1 Utilisation d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre à balayage

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Utilisation d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre à balayage"

Transcription

1 Caractérisation haute fréquences de composants passifs JULIEN FLAMANT SIMON SELLEM Motivation Le domaine des «hautes fréquences» est le domaine privilégié des télécommunications, pour diverses raisons : l absence de bruit de flicker, la taille réduite des antennes et des guides d ondes, mais aussi des composants. Le terme «hautes fréquences» est vague, mais de façon grossière on peut considérer qu il s étend de quelques Mhz à une dizaine de Ghz, soit trois décades. La réalisation de dispositifs électroniques dans cette plage de fréquences est donc fortement lié à la notion de bande passante : ceci exclut a priori les dispositifs actifs classiques, tels l amplificateur opérationnel et son produit gain-bande limité, ou les filtres actifs type Sallen-Key ou Rauch, même si heureusement on sait réaliser aujourd hui certains de ces dispositifs à ces fréquences. En conséquence, les composants passifs sont les acteurs privilégiés de l électronique haute fréquences, composants qu il conviendra de caractériser dans cette plage de fréquences afin de transmettre au mieux le signal. On propose dans ce montage deux méthodes de caractérisation, l une reposant sur l utilisation d un analyseur de spectre à balayage et d un pont de réfléctométrie, l autre décrivant l utilisation d un analyseur de réseau. Il existe deux familles d analyse des coefficients de réflexion aux bornes d un appareil : réflectométrie temporelle et fréquentielle. La première s appuie sur l analyse d un signal quelconque et de son signal réfléchi, la seconde que nous utiliserons lors de ce montage, sur une analyse purement fréquentielle, en particulier on veillera à ce que pour toutes nos manipulations, l hypothèse de linéarité soit vérifiée (Puissance des signaux envoyés pas trop grande etc.) Table des matières 1 Utilisation d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre à balayage Notations Pont réfléctomètre Caractérisation de résistances Caractérisation d une antenne Mise en évidence des limites du dispositif Utilisation d un analyseur de réseau pour la caractérisation de composants passifs 6.1 Fonctionnement de l appareil Retour sur la caractérisation d une résistance Modèle HF d une capacité Analyse de filtres passifs Caractérisation d une antenne Conclusion 1 1 Utilisation d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre à balayage 1.1 Notations Nous allons utiliser dans ce rapport la notation correspondante aux ondes normées. Soit V (+) et V ( ) les ondes de tension (complexes) incidentes et réfléchies. On introduit les ondes normées a et b par les relations : a = 1 Rc V (+) et b = 1 Rc V ( ) (1) 1

2 a 1 R b 1 R R u(t) R DUT a b R 3 b 3 a 3 FIGURE 1 Schéma d un pont de réfléctométrie classique. On note la topographie rappellant fortement le montage dit «pont de Wheatstone». Le Device Under Test (DUT) est placé au port de la maquette, tandis que le port 1 est relié au générateur interne de l analyseur de spectre, et le port 3 relié à la deuxième entrée de l analyseur de spectre. Les résistances R sont des résistances de précision, dont la valeur est égale à l impédance caractéristique du montage : ici, R = 5 Ω. La résistance R 3 est choisie de manière à avoir adaptation d impédance vis à vis du port 3. où R c désigne l impédance caractéristique du montage. Dans le cas du câble coaxial utilisé ici, on a R c = 5 Ω. Un outil important pour la caractérisation de composants est le coefficient de réflexion Γ = V ( ) = b V (+) a qui détermine les propriétés d un élément donné au travers de sa phase et de son module. Une relation intéressante lie le coefficient Γ à l impédance du composant considéré : Γ = Z R c Z + R c () où Z désigne l impédance complexe du composant, et R c l impédance caractéristique du circuit. 1. Pont réfléctomètre Nous nous proposons dans un premier temps d utiliser l association d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre (appareil de mesure qui permet d avoir accès au contenu spectral d un dispositif) afin d avoir accès au module du coefficient de réflexion d un dipôle passif en fonction de la fréquence. Réglage du dispositif (a) On commence par régler les fréquences min et max de travail (la plage sur laquelle on veut caractériser notre composant passif). Pou celà, on est limités par la gamme de fréquence admissible par le réflectomètre d une part, et par l analyseur de specre d autre part. Ce qui limite est la gamme de fréquence du pont réflectomètre : on travaillera donc sur toute sa plage de 1MHz à 1GHz. (b) On effectue éventuellement un moyennage pour que la visualisation soit plus «propre». (c) On doit calibrer l analyseur de spectre afin qu il sache où se situe le pont réflectomètre par rapport au fil dans lequel se propage le signal. On effectue donc une «Normalisation». (d) On règle enfin le filtre d analyse de l analyseur de spectre à balayage à 1Mhz, ce qui nous permet d avoir un bon compromis entre résolution spectrale et temps d analyse (le temps de balayage est de 1 seconde) Accès au module du coefficient de réflexion On peut montrer que la matrice des paramètres S du pont réfléctomètre, définie par la relation b = Sa où b = ( ) T ( ) T b 1 b b 3 et a = a1 a a 3, s écrit : S = (3)

3 Le but de ce montage étant de caractériser le dipôle DUT, on s intéresse en particulier aux relations faisant intervenir b et a. L idée finale étant d exprimer la valeur du coefficient de réflexion Γ = a b 1. b = 1 a a 3 (4) b 1 = 1 a (5) b 3 = 1 a (6) (7) La dernière relation peut se réécrire en faisant intervenir le coefficient Γ. En effet, on a b 3 = 1 Γb. En injectant l expression donnant b, on obtient alors : b 3 = 1 4 Γa Γa 3 (8) Une première conséquence de cette relation est que si l on adapte le port 3, on a alors a 3 =. L expression précédente devient alors : b 3 = 1 4 Γa 1 (9) L analyseur de spectre permet de mesurer l amplitude de b 3 et a 1 : ce montage permet donc d obtenir à un facteur 4 près la valeur du module du coefficient de réflexion Γ : Γ = 4 b 3 a 1 (1) Remarque. Notons que lorsque nous allons utiliser le pont réflectomètre pour effectuer les mesures, nous aurons directement l image en db du module du coefficient de réflexion du dipôle du fait de la phase de normalisation effectuée préalablement lors de l étalonnage de l analyseur de spectre. Notons également que nous aurions pu étalonner directement avec le court circuit ce qui nous aurait fait retrouver le facteur 4 lors de l utilisation du pont réflectomètre mais ce dernier n aurait alors pas été réglé pour toutes les fréquences de la gamme de travail. 1.3 Caractérisation de résistances Dans un premier temps, on s intéresse à la caractérisation du composant passif le plus simple : la résistance. On dispose d un jeu de plusieurs résistances :, 1, 5, 68, 1, 5 Ω. Pour la mesure du coefficient de réflexion, on choisit de répéter la mesure à plusieurs fréquences : 1MHz, 1MHz, 1GHz. Regardons dans un premier temps la courbe d étalonnage de l impédance adaptée de 5Ω en fonction de la fréquence, on observe alors la courbe ci-dessous : 1. Il n y a pas d erreur ici, le rôle de a et b étant inversés par le fait que l on regarde le coefficient du réflexion du DUT, et non du port du réflectomètre.. En réalité, l adaptation d impédance se fait naturellement puisque l entrée de l analyseur de spectre est de 5 Ω 3

4 FIGURE Module de Γ pour la résistance étalon 5 Ω. On voit apparaitre deux paramètres limitant : la dynamique de mesure (imposée par le plancher de bruit de l analyseur de spectre), ainsi que le comportement divergent des composants. On note alors que même cette résistance étalon qui est censée être adaptée et donc avoir un coefficient de réflexion de ne l est pas quelque soit la fréquence : à partir de 55MHz, l atténuation de 37.4dB augmente progressivement et n est plus négligeable à 1GHz. Ce phénomène est encore plus remarquable sur la courbe du 5Ω «basique» où la fréquence à partir de laquelle S 11 ne tend plus vers l infini est largement inférieure à 55MHz et où l atténuation de db est beaucoup moins importante que celle obtenue avec la résistance étalon (cf figure ci-dessous) : FIGURE 3 Module de Γ pour la résistance «basique» 5 Ω Ce phénomène s explique par le fait que lorsque la fréquence augmente, la longueur d onde diminue et quand celle-ci ne devient plus négligeable par rapport aux dimensions du circuit apparaissent des problèmes de rayonnement indésirables et des effets de bord. On parlera d adaptation d impédance dans une certaine gamme de fréquences. On trace maintenant, pour les trois fréquences 1MHz, 1MHz et 1GHz le module de du coefficient de réflexion en fonction de la résistance. On observe les courbes ci-dessous : 4

5 1.8.6 Γ.4. f = 1 MHz f = 1 MHz f = 1 GHz Γ th Resistance (Ohms) FIGURE 4 Tracé de Γ en fonction de la résistance de charge R. On peut extraire de ces courbes expérimentales et de ce tracé théorique plusieurs éléments : (a) On est déjà très proche de la courbe théorique Γ = f(r) (b) Ces courbes expérimentales varient légèrement en fonction de la fréquence mais gardent globalement la même forme. (c) Cette variation en fonction de la fréquence est très importante pour l impédance de charge 5Ω, ce que nous avons déjà pu observer précédemment 1.4 Caractérisation d une antenne L antenne à caractériser fonctionne sur la gamme de fréquences 433MHz-434MHz, bande passante 15MHz (la sortie est un connecteur SMA mâle reverse) et est de type omnidirectionnel (1/4 d onde). FIGURE 5 Module du paramètre S 11 observé sur une antenne à 433MHz à l aide d un analyseur de spectre et pont réflectomètre On observe tout d abord que l on a un coefficient S 11 égal à 1 sauf autour de 433 MHz, avec une bande passante voisine d une dizaine de MHz (le paramètre S 11 est alors égal à db), ce qui est conforme à la documentation, puisque toute la puissance en entrée de l antenne va être rayonnée dans cette plage de fréquences. On peut également remarquer que l antenne rayonne aussi (plus faiblement, S 11 = 5 db) à 96 MHz, soit au double de la fréquence de fonctionnement de l antenne. En effet, plus 5

6 généralement, une antenne rayonne aux fréquences multiples de sa fréquence nominale, mais avec une puissance décroissante. 1.5 Mise en évidence des limites du dispositif On décide à présent de caractériser une inductance d impédance complexe Z = jlω. Le dispositif ne permettant de mesurer que le module de Γ, on calcule la valeur théorique du module de Γ : Γ th = jlω R c jlω + R c = 1 (11) Le module de Γ étant constant quelque soit la valeur de l inductance, et quelque soit la fréquence, il faudrait avoir accès à la valeur de la phase Γ pour caractériser ce composant. On voit alors les limites de l association pont de réfléctométrie et analyseur de spectre pour la caractérisation de composant : dans ce qui suit, nous allons étudier un deuxième moyen de caractérisation, l analyseur de réseau vectoriel, où l on aura cette fois accès à l information sur la phase. Une deuxième grande limitation de ce dispositif par rapport à l analyseur de réseau est le fait que l on ne puisse l utiliser que sur un port ; on ne peut que mesurer le coefficient de réflexion ou S 11 ou plutôt le module de ce coefficient. Il ne sera donc intéressant de l utiliser que pour caractériser des composants comme une antenne ou une résistance. Utilisation d un analyseur de réseau pour la caractérisation de composants passifs.1 Fonctionnement de l appareil Nous allons maintenant utiliser un analyseur de réseau vectoriel qui va nous donner accès d une part à l amplitude, d autre part aux propriétés de la phase. Nous décrivons ci-dessous le principe de fonctionnement de cet appareil : FIGURE 6 Principe de fonctionnement d un analyseur de réseau Nous pouvons utiliser cet appareil soit en un port (pour caractériser une antenne ou des dipôles par exemple) soit en deux ports (pour caractériser des filtres passifs). Pour la caractérisation deux ports, le principe de l appareil est donné ci-dessus : 6

7 Les deux ports de l appareil à caractériser sont notés P1 et P. Le signal test est généré par une source à fréquence variable notée CW et la puissance fournie est réglée grâce à un atténuateur variable (juste après l oscillateur à fréquence variable). La position de l interrupteur SW1 définit quel paramètre nous allons mesurer. Par exemple si SW1 est dans la position 1, la puissance est incidente sur le port 1 du DUT, on pourra alors mesurer S 11 et S 1. La puissance envoyée est d une part mesurée et d autre part reçue par le DUT grâce au diviseur de puissance (Splitter 1). La puissance réfléchie par le dipôle que l on caractérise est redirigée grâce au coupleur (noté DC1) vers un appareil qui va la mesurer. La puissance transmise est elle aussi redirigée vers RX TEST grâce au coupleur. Enfin, comme RX REF1, RX TEST1, RX REF et RXTEST partagent le même oscillateur de référence, ces récepteurs sont cohérents et permettent de mesurer d une part l amplitude et d autre part la phase du signal test. Notons que normalement on a un seul oscillateur local et que l utilisation d un deuxième ici se justifie par le passage par une fréquence intermédiaire.. Retour sur la caractérisation d une résistance Pour la résistance de 15Ω, on observe à l analyseur de réseau la courbe ci-dessous : Γ (db) Frequence (Hz) 1 9 FIGURE 7 Tracé de Γ en fonction de la résistance de charge R = Ω. On observe une périodicité dans le module de Γ qui peut être expliquée par des modes présents dans la connectique de mesures (câbles SMA) On devine donc une certaine périodicité dans ce coefficient de réflexion. On mesure alors l intervalle de fréquence entre deux maxima : 188 MHz et on calcule le δλ correspondant pour une vitesse de propagation de l onde dans l époxy de c.8. On trouve une longueur de 56 cm, soit 6 cm de plus que la longueur du câble (correspondant aussi à 6 cm de longueur de piste). Ces phénomènes sont donc liés à la connectique et a quelques réflexions de l onde qui subsistent malgré tout. Dans notre cas, il semblerait qu il s agisse d un défaut de calibrage de l appareil. 7

8 .3 Modèle HF d une capacité FIGURE 8 Caractérisation d une capacité de 33 pf via le coefficient de réflexion S 11 sur la plage de fréquence 1 MHz 1 GHz. On observe le coefficient de réflexion Γ dans l abaque de Smith. On observe globalement une transition d un comportement capacitif en basse fréquence à un comportement inductif à partir d une certaine fréquence f = 83, 3 MHz (on passe de la partie imaginaire négative à la partie imaginaire positive dans l abaque de Smith) On établit donc le modèle équivalent d une capacité en HF : L R C FIGURE 9 Schéma équivalent d un condensateur en HF où on retrouve en basse fréquence une capacité C et en haute fréquence une inductance L, ce qui n aurait pas été le cas dans un modèle R L C parallèle. Enfin, l effet résistif se remarque dans l abaque de Smith par un module non unitaire de S 11 à la fréquence de résonance f. Dans notre cas, celle-ci est très faible, de l ordre de la dizaine de mω. Nous n avions pas d inductance à caractériser mais on aurait établit de la même façon le modèle équivalent HF d une résistance : R L C FIGURE 1 Schéma équivalent d une inductance en HF Physiquement, l effet inductif en HF de la capacité peut s expliquer par la présence d un effet inductif naturel des pistes réalisant le composant. De même, pour une inductance réalisée avec une succession de fils enroulés, l effet capacitif en HF peut s expliquer par la présence d isolant entre deux fils. 8

9 .4 Analyse de filtres passifs Dans ce qui suit, on s intéresse à la caractérisation de filtres passifs (passe-bande) par leur coefficient de réflexion S 11 ou par leur coefficient de transmission S 1. Ces filtres sont réalisés par couplages entre pistes. FIGURE 11 Analyse d un filtre passif via le coefficient de transmission S 1. Le premier filtre passe-bande est caractérisé par son coefficient de transmission S 1. Celui-ci tend vers, sauf autour de 1, 1 GHz et, GHz où le coefficient de transmission est voisin de 1. La bande passante autour de ces deux fréquences est de l ordre de la centaine de MHz. La périodicité que l on trouve ici pourrait s expliquer par l utilisation de ligne couplées. FIGURE 1 Analyse d un filtre passif via le coefficient de réflexion S 11. Le deuxième filtre passe-bande est caractérisé par son coefficient de réflexion S 11. Celui-ci tend vers, sauf autour de 1.95 GHz où il transmet alors tout le signal (S 11 ). 9

10 .5 Caractérisation d une antenne FIGURE 13 Module du paramètre S 11 observé sur une antenne à 433MHz à l aide d un analyseur de réseau On observe comme précédemment que l antenne a un coefficient S 11 égal à 1 (donc nul en db) dans toute la gamme de fréquence différente de la gamme de rayonnement dans laquelle on va avoir S 11 (S 11 en db). Dans cette gamme d une dizaine de mégahertz l antenne rayonne donc presque toute la puissance qu elle reçoit conformément à ce que nous avait annoncé le constructeur. Concernant les différences de caractéristiques que nous observons avec nos dispositifs (cf. 1.4 et.5), dans l analyse avec l analyseur de réseau la fréquence centrale de rayonnement est légèrement supérieure à celle annoncée par le constructeur. On peut quand même être satisfaits dans le sens où les mesures pour caractériser des antennes sont normalement effectuées dans des chambres anéchoïques spécialement prévues pour ne pas prendre en compte d autres matériaux gênants induisant des réflexions parasites dans le diagramme de rayonnement. Si l on s amuse par exemple à passer notre main devant l antenne, on s aperçoit que le diagramme de rayonnement change largement. 3 Conclusion Lors de cette séance, nous avons caractérisé des composants passifs (résistance, inductance, capacité, filtres passifs, antenne) par le biais de deux dispositifs : un pont réflectomètre associé à un analyseur de spectre qui nous donnait accès au module de Γ, et un appareil spécialement prévu pour caractériser entièrement ces composants : un analyseur de réseau. Nous avons pu voir les limites du premier dispositif (mesure uniquement du module de Γ et utilisable seulement pour caractériser un seul port), et nous avons pu utiliser l analyseur de réseau afin de caractériser les coefficients de réflexion et de transmission de quadripôles plus complexes tels que les filtres passifs. Pour ces deux derniers composants, nous avons donc établi un modèle équivalent quelque soit la fréquence, après avoir remarqué qu ils se comportaient comme le dipôle dual à partir d une certaine fréquence. Ce montage est aussi l occasion d appréhender les différentes problématiques inhérentes à la connectique en HF. En effet, on s aperçoit vite que la connectique modifie les comportements fréquentiels des composants passifs de base. 1

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS I. Introduction En hyperfréquence, la caractérisation des dispositifs passifs ou actifs est assez différentes des techniques utilisées en basse fréquence.

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 Travaux pratiques d électronique, première séance Circuits passifs S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 1 Révision 1. Explorez le protoboard avec le voltmètre. Faites un schéma des connexions. 2. Calibrez

Plus en détail

Sonde détectrice HF.

Sonde détectrice HF. Sonde détectrice HF. Une sonde détectrice HF permet de convertir un multimètre classique en voltmètre HF. On l utilise essentiellement pour effectuer des mesures relatives de signaux haute fréquence mais

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF PHYSQ 126: Circuits RLC 1 CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF 1 Introduction. Le but de cette expérience est d introduire le concept de courant alternatif (en anglais, Alternating Current ou AC) et d étudier

Plus en détail

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 )

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Présentation du sujet La recherche de miniaturisation est actuellement un domaine important dans

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

TP 1: Circuits passifs

TP 1: Circuits passifs Travaux Pratiques Avancés (TPA) d Electronique Année 2015-16 TP 1: ircuits passifs Sergio Gonzalez Sevilla *, Antonio Miucci Département de Physique Nucléaire et orpusculaire (DPN), Université de Genève

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 4 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Redressement d une tension I. Objectifs Redressement d une tension alternative par le moyen de diodes. Transformation

Plus en détail

TP Cours Focométrie des lentilles minces divergentes

TP Cours Focométrie des lentilles minces divergentes Noms des étudiants composant le binôme : TP Cours ocométrie des lentilles minces divergentes Estimer la distance focale image d une lentille divergente est moins aisé que de déterminer celle d une lentille

Plus en détail

Travaux Pratiques d'hyperfréquence

Travaux Pratiques d'hyperfréquence Travaux Pratiques d'hyperfréquence GLEE604 Sommaire : 1 Ligne en régime impulsionnel 2 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de la fréquence 3 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Amplification des signaux de commande des diodes PIN dans les antennes Doppler

Amplification des signaux de commande des diodes PIN dans les antennes Doppler Amplification des signaux de commande des diodes PIN dans les antennes Doppler Jean-Paul YONNET F1LVT / ADRASEC 38 F1LVT@yahoo.fr Dans les antennes Doppler, 4 (ou 8) fouets quart d onde sont commutées

Plus en détail

TP 1 : sources électriques

TP 1 : sources électriques Objectif : étudier différents dipôles actifs linéaires ou non linéaires. Les mots générateur et source seront considérés comme des synonymes 1 Source dipolaire linéaire 1.1 Méthode de mesure de la demie-tension

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8

1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8 1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8 Fonctions La carte Mermoz est un système électronique qui se charge d enregistrer et de dater des mesures de tension. Elle peut être utilisée pour une large variété

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

6GEI305 Dynamique des systèmes II. Laboratoire #4

6GEI305 Dynamique des systèmes II. Laboratoire #4 6GEI305 Dynamique des systèmes II Laboratoire #4 Réponse en Fréquence Hiver 010 1. Objectifs Voir l effet des pôles et des zéros sur le comportement dynamique Examiner le facteur de qualité Étudier le

Plus en détail

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp)

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) LSM 2 - Mesures physiques - Instrumentation Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) Les circuits étudiés jusqu'ici sont des circuits passifs constitués de résistances, condensateurs inductances

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIAL

COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIAL COMPRENDRE LE CÂBLE COAXIIAL sans math est presque sans formules Pour partir sur une bonne base Afin que tout soit bien clair et afin de faciliter la compréhension de l exposé qui suit, je me permets de

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Les circuits réactifs (21)

Les circuits réactifs (21) Comment ça marche? Les circuits réactifs (21) L'adaptation (1) Transformateurs inductifs Par le radio-club F6KRK Après avoir vu l'usage des circuits réactifs dans les filtres fréquentiels, nous allons

Plus en détail

Compte rendu de TP: Projet 4: Réalisation d un circuit imprimé et étude du filtre passe bande

Compte rendu de TP: Projet 4: Réalisation d un circuit imprimé et étude du filtre passe bande Compte rendu de TP: Projet 4: Réalisation d un circuit imprimé et étude du filtre passe bande Brice L helgouarc h Gewendal Jouneaux Introdution L objectif de ces séances est de réaliser un filtre passe-bande

Plus en détail

Lignes de transfert d Energie Electrique

Lignes de transfert d Energie Electrique Plan du cours Généralités Les surtensions Coordination d isolement Les dispositifs de protection contre les surtensions : éclateur et parafoudre 1 Généralités La coordination d isolement est l ensemble

Plus en détail

Amplificateur de sonorisation

Amplificateur de sonorisation Amplificateur de sonorisation On se propose de vérifier quelques spécifications d un amplificateur basse-fréquence de sonorisation dont les caractéristiques techniques sont données en Annexe. Remarques

Plus en détail

1 Systèmes triphasés symétriques

1 Systèmes triphasés symétriques 1 Systèmes triphasés symétriques 1.1 Introduction Un système triphasé est un ensemble de grandeurs (tensions ou courants) sinusoïdales de même fréquence, déphasées les unes par rapport aux autres. Le système

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Instruments de mesure

Instruments de mesure Chapitre 9a LES DIFFERENTS TYPES D'INSTRUMENTS DE MESURE Sommaire Le multimètre L'oscilloscope Le fréquencemètre le wattmètre Le cosphimètre Le générateur de fonctions Le traceur de Bodes Les instruments

Plus en détail

Modulation et démodulation d amplitude.

Modulation et démodulation d amplitude. Modulation et démodulation d amplitude. P. Ribiere Collège Stannislas Année Scolaire 2014/2015 P. Ribiere (Collège Stannislas) Modulation et démodulation d amplitude. Année Scolaire 2014/2015 1 / 42 1

Plus en détail

Transformée de Fourier Discrète Convolution Circulaire

Transformée de Fourier Discrète Convolution Circulaire BE Traitements Numériques des Signaux n 2 Filière SICOM 2A PHELMA-ENSE 3 Année 2015-2016 Pascal PERRIER Transformée de Fourier Discrète Convolution Circulaire 1. Analyse d un signal périodique Dans cette

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

OBJECTIF DE LA MANIPULATION

OBJECTIF DE LA MANIPULATION MANIPULATION Dans cette manipulation, vous êtes amenés à utiliser des appareils alimentés par le réseau 240volts. Gardez à l esprit que ces tensions sont extrêmement dangereuses. Nous vous demandons donc

Plus en détail

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier Responsable : J.Roussel Objectif Ce TP est une initiation à l analyse de Fourier. Nous verrons notamment comment une analyse spectrale permet de remonter à la courbe de réponse d un filtre électrique.

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

Analyse des diagrammes de Bode d'un filtre passe-bande:

Analyse des diagrammes de Bode d'un filtre passe-bande: TD N 3: Filtrage, fonction de transfert et diagrammes de Bode. M1107 : Initiation à la mesure du signal Le but de ce TD est de vous permettre d'appréhender les notions indispensables à la compréhension

Plus en détail

Caractérisation de mélangeurs

Caractérisation de mélangeurs Caractérisation de mélangeurs Un mélangeur est un dispositif qui utilise la non-linéarité de diodes ou de transistors pour réaliser une multiplication : e(t) x(t) = K.e(t).e 0 (t) e 0 (t) Puisqu il multiplie

Plus en détail

Lois de l électrocinétique

Lois de l électrocinétique Retour au menu! Lois de l électrocinétique 1 Courant électrique 1.1 Notion de courant n conducteur est un matériau contenant des charges libres capables de se déplacer. Dans les électrolytes les charges

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

6GEI305 Dynamique des systèmes II. Laboratoire #2

6GEI305 Dynamique des systèmes II. Laboratoire #2 6GEI305 Dynamique des systèmes II Laboratoire #2 Introduction aux impédances et à la plaquette de prototypage Automne 2010 1. Objectifs Se familiariser avec les plaquettes de prototypage Concrétiser la

Plus en détail

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio. Les ondes électromagnétiques pour communiquer Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie

Plus en détail

Acoustique Etude des sons

Acoustique Etude des sons Etude des sons Français p 1 Version : 0109 1 Descriptif 1.1 Objectif L objectif du banc d essai 3 haut-parleurs est de mettre en évidence que chaque haut-parleur, selon ses caractéristiques physiques de

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique FOUGERAY P. ANNE J.F. TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique bi courbe,

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

CH IV) Courant alternatif Oscilloscope.

CH IV) Courant alternatif Oscilloscope. CH IV) Courant alternatif Oscilloscope. Il existe deux types de courant, le courant continu et le courant alternatif. I) Courant alternatif : Observons une coupe transversale d une «dynamo» de vélo. Galet

Plus en détail

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm

Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Chapitre 14 Notion de résistance électrique. Loi d Ohm Plan Introduction: I Mesurer avec un multimètre Mesure de l intensité Mesure de la tension II Pour aller plus loin Mesures en courant continu. Rappels

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

LE CONTROLE D ERREURS LES CODES AUTOVERIFICATEURS OU AUTOCORRECTEURS. Les codes de blocs

LE CONTROLE D ERREURS LES CODES AUTOVERIFICATEURS OU AUTOCORRECTEURS. Les codes de blocs LE CONTROLE D ERREURS LES CODES AUTOVERIFICATEURS OU AUTOCORRECTEURS Les codes de blocs Le principe employé dans les codes de blocs consiste à construire le mot de code en «sectionnant» l information utile

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

1. Théorie de la transformation vectorielle

1. Théorie de la transformation vectorielle STOCKAGE D INFORMATION SUR UNE STRUCTURE EN BOUCLE Jean-Pierre Bachy, MD Séminaire de Modélisation du 7 mai 1993 TIMC IMAG UJF Grenoble Nous proposons un modèle de stockage d'information issu d'une réflexion

Plus en détail

A. N(p) B + C p. + D p2

A. N(p) B + C p. + D p2 Polytech Nice ELEC3 T.P. d'electronique TP N 7 S ACTIFS DU SECOND ORDRE 1 - INTRODUCTION Un quadripôle est dit avoir une fonction de transfert en tension, du second ordre, lorsque le rapport tension de

Plus en détail

CHAPITRE III. Amplificateur d instrumentation

CHAPITRE III. Amplificateur d instrumentation CHAPITRE III Amplificateur d instrumentation Olivier FRANÇAIS, 000 SOMMAIRE I NOTION DE TENSION DE MODE COMMUN ET D AMPLIFICATEUR DIFFÉRENTIEL... 3 I. DÉFINITION DE LA TENSION DE MODE COMMUN... 3 I.. Tension

Plus en détail

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS Charges non linéaires BUT : - Observer le courant i ( t ) absorbé par différentes charges non linéaires alimentées par une tension monophasée 230 V / 50 Hz - Relever le Taux de distorsion harmonique du

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

TP focométrie. Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé.

TP focométrie. Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé. TP focométrie Ce TP est évalué à l'aide du compte-rendu pré-imprimé. Objectifs : déterminer la distance focale de divers lentilles minces par plusieurs méthodes. 1 Rappels 1.1 Lentilles... Une lentille

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

T.P. numéro 27 : moteur asynchrone.

T.P. numéro 27 : moteur asynchrone. T.P. numéro 27 : moteur asynchrone. Buts du TP : le but de ce TP est l étude du moteur asynchrone triphasé. On étudie la plaque signalétique du moteur, puis on effectue un essai à vide et enfin un essai

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP.

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP. Union générale des étudiants de Tunisie Modèle de compte-rendu de TP Dipôle RC Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance LES RESISTANCES Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance Le rôle de la résistance est de limiter le courant dans un circuit. Elle possède plusieurs caractéristiques technique : La valeur

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

f m 280 Hz 0,30x1,0.10

f m 280 Hz 0,30x1,0.10 CORRECTION DU TP PHYSIQUE N 12 SPECIALITE TS 1/5 LA RECEPTION RADIO Correction du TP de physique N 12 La réception radio Activité préparatoire Les stations radios : nécessité d un dispositif récepteur

Plus en détail

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices

Leçon N 1 : Taux d évolution et indices Leçon N : Taux d évolution et indices En premier un peu de calcul : Si nous cherchons t [0 ;+ [ tel que x 2 = 0,25, nous trouvons une solution unique x = 0, 25 = 0,5. Nous allons utiliser cette année une

Plus en détail

TEST D ALIMENTATION CONTINUE

TEST D ALIMENTATION CONTINUE TEST D ALIMENTATION CONTINUE Pour vérifier et tester la conception, le besoin en alimentations conformes aux normes ne cesse de progresser au niveau technologique. C est plus ou moins devenu une nécessité

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Les composants réels. département GEii-1 Electrotechnique, Electronique de puissance

Les composants réels. département GEii-1 Electrotechnique, Electronique de puissance Les composants réels IUT-1 département GEii-1 Electrotechnique, Electronique de puissance Généralités Les phénomènes CEM sont dus a des éléments «parasites» Capacité entre 2 pistes, piste châssis, Aux

Plus en détail

obs.1 Lentilles activité

obs.1 Lentilles activité obs.1 Lentilles activité (Lentille mince convergente) 1) première partie : étude qualitative Dans cette manipulation, on va utiliser un banc d optique. On va positionner la lentille de distance focale

Plus en détail

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier Responsable : J.Roussel Objectif Ce TP est une initiation à l analyse de Fourier. Nous verrons notamment comment une analyse spectrale permet de remonter à la courbe de réponse d un filtre électrique.

Plus en détail

Son et Lumière. L optique géométrique

Son et Lumière. L optique géométrique Son et Lumière Leçon N 3 L optique géométrique Introdution Nous allons au cours de cette leçon poser les bases de l optique géométrique en en rappelant les principes fondamentaux pour ensuite nous concentrer

Plus en détail

X LENTILLES SPHERIQUES MINCES

X LENTILLES SPHERIQUES MINCES X LENTILLES SPHERIQUES MINCES Exercices de niveau Dans ces exercices vous apprendrez à manipuler correctement les relations de conjugaison et de grandissement, d abord dans des cas très simples puis plus

Plus en détail

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces -

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - Introduction Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - La focométrie consiste en la détermination expérimentale de la distance focale d un instrument d optique. Dans le TP précédent, nous avons

Plus en détail

Machine synchrone Table 3 : fonctionnement en alternateur sur charge isolée

Machine synchrone Table 3 : fonctionnement en alternateur sur charge isolée Machine synchrone Table 3 : fonctionnement en alternateur sur charge isolée Objectifs Tracer la caractéristique à vide de la machine synchrone. Déterminer les éléments du modèle équivalent représenté ci-contre.

Plus en détail

Chapitre III : lentilles minces

Chapitre III : lentilles minces Chapitre III : lentilles minces Les lentilles minces sont les systèmes optiques les plus utilisés, du fait de leur utilité pour la confection d instruments d optique tels que microscopes, télescopes ou

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle.

TP force centrifuge. Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. TP force centrifuge Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : Étudier la force centrifuge dans le cas d un objet ponctuel en rotation uniforme autour d un axe fixe. 1 Présentation

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Compatibilité Électromagnétique

Compatibilité Électromagnétique Compatibilité Électromagnétique notions générales et applications à l électronique de puissance Ir. Stéphane COETS 18 mai 2005 Journée d étude en Électronique de Puissance 1 Plan de l exposé La Compatibilité

Plus en détail

2.1.3. La représentation graphique d évolutions

2.1.3. La représentation graphique d évolutions 2.1.3. La représentation graphique d évolutions 142 2 La mathématique financière 2.1.3. - LA REPRÉSENTATION GRAPHIQUE D ÉVOLUTIONS L analyse de la succession des données dans le temps va devoir être traitée

Plus en détail

Les lentilles minces TP 3

Les lentilles minces TP 3 TP 3 Les lentilles minces Mots-clefs : lentille convergente, lentille divergente, distance focale, équation de conjugaison, réel, virtuel, méthode de Silbermann, autocollimation. Vous disposez de : un

Plus en détail

Oscilloscope - GBF Mesure et visualisation - Signaux variables

Oscilloscope - GBF Mesure et visualisation - Signaux variables 1 ère STI2D TP V2.0 Oscilloscope - GBF Mesure et visualisation - Signaux variables CO8.sin4 Identifier les variables mesurées. CO9.sin2 Instrumenter un système. Acquerir l'information. Utilisation d'un

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique.

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. But du TP : le but de ce neuvième TP de seconde année est l'étude d'une chaîne de transmission utilisant une fibre optique.

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

MODULATION D AMPLITUDE

MODULATION D AMPLITUDE Misuriello Maxime 17/03/08 Arondel Olivier MODULATION D AMPLITUDE 1 Modulation... 1 1.1 Porteuse... 1 1.2 Modulation AM... 1 1.3 Modulation DSB... 3 2 Démodulations... 5 2.1 Détection d enveloppe (AM)...

Plus en détail

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron. Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B4510 UNIITE DIIDACTIIQUE LIIGNE DE TRANSMIISSIION MANUEL D IINSTRUCTIIONS Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

Carte de Pilotage des Bras

Carte de Pilotage des Bras Carte de Pilotage des Bras But : Cette carte est destinée à piloter (rentrer / sortir) les deux bras du robot : Le bras latéral permettant de faire tomber les quilles ; Le bras permettant de ramasser les

Plus en détail

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Les verres Introduction: TP: Nous avons choisi de faire un tp sur les notes que peuvent produire différents verres avec des quantités différentes d eau. Car nous voulions

Plus en détail

6GEI540 Interfaces et instrumentation. Laboratoire #2

6GEI540 Interfaces et instrumentation. Laboratoire #2 6GEI540 Interfaces et instrumentation Laboratoire #2 Représentations MATLAB et Échantillonnage Hiver 2007 1. Objectifs Approfondir les connaissances de l échantillonnage Voir la correspondance entre le

Plus en détail