10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique Règles de BPF de médicaments Cytostatiques en petites quantités suisses

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique Règles de BPF de médicaments Cytostatiques en petites quantités suisses"

Transcription

1 Règles de Bonnes Pratiques Règles de de Fabrication de médicaments Bonnes Pratiques cytostatiques de Fabrication en petites de médicaments quantités cytostatiques suisses en petites quantités Dr. Farshid Sadeghipour suisses Pharmacie des HUG Dr. Farshid Sadeghipour 10èmes Journées Pharmacie du des GERPAC, HUG 5 Octobre 2007, Mol, Belgique 10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique 1 BPF de médicaments en petites quantités : Première édition, période de consultation Juillet 2005 : Mise en application définitive avec introduction dans la Ph. Helv. 9.4 Chapitres 20.1 (Règles) et 21.1 (Commentaires) Force de LOI Chapitres principaux 1. Gestion de la Qualité 2. Personnel 3. Locaux et équipements 4. Documentation 6. Contrôle de Qualité 7. Fabrication en Sous-traitance 8. Réclamations et retrait des produits 9. Auto-inspection 2 1

2 BPF de médicaments cytostatiques en petites quantités 2006 : Ph. Helv. 10 Chapitres 20.2 (Règles) & Système d assurance qualité 2. Personnel Généralités et Exigences générales 3. Locaux et Equipement Zones de stockage Zones de contrôle de qualité Zones annexes Equipements 4. Documentation 5. Contrôle de qualité 6. Fabrication en sous-traitance 7. Réclamation 8. Auto-inspection 3 Domaine d application Ces règles complètent les Règles de Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) de médicaments en petites quantités pour la fabrication de médicaments cytostatiques qui présentent des propriétés toxiques particulières. Elles décrivent la fabrication de médicaments cytostatiques en petites quantités qui se déroule dans des postes de sécurité biologique ou des isolateurs (essentiellement en milieu clos). Elles ne s'appliquent pas à la confection : dans ce cas la reconstitution de médicaments cytostatiques : préparation d un médicament prêt à l emploi selon les instructions concrètes de l information professionnelle du fabricant en vue de son administration au patient par son médecin traitant 4 2

3 2. Personnel Qualification du personnel Formation et formation continue Documentation de la formation et de la formation continue avec qualification et requalification des formations : minimum une fois/an Personnel de nettoyage formé aux dangers des cytostatiques et exigences de la production stérile Personnel de transport doit être instruit sur les particularités de la manipulation des cytostatiques 5 2. Personnel Formation et formation continue techniques de travail aseptiques et hygiène locaux, équipements (machines, accessoires) : leur fonctionnement, leur entretien et leur nettoyage effets et effets indésirables des matières premières présentant un risque toxique particulier manipulation des matières présentant un risque toxique particulier (stockage, fabrication, transport) y compris les sources de dangers comportement à adopter en cas de casse ou d'accidents, en particulier les mesures à prendre en cas de libération de substance avec un risque toxique particulier élimination des restes de substances présentant un risque toxique particulier et du matériel contaminé 6 3

4 2. Personnel Hygiène du personnel Habillement adéquat pour le travail dans les PSB Habillement de protection plus simples pour le Isolateurs L'habillement adéquat devrait être changé au minimum une fois par jour. Les gants doivent être changés plusieurs fois par jour en fonction de la durée d'utilisation, des substances utilisées et des risques de contaminations croisées spécifiques. Éviter les contaminations provenant des zones sales Les vêtements en étoffe devraient être collectés dans des contenants appropriés et selon les possibilités lavés séparément, afin d'éviter une contamination croisée. Lors du nettoyage des vêtements en étoffe imperméable et imprégnés les indications des fabricants concernant le nettoyage de ces vêtements devraient être respectées Locaux et équipements La fabrication de cytostatiques doit se dérouler dans un local à atmosphère contrôlée avec un isolateur ou un PSB appropriés pour cytostatiques. Zones à atmosphère contrôlé qualifiées et re-qualifiées La qualité de l'air de la pièce environnant l'isolateur doit être contrôlée et dépend de la conception et de l'utilisation de l'isolateur. Exigences minimales de conception correspondent aux recommandations des BPF industrielles (Annexe 1 des BPF EU-PIC/S) 8 4

5 3. Locaux et équipements Les isolateurs et les PSB doivent être validés, utilisés, entretenus et nettoyés selon les normes. Ceci concerne tant la fabrication ad hoc que la fabrication par lot. Leur capacités de fonctionnement doit être contrôlée au minimum une fois / an. EN / DIN et seuls PSB DIN , partie 10 en cours Pour les isolateurs à pression positive des mesures adéquates devraient être prises afin de protéger le personnel et l'environnement de la contamination par des cytostatiques en cas d'incident (par exemple rupture de l'imperméabilité de l'isolateur). Le Matériel de mesure, de pesée et d enregistrement et de contrôle doit présenter la précision nécessaire. L étalonnage et le bon fonctionnement vérifiés à intervalles convenables avec protocoles écrits et contrôles documentés : Logbook (registre de l équipement) 9 3. Locaux et Equipements Locaux : Environnement de travail : ZAC avec exigences minimales selon les recommandations PIC/S Travail aseptique : en Classe BPF A Classification de la ZAC : selon le type d équipement de production (PSB, Isolateur) pour atteindre la QUALITE de l AIR EXIGEE et selon les GMP du PIC/S et selon le risque de contamination microbiologique Risque de contamination microbiologique Elevé Moyen Bas Environnement ZAC du PSB B C D Environnement ZAC de l isolateur D D D 10 5

6 4. Documentation Spécifications Instructions de fabrication et de conditionnement Protocoles de fabrication de conditionnement et de contrôle (Comptes rendus) = traçabilité de chaque lot Procédures et autres documents EXCEPTION Les préparations «Ad-hoc» ne nécessitent pas de : Spécifications Instructions de fabrication (Ordonnance médicale suffit) Compte-rendu de fabrication (registre des ordonnances ou ordonnancier) Contrôle de produit intermédiaire ou fini, Validation 11 Fabrication Acquisition PRODUCTION Entrée de marchandise Préparation galénique (PIC/S : «Processing» Conditionnement Contrôle de qualité Libération Stockage Livraison pour distribution 12 6

7 Prévention des contaminations croisées Utilisation des systèmes clos afin de diminuer les risques microbiologiques et chimiques Validation de la prescription par le pharmacien avant d établir le protocole de production Utilisation autant que possible du matériel à usage unique stérile et des dispositifs médicaux munis d une marque de conformité Articles de conditionnement à usage unique Assurer l étanchéité des récipients et de l emballage INDIVUDUEL externe Identification claire et lisible Transport dans des contenants incassables, étanches et clairement identifiés 13 Lors de production aseptique de cytostatiques la réduction du risque de contamination microbienne se trouve au premier plan. Facteurs avec un risque de contamination microbienne : la durée de stabilité prévue du médicament produit jusqu'à son utilisation (utilisation immédiate, conservation jusqu'à 24 heures, conservation de plus de 24 heures) y compris la durée d'utilisation (injection, perfusion d'une durée plus longue) les conditions de stockage (par exemple réfrigérateur, température ambiante) une durée de conservation suffisante du médicament le nombre de patients pour lesquels le lot fabriqué du médicament est utilisé le nombre d'étapes de production effectuées jusqu'à l'obtention du médicament prêt à l'emploi 14 7

8 Valider le procédé général de fabrication afin d assurer la stérilité du produit final La simulation d'un processus de fabrication avec un milieu de culture stérile devrait comprendre un nombre d'unités fabriquées en relation avec le volume de production et être effec-tuée à la fin d'une journée de travail. Comme milieu de culture liquide un milieu à l'hydrolysat de caséine et de soja selon la Ph. Eur. est recommandé Les récipients remplis devraient être incubés 15 Le contrôle de la plausibilité devrait comprendre au minimum les données du patient et les données concernant le médicament prescrit: nom, prénom, date de naissance et le cas échéant sexe du patient. le cas échéant le poids, la taille et la surface corporelle du patient. des données spécifiques au patient (par exemple clearance) le schéma thérapeutique (y compris l'indication) le(s) cytostatique(s) prescrit(s) et d'autres médicaments prescrits dans le cadre du même schéma thérapeutique (genre et quantité) le dosage standard ainsi que le dosage individuel qui en résulte les facteurs de correction pour les adaptations de dosage indiqués données sur le diluant (type et quantité) compatibilité entre les différents constituants type d'administration (bolus, perfusion courte ou perfusion), mode d'administration (intrathécal), système d'administration, heure d'administration, date d'administration et durée d'administration interactions avec d'autres médicaments prescrits 16 8

9 Le médicament doit comporter les indications suivantes: nom et adresse de la pharmacie ayant fabriqué le médicament nom, prénom et date de naissance du patient. le cas échéant nom et adresse du service demandeur (par exemple cabinet médical, unité de soins) nom du médicament composition qualitative et quantitative de tous les principes actifs contenu en masse ou en volume mode d'administration le cas échéant indications d'emploi indications de stockage date, si nécessaire, heure de la fabrication délai d'utilisation autres indications assurant la qualité, par exemple concernant le transport (chaîne du froid) numéro de lot Contrôle de la qualité Equipement, compte-rendu, responsabilité Échantillonnage Contrôle Libération Matières premières: test d identité Contrôle de qualité final pour les séries Libération des lots obligatoire, avec une date de péremption Conservation d un échantillon jusqu à la date de péremption MAIS pour les CYTOSTATIQUES : préparation magistrale «Ad-hoc» 18 9

10 9. Auto-inspection Audits internes réguliers sur l ensemble des éléments de la fabrication: AQ Production CQ 19 Conclusions BPF générales Très strictes et contraignantes pour les petites structures BPF Cytostatiques plus adaptées à la pratique posent des exigences minimales : ne produire que si possibilité de conformité aux BPF les bases pour une assurance de qualité acceptable : Médicaments STERILES et TOXIQUES 20 10

Bonnes pratiques de fabrication 10.2 Ph Helv 10.2

Bonnes pratiques de fabrication 10.2 Ph Helv 10.2 Introduction à la formulation Cours de pharmaceutique 2ème Année de Master en Pharmacie Préparation des médicaments en petites quantités Section des Sciences pharmaceutiques 1 Bonnes pratiques Bonnes de

Plus en détail

Le rôle de la pharmacie dans les essais cliniques. Le rôle de la pharmacie dans les essais cliniques

Le rôle de la pharmacie dans les essais cliniques. Le rôle de la pharmacie dans les essais cliniques 1 BPEC : Bonnes Pratiques des Essais Cliniques Bonnes Pratiques des Essais Cliniques Le rôle de la pharmacie dans les essais cliniques Dr. Farshid Sadeghipour Pharmacie des HUG Auditoire de Pédiatrie P

Plus en détail

Fabrication à l hôpital : exigences légales pour les préparations magistrales et les fabrications en petites quantités

Fabrication à l hôpital : exigences légales pour les préparations magistrales et les fabrications en petites quantités MAS DE PHARMACIE HOSPITALIERE PREPARATION DES MEDICAMENTS PARENTERAUX A L HOPITAL Fabrication à l hôpital : exigences légales pour les préparations magistrales et les fabrications en petites quantités

Plus en détail

Atelier: Système de traçabilité. Isabelle Constantin

Atelier: Système de traçabilité. Isabelle Constantin Atelier: Système de traçabilité Isabelle Constantin Séminaire MAS 10 avril 2014 Déroulement de l atelier Partie théorique Constitution de 2 groupes Analyse par groupes de cas pratiques Mise en commun Discussion

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION PRINCIPE Une bonne

Plus en détail

Assurance de qualité dans l officine

Assurance de qualité dans l officine Assurance de qualité dans l officine Nous aborderons ici les points essentiels de l assurance de la qualité qui concernent la fabrication d une préparation magistrale depuis la réception des matières premières

Plus en détail

Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques

Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques MAS DE PHARMACIE HOSPITALIERE PREPARATION DES MEDICAMENTS PARENTERAUX A L HOPITAL Fabrication Aseptique: Exigences Techniques Applications Pratiques F. Sadeghipour : 10 avril 2014 1 2 Constat Les pharmacies

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

Préparation en salle blanche. C. Pirlot Département Pharmacie

Préparation en salle blanche. C. Pirlot Département Pharmacie Préparation en salle blanche C. Pirlot Département Pharmacie En bref 1. Contexte 2. Définition et classification 3. Utilité 4. Fonctionnement 5. Locaux et contrôles 6. Implications dans le travail 7. Conclusions

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Bonnes pratiques de fabrication: exemple d un modèle étranger. Prof. Pascal BONNABRY. 3 èmes Journées Premium Paris, 23 juin 2008

Bonnes pratiques de fabrication: exemple d un modèle étranger. Prof. Pascal BONNABRY. 3 èmes Journées Premium Paris, 23 juin 2008 Bonnes pratiques de fabrication: exemple d un modèle étranger 3 èmes Journées Premium Agenda Présentation de l environnement Aspects légaux en Suisse Evolution des activités de production Système de gestion

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Gestion de la qualité,, BPL et BPF. Lncpp/cecomed 2010

Gestion de la qualité,, BPL et BPF. Lncpp/cecomed 2010 Gestion de la qualité,, BPL et BPF Lncpp/cecomed 2010 GESTION DE LA QUALITE La gestion de la qualité est un large concept qui couvre tout ce qui peut, individuellement ou collectivement, influencer la

Plus en détail

PIC S dans la législation Belge. Bernard Vanhoutte-Patricia Gillet

PIC S dans la législation Belge. Bernard Vanhoutte-Patricia Gillet PIC S dans la législation Belge Bernard Vanhoutte-Patricia Gillet Plan 1. Introduction: partie I et II Pause 2. Workshop et conclusion PIC/S Pharmaceutical Inspection Co-operation operation Scheme depuis

Plus en détail

POURQUOI NE PAS SAUTER LE PAS VERS LE STANDARD DE QUALITÉ LE PLUS ÉLEVÉ?

POURQUOI NE PAS SAUTER LE PAS VERS LE STANDARD DE QUALITÉ LE PLUS ÉLEVÉ? POURQUOI NE PAS SAUTER LE PAS VERS LE STANDARD DE QUALITÉ LE PLUS ÉLEVÉ? NOUS SOMMES FIERS DE VOUS PRÉSENTER F agron Compounding Services Belgique: votre partenaire dans la fabrication sur mesure de médicaments.

Plus en détail

Chaîne de production des médicaments

Chaîne de production des médicaments Chaîne de production des médicaments GPAO : Aspects légaux et pharmaceutiques 2 Principe de base Une préparation n est entreprise que si la pharmacie possède les moyens appropriés pour la réaliser et la

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES

LES DIFFERENTES ETAPES LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE R.A.B.C Etape 1 : Dresser la liste de tous les dangers microbiologiques associés à chacune des étapes, puis dresser la liste de toutes les mesures de contrôle destinées

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY BIO CR

LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY BIO CR LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY 1 LES SPECIFICITES DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE ISO 15189 ACCREDITATION CERTIFICATION ACCREDITATION AGREMENT RECONNAISSANCE DE LA CONFORMITE

Plus en détail

Technologies de l information en pharmacotechnie hospitalière

Technologies de l information en pharmacotechnie hospitalière L'Association Belge des Pharmaciens Hospitaliers 15 Novembre 2013 Technologies de l information en pharmacotechnie hospitalière PD Dr. Farshid Sadeghipour Service de Pharmacie 2 Risques La préparation

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

FORMATION INTERNE DU PERSONNEL. P. Samptiaux Pharmacien responsable version AQ.AA-BRI FORM PS ind 01-01/02/06

FORMATION INTERNE DU PERSONNEL. P. Samptiaux Pharmacien responsable version AQ.AA-BRI FORM PS ind 01-01/02/06 O2 DISTRIBUTION DE L OXYGENE A USAGE MEDICAL FORMATION Marina GERVAIS Pharmacien Responsable ALAIR & AVD Version PS-01 01/02/06 Oxygène: médicament L Oxygène est un médicament : - il appartient donc AU

Plus en détail

MARQUE NF TUBES ET ACCESSOIRES POUR RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EN POLYETHYLENE (PE) ET POLYPROPYLENE (PP)

MARQUE NF TUBES ET ACCESSOIRES POUR RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EN POLYETHYLENE (PE) ET POLYPROPYLENE (PP) MARQUE NF TUBES ET ACCESSOIRES POUR RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EN POLYETHYLENE (PE) ET POLYPROPYLENE (PP) EXIGENCES D'ASSURANCE QUALITE EN REFERENCE A LA NORME NF EN ISO 9002 (août 1994) DISPOSITIONS

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES EN PHARMACIE HOSPITALIÈRE. Table des matières. PIC/S et Analyse de risque 23/01/2014

ANALYSE DES RISQUES EN PHARMACIE HOSPITALIÈRE. Table des matières. PIC/S et Analyse de risque 23/01/2014 1 ANALYSE DES RISQUES EN PHARMACIE HOSPITALIÈRE Rose-Anne Wart Présentation au BOPP Table des matières 2 PIC/S et Analyse de risque Quels risques? Focus sur les différents chapitres Résumé des risques

Plus en détail

Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE

Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE 1. OBJET ET MODALITES D APPLICATION p. 2 2. POSITIONS TECHNIQUES THEME 1 : Portée et limite du référencement Qualimat Transport -

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT

PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de management de

Plus en détail

Fiche de données de sécurité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31

Fiche de données de sécurité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31 Fiche de données de sécurité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31 Electrolyte de CO 2 1. Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Utilisation de la substance

Plus en détail

EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS

EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS EVALUATION DU NIVEAU D ASEPSIE LORS DE LA PRÉPARATION ET DE LA RECONSTITUTION DE MÉDICAMENTS INJECTABLES EN UNITÉ DE SOINS Maîtrise Universitaire en Pharmacie Travail Personnel de Recherche Présenté à

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

FICHES DE DONNES DE SECURITE Selon le règlement CE 1907/2006 modifié par le règlement UE n 453/2010

FICHES DE DONNES DE SECURITE Selon le règlement CE 1907/2006 modifié par le règlement UE n 453/2010 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/MELANGE ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE 1.1 Identification de la substance/ mélange Nom de la substance/mélange : OXYDOR 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

Cahier des charges des Unités Centralisées en Pharmacie pour la préparation des agents anticancéreux dans les sites du réseau

Cahier des charges des Unités Centralisées en Pharmacie pour la préparation des agents anticancéreux dans les sites du réseau Cahier des charges des Unités Centralisées en Pharmacie pour la préparation des agents anticancéreux dans les sites du réseau révisé le 20 août 2009. L objectif de ce cahier des charges est d assurer la

Plus en détail

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle Pour le Cacao Version 3.1, Juin 2012 Introduction La liste de contrôle UTZ Certified est un outil pour les organisations à évaluer leur performance

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT ALVOGYL, pâte pour usage dentaire 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Lidocaïne... 5,00 g Eugénol... 15,00 g Pour 100

Plus en détail

LA RECONSTITUTION, LE DOSAGE ET L ADMINISTRATION

LA RECONSTITUTION, LE DOSAGE ET L ADMINISTRATION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament VELCADE de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux Prêt et dépôt de dispositifs médicaux En pratique, quelles situations? (1/3) Dispositifs médicaux Réutilisables Ancillaires Équipements Usage unique Implantable Prêt Dépôt Date - 2 En pratique, quelles

Plus en détail

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites structures Circuits et locaux, approche économique Circuit: «La marche en avant» Utilisation Distribution Pré-désinfection Stockage Nettoyage-désinfection

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA Hôpitaux Universitaires de Genève Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef De la pharmacie au patient: comment réduire les erreurs? Etre les premiers pour Symposium vous Aguettant - SFAR 19 septembre 2013 2

Plus en détail

Annexe 4 Bonnes pratiques de fabrication des produits pharmaceutiques : Principes généraux 1

Annexe 4 Bonnes pratiques de fabrication des produits pharmaceutiques : Principes généraux 1 Annexe 4 Bonnes pratiques de fabrication des produits pharmaceutiques : Principes généraux 1 Note d introduction Généralités Glossaire Gestion de la qualité dans l industrie pharmaceutique : principes

Plus en détail

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet AFPHB Meux, 25 novembre 2010 Plan de l exposé Introduction Intérêt d un programme

Plus en détail

Page 1 / 5 Auto-contrôle // Risques HPCI // Service d endoscopie

Page 1 / 5 Auto-contrôle // Risques HPCI // Service d endoscopie Etablissement concerne : Domaine : Risques HPCI Catégorie : Secteur : Centre de charges Page 1 / 5 Bases légales Loi cantonale du 29 mai 1985 sur la santé publique art. 147, al.1, let. e Loi fédérale du

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION 2012-2013

PROGRAMME DE FORMATION 2012-2013 PROGRAMME DE FORMATION 0-03 /8 AQR Assurance qualité et Réglementation. Annual Product Review (APR) (revue qualité produit). Contrat de sous-traitance et cahier des charges fournisseurs dans l'industrie

Plus en détail

Bonnes pratiques de préparation des médicaments 10.11.09

Bonnes pratiques de préparation des médicaments 10.11.09 Bonnes pratiques de préparation des médicaments 10.11.09 Le médicament: de la commande à l administration 1 CIRCUIT DU MEDICAMENT Pharmacie centrale Unité de soins Infirmier Médecin Prescription Commande

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Publié le : 2006-12-22 Numac : 2006023298 SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 14 DECEMBRE 2006. - Arrêté royal relatif aux médicaments à usage humain

Plus en détail

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE. J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE. J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP L industrie pharmaceutique constitue un moteur majeur de l économie, et possède une forte

Plus en détail

GRILLE D'EVALUATION DE LA QUALITE DU STOCKAGE DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES GERES EN SYSTÊME PLEIN VIDE.

GRILLE D'EVALUATION DE LA QUALITE DU STOCKAGE DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES GERES EN SYSTÊME PLEIN VIDE. PRE-REQUIS A LA VISITE Service : UF : Cadre de santé : GRILLE D'EVALUATION DE LA QUALITE DU Mobilier Etiquetage Fonctionnement Dotation Circuit de demande Médicaments MédiMath Médimath Simple casier Double

Plus en détail

Base de planification et d évaluation en officine

Base de planification et d évaluation en officine Assistante en pharmacie CFC Assistant en pharmacie CFC / Base de planification et d évaluation en officine Version juillet 2007 Prénom, nom Pharmacie Début de la formation initiale Fin de la formation

Plus en détail

1. Renseignements sur l établissement. Cabinet dentaire :... Rue et numéro :... NPA / Lieu :... Téléphone :... Courriel :...

1. Renseignements sur l établissement. Cabinet dentaire :... Rue et numéro :... NPA / Lieu :... Téléphone :... Courriel :... Commission d hygiène du cabinet dentaire et de la protection de l environnement CHPE Secrétariat Postgasse 19 Case postale 3000 Berne 8 Téléphone : 031 310 20 80 Télécopie : 031 310 20 82 Courriel : info@sso.ch

Plus en détail

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur.

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur. Guide pour la préparation de l audit ECOCERT Référentiels Cosmétiques ECOCERT et/ou COSMOS Les modifications apportées à ce document sont identifiées par un trait vertical dans la marge TS017(GC-COS)v03

Plus en détail

5. Liste de contrôle (version août 2012)

5. Liste de contrôle (version août 2012) 5. Liste de contrôle (version août 2012) Cette liste de contrôle est destinée aux pharmacies d officine. Elle peut toutefois aussi s avérer utile pour la période d assistanat effectuée à l hôpital. Comment

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux WTC III Boulevard Simon Bolivar, 30 B-1000 Bruxelles Tél. 02

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL D'INSPECTION DES PHARMACIES D HÔPITAL

PROCÈS-VERBAL D'INSPECTION DES PHARMACIES D HÔPITAL Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Kantonsapothekeramt Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office du pharmacien cantonal PROCÈS-VERBAL D'INSPECTION

Plus en détail

Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale. Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED

Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale. Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED République du Mali Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED Mars 2006 Elaboration d un guide concernant les grossistes sur

Plus en détail

au Dispositif Médical 10, 11 et 12 octobre 2006 Yasmine Mouton - Société Asept Inmed

au Dispositif Médical 10, 11 et 12 octobre 2006 Yasmine Mouton - Société Asept Inmed Analyse des risques appliquée au Dispositif Médical Application illustrée technique Définitions Dommage : Blessure physique ou atteinte à la santé des personnes ou atteinte aux biens ou à l environnement.

Plus en détail

Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments

Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments Sécurisation des processus de production des médicaments Déroulement du cycle Place de l assurance-qualité dans l organisation

Plus en détail

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé Page 1 sur 6 Décembre Définition : Définir les règles de gestion des médicaments dans les unités de soins, au regard de la réglementation de qualité et pour garantir sa qualité et son effet thérapeutique.

Plus en détail

Quelles Normes. pour. Quelles Fabrications? Assurance Qualité. LPTh: Loi sur les produits thérapeutiques. Fabrication des médicaments

Quelles Normes. pour. Quelles Fabrications? Assurance Qualité. LPTh: Loi sur les produits thérapeutiques. Fabrication des médicaments 1 Séminaire pour Diplôme d études supérieures spécialisées (DESS) en Pharmacie Hospitalière Assurance Qualité Quelles Normes pour Quelles Fabrications? 2 Principes généraux Vise à garantir : la mise sur

Plus en détail

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004)

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à destination des fournisseurs QSL (Contrat

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNEES DE SECURITE (Règlement (CE) n 1907/2006 - REACH) Date: 14/09/2011 Page 1/5 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010) SECTION 1 : IDENTIFICATION DE LA

Plus en détail

ASSURANCE DE LA QUALITE PHARMACEUTIQUE

ASSURANCE DE LA QUALITE PHARMACEUTIQUE GLOSSAIRE : ASSURANCE DE LA QUALITE PHARMACEUTIQUE : l ensemble des mesures prises pour s assurer que les médicaments vétérinaires aient la qualité requise pour l usage auquel ils sont destinés, BONNES

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNEES DE SECURITE (Règlement (CE) n 1907/2006 - REACH) Date: 30/09/2011 Page 1/5 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010) SECTION 1 : IDENTIFICATION DE LA

Plus en détail

GRILLE D AUDIT SYSTÈME QUALITÉ 17025

GRILLE D AUDIT SYSTÈME QUALITÉ 17025 Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse environnementale Programme d accréditation des laboratoires d analyse agricole GRILLE D AUDIT

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE ORGANISANT LA CHIMIOTHERAPIE A DOMICILE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE ORGANISANT LA CHIMIOTHERAPIE A DOMICILE 1 CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE ORGANISANT LA CHIMIOTHERAPIE A DOMICILE Préambule Conformément à la mesure 29 du premier Plan Cancer et à la mesure 18 du second plan, la pratique de la cancérologie,

Plus en détail

Meunière CFC / meunier CFC - Programme d enseignement standard pour l entreprise formatrice / N 21005 Orientation Denrées alimentaires - 1

Meunière CFC / meunier CFC - Programme d enseignement standard pour l entreprise formatrice / N 21005 Orientation Denrées alimentaires - 1 Meunière CFC / meunier CFC - Programme d enseignement standard pour l entreprise formatrice / N 21005 Orientation Denrées alimentaires - 1 atteint: Maître Domain de compétences opérationnelles 1 Réception

Plus en détail

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010 Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud HACCP : Un système de management de la sécurité alimentaire HACCP : un système pour le management de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

Règles de bonnes pratiques de remise de médicaments

Règles de bonnes pratiques de remise de médicaments Règles de bonnes pratiques de remise de médicaments 14 septembre 2009 Version 1 Association suisse des pharmaciens cantonaux Préface à la 1 re version La loi fédérale sur les médicaments et les dispositifs

Plus en détail

Grossiste répartiteur et Bonnes Pratiques de Distribution de produits pharmaceutiques

Grossiste répartiteur et Bonnes Pratiques de Distribution de produits pharmaceutiques MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA Grossiste répartiteur et Bonnes Pratiques de Distribution de produits pharmaceutiques Prof Agrégé Mahama OUATTARA Journées Bilan de l Activité Pharmaceutique

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues :

Résumé des modifications intervenues : Référence : PR /PHA/001-A Page : Page 1 sur 11 Objet : Préciser : - les règles de stockage des substances vénéneuses et des médicaments stupéfiants, - indiquer les modalités de détention, de mise à disposition

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

Modèle communautaire d'autorisation de fabrication. Notes explicatives

Modèle communautaire d'autorisation de fabrication. Notes explicatives Modèle communautaire d'autorisation de fabrication Notes explicatives 1. Objet Le document reproduit ci-après définit un modèle et le contenu des autorisations de fabrication accordées par les autorités

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations déconseillées Conditions d'utilisation recommandées Colmatant

Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations déconseillées Conditions d'utilisation recommandées Colmatant SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations

Plus en détail

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Dominique Blanc Division autonome de médecine préventive hospitalière Centre Hospitalier Universitaire Vaudois CHUV/DAMPH/Cours/DB/Ctrl_bac_productions_pharm.ppt

Plus en détail

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013 La base documentaire a été complètement révisée pour être en conformité avec cette version 2012 de l ISO 15189. La cartographie des différents processus du LBM a également été modifiée (suppression du

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

Notre expérience. Le groupe Weiss est un des plus. d appareils standards et de systèmes surmesure dans le domaine de la simulation. environnementale.

Notre expérience. Le groupe Weiss est un des plus. d appareils standards et de systèmes surmesure dans le domaine de la simulation. environnementale. Notre expérience Le groupe Weiss est un des plus importants producteurs mondiaux d appareils standards et de systèmes surmesure dans le domaine de la simulation environnementale. Notre offre produits couvre

Plus en détail

Page : 1 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 3. Rue de la belle croix 62240 Desvres

Page : 1 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 3. Rue de la belle croix 62240 Desvres Page : 1 SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Nom commercial : 1.2. Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Docteur Fabien Squinazi Médecin biologiste Ancien Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Membre du comité

Plus en détail

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen ASEPT, 5 ème Conférence Internationale, 17-18 mars 2004, Laval OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau

Plus en détail

BONNES PRATIQUES. C. Giverne Responsable qualité Pôle Biologie Biothérapies CHU de Rouen 6 octobre 2011. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1

BONNES PRATIQUES. C. Giverne Responsable qualité Pôle Biologie Biothérapies CHU de Rouen 6 octobre 2011. CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 BONNES PRATIQUES C. Giverne Responsable qualité Pôle Biologie Biothérapies CHU de Rouen 6 octobre 2011 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Plan Introduction Bonnes pratiques de Laboratoire Certification, normes

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

GRANDS RASSEMBLEMENTS

GRANDS RASSEMBLEMENTS GRANDS RASSEMBLEMENTS SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS GUIDE A L USAGE DES MAIRES PREFECTURE DE L EURE Mission inter-services de sécurité sanitaire des aliments DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES VETERINAIRES

Plus en détail

Classification et étiquetage des produits chimiques

Classification et étiquetage des produits chimiques Classification et étiquetage des produits chimiques 2013 PREAMBULE Le danger inhérent à un produit chimique doit être identifié et porté à la connaissance de toute personne susceptible d être en contact

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

HOTTE A FLUX LAMINAIRE VERTICALE OU ISOLATEUR:

HOTTE A FLUX LAMINAIRE VERTICALE OU ISOLATEUR: HOTTE A FLUX LAMINAIRE VERTICALE OU ISOLATEUR: Quel est le meilleur choix pour la préparation paration des cytostatiques? BOPPass 2010 INTRODUCTION objectifs: 1. Protection du produit 2. Protection du

Plus en détail