JOURNÉE D ÉTUDE Assurance automobile : "Cadre juridique Et Gestion des risques" Compte Rendu

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JOURNÉE D ÉTUDE Assurance automobile : "Cadre juridique Et Gestion des risques" Compte Rendu"

Transcription

1 JOURNÉE D ÉTUDE Assurance automobile : "Cadre juridique Et Gestion des risques" Compte Rendu

2 Le Conseil National des Assurances a organisé le vingt juin 2012, { l hôtel le Mas des Planteurs, une journée d étude sur la thématique : «Assurance Automobile : Cadre juridique et maîtrise des risques». Cette journée d étude, dédiée au cadre juridique et { la gestion des risques automobiles, s adresse aux professionnels de l assurance et de l expertise automobile en vue de leur contribution { l enrichissement des deux thématiques exposées et de la démarche envisagée pour améliorer, développer et moderniser la gestion de la branche. Les objectifs assignés { cette journée d étude sont : Cerner la problématique de l équilibre de la branche auto et identifier les variables indispensables { l analyse de la sinistralité en vue d un programme de prévention ; Promouvoir la nécessité de la clarification des textes régissant l assurance automobile en vue de l élaboration d un Code algérien des assurances. Les travaux sont entamés par une allocution de M. BENBOUABDELLAH Abdelhakim, Secrétaire du CNA, qui souhaite la bienvenue aux invités et les remercie d avoir répondu nombreux { cette invitation ce qui montre l intérêt qu ils accordent au sujet. Il précise que la journée ne peut qu être prolifique tant l importance de la thématique de l assurance automobile n est plus { relever et est partagée par l ensemble des acteurs du marché national. C est ainsi qu il souhaite plein succès aux travaux de cette journée d étude. La parole est donnée ensuite à Melle BELKESSAM, Chef de Division Normalisation et Prévention au CNA qui, à son tour, adresse { l assistance présente ses sincères salutations et ses remerciements pour être venue prendre part aux travaux de la journée. Elle précise que, tenant compte des impératifs auxquels sont confrontés les gestionnaires de la branche automobile, le secrétariat permanant du Conseil National des Assurances, qui avait programmé une série de réunions de concertations a opté pour l organisation d une journée d étude autour des deux thématiques. Suite à cela, elle présente le programme de la journée et explique que les travaux sont organisés sous forme de plénière (exposé des thématiques et débat), durant la matinée, suivie de deux ateliers en après-midi : 1 er atelier : «Relecture des textes du cadre juridique de l assurance automobile : vers la construction d un Code algérien des assurances ; 2 ème atelier : «la maîtrise du risque au cœur de l équilibre de la branche automobile.» Elle insiste sur les suites attendues des travaux et sur l importance des débats, notamment ceux prévus dans l après midi lors des ateliers. Elle présente aussi les deux cadres intervenants du CNA, à savoir : M. MAMERI Nourreddine pour la première thématique intitulée : «Gestion des risques automobiles au cœur de l équilibre de la branche» et M. ARSOULI Mohamed pour la seconde qui porte sur le projet de Code des assurances et la problématique de clarification des textes «auto». La communication de M. MAMERI porte sur la «Gestion des risques automobiles au cœur de l équilibre de la branche. Elle a pour problématique l équilibre de la branche par l identification des variables indispensables { l analyse de la sinistralité nécessaire { l élaboration d un programme de mesures par enquête sondage et de définir un programme de prévention et de maîtrise des risques. 2

3 M. MAMERI explique que ce projet trouve son ancrage dans l une des résolutions des travaux de la commission de prévention ayant élaboré un document relatif à la définition d un programme d actions de soutien { la prévention et { la gestion des risques validé par la Commission de Développement et d Organisation du Marché en décembre Il déroule ensuite la méthodologie de son intervention axée sur quatre points à savoir, dans l ordre : 1/ Recueil des textes régissant la circulation routière distribué sur un CD comme documentation, qui pourrait être exploité pour la mise à jour des textes régissant l assurance automobile; 2/ Processus de collecte d informations et de son intérêt, qui met en exergue l utilité d un travail de synergie entre institutions et d une consolidation globale des informations; 3/ Synthèse des résultats de la branche automobile sur une décennie avec un zoom détaillé sur l année 2010 et le calcul de ratios pour mettre en évidence les points forts et les points à améliorer ; 4/ Analyse descriptive et analytique des facteurs accidentogènes principalement des variables qui rentrent dans la détermination du tarif responsabilité civile. Il ressort de l exposé que la problématique de la sinistralité automobile est complexe et systémique du fait qu elle résulte du triptyque : Homme, véhicule et environnement. En guise de conclusion, M. MAMERI fait le constat que, contrairement à la disponibilité des variables explicatives des causes de la sinistralité corporelle qui peuvent être exploitées pour redéfinir et ajuster la tarification et la prévention, la sinistralité dommages demeure orpheline en matière de disponibilité de variables explicatives, objet des travaux d atelier de l après midi. M. ARSOULI enchaîne directement en présentant la deuxième thématique qui porte sur le projet de Code des assurances et la problématique de clarification des textes «auto». L objectif attendu est de promouvoir la nécessité de la clarification des textes régissant l assurance automobile, en vue de l élaboration d un Code algérien des assurances. Il présente aux participants le plan d approche du sujet constitué de trois (03) parties dans l ordre logique suivant : 1) La première partie retrace les origines et l évolution de l idée du projet de code qui résulte de la profusion de la matière juridique régissant la matière d assurance constatée lors des travaux permanents de veille juridique et de la recherche continuelle d une meilleure diffusion de l information juridique en termes d accessibilité, de lisibilité et de fluidité. M. ARSOULI précise que des échanges engagés avec la direction de la codification et de l information juridique du Secrétariat Général du Gouvernement ont abouti { un soutien au projet et à une entière disponibilité { apporter l éclairage nécessaire aux travaux { entreprendre. 2) La seconde partie est consacrée au choix de la branche automobile comme premier chantier. Ce choix s explique d une part par la nécessaire adaptation des textes régissant l assurance auto au contexte actuel notamment par le rapprochement avec ceux relatifs à la sécurité routière et la sécurité sociale. 3

4 D autre part la recommandation issue des travaux de mise en œuvre du Programme de Réduction des Délais P.R.D. a mis en exergue l urgence d entamer la révision totale de l ordonnance modifiée et complétée en y intégrant les dispositions non introduites par voie réglementaire et de regrouper toute la matière juridique relative { l assurance automobile dans un seul texte exhaustif. ; M. ARSOULI précise que la commission juridique du CNA recommande pour sa part d inscrire, dans le cadre du projet de Code des assurances, la clarification de la matière juridique régissant l assurance automobile et d approfondir la réflexion sur le projet en concertation avec les professionnels de l assurance. 3) La troisième partie consiste en un exposé de l approche méthodologique préconisée et qui se présente en quatre (04) étapes: 1 ère étape : Phase préparatoire (interne CNA) : clarification, enrichissement, actualisation, restructuration /repositionnement ; 2 ème étape : Phase de concertation avec les professionnels : débats, examens, enrichissement et validation ; 3 ème étape : Phase de regroupement des textes validés suivant une thématique définie ; 4 ème étape : Phase de consolidation globale des travaux dans un seul corpus. Après ces deux exposés, Melle BELKESSAM, Chef de Division Normalisation et Prévention, remercie les intervenants et invite l assistance 1 à prendre la parole pour débattre des deux thématiques et émettre d éventuels avis et suggestions pour l enrichissement de ce travail. A l unanimité, les participants ont tous témoigné de l intérêt des thèmes présentés et de la pertinence des deux problématiques. Un débat fructueux s en est suivi et les principaux échanges de points de vue sont ainsi présentés: Volet Gestion des Risques et Equilibre de la Branche Les participants ont relevé la nécessité de : Prendre en compte les statistiques relatives aux causes d accidents matériels ; Concevoir une base de données centralisée des statistiques des dommages matériels pour envisager l option de leur exploitation dans la détermination des tarifs; Etablir un comparatif de la branche automobile avec les pays voisins et autres pour en tirer plus de renseignements ; Actualiser les variables permettant l équilibre du risque obligatoire (RC) et des garanties facultatives ; Aller vers des pratiques de gestion des risques corporels et matériels plus saines; Mettre en place un dispositif d informations statistiques qui permettra l équilibre par garantie ; Préserver l équilibre de la branche qui ne doit s établir ni au dépend des garanties facultatives ni des bons conducteurs; Moraliser les souscripteurs de garanties tierces dans la désignation de la partie adverse et asseoir une franchise pour limiter le volume des déclarations ; Identifier les critères de la gestion des risques pour aller vers la maîtrise des paramètres de tarification ; Généraliser le principe de bonus/malus dans le cadre des garanties facultatives ; 1 Liste de l assistance présente à la plénière en annexe. 4

5 Analyse de l impact des réductions et remises sur l équilibre de la branche ; S engager dans des programmes de prévention { l instar des autres organismes et faire de la prévention l élément essentiel de la démarche sensibilisation et de vulgarisation des conducteurs aux risques routiers. Volet cadre juridique Les intervenants ont axé essentiellement sur l intérêt de réviser : Le barème des indemnités et des postes préjudices indemnisables. Les intervenants soulignent la pauvreté de la nomenclature des postes de préjudices indemnisables annexée { l ordonnance qui ne prend pas en charge certains aspects dont souffre la victime tels : l aménagement de l espace vital ou professionnel et les préjudices entrainant impossibilité de procréation ou pour pallier { certaines incohérences comme l indemnisation en cas de décès. En effet, et suivant le barème actuel, l indemnité allouée aux parents d une personne mineure (> 16 et < 19) est plus importante que celle qui leur serait attribuée si la victime était majeur (non marié et sans enfants); le système «no fault» en visant la détermination de la responsabilité civile de l ensemble, y compris le piéton dans certains cas ; Certains participants ont évoqué le conflit entre la souveraineté du magistrat et le procès verbal des autorités ainsi que les difficultés rencontrées dans l exploitation de ces derniers. Avant de lever la séance de la plénière, Melle BELKESSAM a apporté des éléments de réponse aux différentes questions posées. Elle rappelle les résultats des travaux engagés en concertation avec les professionnels de la branche qui ont abouti à un programme de réduction des délais d indemnisation dont la mise en œuvre est entamée. Elle cite comme exemple l élaboration d un projet de texte modifiant le décret qui vise justement l amélioration du PV des autorités en fluidifiant les procédures de manière { favoriser le règlement amiable. Les participants sont ensuite invités à approfondir ces questions au cours des travaux d ateliers. L inscription pour l un des deux ateliers de l après midi s est faite en séance plénière avant sa clôture pour le déjeuner. 5

6 T R A V A U X D A T E L I E R S ATELIER N 1 : «CADRE JURIDIQUE DE LA BRANCHE AUTOMOBILE» Animé par M. ARSOULI Mohamed et assisté par M lle BELKESSAM, qui a assuré en alternance les travaux des deux (02) ateliers, cet atelier a regroupé plus d une quinzaine 2 de participants. Après les présentations des participants, le thème de l atelier «relecture des textes du cadre juridique de l assurance automobile : vers la construction d un Code algérien des assurances et l objectif qui lui est assigne { savoir l examen et l adoption de la méthodologie préconisée pour la révision des textes régissant l assurance automobile sont rappelés. L animateur de l atelier aborde dans un premier temps la restitution de la méthodologie soumise { l examen, laquelle constituée de quatre phases principales : lecture analytique de chaque disposition du corpus régissant l assurance automobile, afin d en apprécier l intérêt juridique et la nécessité ou non de sa révision ; concertation : les travaux de la première phase sont soumis à enrichissement ; regroupement des textes automobile : révisées et clarifiées, les dispositions régissant l assurance automobile et le régime indemnitaire seront regroupées en un seul texte en respectant un ordre thématique et hiérarchique (législatif / réglementaire). consolidation de toute la matière obtenue dans le Code des assurances. L animateur met en évidence l intérêt et la spécificité de chacune des phases soumises { l appréciation des participants { l atelier. Les échanges d idées et discussions ont porté essentiellement sur deux volets : L approche méthodologique ; la nature l ampleur de la révision. Approche méthodologique Les intervenants ont : exprimé leur accord quant à la méthodologie préconisée ; proposé d entamer la concertation dès la première phase en transmettant leurs propositions par s ; 2 Liste des présents en Annexe N 2. 6

7 convenu de la mise en commun des différentes contributions au moyen d une synthèse qui sera transmise aux participants Retenu le principe de rencontres ponctuelles pour statuer et valider les résultats des travaux d étapes. Nature et ampleur de la révision Concernant cet aspect, les participants se sont penché essentiellement sur la détermination de leur périmètre d intervention et ont exprimé des interrogations relatives aux axes qui feront l objet de révision : le principe «no fault» et la généralisation des indemnités ; le barème des indemnités, les postes préjudices indemnisables et leur extension ; l incapacité au travail pour l enfant en congé scolaire ; le champ d intervention du FGA et sa citation devant les juridictions civile et pénale etc. A ces questionnements, M. ARSOULI réplique qu { ce stade du projet de code, il n est question ni de refonte ni de réforme et que ce qui est attendu se rapporte essentiellement à la clarification, l actualisation et l enrichissement de la matière actuelle pour une meilleure compréhension et application. Mlle BELKESSAM explique aussi qu en plus de ces actions, toute initiative reste évidemment la bienvenue. Les propositions seront soumises { l avis des participants et pourront faire l objet de recommandations. Recommandation de l atelier «Relecture des textes du cadre juridique de l assurance automobile : vers la construction d un code algérien des assurances» : Les professionnels de l assurance automobile, après un fructueux débat sur la clarification, et l actualisation de la matière juridique régissant les assurances et sur le choix de la branche automobile comme premier chantier du projet de Code, approuvent la méthodologie préconisée et conviennent de contribuer, par tous moyens, à l enrichissement des travaux du Secrétariat permanent du CNA. 7

8 ATELIER N 2 : «LA MAITRISE DU RISQUE AU CŒUR DE L EQUILIBRE DE LA BRANCHE AUTOMOBILE» L atelier n 02, animé conjointement par Melle BELKESSAM et M. MAMERI, a regroupé des représentants 3 des sociétés d assurances et d expertise chargés de la gestion du risque automobile (gestion sinistre). Après présentations des participants, M. MAMERI fait un bref rappel du plan méthodologique du projet et expose quelques diapositives relatives à la sinistralité en valeur, en volume, l analyse spatiale et temporelle de l accidentologie. L accent est mis sur le rôle positif des pouvoirs publics dans le domaine et leur engagement dans les réformes du Code ; des résultats perceptibles sont obtenus d où l intérêt des assureurs d identifier les variables nécessaires pour définir des actions de préventions adaptées. Un tour de table a permis à chaque participant de présenter son avis sur le thème de l atelier et de proposer des actions { entreprendre pour : assurer l équilibre de chaque garantie sur la base du ratio sinistre { prime ; une maîtrise des risques ; inculquer la culture d assurance aux chefs d entreprises et les sensibiliser à mieux appréhender la prévention des risques. Les interventions ont principalement convergé autour de la nécessité de : revoir à la hausse le taux appliqués du bonus et malus ; trouver des solutions palliatives pour mettre la main mise sur les normes de sécurité (Gillet, triangle, ); redéfinir et intégrer de nouveaux paramètres (variables) dans la révision du calcul de la RC (pour une tarification adéquate) ; généraliser le principe du bonus/malus aux garanties facultatives ; mettre en place un protocole d accord inter compagnies pour exiger la fiche de sinistres dans la mesure où un souscripteur change de compagnie ; généraliser la visite du véhicule quelque soit la nature du contrat souscrit; élargir le principe du zonage à plus de deux tel que limité actuellement ; moraliser les souscripteurs de la garantie tous risque par l augmentation de la franchise et parfois même aller jusqu { l identification de la partie adverse ; tenir compte d un ensemble de variables pour le calcul de la prime tous risques qui ne tient en compte, actuellement, que la valeur du véhicule, voir même l étendre pour d autres garanties dommages ; revoir l assiette de calcul de la prime bris-de glace ; s entendre sur la fourchette du taux de remise pour ne pas nuire { l équilibre de la branche et limiter la concurrence à la qualité de la prestation ; 3 Liste des présents en ateliers N 2 en annexe 3. 8

9 prendre en considération l activité de location de voiture qui a prospéré ces dernières années et mettre des mesures pénalisantes à ces professionnels qui ne déclarent leurs activités qu au moment du sinistre ; solutionner le problème des véhicules techniquement réformés et plafonner la valeur d indemnisation des véhicules économiquement réformés ; rendre obligatoire le certificat de conformité de contrôle technique au moment de la souscription du contrat ; A partir des différentes suggestions émises, deux axes sont identifiés : Redéfinir le principe de calcul des primes par garanties ; Définir et mettre en place des actions de prévention. Recommandation de l atelier «La maitrise du risque au cœur de l équilibre de la branche automobile» : Les professionnels de l assurance et de l expertise automobile, réunis en atelier, ont traité de la sinistralité de la branche et des différents moyens de la réduire. Ils recommandent les actions suivantes : 1. En vue d assurer l équilibre technique de la branche : Mettre en place une base de données des causes des sinistres dommages ; Elaborer un questionnaire en vue d un sondage par enquête pour identifier les variables sinistre ; Redéfinir les paramètres de détermination de calcul de la prime ; 2. En vue d un accompagnement et d un programme d actions de maîtrise des risques : Mettre en place un protocole d accord inter-sociétés pour les remises accordées ; Etendre le principe du bonus malus aux garanties facultatives ; Rendre effective l obligation de présentation de la fiche sinistre en cas de changement de sociétés d assurances ; Généraliser la visite préalable du véhicule quelque soit le type de contrat souscrit ; Instaurer l obligation de présentation de l attestation de conformité du contrôle technique au moment de la souscription du contrat d assurance. 9

10 Annexe N 1 : Liste des invités à la journée d étude. Organisations, institutions ou N Nom- Prénom corporation représenté 1 SMAÏN BOUDRIES U.A.R 2 YOUSSEF BERRANEN C.A.A.T 3 ALI BELAKHAL 4 TASSADIT NEHAB S.A.A 5 HAMZA ARBANE 6 MOHAMED MEHDANE C.A.A.R 7 DALAL ZIANI C.C.R 8 DJAMEL EDDINE DJEBARRA 9 SAMIR MAMMA 10 MOURAD KHELOUT 11 RABAH LOUNAS C.A.S.H E.X.A.C.T 12 ABDERRAHMEN ALILAT E.X.A.L 13 ABDELHAKIM ZEMZOUM 14 MALIKA GHERNOUTI B.S.T 15 MOHAMED BECHEUR 16 CHANEZ YAKOUBEN 17 MOHAND OUTABET ABDI 18 ZOHEIR KEBRI 19 MOHAMED BENARBIA C.N.M.A 2 A S.A.L.A.M.A 20 ISMAHANE SABRI 21 KELTOUM AOUADI 22 MOHAMED DENIDINA C.I.A.R 23 TAYEB YAHI G.A.M 24 RACHID MOHAMED MEDJDEN ALLIANCE 25 MADJID MAHMOUDIA 26 RATIBA AKROUCHE A.X.A Etaient absents : N Nom- Prénom 27 Abderahman KHOUKHI 28 Abelazizi HIRECHE 29 Karim GUECHOUD 30 Oualid OUSELMAN Organisations, institutions ou corporation représenté M.A.A.T.E.C. TRUST 31 Nour el Fidha MAHIAOUI C.A.A.R. 10

11 Au titre du secrétariat permanent du CNA : - Abdelhakim Benbouabdellah - Hakima Belkessam - Nourddine Mameri - Mohamed Arsouli - Mohamed El Amine Barkat - Farida Fates - Younes Hamidouche - Moufida Attouchi - Amel Rezzik - Salima Benbourenane - Nacer Atmani - Chakib Cherifi - Samir Messaoudi - Walid Mazou - Youcef Hemimed - Smail Ghezal 11

12 Annexe N 2 : Liste des présents aux travaux d atelier N 1 N Nom- Prénom Organisations, institutions ou corporation représenté 1 BELAKHAL ALI C.A.A.T 2 ZIANI DALAL C.C.R 3 BECHEUR MOHAMED C.N.M.A 4 KEBRI ZOHEIR 2.A 5 BENARBIA MOHAMED S.A.L.A.M.A 6 DENIDINA MOHAMED C.I.A.R 7 MAHMOUDIA MADJID A.X.A 8 MEHDANE MOHAMED C.A.A.R 9 MAMMA SAMIR C.A.S.H 10 ARBANE HAMZA S.A.A 11 YAHI TAYEB G.A.M 12 MEDJDEN MOHAMED RACHID ALLIANCE Au titre du SP-CNA - Mlle. Hakima Belkessam - Mme. Fates Farida - Mlle. Attouchi Moufida - M. Barkat Mohamed Al Amine - M. Atmani Nacer - M. Arsouli Mohamed 12

13 Annexe N 3 : Liste des présents aux travaux d atelier N 2 N Nom- Prénom Compagnie 1 Mme. AOUADI KELTOUM C.I.A.R 2 M. ABDI MOHAMED OUTABET 2.A 3 Mme. YAKOUBEN CHAHINEZ C.N.M.A 4 M.BERRANEN YOUSSEF C.A.A.T 5 Mme. SABRI ISMAHANE S.A.L.A.M.A 6 M. BOUDRIES SMAIL U.A.R 7 Mme. AKLOUCHE RATIBA A.X.A 8 10 M. ZEMZOUM ABDELHAKIM M. ALILAT ABDERRAHMENE E.X.A.L 11 M.KHELOUT MOURAD S.A.E 12 M. LOUNAS RABAH S.A.E 13 Mme. NEHAB TASSADIT S.A.A 14 M. DJEBARRA DJAMEL C.A.S.H Au titre du SP-CNA - Mlle. Hakima Belkessam - M. Nourredine Mameri - M. Younes Hamidouche - M. Cherifi Chakib - M. Walid Mazou. DOCUMENTS DISTRIBUES Dépliant- programme ; Trois CD-ROM : 1- CD 1 : spécial journée d étude contenant : - Un recueil des textes régissant la circulation routière, le permis de conduire et le contrôle technique automobile ; - Un recueil de textes législatifs et réglementaires régissant l assurance automobile ; - Les notes méthodologiques des deux thématiques exposées. 2- CD 2 : compilation des ordonnances : 95-07, 03-12, 96-06, ; 3- CD 3 : glossaire des assurances (version en langue française). 13

Deuxième problématique. Projet de code des assurances : Comment simplifier et clarifier les textes régissant l assurance automobile?

Deuxième problématique. Projet de code des assurances : Comment simplifier et clarifier les textes régissant l assurance automobile? Deuxième problématique Projet de code des assurances : Comment simplifier et clarifier les textes régissant l assurance automobile? Plan 1 ère partie: Origine et évolution de l idée du code 2 ème partie:

Plus en détail

SEMINAIRE-ATELIERS "ASSURANCE, MAÎTRISE ET RÉDUCTION DU RISQUE" Compte Rendu

SEMINAIRE-ATELIERS ASSURANCE, MAÎTRISE ET RÉDUCTION DU RISQUE Compte Rendu SEMINAIRE-ATELIERS "ASSURANCE, MAÎTRISE ET RÉDUCTION DU RISQUE" Compte Rendu Le Conseil National des Assurances a organisé le dix neuf (19) décembre 2011, à l hôtel El-Riadh, un séminaire atelier sous

Plus en détail

JOURNÉE D ÉTUDE Assurance de Personnes : "Réalité et perspectives" Compte Rendu

JOURNÉE D ÉTUDE Assurance de Personnes : Réalité et perspectives Compte Rendu JOURNÉE D ÉTUDE Assurance de Personnes : "Réalité et perspectives" Compte Rendu Dans le cadre de son programme d actions pour l année 2012, le Conseil National des Assurances a tenu, le dix-huit décembre

Plus en détail

Première problématique. Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile?

Première problématique. Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile? Première problématique Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile? Introduction Problématique Méthodologie : Plan de communication - Recueil des textes

Plus en détail

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS

FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS FORMATION DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL AU CHSCT 5 JOURS Durée : Participants : Public : Pré-requis : 5 jours (effectif > 300 pers) 4 à 9 personnes Membres du CHSCT Délégués du personnel investis des

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

Réparation du préjudice corporel en Algérie

Réparation du préjudice corporel en Algérie Réparation du préjudice corporel en Algérie Communication en deux parties: 1. Le cadre institutionnel 2. L expertise médicale Première partie Le cadre institutionnel Introduction 1. La réparation du préjudice

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques soumises à l Ordonnance du 23 juillet

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE

NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE Novembre 2013 I. INTRODUCTION : L obligation d assurance automobile, apparue en 1958 -durant l ère coloniale-, a été reconduite après l indépendance. C est en 1974 que le législateur

Plus en détail

REFORME DE LA REGLEMENTATION SUR L INDEMNISATION DU PREJUDICE CORPOREL: POINT DE VUE DE LA CIMA

REFORME DE LA REGLEMENTATION SUR L INDEMNISATION DU PREJUDICE CORPOREL: POINT DE VUE DE LA CIMA REFORME DE LA REGLEMENTATION SUR L INDEMNISATION DU PREJUDICE CORPOREL: POINT DE VUE DE LA CIMA Présenté par Adolphe Ouédraogo, Chef de Brigade à la CIMA 37éme Assemblée Générale de la FANAF Yaoundé, du

Plus en détail

AVIS A.1028 AVIS RELATIF AU SUIVI DE L ÉVALUATION DES AIDES À LA PROMOTION DE L EMPLOI

AVIS A.1028 AVIS RELATIF AU SUIVI DE L ÉVALUATION DES AIDES À LA PROMOTION DE L EMPLOI AVIS A.1028 AVIS RELATIF AU SUIVI DE L ÉVALUATION DES AIDES À LA PROMOTION DE L EMPLOI Adopté par le Bureau du CESRW le 14 mars 2011 2 DOC.2011/A.1028 RÉTROACTES Le 22 avril 2010, le Gouvernement wallon

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage Master en Sciences de l éducation Règlement du stage adopté par le Conseil de Département des Sciences de l éducation, dans sa séance du 26.03.2015 1. Contexte Le module «Développement professionnel» du

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------------------

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 14/2009/CM/UEMOA PORTANT INSTITUTION ET ORGANISATION D UN SYSTEME D INFORMATION SUR LES ACCIDENTS

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66. Paris, le 22 janvier 2015 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Paris, le 22 janvier 2015 La CNPTP en bref La Commission Nationale Paritaire Technique de Prévoyance (CNPTP) pilote le régime mutualisé de prévoyance des personnels

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Réparation du Préjudice Corporel. Présenté par Mr LATTER CAAR

Réparation du Préjudice Corporel. Présenté par Mr LATTER CAAR Réparation du Préjudice Corporel Présenté par Mr LATTER CAAR - La Procédure d indemnisation à l amiable. a pour but de réduire les délais d indemnisation et de garantir une réparation suffisante et équitable.

Plus en détail

Statistiques sur la sécurité routière et l indemnisation des dommages corporels

Statistiques sur la sécurité routière et l indemnisation des dommages corporels Statistiques sur la sécurité routière et l indemnisation des dommages corporels Laurent Carnis Chargé de Recherche IFSTTAR AME DEST Conseil National de l Information Statistique Ministère de l Economie

Plus en détail

SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L ORÉE DE LA BRIE

SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L ORÉE DE LA BRIE Communauté de communes Brie-Comte-Robert Chevry-Cossigny Servon 1 place de la gare 77170 Brie-Comte-Robert : 01 60 62 15 81 : communaute@loreedelabrie.fr SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA LOI SUR L EXAMEN PUBLIC DES ACTIVITÉS DES CORPORATIONS DE LA COURONNE ET L OBLIGATION

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE AMRAE 28 JUIN 2013 COMMENT VOYEZ VOUS L EXPERTISE «RC»? COMMENT VOYEZ VOUS

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC

II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC 1. RECOMMANDATIONS pour l épreuve E4 en CCF II. Modalités de mise en œuvre du CCF pour l épreuve E4 et E6 du BTS TC E4 : Négociation technico-commerciale (coef 4) SITUATION 1 SITUATION 2 Compétences C111

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Protocole. TRC/RC Maître d ouvrage Dommages Ouvrage/CNR. Syndic de copropriétés Administrateur de biens

Protocole. TRC/RC Maître d ouvrage Dommages Ouvrage/CNR. Syndic de copropriétés Administrateur de biens 2, avenue Jeanne 92600 ASNIERES SUR SEINE Tél. : 01.42.85.33.33 - Fax : 01.42.85.33.43 e-mail : info@rcb.fr Protocole TRC/RC Maître d ouvrage Dommages Ouvrage/CNR Syndic de copropriétés Administrateur

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 213 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 213 Bilan intermédiaire Le bpa a remis son rapport sur la formation en deux phases avec les résultats de son évaluation au printemps

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) -------------

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) ------------- UNIVERSITE DE SOUSSE TERMES DE REFERENCE Projet d appui à la qualité (Capacité de Gestion) Formation des cadres de l Université de Sousse Dans le domaine de la Gestion Financière des Établissements Publics

Plus en détail

La transaction amiable, Procédures et indemnisation. Brahim KOBBI FTUSA

La transaction amiable, Procédures et indemnisation. Brahim KOBBI FTUSA , Procédures et indemnisation Brahim KOBBI FTUSA Introduction Les préjudices indemnisables Les modes d indemnisation L indemnisation amiable Conclusion 2 Introduction L assurance automobile est désormais

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

Economie des Transports

Economie des Transports «Economie des Transports». Vision Macro et Stratégique La formation se situe au niveau des relations entre Transports, Territoires et Société. Différentes matières sont interactives comme celles en relation

Plus en détail

LexisNexis Compliance Assurance

LexisNexis Compliance Assurance LexisNexis Compliance Assurance La nouvelle solution opérationnelle pour piloter et sécuriser votre gestion de la conformité Exhaustivité des normes assurance Diagnostic et aide à la décision Tableaux

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Répartition de l ensemble des structures présentes

Répartition de l ensemble des structures présentes Bilan Demi-journée de réflexion et d échanges de pratiques «Sexualité et Handicap» Date Mardi 30 Juin 2009 Lieu Heure Nombre de participants 43 Type de structures présentes Professionnels CoDES 13 présents

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS

REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS Janvier 2010 1/5 Règlement d utilisation des véhicules de service affectés 1) Conditions générales d utilisation La mise à disposition et l utilisation

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

CHSCT REGION HAUTE NORMANDIE DU 01/06/2015

CHSCT REGION HAUTE NORMANDIE DU 01/06/2015 CHSCT DU 01/06/ RELEVE DE CONCLUSIONS CHSCT REGION HAUTE NORMANDIE DU 01/06/ RELEVE DE CONCLUSIONS Informations préalables Adoption PV CHS du 16/03/ Bilan 2014 du Programme Annuel de Prévention des Risques

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Travail, de l Emploi, et de la Sécurité Sociale Allocution de Monsieur Mohamed EL GHAZI Ministre du Travail, de l Emploi et de la Sécurité Sociale

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie

Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie REPUBLIQUE TUNISIENNE INSTANCE NATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS DE TUNISIE CONSULTATION N 15/2013 Analyse du marché de fourniture en gros de services Internet (haut débit et très haut débit) en Tunisie

Plus en détail

ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NOTE D'INFORMATION

ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NOTE D'INFORMATION MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Direction générale des collectivités locales SDELFPT Bureau FP3 Paris, le NOTE D'INFORMATION relative à la mise en œuvre, dans la fonction publique

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

En partenariat avec RH & organisation

En partenariat avec RH & organisation En partenariat avec RH & organisation FORMATION D EVALUATEUR EXTERNE EN ETABLISSEMENT SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL PROGRAMME PEDAGOGIQUE 3 e promotion 2012/2013 ESTES -3 rue Sédillot BP 44 67065 STRASBOURG

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

Comment réussir ce rendez-vous annuel?

Comment réussir ce rendez-vous annuel? Direction des Ressources Humaines Guide pratique de l évaluateur pour L Entretien Annuel Campagne 2011 Comment réussir ce rendez-vous annuel? 1 1. L entretien annuel, qu est- ce que c est? Un temps de

Plus en détail

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT 30 mars - 1 er avril 2015 ESPACE LATRILLE EVENTS, ABIDJAN RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE La 4 ème session plénière

Plus en détail

FICHE D EVALUATION 2011-2012

FICHE D EVALUATION 2011-2012 COUR DE CASSATION FICHE D EVALUATION 2011-2012 Nom : Nom d usage : Prénom Situation de famille : Fonctions exercées : Juridiction : DESCRIPTION DE L ACTIVITE DU MAGISTRAT (à remplir par l évaluateur dans

Plus en détail

DOCUMENT DE DISCUSSION. Projet de programme pour la profession d experts comptables 2012 2020

DOCUMENT DE DISCUSSION. Projet de programme pour la profession d experts comptables 2012 2020 1 DOCUMENT DE DISCUSSION Projet de programme pour la profession d experts comptables 2012 2020 75 mesures pour faire rentrer la profession au 21 ème siècle (Sfax, le 30 janvier 2012) 1. Stratégie globale

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

L Administration en ligne à l ANCFCC

L Administration en ligne à l ANCFCC L Administration en ligne à l ANCFCC M. EL MAKHCHOUNI, M. EL BATANE and Mme LYCER, Maroc Mots cles: Administration en ligne, e-government, Consultation à distance, e-foncier, e- cadastre, e-carto. RESUME

Plus en détail

Programme SAGE. Appel à proposition de projets pédagogiques. 1. Le programme SAGE SAGEFOR-C-001 SOMMAIRE 1. LE PROGRAMME SAGE... 1

Programme SAGE. Appel à proposition de projets pédagogiques. 1. Le programme SAGE SAGEFOR-C-001 SOMMAIRE 1. LE PROGRAMME SAGE... 1 Programme SAGE Appel à proposition de projets pédagogiques SOMMAIRE 1. LE PROGRAMME SAGE... 1 2. LE VOLET PÉDAGOGIQUE DU PROGRAMME SAGE... 2 2.1. LE CONTEXTE... 2 2.2. VISIBILITÉ... 2 2.3. QUELQUES IDÉES

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

R E G L E M E N T D U C O M P T E E P A R G N E T E M P S

R E G L E M E N T D U C O M P T E E P A R G N E T E M P S R E G L E M E N T D U C O M P T E E P A R G N E T E M P S Modifié par : Loi du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique Décret du 20 mai 2010 modifiant

Plus en détail

Diagnostics RePèreS. WellScan ID RePèreS Orientation ID RePèreS Action. Présentation générale. Finalités. Livrables. Page 1

Diagnostics RePèreS. WellScan ID RePèreS Orientation ID RePèreS Action. Présentation générale. Finalités. Livrables. Page 1 Diagnostics RePèreS WellScan Présentation générale Finalités Livrables Baromètre du stress en ligne A l échelle individuelle, il est destiné à : mieux comprendre son état de stress prendre conscience de

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

LA POLITIQUE DE PROTECTION SOCIALE EN MATIERE DE COUVERTURE MALADIE: ETAT DE MISE EN ŒUVRE

LA POLITIQUE DE PROTECTION SOCIALE EN MATIERE DE COUVERTURE MALADIE: ETAT DE MISE EN ŒUVRE LA POLITIQUE DE PROTECTION SOCIALE EN MATIERE DE COUVERTURE MALADIE: ETAT DE MISE EN ŒUVRE Introduction L extension progressive de la protection sociale àtoute la population est un des axes majeurs de

Plus en détail

Prévenir les nuisances futures

Prévenir les nuisances futures 4877 Prévenir les nuisances futures BILAN D ACTIVITÉ 2000 q 2005 50 51 52 53 54 Sensibiliser les professionnels aux nuisances sonores Réviser les Plans d Exposition au Bruit (PEB) Créer une zone D Réfléchir

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Avis du 13 janvier 2015 VERSION FINALE Avis du Comité consultatif du secteur financier sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Lors de la réunion d installation du Comité consultatif

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés)

FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) FORMATION INITIALE DES MEMBRES DU CHSCT (Établissements de moins de 300 salariés) Préambule Le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) s'impose de plus en plus comme un acteur

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ASSURANCE CASABLANCA, Mercredi 15 avril 2015 Messieurs les Présidents,

Plus en détail

Procédure de gestion du parc automobile

Procédure de gestion du parc automobile Service AEMO PARC AUTOMOBILE Procédure de gestion du parc automobile 1. Choix du garagiste 2. Organisation des révisions routinières 3. Remplacement lié à l usure des pièces moteur 4. Gestion des pannes

Plus en détail

LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES. Création d'un Fonds de Garantie des Assurés

LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES. Création d'un Fonds de Garantie des Assurés LES FONDS LIES AU SECTEUR DES ASSURANCES Création d'un Fonds de Garantie des Assurés Loi n 2000-98 du 31 décembre 2000 portant loi de finances pour l année 2001 (1). Article 35 Est crée un fonds intitulé

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS

Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS Room document FR orig. SOLVABILITE 2 POINT SUR LES TRAVAUX EN COURS 1. Rappels : Objectif et organisation du projet L objectif du projet Solvabilité 2 est d effectuer une révision de l ensemble des règles

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU REPRESENTANT DU PERSONNEL AU CHSCT (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Annexe 8 Référentiel de formation

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 PROJET DE DÉCRET 328 (2015-2016) N 3 328 (2015-2016) N 3 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 1 ER DÉCEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération entre la Communauté française, la Région wallonne

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE. LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email...

CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE. LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email... CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE Entre les soussignés : LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email... Et L ASSISTANT A MAITRISE D OUVRAGE Représenté par :...

Plus en détail

Charte de partenariat Risque Routier Professionnel

Charte de partenariat Risque Routier Professionnel Charte de partenariat Risque Routier Professionnel Entre : La CRAM XXX représentée par et La Préfecture du département YY représentée d'une part, et L entreprise ZZ représentée par d autre part. Il est

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE DEFINITION DE POSTE DIRECTION : Direction des Ressources et des Relations Humaines MISSIONS DU SERVICE Mise en oeuvre de la politique de gestion des Ressources Humaines auprès du Conseil Général de la

Plus en détail