GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR"

Transcription

1 GUIDE DES BONNES PRATIQUES Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR Ce guide répond à l information mentionnée dans le paragraphe 1 de la circulaire du 20 octobre 2011 relative à l organisation de l offre diagnostique et de suivi pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ou de maladies apparentées. Il est rédigé par la Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche avec pour objectif d être diffusé aux structures impliquées dans le diagnostic de la maladie d Alzheimer et des maladies apparentées. Ce guide est composé de trois parties. La première est centrée autour du rappel des droits des personnes malades tout au long du parcours d une maladie d Alzheimer ou apparentée. La deuxième partie recense les conditions qui peuvent faciliter la mise en œuvre des droits des personnes. La troisième partie est composée comme un glossaire permettant de compléter certains termes ou propositions énoncées dans la circulaire. Ce guide a été réalisé par un groupe de travail de la Fédération composé des personnes suivantes : Groupe de travail : Assémat Eric (CM Gap), Ceccaldi Mathieu (CMRR Marseille), Dasriaux Michel (MG Dijon), Godefroy Olivier (CMRR Amiens), Krolac Salmon Pierre (CMRR Lyon), Ménard Joël (FCS Paris), Novella Jean (CMRR Reims), Poncet Michel (CMRR Marseille), Robert Philippe (CMRR Nice), Sellal François (CMRR Strasbourg), Touchon Jacques (CMRR Montpellier) 1

2 I - Les droits de la personne malade tout au long du parcours d une maladie d Alzheimer ou d une maladie apparentée Le présent document à été élaboré par un groupe de médecins travaillant en Centre Mémoire de Ressources et de Recherche, Centre Mémoire, ou en cabinet libéral dans le cadre du travail préliminaire de réflexion sur l élaboration de la nouvelle circulaire relative à l organisation de l offre de diagnostic et de suivi pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ou de maladie apparentées. Le texte se compose de paragraphes courts qui ont pour objectif de souligner des points clés de la rencontre entre le patient, sa famille et les professionnels de santé. 1. Les droits auprès du médecin traitant a) Trouver auprès du médecin référent le temps d écoute nécessaire pour évaluer la réalité et l intensité d une plainte cognitive (essentiellement mémoire ou changement pouvant faire évoquer une origine cognitive dont les erreurs répétées dans la prise de médicaments) ou comportementale. Cette plainte peut-être formulée par la personne malade elle-même ou par son accompagnant, avec parfois une méconnaissance du trouble par la personne malade. b) Bénéficier d un temps spécifique du médecin référent pour repérer et analyser plus en détail le symptôme, qui, lorsqu il est confirmé, doit déclencher une évaluation plus spécialisé. c) Préparer d un point de vue médical et administratif la consultation spécialisée. Cette demande et les renseignements pertinents sont formulés dans un document écrit, confié à la personne malade et à sa famille, et/ou transmis par fax ou par au spécialiste contacté. d) Lorsque le diagnostic de trouble cognitif ou maladie d Alzheimer ou apparentée a été confirmé par le spécialiste : bénéficier d une poursuite de l annonce diagnostique, du traitement, de l ALD 15 et avoir accès, avec l aide du médecin référent et du spécialiste, aux structures et aides, médicales, paramédicales, sociales, intégrées au sein d une MAIA aux associations, ce qui assurera l adaptation ultérieure des aides à l évolutivité des troubles. e) Avoir un accès régulier auprès du médecin référent pour permettre la réalisation du traitement le plus adapté, prévenir les complications conseiller un aménagement le meilleur possible du cadre de vie (cadre de vie d une manière optimale) et bénéficier d explications sur les traitements médicamenteux et non médicamenteux. f) Bénéficier pour l'aidant d'un appui médical renforcé. La surveillance périodique de l'état de santé de l'accompagnant ainsi que les conseils médico sociaux sont indispensables pour une meilleure prise en soins de celui ci. L'aidant est en effet exposé à des facteurs de risque santé importants induits par l'attention portée au malade dont les besoins d'aide sont croissants 2

3 g) Obtenir pour l ensemble de la famille des conseils de prévention renforcés pour contribuer, en lien avec la consultation spécialisée, à répondre aux interrogations diverses concernant le risque familial mais aussi à donner des conseils de prévention. h) Obtenir dans les délais recommandés (et donc parfois rapidement), une consultation supplémentaire pour toute aggravation de la condition médicale psychologique ou sociale apparaissant durant le suivi d une maladie d Alzheimer ou apparentée. Cette notion de consultation supplémentaire se surajoute au suivi régulier réalisé en partenariat avec le spécialiste et est particulièrement importante en cas de survenue de troubles du comportement. 2. Les droits auprès des spécialistes Bénéficier d un avis de proximité proposé par le médecin référent auprès de l un des deux points de contact initiaux suivants, selon les circonstances : un spécialiste libéral ou une consultation mémoire. L avis du Centre Mémoire de Ressources et Recherche est envisagé en première ligne par le médecin référent lorsqu il s agit de la consultation mémoire la plus proche ou dans les cas d emblée complexes ; le Centre Mémoire de Ressources et Recherche peut être sollicité en 2 ligne par le 1 spécialiste consulté. b) Informer/renseigner précisément pour préparer d un point de vue médical et administratif la consultation de réponse à la question posée par le médecin référent. Celle-ci est formulée dans un document écrit, confié à la personne malade et à sa famille, et/ou transmis par fax ou par au médecin référent. c) Etre accueilli sur le lieu de consultation spécialisée dans des locaux qui soient adaptés aux particularités de la maladie, que sont : - la présence le plus souvent nécessaire de deux personnes : la personne malade et celle qui l aide - la pratique d un examen clinique qui nécessite des explorations de la mobilité et de la marche - la nécessité fréquente de plusieurs intervenants : médecins (gériatre, et/ou neurologue et/ou psychiatre), et personnels de soins et d accompagnement (infirmière, neuropsychologue, psychologue, assistante sociale, diététicienne ). Ces contacts successifs exigent une forte privatisation des dialogues, et souvent plusieurs contacts de la personne malade et son accompagnant, dans un intervalle de temps d une à trois heures - la nécessité d un environnement d accès facile (accueil, espaces, couleurs, personnes, accessibilité des toilettes) qui ne soit pas perçu comme agressif, bruyant ou déroutant, afin de ne pas déclencher ou aggraver des troubles du comportement - la possibilité d avoir en une demi-journée deux avis médicaux si nécessaire : neurologique et psychiatrique, psychiatrique et gériatrique, gériatrique et neurologique. En cas de nécessité les mêmes principes de fonctionnement s appliquent à l exercice libéral des neurologues, gériatres et 3

4 psychiatres. d) Avoir accès aux examens complémentaires recommandés, selon la présentation clinique analysée avant toute prescription d examens supplémentaires, en particulier tests neuropsychologiques extensifs, imagerie cérébrale (IRM, PET) et biologie (PL), tout en rencontrant les conditions de qualité, de confort et de sécurité maximales et en évitant les déplacements multiples et les trop longues attentes en situation d incertitude après l évocation du diagnostic (éviter une attente trop importante des résultats). e) Bénéficier le moment venu d une consultation d annonce, après retour des résultats des examens supplémentaires recommandés. Celle-ci vise à présenter les résultats de l ensemble des examens réalisés, partager un diagnostic de probabilité, négocier un projet thérapeutique global et répondre en priorité aux questions posées par la personne malade et par son accompagnant, et à anticiper les questions qui ne sont pas formulées explicitement. De contenu très variable d une personne malade à l autre, cette consultation médicale peut être adossée à un entretien avec un psychologue. Cette consultation peut initier, selon les questions spécifiques à chaque personne malade et à chaque famille, l information sur l accès aux ressources médicales, paramédicales et administratives susceptibles d être utiles à court et moyen terme. Cette consultation conduit la personne et son accompagnant vers le système local d intégration des soins dans les structures qui interagissent au sein d une MAIA. Elle indique très tôt l appui que peuvent donner les associations de malades et en particulier l Association France-Alzheimer départementale, par exemple pour les programmes de sensibilisation à la maladie et le soutien psychologique. Elle commence ainsi à préparer la mobilisation des ressources médicales, paramédicales et sociales prévisibles autour de la personne malade et de sa famille, pour la première année de suivi après l annonce du diagnostic. f) Avoir accès avec l accompagnant, le moment venu, à une information précise, complète, objective, sur les recherches cliniques en cours. Si l état clinique est susceptible de permettre de participer à l une des études d observation ou d intervention autorisées par les Comités de Protection des Personnes et l Agence Française de Sécurité des Produits de Santé, tout doit être organisé pour que le patient et son aidant en soient informés et orientés vers le spécialiste ou centre participant à cette étude. En pratique, cela nécessite qu un personnel entraîné informe le patient et son aidant de la ou des recherches auxquelles il pourrait participer, et qu il recueille, le cas échéant, par étapes parfois, le consentement informé de participation volontaire à la recherche. Des documents écrits d information générale sont utilement mis à la disposition de tous les consultants, mais ils ne remplacent pas une information longue et personnalisée, selon les critères des études de recherche en cours. g) En dehors du suivi annuel programmé, avoir la possibilité d un accès prioritaire à l équipe médicale initialement concernée par le médecin référent, quand il estime avoir besoin d une nouvelle évaluation de la situation clinique de la personne malade ou de son environnement 4

5 familial, tout particulièrement dans le cas des trouble du comportement. Ceci doit pouvoir faciliter l accès aux structures adaptées. h) Pouvoir faire bénéficier sa famille, le cas échéant, d une consultation de génétique II - Il existe certaines conditions qui peuvent faciliter la mise en œuvre pratique des droits des personnes susceptibles d avoir ou ayant une maladie d Alzheimer ou une pathologie apparentée dans les hôpitaux publics. Cette mise en pratique repose sur les conditions suivantes : Un effort spécifique d organisation (personnels et locaux) des consultations de mémoire, des centres de mémoire de ressources et de recherche et de l ensemble des structures hospitalières, est nécessaire pour s adapter aux spécificités de ces maladies tant chez la personne malade que l accompagnant. La présence de troubles du comportement, allant de l apathie à l agitation, peuvent rendre la prise en charge particulièrement complexe. Ces conditions de fonctionnement sont de la responsabilité du directeur d établissement et du responsable médical de la structure de Consultation de Mémoire ou de Consultation de Mémoire et de Recherche. a) Le poste de prise en compte des rendez-vous est tenu par un personnel paramédical ou administratif spécifiquement entraîné pour ces maladies. Cela concerne les rendez-vous initiaux ou ultérieurs. L utilisation de l Internet et des mails est appelée à se développer à côté des rendez-vous téléphoniques usuels, et les équipements appropriés doivent être disponibles, en particulier dans chacune des pièces de consultation. b) Les locaux d attente des consultations et des examens doivent au minimum permettre l accueil de deux personnes par consultation, avec la file d attente la moins longue possible. Ces locaux doivent êtres accessibles aux fauteuils roulants et brancards. c) Les bureaux situés dans les consultations doivent être disposés de telle sorte qu au moins deux médecins et un neuropsychologue, ou un médecin et deux infirmières, ou un médecin, un neuropsychologue et une assistante sociale, puissent exercer simultanément dix demi-journées par semaine. Un bureau libre, au moins, doit permettre, à la demande, l accès de la personne malade et de son accompagnant à d autres professionnels du soin ou de l accompagnement social venus sur demande face à un problème inattendu. Un bureau supplémentaire, au minimum, est destiné à la recherche clinique, tandis que le stockage des documents réglementaires doit être organisé, au niveau de l établissement hospitalier (documents sources et biothèques entre autres). Idéalement, un site de prélèvement sanguin, voire de prélèvement de liquide céphalo-rachidien peut être 5

6 organisé dans les sites qui privilégient une activité de consultation de longue durée à une activité d hospitalisation de jour. d) Chaque bureau de consultation doit être pourvu d un téléphone, d un ordinateur (ou permettre l utilisation d un ordinateur personnel), et d un accès direct à l Internet. Les conditions d examen clinique nécessitent de donner la possibilité d étudier la marche de la personne malade, et de faire un examen clinique en position allongée. Le site de déshabillage de la personne malade doit pouvoir assurer le confort nécessaire à des personnes âgées et handicapées. L accès direct à l Internet est indispensable sur le site de la consultation (accès logiciels soins, imagerie, bases pharmacologiques, tests informatisés, études cliniques, essais thérapeutiques et saisie des données qui alimentent la Banque Nationale Alzheimer). e) Une hospitalisation de jour peut être le moyen le plus pratique de regrouper des avis multiples et des examens multiples, conformément à l instruction N DGOS/R/2010/201 du 15 Juin 2010 relative aux conditions de facturation d un groupe homogène de séjour (GHS) pour les prises en charge hospitalières de moins d une journée. L hospitalisation de jour est susceptible de simplifier la démarche diagnostique et thérapeutique, d autant plus utilement que (1) le nombre d examens indispensables au diagnostic précis, au pronostic et à la prise en compte des comorbidités est grand, (2) que les partenaires nécessaires à prise en soin sont multiples, (3) que le patient réside à distance des sites d examens complémentaires et qu il présente des difficultés de déplacement (liés à des troubles moteurs, cognitifs ou comportementaux) pour effectuer les examens ou les soins, (4) que la réalisation de ce bilan chez un patient fragilisé, requiert un environnement adapté, avec des périodes de repos. L hospitalisation de jour peut bénéficier, selon les cas, de structures existantes d hospitalisation de jour de gériatrie, neurologie ou psychiatrie ou être autonome. Elle est destinée à éviter l hospitalisation de longue durée comme la répétition de consultations externes en série et les déplacements de la personne malade entre différents sites. Elle ne doit pas, sauf exception, remplacer la consultation simple, quand celle-ci peut suffire à orienter très simplement la démarche diagnostique et thérapeutique, selon les particularités de chaque personne malade pour ce qui concerne sa pathologie, son lieu de vie, sa condition socioculturelle et ses possibilités d être accompagnée. En général, l hospitalisation de jour est précédée d une première consultation, suivie d une consultation de synthèse et d annonce. Une bonne organisation locale peut éventuellement permettre de faire dans un CMRR une programmation efficiente de l hospitalisation de jour par un partenaire extérieur (neurologue libéral ou consultation mémoire) travaillant en réseau et partagent, par des réunions périodiques, l analyse des dossiers des personnes malades et la lecture critique de la littérature médicale. La même possibilité peut exister entre neurologues libéraux ou médecins généralistes d un côté, et consultation de mémoire de l autre, quand les actions de formation nécessaires ont été validées, et le travail en réseau organisé. Dans tous les cas, l'hospitalisation de jour doit faire l'objet d'un compte-rendu détaillé, émanant d'une réunion de synthèse, effectuée au décours de sa tenue, et réunissant les différents intervenants impliqués. Ce compte-rendu ne peut être limité à une reproduction standardisée et brute des résultats des bilans psychométriques et des divers examens 6

7 pratiqués. Son contenu doit être adapté à la singularité du cas de chaque patient et inclure une conclusion claire, compréhensible par tous les médecins impliqués (notamment le médecin référent) et utile pour le plan de prise en soins. f) Un cahier de bonnes pratiques cliniques est rédigé par l ensemble du personnel médical et paramédical de la consultation de mémoire ou de mémoire de ressources et de recherches, sous la responsabilité du coordinateur du Centre de Mémoire ou du Centre de Mémoire de Ressources et de Recherches. Outre la description détaillée des parcours possibles de la personne malade et de son accompagnant, et la circulation de l information dans l établissement hospitalier et en dehors de lui, ce document de référence inclut le détail des procédures cliniques tels que la ponction lombaire et le traitement des échantillons de liquide biologique, urines, sang, liquide céphalo-rachidien. g) Le retour des examens complémentaires pratiqués dans l établissement hospitalier et en dehors de lui doit être organisé et responsabilisé, en particulier, éventuellement, en liaison avec le poste chargé des rendez-vous de première consultation et de suivi, en veillant à la circulation immédiate des nouvelles informations collectées, en particulier auprès de médecin référent de la personne malade. h) Le secrétariat médical peut avoir des fonctions variables selon l organisation d ensemble, en prenant en compte les organisations locales et l attention portée au poste d orientation des personnes malades et des familles. Il est responsable de la circulation rapide et de la fiabilité des informations indispensables aux multiples partenaires concernés, dont le nombre et les caractéristiques varient selon l avancement de la maladie, les pathologies associées, les conditions de vie, en particulier le médecin référent ou le médecin qui a conduit la personne malade à ce contact hospitalier et la MAIA. i) Chaque centre de mémoire et chaque centre de mémoire de ressources et de recherche doit s inscrire dans une démarche qualité, de préférence en collaboration entre plusieurs sites. Elle détermine annuellement ses objectifs et choisit des indicateurs. La démarche qualité peut porter sur les échanges entre les intervenants, l efficience des méthodes de diagnostic, l annonce ou l information sur la recherche et d autres sujets choisis collectivement avec les professionnels de santé et d aide sociale hospitaliers et extrahospitaliers et les associations France Alzheimer. 7

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Dossier médico-social en ligne

Dossier médico-social en ligne Réseau d Aide au diagnostic, à la Prise en charge des Détériorations cognitives et de Maladies neurologiques chroniques en Franche-Comté et au niveau National Dossier médico-social en ligne Une équité

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Les objectifs des réseaux de santé Mettre le patient au centre et non la maladie Améliorer la qualité des soins Optimiser les moyens humains et financiers

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT

CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT Le C2 CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT AVRIL 2012 L avis ponctuel de consultant dans le cadre du parcours de soins est un avis donné par un médecin spécialiste à la demande explicite

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes

Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes Réunions interprofessionnelles de coordination sur les dossiers complexes La MSJB sur un territoire urbain et rural Communauté de communes 90 000 habitants : Cholet 55000 habitants 13 communes périphériques:

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée.

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. L e r é s e a u d e s a n t é Symbiose : Léna Po u l a i n, P i e r r e Pitsaer, F r

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE GROUPE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE CAREMEAU Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES cedex 9 CENTRE MULTIDISCIPLINAIRE DE DIAGNOSTIC PRENATAL Tél. secrétariat : 04.66.68.43.67

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins

Direction générale de l offre de soins Direction générale de l offre de soins Guide pratique de facturation des prestations pour exigence particulière du patient à destination des établissements de santé MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE

Plus en détail

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux :

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux : Offres d accompagnement et de soutien destinées aux aidants familiaux : L expérience d une consultation mémoire de proximité M. DURY 1 A. CHEMORIN 2 S. DEBATTY 3 L. AUFRERE 4 M. E. FILIPE 5 P. MENECIER

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil.

Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil. Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil.org I. Informations diverses présentées par AS. Rigaud & B. Dubois

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS?

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS? POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESIT... http://www.fmc-tourcoing.org/spip/print-article-mb.php3?id_article=45 POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Des Réseaux, des Réponses. Panorama. Pr Romain Moirand Rennes

Des Réseaux, des Réponses. Panorama. Pr Romain Moirand Rennes Des Réseaux, des Réponses. Panorama Pr Romain Moirand Rennes Objectifs Décrire les actions concrètes proposées par les réseaux existants sur la thématique des addictions Faire le lien entre ces actions

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

GESTION DES SITUATIONS DE

GESTION DES SITUATIONS DE PROTOCOLE DE GESTION DES SITUATIONS DE CRISE EN ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES ET ÉCOLES CENTRE DE RESSOURCES DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CRISE 21A Bd Lamartine 22000 Saint-Brieuc - ( 02 96 62 18 65) Inspection

Plus en détail

6 ème Congrès 18 19 octobre 2007 St Denis

6 ème Congrès 18 19 octobre 2007 St Denis 1 Le Dossier Patient : Définitions Définition du «dossier» / dictionnaire Ensemble de documents relatifs à une même affaire, à une même personne, et classés dans une chemise de carton au dos de laquelle

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Dépistage VIH : des Test Rapides d Orientation d. Diagnostique. CDAG de Bichat. Cadre législatifl. Parcours habituel dans la CDAG :

Dépistage VIH : des Test Rapides d Orientation d. Diagnostique. CDAG de Bichat. Cadre législatifl. Parcours habituel dans la CDAG : Dépistage VIH : CDAG de Bichat Test Rapide d Orientation d Diagnostique CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 75018 Sandrine Rumi (infirmière) Situé dans l'enceinte de l'hôpital. Environ 6000 tests VIH / an.

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison

Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison www.centre-paul-strauss.fr Organisation du retour à domicile, utilisation du classeur de liaison Barbara POIROT, Laïla WEISS IDE Service de Soins d Accompagnement Contexte Hôpital de jour de soins d accompagnement

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr.

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr. ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE ASAD de BORDEAUX 74 Cours Saint-Louis BP 60053 33028 Bordeaux Cedex Horaires d ouverture Du Lundi au Vendredi de 8h30 à 18h Site internet : www.asad-bordeaux.fr

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie

Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Projet régional de santé de Haute-Normandie Equipes mobiles de gériatrie Société gérontologique de Normandie Société gérontologique de Normandie 1 Projet Régional de Santé Un ensemble coordonné et structuré

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges Centre Hospitalier Esquirol de Limoges La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges 18 JUIN 2015 Mars 2015 2005 2015: 10

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Gestion des relations et collaborations dans le secteur équin

Gestion des relations et collaborations dans le secteur équin Gestion des relations et collaborations dans le secteur équin Introduction Cette charte de partenariat s inscrit dans le cadre plus large de la démarche initiée depuis 2002 et déjà formalisée pour la gestion

Plus en détail

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE

LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE LE DISPOSITIF D'ACCUEIL ET D'ACCOMPAGNEMENT DES ETUDIANTS ET STAGIAIRES EN SITUATION DE HANDICAP A L'IRTS DE LORRAINE Préambule Différents acteurs, structures et partenaires concourent à l accueil et à

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie La fonction d Assistant de Soins en Gérontologie consiste en une assistance dans les actes de la vie quotidienne des personnes fragilisées par

Plus en détail

R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes

R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes La parole à une association : actions et accompagnement des enfants et de leur famille Intervenant : Olivier GROZEL, AFM

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Le DMP et le dossier informatisé du réseau Rémy FROMENTIN, consultant et Dr Bénédicte DEFONTAINES

Le DMP et le dossier informatisé du réseau Rémy FROMENTIN, consultant et Dr Bénédicte DEFONTAINES 20h00-20h30 : ACCUEIL ET APERITIF 20h30-22h00 : REUNION ET DISCUSSION Introduction Dr Bénédicte DEFONTAINES, neurologue, directeur du réseau Dr Philippe SLAMA, généraliste, président du réseau Présentation

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie DDASS des Bouches-du-Rhône Modalités de l évaluation envoi aux équipes d un questionnaire d évaluation spécifique entretiens menés avec tout ou

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

C3S. Centre de Soutien Santé Social. www.plateforme-c3s.org. Plateforme médico-sociale d appui aux professionnels de premier recours

C3S. Centre de Soutien Santé Social. www.plateforme-c3s.org. Plateforme médico-sociale d appui aux professionnels de premier recours C3S www.plateforme-c3s.org Plateforme médico-sociale d appui aux professionnels de premier recours Gérontologie, douleurs et soins palliatifs, Alzheimer et maladies apparentées lla plateforme C3S a pour

Plus en détail

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Hôpital de la Cavale Blanche Pôle ARSIBOU Unité de Surveillance Continue Médicale Unité de Surveillance Continue Médicale (USCM) Madame, Monsieur, L un de vos proches est hospitalisé dans l Unité de Surveillance

Plus en détail

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner Le télé AVC Aspects règlementaires Rappels: L AVC est un déficit brutal d une fonction cérébrale sans autre cause apparente qu une cause vasculaire Tout AVC comporte : - une lésion cérébrale responsable

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention 1 re PARTIE Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention Table ronde N 1 Les réponses de l état : quelles politiques publiques pour la recherche? Ont pris part aux débats : Pr Mathieu

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Maison d Accueil Spécialisée. (Mise à jour de Février 2013)

LIVRET D ACCUEIL. Maison d Accueil Spécialisée. (Mise à jour de Février 2013) LIVRET D ACCUEIL Maison d Accueil Spécialisée (Mise à jour de Février 2013) Un lieu de vie où l on valorise le bien être de la personne, et son évolution permanente dans un site reposant où l on pratique

Plus en détail

Vivre et Vieillir Chez Soi

Vivre et Vieillir Chez Soi Vous avez besoin d être accompagné dans votre vie quotidienne ou dans votre parcours de santé et vous vivez dans les Hautes-Alpes. Vivre et Vieillir Chez Soi Avec ses six services médico-sociaux, l association

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

une collaboration fructueuse

une collaboration fructueuse Pharmaciens - Soins palliatifs une collaboration fructueuse Docteur Hervé MIGNOT Equipe d Appui Départementale en Soins Palliatifs de l Indre mai 2007 Le Réseau de Soins Palliatifs en Région Centre EADSP

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 SOMMAIRE Le Comité de Pilotage de la Démarche d amélioration continue de la Qualité Page 2 II-1 Améliorer la qualité de la prise en charge des patients

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

La Dialyse à domicile: une opportunité

La Dialyse à domicile: une opportunité France: 10 % seulement des dialysés DP 8 % HD 2 % Hollande (30%) DP 28.3 HD 1.8 U.K (30%) La Dialyse à domicile: une opportunité DP 27.3 HD 2.4 Danemark 32%, Suéde 25%, Finland 21%,, Analyse des Causes

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page2

Plus en détail

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

PRESENTATION DU PLAN PRESIDENTIEL ALZHEIMER 20082012 C.BRIAUD ISP POITIERS 30/04/08

PRESENTATION DU PLAN PRESIDENTIEL ALZHEIMER 20082012 C.BRIAUD ISP POITIERS 30/04/08 PRESENTATION DU PLAN PRESIDENTIEL ALZHEIMER 20082012 C.BRIAUD ISP POITIERS 30/04/08 CONTEXTE NOSOGRAPHIQUE ALTERATION PROGRESSIVE - MÉMOIRE - FONCTIONS COGNITIVES SUPERIEURES handicap psychique, perte

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à candidatures d Equipes Diagnostic Autisme de Proximité Région Nord-Pas-de-Calais 2012

Cahier des charges de l appel à candidatures d Equipes Diagnostic Autisme de Proximité Région Nord-Pas-de-Calais 2012 Cahier des charges de l appel à candidatures d Equipes Diagnostic Autisme de Proximité Région Nord-Pas-de-Calais 2012 A. Enjeux. L évolution des connaissances, des pratiques et des outils concourant à

Plus en détail