Secteur informel de la nuptialité en milieu urbain congolais

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- 37 - Secteur informel de la nuptialité en milieu urbain congolais"

Transcription

1 LE DEUXEMX BUREAU Secteur nformel de la nuptalté en mleu urban congolas Par Bernard LACOMBE!, 1 l l ~ AVERTSSENENT par P.A. GALL La défnton d'untés statstques pertnentes est un des problèmes les plus dffcles à résoudre pour les statstcens ayant à réalser des enquêtes auprès des ménages : que ce soent des enquêtes démographques où le ménage nucléare est très souvent consdéré comme l'unté la plus effcace sur le plan de l'observaton et sur celu de l'analyse, ou que ce soent des enquêtes sur les budgets et la consommaton où l'on se heurte en permanence 2 l'exstence de regroupements multples suvant que l'on étude les aspects producton et ressources, dépenses, ou consommatons almentares. De multples recherches sont en cours pour tenter de résoudre ce problème sot à l'occason de la préparaton d'enquêtes, sot dans les groupes de recherches spécalsées (AMRA, Groupe de Démographe, ORSTOM, etc.), mas elles sont généralement orentées sur les problèmes d'enquêtes en mleu rural, une v- son smplste de ces phénomènes pouvant lasser penser qu'en mleu urban, la socété étant plus "moderne", le modèle "unversel" du ménage nucléare est 2 l'ér vdence l'unté d'observaton et d'analyse la plus effcente. L'artcle c-dessous montre ben qu'l n'en est ren. Rédgé dans le cadre d'une recherche socologque sans objectf statstque ou économque, l. nous apprend que dans une socété urbane, celle de Brazzavlle, exste une forme de "ménage'' dt "deuxème bureau" socalement reconnue et ayant d'évdentes mplcatons tant en démographe que dans l'étude des budgets et des consommatons.... x 1 ' L'auteur remerce Marc-Erc GRUENAXS, allocatare de recherche 2 1 'ORSTOM pour ses observatons sur le phénomène du Deuxème Bureau.

2 Cet artcle est rédgé 1 partr d'ntervews ndvduelles et collec- tves réalsées en. franças. Elles ont été explotées selon un mode cernant la réalté affectve et émotonnelle plus que le contenu logque, lequel relève d'au- tres modaltés d'analyse. L'objet de la présente étude n'est pas tant le deuxème bureau que le dscours tenu sur lu. C'est donc une mage double d'une réalté que l'on rencon- tre auss ben à Brazzavlle et à Ponte-Nore qu'1 Knbala et Loubomo. La réal- té est plus dversfée que l'mage présentée c mas cette représentaton donne 1 elle seule, et en ce qu'elle sgnfe, 1 dre et 1 s'nterroger. Le lecteur ntéressé par la technque mse en oeuvre peut se référer 1 la revue Studes n Famly Plannng, vol. 12, no 12, December 1981, Specal ssue : Focus Group Research. - la premère est relatve à la vanté masculne : "Zes homes veuzent paratre" "entretenr pzuseurs femes, se montrer c et Zà" "montrer qu'on a de l'argent en stuant une feme" (STUER = donner une poston socale) : - la seconde réponse se réfère 1 une forme moderne de la polygame : "en sorte (c'est) %ne femme" "c'est cne forme pour voler Za polygame" "avant-, l n'z avat aucune hgrocrse ; mon grand-père avat 17 Femes, (et nous) on revt cette ve sous d'autres formes". Deux arguments spontanés donc : - l'"orguel des hommes" ; - la contnuaton de la polygame. OÙ trouver un homme quand l n'est n chez lu, n au bureau '? La réponse donnée au Congo est toute smple et spontanée : 1 son deuxème bureau. Habtuel sujet de la gaudrole, le deuxème bureau, qu est une femme entretenue, pose des questons aux scences socales, dont la démographe et la socologe. L'économe, snon poltque du mons domestque, est exclue de notre analyse, ans que la psychologe : les données dsponbles sont de toutes les façons nsuffsantes pour une analyse des dmensons économques et psychologques (), malgré leur pods évdent dans le phénomène. Nous nous lmterons donc, 1 partr d'ntervews nformelles, aux dmensons socales du deuxème bureau. Quand on nterroge les gens sur le deuxème bureau, deux réponses mmédates surgssent : Le premer de ces deux arguments est plus fréquemment cté par les femmes que par les hommes, mas certans hommes l'avancent auss, ce qu repré- sente un certan degré d'autocrtque. L'orguel des-hommes présente un double aspect : - le premer concerne le donjuansme masculn, aspect nternatonnle- ment reconnu sur lequel nous n'nssterons pas ; - le second est relatf à des normes socales gratfant les comportements ostentatores, qu'ls soent vestmentares ou pécunares. Que ces deux aspects se corroborent n'est pas douteux... Le deuxème argument avancé lors des ntervews, le deuxème bureau l () Pour celles-c, vor les études de Claudne VDAL, 1977 et 1979 (bblographe en fn d'artcle). comme forme larvée de la polygame, retent cependant l'attenton en rason du statut socal qu est ans accordé 1 ce phénomzne du deuxème bureau. Celu-c

3 est en effet fréquent et reconnu. 1 n'est donc pas nnocent, du pont de vue socal, que la référence à la polygame sot avancée comme explcaton, snon come jus tf caton : "c'est une manère moderne de vvre la polygame, c'est ce pe je pense, ce n'est plus en cachette". Autrement dt, le deuxème bureau n'est-l pas effectvement une résurgence à étuder 5 la lumère de ce que Roger BASTDE () sgnale pour la nuptalté des pays latno-amércans : la permanence du modèle polygamque chez les populatons d'orgne afrcane de ces pays (2). Dans une recherche équvalente à la nôtre, Claudne VDAL (1977 : 140) sgnale le même phénomène : "Ben des homes (...) attrbuent tem goût pour les ma%tresses au &sr de reconsttler offc<eusement la polygame p., après tout, fat parte de Zeztr cutture, même s Ze modernsme te rgprouve '. C'est cet aspect du deuxème bureau comme ré-nterprétaton moderne et urbane de la polygame que nous allons mantenant analyser. Dans ce contexte, un deuxème bureau désgne une femme avec laquelle un homme déjà maré, entretent des relatons reconnues et dont l assure la pr- se en charge morale, socale et pécunare : "La mason, l l'achète ; la nourrture, l la page ; les robes, tout". "Le deuxème Eureau au Congo c'est de 2 'nvestssement ; l (l'home) co:strut, or. l'2 trouve s'l n'est pas chez lu". Mas ce n'est pas une deuxème é$ouse, ne serat-ce que parce qu'elle "ne souffre ras" (SOUFFRR = être dans l a gêne).. "Le Cofgolac le o:on:e r:t" c ra ; de:: femes?:e veulent Das se marlc, -orcc?!'a:cx cl.?^:: savert qzc'ezles t'au2or.t T Z ~ S re:" "Le c"or:goza<c. 'a6m uc :c~:>. wcc sa ;ame Je mason" (d'où la nécessté d'un deuxème bureau qu remplra cette foncton) "L'mnme mal-;.ato sa,'cmc" "Les gem au ;'orzo.e cu.:... qu travalle... ; c: EQ&f;,cars, alor- q> cc-:~~?~. :e r:!arsr avec qz<ezgu'u.. c.?ccx,'r:c Zaraart travalle, 12 l est 17.'?.a.:e, :.?. 2~'; ez-7.ozt;". r- Ces arguments un ren cynques sont donnés par des hommes. Au Congo, le marage est une allance entre deux famlles plus qu'entre deux personnes. Ren que de très classque donc. La coutume est respectée, les vns échangés, le montant de la dot défn. S la dot elle-même n'est pas versée, on se contente de'précser l'échéancer. L'état cvl et/ou relgeux enregstre ou pas ce marage. De toutes les façons, l est valde et reconnu et par les par- tenares et par les famlles, et par l'ensemble des acteurs socaux.... () Roger BASTDE, 1960, Problèmes de l'entrecrosement des cvlsatons et de leurs oeuvres n Georges Gurvtch, éd. Traté de Socologe, PUF, Pars, 1960, pp (2) Suzanne ALLMAN, dans un document nterne 2 l'enquête Mondale sur la Fécondté (WFS-Londres) fournt 1 propos d'haït une bonne llustraton de cette thèse, en analysant les formes d'unons qu y sont en vgueur : femme marée, "plee&", "vt-avec", etc. ("vt-avec" est le nom de ce type d'unon, encrbole haïten;. L'on peut remarquer 1 ce propos la grande dstance que les Congolas savent prendre vs-à-vs de leur propre comportement socal, dstance qu s'exprme essentellement par l'humour qu'ls manfestent dans la ve quotdenne, surtout en mleu urban. On ne peut pas dre que le deuxème bureau sot une Co-épouse et on ne peut parler de polygame sans le marage qu donne un statut socal équvalent aux dfférentes femmes d'un &me omme (même s l'on sat qu'en fat l n'y a pas d'é-.galté entre les épouses alun même gynécge : la sénorté, le rang et les préférences du mar sont d'mportants ndces qu sgnent l'négalté). C'est par un abus '

4 de langage que l'on peut dre que le deuxème bureau c'est -2 l'épouse préférée ; c'est "comme" mas ce n'est pas. Elle n'est pas marée et peut reprendre quand bon lu semble, ou quasment, sa lberté. Car même s la dot est versée, cette dot n'est pas socalement sanctonnée, elle est d'une valxté ncertane. C'est juste "comme" une dot mas ce n'est qu'une somme d'argent. A la dfférence d'une dot qu mplque tout un cérémonal socal et des acteurs de rangs et d'mplcatons d- vers, elle est surtout un nstrument du prestge masculn. Aucun home ne peut se lasser aller 1 se lancer, après rupture, dans une sordde récupératon des som- mes versées, quand l a su flamber avec tant de panache toutes sortes de bens! Le deuxème bureau n'est pas pour autant une dem-mondane entretenue : "On (l'homme) peut être prsent& aux Farents et nul ne peut être rc5.l! C: dcl:oro de vous" "a p!? vwoel- me dot your un deux3mz Sureau". Le deuxème bureau serat-l alors une résurgence d n phénomène culturel ancen? (1). 1 ne semble pas, ne serat-ce que parce que le deuxème bureau est systématquement décrte comme une femme moderne, ayant un traval rémunéré, l'ndépendance relatve certane. N dem-mondane, n maîtresse, le deuxème bureau n'entraîne donc pas l'adultère : "Aurmn trbunaz ne peut le condonmer" "Le deuxème bureau c'est comè offcel" "pour le deuxème bureau même votre feme ne peut pas fare du brut".... L'épouse est d'alleurs oblgée d'accuellr les enfants nés du deuxème bureau. 1 y a donc lon sur le plan moral et socal entre le deuxème bureau congolas, respectée et respectable, et la cocotte de nos comédes de boulevard. Complexes toutes deux, leurs mages sont très dfférentes. Ben sûr l'épouse légtme n'est pas pour autant satsfate de l'exs- tence d'un deuxème bureau ; le temps n'est plus où : "les femes réclamaent des co-+ouses". Ce n'est pas non plus une pette ame. Ce n'est que par un abus de langage que les jeunes l'emploent dans ce sens :. "Les t~op Leuncs dsent deuxzme bureau pour pettes ames, mas les plus veux dsant : deux0me bureau égale deux2me'épouse". Au Congo, c'est la maîtresse qu est dte ame. Son statut n'équvaut pas celu du deuxème bureau, ne serat-ce que parce que sa famlle n'est pas au courant, ou fat semblant de tout gnorer : "Une ame, pour coucher avec.on 1 'emmène chez so, on va chez un copan, (s l'on est maré! à l'l~btel, jamas chez elle". Les épouses en ttre ont parfos des réactons volentes quand elles apprennent l'exstence d'une lason régulère chez leur mar : car elles savent : et que : "ezze casse tout de désespor" "elle maltrate le matérel" "que les ames sont Ze premer étage du deuxème bureau" "le deuxème bureau dans la plupart des cas est prépare' pour Za relève du premer ; s dvorce, successon.automatque" () Analogue celu mentonné dans "BABA DE KARO" (Plon, Pars) par Mary SMTH 1 propos des Haoussa du Nger : les concubnes d'un prnce, tout en restant 'elles-mêmes célbatares, sont attachées ce prnce par un len quasment ndssoluble ; entretenues par lu, elles prennent part aux fastes et aux honneurs de celu-c.

5 ,- Mas après l'nstallaton du deuxème bureau, l n'y a plus qu'à se soumettre ou B se démettre. Tout conspre pour rendre "lldgtme" la colère de l'épouse : l'entourage de l'homme reconnaît la stuaton sans même avor à se forcer et l'nsttue ; et l'ambance générale, largement permssve, tout comme la fréquence de la polygame, rendent: naturelle et allant de so a stuaton. D'alleurs, pour l'épouse, meux vaut ben souvent une autre alleurs et ben localsée que le rsque de vor un jour une rvale nstallée dans ses murs. De ce pont de vue le deuxème bureau peut être le frut d'un comproms entre époux : n dvorce, n polygame. Ce qu est cureux, c'est la quas-absence de l'épouse dans les dscours relatfs au deuxème bureau. Autant le portrat tracé de celle-c est vf, autant la fgure qu'y fat l'épouse est terne : "rester avec une feme (;u< n 'a amas connu que la rousre... '. Pour Les hommes, la recherche plus ou mons conscente d'un deuxème bureau correspond systématquement 1 un dssr, que l'on peut qualfer de "modernste", d'égalté culturelle ; c'est la recherche d'un alter ego : "trouver la Ferme qc< sot cì la :.~u:mr".. D'où, pour le mar, le dlemme suvant : - rester avec une feme velle prématurément, mons évoluée du pont de vue ntellectuel et qu, dans une socété majortarement matrlnéare (cas des classes supéreures congolases), consdère ben souvent que son mar ne fat pas parte de la famlle de ses propres enfants? "A la mason, l'homme reste seul ; 1 y a üa femme et ües enfants qu foment une famlle et lu t a üa famlle alleurs ; mas en fat l est tout seul.,., l n'est pas c mas l est mal 2 l'ase lù". (Xu1 ne peut masquer à l'étranger l'unvers de contrantes et d'oblgatons qu p5se sur la ve du Congolas et le déchre). - vvre une ve dont le modèle lu est présenté par la socété moder- ne, modèle dont l ressent affectvement la nécessté personnelle et dont le pr- ve un envronnement socal pesant et rgde. On vot donc se dessner deux des.aspects détermnants sur le plan personnel de ce qu'l faut ben appeler une quas-nsttuton : - trouver une femme qu sot votre égale dans la ve moderne (compte tenu de ce que ce terme d'égalté entre sexes peut représenter au Congo) ; - trouver une partenare sur le plan affectf. S le marage ne satsfat pas une telle attente c'est, selon nos n- formateurs, parce qu'l reste très généralement mposé à chacun des conjonts. On est maré trop jeune et on va évoluer, d'autant plus qu'on aura poursuv des étu- des. Or l est beaucoup plus facle pour l'homme que pour la femme d'avor accès 2 la culture dspensée par l'école et l'unversté et aux rémunératons permettant de concevor une ve "moderne" (selon le sens que ce terme a au Congo). Ans le déchrement éventuel vécu entre l'épouse et le deuxème bureau est le reflet de l'autre déchrement, fondamental celu-là, vécu entre tradton et modernsme. Et l'on peut s'nterroger s être deuxème bureau n'est pas pour une congolase un moyen de vvre auss ce conflt entre une famlle omnprésente qu l'enserre dans un réseau strct de rapports socaux et une exstence L _--_ () Rappelons c encore Claudne VDAL, 1977 : 141 : "pouvor que, seule, détent la maîtresse : celu de créer un unvers où se matéralsent des relatons contractuelles de type bourgeos, et jamas des relatons coutumères de arenté".

6 plus personnelle, conclant ans, par un présent ambgu, l'hértère d'une tradton n-renable avec une personnalté future en tran de naître. Sans fare de mauvas esprt, dsons que le deuxème bureau suppose une épouse légtme et un bureau, ce qu réclame un emplo dans une admnstraton ou dans une entreprse. 1 est évdent que ce ne sont pas les seuls bureaucrates, au sens propre du terme, qu possèdent un deuxème bureau, toute personne possédant des revenus élevés et régulers y a accès, mas l est sgnfcatf que ce sot en référence à ce genre d'emplo admnstratf que le terme at été bât. 11 est une remarque systématquement répétée, "un deuxème bureau cocte cher", qu montre que ce phénomène est un phénomène essentellement urbàn. S'l est vra que, dans les socétés où les hommes dovent verser une dot pour obtenr une épouse, la polygame demande ellemsmme certans moyens, l n'en reste pas mons que, de l'avs général, le deuxème bureau est plus coûteux qu'une dot (1). L'on peut fare c une remarque adjacente : l y a une correspondance entre le terme franco-congolas de STUER une femme et celu du créole d'haït de PLACER. 1 n'est pas anodn de noter que la langue françase at fourn,,par deux mots presque synonymes, la descrpton d'une stuaton socale dentque dans deux populatons vvant dans une même conjoncture'hstorque : tradton polygamque, modèle monogamque. Le prestge attaché à la possesson d'un deuxème bureau -et le terme même de "posséder" donne ben la mesure de l'ambguïté de la possesson- nterdt l'homme des économes de bouts de chandelles, ce qu'l lu est parfatement lo- sble d'effectuer dans son propre ménage. Le deuxème bureau, par le fat des dépenses qu'l occasonne, n'est donc pas à la portée de tout un chacun. 1 demande des revenus mportants, ne serat-ce que pour "stuer" la femme : achat ou locaton d'une parcelle, construc- ton d'une mason, entreten de ce deuxème ménage, entreten de la femme elle- même... Des revenus mportants mas auss des revenus régulers, ce qu est en- core plus dffcle à avor au Congo et qu est l'apanage d'une catégore socale ben détermnée, celle des salarés.... () Vor 5 ce sujet pour Abdjan, l'analyse détallée de Claudne VDAL (1977) sur la crculaton des CFA (page 141) : "La prodgalté des grands consttue leurs maîtresses en marchandses de luxe". Dans son étude de 1979 (: 154), on trouve la même notaton : "Toute lason entre amant et maîtresse racontée en détal et sans enjolvures, comporte une crculaton non néglgeable de CFA : la relaton mplque une constante générosté masculne". Bureau, salare, ces condtons montrent assez que le phénomène est typquement urban. En mleu rural, l n'y a guere de rason de ne pas recourr 5 la polygame : elle pose mons de problèmes et peut même être un "nvestssement bénéfcare" pusque les femmes cultvent. Du reste, aucune femme d'un certan nveau ntellectuel n'ra se perdre en brousse (l est dejà assez dffcle d'amener les hommes H s'y rendre!). k Les deuxèmes bureaux résdent donc en vlle et leurs hommes (les termes de concubn, ou d'amant, ou de protecteur n'apparassant pas trè's heureux n pertnents) appartennent aux secteurs urbans et modernes de l'actvté économque natonale. Cependant on peut se demander s les femmes placées en poston de deuxème bureau n'exercent pas dans la socété congolase une foncton émnemment postve? Les réponses à une telle queston sont dverses et ne permettent pas de dégager des conclusons ben nettes.

7 faut d'abord dstnguer deux cas : celu o3 le deuxème bureau tra- valle auss dans les secteurs modernes et celu o3 l est sans traval. Dans le premer cas, l'homme trouve chez la femme une équvalence dans les relatons so- j 1 Ans se pose une queston que cette brève étude ne peut résoudre : le deuxème bureau, pour un "apparatchk" ou un bourgeos congolas actuel, n'est- l pas une condton nécessare 1 son accesson aux groupes drgeants? L'argent et la poston socale ne sont peut-être pas z eux seuls suffsants? cales, c'est chez elle qu'l recevra préférentellement ses ams et ses relatons. Le rang de la femme est celu d'une épouse-collaboratrce. L'épouse en ttre prend alors un aspect "bobonne" au foyer. Le second cas, celu où la feme ne tra- valle pas, est plus proche d'une deuxème épouse : "Le deuxème bureau va vous laver Za chemse, recevor Za famzze avec qu l'+-ouse s'est chamazzée" "Le fut qu''l ~..7-:.-í~. bureau" Zeazcogp de cous~x r!zge à un second "S,Judame est, matade, ezze (Ze dezmème bureau) s'occupe des enfants. ' Quoqu'l en sot, on peut noter d'autres motvatons que celle de la réusste socale. Ne s'agt-l pas auss pour le congolas moderne mprégné de la culture et des modèles occdentaux, malgré l'déologe marxste-lénnste offcel- le, de construre d'autres rapports entre hommes et femmes? Effectvement, tous sont fomels, le deuxème bureau est auss une affare de sentments tendres : Cependant, c'est toujours chez elle que l'home reçot ses collègues. "Certanes Femmes Ke vom satsfont pas compzztement" dsent ces messeurs de leurs épouses ; alors le deuxème bureau est 11 qu prend en charge toute la parte moderne et publque de la ve masculne. "Beson de partagez. tout ce qu'on a aoec un Zttre cher" "On s'enntce dans son bozheur quand on n'est pas asssté ; quconque a beson d'ltre assst6 dans son bonheur comme dans son Kff Zhzur '1. On peut donc émettre l'hypothèse que, compte tenu des normes matrmo- nales en vgueur, le deuxème bureau présente pour l'homme urbansé, ayant une professon stable et ben rémunérée, une nécessté socale. Chacun ayant sa cha- cune, une ve parallèle moderne est socalement possble, où l'on sort entre so sans être encombré des négaltés culturelles n des dffcultés nhérentes au système tradtonnel, dont par alleurs on ne néglge pas les avantages. "Ce qu fat Ze deuxème bureau, c'est Za ì?&essté... socaze de' ZU part du garçon". Dans cette hypothèse, le deuxème bureau est un élément consttutf essentel de la socété congolase moderne qu trouve en elle-même de quo fare du neuf avec du veux. La dmenson sentmentale est ans reconnue au deuxème bureau dont l est attendu plus de fdélts que de l'épouse (ne.serat-ce qu'elle, cette fdé- lté moralse, s cela état nécessare, la poston du deuxème bureau) (). La complcté amoureuse encre les deux partenares double et renforce leurs autres lens : partcpaton aux contradctons au sen de la socété congolase entre tradton et modernsme, partcpaton aux mêmes valeurs culturelles, au même modèle de consommaton et de genre de ve ; en somme, recherche pour chacun d'un partenare 1 part entère. C'est ben, en somme, ce que voulat sgnfer ce jeune homme qu nous confat qu'l exste des ames de coeur et que lu-mhe en avat deux qu "con- nassent mes petts secrets". En TEE, on les appelle des BANGALUKU (au masculn : NTLUMU), avec lesquelles on ne couche n se mare. Et l ajoutat après un vbrant pladoyer pour la monogame : (1) Marjke VANDERSYPEN (1977 : 101) sgnale que les "femes lbres" de Kgal sont xéputéas p hs fdèles que Xee euere3?égea;ee.,

8 "S j'a de moyens fnancers, o.ura un deuxème burem qu pourra me secourr dans mes petts besons, me soulager". La dmenson affectve est nhérente au deuxème bureau et, pour en parler, le jeune homme trouvera les mêmes termes qu'l applquat précédemment à la relaton BANGALUKU/PULW. La tradton fournrat ans une base culturelle 1 une greffe moderne le deuxème bureau serat 1 a fos l'ame de coeur de la tradton et l'ame de corps de la ve actuelle. S la relaton du deuxème bureau est vértablement une relaton nterndvduelle prvlëgée qu mplque par nécessté socale la famlle de la femme (laquelle a tout ntérêt 1 cette mplcaton), l n'est pas étonnant de constater que la famlle de l'home n'ntervent jámas en tant que telle. Elle a d'alleurs tout 2 y perdre, le deuxsme bureau étant un gouffre qu engloutt mants revenus : r& va m&e jusqu'à dre que VOUS êtes ensorcezd et ça fat des pobzèmes". Cette constataton confrme a dffgrence=radcale entre un deuxème bureau et une seconde épouse, même préférée. Une deuxème épouse, quel que sot son rang, est une concrétsaton d'allance entre famlle donatrce et famlle réceptrce. 1 L 1 1 que du sexe fémnn : l naît plus de garçons que de flles (de 103 à 105 contre 100) et surtout la mortalté des femes au premer accouchement est sévère. Bernard GULLOT, fn observateur de la démographe congolase, note un défct en femes dans les groupes des jeunes adultes (1). Toujours avec la même bonne conscence, ces Messeurs arguent que, sans l'nsttuton du deuxème bureau, beaucoup de flles se margnalseraent : "Z faut ntervenr pour empêcher ces fzzes de glsser vers l'asocal" ' "l faut protéger ces jeunes fzzes d'aller avec un chômeur, un délnquant" (un DELNQUANT est un jeune désoeuvré, jean serré aux chevlles, jambes 16gèrement bombées, chemse à col fermé au derner bouton, coffure rase 2 talle partculère, passée au crage ; ceux de Ponte-Nore, dts auss les "Parsens", raffolent des vélo-solex ; ce sont plutôt de jeunes snobs ben sympathques que des garçons louches vvant de rapnes). ls urz home ne se rabat que sur une (feme), Zes autres vont SouffTr". En fasant une bonne acton que réclame leur sens cvque, les h&"s ont le sentment de répartr une rchesse, ce que tout le comportement cultur.1 congolas, pour ne pas dre afrcan, nclne à fare. K En possédant un deuxème bureau, les hommes ont le sentment de rendrcs un grand servce au pays : "Au.Congo, dsent-ls, Z : a TZUS de femes que d'homes". Le démographe sat comben cette croyance, générale en Afrque (), est erronée. 1 y a tout autant, snon davantage, de jeunes adultes du sexe masculn _ () Le ttre d'une des partes de l'étude de Claudne VDAL, 1977, est : "1 y a trop de femmes B Abdjan". Cette rason est auss reconnue par les femes ntervewées, c.e-,)s ~la!l mons sensbles à l'aspect altruste du comportement de leurs compatrote5 n5lc.s. Le deuxème bureau est, pour elles, une manère de surmonter un chsmage qz. 5 Sgalt6 de dplômes, les frappe au mons autant que les hommes. 1 pemec suss d'ader les parents dans le beson. Fnalement dra n? de nos nterlocuteurs : "on peut,net-tr:e ces jeunes femes à Z'ase...; grâce à ça n7.:~ peuvent se payer des choses, fare leur bonheur, mantenr teu? honneur" _----- () B. GULLOT, 1968, 27 et 31. L

9 , Et pour conclure, un autre explctera parfatement la dvergence d'n- térêt entre les deux sexes, partes prenantes dans l'exstence du deuxème bureau : "ce qu?at Z'exstence du deuxème bureau, c'est la nécessté matérelle de la part de Za flle, socale de la part du gargon". Ce qu permet de comprendre des expressons comme "le demème bureau, moeurs d'une naton... acte que quetqu'un pose, c'est des moeurs". x ; ce n'est pas un "Des femes ne veulent pas se marer, elles ont trop souffert.. du comportement des homes" (les hommes comme les femmes font référence aux déceptons sentmentales qu émalk lent la ve de ces dernères ; de nombre- exemples sont fourns,... ). Fnalement la lberté récproque, qu est en quelque sorte l'nverse de l'ntérêt, est avancée comme une des rasons qu fondent l'exstence du deuxè- me bureau : "des femes veuzent la lberté" "lberté récproque contre les marages '. On retrouve les mêmes conclusons que précédement. Beson de refuge ntellectuel, matérel, affectf pour les deux parte- nares (être un deuxème bureau n'étant en ren nfamant -en posséder un étant prestgeux, et?a femme partcpe en quelque sorte 1 ce prestge-), qu'est-ce qu peut pousser une femme jeune, dotée d'une formaton et d'une professon B préférer être deuxème bureau qu'épouse? La queston n'est pas nnocente et nos nterlocuteurs et nos nterlo- cutrces ont ben vu le pège qu'elle. recèle. Les réponses renvoent aux deux thè- mes repérés dans l'analyse : l'ntérêt pécunare, l'ntérêt de prestge. Mas el- les ne sont pas toujours convancantes : l'ntérêt pécunare n'est pas évdent pour une femme économquement lbre de ses chox, 'ntérêt de prestge se rédut s l'homme n'a pas une poston socale émnente. Ctons les autres rasons avancées : - "Une feme.qu travalle trouve toujours à redre à un home, alors elle préfère vvre dans le célbat" (le célbat fémnn au Congo n'a ren de très monacal et ne ralentt guère la fécondté) ; Le deuxème bureau mplque un désr de rapports nterpersonnels affectfs et ntellectuels rches. Le couple maré congolas ne présente pas aux dres de nos nterlocuteurs de garantes de ce pont de vue. Les époux apparassent plutôt déchrés entre un ménage de type moderne (famlle nucléare) et une famlle élarge omnprésente, pesante et ntervenant sans vergogne dans les affares du couple. Déchrés auss entre un mleu rural qu déverse des cousns B pene connus n'mporte quand pour une durée ndétermnée, et un mleu urban modernste snon moderne avec ses contrantes rgoureuses... Le ménage congolas paraît 2 ltobservateur étranger plus composé de conjonts rvaux que d'allés, rvaux sur le plan économque de la geston du budget, rvaux sur le plan de la parenté (reconnassance des enfants, ceux-c B la charge du père et revendqués par leur oncle utérn) et n'ayant pas en com" la ve affectve que nos nterlocuteurs attrbuent B leurs parents et grands-parents. x x. - "Peux-tu fare de mo une feme évoluée?" répond la femme qu est demandée en marage (être deuxème bureau est une garante d'ndépendance et permet de ne pas être blo- quée dans son développement cu1tu;el et personnel) ; Avant de conclure, nous voudrons rsquer une ultme nterprétaton, r+squée, fragle, mas ncontournable.

10 , Les systèmes de parenté des socétés congolases les plus nombreuses sont matrlnéares ou 1 forte connotaton matrlnéare (la parenté se détermne par les femmes des lgnées). L'homme, nous en avons déjà fat la remarque, est fréquemment "dépossédé" de ses enfants, qu'l a pourtant eus à charge. 1 peut même estmer que ceux-c.ne sont pas de sa famlle ans qu'une pette recherche menée dans le MAYOMBE nous l'a montré (la majorté des sujets masculns nterrogés ayant conclu que leurs propres enfants ne fasaent pas parte de leur famlle). Dans ce contexte, le deuxème bureau ne serat-l pas une reconnassance mplcte du pods nouveau que l'homme, en tant que père, acquert dans la parenté au Congo, même chez les Kongo? "C'est qu rassemble les femes pour avor des enfants, et c'est ce mouvement 2à qu est le plus mportant et détermne la parenté". Ans se décèle parfos au cuurs des dscussons sur le deuxème bureau une connotaton patrlnéare : tenr pour essentel le rapport paternel, refondre la parenté ou du mons l'nclner du père au fls au détrment de l'orentaton oncle utérn/neveu... Le deuxème bureau comme essa d'une tentatve 1 long terme et pas seulement stuaton vécue d'une monogame plurelle et contradctore. Qu'est au bout du compte ce deuxème bureau? C'est, et ce n'est pas, une concubne, une deuxème épouse, une maîtresse, une compagne..., c'est tout cec sans l'être. Mas ce que l'on peut dre c'est qu'l est nécessare. S la preuve du puddng est qu'on le mange, celle du deuxème bureau c'est d'éxster, même s cette exstence se stue plus sur le plan de l'magnare de la socété congolase que sur celu de son fonctonnement réel. Autrement dt, même s le deuxème bureau "à l'état pur'' n'exste pas, les deuxèmes bureaux, eux, exstent, ' multples et vares, éphémères ou permanents. Le phénomène n'est pas lmté au Congo, l a des formes alleurs, dans d'autres pays afrcans. 1 serat nëcessare de meux observer son fonctonnement, ses varatons, son rôle dans les socétés qu tendent 2. plus de modernté, selon les perspectves qu vennent d'être préskntées. 11-faudrat auss analyser sa foncton de redstrbuton des rchesses, son nfluence en matère démographque (nfluence masquée au Congo par la faclté avec laquelle les enfants s'y font). Le "statut" des enfants nés d'un deuxème bureau (ne seraent-ls pas plus "légtmes" que les autres nés hors marage, "enfants de brousse" ou "enfants dans la rue", 3 tout le mons meux entourés affectvement), etc. En tout cas concluat un nterlocuteur : "le deuxìème bureau est soldement asss... ; moeurs d'une natm". En tant que moeurs d'une naton, est-l un épphénomène dans la constructon de la naton congolase, ou au contrare un élément consttutf de cette naton en devenr? C'est en tout état de cause un sgne, et nous avons tente' de ~- le déchffrer X La statstque de la nuptalté reste très entachée d'européocentrsme dans les études afrcanes. En Europe se déroulat en 24 heures le marage comme cérémone socale (la noce et son repas), relgeuse (la messe de bénédcton), cvle (le passage devant le mare) et prvée (la nut de noces censée naugurer les rapports sexuels entre les conjonts, ce qu n'état pas statstquement nexact jusqu'à une pérode récente). L'analyse de la nuptalté come passage de l'état de célbatare 1 celu de maré soulève de nombreuses dffcult6s. Dsons que dans beaucoup de populatons, le "marage" n'a pucm caractère d'nstantanété ; c'est un état transtonnel plus ou mons long, un processus contnu qu, d'étape en étape, mplque tous les acteurs socaux sur une pérode de temps fluctuante, même 1 l'ntéreur d'une même socété. Au Congo actuel, les futurs époux se connassent -au sens bblque du term-, pus les vns sont échangés, ensute la dot pour être versée va demander du temps : l'on attendra la nassance d'enfants, l'assurance que les époux s'accozdent... telle famlle attend cec, l'autre cela....dans certanes

11 l'affare traîne malgré la bonne entente -ou 1 cause?- des famlles, des conjonts et quoque le marage donne une nombreuse progénture... La queston de défnr l'état de maré est souvent tournée en décdant que sont marées les personnes qu vvent ensemble, ce qu se comprend mas reste nexact, et surtout ont des enfants ensemble, car c'est ans que l'on sast le plus faclement le "concubnage". C'est cette soluton qu avat été adoptée pour l'enquête Sénégalase sur la Fécondté. Mas cette poston gonfle l'effectf des marés aux dépens de celu des célbatares et masque la polygame plus ou mons offcelle qu règne. Sont marquées comme vvant en état de marage des femmes qu vvent occasonnellement dans cet état avec un homme qu vt d'une manère contnue avec une femme, mas ce n'est jamas la même. Par alleurs, cette prse de poston ne permet pas de fare l'analyse d'un phénomène socal total complexe comme la nuptalté. Celle-c requert en effet une certane fnesse, tant sur le plan qualtatf que quanttatf, et en ce qu concerne les pays afrcans, une ferme volonté de sortr des clchés, et donc de l'magnaton créatrce pour les enquêtes emprques. S'l faut ben smplfer le phénomène pour le sasr sur le plan statstque, le carcaturer et le baser est nadmssble. En effet, repérer les marages par la fécondté, c'est se lvrer à une opératon statstque d'un goût douteux que Lous HENRY dénonce, dans ses manuels de démographe hstorque, avec vgueur et pertnence. Le présent artcle décrt un phenomène parfatement repérable dans la socété congolase pusqu'l est nommé. Poser la queston : "Etes-vous/Avez-vous un dewème bureatl" n'est pas auss asé qu'l l'état en Hat pour la détermnaton des dfférents types d'unons. Surtout qu'l est quasment mpossble d'soler un sujet lors d'une ntervew en Afrque. 1 faut donc prendre la queston par un autre bout et vor une sére de questons tendant 1 précser la nature du len entre deux personnes se déclarant ensemble d'une manère ou d'une autre et quel que sot le terme qu'elles utlsent : maré ou fancé... Au Congo, demander la dot et son versement (les vns, en cours, versée) semble une queston pertnente. Comment appréhender ce que nous avons appelé la monogame plurelle de la socété moderne? La queston est posée, la réponse peu évdente ; en tout cas nous ne l'avons pas. Nous sommes par contre persuadés que c'est 1 cela qu'l faut tendre 7 l'on veut resttuer 1 la nuptalté son sens et sa subtle coloraton et cesser de parler gaulos sur la Lberté sexuelle et autres poncfs. Cec ne se pose pas seulement pour l'afrque ; en Europe, nous avons auss lberté sexuelle, marage B l'essa et monogame plurelle. Aurons-nous, pour les appréhender, la volonté de trouver des solutons adaptées? ANDRE Jacques Tuer sa feme ou de l'ultme'façon de devenr père n L'Home, Avrl-jun-1982, XX (2) : BASTDE Roger GULLOT Bernard cté page 4, en note. La Terre Enkou. Recherches sur les structures agrares du plateau Koukouya 2 T. multgr., ORSTOP, Pars : 188. (publé chez Mouton and Co, Pars, 126 p. + fg. + phot., cartes). VANDERSYPEN Marjke Femmes lbres de Kgal n Cah. d'et. Afr., 1977, no 65, XV (1) : VDAL Claudne Guerre des sexes à Abdjan. Masculn, fémnn, CFA. n Cah. d'et. Afr., 1977, no 65, XV (1) : VDAL Claudne L'argent fn, l'amour est envolé n L'Honrme, XX (3-4), 1979 : 'N O 93

12 MNSTERE DES RELATONS EXTEREURES COOPERATON ET DEVELOPPEMENT Sous-Drecton des Etudes du Développement.N.S.E.E. Servce de Coopératon SOMMARE No 35 - Septembre 1933 SSN X - EDTORAL Pages 3 - Jacky FAYOLLE..\.. L'analyse conjoncturelle et les pays du Ters-Monde 5 - Jean-Luc DUBOS La recherche des untés d'observaton dans une enquête auprès des ménages 19 - Marc-Erc GRUENAS, Bernard LACOBE Nuptal tés 37. c\r,,!( - Rémy CLARN Quelques remarques sur la nuptalté - Perre THENEVN Télédétecton et statstque : une expérence d'utlsaton de la télédétecton au Nal Nchel EURAT Les logcels généraux de dépoullement d'enquête : stuaton actuelle et évoluton - Note de lecture, par Phlppe COUTY 89 1 O0.. STATECO : Bulletn de lason non offcel des Statsteens et Economstes exerçant leur actvté dans les pays du Ters-Monde Drecteur de la Publcaton : Gérard WNTER Rddacteur en Chef : Mchel BLANC Secrétarat de Rédacton : Mme BONJOUR NSEE - Servce de Coopératon 18, bd Adolphe Pnard PARS Cedex 14

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Centre d Analyse Théorque et de Tratement des données économques CATT WP No. 5 Aprl 2013 TRANSFERT DE FONDS, EDUCATION ET TRAVAIL DES ENFANTS. UNE ANALYSE PAR SCORE DE PROPENSION Jamal BOUOIYOUR Amal MIFTAH

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

L allemand, passeport pour l avenir. Nicolas Lalau

L allemand, passeport pour l avenir. Nicolas Lalau Ncolas Lalau Le musée de Pergame à Berln «Bergarten» à Munch Le parc natonal de Jasmund à Rügen Football fémnn en Allemagne Plage au bord de l Elbe à Hambourg Carnaval alémanque à Baden-Baden Dans les

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

Un nouveau regard sur la métropolisation : la localisation des fonctions d'entreprise face au développement durable

Un nouveau regard sur la métropolisation : la localisation des fonctions d'entreprise face au développement durable Mnstère de l'écologe, du développement durable et de l'énerge Mnstère de l'égalté des terrtores et du logement DGALN / Plan Urbansme Constructon Archtecture Programme de recherche : Localsaton des actvtés

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt Sameh Borg To cte ths verson: Sameh Borg. Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt. Economes

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

Mes Objectifs. De, par, avec Sandrine le Métayer Lumières de Philippe Férat. spectacle produit par la Cie DORE

Mes Objectifs. De, par, avec Sandrine le Métayer Lumières de Philippe Férat. spectacle produit par la Cie DORE Me Objectf De, par, avec Sandrne le Métayer Lumère de Phlppe Férat pectacle produt par la Ce DORE t j Me objectf numéro prx du Jury aux Gradn du rque (Le Hvernale/ Avgnon) p l e t t a r d, p Sandrne le

Plus en détail

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains :

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains : Comparason des nveaux des prx et de la consommaton dans les pays afrcans : Premers résultats du Programme de comparason nternatonale pour l Afrque RAPPORT PRINCIPAL Mars 2007 Dvson du développement des

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11)

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11) E T U D E P R A T I Q U E GESTION DE L INAPTITUDE SERVICE CONSEIL STATUTAIRE - jun 2009 Présentaton (fasccule 1) Défntons générales (fasccule 2) L apttude physque (fasccule 3) Le handcap (fasccule 4) L

Plus en détail

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE.

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE. 1122 86..-. COMPARASON DE DVERSES NATURES D'ENGRAS. _.. AZOTES ET D'ENGRAS PHOSPHATES EN RZERE.,... 3, Par P. ROCHE ': J. VEY - EGO CHAN BANG Dvson Agrologe Servce Agronome.R.A.M...*...., NTRODUCTON Un

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

Version provisoire Ne pas citer sans l accord des auteurs

Version provisoire Ne pas citer sans l accord des auteurs Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs Les détermnants du beson d ade non satsfat des personnes âgées vvant à domcle : un modèle probt bvaré avec sélecton d échantllon Bérengère Davn 1,2,

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE B-P, 12091 NIAMEY NIGER Té1 : 7320-58 Drecton de Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural (DPOR/GER) NIAMEY Té1

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Un programme inter-entreprises. > autour du téléphone mobile > en faveur de l égalité des chances

Un programme inter-entreprises. > autour du téléphone mobile > en faveur de l égalité des chances Un programme nter-entreprses de découverte professonnelle > autour du téléphone moble > en faveur de légalté des chances 1 ère édton en 2007-2008 2 ème édton en 2008-2009 3 ème édton en 2009-2010 Prncpe

Plus en détail

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc CATALOGUE EXCLUSIF Notre sélecton de supports en représentaton exclusve au Maroc CATALOGUE DE SITES FORMATS A PROPOS DE NOUS Make ordnary, Extraordnary Phlosophe Équpe Réactvté est la rége publctare web

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Travail indépendant et immigrants au Canada

Travail indépendant et immigrants au Canada 2014s-13 Traval ndépendant et mmgrants au Canada Nong Zhu, Cecle Batsse Sére Scentfque Scentfc Seres Montréal Janver/January 2014 2014 Nong Zhu, Cecle Batsse. Tous drots réservés. All rghts reserved. Reproducton

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

Le guide pratique pour y parvenir

Le guide pratique pour y parvenir Le gude pratque pour y parvenr 1 2 3 4 Il n est pas facle d arrêter de fumer. Il s agt de renoncer à une habtude quotdenne soldement nstallée, de changer de comportement Celaprenddu tempset sefat généralement

Plus en détail