I - Normes de gouvernance de la politique de rémunération de la population régulée

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I - Normes de gouvernance de la politique de rémunération de la population régulée"

Transcription

1 MARS 2011 Normes professionnelles concernant la gouvernance et les rémunérations variables des personnels dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de l entreprise ainsi que des membres de l organe exécutif Préambule La profession bancaire a adopté le 5 novembre 2009 des normes professionnelles s appliquant aux rémunérations des professionnels des marchés financiers tenant compte de l adoption, par les Etats membres du G20 lors du sommet de Pittsburgh des 24 et 25 septembre 2009, des «standards» énoncés par le Conseil de Stabilité Financière (CSF) le 25 septembre 2009 et fondées sur l arrêté du 3 novembre 2009 modifiant le règlement du 21 février 1997 relatif au contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement, dont elles précisent certaines dispositions. Depuis lors, la directive 2010/76/UE du 24 novembre 2010 dites CRD III est venu modifier un certain nombre de dispositions concernant les professionnels dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de l entreprise. L arrêté du 13 décembre 2010 modifiant le règlement a transposé les dispositions de la CRD III. Les présentes normes prises en application du troisième alinéa de l article 31-2 du règlement 97-02, ont pour objet d en préciser les conditions d application et d assurer ainsi une complète prise en compte des risques dans la politique de rémunération des entreprises bancaires. Ces normes annulent et remplacent les normes professionnelles du 5 novembre Elles s appliquent aux établissements de crédit soumis au règlement précité pour la population dénommée ci-après «population régulée 1» employée par ces établissements, leurs succursales et les entités qu ils contrôlent, faisant partie du périmètre de la surveillance sur base consolidée exercée par l Autorité de Contrôle Prudentiel, sous réserve des règles spécifiques de droit de travail et/ou de droit fiscal des Etats hors EEE dans lesquels cette population exerce ses activités et en tenant compte de la règlementation locale, dans les pays considérés par le Conseil de stabilité financière (CSF) comme ayant correctement transposé ses principes et standards. En outre, les normes exposées ci-après peuvent être adaptées à la taille de l entreprise, à son organisation interne ainsi qu à la nature, la portée et la complexité de ses activités comme prévu au dernier alinéa de l article 1, au premier alinéa de l article 31-4 et au premier alinéa de l article 1 L article 31-4 de l arrêté susvisé fait référence à deux populations : - catégories de personnels incluant les preneurs de risque, les personnes exerçant une fonction de contrôle, ainsi que tout salarié qui, au vu de ses revenus globaux, se trouve dans la même tranche de rémunération, dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de l entreprise ainsi que pour les personnels des filiales non assujetties au sein d un Groupe surveillé sur base consolidée, dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe.- membres de l organe exécutif.

2 du règlement précité. Compte tenu, d une part, de l évolution du contexte dans lequel elles ont été arrêtées, et, d autre part, du cadre international dans lequel s inscrivent ces activités, ces normes seront, si nécessaire, adaptées ultérieurement, pour tenir compte des décisions et des pratiques des principaux pays concernés notamment à l occasion de la revue qui sera effectuée par le Conseil de stabilité financière au second trimestre de l année 2011 et du rapport présenté par la Commission européenne au plus tard le 1 er avril 2013 en application de l article 156 de la directive 2006/48/CE modifiée par la directive 1010/48/CE du 24 novembre I - Normes de gouvernance de la politique de rémunération de la population régulée Les présentes normes sont relatives à la gouvernance de la politique de rémunération de la profession régulée et s appliquent sans préjudice du Code de gouvernement d entreprise des sociétés cotées AFEP MEDEF (avril 2010) en ce qui concerne les mandataires sociaux. 1. Le rôle du conseil d administration ou du conseil de surveillance (ci-après désignés «organe délibérant») et de la direction générale L organe délibérant arrête, sur avis du comité des rémunérations, les principes de la politique de rémunération, notamment de la population régulée, et s assure que les dispositifs de contrôle interne permettent de vérifier que ces principes sont conformes aux normes professionnelles et sont en adéquation avec les objectifs de maîtrise des risques. Dans le cadre des principes ainsi définis, la direction générale de l entreprise fixe les règles régissant les rémunérations. En aucun cas, ces règles ne peuvent être établies par les personnes qui en sont directement ou indirectement bénéficiaires. 2. Le rôle du comité des rémunérations Pour préparer ses décisions, lorsque l entreprise est d une taille supérieure aux seuils fixés par le décret pris en application de l article L A du code monétaire et financier, l organe délibérant constitue un comité spécialisé en matière de rémunérations. Lorsque la taille de l établissement et le nombre de salariés concernés rendent utile que l organe délibérant soit assisté dans le domaine des rémunérations, l organe délibérant constitue un comité des rémunérations même si les seuils prévus par le décret cité ci-dessus ne sont pas atteints. Il est composé majoritairement de membres indépendants 2, compétents pour analyser les 2 Selon les critères définis pour les administrateurs indépendants au chapitre 8 au code AFEP-MEDEF de gouvernement d entreprise des sociétés cotées de décembre 2008.

3 3 politiques et pratiques en matière de rémunération au regard de l ensemble des critères pertinents, y compris la politique de risque de l entreprise. Sans préjudice des dispositions législatives ou réglementaires, ce comité, ou à défaut, l organe délibérant procède à un examen annuel : - des principes de la politique de rémunération de l entreprise ; - des rémunérations, indemnités et avantages de toute nature accordés aux mandataires sociaux de l entreprise ; - de la politique de rémunération de la population régulée. Le comité des rémunérations vérifie, notamment sur le rapport qui lui est fait par la direction générale que la politique de rémunération est conforme aux dispositions du chapitre VI du titre IV du règlement et cohérente avec les présentes normes. Le comité des rémunérations, ou à défaut l organe délibérant, examine les rémunérations du responsable du contrôle de la conformité, du responsable du contrôle permanent et du responsable de la filière risques. Il exprime son avis sur les propositions de la direction générale et s assure auprès de celle-ci que les principes définis par l organe délibérant sont mis en œuvre. Il peut être assisté par les services de contrôle interne ou par des experts extérieurs. Il rend compte de ses travaux à l organe délibérant. Le comité reçoit toute information nécessaire à l exercice de sa mission, notamment les montants individuels de rémunération au-delà d un certain seuil fixé par l établissement. Dans les entreprises faisant partie d un groupe, l organe délibérant peut décider d appliquer la politique de rémunération de l entreprise qui la contrôle au sens de l article L du code de commerce, dès lors que cette entreprise respecte les principes fixés aux articles 31-2 à 31-4 du règlement précité ainsi que par les présentes normes. Lorsque les entreprises mentionnées à l alinéa précédent font partie d un groupe surveillé par l ACP sur une base consolidée ou sous-consolidée, l organe délibérant peut décider que les fonctions dévolues par le présent article au comité des rémunérations de l entreprise assujettie sont exercées par le comité des rémunérations de l entreprise au niveau de laquelle s exerce la surveillance sur une base consolidée ou sous-consolidée par l ACP. Dans ce cas, l organe délibérant de l entreprise assujettie est destinataire des informations la concernant contenues dans la revue annuelle à laquelle il est procédé au sein de l entreprise au niveau de laquelle s exerce la surveillance sur une base consolidée ou sous-consolidée par l ACP. 3. Le rôle du contrôle des risques et de la conformité Le contrôle des risques et la conformité sont consultés par la direction générale pour la définition et la mise en œuvre de la politique de rémunération de la population régulée.

4 4 Le comité des rémunérations s assure auprès de la direction générale que cette concertation a bien lieu, et que les avis du contrôle des risques et de la conformité sont pris en compte. Le système de rémunération des personnels du contrôle des risques et de la conformité est fondé sur des objectifs propres, et en aucun cas directement sur les performances des professionnels contrôlés ou sur les profits de l activité contrôlée. La rémunération des personnels du contrôle des risques et de la conformité et, plus généralement, des personnels des unités chargées de la validation des opérations est fixée indépendamment de celle des métiers dont ils valident ou vérifient les opérations, et à un niveau suffisant pour disposer de personnels qualifiés et expérimentés; elle tient compte de la réalisation des objectifs associés à la fonction et doit être, à qualification, compétences et responsabilités équivalentes, à un niveau approprié par rapport aux professionnels dont ils contrôlent l activité. Leur rémunération prend également en compte les performances globales de l entreprise. 4. Transparence de la politique de rémunération 3 Conformément à l article 43-1 du règlement les entreprises transmettent à l ACP un rapport annuel sur la politique et les pratiques de rémunération de la population régulée. En outre, elles rendent publiques une fois par an, avant l Assemblée générale statuant sur les comptes annuels, les informations suivantes concernant la population régulée : 1 Le processus décisionnel mis en œuvre pour définir la politique de rémunération de l entreprise, y compris la composition et le mandat du comité spécialisé en matière de rémunérations ainsi que le cas échéant, l identité des consultants externes dont les services ont été utilisés pour définir la politique de rémunération. 2 Les principales caractéristiques de la politique de rémunération, notamment les critères utilisés pour mesurer les performances et ajuster la rémunération au risque, le lien entre rémunération et performance, la politique en matière d étalement des rémunérations et de rémunérations garanties, ainsi que les critères utilisés pour déterminer la proportion des montants en espèces par rapport à d autres formes de rémunération. 3 Des informations quantitatives consolidées sur la rémunération, d une part, des membres de leur organe exécutif ainsi que, d autre part, de l ensemble des salariés appartenant à la population régulée en indiquant pour chacune de ces deux catégories : a) les montants des rémunérations correspondant à l exercice, répartis entre part fixe et part variable, et le nombre de bénéficiaires. Cette information est également communiquée par domaine d activité ; b) les montants et la forme des rémunérations variables, répartis entre paiements en 3 Un cadre standardisé de publication des informations relatives aux rémunérations figure en annexe des présentes normes.

5 5 espèces, en actions et titres liés à des actions, et autres ; c) les montants des encours de rémunérations différées, réparties entre rémunérations acquises et non acquises ; d) les montants des encours de rémunérations différées attribués au cours de l exercice, versés ou réduits, après ajustements en fonction des résultats ; e) les paiements au titre de nouvelles embauches ou d indemnités de licenciement effectués au cours de l exercice et le nombre de bénéficiaires de tels paiements ; f) les garanties d indemnités de licenciement accordées au cours de l exercice, le nombre de bénéficiaires et la somme la plus élevée accordée à ce titre à un seul bénéficiaire. Ces informations sont, le cas échéant, publiées au niveau du groupe sur lequel s exerce la surveillance sur une base consolidée ou sous-consolidée par l ACP. En ce cas, les entreprises comprises dans le périmètre faisant l objet d une telle publication sont dispensées de publier ces informations à leur niveau. Les entreprises assujetties disposant d une population régulée, hors membres de l organe exécutif, comprenant moins de dix salariés, sont exonérées de la publication des informations concernant ces salariés mentionnées au 3 ci-dessus. Lorsqu elles justifient que l anonymat des salariés ne peut être préservé compte tenu du très faible nombre de salariés concernés, les entreprises assujetties peuvent s abstenir de publier tout ou partie des données concernant ces salariés mentionnées au e) du 3 ci-dessus. II - Rémunération variable de la population régulée 1. Champ d application Comme précisé dans le préambule, les normes professionnelles suivantes régissent les rémunérations variables de la population régulée telle que définie dans le Règlement Ces normes professionnelles s appliquent dès 2011 sur les rémunérations variables attribuées au titre de l exercice Les entreprises veillent à ce que les conditions d emploi de la population régulée permettent effectivement l application des présentes normes sous réserve des dispositions impératives issues du droit du travail ou du droit fiscal des Etats dans lesquels les professionnels exercent leurs activités. et en tenant compte de la règlementation locale pertinente, dans les pays considérés par le CSF comme ayant correctement transposé ses principes et standards.

6 6 S agissant des membres de l'organe exécutif des entreprises concernées par les présentes normes, les dispositions suivantes s appliquent en tenant compte de la législation, de la réglementation et des autres dispositions qui s'appliquent par ailleurs à eux, notamment le code AFEP - MEDEF sur le gouvernement d'entreprise. 2. Assiette des rémunérations variables Les normes professionnelles ont pour objet d assurer une cohérence entre les comportements des professionnels et les objectifs à long terme de l entreprise qui les emploie, particulièrement dans le domaine du risque. Le montant total des rémunérations variables n entrave pas la capacité des entreprises à renforcer leurs fonds propres en tant que de besoin. A cette fin, elles définissent un rapport approprié entre les composantes fixe et variable de la rémunération totale au sein de la population régulée. L assiette des éléments variables de la rémunération doit être cohérente avec les objectifs explicitement assignés au professionnel. Elle doit être également cohérente avec les objectifs de l équipe à laquelle il appartient et avec ceux de l entreprise. L évaluation des performances s inscrit dans un cadre pluriannuel, afin de garantir que le processus d évaluation porte sur les performances à long terme Les deux règles qui gouvernent l assiette des éléments variables de la rémunération sont les suivantes : - la partie variable de la rémunération est évaluée à partir de la réalisation d objectifs financiers et non financiers définis individuellement et collectivement (objectifs de l équipe à laquelle le professionnel appartient, de l activité et/ou de l ensemble de l entreprise) ; - l assiette de la rémunération variable reflète le profit net des opérations après prise en compte de tous les coûts (incluant le coût des risques, de la liquidité et de la rémunération des fonds propres). Dans le cas d activités extinctives, l assiette des rémunérations variables peut être fixée par rapport à des objectifs spécifiques.

7 7 L assiette des éléments variables de la rémunération de l encadrement supérieur des activités de marchés financiers peut intégrer des éléments spécifiques liés aux fonctions exercées. 3. Interdiction des rémunérations variables garanties Les rémunérations variables garanties sont interdites. Par dérogation à cette interdiction, une rémunération variable peut être garantie dans le contexte de l embauche, hors mutations intra-groupe. Dans ce cas, la garantie est strictement limitée à 1 an. 4. Principe de proportionnalité L application du principe de proportionnalité tel qu énoncé au premier alinéa de l article 31-4 du règlement peut conduire à adapter ou à neutraliser certaines des règles de paiement des rémunérations variables définies ci-dessous (paragraphes 5 à 8) pour certains collaborateurs ou ensembles de collaborateurs, afin de prendre en compte notamment : - la nature particulière de leurs activités ainsi que leur incidence plus faible sur le risque appréciée au niveau consolidé ; - le niveau plus faible de seniorité ou de responsabilité de ces collaborateurs, de leur impact individuel effectif sur le profil de risque de l entreprise, le montant et la structure de leur rémunération ; - le cas échéant, le niveau de contrôle exercé, dans le cadre d un groupe, par la société mère sur les filiales notamment en ce qui concerne la maîtrise du risque. 5. Principe de versement différé et conditionnel d une fraction de la rémunération variable Le versement d une fraction de la rémunération variable attribuée au titre d un exercice est différé dans le temps et conditionnel (cf. 8). Ce versement, quelle qu en soit la forme, est étalé sur au moins trois exercices postérieurs à celui de l attribution de la rémunération variable, avec un rythme de versement qui ne doit pas être plus rapide qu un prorata temporis. La durée du différé tient compte du cycle économique, de la nature des risques associés à celles-ci et des activités des salariés en question. 6. Montant des rémunérations variables différées Les rémunérations variables différées représentent au moins 40 % de la rémunération variable des professionnels appartenant à la population régulée et 60 % pour les rémunérations variables les plus élevées

8 8 7. Versement en titres ou instruments équivalents Une part importante de la rémunération variable prend la forme d actions, d instruments adossés à des actions, d instruments indexés de manière à favoriser l alignement sur la création de valeur à long terme, ou, pour les sociétés non cotées, d autres instruments équivalents. Les rémunérations variables attribuées sous forme de titres ou instruments équivalents représentent au moins 50 % des rémunérations variables attribuées aux professionnels appartenant à la population régulée. Cette règle s applique à la rémunération variable, à la fois pour sa composante différée et conditionnelle et pour sa fraction immédiatement acquise. Ces titres ou instruments équivalents sont valorisés à la date d attribution de la rémunération variable et non à la date de livraison. Les actions ou instruments liés à des actions doivent être détenus pendant une période fixée par l entreprise et qui ne peut être inférieure à six mois. Les titres ou instruments équivalents attribués au sein de la partie immédiatement acquise de la rémunération variable ne sont pas soumis à la règle du malus décrite ci-dessous. 8. Application du malus L acquisition ou le versement de la partie différée de la rémunération variable quelle qu en soit la forme, est subordonné au respect de conditions qui sont fonctions de critères liés aux résultats de l entreprise, de l activité de la ligne métier et, le cas échéant, de critères individuels. Ainsi, la part de la rémunération différée attribuée aux professionnels concernés sous condition des résultats de l exercice où ils sont constatés peut être substantiellement réduite ou ne pas être versée. Les conditions pouvant conduire à la réduction ou à la perte de la partie différée de la rémunération variable sont définies de manière précise et explicite lors de l attribution de cette rémunération. 9. Prohibition des couvertures Les entreprises interdisent à leurs professionnels de recourir à des stratégies individuelles de couverture ou d assurance en matière de rémunération ou de responsabilité qui limiteraient la portée des dispositions d alignement sur les risques contenues dans leurs dispositifs de rémunération.

9 9 ANNEXE CADRE STANDARD DE PUBLICATION DES INFORMATIONS CONCERNANT LES REMUNERATIONS Informations à publier pour chaque exercice en application de l'article 43-2 du règlement d'une part pour les membres de l'organe exécutif et d'autre part pour les personnes dont l'activité professionnelle ont une influence significative sur le profil de risque de l'entreprise. Outre les informations qualitatives prévues aux points 1 et 2 de l article 43-1 du règlement les informations quantitatives suivantes doivent être publiées : I) Rémunérations attribuées au titre de l 'exercice Nombre de personnes concernées ( 1) Total rémunération (1) Montant total de la part fixe (1) Montant total de la part variable (1) 1 ) Ces informations doivent être fournies par domaine d activité, et au total.

10 10 Montant acquis versé ou livré Montant différé conditionnel(2) Paiement en espèces Paiement en actions ou instruments équivalents (2) 2 ) Exprimé en valeur au moment de l attribution

11 11 II) Encours des rémunérations variables Montants des rémunérations différées non- acquises au titre de l exercice Montants des rémunérations différées non acquises au titre des exercices antérieurs Figure ici l encours des rémunérations différées correspondant à la somme des rémunérations différées non acquises, c'est-à-dire qui ont été attribuées mais qui n ont pas encore fait l objet d un versement (espèces) ou d une livraison (titres) et qui restent conditionnées au jeu futur du mécanisme du malus ou à un départ prématuré. Doivent figurer les rémunérations différées non acquises qui viennent d être attribuées au titre de l année précédente (colonne 1) ainsi que les rémunérations différées non acquises relatives aux années antérieures (colonne 2). Les sommes versées ou les titres livrés (même s ils restent soumis à une obligation de détention) après application du mécanisme du malus ne figurent pas dans l encours. La valorisation des titres et instruments équivalents est effectuée sur la base de la valeur d attribution. L encours des rémunérations acquises des exercices antérieures peut être affecté par les départs d entreprise.

12 12 III) Rémunérations variables différées versées ou réduites du fait des résultats de l exercice Montant des rémunérations différées versées Montant des réductions effectuées sur les rémunérations différées Ces informations sont fournies pour chaque exercice antérieur à l exercice considéré et à partir de La première colonne correspond aux sommes versées ou au titres livrés (même s ils restent soumis à une obligation de détention) après ajustement lié aux résultats de l exercice pour chaque exercice antérieur. La seconde colonne correspond au montant des réductions effectuées sur les rémunérations différées liées aux résultats de l exercice considéré, quel que soit l exercice d attribution des titres. La valorisation des titres et instruments équivalents est effectuée sur la base de la valeur d attribution.

13 13 IV) Sommes versées au titre des embauches et des ruptures au cours de l exercice Montant des indemnités de rupture versées et nombre de bénéficiaires Montants des sommes payées à l'embauche et nombre de bénéficiaires Sommes versées Nombre de bénéficiaires Sommes versées Nombre de bénéficiaires La première colonne correspond à l ensemble des sommes versées à l occasion de la rupture du contrat de. travail (severance payment) qui comprennent les indemnités de licenciement et les indemnités transactionnelles. V) Garanties d indemnités de rupture Garanties d indemnités de rupture accordées au cours de l'exercice Nombre de Montant total bénéficiaires Sont visées les «promesses» d indemnisation de rupture accordées aux cours de l exercice de référence. Garantie la plus élevée

Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit

Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit Le 16 mai 2012 Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit Politique et pratiques de rémunération (membres de l organe exécutif et

Plus en détail

Politique de Rémunération

Politique de Rémunération Rémunération au titre de l exercice 2011 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de Natixis Le présent document a été établi en application

Plus en détail

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit.

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Politique et pratiques de rémunération des collaborateurs dont les activités

Plus en détail

Politique de Rémunération

Politique de Rémunération Rémunération au titre de l exercice 2013 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de Natixis Le présent document a été établi en application

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) EXTRAIT DU RAPPORT CONSOLIDE DU GROUPE

Plus en détail

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité.

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité. REMUNERATION DES PROFESSIONNELS DES MARCHES FINANCIERS 1 - Processus décisionnel mis en œuvre pour définir la politique de rémunération de l'entreprise, y compris la composition et le mandat du comité

Plus en détail

1. L incorporation des dispositions de la directive européenne CRDIII

1. L incorporation des dispositions de la directive européenne CRDIII Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques en termes de rémunération (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) 1. L incorporation des dispositions de

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013.

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013. Crédit Agricole CIB Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques rémunération s personnes définies à l article L. 511-71 du co monétaire et financier et en application du règlement délégué (UE)

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE Préambule Le présent document a été établi en application des articles 43.1 et 43.2 du règlement n 97-02 relatif au contrôle

Plus en détail

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel ASF Formation 10 février 2015 Sommaire 1. Introduction 2. Focus sur le nouvel arrêté relatif au contrôle interne 3. Les principales mesures de transposition

Plus en détail

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Les principes de rémunération du Groupe BNP Paribas et la politique de rémunération des collaborateurs dont les

Les principes de rémunération du Groupe BNP Paribas et la politique de rémunération des collaborateurs dont les Rémunération au titre de l exercice 2011 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

GROUPE BPCE. Rémunérations au titre de l année 2013 *** PREAMBULE

GROUPE BPCE. Rémunérations au titre de l année 2013 *** PREAMBULE le 12 mai 2014 GROUPE BPCE Publication des informations mentionnées aux 1 à 3 de l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit Politique et pratiques

Plus en détail

Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération

Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération Circulaire _2011_05 du 14 février 2011 Circulaire adressée aux établissements financiers concernant la mise en place d'une bonne politique de rémunération Champ d'application: La présente circulaire s

Plus en détail

1/10. 1 European Banking Authority, Autorité Bancaire Européenne 2 Regulatory Technical Standards

1/10. 1 European Banking Authority, Autorité Bancaire Européenne 2 Regulatory Technical Standards Rémunération au titre de l exercice 2013 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 Afférent au traitement comptable des plans d options d achat ou de souscription d actions et des plans d attribution d actions

Plus en détail

Le gestionnaire de transports reçoit d'importantes responsabilités, ce qui va conduire à en faire un acteur de premier plan au sein de l'entreprise.

Le gestionnaire de transports reçoit d'importantes responsabilités, ce qui va conduire à en faire un acteur de premier plan au sein de l'entreprise. Note relative au gestionnaire de transport 1/ La notion de gestionnaire de transport A) Définition du gestionnaire de transport Transposant la réglementation européenne (règlement n 1071/2009, 21 oct.

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Société Générale Exercice clos le 31 décembre 2014 Aux Actionnaires, En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre assemblée générale,

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

Rémunération des professionnels de marché en 2009

Rémunération des professionnels de marché en 2009 Rémunération des professionnels de marché en 2009 Les informations présentées ci-après concernent l ensemble du Groupe BNP Paribas, à l exception du périmètre BNP Paribas Fortis acquis en cours d exercice

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

- 55 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 55 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 55 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à interdire ou à réglementer le cumul des fonctions et des rémunérations de dirigeant d'une entreprise du secteur public et d'une entreprise du secteur

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

DANONE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10 FEVRIER 2010 STATUT DES MANDATAIRES SOCIAUX

DANONE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10 FEVRIER 2010 STATUT DES MANDATAIRES SOCIAUX DANONE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10 FEVRIER 2010 STATUT DES MANDATAIRES SOCIAUX II. STATUT DE MONSIEUR EMMANUEL FABER, DIRECTEUR GENERAL DELEGUE 1. Modification

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 Etabli en application de l article R823-21 du Code de Commerce 1 Présentation du cabinet 1.1 Description du cabinet Monsieur Laurent ARROUASSE exerce

Plus en détail

RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2013

RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2013 RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2013 SYNTHESE La politique de rémunération menée par le Groupe a pour objectif de garantir l attraction, l engagement et la fidélisation sur le long

Plus en détail

La loi NRE. Article 116

La loi NRE. Article 116 La loi NRE La loi sur les nouvelles régulations économiques fixe (art.116) l'obligation pour les sociétés française cotées sur un marché réglementé l'obligation de rendre compte dans leur rapport annuel

Plus en détail

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29 1 JORF n 0095 du 21 avril 2012 Texte n 29 DECRET Décret n 2012-528 du 19 avril 2012 relatif au fonds d assurance formation des chefs d entreprise exerçant une activité artisanale NOR: EFII1126169D Publics

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2013 EXTRAITS DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE

RAPPORT ANNUEL 2013 EXTRAITS DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE HERMES RAPPORT ANNUEL 2013 EXTRAITS DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE Les renvois de page ci-après font référence aux pages du Tome 2 du rapport annuel 2013 Rapport du Conseil de surveillance à l Assemblée générale

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE.1 RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) 156.1.1

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

COMMUNIQUE CNCC. Micro-entreprises Dérogation relative à l annexe des comptes annuels - Incidence sur le rapport du commissaire aux comptes

COMMUNIQUE CNCC. Micro-entreprises Dérogation relative à l annexe des comptes annuels - Incidence sur le rapport du commissaire aux comptes COMMUNIQUE CNCC Micro-entreprises Dérogation relative à l annexe des comptes annuels - Incidence sur le rapport du commissaire aux comptes En application de l article L. 123-16-1 du code de commerce 1

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Compte épargne temps 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 9 mars 2010 Mise à jour du 1 er juin 2010 Références

Plus en détail

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social DÉCRET n relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

1. La réception de fonds du public

1. La réception de fonds du public BANQUE L'activité des banques et établissements financiers est régie par la loi du 24.01.1984 complétée par deux décrets du 24.07.1984 et un décret du 27.03.1985. I. CHAMP D'APPLICATION A. Définition 23/07/2012

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

COMPAGNIE AGRICOLE DE LA CRAU

COMPAGNIE AGRICOLE DE LA CRAU COMPAGNIE AGRICOLE DE LA CRAU Mesdames, Messieurs, RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE En application des dispositions de l article L.225-37

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES Sommaire 1. Organisation de la Société de Gestion... 3 2. Périmètre d exercice des droits de vote... 4 2.1. Critères de détention et d emprise... 4 2.2. Critère

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

COMMUNIQUE RELATIF A LA DELIBERATION DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DU 20 FEVRIER 2009

COMMUNIQUE RELATIF A LA DELIBERATION DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DU 20 FEVRIER 2009 COMMUNIQUE RELATIF A LA DELIBERATION DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DU 20 FEVRIER 2009 RECOMMANDATIONS AFEP-MEDEF DU 6 OCTOBRE 2008 Lors de sa réunion du 20 Février 2009, le Conseil de Surveillance a pris

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF

OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF 1- Conditions d éligibilité aux avantages tarifaires bancaires Etre salarié sous contrat à durée indéterminée à la CEIDF, après validation de la période d essai.

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

PREMIERE ACTUALISATION

PREMIERE ACTUALISATION Société anonyme au capital de 970.099.988,75 euros Siège social : 29, boulevard Haussmann - 75009 PARIS 552 120 222 R.C.S. PARIS PREMIERE ACTUALISATION DU DOCUMENT DE REFERENCE 2012 Document de référence

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Décret n 2008-512 du 29 mai 2008 relatif à la formation statutaire obligatoire des fonctionnaires territoriaux. Version consolidée au 12 octobre 2015

Décret n 2008-512 du 29 mai 2008 relatif à la formation statutaire obligatoire des fonctionnaires territoriaux. Version consolidée au 12 octobre 2015 Décret n 2008-512 du 29 mai 2008 relatif à la formation statutaire obligatoire des fonctionnaires territoriaux Version consolidée au 12 octobre 2015 Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France Téléphone : +33 (0)1 55 68 68 68 Télécopie : +33 (0)1 55 68 73 00 Site internet : www.kpmg.fr Rapport de l organisme tiers indépendant sur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

Politique de rémunération de Bellatrix Asset Management S.A. (la Société)

Politique de rémunération de Bellatrix Asset Management S.A. (la Société) Politique de rémunération de Bellatrix Asset Management S.A. (la Société) La présente politique de rémunération porte sur les composantes fixes et variables et les prestations de pensions discrétionnaires.

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

VALTECH. Société Anonyme 103, rue de Grenelle 75007 Paris. Exercice clos le 31 décembre 2013

VALTECH. Société Anonyme 103, rue de Grenelle 75007 Paris. Exercice clos le 31 décembre 2013 VALTECH Société Anonyme 103, rue de Grenelle 75007 Paris Rapport de l un des Commissaires aux comptes, désigné organisme tiers indépendant, sur les informations sociales, environnementales et sociétales

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION PORTANT SUR LA PARTIE EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 2 JUIN 2015

ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION PORTANT SUR LA PARTIE EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 2 JUIN 2015 AFONE Société anonyme à Conseil d administration au capital de 589 001,60 euros Siège social : 11 place François Mitterrand 49100 ANGERS 411 068 737 RCS ANGERS ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE

Plus en détail

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 Janvier 2014 Ce guide a pour objet de préciser l interprétation

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 Janvier 2014 Ce guide a pour objet de préciser l interprétation

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M A, le Objet : Mise en place de garanties collectives

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION de LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. RÔLE DU CONSEIL Le rôle du conseil est d assumer la responsabilité

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004. 1.3 - Coexistence de plusieurs objets statutaires dans l association CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-17 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif au traitement comptable des opérations d une association souscriptrice d un contrat collectif d assurance et des groupements

Plus en détail