IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES"

Transcription

1 IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES T.T. Nguyen, L. Barandiaran, C. Petuya, J.L. Bruneel, D. Talaga, A. Desmedt* Groupe de Spectroscopie Moléculaire, Institut des Sciences Moléculaires, UMR 5255 CNRS Université de Bordeaux, 351 Cours de la Libération, TALENCE HyDfect 1

2 I. STOCKAGE DE l HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES 1. Généralités et intérêt des clathrate hydrates 2. Structure des clathrate hydrates II. ANALYSE IN-SITU DU STOCKAGE DE L HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES PAR MICROSPECTROSCOPIE RAMAN III. 1. Montage expérimental 2. Impact des acides sur les propriétés vibrationnelles 3. Impact des acides sur le stockage de l hydrogène CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 2

3 I. STOCKAGE DE l HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES 1. Généralités et intérêt des clathrate hydrates 2. Structure des clathrate hydrates II. ANALYSE IN-SITU DU STOCKAGE DE L HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES PAR MICROSPECTROSCOPIE RAMAN III. 1. Montage expérimental 2. Impact des acides sur les propriétés vibrationnelles 3. Impact des acides sur le stockage de l hydrogène CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 3

4 STOCKAGE DE l HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES GÉNÉRALITÉS ET INTÉRÊT DES CLATHRATE HYDRATES Hydrogène: élément le plus abondant sur Terre, source d énergie propre, potentiel, illimité reformage Gaz naturel H 2 électrolyse H 2 O H 2 + O 2 H 2 + O 2 H 2 O + E H 2 Compression (gazeuse) Haute pression (500 bars) & risque d explosion Liquéfaction (liquide) Très basse température (20K) & coût très cher Adsorption dans un matériel Pression & Température ambiante non dangereux, non nuisible à l environnement Clathrate hydrates (noté CH): Molécules d eau peuvent encapsuler l H 2 4 E.D. Sloan, Clathrate Hydrates of Natural Gases (1998)

5 STOCKAGE DE l HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES STRUCTURE HEXAGONALE DE LA GLACE *E.D. Sloan, Clathrate Hydrates of Natural Gases (1998) STRUCTURE DES CLATHRATE HYDRATES Structure des CH dépend de l assemblage des cages 5 12 (7.8Å) (8.1Å) (8.7Å) (9.5Å) (11.4Å) 46H 2 O 136H 2 O 34H 2 O E. D. Sloan (2003). Nature 426, 353. CAGES DANS LES CLATHRATE HYDRATES *E.D. Sloan, Clathrate Hydrates of Natural Gases (1998) Type I Type II Type H Formation des CH dépend: Pression Température Molécule invitée 5

6 STOCKAGE DE l HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES CLATHRATE HYDRATE DE H 2 PUR Mao et al. (2002). Science 297, P=3000 bars & T=280 K 4% (H 2 ) CLATHRATE HYDRATES DE H 2 (TYPE II) Impact de défauts acidiques sur les clathrate hydrates cation + CLATHRATE HYDRATE DE H 2 THF (C 4 H 8 O) Mao et al. (2002). Science 297, P=50 bars & T=280 K 2% (H 2 ) Temps caractéristique de réorientation de H 2 O Glace ~ ms-µs * Clathrate hydrate ~ µs * Clathrate hydrate ionique ~ ns-ps *E.D. Sloan, Clathrate Hydrates of Natural Gases (1998) A. Desmedt et al, Solid State Ionics, 252, 19 (2013) Impact de défauts acidiques sur les propriétés de stockage? Modification de la dynamique des cages? Améliorations des performances de stockage? anion Optimisation du clathrate hydrate mixte? 6

7 I. STOCKAGE DE l HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES 1. Généralités et intérêt des clathrate hydrates 2. Structure des clathrate hydrates II. ANALYSE IN-SITU DU STOCKAGE DE L HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES PAR MICROSPECTROSCOPIE RAMAN III. 1. Montage expérimental 2. Impact des acides sur les propriétés vibrationnelles 3. Impact des acides sur le stockage de l hydrogène CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 7

8 ANALYSE IN-SITU DU STOCKAGE DE l H 2 MONTAGE EXPERIMENTALE ECHANTILLONS Clathrate THF Non acide (8THF. 136H 2 O) / (Type II; T f = 277 K) Clathrate THF Acide (7.9THF. 0.1HCLO H 2 O) / (Type II; T f = 270 K) ACQUISITION DES SPECTRES RAMAN Microspectromètre Labram (HR 800, λ= 458 nm, réseau (1800 traits/mm), 20mW) 1 cm Pression de 0 à 300bars / Temperature de 150K à 350K Cellule à fenêtre saphir: volume échantillon ~ ½ cm 3 8

9 Intensité (u.a) ANALYSE IN-SITU DU STOCKAGE DE l H 2 SPECTRES RAMAN DE LA GLACE, DES CH-THF & CH-THF-HCLO 4 (P=1bar et T=270 K) Glace CH-THF CH-THF-HCLO Nombre d onde (cm -1 ) Vibration d O-O des cages Intensité (u.a) 905 Glace CH-THF CH-THF-HCLO cm cm cm o 110 o H 3 O (ClO 4 ) Glace CH-THF CH-THF-HCLO (THF) Nombre d onde (cm -1 ) 110 o CH-Acide: cages plus flexibles 9

10 ANALYSE IN-SITU DU STOCKAGE DE l H 2 Intensité (u.a) SPECTRES RAMAN DES CLATHRATE HYDRATES - H 2 (P=200bar & T=270 K APRES 24h ) THF 3140 OH H 2 CH-THF CH-THF-HCLO 4 x10 x Nombre d onde (cm -1 ) H 2 (cages)

11 ANALYSE IN-SITU DU STOCKAGE DE l H 2 IMAGES SPECTRALES DE L INSERTION H 2 DANS LES CH Suivi in-situ du front de diffusion de l hydrogène dans le clathrate hydrate acide (P (H 2 ) = 200bars at 270K) Gaz H 2 Clathrate hydrates 1200 µm 0h 12h 24h 36h 48h Gaz H 2 Clathrate hydrates 200 µm Non Insertion H 2 Spectre raman chaque 20µm Insertion H 2 interface Gaz clathrate

12 ANALYSE IN-SITU DU STOCKAGE DE l H 2 <X 2 > [10-6 cm 2 ] CALCUL DU COEFFICIENT DE DIFFUSION DE l H 2 Diffusion «Fick»: X 2 = 6.D <t> X: déplacement de la molécule D: coefficient de diffusion t: temps CH-THF sans acide CH-THFacide 10 8 D= 6,6x10-12 ± 0,3 cm 2. s -1 (CH-THF-acide) temps [heure] X 2 6D < t > D= 2,5x10-12 ± 0,2 cm 2. s -1 (CH-THF-sans acide) 12

13 I. STOCKAGE DE l HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES 1. Généralités et intérêt des clathrate hydrates 2. Structure des clathrate hydrates II. ANALYSE IN-SITU DU STOCKAGE DE L HYDROGENE DANS LES CLATHRATE HYDRATES PAR MICROSPECTROSCOPIE RAMAN III. 1. Montage expérimental 2. Impact des acides sur les propriétés vibrationnelles 3. Impact des acides sur le stockage de l hydrogène CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 13

14 CONCLUSION ET PERSPECTIVE Impact des acides sur les propriétés vibrationnelles et le stockage d hydrogène des clathrate hydrates Mesure expérimentale «directe» du coefficient de diffusion de l hydrogène dans les clathrate hydrates. Optimisation du stockage de l hydrogène par les clathrate hydrates acides. 14

15 MERCI POUR VOTRE ATTENTION! 15

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température CEFRACOR 24 Octobre 2013 Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température Omar Al haj ; Véronique Peres ; Eric Serris ; Michel Cournil

Plus en détail

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

Résumé de cours : Spectres Infrarouge

Résumé de cours : Spectres Infrarouge Résumé de cours : Spectres Infrarouge I. Introduction : Le rayonnement infrarouge (IR), invisible à l œil nu, est situé dans domaine de longueur d onde supérieur à 800 nm. Lorsqu un échantillon est traversé

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E Introduction : utilisation de l énergie thermique dans l hôtellerie et la restauration : Appareils producteurs de chaleur : Grill, Fours, Brûleurs, Radiateur, Chauffe-eau

Plus en détail

Matériaux composites "isolant-métal" : réponses électriques, percolation, dégradation. Intérêt de la Spectroscopie d'impédance Électrique.

Matériaux composites isolant-métal : réponses électriques, percolation, dégradation. Intérêt de la Spectroscopie d'impédance Électrique. Université de Toulon et du Var Laboratoire Matériaux et Microélectronique de Provence (Groupe MMI) UMR CNRS 61 37 Matériaux composites "isolant-métal" : réponses électriques, percolation, dégradation.

Plus en détail

Etude In-situ par RRX de films minces de polystyrène exposés à du CO 2 supercritique

Etude In-situ par RRX de films minces de polystyrène exposés à du CO 2 supercritique Etude In-situ par RRX de films minces de polystyrène exposés à du CO 2 supercritique Présenté par: Mohamed Souheib Chebil Encadré par: Alain Gibaud (LPEC_Université du Maine) Yves Grohens (LIMATB_Université

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR)

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) 1 Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Pour déterminer la formule développée d une molécule, on peut utiliser diverses méthodes : Des méthodes chimiques

Plus en détail

ÉQUIPEMENT DE LA PLATEFORME «SIV» (SPECTROSCOPIE ET IMAGERIE VIBRATIONNELLE)

ÉQUIPEMENT DE LA PLATEFORME «SIV» (SPECTROSCOPIE ET IMAGERIE VIBRATIONNELLE) ÉQUIPEMENT DE LA PLATEFORME «SIV» (SPECTROSCOPIE ET IMAGERIE VIBRATIONNELLE) Bien que plusieurs laboratoires en Aquitaine disposent de spectromètres Raman ou Infrarouge FTIR, la plateforme SIV sur laquelle

Plus en détail

LES BICOUCHES À L INTERFACE AIR-EAU : UN NOUVEAU SYSTÈME MODÈLE DES MEMBRANES BIOLOGIQUES. Julie Saccani

LES BICOUCHES À L INTERFACE AIR-EAU : UN NOUVEAU SYSTÈME MODÈLE DES MEMBRANES BIOLOGIQUES. Julie Saccani G LES BICUCHES À L INTERFACE AIR-EAU : UN NUVEAU SYSTÈME MDÈLE DES MEMBRANES BILGIQUES Julie Saccani LPCM UMR 5803 - Université Bordeaux 1 INTRDUCTIN Cellule = unité séparée du milieu extérieur par une

Plus en détail

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009 Chimie Physique III Spectroscopie électroniques et vibrationnelles du benzène Daniel Abegg Nicolas Calo Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 6 Groupe 3 3 juin 29 Question Spectre

Plus en détail

Le stockage d énergie

Le stockage d énergie Le stockage d énergie Mardi 7 juin 2011 Avec le soutien de Mc Phy Energy Adamo SCRENCI La Motte-Fanjas Solutions de stockage de l hydrogène grande capacité Avec le soutien de 1 L hydrogène un fuel parfait

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat

Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat Procédé thermochimique solide/gaz et stockage thermique : exemple du stockage intersaisonnier pour l'habitat Nathalie MAZET Benoît MICHEL Gabriel BOULNOIS Pierre NEVEU Sylvain MAURAN Driss STITOU CNRS

Plus en détail

Mesure de température des solides et des gaz par pyrométrie.

Mesure de température des solides et des gaz par pyrométrie. Mesure de température des solides et des gaz par pyrométrie. Philippe Hervé, Nicolas Rambure, Pierre Vasseur (Université Paris X) et Jean Luc Bodnar (Université de Reims Champagne Ardenne) 1 PRESENTATION

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie.

Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie. DOCTORAT DE L UNIVERSITE DE LILLE 1 1 Ecole Doctorale : Sciences Pour l Ingénieur (SPI) Discipline : Instrumentation et Analyses Avancées Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie

Plus en détail

HYDROGÈNE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke

HYDROGÈNE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke HYDROGÈNE Marcel Lacroix Université de Sherbrooke HYDROGÈNE 1. Découvert par Henry Cavendish en 1766. 2. Élément le plus simple et le plus abondant dans l univers: 93% de la matière. M. Lacroix Hydrogène

Plus en détail

Centres de bandes cm -1

Centres de bandes cm -1 O L importance du rôle l eau dans la physico-chimie de l atmosphère (effet de serre, dynamique des masses d air,.) lui donne une place de tout premier choix parmi les différents constituants atmosphériques.

Plus en détail

Application de la technique de spectroscopie de fluorescence à la caractérisation de la matière organique. naturelles

Application de la technique de spectroscopie de fluorescence à la caractérisation de la matière organique. naturelles Application de la technique de spectroscopie de fluorescence à la caractérisation de la matière organique dissoute (MOD) dans les eaux naturelles E. Parlanti (LPTC) des systèmes naturels UMR 5472 CNRS

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV, VISIBLE ET IR

SPECTROMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV, VISIBLE ET IR SPECTROMETRIE D ABSORPTION MOLECULAIRE UV, VISIBLE ET IR 1. Spectroscopie moléculaire d absorption 1.1 Aspect théorique a) Energie d une molécule La spectroscopie est une technique d analyse des molécules

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, en régime continu ou impulsionnel. Applications opto-microondes. NGOC DIEPLAI Laboratoire d Electronique Quantique

Plus en détail

AREVA H 2 Gen La production d hydrogène par électrolyse

AREVA H 2 Gen La production d hydrogène par électrolyse La production d hydrogène par électrolyse Idées La voiture à Hydrogène 01 Décembre 2014 Fabien AUPRÊTRE Directeur R&D AREVA H2Gen est née de la fusion entre: Une PME spécialiste de l électrolyse PEM L

Plus en détail

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO 20 mars 2014

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO <jiayin.gao@univ-paris3.fr> 20 mars 2014 Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO 20 mars 2014 La phonétique acoustique La phonétique acoustique étudie les propriétés physiques du signal

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Utilisation de l HPTLC dans un Laboratoire de Chromatographie Préparative

Utilisation de l HPTLC dans un Laboratoire de Chromatographie Préparative Utilisation de l HPTLC dans un Laboratoire de Chromatographie Préparative Sommaire Présentation d ORIL Industrie Étapes de développement d une nouvelle molécule Utilisation de la chromatographie préparative

Plus en détail

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques

Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques Spectroscopie femtoseconde de nanoparticules bimétalliques J. Burgin 1, C. Guillon 1, P. Langot 1 et F. Vallée 1,2 1 - CPMOH, Université Bordeaux 1, 351 cours de la Libération, 33 405 Talence 2 - FNO group,

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Chromatographie liquide haute performance (CHLP)

Chromatographie liquide haute performance (CHLP) Chromatographie liquide haute performance (CHLP) La chromatographie liquide haute performance (CHLP en français, HPLC en anglais) est une technique analytique très générale d emploi. Elle correspond à

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

A2 : Phénomènes associés aux risques chimiques

A2 : Phénomènes associés aux risques chimiques A2 : Phénomènes associés aux risques chimiques 1. Réactions chimiques On appelle réaction ou transformation physicochimique le processus par lequel une ou plusieurs substances se transforment en une ou

Plus en détail

Images d alcanes et de ses dérivés obtenues à l aide d un microscope à effet tunnel (STM)

Images d alcanes et de ses dérivés obtenues à l aide d un microscope à effet tunnel (STM) Images d alcanes et de ses dérivés obtenues à l aide d un microscope à effet tunnel (STM) David Wintgens Lycée Jean-Piaget, Neuchâtel david.wintgens@rpn.ch But de cette présentation Fournir une animation

Plus en détail

Chapitre 3 Spectroscopie RAMAN. Spectroscopie RAMAN

Chapitre 3 Spectroscopie RAMAN. Spectroscopie RAMAN Spectroscopie RAMAN I. Introduction: La spectroscopie Raman (du nom de Sir C.V. Raman, prix Nobel de physique en 1930) est une spectrométrie optique mettant en évidence les vibrations moléculaires et ainsi

Plus en détail

SOLUTION ELECTROLYTIQUE

SOLUTION ELECTROLYTIQUE I. DEFINITION IA. SOLUTION Une solution est obtenue par dissolution de solutés dans un solvant. Lorsque le solvant est de l eau on obtient une solution aqueuse. Les solutés peuvent être liquide, solide

Plus en détail

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com Projet SETHER Appel à projets 2008 Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com SETHER STOCKAGE D ELECTRICITÉ SOUS FORME THERMIQUE À HAUTE TEMPÉRATURE Partenaires : POWEO, SAIPEM, CEA, CNAM, GEMH,

Plus en détail

Conception et réalisation. Caractérisation, performances. Mesure de pression des gaz quelconques

Conception et réalisation. Caractérisation, performances. Mesure de pression des gaz quelconques D É V E L O P P E M E N T D U N E J A U G E C A PA C I T I V E A J U S TA B L E P O U R M E S U R E S D E B A S S E S P R E S S I O N S À B A S S E S T E M P É R A T U R E S L. Lago, C. Herbeaux, P. Roy,

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Stockage d'énergie en souterrain Thermodynamique des cavités

Stockage d'énergie en souterrain Thermodynamique des cavités Stockage d'énergie en souterrain Thermodynamique des cavités Faouzi Hadj-Hassen Centre de Géosciences MINES ParisTech 27/11/2014 Institut Mines-Télécom Sommaire Contexte général du stockage de l'énergie

Plus en détail

STOCKAGE DE L HYDROGENE DANS LES SOLIDES

STOCKAGE DE L HYDROGENE DANS LES SOLIDES Mémento de l Hydrogène FICHE 4.4 STOCKAGE DE L HYDROGENE DANS LES SOLIDES Sommaire. L hydrogène retenu par la surface de certains matériaux: le stockage par adsorption. L hydrogène combiné aux métaux et

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Les gaz: caractéristiques

Les gaz: caractéristiques Les gaz Les gaz: caractéristiques les gaz épousent le volume et la forme de leurs contenants les gaz sont compressibles alors que les liquides et les solides le sont très peu des gaz déversés dans un même

Plus en détail

Les molécules sont des assemblages organisés d'au moins deux atomes (identiques ou différents), et sont donc également électriquement neutres.

Les molécules sont des assemblages organisés d'au moins deux atomes (identiques ou différents), et sont donc également électriquement neutres. Espèces chimiques Une «espèce chimique» est un ensemble d entités élémentaires identiques, telles que les atomes, les molécules et les ions. Les espèces chimiques constituées d atomes sont appelées «espèces

Plus en détail

Les micro-ondes en chimie

Les micro-ondes en chimie Les micro-ondes en chimie 1. Nature des micro-ondes I. Généralités Les micro-ondes sont des ondes électromagnétiques (par opposition aux ultrasons, qui sont des ondes acoustiques). Les micro-ondes n ont

Plus en détail

Jean-Claude GRENIER Directeur de Recherche CNRS

Jean-Claude GRENIER Directeur de Recherche CNRS Institut de Chimie de la Matière Condensée e de Bordeaux ICMCB - CNRS Université de BORDEAUX Jean-Claude GRENIER Directeur de Recherche CNRS www.icmcb-bordeaux.cnrs.fr 1 Emissions de CO 2? Evolution de

Plus en détail

Détection et identification de radionucléides et d espèces chimiques à l état d ultratrace dans l environnement

Détection et identification de radionucléides et d espèces chimiques à l état d ultratrace dans l environnement Techniques de mesure en radioprotection et les défis rencontrés dans les milieux industriel et médical Les mesures de traces chez l homme et dans l environnement Mercredi 20 Nov. 2013 UIC - Paris Détection

Plus en détail

L'hydrogène & les Piles à Combustibles dans la Transition Énergétique

L'hydrogène & les Piles à Combustibles dans la Transition Énergétique -Présentation 56Watt - Hy-Generation L'hydrogène & les Piles à Combustibles dans la Transition Énergétique 1/17 Présentation Hy-Generation Accéder à l'alternative PILE à COMBUSTIBLE Société innovante au

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction.

Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction. Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction. Benoît LEFEZ, Béatrice Hannoyer Université de Rouen, GPM UMR 6634 CNRS CRT Analyses et Surface,

Plus en détail

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Céline Croutxé-Barghorn Département de Photochimie Générale, CNRS-UMR

Plus en détail

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM José Alvarez Laboratoire de Génie Electrique de Paris (LGEP), Gif-sur-Yvette, France Quelques systèmes commerciaux Horiba JY + JPK AFM

Plus en détail

Suivi de l action antioxydante des diphénylamines par spectroscopie infrarouge et résolution multivariée de courbes

Suivi de l action antioxydante des diphénylamines par spectroscopie infrarouge et résolution multivariée de courbes Suivi de l action antioxydante des diphénylamines par spectroscopie infrarouge et résolution multivariée de courbes N. Gracia 1,2,3, S. Thomas 1, P. Bazin 1, L. Duponchel 2, F. Thibault-Starzyk 1, O.Lerasle

Plus en détail

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES

TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES TRAITEMENT DES LIXIVIATS PAR UN COUPLAGE DE PROCEDES 1. Contexte de l étude + Objectifs 2. Caractérisation des lixiviats 3. Performances du couplage de procédés 4. Conclusion générale Étude menée au STRI/LHC

Plus en détail

Audit énergétique de la Copropriété

Audit énergétique de la Copropriété Audit énergétique de la Copropriété Sommaire SOMMAIRE Démarche de l étude A- Etat des lieux Recueil des données Présentation de la copropriété Enquête auprès des usagers Performances du bâti et éléments

Plus en détail

Hydrogène. Club Mines Energie, 11 mars 2015

Hydrogène. Club Mines Energie, 11 mars 2015 Hydrogène Club Mines Energie, 11 mars 2015 1 Objectifs Décarbonation Compétitivité Enjeux technologiques pour les usages possibles Power-to-gas v 2 /kg > 5000 Nm 3 /h Aujourd hui, 96% de l hydrogène est

Plus en détail

TS II.3 Spectroscopie infrarouge Synthèse

TS II.3 Spectroscopie infrarouge Synthèse Spectroscopie infrarouge Sommaiire -I- Comment se présente un spectre IR? -----------------------------------2 -II- Quelles sont les informations apportées par un spectre IR? -----------------4 1. Spectre

Plus en détail

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Philippe HERVÉ Julie CEDELLE Laboratoire d Énergétique et d Économie d Énergie, Université Paris X Nanterre, 50 Rue de Sèvres, 92140 Ville

Plus en détail

Climatisation Chauffage Eau chaude sanitaire. Illustration non contractuelle

Climatisation Chauffage Eau chaude sanitaire. Illustration non contractuelle Climatisation Chauffage Eau chaude sanitaire LA CLIMATISATION SOLAIRE PAR La climatisation solaire : Qu est-ce que c est? Après l apparition des systèmes solaires combinés produisant l eau chaude sanitaire

Plus en détail

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr

Voyage dans le nano monde: Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Observation des atomes par Microscopie à Effet Tunnel Contact: sophie.guezo@univ rennes1.fr Monoxyde de Carbone sur Platine Galerie IBM Institut de Physique de Rennes: présentation Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

Des nouveaux outils de mesure nondestructives. spectroscopie laser et IRM

Des nouveaux outils de mesure nondestructives. spectroscopie laser et IRM Des nouveaux outils de mesure nondestructives de la qualité du fruit: spectroscopie laser et IRM Mehinagic E., Musse M. SIVAL, 15 Janvier 2014 1 JP L'Hullier, M Askoura, E Madieta, V Piron G. Winisdorffer,

Plus en détail

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse)

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) L'IS2M dispose d'un ensemble permettant de faire de la spectroscopie XPS, cet appareillage comporte deux analyseurs ainsi qu'une chambre

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

Essais de pré-évaluation d un analyseur automatique BTX Détermination de la limite de détection Appareil SERES : 2000G

Essais de pré-évaluation d un analyseur automatique BTX Détermination de la limite de détection Appareil SERES : 2000G Essais de pré-évaluation d un analyseur automatique BTX Détermination de la limite de détection Appareil SERES : 2000G (peut être supprimé si rapport unique) Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité

Plus en détail

Chapitre IV UTILISATIONS DE LA LUMINESCENCE

Chapitre IV UTILISATIONS DE LA LUMINESCENCE 28 Chapitre IV UTILISATIONS DE LA LUMINESCENCE IVA- UTILISATIONS DANS LA RECHERCHE FONDAMENTALE IVA-1- DIFFERENTS TYPES DE NIVEAUX ENERGETIQUES Les diagrammes énergétiques des centres activateurs peuvent

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

Spectres UV-visible IR

Spectres UV-visible IR Spectres UV-visible IR I. Molécules organiques VOIR TP II. Spectroscopie d absorption 1. Spectroscopie UV-visible a. Principe Dans un spectrophotomètre, on fait passer une radiation électromagnétique à

Plus en détail

à froid en moteur Diesel

à froid en moteur Diesel Le démarrage d à froid en moteur Diesel Directrice de thèse : Christine Mounaim-Rousselle LME) Encadrants : Fabrice Foucher (LME) Bertrand Barbeau (PSA) Benoit Jeanne (PSA) Célia vergnes Journées François

Plus en détail

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy.

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy. Amélioration de l Efficacité énergétique des centrales thermiques intégrant le captage de CO2 assisté par contacteurs AméliE_CO2 Denis Roizard Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349

Plus en détail

Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane

Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane 1 1. Définition LPG On entend par LPG (Liquefied Petroleum Gas) du BUTANE, PROPANE et leurs

Plus en détail

PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane

PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane Journée «Réactivité des Solides Divisés» SAINT-ETIENNE - 27 Juin 2002 PROCESSUS ET RÉACTIVITÉ : Mécanismes réactionnels de la croissance Étapes aux interfaces Réactivité en géométrie plane Alain Galerie

Plus en détail

PRESENTATION DU PROJET «Route de l Hydrogène en Nord-Pas de Calais»

PRESENTATION DU PROJET «Route de l Hydrogène en Nord-Pas de Calais» Portons le Nord Pas-de-Calais et ses entreprises vers l énergie de demain PRESENTATION DU PROJET «Route de l Hydrogène en Nord-Pas de Calais» Région Nord-Pas de Calais CUD Pôle d Excellence Régional Energie

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 I. Domaines d étude de ces deux techniques. Thème : Analyse spectrale. Partie : Spectroscopie Cours 9 : Spectroscopie I.R et R.M.N http://actions.maisondelachimie.com/outils_pedagogiques.html I.R. :

Plus en détail

Eau sur mesure pour l industrie alimentaire

Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Eau sur mesure pour l industrie alimentaire Jean Pierre Bas Process development manager jp.bas@spawater.com 0032 (0) 87794254 Structure de l exposé Principes de classification Prétraitements de l eau Traitements

Plus en détail

EXERCICE I : ASPIRINE ET PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE (8,5 points)

EXERCICE I : ASPIRINE ET PRÉVENTION CARDIOVASCULAIRE (8,5 points) EXERIE I : ASPIRINE ET PRÉVENTIN ARDIVASULAIRE (8,5 points) L une des propriétés pharmacologiques de l aspirine est d être un fluidifiant du sang. est pourquoi l aspirine peut être utilisée de manière

Plus en détail

Etude par spectroscopie infrarouge operando de l effet de H 2 en oxydation de CO catalysée par Au/TiO 2

Etude par spectroscopie infrarouge operando de l effet de H 2 en oxydation de CO catalysée par Au/TiO 2 Réunion plénière, 1-3/12/2008, Bordeaux Etude par spectroscopie infrarouge operando de l effet de en oxydation de C catalysée par Au/Ti 2 Laurent PICCL IRCELYN, CNRS / Université de Lyon, France Helen

Plus en détail

Valorisation des rejets de chaleur en interne et en externe: techniques et mise en œuvre

Valorisation des rejets de chaleur en interne et en externe: techniques et mise en œuvre Valorisation des rejets de chaleur en interne et en externe: techniques et mise en œuvre Séminaire «Efficacité énergétique, et si on échangeait nos flux d'énergie» Bruxelles, le 8 octobre 2015 Systèmes

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

L Hydrogène et les piles à combustible

L Hydrogène et les piles à combustible L Hydrogène et les piles à combustible Pascal Brault Groupe de recherches sur l Energétique des Milieux Ionisés UMR6606 Université d Orléans CNRS Polytech Orléans BP 6744 45067 ORLEANS Cedex 2 Pascal.Brault@univ-orleans.fr

Plus en détail

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents «Nouveaux» traitements pour polluants émergents Valérie HEQUET Colloque IMT «Ressources naturelles et environnement» les 5 et 6 Novembre 2014, Paris Laboratoire GEPEA UMR CNRS 6144 Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

«Conversion de la biomasse en

«Conversion de la biomasse en «Conversion de la biomasse en combustible par procédé plasma» (Décharge élémentaire stationnaire à la pression atmosphérique) Présentation d études préliminaires de laboratoire GFC-23 novembre 2007 Jocelyn

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse DOSSIER D APPELS D OFFRES Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse Laboratoire Biomolécules et Biotechnologies Végétales Faculté

Plus en détail

Mots-clefs : Diffusion des chlorures, laitier de haut fourneau, jeune âge, EDS, hydratation

Mots-clefs : Diffusion des chlorures, laitier de haut fourneau, jeune âge, EDS, hydratation Suivi du profil de pénétration d ions chlore dans des matrices cimentaires au jeune âge - Application de la microanalyse EDS Ben Fraj A.* CETE IdF, Laboratoire Ecomatériaux, Le Bourget, France Mounanga

Plus en détail

Exercices Exercice n 1

Exercices Exercice n 1 Exercices Exercice n 1 Décrire la typologie. Quelle information va nous apporter chaque type? Bodnar (2003) Fluid inclusions : methods and interpretation. Mac Short Course n 32 1/14 Exercice n 2 Une inclusion

Plus en détail

Liaisons chimiques la liaison ionique

Liaisons chimiques la liaison ionique Liaisons chimiques la liaison ionique 1. Nomme cinq métaux et cinq non-métaux qui pourraient facilement former des liaisions ioniques. Écris la formule des composés et nomme-les. 2. Parmi les paires suivantes,

Plus en détail

TP N 26 : ETUDE DU CHANGEMENT D ETAT D UN CORPS PUR

TP N 26 : ETUDE DU CHANGEMENT D ETAT D UN CORPS PUR TP N 26 : ETUDE DU CHANGEMENT D ETAT D UN CORPS PUR 1 I. Objectif. On se propose d étudier la vaporisation de l eau, considérée comme un corps pur. A l aide de deux capteurs de température et de pression,

Plus en détail

Stockage d Energies intermittentes pour applications stationnaires: retour d expérience et dynamiques territoriales

Stockage d Energies intermittentes pour applications stationnaires: retour d expérience et dynamiques territoriales Stockage d Energies intermittentes pour applications stationnaires: retour d expérience et dynamiques territoriales Jérôme GOSSET, Directeur Général de la BU Stockage d Energie d AREVA Renouvelables AREVA

Plus en détail

&omme nous l avons déjà signalé, la présence d azote lors de la combustion conduit

&omme nous l avons déjà signalé, la présence d azote lors de la combustion conduit CHAPITRE 4 RESULTATS EXPERIMENTAUX ET DISCUSSIONS &omme nous l avons déjà signalé, la présence d azote lors de la combustion conduit à la formation de différents oxydes d azote, dont 95% existent sous

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail