LA CIRCULATION AERIENNE POUR LES DEBUTANTS. Gaston GERMAIN Ingénieur Pilote Privé

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CIRCULATION AERIENNE POUR LES DEBUTANTS. Gaston GERMAIN Ingénieur Pilote Privé"

Transcription

1 LA CIRCULATION AERIENNE POUR LES DEBUTANTS Gaston GERMAIN Ingénieur Pilote Privé

2 LA CIRCULATION AERIENNE POUR LES DEBUTANTS LA CIRCULATION AERIENNE. Page :3 LA PROGRAMMATION DES VOLS. Page :4 LE RADAR. Page : 5 LES ESPACEMENTS DES AVIONS EN VOL. Page :6 LA TOUR DE CONTROLE. Page :7 LA PISTE. Page :8 GESTION DES AVIONS AU DEPART. Page :9 LE DECOLLAGE. Page :10 GESTION DU VOL APRES LE DECOLLAGE ET EN CROISIERE. Page :11 GESTION DES ARRIVEES LE CONTROLE D APPROCHE. Page :11 L AIDE INFORMATIQUE A LA REGULATION DES VOLS. Page :12 LES ATTENTES. Page :12 LA REGULATION DES APPROCHES. Page :13 L ILS. Page :14 L ATTERRISSAGE. Page :14 POURQUOI CHANGER DE PISTE EN FONCTION DU VENT? Page : 15 LES REGLEMENTATIONS DE L AEROPORT. Page : 16 LE CLASSEMENT ACOUSTIQUE DES AVIONS. Page : 17 LE TRAFIC D ORLY. Page : 18 GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 2/18

3 LA CIRCULATION AERIENNE Le transport aérien s est développé au rythme des progrès technologiques, de la volonté d échanges, de la communication et de l accroissement des relations commerciales. L aviation est passée au cours des cinquante dernières années, d une époque de pionniers à une ère de consommation de masse. Aujourd hui, tous les grands aéroports mondiaux sont reliés quotidiennement et un grand nombre d avions sillonnent l espace aérien mondial. Ils constituent un gigantesque et complexe ballet planétaire géré par les contrôleurs aériens. Pilotes et contrôleurs forment un couple indissociable. Ils sont en contact permanent. Leur dialogue repose sur une règle fondamentale : Il doit être clair et pratique de manière à ce que les instructions communiquées par le contrôleur soient exactement appliquées par le pilote. Leur dialogue est le plus souvent en anglais, mais depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, le Français et l Espagnol sont aussi des langues officielles. Beaucoup de pilotes et de contrôleurs considèrent que l usage de deux langues pour un même trafic est accidentogène et préféreraient que l on parle anglais sur tous les aéroports du monde. Tous les espaces de circulation sont codés : Les espaces aériens. Les voies de circulation des avions au sol. Leur place aux parkings ou aux terminaux. Les voies de circulations des véhicules de services sont également codifiées et affectées à leur fonction de façon très précise. Les avions évoluent d abord dans la zone d aérodrome, sous le contrôle de la vigie (Tour de Contrôle). Ils sont ensuite pris en compte par les contrôleurs chargés des départs, puis transférés au contrôle «En route» pour la croisière. A l arrivée, ils sont pris en compte par le radar d approche jusqu à l atterrissage et transférés ensuite à la vigie de la Tour, pour assurer l arrivée au parking. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 3/18

4 LA PROGRAMMATION DES VOLS Les vols sont planifiés deux fois par an par les compagnies aériennes et les aéroports sous l égide de l Association Internationale des Transports Aériens (IATA). Les contraintes de capacité de chaque Etat définissent une planification du trafic à prendre en compte. Elle est enregistrée par le système de prévisions, qui est communiqué aux instances de contrôle, qui connaissent à l avance la nature et le volume du trafic qu ils auront à traiter. Comme il n y a pas de feux rouges en l air, la fluidité des vols est assurée par le contrôle aérien, qui établit chaque jour un plan d encombrement des routes aériennes et donne une heure de décollage précise à chaque avion, appelée «Créneau de décollage», pour que les séparations en altitude soient assurées sur les routes aériennes. En Europe, ce dispositif est géré par le centre d Eurocontrol de Maastricht. Cette planification se double d un contrôle en temps réel, les contrôleurs visualisent sur l écran radar la position de l ensemble des avions dont ils ont la charge et qui constitue un flux continu et irrégulier dans un espace à trois dimensions. En effet, les caractéristiques de vol de chaque avion impliquent des variables, fonction du type d appareil, de son poids, de sa motorisation. Chaque avion est identifié et traité comme un vol particulier à l intérieur de la séquence de trafic. L ensemble des règles et des procédures qui régissent ce système complexe vise à assurer: La sécurité de l ensemble des vols. Une capacité de vols la plus grande possible La prise en compte de l environnement, notion relativement nouvelle, qui vient en balance avec la recherche de la capacité maximale GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 4/18

5 LE RADAR Le radar est avec la radio l outil par excellence du contrôle aérien. Deux types de radar permettent de situer l avion dans l espace : 1 Le radar primaire envoie une onde électromagnétique qui se reflète sur la carlingue des avions. En fonction du temps de retour des ondes au radar, le système permet de déterminer l azimut et la distance à laquelle se trouve l avion, du radar. Elles communiquent au contrôleur l image exacte et la position des avions sur un écran. 2 Le radar secondaire interroge l avion sur un code qui lui est affecté. L avion répond sur une autre fréquence et communique son altitude au système de contrôle. Ce système de transmission est appelé Transpondeur. L ensemble de ces informations est traduit sous forme graphique sur les écrans radar. Elles permettent une connaissance parfaite en temps des positions respectives de chacun des avions. Elles font de l écran radar un véritable ciel en réduction. L écran radar présente l image de l espace aérien dans un espace d environ 100 km autour des pistes de l aéroport, et de 300km environ pour le contrôle des routes aériennes. Dans les espaces non couverts par le radar, désertiques ou maritimes, l espacement entre les avions est augmenté à 10 minutes de vol et le suivi par le contrôleur est assuré par des messages des pilotes donnant leur position à intervalles réguliers (30 minutes environ) L écran radar permet de visualiser la position des avions dans l espace grâce aux cercles concentriques espacés de 5 Nm, (soit ~10km.) Le contrôleur peut, grâce à des zooms successifs, focaliser sur une partie de l espace aérien dans laquelle circulent plusieurs avions. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 5/18

6 Le contrôleur identifie chaque avion grâce à une étiquette qui est associée sur le scope à la trace de son écho radar. Cette étiquette permet de lire le code transpondeur (ex :4426), le numéro de ligne de l avion (ex : AF 031), son altitude et sa vitesse. Les étiquettes sont générées par les informations recueillies par les radars et les données du plan de vol (imprimé où figure le type de l avion, son immatriculation, la trajectoire de destination, l altitude, la vitesse, les aéroports de dégagement, ainsi que les heures de départ et d arrivée prévues) qui ont été transmises par l équipage avant le départ de l avion. Toutes ces informations permettent au contrôleur d effectuer la régulation de l'ensemble des trafics aériens. LES ESPACEMENTS DES AVIONS EN VOL Dans toutes les phases de vol, les avions circulent en fonction de normes minimales d espacement destinées à rendre impossible tous risques de collision en vol. La norme est de 5,5 km en phase initiale de montée, et de 15 km en phase de vol de croisière. Les avions circulent alors dans de larges couloirs aériens, dont les traînées blanches d altitude émaillent le ciel de la planète. Ce sont alors des espaces de circulation à l intérieur desquels les avions circulent à des altitudes allant jusqu à mètres et à des vitesses sol de 800 à 1200 km/h, en fonction des vents souvent très forts en haute altitude. A l atterrissage, les espacements des avions sont au minimum de 4,6 km. La cadence de décollage et d atterrissage est passée en 20 ans de 20 à 40 avions/heure. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 6/18

7 LA TOUR DE CONTRÔLE La tour de contrôle est le repère de l'aéroport. Elle le domine, elle en est le symbole, celui du rôle des contrôleurs aériens. Les contrôleurs aériens font un travail invisible mais essentiel. Ils ont pour mission le guidage des avions. La tour de contrôle est au cœur d'un système complexe, d'une chaîne ininterrompue de position de contrôle des avions qui couvre la planète. La tour renferme deux salles de contrôle. La vigie dans laquelle les contrôleurs gèrent l'alternance des atterrissages et des décollages. La salle IFR (Instrument Flying Rules) au cœur de la tour où les contrôleurs travaillent exclusivement au radar et contrôlent les arrivées et les départs dans un rayon de 100 km. Elle abrite également : Les réseaux de communication. Les systèmes de prévisions du trafic. Les calculateurs qui permettent la lecture des écrans radar, qui donnent une image exacte des mouvements en vol comme au sol, des avions. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 7/18

8 LA PISTE La piste est le point de rencontre entre le ciel et la terre. Les pistes sont spécifiques, c'est à dire qu'elles accueillent atterrissages ou décollages en fonction du sens des vents dominants. Les avions qui vont décoller se dirigent vers les aires d'attente situées à proximité de la piste. La tour de contrôle ne leur donnera l'autorisation d'y pénétrer, que lorsque l'avion qui le précède dans l'ordre des départs, aura décollé. Il peut alors pénétrer sur la piste et décoller à son tour. Inversement, sur la piste qui accueille les atterrissages, les avions doivent libérer la piste le plus rapidement possible afin de permettre un nouvel atterrissage. Les piste sont régulièrement inspectées afin de veiller à leur propreté, à la bonne qualité du revêtement, à la signalisation et au bon fonctionnement du balisage lumineux. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 8/18

9 GESTION DES AVIONS AU DEPART La tour de contrôle gère la circulation aérienne autour de l aéroport. Les contrôleurs acheminent les avions jusqu à l entrée de la piste et déterminent la cadence des départs, toutes les deux minutes environ, de manière à espacer les avions. Il faut que la piste soit dégagée pour autoriser le décollage (collisions) et aussi pour éviter la turbulence de sillage de l avion précédent, qui peut entraîner une catastrophe par perte de contrôle de l avion lorsqu il passe dans ce sillage (cf le crash de l Airbus A 300 à New-York le 12 novembre 2001). Ces espacements au décollage servent aussi à assurer une séparation minimale dans les minutes qui suivent le décollage. Le premier contrôleur que le pilote interroge établit un strip (étiquette), qui est la véritable fiche signalétique du vol. Il gère les départs et les affectations des pistes. Le même strip est délivré en même temps à la salle IFR (Instrument Flying Rules), qui permet au contrôleur départ d'être informé à l'avance de la fréquence du trafic dont il aura bientôt la charge quand l'avion aura décollé. Le strip va passer ensuite de mains en mains, du contrôleur prévol au contrôleur sol qui gèrent l'ensemble des mouvements des avions et de tous les véhicules de service, puis au contrôleur local qui donne l'autorisation de décollage. Le strip parvient enfin au contrôleur départ de la salle IFR qui gère l'avion dés son décollage. Il veille à ce qu'il n'y ait pas de conflits entre les arrivées et les départs, notamment avec le trafic des autres aéroports civils, régionaux et militaires gérés par aéroport de Paris (ADP). GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 9/18

10 LE DECOLLAGE Les avions empruntent au décollage des trajectoires qui sont fonction de leur performances. Les pilotes respectent les procédures de moindre bruit qui les obligent à atteindre le plus rapidement l'altitude de 1000 mètres de manière à ce que les bruits émis par les avions soient le plus concentrés possible à la verticale de l'aéroport. De plus, afin de préserver les communes environnantes, les avions empruntent des trajectoires initiales communes avant de se disperser vers leur destination respective. Ces trajectoires existent dans les deux configurations, décollage et atterrissage, face à l'est et face à l'ouest. Cet ensemble de procédures est très contraignant car il implique le respect de normes de séparation spécifique entre des avions de performances différentes, afin d'éviter que les avions de capacité moyenne, donc plus légers, soient pris dans les perturbations générées par des gros porteurs. Seul les avions à hélices dérogent à cette règle, beaucoup plus lents, ils ralentiraient le rythme des décollages ou risqueraient d'être pris dans les turbulences aérodynamiques des gros porteurs. Pour ces raisons de sécurité ils sortent plus rapidement du cône des trajectoires initiales. Aéroport de Paris (ADP) contrôle le respect de ces règles d'exploitation par les pilotes et les compagnies, notamment grâce au système SONATE. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 10/18

11 GESTION DU VOL APRES LE DECOLLAGE ET EN CROISIERE Après le décollage, le contrôleur départ communique au pilote Un cap. Un niveau de vol et le transfert vers le centre de contrôle en route. La vitesse à respecter est de 250 nœuds jusqu à 3000m sur tous les aéroports mondiaux (460 km/h). L'avion va monter par paliers successifs pour atteindre une altitude voisine de mètres. Il circule alors sous la responsabilité des centres de contrôle en route qui gèrent l'ensemble des appareils pendant leur phase de vol de croisière. L'avion sera enfin transféré à la tour de contrôle de l'aéroport de sa destination. GESTION DES ARRIVEES - LE CONTROLE D APPROCHE A l intérieur du réseau complexe de la circulation aérienne, les aéroports sont des points de convergence. Le chef de tour supervise les flux d'entrée dans la zone terminale. Il fixe la cadence des arrivées, toutes les 2 minutes au minimum et il détermine le sens d'utilisation des pistes. Si les couloirs aériens sont bien constitués, cette répartition des avions dans l'espace permet également : D'éviter des temps d'attente en vol qui génèreraient des nuisances sonores et de pollution supplémentaires. D éviter des pertes économiques importantes pour les compagnies aériennes, sans compter les désagréments pour les passagers en retard qui manquent leur correspondance. Ainsi, le point d attente «Merue» proche de Rouen entraîne actuellement 9200 heures d attentes annuelles, soit l activité annuelle de trois B 747 valant 150 millions de dollars chacun et dont l heure de vol coûte F! Ce type de problème a entraîné la nécessité incontournable d une réforme du trafic au-dessus de la région parisienne GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 11/18

12 Ce trafic constitue un flux hétérogène que les contrôleurs vont transformer en un flux régulier pour les amener les uns derrière les autres dans l'axe de la piste à des vitesses équivalentes de l ordre de 300 km/h. La vitesse à l entrée de piste est fonction de la masse de l avion, de 300 km/h pour un B747, à 200 km/h pour un biréacteur moyen-courriers. Chaque contrôleur prend en compte simultanément le guidage d une dizaine d avions sur une période d une dizaine de minutes, de leur entrée dans la zone d'approche terminale à leur atterrissage. Il gère la régulation radar du trafic dans un rayon de 100 km autour des pistes de l aéroport et jusqu'à une hauteur de 4000 mètres. Les contrôleurs d approche prennent en charge l'avion dans la phase terminale du vol, jusqu à, son établissement sur l'axe de l'ils (Instrument Landing System). Les contrôleurs de vigie à la Tour de Contrôle guideront l avion vers l'aérogare dès qu'il aura touché le sol. L AIDE INFORMATIQUE A LA REGULATION DES VOLS Ce travail de contrôle est effectué par des hommes et des femmes grâce à l'image radar et à l'aide de systèmes de prévisions extrêmement sophistiqués. Ces outils de visualisation et de prévisions du trafic sont en perpétuelle évolution. Ils donneront bientôt une image encore plus précise des conditions de déroulement des vols et autoriseront des décisions de plus en plus rapides. Ils permettront dans les années qui viennent, d'augmenter encore la sécurité du système, la fluidité et la performance du trafic. LES ATTENTES En cas de saturation de l espace aérien, des solutions de secours assurent la gestion de l immense ballet de la circulation aérienne, avec une sécurité maximale. L ouverture des circuits d attente permet à un centre de contrôle d admettre un surcroît de trafic. C est la soupape de sécurité du système. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 12/18

13 Les circuits d attente ont la forme d un hippodrome. Le contrôle répartit les avions avec une séparation verticale de 300 mètres à l intérieur de ces volumes dont la base est généralement à 2000 mètres au-dessus du sol et le sommet à 5000 mètres. Chaque fois qu un avion atterrit, le contrôleur appelle celui qui est le plus bas dans le secteur d attente et le dirige dans l axe de la piste. Dés que ce niveau de base est libéré, il est occupé par l avion situé immédiatement au-dessus et ainsi de suite pour tous les avions en attente. Un trafic peu dense entraîne une diminution de la mise en attente des avions. Ainsi, ces différents stockages se résorberont d eux-mêmes. LA REGULATION DES APPROCHES Durant l approche, les normes d espacement des avions vont passer de 15 km en phase de vol de croisière à 5,5 km en phase d approche, sous contrôle du guidage radar. La vitesse diminue alors de 800 à 300 km/h. Ils pourront alors se poser sur la piste les uns après les autres, avec une séparation minimale de 4,6km. Les contrôleurs communiquent aux pilotes des caps, des vitesses, des altitudes successives de manière à effectuer pour chacun d'eux une trajectoire cohérente par rapport à celle des autres avions. Dans cette zone de régulation radar, il ne peut exister de couloir aérien, à l exception de l axe final vers la piste, ou les avions sont sur un axe radiobalisé appelé ILS (Instrument Landing System), de quelques mètres de précision, pour l atterrissage par mauvais temps. Le contrôleur effectue ici un travail de compression du trafic vers un même point de convergence : la piste l'atterrissage. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 13/18

14 L ILS : Instrument Landing System L ILS est crée par deux émetteurs donnant un plan : l un dans le plan vertical, l autre dans le plan horizontal L intersection de ces deux plans constitue cet axe idéal de descente sur lequel le pilote va se caler grâce à ses instruments de bord. L avion décrit ainsi une trajectoire régulière sur une pente de 3, qui l amène au contact de la piste. Les pistes principales sont équipées d ILS de manière à permettre des atterrissages face à l' Est ou face à l' Ouest. Une approche peut être interrompue, en cas de brouillage des émissions de l ILS ou d encombrement de la piste. Les contrôleurs peuvent ordonner une remise des gaz L avion va alors quitter sa trajectoire d approche, reprendre de l altitude pour venir se replacer dans l axe de la piste. La remise des gaz est une procédure normale de sécurité qui n affecte que 1/1000 des atterrissages. L'ATTERRISSAGE L'atterrissage est la seule séquence de vol où l'on puisse parler de rail aérien. C'est en effet le seul moment où les avions décrivent tous la même trajectoire, calée sur l ILS. Un avion se pose environ 300m après le début de la piste (phase d arrondi). Le contrôleur a guidé chaque avion de manière à l'amener dans l'axe de la piste à une distance minimum de 15 à 20 km et à une hauteur d'environ 1200 mètres, (Distance et hauteur auxquelles l'avion croise l'ils qui va le guider jusqu'à la piste). GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 14/18

15 POURQUOI CHANGER DE PISTE EN FONCTION DU VENT? Les avions décollent et atterrissent face au vent. Cette règle de sécurité explique l'alternance du sens des décollages et des atterrissages qui s'effectuent face à l'est ou face à l'ouest, en fonction des vents dominants. Dans toutes les phases de vol, la vitesse de sustentation aérodynamique d un avion est conditionnée par sa vitesse par rapport à la masse d air dans laquelle il vole, masse d air qui se déplace à la même vitesse que le vent. En croisière, il est évident que l on recherchera des routes de vent arrière pour arriver plus vite à destination. Par contre, au décollage et pour l atterrissage, une trajectoire face au vent réduira les longueurs de piste nécessaires à l envol ou au freinage après l atterrissage C'est pourquoi les avions atterrissent et décollent toujours face au vent. C'est un élément prépondérant de la sécurité des vols. En région parisienne, les vents dominants sont dans l'axe Est / Ouest et les pistes principales d'orly et de Charles de Gaulle ont été implantées dans cet axe. En automne et au printemps, lorsque le temps est changeant, les avions atterrissent et décollent le plus souvent face à l'ouest. Inversement par temps stable, l'été et l'hiver, ils décollent et atterrissent face à l'est (environ 30% des journées). Si l'on peut dégager de grandes tendances dans le régime des vents, un renversement du sens des vents peut néanmoins intervenir en cours de journée, par temps d'orage par exemple. Les contrôleurs peuvent alors inverser le sens de circulation des avions. C'est une phase particulièrement complexe du guidage notamment si ce changement de configuration intervient dans une phase de saturation de l'espace aérien, ce qui entraîne immanquablement des circuits d attentes. L'évolution des régimes des vents, les changements de saisons expliquent ainsi l'alternance des axes de circulation des avions autour de l'aéroport. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 15/18

16 LES REGLEMENTATIONS DE L AEROPORT L'activité de l'aéroport crée des nuisances sonores et de pollution. Pour en limiter l'impact sur les communes environnantes, un code d'exploitation règle l'activité de l'aéroport. Pour Orly, une autre règle concerne le couvre-feu, c'est-à-dire les heures où le trafic est interrompu : Aucune arrivée d'avions équipés de turboréacteurs ne peut-être programmée le soir entre 23h 30 et 6h 15 le matin. Inversement aucun départ d'avions équipés de turboréacteurs ne peut-être programmé entre 23h 15 et 6h du matin. Ces restrictions ne s'appliquent pas aux situations d'urgence, aux vols d'etat et aux vols à caractère humanitaire. Des dérogations sont autorisées parfois pour des vols en retard et sont source de nuisances mal supportées par les riverains. Par ailleurs les décollages sont régis par des règles strictes de maintien rigoureux des trajectoires standardisées. L'objectif est d'atteindre le plus rapidement possible l'altitude de 1000m de manière à ce que le bruit émis au décollage soit le plus concentré possible à la verticale de l'aéroport ou à sa proximité. La dispersion des avions au décollage est limitée à une zone définie. Les virages anticipés sont notamment interdits avant le passage à la verticale de points radiobalisés ou avant que l'avion n'ait atteint une altitude de 2000m. A l'atterrissage les pilotes doivent diriger leur approche finale sans évoluer en dessous de l'axe de l'ils (Instrument Landing System), de manière à protéger au maximum les zones survolées. Les essais moteurs n'ont lieu que sur des emplacements réservés à cet usage. Ils sont interdits entre 23h 15 et 6h du matin, sauf en cas de force majeure et après accord de la tour de contrôle ou lorsqu'ils sont exécutés avec un réducteur de bruit d'un modèle agréé Ce code d'exploitation vise à atténuer les nuisances liées à l'activité de l'aéroport d'orly. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 16/18

17 LE CLASSEMENT ACOUSTIQUE DES AVIONS Les avions sont classés en fonction du bruit qu'ils émettent. Les groupes les plus bruyants sont progressivement interdits de vol. Des progrès considérables ont été réalisés par les motoristes. Ces progrès ont permis une limitation des nuisances des moteurs d'avions. La flotte commerciale a considérablement évolué depuis l'apparition des premiers avions subsoniques au début des années Aujourd'hui en France ces avions sont classés en 5 groupes acoustiques. Le groupe 1 est aujourd'hui interdit sur les aéroports Français. Il comprend les appareils les plus bruyants équipés de réacteurs à simple flux comme la Caravelle 3 ou les premiers Boeing 707. Le groupe 5, le moins bruyant représente 86% des trafics européens en Il comprend les avions les plus récents comme certains Airbus équipés de moteurs à taux de dilution élevée (moteur double flux) beaucoup moins bruyants. La comparaison depuis les années 60 entre les empreintes sonores produites lors d'une approche ou d'un décollage pour différentes générations d'avions met en évidence une division par 7 des surfaces exposées à un même bruit. A court et moyen terme, des progrès significatifs seront encore réalisés. Ils vont amener les autorités aéroportuaires à créer de nouveaux groupes acoustiques. Les groupes les plus bruyants seront éliminés. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 17/18

18 LE TRAFIC d'orly L'aéroport d'orly a une capacité d'accueil limitée à environ 30 millions de passagers. En 2001, ce trafic sera probablement de 23 millions. Le trafic est limité sous l effet de plusieurs paramètres : Les 2 pistes sont convergentes. La situation du terrain en milieu urbain ne permet pas une extension importante de l'aéroport. Les aérogares sont proches de leur limite de capacité d'accueil des passagers. Le ministre des transports, par un arrêté du 6 octobre 1994, a renouvelé l'engagement de limitation du trafic d'orly à mouvements par an de manière à tenir compte de la situation des riverains. Le couvre-feu, qui interdit théoriquement les vols entre 23h 30 et 06h 15 La limitation des vols vise à contraindre les compagnies desservant Orly à exploiter des avions plus gros porteurs sur les plages horaires les plus rentables. Ainsi on peut transporter plus de passagers sans augmenter le nombre de vols La CEE impose la liberté d'accès à Orly aux compagnies Européennes pour le trafic intra-communautaire. La plate-forme est désormais ouverte à de nouvelles compagnies étrangères, mais aussi à Airlib, Air Littoral, etc. De plus, la régulation du trafic est régie par l'association Internationale des Transports Aériens (IATA), qui détermine le nombre de vols possibles à l'intérieur de chaque plage horaire. Ces plages horaires ne sont pas extensibles, notamment celles convoitées en début et en fin de journée. GERMAIN Gaston (Observatoire des Nuisances Aériennes ONA) 18/18

Pourquoi ce document

Pourquoi ce document Sommaire des cartes Page 6 : Journée de trafic des aérodromes de Charles De Gaulle, Orly et Le Bourget en configuration face à l Ouest Page 7 : Journée de trafic des aérodromes de Charles De Gaulle, Orly

Plus en détail

G22 Un aéroport : Paris Charles de Gaulle.

G22 Un aéroport : Paris Charles de Gaulle. G22 Un aéroport : Paris Charles de Gaulle. Visite guidée de l'aéroport de Paris Charles de Gaulle L'aéroport Paris Charles de Gaulle Terminal 1 Terminal 2 Les tours de contrôle Une zone d'enregistrement

Plus en détail

n 30 octobre - novembre - décembre

n 30 octobre - novembre - décembre BULLETIN - - LE BOURGET n 30 octobre - novembre - décembre sur le trafic aérien en Île de France 2014 S O M MAI R E Trafic des aéroports................ p.2 Configurations..................... p.2 Répartition

Plus en détail

LES CARTES IAC. A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs

LES CARTES IAC. A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs LES CARTES IAC A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. INTRODUCTION Nous allons présenter les cartes «Instrument

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation «L avion, comment ça marche?» Dossier de présentation Exposition réalisée par : Fasciné par le vol des oiseaux, l homme a toujours cherché, lui aussi, le moyen de s élever dans les airs. Depuis une centaine

Plus en détail

PERFORMANCE DES AERONEFS

PERFORMANCE DES AERONEFS PERFORMANCE DES AERONEFS A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. VITESSES CARACTERISTIQUES DES AERONEFS EN APPROCHE

Plus en détail

ACIPA 1 LE BRUIT. 1.1 La trajectoire. (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le Projet d Aéroport)

ACIPA 1 LE BRUIT. 1.1 La trajectoire. (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le Projet d Aéroport) ACIPA (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le Projet d Aéroport) Entretien avec un représentant du SNPL (Syndicat National des Pilotes de Ligne) le 19/03/01. Participants

Plus en détail

QUEL CONTROLEUR CONTACTER

QUEL CONTROLEUR CONTACTER QUEL CONTROLEUR CONTACTER A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. INTRODUCTION : Cet article est créé au vue de la problématique des pilotes débutant sur IVAO à savoir quel contrôleur

Plus en détail

LES REGLES DE VOL VFR

LES REGLES DE VOL VFR LES REGLES DE VOL VFR 1. DEFINITION : Un pilote effectue un vol selon les règles de vol à vue ou VFR (Visual Flight Rules), lorsqu'il maintient son avion dans une configuration propre au vol (attitude,

Plus en détail

LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR

LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. FONCTIONNEMENT DES RADAR : Les radars de contrôles aériens sont des instruments de télédétection utilisés

Plus en détail

LES REGLES DE L AIR. A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs

LES REGLES DE L AIR. A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs LES REGLES DE L AIR A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. REGLES A APPLIQUER : En vol comme sur l aire de mouvement

Plus en détail

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8

LES DIX ANS DE L ACNUSA. Bilan de la table ronde 8 6 LES DIX ANS LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde 8 7 LES DIX ANS DE L ACNUSA Bilan de la table ronde À l occasion du dixième anniversaire de sa création, l ACNUSA a réuni tous ses partenaires

Plus en détail

LE BOEING 777, AU CŒUR DE LA STRATEGIE D AIR FRANCE

LE BOEING 777, AU CŒUR DE LA STRATEGIE D AIR FRANCE LE BOEING 777, AU CŒUR DE LA STRATEGIE D AIR FRANCE 1 1 -, une des compagnies exploitant le plus de Boeing 777 2. Le Boeing 777 est un outil particulièrement bien adapté aux besoins d exploitation d Une

Plus en détail

LES PROCEDURES D'ARRIVEES IFR

LES PROCEDURES D'ARRIVEES IFR LES PROCEDURES D'ARRIVEES IFR 1. DEFINITION: La procédure d'arrivée est la phase transitoire entre la croisière et l'approche. Elle permet de rejoindre l'un des IAF (Initial Approch Fix), point de départ

Plus en détail

Consignes d'utilisation de l'aérodrome de Saint Tropez-La Môle. Pour une exploitation en Transport public

Consignes d'utilisation de l'aérodrome de Saint Tropez-La Môle. Pour une exploitation en Transport public Consignes d'utilisation de l'aérodrome de Saint Tropez-La Môle NOTE D INFORMATION A L ATTENTION DES OPERATEURS D APPAREILS DE MTOW INFERIEURE A 5.7t Pour une exploitation en Transport public Page 2 Consignes

Plus en détail

LE TOUR DE PISTE. A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs

LE TOUR DE PISTE. A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs LE TOUR DE PISTE A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. DEFINITION: Le tour de piste ou appelé également circuit

Plus en détail

Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006

Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006 Économies de carburant Procédures opérationnelles dans un souci de meilleur rendement environnemental Dave Anderson Ingénierie des opérations aériennes Boeing Commercial Airplanes Septembre 2006 Qu est-ce

Plus en détail

AUTOMNE 2005. Information environnementale destinée aux riverains de l'aéroport International de Genève

AUTOMNE 2005. Information environnementale destinée aux riverains de l'aéroport International de Genève N 3 AUTOMNE 2005 Information environnementale destinée aux riverains de l'aéroport International de Genève 2 Tous les aéronefs au départ de l'aéroport International de Genève sont autorisés par le contrôle

Plus en détail

Analyse du trafic aérien dans la région sud-ouest d Orly

Analyse du trafic aérien dans la région sud-ouest d Orly Analyse du trafic aérien dans la région sud-ouest d Orly Bullion - 06/02/2015 Il est possible de surveiller le trafic aérien Les avions sont équipés d un transpondeur Ils émettent en permanence des messages

Plus en détail

Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I

Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I Le but de cette phase est l intégration de l élève dans le milieu aéronautique et lui permettre d'acquérir les connaissances nécessaires à son premier vol.

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.1 - Quels passagers dans les aéroports français? Elisabeth Bouffard-Savary (Chef de Bureau Direction du Transport Aérien DGAC) Chaque acteur

Plus en détail

Document théorique. Tour de Québec. Préparé par Jean-François Desrosiers Révisé et approuvé par Jean-Frédérik Dion

Document théorique. Tour de Québec. Préparé par Jean-François Desrosiers Révisé et approuvé par Jean-Frédérik Dion Document théorique Tour de Québec Préparé par Jean-François Desrosiers Révisé et approuvé par Jean-Frédérik Dion 1.0 Familiarisation Premièrement bienvenue dans la FIR de Montréal! Vous allez être transféré

Plus en détail

Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas)

Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas) Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas) I. Le fonctionnement d un hub mondial 1. L un des sept premiers aéroports mondiaux Situé à 25 km

Plus en détail

LES REGLES DE L AIRL

LES REGLES DE L AIRL LES REGLES DE L AIRL LES RÈGLES DE L AIR Responsabilités du commandant de bord Règles de survol des obstacles Règles de prévention des abordages UTILISATION DES ULM Documents obligatoires Survol de l eau

Plus en détail

Commission Consultative de l Environnement de l aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (CCE)

Commission Consultative de l Environnement de l aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (CCE) Commission Consultative de l Environnement de l aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (CCE) GROUPE DE TRAVAIL VOLS DE NUIT Présidé par M. Régis GUYOT, Préfet ***** CONTRIBUTION DE M. JEAN-PIERRE BLAZY Député-Maire

Plus en détail

Kelly KHENG 3 G RAPPORT DE STAGE. Du 7 au 11 février 2011. Lieu : Le CANA (Centre Aéroportuaire de la Navigation Aérienne) A Roissy Charles de Gaulle

Kelly KHENG 3 G RAPPORT DE STAGE. Du 7 au 11 février 2011. Lieu : Le CANA (Centre Aéroportuaire de la Navigation Aérienne) A Roissy Charles de Gaulle Kelly KHENG 3 G RAPPORT DE STAGE Du 7 au 11 février 2011 Lieu : Le CANA (Centre Aéroportuaire de la Navigation Aérienne) A Roissy Charles de Gaulle S O M M A I R E I. L'ENTREPRISE... page 1 1. Nature de

Plus en détail

III. L Intelligence Artificielle dans les transports

III. L Intelligence Artificielle dans les transports III. L Intelligence Artificielle dans les transports De nos jours, l Intelligence Artificielle occupe une place de plus en plus importante dans le domaine des transports ; d ailleurs, d aucuns pensent

Plus en détail

B C. Amélioration des performances. des lignes de bus. Notions de base. Bruxelles, 5ème rendez-vous de Progrès, le 17 novembre 2005

B C. Amélioration des performances. des lignes de bus. Notions de base. Bruxelles, 5ème rendez-vous de Progrès, le 17 novembre 2005 Bruxelles, 5ème rendez-vous de Progrès, le 17 novembre 2005 Amélioration des performances A Les B C D En des lignes de bus enjeux de la progression des bus Quelques exemples de problèmes rencontrés Les

Plus en détail

CHAPITRE G2 AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS

CHAPITRE G2 AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS CHAPITRE G2 AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS I Le territoire français : entre potentialités et contraintes? II La France n existe-t-elle aujourd hui qu à travers ses villes? A) Quelles sont

Plus en détail

Roissy, un hub performant au service d une métropole mondiale et du territoire nationale.

Roissy, un hub performant au service d une métropole mondiale et du territoire nationale. Roissy, un hub performant au service d une métropole mondiale et du territoire nationale. Introduction : L aéroport de Roissy est un hub mondial c est-à-dire une plateforme aéroportuaire qui permet la

Plus en détail

ATLANTIQUE. Prescriptions & Procédures. pour les. Interventions d exploitation. sur les. Routes bi-directionnelles

ATLANTIQUE. Prescriptions & Procédures. pour les. Interventions d exploitation. sur les. Routes bi-directionnelles ATLANTIQUE Prescriptions & Procédures pour les Interventions d exploitation sur les Routes bi-directionnelles septembre 2008 2 Généralités Ce document a pour objet de définir les procédures de pose et

Plus en détail

1ère session : TGV-Avion : Où en sommes-nous?

1ère session : TGV-Avion : Où en sommes-nous? 1ère session : TGV-Avion : Où en sommes-nous? La situation européenne, le cas de Francfort : les enseignements d'une expérience Peter Pfragner (Commissaire à l'intermodalité - aéroport de Francfort) «1

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L ÉQUIPEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER Arrêté du 4 mai 2006 relatif à la circulation des véhicules et matériels agricoles ou forestiers

Plus en détail

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE Révision : 16/04/07 Impression : 16/04/07 NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE 2 JUSTIFICATION DU PROJET Le Sénégal a connu depuis la dévaluation de 1994

Plus en détail

B.A -BA. Ministère de l écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. www.developpement-durable.gouv.fr

B.A -BA. Ministère de l écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. www.developpement-durable.gouv.fr B.A -BA Copyright illustrations : René Deymonaz - Conception & réalisation : DGAC / Bureau web / Cre@tion - Avril 2011 du RTBA Direction Générale de L Aviation Civile Direction du Transport Aérien Mission

Plus en détail

Les cartes de Bruit. Recueil des données du trafic aérien. La a Mise en œuvre de la Directive 2002-49. Service Technique de l Aviation Civile

Les cartes de Bruit. Recueil des données du trafic aérien. La a Mise en œuvre de la Directive 2002-49. Service Technique de l Aviation Civile La a Mise en œuvre de la Directive 2002-49 Les cartes de Bruit Recueil des données du trafic aérien Service Technique de l Aviation Civile François WATRIN Recueil et mise en forme des données du trafic

Plus en détail

Note. Objet : Le nouvel aéroport de Pékin

Note. Objet : Le nouvel aéroport de Pékin DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE 3 mars 2014 SERVICE ECONOMIQUE REGIONAL PEKIN Julien Bonnet, Attaché Sectoriel Energie, Transports, Environnement, Aéronautique Raphaël Guillet,

Plus en détail

IR CA 010 1 er Devoir v.1

IR CA 010 1 er Devoir v.1 Chapitre à étudier : Annexes OACI : chapitre 01 (Annexe 1 : licences du personnel) Circulation aérienne : partie 2 (Annexe 2 : Règles de l air) * * * QUESTION 1 Le passage d'un régime de vol aux instruments

Plus en détail

Efficience et performance unies pour le meilleur. MAN TGX avec moteurs D38.

Efficience et performance unies pour le meilleur. MAN TGX avec moteurs D38. Efficience et performance unies pour le meilleur. MAN TGX avec moteurs D38. La performance dans une toute autre dimension. Vous trouverez dans cette brochure certains équipements qui ne font pas partie

Plus en détail

Le port : principale porte d entrée de la Corse

Le port : principale porte d entrée de la Corse Le port : principale porte d entrée de la Corse L activité du Le constitue le principal lieu de transit de voyageurs et de marchandises qui arrivent ou qui partent de Corse. Il capte en effet plus de la

Plus en détail

CHAMPIONNAT DE FRANCE SAISON 2012 ANNEXE PENDULAIRES MULTIAXES AUTOGIRES

CHAMPIONNAT DE FRANCE SAISON 2012 ANNEXE PENDULAIRES MULTIAXES AUTOGIRES CHAMPIONNAT DE FRANCE SAISON 2012 ANNEXE PENDULAIRES MULTIAXES AUTOGIRES Porte-avions Les terrains officiels de départ et d'arrivée sont des rectangles de 100 m x 20 m, des "porte-avions" délimités par

Plus en détail

LE PLAN D EXPOSITION AU BRUIT ( PEB )

LE PLAN D EXPOSITION AU BRUIT ( PEB ) LE PLAN D EXPOSITION AU BRUIT ( PEB ) A QUOI CA SERT? : Le PEB est un document d urbanisme ( annexé au PLU ) visant à limiter l urbanisation aux environs des aéroports. Il permet d interdire ou de limiter

Plus en détail

Protocole pour vol au-dessus des grandes cités. Par Daniel Turcotte

Protocole pour vol au-dessus des grandes cités. Par Daniel Turcotte Protocole pour vol au-dessus des grandes cités. Par Daniel Turcotte Historique À l occasion, les commanditaires peuvent demander un peu plus de visibilité en survolant les grandes villes comme Montréal

Plus en détail

Signature du Code de Bonne Conduite Environnementale pour l Aéroport Nantes Atlantique

Signature du Code de Bonne Conduite Environnementale pour l Aéroport Nantes Atlantique DOSSIER DE PRESSE Signature du Code de Bonne Conduite Environnementale pour Nantes, le 26 mars 2009 Contacts presse : Préfecture de la région Pays-de-la-Loire, Préfecture de la Loire-Atlantique Service

Plus en détail

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A07-03. Prise de décision du pilote

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A07-03. Prise de décision du pilote RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A07-03 Contexte Prise de décision du pilote L Airbus A340-313 d Air France immatriculé F-GLZQ, de numéro de série 0289, quitte

Plus en détail

Emploi et activité aéroportuaire

Emploi et activité aéroportuaire Emploi et activité aéroportuaire en Europe d e s R M E T I E R S de l E M P L O I et de la FORMATION d e P a r i s - C D G Préambule Les informations présentées proviennent soit de contacts pris avec des

Plus en détail

Tarifs 2015 1 - REDEVANCES AERONAUTIQUES 02

Tarifs 2015 1 - REDEVANCES AERONAUTIQUES 02 Tarifs 2015 Sommaire PAGES 1 - REDEVANCES AERONAUTIQUES 02 1.1 - Redevance d'atterrissage 02 1.2 - Redevance de balisage 04 1.3 - Redevance passager 04 1.4 - Redevance de stationnement 05 1.5 - Redevance

Plus en détail

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique.

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique. Comment franchir une intersection avecprioritéàdroite? Une intersection (carrefour) est une zone où se rejoignent, se croisent des usagers venant de directions différentes. Dans quel ordre doivent-ils

Plus en détail

Calcul mental à l'usage du pilote d avion en VFR

Calcul mental à l'usage du pilote d avion en VFR Calcul mental à l'usage du pilote d avion en VFR 1. Conversions d unités 2. Opérations élémentaires 3. Corrections instrumentales et des performances 4. Calculs relatifs à la trajectoire dans le plan vertical

Plus en détail

Utilisation par les aéronefs de l espace aérien. au-dessus de la forêt de Bois d Arcy et ses environs

Utilisation par les aéronefs de l espace aérien. au-dessus de la forêt de Bois d Arcy et ses environs ministère de l Écologie de l Énergie du Développement durable et de l Aménagement du territoire Utilisation par les aéronefs de l espace aérien au-dessus de la forêt de Bois d Arcy et ses environs Athis-Mons,

Plus en détail

Stationnement automobile

Stationnement automobile H.02 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux parcs de stationnement automobile, des articles R.111-19 à R.111-19-3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11du code

Plus en détail

REGLEMENT DES EPREUVES PRESENTATION ET COTATION

REGLEMENT DES EPREUVES PRESENTATION ET COTATION REGLEMENT DES EPREUVES PRESENTATION ET COTATION Une série d épreuves constitutive d une compétition amicale est proposée aux équipages du Rallye. La participation aux épreuves doit se faire dans le strict

Plus en détail

Evaluation des risques. Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève

Evaluation des risques. Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Evaluation des risques Aéroport International de Genève Analyse des risques pour les tiers - Risques liés aux accidents d'avions à proximité de l'aéroport de Genève Résumé

Plus en détail

LE CARBURANT POUR BOEING 737-700

LE CARBURANT POUR BOEING 737-700 Cours de formation Par Michel Schopfer LE CARBURANT POUR BOEING 737-700 Il s agit de déterminer l emport de carburant retenu pour l étape. Le calcul du pétrole final pour la mission intègre des variables

Plus en détail

RENOVER LES FEUX TRICOLORES

RENOVER LES FEUX TRICOLORES Matinale de l Energie RENOVER LES FEUX TRICOLORES Pourquoi le faire, Comment, A quel prix Matinales 2014 Page 1 sommaire 1. UN CADRE JURIDIQUE CONTRAINT 2. LE FONCTIONNEMENT DES FEUX 3. LA MAINTENANCE

Plus en détail

LES SALLES RECEVANT DU PUBLIC

LES SALLES RECEVANT DU PUBLIC 7 7.1 SALLES DE RÉUNION / SALLES DE CLASSE FOCUS 1 : CIRCULATIONS, ESPACES DE ROTATION ET EMPLACEMENTS PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ Les salles de réunion et autres salles de classe doivent être

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 10 mai 2012 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 308 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté

Plus en détail

Guide d apprentissage de Transmodel : Description du Réseau

Guide d apprentissage de Transmodel : Description du Réseau Description du Réseau Transmodel V.5. Guide d apprentissage de Transmodel : Description du Réseau Le modèle de données dédié à la Description du Réseau fait partie du Modèle des Données de Référence pour

Plus en détail

RAPPORT INCIDENT GRAVE

RAPPORT INCIDENT GRAVE www.bea.aero RAPPORT INCIDENT GRAVE Atterrissage sur une piste désaffectée (1) Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en heure locale. Aéronef Avion Cessna 510 Citation

Plus en détail

Le vol IFR. Un vol IFR, c est quoi? Structure du vol. Schéma d un vol IFR type

Le vol IFR. Un vol IFR, c est quoi? Structure du vol. Schéma d un vol IFR type Le vol IFR Le vol sous régime IFR (Instrument Flight Rules) est très encadré, faisant appel à de nombreuses règles. Malgré tout rassurez vous, c est à la portée de n importe quel pilote, pourvu que vous

Plus en détail

RAPPORT INCIDENT GRAVE

RAPPORT INCIDENT GRAVE www.bea.aero RAPPORT INCIDENT GRAVE Approche au-dessus du plan de descente, interception d un signal ILS secondaire, augmentation de l assiette commandée par le pilote automatique (1) Sauf précision contraire,

Plus en détail

CHAMBERY PERIODE CHARTER NEIGE

CHAMBERY PERIODE CHARTER NEIGE CHAMBERY PERIODE CHARTER NEIGE 1- Période CHARTER NEIGE. 2- Particularités liées à la mise en route et au roulage. 3- La Turbulence de Sillage (au départ/en route/à l arrivée). 4- Les Espaces Aériens (CTR/TMA)

Plus en détail

MANUEL FORMATION. MANUEL FORMATION Page 1 PROGRAMME FORMATION CPL (A) FTO n F-CE 043 PROGRAMME FORMATION CPL(A) Pratique

MANUEL FORMATION. MANUEL FORMATION Page 1 PROGRAMME FORMATION CPL (A) FTO n F-CE 043 PROGRAMME FORMATION CPL(A) Pratique MANUEL FORMATION Page 1 MANUEL FORMATION PROGRAMME FORMATION CPL (A) Pratique MANUEL FORMATION Page 2 I L OBJET DE LA FORMATION : La formation s adresse aux personnes possédant une Licence de Pilote Privé

Plus en détail

CONDITIONS TECHNIQUES COMPLEMENTAIRES SPECIFIQUES A L'APTITUDE AU REMORQUAGE DE PLANEUR OU DE BANDEROLE

CONDITIONS TECHNIQUES COMPLEMENTAIRES SPECIFIQUES A L'APTITUDE AU REMORQUAGE DE PLANEUR OU DE BANDEROLE SECRETARIAT D'ETAT AUX TRANSPORTS SECRETARIAT GENERAL A L'AVIATION CIVILE DIRECTION DES TRANSPORTS AERIENS SOUS-DIRECTION TECHNIQUE Bureau : Réglementation Tél : 233.44.65 Paris, le 12 septembre 1975 N/Ref.

Plus en détail

1.PRINCIPE DE LA COUPE 555 EN BREF

1.PRINCIPE DE LA COUPE 555 EN BREF 1.PRINCIPE DE LA COUPE 555 EN BREF Le participant devra, au moyen de son modèle à motorisation électrique, faire effectuer un vol plané de 300 secondes dans un laps de temps de 360 secondes. Un maximum

Plus en détail

ORGANISMES DU CONTROLE AERIEN

ORGANISMES DU CONTROLE AERIEN ORGANISMES DU CONTROLE AERIEN A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 0. INTRODUCTION : Après vous être connecté, vous

Plus en détail

CONDITIONS TECHNIQUES COMPLEMENTAIRES SPECIFIQUES A L'APTITUDE AU REMORQUAGE DE PLANEUR ou DE BANDEROLE

CONDITIONS TECHNIQUES COMPLEMENTAIRES SPECIFIQUES A L'APTITUDE AU REMORQUAGE DE PLANEUR ou DE BANDEROLE SECRETARIAT D'ETAT AUX TRANSPORTS SECRETARIAT GENERAL A L'AVIATION CIVILE DIRECTION DES TRANSPORTS AERIENS SOUS-DIRECTION TECHNIQUE Bureau : Réglementation Paris, le 12 septembre 1975 N/Réf. : 5381 DTA/SDT/R

Plus en détail

PHRASÉOLOGIE DU CONTRÔLE AÉRIEN CANADIEN

PHRASÉOLOGIE DU CONTRÔLE AÉRIEN CANADIEN INTERNATIONAL VIRTUAL AVIATION ORGANISATION PHRASÉOLOGIE DU CONTRÔLE AÉRIEN CANADIEN Ce guide a été créé dans le but de vous aider à mémoriser les phrases les plus communes utilisées par les contrôleurs

Plus en détail

PROPOSITIONS POUR UNE NOUVELLE REGLEMENTATION DES VOLS DE NUIT EN EUROPE

PROPOSITIONS POUR UNE NOUVELLE REGLEMENTATION DES VOLS DE NUIT EN EUROPE 1 PROPOSITIONS POUR UNE NOUVELLE REGLEMENTATION DES VOLS DE NUIT EN EUROPE I) Bref rappel de la législation européenne Si l on fait un bref rappel de la législation européenne, on voit qu en 1992, l Union

Plus en détail

I love balloon 26 rue de Verdun Bouray -sur-juine, le 02/05/2014 91850 Bouray-sur-Juine ' 09 50 29 49 75

I love balloon 26 rue de Verdun Bouray -sur-juine, le 02/05/2014 91850 Bouray-sur-Juine ' 09 50 29 49 75 I love balloon 26 rue de Verdun Bouray -sur-juine, le 02/05/2014 91850 Bouray-sur-Juine ' 09 50 29 49 75 "06 84 98 61 04 PROGRAMME DE FORMATION AB INITIO AU BREVET DE PILOTE DE BALLON LIBRE A AIR CHAUD

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT DANS LES DOCUMENTS D URBANISME L objet de cette fiche est d apporter des éléments méthodologiques afin d aider à la prise en compte du thème considéré dans la planification

Plus en détail

Documentation Pilote Débutant sur IVAO

Documentation Pilote Débutant sur IVAO Documentation Pilote Débutant sur IVAO Auteur : Cédric Cuménal / Corrections : Erwan L Hotellier, Rudy Vogel, Jérémy Iucolino / Version : 1.3 / 2010 IVAO TM France 1 Sommaire Connexion IvAp Remplir son

Plus en détail

Sommaire. Le dossier de vol : les infos utiles à la préparation paration d un d

Sommaire. Le dossier de vol : les infos utiles à la préparation paration d un d Vol de nuit Sommaire Introduction : Nuit aéronautique a et types de vol. 1. Un peu de réglementationr A. Au niveau du pilote a. Qualification et aptitude au vol de nuit b. Conditions d expd expérience

Plus en détail

Annexes DÉCRET DU 1 ER JUIN 2001 PORTANT NOMINATION À L'AUTORITÉ DE CONTRÔLE DES NUISANCES SONORES AÉROPORTUAIRES NOR : EQUA0100478D

Annexes DÉCRET DU 1 ER JUIN 2001 PORTANT NOMINATION À L'AUTORITÉ DE CONTRÔLE DES NUISANCES SONORES AÉROPORTUAIRES NOR : EQUA0100478D Annexes 8 48 DÉCRET DU 1 ER JUIN 2001 PORTANT NOMINATION À L'AUTORITÉ DE CONTRÔLE DES NUISANCES SONORES AÉROPORTUAIRES NOR : EQUA0100478D Le Président de la République, Sur le rapport du Premier ministre

Plus en détail

INFO SECURITE DGAC N 2011/2

INFO SECURITE DGAC N 2011/2 Opérateurs concernés : Sujet : Objectif : Prestataires de services de navigation aérienne Exploitants d aéronefs en transport public, en aviation générale et en aviation de loisir Vent arrière au sol et

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ACCIDENT AÉRONAUTIQUE PERTE D'ESPACEMENT/RISQUE DE COLLISION ENTRE

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ACCIDENT AÉRONAUTIQUE PERTE D'ESPACEMENT/RISQUE DE COLLISION ENTRE Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a enquêté sur cet accident dans le seul but de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les

Plus en détail

C- Navigation. Pour effectuer un trajet, vous mesurez une route sur la carte au 1/500.000 O.C.A.I. R : Ce sera une route vraie

C- Navigation. Pour effectuer un trajet, vous mesurez une route sur la carte au 1/500.000 O.C.A.I. R : Ce sera une route vraie Carte C- Navigation Pour effectuer un trajet, vous mesurez une route sur la carte au 1/500.000 O.C.A.I. R : Ce sera une route vraie Sur une carte dont l'échelle est de 1/250.000, 4 centimètres représentent

Plus en détail

Rapport Final du Bureau d enquêtes sur les accidents d aviation

Rapport Final du Bureau d enquêtes sur les accidents d aviation Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication N A005 Rapport Final du Bureau d enquêtes sur les accidents d aviation concernant l incident (Airprox) entre

Plus en détail

Charte de Gestion des Nuisances Sonores (Aéroport de Pau-Pyrénées)

Charte de Gestion des Nuisances Sonores (Aéroport de Pau-Pyrénées) Charte de Gestion des Nuisances Sonores (Aéroport de Pau-Pyrénées) (4ième Partie) Annexes GLOSSAIRE PROCEDURES CA ORGANISATION DE L'AEROPORT CALENDRIER PREVISIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DES MESURES I. GLOSSAIRE

Plus en détail

A. Réglementation. Dans un circuit d'aérodrome contrôlé, l'évitement des aéronefs incombe: R- au commandant de bord.

A. Réglementation. Dans un circuit d'aérodrome contrôlé, l'évitement des aéronefs incombe: R- au commandant de bord. A. Réglementation Aérodrome Aérodrome contrôlé Un aérodrome contrôlé n'est accessible qu'aux aéronefs: R : pouvant établir une liaison radio avec la tour de contrôle Vous êtes en final sur un aérodrome

Plus en détail

Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice.

Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice. Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice. 1. Un pionnier sur un marché à fort potentiel Depuis sa création en 1996, Masternaut fait figure de pionnier. À ses débuts, le marché balbutiant

Plus en détail

Arrête. Article 3 - La consistance des épreuves des examens est précisée dans l annexe jointe au présent arrêté.

Arrête. Article 3 - La consistance des épreuves des examens est précisée dans l annexe jointe au présent arrêté. Arrêté du Ministre de l Equipement et du Transport n 93-02 du 22 janvier 2002 fixant les programmes et les épreuves des examens pour l obtention de la licence et des qualifications de contrôleur de la

Plus en détail

La très grande vitesse Actualité et perspectives

La très grande vitesse Actualité et perspectives La très grande vitesse Actualité et perspectives Laurent BARON Directeur Matériels Grande Vitesse Juin 2007 TRANSPORT L expérience d Alstom Des records techniques majeurs Mai 1990 : 515.3 km/h Juin 2001

Plus en détail

ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9

ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9 ESSAIS COMPLEMENTAIRES du REMORQUEUR ULM DYNAMIC WT 9 EQUIPE DE L HELICE «DURANDAL 100» RESULTATS DES ESSAIS Fédération Française de Vol à Voile Daniel SERRESPEAL 1 OBJET DU PRESENT RAPPORT: Le CENTRE

Plus en détail

Relèvement des altitudes d'interception ILS en atterrissage face à l'est (DGAC/DSNA)"

Relèvement des altitudes d'interception ILS en atterrissage face à l'est (DGAC/DSNA) Relèvement des altitudes d'interception ILS en atterrissage face à l'est (DGAC/DSNA)" Buts du Grenelle de l'environnement : réduire les nuisances sonores, réduire la consommation de carburant. LES DIFFERENTS

Plus en détail

La 5ème TOMATE HISTORIQUE REGLEMENT

La 5ème TOMATE HISTORIQUE REGLEMENT La 5ème TOMATE HISTORIQUE REGLEMENT «Le Concentré de Tomate» organisé le Samedi 18 Octobre 2014, accueillera tous véhicules pour participer à une épreuve à parcours secret, basée sur la navigation routière

Plus en détail

RAPPORT ACCIDENT. Collision avec le relief par conditions météorologiques défavorables, en baptême de l air payant. Aéronef

RAPPORT ACCIDENT. Collision avec le relief par conditions météorologiques défavorables, en baptême de l air payant. Aéronef www.bea.aero RAPPORT ACCIDENT Collision avec le relief par conditions météorologiques défavorables, en baptême de l air payant (1) Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées

Plus en détail

Transport de marchandises dans le quartier Gare de Luxembourg Ville 2014

Transport de marchandises dans le quartier Gare de Luxembourg Ville 2014 Transport de marchandises dans le quartier Gare de Luxembourg-Ville 2014 Transport de marchandises dans le quartier Gare de Luxembourg Ville 2014 En 2014, un automobiliste a passé plus de 31 heures sur

Plus en détail

Programme individuel de formation. Formation Télé-pilote de drone

Programme individuel de formation. Formation Télé-pilote de drone Programme individuel de formation Formation Télé-pilote de drone Pilotage de Drone Civil De Type Multi-rotor Et au métier de la prise de vue aérienne. Programme de formation 2015 Durée : Formation théorique

Plus en détail

RESUME TRACAGE U16/14/12 Saison 2015-2016 Le RC 2015-2016 de Swiss-Ski fait foi

RESUME TRACAGE U16/14/12 Saison 2015-2016 Le RC 2015-2016 de Swiss-Ski fait foi RESUME TRACAGE U16/14/12 Saison 2015-2016 Le RC 2015-2016 de Swiss-Ski fait foi Slalom 1 Caractéristiques techniques - Dénivelée : maximum 160 m - La largeur d une porte devra être de 4m minimum et 6m

Plus en détail

D- Aérodynamique. Si vous augmentez la charge alaire de votre ULM, votre vitesse de décrochage: R : augmente

D- Aérodynamique. Si vous augmentez la charge alaire de votre ULM, votre vitesse de décrochage: R : augmente Brin de laine D- Aérodynamique Un vol dissymétrique se reconnaît par: la non coïncidence du brin de laine avec l'axe longitudinal de l'ulm Un brin de laine placé en vue du pilote dans une zone d'écoulement

Plus en détail

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement ---

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- Le stationnement PMR Etat des lieux et prise en compte des évolutions réglementaires à Lille Métropole M. Courbot

Plus en détail

Projet de Transport Régional

Projet de Transport Régional Consulting Mass Transit Projet de Transport Régional en Pays de La Loire / Bretagne et dans le Grand Ouest Rappel raison sociale Le Groupe de Support à l Economie ESG INFRA a comme objectif de créer, aider

Plus en détail

SPACE SHUTTLE SIMULATOR DEROULEMENT DU JEU

SPACE SHUTTLE SIMULATOR DEROULEMENT DU JEU SPACE SHUTTLE SIMULATOR Notice d utilisation Le compte à rebours va commencer, vous êtes aux commandes de la navette spatiale. Votre mission consiste à retrouver et à ramener sur Terre le satellite LCR

Plus en détail

Ce rêve est devenu réalité.

Ce rêve est devenu réalité. Vous venez de trouver une règle mise en ligne par un collectionneur qui, depuis 1998, partage sa collection de jeux de société et sa passion sur Internet. Imaginez que vous puissiez accéder, jour et nuit,

Plus en détail

Consignes d'utilisation de l'aérodrome de Saint Tropez-La Môle. avec un avion de type XXXXXXX

Consignes d'utilisation de l'aérodrome de Saint Tropez-La Môle. avec un avion de type XXXXXXX Saint Tropez-La Môle avec un avion de type XXXXXXX Pour une exploitation en Transport public / Transport prive * * Préciser le type d exploitation Page 2 Consignes d'utilisation de l'aérodrome de XXXXXXXXXXXXXXXX

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A10W0038 PERTE D ESPACEMENT

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A10W0038 PERTE D ESPACEMENT RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A10W0038 PERTE D ESPACEMENT NAV CANADA CENTRE DE CONTRÔLE RÉGIONAL D EDMONTON / TOUR DE YELLOWKNIFE YELLOWKNIFE (TERRITOIRES DU NORD-OUEST) LE 1 ER MARS 2010 Le Bureau de

Plus en détail

Décision du Ministre du Transport et de l équipement N 050 du 24 Mai 2011 Fixant les méthodes et minimums de séparations des aéronefs aux procédures.

Décision du Ministre du Transport et de l équipement N 050 du 24 Mai 2011 Fixant les méthodes et minimums de séparations des aéronefs aux procédures. République Tunisienne ***** Ministère du Transport et de l Equipement Décision du Ministre du Transport et de l équipement N 050 du 24 Mai 2011 Fixant les méthodes et minimums de séparations des aéronefs

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail