Tableaux de Bord Hypermarchés 2008 V/S 2009 (Janvier à Octobre ) Analyse réalisée en Novembre 2009 par :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tableaux de Bord Hypermarchés 2008 V/S 2009 (Janvier à Octobre ) Analyse réalisée en Novembre 2009 par :"

Transcription

1 Tableaux de Bord Hypermarchés V/S (Janvier à Octobre ) Analyse réalisée en Novembre par :

2 A l attention des Directions Marketing: L année a vu de profonds bouleversement dans le paysage de la distribution moderne. Toutes les enseignes ont tenté d apporter une réponse à la crise de la consommation à travers leur communication promotionnelle. Nous vous proposons d analyser 13 indicateurs issus de la compilations de données des catalogues promotionnels pour les 10 premiers mois de l année, avec comme référent, la même période de. Et ainsi comparer les stratégies, sur des données objectives. Nous vous souhaitons une lecture enrichissante:

3 Tableau de Bord versus (Janvier 0ctobre) Pression Promo en nb d article: La largeur de l offre promotionnelle, c est un peut réduite en, avec des variation mensuelles beaucoup plus fortes qu en. Part de voix. La part de Metro vis-à-vis des hypermarché, s est mécaniquement réduite, d autant que 3 autres enseignes ont augmentées leur Pression Promo. De Leader en, Metro occupe en la troisième place Promo Trade: Petite progression des avantages consommateurs des industriels. Metro préfère avoir ces investissements dans ses conditions, et les mécaniques marketing ne font pas partie de sa politique. Structure de l offre par marques: La MDD représente 4,9 % des offres en, en forte progression sur. = 2,70% Structure de l offre par rayons en, Comme dans toutes les enseignes, l effet crise a entrainé un recentrage des promotions sur l alimentaire + 9 pts au détriment du textile et du bazar. Toute fois le non alimentaires reste majoritaire dans la communication de Metro

4 Tableau de Bord versus (Janvier 0ctobre) 2,62 Hit fournisseurs. Gros effort sur les MDD et les leaders mondiaux Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins 1% 2% Promotion négative sur valeur faciale: % de promotion identifiées moins chères a produit identique et date de valeur avec au moins un jour en commun. Très gros effort de Metro apour garder une image prix imbattable. Même si en la concurrence se montre plus agressive 5% 4% Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents. Metro ne craint pas la comparaison. 72% 74 % Taux d originalité: Des promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur Metro est en progrès en, malgré une année de crise, les imports et la centrale d achat internationale lui donnent un avantage 1780 Rb 1422 Rb C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus V. En réaction à la crise la tendance générale est de donner de la part de voix a des produits moins chers d où une moyenne en baisse versus.

5 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) Pression Promo en nb d article: Ouverture du premier magasin en juin la pression progresse en septembre, mais les choix politiques de Carrefour ne vont pas dans le sens de l expension sur le marché Russe. Part de voix. Carrefour restera un acteur mineur Promo Trade: Structure de l offre par marques Pas le temps de développer la promotion de la MDD Évolution de l offre par rayon versus

6 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) 1,061 Hit fournisseurs Forte concentration sur l ultra frais Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins 3% 5% 60 % 868 Rb Promotion négative sur valeur faciale: % de promotion identifiées moins chères a produit identique et date de valeur avec au moins un jour en commun. Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents Taux d originalité: promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus

7 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) Pression Promo en nb d article: Malgré la crise Real continu a augmenter la pression promo en élargissant son offre, avec des variations mensuelle plus marquées en Part de voix. La progression de la pression, ne suffit pourtant pas a maintenir la part de voix de Real qui est en légère baisse en a cause des fortes progression de 3 enseignes. Promo Trade: A contre courant avec la politique de crise, moins de promotions sont soutenues par des avantages consommateurs Structure de l offre par marques On note un net recul de la MDD dans la stratégie de Real en : La part de voix était de 5,5% en Structure de l offre par rayons & Évolution de l offre par rayon versus : Dans la structure, aussi Real prend le contre pied de la tendance générale, et réduit la part de voix de l alimentaire pour favoriser le bazar et le textile.

8 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) 1,4 Hit fournisseurs : Les MDD sont a l honneur en deuxième place parmi les promotions real Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins 4% 3% Promotion négative sur valeur faciale: % de promotion identifiées moins chères a produit identique et date de valeur avec au moins un jour en commun. 6 % 7% Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents 45 % 51 % Taux d originalité: promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur. Malgré la crise les catalogues Real progresse en originalité. 686 Rb 632 Rb C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus V. En réaction à la crise la tendance générale est de donner de la part de voix a des produits moins chers d où une moyenne en baisse versus.

9 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) Pression Promo en nb d article: Le passage des hyper Perekriostok sous l enseigne Carrousel a booster la pression promotionnelle Part de voix. La forte progression de la pression se retrouve dans le gain des part des voix, Carrousel devient un communiquant majeur entre Metro et Real Promo Trade: Malgré la crise moins de promotions sont soutenues par des mécanismes promotionnels en Structure de l offre par marques très forte progression des MDD dans les catalogues carrousel, avec la restructuration par X5: 0,6% en. Structure de l offre par rayons & Évolution de l offre par rayon versus : Très forte progression du rayons alimentaire (15 pts) au détriment du bazar

10 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) 1,44 Hit fournisseurs : Sans surprises Les leaders mondiaux occupe le tierce de tète. Absence de la MDD Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins 3% 3% Promotion négative sur valeur faciale: % de promotion identifiées moins chères a produit identique et date de valeur avec au moins un jour en commun. Constant d une année sur l autre 7% 7% Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents 52 % 58 % Taux d originalité: promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur 783 Rb 306 Rb C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus V. En réaction à la crise la tendance générale est de donner de la part de voix a des produits moins chers d où une moyenne en baisse versus. Très gros effort pour améliorer l mage prix en catalogue

11 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) Pression Promo en nb d article: Deuxième plus grosse progression en Pression promotionnelle, Lenta a malgré la crise élargie son offre Part de voix. Deuxième parmi les hypermarchés, le promotions Lenta talonnent Okey. Promo Trade: Grosse chute des avantages consommateurs Structure de l offre par marques Politique constante chez Lenta de donner une part de voix importante aux MDD 5,2% en Structure de l offre par rayons Évolution de l offre par rayon versus Forte progression de l alimentaire au détriment du Bazar, les autres rayons on des part de voix stable s

12 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) 2,6 Hit fournisseurs Le meilleur fournisseur de Lenta est lenta, stratégie très similaire a Metro Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins 4% 4% Promotion négative sur valeur faciale: % de promotion identifiées moins chères a produit identique et date de valeur avec au moins un jour en commun. A offre strictement comparable Lenta n est pas placé dans 4% des cas. 3% 2% Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents 55 % 60 % Taux d originalité: promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur 686 Rb 630 Rb C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus V. En réaction à la crise la tendance générale est de donner de la part de voix a des produits moins chers d où une moyenne en baisse versus. Très léger tassement de la moyenne prix

13 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) Pression Promo en nb d article: Le début a été plus prudent pour matricia,, la pression a fin octobre est donc en légère baisse Part de voix. A cause des fortes progression de certaine enseigne, la part de voix de Matricia se réduits encore en Promo Trade : Baisse des promotion Trade comme toutes les enseignes Structure de l offre par marques Les MDD ne sont pas une ligne forte de la stratégie de Matricia, 0,6% en Structure de l offre par rayons Évolution de l offre par rayon versus Forte progression de l alimentaire au détriment de l hygiène beauté et chimie

14 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) 1,05 Hit fournisseurs Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins 8% 10% Promotion négative sur valeur faciale: Très mauvais positionnement a offres strictement égales 4% 5% Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents 69 % 69 % Taux d originalité: promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur 149 Rb 134 Rb C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus V. En réaction à la crise la tendance générale est de donner de la part de voix a des produits moins chers d où une moyenne en baisse versus.

15 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) Pression Promo en nb d article: En légère progression sur l année passée et plus de régularité Part de voix. La progression en Pression, permet a Magamart de maintenir sa part de voix Promo Trade: Une vrai volonté de soutenir les promotions avec des mécanismes marketing, la part de ces promotions a été multipliée par 3 Structure de l offre par marques : Chute de la part de voix des MDD en, elle était de 1,2 % Structure de l offre par rayons & Évolution de l offre par rayon versus Poussée de l alimentaire, de la chimie et du textile de maison au détriment du Bazar et de l électronique

16 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) 1,13 Hit fournisseurs Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins 4% 4% Promotion négative sur valeur faciale: % de promotion identifiées moins chères a produit identique et date de valeur avec au moins un jour en commun. 10% 10% Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents 50 % 62 % Taux d originalité: promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur 100 Rb 110 Rb C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus V. En réaction à la crise la tendance générale est de donner de la part de voix a des produits moins chers d où une moyenne en baisse versus. Sauf pour Megamart

17 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) Pression Promo en nb d article: Retour de Mosmart sur la scène des catalogues en Octobre après une absence de 8 mois Part de voix, a fin Octobre Mosmart est inexistant en terme de promotion par rapport aux concurrents Promo Trade: Forte progression du trade Marketing dans le premier catalogue de l année Structure de l offre par marques Structure de l offre par rayons Évolution de l offre par rayon versus Une offre avec plus d alimentaire et de textile que la moyenne

18 Tableau de Bord versus (Janvier Octobre) 1 Hit fournisseurs Volonté de continue a promouvoir la MDD Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins 3% 3% Promotion négative sur valeur faciale: % de promotion identifiées moins chères a produit identique et date de valeur avec au moins un jour en commun. 6 % 5% Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents 72 % 69 % Taux d originalité: promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur Contrairement a tous les autres acteurs du marche, le taux d originalitée est en baisse, mais un seul catalogue n est pas révélateur d une tendance 199 Rb 865 Rb C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus V. En réaction à la crise la tendance générale est de donner de la part de voix a des produits moins chers d où une moyenne en baisse versus. Mosmart est en complète opposition avec cette stratégie

19 Tableau de Bord versus (Janvier Novembre) Pression Promo en nb d article: Un début d année prudent une offre moins large, Nash hypermarket a réduit sa pression promo en cette année de crise. Part de voix. Et part conséquent ne garde pas sa position dans la répartition des parts de voix Promo Trade: Forte baisse Structure de l offre par marques : Très fort replis de la part de voix des MDD dans les catalogues, en elle représentait 8,8 % pour la même période. Structure de l offre par rayons Évolution de l offre par rayon versus détriment du bazar Progression de l alimentaire au

20 Tableau de Bord versus (Janvier Novembre) 1,15 Hit fournisseurs Un positionnement original ou les leaders internationaux sont absents. Forte part a la MDD Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins 2% 3% 5% 9% Promotion négative sur valeur faciale: % de promotion identifiées moins chères a produit identique et date de valeur avec au moins un jour en commun. Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents 70 % 64 % Taux d originalité: promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur 118 Rb 182 Rb C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus V. En réaction à la crise la tendance générale est de donner de la part de voix a des produits moins chers d où une moyenne en baisse versus. Nash ne suit pas cette tendance

21 Tableau de Bord versus (Janvier October) Pression Promo en nb d article: La plus forte progression de l année Okey accentue la pression sur le paysage promotionnel Part de voix. La conséquence est immédiate, Okey devient leader cette année devant Lenta et Metro Promo Trade: Contrairement a beaucoup d operateur Okey arrive a trouver du soutient chez les fournisseurs pour des avantages consommateurs Structure de l offre par marques : Constant dans sa politique Okey n octroi que 0,4% a la MDD Structure de l offre par rayons Évolution de l offre par rayon versus : Très forte progression de l alimentaire sans toutefois pénaliser un rayons en particulier

22 Tableau de Bord versus (Janvier Novembre) 1,17 Hit fournisseurs Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins Promotion négative sur valeur faciale: % de promotion identifiées moins chères a produit identique et date de valeur avec au moins un jour en commun. Dégradation du nombre de promotions plus chères a dates comparable. Mais toutes les offres sont complète d un e remise pour les porteurs de cartes 4 6% 2% 2% Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents 54 % 50 % Taux d originalité: promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur 1136Rb 382 Rb C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus V. En réaction à la crise la tendance générale est de donner de la part de voix a des produits moins chers d où une moyenne en baisse versus. Très gros effort sur le prix des promotions pour donner une bonne image prix

23 Tableau de Bord versus (Janvier Novembre) Pression Promo en nb d article: Beaucoup de prudence au début, en cette année d incertitude. Résultat une pression en forte chute Part de voix. Logiquement la part de voix de Ramstor devient très minoritaire vis-à-vis des concurrents Promo Trade: En période de crise, Ramstor cherche du soutient chez les fournisseurs pour rendre ces catalogues plus agressifs Structure de l offre par marques Les MDD représentaient 3 % des promotion pour la même période en. Structure de l offre par rayons & Évolution de l offre par rayon versus pénaliser un rayon en particulier Forte progression de l alimentaire sans

24 Tableau de Bord versus (Janvier Novembre) 1,12 Hit fournisseurs Taux de rémanence : Combien de fois en moyenne un article revient en promotions parmi les 2000 promotions les plus utilisées sur la période Évolution du nombre de magasins Promotion négative sur valeur faciale: % de promotion identifiées moins chères a produit identique et date de valeur avec au moins un jour en commun. 6% 6% 7 8% Promotion positive sur valeur faciale: A l inverse de la précédente, % des promotions identifiées plus chères a la même date, chez les concurrents 40 % 73% Taux d originalité: promotions qui ne se retrouvent pas dans un catalogue concurrent avec les mêmes dates de valeur 130 Rb 120 Rb C est le prix moyen constaté de toutes les promotions alim et non al des prospectus V. En réaction à la crise la tendance générale est de donner de la part de voix a des produits moins chers d où une moyenne en baisse versus.

25 Merci pour votre attention. Nous espérons avoir apporté des informations et des réponses concrètes. Pour tirer un réel bénéfice, dans votre management, de ces tableaux de bords, il faut comparer leurs évolutions dans le temps. (à la fin de l année et par période de 4 mois en 2010). Nous sommes a votre disposition pour vous les fournir.

Point conjoncture prospectus à fin Octobre 2010. En route vers 2020

Point conjoncture prospectus à fin Octobre 2010. En route vers 2020 SOMMAIRE Point conjoncture prospectus à fin Octobre 2010. En route vers 2020 Le catalogue électronique donnera-t-il l avantage à l industriel? A3 DISTRIB 2009 1 Préambule, le prospectus français est malade

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

Avantages conso. Focus enseignes

Avantages conso. Focus enseignes Avantages conso Focus enseignes Mécanismes promo Méthodologie des parts de voix : Pondération des surfaces commerciales des magasins ayant réalisés les opérations (nationalesrégionales-locales) par le

Plus en détail

Croissance des ventes encourageante au premier trimestre

Croissance des ventes encourageante au premier trimestre Croissance des ventes encourageante au premier trimestre CA TTC T1 2011 : + 3,9% à taux de changes courants, +2,1% à taux de changes constants + 0,6% en comparable hors essence, ajusté de l effet calendaire

Plus en détail

Optimiser l efficacité promo les options à privilégier. 31 mars 2011 Matthieu JOLLY

Optimiser l efficacité promo les options à privilégier. 31 mars 2011 Matthieu JOLLY Optimiser l efficacité promo les options à privilégier 31 mars 2011 Matthieu JOLLY Un institut indépendant Avec la confiance de 3 enseignes pour analyser leurs données clients 5 ans d expérience Plus de

Plus en détail

Assises promo 2009. A3 Distrib A3 DISTRIB 2009 1

Assises promo 2009. A3 Distrib A3 DISTRIB 2009 1 Assises promo 2009 A3 Distrib A3 DISTRIB 2009 1 A3 DISTRIB 2009 2 A3 DISTRIB 2009 3 volumes Nombre de prospectus distinct reçus depuis le 01/01/1997 : 245674 20 000 par an 385 par semaine Opérations locales,

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES T1 2006. Chiffre d affaires en hausse de +6,0% à taux de changes constants, +8,3% à taux de changes courants

CHIFFRE D AFFAIRES T1 2006. Chiffre d affaires en hausse de +6,0% à taux de changes constants, +8,3% à taux de changes courants Le 12 avril 2006 CHIFFRE D AFFAIRES T1 2006 Chiffre d affaires en hausse de +6,0% à taux de changes constants, +8,3% à taux de changes courants Une croissance solide en France: - Forte croissance à magasins

Plus en détail

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés Sommaire -Définition, qu est ce qu un produit surgelé? -principe du surgelé -Politique produits et stratégie croissante -Les chiffres, parts de marché en tableau

Plus en détail

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4 BAC PRO Rôle, objectifs et moyens d action d un point de vente 1 FICHE Être capable de Définir et comprendre le rôle et les objectifs d un point de vente. Identifier comment le magasin peut atteindre ses

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

Le marché de l appertisé et les transferts vers les catégories concurrentes en 2010 SYNTHESE DE L ETUDE

Le marché de l appertisé et les transferts vers les catégories concurrentes en 2010 SYNTHESE DE L ETUDE Le marché de l appertisé et les transferts vers les catégories concurrentes en 2010 SYNTHESE DE L ETUDE En 2010, l appertisé a bien suivi la tendance PGC (produits de grande consommation) avec une croissance

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DANS L INDUSTRIE EN FRANCE

LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DANS L INDUSTRIE EN FRANCE Avril 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DANS L INDUSTRIE EN FRANCE Note de conjoncture Contrairement à l énergie destinée au bâtiment ou au transport,

Plus en détail

Statistiques Hollandaise des ventes de plantes et fleurs Octobre 2010

Statistiques Hollandaise des ventes de plantes et fleurs Octobre 2010 Veille Médioflor 10/2010 Statistiques Hollandaise des ventes de plantes et fleurs Octobre 2010 Statistiques Ventes FloraHolland Ventes normales pour le mois d octobre La date du 1 er novembre influence

Plus en détail

SOMMAIRE. Avertissement... 3. Sommaire... 5 STRUCTURE ET STRATEGIES DE LA GRANDE DISTRIBUTION GENERALISTE EN SLOVENIE... 7

SOMMAIRE. Avertissement... 3. Sommaire... 5 STRUCTURE ET STRATEGIES DE LA GRANDE DISTRIBUTION GENERALISTE EN SLOVENIE... 7 5 SOMMAIRE Avertissement... 3 Sommaire... 5 STRUCTURE ET STRATEGIES DE LA GRANDE DISTRIBUTION GENERALISTE EN SLOVENIE... 7 I. La distribution généraliste slovène... 9 Présentation générale... 11 Définitions

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

N I E L S E N T R E N D S

N I E L S E N T R E N D S N I E L S E N T R E N D S R É S U LTAT S AU 2 9 N O V E M B R E 2 0 1 5 S Y N T H È S E Le PGC+FLS est en croissance de +0,5% en valeur sur la dernière période de 4 semaines (+1,1% en cumul à date). Cette

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer.

Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer. Communiqué de presse Croix, le 31 août 2015 Des performances en croissance, une structure financière qui continue de s améliorer. Hausse du chiffre d affaires HT consolidé : 26,9 milliards d euros, +3,4

Plus en détail

LE FONCTIONNEMENT MARKETING DES GRANDES SURFACES :

LE FONCTIONNEMENT MARKETING DES GRANDES SURFACES : LE FONCTIONNEMENT MARKETING DES GRANDES SURFACES : A ) La rémunération de la grande distribution : 1. La facturation entre fabricant et grossistes : Pour tenter de contrôler les marges et par là les prix

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

CRÉER DE LA VALEUR AVEC LES MARQUES DE PME. ASSISES DE LA MARQUE 23 Juin 2015. Anne HAINE Loïc DANEL. Nielsen France

CRÉER DE LA VALEUR AVEC LES MARQUES DE PME. ASSISES DE LA MARQUE 23 Juin 2015. Anne HAINE Loïc DANEL. Nielsen France CRÉER DE LA VALEUR AVEC LES MARQUES DE PME Anne HAINE Loïc DANEL Nielsen France Directrice Commerciale Insight Leader ASSISES DE LA MARQUE 23 Juin 2015 en volume, les marchés tiennent bon PGC+FLS - % évolution

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2013 13 février 2014. Résultats annuels 2013

RÉSULTATS ANNUELS 2013 13 février 2014. Résultats annuels 2013 RÉSULTATS ANNUELS 2013 13 février 2014 1 Faits Marquants Poursuite de la CROISSANCE DES PARCS CLIENTS CROISSANCE SOUTENUE à l International STABILISATION DES MARGES à un niveau parmi les plus élevés du

Plus en détail

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS C O M M E A N T I C I P É E PA R L E S C O M M E R Ç A N T S, L A C T I V I T É D E

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

Méthodologie du Baromètre des prix sur Internet

Méthodologie du Baromètre des prix sur Internet Méthodologie du Baromètre des prix sur Internet ourquoi ce baromètre? L objectif de cet outil est d avoir une comparaison objective des prix des produits de Grande Consommation tels qu ils apparaissent

Plus en détail

Choisir une politique de prix

Choisir une politique de prix Questions abordées Chapter 6 Choisir une politique de prix Comment les consommateurs analysent-ils et évaluent-ils les prix? Comment fixer un prix de vente pour un nouveau produit? Quand prendre l initiative

Plus en détail

Réunion Analystes 17 avril 2008. Résultat Annuel 2007

Réunion Analystes 17 avril 2008. Résultat Annuel 2007 Réunion Analystes 17 avril 2008 Résultat Annuel 2007 1 Sommaire Faits marquants Activité commerciale Résultat annuel 2007 Evolution du cours de bourse Perspectives 2008 Annexes 2 Faits Marquants Résultat

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

Chapitre 1 : Le plan média (media planning)

Chapitre 1 : Le plan média (media planning) Chapitre 1 : Le plan média (media planning) Introduction Cela consiste à sélectionner les médias et à définir leurs modes d utilisation. Objectif : rechercher l efficacité maximum des médias dans la contrainte

Plus en détail

ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE. Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial Comparaison de plusieurs politiques commerciales

ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE. Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial Comparaison de plusieurs politiques commerciales ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE La notion de prix de vente Les objectifs financiers Les objectifs commerciaux Les remises et rabais Exercice et corrigé Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial

Plus en détail

Le titre du document. Grande distribution. LTR 111, logistique de distribution. Nathalie Mattiuzzo. Département Villes, Echanges, Territoires

Le titre du document. Grande distribution. LTR 111, logistique de distribution. Nathalie Mattiuzzo. Département Villes, Echanges, Territoires Département Villes, Echanges, Territoires LTR 111, logistique de distribution Le titre du document Grande distribution Nathalie Mattiuzzo 31 Mars 2015 1 1 Importance de la GD ; données de base La logistique

Plus en détail

INFORMATION RÉUNION SEMESTRIELLE - EXERCICE 2013/2014 27 FEVRIER 2014

INFORMATION RÉUNION SEMESTRIELLE - EXERCICE 2013/2014 27 FEVRIER 2014 INFORMATION FINANCIÈRE RÉUNION SEMESTRIELLE - EXERCICE 2013/2014 27 FEVRIER 2014 1 Faits marquants Intégration de Coopers Acquisition de 100% du capital de Coopers of Stortford (UK) en septembre 2013 Prix

Plus en détail

21 juin 2012. Baromètre Printemps 2012 SymphonyIRI Group / Climpact

21 juin 2012. Baromètre Printemps 2012 SymphonyIRI Group / Climpact 21 juin 2012 25 juin 2012 1 Baromètre printemps 2012 Introduction Alors que nous sommes déjà rentrés dans la seconde quinzaine du mois de juin, nous nous demandons si l été va se décider à arriver. Et

Plus en détail

VENTES TTC T4 2009 Le 14 janvier 2010

VENTES TTC T4 2009 Le 14 janvier 2010 Chiffres d affaires 2009 et T4 en progression, soutenus par les marchés de croissance 2009 : 96,2 Md d, +0,9% hors essence et à changes constants T4 2009 : 26 Md d, +1,0% hors essence et à changes constants

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

Qualité des prévisions et approvisionnements concertés pour les promotions, produits nouveaux et saisonniers

Qualité des prévisions et approvisionnements concertés pour les promotions, produits nouveaux et saisonniers Qualité des prévisions et approvisionnements concertés pour les promotions, produits nouveaux et saisonniers Jean-Michel BRU Jean-Michel ROTHIER Comment réduire les ruptures en linéaire, les surstocks

Plus en détail

Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution

Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution GC - Observatoire de la consommation OA - Service Etudes UFC-Que Choisir - Juillet 2013 2 Résumé Alors qu à l approche de la rentrée,

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 Chiffres clés 2014 comparés à 2013 La Production CA Global Progression de (+2%) Progression de(+ 2%) CA Local CA Export Diminution (-1%) Progression de(+ 8%) Résultat

Plus en détail

Ces réalisations sont conformes aux objectifs pour l année 2014, à savoir :

Ces réalisations sont conformes aux objectifs pour l année 2014, à savoir : COMMUNIQUE DE PRESSE Rabat, le 29 avril 2014 RESULTATS CONSOLIDES DU 1 er TRIMESTRE 2014 Une performance conforme aux objectifs annuels : - Retour à une légère croissance du chiffre d affaires (+0,4%),

Plus en détail

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire

L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire L année économique et sociale 2010 dans les Pays de la Loire Rendez-vous de l Insee Elmostafa Okham Insee Pays de la Loire La situation économique au niveau national Page 2 En 2010, l économie française

Plus en détail

Concentré de management pour vos points de vente

Concentré de management pour vos points de vente R E T A I L M A N A G E M E N T LA VENTE AU DÉTAIL Concentré de management pour vos points de vente Le meilleur prix pour votre magasin STORE ELECTRONIC SYSTEMS S-tag+ STORE ELECTRONIC SYSTEMS Évolution

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre?

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre? Les pourcentages Cette séance est dédiée à l étude des pourcentages. Bien comprendre cette séance s avère être un passage obligé si vous souhaitez aborder de manière sereine les séances concernant les

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2008

RESULTATS ANNUELS 2008 RESULTATS ANNUELS 11 février 2009 CHIFFRE D AFFAIRES DE 1 420,9 MILLIONS D EUROS EN PROGRESSION DE +2,4 % A TAUX DE CHANGE CONSTANTS MARGE D EXPLOITATION NORMALISEE DE 15,1 % GENERATION DE TRESORERIE EN

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Baromè trè è conomiquè

Baromè trè è conomiquè Baromè trè è conomiquè 3 e trimestre 2015 Chaque trimestre, l Office économique wallon du bois publie son baromètre de l activité au sein de la filière bois. Il propose un tableau récapitulatif des tendances

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

Les achats de sapins de Noël en 2014 TNS

Les achats de sapins de Noël en 2014 TNS Les achats de sapins de Noël en 2014 Méthodologie Méthodologie de l étude 2014 Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Cette étude a été réalisée à partir du Panel consommateurs de TNS Sofres (Metascope),

Plus en détail

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre JUILLET RÉSUMÉ DES RÉSULTATS C O M M E A N T I C I P É E PA R L E S C O M M E R Ç A N T S, L A C T I V I T É D E C E P R I

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente La communication en magasin purement tournée vers la promotion

Plus en détail

INTERBEV - FRANCEAGRIMER

INTERBEV - FRANCEAGRIMER INTERBEV - FRANCEAGRIMER JOURNEE DE L ELEVAGE FRANCAIS ORGANISEE EN ITALIE VERONE, LE VENDREDI 06 FEVRIER 2015 COMPTE RENDU de la présentation de l ISMEA Filière Bétail et Viande 18 mars 2015 Dossier n

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Prix et tarifs : casse tête et Dolcevita

Prix et tarifs : casse tête et Dolcevita Prix et tarifs : casse tête et Dolcevita La spécificité des prix et tarifs du gaz naturel? Ils sont presque aussi complexes que ceux de l électricité. Début septembre, GDF Suez a modifié ses offres aux

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS

OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS 8 novembre 2012 1 HISTORIQUE 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 2 LES MESURES ENGAGEES DEPUIS

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious?

La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious? La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious? Alexis Dantec (OFCE) et Florence Lévy-Hartmann (GEM) Avec 175,65 millions d entrées en 2005, la fréquentation des salles marque un net recul

Plus en détail

LA FACTURATION FONDÉE SUR LA CAPACITÉ ET CE QU'ELLE SIGNIFIE POUR LE CONSOMMATEUR CANADIEN

LA FACTURATION FONDÉE SUR LA CAPACITÉ ET CE QU'ELLE SIGNIFIE POUR LE CONSOMMATEUR CANADIEN LA FACTURATION FONDÉE SUR LA CAPACITÉ ET CE QU'ELLE SIGNIFIE POUR LE CONSOMMATEUR CANADIEN TABLE DES MATIÈRES Introduction La facturation fondée sur la capacité arrive au Canada Pourquoi les gens utilisent-ils

Plus en détail

MARKETING # BASES. Séquence 5. Licence 3 Eco-Gestion

MARKETING # BASES. Séquence 5. Licence 3 Eco-Gestion MARKETING # BASES Séquence 5 Licence 3 Eco-Gestion 11/11/2014 gilles.catuli@u-pem.fr MARKETING. # BASES. L3 1 MIT M5C SÉQUENCE 5 : GERER LA RELATION CLIENT. DISTRIBUER ET VENDRE Stratégies push et pull

Plus en détail

Pierre-Jean SIVIGNON

Pierre-Jean SIVIGNON 7 MARS 2013 Georges PLASSAT Pierre-Jean SIVIGNON Remarques préliminaires 2012 Le Groupe s est recentré sur les pays où il a une position forte et un profil multi-format : Grèce : réorganisation de son

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations?

2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations? 2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations? 2.2 Nouveaux comportements / Nouvelles stratégies Marianne SIEG (Directrice du développement Air France) «La crise économique

Plus en détail

zanox Mobile Performance Barometer 2015 :

zanox Mobile Performance Barometer 2015 : zanox Mobile Performance Barometer 2015 : Les transactions réalisées à partir des terminaux mobiles (Smartphones & tablettes) ont atteint un nouveau record en Q4 2014 avec une progression de 128% de septembre

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES 17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES Partage des revenus de la musique enregistrée : Les vrais chiffres Pour définir exactement la réalité du partage

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points 4 forts BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 214 HAUSSE DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 214, le des créations pures d entreprises dans les secteurs

Plus en détail

PRÉVISIONS. Performances hôtelières 2014/2015 EDITION 2014

PRÉVISIONS. Performances hôtelières 2014/2015 EDITION 2014 EDITION 2014 Performances hôtelières 2014/2015 PRÉVISIONS 50, rue Dombasle 75015 Paris T. : +33 (0)1 56 56 87 87 F. : +33 (0)1 56 56 87 88 hcs@mkg-hospitality.com www.mkg-hospitality.com SOMMAIRE 1. Caractéristiques

Plus en détail

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation subit, ces dernières années, une concurrence de plus en plus forte sur les marchés

Plus en détail

REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS

REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS Réalité, tendances et comparaisons des marchés publicitaires espagnols et français en. ETUDE 2005 REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS - 1 -

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement CHARTE GRAPHIQUE Réflexion sur les opportunités d investissement AVRIL 2016 L actif «sans risque» entre en hibernation 2 A l introduction de la LPP en 1985, les portefeuilles des caisses de pensions se

Plus en détail

FORTE CROISSANCE DES VENTES AU PREMIER TRIMESTRE 2015 CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL EN HAUSSE DE +6,2% CROISSANCE ORGANIQUE DE +3,2%

FORTE CROISSANCE DES VENTES AU PREMIER TRIMESTRE 2015 CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL EN HAUSSE DE +6,2% CROISSANCE ORGANIQUE DE +3,2% FORTE CROISSANCE DES VENTES AU PREMIER TRIMESTRE 2015 CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL EN HAUSSE DE +6,2% CROISSANCE ORGANIQUE DE +3,2% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2015 : 21,0 Md, +6,2% au total et +3,2

Plus en détail

Le commerce alimentaire de proximité Analyse de marché et évolution des plaintes de consommateurs

Le commerce alimentaire de proximité Analyse de marché et évolution des plaintes de consommateurs N 17 Août 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le commerce alimentaire de proximité Analyse

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

La planification financière

La planification financière Chapitre 7 La planification financière Introduction Analyser, classer et sélectionner des projets d investissement en s assurant de leur capacité à créer de la valeur pour l entreprise. Planification financière

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail