Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?"

Transcription

1 Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux IV, Avenue Léon Duguit, Pessac, France Téléphone: 33(0) Résumé Cet article propose une méthode simple pour estimer l'erreur que font les conducteurs automobiles lorsqu'ils évaluent leur risque de commettre une accident. Cette évaluation est obtenue en considérant le choix d'un contrat d'assurance. Les résultats empiriques proviennent de l'exploitation d'une base de données fournie par une compagnie d'assurance française. Mots-clés : Choix discret ; comportement vis-à-vis du risque ; contrat d'assurance Classification JEL : C23 ; C25 ; D81 1. Introduction Jusqu'à présent, peu d'études empiriques ont été réalisées sur la perception du risque : Manove et Padilla [1999] ont introduit cette notion sur le marché du crédit, en considérant la perception du risque de faillite de la part des entrepreneurs. Viscusi [1999] s'est intéressé au domaine de la santé en traitant de la perception du risque d'être atteint d'un cancer du poumon. Dans le présent article, on se donne pour objectif de savoir si oui ou non les individus évaluent correctement leur risque d'être responsable d'un accident routier. Sur les bases d'un modèle très simple de choix d'un contrat d'assurance, et en utilisant un fichier de données de conducteurs assurés auprès d'une compagnie d'assurance française, il apparaît que les conducteurs surestiment leur risque. 2. Modèle théorique L'idée originale de cette recherche consiste à mesurer l'éventuel biais d'évaluation du risque à travers le choix d'un contrat d'assurance automobile. Considérons un individu qui doit se décider entre deux types de contrat : - un contrat minimaliste "Responsabilité Civile", noté RC : il couvre les dommages survenus à l'encontre d'une tierce personne, si l'individu est responsable de l'accident ; - un contrat complet "Tous Risques", noté TR : il couvre, en plus de RC, les dommages sur le véhicule de l'individu.

2 Ainsi, l'individu doit-il prendre en compte les trois éléments suivants : - sa probabilité perçue q d'être à l'origine d'un accident : il se peut que q diffère de sa vraie valeur p ; - le paiement immédiat de la prime d'assurance : P RC et P TR ; - l'espérance des coûts à payer en cas de responsabilité : L, lorsque RC a été choisi ou X=min(L, D) lorsque TR a été choisi (D étant le montant de la franchise associée au contrat). Si l'on opte pour une spécification linéaire de la propension à choisir le contrat TR, on a : P(contrat = TR) = a 0 + a 1 (P TR - P RC ) + a 2 q(l - X) a 0 est une constante supposée prendre en compte tout ce qui, en dehors des primes, coûts espérés et probabilité perçue, peut influencer le choix du contrat TR. Il peut s'agir en particulier de l'aversion pour le risque et des caractéristiques individuelles. D'autres spécifications de propension de choix ont été testées, mais elles ne donnaient pas de signes "corrects" pour a 1 et a 2 : en effet, on s'attend en toute logique à ce que a 1 <0 et a 2 >0. Enfin, si l'on imagine que l'individu évalue mal son risque de commettre un accident, il y a une différence entre son vrai risque p et son risque perçu q. Comme le but de cette recherche est de mesurer l'erreur de perception du risque, il est nécessaire de spécifier une relation entre p et q. On peut penser à une déformation du risque concave ou convexe de type q=p γ, où γ>0 ou γ=0. Ainsi, - si γ<1, l'individu surestime son risque : il est pessimiste ; - si γ=1, l'individu estime correctement son risque : il est réaliste ; - si γ>1, l'individu sous-estime son risque : il est optimiste ; Le modèle théorique devient alors : P(contrat = TR) = a 0 + a 1 (P TR - P RC ) + a 2 p γ (L - X) 3. Modèle économétrique Pour traiter le problème de manière économétrique, on utilise un modèle Logit binaire, puisque la variable du choix de contrat possède deux modalités. Contrat i est donc régressée sur la "variable de décision" a 0 + a 1 (P itr - P irc ) + a 2 p i γ (L i - X i ). Ainsi, si cette dernière variable est positive, l'individu i choisira un contrat TR : où : contrat i = 1 si a 0 + a 1 (P itr - P irc ) + a 2 p i γ (L i - X i )+ u i > 0 contrat i = 0 sinon - a 0 + a 1 (P itr - P irc ) + a 2 p i γ (L i - X i )+ u i représente la variable latente du modèle ;

3 - u i est le terme d'erreur supposé suivre la loi logistique. Si l'on souhaite estimer à la fois la déformation du risque, à travers γ, et les coefficients a j, j = 0, 1, 2, on procède à une estimation Logit non linéaire. Deux méthodes sont alors envisageables : - soit une méthode directe, utilisant la procédure "nlmixed' du logiciel SAS ; - soit une méthode plus "classique" consistant à fixer le coefficient γ (source de non linéarité): pour chaque valeur fixée de γ, on estime les aj, grâce à un modèle Logit linéaire, cette fois-ci (avec la procédure "logit" de SAS, par exemple), et l'on retient la valeur correspondante de la fonction de vraisemblance. On agit de même pour différentes valeurs de γ afin d'obtenir un ensemble de couples "γ / vraisemblance". On doit alors sélectionner le couple où la fonction de vraisemblance est maximale, ce qui fournit la valeur estimée de γ (et par suite celles des a j ). Ces deux méthodes donnent les mêmes résultats comme on va le constater dans la prochaine section, après avoir présenté la base de données du travail. 4. Estimations Les données On exploite une base de données d'environ conducteurs assurés en 1998 auprès de la MAIF (Mutuelle Assurance de Instituteurs de France). Pour chaque conducteurs, quatre types de variables sont disponibles : - le contrat choisi : RC ou TR ; - la prime payée : P RC ou P TR ; - le montant D de la franchise si TR est choisi ; - si oui ou non le conducteurs a causé un accident en 1998 (responsabilité) ; - le coût de l'accident (si la responsabilité est engagée) ; - des caractéristiques individuelles : sexe, âge et profession. Or, pour mener à bien les estimations, d'autres variables sont nécessaires : - la prime qui aurait été payée si le contrat alternatif avait été choisi ; - l'espérance des coûts d'accident si le contrat alternatif avait été choisi ; - le vrai risque de responsabilité, p. Voici comment ces variables ont été calculées : soit un conducteur i pour lequel on souhaite obtenir ces trois variables. Toutes peuvent être en fait obtenues en considérant leur moyenne arithmétique, sur les conducteurs partageant les mêmes caractéristiques individuelles que le conducteur i.

4 4. 2. Optimisme ou pessimisme? Pour plus de simplicité, on suppose que les conducteurs ont tous les mêmes préférences : cela permet de mener une estimation sur l'ensemble de la base de données. Les résultats sont les suivants : Paramètre Estimation Ecart-type t-value Pr> t γ 0,5611 0, ,63 < 0,0001 a 0 0,7398 0, ,96 < 0,0001 a 1-0,8259 0, ,01 < 0,0001 a 2 3,8493 0,6974 5,52 < 0,0001 La valeur γ = 0,56, inférieure à 1 indique que les conducteurs sont pessimistes : leur vrai risque est surestimé. Ainsi, si l'on note : - p, le vrai risque moyen (calculé sur tous les individus, sans les distinguer selon leurs caractéristiques individuelles), et - q, le risque estimé en moyenne sur tout l'échantillon, on a : q = 0,07 0,56 = 0,226 = 22,6% ce qui est largement supérieur au vrai risque moyen p = 7%. Ce résultat semble recevable dans la mesure où le signe des coefficients a j est correct par rapport à ce que l'on s'attendait. En outre, la proportion des conducteurs français qui craignent d'avoir un accident est de 31% selon les résultats de l'enquête européenne SARTRE 1 menée dans 19 pays au cours des années On retiendra donc du pessimisme de la part des conducteurs assurés à la MAIF quant à leur risque de responsabilité : γ = 0,56 < 1 : pessimisme Comparaisons selon des catégories d'individus On peut également étudier la perception du risque selon la sinistralité passée du conducteur. Ainsi, les résultats indiquent-ils que les responsables d'un accident l'année précédente (1997) sont plus pessimistes que les non responsables :

5 Par ailleurs, si l'on compare les conducteurs selon les trois caractéristiques individuelles dont on dispose, on a : -SEXE : les hommes sont plus pessimistes que les femmes ou (autre formulation) les hommes sont moins réalistes que les femmes -PROFESSION : les enseignants sont moins réalistes que les autres catégories professionnelles -AGE : il est difficile d'obtenir des résultats convenables selon ce critère, les estimations n'étant pas logiques (signes incorrects des a j ) ou absentes (échantillons trop petits). On peut prolonger cette étude en tenant compte de l'aversion au risque, et donc en introduisant une fonction d'utilité. Cela a fait l'objet de la recherche menée dans la thèse "Information sur le Risque en Assurance et Analyse Empirique de sa Perception Individuelle". Les résultats obtenus sont globalement semblables à ceux présentés ici, mais apportent bien plus d'informations sur le comportement des conducteurs. Remerciements : Je tiens à exprimer tous mes remerciements à S. Bazen, G. Carlier, V. Joly, J.C. Rochet, B. Salanié, F. Salanié pour leurs nombreux commentaires et leur aide. Bibliographie Koufopoulos, K. (2002) Asymmetric information, heterogeneity in risk perception and insurance: an explanation to a puzzle. Lépine, N. (2003) Information sur le Risque en Assurance et Analyse Empirique de sa Perception Individuelle, Thèse de Doctorat, Université des Sciences Sociales de Toulouse 1. Manove, M. and Padilla, A. J. (1999) Banking (conservatively) with optimists, RAND Journal of Economics, Vol. 30, No. 2, SARTRE 1, Project on Social Attitudes to Road Traffic in Europe n 1, (1990') Les conducteurs d'automobiles et l'insécurité routière en Europe, Viscusi, W. K. (1990) Do smokers underestimate risks?, Journal of Political Economy, Vol. 98, No. 6.

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière

TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Mathématiques Appliquées Cours-TD : K. Abdi, M. Huaulmé, B. de Loynes et S. Pommier Université de Rennes 1 - L1 AES - 009-010 TD 3 : suites réelles : application économique et nancière Exercice 1 Calculer

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE

ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE ANTISELECTION ET CHOIX D'ASSURANCE : LE CAS DU VOL EN HABITATION UNE APPROCHE DE LA MESURE DU PHENOMENE Yannick MACÉ Statisticien-Economiste Responsable du Secteur Analyses Techniques, Groupama (C.C.A.M.A.)

Plus en détail

Mémoire d Actuariat Tarification de la branche d assurance des accidents du travail Aymeric Souleau aymeric.souleau@axa.com 3 Septembre 2010 Plan 1 Introduction Les accidents du travail L assurance des

Plus en détail

Comment ne pas construire un score-titanic

Comment ne pas construire un score-titanic Comment ne pas construire un score-titanic Mon mailing Olivier Decourt ABS Technologies / Educasoft Formations 1- Les principes 2- Un premier exemple : les vins de France 3- Mise en œuvre sous SAS 4- Un

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

ÉTUDES QUANTITATIVES. Collection MCAM Identifiant : ENQUÊTE. Jean-Claude BORDICHINI. Publication le 14 octobre 2013 Version 1.b

ÉTUDES QUANTITATIVES. Collection MCAM Identifiant : ENQUÊTE. Jean-Claude BORDICHINI. Publication le 14 octobre 2013 Version 1.b ÉTUDES QUANTITATIVES Collection MCAM Identifiant : ENQUÊTE Jean-Claude BORDICHINI Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

R.C. Professionnelle Déclaration sinistre

R.C. Professionnelle Déclaration sinistre R.C. Professionnelle Déclaration sinistre AMMA ASSURANCES a.m. Association d assurance mutuelle à cotisations fixes conformément à l article 2, 2 de la Loi du 25.06.1992 (M.B. 20.08.1992) agréée sous le

Plus en détail

Impact de la crise financière sur les attitudes et les croyances des investisseurs particuliers

Impact de la crise financière sur les attitudes et les croyances des investisseurs particuliers Etude OEE / ENS Cachan Impact de la crise financière sur les attitudes et les croyances des investisseurs particuliers André de Palma (ENS, X) Nathalie Picard (UCP, X) AFG, 15 Février 2011 Plan de la présentation

Plus en détail

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Laurent Denant Boemont octobre 2008 Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance 2 J. Hamburg (2005) Along came Polly 1 Introduction

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

Pondération du Panel suisse des ménages. PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés. Description détaillée des tâches

Pondération du Panel suisse des ménages. PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés. Description détaillée des tâches Pondération du Panel suisse des ménages PSM I Vague 6 PSM II Vague 1 PSM I et PSM II combinés Description détaillée des tâches Caroline Cauchon et Michel Latouche Statistique Canada 16 mars 2006 Tables

Plus en détail

Échantillonnage. Pierre Neuvial, http://stat.genopole.cnrs.fr/~pneuvial Evry, M1 SGO, automne 2014

Échantillonnage. Pierre Neuvial, http://stat.genopole.cnrs.fr/~pneuvial Evry, M1 SGO, automne 2014 Démarche Statistique 1 Échantillonnage Pierre Neuvial, http://stat.genopole.cnrs.fr/~pneuvial Evry, M1 SGO, automne 2014 Introduction Objectif statistique descriptive: sur l'échantillon statistique inférentielle:

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

Affaires dommages en Suisse

Affaires dommages en Suisse Affaires dommages en Suisse 15 Primes émises Total des primes Assurance accidents* 2 762 2 821 2 818 Assurance maladie* (sans assurance de base) 6 323 6 318 8 687 Assurance RC et de véhicules automobiles

Plus en détail

LA PERCEPTION DU RISQUE D ÊTRE ARRÊTÉ POUR CONDUITE AVEC CAPACITÉS AFFAIBLIES*

LA PERCEPTION DU RISQUE D ÊTRE ARRÊTÉ POUR CONDUITE AVEC CAPACITÉS AFFAIBLIES* LA PERCEPTION DU RISQUE D ÊTRE ARRÊTÉ POUR CONDUITE AVEC CAPACITÉS AFFAIBLIES* par Georges Dionne, Claude-Denys Fluet, Denise Desjardins et Stéphane Messier Centre de recherche sur les transports, Université

Plus en détail

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL

La régression logistique. Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL La régression logistique Par Sonia NEJI et Anne-Hélène JIGOREL Introduction La régression logistique s applique au cas où: Y est qualitative à 2 modalités Xk qualitatives ou quantitatives Le plus souvent

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités Les 5 étapes du management des risques routiers pour les entreprises et les collectivités Qu'est-ce que le C.P.A.T.S.? Le C.P.A.T.S., Centre de Psychologie Appliquée aux Transports et à leur Sécurité,

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL EFFET DE LA PERCEPTION DU RISQUE SUR LE COMPORTEMENT DES CONDUCTUERS PROFESSIONNELS DE CAMIONS

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL EFFET DE LA PERCEPTION DU RISQUE SUR LE COMPORTEMENT DES CONDUCTUERS PROFESSIONNELS DE CAMIONS UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL École des Sciences de la Gestion EFFET DE LA PERCEPTION DU RISQUE SUR LE COMPORTEMENT DES CONDUCTUERS PROFESSIONNELS DE CAMIONS MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

Hypothèses. Marianne Tenand Microéconomie 1 (2015-2016) - Département d'économie ENS

Hypothèses. Marianne Tenand Microéconomie 1 (2015-2016) - Département d'économie ENS Marianne Tenand Microéconomie 1 (2015-2016) - Département d'économie ENS Anti-sélection sur le marché de l'assurance santé Le modèle Rothschild-Stiglitz Le modèle Rothschild-Stiglitz permet d'illustrer

Plus en détail

Données qualitatives, modèles probit et logit

Données qualitatives, modèles probit et logit Données qualitatives, modèles probit et logit I Un modèle pour données qualitatives Cette section est fortement inspirée du cours de Christophe Hurlin. On est confronté à des données qualitatives en micro-économie

Plus en détail

Normes IFRS et Solvabilité 2

Normes IFRS et Solvabilité 2 Normes IFRS et Solvabilité 2 Norme IFRS 4 contrats d assurance Lyon, lundi 28 septembre 2009 Pierre Thérond http://www.pierretherond.fr Sommaire 1. Historique 2. Champ d application 3. Principales caractéristiques

Plus en détail

L entrepreneuriat en France

L entrepreneuriat en France Centre d analyse stratégique Économie Finances Octobre 2012 L entrepreneuriat en France Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque des créateurs d entreprises? ANNEXES Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Deux formules pour estimer les charges des tâches

Deux formules pour estimer les charges des tâches 1 Deux formules pour estimer les charges des tâches Par : Abdel YEZZA, Ph.D. Parmi les activités d'un chef de projet, l'élaboration du planning projet et l'estimation initiale des charges relatives aux

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7.

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7. UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre Fiche N 7 (avec corrigé) L objet de ce TD est de vous initier à la démarche et à quelques

Plus en détail

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives

Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Analyse des données - Méthodes explicatives (STA102) Introduction au cours STA 102 Analyse des données : Méthodes explicatives Giorgio Russolillo giorgio.russolillo@cnam.fr Infos et support du cours Slide

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Choix de Portefeuille Christophe Boucher Chapitre 1. Théorie de la décision en avenir incertain Critère d espérance d utilité L attitude vis-à-vis du risque Chapitre 2. Rendements et critères

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Gestion du manque de données Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

AVERSIONRISK Rôle de l'aversion au risque des agriculteurs dans l'utilisation de pesticides et implications pour la régulation

AVERSIONRISK Rôle de l'aversion au risque des agriculteurs dans l'utilisation de pesticides et implications pour la régulation AVERSIONRISK Rôle de l'aversion au risque des agriculteurs dans l'utilisation de pesticides et implications pour la régulation D. Bougherara, INRA, UMR 1135 LAMETA, F-34000 Montpellier, France APR 2009

Plus en détail

Connaissance Financière et de la Dette chez les Personnes Pauvres en France

Connaissance Financière et de la Dette chez les Personnes Pauvres en France Connaissance Financière et de la Dette chez les Personnes Pauvres en France Cherif DIAGNE (Doctorant au sein de la Chaire Banques Populaires à Audencia-Nantes Ecole de Management) Nils POUSSIELGUES (Chargé

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

ACT-2040 : Assurances I.A.R.D : Tarification et évaluation Hiver 2013 (Cours obligatoire - 3 crédits)

ACT-2040 : Assurances I.A.R.D : Tarification et évaluation Hiver 2013 (Cours obligatoire - 3 crédits) Université du Québec à Montréal Faculté des Sciences Département de mathématiques Section Actuariat ACT-2040 : Assurances I.A.R.D : Tarification et évaluation Hiver 2013 (Cours obligatoire - 3 crédits)

Plus en détail

Auto Standard ASSURANCES DE BIENS. Conducteurs ayant du bonus et au moins 3 ans d assurance. Automobile. Notice. Garantie du conducteur incluse

Auto Standard ASSURANCES DE BIENS. Conducteurs ayant du bonus et au moins 3 ans d assurance. Automobile. Notice. Garantie du conducteur incluse ASSURANCES DE BIENS Automobile ( Auto ) Standard Conducteurs ayant du bonus et au moins 3 ans d assurance Notice Garantie du conducteur incluse Excellents principes indemnitaires Bris de glace sans franchise

Plus en détail

Université d Orléans - Maitrise Econométrie Econométrie des Variables Qualitatives

Université d Orléans - Maitrise Econométrie Econométrie des Variables Qualitatives Université d Orléans - Maitrise Econométrie Econométrie des Variables Qualitatives Examen Décembre 00. C. Hurlin Exercice 1 (15 points) : Politique de Dividendes On considère un problème de politique de

Plus en détail

Économétrie 2 : données qualitatives, probit et logit

Économétrie 2 : données qualitatives, probit et logit URCA Hugo Harari-Kermadec 2008-2009 harari@ecogest.ens-cachan.fr Économétrie 2 : données qualitatives, probit et logit I Un modèle pour données qualitatives Cette section est fortement inspirée du cours

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Analyse des données individuelles groupées

Analyse des données individuelles groupées Analyse des données individuelles groupées Analyse des Temps de Réponse Le modèle mixte linéaire (L2M) Y ij, j-ième observation continue de l individu i (i = 1,, N ; j =1,, n) et le vecteur des réponses

Plus en détail

Flottes automobiles de la cartographie des risques au plan de prévention

Flottes automobiles de la cartographie des risques au plan de prévention Sommaire Flottes automobiles de la cartographie des risques au plan de prévention Quelques chiffres Les enjeux du risque routier pour l entreprise La charge des sinistres Cartographie des risques routiers

Plus en détail

PROBABILITES TRAVAUX DIRIGES

PROBABILITES TRAVAUX DIRIGES Université de Caen Basse-Normandie U.F.R. de Sciences Economiques et de Gestion Année universitaire 2009-2010 LICENCE ECONOMIE ET GESTION Semestre 3 L2 PROBABILITES TRAVAUX DIRIGES (18 heures) Hélène Ferrer

Plus en détail

L effet joint de l auto-protection et de l auto-assurance en santé

L effet joint de l auto-protection et de l auto-assurance en santé L effet joint de l auto-protection et de l auto-assurance en santé Fabrice YAFIL CERESUR, Université de la Réunion, Faculté de Droit et d Economie, 5 avenue René Cassin, BP 75, 9775 Saint Denis Cedex 9,

Plus en détail

Mesure et gestion des risques d assurance

Mesure et gestion des risques d assurance Mesure et gestion des risques d assurance Analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière Congrès annuel de l Institut des Actuaires 26 juin 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr

Plus en détail

L Assurance. L Assurance

L Assurance. L Assurance L Assurance Benjamin Leroy et Sébastien Vidal L Assurance Définition et Historique Assurance directe et privée Assurance indirecte et Assurance sociale Mutuelle Fondement économique de l assurance 2 Définition

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

REGRESSION LOGISTIQUE ASSURES BELGES

REGRESSION LOGISTIQUE ASSURES BELGES REGRESSION LOGISTIQUE ASSURES BELGES Cte étude concerne l assurance automobile. L échantillon est constitué de 1106 assurés belges observés en 1992 répartis en deux groupes. Les assurés qui n ont eu aucun

Plus en détail

Baromètre Image des Assureurs

Baromètre Image des Assureurs Contacts : Alain RENAUDIN / Frédéric ALBERT Shanghai Paris Toronto Buenos Aires 2005-5 édition www.ifop.com Baromètre Image des Assureurs Introduction 1 Les objectifs et la méthodologie Cette 5ème édition

Plus en détail

Observatoire. Étude & Documents. Métiers et formations des salariés handicapés dans l'assurance. juillet 2000 DE L ÉVOLUTION

Observatoire. Étude & Documents. Métiers et formations des salariés handicapés dans l'assurance. juillet 2000 DE L ÉVOLUTION DE L ÉVOLUTION DES MÉTIERS DE L ASSURANCE Étude & Documents Métiers et formations des salariés handicapés dans l'assurance juillet 2000 Étude réalisée dans le cadre de la première convention FFSA/Agefiph

Plus en détail

Créer et modifier un fichier d'import des coordonnées approximatives avec Excel

Créer et modifier un fichier d'import des coordonnées approximatives avec Excel Créer et modifier un fichier d'import des coordonnées approximatives avec Excel Manuel d'utilisation Date: 26.03.2015 Version: 1.0 Auteur: Christoph Rüfenacht Statut: En cours Libéré Classification: publique

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Conditions d application des méthodes statistiques paramétriques :

Conditions d application des méthodes statistiques paramétriques : Conditions d application des méthodes statistiques paramétriques : applications sur ordinateur GLELE KAKAÏ R., SODJINOU E., FONTON N. Cotonou, Décembre 006 Conditions d application des méthodes statistiques

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Module 2 29 Décembre 2009 Intervenant: Dhuin STATISTIQUES

Module 2 29 Décembre 2009 Intervenant: Dhuin STATISTIQUES STATISTIQUES I. Séries statistiques simples... 1 A. Définitions... 1 1. Population... 1 2. Caractère statistique... 1 B. Séries classées / représentations graphiques.... 2 1. Séries classées... 2 2. Représentations

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Cahiers métho dologiques

Cahiers métho dologiques le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Cahiers métho dologiques Août 2013 Numéro 2 Christine Weisgerber MICROSIMULATION DES BÉNÉFICIAIRES ET PRESTATIONS

Plus en détail

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012

Arbres binaires. Hélène Milhem. Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 Arbres binaires Hélène Milhem Institut de Mathématiques de Toulouse, INSA Toulouse, France IUP SID, 2011-2012 H. Milhem (IMT, INSA Toulouse) Arbres binaires IUP SID 2011-2012 1 / 35 PLAN Introduction Construction

Plus en détail

L'efficience de la Bourse de Paris au XIX e siècle

L'efficience de la Bourse de Paris au XIX e siècle Alex Viaene L'efficience de la Bourse de Paris au XIX e siècle Une confrontation théorique face aux données empiriques des marchés à terme et à prime Connaissances et Savoirs INTRODUCTION GÉNÉRALE 13 CHAPITRE

Plus en détail

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires Distr. GENERALE CES/SEM.41/12 1er mars 2000 ORIGINAL: FRANCAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS

Plus en détail

Complexité tarifaire, pouvoir de marché et régulation

Complexité tarifaire, pouvoir de marché et régulation 1 Complexité tarifaire, pouvoir de marché et régulation Le cas des télécommunications Lilia Rebaï Sup'Com Tunis David Flacher Université Paris 13 CEPN CNRS UMR 7234 Workshop Innovation in Network Industries:

Plus en détail

Christophe CANDILLIER Cours de DataMining mars 2004 Page 1

Christophe CANDILLIER Cours de DataMining mars 2004 Page 1 Christophe CANDILLIER Cours de DataMining mars 2004 age 1 1. Introduction 2. rocessus du DataMining 3. Analyse des données en DataMining 4. Analyse en Ligne OLA 5. Logiciels 6. Bibliographie Christophe

Plus en détail

Analyse empirique du pouvoir prédictif des infractions au Code de la sécurité routière sur les risques d accident

Analyse empirique du pouvoir prédictif des infractions au Code de la sécurité routière sur les risques d accident Analyse empirique du pouvoir prédictif des infractions au Code de la sécurité routière sur les risques d accident Georges Dionne et Jean Pinquet 1 19 juillet 2010 Résumé Les infractions au Code de la sécurité

Plus en détail

Statistiques bivariées : corrélation et régression linéaire

Statistiques bivariées : corrélation et régression linéaire : corrélation et régression linéaire Activité d'introduction Ce chapitre de statistique est présenté avec l'objectif de promouvoir la réflexion des étudiants et leur faire remarquer que ces notions statistiques

Plus en détail

Tour d horizon du marché des soins de longue durée, assurances privée et publique et défis à relever

Tour d horizon du marché des soins de longue durée, assurances privée et publique et défis à relever Tour d horizon du marché des soins de longue durée, assurances privée et publique et défis à relever Philippe De Donder Toulouse School of Economics Professeur visiteur à l UQAM en 2014-15 Symposium du

Plus en détail

Nous sommes là pour vous.

Nous sommes là pour vous. UN PROGRAMME DE BIEN-ÊTRE SUR LE LIEU DE TRAVAIL QUI AGIT SUR LE DIABÈTE Par Janice Bartos, B.S.N, R.N., consultante clinicienne Que peut faire un employeur pour lutter contre le diabète? L'espoir est

Plus en détail

INDICE AUTORITÉ RAPPORT D ANALYSE OCTOBRE 2012 Sylvain Gauthier, vice-président CROP. de la vie aux idées

INDICE AUTORITÉ RAPPORT D ANALYSE OCTOBRE 2012 Sylvain Gauthier, vice-président CROP. de la vie aux idées INDICE AUTORITÉ RAPPORT D ANALYSE OCTOBRE 2012 Sylvain Gauthier, vice-président CROP de la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 MÉTHODOLOGIE 5 FAITS SAILLANTS 9 RÉSULTATS DÉTAILLÉS

Plus en détail

Sélection- validation de modèles

Sélection- validation de modèles Sélection- validation de modèles L. Rouvière laurent.rouviere@univ-rennes2.fr JANVIER 2015 L. Rouvière (Rennes 2) 1 / 77 1 Quelques jeux de données 2 Sélection-choix de modèles Critères de choix de modèles

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

Thèse de doctorat de l Université Paris 6

Thèse de doctorat de l Université Paris 6 Thèse de doctorat de l Université Paris 6 Spécialité : Mathématiques Option : Statistiques Présentée par Emmanuel MONFRINI Sujet de la thèse Identifiabilité et Méthode des Moments dans les mélanges généralisés

Plus en détail

Top 10 des marques dans toute la Suisse 6.6% 6.2% 5.9% 5.9% 5.7% 5.6% 4.5% 4.0% 4.0% TOYOTA MERCEDES PEUGEOT 11.0% 10% 8% 6% 4% VOLVO FORD 14% 12.

Top 10 des marques dans toute la Suisse 6.6% 6.2% 5.9% 5.9% 5.7% 5.6% 4.5% 4.0% 4.0% TOYOTA MERCEDES PEUGEOT 11.0% 10% 8% 6% 4% VOLVO FORD 14% 12. Auto - bien assuré au meilleur prix! Quelles sont les marques et les modèles de voiture les plus populaires en Suisse? Au volant, le comportement des hommes diffère-t-il de celui des femmes? Suisses romands

Plus en détail

SONDAGES D INTENTION DE VOTE : L ESTIMATION DES «MARGES D ERREUR»

SONDAGES D INTENTION DE VOTE : L ESTIMATION DES «MARGES D ERREUR» SONDAGES D INTENTION DE VOTE : L ESTIMATION DES «MARGES D ERREUR» Léo Gerville-Réache Université de Bordeaux 2, CNRS, UMR 5251, Bordeaux, F-33000, France leo.gerville@u-bordeaux2.fr Motivation «En dehors

Plus en détail

Heidi WECHTLER. Octobre 2005

Heidi WECHTLER. Octobre 2005 Heidi WECHTLER Le support aux analyses de données Séminaire GREGOR Octobre 2005 Support aux analyse de données du GREGOR Le poste Chargée d étude statistiques au GREGOR, bureau B126 (wechtler.iae@univ-paris1.fr)

Plus en détail

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus.

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus. JF WALHIN* J PARIS* * Université Catholique de Louvain, Belgique Le Mans Assurances, Belgique RÉSUMÉ Nous proposons une méthodologie générale pour construire un système bonus-malus équilibré basé sur une

Plus en détail

DIRECTION DES ÉTUDES ET DES STRATÉGIES EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE

DIRECTION DES ÉTUDES ET DES STRATÉGIES EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE DIRECTION DES ÉTUDES ET DES STRATÉGIES EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE NOTE DESTINATAIRE : Lyne Vézina EXPÉDITEUR : François Tardif DATE : Le 22 janvier 2009 OBJET : Analyse et commentaires de l article paru dans

Plus en détail

Louis-André Vallet (CNRS) Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST, UMR 2773 CNRS & INSEE

Louis-André Vallet (CNRS) Laboratoire de Sociologie Quantitative, CREST, UMR 2773 CNRS & INSEE Utiliser le modèle log-linéaire pour mettre au jour la structure du lien entre les deux variables d un tableau de contingence : un exemple d application à la mobilité sociale Louis-André Vallet (CNRS)

Plus en détail

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX

NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX NON-LINEARITE ET RESEAUX NEURONAUX Vêlayoudom MARIMOUTOU Laboratoire d Analyse et de Recherche Economiques Université de Bordeaux IV Avenue. Leon Duguit, 33608 PESSAC, France tel. 05 56 84 85 77 e-mail

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

Crésus-comptabilité analytique

Crésus-comptabilité analytique Crésus-comptabilité analytique 1 Supplément au manuel d'utilisation Crésus-comptabilité Table des matières 1. Introduction 3 2. Centres d'analyse 4 2.1. Introduction 4 2.2. Création des centres d'analyse

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse

Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse Dr. Michaël Thémans, Vice-Présidence pour le Transfert de Technologie Directeur Adjoint du Centre de Transport

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Probabilités Épreuve de Bernoulli, loi de Bernoulli.

CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Probabilités Épreuve de Bernoulli, loi de Bernoulli. 1 ère - 3 Chap.9 : Loi binomiale. Échantillonnage. 1 ère - Chapitre 9 : LOI BINOMIALE. ÉCHANTILLONNAGE. Textes officiels (30 septembre 2010) : CONTENU CAPACITÉ ATTENDUE COMMENTAIRE Probabilités Épreuve

Plus en détail

Import de comptes (xls)

Import de comptes (xls) Import de comptes (xls) BIG 1 O2S Import de comptes Sommaire Introduction... 3 Modalités de mise en œuvre... 4 Accès à l'import des comptes (xls)... 4 Télécharger le fichier modèle (xls)... 4 Renseigner

Plus en détail

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE Le sondage est une sélection d'éléments que l'auditeur décide d'examiner afin de tirer, en fonction des résultats obtenus, une conclusion sur les caractéristiques

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

RESPONSABILITE ET INDEMNISATION

RESPONSABILITE ET INDEMNISATION Adoption: 29 novembre 1969 Entrée en vigueur: 19 juin 1975 RESPONSABILITE ET INDEMNISATION Convention internationale de 1969 sur la responsabilité civile pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures

Plus en détail

Première problématique. Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile?

Première problématique. Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile? Première problématique Quel programme de prévention et de gestion des risques pour l équilibre de la branche automobile? Introduction Problématique Méthodologie : Plan de communication - Recueil des textes

Plus en détail

X1 = Cash flow/ Dette totale. X2 = Revenu net / Total des actifs au bilan. X3 = Actif réalisable et disponible / Passif courant

X1 = Cash flow/ Dette totale. X2 = Revenu net / Total des actifs au bilan. X3 = Actif réalisable et disponible / Passif courant EXEMPLE : FAILLITE D ENTREPRISES Cet exemple a pour objectif d étudier la faillite d entreprises. Les données proviennent de l ouvrage de R.A.Johnson et D.W Wichern : Applied Multivariate Statistical Analysis»,

Plus en détail