ETAT DE GENEVE NORMES ET REGLES D UTILISATION DES LOCAUX ADMINISTRATIFS. 18 novembre 2008

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETAT DE GENEVE NORMES ET REGLES D UTILISATION DES LOCAUX ADMINISTRATIFS. 18 novembre 2008"

Transcription

1 ETAT DE GENEVE NORMES ET REGLES D UTILISATION DES LOCAUX ADMINISTRATIFS 18 novembre 2008

2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION: CONTEXTE / OBJECTIF METHODOLOGIE LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE SURFACES Préambule : Les bureaux : Définition des profils d utilisateurs : Critères d attribution des espaces de bureau : Surfaces types de bureaux et leurs équipements (1/3) : Les espaces connexes Définition des espaces / rôles : Ratios cible Les autres espaces Définition des espaces / Rôles Ratios cible REGLES D UTILISATION ET DE VIE ADAPTATION SPECIFIQUE AUX BÂTIMENTS TRAMES ET ANCIENS Page 2 sur 23

3 1. INTRODUCTION: CONTEXTE / OBJECTIF Le Conseil d'état s'est fixé pour objectif d'optimiser l'occupation par les services de l'état des surfaces administratives dont il est propriétaire ou qui sont louées à des tiers. Pour ce faire, une étude sur l'optimisation des locaux administratifs de l'état de Genève (OLEG) a été entreprise par le département des constructions et des technologies de l'information (DCTI). En vue de maîtriser de manière durable l'attribution et l'occupation des locaux, le projet OLEG a mis en évidence la nécessité d'établir de nouvelles normes et règles d utilisation. Actuellement, seule la construction de bâtiments administratifs est règlementée par des prescriptions internes sur la programmation et le dimensionnement des locaux. L'attribution de surfaces et le contrôle continu de leur occupation ne peuvent être effectués sur la base de références uniformes et contraignantes. Les normes et règles d utilisation des locaux administratifs de l'état de Genève constituent donc la référence pour: les futurs projets de bâtiments administratifs, ainsi que les surfaces administratives contenues dans des bâtiments ayant d'autres affectations les transformations, rénovations ou aménagements de bâtiments administratifs les nouvelles attributions, le contrôle et la mise en conformité des attributions existantes la gestion des surfaces administratives louées et la location de nouvelles surfaces Elles ne concernent pas les bâtiments affectés à des activités particulières (postes de police, tribunaux, écoles, etc.) dont les besoins fonctionnels nécessitent des études spécifiques. Elles contiennent : la définition des typologies de surfaces composant un bâtiment administratif les ratios de surface en fonction du nombre d'utilisateurs les critères pour l'attribution des surfaces de bureaux en fonction des profils d'utilisateurs définis les règles d'utilisation et les règles de vie Elles contiennent également quelques recommandations pour leur mise en œuvre. Ces directives ont été élaborées sur la base d'une analyse de l'existant, en tenant compte des avis exprimés par les responsables d'unités organisationnelles ainsi que les secrétaires généraux. Elles obéissent aux contraintes légales et règlementaires et s'inspirent d'études comparatives tout en respectant les besoins spécifiques de l'administration. Page 3 sur 23

4 2. METHODOLOGIE Afin d élaborer une norme la plus adaptée possible, le DCTI s'est fondé sur : 1. Une analyse de l existant qui a permis de déterminer les besoins fonctionnels, ainsi que le potentiel des bâtiments actuellement occupés; 2. Le cadre légal, notamment les commentaires sur les ordonnances 3 et 4 relatives à la loi sur le travail Les bonnes pratiques (Benchmarks), soit des valeurs et des données types comparables aux spécificités de l État. L'analyse de l'existant s est déroulée suivant 2 axes principaux: Etat des lieux et analyse des besoins organisationnels et fonctionnels de l'etat (interviews & questionnaire) Etat des lieux et analyse du patrimoine administratif de l'etat sur la base d'un échantillon représentatif (short list de 7 bâtiments) Ceci a permis de dégager 3 grandes catégories de bâtiment en fonction de leur morphologie, et 5 profils d utilisateurs: Les bâtiments anciens non «tramés». Les bâtiments «tramés» 2. Les bâtiments neufs et à construire. Profil administratif Profil analyste ou manager Profil projet Profil nomade Profil direction La présente norme définit des objectifs cibles à atteindre pour la 3ème catégorie de bâtiment. La 2ème catégorie de bâtiment peut atteindre ces objectifs cibles moyennant quelques travaux d aménagement. La 1ère catégorie ainsi que la 2ème sans travaux ont des objectifs moindres qui sont définis au Bâtiment «tramé»: ayant une structure porteuse répétitive Page 4 sur 23

5 3. LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE SURFACES 3.1 Préambule La présente norme recense les 3 grandes typologies de surface qui composent un bâtiment administratif standard: Les bureaux: Individuels Partagés: de 2 à 4 personnes Paysager: > 4 personnes Les espaces connexes : Espaces de travail complémentaires Pause Salle de conférences, salle de réunions Copieurs Accueil et réception Les autres espaces: Sanitaires Archives Etc. Dans la réalisation de ces surfaces, les cloisons modulables seront largement préférées à des cloisons fixes, afin de rendre les espaces facilement reconfigurables. 3.2: Les bureaux 3.2.1: Définition des profils d utilisateurs En fonction de leur activité et de leur mode de fonctionnement, on identifie 5 profils de collaborateurs qui regroupent la quasi-totalité des utilisateurs des locaux administratifs de l Etat. LEGENDE Analyse Consultation Traitement Interaction Visuelle Télé Interaction Interraction Auditive Utilisateur du poste visiteur interne Visiteur Externe Documents en transit sur le plan de travail Documents ouverts sur le plan de travail Confidentialité requise Confidentialité occasionelle! Spontané Spontané Organisé Page 5 sur 23

6 Profil 1: «ADMINISTRATIF» Activité sédentaire et individualisée Polyvalence et répétitivité des tâches Communication visuelle nécessaire Réunions mensuelles de coordination et d information de la totalité d un service SUR LE SITE : Communication 100% 50% TACHES INDIVIDUELLES : 95% dont Analyse : 20% Tâches administratives : 45% Téléphone : 20 % TACHES COLLECTIVES : 5% 0% 50% 100% Temps passé à l extérieur REPARTITION DU TEMPS : Collectif 5 %! 95 % Individuel Ce profil aura un bureau type 3/4/6 (voir tableaux en pages 12 à 14) Page 6 sur 23

7 Profil 2: «ANALYSTE ou MANAGER» Activité sédentaire et individualisée Nécessité de se concentrer et de communiquer de manière informelle Réunions fréquentes et informelles à 2-3 personnes et des réunions hebdomadaires en petit comité (4/8 pers). Ce profil aura un bureau type 2/3/5 (voir tableaux en pages 12 à 14) Page 7 sur 23

8 Profil 3: «PROJET» Activité sédentaire et à fort caractère collectif Nécessité de se concentrer et de communiquer de manière formelle et informelle Réunions d équipes «projet» et transversales quotidiennes de taille moyenne (6/12 pers). Communication 100% 50% SUR LE SITE : TACHES INDIVIDUELLES : 50% TACHES COLLECTIVES : 50%!! 0% 50% 100% Temps passé à l extérieur REPARTITION DU TEMPS : 50% Individuel 50% Collectif Ce profil aura un bureau type 4/6 (voir tableaux en pages 12 à 14) Page 8 sur 23

9 Profil 4: «NOMADE» Activité nomade et/ou à fort caractère collectif Nécessité de communiquer de manière informelle Communication 100% 50% SUR LE SITE : TACHES INDIVIDUELLES : 25% TACHES COLLECTIVES : 25%! 0% 50% 100% Temps passé à l extérieur REPARTITION DU TEMPS : 25% Individuel 50% Extérieur 25% Collectif Ce profil aura un bureau type 3/4/6 (voir tableaux en pages 12 à 14) Page 9 sur 23

10 Profil 5: «DIRECTION» - Activité d encadrement - Nécessité de communiquer de manière formelle et informelle Réunions très fréquentes, entretiens individuels, coordination, information élargie Communication 100% 50% SUR LE SITE : TACHES INDIVIDUELLES : 30% TACHES COLLECTIVES : 40%! 0% 50% 100% Temps passé à l extérieur REPARTITION DU TEMPS : 30% 30% Extérieur Individuel 40% Collectif Ce profil aura un bureau type 1 (voir tableaux en pages 12 à 14) Page 10 sur 23

11 3.2.2: Critères d attribution des espaces de bureau Afin de favoriser les échanges et la communication, ainsi que la flexibilité des locaux, les bureaux seront aménagés dans des espaces partagés ou paysager. L'attribution de bureaux individuels constitue une exception pour les cas identifiés ci-dessous. Pour chaque unité organisationnelle (UO), le nombre de personne pouvant disposer de bureaux individuels ne dépassera pas, en règle générale, les 10% (ajusté à l'unité supérieure) de l'effectif total de l'uo. Les bureaux individuels sont attribués en fonction des 3 critères suivants: Niveau hiérarchique: Secrétaires généraux / Directeurs généraux et Directeurs. Besoin de confidentialité: il s agit de personnes qui, par leur fonction ou par leur secteur d activité, sont amenées à traiter quotidiennement des données confidentielles. Si plusieurs personnes ont accès aux mêmes données confidentielles, cela ne justifie pas l attribution d un bureau individuel pour chacun. Besoin de concentration permanent: il s agit de personnes qui, selon leur cahier des charges, effectuent au quotidien des tâches impliquant une réflexion accrue et dont l'évaluation de la fonction reconnaît le niveau supérieur des efforts intellectuels (cotation minimale K). Les bureaux partagés / bureaux paysager Toutes les autres personnes non concernées par les 3 critères ci-dessus auront un bureau partagé ou paysager du type 3/4/5 ou 6 conformément au tableau des surfaces types du Ces espaces partagés comprendront nécessairement des lieux complémentaires : espaces cœur ou auxiliaires, dont le nombre et la surface sont indiqués au Un soin particulier sera apporté à l acoustique des espaces ouverts créés (baffles, murs absorbants, taille de l espace ouvert, plantes vertes, etc.). Les postes de travail partagés Les personnes qui ont un taux d occupation <50% ou un taux de présence à leur poste de travail <30% pourront se voir proposer un poste de travail partagé avec un ou plusieurs autres collaborateurs. De plus, en fonction des évolutions technologiques (télétravail, etc.) et des spécificités de certains métiers, le partage, par une équipe, d un ensemble de postes de travail standardisés sera étudié. Ce type d aménagement basé sur un ratio d'au maximum 8 postes pour 10 personnes, permet d accueillir des collaborateurs qui ne sont généralement pas présents simultanément au bureau. Page 11 sur 23

12 3.2.3: Surfaces types de bureaux et leurs équipements (1/3) L attribution des bureaux s effectue sur la base des profils utilisateurs (Chap. 3,2,1) et en application des règles d attribution (Chap ). Chaque type de bureau dispose d une dotation standard en équipement identifiée dans les tableaux synoptiques ci-dessous et adaptée au mobilier proposé par la CCA. Suivant les activités, ces dotations pourraient être complétées sur demande spéciale. Les besoins supplémentaires d équipements devront être justifiés. Page 12 sur 23

13 3.2.3: Surfaces types de bureaux et leurs équipements (2/3) Page 13 sur 23

14 3.2.3: Surfaces types de bureaux et leurs équipements (3/3) TYPOLOGIE DES ESPACES - EQUIPEMENTS BUREAUX PAYSAGER FONCTION Bureau manager paysager Collaborateurs en bureaux paysager TYPE T5 T6 PROFILS D'UTILISATEURS P2 P1/3/4 NOMBRE DE POSTES = n 1 n>4 SURFACE CIBLE EN m2 14m x(n-2) m2 SURFACE MINIMALE suivant le commentaire des ordonnances 3 et 4 relatives à la loi sur le travail 12m2 18+6x(n-2) m2 1 bureau 1 bureau BUREAU (Dotation par personne) 1 caisson à roulette 1 caisson à roulette 1 siège de travail 1 siège de travail RANGEMENT (Dotation par personne) 1 armoire 120 x 45 x armoire 120 x 45 x 100 REUNION Dans espaces de travail complémentaires et salles de réunion + 2 sièges visiteurs Dans espaces de travail complémentaires et salles de réunion Page 14 sur 23

15 3.3: Les espaces connexes Définition des espaces / rôles Les espaces connexes sont des surfaces mutualisées pour une ou plusieurs unités organisationnelles. Il s agit d espaces de travail (salles de conférences, espaces auxiliaires, etc.) ou de détente (espaces pause). Les espaces de travail complémentaires L implantation de bureaux paysager ou partagés nécessite obligatoirement l aménagement d espaces de travail complémentaires : espaces cœur et auxiliaires. Ces lieux spécifiques jouxtent les postes de travail et permettent à chacun de s isoler momentanément ou de s entretenir avec un collaborateur sans déranger ses collègues. Espaces cœur: espaces de travail semi ouverts pour des réunions informelles. Espaces auxiliaires : espaces fermés, non réservables, pour des réunions de travail formelles ou informelles, pour des discussions confidentielles (téléphone, entretien, ) ou pour un travail nécessitant une forte concentration. Les espaces «pause»: ce sont des espaces différents des espaces de travail pour des rencontres quotidiennes et des évènements «exceptionnels»: Café: espaces répartis uniformément dans le bâtiment; ils seront positionnés de préférence dans les circulations horizontales. Une attention particulière sera portée à leurs traitements acoustiques (cloisonnement, etc.) pour éviter les nuisances sonores. Page 15 sur 23

16 Réfectoire: espace centralisé dans le bâtiment pour accueillir les personnes désireuses de prendre leur repas sur place. Il est équipé d un micro-onde, d un réfrigérateur, de tables, de chaises et du rangement pour la vaisselle. Respiration: espaces radicalement différents des espaces de travail, pour les événements qui permettront de renforcer les échanges informels: lecture, télévision, repos. Les espaces copieurs / mopieurs et satellites pour le courrier Espaces équi-répartis, configurés pour éventuellement accueillir le courrier; ils seront positionnés à proximité immédiate des bureaux. Les espaces de réunions La répartition des capacités entre salles de conférence, modulables et regroupées, et salles de réunions réparties dans les unités organisationnelles sera définie en fonction des activités hébergées par le bâtiment. Salles de conférence Ces salles mutualisées seront utilisées pour les conférences, formations et commissions. Elles sont destinées à accueillir des personnes externes ou internes aux unités organisationnelles du bâtiment. Elles pourront être divisées en plus petites entités avec des cloisons mobiles pour accueillir des réunions avec des effectifs variables. Elles seront regroupées de préférence au RDC ou 1er étage au droit des accès verticaux (flux). Le choix du mobilier répondra à leurs flexibilités d utilisations et à leurs aspects modulables. Elles seront équipées de matériels audiovisuels de type beamer et écran (capacité > 12 personnes) voire sono (capacité > 25 personnes). De petites salles (capacité < 6 personnes) pourront accueillir un système de visioconférences lorsque cela se justifie. Page 16 sur 23

17 Salles de réunion Ces salles mutualisées, d'une capacité maximale de 12 personnes, sont distribuées dans l ensemble du bâtiment et réparties équitablement dans les différentes unités opérationnelles. Les espaces de rangement complémentaires Il s'agit d'espaces de rangement complémentaires à ceux prévus sur le poste de travail (chap ), destinés aux archives courantes (dossiers en cours, documents de gestion, documents de travail partagés etc.) et proches des postes de travail. Les espaces pour l accueil des administrés et la réception des professionnels Espace accueil des administrés : Destiné à recevoir le public, à le renseigner et/ou à le diriger vers les différents espaces de travail, sa surface sera adaptée aux flux de personnes et aux activités. La réception et la distribution principale du courrier se feront également dans cet espace. Espace réception des professionnels : Destiné à recevoir des fournisseurs, des partenaires ou des prestataires, sa surface sera adaptée aux flux de personnes et aux activités. Cet espace comprendra de 1 à 3 petites salles d environ 7 m2 qui serviront aux échanges ne nécessitant pas d accéder aux espaces de travail (confidentialité, tranquillité, ). Les espaces d accueil des administrés et de réception des professionnels seront placés principalement au RDC, de préférence au droit des circulations verticales pour permettre aux collaborateurs d y accéder rapidement. Ces deux espaces pourront n en faire qu un. On pourra retrouver des espaces d accueil spécifiques à une activité dans les étages toujours à proximité des circulations verticales. Page 17 sur 23

18 3.3.2: Ratios cible Espace de travail complémentaires Cœur / Auxiliaires RATIO 0,9 m2 / poste SURFACE TYPE 6 à 8 m2 RAPPORT 1 espace pour 6 à 9 postes Espace pause Espace respiration / Café Espace réfectoire 0,4 m2 /poste 0,3 m2 / poste 8 à 12 m2 12 à 30 m2 1 espace pour 20 à 30 postes 1 espace pour 40 à 100 pers Espace réunion de Salle conférence/salle réunion de de 1,4 m2 / poste 20 à 40 m2 1 espace pour 15 à 30 postes Espace copieur / courrier Espace copieur / courrier 0,3 m2 / poste 6 à 9 m2 1 espace pour 20 à 30 postes Espace accueil des administrés 0,3 m2 / poste 40m2 Mini 20m2 / maxi 200 m2 Espace réception des professionnels 0,3 m2 / poste 30 m2 Mini 18m2 / maxi 50 m2 Espace de rangement Dossiers communs Archives vivantes 0,8 à 2,5 m2 10 à 15 m2 1 espace pour 20 à 30 postes Page 18 sur 23

19 3.5 Les autres espaces Définition des espaces / Rôles Il s agit de l ensemble des espaces non évoqués dans les paragraphes précédents et qui participent au bon fonctionnement du bâtiment Ratios cible Définition Rôle Ratio par poste Mobilier spécial Équipements communs à un groupe de travail (Bibliothèque, machine, ) 0,3 m2 Documentation professionnelle Fichiers, livres, publications communes au service 0,1 à 0,2 m2 Centrale communications Standard TT, fax et autres moyens de communication 0,1 m2 Enseignement d entreprise Pour la formation continue des collaborateurs 0,3 à 0,5 m2 Poste centrale Arrivée et départ du tri courrier 0,2 m2 Économat d étage Papiers, fourniture, 0,3 m2 Informatique centrale Serveurs, armoires de brassage, équipements électriques spéciaux, 0,3 à 0,4 m2 Dépôt matériel informatique Entretien 0,2 à 0,5 m2 Service sanitaire Médecine du travail, consultations, infirmerie, 0,1 m2 Archives Archives semi-courantes 0,6 à 0,8 m2 Conciergerie Matériels de bureau, mobiliers 0,7 à 1,5 m2 Livraisons, expéditions 0,1 m2 Entretien du bâtiment Point d eau et produits pour le nettoyage 0,3 à 0,5 m2 Page 19 sur 23

20 Vestiaires 0,2 à 0,4 m2 Locaux sanitaires WC, lavabos, douches 0,7 à 0,9 m2 Circulations générales 1 Couloirs et espaces de distribution principaux d étage desservant directement des surfaces utiles principales, secondaires et techniques 2,8 à 3,2 m2 Circulations générales 2 Cages d escaliers principales et de secours y compris paliers, corridors communs de l immeuble, ascenseurs, monte-charge, escalators 1,8 à 2,7 m2 LES DONNEES CI-DESSOUS SONT INDIQUEES A TITRE INDICATIF Centrales, sous-stations et gaines Technique du bâtiment 1,5 à 2,1 m2 techniques accessibles Éléments de construction Structure porteuse, cloisons fixes et amovibles 3,7 à 4,3 m2 Page 20 sur 23

21 4. REGLES D UTILISATION ET DE VIE : a) Les bureaux Les personnes qui seront amenées à travailler dans un espace ouvert devront avoir un bureau rangé et ordonné. Les séances de travail devront se faire dans les salles de réunion ou espaces auxiliaires et très exceptionnellement au poste de travail Quelques règles pour les espaces ouverts ou partagés: Bruit: Tachez de ne pas déranger vos collègues par vos éclats utilisez des écouteurs quand vous écoutez la radio ou un disque. Utilisez les espaces réunion pour vos réunions ou discussions de travail. Propreté: Lorsque vous quittez votre bureau ou l espace où vous avez travaillé, il ne peut rester trace de votre travail. La propreté et le rangement sont indispensables dans un espace ouvert ou partagé. Concentration: Pour vos missions ou travaux nécessitant une concentration mentale, des espaces dédiés sont disponibles. Quittez-les dans l état où vous les avez trouvés. Communications privées: Les espaces auxiliaires peuvent aussi vous servir si vous devez avoir une conversation personnelle avec un collègue ou au téléphone. Centrale téléphonique: Vous êtes tous priés de prendre un téléphone qui sonne si personne n est en mesure de répondre à la réception. b) Les espaces de travail complémentaires sont en libre accès et non réservables Une personne ne pourra pas passer plus de 25% de son temps dans ces espaces afin que chacun puisse en bénéficier. c) Les espaces «pause» Café Réfectoire (centralisé) Respiration Les personnes qui bénéficient de ces espaces veilleront au maintien de la propreté et du rangement au quotidien même si un service de nettoyage est mandaté. Des règles spécifiques devront être définies notamment pour le réfectoire avec, par exemple, un système de rotation pour le nettoyage au quotidien. d) Les espaces de réunions Les salles de conférences seront mutualisées entre plusieurs services, directions ou départements, au minimum à l échelle du bâtiment. Pour être utilisées, elles devront être réservées par les collaborateurs. Les salles de réunions seront mutualisées à l intérieur d un service, d une direction ou d un département. Pour être utilisées, elles pourront être réservées par les collaborateurs. Page 21 sur 23

22 Un système centralisé de réservations est donc recommandé. Les salles de réunions et salles de conférences devront être débarrassées, propres et rangées à la fin de chaque séance. e) Les espaces copieurs / mopieurs Ces espaces sont mutualisés conformément aux directives édictées par le CTI. Des règles devront être établies afin de définir les modalités de rangement et d entretien de ces espaces. f) Des espaces pour l accueil des administrés et la réception des professionnels y compris réception /envoi du courrier Afin de limiter les flux de visiteurs (administrés et professionnels), des petites salles de réunion seront disposées dans ces espaces et serviront pour des entretiens pour moins de 4 personnes et pour des échanges ne nécessitant pas l accès aux postes de travail. La réception et l envoi du courrier se fera également dans cet espace, dans une zone dédiée, isolée de la partie accueil / réception. Le dimensionnement et l'équipement de ces espaces tiendront compte du nombre de visiteurs moyen par jour. g) Des espaces de rangement Ces espaces seront exclusivement réservés aux archives courantes (dossiers en cours, documents partagés de gestion et de travail). A la clôture du dossier, les archives semi-courantes doivent être conditionnées et inventoriées, conformément aux principes d'archivage en vigueur. A l'échéance du délai de conservation (cf calendrier de conservation), elles seront triées et le cas échéant versées aux Archives d'etat. Page 22 sur 23

23 5. ADAPTATION SPECIFIQUE AUX BÂTIMENTS TRAMES ET ANCIENS: Dans le cas où les normes devraient s appliquer à des bâtiments anciens, les surfaces types pour les espaces de bureau pourraient être assouplies afin de tenir compte de la configuration des locaux existants: - Bureaux individuels (T1) : Max 30m2 - Bureaux individuels (T2) : Max 20m2 - Bureaux partagés à 2 (T3) : Max 27m2 - Bureaux partagés à 4 (T4) : Max 40m2 - Bureaux paysager (T5 et T6) : 10m2 / poste Dans le cas où les normes devraient s appliquer à des bâtiments tramés (sans travaux d aménagement spécifiques), les surfaces types pour les espaces de bureau pourraient être assouplies afin de tenir compte de la configuration des locaux existants: - Bureaux individuels (T1) : Max 26m2 - Bureaux individuels (T2) : Max 18m2 - Bureaux partagés à 2 (T3) : Max 23m2 - Bureaux partagés à 4 (T4) : Max 36m2 - Bureaux paysager (T5 et T6) : 9m2 / poste Pour l ensemble des autres surfaces et pour les 2 typologies de bâtiment (tramés et anciens), les ratios donnés peuvent être diminués de l ordre de 30%. Page 23 sur 23

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT CONDITIONS GENERALES DE MISE EN PLACE DU PROGRAMME EN FAVEUR DE L'ACCESSIBILITE A L'ENVIRONNEMENT PROFESSIONNEL

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT CONDITIONS GENERALES DE MISE EN PLACE DU PROGRAMME EN FAVEUR DE L'ACCESSIBILITE A L'ENVIRONNEMENT PROFESSIONNEL DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT CONDITIONS GENERALES DE MISE EN PLACE DU PROGRAMME EN FAVEUR DE L'ACCESSIBILITE A L'ENVIRONNEMENT PROFESSIONNEL Ce dossier concerne le financement d un programme de travaux

Plus en détail

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces

Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Cahier des charges Diagnostic des conditions d accessibilité des personnes handicapées dans les établissements recevant du public de 5 ème catégorie : commerces Maître d Ourvage : xxxx Consultation pour

Plus en détail

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES Gérard Dessein Ingénieur en chef Chef du Service Accessibilité et Constructions adaptées

Plus en détail

Présentation du Ponant Futur site de la Préfecture. Charte d aménagement Septembre 2010

Présentation du Ponant Futur site de la Préfecture. Charte d aménagement Septembre 2010 Présentation du Ponant Futur site de la Préfecture Charte d aménagement Septembre 2010 Qu est ce que la Charte d Aménagement? La Charte d Aménagement définit les principes d implantation des différentes

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS

REGLEMENT GENERAL DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS REGLEMENT GENERAL DE LA MAISON DES ASSOCIATIONS 1. Objet de la maison des associations. La maison des associations est un lieu de développement et de soutien de la vie associative. Elle doit permettre

Plus en détail

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges Invitation à soumissionner n PTD/10/056 Annexe I Cahier des charges Sommaire : I II III IV Introduction générale Descriptif des bâtiments à libérer (P&G et CAM) Descriptif du bâtiment à occuper (Nouveau

Plus en détail

Réunion d information ACCESSIBILITÉ. 7 octobre 2015

Réunion d information ACCESSIBILITÉ. 7 octobre 2015 Réunion d information ACCESSIBILITÉ 7 octobre 2015 A ce jour, il n y a pas de délai supplémentaire pour la mise en accessibilité des ERP. Selon la règlementation en vigueur, tous les dossiers devaient

Plus en détail

RENOVATION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX DE LA CHAMBRE D AGRICULTURE D ALSACE SIS AU QUARTIER PLESSIER A ALTKICH

RENOVATION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX DE LA CHAMBRE D AGRICULTURE D ALSACE SIS AU QUARTIER PLESSIER A ALTKICH RENOVATION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX DE LA CHAMBRE D AGRICULTURE D ALSACE SIS AU QUARTIER PLESSIER A ALTKICH Cahier des charges pour la réalisation d une étude de maîtrise d œuvre SOMMAIRE I. INTRODUCTION

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Sous direction de la gestion des risques des milieux Mission bruit Bureau «bâtiments, bruit et milieu de travail»

Sous direction de la gestion des risques des milieux Mission bruit Bureau «bâtiments, bruit et milieu de travail» MINISTERE DE L ECOLOGIE ET DU MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA FAMILLE Direction de la Prévention des Pollutions Direction Générale de la Santé et des Risques Sous

Plus en détail

Contrat d hébergement (Selon l art. 10 de la loi ASFT du 8 septembre 1998)

Contrat d hébergement (Selon l art. 10 de la loi ASFT du 8 septembre 1998) Contrat d hébergement (Selon l art. 10 de la loi ASFT du 8 septembre 1998) Préambule L admission est destinée aux jeunes majeurs, de 18 à 30 ans révolus, en situation de détresse et financièrement défavorisés,

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Immeubles mixtes

DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Immeubles mixtes Luxembourg, mars 2009 Le présent document a été établi par le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg et la Commission de Sécurité, de Prévention et de Prévision Incendie de la «Fédération

Plus en détail

Support Client MyNOVASECUR Module de traitement, d analyse et de rapports automatisés

Support Client MyNOVASECUR Module de traitement, d analyse et de rapports automatisés Support Client MyNOVASECUR Module de traitement, d analyse et de rapports automatisés http://www.mynovasecur.com Mise à jour mai 2010 Table des matières Part 1. Introduction... 3 1.1. Le site MyNovasecur...

Plus en détail

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE La plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil général de l Isère permet

Plus en détail

ACCESSIBILITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES

ACCESSIBILITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES ACCESSIBILITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES Situation : Au 1 er janvier 2015, l ensemble des ERP (Etablissements Recevant du Public) existants devront Etre accessibles aux personnes en situation de handicap

Plus en détail

version def septembre 2010

version def septembre 2010 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE 1 La plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil général de l Isère

Plus en détail

CILGERE SA PHASE DE SELECTION DES CANDIDATS REGLEMENT DE CONSULTATION

CILGERE SA PHASE DE SELECTION DES CANDIDATS REGLEMENT DE CONSULTATION CILGERE SA MARCHE 15.006 «PRESTATIONS DE NETTOYAGE BUREAUX / LOCAUX TECHNIQUES / ARCHIVES / EMPLACEMENTS DE PARKINGS / COUR INTERIEURE ET ESCALIERS DANS IMMEUBLE 176 RUE MONTMARTRE 75002 PARIS» PHASE DE

Plus en détail

CRM GESTION RELATION CLIENT

CRM GESTION RELATION CLIENT (Gestion de la Relation Client) GESTION RELATION CLIENT La solution idéale pour avoir une vue à 360 de vos prospects et clients. Destinés à tous les services, ces applications vous permettent de mieux

Plus en détail

VOUS AVEZ BESOIN D INFORMATIONS, DE CONSEILS SUR VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL?

VOUS AVEZ BESOIN D INFORMATIONS, DE CONSEILS SUR VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL? VOUS AVEZ BESOIN D INFORMATIONS, DE CONSEILS SUR VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL? NOUS VOUS PROPOSONS UN 1 er CONTACT Ouvert à toute personne. Savoir si vous dépendez du FONGECIF Champagne-Ardenne ou d un

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. pour la réalisation de diagnostic technique sur l accessibilité des personnes handicapées aux sites et bâtiments de

CAHIER DES CHARGES. pour la réalisation de diagnostic technique sur l accessibilité des personnes handicapées aux sites et bâtiments de CAHIER DES CHARGES pour la réalisation de diagnostic technique sur l accessibilité des personnes handicapées aux sites et bâtiments de 1 PREAMBULE La loi n 2005-102 du 11 février 2005 dite «loi Handicap»,

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS DOC. N 2 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS En vertu de la délibération n 11 du conseil municipal du 6 février 2014 1 SOMMAIRE Article 1 : objet 3_ Article 2 : bénéficiaires

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL COLLECTEES VIA LE QUESTIONNAIRE EN LIGNE

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL COLLECTEES VIA LE QUESTIONNAIRE EN LIGNE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL COLLECTEES VIA LE QUESTIONNAIRE EN LIGNE 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre réponse aux questionnaires

Plus en détail

LA PEPINIERE D ENTREPRISES CENTRE SUD

LA PEPINIERE D ENTREPRISES CENTRE SUD Pour faciliter la création d entreprises ou l extension d activités en Province Sud L entreprise des entreprises LA PEPINIERE D ENTREPRISES CENTRE SUD UN NOUVEL ESPACE PROFESSIONNEL A NOUMEA DESCRIPTIF

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Fiche n 7 Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques Les comptes 102 et 13 et l imputation

Plus en détail

PROTOCOLE DE LIVRAISON ET PLAN D ACCES

PROTOCOLE DE LIVRAISON ET PLAN D ACCES PROTOCOLE DE LIVRAISON ET PLAN D ACCES Ces documents sont destinés à l usage de tous les prestataires ou intervenants amenés à effectuer une livraison ou une reprise sur le site de Docks en Seine. L accès

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC Table des matières PRÉAMBULE ----------------------------------------------------------------------------------------------- 3 1. DÉFINITIONS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Veuillez trouver ci-dessous les principales étapes à suivre ainsi que quelques conseils pratiques pour vous aider à soumettre la demande en ligne.

Veuillez trouver ci-dessous les principales étapes à suivre ainsi que quelques conseils pratiques pour vous aider à soumettre la demande en ligne. Bienvenus dans le Système de demande de subvention en ligne du Fonds de contributions volontaires des Nations Unies, disponible chaque année entre le 1 er janvier et le 1 er avril pour recevoir les demandes

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 3 ème année de Licence Économie-Gestion Parcours Gestion Faculté des Sciences Économiques, Sociales et de Gestion LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 4 semaines à temps plein

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MOBILIER

CAHIER DES CHARGES MOBILIER CAHIER DES CHARGES MOBILIER Ce modèle de cahier des charges est à modifier suivant les besoins spécifiques de la médiathèque concernée et à adapter à la demande de la commune. A OBJET DE LA CONSULTATION

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Marché de nettoyage des locaux du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Bas-Rhin

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Marché de nettoyage des locaux du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Bas-Rhin CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Marché de nettoyage des locaux du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Bas-Rhin 2/10 SOMMAIRE I DISPOSITIONS COMMUNES A TOUS LES LOTS :

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5

ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME. Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 ANNEXE I RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME Mention complémentaire Organisateur de réceptions 5 RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition Le titulaire de la mention complémentaire Organisateur de réceptions

Plus en détail

Les nouveaux services en ligne

Les nouveaux services en ligne Prêts sur fonds d épargne de la Caisse des Dépôts Les nouveaux services en ligne Tutoriel 1 S inscrire en ligne S inscrire en ligne 2 ADMINISTRATEUR Les services en ligne des prêts sur fonds d épargne

Plus en détail

Site de l Assainissement et de

Site de l Assainissement et de Site de l Assainissement et de la Protection des Sols Inscription et gestion du profil utilisateur Aide Date 18/08/2015 Version 1.01 Auteur M. Semer INSCRIPTION ET GESTION DU PROFIL UTILISATEUR AIDE 2/15

Plus en détail

CREER ET ANIMER SON ESPACE DE TRAVAIL COLLABORATIF

CREER ET ANIMER SON ESPACE DE TRAVAIL COLLABORATIF CREER ET ANIMER SON ESPACE DE TRAVAIL COLLABORATIF SOMMAIRE Sommaire... 2 Un espace de travail collaboratif, pourquoi faire?... 3 Créer votre espace collaboratif... 4 Ajouter des membres... 6 Utiliser

Plus en détail

Progressons vers l internet de demain

Progressons vers l internet de demain Progressons vers l internet de demain QU'EST CE QUE LE TÉLÉTRAVAIL? Le télétravail est une forme d organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant les technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE Direction Départementale des Territoires de la Haute-Savoie service habitat/pôle bâtiment durable Notice d'accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au

Plus en détail

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent Préambule La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a renforcé l obligation d aménagement des bâtiments recevant du

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DOCUMENTAIRE

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DOCUMENTAIRE ADOPTÉE AU CONSEIL DES COMMISSAIRES DU 28 JANVIER 2014 RÉSOLUTION N O 68-CC-2013-2014 AD-02-04 POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DOCUMENTAIRE 1. OBJET Conformément à la Loi sur les archives (L.R.Q., c. A

Plus en détail

MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Juin 2014

MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Juin 2014 MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Juin 2014 Pour vous accompagner dans la mise en accessibilité de votre commerce la CCI Indre vous propose 2 offres : Offre information

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL D ADMINISTRATION SANITAIRE CENTRE DE DOCUMENTATION EN SANTÉ (CDS-INAS) Règlement Intérieur

INSTITUT NATIONAL D ADMINISTRATION SANITAIRE CENTRE DE DOCUMENTATION EN SANTÉ (CDS-INAS) Règlement Intérieur INSTITUT NATIONAL D ADMINISTRATION SANITAIRE CENTRE DE DOCUMENTATION EN SANTÉ (CDS-INAS) Règlement Intérieur Article 1 Ce règlement précise la mission de Centre de Documentation en Santé de l Institut

Plus en détail

III. FICHE PRATIQUE N 02 : Le financement

III. FICHE PRATIQUE N 02 : Le financement Page 7 sur 21 Entreprises : III. FICHE PRATIQUE N 02 : Le financement A. La cotisation à la formation professionnelle continue Comment, je cotise? : 1- L entreprise de droit privé déclare ses salariés

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION RESERVATION

GUIDE D UTILISATION RESERVATION La fonctionnalité «Réservation» va vous permettre de gérer les réservations de vos salles, de vos bureaux temporaires et de vos positions dans un espace de Coworking de manière centralisée et d en automatiser

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION Direction de la Valorisation Information Scientifique et Technique forma@doc Pôle Formation CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION «Animation de groupe, gestion de projet et communication» pour les animateurs

Plus en détail

Proposition temporaire d aménagement des locaux scolaires et périscolaires pour la rentrée 2011/12 :

Proposition temporaire d aménagement des locaux scolaires et périscolaires pour la rentrée 2011/12 : Proposition temporaire d aménagement des locaux scolaires et périscolaires pour la rentrée 2011/12 : 1. Petit rappel de la Problématique rencontrée : Fonctionnement d une classe à 19 élèves au 1er étage

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Destination plan de formation

Destination plan de formation Destination plan de formation Nombre de pouvoirs locaux et provinciaux ont intégré la circulaire "plan de formation" du 2 avril 2009, pourtant, une récente étude réalisée par le CRF a permis de poser le

Plus en détail

Rapports d activités et financiers par Internet. Manuel Utilisateur

Rapports d activités et financiers par Internet. Manuel Utilisateur Rapports d activités et financiers par Internet Manuel Utilisateur Table des matières 1. Introduction... 3 2. Pré requis... 3 3. Principe de fonctionnement... 3 4. Connexion au site Internet... 4 5. Remplir

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ 1. CONTEXTE La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE ANNUAIRE LQE Bureau d études

DOSSIER DE CANDIDATURE ANNUAIRE LQE Bureau d études L o r r a i n e Q u a l i t é E n v i r o n n e m e n t DOSSIER DE CANDIDATURE ANNUAIRE LQE Bureau d études 62, rue de Metz - CS 83333 54014 Nancy Cedex Tel : 03 83 31 09 88 http://www.lqe.fr contact@lqe.fr

Plus en détail

EVALUATION 360 MODE D EMPLOI

EVALUATION 360 MODE D EMPLOI EVALUATION 60 MODE D EMPLOI NARRATIF EVALUATION 60 Définition L entretien annuel d appréciation est la méthode la plus répandue actuellement. Or, une autre pratique se développe, il s agit de l évaluation

Plus en détail

Système de Qualification des Fournisseurs (SQS)

Système de Qualification des Fournisseurs (SQS) Système de Qualification des Fournisseurs (SQS) pour une visibilité des fournisseurs de Shell à l échelle internationale www.shell.com/supplier/qualification Système de Qualification des Fournisseurs (SQS)

Plus en détail

26 décembre 2011. Comparatif Ancien Type O / et Nouveau Type O applicable au 1er janvier 2012

26 décembre 2011. Comparatif Ancien Type O / et Nouveau Type O applicable au 1er janvier 2012 http:// 26 décembre 2011 Comparatif Type O / et Type O applicable au 1er janvier 2012 Ce comparatif à pour but de souligner les différences entre les 2 textes. Les divers commentaires ne sont pas des commentaires

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

MANUEL DU SITE WEB POUR LES AMBASSADEURS

MANUEL DU SITE WEB POUR LES AMBASSADEURS MANUEL DU SITE WEB POUR LES AMBASSADEURS 1. Votre profil C'est dans cet espace que vous gérez vos données personnelles. Ces données se présentent sous la forme d'une liste dans la rubrique 'Utilisateurs',

Plus en détail

VOTRE RACCORDEMENT Basse tension : projet supérieur à 36 kva jusqu à 250 kva

VOTRE RACCORDEMENT Basse tension : projet supérieur à 36 kva jusqu à 250 kva DIRECTION DES OPERATIONS MEDITERRANEE www.erdfdistribution.fr VOTRE RACCORDEMENT Basse tension : projet supérieur à 36 kva jusqu à 250 kva Etape par étape Votre premier contact Nos explications et demandes

Plus en détail

INITIATION A POWERPOINT

INITIATION A POWERPOINT INITIATION A POWERPOINT P. BESSON OCTOBRE 2000 SOMMAIRE Chap. 1 Découverte de POWERPOINT I. Démarrer Powerpoint 1. Lancement de l application 2. Boite de dialogue de démarrage de Powerpoint II. Structure

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Espace Jeunesse Rue Louise Michel 14 550 BLAINVILLE SUR ORNE. famille@blainville-sur-orne.fr. http://www.blainville-sur-orne.fr

Espace Jeunesse Rue Louise Michel 14 550 BLAINVILLE SUR ORNE. famille@blainville-sur-orne.fr. http://www.blainville-sur-orne.fr Espace Jeunesse Rue Louise Michel 14 550 BLAINVILLE SUR ORNE 02 31 44 51 07 famille@blainville-sur-orne.fr http://www.blainville-sur-orne.fr Informations Générales Le secteur 3-11 ans fait partie intégrante

Plus en détail

Notice 4 Module Gestion Personnel. Version du 11/11/2014

Notice 4 Module Gestion Personnel. Version du 11/11/2014 Notice 4 Module Gestion Personnel Version du 11/11/2014 La Gestion des Ressources Humaines Ce module permet de gérer les compétences du personnel, les autorités et les responsabilités. DRH Gestion des

Plus en détail

Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant

Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant Commerces, professions libérales, artisanat, collectivités, administrations, établissements de santé, de loisirs, associations : Quelle

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PREPARATOIRE AU TELETRAVAIL. Introduction. Renseignement concernant l agent

QUESTIONNAIRE PREPARATOIRE AU TELETRAVAIL. Introduction. Renseignement concernant l agent QUESTIONNAIRE PREPARATOIRE AU TELETRAVAIL Introduction Ce questionnaire a pour objectif de permettre à l agent et à son hiérarchique direct de préparer en concertation la mise en œuvre du télétravail à

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 1.0 PRÉAMBULE La présente politique est fondée sur les éléments suivants : Tel que stipulé dans la Loi sur les archives, la Commission scolaire doit

Plus en détail

Sommaire. Menu Structure... 24

Sommaire. Menu Structure... 24 Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 génération i7 jusqu à V7.50 Sommaire Contexte... 2 Modification des taux de TVA au 1er janvier 2014... 2 Nouvelle application

Plus en détail

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Daniel Puche, Ph.D., CEGEP de St-Hyacinthe, 2012 Ce guide se veut une référence pratique pour les enseignants-chercheurs dans leurs démarches de

Plus en détail

REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SOMMAIRE INFORMATIONS GENERALES 1. LES CONDITIONS INDIVIDUELLES 2. LES RATIOS PROMUS / PROMOUVABLES 3. LES CONDITIONS DE SEUIL 4. LES REGLES DE CLASSEMENT REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES

Plus en détail

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.1 Prescriptions

Plus en détail

Proposition De Raccordement Electrique Consommateur d une Puissance supérieure à 250 kva

Proposition De Raccordement Electrique Consommateur d une Puissance supérieure à 250 kva Proposition De Raccordement Electrique Consommateur d une Puissance supérieure à 250 kva Indice Date application Objet de la modification A 01/04/2013 Création B C Résumé Ce document intègre les informations

Plus en détail

L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ATSEM, Adjoint d animation, etc )

L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ATSEM, Adjoint d animation, etc ) Page 1 sur 5 Centre De Gestion FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA NIEVRE NOTE INFORMATION N 12/2014 Service Documentation : F. MORVAN L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ATSEM, Adjoint d animation,

Plus en détail

LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY

LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY LE CODE DE BONNE CONDUITE D ELENGY I. Introduction I.1. L objectif du Code de bonne conduite I.2. La réglementation applicable I.3. Les engagements I.4. Contractualisation avec les prestataires II. Règles

Plus en détail

MANUEL POUR LA RÉSERVATION ET L ACHAT D ENTRÉES POUR DES GROUPES DANS LA ZONE MONUMENTALE DU PARK GÜELL

MANUEL POUR LA RÉSERVATION ET L ACHAT D ENTRÉES POUR DES GROUPES DANS LA ZONE MONUMENTALE DU PARK GÜELL MANUEL POUR LA RÉSERVATION ET L ACHAT D ENTRÉES POUR DES GROUPES DANS LA ZONE MONUMENTALE DU PARK GÜELL Barcelone, le 11 juillet 2013 INDEX 1.- INTRODUCTION... 3 1.1.- Navigateurs homologués et conditions

Plus en détail

MUNICIPALITE DE PORRENTRUY. Description de poste

MUNICIPALITE DE PORRENTRUY. Description de poste Page 1 / 5 Description de poste 1. Indentification Intitulé de la fonction : Classification de la fonction : assistant-e administratif-ve Fonction de référence : 02- employé-e CFC Classes : 2 à 4 Titulaire

Plus en détail

Note à l attention de Mesdames, Messieurs les Directeurs et Responsables d Institutions et Services provinciaux.

Note à l attention de Mesdames, Messieurs les Directeurs et Responsables d Institutions et Services provinciaux. Note à l attention de Mesdames, Messieurs les Directeurs et Responsables d Institutions et Services provinciaux. N/Réf. : SM/MC/013-2010 MONS, le 02 mars 2010. Mesdames, Messieurs, Chers Collègues, A toutes

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Manuel d utilisation. Centre de facturation UPS

Manuel d utilisation. Centre de facturation UPS Manuel d utilisation Centre de facturation UPS 2014 United Parcel Service of America, Inc. UPS, la marque UPS et la couleur marron sont des marques commerciales de United Parcel Service of America, Inc.

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE»

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Conseil départemental de Paris INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Votre salle d attente est un lieu de votre cabinet dans lequel les patients, ou toute personne qui y passe, doivent avoir accès aux informations

Plus en détail

Sommaire. page 1. Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 V16

Sommaire. page 1. Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 V16 Taux de TVA applicables au 1 er janvier 2014 dans les applications Sage 30 / 100 V16 Sommaire Contexte... 2 Modification des taux de TVA au 1er janvier 2014... 2 Nouvelle application de mise à jour de

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Centre hospitalier Sainte croix

Centre hospitalier Sainte croix Projet Personnel encadré semestre 1 BTS SIO 1 ère année Centre hospitalier Sainte croix 2 nd mission Installation des chercheurs UNIS POUR SOIGNER La nouvelle équipe arrive dans deux mois et la nouvelle

Plus en détail

CHARTE de REFERENCEMENT

CHARTE de REFERENCEMENT EUROMETROPOLE DE STRASBOURG Direction de l urbanisme, de l habitat et de l aménagement Service de l Habitat 1 parc de l Etoile 67076 STRASBOURG Cedex DIMINUTION DES LOGEMENTS VACANTS DU PARC PRIVE APPEL

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2014 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Utilisation

Plus en détail

Aide à l utilisation de

Aide à l utilisation de A C T I C E accompagnement à l usage des TICE année 2009-2010 Guide d usage Aide à l utilisation de livret 5b : les annuaires-catalogues Sommaire (version du 6 décembre 2010) Introduction... 3 1. Création

Plus en détail

PROGRAMME : RENOVATION, RESTRUCTURATION ET CONSTRUCTION D UNE EXTENSION DANS LES LOCAUX DE POITIERS

PROGRAMME : RENOVATION, RESTRUCTURATION ET CONSTRUCTION D UNE EXTENSION DANS LES LOCAUX DE POITIERS PROGRAMME : RENOVATION, RESTRUCTURATION ET CONSTRUCTION D UNE EXTENSION DANS LES LOCAUX DE POITIERS L ONEMA, établissement public, projette la rénovation et la restructuration des locaux de sa Délégation

Plus en détail

Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction

Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général Réf. : 2010-D-531-fr-5 Orig. : FR Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction Approuvé par le Conseil supérieur

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Un logiciel pour aller plus loin dans la gestion de vos espaces. Mémo technique

Un logiciel pour aller plus loin dans la gestion de vos espaces. Mémo technique Office Espace Un logiciel pour aller plus loin dans la gestion de vos espaces Mémo technique Dotée de fonctionnalités avancées, Office Espace a été développé pour les mairies et collectivités qui recherchent

Plus en détail

A - Documents constitutifs d une demande de raccordement

A - Documents constitutifs d une demande de raccordement FORMULAIRE DE DEMANDE DE RACCORDEMENT D UN PROGRAMME IMMOBILIER AU RESEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION DE LA C.E.S.M.L. Ce document est à utiliser pour une demande de raccordement d un lotissement à usage résidentiel

Plus en détail

Guide du télétravail au Conseil régional : Proposition

Guide du télétravail au Conseil régional : Proposition Guide du télétravail au Conseil régional : Proposition La Région Centre est engagée dans une démarche agenda 21 qui compte parmi ses grands objectifs stratégiques la mise en œuvre de politiques régionales

Plus en détail

Questions fréquentes au sujet du document de reprise des énergies

Questions fréquentes au sujet du document de reprise des énergies Questions fréquentes au sujet du document de reprise des énergies 1. Qu est-ce qu un document de reprise des énergies? Un document de reprise des énergies est un formulaire qui doit être complété lorsqu

Plus en détail