Etat de la question IEV. Juin 2013 LE FEMINISME : QUELS COMBATS AU 21ÈME SIECLE. Valérie VERZELE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etat de la question IEV. Juin 2013 LE FEMINISME : QUELS COMBATS AU 21ÈME SIECLE. Valérie VERZELE"

Transcription

1 IEV Etat de la question LE FEMINISME : QUELS COMBATS AU 21ÈME SIECLE Valérie VERZELE Juin 2013 Editrice responsable : Anne Poutrain - 13 Bd de l Empereur Bruxelles

2 Editrice responsable : A. Poutrain 13, Boulevard de l Empereur 1000 Bruxelles A. Contexte... 2 B. Enjeux... 4 C. Propositions concrètes... 6 D. Synthèse

3 A. Contexte 1 Se revendiquer féministe au XXIème siècle s apparente à un coming-out, que peu de femmes osent encore assumer tant le terme est connoté négativement. Le combat féministe est souvent perçu comme dépassé, voire hors de propos dans nos sociétés démocratiques occidentales où le principe d égalité entre les genres est perçu comme acquis. Or, au-delà des clichés sur les féministes barbues, lesbiennes, mal baisées, hystériques ou agressives, être féministe aujourd hui, c est vouloir pour demain une société où les femmes et les hommes sont égaux, pas seulement dans les textes législatifs mais dans les pratiques et la vie quotidienne. Certes, des progrès ont incontestablement été accomplis ces dernières décennies. Je fais partie d une génération qui est née après mai 68, qui a fréquenté une école mixte, qui a toujours connu la pilule, qui voyait sa mère et son père partir au travail le matin, qui a vécu la dépénalisation de l avortement et les listes électorales paritaires. Je fais partie d une génération de femmes pour qui l égalité n était pas un problème mais qui, en entrant sur le marché du travail, a découvert que l égalité n allait finalement pas de soi. En termes statistiques, les inégalités socio-économiques entre hommes et femmes restent criantes. En Belgique, le taux d emploi des femmes en âge de travailler est inférieur à la moyenne européenne. 56,5% des femmes en âge de travailler ont un emploi pour 67,4% des hommes. 44,3% des femmes salariées travaillent à temps partiel pour seulement 9,3% des hommes. Or, un emploi à temps partiel permet difficilement de subvenir à ses propres besoins de manière autonome. Plus d un tiers des femmes dépendent des revenus des personnes avec lesquelles elles vivent alors que ce n est le cas que pour 10% des hommes. En moyenne, les femmes gagnent par an, tous secteurs confondus et indépendamment de la durée du travail, 23% de moins que les hommes. Cet écart salarial s élevait en 2008 à 8,4 milliards d euros. A l heure de la retraite, sans tenir compte du régime, l écart de pension entre les hommes et les femmes s élève à 23% 2. Au-delà des chiffres, les discriminations directes liées à la grossesse et à la maternité restent monnaie courante comme en témoignent les 140 plaintes reçues en 2011 par l Institut pour l égalité des femmes et des hommes. Les femmes en raison de leur grossesse, au cours de celle-ci ou à leur retour de congé de maternité, sont les victimes les plus fréquentes et flagrantes de discriminations fondées sur le sexe. Comme le montre une étude réalisée par 1 Cette analyse est issue de la contribution de Valérie Verzele pour l opération «Citoyens engagés». 2 Chiffres issus de Femmes et hommes en Belgique. Statistiques et indicateurs de genre, Institut pour l égalité des femmes et des hommes,

4 l Institut en , 76,6% des femmes ont été confrontées à, au moins, une forme de discrimination liée à la grossesse. Si ces discriminations sont encore si présentes dans notre société, si les victimes ne déposent pas plainte, c est en partie parce qu il leur est encore difficile de réaliser qu elles vivent une discrimination directe. Cette «inconscience» frappe aussi les auteurs. En effet, seules 52,8% des femmes qui avaient subi au moins une forme de discrimination considéraient cela comme un problème. Les rôles stéréotypés des femmes et des hommes, notamment concernant la maternité, sont tellement ancrés dans notre société que la discrimination y est prégnante, minimalisée, voire normalisée. Etre féministe au XXIème siècle, c est donc dénoncer ce qui est aujourd hui plus inhérent à notre société qu à notre arsenal législatif, c est œuvrer à la mise en place de mécanismes qui mènent à plus d égalité. Le combat féministe ne doit pas seulement être mené sur le terrain socioéconomique. C est aussi un combat contre le sexisme ordinaire, contre un machisme ambiant et culturel qui tant chez les hommes que chez les femmes part du postulat que nous sommes par essence différents et que ces différences objectives justifient, dans les faits et les mentalités, l inégalité des sexes. Or, pour combattre une culture, légiférer ne suffit pas. Il faut bien entendu faire la chasse aux discriminations directes dans les législations et condamner les manquements. Mais un combat de longue haleine se mène dans la vie quotidienne, à la maison, au travail, à l école, dès le plus jeune âge. Le combat est culturel lorsqu à l occasion de la Saint Nicolas les commerces proposent invariablement la dinette pour la petite fille et le camion de pompier pour le petit garçon. Le combat est culturel à la maison : les filles âgées de 12 à 18 ans y exécutent un tiers de tâches ménagères en plus que les garçons. Leurs mères prennent en charge le double des tâches ménagères accomplies par les pères. Le combat est culturel à l école où les filles sont désormais plus qualifiées que les garçons, même si elles restent moins nombreuses dans les filières techniques, scientifiques ou d ingénierie, plus valorisées. Etre féminisme au XXIème siècle, c est aussi ne pas fermer les yeux sur la situation des femmes dans le monde et sur les risques de «backlash». C est être conscient que les droits que l on prend aujourd hui pour acquis peuvent être remis en cause, à l étranger mais également en Belgique. Il suffit pour s en convaincre de rappeler les difficultés rencontrées par les pays progressistes à la dernière session de la Commission de la Condition de la femme à l ONU pour faire accepter l idée qu aucune tradition, culture, coutume ou religion ne peut justifier un fait de violence à l égard d une femme. La montée du fait religieux dans les pays arabes, mais également en Europe de l Est entraîne une 3 LEMBRECHTS, L et VALGAEREN, E, Grossesse au travail : le vécu et les obstacles rencontrés par les travailleuses en Belgique, Institut pour l égalité des femmes et des hommes,

5 dégradation des droits des femmes, que l on pense aux femmes tunisiennes, à la condamnation pour blasphème des Pussy Riots en Russie ou aux attaques sur les droits sexuels et reproductifs en Pologne. Mais le retour d un certain ordre moral touche également la Belgique. Dans ses formes extrêmes, cette violence faite aux femmes débouche sur des excisions, des mariages forcés ou des crimes d honneur. Elle prend aussi des formes plus insidieuses. Le phénomène récent du «slut shaming» qui touche les adolescentes jugées un peu trop sexy ou qui sont assimilées à des «salopes» car sexuellement actives démontre que des combats restent à mener pour que les femmes puissent être respectées dans leurs corps. B. Enjeux La thématique de l égalité des genres étant transversale, les enjeux sont nombreux et variés. Nous nous focaliserons ici sur les enjeux liés à la participation des femmes au marché du travail et aux menaces et opportunités créées par la crise économique profonde que connaît l Europe depuis De nombreuses voix s élèvent tant dans les mouvements de femmes 4 qu au sein des instances européennes 5, pour dénoncer les répercussions négatives de la crise économique sur l égalité des femmes et des hommes. Le constat est le suivant : de par leur situation précaire sur le marché du travail, les femmes sont touchées de plein fouet par les mesures d austérité prises par le gouvernement belge: la dégressivité des allocations de chômage, la définition plus sévère de l emploi convenable, le durcissement des conditions d accès aux prépensions ou au chômage avec complément d entreprise, la réforme des pensions, les restrictions sur le crédit temps sont autant de mesures qui renforcent la discrimination à l égard des femmes et affaiblissent leur autonomie financière. Du fait du recul des prestations sociales et familiales et du démantèlement progressif des services publics, les femmes risquent également d être contraintes d assurer tout ce qui n est plus pris en charge par la collectivité : leur travail invisible dans la sphère privée augmente et leur rôle traditionnel dans la famille s en trouve alourdi au détriment du travail rémunéré, de leur autonomie, voire de leur santé. L enjeu est de taille. Il est urgent de réaliser un screening de genre sur les mesures budgétaires prises dans l urgence par le Gouvernement afin de s assurer qu elles ne viennent pas nourrir la spirale de la récession. 4 Voir notamment la Déclaration du Lobby européen des femmes «Une gouvernance économique sans prise en compte des droits des femmes et de l égalité femmes-hommes met en péril les objectifs d inclusion de la stratégie Europe 2020», mars Résolution du Parlement européen du 17 juin 2010 sur les aspects relatifs à l égalité entre les femmes et les hommes dans le contexte de la récession économique et de la crise financière. 4

6 Une étude récente de l OCDE 6 conclut au risque de dégradation de l égalité des femmes et des hommes suite à la crise économique. En effet, si dans un premier temps, l OCDE estime que l emploi des femmes a moins souffert de la crise - notamment du fait que nombre de femmes mariées ont «étoffé» les revenus du ménages - l étude estime que la crise du secteur public mènera, à terme, à une aggravation de la situation des femmes sur le marché du travail puisqu elles représentent 60% de l emploi public. Les pouvoirs publics doivent veiller à ce que les restrictions budgétaires ne mettent pas à mal les progrès accomplis en faveur de l égalité hommes-femmes en matière d emploi conclut l OCDE. En effet, lorsque l égalité avance, c est toute la population et la société qui se porte mieux. Une participation plus égale des femmes au marché du travail a un impact positif sur la productivité et sur la croissance économique. Investir dans des mesures de relance qui sont favorables à l égalité sur le marché du travail a donc, plus que jamais du sens. Les carences publiques dans la prise en charge des personnes dépendantes constituent un obstacle à la participation égale des hommes et des femmes au monde du travail. Or, les pays ayant le plus faible écart entre les sexes dans le travail non rémunéré sont ceux qui ont les meilleurs taux d emploi féminin. Le défi est donc d encourager les hommes à s investir dans les soins à la famille et aux tâches ménagères. Mais il est surtout urgent de créer en suffisance des places d accueil pour les enfants et des services d aide aux personnes dépendantes, de renforcer les services sociaux et de santé en personnel et en moyens afin de permettre aux hommes et aux femmes de consacrer le temps nécessaire à leur vie professionnelle. La crise actuelle peut également être une opportunité pour prendre des mesures structurelles, bénéfiques pour le budget de l Etat et susceptibles de changer en profondeur notre société. Un des nombreux pièges à l emploi qui freinent la participation des femmes au marché du travail consiste en l insuffisance du salaire pour celles qui, en raison de leur situation familiale, bénéficient déjà des principaux droits sociaux (couverture assurance soins de santé et droits dérivés en pensions) et d avantages fiscaux importants (quotient conjugal, déduction fiscale pour enfant non gardé ). La crise peut être une opportunité unique d enclencher le mouvement pour en finir avec notre conception familialiste de la sécurité sociale et d initier une réforme progressive du système visant à terme à l individualisation des droits sociaux et fiscaux. Cette réforme en profondeur devra, bien entendu, tenir compte des droits acquis pour ne pas pénaliser les 6 OECD, Closing the gender gap. Act now, décembre

7 choix de vie déterminés dans le passé. A terme, chaque adulte paierait ainsi des cotisations sociales individuelles qui ouvriraient des droits propres indépendamment de la situation familiale ou de l évolution de celle-ci. Une réforme structurelle de ce type nécessite un important changement de mentalité. Il suffit pour s en convaincre de se rappeler les levées de boucliers lors des changements intervenus dans le régime des pensions de survie où l on brandissait comme un étendard la protection de la pauvre veuve incapable de s en sortir sans une aile protectrice masculine. Et c est peut-être là avant tout l enjeu des politiques d égalité. Un changement de mentalité dans nos sociétés dont les racines sont encore et toujours profondément inégalitaires. Même si l égalité est avant tout un combat pour un changement culturel et sociétal, le politique a un rôle important à jouer puisqu il met en place les règles qui influent sur l égalité. Par les mesures qu il prend, il peut soit renforcer les inégalités, soit promouvoir une société plus égalitaire. Les lois sur la parité l ont montré. Les candidats et les militants n ont pas tous été heureux de devoir faire de la place aux femmes sur les listes électorales. Le machisme ordinaire est toujours bien présent en politique mais peu à peu, les femmes ont investi les conseils et les parlements et si la parité n est pas encore une réalité, elle est en marche. C. Propositions concrètes 7 Mettre fin aux discriminations sur le lieu de travail : Assurer une gestion efficiente des plaintes liées à la grossesse et la maternité (réflexion à avoir avec les partenaires sociaux sur les règles de la preuve contenues dans la loi du 16 mars 1971) ; Inviter les partenaires sociaux à se pencher sur les remèdes à apporter aux difficultés organisationnelles rencontrées par les employeurs lors de la grossesse d un membre du personnel ; Flexibiliser le congé de maternité afin d éviter que la travailleuse ne soit écartée trop longtemps du milieu professionnel ; Donner à l Inspection des lois sociales les moyens de lutter contre les discriminations contrevenant à la CCT 25 sur l égalité de rémunération entre les travailleurs masculins et féminins ; Interdire l utilisation des pratiques salariales visant à accorder des avantages salariaux (doublement du pécule de vacances, attribution d une allocation de foyer,.) aux travailleurs qui ouvrent le droit aux 7 Un grand nombre des propositions reprises sont inspirées du Mémorandum de l Institut pour l égalité des femmes et des hommes à l attention des partis politiques à l occasion des élections du 13 juin 2010, du mémorandum au gouvernement du Comité de liaison des femmes de novembre 2011 ainsi que de différentes publications des FPS. 6

8 allocations familiales et qui sont bien souvent des hommes ce qui revient à accentuer les inégalités salariales ; Mettre en place une politique active visant à réduire progressivement la proportion d emplois à temps partiel, notamment en incitant les employeurs à relever le temps de travail des personnes occupées à temps partiel ; Demander aux organismes régionaux de placement de favoriser la déségrégation des métiers en termes de genre, particulièrement lorsqu il s agit de répondre aux offres correspondant à des métiers et fonctions critiques ; Accorder une attention particulièrement aux discriminations multiples : femmes peu scolarisées ou allochtones ; Individualiser l accès au territoire et du droit au droit au travail pour les migrantes. Stimuler le taux d emploi des femmes en instaurant de manière progressive l individualisation des droits : Renoncer aux mesures qui, en dehors des périodes assimilées à du travail incitent les femmes à se retirer temporairement, partiellement ou définitivement du marché du travail et réduisent ainsi leur autonomie sociale et économique (quotient conjugal, pension au taux ménage, droits dérivés en sécurité sociale ou en matière de santé, ) ; Faire disparaître progressivement le quotient conjugal, en décidant, par exemple, que les mariages conclus à partir d une telle date ne pourront plus bénéficier du transfert fictif de revenus entre conjoints ; Ne plus adopter de nouvelles mesures sociales et fiscales qui font indirectement référence à la situation familiale ou aux revenus du ménage ; Entamer un processus de «freezing» de certains droits dérivés et mettre en place une politique d information destinée aux générations qui entrent sur le marché du travail ou qui envisagent de se marier ou de cohabiter afin qu elles n organisent plus leur vie en tenant compte des droits dérivés du mariage ; Réduire l importance des droits dérivés et mettre à la disposition des droits directs les économies qui découleraient de la réduction des droits dérivés tant en matière de taux ménage que de pension de survie En matière de droit au chômage, relever toutes les allocations de cohabitants au niveau des allocations des isolés puis ensuite calculer toutes les allocations octroyées sur la base du travail antérieur ou de périodes assimilées sur une base individuelle ; S attaquer aux pièges du chômage, notamment pour les partenaires des personnes qui vivent d un revenu de remplacement. 7

9 Faciliter la conciliation travail vie privée : Offrir aux parents des structures d accueil de qualité en nombre suffisant et à un coût raisonnable pour la petite enfance (crèche avec accueil en journée, en cas de maladie et pour les personnes avec des horaires irréguliers) et pour les écoliers (en dehors des heures scolaires) ; Allonger le congé de paternité et le porter, dans une première phase à 4 semaines (plus grande flexibilité avant et après la naissance) pour tendre ensuite vers un partage plus équilibré du congé d accueil de l enfant entre les pères et les mères Instaurer le congé de paternité pour les travailleurs indépendants et pour les pères au chômage ; Faire en sorte que le SECAL (Service des créances alimentaires du SPF Finances) soit chargé de l exécution complète des jugements concernant les créances alimentaires (en ce compris le paiement des rentes dues aux bénéficiaires). Lutter contre les stéréotypes de l école : Former de manière structurelle les enseignements au genre lors de la formation initiale et de la formation continuée ; Mener une campagne de sensibilisation contre les stéréotypes sexistes et sensibiliser le personnel enseignant ; Poursuivre la labellisation des manuels scolaires neutres en termes de genre. Renforcer les structures et instruments de promotion de l égalité de genre : Appliquer à toutes les mesures socioéconomiques les techniques du «gender mainstreaming» permettant de mesurer l impact différencié des décisions gouvernementales sur les femmes et les hommes et de prendre, au besoin, les mesures correctrices ; Généraliser la collecte sexuée des données par l ensemble des acteurs institutionnels afin de faciliter les analyses d impact des mesures en fonction du genre ; Mettre en place un test de genre pour l ensemble des dossiers proposés à la délibération du gouvernement ; Prendre les arrêtés royaux d exécution de la loi du 12 janvier 2007 sur le «gender mainstreaming» (détermination des situations pour lesquelles une caractéristique déterminée constitue une exigence professionnelle essentielle et déterminante, hypothèses et conditions dans lesquelles une mesure d action positive peut être prise, modalités d évaluation de la loi) ; Définir, dans chaque accord de gouvernement, les dossiers pour lesquels le «gender mainstreaming» sera appliqué en priorité 8

10 Légiférer sur le sexisme et renforcer les instruments à disposition de l Institut pour intervenir tant au pénal qu au civil ; Lutter contre la propagation de la haine des femmes sur internet (législation contre le sexisme, le harcèlement et le «slut shaming»). D. Synthèse Etre féministe aujourd hui, c est vouloir pour demain une société où les femmes et les hommes sont égaux, pas seulement dans les textes législatifs mais dans les pratiques et la vie quotidienne. En termes statistiques, les inégalités socio-économiques entre hommes et femmes sont criantes. Les discriminations directes liées à la grossesse et à la maternité restent monnaie courante. Les rôles stéréotypés des femmes et des hommes sont tellement ancrés dans notre société que la discrimination y est prégnante, minimalisée, voire normalisée. Le combat féministe d aujourd hui est un combat contre le sexisme ordinaire et culturel qui part du postulat que nous sommes par essence différents et que ces différences objectives justifient l inégalité des sexes. Etre féministe au XXIème siècle, c est aussi être conscient que les droits que l on prend aujourd hui pour acquis peuvent être remis en cause, tant à l étranger qu en Belgique. De par leur situation précaire sur le marché du travail, les femmes sont touchées de plein fouet par les mesures d austérité prises en Europe. Les pouvoirs publics doivent veiller à ce que les restrictions budgétaires ne mettent pas à mal les progrès accomplis en faveur de l égalité hommes-femmes en matière d emploi. S engager dans des mesures de relance, via l investissement dans des services d assistance aux personnes dépendantes pour permettre aux femmes de renforcer leur présence sur le marché du travail, a du sens. La crise actuelle est aussi une opportunité pour prendre des mesures structurelles, bénéfiques pour les finances des états et susceptibles de changer en profondeur notre société, comme l individualisation des droits sociaux et fiscaux. Différentes propositions concrètes sont soumises au débat. Elles visent à mettre fin aux discriminations sur le lieu de travail (via des mesures visant à lutter contre les discriminations liées à la grossesse et la maternité, à garantir l égalité de rémunération, à favoriser l emploi à temps plein, à lutter contre la ségrégation professionnelle et les discriminations multiples) ; stimuler le taux d emploi des femmes en instaurant de manière progressive l individualisation des droits pour les nouvelles générations ; faciliter la conciliation travail vie privée (via l investissement dans des structures d accueil de qualité pour la petite enfance et les écoliers, l élargissement des droits des pères au congé de paternité ; 9

11 lutter contre les stéréotypes de genre dès l école ; renforcer les structures et les instruments de promotion de l égalité (par le biais de législations punissant le sexisme et la systématisation de l analyse de genre dans les politiques publiques). Valérie VERZELE Vice-Présidente de l Institut pour l égalité des femmes et des hommes Institut Emile Vandervelde Bd de l Empereur, 13 B-1000 Bruxelles Téléphone : +32 (0) Fax : + 32 (02)

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être!

Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Cela fait bien longtemps que les pensions et les allocations

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER SOCIETAL. Retraite une question de genre?

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER SOCIETAL. Retraite une question de genre? Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER SOCIETAL Retraite une question de genre? Françoise KLEINBAUER France Retraite Corinne ESPIARD - Codifinance Sommaire Plantons le décor Quels rôles pour les

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 Conseil de l Europe Edition

Plus en détail

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION

RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION Annexe 2 (doc. IW/13/CM.08) RETOUR SUR LA RÉFORME DES ALLOCATIONS D INSERTION (an c i e n n e m e n t «a l l o c a t i o n s d a t t e n t e») D ici exactement 475 jours, le 1 er janvier 2015, 30.000 personnes

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres PROJET DE RAPPORT

Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres PROJET DE RAPPORT PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres 12.11.2014 2014/0000(INI) PROJET DE RAPPORT sur l égalité entre les femmes et les hommes au sein de l'union européenne

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section sécurité sociale CSSS/12/346 DÉLIBÉRATION N 12/117 DU 4 DÉCEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES CODÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011)

ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011) ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011) 76 INTRODUCTION En mai 2007, le Conseil général de l Essonne

Plus en détail

«Pas de nouveau gouvernement fédéral sans augmentation des allocations et des revenus au-dessus du seuil de pauvreté!» MÉMORANDUM COMMUN

«Pas de nouveau gouvernement fédéral sans augmentation des allocations et des revenus au-dessus du seuil de pauvreté!» MÉMORANDUM COMMUN RÉSEAU BELGE SUR LE REVENU MINIMUM () «Pas de nouveau gouvernement fédéral sans augmentation des allocations et des revenus au-dessus du seuil de pauvreté» MÉMORANDUM COMMUN APERÇU DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Editorial. Yvon Robert Maire de Rouen. Hélène Klein Adjointe au Maire en charge de la lutte contre les discriminations et des droits des femmes

Editorial. Yvon Robert Maire de Rouen. Hélène Klein Adjointe au Maire en charge de la lutte contre les discriminations et des droits des femmes 1 Editorial L égalité entre les femmes et les hommes est un droit fondamental. Ce droit est né des luttes qui ont été menées dans notre pays comme dans bien d autres, mais il reste un enjeu majeur tant

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Note de synthèse. Femmes, précarités et pauvreté en Région bruxelloise Rapport bruxellois sur l état de La pauvreté 2014

Note de synthèse. Femmes, précarités et pauvreté en Région bruxelloise Rapport bruxellois sur l état de La pauvreté 2014 OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL BRUXELLES OBSERVATORIUM VOOR GEZONDHEID EN WELZIJN BRUSSEL Femmes, précarités et pauvreté en Région bruxelloise Rapport bruxellois sur l état de La pauvreté 2014 Note

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

LOI POUR L EGALITE REELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

LOI POUR L EGALITE REELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES N 131 - SOCIAL n 50 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 16 décembre 2014 ISSN 1769-4000 L essentiel LOI POUR L EGALITE REELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La loi pour l égalité réelle entre

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Les jeunes et la précarité : mettre fin au bizutage social

Les jeunes et la précarité : mettre fin au bizutage social Les jeunes et la précarité : mettre fin au bizutage social Depuis plus d un an, la France est frappée par la crise économique et financière mondiale. Si les origines de cette crise sont connues et dénoncées

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

Égalité de rémunération pour un travail de même valeur. Professor Noreen Burrows University of Glasgow

Égalité de rémunération pour un travail de même valeur. Professor Noreen Burrows University of Glasgow Égalité de rémunération pour un travail de même valeur Professor Noreen Burrows University of Glasgow L égalité de rémunération dans le droit de l UE - contexte Article 119 du traité de Rome Chaque État

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011 RELATIF À LA

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le

MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le mode et la procédure de leur réalisation, sont régis

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/118 DÉLIBÉRATION N 14/063 DU 2 SEPTEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

Le temps partiel un moyen non discriminant pour favoriser la conciliation des temps de vie

Le temps partiel un moyen non discriminant pour favoriser la conciliation des temps de vie Fiches de bonnes pratiques des entreprises ayant obtenu le Label égalité femmes / hommes Le temps partiel un moyen non discriminant pour favoriser la conciliation des temps de vie Le temps partiel est

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

Dans quelle mesure la flexibilité du marché du travail permet-elle de favoriser l emploi?

Dans quelle mesure la flexibilité du marché du travail permet-elle de favoriser l emploi? Dans quelle mesure la flexibilité du marché du travail permet-elle de favoriser l emploi? Indice de LPE Indice de LPE pour les contrats pérennes Document 1. Indice de législation protectrice de l emploi.

Plus en détail

Demande de location d un logement

Demande de location d un logement Siège social : Rue Trieu Kaisin 70 6061 Montignies-sur-Sambre WEB : www.lasambrienne.be TEL : 071/272.000 MAIL : info@lasambrienne.be N Entreprise 0401.661.459 RPM Charleroi Demande de location d un logement

Plus en détail

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE 1 2 LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE L Europe est, particulièrement

Plus en détail

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet salariés-parents - 3 avril 2012 Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec

Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec QUÉBEC, LE 3 SEPTEMBRE 2009 Le réseau FADOQ présente aujourd hui son mémoire dans le cadre de la

Plus en détail

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip 133 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 17-21.10.2015 Conseil directeur CL/197/10c)-R.1 Point 10 6 octobre 2015 Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip c) 10 ème Réunion

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Nouvel élu? Solidaris vous informe

Nouvel élu? Solidaris vous informe Nouvel élu? Solidaris vous informe Mandataires politiques locaux et ASSURANCE MALADIE INVALIDITÉ Outre leur mandat politique, bon nombre de mandataires locaux exercent une autre activité comme travailleur

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants SPF Sécurité Sociale DG Indépendants NOTE CONCERNANT LE NOUVEAU STATUT DES CONJOINTS AIDANTS Depuis le 1er juillet 2005 les conjoints aidants doivent s'affilier au statut social complet (maxi-statut).

Plus en détail

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 Après avoir lu la circulaire, nous vous invitons à suivre le présent guide pour vous aider à remplir les différentes rubriques de votre (vos) formulaire(s) de

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Plan d Action pour des Parlements Sensibles au Genre

Plan d Action pour des Parlements Sensibles au Genre PARLEMENTS Plan d Action pour des Parlements Sensibles au Genre SENSIBLES AU GENRE Copyright UNION INTERPARLEMENTAIRE 2012 Tous droits réservés. Il est interdit de reproduire, transmettre ou stocker dans

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

Service juridique. Annexe 47 à la C.O. 949. Annule et remplace l'annexe 47 du 25.05.1999 à la CO 949

Service juridique. Annexe 47 à la C.O. 949. Annule et remplace l'annexe 47 du 25.05.1999 à la CO 949 Rue de Trèves 70 B-1000 Bruxelles Service juridique date 23.02.2005 votre réf. Annexe 47 à la C.O. 949 contact Marthe Didier attaché téléphone 02-237 20 97 02-237 21 12 Annule et remplace l'annexe 47 du

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne

Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF La présente publication est soutenue financièrement par le programme de l Union européenne pour l emploi et la solidarité sociale PROGRESS (2007-2013)

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés JAPON Nomenclature CHIHO-KOMUIN-KYOSAI CHIHO-KOMUIN-ONKYU CHIHO-KOMUIN-SAIGAI HOSYO CHIHO-KOKUMINN-KYOSAI- KYUGYO-KYUFU-TO IZOKU-NENKIN JIDEO-TEATE JIDO-FUYO-TEATE KOKKA-KOMUIN-KYOSAI KOKKA-KOMUIN-ONKYU

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/07/166 DÉLIBÉRATION N 07/062 DU 6 NOVEMBRE 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DU CADASTRE

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

L égalité entre les femmes et les hommes. Un pilier de la politique du Groupe PPE

L égalité entre les femmes et les hommes. Un pilier de la politique du Groupe PPE Commission des droits de la femme et de l égalité des genres au Parlement européen L égalité entre les femmes et les hommes Un pilier de la politique du Groupe PPE FR Chères citoyennes, chers citoyens

Plus en détail

CONSTAT N 2 : PLUS MAIGRE LA PENSION!

CONSTAT N 2 : PLUS MAIGRE LA PENSION! Novembre 2012. 15.681 S I G N E S RÉFLEXIONS ET ANALYS E DES PENSIONNÉS & PRÉPENSIONNÉS DU CEPA G SUR LA RÉFORME DES PENSIONS ET DES FINS DE CARRI ÈRE : CONSTAT N 2 : PLUS MAIGRE LA PENSION! Rosenfeldt

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail