Moyens de subsistance, Services Communautaires, Eau Hygiène & Assainissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Moyens de subsistance, Services Communautaires, Eau Hygiène & Assainissement"

Transcription

1 Moyens de subsistance, Services Communautaires, Eau Hygiène & Assainissement

2 Enquête sur les Moyens de subsistances, les services communautaires et Eau, Hygiène & Assainissement réalisée auprès des ménages réfugiés, retournés et des familles d accueil dans la Région de Diffa. Données recueillies entre le 19 Décembre 2013 et le 17 Janvier Rapport publié en Février Rapport écrit par : Salya sly: Marianne Christiane Gbago: Ouattara Achille : Soro Edmond: International Emergency and Development Aid, Mission du Niger IEDA Relief, Niger Country Office Quartier Koubia/Route Tillabérie, Parcelle N F, de l Ilot 8099, Commune I, Ville de Niamey B.P. 913, Niamey International Emergency and Development Aid IEDA Relief Inc. Siège social: Fondren Road, Suite 550, Houston, Texas 77096, USA. Tél: , Fax: Photo de couverture : Monument à l entrée de la Ville de Diffa sur la route Nationale en provenance de la Ville de Niamey, Capitale du Niger. 2 P a g e

3 TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES... 3 AVANT-PROPOS... 7 INTRODUCTION... 8 CHAPITRE I. CONSIDERATIONS THEORIQUES DEFINITION DES CONCEPTS CLES... 9 a. Réfugié... 9 b. Population Retournée... 9 c. Ménage hôte et famille d accueil... 9 d. Personne déplacée... 9 e. Les moyens de subsistance... 9 f. Service communautaire LE CONTEXTE DE L ETUDE OBJECTIFS DE L ENQUETE METHODOLOGIE DE L ENQUETE LES LIMITES DE L ETUDE CHAPITRE II. PRESENTATION DES RESULTATS DE L ETUDE PROFIL DES MENAGES ENQUETES La répartition des ménages par site La répartition des ménages par âge et par sexe Le niveau d instruction La durée de séjour au Niger LES ACTIVITES EXERCEES COMME STRATEGIES DE SUBSISTANCE L AGRICULTURE Le constat Les difficultés rencontrées Les besoins exprimés LE COMMERCE Le constat Les difficultés rencontrées Les besoins exprimés L ELEVAGE Le constat Les difficultés rencontrées Les besoins exprimés L EMPLOI JOURNALIER Le constat Les difficultés rencontrées Les besoins exprimés AUTRES ACTIVITES Le constat Les difficultés rencontrées P a g e

4 Les besoins exprimés LES SANS EMPLOIS Le constat La disponibilité à travailler LES PERSONNES A BESOINS SPECIFIQUES REPARTITION DES PERSONNES A BESOINS SPECIFIQUES PAR SITE SITUATION DES FEMMES ENCEINTES ET ALLAITANTES CONNAISSANCE SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE ET PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION SITUATION DES ENFANTS DE 0 A 5 ANS LES CONDITIONS D HYGIENE ET D ASSAINISSEMENT UTILISATION DES LATRINES PAR LES MENAGES a. Distribution des latrines par type de ménage b. Distribution des latrines par site c. Pourquoi le manque des latrines d. Le lieu de défécation pour ceux qui n ont pas de latrine e. Conditions d hygiènes dans les latrines existantes f. Désir d avoir une latrine LA GESTION DES ORDURES MENAGERES LA PRATIQUE DU LAVAGE DES MAINS AU SAVON L HYGIENE DE L EAU DE BOISSON a. Source d eau de boisson b. Mode de traitement de l eau de boisson CONCLUSION P a g e

5 TABLE DES ILLUSTRATIONS GRAPHIQUE 1. PYRAMIDE DES AGES GRAPHIQUE 2. NIVEAU D INSTRUCTION DES REPONDANTS PAR SEXE GRAPHIQUE 3. DUREE DE SEJOUR AU NIGER PAR TYPE DE MENAGE GRAPHIQUE 4. ACTIVITES MENEES PAR TYPE DE MENAGE GRAPHIQUE 5. CULTURES PRATIQUEES PAR TYPE DE MENAGES GRAPHIQUE 6. SOURCE DE PROVENANCE DES MOYENS DE DEMARRAGE GRAPHIQUE 7. TITRE DE POSSESSION DE CHAMP PAR TYPE DE MENAGE GRAPHIQUE 8: LA SUPERFICIE DES CHAMPS PAR TYPE DE MENAGES GRAPHIQUE 9. RELEVE DES DIFFICULTES EXPRIMEES PAR LES AGRICULTEURS GRAPHIQUE 10. RELEVE DES BESOINS EXPRIMES PAR LES AGRICULTEURS GRAPHIQUE 11. MONTANT DU CAPITAL INVESTI AU DEMARRAGE GRAPHIQUE 12. SOURCE DES MOYENS POUR LE DEMARRAGE DE L ACTIVITE COMMERCIALE GRAPHIQUE 13. NIVEAU DE SATISFACTION QUANT A LA PRISE EN CHARGE DES BESOINS GRAPHIQUE 14. CAPACITE DE RENOUVELLEMENT DU STOCK GRAPHIQUE 15. RELEVE DES DIFFICULTES EXPRIMEES PAR LES COMMERÇANTS GRAPHIQUE 16. RELEVE DES BESOINS EXPRIMES PAR LES COMMERÇANTS GRAPHIQUE 17. RELEVE DES DIFFICULTES EXPRIMEES PAR LES ELEVEURS GRAPHIQUE 18. RELEVE DES BESOINS EXPRIMES PAR LES ELEVEURS GRAPHIQUE 19. RELEVE DES DIFFICULTES POUR L EMPLOI JOURNALIER GRAPHIQUE 20. RELEVE DES BESOINS EXPRIMES GRAPHIQUE 21. RELEVE DES DIFFICULTES EXPRIMEES GRAPHIQUE 22. RELEVE DES BESOINS EXPRIMES GRAPHIQUE 23. ACTIVITE EXERCEE EN FONCTION DE LA DUREE DE SEJOUR GRAPHIQUE 24. BESOIN DE FORMATION PAR SECTEUR D ACTIVITE GRAPHIQUE 25. EXISTENCE DE LATRINE PROPRE AU MENAGE GRAPHIQUE 26. REPARTITION DES LATRINES PAR SITE GRAPHIQUE 27. RAISON DE LA NON POSSESSION DES LATRINES GRAPHIQUE 28. OBSERVATION DU DISPOSITIF DE GESTION DES ORDURES MENAGERES GRAPHIQUE 29. SOURCE D EAU DE BOISSON PAR SITE P a g e

6 LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1. REPARTITION PREVISIONNELLE DES MENAGES PAR SITES TABLEAU 2. REPARTITION DES MENAGES ENQUETES PAR SITE TABLEAU 3. REPARTITION DES MENAGES ENQUETES PAR SITE TABLEAU 4. REPARTITION PAR TYPE DES MENAGES TABLEAU 5. RELEVE DES PRINCIPALES ACTIVITES EXERCEES PARS LES MENAGES ENQUETES TABLEAU 6. DUREE D ECOULEMENT DES PRODUITS ET RENOUVELLEMENT DU STOCK TABLEAU 7. SITUATION D ANIMAUX PAR TYPE D ELEVAGE TABLEAU 8. NATURE DE L EMPLOI JOURNALIER EXERCE TABLEAU 9. DESCRIPTION DES AUTRES ACTIVITES EXERCEES TABLEAU 10. EXPRESSION DE BESOIN EN FORMATION TABLEAU 11. SITUATION DES PERSONNES A BESOINS SPECIFIQUES IDENTIFIEES PAR SITE TABLEAU 12. REPARTITION DES FEMMES ENCEINTES ET ALLAITANTES PAR SITE TABLEAU 13. NIVEAU D INSTRUCTION ET CONNAISSANCE DE LA PLANIFICATION FAMILIALE TABLEAU 14. ENGAGEMENT FACE A LA PRATIQUE DE LA CONTRACEPTION TABLEAU 15. NOMBRE D ENFANTS DE 0 A 5 ANS PAR SITE TABLEAU 16. LIEU DE DEFECATION POUR LES SANS LATRINES TABLEAU 17. OBSERVATION DES CONDITIONS D HYGIENES DANS LES LATRINES (A) TABLEAU 18. OBSERVATION DES CONDITIONS D HYGIENES DANS LES LATRINES (B) TABLEAU 19. EXPRESSION DU DESIR D AVOIR UNE LATRINE TABLEAU 20. OBSERVATION DU LAVAGE DES MAINS AU SAVON AUX MOMENTS CRITIQUES TABLEAU 21. CONDITIONS D HYGIENE ET TRAITEMENT DE L EAU DE BOISSON P a g e

7 AVANT-PROPOS D ans le cadre des efforts déployés en vue d apporter de l assistance humanitaire en faveur des populations déplacées en provenance du Nigeria et installées dans la région de Diffa suite aux combats entre les groupes armés et un climat d insécurité physique ; IEDA Relief s est donné, entre autre, pour objectif de contribuer à une meilleure connaissance des conditions de vie de ces populations en s intéressant notamment aux moyens de subsistance. C est dans cette optique que, entre Décembre 2013 et Janvier 2014, une enquête sur la situation des moyens de subsistance a été menée non seulement auprès des ménages refugiés et retournés, mais également auprès des familles d accueil. Nous sommes heureux de livrer à l appréciation des décideurs et des acteurs humanitaires les résultats de cette enquête qui permettent d avoir une idée plus approfondie non seulement sur les stratégies de subsistance développées par ces populations déplacées, mais également d en appréhender les limites. Ces résultats révèlent en outre les difficultés auxquelles les familles d accueil sont confrontées dans leurs stratégies de subsistance dans ce nouveau mode de vie. Nous saisissons l occasion pour présenter nos sincères remerciements à la Commission Nationale d Eligibilité au statut de réfugié à travers la Direction Régionale de l Etat Civil pour le suivi et la supervision de l enquête, au Bureau du UNHCR/Diffa pour l appui conseil, au Bureau de OCHA/Diffa pour des orientations et compléments d informations, ainsi qu au Bureau du PAM/Diffa pour avoir facilité la formation des enquêteurs en mettant à notre disposition un cadre approprié avec le matériel nécessaire. Ces remerciements s adressent également au Gouvernorat de la Région de Diffa, aux Préfets des Départements de Diffa, Maine Soroa, Bosso, N Guigmi ; et Maires des communes de Diffa, Maine Soroa, Bosso, Kablewa, Toumour, Chetimari, qui nous ont chaleureusement accueillis et ont facilité le déroulement de l enquête. Nous espérons que ces résultats aideront les utilisateurs à cerner les enjeux se rapportant au développement d un programme d appui aux moyens de subsistance pour ces populations déplacées et leurs familles hôtes. Salya Sly 7 P a g e

8 INTRODUCTION La dégradation de la situation sécuritaire au nord du Nigéria due aux affrontements entre groupes armés a occasionné le déplacement massif des populations qui ont traversé la frontière Nigérienne à la recherche de plus de sécurité et de stabilité. La majeure partie de ces personnes sont enregistrées dans la région de Diffa depuis le mois d Avril 2013 et estimé actuellement à plus de personnes 1. Ces déplacés sont essentiellement composés de nigériens qui vivaient au Nigeria ; de nigérians fuyant leur propre pays, et d autres nationalités. Ils arrivent principalement des Etats de Borno, de Yobe et d Adamawa et résident, pour la plupart, dans des familles d accueil 2. Depuis leur arrivée, ces populations ont bénéficiés de l assistance humanitaire variée par différents acteurs opérationnels dans la zone sous la stratégie d urgence ; mais est-il que des besoins demeurent sur tous les plans et les défis sont énormes quant à l approche communautaire retenue pour l assistance et la protection de ces populations. Nonobstant les conditions difficiles dans lesquelles ils vivent, ces déplacés ont développés des stratégies de subsistance, aidés d une manière ou d une autre par les familles d accueil avec des capacités extrêmement limitées. Une enquête réalisée par REACH durant le deuxième semestre 2013 révèle que les principales sources de revenu pour les déplacés sont l agriculture (40%) et le petit commerce (28%) ainsi que l emploi journalier (24%). Cette situation apparente un peu celle des populations hôtes qui ont principalement l agriculture, l élevage, le commerce comme source de revenu. Cependant, des questions se posent : o Est-ce que ces populations (déplacés et hôtes) trouvent réellement satisfaction dans la pratique de ces activités, ou bien elles les pratiquent à défaut de mieux. o Quels sont les principaux capitaux 3 dont ces populations disposent? o Quelles sont les difficultés auxquelles elles font face et quels sont leurs besoins pour améliorer leurs activités? Ces différentes questions ont motivé IEDA Relief à pouvoir réaliser une enquête qui a également pris en compte d autres facteurs qui pourraient avoir une incidence sur les moyens de subsistances de ces populations. Il s agit des questions se rapportant à l eau, l hygiène et l assainissement ainsi que ceux se rapportant aux personnes à besoins spécifiques vivant dans les différents ménages dont la prise en charge vient alourdir la situation déjà fragilisée par cette crise de déplacement. Le présent rapport comporte deux grands chapitres. Le premier met en évidence les considérations théoriques comprenant la définition des concepts clés, la présentation du milieu d étude, les objectifs, la méthodologie ainsi que les limites de l étude. Le second chapitre quant à lui se rapporte aux résultats de l enquête. 1 Résultats provisoires du recensement des déplacés du Nigéria, Direction Régionale de l Etat civil et des réfugiés, Diffa, Septembre Fiche d information N 2, Situation des réfugiés dans la région de Diffa, UNHCR, Novembre Capital Humain, capital matériel/physique, capital social et capital financier. 8 P a g e

9 Chapitre I. CONSIDERATIONS THEORIQUES 1. Définition des concepts clés a. Réfugié Au sens de la convention relative au statut des réfugiés du 28 Juillet 1951, un réfugié est une personne qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité ou dans lequel elle a sa résidence habituelle ; qui craint avec raison d être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, et qui ne peut ou ne veut se réclamer de la protection de ce pays ou y retourner en raison de ladite crainte. b. Population Retournée Dans ce rapport, par population retournée, il faudra entendre la population nigérienne qui a vécue pendant une période plus ou moins longue au Nigeria et qui est revenu au Niger suite aux affrontements entre les groupes armés. c. Ménage hôte et famille d accueil Une famille d accueil ou un ménage hôte est une famille ou ménage qui héberge une ou plusieurs personnes réfugiées ou retournées du Nigeria qui sont en situation difficile suite aux événements ayant entrainé leur déplacement. d. Personne déplacée L appellation «personne déplacée» ou «population déplacée» est utilisé dans ce rapport pour décrire toutes les catégories de personnes qui ont quitté le Nigeria suite à la situation d insécurité prévalant dans le pays et sont venus s installer au Niger. e. Les moyens de subsistance D aucuns parlent plutôt de moyens d existence à l instar du Department For International Development (DFID) qui propose le cadre des moyens d existence disposant cinq catégories d avoirs ou cinq types des capitaux notamment : le capital Humain, social, naturel, physique et financier. 4 Pour Robert Chambers et Gardon Conway, cité par la Commission des femmes pour les réfugiés, «Un moyen d existence est constitué des capacités, actifs (ressources matérielles et sociales incluses) et activités nécessaires pour pouvoir vivre. 5 4 Notes d informations sur les moyens d existence durables, Department For International Development, Avril Développer les moyens d existence : Manuel de terrain pour les praticiens dans les contextes humanitaires, Commission des femmes pour les réfugiés, Mai P a g e

10 Nous définissons, dans ce document, les moyens de subsistance comme étant un ensemble intégrant les ressources dont on dispose et les activités potentielles et/ou effectives ; le tout associé au facteur «Temps» en vue de répondre aux besoins essentiels pour survivre. f. Service communautaire Par service communautaire, nous faisons allusions aux services destinés aux personnes ayant des besoins spécifiques ou des personnes les plus vulnérables parmi les populations déplacées. Nous citons entre autre les femmes veuves, femmes chefs de ménages, les malades chroniques, personnes âgées sans soutien familial, personnes handicapées physiques et mentales,... En référence a la gestion de camp, il est possible que les personnes ayant des besoins spécifiques n aient pas accès à des voies de transmission adaptées pour s informer de leurs besoins. De même, elles peuvent être dans l incapacité de s exprimer en raison de leur âge, de leur handicap, de leur stigmate ou de la peur. Elles peuvent être dans l incapacité de faire connaître leurs besoins ou de se plaindre, lorsqu elles ne reçoivent pas l assistance et la protection dont elles ont besoin. 2. Le contexte de l étude Avec une population de habitants et un taux d accroissement intercensitaire annuel moyen de 4,8% 6, Diffa est une région située dans le Sud-est du Niger, à plus de 1300 km de Niamey la capitale, à la frontière du Tchad et du Nigeria et compte six (6) départements notamment les départements de Diffa, de Maine Soroa, de N Guimi, de Bosso, de Goudoumaria et de N Gourti. Elle couvre une superficie de plus de kilomètres carrés, soit environ 12% du territoire national. Le climat, qui est de type sahélien dans la partie sud, et sahélo-saharien au nord, se caractérise par une longue saison sèche de novembre à mai et une saison humide de juin à octobre, selon les années. Les dunes de sable se font remarquer dans la région obligeant une bonne partie des habitants à se rétracter autour des cuvettes qui sont des anciens oasis et où l on peut pratiquer un certain nombre d activités agricoles. Le réseau hydraulique est représenté par la Komadougou, une rivière qui sert de frontière entre le Nigeria et le Niger sur une longueur de 150 km entre Kanama et Bosso où elle se jette dans le lit du lac Tchad. L'agriculture qui occupe environ 2/3 de la population, concerne principalement la partie sud de la région. Soumise à des contraintes diverses, elle est pratiquée sous deux formes : la forme pluviale et la forme irriguée. Dans le lit du lac Tchad, les populations environnantes pratiquent la culture de décrue. L'élevage, considéré comme la deuxième économie, tient une place importante dans l'économie régionale. Toutefois, on note l existence des activités commerciales qui se pratiquent beaucoup plus dans les grands centres de la région. 6 Présentation des résultats préliminaires du 4 ème recensement général de la population et de l habitat 2012, Institut National de la Statistique, Niamey, Avril P a g e

11 La région de Diffa est en majorité peuplée de Kanouri. Mais on trouve d'autres communautés à l instar des arabes, Touaregs, Peuhls L arrivée des populations déplacées dans cette région est venue amplifier les conditions difficiles de ces habitants qui, ne disposant pas des moyens conséquents pour leurs propres survie, se sont vu obligés, soit par les liens de parentés, soit par les liens d amitié ou soit par pur solidarité, à leur porter assistance (terres de culture, nourriture, habits, ). Bref, pour ces familles d accueil, les charges ont augmentées pendant que les capacités demeurent les mêmes. Depuis leur arrivée, ces populations ont bénéficiés de l assistance humanitaire variée par différents acteurs opérationnels dans la zone sous la stratégie d urgence ; mais est-il que des besoins demeurent sur tous les plans et les défis sont énormes quant à l approche communautaire retenue pour l assistance et la protection de ces populations. Nonobstant les conditions difficiles dans lesquelles ils vivent, ces déplacés ont développés des stratégies de subsistance, aidés d une manière ou d une autre par les familles d accueil. 3. Objectifs de l enquête En vue de pouvoir orienter le développement des programmes d appui aux moyens de subsistance en faveur de ces populations (déplacées et hôtes), l enquête vise à réunir des informations beaucoup plus détaillées se rapportant aux différentes activités développées pour leur survie. De manière spécifique, il s agit de trouver des réponses aux questions ci-après : o Est-ce que ces populations (déplacés et hôtes) trouvent réellement satisfaction dans la pratique de ces activités, ou bien elles les pratiquent à défaut de trouver mieux. o Quels sont les principaux capitaux 7 dont ces populations disposent? o Quelles sont les difficultés auxquelles elles font face et quels sont leurs besoins pour améliorer leurs activités? o Est-ce que ces personnes sont ouvertes au changement et aux éventuelles innovations qui pourraient être introduite en vue de soutenir leurs efforts de subsistance. En outre, l enquête s est intéressée à deux secteurs qui pourraient avoir une incidence sur les moyens de subsistances de ces populations. Il s agit de l eau, l hygiène et l assainissement ainsi que la prise en charge des personnes ayant des besoins spécifiques vivant dans les différents ménages. Les conditions précaires d hygiène et d assainissement exposent ces populations aux maladies des mains sales dont la prise en charge pèserait sur les moyens de survie. 7 Capital Humain, capital matériel/physique, capital social et capital financier. 11 P a g e

12 4. Méthodologie de l enquête a. Echantillonnage Le processus d échantillonnage a été fait sur la base des chiffres officiels issus du recensement réalisé par la Direction Régionale de l Etat Civil et d éligibilité au statut des réfugiés de Diffa dont les résultats provisoires de Septembre 2013 donnent le chiffre de personnes soit ménages repartis sur l ensemble de 19 sites. Ce total est composé de 78% de retournés nigériens et 22% des refugiés. Etant donné que nous devrions travailler avec les différents ménages, nous avons utilisé un échantillonnage par strate en prenant 10% du nombre des ménages total des populations déplacées (refugiés et retournés), soit 483 ménages. L enquête que REACH a menée révèle que la plupart de déplacés (71%) vivent dans des familles d accueil ; ce qui nous a permis d avoir notre base de calcul en vue de trouver le nombre de ménage hôte à enquêter. Tous ces ménages ont été sélectionnés de façon aléatoire dans quatre (4) départements sur les six (6) que compte la région et a concerné neuf (9) des dix-neuf (19) sites identifiés. Ces sites ont été retenus à cause de la forte concentration des populations refugiés et retournées. La répartition prévisionnelle des ménages à enquêter par département et par sites est présentée dans le tableau ci-après : Tableau 1. Repartition prévisionnelle des ménages par sites Cependant, en vue de pouvoir minimiser la marge d erreur ainsi que des insuffisances lors de la collecte des données, ces chiffres de base ont été revus à la hausse. Le nombre total des ménages enquêtés était de 934 dont la répartition par catégorie de ménage et par site est présentée dans le tableau ci-après : 12 P a g e

13 Tableau 2. Répartition des ménages enquêtés par site SITE TYPE MENAGE Total RETOURNE REFUGIE HOTE BAGARA BOSSO DIFFA KABLEWA MAMOURI MAINE SOROA NGUELKOLO TOUMOUR TAM Total Au vu de ce tableau, l enquête a porté sur 569 ménages déplacés (selon le ratio de 78% pour les retournés et 22%pour les réfugiés) et 365 ménages hôtes. b. La collecte des données La collecte des données a été réalisée en deux phases. La première phase est intervenue durant la deuxième quinzaine du mois de Décembre, du 19 au 26 de l année 2013 et a consisté aux entretiens avec des interlocuteurs privilégiés. A la suite de ces évaluations préliminaires, une enquête auprès des différents types de ménages a été réalisée du 09 au 15 Janvier La composition de l équipe et le déploiement sur le terrain: 15 enquêteurs ont travaillé pour la récolte des données auprès des ménages après avoir pris connaissance des objectifs de l enquête et du formulaire à utiliser. Ces enquêteurs ont été également formés sur la manière de collecter les informations et les qualités d un bon enquêteur. L équipe d enquêteur était essentiellement constituée des membres des CAC 8. Ceuxci ont été retenus pour ce travail pour le simple fait qu ils sont tous originaires de la région concernée ; parlent couramment les dialectes de la région, connaissent parfaitement la question des retournés et refugiés car ils travaillent permanemment avec ces populations. Afin d assurer le bon déroulement des activités de collecte des données et le respect de la méthodologie au moment des entretiens, la coordination était faite par une équipe de 4 personnes réunissant les expertises dans les domaines du 8 Comité d Action Communautaire. 13 P a g e

14 développement rural; eau, hygiène et assainissement, suivi-évaluation et management des projets de développement. Le questionnaire : Pour recueillir les informations auprès des ménages, un questionnaire a été conçu et testé avant l enquête proprement dite et a été validé par la suite. L observation : certaines informations ont été récoltées sur base des observations faites directement lors de l entretien avec le ménage. Ceci porte essentiellement sur certaines questions se rapportant aux conditions d hygiène et d assainissement. c. L analyse des données Le traitement et l analyse des données collectées ont été faite à l aide du logiciel SPSS 20. Le taux de réponse aux questions était de 97,83%. 5. Les limites de l étude. Pour des raisons de sécurité, certains sites se trouvant dans des zones classées «rouge» ont été écartées bien que regorgeant un certain nombre des populations déplacées. Les mouvements pendulaires observés ne nous ont pas permis de baser la sélection des ménages au niveau des sites en fonction de la liste nominative des personnes déplacées disponibles auprès de la Direction de l état civil. 14 P a g e

15 Chapitre II. PRESENTATION DES RESULTATS DE L ETUDE PROFIL DES MENAGES ENQUETES La répartition des ménages par site Tableau 3. Répartition des ménages enquêtés par site L enquête révèle que sur les 934 ménages enquêtés, 581 sont des chefs de ménage dont 131 femmes. 325 épouses ont répondus à la place de chef de ménage. Au total, la proportion féminine représente 49% (458) des répondants contre 51 % (476) pour les masculins. 15 P a g e

16 La répartition des ménages par âge et par sexe Graphique 1. Pyramide des âges La pyramide illustre la distribution de l âge par sexe des sujets interviewés. La population est en majorité jeune avec une prédominance très nette des femmes de moins de quarante et un (41) ans. Une grande partie des personnes interrogées a un âge compris entre 18 et 41 ans. Il s agit donc d une population jeune avec du potentiel sur le plan du travail. Tableau 4. Répartition par type des ménages 16 P a g e

17 Le niveau d instruction Graphique 2. Niveau d instruction des répondants par sexe Au vu de ce graphique, on constate que la grande majorité de ces populations n a pas été à l école formelle. La situation est identique du côté des femmes que celui des hommes. S La durée de séjour au Niger Graphique 3. Durée de séjour au Niger par type de ménage L enquête révèle que les déplacements de ces populations ont débuté il y a plus de 36 mois. Les arrivées sont étalées sur une très bonne période avec des proportions relativement rapprochées. Toute fois, c est durant les derniers 12 mois que l on observe un taux élevé des déplacements. 17 P a g e

18 2.2. LES ACTIVITES EXERCEES COMME STRATEGIES DE SUBSISTANCE Plusieurs activités ont été évoquées par les différents ménages enquêtés que nous avons groupés en 4 catégories principales : L agriculture, le commerce, l élevage et l emploi journalier. Toutefois, ceux qui n exercent aucune activité ont été repris dans la catégorie «Aucun», et la catégorie «Autre», reprend ceux qui ne figurent pas sur les 4 principales. Après avoir présenté les principales activités par site et par type de ménages, nous allons présenter la situation détaillée de chaque catégorie d activité. Tableau 5. Relevé des principales activités exercées pars les ménages enquêtés L enquête indique que 35% de la population enquêté n exerce aucune activité pendant que 25% pratique l agriculture et 20% font le commerce. L élevage est faiblement représenté avec 1,5%. Les sites de Diffa et de Bosso sont ceux qui regorgent le plus grand nombre d agriculteurs. Les commerçants, quant à eux, sont plus localisés à Kablewa et à Bosso. Graphique 4. Activités menées par type de ménage Au vu du graphique ci-contre, les retournés et les réfugiés occupent une grande partie parmi ceux qui n exercent aucune activité. Bien que ce soit à une faible proportion, les ménages hôtes sont presque les seuls à pratiquer l élevage et occupent la première place quant aux activités commerciales. 18 P a g e

19 Maïs Mil/sorgho Riz Blé/orge Haricot/Niébé Arachide Oignon Poivron Tomate Choux/laitue L agriculture Enquête Intégrée : Moyens de subsistance, Services communautaires Eau, Hygiène & Assainissement - EIMS/SERCOM/EHA. Janvier 2014 Le constat Bien qu il a été démontré que l agriculture est l activité la plus pratiqué par tous les types de ménages, il sied de signifier que pour la plupart, les produits récoltés sont destinés à la consommation en famille (le mil, le maïs, le riz et le niébé). De très faibles étendues sont exploitées avec des moyens et techniques pas assez développés. Graphique 5. Cultures pratiquées par type de ménages 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 25% 33% 24% 4% 16% 7% 8% 19% 1% 2% RETOURNE REFUGIE HOTE Les denrées les plus cultivées sont par ordre d importance : le Mil (33%), le Maïs (25%), le Riz (24%), le Poivron (19%) et le Niébé (16%). Les céréales sont destinées surtout à la consommation familiale. Le poivron est destiné à la vente. Graphique 6. Source de provenance des moyens de démarrage Pour démarrer leur activité les retournés et refugiés ont plus eu recours aux moyens propres et à l assistance des familles d accueils, tandis que les ménages hôtes ont bénéficiées de l appui du gouvernement et les ONG. Une autre source non négligeable est le prêt, mais il s agit de prêt entre eux-mêmes et non reçu auprès des institutions financières. 19 P a g e

20 Graphique 7. Titre de possession de champ par type de ménage La plupart de ceux qui pratiquent les activités agricoles sont des propriétaires de champs (67%). Cependant, il faut préciser que les ménages hôtes sont plus propriétaires (51%) suivis des ménages retournés (41%). Graphique 1: La dimension des champs par type de ménages L enquête révèle que les champs sont généralement de petites dimensions ne dépassant pas quatre(4) hectares avec une large prédominance des champs avoisinant un(1) hectare. Les difficultés rencontrées Graphique 9. Relevé des difficultés exprimées par les agriculteurs 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 18% 11% 6% 58% 9% 4% 3% 7% 3% 6% RETOURNE REFUGIE HOTE La difficulté la plus exprimée par tous les types de ménages sur ce diagramme est le manque de moyen de production (58%). Ensuite, nous avons le problème de rendement agricole (18%) qui serait lié à plusieurs facteurs. 20 P a g e

21 Les besoins exprimés Enquête Intégrée : Moyens de subsistance, Services communautaires Eau, Hygiène & Assainissement - EIMS/SERCOM/EHA. Janvier 2014 Graphique 10. Relevé des besoins exprimés par les agriculteurs 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 24% 15% 13% 3% 61% 18% RETOURNE REFUGIE HOTE Les agriculteurs ont exprimé un besoin de renforcement en moyens de production (61%), ce qui suppose les matériels et outils aratoires. Les ménages retournés ont, en plus de cela, exprimé le besoin d appui financier (24%). L accès à la terre et l appui en techniques agricoles sont également des besoins exprimés à ne pas négliger Le commerce Le constat Après l agriculture, les activités commerciales sont exercées par une bonne partie de ménages enquêtés. Il faut remarquer que 40% de ces ménages ont un capital variant entre et FCFA ; pendant que 18% ont un capital qui varie entre et FCFA (Graphique 11). Pour démarrer l activité commerciale, la plupart des ménages ont fait recours aux moyens propres : ceci s observe plus chez les ménages hôtes. En, outre, certains réfugiés et retournés ont fait recours aux prêts. L assistance des familles d accueil auprès des réfugiés et retournés pour démarrer les activités commerciales est très faiblement observée (Graphique 12). Graphique 11. Montant du capital investi au démarrage FCA FCFA FCA FCFA FCFA FCFA FCFA FCA FCFA 3% 2% 2% 5% 7% 5% 17% 18% 40% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 21 P a g e

22 Graphique 12. Source des moyens pour le démarrage de l activité commerciale L activité exercée permet-elle de subvenir de façon satisfaisante aux besoins du ménage? Graphique 13. Niveau de satisfaction quant à la prise en charge des besoins Sur les 160 répondants, 41 ménages (dont 1 réfugié, 16 retournés et 24 hôtes) ont fait mention de satisfaction quant à la prise en charge de leurs besoins grâce aux activités commerciales exercées. Est-ce que le stock est renouvelé régulièrement? Graphique 14. Capacité de renouvellement su stock. Les ménages hôtes et plus de la moitié des retournés ont plus de capacité à renouveler leur stock, pendant que seulement 2 réfugiés sur les 18 sont en mesure de le faire de façon régulière. 22 P a g e

23 Tableau 6. Durée d écoulement des produits. Durée d écoulement Effectifs Pourcentage 1-3 JOURS 37 22,55% 3-7 JOURS 97 59,15% 7-15 JOURS 15 9,15% JOURS 8 4,89% PLUS DE 30 JOURS 7 4,26% Total % 59,15% arrivent à écouler leurs produits dans l intervalle de 3 à 7 jours, 4,26% le fait en plus de 30 jours pendant que pour 22,55%, cela se fait dans moins de 3 jours. Les difficultés rencontrées Graphique 15. Relevé de difficultés exprimées par les commerçants 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 30% 24% 3% 14% 4% 1% 8% 13% 1% 1% 1% Le manque de moyens financier (30%) pour avoir un stock conséquent et le manque de clientèle (24%) apparaissent comme principales difficultés. Il s en suit que certains commerçant (13%) enregistrent des pertes (produits avariés, mauvaise gestion). Les besoins exprimés Graphique 16. Relevé des besoins exprimés par les commerçants 60% 40% 20% 0% 56% Appui financier 11% Appui matériel 19% Conseils et formation 5% Suivi 9% Appui en lieu d'exposition La plupart des commerçants ont exprimé un grand besoin de capitaux (56%) ainsi qu un appui en conseil et formations sur les stratégies marketing et autres. Il faut également remarquer que 9% ont besoin d être accompagné pour avoir accès aux stands d exposition dans les marchés. 23 P a g e

24 L élevage Enquête Intégrée : Moyens de subsistance, Services communautaires Eau, Hygiène & Assainissement - EIMS/SERCOM/EHA. Janvier 2014 Le constat L enquête a révélé que l élevage est faiblement pratiqué par tous les types de ménage, car représentant un taux de 1, 5% ; et dont les ménages hôtes sont presque le seul groupe ayant des animaux en élevage. L élevage est représenté principalement par les petits ruminants (chèvres et moutons) et les bovins. Au vu du tableau ci-dessous, 16 têtes de petits ruminants ont été consommés par les ménages contre 8 têtes vendues durant les deux dernières semaines ayant précédés l enquête. Du côté des bovins, c est seulement un (1) seul animal consommé contre deux (2) vendus durant les deux dernières semaines. En tout, nous avons dénombré 330 têtes de petits ruminants et 127 têtes des bovins en élevage pour tous les sites enquêtés. Ces animaux sont repartis entre 12 ménages dont 11 hôtes et 1 ménage retourné. Tableau 7. Situation d animaux par type d élevage Les difficultés rencontrées Graphique 17. Relevé des difficultés exprimées par les éleveurs Manque de soins vétérinaires Conflits agriculteurs/éléveurs Maladie des animaux Manque d'aliments bétails 7% 16% 21% 56% Les difficultés d accès aux aliments bétails et aux soins vétérinaires ont été les plus exprimés par les éleveurs. Il faut cependant noter que 16% ont fait mention des conflits entre agriculteurs et éleveurs. 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 24 P a g e

25 Les besoins exprimés Enquête Intégrée : Moyens de subsistance, Services communautaires Eau, Hygiène & Assainissement - EIMS/SERCOM/EHA. Janvier 2014 Graphique 18. Relevé des besoins exprimés par les éleveurs 60% 40% 20% 0% 38% ALIMENTS BETAIL BESOINS EN ELEVAGE 19% CONSEILS ET FORMATION 43% SOIN VETERINAIRE Les principaux besoins exprimés sont l accès aux soins vétérinaires et à l alimentation bétail ainsi qu un appui en conseil et formation L emploi journalier Le constat Ceux qui exercent des emplois journaliers sont estimés à 4,2% et dont la plupart travaillent comme Docker et des aides maçons. Tableau 8. Nature de l emploi journalier exercé TYPE D EMPLOI JOURNALIER TYPE MENAGE RETOURNE REFUGIE HOTE TOTAL DOKER % 50% 42% MACONNERIE % 33% 33% MANOEUVRAGE % 17% 25% DOMESTIQUE % 0% 0% TOTAL % 100% 100% Les difficultés rencontrées Graphique 19. Relevé des difficultés pour l emploi journalier L irrégularité quant à l accès à l emploi journalier associée à une faible rémunération sont les principales difficultés exprimées par les répondants respectivement en raison de 47% et 28%. 25 P a g e

26 Les besoins exprimés Enquête Intégrée : Moyens de subsistance, Services communautaires Eau, Hygiène & Assainissement - EIMS/SERCOM/EHA. Janvier 2014 Graphique 20. Relevé des besoins exprimés Conseils et formation 35% Appui matériel 17% Appui financier 48% 48 % souhaitent avoir un appui financier pendant que 35 % ont exprimé un besoin en Conseils et formations dans le cadre de l apprentissage des métiers Autres activités Le constat Dans cette catégorie, nous retrouvons une diversité d activité pratiquée par les différents ménages que nous résumons dans le tableau ci-dessous : Tableau 9. Description des autres activités exercées Les pécheurs, les conducteurs de taxi moto, les forgerons, les chauffeurs ainsi que les bouchers sont plus remarqués en raison respectivement de 15%, 12%, 11%, 11% et 8%. 26 P a g e

27 Les difficultés rencontrées Enquête Intégrée : Moyens de subsistance, Services communautaires Eau, Hygiène & Assainissement - EIMS/SERCOM/EHA. Janvier 2014 Graphique 21. Relevé des difficultés exprimées 40% 30% 20% 10% 0% 20% 7% 38% Les besoins exprimés 21% 1% 2% 12% Le manque de capitaux pour développer son activité a été exprimé comme grande difficulté (38%). Pour d autres, c est le manque de la clientèle (20%), faible rémunération (21%), irrégularité de l activité et manque de matières premières. Graphique 22. Relevé des besoins exprimés Conseils et formation 7% Appui matériel 34% Facilitation administrtati ves Appui financier 52% Les sans-emplois. Le constat L enquête indique que 35,3% des répondants n exercent aucune activité. Cette situation serait en lien avec plusieurs facteurs dont la durée de séjour pour le compte des réfugiés et retournés. Le graphique ci-dessous démontre que ce sont ceux qui ont le plus duré au Niger (plus de 6 mois), qui ont le plus d activités. Graphique 23. Activité exercée en fonction de la durée de séjour 27 P a g e

28 La disponibilité à travailler Bien que n exerçant aucune activité, ces personnes ont quand même fait preuve de la disponibilité à pouvoir entreprendre quelque chose si elles recevaient une formation au préalable. 88,7% ont exprimé le désir de pouvoir suivre une formation en termes d apprentissage des métiers. Tableau 10. Expression de besoin en formation Ces besoins en formations et ou apprentissage des métiers ont été relevé par secteurs d activités. Le graphique ci-dessous démontre que nombreux sont ceux qui désirent suivre une formation en conduite d AGR (41,2%) ; 32,3% ont été plus spécifique en choisissant une formation en technique d élevage. Graphique 24. Besoin de formation par secteur d activité 28 P a g e

29 2.3. LES PERSONNES A BESOINS SPECIFIQUES Répartition des Personnes à besoins spécifiques par site Tableau 11. Situation des personnes à besoins spécifiques identifiées par site Le ratio des personnes à besoins spécifique appartenant aux catégories présentés dans le tableau ci-contre est de 0,48 pour 1 ménage Situation des femmes enceintes et allaitantes Tableau 12. Répartition des femmes enceintes et allaitantes par site On dénombre 88 femmes enceintes et 273 femmes allaitantes sur les 453 femmes enquêtées, sous une proportion respective de 19,4% et 60,3%. Les sites de Bosso et Kablewa se distinguent avec le taux le plus élevé des femmes enceintes, soit 32% chacun. Mamouri, Diffa et Bosso sont les sites où il ya le taux le plus élevé des femmes allaitantes, à raison de 22%, 21% et 20%. 29 P a g e

30 Connaissance sur la planification familiale et pratique de la contraception a. Rapport entre l instruction et la connaissance sur la planification familiale Tableau 13. Niveau d instruction et connaissance de la planification familiale L enquête révèle que tous ceux qui ont un niveau d instruction élevé (lycée et université) connaissent c est quoi la planification familiale. Cette tendance décroit selon que les sujets ont un bas niveau d instruction. Cependant, il faut mentionner le fait que 70,6 % de ceux qui n ont aucun niveau d instruction, ont une idée de ce qu est la planification familiale. b. Sensibilisation du conjoint à la pratique de la contraception Tableau 14. Engagement face à la pratique de la contraception SEXE FEMME HOMME TOTAL Engagement à sensibiliser le conjoint sur la contraception Total NON OUI ,9% 81,1% 100,0% ,8% 77,2% 100,0% ,9% 79,1% 100,0% 79,1% des personnes interrogées ont déclaré être prêt à sensibiliser leurs conjoints à la pratique de la contraception. Pendant que 20,9% de cette même population refuse de le faire. 30 P a g e

31 Situation des enfants de 0 à 5 ans Tableau 15. Nombre d enfants de 0 à 5 ans par site Le nombre moyen des enfants de moins de 5 ans par ménage est de 1,89 ; bien qu il existe ceux qui en ont 3 ou P a g e

32 2.4. LES CONDITIONS D HYGIENE ET D ASSAINISSEMENT Utilisation des latrines par les ménages a. Distribution des latrines par type de ménage Graphique 25. Existence de latrine propre au ménage b. Distribution des latrines par site Graphique 26. Répartition des latrines par site L enquête démontre qu une très grande majorité des ménages n ont pas de latrines ; car seuls 76 en possèdent sur l ensemble de la population concernée par l enquête (934 ménages). La couverture en latrine est de l ordre de 17% chez les retournés et 13% chez les refugiés. 70% des latrines disponibles sont trouvables auprès des ménages hôtes. Le site de Bagara est le site où il y a plus de latrines pendant que Kablewa, Bosso et Diffa sont les sites qui ont le plus de ménages ne disposant pas de latrines. 32 P a g e

33 c. Pourquoi le manque des latrines Graphique 27. Raison de la non possession des latrines Le graphique ci-contre indique que le manque de moyens pour construire une latrine a été avancé par presque tous les ménages comme motif de ne pas en avoir. d. Le lieu de défécation pour ceux qui n ont pas de latrine Tableau 16. Lieu de défécation pour les sans latrines LIEU D AISANCE Effectifs Pourcentage valide Brousse ,6 Chez le voisin 3 0,4 0,4% font recours aux latrines des voisins et 99,6% pratiquent la défécation à l aire libre. Total ,0 e. Conditions d hygiènes dans les latrines existantes Tableau 17. Observation des conditions d hygiènes dans les latrines (a) Le taux moyen d insalubrité dans les latrines existantes est de 68%. 33 P a g e

34 Tableau 18. Observation des conditions d hygiènes dans les latrines (b) Le taux moyen de salubrité dans les latrines existantes est de 30%. f. Désir d avoir une latrine Tableau 19. Expression du désir d avoir une latrine BESOIN DE LATRINE Effectifs Pourcentage Oui ,2 Non 14 1,5 Aucune réponse 96 10,3 Total , La gestion des ordures ménagères Pour ceux qui n ont pas des latrines 88,2% ont exprimé le désir d en avoir contre 1,5% de refus. Les raisons du refus sont : Crainte d effondrement, le coût de l entretien, culture. Graphique 28. Observation du dispositif de gestion des ordures ménagères L enquête indique que pour presque tous les ménages, il n existe pas de dispositif pour la gestion des ordures. 34 P a g e

35 La pratique du lavage des mains au savon Tableau 20. Observation du lavage des mains au savon aux moments critiques Le tableau ci-contre indique que le taux moyen de la pratique du lavage des mains au savon aux moments critiques est de 25%. Ceci veut dire qu en moyenne 75% de ces populations ne se lavent pas les mains au savon aux moments clés. Situation qui les exposes aux maladies féco-orales L hygiène de l eau de boisson a. Source d eau de boisson Graphique 29. Source d eau de boisson par site Pour certains ménages habitant Bosso, Diffa, Kablewa, Mamouri, Nguelkolo et Toumour, l eau des mares et/ou de la rivière Komadougou est plus utilisée pour la boisson. 35 P a g e

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Date : L évaluation multisectorielle s est déroulée du 26 au 28/08/2015. Zone d évaluation : Localité

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Notre projet en 2009 Prendre soin des orphelins, des nouveaux-nés, des femmes ayant des problèmes d allaitement, des prématurés et des enfants malnutris

Plus en détail

3.1.- Présentation du contenu du Questionnaire ménage du 3 ème RGP/H.

3.1.- Présentation du contenu du Questionnaire ménage du 3 ème RGP/H. Chapitre 3 : Elaboration des Documents Techniques Ce chapitre traitera de l élaboration du questionnaire qui a servi à la collecte des données sur le terrain et des autres documents techniques, notamment

Plus en détail

CHAPITRE IV : FECONDITE DIFFERENTIELLE

CHAPITRE IV : FECONDITE DIFFERENTIELLE CHAPITRE IV : FECONDITE DIFFERENTIELLE INTRODUCTION Les informations recueillies lors du dénombrement du 3 ème RGPH-2001 permettent d analyser les caractéristiques démographiques, socioéconomiques et culturelles

Plus en détail

Rapport de la mission conjointe HCR-FAO-CNR-INTERSOS-ADSSE dans la cité d ABA, en Territoire de FARADJE. Du 07 au 12 Mars 2014

Rapport de la mission conjointe HCR-FAO-CNR-INTERSOS-ADSSE dans la cité d ABA, en Territoire de FARADJE. Du 07 au 12 Mars 2014 1 FAO CNR Rapport de la mission conjointe HCR-FAO-CNR-INTERSOS-ADSSE dans la cité d ABA, en Territoire de FARADJE Du 07 au 12 Mars 2014 Participants à la Formation Entretien avec un ménage de rapatrié

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet CARE International au Tchad B.P. 106 725,Avenue du Colonel Moll N Djamena, Republique du Tchad Tél: (+235) 52 27 79 Fax: (+235) 52 46 69 Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de

Plus en détail

GUIDE UNIQUE DE MISE EN ŒUVRE ET DE GESTION DU PROCESSUS DE CIBLAGE DES MENAGES PLUS PAUVRES

GUIDE UNIQUE DE MISE EN ŒUVRE ET DE GESTION DU PROCESSUS DE CIBLAGE DES MENAGES PLUS PAUVRES REPUBLIQUE DU BENIN COMITE SOCLE DE PROTECTION SOCIALE GUIDE UNIQUE DE MISE EN ŒUVRE ET DE GESTION DU PROCESSUS DE CIBLAGE DES MENAGES PLUS PAUVRES Banque mondiale, Mai 2014 1 Table des matières Contenu

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve GROUPE HUMANITAIRE SECURITE ALIMENTAIRE Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve Assistance Alimentaire

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

PRESENTATION DE L AMAB ET DE SES PRODUITS

PRESENTATION DE L AMAB ET DE SES PRODUITS PRESENTATION DE L ET DE SES PRODUITS PRESENTATION L Assurance Mutuelle Agricole du Bénin en abrégé est une société d assurance mutuelle (SAM) à cotisations fixes avec conseil d administration, régie par

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Côte d Ivoire. Evaluation de la sécurité alimentaire à l Ouest et au Nord

Côte d Ivoire. Evaluation de la sécurité alimentaire à l Ouest et au Nord Côte d Ivoire Evaluation de la sécurité alimentaire à l Ouest et au Nord Côte d Ivoire Evaluation de la sécurité alimentaire à l Ouest et au Nord Données collectées en octobre 2013 Rapport préparé par

Plus en détail

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté par Seidi Mohamed Abdourahmane

BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté par Seidi Mohamed Abdourahmane Association : Conscientisation et Réflexion pour la Promotion de L Elevage. (ACRPE) Arrêté n 0033/MI/SP/D/DGAPJ/DLP BP : 24 Tahoua Tel : 96 59 05 77 E-mail : ass.acrpea@yahoo.fr BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté

Plus en détail

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR RAPPORT GLOBAL 2012 JORDANIE Présence du HCR en 2012 Nombre de bureaux 1 Effectifs totaux 222 Internationaux 23 Nationaux 77 JEA 3 VNU 7 Autres 112 Faits marquants Aperçu L environnement de protection

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

EVOLUTION DE LA VULNERABILITE DES MENAGES DE

EVOLUTION DE LA VULNERABILITE DES MENAGES DE Système des Nations Unies UN Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism McRAM EVOLUTION DE LA VULNERABILITE DES MENAGES DE LA VILLE DE TOLIARY PENDANT LA PERIODE DE CRISE POLITIQUE MCRAM JUILLET 2012 MADAGASCAR

Plus en détail

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Le programme ANO (Assainissement Nord Ouest) a été mis en œuvre par un consortium de trois associations : o Action contre la Faim (ACF),

Plus en détail

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés JAPON Nomenclature CHIHO-KOMUIN-KYOSAI CHIHO-KOMUIN-ONKYU CHIHO-KOMUIN-SAIGAI HOSYO CHIHO-KOKUMINN-KYOSAI- KYUGYO-KYUFU-TO IZOKU-NENKIN JIDEO-TEATE JIDO-FUYO-TEATE KOKKA-KOMUIN-KYOSAI KOKKA-KOMUIN-ONKYU

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

MISSION DE VERIFICATION D'INFORMATION ET PROTECTION DES CIVILES - AGUEL-HOC

MISSION DE VERIFICATION D'INFORMATION ET PROTECTION DES CIVILES - AGUEL-HOC 1 MISSION DE VERIFICATION D'INFORMATION ET PROTECTION DES CIVILES - AGUEL-HOC IEDA Relief 25 au 27 Juin 2014 Participants : Chef du bureau MINUSMA de Kidal ; Chef de mission IEDA-Relief ; Section Droits

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 «Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 Enquête réalisée par www.paris21.tv en partenariat avec la Société de Banque et d Expansion et de Paris Développement 17 Septembre 2014 www.netsbe.fr

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS)

23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS) 23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS) Rabat (Maroc) du 04 au 07 décembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION (1/2) La description du 4 ème RNA; La méthodologie utilisée;

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé INFORMATIONS GÉNÉRALES Termes de référence créés/mis à jour le 13 janvier 2015 Titre Secteur Lieu d affectation (ville, pays) Durée de l affectation Juriste associé

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 5 Circulaires de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse Signalisation des circulaires du 1er janvier au 31

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37

Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37 Livret pour l Assainissement en Milieu Rural ²²² Communes de Ngogom et de Gainte Kaye Plan du livret Page 02 Présentation du projet Page 05 La mise en œuvre du service public d assainissement Page 08 L

Plus en détail

Sur la base du développement précédent, on peut alors s interroger sur la manière dont les Fulbe parviennent à maintenir et à développer leur

Sur la base du développement précédent, on peut alors s interroger sur la manière dont les Fulbe parviennent à maintenir et à développer leur Résumé Au Bénin, les Fulbe sont considérés comme des pastoralistes parce que l élevage de bétail généralement alimenté par le pâturage naturel représente la principale activité dont ils tirent l essentiel

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

MISSION DE SUIVI/MONITORING DES SITES DE DEPLACES DANS LE NORD DU BENIN. Date de la mission : Du 15 au 21 Décembre 2010

MISSION DE SUIVI/MONITORING DES SITES DE DEPLACES DANS LE NORD DU BENIN. Date de la mission : Du 15 au 21 Décembre 2010 MISSION DE SUIVI/MONITORING DES SITES DE DEPLACES DANS LE NORD DU BENIN Date de la mission : Du 15 au 21 Décembre 2010 James Léon-Dufour, Physical Site Planner ERT/UNCHR Abraham Asondou, Field Program

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

FICHE SIGNALETIQUE. Cœur de Flandre. 1. Profil Territoire. 2 Profil Fiscal

FICHE SIGNALETIQUE. Cœur de Flandre. 1. Profil Territoire. 2 Profil Fiscal FICHE SIGNALETIQUE Pays Cœur de Flandre Consultable sur www.sigale.nordpasdecalais.fr Le pays a été reconnu le 9 mars 2004 et le premier contrat a été signé le 15 décembre 2004. Il comporte 45 communes

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali

Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali Programme de recherche du CGIAR sur le Changement Climatique, l Agriculture et la Sécurité Alimentaire (CCAFS) Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali Décembre 2011

Plus en détail

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES Commission du Bassin du Lac Tchad Siège CBLT - BP 727 - N Djamena - Tchad Tel: +235 22 52.41.45 Fax: +235 22 52.41.37 E-mail : cblt_lcbc@intnet.td RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines»

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Introduction : Le XXè siècle a connu plus de déplacements de personnes qu aucune autre période. Les migrations peuvent être internes aux pays ou bien régionales et

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire

L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Fatou Ndoye Virginie DATTLER enda Graf 2010 La crise économique et financière qui frappe le monde, est encore

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

PROGRAMME MIAGHA : RAPPORT D ACTIVITE 2010/2011

PROGRAMME MIAGHA : RAPPORT D ACTIVITE 2010/2011 Association de Développement A but non lucratif. B.P. 191 Dschang. Tel.(00237) 77 76 14 61 / 99 71 64 75/ 99 06 81 15 E mail : pipadcam@yahoo.fr http://www.pipad.org «Aider les plus pauvres à s auto- développer»

Plus en détail

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et URC/HCI : PROTOCOLE DE RECHERCHE ET D EVALUATION Evaluation de la Dissémination du Niger au Mali des meilleures pratiques de la mise en œuvre du collaboratif d amélioration des soins obstétricaux et néonataux

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Le Réseau de Systèmes d Alerte Précoce contre la Famine Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Ouagadougou, Burkina Faso 18-20 Novembre 2013 Plan A. Qu est-ce que FEWS NET? B. Les

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104

DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104 CENTRE D ÉDUCATION DES ADULTES DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104 ÉLABORÉ PAR RICHARD ROUSSEAU, ENSEIGNANT EN MATHÉMATIQUES, CENTRE D ÉDUCATION DES ADULTES L ESCALE COMMISSION SCOLAIRE DE L AMIANTE MAI 005

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

PROTECTION DE PRODUITS EN IG

PROTECTION DE PRODUITS EN IG PROTECTION DE PRODUITS EN IG Ousman ABDOU Ingénieur Agrométéorologue Expert de l Agriculture en IG Point focal IG/OAPI Direction Générale de l Agriculture Tel: (00227) 90 34 09 28 Email: ous_ab@yahoo.fr

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens

Chats. Chiens SONDAGE LÉGER. On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens SONDAGE LÉGER On estime qu en 2013, les Québécois ont fait l acquisition d environ 730 000 chats et chiens Laval, le 25 février 2014. C est ce que révèle une toute nouvelle étude 1 réalisée dans le cadre

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail