Cambridge (Ontario) Le jeudi 15 novembre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cambridge (Ontario) Le jeudi 15 novembre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :"

Transcription

1 Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Forum sur l assurance-vie Cambridge (Ontario) Le jeudi 15 novembre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Jason LaMontagne Communications et affaires publiques

2 Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Forum sur l assurance-vie Langdon Hall, Cambridge (Ontario) Le jeudi 15 novembre 2007 La gestion des risques dans le secteur de l assurance-vie Introduction L agitation des marchés financiers mondiaux fait les manchettes depuis plus de trois mois. Des PDG bien en vue de banques et de maisons d investissement aux États-Unis se voient remerciés de leurs services. Sur la scène internationale, les positions de fonds propres des banques sont touchées, et leur rentabilité diminue. Voilà ce qui se passe dans le secteur bancaire. Pour sa part, le secteur des assurances multirisques a connu des hauts et des bas importants, allant des pires résultats jamais vus aux environs de 2002 à des sommets de rendement l an dernier ce qui témoigne de la cyclicité du secteur (que les timides feraient bien d éviter). Les régimes de retraite à prestations déterminées ont été la proie d une tempête parfaite il y a quelques années, et près de 75 % d entre eux ont été en difficulté financière à un moment ou un autre. Le secteur canadien de l assurance-vie est-il à l abri de telles perturbations? Nous nous rappelons tous l effondrement de la Sovereign Life et de la Confederation Life, pour ne nommer que celles-là mais leur échec remonte à longtemps. Il y a quelques années à peine, les assureurs européens ont été rudement secoués lorsque les marchés boursiers ont chuté. Cependant, les sociétés canadiennes ont semblé s en tirer indemnes. On m avait expliqué alors qu elles étaient protégées par la MCAB (une méthode qui les oblige à apparier actifs et passifs, principe qui a freiné le recours excessif aux placements en actions). Je suis entrée au Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) en 1999, et je n ai pas vraiment eu connaissance depuis d un problème important qui aurait ébranlé l ensemble du secteur de l assurance-vie et beaucoup suscité l attention du public c est-àdire aucune «tempête parfaite» ni de variation extrême, à la hausse ou à la baisse. Voilà ce qui m amène à me poser la question suivante : Quels problèmes pourraient menacer le secteur? Aura-t-il à faire face à de nouveaux risques? Est-il exposé à des risques permanents? Malgré tout ce que nous croyons savoir sur les risques, nous pouvons toujours en apprendre davantage. Il est utile de se faire rappeler à l occasion les risques qui pèsent sur le secteur des assurances. J ai justement pris connaissance récemment d une critique du livre intitulé When Insurers Go Bust (Lorsque les assureurs font faillite). Avec un titre pareil, le livre a piqué ma curiosité, car de tels ouvrages nous rappellent que les choses peuvent aller très mal, ce que confirme d ailleurs l expérience. La plupart des livres et des études qui traitent de l échec des institutions financières et celui-ci ne fait pas exception à la règle mettent carrément en cause la direction et les conseils d administration, qui n auraient pas su réagir aux premiers signes de problèmes ou à des chocs.

3 - 2 - Un chapitre du livre dont je vous parle traite de la «théorie actuarielle de la ruine». L expression a aussi éveillé mon intérêt, car elle évoque l image d actuaires qui sèment la ruine. En réalité, la théorie repose plutôt sur le fait pour les actuaires de prendre les bonnes mesures au bon moment. Allan Brender, père du montant minimal permanent requis pour le capital et l excédent (MMPRCE), m a appris qu il s agit d une théorie mathématique qui a jeté les bases du MMPRCE, un régime de fonds propres axé sur les risques qui s est révélé remarquablement efficace lorsqu il a vu le jour. Et c est peut-être là un premier exemple de problème qui pourrait menacer le secteur de l assurance-vie, à savoir ne pas comprendre le propos des actuaires, soit parce qu ils affublent des concepts parfaitement acceptables d étiquettes comme «théorie actuarielle de la ruine», soit parce que les questions dont ils traitent sont extrêmement complexes pour le commun des mortels. Comme l a illustré l agitation des marchés du crédit, le marché en général aime les choses simples en période difficile. S il ne peut pas comprendre l information que vous divulguez, ou les explications actuarielles, un grave problème peut s ensuivre. À cet égard, j ai souvent entendu des gens parler de la «boîte noire actuarielle», et je crois qu on s efforce de la démystifier. Cependant, 2007 est l année où les boîtes noires sont décidément devenues désuètes sur les marchés du crédit. S il y a quelque chose dans votre milieu qui pourrait s apparenter à une «boîte noire», il est grand temps d y voir. Des situations comparables à celle de l agitation du marché mondial Les produits d assurance-vie sont parfois compliqués, puisqu ils sont adaptés aux besoins changeants des consommateurs. Le risque que présente la tarification erronée de tels produits est familier au secteur. Il y a quelques années, nous avons bénéficié d une excellente séance sur les produits dits «toxiques» à cette conférence même. La vente sous des représentations trompeuses est également un risque qui peut surgir, comme nous l enseigne l expérience. En effet, il y a de nombreux rapprochements possibles entre ce qu a connu le secteur de l assurance-vie et les problèmes que connaissent actuellement certaines banques d envergure mondiale. Je crois que l agitation des marchés financiers mondiaux souligne aussi le danger de trop s en remettre aux experts. Les experts sont indispensables parce qu ils vont au fond des choses et, en bout de ligne, ils en savent plus que quiconque sur une question donnée. Or, on risque de se fier excessivement à eux. Combien de gens sont tombés dans le piège lorsqu ils ont décidé d étendre leurs activités au domaine complexe du financement structuré? Combien de conseils d administration remettent vraiment en question l opinion des spécialistes lorsqu ils traitent de sujets arides? Les sociétés d assurances exercent-elles des activités compliquées, alors que les experts soutiennent que les risques sont bien gérés et circonscrits? Les risques peuvent bel et bien être gérés et circonscrits, encore vous faut-il savoir pourquoi.

4 - 3 - La réassurance Sur quels autres risques pouvons-nous nous pencher? La réassurance semble toujours figurer sur la liste (quoique j aie remarqué que selon le sondage «Banana Skins» de 2007 du secteur des assurances, la sécurité et la disponibilité de la réassurance se situaient respectivement au 27 e et au 28 e rangs des risques, sur un total de 33). Il est parfois utile de réévaluer le risque perçu comme étant le plus faible, car par le fait même, ce risque sera surveillé de moins près, ce qui en soi pourrait poser un risque. J ai donc cru bon de me demander s il convenait que la réassurance soit considérée comme présentant un risque si faible. La réassurance devrait-elle figurer au 27 e et au 28 e rangs? Peut-être que oui, mais il convient d en discuter. La réassurance est un bon moyen d atténuer le risque d assurance, mais le partage de celuici à l aide de la réassurance présente en soi des dangers pour le secteur, et la dépendance envers les réassureurs a augmenté ces dernières années. Il est généralement reconnu que les réassureurs ont une connaissance spécialisée du risque d assurance, qu ils sont bien capitalisés, prudents et généralement sûrs. Nous savons également que le recours à la réassurance est une caractéristique commune, sinon intrinsèque, du secteur de l assurance-vie. Vu cet état de choses, l échec d un réassureur serait de très mauvais augure pour le secteur au complet. Nous avons été témoins récemment du transfert, par un certain nombre de sociétés d assurance-vie, de portefeuilles complets à des réassureurs, car : 1. cette façon de faire allège les exigences de fonds propres (on pourrait dire qu elle en accroît le rendement); 2. elle lisse les bénéfices en diminuant la fluctuation du taux de sinistres; 3. elle permet de profiter de prix avantageux (dans un environnement concurrentiel). Grâce à la réassurance, des sociétés peuvent souscrire des polices, en céder la plus grande part et quand même toucher des bénéfices. La formule semble donc être un moyen facile de gagner de l argent. Elle semble également comporter peu de risques; les réassureurs connaissent le secteur (du moins les risques d assurance) mieux que quiconque étant donné qu ils font affaire avec de nombreux acteurs, ce qui leur procure une vue globale. Toutefois, par la même occasion, nous constatons que le profil de risque des réassureurs n est pas toujours bien diversifié puisque l activité des réassureurs consiste principalement à assumer le risque d assurance que leur cèdent divers assureurs. Ainsi, quoique l activité des réassureurs soit diversifié parce que répartie entre de nombreuses entreprises, la portée de leurs portefeuilles est limitée, en ce sens qu ils assument surtout des risques de mortalité et sont donc exposés à la fluctuation possible d un seul élément du marché. Pour leur part, les assureurs-vie diversifient leurs activités en s intéressant à plusieurs domaines, dont la gestion du patrimoine de particuliers, y compris des produits comme les fonds distincts; l administration de régimes collectifs de prestations et de régimes de retraite; et un intérêt grandissant pour la gestion de fonds communs de placement et de caisses de retraite.

5 - 4 - En outre, le nombre de réassureurs qui exercent des activités au Canada est relativement modeste, ce qui nous amène à nous demander si les assureurs s exposent à un type de risque de concentration. Jamais ils ne laisseraient un tel risque menacer leurs portefeuilles de placements, mais ils acceptent couramment un risque de cette nature dans les conventions de réassurance auxquelles ils sont partie. Un autre risque dont il a beaucoup été question il y a quelques années se présente lorsque la réassurance sert à alléger les exigences de fonds propres sans transfert de risque. En pareilles circonstances, la sécurité des souscripteurs n est pas renforcée, et elle pourrait même être affaiblie. Les assureurs tout comme les réassureurs doivent bien comprendre et accepter les motifs d une convention de réassurance de même que les répercussions qu elle peut avoir sur la divulgation de leur information financière, tant de leur propre point de vue et que de celui de la contrepartie. Si une des contreparties fournit de l information incomplète ou trompeuse en réponse à des demandes de renseignements, l institution devrait s interroger sur le bienfondé de faire affaires avec la contrepartie en question. Modèles Application de Bâle II aux sociétés d assurances Les régimes de fonds propres doivent être mis à jour rapidement pour tenir compte des nouvelles connaissances sur les risques. Bien que l application de Bâle II aux banques ait été fortement critiquée au fil des ans (du fait que l Accord était trop complexe, trop coûteux, etc.), ce qui a beaucoup retardé son adoption, il est intéressant d observer un renversement du courant, à ce point que bon nombre de gens affirment maintenant que, s il avait été mis en œuvre plus tôt, les banques d envergure mondiale auraient été en meilleure posture pour faire face à l agitation du marché mondial à laquelle elles sont confrontés actuellement. Les gens reconnaissent désormais les nombreux avantages de Bâle II, dont un traitement de la titrisation qui tient davantage compte des risques et la reconnaissance de la présence possible d actifs non liquides dans les portefeuilles de négociation. Que l expérience de Bâle nous serve de leçon : si l adoption de nouvelles approches normalisées et d approches avancées est parfois longue et coûteuse (surtout dans le cas de ces dernières), il vaut mieux se montrer stoïques et aller de l avant, car la préoccupation première est de mieux gérer les risques, et il est préférable de se montrer d attaque lorsque les choses vont bien. Voilà ce qui nous amène à parler d un risque propre, selon moi, aux sociétés canadiennes d assurance-vie : le moment opportun à l élaboration de modèles de fonds propres davantage axés sur les risques. Il y a de nombreuses années, le Canada a pris l initiative d établir le MMPRCE, une méthode progressiste. Il est plus difficile d aller de l avant de nos jours, à cause de l expansion prise par les sociétés, qui se sont étendues largement aux États-Unis, entre autres. Est-il logique de foncer et d adopter des approches comme celles de Solvabilité II ou de Bâle II avant les États-Unis? Est-il judicieux d exiger impétueusement l application d approches avancées à des opérations importantes dans des coins perdus de la planète où on n envisage pas l adoption de Solvabilité II pour le moment? Est-il sensé

6 - 5 - d agir de la sorte à cause de l Europe, alors que l activité des sociétés canadiennes y est relativement modeste? Je crois que oui. En bout de ligne, cela dépend de l importance qu on accorde aux avantages d une meilleure gestion des risques par rapport aux coûts de mise en œuvre de systèmes de gestion des risques améliorés. Les avis sont partagés. Certains affirment que les nouveaux systèmes constituent un avantage concurrentiel parce qu ils leur permettront d éviter des erreurs coûteuses et ainsi de se voir attribuer une cote plus élevée que leurs concurrents alors que d autres croient que les coûts sont si élevés et les gains si peu tangibles que leurs concurrents en tireront profit pendant qu ils se consacreront à l adoption de processus de gestion des risques d avant-garde. Dans le cas des banques, les préoccupations concernant des règles du jeu équitables dans la perspective de la réglementation étaient moins importantes, car les principaux organismes de réglementation de la planète (en Europe, au Canada, aux É.-U. au Japon, en Australie) allaient tous de l avant au même moment. Ainsi, le BSIF suit actuellement une démarche à deux voies. La première consiste à revoir le MMPRCE pour y intégrer les nouvelles normes internationales sur les rapports financiers (NIRF) ainsi que tous les autres changements qu il aura été jugé utile d apporter au facteur de calcul des fonds propres après avoir consulté l industrie. La nouvelle version du MMPRCE est appelée «approche standard». Toutes les sociétés d assurance-vie fédérales pourront s en prévaloir une fois les NIRF adoptées. La seconde voie conduit progressivement à une approche des fonds propres axée davantage sur les modèles et sur les risques, conformément aux orientations définies dans Solvabilité II et Bâle II. L approche axée sur les risques pourrait avoir pour effet l augmentation ou la diminution des exigences de fonds propres dans les différentes branches d assurance. Par contre, il n est pas pratique pour le BSIF d imposer l approche avancée que je viens de décrire aux sociétés qui exercent des activités à l échelle internationale (comme il l a fait dans le cas des banques qui se livraient à de telles activités), car l approche n en est qu à ses tous débuts, tous les organismes de réglementation du monde n ont pas pris la même orientation, et ceux qui l ont fait n avancent pas tous au même rythme. Cela dit, dans un monde idéal, tous les grands acteurs poursuivraient l adoption, à plus ou moins long terme, des approches avancées, puisque d importants écarts entre les régimes de fonds propres et de gestion des risques correspondants ne profiteraient à personne. Comptabilité NIRF Les changements comptables occasionnent invariablement des risques pour une entreprise. Or, si on les compare à l adoption des NIRF, les changements comptables qui ont eu lieu par le passé ressemblent à un jeu d enfant. Je sais que de grands cabinets de comptabilité internationaux ont publié des rapports sur le passage de leurs clients européens aux NIRF. Ils ont conclu en général que la transition est longue et compliquée. Ceux qui s y lancent doivent s y préparer longtemps d avance et savoir ce que l aventure leur réserve. Comme la date limite prévue pour la mise en œuvre des NIRF point à la l horizon, de plus en plus d entreprises me disent que les délais risquent d être trop courts pour que la transition au Canada s effectue en temps opportun et avec succès. Je suis portée à croire que les inquiétudes sont encore plus grandes dans le secteur des assurances, étant donné que la

7 - 6 - mise en œuvre des NIRF comprendra probablement une nouvelle norme comptable sur les contrats d assurance. Dans les circonstances, certaines parties du secteur de l assurance-vie semblent singulièrement mal préparées. Si c est votre cas, il conviendrait de vous adjoindre dès maintenant les spécialistes dont vous aurez besoin. Vous feriez bien de surveiller attentivement les décisions prises au sujet des contrats d assurance et d intégrer les changements prévus à votre projet de mise en œuvre. Vous serez peut-être obligés de consulter davantage vos vérificateurs en prévision des NIRF, compte tenu du nombre de changements, de leur complexité et des lacunes en matière de connaissances qu il vous faudra combler. J ai ceci à dire à toutes les sociétés d assurances (peu importe leur taille) : vous devez amorcer dès maintenant votre transition aux NIRF. Vos employés sauront ainsi à quoi s attendre lorsque les normes entreront en vigueur et vous pourrez vous y adapter sans heurt. Pratiques exemplaires Ceux qui ne s emploient pas à examiner et à actualiser de façon continue leurs pratiques de gestion des risques s attirent également de sérieux ennuis. Les conseils d administration des grandes institutions financières disent souvent au BSIF qu ils souhaiteraient de plus nombreux examens de questions précises à l échelle du secteur, qui les renseigneraient sur la situation de leur entreprise par rapport à la concurrence. Nous sommes d accord sur l utilité des examens comparatifs effectués par le BSIF et par le secteur lui-même, et nous en avons augmenté le nombre prévu dans notre programme de surveillance. Mais les entreprises ne doivent pas dépendre que du BSIF: si un conseil ou un PDG a des doutes sur son entreprise ou souhaite savoir où elle se situe par rapport aux autres, il dispose des moyens de le faire. En effet, de nombreux cabinets de consultation possèdent de tels renseignements grâce à leur connaissance approfondie du secteur à l échelle mondiale. Le BSIF s est intéressé récemment à la gestion du risque de crédit par les assureurs. D après nos observations sur le terrain, les assureurs extrêmement efficaces répondent à cinq critères de gestion du risque de crédit (GRC). D abord, ils disposent d un cadre qui circonscrit la gestion de tous les risques de crédit et de placement de l ensemble des activités d affaires. Que leur fonction de GRC soit centralisée ou décentralisée, l essentiel est que le travail se fasse, que les résultats soient agrégés et puis ventilés en fonction de critères cohérents afin de brosser un tableau clair des risques de l organisation. Deuxièmement, les assureurs procèdent à la validation continue des modèles utilisés. La modélisation ne peut avoir lieu en vase clos. Tant les gestionnaires de portefeuilles de prêts que la haute direction doivent examiner, comprendre et approuver les paramètres et les hypothèses retenus. Troisièmement, des limites doivent être imposées aux portefeuilles, et elles doivent être soumises à un processus consigné d examen et d approbation. Toute exception doit être

8 - 7 - approuvée par un groupe distinct. Les exceptions, et surtout les écarts, doivent déclencher des discussions avec le conseil d administration qui débouchent sur un plan d action adéquat et, au besoin, sur une décision quant aux approbations nécessaires. Quatrièmement, l information que contiennent les rapports sur les risques destinés aux conseils d administration et à la haute direction doit être claire et suffisamment détaillée pour mettre au jour les tendances et les risques particuliers. Les rapports doivent faire état de la qualité des risques posés par les titres particuliers aux portefeuilles et la ventiler par secteur, région géographique, produit et taille de l exposition, et ils doivent offrir des indicateurs du rendement des portefeuilles et préciser tous risques qui pourraient menacer la qualité du crédit. Les rapports sur les risques doivent offrir une vue d ensemble approfondie, car les rapports de piètre qualité sont eux-mêmes sources de risque. Cinquièmement, les examens dynamiques de suffisance du capital (EDSC) devraient comprendre des examens poussés fréquents à l égard de divers scénarios portant sur des risques de crédit. À l heure actuelle, très peu de rapports sur les EDSC font état des scénarios examinés et, le cas échéant, de leurs résultats. Pourtant, le risque de crédit peut changer rapidement (je pense notamment au cas récent des PCAA). Il ne suffit donc pas d effectuer un examen annuel, à un moment déterminé par l entreprise, généralement vers la fin de l année. En procédant régulièrement à des examens, vous serez en mesure de réagir plus tôt, avant d en arriver à un point où un rééquilibrage en profondeur s impose. Chez bon nombre d entre vous, de telles procédures sont déjà en place. Dans le cas contraire, je vous encourage à y penser sérieusement. Conclusion En conclusion, je tiens à ajouter que, à mon avis, la population du Canada a profité grandement de la présence d un secteur des assurances robuste. Le secteur a raison de s enorgueillir des résultats obtenus ces dernières années. Ce succès s explique par toutes les mesures qui ont été prises. Mais il y a toujours beaucoup à faire, comme nous le savons tous. J envisage avec plaisir de collaborer avec vous tous, au cours de mon mandat, à l instauration d un système financier solide dans lequel tous les Canadiens et toutes les Canadiennes peuvent avoir confiance. Je vous remercie.

Toronto (Ontario) Le jeudi 22 novembre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le jeudi 22 novembre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Insurance Issues Conference de KPMG Toronto (Ontario) Le jeudi

Plus en détail

Ottawa (Ontario) Le mardi 27 mars 2007 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Personne-ressource :

Ottawa (Ontario) Le mardi 27 mars 2007 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Personne-ressource : Allocution de Julie Dickson, surintendant intérimaire Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) adressée au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances Ottawa (Ontario)

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs Référence : Ligne directrice à l intention des SAV et SM Le 11 septembre 2012 Destinataires : Sociétés d assurances fédérales et succursales canadiennes de sociétés d assurances étrangères, y compris les

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Secteur de la surveillance Novembre 2013 BSIF OSFI Table des matières

Plus en détail

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie)

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie) Ligne directrice Objet : Catégorie : (sociétés d assurance-vie) Comptabilité N o : D-9 Version initiale : décembre 2004 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux sociétés d assurance-vie

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Ligne directrice Objet : d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Catégorie : Capital N o : A-2 Date : Juillet 2005 Introduction La présente ligne directrice décrit le régime de capital applicable

Plus en détail

Cambridge (Ontario) Jeudi 13 novembre 2008. Pour de plus amples renseignements :

Cambridge (Ontario) Jeudi 13 novembre 2008. Pour de plus amples renseignements : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson, Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF), dans le cadre du Life Insurance Invitational Forum 2008 du Northwind Professional

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

Banque de développement du Canada Examen décennal

Banque de développement du Canada Examen décennal Banque de développement du Canada Examen décennal Allocution de Terry Campbell Vice-président, Politiques Association des banquiers canadiens Prononcée devant Le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Étude de la capacité des particuliers à se prévaloir d'un régime enregistré d'épargne-invalidité (REEI) Ryan Fontaine Conseiller

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le 24 mai 2012 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Pour renseignements :

Toronto (Ontario) Le 24 mai 2012 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Pour renseignements : Allocution prononcée par la surintendante Julie Dickson, du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), devant L Association des compagnies de fiducie du Canada à l occasion de sa séance

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Comment une transparence accrue peut favoriser un système financier plus sûr

Comment une transparence accrue peut favoriser un système financier plus sûr Que la lumière soit : Comment une transparence accrue peut favoriser un système financier plus sûr Allocution de Mark Zelmer, surintendant auxiliaire Bureau du surintendant des institutions financières

Plus en détail

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 NOTES D ALLOCUTION Pour de plus amples renseignements : Brock Kruger

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales Le 29 juillet 2011 Madame Jane Pearse Direction de la politique du secteur financier Ministère des Finances L Esplanade Laurier 15 e étage, tour Est 140, rue O Connor Ottawa (Ontario) K1A 0G5 Objet : Cadre

Plus en détail

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire.

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire. QUESTIONNAIRE DESTINÉ À L ACTUAIRE DÉSIGNÉ AUX FINS DES RAPPORTS FINANCIERS DES ORGANISMES D ASSURANCE-VIE ET SANTÉ AU CANADA FIN D ANNÉE 2000 PARTIE II Ce questionnaire a été préparé pour traiter des

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

Protéger les familles. Protéger les personnes.

Protéger les familles. Protéger les personnes. Solutions de placement Protéger les familles. Protéger les personnes. Amorcez dès maintenant votre planification à long terme; n attendez pas à demain Une approche stratégique de placement pour l avenir

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14

CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14 CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14 SOMMAIRE A. Contexte et objectifs de recherche L enquête visait principalement à recueillir les impressions laissées par le BSIF lors de

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurance-vie) Catégorie : Comptabilité N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice énonce les

Plus en détail

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Exposé-sondage Note éducative Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Commission sur la gestion des risques et le capital requis Novembre 2005 Document 205121 This document

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

255, rue Albert Ottawa, Canada K1A 0H2

255, rue Albert Ottawa, Canada K1A 0H2 Bureau du surintendant des institutions financières Canada 255, rue Albert Ottawa, Canada K1A 0H2 Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255 Albert Street Ottawa, Canada K1A 0H2

Plus en détail

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE 1 er avril 2015 NOTES DE L ALLOCUTION PRONONCÉE PAR MADAME

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Étude sur la monnaie numérique

Étude sur la monnaie numérique Étude sur la monnaie numérique Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et Opérations Association des banquiers canadiens Prononcée devant le Comité sénatorial des banques et

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

Présentation au. Comité sénatorial permanent de l agriculture et des forêts. à propos du

Présentation au. Comité sénatorial permanent de l agriculture et des forêts. à propos du Présentation au Comité sénatorial permanent de l agriculture et des forêts à propos du Projet de loi S-11, Loi sur la salubrité des aliments au Canada par Bob Kingston Président national Le 2 octobre 2012

Plus en détail

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109 Note éducative Les hypothèses de taux d actualisation relatifs à l achat de rentes pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité avec date de calcul entre le 31 juillet 2009 et le

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Juin 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. À propos de l

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD)

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DU RÉGIME R DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) 1 ICA 15 avril 2008 Le RRMD en chiffres Plus de 500 employeurs 35 900 participants actifs 6 600 retraités 12 000 en 2014 5,5

Plus en détail

Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement

Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement Note éducative révisée Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement Commission des rapports financiers des régimes de retraite Septembre 2014 Document 214101 This document

Plus en détail

La réponse du BSIF donne les grandes lignes de la réforme du cadre de réglementation de la réassurance

La réponse du BSIF donne les grandes lignes de la réforme du cadre de réglementation de la réassurance AVRIL 2010 Actualités Droit des assurances La réponse du BSIF donne les grandes lignes de la réforme du cadre de réglementation de la réassurance STUART CARRUTHERS (scarruthers@stikeman.com) Introduction

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 24 septembre 2013 MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

AVIS AUX PARTIES TITULAIRES DE RENTES D INDEMNISATION DE LA STANDARD LIFE

AVIS AUX PARTIES TITULAIRES DE RENTES D INDEMNISATION DE LA STANDARD LIFE AVIS AUX PARTIES TITULAIRES DE RENTES D INDEMNISATION DE LA STANDARD LIFE 14 avril 2007 Vous êtes partie à une entente d indemnisation en vertu de laquelle la Compagnie d assurance Standard Life (aujourd

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Une nouvelle approche des normes de capital des sociétés d assurance-vie

Une nouvelle approche des normes de capital des sociétés d assurance-vie Une nouvelle approche des normes de capital des sociétés d assurance-vie Communication de Mark Zelmer Surintendant adjoint Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) à la CFA Society

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées A. David Pelletier, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014 Notre référence : Préavis aux banques/spb/ SFP/Coop/SAV/SAM/SPA Le 14 mai 2014 Destinataires : Banques Sociétés de portefeuille bancaires Sociétés de fiducie et de prêt fédérales Associations coopératives

Plus en détail

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices Commissariat à la protection de la vie privée du Canada LPRPDE Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices OBJET Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a

Plus en détail

Un moment historique La bulle des actifs prescrits

Un moment historique La bulle des actifs prescrits Un moment historique La bulle des actifs prescrits Mars 2013 Sommaire La bulle historique des prix des obligations a entraîné, en raison de la réglementation, une hausse du financement exigé des caisses

Plus en détail

Adapter la sécurité sociale aux changements démographiques de manière durable. Le Cap, Afrique du Sud Le mercredi 1 er décembre 2010 L ÉNONCÉ FAIT FOI

Adapter la sécurité sociale aux changements démographiques de manière durable. Le Cap, Afrique du Sud Le mercredi 1 er décembre 2010 L ÉNONCÉ FAIT FOI Allocution de monsieur Jean-Claude Ménard, actuaire en chef Bureau de l actuaire en Chef Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), Canada à l occasion du Forum mondial de la sécurité

Plus en détail

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie Allocution de Paul N. Lucas, Président et chef de la direction, GlaxoSmithKline

Plus en détail

ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION

ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION 19 décembre 2012 ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION Lorsque nous avons entamé le processus de démutualisation il y a deux ans, la position d Economical

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Surveillance des régimes de retraite Note d orientation CER 4 du Cadre d évaluation des risques

Surveillance des régimes de retraite Note d orientation CER 4 du Cadre d évaluation des risques Surveillance des régimes de retraite Note d orientation CER 4 du Cadre d évaluation des risques Activité d envergure : Le 31 juillet 2014 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Mesures propres aux

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Notes d allocution. Paul Cantor Président du Conseil d administration

Notes d allocution. Paul Cantor Président du Conseil d administration Notes d allocution Paul Cantor Président du Conseil d administration Assemblée publique annuelle Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Le 10 décembre 2009 Salle Sussex Centre

Plus en détail

La vision du Canada sur le secteur mondial des assurances

La vision du Canada sur le secteur mondial des assurances La vision du Canada sur le secteur mondial des assurances Allocution de Julie Dickson, surintendante des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans

Plus en détail

Transfert de risque de crédit Rapport de vérification final Rapport n o 6/13 9 octobre 2013

Transfert de risque de crédit Rapport de vérification final Rapport n o 6/13 9 octobre 2013 Transfert de risque de crédit Rapport de vérification final Rapport n o 6/13 9 octobre 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

Allison Lowe David Gauthier

Allison Lowe David Gauthier Provision pour demandes d indemnisation Rapport de vérification final Rapport n o 10/12 Le 21 février 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Examen juin 2014 TABLE DES MATIÈRES

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Examen juin 2014 TABLE DES MATIÈRES Cours orienté vers la pratique Finances et placements Examen juin 2014 TABLE DES MATIÈRES L EXAMEN SE COMPOSE DE SEPT (7) QUESTIONS À DÉVELOPPEMENT VALANT 56 POINTS ET DE SEPT (7) QUESTIONS À CHOIX MULTIPLES

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA) et Les Organismes de réglementation des services d assurance au Canada (CISRO) Projet d examen de la mise en œuvre du Comité

Plus en détail

de tarification de l assurance en cas de décès et de l assurance en cas d incapacité de gain dans le cadre de la prévoyance professionnelle

de tarification de l assurance en cas de décès et de l assurance en cas d incapacité de gain dans le cadre de la prévoyance professionnelle PRINCIPES de tarification de l assurance en cas de décès et de l assurance en cas d incapacité de gain dans le cadre de la prévoyance professionnelle Avec ces principes, l Office fédéral des assurances

Plus en détail

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5 Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2

Plus en détail

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent OPTIMAXMD Assurance vie permanente avec participation Faites fructifier votre argent VOUS AVEZ BESOIN D ASSURANCE Tout le monde a besoin d assurance, mais le monde de l assurance peut paraître très complexe

Plus en détail

Le secteur de l assurance-vie les défis à relever. Forum sur invitation concernant l assurance-vie

Le secteur de l assurance-vie les défis à relever. Forum sur invitation concernant l assurance-vie Le secteur de l assurance-vie les défis à relever Allocution de madame Julie Dickson, surintendante des institutions financières, dans le cadre du Forum sur invitation concernant l assurance-vie Cambridge

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Enthousiasme? «Pour mon argent, j ai mon mot à dire» Helvetia Plan de garantie. Optimiser garantie et rendement de manière individuelle.

Enthousiasme? «Pour mon argent, j ai mon mot à dire» Helvetia Plan de garantie. Optimiser garantie et rendement de manière individuelle. Enthousiasme? «Pour mon argent, j ai mon mot à dire» Helvetia Plan de garantie. Optimiser garantie et rendement de manière individuelle. Votre assureur suisse. Voilà comment ça marche la garantie. Construire

Plus en détail

Réponses concernant. l assurance-vie avec participation. RÉPONSES concernant

Réponses concernant. l assurance-vie avec participation. RÉPONSES concernant Réponses concernant l assurance-vie avec participation RÉPONSES concernant Quels contrats avec participation canadiens sont gérés par la Sun Life? Qu est-ce qu un contrat d assurance-vie avec participation?

Plus en détail

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS À PROPOS DE MARSH Marsh est un leadeur mondial dans le domaine du courtage d assurances et du conseil en matière de gestion des risques. Nous aidons

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail