ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSURANCE AUTOMOBILE ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x)"

Transcription

1 ÉTUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN 2001 (x) Gilbert THIRY Membre d'honneur de l'iaf E.S.R.A. - Paris Dans toutes les sociétés d'assurances, le rôle de l'actuaire est incontournable pour optimiser les tarifs, rationaliser la gestion et maîtriser le coût des sinistres. Il faut savoir maintenir les marges tout en serrant les prix. Le pilotage à vue est passé de mode et la mise en place de techniques d'analyse précise est devenue indispensable pour toujours faire mieux que la concurrence. LE PASSE Jusqu'en 1970, les sociétés d'assurances se sont peu intéressées aux études actuarielles : elles faisaient entièrement confiance à l'organisation professionnelle de l'époque pour disposer de toutes les données nécessaires à la gestion et à l'analyse du risque automobile. Les résultats vus à la liquidation des exercices étaient toujours bénéficiaires. Les sociétés appliquaient à quelques festons près, le tarif établi par l'organisation professionnelle et entériné par la Direction des Assurances. Le marché était porteur, le parc progressait de près de 10% par an et la concurrence des mutuelles sans intermédiaires n'était pas encore très agressive ; presque toutes les sociétés traditionnelles continuaient d'observer une progression sensible de leur parc même si elle était déjà légèrement inférieure à la moyenne nationale. Les sociétés transmettaient leurs données sans crainte ni appréhension à l'organisation professionnelle qui les exploitait techniquement et politiquement au mieux des intérêts de tous ses adhérents. Cette structure technique solide a notamment permis de repousser toute tentative d'étatisation de l'assurance automobile. LA SITUATION PRESENTE Depuis, la situation a bien changé ; la liberté tarifaire s'est progressivement installée en France comme dans tous les pays de l'union Européenne. La clientèle, aidée par les unions de consommateurs, est de mieux en mieux informée pour rechercher le prix le plus (x) Cet article n'a pour but que de livrer des réflexions pratiques sans aborder les études indispensables liées aux lois de survenance des sinistres. BULLETIN FRANÇAIS D ACTUARIAT, Vol. 4, N 7, 2000, pp

2 62 G. THIRY bas, le meilleur service et les garanties les plus complètes. La transparence des prix est presque totale : un consommateur vigilant est capable de trouver le meilleur rapport qualité/prix et Internet favorisera cette démarche. Trop de sur-tarifications ou de sous-tarifications déséquilibrent les portefeuilles des sociétés d'assurances : les bons risques sur-tarifés s'en vont ; les mauvais risques soustarifés restent et leur part dans le portefeuille progresse. Ce phénomène conduit certaines sociétés au déséquilibre technique et parfois à la faillite si elles n'ont pas un suivi en continu de leurs résultats qui doit permettre de prendre rapidement les mesures de redressement. Le presse bouton tarifaire qui a un effet immédiat de redressement ne fera qu'aggraver la situation à moyen et long termes puisque les bons risques déjà surévalués deviendront encore plus chers et seront une proie plus facile pour la concurrence. LA CONFIDENTIALITE DES DONNEES L'analyse globale de l'organisation professionnelle est insuffisante pour les prises de décision des sociétés d'assurances qui ont compris désormais toute la nécessité de procéder à leurs propres études statistiques bien adaptées à leurs besoins. L'émergence de groupes européens importants, la forte concentration du marché national entre quelques groupes puissants, le développement de nouvelles formes de vente, le rapprochement de sociétés ayant des intérêts communs poussent à une plus grande confidentialité des données. Chacune des entités qui se crée développe ses propres études statistiques, garde jalousement le fruit de ses recherches et ne permet plus de mettre en commun des données sensibles qui pourraient être exploitées par la concurrence nationale et internationale. Pour survivre dans un marché très concurrentiel, il faut : organiser l'analyse des données pour obtenir une connaissance très détaillée des prix de revient comprenant à la fois le coût du risque et les charges de gestion réduire les coûts et améliorer les services se démarquer des conditions habituelles du marché par la qualité des produits vendus au plus juste prix Comment parvenir à ces objectifs? LA DETERMINATION DU PRIX DE REVIENT Pour être compétitive et vendre au meilleur prix tout en réalisant des bénéfices, une société d'assurances, comme une entreprise industrielle, doit calculer son prix de revient avec précision. Dans l'industrie, l'analyse des coûts repose sur les prix connus des matières

3 ETUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN premières et de la main d'œuvre nécessaires à la fabrication d'un produit ; en assurance, les coûts réels dépendent du comportement futur de l'assuré et l'analyse statistique des facteurs explicatifs de la survenance des sinistres permet de déterminer le coût du risque le plus probable. Pour tarifer de façon satisfaisante une population donnée, l'assureur commence par faire l'inventaire général des différents éléments qui interviennent dans la détermination du prix de revient : la charge des sinistres les frais de vente et d'acquisition (marketing, réseau de distribution, implantation, etc..) les frais de règlements des sinistres (régleurs, experts, contrôleurs divers) les frais d'administration générale les effets de la réassurance le décalage entre l'encaissement des cotisations et le règlement définitif de tous les sinistres. L'ANALYSE DU RISQUE Une bonne approche du calcul des provisions pour sinistres restant à régler conditionne la mesure exacte de la charge de sinistres d'un exercice donné quand tous les sinistres seront réglés et influe sur les produits financiers qui pourront être pris en compte pour atténuer le prix de revient. Ensuite, l'assureur tente de répartir la charge des sinistres de façon équitable entre chaque preneur d'assurance. C'est ce qu'on appelle l'analyse du risque. Le coût individuel du risque de chaque assuré n'est connu qu'a posteriori. L'assureur doit faire un pari sur la sinistralité la plus probable de chaque individu. Pour cela, il faut disposer de l'expérience du passé le plus récent possible observée sur une population comparable à celle visée par la souscription immédiate de la Société. A travers cette population, il est procédé à une recherche minutieuse de tous les critères disponibles et susceptibles d'expliquer le risque. LES DONNEES La base de données retiendra les critères facilement utilisables pour la tarification. Il faut faire choix d'une période d'observation de référence. La Société dispose d'un inventaire permanent de tous les sinistres déclarés avec le montant des règlements et le restant à régler correctement évalué.

4 64 G. THIRY Au mieux, selon les sociétés, il faut attendre entre 18 et 36 mois pour avoir l'exhaustivité des déclarations de sinistres et une bonne connaissance du coût des sinistres. Des méthodes rationnelles peuvent être utilisées pour évaluer les provisions notamment celles liées aux dommages corporels graves. L'idéal est de retenir 18 mois de recul pour avoir à la fois une bonne connaissance du passé sans être trop éloigné de la réalité présente. Pour une prise d'effet d'un tarif au 1 er janvier 2001, la période d'observation à retenir porte sur l'année 1998 vue à la mi Les groupes importants qui globalisent des parcs d'origines diverses sont avantagés par la taille et la représentativité du portefeuille. Pour eux, une période d'observation d'un an est suffisante. Les sociétés qui ont moins de véhicules ne peuvent pas se livrer de façon satisfaisante à une analyse du risque sur leurs seules données. Elles doivent se regrouper pour disposer d'une banque de données suffisante. Pour accroître les volumes, il est toujours possible d'étendre à 2 ou 3 ans la période d'observation, mais cela oblige à des actualisations de fréquence et de coût plus délicates pour cadrer sur une période annuelle. Les critères explicatifs du risque a priori les plus discriminants sont actuellement dans l'ordre: les antécédents (débutant sans antécédent, nombre d'années d'assurance, nombre de sinistres et d'infractions au cours d'une période donnée) les critères liés au véhicule : modèle/version, année de première mise en circulation, mode d'acquisition la zone de circulation (zone rurale à faible densité de circulation, zone urbaine à forte densité de circulation) les critères liés aux conducteurs : intensité de circulation caractérisée par le kilométrage moyen annuel ou l'usage, année de naissance, expérience de conduite, sexe du ou des conducteurs les packages de garanties la forme de distribution : les techniques de vente ne sont pas sans effet sur la sélection des conducteurs. Par le passé, il a été constaté qu'entre deux populations homogènes caractérisées par les mêmes critères de tarification, l'une assurée dans une mutuelle sans intermédiaires et l'autre dans un réseau traditionnel, la première avait une fréquence de sinistres inférieure de 16 % à la deuxième. La sélection naturelle des risques est très différente selon la forme de vente.

5 ETUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN L'ensemble de ces critères bien choisis est susceptible d'expliquer les 3/4 de la variance mais il reste toujours une part de risque non expliquée par des critères objectifs. Une tarification a posteriori techniquement adaptée aux lois de survenance des sinistres devrait permettre d'atténuer les injustices de la tarification a priori. Certaines corrélations entre critères apparaissent : par exemple, entre l'âge du véhicule et le kilométrage annuel ; plus le véhicule vieillit, moins il est utilisé et plus le risque décroît. Si la tarification prend en compte l'âge du véhicule, le kilométrage aura peu d'influence et inversement si le kilométrage est retenu, l'ancienneté du véhicule aura moins d'importance. L'unité statistique de la base de données est le véhicule assuré avec des dates d'entrée et de sortie qui définissent une période de garantie restée sans aucun changement susceptible de modifier le risque. A cette unité statistique doivent être associés les sinistres correspondants. La définition des sinistres à prendre en compte est importante. Chaque sinistre lié à un véhicule comprend: la date de survenance obligatoirement située dans la période de garantie sans changement la nature du sinistre (matériel, corporel ou mixte) le taux de responsabilité (s'il y a lieu) le coût du sinistre pour la société rapporté à chacune des garanties sinistrées le montant réel des dommages: dommages matériels, dommages corporels (s'il y a lieu), frais divers autres que les frais de gestion les franchises réellement déduites le montant payé pour compte de tiers et réellement récupéré Tous les sinistres qui, à coup sûr, n'entraînent pas de débours ne sont pas toujours connus du siège de la société. Par souci d'homogénéité, il vaut mieux les ignorer car ils n'affectent pas le coût du risque. Néanmoins ils peuvent avoir une incidence sur les frais de gestion. L'ECRETEMENT DES SINISTRES Si les critères tarifaires sont susceptibles d'expliquer en grande partie la survenance des sinistres, en revanche ils ne peuvent pas à eux seuls suffire pour prévoir la gravité la plus probable. Pour des critères identiques dans des circonstances semblables, la dispersion des coûts peut être très grande d'où la nécessité d'écrêter les montants de sinistres pour

6 66 G. THIRY éliminer la partie entièrement aléatoire non explicable par les critères de tarification : par exemple à gravité égale, le coût des dommages corporels graves dépend essentiellement de la qualité de la victime. L'écrêtement peut être fixe ou variable. Pour plus d'équité tarifaire, il est préférable de mettre au point une méthode d'écrêtement variable; plus le risque considéré a une probabilité forte d'entraîner des sinistres graves plus la crête sera élevée : une circulation en zone rurale entraîne une probabilité de sinistres graves plus importante qu'en zone urbaine; en conséquence la crête sera plus élevée en zone rurale qu'en zone urbaine. La partie aléatoire, au-delà de l'écrêtement, doit être supportée par l'ensemble de la mutualité des assurés proportionnellement au risque probable vu après écrêtement. LES CLASSES DE RISQUE Le moment est venu de constituer des classes de risque homogènes en examinant marginalement de façon empirique chacun des critères. Le choix et la constitution des cases se font sur la base des effectifs, des fréquences moyennes, des coûts moyens et des primes moyennes de risque. Les sinistres ont été écrêtés selon une méthode statistique propre à isoler le mieux possible la partie aléatoire des coûts, la partie écrêtée étant réinjectée comme indiquée ci-dessus. Il est souhaitable que les effectifs d'une case exprimés en véhicules-années (nombre de jours de garantie/365) ne soit pas inférieur à 0,1 % du parc étudié. L'expérience statistique conduit à regrouper des cases soit à l'intérieur d'un même critère soit par croisement entre différents critères si le risque observé dans les cases à réunir présente des similitudes notoires. LA MODELISATION Les critères et les classes de risque étant empiriquement bien choisis, la société disposera d'une base de données prête à être utilisée pour une analyse multidimensionnelle. Quelle que soit la modélisation utilisée, le statisticien doit pouvoir mesurer l'influence des différents critères et obtenir pour chaque case l'estimation la plus probable de la fréquence, du coût moyen et donc du produit des deux qui correspond à la prime pure. Selon la structure tarifaire envisagée par la société, le statisticien proposera le modèle linéaire généralisé le mieux adapté (modèle additif, multiplicatif, etc..). Les tests de validité permettront également de choisir le modèle qui conduit au meilleur ajustement des données.

7 ETUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN L'ajustement par le modèle fournit des valeurs calculées dont la somme des écarts par rapport aux valeurs observées est rendue minimum. La loi d'ajustement permet d'obtenir un lissage des valeurs. La société dispose alors d'un tarif théorique en primes pures ajusté sur les données de base. LE TARIF D'EQUILIBRE A partir du tarif théorique exprimé en primes pures et construit sur les données de 1998 vues fin 1999, il faut bâtir le tarif commercial de Pour la population étudiée et sous garantie pendant tout ou partie de l'année 1998, la société connaît globalement la charge de sinistres, les frais administratifs, d'acquisition et de règlement des sinistres. Cela permet d'obtenir une prime moyenne annuelle de risque chargée des frais qui sera comparée à la prime moyenne réellement payée. Cette démarche, indépendante de toute analyse comptable, permet de mesurer l'écart entre le tarif commercial et la prime de risque chargée et de constater la suffisance ou l'insuffisance technique du tarif La même comparaison sera effectuée case par case pour constater les surtarifications et les sous-tarifications. La première étape consiste à bâtir un tarif techniquement équilibré sur les données de La structure sera adaptée aux exigences commerciales mais le niveau tarifaire de chaque classe sera celui de la prime de risque chargée qui aurait assuré un équilibre technique C'est à partir de ce tarif 1998 équilibré que sera projeté le tarif LES TABLEAUX DE BORD Les tableaux de bord de la société donnent des tendances d'évolution du parc assuré et du nombre de sinistres déclarés qui aident à projeter une évolution de fréquence (si possible en distinguant sinistres matériels et corporels) de mi-1998 à mi La mesure des variations réels des coûts de sinistres est toujours délicate même si la société procède à une bonne gestion de son inventaire permanent et donc à une bonne appréciation des coûts de sinistres au jour le jour. Les données sont rarement très homogènes d'une année sur l'autre. Un recoupement avec des indicateurs nationaux est nécessaire (indices de prix, de salaires, de coût de la réparation automobile, etc..). A partir des coûts 1998 sera établie une estimation 2001.

8 68 G. THIRY LA MAITRISE DES COUTS DE SINISTRES L'optimisation de la gestion passe en priorité par la maîtrise des coûts de sinistres. Les observatoires statistiques doivent conduire à des prises de décisions spécifiques à chaque société. Les choix judicieux retenus par certains pour atténuer la progression du coût des dommages aux véhicules sont particulièrement payants. La société se fixe des objectifs précis qu'elle intègre dans ses projections tarifaires Dans ce domaine, les effets de taille pour négocier les prix de la réparation automobile sont primordiaux: les grands groupes sont privilégiés; les autres doivent se regrouper pour négocier avec leurs partenaires des conditions aussi favorables que celles accordées aux leaders du marché. La société dispose désormais de tous les éléments pour fixer les primes commerciales LES ARBITRAGES POLITIQUES Néanmoins comme étape finale, le niveau définitif du tarif sera soumis à divers arbitrages: la prise en compte d'un chargement pour événements exceptionnels (tempêtes, grêles, inondations etc..) une planification de la réduction des frais de gestion l'incidence des aménagements possibles des systèmes de bonus-malus les contingences commerciales qui imposent des efforts tarifaires sur certains profils de clientèle. La mise en place d'un observatoire des prix de la concurrence est recommandée. L'incidence des efforts commerciaux par rapport au tarif d'équilibre est calculée par les pesées tarifaires et doit être financée par d'autres sources que la sur-tarification de bons risques la prise en compte de produits financiers qui compléteront les ressources des cotisations pour alléger globalement le prix de l'assurance automobile ou financer de nouveaux services ou encore procéder à des extensions gratuites de garanties les profits espérés CONCLUSION Pour survivre et conquérir des parts de marché, les sociétés doivent constamment faire preuve d'imagination et d'innovation. C'est pourquoi elles développent des pôles de recherche dans tous les domaines : la fabrication de produits nouveaux au plus juste prix, les techniques modernes de marketing,

9 ETUDES ACTUARIELLES ET POLITIQUE TARIFAIRE EN de communication et de vente, les services, l'assistance, l'optimisation de la gestion, la maîtrise des coûts de sinistres, etc L'actuaire est associé à toutes ces opérations pour procurer le meilleur service au meilleur prix tout en préservant les équilibres technique et financier de la société. Les moteurs de recherche sur le Net, de plus en plus performants, organiseront la transparence sur les produits d'assurance automobile à tel point que le consommateur saura facilement changer d'assureur pour des écarts de prix de plus en plus faibles. Toute décision est désormais soumise à des études d'efficacité et de rentabilité. Les sociétés ont pris conscience qu'elles avaient de moins en moins droit à l'erreur même si la puissance financière de quelques-unes leur donne encore un certain avantage sur les autres.

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS TITRE : MÉTHODES ACTUARIELLES DE L'ASSURANCE VIE (cours et exercices corrigés) AUTEUR : Christian HESS ÉDITEUR : ÉCONOMICA, PARIS DATE DE PARUTION : NOVEMBRE 2000 357 pages prix

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels

L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Mercredi 12 juin 2013, AG de l AFPS L assurance, source de connaissance sur la sinistralité des évènements naturels Michel LUZI 2 Segmentation des risques Le Régime des Catastrophes Naturelles Dommages

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

Exposé assurance : prime de risque

Exposé assurance : prime de risque Exposé assurance : prime de risque Introduction L'assurance est un mécanisme financier permettant de répondre aux exigences de protection des patrimoines contre les risques de perte de toute nature. Elle

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par l inversion

Plus en détail

L opération d assurance

L opération d assurance Fiche 1 L opération d assurance I. Distinctions II. La mutualisation III. La sélection des risques Définition Opération d assurance : opération par laquelle un assureur organise en une mutualité une multitude

Plus en détail

Arrêtons. «Article 11

Arrêtons. «Article 11 Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 11 novembre 2003 pris en exécution de la loi du 16 avril 2003 relative à l'assurance obligatoire de la responsabilité civile

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

Catastrophes naturelles : prévention et assurance

Catastrophes naturelles : prévention et assurance CDRNM 10 octobre 2013 Préfecture de Lille Catastrophes naturelles : prévention et assurance Philippe HERREYRE TOURNEMAINE MRN Sommaire 2 1. Les CATastrophes NATurelles en chiffres 1. La composante assurance

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2010 réalisés par l ABAM Contenu Contenu... 1 1. Facultés... 2 2. CMR... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes... 5 5. Conclusion... 5 Le 8 juin 2011, l Association

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail

L'indemnisation des Catastrophes Naturelles en France. Paris 1910 - Chambre des Députés

L'indemnisation des Catastrophes Naturelles en France. Paris 1910 - Chambre des Députés L'indemnisation des Catastrophes Naturelles en France. Paris 1910 - Chambre des Députés Quels périls menacent la France? Tempêtes (Métropole) et cyclones (DOM/TOM) Coût estimé des tempêtes Lothar et Martin

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE

Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE PREMIER TRAVAIL (6 points) 1.1- Prise en charge des dommages matériels du véhicule de Nicolas MARTIN Au titre

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

RAPPORT. Sur la situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé

RAPPORT. Sur la situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL RAPPORT Sur la situation

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

Aviso Ré. Introduction à la réassurance. Technique de réassurance. Programme. Pour progresser : modules T2 et T3

Aviso Ré. Introduction à la réassurance. Technique de réassurance. Programme. Pour progresser : modules T2 et T3 T 1 Découvrir les différents rôles joués par la et son impact sur le développement de l'assurance Comprendre l'impact de la sur la gestion des assureurs Débutants en, toutes fonctions Cadres opérationnels

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production:

Plus en détail

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Master 2 professionnel Droit des Assurances Université Paris Assas Note obtenue 11,5/20 Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Le contrat tel que défini par l article 1101 du Code Civil est

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 28 Les revenus dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production : La prime

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

90735COM/JN Bruxelles, le 26 mai 1997. COMMUNICATION D159. Objet : - Statistique de l'activité d'assurance directe vie en Belgique et à l'étranger;

90735COM/JN Bruxelles, le 26 mai 1997. COMMUNICATION D159. Objet : - Statistique de l'activité d'assurance directe vie en Belgique et à l'étranger; 90735COM/JN Bruxelles, le 26 mai 1997. COMMUNICATION D159. Objet : - Statistique de l'activité d'assurance directe vie en Belgique et à l'étranger; - Statistique des affaires acceptées en réassurance "vie";

Plus en détail

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28

Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Norme comptable relative aux revenus dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC28 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles

Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/19- Biens acquis contre paiement d une rente viagère. Avis du 7 novembre 2012

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/19- Biens acquis contre paiement d une rente viagère. Avis du 7 novembre 2012 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2012/19- Biens acquis contre paiement d une rente viagère Avis du 7 novembre 2012 Table des matières I. Introduction II. Déterminiation du capital initial et du

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 1. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 1. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 1 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 1 : Méthode de calcul des couts d une compagnie d

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Evolution des prix des services mobiles en France

Evolution des prix des services mobiles en France 28 mai 2014 Evolution des prix des services mobiles en France Résultats pour l année 2013 ISSN : 2258-3106 Sommaire SYNTHESE... 3 I. ELEMENTS DE METHODE... 5 I.1 MODELISATION DES COMPORTEMENTS DE CONSOMMATION...5

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail

à la gestion du risque

à la gestion du risque INTRODUCTION à la gestion du risque À L INTÉRIEUR Qu est-ce qu un risque? Qu est-ce que la gestion du risque? Avantages de la gestion du risque Rôle de l assurance dans lagestion du risque Pourquoi gérer

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres en assurance RC automobiles

Evolution de la fréquence des sinistres en assurance RC automobiles Evolution de la fréquence des sinistres en assurance RC automobiles Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Un exemple de régime de la branche 26 : la Préfon

Un exemple de régime de la branche 26 : la Préfon CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Un exemple de régime

Plus en détail

ASSURANCE. 1. Assurances de dommages

ASSURANCE. 1. Assurances de dommages ASSURANCE ASSURANCE...1 1. Assurances de dommages...1 2. Assurances de personnes...2 3. Coassurance...2 4. Courtier d'assurances...2 5. CRM...3 6. Expertise...3 7. Indemnisation...4 8. Multirisque...4

Plus en détail

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus.

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus. JF WALHIN* J PARIS* * Université Catholique de Louvain, Belgique Le Mans Assurances, Belgique RÉSUMÉ Nous proposons une méthodologie générale pour construire un système bonus-malus équilibré basé sur une

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283 Paris, le 17 décembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

Séminaire de la CCR sur l assurance santé Alger, 1 er Juillet 2013. Pour une Gestion Efficiente de l Assurance Santé

Séminaire de la CCR sur l assurance santé Alger, 1 er Juillet 2013. Pour une Gestion Efficiente de l Assurance Santé Séminaire de la CCR sur l assurance santé Alger, 1 er Juillet 2013 Pour une Gestion Efficiente de l Assurance Santé CHIDIAC Ronald Directeur Général Arab Re Troisième Partie Pour une gestion efficiente

Plus en détail

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CONFERENCE I N T E R A F R I C A I N E D E S M A R C H E S D A S S U R A N C E S C O N S E I L D E S M I N I S T R E S D E S A S S U R A N C E S REGLEMENT N /CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT

Plus en détail

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes Université Claude Bernard Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Système Bonus-Malus Introduction & Applications SCILAB Julien Tomas Institut de Science Financière et d Assurances Laboratoire

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ...

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ... Résolution concernant l'élaboration des statistiques de la sécurité sociale, adoptée par la neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail (avril-mai 1957) La neuvième Conférence internationale

Plus en détail

MÉCANISME DE RÉCUPÉRATION DES CHARGES DE MAUVAISES CRÉANCES DES GRANDES ENTREPRISES

MÉCANISME DE RÉCUPÉRATION DES CHARGES DE MAUVAISES CRÉANCES DES GRANDES ENTREPRISES MÉCANISME DE RÉCUPÉRATION DES CHARGES DE MAUVAISES CRÉANCES DES GRANDES ENTREPRISES Page de Table des matières CONTEXTE... MOTIFS À L'APPUI DE LA DEMANDE D'UN MÉCANISME DE RÉCUPÉRATION DE COÛTS... PRATIQUES

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES

DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES BULLETIN DE l'acn n 28 INSEE Association de Comptabilité Nationale 18, bd Adolphe Pinard 75675 PARIS CEDEX 14 (France) DEFLATEURS ET TECHNOLOGIE : INDICES DE PRIX ET INDICES DE PERFORMANCES Henri DUPRAT

Plus en détail

RAPPORT. La situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé

RAPPORT. La situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé 2011 RAPPORT La situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Le pilotage de la performance... 17 I. Du contrôle au pilotage de la performance... 17 A. Le contrôle de gestion traditionnel... 17 B. Le pilotage de la performance... 19

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé SENS ET LIMITES DE LA COMPARAISON DES TAUX... Synthèse Mars 2008 Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé d'apprécier l'évolution et l'impact économique, social et budgétaire

Plus en détail

Accident de voiture : six bons réflexes pour remplir le constat amiable

Accident de voiture : six bons réflexes pour remplir le constat amiable Accident de voiture : six bons réflexes pour remplir le constat amiable La qualité et la précision des informations sur le constat amiable permettront une meilleure indemnisation. Pour définir clairement

Plus en détail

ABSENCE DU COMMIS COMMERCIAL : GARANTIE DE RESSOURCES

ABSENCE DU COMMIS COMMERCIAL : GARANTIE DE RESSOURCES ABSENCE DU COMMIS COMMERCIAL : GARANTIE DE RESSOURCES 26/02/2010 L'article L. 1226-24 du Code du Travail (anciennement article 63 du Code de commerce local intégré dans le Code du Travail en 2008) prévoit

Plus en détail

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Le régime des catastrophes naturelles et technologiques

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

Assurance. Souscription. Encadrement d'un réseau salarié

Assurance. Souscription. Encadrement d'un réseau salarié Assurance Souscription Recueil, identification et formalisation des besoins des clients. Réponse aux demandes de simulations. Appréciation, mesure, évaluation de chaque risque en analysant les différentes

Plus en détail

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur CFMS, demi-journée technique du 4 octobre 2006 (14h-18h30) ENPC rue des Saints Pères (Amphi Caquot) Guillaume Pousse Assurer contre une catastrophe

Plus en détail

Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise. Atelier Solution

Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise. Atelier Solution Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise Normes IAS : évaluation des engagements sociaux de l entreprise INTERVENANTS : Serge ANOUCHIAN Expert-Comptable et Commissaire aux Comptes

Plus en détail

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE

EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE EXECUTIVE SUMMARY ENQUETE SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION DECISIONNELS DANS L'ASSURANCE 21 novembre 2003 Sommaire Objectifs de l'enquête et méthodologie Tendances des SID (Systèmes d'information Décisionnels)

Plus en détail

Pension de réversion du régime général des salariés : conditions d'attribution

Pension de réversion du régime général des salariés : conditions d'attribution Qu'est-ce que la pension de réversion? Définition C'est une partie de la retraite dont bénéficiait ou aurait pu bénéficier l'assuré décédé, qui est reversée, si certaines conditions sont remplies, à son

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE SUR LA POLITIQUE DE FINANCEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Principes et objectifs de financement des

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

Théorie de la crédibilité

Théorie de la crédibilité ISFA - Année 2008-2009 Théorie de la crédibilité Chapitre 2 : Prime de Bayes Pierre-E. Thérond Email, Page web, Ressources actuarielles Langage bayesien (1/2) Considérons une hypothèse H et un événement

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 97.06 du 18 juin 1997 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d'estimation, changements d'options fiscales et corrections d'erreurs Le Conseil

Plus en détail

Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES

Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 8 ANALYSE DES SÉRIES CHRONOLOGIQUES Nous abordons dans ce chapitre l analyse de données statistiques particulières

Plus en détail

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 16 février 2006 P. 1 Mise en garde - énoncés prospectifs Certains énoncés contenus dans cette présentation concernant

Plus en détail

La gestion du risque chez AXA

La gestion du risque chez AXA Séminaire International de la Presse Suduiraut 21 & 22 juin 2006 La gestion du risque chez AXA François Robinet Chief Risk officer Groupe AXA Sommaire I. La Gestion du Risque : Définition D II. III. La

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 2 novembre 2011 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,97 $ attribuable aux résultats en assurance

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

ETUDE DE L INFLUENCE DU SUIVI D UN STAGE CENTAURE SUR LA SINISTRALITE AUTOMOBILE. EXERCICE 2009 (vu au 31/01/2010)

ETUDE DE L INFLUENCE DU SUIVI D UN STAGE CENTAURE SUR LA SINISTRALITE AUTOMOBILE. EXERCICE 2009 (vu au 31/01/2010) DIRECTION ASSURANCE DOMMAGES INDIVIDUELS DES PARTICULIERS ACTUARIAT METIER Barbara ZUCCONI ETUDE DE L INFLUENCE DU SUIVI D UN STAGE CENTAURE SUR LA SINISTRALITE AUTOMOBILE EXERCICE 2009 (vu au 31/01/2010)

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

L Assurance. L Assurance

L Assurance. L Assurance L Assurance Benjamin Leroy et Sébastien Vidal L Assurance Définition et Historique Assurance directe et privée Assurance indirecte et Assurance sociale Mutuelle Fondement économique de l assurance 2 Définition

Plus en détail