ETAT DE GENEVE NORMES ET REGLES D UTILISATION DES LOCAUX ADMINISTRATIFS. 18 novembre 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETAT DE GENEVE NORMES ET REGLES D UTILISATION DES LOCAUX ADMINISTRATIFS. 18 novembre 2008"

Transcription

1 ETAT DE GENEVE NORMES ET REGLES D UTILISATION DES LOCAUX ADMINISTRATIFS 18 novembre 2008

2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION: CONTEXTE / OBJECTIF METHODOLOGIE LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE SURFACES Préambule : Les bureaux : Définition des profils d utilisateurs : Critères d attribution des espaces de bureau : Surfaces types de bureaux et leurs équipements (1/3) : Les espaces connexes Définition des espaces / rôles : Ratios cible Les autres espaces Définition des espaces / Rôles Ratios cible REGLES D UTILISATION ET DE VIE ADAPTATION SPECIFIQUE AUX BÂTIMENTS TRAMES ET ANCIENS Page 2 sur 23

3 1. INTRODUCTION: CONTEXTE / OBJECTIF Le Conseil d'état s'est fixé pour objectif d'optimiser l'occupation par les services de l'état des surfaces administratives dont il est propriétaire ou qui sont louées à des tiers. Pour ce faire, une étude sur l'optimisation des locaux administratifs de l'état de Genève (OLEG) a été entreprise par le département des constructions et des technologies de l'information (DCTI). En vue de maîtriser de manière durable l'attribution et l'occupation des locaux, le projet OLEG a mis en évidence la nécessité d'établir de nouvelles normes et règles d utilisation. Actuellement, seule la construction de bâtiments administratifs est règlementée par des prescriptions internes sur la programmation et le dimensionnement des locaux. L'attribution de surfaces et le contrôle continu de leur occupation ne peuvent être effectués sur la base de références uniformes et contraignantes. Les normes et règles d utilisation des locaux administratifs de l'état de Genève constituent donc la référence pour: les futurs projets de bâtiments administratifs, ainsi que les surfaces administratives contenues dans des bâtiments ayant d'autres affectations les transformations, rénovations ou aménagements de bâtiments administratifs les nouvelles attributions, le contrôle et la mise en conformité des attributions existantes la gestion des surfaces administratives louées et la location de nouvelles surfaces Elles ne concernent pas les bâtiments affectés à des activités particulières (postes de police, tribunaux, écoles, etc.) dont les besoins fonctionnels nécessitent des études spécifiques. Elles contiennent : la définition des typologies de surfaces composant un bâtiment administratif les ratios de surface en fonction du nombre d'utilisateurs les critères pour l'attribution des surfaces de bureaux en fonction des profils d'utilisateurs définis les règles d'utilisation et les règles de vie Elles contiennent également quelques recommandations pour leur mise en œuvre. Ces directives ont été élaborées sur la base d'une analyse de l'existant, en tenant compte des avis exprimés par les responsables d'unités organisationnelles ainsi que les secrétaires généraux. Elles obéissent aux contraintes légales et règlementaires et s'inspirent d'études comparatives tout en respectant les besoins spécifiques de l'administration. Page 3 sur 23

4 2. METHODOLOGIE Afin d élaborer une norme la plus adaptée possible, le DCTI s'est fondé sur : 1. Une analyse de l existant qui a permis de déterminer les besoins fonctionnels, ainsi que le potentiel des bâtiments actuellement occupés; 2. Le cadre légal, notamment les commentaires sur les ordonnances 3 et 4 relatives à la loi sur le travail Les bonnes pratiques (Benchmarks), soit des valeurs et des données types comparables aux spécificités de l État. L'analyse de l'existant s est déroulée suivant 2 axes principaux: Etat des lieux et analyse des besoins organisationnels et fonctionnels de l'etat (interviews & questionnaire) Etat des lieux et analyse du patrimoine administratif de l'etat sur la base d'un échantillon représentatif (short list de 7 bâtiments) Ceci a permis de dégager 3 grandes catégories de bâtiment en fonction de leur morphologie, et 5 profils d utilisateurs: Les bâtiments anciens non «tramés». Les bâtiments «tramés» 2. Les bâtiments neufs et à construire. Profil administratif Profil analyste ou manager Profil projet Profil nomade Profil direction La présente norme définit des objectifs cibles à atteindre pour la 3ème catégorie de bâtiment. La 2ème catégorie de bâtiment peut atteindre ces objectifs cibles moyennant quelques travaux d aménagement. La 1ère catégorie ainsi que la 2ème sans travaux ont des objectifs moindres qui sont définis au Bâtiment «tramé»: ayant une structure porteuse répétitive Page 4 sur 23

5 3. LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE SURFACES 3.1 Préambule La présente norme recense les 3 grandes typologies de surface qui composent un bâtiment administratif standard: Les bureaux: Individuels Partagés: de 2 à 4 personnes Paysager: > 4 personnes Les espaces connexes : Espaces de travail complémentaires Pause Salle de conférences, salle de réunions Copieurs Accueil et réception Les autres espaces: Sanitaires Archives Etc. Dans la réalisation de ces surfaces, les cloisons modulables seront largement préférées à des cloisons fixes, afin de rendre les espaces facilement reconfigurables. 3.2: Les bureaux 3.2.1: Définition des profils d utilisateurs En fonction de leur activité et de leur mode de fonctionnement, on identifie 5 profils de collaborateurs qui regroupent la quasi-totalité des utilisateurs des locaux administratifs de l Etat. LEGENDE Analyse Consultation Traitement Interaction Visuelle Télé Interaction Interraction Auditive Utilisateur du poste visiteur interne Visiteur Externe Documents en transit sur le plan de travail Documents ouverts sur le plan de travail Confidentialité requise Confidentialité occasionelle! Spontané Spontané Organisé Page 5 sur 23

6 Profil 1: «ADMINISTRATIF» Activité sédentaire et individualisée Polyvalence et répétitivité des tâches Communication visuelle nécessaire Réunions mensuelles de coordination et d information de la totalité d un service SUR LE SITE : Communication 100% 50% TACHES INDIVIDUELLES : 95% dont Analyse : 20% Tâches administratives : 45% Téléphone : 20 % TACHES COLLECTIVES : 5% 0% 50% 100% Temps passé à l extérieur REPARTITION DU TEMPS : Collectif 5 %! 95 % Individuel Ce profil aura un bureau type 3/4/6 (voir tableaux en pages 12 à 14) Page 6 sur 23

7 Profil 2: «ANALYSTE ou MANAGER» Activité sédentaire et individualisée Nécessité de se concentrer et de communiquer de manière informelle Réunions fréquentes et informelles à 2-3 personnes et des réunions hebdomadaires en petit comité (4/8 pers). Ce profil aura un bureau type 2/3/5 (voir tableaux en pages 12 à 14) Page 7 sur 23

8 Profil 3: «PROJET» Activité sédentaire et à fort caractère collectif Nécessité de se concentrer et de communiquer de manière formelle et informelle Réunions d équipes «projet» et transversales quotidiennes de taille moyenne (6/12 pers). Communication 100% 50% SUR LE SITE : TACHES INDIVIDUELLES : 50% TACHES COLLECTIVES : 50%!! 0% 50% 100% Temps passé à l extérieur REPARTITION DU TEMPS : 50% Individuel 50% Collectif Ce profil aura un bureau type 4/6 (voir tableaux en pages 12 à 14) Page 8 sur 23

9 Profil 4: «NOMADE» Activité nomade et/ou à fort caractère collectif Nécessité de communiquer de manière informelle Communication 100% 50% SUR LE SITE : TACHES INDIVIDUELLES : 25% TACHES COLLECTIVES : 25%! 0% 50% 100% Temps passé à l extérieur REPARTITION DU TEMPS : 25% Individuel 50% Extérieur 25% Collectif Ce profil aura un bureau type 3/4/6 (voir tableaux en pages 12 à 14) Page 9 sur 23

10 Profil 5: «DIRECTION» - Activité d encadrement - Nécessité de communiquer de manière formelle et informelle Réunions très fréquentes, entretiens individuels, coordination, information élargie Communication 100% 50% SUR LE SITE : TACHES INDIVIDUELLES : 30% TACHES COLLECTIVES : 40%! 0% 50% 100% Temps passé à l extérieur REPARTITION DU TEMPS : 30% 30% Extérieur Individuel 40% Collectif Ce profil aura un bureau type 1 (voir tableaux en pages 12 à 14) Page 10 sur 23

11 3.2.2: Critères d attribution des espaces de bureau Afin de favoriser les échanges et la communication, ainsi que la flexibilité des locaux, les bureaux seront aménagés dans des espaces partagés ou paysager. L'attribution de bureaux individuels constitue une exception pour les cas identifiés ci-dessous. Pour chaque unité organisationnelle (UO), le nombre de personne pouvant disposer de bureaux individuels ne dépassera pas, en règle générale, les 10% (ajusté à l'unité supérieure) de l'effectif total de l'uo. Les bureaux individuels sont attribués en fonction des 3 critères suivants: Niveau hiérarchique: Secrétaires généraux / Directeurs généraux et Directeurs. Besoin de confidentialité: il s agit de personnes qui, par leur fonction ou par leur secteur d activité, sont amenées à traiter quotidiennement des données confidentielles. Si plusieurs personnes ont accès aux mêmes données confidentielles, cela ne justifie pas l attribution d un bureau individuel pour chacun. Besoin de concentration permanent: il s agit de personnes qui, selon leur cahier des charges, effectuent au quotidien des tâches impliquant une réflexion accrue et dont l'évaluation de la fonction reconnaît le niveau supérieur des efforts intellectuels (cotation minimale K). Les bureaux partagés / bureaux paysager Toutes les autres personnes non concernées par les 3 critères ci-dessus auront un bureau partagé ou paysager du type 3/4/5 ou 6 conformément au tableau des surfaces types du Ces espaces partagés comprendront nécessairement des lieux complémentaires : espaces cœur ou auxiliaires, dont le nombre et la surface sont indiqués au Un soin particulier sera apporté à l acoustique des espaces ouverts créés (baffles, murs absorbants, taille de l espace ouvert, plantes vertes, etc.). Les postes de travail partagés Les personnes qui ont un taux d occupation <50% ou un taux de présence à leur poste de travail <30% pourront se voir proposer un poste de travail partagé avec un ou plusieurs autres collaborateurs. De plus, en fonction des évolutions technologiques (télétravail, etc.) et des spécificités de certains métiers, le partage, par une équipe, d un ensemble de postes de travail standardisés sera étudié. Ce type d aménagement basé sur un ratio d'au maximum 8 postes pour 10 personnes, permet d accueillir des collaborateurs qui ne sont généralement pas présents simultanément au bureau. Page 11 sur 23

12 3.2.3: Surfaces types de bureaux et leurs équipements (1/3) L attribution des bureaux s effectue sur la base des profils utilisateurs (Chap. 3,2,1) et en application des règles d attribution (Chap ). Chaque type de bureau dispose d une dotation standard en équipement identifiée dans les tableaux synoptiques ci-dessous et adaptée au mobilier proposé par la CCA. Suivant les activités, ces dotations pourraient être complétées sur demande spéciale. Les besoins supplémentaires d équipements devront être justifiés. Page 12 sur 23

13 3.2.3: Surfaces types de bureaux et leurs équipements (2/3) Page 13 sur 23

14 3.2.3: Surfaces types de bureaux et leurs équipements (3/3) TYPOLOGIE DES ESPACES - EQUIPEMENTS BUREAUX PAYSAGER FONCTION Bureau manager paysager Collaborateurs en bureaux paysager TYPE T5 T6 PROFILS D'UTILISATEURS P2 P1/3/4 NOMBRE DE POSTES = n 1 n>4 SURFACE CIBLE EN m2 14m x(n-2) m2 SURFACE MINIMALE suivant le commentaire des ordonnances 3 et 4 relatives à la loi sur le travail 12m2 18+6x(n-2) m2 1 bureau 1 bureau BUREAU (Dotation par personne) 1 caisson à roulette 1 caisson à roulette 1 siège de travail 1 siège de travail RANGEMENT (Dotation par personne) 1 armoire 120 x 45 x armoire 120 x 45 x 100 REUNION Dans espaces de travail complémentaires et salles de réunion + 2 sièges visiteurs Dans espaces de travail complémentaires et salles de réunion Page 14 sur 23

15 3.3: Les espaces connexes Définition des espaces / rôles Les espaces connexes sont des surfaces mutualisées pour une ou plusieurs unités organisationnelles. Il s agit d espaces de travail (salles de conférences, espaces auxiliaires, etc.) ou de détente (espaces pause). Les espaces de travail complémentaires L implantation de bureaux paysager ou partagés nécessite obligatoirement l aménagement d espaces de travail complémentaires : espaces cœur et auxiliaires. Ces lieux spécifiques jouxtent les postes de travail et permettent à chacun de s isoler momentanément ou de s entretenir avec un collaborateur sans déranger ses collègues. Espaces cœur: espaces de travail semi ouverts pour des réunions informelles. Espaces auxiliaires : espaces fermés, non réservables, pour des réunions de travail formelles ou informelles, pour des discussions confidentielles (téléphone, entretien, ) ou pour un travail nécessitant une forte concentration. Les espaces «pause»: ce sont des espaces différents des espaces de travail pour des rencontres quotidiennes et des évènements «exceptionnels»: Café: espaces répartis uniformément dans le bâtiment; ils seront positionnés de préférence dans les circulations horizontales. Une attention particulière sera portée à leurs traitements acoustiques (cloisonnement, etc.) pour éviter les nuisances sonores. Page 15 sur 23

16 Réfectoire: espace centralisé dans le bâtiment pour accueillir les personnes désireuses de prendre leur repas sur place. Il est équipé d un micro-onde, d un réfrigérateur, de tables, de chaises et du rangement pour la vaisselle. Respiration: espaces radicalement différents des espaces de travail, pour les événements qui permettront de renforcer les échanges informels: lecture, télévision, repos. Les espaces copieurs / mopieurs et satellites pour le courrier Espaces équi-répartis, configurés pour éventuellement accueillir le courrier; ils seront positionnés à proximité immédiate des bureaux. Les espaces de réunions La répartition des capacités entre salles de conférence, modulables et regroupées, et salles de réunions réparties dans les unités organisationnelles sera définie en fonction des activités hébergées par le bâtiment. Salles de conférence Ces salles mutualisées seront utilisées pour les conférences, formations et commissions. Elles sont destinées à accueillir des personnes externes ou internes aux unités organisationnelles du bâtiment. Elles pourront être divisées en plus petites entités avec des cloisons mobiles pour accueillir des réunions avec des effectifs variables. Elles seront regroupées de préférence au RDC ou 1er étage au droit des accès verticaux (flux). Le choix du mobilier répondra à leurs flexibilités d utilisations et à leurs aspects modulables. Elles seront équipées de matériels audiovisuels de type beamer et écran (capacité > 12 personnes) voire sono (capacité > 25 personnes). De petites salles (capacité < 6 personnes) pourront accueillir un système de visioconférences lorsque cela se justifie. Page 16 sur 23

17 Salles de réunion Ces salles mutualisées, d'une capacité maximale de 12 personnes, sont distribuées dans l ensemble du bâtiment et réparties équitablement dans les différentes unités opérationnelles. Les espaces de rangement complémentaires Il s'agit d'espaces de rangement complémentaires à ceux prévus sur le poste de travail (chap ), destinés aux archives courantes (dossiers en cours, documents de gestion, documents de travail partagés etc.) et proches des postes de travail. Les espaces pour l accueil des administrés et la réception des professionnels Espace accueil des administrés : Destiné à recevoir le public, à le renseigner et/ou à le diriger vers les différents espaces de travail, sa surface sera adaptée aux flux de personnes et aux activités. La réception et la distribution principale du courrier se feront également dans cet espace. Espace réception des professionnels : Destiné à recevoir des fournisseurs, des partenaires ou des prestataires, sa surface sera adaptée aux flux de personnes et aux activités. Cet espace comprendra de 1 à 3 petites salles d environ 7 m2 qui serviront aux échanges ne nécessitant pas d accéder aux espaces de travail (confidentialité, tranquillité, ). Les espaces d accueil des administrés et de réception des professionnels seront placés principalement au RDC, de préférence au droit des circulations verticales pour permettre aux collaborateurs d y accéder rapidement. Ces deux espaces pourront n en faire qu un. On pourra retrouver des espaces d accueil spécifiques à une activité dans les étages toujours à proximité des circulations verticales. Page 17 sur 23

18 3.3.2: Ratios cible Espace de travail complémentaires Cœur / Auxiliaires RATIO 0,9 m2 / poste SURFACE TYPE 6 à 8 m2 RAPPORT 1 espace pour 6 à 9 postes Espace pause Espace respiration / Café Espace réfectoire 0,4 m2 /poste 0,3 m2 / poste 8 à 12 m2 12 à 30 m2 1 espace pour 20 à 30 postes 1 espace pour 40 à 100 pers Espace réunion de Salle conférence/salle réunion de de 1,4 m2 / poste 20 à 40 m2 1 espace pour 15 à 30 postes Espace copieur / courrier Espace copieur / courrier 0,3 m2 / poste 6 à 9 m2 1 espace pour 20 à 30 postes Espace accueil des administrés 0,3 m2 / poste 40m2 Mini 20m2 / maxi 200 m2 Espace réception des professionnels 0,3 m2 / poste 30 m2 Mini 18m2 / maxi 50 m2 Espace de rangement Dossiers communs Archives vivantes 0,8 à 2,5 m2 10 à 15 m2 1 espace pour 20 à 30 postes Page 18 sur 23

19 3.5 Les autres espaces Définition des espaces / Rôles Il s agit de l ensemble des espaces non évoqués dans les paragraphes précédents et qui participent au bon fonctionnement du bâtiment Ratios cible Définition Rôle Ratio par poste Mobilier spécial Équipements communs à un groupe de travail (Bibliothèque, machine, ) 0,3 m2 Documentation professionnelle Fichiers, livres, publications communes au service 0,1 à 0,2 m2 Centrale communications Standard TT, fax et autres moyens de communication 0,1 m2 Enseignement d entreprise Pour la formation continue des collaborateurs 0,3 à 0,5 m2 Poste centrale Arrivée et départ du tri courrier 0,2 m2 Économat d étage Papiers, fourniture, 0,3 m2 Informatique centrale Serveurs, armoires de brassage, équipements électriques spéciaux, 0,3 à 0,4 m2 Dépôt matériel informatique Entretien 0,2 à 0,5 m2 Service sanitaire Médecine du travail, consultations, infirmerie, 0,1 m2 Archives Archives semi-courantes 0,6 à 0,8 m2 Conciergerie Matériels de bureau, mobiliers 0,7 à 1,5 m2 Livraisons, expéditions 0,1 m2 Entretien du bâtiment Point d eau et produits pour le nettoyage 0,3 à 0,5 m2 Page 19 sur 23

20 Vestiaires 0,2 à 0,4 m2 Locaux sanitaires WC, lavabos, douches 0,7 à 0,9 m2 Circulations générales 1 Couloirs et espaces de distribution principaux d étage desservant directement des surfaces utiles principales, secondaires et techniques 2,8 à 3,2 m2 Circulations générales 2 Cages d escaliers principales et de secours y compris paliers, corridors communs de l immeuble, ascenseurs, monte-charge, escalators 1,8 à 2,7 m2 LES DONNEES CI-DESSOUS SONT INDIQUEES A TITRE INDICATIF Centrales, sous-stations et gaines Technique du bâtiment 1,5 à 2,1 m2 techniques accessibles Éléments de construction Structure porteuse, cloisons fixes et amovibles 3,7 à 4,3 m2 Page 20 sur 23

21 4. REGLES D UTILISATION ET DE VIE : a) Les bureaux Les personnes qui seront amenées à travailler dans un espace ouvert devront avoir un bureau rangé et ordonné. Les séances de travail devront se faire dans les salles de réunion ou espaces auxiliaires et très exceptionnellement au poste de travail Quelques règles pour les espaces ouverts ou partagés: Bruit: Tachez de ne pas déranger vos collègues par vos éclats utilisez des écouteurs quand vous écoutez la radio ou un disque. Utilisez les espaces réunion pour vos réunions ou discussions de travail. Propreté: Lorsque vous quittez votre bureau ou l espace où vous avez travaillé, il ne peut rester trace de votre travail. La propreté et le rangement sont indispensables dans un espace ouvert ou partagé. Concentration: Pour vos missions ou travaux nécessitant une concentration mentale, des espaces dédiés sont disponibles. Quittez-les dans l état où vous les avez trouvés. Communications privées: Les espaces auxiliaires peuvent aussi vous servir si vous devez avoir une conversation personnelle avec un collègue ou au téléphone. Centrale téléphonique: Vous êtes tous priés de prendre un téléphone qui sonne si personne n est en mesure de répondre à la réception. b) Les espaces de travail complémentaires sont en libre accès et non réservables Une personne ne pourra pas passer plus de 25% de son temps dans ces espaces afin que chacun puisse en bénéficier. c) Les espaces «pause» Café Réfectoire (centralisé) Respiration Les personnes qui bénéficient de ces espaces veilleront au maintien de la propreté et du rangement au quotidien même si un service de nettoyage est mandaté. Des règles spécifiques devront être définies notamment pour le réfectoire avec, par exemple, un système de rotation pour le nettoyage au quotidien. d) Les espaces de réunions Les salles de conférences seront mutualisées entre plusieurs services, directions ou départements, au minimum à l échelle du bâtiment. Pour être utilisées, elles devront être réservées par les collaborateurs. Les salles de réunions seront mutualisées à l intérieur d un service, d une direction ou d un département. Pour être utilisées, elles pourront être réservées par les collaborateurs. Page 21 sur 23

22 Un système centralisé de réservations est donc recommandé. Les salles de réunions et salles de conférences devront être débarrassées, propres et rangées à la fin de chaque séance. e) Les espaces copieurs / mopieurs Ces espaces sont mutualisés conformément aux directives édictées par le CTI. Des règles devront être établies afin de définir les modalités de rangement et d entretien de ces espaces. f) Des espaces pour l accueil des administrés et la réception des professionnels y compris réception /envoi du courrier Afin de limiter les flux de visiteurs (administrés et professionnels), des petites salles de réunion seront disposées dans ces espaces et serviront pour des entretiens pour moins de 4 personnes et pour des échanges ne nécessitant pas l accès aux postes de travail. La réception et l envoi du courrier se fera également dans cet espace, dans une zone dédiée, isolée de la partie accueil / réception. Le dimensionnement et l'équipement de ces espaces tiendront compte du nombre de visiteurs moyen par jour. g) Des espaces de rangement Ces espaces seront exclusivement réservés aux archives courantes (dossiers en cours, documents partagés de gestion et de travail). A la clôture du dossier, les archives semi-courantes doivent être conditionnées et inventoriées, conformément aux principes d'archivage en vigueur. A l'échéance du délai de conservation (cf calendrier de conservation), elles seront triées et le cas échéant versées aux Archives d'etat. Page 22 sur 23

23 5. ADAPTATION SPECIFIQUE AUX BÂTIMENTS TRAMES ET ANCIENS: Dans le cas où les normes devraient s appliquer à des bâtiments anciens, les surfaces types pour les espaces de bureau pourraient être assouplies afin de tenir compte de la configuration des locaux existants: - Bureaux individuels (T1) : Max 30m2 - Bureaux individuels (T2) : Max 20m2 - Bureaux partagés à 2 (T3) : Max 27m2 - Bureaux partagés à 4 (T4) : Max 40m2 - Bureaux paysager (T5 et T6) : 10m2 / poste Dans le cas où les normes devraient s appliquer à des bâtiments tramés (sans travaux d aménagement spécifiques), les surfaces types pour les espaces de bureau pourraient être assouplies afin de tenir compte de la configuration des locaux existants: - Bureaux individuels (T1) : Max 26m2 - Bureaux individuels (T2) : Max 18m2 - Bureaux partagés à 2 (T3) : Max 23m2 - Bureaux partagés à 4 (T4) : Max 36m2 - Bureaux paysager (T5 et T6) : 9m2 / poste Pour l ensemble des autres surfaces et pour les 2 typologies de bâtiment (tramés et anciens), les ratios donnés peuvent être diminués de l ordre de 30%. Page 23 sur 23

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges Invitation à soumissionner n PTD/10/056 Annexe I Cahier des charges Sommaire : I II III IV Introduction générale Descriptif des bâtiments à libérer (P&G et CAM) Descriptif du bâtiment à occuper (Nouveau

Plus en détail

HUB D ACTIVITES SCIENTIFIQUES

HUB D ACTIVITES SCIENTIFIQUES HUB D ACTIVITES SCIENTIFIQUES BUREAUX / L ( A PARTIR DE 40 M²) LABORATOIRE L CLASSE D ( A PARTIR DE 30 M²) Dans un bâtiment neuf de 700 m² R+ avec sous-sol Accès équipements techniques Ascenseur 630 kg

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES

CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES L ensemble des règles définies ci-après constitue le Règlement Intérieur du Centre nécessaire à sa bonne marche et à la satisfaction

Plus en détail

Une image d envol technique rassurante

Une image d envol technique rassurante DELOCALISATION DE LA CLINIQUE DE PARC BOULEVARD STALINGRAD LYON 6 Une image d envol technique rassurante Un lieu qui communique et qui respire la santé Nous avons voulu offrir à la nouvelle Clinique du

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP) MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP) Pouvoir adjudicateur Institut d'etudes Politiques de Rennes Représentant du pouvoir adjudicateur Monsieur le

Plus en détail

Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3

Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3 Section du programme, du budget et de l administration Segment du programme, du

Plus en détail

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE Direction Départementale des Territoires de la Haute-Savoie service habitat/pôle bâtiment durable Notice d'accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au

Plus en détail

SURFACES ET EFFECTIFS

SURFACES ET EFFECTIFS 2,91 m 3,50 m 6 m 3,50 m 3,50 m 5,80 m 3,50 m 3 m 3,50 m rue des Sablons COUPE RESTRUCTURATION D'UN ENSEMBLE IMMOBILIER 29-31 rue des Sablons - Impasse des prêtres 75016 PARIS COMMERCIALISATION COUPE COMMERCIALISATION

Plus en détail

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac Direction des Services Techniques Phase I : DIAGNOSTIC de type «R, X, L» : Ile Fanac Commission Communale d Accessibilité pour les Personnes Handicapées (CCAPH) Réunion n 4 du 13 février 2008 1 ère partie

Plus en détail

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique PSDC99 NSEC99 CPGaa CPGEaa CPGELaa CPGEOaa HCaa HCCHaa CPG1aa CPGE1aa CPGEL1aa CPGEO1aa HC0aa HCCH0aa CPG2aa CPGE2aa CPGEL2aa CPGEO2aa HC1aa

Plus en détail

REPRESENTACION PERMANANTE DE ESPAÑA ANTE LA UNION EUROPEA

REPRESENTACION PERMANANTE DE ESPAÑA ANTE LA UNION EUROPEA CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES SERVICE D ENTRETIEN DES LOCAUX DE LA REPRESENTATION (BRUXELLES) 1. LOCAUX À ENTRETENIR Les bâtiments à nettoyer sont ceux situés : Bd. du Régent 50 à 1000 Bruxelles:

Plus en détail

Notice d accessibilité des personnes handicapées aux établissements recevant du public et aux installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.

Notice d accessibilité des personnes handicapées aux établissements recevant du public et aux installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P. Notice d accessibilité des personnes handicapées aux établissements recevant du public et aux installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Accessibilité Avril 2009 (d'autres types

Plus en détail

1- RAPPELS. Réglementation - Loi n 2005-102 du 11 février 2005 - Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1 er août 2006 Arrêté du 21 mars 2007

1- RAPPELS. Réglementation - Loi n 2005-102 du 11 février 2005 - Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1 er août 2006 Arrêté du 21 mars 2007 Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Document obligatoirement joint au dossier de permis de construire

Plus en détail

NOTICE D'ACCESSIBILITE

NOTICE D'ACCESSIBILITE DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES Service Expertive Technique Bureau Aménagement Durable, Ecoquartiers et Accessibilité affaire suivie par : Hervé Parrain Tél. : 04 73 42 14 82 Fax : 73 42 16 70

Plus en détail

Guide de l Accessibilité des ERP

Guide de l Accessibilité des ERP Guide de l Accessibilité des ERP Comment rendre votre établissement accessible aux handicapés et assurer la continuité de votre accueil du public pendant les travaux de mise aux normes. Sommaire 1. Introduction

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE COMPLETANT LES DISPOSITIONS GENERALES

FICHE TECHNIQUE COMPLETANT LES DISPOSITIONS GENERALES FICHE TECHNIQUE COMPLETANT LES DISPOSITIONS GENERALES MOBILITE REDUITE I - ACCEDER - CHEMINER II - UTILISER LES EQUIPEMENTS III - SALLE DE REUNION, AMPHITHEATRE, ESPACE SOCIAL DE RESTAURATION. IV - INSTALLATIONS

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

institut national de jeunes sourds de Paris

institut national de jeunes sourds de Paris institut national de jeunes sourds de Paris Mise en place d un dossier unique informatisé de l élève à l institut national de jeunes sourds de Paris CAHIER DES CHARGES Page 1 sur 10 Le présent document

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC Table des matières PRÉAMBULE ----------------------------------------------------------------------------------------------- 3 1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Commune de Préverenges

Commune de Préverenges Commune de Préverenges PREAVIS MUNICIPAL N 16/05 Demande d un crédit de construction de fr. 16'274 000.-- pour la construction d un collège primaire 2 MUNICIPALITE DE PREVERENGES Préavis N 16/05 Demande

Plus en détail

Séminaire Bâtiment Durable :

Séminaire Bâtiment Durable : 1 Séminaire Bâtiment Durable : Reconversion durable d immeubles de bureaux Bruxelles Environnement Focus 2 : Aspects techniques et architecturaux Anders BÖHLKE Program Manager de l Executive Master Immobilier

Plus en détail

1- RAPPELS 1/11. direction départementale des Territoires Creuse

1- RAPPELS 1/11. direction départementale des Territoires Creuse direction départementale des Territoires Creuse Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Document obligatoirement

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

les chambres et parties communes sont situées sur l ensemble du 1 étage de la maison

les chambres et parties communes sont situées sur l ensemble du 1 étage de la maison (semi) colocation VILLENEUVE D ASCQ cité scientifique 4 cantons quatre cantons lille Sainghin en Mélantois Bouvines Templeuve Cysoing Anstaing Louvil Gruson Chéreng Péronne en Mélantois colocations location

Plus en détail

NOTICE D'ACCESSIBILITE

NOTICE D'ACCESSIBILITE Direction Départementale des Territoires Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- NOTICE D'ACCESSIBILITE

Plus en détail

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative A n n e x e 1 Annexe 1 1.2.1 hauteur d un bâtiment La hauteur h d'un

Plus en détail

Contrat d hébergement (Selon l art. 10 de la loi ASFT du 8 septembre 1998)

Contrat d hébergement (Selon l art. 10 de la loi ASFT du 8 septembre 1998) Contrat d hébergement (Selon l art. 10 de la loi ASFT du 8 septembre 1998) Préambule L admission est destinée aux jeunes majeurs, de 18 à 30 ans révolus, en situation de détresse et financièrement défavorisés,

Plus en détail

1/11 1- RAPPELS 3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE

1/11 1- RAPPELS 3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE direction départementale de l Equipement et de l agriculture Cher Notice de prise en compte de l'accessibilité aux personnes handicapées dans les établissements recevant du public (E.R.P. et I.O.P.) -----------------

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ENTRETIENS LOCAUX MAIRIE Brissac-Quincé

CAHIER DES CHARGES ENTRETIENS LOCAUX MAIRIE Brissac-Quincé CAHIER DES CHARGES ENTRETIENS LOCAUX MAIRIE Brissac-Quincé - MODE DE PASSATION DU MARCHÉ : Procédure adaptée art. 28 CMP - Maître d Ouvrage : Mairie de Brissac-Quincé - Date de mise en consultation : jeudi

Plus en détail

NOTICE D'ACCESSIBILITE

NOTICE D'ACCESSIBILITE Bureau Gestion des Politiques Publiques Mission Accessibilité Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) -----------------

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN BELGIQUE REPRÉSENTATION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRÈS DE L UNION EUROPÉENNE

AMBASSADE DE FRANCE EN BELGIQUE REPRÉSENTATION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRÈS DE L UNION EUROPÉENNE AMBASSADE DE FRANCE EN BELGIQUE REPRÉSENTATION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRÈS DE L UNION EUROPÉENNE APPEL D OFFRE POUR UN MARCHE DE NETTOYAGE Pouvoir adjudicateur Monsieur Bernard VALERO, ambassadeur de

Plus en détail

Contexte professionnel n 3 : Éco Clean

Contexte professionnel n 3 : Éco Clean Contexte professionnel n 3 : Éco Clean Table des matières I - Conditions de travail 3 II - Éco Clean : entretien d'immeubles et communs 5 III - Appartement meublé - résidence Calypso 7 IV - Classement

Plus en détail

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE SERVICE PHARMACIE Jean-Louis LONGUEFOSSE Anne-Marie FORTUNE Géraldine LIGUORI Pharmacien Chef de service Pharmacien Pharmacien contractuel Tel : 0596 59 29 39 Tel : 0596 70 83 20 Tel : 05 96 59 28 62 jllonguefosse@ch-colson.fr

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

APPEL A PROJET POUR L ACQUISITION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX DANS LA ZONE EST DU DEPARTEMENT DU VAL D OISE

APPEL A PROJET POUR L ACQUISITION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX DANS LA ZONE EST DU DEPARTEMENT DU VAL D OISE APPEL A PROJET POUR L ACQUISITION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX DANS LA ZONE EST DU DEPARTEMENT DU VAL D OISE A destination de promoteurs, constructeur s, agents immobiliers et architectes Par tout organisme

Plus en détail

PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES de PRODUITS CONSOMMABLES et ADAPTES

PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES de PRODUITS CONSOMMABLES et ADAPTES CUFR JF CHAMPOLLION Place de Verdun 81000 ALBI CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.A.P MARCHE DE SERVICE 2012 N 101-2012 PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES

Plus en détail

Demande de devis. Objet : entretien des locaux d Arcadi

Demande de devis. Objet : entretien des locaux d Arcadi Demande de devis (Procédure adaptée à bons de commande articles 28 et 77 du code des marchés publics) Référence à rappeler obligatoirement sur toute correspondance ARCADI MPFCS 12-2012/01 Objet : entretien

Plus en détail

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes Format attendu des dossiers de demande de fréquences dans la bande 2,1 GHz dans les DOM, à Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Mayotte en date du 1 er novembre 2007 Selon l article

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL No 03-2014. Objet : Bâtiment Multifonctions Crédit de construction

PREAVIS MUNICIPAL No 03-2014. Objet : Bâtiment Multifonctions Crédit de construction 1188 Gimel, le 13 juin 2014 MUNICIPALITE DE GIMEL PREAVIS MUNICIPAL No 03-2014 présenté au Conseil Communal de Gimel, en sa séance du 26 juin 2014 Objet : Bâtiment Multifonctions Crédit de construction

Plus en détail

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX Exécution de prestations de nettoyage de locaux administratifs situés : - site n 1 : 24 rue des Ingrains 36022 CHATEAUROUX - site n 2 : 10 rue d Olmor 36400 LA CHATRE Critères

Plus en détail

Plateaux de bureau, bureaux

Plateaux de bureau, bureaux LOT 1 Siège central de Fedasil Plateaux de bureau, bureaux SOLS 2x par an Dépoussiérer tous les sols à l aide d un balai muni de voiles imprégnés Enlever les taches éventuelles sur les sols Aspirer à fond

Plus en détail

Toulouse centre ville

Toulouse centre ville Toulouse centre ville Septembre 2015 Ouverture d un centre d affaires nouvelle génération allées Jean Jaurès Start-up Entrepreneurs Consultants Indépendants Un lieu unique de 1 000 m² pour Salariés en

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

PROCES VERBAL D ÉTAT DES LIEUX DÉTAILLÉ D ENTRÉE / DE SORTIE* relatif à un bail de résidence

PROCES VERBAL D ÉTAT DES LIEUX DÉTAILLÉ D ENTRÉE / DE SORTIE* relatif à un bail de résidence PROCES VERBAL D ÉTAT DES LIEUX DÉTAILLÉ D ENTRÉE / DE SORTIE* * Cocher la case adéquate relatif à un bail de résidence Éditeur responsable : L atelier des droits sociaux Asbl Rue de la Rouge, 4 1000 Bruxelles

Plus en détail

F.I.C. n 2010/TDM01. Objet : Rubrique TDM - Tri des Déchets Ménagers. Evolution des exigences de la rubrique

F.I.C. n 2010/TDM01. Objet : Rubrique TDM - Tri des Déchets Ménagers. Evolution des exigences de la rubrique F.I.C. n 2010/TDM01 Fiche d interprétation et / ou complément au référentiel (Ancienne appellation «Jurisprudence technique») Objet : Rubrique TDM - Tri des Déchets Ménagers Evolution des exigences de

Plus en détail

ANNEXE 1 - LISTE DES PRESTATIONS

ANNEXE 1 - LISTE DES PRESTATIONS ANNEE 1 - NETTOYAGE COURANT VIDAGE ET ESSUYAGE HUMIDE DES CORBEILLES ESSUYAGE DES BUREAU ET TABLES ESSUYAGE DES OBJETS MEUBLANTS ESSUYAGE DES OBJETS MEUBLANTS DANS PC SECURITE DANS SAS ACCES A COUR ESSUYAGE

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES SALLES MUNICIPALES D HÉRICY

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES SALLES MUNICIPALES D HÉRICY RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES SALLES MUNICIPALES D HÉRICY Préambule Le présent règlement intérieur s applique aux salles municipales suivantes : - Salle de l Orangerie... 180 personnes debout, 150 assises -

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

CADRE BATI : ERP NEUFS ET EXISTANTS

CADRE BATI : ERP NEUFS ET EXISTANTS 3ème RENCONTRE TECHNIQUE DE L'ACCESSIBILITE CADRE BATI : ERP NEUFS ET EXISTANTS Patricia QUOY et Carole ROUGEOLLÉ DDT 91 - STANE 29/06/12 CADRE REGLEMENTAIRE Définition d'un ERP (R.123-2 du CCH) = lieu

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013)

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) Le générique masculin est utilisé sans discrimination uniquement dans le but d alléger le texte. 1. OBJECTIFS Gérer efficacement

Plus en détail

Ajustement. Titre l environnement normatif

Ajustement. Titre l environnement normatif Ajustement de Titre l environnement normatif Comité de pilotage Ad AP du 14 janvier 2015 Nantes Présenté par la délégation ministérielle à l accessibilité Eric Heyrman Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

GUIDE POUR ÉLABORER LE PORTRAIT DOCUMENTAIRE D'UN POSTE DE CLASSEMENT DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

GUIDE POUR ÉLABORER LE PORTRAIT DOCUMENTAIRE D'UN POSTE DE CLASSEMENT DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS 1 GUIDE POUR ÉLABORER LE PORTRAIT DOCUMENTAIRE D'UN POSTE DE CLASSEMENT DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS Version 2 Outil de gestion documentaire Saint-Félicien TABLE DES MATIÈRES 2 Conditions d'utilisation

Plus en détail

FOYER DE PERSONNES AGEES «LA ROSERAIE» CONVENTION D OCCUPATION D UN ENSEMBLE DE LOGEMENTS SITUES DANS LES ETAGES SUPERIEURS DU BATIMENT

FOYER DE PERSONNES AGEES «LA ROSERAIE» CONVENTION D OCCUPATION D UN ENSEMBLE DE LOGEMENTS SITUES DANS LES ETAGES SUPERIEURS DU BATIMENT 1/6 FOYER DE PERSONNES AGEES «LA ROSERAIE» CONVENTION D OCCUPATION D UN ENSEMBLE DE LOGEMENTS SITUES DANS LES ETAGES SUPERIEURS DU BATIMENT ENTRE : Le Centre Communal d Action Sociale CCAS de DEVILLE LES

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

FILIERE AVICOLE & CUNICOLE WALLONNE - asbl

FILIERE AVICOLE & CUNICOLE WALLONNE - asbl FILIERE AVICOLE & CUNICOLE WALLONNE - asbl Règlement d ordre intérieur (PERSONNEL) Dispositions générales La Filière Avicole et Cunicole Wallonne bénéficie des services centraux de la Fédération Wallonne

Plus en détail

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment Réglementations Thermique Acoustique Aération Fiche d application Acoustique Départements d Outre-Mer Version 1.1 Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

Rappel des principaux éléments de la réglementation valable pour tous les commerces. Accessibilité des établissements recevant du public

Rappel des principaux éléments de la réglementation valable pour tous les commerces. Accessibilité des établissements recevant du public Rappel des principaux éléments de la réglementation valable pour tous les commerces Les handicapés doivent circuler, accéder et utiliser les établissements recevant du public au même titre que chaque citoyen.

Plus en détail

FOYER INTERNATIONAL REGLEMENT INTERNE

FOYER INTERNATIONAL REGLEMENT INTERNE FOYER INTERNATIONAL REGLEMENT INTERNE PRESENTATION Depuis 1902, l Association d Ecogia, institution d inspiration chrétienne, exploite, à Genève, un foyer à l enseigne «Foyer International». Celui-ci accueille

Plus en détail

Commerce et Services. L A.B.C. de l accessibilité des commerces

Commerce et Services. L A.B.C. de l accessibilité des commerces www.loir-et-cher.cci.fr Commerce et Services L A.B.C. de l accessibilité des commerces Au 1 er janvier 2015, tout commerce devra être accessible à toute personne souffrant de tout handicap (Loi du 11 février

Plus en détail

NOTICE D ACCESSIBILITÉ

NOTICE D ACCESSIBILITÉ NOTICE D ACCESSIBILITÉ POUR LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC à joindre à la demande de permis de construire ou d'autorisation de travaux Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005, Décret

Plus en détail

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p.

p.2 p.6 ... Exposé des motifs Texte du projet de règlement grand-ducal Commentaire des articles Fiche financière Fiche d'évaluation d'impact p. ... LE GOUVERNEMENT Projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions d'accès du public et des administrations aux informations conservées par la Centrale des bilans et le tarif applicable. 1.

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 CIRCULATIONS VERTICALES INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 1 PROGRAMME LECONS LECON_001 [T] Présentation Notions de Technobat LECON_002 [T] Technobat Tropicale Les classes énergétiques LECON_003 [T] Les matériaux

Plus en détail

CONSULTATION POUR LE RECRUTEMENT D UN CHEF DE PROJET AMO

CONSULTATION POUR LE RECRUTEMENT D UN CHEF DE PROJET AMO CONSULTATION POUR LE RECRUTEMENT D UN CHEF DE PROJET AMO Sommaire 1. Objectifs de la consultation... 3 1.1 Missions... 3 1.2 Qualités... 3 2. Description du système actuel... 4 2.1. Architecture du système

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Avril 2013 POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Conformément aux règles des directives 2004/39/CE du 21 avril 2004 et 2006/73CE du 10 août 2006 transposées dans les articles 313-18 à 313-28 du

Plus en détail

Form a invente pour Groupama le call center de demain orienté confort des opérateurs.

Form a invente pour Groupama le call center de demain orienté confort des opérateurs. Communiqué de Presse Groupama Call Center Form a invente pour Groupama le call center de demain orienté confort des opérateurs. Dans l esprit du 1 er espace de travail éco-citoyen dit «ECO LOGIC»* réalisé

Plus en détail

Guide du tuteur. Baccalauréat professionnel. Accueil-Relation Clients et Usagers

Guide du tuteur. Baccalauréat professionnel. Accueil-Relation Clients et Usagers Guide du tuteur Baccalauréat professionnel Accueil-Relation Clients et Usagers Lycée Professionnel Henri Brulle 65 Route de Saint Emilion 33500 Libourne Tél : 05.57.48.12.30 Fax : 05.57.85.11.52 Présentation

Plus en détail

Parc Valentine Vallée Verte

Parc Valentine Vallée Verte Le Bourbon 10.300 m² de bureaux neufs à louer Parc Valentine Vallée Verte un parc d affaires unique Au cœur d un parc d affaires unique Choisissez pour votre entreprise des bureaux dans un bâtiment historique

Plus en détail

Mairie de Lérouville République Française Département de la Meuse

Mairie de Lérouville République Française Département de la Meuse Mairie de Lérouville République Française Département de la Meuse REGLEMENT INTERIEUR 2015 D UTILISATION DES SALLES COMMUNALES DE LEROUVILLE Adopté par le Conseil Municipal par délibération n 58 du 16

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS

REGLEMENT GENERAL DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS REGLEMENT GENERAL DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS 1. Objet de la maison des associations. La maison des associations est un lieu de développement et de soutien de la vie associative. Elle doit permettre

Plus en détail

Accessibilité des ERP-IOP situés dans un cadre bâti existant

Accessibilité des ERP-IOP situés dans un cadre bâti existant Ajustement de l environnement normatif Accessibilité des ERP-IOP situés dans un cadre bâti existant Jean-Gérard Langlois - Pôle accessibilité Cotita «Accessibilité des bâtiments des collectivités» - 27

Plus en détail

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr Cahier des charges Refonte du site internet www.sciencesporennes.fr Procédure d achat conformément à l article 28 alinéa I du Code des marchés publics 1. Présentation de la structure Reconnu pour son excellence

Plus en détail

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés Nouveau règlement Accessibilité Handicapés 1 Les principaux points à retenir en synthèse Prise en compte de tous les handicaps notamment physique, cognitif, mental ou psychique Exigences de performance

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

Loi pour l Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées (EDCPCPH)

Loi pour l Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées (EDCPCPH) 1 Loi pour l Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées (EDCPCPH) NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE ERP Principales nouveautés du décret : «ERP NEUFS»

Plus en détail

GUIDE D'ACHATS DE MOBILIER

GUIDE D'ACHATS DE MOBILIER GUIDE D'ACHATS DE MOBILIER PREAMBULE : Toute correspondance concernant l'achat de mobilier, doit s'effectuer par courriel à l'adresse suivante : service-achats@univ-reims.fr. I. Terminologie Pour les achats

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

CHAPITRE 1. DÉFINITION DES CATÉGORIES D ESPACE (Septembre 2003) Mise à jour août 2010 (en référence au guide SILU, août 2009)

CHAPITRE 1. DÉFINITION DES CATÉGORIES D ESPACE (Septembre 2003) Mise à jour août 2010 (en référence au guide SILU, août 2009) CHAPITRE 1 DÉFINITION DES CATÉGORIES D ESPACE () Mise à jour août 2010 (en référence au guide SILU, août 2009) TABLE DES MATIÈRES Page 1. CATÉGORIE 010 Salles d enseignement... 1 2. CATÉGORIE 020 Laboratoires

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE DESCRIPTIF QUANTITATIF / BORDEREAU DE PRIX TRAVAUX DE PEINTURE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE DESCRIPTIF QUANTITATIF / BORDEREAU DE PRIX TRAVAUX DE PEINTURE TRAVAUX DE PEINTURE MARCHE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE (article 28 du Code des Marchés Publics) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DESCRIPTIF QUANTITATIF / BORDEREAU DE PRIX CE DOCUMENT COMPTE

Plus en détail

Appel d Offres : Développement du Système d Information. Contacts : Arnaud Humbert-Droz ou Florence de Mengin Fondragon appeloffres@valdelia.

Appel d Offres : Développement du Système d Information. Contacts : Arnaud Humbert-Droz ou Florence de Mengin Fondragon appeloffres@valdelia. Appel d Offres : Développement du Système d Information Contacts : Arnaud Humbert-Droz ou Florence de Mengin Fondragon appeloffres@valdelia.org SOMMAIRE 1. Présentation Valdelia... 4 1.1. À propos de Valdelia

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france CONVENTION QUADRIPARTITE RELATIVE A LA MUTUALISATION

Plus en détail

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX 1 OBJET DU DOCUMENT ----------------- Accessibilité des personnes

Plus en détail

Critères de classification hôtelière suisse

Critères de classification hôtelière suisse 1 1. Aspect extérieur du bâtiment Accès, parking, jardin, façade, fenêtres, balcons Signalisation / accès à partir des principaux axes routiers 2. Secteur de l entrée Largeur, paillassons, ambiance (éclairage,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA Le Conseil d Administration (le "Conseil d Administration" ou le "Conseil") de la société Club Méditerranée SA (la "Société") a décidé

Plus en détail

ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session

ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session Participation des organisations

Plus en détail

Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire

Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire Octobre 2009 Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire L intégration de personnes âgées ou souffrant d un handicap est une tâche importante de notre société. Les personnes

Plus en détail

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Hôtesse Standardiste

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Hôtesse Standardiste LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Hôtesse Standardiste EVALUATION GDI DU SALARIE Hôtesse Standardiste NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule à l'entretien

Plus en détail

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée.

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée. Parking Si vous avez un parking privé, 2% des places devront être accessibles : largeur minimum 3,30 m, place et devers de pente maxi 2%, signalétique horizontale et verticale. Les places accessibles devront

Plus en détail

COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION

COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION Commune de Rochemaure Page 1 sur 11 Commune de Rochemaure 2 Place de la Mairie BP19 07400 ROCHEMAURE Maître d ouvrage COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION

Plus en détail

LOCAUX COMMUNS CREATION D'UNE PEPINIERE D'ENTREPRISES ESQUISSE N 2 RDC R+1 R+2 R+3 TOTAL Accueil 47 473 m2 Bureau administration 15 Local repro/archives 12 Petite salle de réunion 35 Salle de conférence

Plus en détail

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie Guide pratique Règlementation, recommandations et préconisations Préambule 2 Définition d un ERP: Sont considérés comme des Établissements

Plus en détail

SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS

SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS 1. Lignes directrices 2. Issue extérieure au niveau du sol Accès et aire de manœuvre Sécurité fonctionnelle 3. Étages desservis par un Bâtiment protégé par des extincteurs automatiques

Plus en détail

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES I. APPELLATION DU DIPLÔME BEP métiers des services administratifs RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

PASCAL DECARY DIRECTEUR ACHATS GROUPE REDACTEUR : BENJAMIN HULOT VERSION - DATE : V1 : 08-12-2014 DATE D APPLICATION : 01-01-2014

PASCAL DECARY DIRECTEUR ACHATS GROUPE REDACTEUR : BENJAMIN HULOT VERSION - DATE : V1 : 08-12-2014 DATE D APPLICATION : 01-01-2014 PROCEDURE DE GESTION GROUPE REPORTING ACHATS DD DAG PASCAL DECARY DIRECTEUR ACHATS GROUPE REDACTEUR : BENJAMIN HULOT VERSION - DATE : V1 : 08-12-2014 DATE D APPLICATION : 01-01-2014 OBJECTIF 1. Définition

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Service compris! Entrez, installez-vous, tout est prêt.

Service compris! Entrez, installez-vous, tout est prêt. Service compris! Entrez, installez-vous, tout est prêt. BUREAUX MODULAIRES ÉCOLES MOBILIER Lycée Picasso de Perpignan ÉVÉNEMENTIEL SERVICES Chantier Paris-La Défense Désormais, les constructions modulaires

Plus en détail