on peut poser l équation (I.2) sous la forme d une différentielle totale ou exacte : du = U U + dy Alors U(x,y) est la solution cherchée sous forme implicite : U(x,y) = Cte Pour cela, il faut prouver que les dérivées M N et sont égales. En effet, conformément au théorème de Schwarz : soit U(x,y) une fonction de classe C 2 dérivable, si U U et sont continues, alors 2 U = 2 U. Une condition nécessaire et suffisante pour que l équation (I.2) soit une équation exacte est donc : M(x,y) = N(x,y) Dès lors, la fonction U(x,y) peut être trouvée de façon systématique par : U(x,y) = M(x,y) + k(y) Dans cette intégration par rapport à x, k(y) joue le rôle d une constante. Il suffit de dériver la fonction U(x,y) par rapport à y pour déterminer la fonction k(y) : N(x,y) = U k (y) + ( ) M(x,y) = N(x,y) On obtiendrait le même résultat en intégrant d abord N(x,y) par rapport à y et en dérivant ensuite par rapport à x.

8 8 Différentielles totales - Facteurs intégrants I.2.3 Application à l intégration d équation différentielles du premier ordre Soit à résoudre l équation différentielle du premier ordre : M(x,y) + N(x,y)y = 0 (I.3) où M(x,y et N(x,y) sont deux fonctions quelconques de x et de y. On peut résoudre cette équation en posant : du = M(x,y) + N(x,y)dy Résoudre l équation (I.3) revient à résoudre du = 0 soit U(x,y) = C te Après avoir vérifié que du est une différentielle totale, il suffit donc de déterminer U(x, y) selon la méthodologie présentée précédemment. Nous verrons plus tard comment résoudre l équation (I.3) dans le cas où du n est pas une différentielle totale exacte. Exercice I.3 On cherche à résoudre l équation différentielle : y = 1 + 2xy3 3x 2 y 2 (I.4) solution : Cette équation peut se mettre sous la forme : Posons : (1 + 2xy 3 ) + 3x 2 y 2 dy = 0 du = (1 + 2xy 3 ) + 3x 2 y 2 dy Résoudre l équation (I.4) revient à déterminer la solution de du = 0. Ceci est aisé si l on peut montrer que du est une différentielle totale. Soit : M = 1 + 2xy 3 etn = 3x 2 y 2 M = N = 6xy2 d où, en intégrant la différentielle totale exacte du, : U(x,y) = x + x 2 y 3 du = 0 U = Cte d où : est solution de (I.4). x + x 2 y 3 = Cte I.3 Facteurs Intégrants I.3.1 Introduction Soit la différentielle du : Cette différentielle n est pas totale. En effet : Soit M(x,y) = 2xy et N(x,y) = (4y + 3x 2 )y du = 2xy + (4y + 3x 2 )ydy = 0 M = 2y N = 6xy M N On ne peut donc pas résoudre l équation (I.5) par la procédure présentée dans la partie précédente. On a alors recours au facteur intégrant. (I.5)

9 I.3 Facteurs Intégrants 9 I.3.2 Définition Soit une différentielle de la forme : telle que : δv = P(x,y) + Q(x,y)dy P Q Cette différentielle n est pas exacte. On cherche alors une fonction auxiliaire F(x,y) telle que : du = F(x,y)P(x,y) + F(x,y)Q(x,y)dy (I.6) (I.7) soit une différentielle totale. Cette fonction F(x,y) est appelée facteur intégrant de la différentielle δv. I.3.3 Soit : Détermination de facteurs intégrants monovariables Il s agit de trouver une fonction F(x,y) qui vérifie la relation : (FP) = (FQ) P F + F P = Q F + F Q Restreignons nous ici à rechercher des fonctions monovariables F(x) ou F(y). Le cas général de fonctions multivariables sera traité dans le paragraphe II.4.1 I Facteur intégrant de la forme F(x) Si on recherche un facteur facteur intégrant de la forme F(x), il doit vérifier : Soit en réarrangeant et en divisant par FQ : Soit : Le facteur intégrant est obtenu par : F P = QdF + F Q 1 P Q = 1 df F + 1 Q Q 1 df F = 1 Q ( P Q ) 1 F(x) = e Q I Facteur intégrant de la forme F(y) ( P Q ) Si on recherche un facteur facteur intégrant de la forme F(y), il doit vérifier : Soit en réarrangeant et en divisant par FP : Soit : Le facteur intégrant est obtenu par : F Q = P df dy + F P 1 Q P = 1 df F dy + 1 P P 1 df F dy = 1 P ( Q P ) (I.8) (I.9)

10 10 Différentielles totales - Facteurs intégrants 1 F(y) = e P ( Q P ) dy D une manière générale, on cherchera un facteur intégrant du type F(x) quand : et un facteur intégrant du type F(y) quand : 1 Q ( P Q ) = f(x) 1 P ( Q P ) = g(y) Exercice I.4 Résoudre : solution : y xy = 0 (I.10) Soit dv = y xdy Cette différentielle n est pas exacte. On cherche F(x,y) telle que : du = F(x,y)dV soit une différentielle exacte. Si on recherche F(x) alors il faut : 1 df F = 1 x ( ( x) ) Soit : 1 df F = 1 (1 + 1) x F(x) = e 2 x = e 2ln(x) = e ln(x 2 ) d où La différentielle : F(x) = 1 x 2 du = FdV = 1 (y xdy) x2 est une différentielle totale.résoudre l équation dv = 0 revient à résoudre l équation du = 0. Soit : U(x,y) = y 1 x 2 + k(y) = y x + k(y) et U = 1 x + k (y) N(x,y) = 1 x k (y) = 0 k(y) = Cte D où la solution : U(x,y) = y x + Cte = C y x = C 1 où C 1 est une constante réelle soit : y = C 1 x La solution de l équation (I.10) est donc une famille de ligne passant par l origine.

11 I.4 Généralisation aux fonctions de plus de deux variables 11 I.4 Généralisation aux fonctions de plus de deux variables Soient X(x,y,z), Y (x,y,z), Z(x,y,z) trois fonctions continues des trois variables x, y, z et δg la forme différentielle : δg = X(x,y,z) + Y (x,y,z)dy + Z(x,y,z)dz δg est une forme différentielle totale exacte si : X = Y X z = Z Y z = Z Plus généralement : Soient X 1 (x 1,x 2,...,x n ), X 2 (x 1,x 2,...,x n ),..., X n (x 1,x 2,...,x n ) n fonctions continues des n variables x 1, x 2 y,..., x n et δg la forme différentielle : δg = X 1 (x 1,x 2,...,x n ) 1 + X 2 (x 1,x 2,...,x n ) X n (x 1,x 2,...,x n ) n δg est une forme différentielle totale exacte si : X 1 = X i,i 1 i,i 1 1. X j = X i,i j i,i j j. X n i,i n = X i,i n n Exercice I.5 Estimation d une erreur Soit un bloc rectangulaire de longueur x, largeur y et hauteur z. les mesure d un tel bloc conduit aux valeurs suivantes : x=10cm, y=12cm, z=20cm avec une marge d erreur de 0,05 cm. A partir de l expression de la différentielle totale exacte de l aire de ce bloc, evaluer approximativement l erreur maximale concernant l aire du bloc ainsi que le pourcentage d erreur dû aux erreurs de mesures. solution : l aire d un bloc rectangulaire s écrit : S = 2(xy + xz + yz) ds = S S S + dy + z dz ds = 2(y + z) + 2(x + z)dy + 2(x + y)dz La plus grande erreur que l on peut commettre sur S si, dy et dz sont de même signe (positifs par exemple), d où : ds m ax = 2( ) 0,05 + 2( ) 0,05 + 2( ) 0,05 = 8,4cm 2 Soit un pourcentage d erreur de : err = 100 ds max S = 100 8, = 0,75%

12 12 Différentielles totales - Facteurs intégrants Exercice I.6 Soient trois variables indépendantes x, y et z. Montrer que l expression : du = (3x 2 yz) + z(x 3 + 2y)dy + y(x 3 + y)dz est une différentielle totale. En déduire l expression de U(x,y,z). solution : soit : p = 3x 2 yz ; q = z(x 3 + 2y); r = y(x 3 + y) du est une différentielle totale si : p = q p z = r q z = r (I.11) Calculons ces dérivées partielles : p = 3x2 z q = 3x2 z p z = 3x2 y r = 3x2 y q z = x3 + 2y r = x3 + 2y (I.12) du est bien une différentielle totale. On a : d où : d où : soit : d où : d où : On obtient alors : où C est une constante réelle. U = 3x2 yz U = x 3 yz + g(y,z) U = x3 z + g = q = x3 z + 2yz g = 2yz g(y,z) = y 2 z + f(z) U = x 3 yz + y 2 z + f(z) U z = x3 y + y 2 + df dz = r = x3 y + y 2 df dz = 0 U(x,y,z) = x 3 yz + y 2 z + C

13 I.5 Différentielles totales et fonctions d Etat 13 I.5 Différentielles totales et fonctions d Etat Soit dz une différentielle totale. Alors : Z2 Z 1 dz = Z 2 Z 1 = Z En physique, la fonction Z est dite équation d état, et la valeur de Z ne dépend pas du chemin suivi. Soit dv un différentielle qui n est pas totale. En physique, on la notera δv. Dans ce cas : La valeur de V dépend du chemin suivi. Z2 Z 1 dz Z 2 Z 1

14 14 Différentielles totales - Facteurs intégrants

15 Chapitre II Equations linéaires aux dérivées partielles du premier ordre II.1 Généralités On donne le nom de système différentiel à tout système d équations entre plusieurs fonctions inconnues d une même variable et leurs dérivées jusqu à un certain ordre. Observons qu il est toujours possible, en introduisant des fonctions inconnues auxiliaires, de ramener un système différentiel quelconque à un système dans lequel ne figurent que les dérivées du premier ordre des fonctions connues ; c est ainsi que le système : d 2 x + 5x y = cos 2t dt2 (II.1) d 2 y 2 x + 3y = 0 qui est du second ordre avec deux fonctions inconnues, peut se ramèner en introduisant les deux fonctions auxiliaires inconnues u = dt, v = dy, à la forme : dt du + 5x y = cos 2t dt dv dt x + 3y = 0 dt = u dy dt = v qui fait intervenir quatre équations du premier ordre entre quatre fonctions inconnues. Nous nous limiterons ici à l étude des systèmes du premier ordre de n équations à n inconnues. Nous supposerons, de plus, ces équations résolues par rapport aux dérivées des fonctions inconnues. Un tel système est dit sous forme canonique : 1 dt = f 1 (x 1,x 2,...,x n,t). n = f n (x 1,x 2,...,x n,t) dt où x 1,x 2,...,x n désignent n fonctions inconnues de la variable t. Ce système peut s écrire; i dt = f i(x 1,x 2,...,x n,t),i = 1,n (II.2) (II.3)

16 16 Equations linéaires aux dérivées partielles du premier ordre Toute solution du système (II.3) vérifie nécessairement le système (II.4) ci-dessous, obtenu en dérivant (n 1) fois la première équation et en tenant compte chaque fois des équations qui la suivent dans ce système et donnent 1 dt,..., n dt en fonction de x 1,x 2,...,x n et t : 1 dt 2 1 dt n 1 dt = f 1 (x 1,x 2,...,x n,t) = ϕ 2 (x 1,x 2,...,x n,t). = ϕ n (x 1,x 2,...,x n,t) Toute fonction x 1 (t) vérifiant le système est donc solution de l équation différentielle d ordre n : ( R t,x 1, ) 1 dt,..., dn x 1 dt n = 0 obtenue en éliminant x 2,x 3,...,x n entre les équations (II.4). (II.4) (II.5) Il résulte du théorème d existence des solutions du système (II.3), et nous admettrons sans démonstration que, réciproquement, si : x 1 = F 1 (t,c 1,C 2,...,C n ) (II.6) désigne l intégrale générale de l équation (II.5), l intégrale générale du système (II.3) s obtient en portant dans les n 1 premières équations de (II.4) les valeurs de x 1, 1 dt,..., dn 1 x, et en résolvant ces équations dtn 1 en x 2,x 3,...,x n, sans par conséquent effectuer aucune intégration nouvelle. Exercice II.1 Déterminer les fonctions z(x) et y(x) telles que : x dy + y + 2z = 0 où x, une variable indépendante. x dz 3y 4z = 0 (II.7) solution : Cherchons à former une équation résolvante du second ordre en y; nous avons en dérivant la première équation du système (II.7) : x d2 y 2 + 2dy + 2dz = 0 (II.8) d où en multipliant par x : x 2 d2 y 2 + 2xdy + 2xdz = 0 (II.9) En remplaçant x dz par sa valeur tirée de la seconde équation du système (II.7), puis z par sa valeur tirée de la première, nous obtenons l équation résolvante : x 2 d2 y 2 2xdy + 2y = 0 (II.10) Les solutions de cette équation (équation d Euler) sont de la forme y = x r. Soit : y = rx r 1 et y = r(r 1)x r 2 D où l équation caractéristique : r(r 1) 2r + 2 = 0

17 II.2 Intégrales premières d un système différentiel 17 qui a pour racine r = 1 et r = 2. L intégrale générale est : y = Ax + Bx 2 En portant ce résultat dans la première équation du système (II.7), nous obtenons sans intégration nouvelle : z = 1 ( y + x dy ) = Ax Bx2 (II.11) où A et B sont des constantes réelles. On peut facilement vérifier que quelque soient les valeurs des constantes A et B, les fonctions y(x) et z(x) ainsi trouvées vérifient bien le système d équations différentielles (II.7). II.2 Intégrales premières d un système différentiel On cherche à résoudre des systèmes différentiels du premier ordre donnés sous forme canonique : 1 dt = f 1 (x 1,x 2,...,x n,t) n dt. = f n (x 1,x 2,...,x n,t) (II.12) On suppose que ce système admet une solution unique répondant aux conditions initiales : x i = x 0 i pour t = t 0. L ensemble des solutions dépend de n constantes arbitraires C 1, C 2,..., C n. L ensemble : x 1 = F 1 (C 1,C 2,...,C n,t). x n = F 1 (C 1,C 2,...,C n,t) (II.13) constitue l intégrale générale du système. Si l on résoud le système (II.13) par rapport à C i, on peut exprimer l intégrale générale du système sous la forme Φ 1 (x 1,x 2,...,x n,t) = C 1. Φ n (x 1,x 2,...,x n,t) = C n Les fonctions Φ i qui sont des constantes sont dites intégrales premières du système (II.12). (II.14) D ne manière générale, on appelle intégrale première d un système différentiel, toute fonction de x 1,x 2,...,x n et qui se réduit à une constante si l on y remplace x 1,x 2,...,x n par des fonctions de t constituant une solution quelconque de ce système. On démontre que, réciproquement, toute intégrale première de ce système peut s exprimer en fonction des Φ i seules. les intégrales premières ainsi mises en causes (ou tout autre système de n intégrales premières indépendantes) constituent un système fondamental d intégrales premières. Exercice II.2 Soit x, une variable indépendante. Déterminer les fonctions y(x) et z(x) solutions du système : x dy + y + 2z = 0 x dz 3y 4z = 0 (II.15) solution :

18 18 Equations linéaires aux dérivées partielles du premier ordre x = dy y + 2z = dz 3y + 4z Les égalités exprimées dans l équations (II.16) peuvent s écrire : x = ( 3)dy ( 3)(y + 2z) = ( 2)dz 3dy + 2dz d(3y + 2z) = = ( 2)(3y + 4z) 3y + 2z 3y + 2z (II.16) (II.17) D après l équation (II.15), les fonctions u 1 (x) = 3y(x) + 2z(x) et v(x) = x ayant la même différentielle logarithmique, elles ont un rapport constant. Φ 1 = 3y + 2z x = C 1 (II.18) est une intégrale première du système (II.15). L équation (II.15) conduit également à : x = dy y + 2z = dz dy + dz = 3y + 4z 2(y + z) (II.19) D après l équation (II.19), les fonctions u 2 (x) = y(x) + z(x) et v(x) = x ont des différentielles logarithmiques proportionnelles, on a donc : Φ 2 = y + z x 2 = C 2 (II.20) où Φ 2 est une intégrale première du système (II.15). II.2.1 Généralités sur les équations linéaires et homogènes aux dérivées partielles du 1 er ordre Soit x n une variable indépendante. Considérons n 1 fonctions : x 1 (x n ), x 2 (x n ),..., x ( n 1)(x n ) vérifiant : 1 X 1 (x 1,x 2,...,x n ) = 2 X 2 (x 1,x 2,...,x n ) =... = n X n (x 1,x 2,...,x n ) (II.21) Ce système possède (n-1) intégrales premières. Soit f(x 1,x 2,...,x n ) une intégrale première du système. Si les fonctions de x 1, x 2,..., x n 1 de x n vérifient le système, f se réduit à une constante et sa différentielle est donc nulle. f 1 + f f n = 0 (II.22) 1 2 n D après la relation (II.21), on a : i = X i n X n Il en résulte que la fonction f vérifie la relation : X 1 f 1 + X 2 f X n f n = 0 (II.23) (II.24) qui est linéaire, homogène par rapport aux dérivées partielles f i et qui constitue donc une équation linéaire et homogène aux dérivées partielles du 1 er ordre. Réciproquement, si f est solution de l équation (II.25) et si l on y remplace par des fonctions x 1, x 2,..., x n 1 de x n vérifiant l équation (II.21), la relation (II.22) est vérifiée. Donc, f = C est une intégrale première de l équation (II.21). Ainsi, l ensemble des solutions de l équation (II.25) est identique à l ensemble des intégrales premières du système différentiel (II.21) que l on appele système adjoint ou caractéristique de l équation (II.25). Si on connait n 1 intégrales premières distinctes f 1, f 2,..., f n 1 du système adjoint, toute intégrale première f est fonction de f 1, f 2,..., f n 1. L ensemble des solutions de l équation linéaire et homogène (II.21) est représentée par une fonction de n 1 intégrales premières du système adjoint : f = Ω(f 1,xf 2,...,f n 1 ) (II.25)

19 II.3 Eq. lin. et hom. aux dérivées partielles du 1 er ordre : cas d une fonction de 2 var. 19 II.3 Equation linéaire et homogène aux dérivées partielles du 1 er ordre dans le cas d une fonction de 2 variables Soit Z = ϕ(x,y) la fonction inconue. Soient p = Z, q = Z ses dérivées partielles. Soit l équation : et une équation implicite contenant Z. D après la théorie des fonctions implicites, P(x,y,Z) Z + Q(x,y,Z) Z = R(x,y,Z) f(x,y,z) = f(x,y,ϕ(x,y)) = 0 f x + f Z Z = 0 f y + f Z Z = 0 (II.26) (II.27) (II.28) avec : f x = f,f y = f,f Z = f Z d où : p = Z = f x f Z q = Z = f y f Z (II.29) L équation (II.26) s écrit : soit : P(x,y,Z) f x f Z + Q(x,y,Z) f y f Z + R(x,y,Z) = 0 (II.30) P(x,y,Z) f + Q(x,y,Z) f f + R(x,y,Z) Z = 0 (II.31) On ramène ainsi l intégration de (II.26) à celle d un équation homogène. Si φ 1 = C 1 et φ 2 = C 2 sont deux intégrales premières du système adjoint : P(x,y,Z) = l intégrale générale est une fonction arbitraire : dy Q(x,y,Z) = φ = Ω(φ 1,φ 2 ) dz R(x,y,Z) et l équation générale des surfaces intégrales de l équation (II.26) peut s écrire : Exercice II.3 Résoudre l équation : Ω(φ 1,φ 2 ) = 0 (II.32) x Z + 2(y a) Z = Z(x,y) (II.33) solution : Le système adjoint est :

20 20 Equations linéaires aux dérivées partielles du premier ordre x = dy 2(y a) = dz Z De ce système, on obtient deux intégrales premières : { Z = C1 x x 2 = C 2 (y a) (II.34) (II.35) On a C 1 = Ω(C 2 ), soit : où Ω désigne une fonction arbitraire. Z(x,y) = xω( x2 y a ) II.4 Facteur intégrant d une forme différentielle du premier ordre à deux variables II.4.1 Détermination d un facteur intégrant de la forme µ(x,y) Nous avons vu dans le paragraphe I.3.3, comment déterminer les facteurs intégrants d une forme différentielle non exacte de la forme F(x) ou F(y). Nous recherchons ici les facteurs intégrants de la forme µ(x,y) Soit δv = P(x,y) + Q(x,y)dy une forme différentielle à 2 variables, telle que : µ(x,y) est un facteur intégrant, si est une différentielle totale, c est à dire si : Soit : P Q du = µp(x,y) + µq(x,y)dy (µp) = (µq) Q µ P µ ( P = µ Q ) (II.36) L équation (II.36) est une équation linéaire aux dérivées partielles du 1 er ordre. le système adjoint s écrit : Q = dy P = dµ µ ( P Q ) En intégrant l équation différentielle P + Qdy = 0, on trouve une intégrale première. Soit φ(x,y) = C 1 l expression de cette intégrale première. On peut calculer y en fonction de x et C 1. P(x,y) et Q(x,y) deviennent alors des fonctions de x et C 1 de sorte que : µ µ = 1 Q ( P Q ) est une équation différentielle à variables séparées. En intégrant on trouve : µ = C 2 F(x,C 1 ) (II.37) soit : F(x,φ(x,y)) = G(x,y)

21 II.4 Facteur intégrant d une forme différentielle du premier ordre à deux variables 21 et µ G(x, y) est la seconde intégrale première du système adjoint. On trouve tous les facteurs intégrants en écrivant µ que est une fonction de φ(x,y), soit : G(x,y) H étant une fonction arbitraire d une variable. µ = G(x,y)H[φ(x,y)] Exercice II.4 Trouver tous les facteurs intégrants de la forme différentielle :. solution : Soit M(x,y) = y et N(x,y) = x. M = 1 N = 1 M N δv = y + xdy µ(x,y) est un facteur intégrant de δv si la forme différentielle est exacte. µ doit donc vérifier : soit : soit : la différentielle δv n est pas exacte du = µy + µxdy (µ( y)) = (µx) µ y (µ) = µ + (µ) 2µ + y (µ) + (µ) = 0 Le système adjoint à cette équation aux dérivées partielles est : x = dy y = dµ 2µ (II.38) Les intégrales premières de ce système adjoint sont : y = C 1 x x 2 = C 2 µ (II.39) d où : µ(x,y) = 1 x 2 Ω(y x )

22 22 Equations linéaires aux dérivées partielles du premier ordre

23 Chapitre III Equations aux dérivées partielles d ordre n à 2 variables, linéaires et homogène, à coefficients constants III.1 Définition Soit : n Z Ω(Z) = A 0 n + A n Z 1 n A n Z k n k k A n Z n n = 0 où les A i sont des coefficients constants. Considérons l équation : ϕ(r) = A 0 r n + A 1 r n A k r n k A n = 0 (III.1) (III.2) Soient α 1, α 2,..., α n les racines réelles de cette équation. Si Ω(Z) désigne l opérateur constituant l équation (III.1), l identité algébrique : a pour conséquence l identité symbolique : ϕ(r) = A 0 (Z α 1 )(Z α 2 )...(Z α n ) ( ) ( Ω(Z) = A 0 α 1 α 2 ) ( Z... α n ) Z (III.3) (III.4) Si on introduit les inconnues auxiliaires Z i, le système (III.10) est équivalent à l équation (III.4) : Z α Z n = Z n 1 Z n 1 α n 1 Z n 1 = Z n 2 Z n k. α n k Z n k = Z n k 1 (III.5). Z 1 α Z 1 1 = 0 Ces diverses équations sont des équations linéaires aux dérivées partielles en Z 1 puis en Z 2,..., Z n 1 et Z.

24 24 Eq. aux dérivées partielles d ordre n à 2 variables, linéaires, homogènes, à coeff. csts exemple Pour n = 2, l équation (III.1) s écrit : L équation (III.4) devient : 2 Z Ω(Z) = A A 2 Z A 2 Z 2 2 = 0 ( Ω(Z) = A 0 α 1 )( Z α n ) Z (III.6) (III.7) Si on développe l équation (III.7), on obtient : ( α 1 )( Z α n ) Z D où : A 0 = 1, A 1 = (α 1 + α 2 ), A 2 = α 1 α 2 et = 2 Z 2 α 2 Z 2 α 2 Z 1 + α 2 Z 1α 2 2 = 0 = 2 Z 2 (α 1 + α 2 ) 2 Z + α 1α 2 2 Z 2 = 0 (r α 1 )(r α 2 ) = r 2 (α 1 + α 2 )r + α 1 α 2 III.2 Intégration 1 re étape Considérons tout d abord : Z 1 α Z 1 1 = 0 Le système adjoint à cette équations aux différentielles partielles est : 1 = dy = dz 1 α 1 0 (III.8) Les intégrales premières sont donc : { C1 = y + α 1 x C 2 = Z (III.9) L intégrale générale est alors : où ϕ 1 est une fonction arbitraire. Z 1 = ϕ 1 (y + α 1 x) 2 me étape Portons cette valeur de Z 1 dans l équation : Soit : Z 2 α Z 2 2 = Z 1 Z 2 α Z 2 2 = ϕ 1(y + α 1 x) Le système adjoint à cette équation aux différentielles partielles est : 1 = dy dz 2 = α 2 ϕ 1 (y + α 1 x) (III.10) L intégration dépend des valeurs respectives de α 1 et α Premier cas : α 1 α 2 1 = dy α 2 y = α 2 x = K Il en résulte : ϕ 1 (y + α 1 x) = ϕ 1 [K + (α 1 α 2 )x)]

25 III.2 Intégration 25 Posons : u = K + (α 1 α 2 )x) D après le système adjoint (III.10), on a : du = (α 1 α 2 ) dz 2 = Il apparait comme nouvelle intégrale première : 1 α 1 α 2 ϕ 1 (u)du Z 2 Φ 1 (u) = K où (α 1 α 2 )Φ 1 (u) est une primitive de ϕ 1 (u). Soit : Z 2 Φ 1 (y + α 1 x) = K L intégrale générale s obtient en écrivant que K est une fonction arbitraire de K, Φ 2 (K), soit : Z 2 = K + Φ 1 (y + α 1 x) = Φ 1 (y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 2 x) 2. Deuxième cas cas : α 1 = α 2 Le système adjoint s écrit alors : 1 = dy dz 2 = α 1 ϕ 1 (y + α 1 x) (III.11) Il admet toujours comme intégrale première : d où : soit : y + α 1 x = K 1 = dz 2 ϕ 1 (K) Z 2 xϕ 1 (K) = K Z 2 = xϕ 1 (K) + K L intégrale générale s obtient en écrivant que K est une focntion arbitraire de K, soit : 3 me étape Résolution de : Z 2 = xϕ 1 (y + α 1 x) + ϕ 2 (y + α 2 xk) Z 3 α Z 3 3 = Z 2 Il faut distinguer suivant les valeurs de α 1, α 2 et α Premier cas : α 1 α 2 α 3 Il faut résoudre : Z 3 α Z 3 3 = Φ 1(y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 2 x) Le système adjoint associé à cette équation aux dérivées partielles est : 1 = dy dz 3 = α 3 Φ 1 (y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 2 x) (III.12) Ce système admet comme intégrale première : y + α 3 x = C 1 Il en résulte que : Φ 1 (y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 2 x) = Φ 1 [(C 1 + (α 1 α 3 )x] + Φ 2 [(C 1 + (α 2 α 3 )x](iii.13) = Φ 1 (u) + Φ 2 (v) (III.14)

26 26 Eq. aux dérivées partielles d ordre n à 2 variables, linéaires, homogènes, à coeff. csts en posant : { u = C1 + (α 1 α 3 )x = y + α 1 x v = C 1 + (α 2 α 3 )x = y + α 2 x (III.15) On a alors : D où : dz 3 = [Φ 1 (u) + Φ 2 (v)] (III.16) = 1 1 Φ 1 (u)du + Φ 2 (v)dv α 1 α 3 α 2 α 3 (III.17) Z 3 = Ψ 1 (u) + Ψ 1 (v) + C 2 (III.18) = Ψ 1 (y + α 1 x) + Ψ 2 (y + α 2 x) + C 2 (III.19) Z 3 = Ψ 1 (y + α 1 x) + Ψ 2 (y + α 2 x) + Ψ 3 (y + α 3 x) 2. Deuxième cas : α 2 = α 3 α 1 Il faut résoudre : Z 3 α Z 3 2 = Φ 1(y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 2 x) Le système adjoint associé à cette équation aux dérivées partielles est : 1 = dy dz 3 = α 2 Φ 1 (y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 2 x) (III.20) Ce système admet comme intégrale première : y + α 2 x = C 1 Il en résulte que : Φ 1 (y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 2 x) = Φ 1 [(C 3 + (α 1 α 2 )x] + Φ 2 (C 3 ) (III.21) = Φ 1 (w) + Φ 2 (C 3 ) (III.22) En posant : w = C 3 + (α 1 α 2 )x = y + α 1 x On a alors : d où : dz 3 = [Φ 1 (w) + Φ 2 (C 3 )] (III.23) = 1 Φ 1 (w)dw + Phi 2 (C 3 ) α 1 α 2 (III.24) L intégrale générale sera donc : Z 3 = Θ(w) + xψ 2 (C 3 ) + C 4 (III.25) = Θ(y + α 1 x) + xψ 2 (y + α 2 x) + C 4 (III.26) Z 3 = Θ(y + α 1 x) + xψ 2 (y + α 2 x) + Ψ 3 (y + α 2 x) 3. Troisième cas : α 1 = α 2 = α 3 Il faut résoudre : Z 3 α Z 3 1 = xφ 1(y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 1 x) Le système adjoint associé à cette équation aux dérivées partielles est : 1 = dy dz 3 = α 1 xφ 1 (y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 1 x) (III.27)

27 III.3 Généralisation 27 Ce système admet comme intégrale première : Il en résulte que : y + α 1 x = C 5 xφ 1 (y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 1 x) = xφ 1 (C 5 ) + Φ 2 (C 5 ) On a alors : dz 3 = xφ 1 (C 5 ) + Φ 2 (C 5 ) d où : Z 3 = x 2 Ω 1 (C 5 ) + xω 2 (C 5 ) + C 6 (III.28) = x 2 Ω 1 (y + α 1 x) + xω 2 (y + α 1 x) + C 6 (III.29) L intégrale générale sera donc : Z 3 = x 2 Ω 1 (y + α 1 x) + xω 2 (y + α 1 x) + Ω 3 (y + α 1 x) III.3 Généralisation 1. Si l équation caractéristique ϕ(r) = 0 n admet que des racines simples α 1,α 2,...,α n, l intégrale générale est données par : Z = Φ 1 (y + α 1 x) + Φ 2 (y + α 2 x) Φ n (y + α n x) (III.30) où les (Φ i ) sont des fonctions arbitraires d une variable. 2. Si l équation caractéristique ϕ(r) = 0 admet des racines multiples α k d ordre p k à chaque racine correspnd un polynome entier de degré (p i 1) en x de la forme : Φ 1 (y + α k x) + xφ 2 (y + α k x) + x 2 Φ 3 (y + α k x) x (p k 1) Φ pk (y + α k x) où les (Φ i ) sont des fonctions arbitraires d une variable. Exercice III.1 Résoudre l équation aux dérivées partielles d ordre 3 suivante : 3 Z Z 2 3 Z 2 + Z = 0 (III.31) solution : Soit L équation caractéristique est : r 3 2r 2 r + 2 = 0 (r 1)(r + 1)(r 2) = 0 (III.32) l équation (III.32) n admet que des racines simples, d où : Z(x,y) = Z = Φ 1 (y + x) + Φ 2 (y x) Φ 3 (y + 2x) III.4 Equations aux dérivées partielles à 3 variables, linéaires et homogène, à coefficients constants Soit la différentielle : dz = A(x,y,Z) + B(x,y,Z)dy (III.33)

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Cours de mathématiques.

Cours de mathématiques. Orsay 008-009 IFIPS S Mathématiques (M160). Cours de mathématiques. 1. Equations différentielles linéaires du second ordre. La fonction C : x cos x est indéfiniment dérivable sur R, et C (x) = S(x), avec

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires :

Exo7. Applications linéaires. 1 Définition. 2 Image et noyau. Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : Exo7 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R R f 1 x,y = x + y,x y f : R R f x,y,z = xy,x,y f : R R f x,y,z = x + y + z,y z,x

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Equations Différentielles

Equations Différentielles Cours optionnel S4 - Maths Renforcées 1 Equations Différentielles I- Définitions élémentaires. On appelle Equation Différentielle Ordinaire (EDO) toute équation (E) du type (E) : y (n) (t) = F (t; y(t);

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE 1 I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE HERMODYNAMIQUE 4 e semestre Olivier ERRO 2009-2010 able des matières 1 Mathématiques pour la thermodynamique 4 1.1 Dérivées

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Math206 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1

Math206 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1 Université de Paris Sud 11 L MPI Mathématiques ème semestre 14/15 Math06 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1 NB. Ces exercices, et les corrigés qui suivent, sont issus du site http://www.bibmath.net

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Cours de Mathématiques 2

Cours de Mathématiques 2 Cours de Mathématiques 2 première partie : Analyse 2 DEUG MIAS 1 e année, 2 e semestre. Maximilian F. Hasler Département Scientifique Interfacultaire B.P. 7209 F 97275 SCHOELCHER CEDEX Fax : 0596 72 73

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Exo7. Formes différentielles

Exo7. Formes différentielles Exo7 Formes différentielles Fiche de A. Gammella-Mathieu (IUT de Mesures Physiques de Metz Université de Lorraine) Exercice 1 éterminer si les formes différentielles suivantes sont exactes et dans ce cas,

Plus en détail

Mathématiques I. Recueil d exercices #2. Analyse II

Mathématiques I. Recueil d exercices #2. Analyse II FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES Sections des sciences économiques et des hautes études commerciales Mathématiques I Cours du professeur D. Royer Recueil d exercices #2 Analyse II Semestre

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Équations du troisième degré

Équations du troisième degré par Z, auctore L objet de cet article est d exposer deux méthodes pour trouver des solutions à une équation du troisième degré : la recherche de racines évidentes d une part, et la formule de Cardan d

Plus en détail

Cahier de vacances. Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme

Cahier de vacances. Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme Cahier de vacances Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme Votre année de PCSI a été bien remplie et il est peu probable que l année de PC qui arrive vous paraisse plus facile. C est pourquoi, je vous

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix.

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D'ECONOMIE APPLIQUEE ABIDJAN 1 AVRIL 21 CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE EPREUVE D'ORDRE GENERAL DUREE :

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

FICHE MÉTHODE POUR L ALGÈBRE LINÉAIRE EN L1

FICHE MÉTHODE POUR L ALGÈBRE LINÉAIRE EN L1 FICHE MÉTHODE POUR L ALGÈBRE LINÉAIRE EN L TABLE DES MATIÈRES. Déterminer si un ensemble est un sous espace vectoriel sur R ou non.. Une vérification essentielle.2. La stabilité par combinaisons linéaires

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Dérivation Primitives

Dérivation Primitives Cours de Terminale STI2D Giorgio Chuck VISCA 27 septembre 203 Dérivation Primitives Table des matières I La dérivation 3 I Rappels 3 I. exemple graphique............................................. 3

Plus en détail

Chapitre 9 Les équations différentielles

Chapitre 9 Les équations différentielles Chapitre 9 Les équations différentielles A) Généralités Une équation différentielle est une équation dont l inconnue est une fonction et dans laquelle apparaissent une ou plusieurs dérivées de cette fonction.

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Les équations différentielles

Les équations différentielles Les équations différentielles Equations différentielles du premier ordre avec second membre Ce cours porte exclusivement sur la résolution des équations différentielles du premier ordre avec second membre

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

Bases mathématiques pour l économie et la gestion

Bases mathématiques pour l économie et la gestion Bases mathématiques pour l économie et la gestion Bases mathématiques Pour l économie et la gestion - Table des matières PREMIERE PARTIE : QUELQUES OUTILS Chapitre : Traitement de systèmes d'équations..

Plus en détail

Division de Polynômes

Division de Polynômes LGL Cours de Mathématiques 00 Division de Polynômes A INTRODUCTION Motivations: * Résoudre des équations d un degré supérieur à * Représenter des fonctions algébriques en se basant et sur des fonctions

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de première ES ii Table des matières 1 Les pourcentages 1 1.1 Variation en pourcentage............................... 1 1.1.1 Calcul d une variation............................

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Développements limités. 1 Calculs. 2 Applications. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Développements ités Corrections d Arnaud Bodin. Calculs Exercice Donner le développement ité en 0 des fonctions :. cosx expx à l ordre 2. ln + x)) 2 à l ordre 4 shx x. x à l ordre 6 4. exp sinx) )

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Collège LANGEVIN WALLON CORRIGE du BREVET BLANC DES 25 et 26 mai 2004 SÉRIE COLLÈGE

Collège LANGEVIN WALLON CORRIGE du BREVET BLANC DES 25 et 26 mai 2004 SÉRIE COLLÈGE Collège LANGEVIN WALLON CORRIGE du BREVET BLANC DES 5 et 6 mai 004 SÉRIE COLLÈGE Durée heures MATHEMATIQUES Rédaction, présentation, orthographe (4 points) PARTIE I : ACTIVITES NUMERIQUES (1 points) Dans

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la Terminale S

Cours de mathématiques pour la Terminale S Cours de mathématiques pour la Terminale S Savoir-Faire par chapitre Florent Girod 1 Année scolaire 2015 / 2016 1. Externat Notre Dame - Grenoble Table des matières 1) Suites numériques.................................

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE ANNÉE 2006 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES PILOTE DE LIGNE ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Durée : 2 Heures Coefficient : 1 Ce sujet comporte (dans l énoncé d origine, pas

Plus en détail

1 - INTERPOLATION. J-P. Croisille. Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009. Université Paul Verlaine-Metz

1 - INTERPOLATION. J-P. Croisille. Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009. Université Paul Verlaine-Metz 1 - INTERPOLATION J-P. Croisille Université Paul Verlaine-Metz Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009 1- INTRODUCTION Théorie de l interpolation: approximation de f(x) par une fonction

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Aire sous une courbe et calcul de primitives

Aire sous une courbe et calcul de primitives Aire sous une courbe et calcul de primitives Le calcul de primitives d une fonction et celui de l aire de la surface bordée par le graphique de cette fonction sont intimement liés. Les exemples qui suivent

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Université Joseph Fourier Premier semestre 2009/10. Licence première année - MAT11a - Groupe CHB-1. Contrôle Continu 1, le 9/10/2009

Université Joseph Fourier Premier semestre 2009/10. Licence première année - MAT11a - Groupe CHB-1. Contrôle Continu 1, le 9/10/2009 Université Joseph Fourier Premier semestre 9/ Licence première année - MATa - Groupe CHB- Contrôle Continu, le 9//9 Le contrôle dure heure. Questions de cours. ) Soit f :]a, b[ ]c, d[ unefonctionbijectiveetdérivabletelleque,pourtoutx

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr Exo Formes quadratiques Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

Les travaux doivent être remis sous forme papier.

Les travaux doivent être remis sous forme papier. Physique mathématique II Calendrier: Date Pondération/note nale Matériel couvert ExercicesSérie 1 : 25 septembre 2014 5% RH&B: Ch. 3 ExercicesSérie 2 : 23 octobre 2014 5% RH&B: Ch. 12-13 Examen 1 : 24

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail