FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016"

Transcription

1 Trimestriel n / juillet 2 FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives Reprise ou stabilisation? Des signaux de reprise du marché sont apparus ces derniers mois. Il ne faut toutefois pas les surestimer. Ils concernent surtout le logement neuf, qui ne totalise que 2% du marché. Et les volumes de vente dans le neuf restent encore historiquement bas. Mais ils ont nettement rebondi au premier trimestre 2, +14% sur un an dans le neuf promoteur, +% pour les maisons individuelles hors promoteurs. Les mesures de relance et d assouplissement (dispositif Pinel, normes de construction ) portent leurs fruits. De même, la production de nouveaux prêts atteint des records au premier semestre. Les taux de crédit sont au plus bas et risquent de remonter, ce qui conduit à de nombreux rachats de crédit et renégociations. Mais les encours de crédit restent sur une tendance assez modérée. Le marché de l ancien reste à peu près stable : hausse des ventes début 2, mais cumul douze mois en baisse de 4% sur un an, prix des logements en recul de 1,9% sur un an au premier trimestre. Si le neuf est stimulé par les mesures de relance, l ancien reste affaibli par une série de facteurs : la hausse du taux de chômage, les anticipations très prudentes en matière de revenu, les mesures fiscales des années passées et le niveau trop élevé des prix. Les taux de crédit habitat sont l élément déterminant. Leur repli continu et leur niveau très bas ont soutenu la demande, mais ils sont désormais proches d un plancher. À très court terme, le risque de remontée débloque certains projets et stimule les ventes. Mais les taux devraient légèrement remonter au cours des prochains trimestres, ce qui contribuerait à un certain attentisme et un tassement des ventes dans l ancien. Plutôt que de reprise, il vaut donc mieux parler de stabilisation du marché. Les volumes de transactions seraient en légère hausse en 2 dans l ancien et en faible repli en 216. Les prix de l ancien baisseraient de -2% en 2 et -3% en 216. Les volumes seraient en rebond de 1% en 2 dans le neuf et de % en 216. Sommaire Tendances récentes dans l ancien et le neuf... 2 Ventes à peu près stables dans l ancien... 2 Baisse des prix modérée dans l ancien... 2 Rebond des ventes de neuf début Encours de logements neufs en repli... 3 Points bas sur les mises en chantier et les permis : ajustement modéré, mais contrasté... 4 Facteurs négatifs... 4 Facteurs favorables... 4 Pourquoi le neuf a-t-il corrigé davantage que l ancien? : le neuf rebondit, l ancien se stabilise... 6 Deux facteurs expliquent l inflexion du marché... 6 Un marché encore fragile... 6 Focus Les flux de crédit habitat fluctuent fortement... 7 Croissance régulière de l encours et mouvements heurtés sur la production... 7 Vers une légère remontée des taux de crédit habitat... 7 Études Économiques Groupe

2 Evolutions récentes et perspectives Tendances récentes dans l ancien et le neuf Ventes à peu près stables dans l ancien Le nombre de transactions dans l immobilier ancien reste élevé et à peu près stable depuis trois ans. Après deux années soutenues (près de 8 ventes par an en ), il s était replié de 12% en 212 (74 transactions). Il fluctue depuis autour d un niveau annuel moyen de 7. Il a atteint 716 unités en 213 et 691 en 214. Il totalise 711 unités (en cumul douze mois) en mai 2. Ce niveau est en repli par rapport au niveau cumulé de mai 214, -3,8%. Mais le flux trimestriel des cinq premiers mois de 2 est en hausse de 6,9% sur un an (source : Conseil général de l environnement et du développement durable, d après les bases fiscales et notariales). Les ventes sont donc plutôt bien orientées début 2. Cette inflexion reste fragile. Une partie des acheteurs se décident à acheter, car les taux de crédit sont très bas et risquent de remonter. Mais les facteurs négatifs restent présents : chômage élevé, faibles hausses de revenus, mesures fiscales, niveaux de prix élevés (cf. p. 4). Par rapport aux points hauts de 26-27, 8 ventes par an, le niveau actuel ne chute pas : il est en repli de -13%. En Ile-de-France, les ventes d appartements anciens se sont effritées en 214, -2% sur un an, à 89 unités. Elles continuent à baisser un peu début 2, à 87 unités (cumul douze mois), -6% sur un an. Baisse des prix modérée dans l ancien Les prix des logements anciens continuent à reculer lentement. Encore en hausse en 21 et 211 (+,1 et +6% en moyenne annuelle), ils ont commencé à baisser en 212, -2,1% a/a au quatrième trimestre, et en 213, -1,9% a/a au quatrième trimestre. En 214, le repli a été plus prononcé, -2,% a/a au quatrième trimestre. Il est plus mesuré au premier trimestre, -1,9% a/a. La baisse cumulée des prix dans l ancien depuis le début du mouvement de correction (fin 211) reste assez faible, -7%, à comparer avec une hausse cumulée de % entre 1998 et 211. Au premier trimestre 2, le repli est de -1,8% a/a en province, -2,1% a/a en Ile-de-France. Il est plus fort à Paris, -2,9% a/a (source : INSEE, Notaires). Au regard des données disponibles pour certaines régions, les prix au quatrième trimestre 214 se sont repliés de 1,7% en Rhône-Alpes. Ils ont décroché plus nettement dans le Nord-Pas de Calais, -4,3% a/a et en Provence-Alpes-Côte d Azur, -3,7%. Par ville, les évolutions de prix des appartements anciens sont contrastées : au premier trimestre 2, on note un recul de 12% à Metz, 11% à Nancy, 9% à Saint-Etienne, 8% à Marseille et Toulon. À l inverse, les prix ont progressé de 3% à Strasbourg et Rennes, 2% à Bordeaux. D après les Notaires Paris Ile-de-France, les prix baisseraient un peu plus nettement au deuxième trimestre 2, -3,2% a/a pour les appartements en Ile-de-France, -2,9% à Paris. Rebond des ventes de neuf début 2 Les ventes de logements neufs se sont encore repliées en 214, mais se redressent début 2. Les ventes promoteurs (filière promoteurs, programmes d au moins cinq logements) s étaient corrigées en 211 et 212, de -8% et -% sur un an, et stabilisées en 213, +,3% sur un an. Elles ont reculé en 214, de -3%, à 86 6 unités. Elles remontent au premier trimestre 2, +14,4% sur un an. Ceci est lié au segment investisseurs. Le cumul douze mois atteint 9 unités. France : transactions de logements anciens (par trimestre) Nombre de transactions estimées Source : CGEDD, Notaires, CA Variation sur un an, % indice base 1 T1 21 Source : INSEE, Notaires, Crédit Agricole S.A France : prix des logements anciens a/a indice France : ventes de logements neufs milliers par trim Mises en vente Source : Ministère de l'ecologie Ventes 8 6 N / juillet 2-2 -

3 Evolutions récentes et perspectives Par rapport aux points hauts de 26-27, 127 ventes par an, il reste en repli marqué, -29%. Il faut de plus mentionner une hausse des annulations de réservations, + 3,% sur un an (désistements par rapport à des réservations à la vente réalisées sur des trimestres antérieurs). Le rebond des ventes de maisons individuelles hors promoteurs est également prononcé. Sur la période mars-mai 2, les ventes sont en hausse de 17% sur un an. Le cumul douze mois atteint 18 en mai, % sur un an, après 99 unités en 214, -4% sur un an. Malgré ce rebond, on reste toutefois très en deçà des points hauts de (189 unités par an). En Ile-de-France, les ventes de neuf (promoteurs) avaient fortement progressé en 213, +,%. Elles se sont stabilisées en 214 (+1,2% a/a) et début 2. Dans l enquête INSEE menée auprès des promoteurs, la tendance sur la demande de logements neufs s améliore significativement en avril, -34 contre - en janvier, tout en restant nettement en dessous de sa moyenne de long terme (-9). milliers France : encours de logements neufs Encours à vendre Encours en mois de vente (éch. dr.) Source : Ministère de l'ecologie mois Encours de logements neufs en repli Les mises en vente, encore élevées en 212, avaient été nettement réduites en 213, de 13% sur un an, et en 214, de -11% sur un an, à 92 unités. Elles diminuent à nouveau au premier trimestre 2, de -,9% sur un an. Les promoteurs réduisent leur offre en raison de la baisse des ventes (en 214) et du niveau élevé de l encours de logements neufs proposés à la vente. Celui-ci est monté jusqu à 17 unités au troisième trimestre 214. Mais il se réduit à 14 unités au quatrième trimestre 214 et 1 au premier trimestre 2. Le ratio encours/ventes, qui mesure le délai moyen d écoulement de l encours, redescend à 12,4 mois de vente au premier trimestre 2, contre 14,3 au quatrième trimestre 214 et 14,1 au quatrième trimestre 213. Il reste toutefois assez élevé par rapport à un niveau moyen de 8,3 mois en Les stocks proprement dits (encours de logements proposés à la vente et achevés ou en cours de construction) restent beaucoup plus faibles, 44 unités : 7% des encours sont achevés, 37% en cours de construction, 6% en projet. En Ile-de-France, l encours de logements neufs se réduit. En mois de vente, il atteint 11,1 mois de vente au premier trimestre 2, après 12,9 au quatrième trimestre 214, et 11,4 mois fin 213, grâce à un repli des mises en vente. Les prix des logements neufs restent en baisse très mesurée. Les prix des appartements sont en faible repli au premier trimestre 2, -,3% a/a après -,3% au quatrième trimestre 214. Les prix des maisons reculent de 1,6% a/a au premier trimestre, après -,8% au quatrième trimestre 214. Points bas sur les mises en chantier et les permis La construction de logements, encore soutenue en 211 (423 mises en chantier), s était infléchie en 212 (-,7% sur un an) et stabilisée en 213 (-,4% sur un an). Le recul s est accentué en 214. Les mises en chantier 1 se replient de 1%, à 36 unités, et les permis de construire de 11%, à 37 unités. Début 2, la reprise des ventes ne s est pas encore transmise aux mises en chantier, qui, sur la période mars-mai, baissent de 7% sur un an. La baisse des mises en chantier est forte depuis le pic de 27 (489 ) : -27% France : permis de construire et mises en chantier de logements milliers, cumul 12m mises en chantier permis de construire Source : Ministère de l'ecologie France : prix des logements variation annuelle, % appartements neufs logements anciens Source : Ministère de l'ecologie, Insee-Notaires 1 Les séries ont été révisées en hausse, notamment pour les années , avec une nouvelle méthodologie : estimations (par méthodes statistiques et économétriques) des permis et des mises en chantier, afin de pallier les délais de remontée de l information pour les perm is (plusieurs mois) et le manque d exhaustivité pour les mises en chantier. N / juillet 2-3 -

4 Evolutions récentes et perspectives : ajustement modéré, mais contrasté Au regard de ce qui précède, on voit que le marché résidentiel français a continué à se corriger en 214. Ce mouvement est à l œuvre depuis 211. L immobilier est un secteur très cyclique et il est logique qu une phase de baisse succède au boom marqué des années Mais sur les années récentes, l ajustement a été à deux vitesses : sévère dans le neuf et graduel dans l ancien. Compte tenu du poids de l ancien (8% du total des ventes), le marché est globalement en baisse modérée. En 214, l ancien est demeuré assez résistant avec un niveau de transactions élevé, 691 unités, -14% «seulement» par rapport aux pics de et une baisse des prix mesurée, -2,% sur un an, -7% en cumulé depuis fin 211. Dans le neuf en revanche, les ventes ont été très faibles, en repli de 3% par rapport aux pics de pour le neuf «promoteurs» et de 48% pour le neuf maisons individuelles. Rappelons que la France reste un cas particulier en Europe, où dans la plupart des pays (Espagne, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Irlande ), une correction significative en termes de ventes et de prix a été observée depuis 28. Le «soft landing» français s explique par la conjonction de facteurs conjoncturels globalement négatifs et de fondamentaux structurels favorables Prix de l'immobilier résidentiel Indice base 1=T UK Espagne France Irlande Sources : Halifax, Ministerio de Fomento,Insee, DS Facteurs négatifs Croissance faible et chômage élevé La croissance du PIB a été très modérée en 214,,2% en volume, et va se redresser, mais modérément, en 2, 1,2%, et en 216, 1,4%. Le taux de chômage a atteint 9,9% en 214, monterait encore à 1,1% en 2 et baisserait très peu, 1%, en 216. Les revenus s améliorent à court terme mais les anticipations à moyen terme restent médiocres. Une partie des primoaccédants potentiels doivent renoncer à acheter. 2 1 % France : prix des logements anciens et taux de chômage Mesures fiscales Les mesures fiscales prises en ont joué négativement : réduction de l abattement sur les plus-values immobilières, mesures sur le PTZ, succès très mitigé du dispositif Duflot (baisse d impôt, mais contraintes assez fortes sur les plafonds de loyers et les conditions de ressources des locataires) Source : Notaires, hausse des prix sur un an Insee taux de chômage (éch.dte inversée) Prix de vente encore surévalués Les prix de vente sont encore surévalués, mais de moins en moins. Ils l étaient de près de 2% début 212. Avec la baisse des prix et le recul des taux de crédit, ils ne le sont que de à % fin 214-début 2 (cf. Perspectives Immobilier avril 2). Les prix restent toutefois élevés. Il faut qu ils baissent encore et deviennent clairement sous-évalués pour être jugés véritablement attractifs et déclencher une nouvelle phase haussière et un retour des primo-accédants. Le niveau des prix reste pour l instant un frein pour la demande. 8 6 Taux de propriétaires occupants en Europe % du nombre de ménages Facteurs favorables Taux de crédit habitat en baisse continue Ils avaient baissé en 213 (3,2% en moyenne annuelle, contre 3,8% en 212 pour un crédit habitat à long terme à taux fixe) et ont reculé à nouveau en 214, 3% en moyenne et 2,61% en décembre. Cette baisse a été permise par le repli continu des taux des OAT dix ans. Le très bas niveau des taux de crédit et le risque qu ils remontent tôt ou tard a poussé certains ménages hésitants à acheter, malgré le niveau élevé des prix. 4 2 Source : année 211, Eurostat N / juillet 2-4 -

5 Evolutions récentes et perspectives Demande de logements structurellement forte La demande reste soutenue par des moteurs solides et durables : désir d accession à la propriété, démographie assez dynamique, phénomènes de décohabitation, préparation de la retraite, saturation du marché locatif, effet «valeur refuge». Les niveaux très bas des taux d intérêt à court et à long terme et la volatilité des marchés boursiers renforcent l attractivité de l immobilier, actif jugé moins risqué, plus rassurant et plus rentable. Offre de crédit prudente Les critères d octroi de crédit habitat sont restés stricts pendant le cycle haussier des années 2 et le sont demeurés ensuite. On n a pas constaté un emballement du crédit et des prises de risque excessives, à la différence d autres pays. Les ratios d encours de créances douteuses restent bas. Ils ont même diminué à 3,4% au premier trimestre 2, contre 3,3% au quatrième trimestre 214 pour les crédits aux ménages. Ils sont limités à 1,4% en 213 pour les crédits habitat 2. Il n a pas été nécessaire d opérer un net resserrement du crédit. L octroi d un crédit habitat est fondé essentiellement sur la capacité de remboursement de l emprunteur. Le taux d effort ne doit pas dépasser un tiers du revenu. Les prêts sont essentiellement à taux fixe et les maturités restent raisonnables. Ce modèle prudent de crédit habitat explique pour une bonne part que le mouvement de correction soit plus graduel et plus modéré en France que dans la plupart des pays européens. Au regard des enquêtes récentes, les critères d octroi de crédit habitat restent à peu près stables. Pourquoi le neuf a-t-il corrigé davantage que l ancien? La forte baisse des ventes de neuf sur les années récentes s explique par plusieurs raisons. Dans le neuf promoteur, la baisse est surtout imputable aux «investisseurs», dont le poids est très important, et où les ventes ont baissé de 4% par rapport à 27, du fait des mesures fiscales : contraintes pesant sur le dispositif Duflot (sur les loyers et les conditions de ressources des locataires), mesures sur les plus-values. Ceci a rendu les investisseurs très hésitants. Le poids de ce segment s est réduit à 44% en 214, contre % en 27. Le segment «accédants» a reculé, mais moins nettement, de 26% par rapport à 27. Il est affecté par le niveau élevé du chômage, les contraintes sur le PTZ+, le niveau élevé des prix et le poids des normes (énergie, environnement, handicapés ). Ces facteurs négatifs ont joué encore plus fortement pour les maisons individuelles neuves hors promoteurs. Les ventes d ancien ont mieux résisté. Ceci s explique en partie par le poids élevé des «secondo-accédants» (acheteurs-vendeurs de résidence principale). Les ventes résistent bien dans ce segment, où les facteurs de soutien tels que la préparation de la retraite et l effet valeur refuge jouent pleinement, tandis que le niveau élevé des prix est moins pénalisant. Ce segment a totalisé % de la production de crédits fin 213, contre 4% début 212. À l inverse, le poids des «primo-accédants» s est réduit de 32% début 212 à 18% fin 213. Le niveau élevé du chômage, les incertitudes sur les revenus futurs, la surévaluation des prix et l arrêt du PTZ dans l ancien ont pesé sur ce segment, notamment sur les jeunes ménages à revenu modéré. Le marché s est déplacé vers les secondo-accédants et à un moindre degré vers les investisseurs. Les prix baissent faiblement du fait du niveau assez élevé des ventes et d une offre plutôt modérée. 2, 1,8 1,6 1,4 1,2 1,,8,6,4,2 France : credit habitat ratio encours douteux/encours total %, Source : ACPR, Crédit Agricole SA Ventes appartements anciens Ile de France Nombre de transactions par trimestre Source : Chambre des notaires milliers France : ventes et stocks de logements neufs Ventes Stocks en mois de vente Source : Ministère de l'ecologie mois Chiffres 214 non encore disponibles. N / juillet 2 - -

6 Evolutions récentes et perspectives : le neuf rebondit, l ancien se stabilise Début 2, les ventes se redressent. En 2-216, on devrait en fait assister à une stabilisation du marché. Elle serait «à deux vitesses», avec un marché de l ancien stable ou en léger repli et un marché du neuf en reprise. La tendance sera donc un peu différente de celle des années Pourtant la plupart des facteurs conjoncturels et structurels vont continuer à jouer dans le même sens. Deux facteurs expliquent l inflexion du marché Taux de crédit habitat proches d un plancher Ils ont encore baissé au premier semestre 2. À très court terme, le risque qu ils remontent débloque certains projets et stimule les ventes. Mais les taux devraient un peu s accroître au cours des prochains mois, en liaison avec la légère hausse attendue des taux OAT dix ans (cf. page 7). Ils resteraient bas et assez attractifs. Toutefois, le fait qu ils remontent va renchérir les coûts d acquisition et conduirait à plus d attentisme. Les ventes d ancien seraient en léger repli et les baisses de prix un peu plus marquées. Plan de soutien pour le logement neuf Il est effectif depuis début 2 : élargissement de l accès au PTZ, aménagement du dispositif Duflot (rebaptisé Pinel) avec notamment des formules à six, neuf et douze ans, simplification des normes, limitation de l encadrement des loyers, abattement de 3% sur les plus-values de cessions de terrains jusqu à fin 2. Ceci conduit à une reprise des ventes dans le neuf, notamment dans le segment investisseurs, grâce au dispositif Pinel (+% a/a au premier trimestre) ; mais aussi dans les maisons individuelles hors promoteurs (+% a/a au premier trimestre). Au total, le marché devrait donc connaître une stabilisation en Les volumes de transactions dans l ancien seraient en légère hausse en 2 et en faible repli en 216. Les prix de l ancien baisseraient de -2% en 2 et -3% en 216. Les volumes dans le neuf seraient en rebond de 1% en 2 (+2% pour les investisseurs, % pour les accédants en neuf promoteur, +1% pour les maisons individuelles), et de % en 216. On aurait une baisse cumulée des prix de l ancien de 12% entre 211 et 216. Un marché encore fragile Ce mouvement de stabilisation ou d ajustement très lent risque de se poursuivre en 217. Une reprise est envisageable à l horizon 218. Un scénario d effondrement de la demande de logements semble peu probable. Les facteurs conjoncturels négatifs devraient peu à peu se dissiper. Il faut toutefois rappeler deux points d inquiétude. D abord, les primo-accédants sont en partie écartés du marché. Leur poids s est nettement réduit et va rester faible en 2. La demande ne se renouvelle pas et risque de se réduire, les mouvements d achat-revente des secondo-accédants ne pouvant pas se perpétuer à l infini. Une vraie reprise du marché passera par un retour des primo-accédants, qui doivent pour cela être resolvabilisés. Ce processus est en cours, via la baisse des prix et des taux, mais ne devrait être achevé qu en Ensuite, le marché est très dépendant des taux de crédit. La diminution de ces taux et leur bas niveau ont soutenu la demande, mais comme vu plus haut les taux de crédit sont proches d un plancher. Notre scénario est celui d une remontée lente et mesurée. Toutefois, on ne peut pas exclure un scénario de remontée plus rapide des taux longs français, en cas par exemple d un accès de défiance des investisseurs vis-à-vis du risque souverain français, même si ce scénario semble peu probable. Dans un tel cas, la remontée des taux de crédit qui s ensuivrait provoquerait une correction assez marquée des ventes et des prix immobiliers. 8% 6% 4% 2% France : structure de la production de crédits habitat % mars-12 sept.-12 mars-13 sept.-13 Source : ACPR, Crédit Agricole S.A milliers France : ventes et prix de logements anciens Ventes Source : CGEDD, Notaires, CA Primo-accédants Secondo-accédants Rachats de crédits externes Investissement locatif France : prix des logements anciens et stocks de logements neufs % prév mois hausse des prix sur un an stocks neuf en mois de vente (éch.dte inv) Source : Notaires, BdF % variations de prix sur un an (éch. dr.) N / juillet 2-6 -

7 Evolutions récentes et perspectives Focus Les flux de crédit habitat fluctuent fortement Croissance régulière de l encours et mouvements heurtés sur la production L encours de crédit habitat aux ménages avait nettement freiné à 3% sur un an fin 212, contre 6,3% fin 211. Depuis lors, la croissance de l encours reste relativement stable, autour de 3% par an. Fin 213, la hausse était de 3,3%. La croissance a freiné un peu en 214, mais est restée assez élevée, 2,2% sur un an en décembre et 2,9% en moyenne annuelle. Elle réaccélère légèrement début 2 (2,6% en mars, 2,8% en avril, 2,8% en mai). Il s agit des crédits aux ménages au sens large, qui incluent les particuliers, les entrepreneurs individuels et les institutions sans but lucratif au service des ménages. Pour les seuls particuliers, la hausse de l encours est du même ordre mais légèrement plus forte, 3% en mars et 3,2% en avril-mai, après 2,3% fin 214 et 3,4% fin 213. La production de nouveaux prêts à l habitat (qui est un flux) fluctue en revanche très fortement sur les années récentes. Après une baisse de 32% en 212, elle avait rebondi de 3% en 213. La production mensuelle était forte, 12, milliards par mois. Elle est restée élevée en 214, mais un peu en retrait, 1 milliards par mois en moyenne, -19% sur un an. Début 2, elle se redresse à nouveau, et atteint des niveaux records en mars, avril, mai, milliards par mois. Le flux cumulé sur douze mois remonte de 2,7 % sur un an en mai. Il devrait être en hausse d au moins 2% sur l ensemble de l année. Ces fluctuations sont principalement liées aux rachats de crédits externes (remboursements anticipés/nouveaux prêts). Pour les nouvelles acquisitions (résidences principales, secondaires, investissements), les flux de nouveaux prêts sont relativement stables. La baisse continue des taux de crédit habitat depuis mi-212 a stimulé les rachats de crédit externes. Ils ont été très élevés en 213. Leur part dans le total de la production de crédit habitat est passée de 3% mi-212 à 18% fin 213 (source : enquêtes ACPR). Les rachats sont restés marqués en 214, mais moins qu en 213, le recul des taux de crédit étant moins accusé. Ils repartent vivement à la hausse début 2 : les taux de crédit continuent à baisser et une partie des emprunteurs estiment que ces taux sont proches de leur plancher et qu il est opportun de renégocier ou d opérer un rachat de crédit avant que les taux ne remontent. En avril-mai, la moitié de la production de crédits est liée à des renégociations. Vers une légère remontée des taux de crédit habitat Les taux de crédit habitat se sont repliés de façon continue depuis 212. Ils ont baissé à 3,2% en moyenne en 213 (contre 3,8% en 212) pour un crédit habitat à long terme à taux fixe (hors assurance). Ils ont encore diminué en 214, à 3% en moyenne et 2,61% en décembre. Le mouvement s est poursuivi début 2 (jusqu à 2,26% en mai). Ce repli est lié à la baisse continue des taux OAT dix ans, qui sont un des principaux déterminants des taux de crédit habitat. Un plancher semble toutefois atteint. Les taux de crédit habitat pourraient se stabiliser ou remonter un peu sur les prochains trimestres, en liaison avec la légère remontée des taux dix ans. Ceux-ci, après une remontée en mai-juin, 1,2% en juin 2 en moyenne mensuelle, contre,44% en avril, pourraient se replier un peu à court terme ; mais connaîtraient ensuite une hausse lente et mesurée. Ce mouvement est lié au raffermissement graduel de la croissance et de l inflation en zone euro Mds montants Source : BdF, CA France : encours de crédits habitat ménages M %, a/a croissance sur 12m (éch.dr.) montants Source : BdF, CA France : production de crédits habitat (cumuls 12 mois) France : taux de crédit habitat Moyennes trimestrielles en % a/a, % croissance sur 12m (éch.dr.) taux moyen d'un crédit habitat à taux fixe (TEG) taux OAT 1 ans Source : BdF, Crédit Agricole N / juillet 2-7 -

8 Evolutions récentes et perspectives Achevé de rédiger le juillet 2 Crédit Agricole S.A. Études Économiques Groupe 12 place des États-Unis Montrouge Cedex Copyright Crédit Agricole S.A. ISSN : Directeur de la Publication : Isabelle Job-Bazille Rédacteur en chef : Jean-Louis Martin Documentation : Gisèle Walter - Statistiques : Robin Mourier Réalisation & secrétariat de rédaction : Fabienne Pesty Contact : Consultez les Études Économiques et abonnez-vous gratuitement à nos publications sur : Internet : ipad : application Etudes ECO disponible sur l App store Android : application Etudes ECO disponible sur Google Play Cette publication reflète l opinion de Crédit Agricole S.A. à la date de sa publication, sauf mention c ontraire (contributeurs extérieurs). Cette opinion est susceptible d être modifiée à tout moment sans notification. Elle est réalisée à titre purement informatif. Ni l information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne constituent en aucune façon une offre de vente ou une sollicitation commerciale et ne sauraient engager la responsabilité du Crédit Agricole S.A. ou de l une de ses filiales ou d une Caisse Régionale. Crédit Agricole S.A. ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. Ni Crédit Agricole S.A., ni une de ses filiales ou une Caisse Régionale, ne sauraient donc engager sa responsabilité au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans cette publication. N / juillet 2-8 -

Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 2015

Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 2015 Trimestriel n 42 Octobre 214 Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 21 Le marché résidentiel continue à se corriger lentement. La baisse reste modérée, beaucoup plus que dans la plupart des

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Octobre 2014 Direction des Études Point de conjoncture logement SUR FOND DE MOROSITÉ, LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL S ACCENTUENT Alors que la France

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Faut-il acheter ou louer son logement?

Faut-il acheter ou louer son logement? Janvier 2013 Faut-il acheter ou louer son logement? Etude réalisée par Asterès pour Meilleurtaux.com «Les petits-déjeuners des experts» Mardi 29 janvier 2013 Contacts : Meilleurtaux.com Sandrine Allonier

Plus en détail

Fiches thématiques. Patrimoine

Fiches thématiques. Patrimoine Fiches thématiques Patrimoine 2.1 Performance des placements à rendements réglementés Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne dont les revenus

Plus en détail

Zone euro Indicateur d impact du QE

Zone euro Indicateur d impact du QE N 1/263 1 er septembre 21 Zone euro Indicateur d impact du Avec l annonce d un programme étendu d achats d actifs non stérilisés (quantitative easing, ), portant essentiellement sur des titres souverains,

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2014 «Réalité et pragmatisme» Avec la participation de A CONJONCTURE ÉCONOMIQUE Jean-François BUET, Président FNAIM ENVIRONNEMENT

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés.

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés. L année 2014 s achève, pour l indice boursier français, au niveau où elle a commencé, le CAC 40 a perdu - 0,5% sur l année, l indice européen (l Eurostoxx 50) a lui gagné + 2,82%, alors que l indice américain

Plus en détail

Dans la plupart des économies avancées, les prix immobiliers ont fortement

Dans la plupart des économies avancées, les prix immobiliers ont fortement Les prix immobiliers en France : une évolution singulière Mickaël Clévenot Division Synthèse conjoncturelle Dans la plupart des économies avancées, les prix immobiliers ont fortement augmenté entre 2000

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015 Marchés immobiliers en régions Marseille 9 avril 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Le crédit bancaire. Le crédit bancaire est décisif pour la reprise. La banque est une organisation. Bimestriel - N 141 Mai-Juin 2010

Le crédit bancaire. Le crédit bancaire est décisif pour la reprise. La banque est une organisation. Bimestriel - N 141 Mai-Juin 2010 Bimestriel - N 11 Mai-Juin 2 Le crédit bancaire Le crédit bancaire est décisif pour la reprise 1 Les cycles du crédit et de l activité en zone euro : quelles perspectives après la crise financière? 3 Les

Plus en détail

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire 9 janvier 1 Cycle de l immobilier résidentiel au Québec : bien différent de celui du Canada L an dernier, le marché de l habitation au pays a continué de défier à la hausse les pronostics tant au niveau

Plus en détail

Enquête annuelle sur le financement de l habitat en 2011

Enquête annuelle sur le financement de l habitat en 2011 Enquête annuelle sur le financement de l habitat en 2011 n 8 juillet 2012 1 Résumé : Selon l Enquête annuelle sur le financement de l habitat, l encours total de prêts à l habitat des 16 établissements

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Le financement de l habitat en 2013

Le financement de l habitat en 2013 Le financement de l habitat en 2013 n 32 Juillet 2014 1 SOMMAIRE 1. CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ DES CRÉDITS À L HABITAT 6 1.1. Reprise de l activité dans un contexte de baisse des prix 6 1.2. Fort rebond

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF REDRESSEMENT DES VENTES AU 4EME TRIMESTRE 2014 : LA RELANCE EST A NOTRE PORTÉE MERCREDI 11 FEVRIER 2015, 9 HEURES Palais Brongniart PARIS CONTACTS PRESSE Franck Thiébaux

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita»

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita» Apériodique n 5/5 avril 5 Taux d intérêt nominaux négatifs Au vu de ses objectifs immédiats (baisse des taux d intérêt gouvernementaux et des primes de risque acquittées par les pays dits périphériques),

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009?

Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009? Note expresse N 61 juin 2009 Réduction de la commande publique : jusqu à 2 points de croissance en moins en 2009? Moteur essentiel du dynamisme économique réunionnais, la commande publique a contribué

Plus en détail

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015 Sommaire Points clés Résultats financiers 2014 Marché et perspectives 2 Points clés Résultats 2014 en ligne avec les objectifs annoncés «chiffre d affaires sensiblement comparable à celui de 2013 et marge

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Asset Management Real estate research & strategy Pour investisseurs qualifiés Le marché suisse de l immobilier UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy - Switzerland Avril 2013

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Tableau de bord. 26 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 26 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 4 février 2014 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 26 ième

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

Conjoncture bâtiment à la fin juin 2014

Conjoncture bâtiment à la fin juin 2014 Paris, le 25 juin 2014 Conjoncture bâtiment à la fin juin 2014 Les informations disponibles sur le début 2014 affichent des tendances contradictoires, qui témoignent des difficultés dans lesquelles se

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR COMMUNIQUE DE PRESSE - Mercredi 1 er octobre 2014 OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR Présidée depuis mars 2014 par Jean- Michel LAVEDRINE,

Plus en détail

LE LOGEMENT EN FRANCE CELLULE ÉCONOMIQUE FNAIM

LE LOGEMENT EN FRANCE CELLULE ÉCONOMIQUE FNAIM LE LOGEMENT EN FRANCE CELLULE ÉCONOMIQUE FNAIM 2014 www.fnaim.fr MARS 2015 01TABLE DES MATIÈRES 01 / INTRODUCTION.... 4 02 / LA FNAIM EN CHIFFRES... 5 03 / LE PARC DE LOGEMENTS........................................6

Plus en détail

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Mercredi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr Sommaire Observatoire de la FPI

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES Octobre 2011 Gabriela TURCATTI Jordi GUILLO SOMMAIRE IMMOBILIER SUISSE 3 CATÉGORIES L immobilier résidentiel 4 L immobilier commercial 5 L immobilier de bureau 5

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2014-11-28. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 23.21.34 RPM Bruxelles 214-11-28 Liens: observatoire du crédit

Plus en détail

Aussi dans ce numéro Les ventes de copropriétés perdent de leur élan Depuis un certain temps, la copropriété nous avait habitués à des hausses relativement soutenues des transactions MLS au Québec. Mais

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Le logement en Europe

Le logement en Europe Le logement en Europe DONNÉES 2014, TENDANCES 2015 Contact presse Galivel & Associés 01 41 05 02 02 galivel@galivel.com Leader de l immobilier en Europe, ERA publie sa nouvelle étude sur les marchés du

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

MARCHÉ DE L IMMOBILIER

MARCHÉ DE L IMMOBILIER Introduction Les biens immobiliers jouent un rôle important que ce soit au niveau économique ou dans notre vie privée: Le logement est un bien important, car il influe grandement sur la qualité de vie

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Note de méthode La place qu occupe Crédit Logement dans le marché des crédits immobiliers (hors les rachats de

Plus en détail

Baisse des prix modérée dans l ancien. Amélioration de l activité dans le neuf en 2015?

Baisse des prix modérée dans l ancien. Amélioration de l activité dans le neuf en 2015? MARKETVIEW Résidentiel France, Janvier 215 Baisse des prix modérée dans l ancien. Amélioration de l activité dans le neuf en 215? Ventes dans l ancien + 4 % Prix dans l ancien - 1 % Mises en chantier -

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Études. Y a-t-il un risque de bulle immobilière en France?

Études. Y a-t-il un risque de bulle immobilière en France? Selon la définition de Joseph Stiglitz, on peut qualifier de «bulle spéculative» un état du marché dans lequel «la seule raison pour laquelle le prix est élevé aujourd hui est que les investisseurs pensent

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2015-0 - Liens: observatoire

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010 Province de Québec Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Premier ralentissement des ventes en cinq trimestres Seuls quelques centres urbains sont parvenus à être dynamiques Remontée dans

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING 1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING Inédit en France, MonsieurParking.com, société spécialisée dans l achat, la vente et la location de places de parking, crée le 1 er baromètre de l immobilier

Plus en détail