ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x)"

Transcription

1 ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x) Gilbert THIRY Membre d'honneur de l'iaf E.S.R.A. - Paris Dans toutes les sociétés d'assurances, le rôle de l'actuaire est incontournable pour optimiser les tarifs, rationaliser la gestion et maîtriser le coût des sinistres. Il faut savoir maintenir les marges tout en serrant les prix. Le pilotage à vue est passé de mode et la mise en place de techniques d'analyse précise est devenue indispensable pour toujours faire mieux que la concurrence. LE PASSE Jusqu'en 1970, les sociétés d'assurances se sont peu intéressées aux études actuarielles : elles faisaient entièrement confiance à l'organisation professionnelle de l'époque pour disposer de toutes les données nécessaires à la gestion et à l'analyse du risque automobile. Les résultats vus à la liquidation des exercices étaient toujours bénéficiaires. Les sociétés appliquaient à quelques festons près, le tarif établi par l'organisation professionnelle et entériné par la Direction des Assurances. Le marché était porteur, le parc progressait de près de 10% par an et la concurrence des mutuelles sans intermédiaires n'était pas encore très agressive ; presque toutes les sociétés traditionnelles continuaient d'observer une progression sensible de leur parc même si elle était déjà légèrement inférieure à la moyenne nationale. Les sociétés transmettaient leurs données sans crainte ni appréhension à l'organisation professionnelle qui les exploitait techniquement et politiquement au mieux des intérêts de tous ses adhérents. Cette structure technique solide a notamment permis de repousser toute tentative d'étatisation de l'assurance automobile. LA SITUATION PRESENTE Depuis, la situation a bien changé ; la liberté tarifaire s'est progressivement installée en France comme dans tous les pays de l'union Européenne. La clientèle, aidée par les unions de consommateurs, est de mieux en mieux informée pour rechercher le prix le plus (x) Cet article n'a pour but que de livrer des réflexions pratiques sans aborder les études indispensables liées aux lois de survenance des sinistres. BULLETIN FRANÇAIS D ACTUARIAT, Vol. 4, N 7, 2000, pp

2 62 G. THIRY bas, le meilleur service et les garanties les plus complètes. La transparence des prix est presque totale : un consommateur vigilant est capable de trouver le meilleur rapport qualité/prix et Internet favorisera cette démarche. Trop de sur-tarifications ou de sous-tarifications déséquilibrent les portefeuilles des sociétés d'assurances : les bons risques sur-tarifés s'en vont ; les mauvais risques soustarifés restent et leur part dans le portefeuille progresse. Ce phénomène conduit certaines sociétés au déséquilibre technique et parfois à la faillite si elles n'ont pas un suivi en continu de leurs résultats qui doit permettre de prendre rapidement les mesures de redressement. Le presse bouton tarifaire qui a un effet immédiat de redressement ne fera qu'aggraver la situation à moyen et long termes puisque les bons risques déjà surévalués deviendront encore plus chers et seront une proie plus facile pour la concurrence. LA CONFIDENTIALITE DES DONNEES L'analyse globale de l'organisation professionnelle est insuffisante pour les prises de décision des sociétés d'assurances qui ont compris désormais toute la nécessité de procéder à leurs propres études statistiques bien adaptées à leurs besoins. L'émergence de groupes européens importants, la forte concentration du marché national entre quelques groupes puissants, le développement de nouvelles formes de vente, le rapprochement de sociétés ayant des intérêts communs poussent à une plus grande confidentialité des données. Chacune des entités qui se crée développe ses propres études statistiques, garde jalousement le fruit de ses recherches et ne permet plus de mettre en commun des données sensibles qui pourraient être exploitées par la concurrence nationale et internationale. Pour survivre dans un marché très concurrentiel, il faut : organiser l'analyse des données pour obtenir une connaissance très détaillée des prix de revient comprenant à la fois le coût du risque et les charges de gestion réduire les coûts et améliorer les services se démarquer des conditions habituelles du marché par la qualité des produits vendus au plus juste prix Comment parvenir à ces objectifs? LA DETERMINATION DU PRIX DE REVIENT Pour être compétitive et vendre au meilleur prix tout en réalisant des bénéfices, une société d'assurances, comme une entreprise industrielle, doit calculer son prix de revient avec précision. Dans l'industrie, l'analyse des coûts repose sur les prix connus des matières

3 ETUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN premières et de la main d'œuvre nécessaires à la fabrication d'un produit ; en assurance, les coûts réels dépendent du comportement futur de l'assuré et l'analyse statistique des facteurs explicatifs de la survenance des sinistres permet de déterminer le coût du risque le plus probable. Pour tarifer de façon satisfaisante une population donnée, l'assureur commence par faire l'inventaire général des différents éléments qui interviennent dans la détermination du prix de revient : la charge des sinistres les frais de vente et d'acquisition (marketing, réseau de distribution, implantation, etc..) les frais de règlements des sinistres (régleurs, experts, contrôleurs divers) les frais d'administration générale les effets de la réassurance le décalage entre l'encaissement des cotisations et le règlement définitif de tous les sinistres. L'ANALYSE DU RISQUE Une bonne approche du calcul des provisions pour sinistres restant à régler conditionne la mesure exacte de la charge de sinistres d'un exercice donné quand tous les sinistres seront réglés et influe sur les produits financiers qui pourront être pris en compte pour atténuer le prix de revient. Ensuite, l'assureur tente de répartir la charge des sinistres de façon équitable entre chaque preneur d'assurance. C'est ce qu'on appelle l'analyse du risque. Le coût individuel du risque de chaque assuré n'est connu qu'a posteriori. L'assureur doit faire un pari sur la sinistralité la plus probable de chaque individu. Pour cela, il faut disposer de l'expérience du passé le plus récent possible observée sur une population comparable à celle visée par la souscription immédiate de la Société. A travers cette population, il est procédé à une recherche minutieuse de tous les critères disponibles et susceptibles d'expliquer le risque. LES DONNEES La base de données retiendra les critères facilement utilisables pour la tarification. Il faut faire choix d'une période d'observation de référence. La Société dispose d'un inventaire permanent de tous les sinistres déclarés avec le montant des règlements et le restant à régler correctement évalué.

4 64 G. THIRY Au mieux, selon les sociétés, il faut attendre entre 18 et 36 mois pour avoir l'exhaustivité des déclarations de sinistres et une bonne connaissance du coût des sinistres. Des méthodes rationnelles peuvent être utilisées pour évaluer les provisions notamment celles liées aux dommages corporels graves. L'idéal est de retenir 18 mois de recul pour avoir à la fois une bonne connaissance du passé sans être trop éloigné de la réalité présente. Pour une prise d'effet d'un tarif au 1 er janvier 2001, la période d'observation à retenir porte sur l'année 1998 vue à la mi Les groupes importants qui globalisent des parcs d'origines diverses sont avantagés par la taille et la représentativité du portefeuille. Pour eux, une période d'observation d'un an est suffisante. Les sociétés qui ont moins de véhicules ne peuvent pas se livrer de façon satisfaisante à une analyse du risque sur leurs seules données. Elles doivent se regrouper pour disposer d'une banque de données suffisante. Pour accroître les volumes, il est toujours possible d'étendre à 2 ou 3 ans la période d'observation, mais cela oblige à des actualisations de fréquence et de coût plus délicates pour cadrer sur une période annuelle. Les critères explicatifs du risque a priori les plus discriminants sont actuellement dans l'ordre: les antécédents (débutant sans antécédent, nombre d'années d'assurance, nombre de sinistres et d'infractions au cours d'une période donnée) les critères liés au véhicule : modèle/version, année de première mise en circulation, mode d'acquisition la zone de circulation (zone rurale à faible densité de circulation, zone urbaine à forte densité de circulation) les critères liés aux conducteurs : intensité de circulation caractérisée par le kilométrage moyen annuel ou l'usage, année de naissance, expérience de conduite, sexe du ou des conducteurs les packages de garanties la forme de distribution : les techniques de vente ne sont pas sans effet sur la sélection des conducteurs. Par le passé, il a été constaté qu'entre deux populations homogènes caractérisées par les mêmes critères de tarification, l'une assurée dans une mutuelle sans intermédiaires et l'autre dans un réseau traditionnel, la première avait une fréquence de sinistres inférieure de 16 % à la deuxième. La sélection naturelle des risques est très différente selon la forme de vente.

5 ETUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN L'ensemble de ces critères bien choisis est susceptible d'expliquer les 3/4 de la variance mais il reste toujours une part de risque non expliquée par des critères objectifs. Une tarification a posteriori techniquement adaptée aux lois de survenance des sinistres devrait permettre d'atténuer les injustices de la tarification a priori. Certaines corrélations entre critères apparaissent : par exemple, entre l'âge du véhicule et le kilométrage annuel ; plus le véhicule vieillit, moins il est utilisé et plus le risque décroît. Si la tarification prend en compte l'âge du véhicule, le kilométrage aura peu d'influence et inversement si le kilométrage est retenu, l'ancienneté du véhicule aura moins d'importance. L'unité statistique de la base de données est le véhicule assuré avec des dates d'entrée et de sortie qui définissent une période de garantie restée sans aucun changement susceptible de modifier le risque. A cette unité statistique doivent être associés les sinistres correspondants. La définition des sinistres à prendre en compte est importante. Chaque sinistre lié à un véhicule comprend: la date de survenance obligatoirement située dans la période de garantie sans changement la nature du sinistre (matériel, corporel ou mixte) le taux de responsabilité (s'il y a lieu) le coût du sinistre pour la société rapporté à chacune des garanties sinistrées le montant réel des dommages: dommages matériels, dommages corporels (s'il y a lieu), frais divers autres que les frais de gestion les franchises réellement déduites le montant payé pour compte de tiers et réellement récupéré Tous les sinistres qui, à coup sûr, n'entraînent pas de débours ne sont pas toujours connus du siège de la société. Par souci d'homogénéité, il vaut mieux les ignorer car ils n'affectent pas le coût du risque. Néanmoins ils peuvent avoir une incidence sur les frais de gestion. L'ECRETEMENT DES SINISTRES Si les critères tarifaires sont susceptibles d'expliquer en grande partie la survenance des sinistres, en revanche ils ne peuvent pas à eux seuls suffire pour prévoir la gravité la plus probable. Pour des critères identiques dans des circonstances semblables, la dispersion des coûts peut être très grande d'où la nécessité d'écrêter les montants de sinistres pour

6 66 G. THIRY éliminer la partie entièrement aléatoire non explicable par les critères de tarification : par exemple à gravité égale, le coût des dommages corporels graves dépend essentiellement de la qualité de la victime. L'écrêtement peut être fixe ou variable. Pour plus d'équité tarifaire, il est préférable de mettre au point une méthode d'écrêtement variable; plus le risque considéré a une probabilité forte d'entraîner des sinistres graves plus la crête sera élevée : une circulation en zone rurale entraîne une probabilité de sinistres graves plus importante qu'en zone urbaine; en conséquence la crête sera plus élevée en zone rurale qu'en zone urbaine. La partie aléatoire, au-delà de l'écrêtement, doit être supportée par l'ensemble de la mutualité des assurés proportionnellement au risque probable vu après écrêtement. LES CLASSES DE RISQUE Le moment est venu de constituer des classes de risque homogènes en examinant marginalement de façon empirique chacun des critères. Le choix et la constitution des cases se font sur la base des effectifs, des fréquences moyennes, des coûts moyens et des primes moyennes de risque. Les sinistres ont été écrêtés selon une méthode statistique propre à isoler le mieux possible la partie aléatoire des coûts, la partie écrêtée étant réinjectée comme indiquée ci-dessus. Il est souhaitable que les effectifs d'une case exprimés en véhicules-années (nombre de jours de garantie/365) ne soit pas inférieur à 0,1 % du parc étudié. L'expérience statistique conduit à regrouper des cases soit à l'intérieur d'un même critère soit par croisement entre différents critères si le risque observé dans les cases à réunir présente des similitudes notoires. LA MODELISATION Les critères et les classes de risque étant empiriquement bien choisis, la société disposera d'une base de données prête à être utilisée pour une analyse multidimensionnelle. Quelle que soit la modélisation utilisée, le statisticien doit pouvoir mesurer l'influence des différents critères et obtenir pour chaque case l'estimation la plus probable de la fréquence, du coût moyen et donc du produit des deux qui correspond à la prime pure. Selon la structure tarifaire envisagée par la société, le statisticien proposera le modèle linéaire généralisé le mieux adapté (modèle additif, multiplicatif, etc..). Les tests de validité permettront également de choisir le modèle qui conduit au meilleur ajustement des données.

7 ETUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN L'ajustement par le modèle fournit des valeurs calculées dont la somme des écarts par rapport aux valeurs observées est rendue minimum. La loi d'ajustement permet d'obtenir un lissage des valeurs. La société dispose alors d'un tarif théorique en primes pures ajusté sur les données de base. LE TARIF D'EQUILIBRE A partir du tarif théorique exprimé en primes pures et construit sur les données de 1998 vues fin 1999, il faut bâtir le tarif commercial de Pour la population étudiée et sous garantie pendant tout ou partie de l'année 1998, la société connaît globalement la charge de sinistres, les frais administratifs, d'acquisition et de règlement des sinistres. Cela permet d'obtenir une prime moyenne annuelle de risque chargée des frais qui sera comparée à la prime moyenne réellement payée. Cette démarche, indépendante de toute analyse comptable, permet de mesurer l'écart entre le tarif commercial et la prime de risque chargée et de constater la suffisance ou l'insuffisance technique du tarif La même comparaison sera effectuée case par case pour constater les surtarifications et les sous-tarifications. La première étape consiste à bâtir un tarif techniquement équilibré sur les données de La structure sera adaptée aux exigences commerciales mais le niveau tarifaire de chaque classe sera celui de la prime de risque chargée qui aurait assuré un équilibre technique C'est à partir de ce tarif 1998 équilibré que sera projeté le tarif LES TABLEAUX DE BORD Les tableaux de bord de la société donnent des tendances d'évolution du parc assuré et du nombre de sinistres déclarés qui aident à projeter une évolution de fréquence (si possible en distinguant sinistres matériels et corporels) de mi-1998 à mi La mesure des variations réels des coûts de sinistres est toujours délicate même si la société procède à une bonne gestion de son inventaire permanent et donc à une bonne appréciation des coûts de sinistres au jour le jour. Les données sont rarement très homogènes d'une année sur l'autre. Un recoupement avec des indicateurs nationaux est nécessaire (indices de prix, de salaires, de coût de la réparation automobile, etc..). A partir des coûts 1998 sera établie une estimation 2001.

8 68 G. THIRY LA MAITRISE DES COUTS DE SINISTRES L'optimisation de la gestion passe en priorité par la maîtrise des coûts de sinistres. Les observatoires statistiques doivent conduire à des prises de décisions spécifiques à chaque société. Les choix judicieux retenus par certains pour atténuer la progression du coût des dommages aux véhicules sont particulièrement payants. La société se fixe des objectifs précis qu'elle intègre dans ses projections tarifaires Dans ce domaine, les effets de taille pour négocier les prix de la réparation automobile sont primordiaux: les grands groupes sont privilégiés; les autres doivent se regrouper pour négocier avec leurs partenaires des conditions aussi favorables que celles accordées aux leaders du marché. La société dispose désormais de tous les éléments pour fixer les primes commerciales LES ARBITRAGES POLITIQUES Néanmoins comme étape finale, le niveau définitif du tarif sera soumis à divers arbitrages: la prise en compte d'un chargement pour événements exceptionnels (tempêtes, grêles, inondations etc..) une planification de la réduction des frais de gestion l'incidence des aménagements possibles des systèmes de bonus-malus les contingences commerciales qui imposent des efforts tarifaires sur certains profils de clientèle. La mise en place d'un observatoire des prix de la concurrence est recommandée. L'incidence des efforts commerciaux par rapport au tarif d'équilibre est calculée par les pesées tarifaires et doit être financée par d'autres sources que la sur-tarification de bons risques la prise en compte de produits financiers qui compléteront les ressources des cotisations pour alléger globalement le prix de l'assurance automobile ou financer de nouveaux services ou encore procéder à des extensions gratuites de garanties les profits espérés CONCLUSION Pour survivre et conquérir des parts de marché, les sociétés doivent constamment faire preuve d'imagination et d'innovation. C'est pourquoi elles développent des pôles de recherche dans tous les domaines : la fabrication de produits nouveaux au plus juste prix, les techniques modernes de marketing,

9 ETUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN de communication et de vente, les services, l'assistance, l'optimisation de la gestion, la maîtrise des coûts de sinistres, etc L'actuaire est associé à toutes ces opérations pour procurer le meilleur service au meilleur prix tout en préservant les équilibres technique et financier de la société. Les moteurs de recherche sur le Net, de plus en plus performants, organiseront la transparence sur les produits d'assurance automobile à tel point que le consommateur saura facilement changer d'assureur pour des écarts de prix de plus en plus faibles. Toute décision est désormais soumise à des études d'efficacité et de rentabilité. Les sociétés ont pris conscience qu'elles avaient de moins en moins droit à l'erreur même si la puissance financière de quelques-unes leur donne encore un certain avantage sur les autres.

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Mercredi 12 juin 2013, AG de l AFPS L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Michel LUZI 2 Segmentation des risques Le Régime des Catastrophes Naturelles Dommages

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

Fiche Pratique. Agents Distributeurs. Différences, avantages, et inconvénients. Dominique Tai, Browne Jacobson LLP

Fiche Pratique. Agents Distributeurs. Différences, avantages, et inconvénients. Dominique Tai, Browne Jacobson LLP Fiche Pratique Agents Distributeurs Différences, avantages, et inconvénients Dominique Tai, Dominique Tai est Chargée de Clientèle Française et dirige le groupe français du cabinet d avocats. Dominique

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 1. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 1. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 1 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 1 : Méthode de calcul des couts d une compagnie d

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

Si votre véhicule est déclaré perte totale

Si votre véhicule est déclaré perte totale Si votre véhicule est déclaré perte totale Juste valeur marchande Règles particulières pour les pertes totales Qu est-ce qu une perte totale? Une perte totale signifie qu un véhicule a fait l objet d un

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT VOITURE Table des matières page 1. ÉCHELLE DE BONUS-MALUS 2 1.1. Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 1.2. Responsabilité civile Entrée dans le système bonus-malus

Plus en détail

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010 CHAPITRE 1 1. Quel est le rôle du promoteur? Le promoteur est celui qui veut que le projet se réalise. C est lui qui conçoit l idée et qui détermine les paramètres clés du projet. Il doit aussi déterminer

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

GESTION DE STOCK- FIXEZ DES DATES LIMITES DE VENTE A VOS PRODUITS!

GESTION DE STOCK- FIXEZ DES DATES LIMITES DE VENTE A VOS PRODUITS! CHAPITRE 6 GESTION DE STOCK- FIXEZ DES DATES LIMITES DE VENTE A VOS PRODUITS! Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Le point commun entre un VO et un yaourt... Une méthode innovante pour gérer la

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles

La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles La Nouvelle tarification des risques professionnels Accidents du travail et maladies professionnelles 1 La nouvelle tarification ne change pas dans son principe mais elle est plus simple à comprendre et

Plus en détail

LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS

LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS 1 Article premier : obligations relatives aux enregistrements comptables Toute personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS TITRE : MÉTHODES ACTUARIELLES DE L'ASSURANCE VIE (cours et exercices corrigés) AUTEUR : Christian HESS ÉDITEUR : ÉCONOMICA, PARIS DATE DE PARUTION : NOVEMBRE 2000 357 pages prix

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE

INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE INFORMATIONS SUR LE PRODUIT CAMIONNETTE Table des matières page Responsabilité Civile 2 Responsabilité civile Aperçu du degré bonus-malus 2 Responsabilité civile Entrée dans le système Bonus-Malus 3 Responsabilité

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002 Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs Le Comité de la réglementation comptable, Vu la loi n 98-261 du 6

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn.

Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn. Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn. 1. Il faut donner une information appropriée et actualisée à toute personne qui souhaite un DIAGNOSTIC

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011 BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011 TS1 CGO-2 heures Devoir N 4 28 mars 2011 Aucun document autorisé Calculatrice autorisée L'entreprise CARTEX, fabrique et commercialise des emballages en carton

Plus en détail

Arrêtons. «Article 11

Arrêtons. «Article 11 Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 11 novembre 2003 pris en exécution de la loi du 16 avril 2003 relative à l'assurance obligatoire de la responsabilité civile

Plus en détail

COMPARATEUR DÉCENNALE

COMPARATEUR DÉCENNALE COMPARATEUR DÉCENNALE Bien Choisir Votre Assurance Décennale http://www.comparateurdecennale.com 1 À PROPOS DE COMPARATEUR DECENNALE Le Comparateur décennale offre un service GRATUIT de comparaison d'assurances

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3%

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3% La place de l assurance chez les bancassureurs Depuis de nombreuses années, on sait que les bancassureurs se sont accaparés plus de 60 % du marché de l assurance vie. Cette part de marché est maintenant

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA I. PROPLEMATIQUE -------------------------------- Lorsqu une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit ou

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

UE Marketing Stratégique

UE Marketing Stratégique UE Marketing Stratégique Modèles et Méthodes du Marketing Stratégique Les différents modèles et méthodes en Marketing Stratégique Introduction Analyse des besoins (du marché de référence) Analyse d attractivité

Plus en détail

DOSSIER DE FRANCHISE

DOSSIER DE FRANCHISE DOSSIER DE FRANCHISE CONTENU 1. El Rio Blanco actuel 1.1.Valeurs El Rio Blanco 2. El Rio Blanco Franchise 2.1. Le monde de la Mode et des accessoires 2.2. Une entreprise avec des avantages, axée sur le

Plus en détail

Chapitre 3 : Découper pour estimer pour planifier

Chapitre 3 : Découper pour estimer pour planifier I - Pourquoi découper? Un découpage précis du chemin à parcourir, et des différentes parties du produit à construire, permet une bonne identification et optimisation : Des ressources. Des délais. Des charges

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

Tous droits réservés

Tous droits réservés Tous droits réservés Dans le contexte actuel, l optimisation des revenus est devenue incontournable pour les acteurs touristiques. Cette rencontre avait pour objectifs : De familiariser les participants

Plus en détail

Troisième partie. Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po

Troisième partie. Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po Troisième partie Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po 1 2 Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po Gouvernance - Sciences Po entend

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Comptabilité analytique

Comptabilité analytique Comptabilité analytique Chapitre 1 : la comptabilité analytique I. Introduction 1 er point : la comparaison entre comptabilité générale et comptabilité analytique. 1 er cas : la comptabilité générale ;

Plus en détail

www.leguidedupatrimoine.com

www.leguidedupatrimoine.com Pour vivre pleinement votre retraite, prenez les devants ASSOCIATION D ÉPARGNE VIAGÈRE LA TONTINE Votre assurance sur l avenir La retraite, une nouvelle vie! La retraite, c est une nouvelle étape dans

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

L établissement des prix mérite une approche commerciale indissociable des impératifs de gestion.

L établissement des prix mérite une approche commerciale indissociable des impératifs de gestion. TECHNOLOGIE RESTAURANT (Mr SABLJAK) Séance n 3 Thème de la séance : LES PRIX DE VENTE EN RESTAURATION Classe T BTn L établissement des prix mérite une approche commerciale indissociable des impératifs

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE. Casablanca - 13 novembre 2006 1

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE. Casablanca - 13 novembre 2006 1 PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE Casablanca - 13 novembre 2006 1 Rappel des principes du régime d indemnistation des victimes

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

X. Analyse des Coûts et Planification Financière

X. Analyse des Coûts et Planification Financière X. Analyse des Coûts et Planification Financière Introduction à la planification et à la régulation des services de transport public urbains X-1 Les briques pour la planification et l analyse Conception

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA766 CIDR Tous droits de reproduction réservés Présentation méthodologique pour le calcul des cotisations dans les mutuelles de santé

Plus en détail

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE BAC PRO LOGISTIQUE: GESTION QUANTITATIVE DOSSIER N 4: LES COUTS IXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE Objectif : Calcul et appréciation des différents coûts logistiques.(rappels) Dans l optique de la réalisation

Plus en détail

APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS

APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS APPEL A PROJETS ARRET CARDIAQUE ET PREMIERS SECOURS Note d information La Fondation CNP Assurances lance un nouvel appel à projets dédié aux collectivités territoriales qui s engagent pour implanter des

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail

Accident de voiture : six bons réflexes pour remplir le constat amiable

Accident de voiture : six bons réflexes pour remplir le constat amiable Accident de voiture : six bons réflexes pour remplir le constat amiable La qualité et la précision des informations sur le constat amiable permettront une meilleure indemnisation. Pour définir clairement

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail