Formation Bâtiment Durable : Matériaux. Bruxelles Environnement. L humidité : une pathologie. Pierre Willem.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation Bâtiment Durable : Matériaux. Bruxelles Environnement. L humidité : une pathologie. Pierre Willem. team@ecorce.be www.ecorce."

Transcription

1 Formation Bâtiment Durable : Matériaux Bruxelles Environnement L humidité : une pathologie Pierre Willem

2 OBJECTIFS DE LA PRESENTATION AVOIR UN APERCU DES ORIGINES DES PROBLEMES D HUMIDITE DANS LE BATIMENT COMPRENDRE LES PHENOMENES PHYSIQUES QUI Y SONT LIES 2

3 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION CONDENSATION INFILTRATIONS LE BOIS 3

4 INTRODUCTION Explication du phénomène Caractéristiques concernées Illustrations Outils Solutions 4

5 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION CONDENSATION INTERNE A LA PAROI PONT THERMIQUE SELS HYGROSCOPIQUES INFILTRATIONS LE BOIS 5

6 INTERNE A LA PAROI Explication du phénomène 6

7 INTERNE A LA PAROI Explication du phénomène N P vap.int > P vap.ext migration de vapeur de l int. vers l ext. N Composition de paroi prépondérante! Coefficient de diffusion de vapeur (µ) Position de l isolation et du pare/frein-vapeur N Problème fréquent dans un complexe d isolation intérieure (rénovation) 7

8 INTERNE A LA PAROI Caractéristiques concernées N Coefficient de diffusion de vapeur d eau N Coefficient de résistance thermique m l Concevoir une paroi dont les éléments sont de plus en plus ouverts à la diffusion de la vapeur d eau de l intérieur vers l extérieur 8

9 INTERNE A LA PAROI Illustrations 9

10 INTERNE A LA PAROI Outils 10

11 INTERNE A LA PAROI Outils 11

12 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION CONDENSATION INTERNE A LA PAROI PONT THERMIQUE SELS HYGROSCOPIQUES INFILTRATIONS LE BOIS 12

13 PONT THERMIQUE Explication du phénomène N zone ponctuelle ou linéaire qui, dans l'enveloppe d'un bâtiment, présente une variation de résistance thermique (à la jonction de deux parois en général). N = nœud constructif N Nombreux N De l ordre de 10 % des déperditions Caractéristiques concernées N Coefficient de résistance thermique l 13

14 PONT THERMIQUE Illustrations : le changement de vitrage 20 C t intérieure 10 C 11 C 15.3 C 0 C -10 C t extérieure -3.2 C -2.2 C -7.2 C -8.6 C Simple vitrage U g =5,7 W/m²K Mur plein 29cm U =2,31 W/m²K Double vitrage amélioré U g =1,2 W/m²K 14

15 PONT THERMIQUE Illustrations 15

16 PONT THERMIQUE Illustrations 16

17 PONT THERMIQUE Illustrations 17

18 PONT THERMIQUE Outils N Calcul (pour température superficielle!!!) Via logiciels (attention aux reconnaissances) THERM HEAT (2D/3D) BISCO/TRISCO KOBRA Facteur température > 0,7 f = ( T si T e ) / ( T i T e ) 18

19 PONT THERMIQUE Solutions N Limiter les situations de ce type N Dans l impossibilité, ventiler les locaux via une ventilation mécanique 19

20 PONT THERMIQUE Solutions N Dans le cas d une constatation du phénomène, dans l ordre : Action curative (éliminer les éléments concernés ou appliquer biocide) Traiter les sources pathologiques d humidité Vérifier s il ne faut pas augmenter localement les T c Eviter les transferts d humidité des pièces humides vers les pièces d habitation Adapter les habitudes de vie et de ventilation (préférer une ventilation continue à une ventilation violente et de durée limitée) Contrôler l HR ambiante à l aide d un hygromètre et le cas échéant réduire la production de vapeur (cuisson vapeur, douches moins chaudes, sécher le linge à l extérieur ) ou la contrôler (déshumidificateurs électriques ou à sels) Eviter les meubles et placards contre les parois froides 20

21 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION CONDENSATION INTERNE A LA PAROI PONT THERMIQUE SELS HYGROSCOPIQUES INFILTRATIONS LE BOIS 21

22 SELS HYGROSCOPIQUES Explication du phénomène N Sels efflorescents Cristallisent en surface lors de l assèchement des matériaux En général, sulfates et carbonates N Sels hygroscopiques Ne cristallisent pratiquement jamais Captent l humidité et maintiennent les matériaux humides En général, chlorure et nitrates Nitrates trouvent leur origine dans ancienne fonction du bâtiment (urines et haleines des animaux) 22

23 SELS HYGROSCOPIQUES Outils N Via barrettes chimiques (Sels (CL-, NO³, SO 4 -) N N existe pas de tableau de valeurs limites. On peut sous toute réserve se baser sur les valeurs notées dans la norme autrichienne Önorm B

24 SELS HYGROSCOPIQUES Solutions N Sels efflorescents Brosser à sec au fur et à mesure de l assèchement des matériaux Eventuellement refaire les enduits et finitions contaminés N Sels hygroscopiques Dissocier les finitions et les matériaux contaminés via membranes, traitements anti-sels, doublages 24

25 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION CONDENSATION INFILTRATIONS REMONTEES CAPILLAIRES FACADES LE BOIS 25

26 REMONTEES CAPILLAIRES Explication du phénomène N Remontée d humidité au travers des matériaux (= humidité ascensionnelle) N Toujours due à l absence d une barrière d étanchéité N Souvent constatée dans les murs enterrés en brique ou bloc béton, en partie inférieure N Fréquent dans le anciennes constructions N Sans dispositifs «curatifs», n évolue pas au-delà de 1m50; N Apparition possible d efflorescences 26

27 REMONTEES CAPILLAIRES Illustrations 27

28 REMONTEES CAPILLAIRES Solutions N Drainage Crée un chemin préférentiel pour l écoulement des eaux d infiltration Dans un terrain peu perméable Ecoulement doit être assuré en aval Horizontal ou vertical 28

29 REMONTEES CAPILLAIRES Solutions N Cimentage 29

30 REMONTEES CAPILLAIRES Solutions N Membrane Manuelle Mécanique «Massari» (carrotage) «Schuner Turner» (tôle ondulée encastrée dans la maçonnerie) 30

31 REMONTEES CAPILLAIRES Solutions N Injection Produits hydrophobes Silanes, siloxanes (+90 %, marché) Organo-métalliques (stéarite d Aluminium) Siliconates Produits bouche-pores Bitume Acrylamide Silicates alcalins (sels) 31

32 REMONTEES CAPILLAIRES Solutions N Dégagement de la base des murs N Tuyaux d aération, siphons atmosphériques N Electro-osmose inverse 32

33 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION CONDENSATION INFILTRATIONS REMONTEES CAPILLAIRES FACADES LE BOIS 33

34 FACADES Explication du phénomène N Humidification/infiltration due à la porosité d un élément de façade (joint, brique, moellon ) N Remarque : si vents violents et fissures > 0,3 mm, infiltration Caractéristiques concernées N Tension superficielle g 34

35 FACADES Illustrations 35

36 FACADES Solution N Radicale : bardage N Réfection maçonnerie (joint) N Traitement hydrofuge (invisible) NIT 224 = imperméabilisation qui ne modifie pas sensiblement la diffusion de la vapeur d eau ni l aspect des matériaux poreux de construction Formulations : Silanes (monomères) réaction délicate Siloxanes (oligomères) les plus utilisés (80 %) Stéarates d aluminium, copolymères fluorés Solutions : dilution de 5 à 10 %, solvantées, en phase aqueuse ou en gel 36

37 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION CONDENSATION INFILTRATIONS LE BOIS 37

38 PATHOLOGIES Le bois Explication du phénomène N HUMIDITE Important de choisir un bois en fonction de son application! Classe fonction de l essence ou du traitement Supprimer tout risque d'exposition prolongée à l'eau. Bien évaluer la classe d'emploi et l'essence de bois correctes. Bien choisir les traitements préventifs. 38

39 PATHOLOGIES Le bois Illustrations 39

40 PATHOLOGIES Le bois Solution N Bonne conception N Traitements (indispensable si attaque constatée) Type de produits Sels métalliques : CCA, CCB, CCF Produits pétroliers Créosote Mode de mise en œuvre Superficielle Trempage court Aspersion Badigeonnage En profondeur : Autoclave Thermo-modifications (rétification) 40

41 CE QU IL FAUT RETENIR DE LA PRESENTATION PAS FACILE A MAITRISER COMME MATIERE PLUSIEURS ORIGINES DE PATHOLOGIES SUPERPOSEES, BEAUCOUP PLUS COMPLEXES EXPERTISES SOUVENT NECESSAIRES 41

42 CONTACT Pierre Willem Ingénieur responsable projet Coordonnées : : 04/ : 42

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Polluants intérieurs : comment les éviter?

Formation Bâtiment Durable : Polluants intérieurs : comment les éviter? Formation Bâtiment Durable : Polluants intérieurs : comment les éviter? Bruxelles Environnement Combattre l humidité dans les constructions Sandrine HERINCKX CSTC - WTCB Humidité dans les constructions

Plus en détail

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle Les enduits Unité de Formation Professionnelle Les différents enduits Les finitions en isolations extérieure Migration de vapeur d eau Gestions des désordres Une protection contre les intempéries 1 Certains

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Lutter contre l humidité/ Traitement des murs Fiche n 3.3.1 - p1/7

Lutter contre l humidité/ Traitement des murs Fiche n 3.3.1 - p1/7 Lutter contre l humidité/ Traitement des murs Fiche n 3.3.1 - p1/7 1-Introduction Un moyen très répandu de condamner les remontées capillaires dans les murs, consiste à pratiquer une injection de produits

Plus en détail

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com Gestion de l humidité dans la rénovation 1 Une réhabilitation thermique implique le renforcement de l isolation Les travaux d isolation peuvent modifier le comportement hygrothermique des parois Les maîtres

Plus en détail

traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement

traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement L humidité ascensionnelle Les conséquences de l humidité ascensionnelle se manifestent sous

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement ISOLATION DE L ENVELOPPE Gauthier KEUTGEN ICEDD asbl Objectif(s) de la présentation Attirer l attention sur

Plus en détail

www.technichem.be www.technichem.fr / Juin 2014 DOSSIER TECHNIQUE HUMIDITÉ ASCENSIONNELLE Principes généraux

www.technichem.be www.technichem.fr / Juin 2014 DOSSIER TECHNIQUE HUMIDITÉ ASCENSIONNELLE Principes généraux DOSSIER TECHNIQUE HUMIDITÉ ASCENSIONNELLE Principes générau Origine de l humidité (également appelée remontée capillaire) En cas d absence ou de défaillance d une membrane d étanchéité à la base d un mur,

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Amélioration de l isolation

Amélioration de l isolation Amélioration de l isolation Synthèse Les techniques de rénovation (1) Murs extérieurs Isolation par l extérieur Isolation par l intérieur Isolation de la coulisse Toitures plates Toiture chaude Toiture

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE!

CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! CONTRE L HUMIDITE ASCENSIONNELLE! SUPER RAPIDE FACILE EFFICACE SUPER RAPIDE & FACILE Forer, injecter et ça y est RESPECTE LA NATURE Sans solvants, non-toxique & inodore PROPRE Aucun risque de perte de

Plus en détail

HUMIDITE ASCENSIONNELLE DOSSIER TECHNIQUE

HUMIDITE ASCENSIONNELLE DOSSIER TECHNIQUE HUMIDITE ASCENSINNELLE DSSIER TECHNIQUE TECHNISIL MS EC TECHNISIL MS TECHNISIL MS HYBRIDE TECHNISIL MS HYDR TECHNISIL MS HYDR CREAM TECHNICURE CS TECHNIPLATRE TECHNIMIX + HUMIDITE ASCENSINNELLE 2 DSSIER

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Les barrières-vapeur

Les barrières-vapeur Les barrières-vapeur 01_Montage d une barrière-vapeur et d une couche d étanchéité à l air Sisalex 518 dans une piscine intérieure Outre la thématique de l étanchéité à l air, la protection des bâtiments

Plus en détail

Audit énergétique, mur non isolé

Audit énergétique, mur non isolé Audit énergétique, mur non isolé 20/01/11 Réunion à thème : Outil terrain de l audit : Thermographie Infiltrométrie 35 Temp ext: 0 C Temp int: 20 C Temp du mur: 15 C Mur pierre + doublage brique sans isolation

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE

PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE 1 PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE Comportement et compatibilité des matériaux pour le bâti ancien Bruno JARNO 2 AJENA Énergie et Environnement Association loi 1901 sans but lucratif 30 années

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

Atelier diagnostics N 3 humidité et bâti ancien

Atelier diagnostics N 3 humidité et bâti ancien Maisons paysannes de France 9 février 2013 Atelier diagnostics N 3 humidité et bâti ancien 1. Le CAUE, c est quoi? Le C.A.U.E. (Conseil d'architecture d'urbanisme et de l'environnement) est : une association

Plus en détail

L isolation en rénovation: dernières nouveautés!

L isolation en rénovation: dernières nouveautés! L isolation en rénovation: dernières nouveautés! Bruxelles Environnement Vers une isolation des murs bien étudiée Arnaud EVRARD UCL Architecture et Climat Objectifs de la présentation Présenter des outils

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Humidité FICHE TECHNIQUE

Humidité FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Humidité 2 5 CONNAÎTRE > Eau solide, eau liquide et eau vapeur > Migration de l eau à travers les matériaux > L évacuation de l eau > Les dommages causés par l humidité REGARDER > Accidents

Plus en détail

La moisissure. Causes Prévention Combattre

La moisissure. Causes Prévention Combattre La moisissure Causes Prévention Combattre Moisissure La moisissure, qu est-ce que c est? Elément écologique indissociable de notre environnement naturel. Terme générique désignant une multitude d espèces

Plus en détail

ETANCHEITE DES FONDATIONS

ETANCHEITE DES FONDATIONS ETANCHEITE DES FONDATIONS H UM I DIT É DE S S O US-SOL Par définition, le sous-sol d un bâtiment désigne l ensemble des locaux (cave, garage, parfois pièce aménagée d un pavillon, caves ou parkings en

Plus en détail

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle WILLCO Dry Wall Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle RAPIDE Pas de forages multiples, pas de temps d attente jusqu à saturation pendant l injection forage et injection en une seule opération!

Plus en détail

Rénovation énergétique durable du bâti ancien humide. Gestion de l'humidité en habitat ancien - La ventilation selon AERAULEC - Marc NOËL

Rénovation énergétique durable du bâti ancien humide. Gestion de l'humidité en habitat ancien - La ventilation selon AERAULEC - Marc NOËL Rénovation énergétique durable du bâti ancien humide Gestion de l'humidité en habitat ancien - La ventilation selon AERAULEC - Marc NOËL cd2e RDV Produits - 13 mai 2015 1 Sommaire 1. Le bâti ancien humide

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT M. GHARBI SOCOL SA GR GROUPE LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT MINERAL OU EFFLORESCENCES 1/Définition L humidité présente dans les éléments de construction, qu elle provienne d une condensation, d

Plus en détail

TECHNIQUE ETANCHEITE à L AIR Sylvain Deschamps Annonay 13 mai 2014

TECHNIQUE ETANCHEITE à L AIR Sylvain Deschamps Annonay 13 mai 2014 TECHNIQUE ETANCHEITE à L AIR Sylvain Deschamps Annonay 13 mai 2014 Unité de Formation Professionnelle Généralités et réglementation Les fonctions de l enveloppe Isolation thermique Migration de la vapeur

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

GUIDE POUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS EN BRIQUES PLEINES Arnaud Evrard UCL / Architecture et Climat http://www-climat.arch.ucl.ac.

GUIDE POUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS EN BRIQUES PLEINES Arnaud Evrard UCL / Architecture et Climat http://www-climat.arch.ucl.ac. GUIDE POUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS EN BRIQUES PLEINES Arnaud Evrard UCL / Architecture et Climat http://www-climat.arch.ucl.ac.be I. Agenda IV. Recherches complémentaires 1 GUIDE A. Branders

Plus en détail

Composition du mur de Façade Mise en œuvre. 1. Avant les années 40 :

Composition du mur de Façade Mise en œuvre. 1. Avant les années 40 : Composition du mur de Façade Mise en œuvre 1. Avant les années 40 : Les murs de façade étaient constitués d éléments maçonnés en contact direct les uns avec les autre et recevaient un enduit extérieur

Plus en détail

Pathologies des FONDATIONS

Pathologies des FONDATIONS Pathologies des FONDATIONS Module #2: Résistance structurale Excavation par Michel F. Coallier (2006) 1 Exigences de résistance r structurale: : (CNB 95-9.4) La partie 9 du CNB ne spécifie pas des exigences

Plus en détail

Humabloc Plus. Technologie gel avancée

Humabloc Plus. Technologie gel avancée Humabloc Plus Technologie gel avancée Humabloc Plus Humidité ascensionnelle En général, l humidité ascensionnelle affecte surtout des murs à forte absorbtion, sous l effet du processus de capillarité en

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques hygrothermiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques hygrothermiques Risque de condensation superficielle et dans la masse Définitions > Point de rosée : Point à partir duquel la vapeur d'eau contenue dans l'air devient liquide. > Condensation dans la masse : Passage de

Plus en détail

La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment

La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment La thermographie infrarouge (ir) Introduction Historique Domaines d application types d équipements Fonctionnement de la caméra ir Facteurs d erreurs

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 1.8 Nœuds constructifs PRINTEMPS 2013 Kristien ACHTEN kristien.achten@a-ea.be 2 OBJECTIF(S) DE LA PRESENTATION Concepts de base liés

Plus en détail

Isolation des toitures terrasses en bois

Isolation des toitures terrasses en bois 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Isolation des toitures terrasses en bois J. Lamoulie 1 Isolation des toitures terrasses en bois Julien Lamoulie Institut Technologique FCBA FR-Bordeaux

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace, Bois et Habitat Namur Mars 2011 André BAIVIER isoproc le principe

Plus en détail

Traitement thermique du bois

Traitement thermique du bois Traitement thermique du bois Principe et applications JCL Environnement. 28 Septembre 2010. Introduction Traitements chimiques o CCA, Créosote, PCP Traitement thermique est un procédé ancien o Exemple:

Plus en détail

Assainissement des murs humides et contaminés par les sels. THERMOPAL Systèmes de crépis d assainissement

Assainissement des murs humides et contaminés par les sels. THERMOPAL Systèmes de crépis d assainissement Assainissement des murs humides et contaminés par les sels THERMOPAL Systèmes de crépis d assainissement THERMOPAL -SP Gobetis minéral d assainissement Pont d adhérence minéral THERMOPAL -SP forme un enduit

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Utiliser et exploiter un logiciel de modélisation.

Plus en détail

Technique d étanchéité

Technique d étanchéité ISO-CONNECT Vario SD ISO-CONNECT Vario SD facilite la vie sur le chantier. Les confusions entre les films à l intérieur (pare-vapeur) et à l extérieur (par-pluie) appartiennent au passé. La membrane multifonction

Plus en détail

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation 1. Description Elément préfabriqué en béton de type prémur isolé composé de 2 parois en béton de 7 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 20 cm en polystyrène expansé et d un espace pour le remplissage

Plus en détail

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur Rénovation d une maison ouvrière bruxelloise Laurent Collignon David Dardenne 1040 Bruxelles 1 Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur d E t t e r b e e k. Sa localisation

Plus en détail

REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION

REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION FICHE CONSEIL N 2 REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION (Plaques, carreaux, enduits) Ces préconisations communes des Industriels du plâtre ont pour but d aider l expert mandaté dans son

Plus en détail

Auteur : Physibel pour ENERTECH. Juillet 2009

Auteur : Physibel pour ENERTECH. Juillet 2009 Notes techniques et réflexions Isolation extérieure : influence de la nature des fixations de bardage sur la résistance thermique de la paroi Auteur : Physibel pour ENERTECH Juillet 2009 Ingénierie énergétique

Plus en détail

DÉTAILS DE CONSTRUCTION

DÉTAILS DE CONSTRUCTION PROFESSIONNE DES CHOIX LLE GUIDE D INSTALLATION DES PRODUITS RESISTO POUR DÉTAILS DE CONSTRUCTION 3 ET DIVERS TRAVAUX Des produits de qualité supérieure ayant fait leurs preuves. La gamnme de produits

Plus en détail

Post-isolation des murs creux

Post-isolation des murs creux Post-isolation des murs creux Luc FIRKET, chef-adjoint de la Division Avis Techniques du CSTC Centre Scientifique et Technique de la Construction Historique du mur creux -Apparition progressive en Belgique

Plus en détail

BATIBOUW 2011 25 février 2011

BATIBOUW 2011 25 février 2011 Centre Scientifique et Technique de la Construction www.cstc.be BATIBOUW 2011 25 février 2011 Antoine Tilmans, ir Division Climat, Equipement et Performance Energétique CSTC - Centre Scientifique et Technique

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : L humidité dans les bâtiments Rédaction : Tomasini François / Etudiant ETC 3 ème année Date : Décembre 2010 Présentation Un problème abordé

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Matériaux d isolation

Matériaux d isolation Mardi 30 Octobre 2012 en LORRAINE Matériaux d isolation Espace INFO ÉNERGIE Centre&Ouest Vosges Pierre Pellégrini Conseiller énergie Quelles sont nos missions? Sensibiliser, informer, conseiller de façon

Plus en détail

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations...

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations... CONSTRUIRE EN BÉTON CELLULAIRE 1. Le béton cellulaire et son environnement Présentation du béton cellulaire.............................................................. 14 Historique......................................................................................

Plus en détail

en rénovation Compétences Bois www.competencesbois.eu Fiche technique N 1 Novembre 2014

en rénovation Compétences Bois www.competencesbois.eu Fiche technique N 1 Novembre 2014 1 Compétences Isolation des murs en rénovation Bois Sommaire 1. L humidité dans les bâtiments 2. Points essentiels pour la mise en œuvre en isolation 3. Cas de figures proposés dans le cadre de Compétences

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

La protection des parois enterrées

La protection des parois enterrées La protection des parois enterrées Les produits pour traiter les remontées capillaires ou l action des eaux de ruissellement ou d infiltration : parce que les parois enterrées se doivent d être protégées

Plus en détail

Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive

Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive 1 0,810 0,020 0,025 2 chappe 0,840 0,080 0,095 3 0,026 0,260 10,000 4 béton armé 1,700 0,200 0,118 Somme des résistances thermiques

Plus en détail

Durabilité des solutions d'enveloppe. Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur

Durabilité des solutions d'enveloppe. Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur Durabilité des solutions d'enveloppe Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur Trois questions... L'étanchéité à l'air, pointe de l'iceberg

Plus en détail

Crème d injection à base de silane pour le traitement de l humidité ascensionnelle

Crème d injection à base de silane pour le traitement de l humidité ascensionnelle Fiche technique Edition 1, 2012 Identification no. 02 07 01 01 003 0 000002 Version no. 09022012 Crème d injection à base de silane pour le traitement de l humidité ascensionnelle Construction Produit

Plus en détail

ANNEXE 2 ANNEXE 2 : L HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT

ANNEXE 2 ANNEXE 2 : L HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT ANNEXE 2 L HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT LES PRINCIPALES CAUSES EXTERNES D HUMIDITÉ DANS LE BÂTIMENT L HYGROSCOPICITÉ L HUMIDITÉ ASCENSIONNELLE Les interventions possibles LES PÉNÉTRATIONS D EAU Les interventions

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons?

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? La déperdition de chaleur se fait à travers les murs non isolés dû a un refroidissement interne des murs La limitation des flux de chaleur se fait grâce

Plus en détail

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines LES CAHIERS PRATIQUES Préambule La demande du client Ce document est réalisé sur la base d ateliers de travail rassemblant des entreprises

Plus en détail

Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne

Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne 1 L association des Maisons Paysannes de l Yonne : - délégation dans l Yonne de Maisons Paysannes de France - 200 adhérents - 8.000 adhérents

Plus en détail

Plafonds chauffants. Le confort thermique par le plafond. Plafond chauffant Placowatt PRP

Plafonds chauffants. Le confort thermique par le plafond. Plafond chauffant Placowatt PRP Plafonds chauffants Novembre 2004 Code : F3830 Le confort thermique par le plafond Plafond chauffant Placowatt PRP Vous voulez : maintenir une température confortable dans une pièce, refaire le système

Plus en détail

HAGA AG Naturbaustoffe, Hübelweg 1, CH-5102 Rupperswil Téléphone +41 (0)62 897 41 41, Fax +41 (0)62 897 26 30, info@haganatur.ch, www.haganatur.

HAGA AG Naturbaustoffe, Hübelweg 1, CH-5102 Rupperswil Téléphone +41 (0)62 897 41 41, Fax +41 (0)62 897 26 30, info@haganatur.ch, www.haganatur. HAGA AG Naturbaustoffe, Hübelweg 1, CH-5102 Rupperswil Téléphone +41 (0)62 897 41 41, Fax +41 (0)62 897 26 30, info@haganatur.ch, www.haganatur.ch HAGA BIOTHERM L enduit de fond d isolation, de déshumidification

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères

Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères Contact : arnaud.evrard@uclouvain.be Architecture et climat : http://www-climat.arch.ucl.ac.be 1 > Plan de

Plus en détail

Toitures, Façades : Toutes les solutions pour rendre soit même sa maison plus belle. Vincent Christophoul Directeur de la société Kristol

Toitures, Façades : Toutes les solutions pour rendre soit même sa maison plus belle. Vincent Christophoul Directeur de la société Kristol Toitures, Façades : Toutes les solutions pour rendre soit même sa maison plus belle Vincent Christophoul Directeur de la société Kristol Toitures, Façades : Quelle solution? Toitures, Façades ades : Toutes

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

ISOTHENTIC, enduit de maçonnerie pour façade visant la rénovation énergétique du vieux Bâti Parisien Patrimonial Conforme au DTU 26.

ISOTHENTIC, enduit de maçonnerie pour façade visant la rénovation énergétique du vieux Bâti Parisien Patrimonial Conforme au DTU 26. ISOTHENTIC, enduit de maçonnerie pour façade visant la rénovation énergétique du vieux Bâti Parisien Patrimonial Conforme au DTU 26.1 ISOTHENTIC Assurance décennale SMABTP Partenaires: SMABTP Cabinet POUGET

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs?

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs? Formation Bâtiment Durable : Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement Comment choisir l isolation des murs? A2M Aline BRANDERS Architecte partner, A2M Objectifs de la présentation

Plus en détail

leurs raccords : une nécessité! Laurent Lassoie Jörg Wijnants Division Avis Technique CSTC

leurs raccords : une nécessité! Laurent Lassoie Jörg Wijnants Division Avis Technique CSTC ssurer l étanchéité à l eau des parois au droit de leurs raccords : une nécessité! Laurent Lassoie Jörg Wijnants Division vis Technique CSTC Introduction Infiltrations Infiltrations 54 54 % % Moisissures

Plus en détail

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi fautil faire attention? Eléments de diagnostic Le contexte économique et écologique actuel rend l isolation des bâtiments en rénovation incontournable.

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE L ENTREPRISE D ACCUEIL

BILAN DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE L ENTREPRISE D ACCUEIL B.T.S. ENVELOPPE DU BATIMENT BILAN DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DE L ENTREPRISE D ACCUEIL Coordonnées l entreprise Nom l apprenti LES PRODUITS VERRIERS. Les produits verriers Connaître pour chaque produit

Plus en détail

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES C.F-S.P page 1 Pourquoi l isolation thermique? En 1973 les pays européens subissent le premier choc pétrolier.

Plus en détail

Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation. Liste de prix 2011

Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation. Liste de prix 2011 Profilitec Tapis d isolation, de drainage et de dilatation Liste de prix 2011 Natte d étanchéité, de desolidarisation et de drainage Nattes d étanchéité et desolidarisation en polyéthylène pour la pose

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

Les blocs de maçonnerie en béton BELBLOCK et l isolation thermique la combinaison gagnante

Les blocs de maçonnerie en béton BELBLOCK et l isolation thermique la combinaison gagnante 2 La température intérieure constitue le premier paramètre du sentiment de confort dans un bâtiment. Pour maintenir, été comme hiver, une température agréable de manière économique, il est indispensable

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

La protection des infrastructures et les drainages

La protection des infrastructures et les drainages La protection des infrastructures et les drainages SOMMAIRE 1- Migration de l eau dans le sol.... 2 2- Protection contre les remontées capillaires.... 2 a) Phénomène de capillarité.... 2 b) Protection

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail