2LES CRÉANCES ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2LES CRÉANCES ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCE"

Transcription

1 2LES CRÉANCES Après l étude de ce chapitre, l étudiant pourra définir les créances et évaluer les comptes clients. Il saura établir les différentes façons de financer les créances, c est-à-dire d obtenir plus rapidement de l argent liquide. ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCE Définir les créances. Expliquer les principes de contrôle interne. Définir les différents termes utilisés. Appliquer les méthodes de comptabilisation des créances irrécouvrables. Comptabiliser les effets à recevoir. Expliquer les différentes méthodes de financement des comptes clients, soit le transport de créances et l affacturage.

2 34 CHAPITRE 2 Les créances peuvent représenter plusieurs sommes à recevoir qui doivent être classées dans l actif à court terme. Toutefois, après avoir abordé quelques notions générales, ce chapitre portera principalement sur les comptes clients. Par définition, une créance est une somme due par un débiteur par suite d une entente signée avec un créancier (par exemple les effets à recevoir) ou d un contrat (par exemple les comptes clients). 2.1 LA CLASSIFICATION DES CRÉANCES Les créances sont des actifs à court terme si elles sont convertibles en argent dans le cours du cycle normal d exploitation, qui est habituellement de un an. Le Manuel de l ICCA précise que les créances doivent faire l objet de rubriques distinctes dans le bilan : les comptes clients ordinaires, les créances sur les personnes morales ou physiques apparentées et toute créance considérable qui est de nature inhabituelle. De plus, le bilan doit indiquer le montant et, si c est possible, l échéance des créances à tempérament qui ont plus de un an à courir. Il est parfois souhaitable d en préciser les conditions. L étude des comptes clients nous amène à répondre à deux questions : À quel moment du cycle d exploitation convient-il de comptabiliser les comptes clients, et quelle est la valeur attribuée au produit réalisé et à l actif correspondant? Quelle est la probabilité de recouvrement des produits réalisés à crédit? Avant d aborder ces questions dans les sections 2.3 et 2.4, nous allons examiner l utilité d établir un système de contrôle interne sur les comptes clients. 2.2 LE CONTRÔLE INTERNE SUR LES COMPTES CLIENTS Au cours de l étude portant sur l encaisse (voir le chapitre 5 de Comptabilité 1), nous avons vu que le contrôle interne se définissait comme étant le plan d organisation et toutes les méthodes et mesures coordonnées qu une entreprise adopte pour protéger ses actifs et assurer l exactitude et la fidélité des renseignements comptables. Ces décisions sont prises dans le but d encourager l efficacité de l exploitation et de maintenir le respect des lignes de conduite établies. Ainsi, lorsqu on parle des comptes clients, il faut respecter, dans la mesure du possible, les principes et les pratiques qui suivent :

3 LES CRÉANCES 35 On doit établir une bonne division des tâches. Cela signifie que l employé qui comptabilise les produits d exploitation ou les encaissements doit être différent de celui qui enregistre les sommes dues par chaque client au grand livre auxiliaire des clients. Le responsable du crédit doit s assurer de la solvabilité des clients avant de leur expédier de la marchandise ou de leur rendre un service. L entreprise doit obtenir et conserver la preuve de la livraison des marchandises au client ou de l exécution du service. Selon le cas, le bordereau d expédition est signé par le client, qui confirme ainsi que les conditions du contrat sont respectées. Sur le bordereau d expédition prénuméroté, on indique la quantité de chaque produit expédié à un client. La preuve de livraison est donnée par la signature du client sur une des copies du bordereau d expédition (voir l annexe 2.1) que rapporte le conducteur du camion de livraison du vendeur. Lorsque les marchandises sont livrées à un client par une compagnie de transport, la preuve de livraison est la signature du conducteur de camion sur le connaissement (voir l annexe 2.2). Pour radier un compte des livres, on doit obtenir l autorisation d un des responsables de l entreprise. L entreprise doit maintenir un système comptable adéquat. Celuici doit fournir l information exacte et disponible en tout temps sur le solde dû par chaque client. De plus, le total du grand livre auxiliaire des clients doit, en tout temps, être égal au compte de contrôle du grand livre. À cet effet, on établit mensuellement des états de compte (voir l annexe 2.3) qui indiquent au client son solde dû au début du mois, ses achats et ses paiements effectués durant le mois ainsi que le solde à la fin. On doit établir un bon système de recouvrement des comptes lorsque les clients outrepassent les conditions normales de crédit. Il convient aussi de préciser le taux d intérêt pour les soldes en retard de paiement. 2.3 LES TERMES EMPLOYÉS : DÉFINITIONS Nous allons voir ou revoir brièvement certaines définitions de termes qui sont utilisés dans les opérations concernant les comptes clients et la comptabilisation des ventes à crédit.

4 36 CHAPITRE 2 EXEMPLE Les remises de commerce Les remises de commerce sont des réductions accordées à un client parce qu il achète fréquemment ou parce qu il effectue un achat important. Il s agit de réductions du prix de vente reliées à la quantité de marchandises. Du point de vue comptable, ces remises ne posent aucun problème, car le comptable n enregistre que le montant net de la facture. Le comptable ne tient pas compte du prix qu un autre acheteur aurait payé sans avoir bénéficié de ces réductions Les escomptes sur ventes Les escomptes sur ventes sont accordés lorsqu un client paie rapidement, c est-à-dire à l intérieur du délai d escompte. Supposons qu un commerce vend un article valant 100 $, qui est exempt de taxes, par exemple des lunettes prescrites par un optométriste. Les conditions sont 2/10, n/30, et la transaction est comptabilisée au montant brut lors de la vente. Journal général Page 34 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Comptes clients 100 Ventes 100 (pour comptabiliser la vente à M. Arthur Lamothe, conditions 2/10, n/30) Si M. Arthur Lamothe règle son compte à l intérieur de la période d escompte, soit avant 10 jours, il a droit à un escompte de 2 $. Il ne remboursera que 98 $ pour annuler complètement sa dette envers le commerce. Les 2 $ sont alors comptabilisés dans le compte escomptes sur ventes, qui est un compte de contrepartie des ventes.

5 LES CRÉANCES 37 Journal général Page 36 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Encaisse : Banque Royale 98 Escomptes sur ventes 2 Comptes clients 100 (M. Arthur Lamothe règle son compte à l intérieur de la période d escompte.) Les taxes Les entreprises du Québec qui vendent au détail doivent prélever la taxe sur les produits et services (TPS) de 7 % du gouvernement fédéral et la taxe de vente du Québec (TVQ) de 7,5 % du gouvernement provincial. Comme la taxe provinciale s applique après l imposition de la taxe fédérale, l augmentation du prix équivaut à 15,025 %. On sait que les taux de taxes peuvent changer selon les budgets présentés par les différents gouvernements. Ainsi, dans ce manuel, les problèmes seront présentés avec les taux énoncés au paragraphe précédent, leur application étant en vigueur au moment de la rédaction de cet ouvrage. Tous les acheteurs, qu il s agisse d entreprises ou de particuliers, doivent payer les taxes à leur fournisseur. Par contre, les entreprises peuvent déduire la taxe payée à leurs fournisseurs des montants perçus de leurs clients. Comme ce sont effectivement des taxes à la consommation, seul l acheteur final doit les absorber. Les sommes perçues des clients de l entreprise sont enregistrées dans deux comptes de grand livre : TPS à payer et TVQ à payer. Lors de l achat de biens ou de services, on comptabilise les taxes payées dans deux comptes : TPS à recevoir et TVQ à recevoir. Périodiquement, l entreprise effectue une remise aux gouvernements si le total des taxes à payer excède le total des taxes à recevoir. Dans le cas contraire, elle demande un remboursement.

6 38 CHAPITRE 2 EXEMPLE Une vente de 100 $ est effectuée par l entreprise et on la comptabilise au journal général. Journal général Page 37 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Comptes clients 115,03 TPS à payer 7,00 TVQ à payer 8,03 Ventes 100,00 (comptabilisation d une vente, conditions 2/10, n/30) L escompte de caisse qui est accordée par le vendeur est habituellement calculé sur le montant dû à l entreprise avant les taxes, c est-à-dire sur 100 $. L entreprise n accorde pas d escompte sur les taxes parce que, de toute façon, elle doit remettre aux gouvernements les montants qui ont été comptabilisés et facturés au moment de la vente. Si le client règle sa dette en moins de 10 jours, l entreprise comptabilisera l encaissement de la façon suivante : Journal général Page 37 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Encaisse : Banque Royale 113,03 Escomptes sur ventes 2,00 Comptes clients 115,03 (encaissement de la somme due avant l expiration du délai d escompte : l escompte est égal à 2 % du montant de la vente, soit 100 $) La note de crédit Lorsqu un client retourne des marchandises ou qu on doit lui accorder un rabais parce que ces dernières sont défectueuses, l entreprise doit émettre une note de crédit. Cette note indique que les comptes clients sont réduits et qu un crédit est donc porté à ce compte. Une note de crédit correspond à une écriture inverse de celle d une vente.

7 LES CRÉANCES 39 EXEMPLE Un client retourne pour 50 $ de marchandises taxables. Cette transaction est comptabilisée après l émission d une note de crédit. Journal général Page 38 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Rendus et rabais sur ventes 50,00 TPS à payer 3,50 TVQ à payer 4,01 Comptes clients 57,51 (note de crédit émise à Camco inc. pour retour de marchandises) Il ne faut pas oublier que les taxes n ont pas à être remises aux gouvernements, car la vente n a pas été effectuée. Pour cette raison, on débite ces comptes du montant qui, autrement, aurait dû leur être remis. Enfin, si un escompte de caisse est accordé au client, cet escompte s applique seulement sur le montant net qui est dû à l entreprise avant les taxes, après qu on a soustrait la somme débitée dans le compte rendus et rabais sur ventes Le grand livre auxiliaire des clients Le grand livre auxiliaire des clients se présente sous la forme d un registre. Chacune des pages du registre contient l historique des transactions des clients avec l entreprise : les ventes (date et montant), les encaissements (date et montant), les notes de crédit ainsi que le solde dû. Ainsi, après chaque transaction qui concerne les comptes clients (principalement les ventes et les encaissements), le comptable doit reporter les montants en question dans le grand livre auxiliaire des clients. À la fin du mois, après que les reports au grand livre sont effectués, on prépare, en provenance du grand livre auxiliaire des clients, la liste des montants dus par chacun. Le total de ces montants doit égaler le solde au compte de contrôle du grand livre. 2.4 L ÉVALUATION DES COMPTES CLIENTS Il est évident que lorsqu une entreprise accorde un crédit à ses clients, elle court le risque que ceux-ci ne règlent pas leur facture. Pourtant, elle doit procéder de cette façon si elle ne veut pas perdre de ventes. La solution se situe donc dans le juste milieu, en ce sens que l entreprise doit effectuer une enquête avant de vendre à crédit. Par contre, cette

8 40 CHAPITRE 2 enquête de crédit ne doit pas être trop sévère, car l entreprise effectue moins de ventes si elle élimine des clients potentiels. Il en résulte que les pertes dues à ces créances irrécouvrables représentent ce qu il faut payer pour réaliser des ventes. Selon le principe du rapprochement des produits et des charges, l entreprise doit comptabiliser ces charges de façon à les appliquer, le plus possible, aux produits réalisés. Le Manuel de l ICCA précise que la vente à crédit entraîne inévitablement des pertes au recouvrement parce qu il y a toujours des clients incapables de payer leurs dettes. Ces pertes s appellent créances douteuses. Il ne faut pas les confondre avec les factures que les clients refusent de régler parce que les marchandises sont endommagées ou ne répondent pas aux normes de qualité ou de rendement convenues. Quand l entreprise cesse son exploitation, il est facile de mesurer exactement le montant global des créances qu elle a dû radier au cours de son existence. Elle impute alors ce montant aux frais d exploitation pour établir le bénéfice net global. Il est plus difficile de déterminer le montant des créances douteuses d un exercice donné. Aussi existe-t-il plusieurs méthodes qui permettent d établir le montant de la provision pour créances douteuses et, par voie de conséquence, celui des créances douteuses. La perte réelle s écarte habituellement de la provision. Le sens et le montant de l écart dépendent non seulement de l optimisme ou du pessimisme de l entreprise, mais encore d éventualités aussi imprévisibles que les méthodes de recouvrement futures de l entreprise et la conjoncture économique générale. L impossibilité d atteindre une évaluation exacte n élimine pas pour autant la nécessité d une estimation soigneuse. Il existe trois méthodes utilisées par les entreprises afin de comptabiliser les pertes dues aux créances douteuses : la radiation directe, la charge basée sur un pourcentage des ventes et la provision basée sur une analyse des comptes clients La radiation directe La radiation directe consiste à effacer des livres les comptes clients devenus irrécouvrables et à comptabiliser une charge d exploitation. Cette méthode a le désavantage de ne pas respecter le principe du rapprochement des produits et des charges. La perte qui est comptabilisée dans un exercice financier peut provenir d un produit réalisé au cours d un exercice financier précédent. En pratique, une entreprise qui subit peu de pertes dues aux créances irrécouvrables utilise cette méthode, et elle ne comptabilise la perte qu au moment où celle-ci est constatée. L entreprise ne crée pas de provision afin de tenir compte des pertes qui peuvent survenir à la suite des ventes à crédit de l exercice.

9 LES CRÉANCES 41 EXEMPLE L écriture de journal qui suit permet d enregistrer une perte due à une créance irrécouvrable selon la méthode de la radiation directe (ne pas oublier le report au grand livre auxiliaire des clients). Journal général Page 23 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Créances douteuses 1 087,11 TPS à payer 76,10 TVQ à payer 87,24 Comptes clients 1 250,45 (pour effacer des livres le montant à recevoir de M. Albéric Gagnon que celui-ci ne peut payer) EXEMPLE La charge de créances douteuses basée sur un pourcentage des ventes En théorie, lorsqu elle souhaite être le plus fidèle possible au principe du rapprochement des produits et des charges, l entreprise utilise la charge basée sur un pourcentage des ventes. Cette méthode part du principe que certains clients ne paient pas leur compte, et que le coût ainsi engendré est normal lorsqu on veut réaliser des ventes. Si une entreprise désire vendre des biens ou des services, elle doit accorder du crédit à ses clients. Dans le cas contraire, elle peut perdre des ventes. Elle doit donc prendre le risque que certains clients ne paieront pas. Par expérience, l entreprise peut prévoir que des comptes clients ne seront jamais perçus et que, par conséquent, ils représentent un certain pourcentage des ventes à crédit. Si l on suppose que ce pourcentage équivaut à 1 %, il est alors possible d affirmer que chaque fois que l entreprise réalise une vente à crédit, elle engage une charge de 1 %. Ainsi, pour des ventes à crédit de $ durant le mois, la charge à comptabiliser est de 1350 $. En pratique, cette méthode n est utilisée que lorsque l entreprise prépare des états financiers périodiques (mensuels, trimestriels ou semestriels). On enregistre alors une charge de créances douteuses en fonction des ventes à crédit réalisées au cours d une certaine période. Le comptable doit préparer, à la fin de la période concernée, une écriture de régularisation afin d enregistrer cette charge en créant une provision du même montant.

10 42 CHAPITRE 2 Avant de rédiger l écriture suivante pour enregistrer la charge de créances douteuses de la période, il faut apporter quelques précisions. Du point de vue comptable Dans ce cas, les comptes clients comprennent les taxes qui n ont pas à être remises aux gouvernements. De ce fait, si le client ne paie pas son compte, on devrait immédiatement soustraire les taxes afin de déterminer la charge de créances douteuses. Dans le cas contraire, la charge de créances douteuses est surévaluée du montant des taxes. Du point de vue légal Par contre, les lois qui gouvernent l application de la TPS et de la TVQ ne permettent pas de procéder de cette façon. Les taxes ne sont considérées que lorsque le compte d un client est réellement effacé des livres. EXEMPLE Journal général Page 45 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Créances douteuses 1 354,69 Provision pour créances douteuses 1 354,69 (pour enregistrer la charge relative aux créances douteuses en fonction des ventes à crédit du mois) Il faut noter que ce qui intéresse le comptable dans l application de cette méthode est la charge qui découle des ventes à crédit. Avant de calculer le montant à comptabiliser, le comptable ne tient pas compte du solde que peut contenir le compte de provision pour créances douteuses. Il comptabilise la charge et augmente d autant la provision pour créances douteuses. On peut maintenant se demander pourquoi le comptable ne crédite pas directement les comptes clients puisqu il sait que certains d entre eux ne régleront pas leur compte. S il connaît, à ce moment-là, le nom des clients qui ne paieront pas leur compte, il peut créditer les comptes clients ainsi que le compte de chaque client qui n a pas payé dans le grand livre auxiliaire des clients. Cependant, puisqu il ignore encore le nom des clients qui ne paieront pas, il ne peut créditer le compte de grand livre sans créditer, en même temps, le grand livre auxiliaire des clients. En effet, nous savons qu il doit y avoir égalité entre ces deux documents. Le comptable créditera les comptes clients seulement lorsqu il saura le nom des clients qui n ont pas payé.

11 LES CRÉANCES La provision basée sur une analyse des comptes clients La provision basée sur une analyse des comptes clients consiste à analyser les comptes clients et à déterminer ceux qui ne seront jamais perçus. On cherche alors à établir le montant net des comptes clients qui sont présentés au bilan. Le comptable peut procéder de différentes manières pour déterminer le montant des comptes clients qu on juge douteux. Premièrement, lorsqu il y en a peu, on peut les analyser individuellement et décider lesquels sont douteux. Deuxièmement, il est possible d appliquer un pourcentage global à l ensemble des comptes clients ; ce pourcentage est fixé par expérience et se vérifie d année en année. Troisièmement, on peut utiliser l âge des comptes. Ainsi, pour chaque client, on prend les factures non payées et on les classe par groupes d âge (de 0 à 30 jours, de 31 à 60 jours, de 61 à 90 jours, de 91 à 120 jours et 121 jours et plus). Comme il est prouvé que plus un compte est vieux, moins il a de chance d être réglé, on applique à chaque groupe d âge un pourcentage croissant vérifié par expérience. EXEMPLE Ferlac inc. Âge chronologique des comptes clients au 31 mars 20X3 0 à à à jours Total jours jours jours et plus Allard, Jeanne 812,20 $ 913,40 $ 100,00 $ 1 825,60 $ Beaudoin, Charles 224,10 14,10 18,26 256,46 Blin, Yvonne 290,17 681,26 971,43 Carle, Albert 1 941, , , ,42 Dubé, Pierre 7 030, ,24 $ 9 161,54 Gauthier, Antonio 117,18 775,00 892,18 Labrosse, Andrée 2 500, ,00 Lalonde, Pierre 2 772, , ,14 Autres , , , , ,23 Total ,00 $ ,00 $ ,00 $ ,00 $ ,00 $ Pourcentage de provision 1 % 2 % 5 % 15 % Montant des comptes clients jugés douteux 1 000,00$ 1 500,00$ 2 500,00$ 4 500,00$ 9 500,00$

12 44 CHAPITRE 2 Lorsqu on additionne les sommes attribuées à chaque groupe d âge, on réalise que l entreprise prévoit ne pas récupérer pour 9500 $ de comptes clients. Toutefois, elle ne perdra pas $. En effet, lorsqu on efface un compte des livres, l entreprise peut récupérer la TPS et la TVQ. Ainsi, la provision doit être égale au montant net de taxes : 9500 $ / 1,15025 = 8259,07 $ La méthode du pourcentage des ventes permet de calculer le montant de la charge de créances douteuses, sans se soucier du solde dans le compte provision pour créances douteuses. Par contre, avec la méthode de l analyse des comptes clients, on détermine le montant de provision escompté. Pour passer l écriture de régularisation, le comptable doit alors tenir compte du solde existant dans le compte provision pour créances douteuses. EXEMPLE Si le compte provision pour créances douteuses a un solde créditeur de $ et qu on a besoin d une provision de 8 259,07 $, on doit l augmenter de 5 759,07 $. Cependant, avant d effectuer la régularisation, il convient d apporter les précisions suivantes : Du point de vue comptable Dans ce cas, les comptes clients comprennent les taxes qui n ont pas à être remises aux gouvernements. De ce fait, si le client ne paie pas son compte, on devrait immédiatement soustraire les taxes afin de déterminer la charge de créances douteuses. Dans le cas contraire, la charge de créances douteuses est surévaluée du montant des taxes. Du point de vue légal Par contre, les lois qui gouvernent l application de la TPS et de la TVQ ne permettent pas de procéder de cette façon. On ne considère les taxes que lorsque le compte d un client est réellement effacé des livres. C est la façon de procéder que nous allons privilégier dans ce manuel. Journal général Page 45 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Créances douteuses 5 759,07 Provision pour créances douteuses 5 759,07 (pour enregistrer le montant nécessaire afin d obtenir la provision désirée de 8 259,07 $, car on pense ne pas récupérer pour $ de comptes clients ; ce dernier montant comprend les taxes qu on pourra récupérer lorsque le compte sera effacé des livres)

13 LES CRÉANCES 45 Le compte provision pour créances douteuses du grand livre est présenté pour montrer le report de l écriture de régularisation afin d obtenir le solde de provision désiré, soit 8 259,07 $. Provision pour créances douteuses Compte n o 1101 Date Libellé F o Débit Crédit Solde 20X3 Solde reporté 2 500,00 Ct Régularisation 5 759, ,07 Ct Par ailleurs, si le compte provision pour créances douteuses a un solde débiteur de 450 $, on doit créditer le compte de 8 709,07 $ (450 $ ,07 $) afin d obtenir la provision pour créances douteuses souhaitée de 8 259,07 $. La régularisation est alors enregistrée au journal général. Journal général Page 45 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Créances douteuses 8 709,07 Provision pour créances douteuses 8 709,07 (pour enregistrer le montant nécessaire afin d obtenir la provision désirée de 8 259,07 $) Notons que l écriture est la même, que le comptable utilise l analyse individuelle des comptes clients ou qu il applique un pourcentage global afin de déterminer le montant de provision désiré qui, dans ce cas, est de 8 259,07 $. En outre, il ne faut pas oublier que les écritures nécessaires, soit pour effacer un compte jugé irrécouvrable, soit pour replacer dans les livres un compte effacé préalablement, sont les mêmes lorsqu on utilise la méthode de l analyse des comptes clients plutôt que le pourcentage des ventes à crédit. A. La radiation d un compte client Tout compte client doit être radié du moment qu il est considéré comme irrécouvrable. Il doit être ramené à sa valeur de réalisation estimative dès qu on a déterminé qu il est partiellement irrécouvrable.

14 46 CHAPITRE 2 EXEMPLE Si l entreprise est avisée que M. Gérard Blouin ne peut régler un montant dû de 875 $, le comptable passe alors l écriture ci-dessous. Toutefois, comme on l a vu précédemment, lorsqu il devient impossible de collecter les sommes dues par un client, on récupère alors les taxes comptabilisées et probablement versées aux gouvernements. Journal général Page 47 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Provision pour créances douteuses 760,70 TPS à payer 53,25 TVQ à payer 61,05 Comptes clients 875,00 (pour effacer des livres le montant dû par M. Gérard Blouin) Le montant de 875 $ est alors crédité dans le compte de contrôle du grand livre et dans le grand livre auxiliaire des clients, ce qui ne change en rien la balance entre les deux. B. Le recouvrement d un compte radié EXEMPLE Le 18 juin, M. Gérard Blouin nous fait parvenir un chèque de 100 $ daté du même jour et un autre de 150 $ daté du 5 juillet. Sa lettre précise également que c est tout ce qu il peut payer, et que nous allons devoir effacer le solde de sa dette. La première opération consiste à remettre le compte client au montant que l on entend recouvrer, afin que la dernière transaction dans le grand livre auxiliaire des clients ne soit pas une écriture pour effacer un compte considéré comme irrécouvrable. En effet, le responsable du crédit analyse toujours le grand livre auxiliaire des clients avant d autoriser une vente à crédit. Si la dernière transaction vise à effacer le compte, le responsable n autorise certainement pas la vente. Ainsi, le compte client est débité autant dans le grand livre que dans le grand livre auxiliaire des clients. Le Manuel de l ICCA indique que le recouvrement des comptes radiés doit être crédité à l exercice en cours. Toutefois, si le compte a été viré à la provision pour créances douteuses, il est possible de créditer le recouvrement à la provision.

15 LES CRÉANCES 47 EXEMPLE Lorsqu un compte a été radié et que l entreprise peut maintenant l encaisser, le comptable est en mesure de créditer le compte provision pour créances douteuses. Le comptable renverse alors l écriture faite lors de l annulation du montant à recevoir et, par la suite, il comptabilise l encaissement de la somme reçue sans oublier de tenir compte des taxes à la consommation. Les écritures à passer au journal général sont les suivantes : Journal général Page 49 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Comptes clients 250,00 TPS à payer 15,21 TVQ à payer 17,45 Provision pour créances douteuses 217,34 (pour replacer la somme que M. Gérard Blouin a promis de rembourser après que le comptable l a effacée) Encaisse : Banque Laurentienne 100,00 Comptes clients 100,00 (pour enregistrer l encaissement de 100 $ reçu de M. Gérard Blouin) Par contre, le comptable peut procéder d une autre façon, c està-dire qu il peut enregistrer un produit d exploitation. Il procède de cette manière lorsque l entreprise désire obtenir l information quant au montant de créances effacées qui sont par la suite perçues grâce au travail du service de recouvrement des comptes. La seule différence avec les écritures précédentes vient du fait qu au lieu de créditer le compte provision pour créances douteuses, on crédite un compte de produit, soit celui du recouvrement de comptes radiés.

16 48 CHAPITRE 2 Journal général Page 49 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Comptes clients 250,00 TPS à payer 15,21 TVQ à payer 17,45 Recouvrement de comptes radiés 217,34 (pour enregistrer le montant effacé précédemment, qu on prévoit maintenant recouvrer de M. Gérard Blouin) Encaisse : Banque Laurentienne 100,00 Comptes clients 100,00 (encaissement du montant reçu de M. Gérard Blouin) La présentation au bilan Le compte provision pour créances douteuses est un compte de contrepartie. Au bilan, il est habituellement présenté en soustraction des comptes clients afin que le lecteur des états financiers puisse connaître le montant brut et le montant net des comptes clients. Comptes clients ,00 $ Moins : provision pour créances douteuses 8 259, ,93 $ Une autre possibilité consiste à indiquer le montant net au bilan et à renvoyer le lecteur des états financiers à une note explicative : Comptes clients (note 3) ,93 $ Note 3 Comptes clients Comptes clients ,00 $ Moins : provision pour créances douteuses 8 259, ,93 $

17 LES CRÉANCES LES EFFETS À RECEVOIR Un effet à recevoir est une promesse écrite de payer, sans condition, à demande ou dans un délai déterminé, une somme précise, avec ou sans intérêts, suivant ce que les parties ont établi. Dans un effet, il y a donc deux parties : le souscripteur ou le signataire qui promet de payer une certaine somme d argent, et le bénéficiaire à qui cette somme d argent est due. Quand des intérêts s ajoutent au montant inscrit sur l effet à recevoir, on se sert de la formule suivante pour les calculer : INTÉRÊTS = PRINCIPAL TAUX D INTÉRÊT TEMPS Le principal est le montant inscrit sur l effet à recevoir, c està-dire la somme due lors de la signature de l effet. Le taux d intérêt est le taux librement fixé entre les parties ; il est habituellement exprimé par un pourcentage qui s applique annuellement. Le temps correspond au nombre de jours de l effet à recevoir. Comme le temps est souvent établi pour de courtes périodes, le taux est appliqué sur une base de 365 jours. En outre, il faut tenir compte que le jour de la signature est exclu du calcul, mais que le jour du remboursement est inclus. Pour ce qui est de l échéance de l effet à recevoir, il faut retenir que le signataire dispose de trois jours, après la date d échéance, pour régler sa dette. C est ce qu on appelle les trois jours de grâce. Le signataire peut se prévaloir ou non des trois jours supplémentaires avant de rembourser. Toutefois, nous allons toujours tenir pour acquis dans ce manuel que le signataire se prévaut des trois jours de grâce. De plus, lorsque l effet vient à échéance quand les établissements financiers sont fermés (fin de semaine, congé férié, etc.), l effet devient remboursable le premier jour ouvrable suivant. Les intérêts continuent toutefois de s accumuler durant ce ou ces jours supplémentaires. Nous allons maintenant voir, à l aide d un exemple, l enregistrement d un effet à recevoir, la régularisation à la fin d un exercice financier et l écriture à l échéance de l effet à recevoir.

18 50 CHAPITRE 2 EXEMPLE Un effet de $ a été émis le 1 er septembre et vient à échéance le 31 octobre à un taux de 10 % par année L enregistrement de l effet à recevoir En général, un effet à recevoir est émis en remplacement d un compte client, mais ce n est pas obligatoire en ce sens qu un effet peut aussi être émis directement pour toute autre raison. Journal général Page 23 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Effet à recevoir Comptes clients (effet portant intérêt à 10 % reçu de M me Lucienne Lamontagne en règlement d un compte client) La régularisation des intérêts à recevoir À la fin de l exercice financier, le 30 septembre 20X1, le comptable enregistre les intérêts créditeurs et les intérêts à recevoir. Comme la journée d émission de l effet n est pas calculée pour déterminer les intérêts, il faut alors tenir compte du fait que l effet a rapporté des intérêts pendant 29 jours : $ 10 % (29 jours/365 jours) = 15,89 $ Journal général Page 24 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Intérêts à recevoir 15,89 Intérêts créditeurs 15,89 (pour enregistrer les intérêts gagnés pendant 29 jours sur l effet à recevoir de M me Lucienne Lamontagne)

19 LES CRÉANCES L échéance de l effet à recevoir À l échéance de l effet, deux situations peuvent se produire : soit que le signataire de l effet honore son engagement, soit qu il ne rembourse pas le bénéficiaire. En tenant compte des trois jours de grâce, l effet vient à échéance le 3 novembre, ce qui donne 63 jours : Septembre (30 1) 29 jours Octobre 31 Novembre jours $ 10 % (63 jours/365 jours) = 34,52 $ Si on tient compte du montant des intérêts de 15,89 $ qui a déjà été comptabilisé au 30 septembre, il ne reste à enregistrer que des intérêts créditeurs de 18,63 $, soit 34,52 $ moins 15,89 $. A. Le débiteur honore son effet Journal général Page 25 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Encaisse : Banque Laurentienne 2 034,52 Intérêts à recevoir 15,89 Intérêts créditeurs 18,63 Effet à recevoir 2 000,00 (pour enregistrer l encaissement de l effet à recevoir reçu de M me Lucienne Lamontagne le 1 er septembre) B. Le débiteur n honore pas son effet Si l effet n est pas honoré, on doit alors replacer le montant plus les intérêts dans les comptes clients pour bien indiquer dans le grand livre auxiliaire des clients que l effet n a pas été honoré à l échéance. Si on ne replace pas le montant dans les comptes clients, le responsable du crédit peut avoir l impression que l effet a été honoré.

20 52 CHAPITRE 2 Journal général Page 25 Date Nom des comptes et explications F o Débit Crédit 20X Comptes clients 2 034,52 Intérêts à recevoir 15,89 Intérêts créditeurs 18,63 Effet à recevoir 2 000,00 (pour replacer dans les comptes clients l effet non honoré de M me Lucienne Lamontagne plus les intérêts) 2.6 LE TRANSPORT DE CRÉANCES Le transport de créances ou la cession de créances consiste, lorsque vient le temps d effectuer un emprunt temporaire, à céder des créances en garantie et à utiliser le produit du recouvrement de ces créances pour rembourser les sommes empruntées. Quand l entreprise a besoin de fonds, elle dresse une liste des comptes clients et signe un effet au prêteur. Celui-ci prête alors un certain pourcentage de la valeur nominale des comptes clients et exige de l entreprise des intérêts et des frais de services. Lors du recouvrement des comptes clients, l entreprise rembourse le prêteur et paie les frais d intérêts qui s appliquent à la période durant laquelle l emprunt s est étendu. L entreprise assume les risques découlant des ventes effectuées à crédit, recouvre elle-même ses comptes et s engage à rembourser le prêteur advenant que des créances deviennent irrécouvrables. En règle générale, le client ignore que sa créance a été donnée en garantie à un tiers, et il verse directement à l entreprise les sommes dues. Par contre, dans certains cas, il peut arriver que le cédant demande au client de verser directement le paiement de la créance au cessionnaire. Quand vient le temps de comptabiliser les créances transportées, il faut les virer dans un compte distinct qui se nomme créances transportées et inscrire l emprunt contracté dans un compte de passif. À la réception du remboursement d une créance, l entreprise paie les intérêts sur l emprunt et rembourse une partie de sa dette. Les frais financiers, quant à eux, sont déduits lors du versement du produit de l emprunt.

M E ÉLISABETH BEAUDOIN, NOTAIRE JOURNAL GÉNÉRAL

M E ÉLISABETH BEAUDOIN, NOTAIRE JOURNAL GÉNÉRAL M E ÉLISABETH BEAUDOIN, NOTAIRE chap. 2, n o 13 (suite) 19 20X4 01 21 Comptes fournisseurs 4 8 0 80 Fournitures de bureau utilisées 41800 TPS à recevoir 2926 TVQ à recevoir 3354 (retour de fournitures

Plus en détail

Guide de comptabilité

Guide de comptabilité Guide de comptabilité Copyright 2006 Sage Accpac International, Inc. Tous droits réservés. Le logo Sage Software, le logo Simple Comptable, Simple Comptable, SimplyCARE et SimplyNet sont des marques de

Plus en détail

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients :

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients : LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES I. Les ventes A) La facture de doit La facture de doit est établie par un fournisseur pour constater la créance sur le client, suite à une vente. C est donc la traduction d

Plus en détail

8 Le passif à court terme

8 Le passif à court terme 8 Le passif à court terme Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments composant 1 le passif à court terme Les dettes dont le montant

Plus en détail

JOURNAL GÉNÉRAL Page : 89

JOURNAL GÉNÉRAL Page : 89 112 Il ne faut pas oublier que les coûts réels de garantie doivent être appliqués contre la provision. Ainsi, lorsque des coûts sont engagés afin d honorer la garantie offerte à des clients, ils ne sont

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

LES REGLEMENTS DES CREANCES ET DETTES. Connaissance des documents relatifs aux opérations de règlement..

LES REGLEMENTS DES CREANCES ET DETTES. Connaissance des documents relatifs aux opérations de règlement.. LES REGLEMENTS DES CREANCES ET DETTES Objectif(s) : o Traitements comptables des opérations relatives aux: paiements de dettes, encaissements de créances. Pré-requis : o Connaissance des documents relatifs

Plus en détail

CHAPITRE 1 CALCULS MATHÉMATIQUES...

CHAPITRE 1 CALCULS MATHÉMATIQUES... Table des matières CHAPITRE 1 CALCULS MATHÉMATIQUES... 1 LA CALCULATRICE COMMERCIALE... 1 OPÉRATEURS ET OPÉRANDES... 9 La priorité des opérateurs... 9 Les propriétés des opérateurs... 11 Application des

Plus en détail

CHAPITRE 5 Le passif

CHAPITRE 5 Le passif CHAPITRE 5 Le passif Problème 5.1 L existence et l estimation des éléments de passif a) Oui. La partie des articles que la boutique s est engagée à acheter crée un passif au 25 novembre 20X6, puisque ces

Plus en détail

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7//09 7:31 PM Page 475 Chapitre : Les placements Les placements Les sujets abordés pour chacun des travaux suggérés Dans tous les exercices et problèmes, nous calculons

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014

POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 VERSION OFFICIELLE POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Adoptée le 3 juin 2014 Par la résolution no C-163-06-14 Service des ressources financières www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1. But de

Plus en détail

Exercice 1 2.10. Le Bon Vieux Temps inc 2. Problèmes et solutions

Exercice 1 2.10. Le Bon Vieux Temps inc 2. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 1 2.10 Le Bon Vieux Temps inc 2 Fondée par M. Honoré Tremblay le 1 er octobre 20-2, la société Le Bon Vieux Temps inc. est une entreprise qui se spécialise dans la vente de meubles

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES LE CONTROLE DES COMPTES Objectif(s) : o o o Lettrage, Apurement des comptes d'attente, Contrôle du compte banque. Pré-requis : o Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie.

Plus en détail

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 1 - DEFINITIONS DES OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 2 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CESSIONS PARFAITES 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PENSIONS

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

5 La comptabilisation des opérations

5 La comptabilisation des opérations 5 La comptabilisation des opérations d une entreprise commerciale Sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Une vue d ensemble des états financiers

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

Comptabilité Générale II

Comptabilité Générale II Université IBN ZOHR Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Agadir Economie et Gestion Semestre 2 Sections G H I Comptabilité Générale II Mohamed LAABOUBI Année universitaire 2014-2015

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais En vigueur à compter du 6 octobre 2014 En tant que client de Pro-Investisseurs MD CIBC, vous avez accepté de payer certains frais selon les types

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

9 Le passif à long terme

9 Le passif à long terme 9 Le passif à long terme Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments qui composent le passif à long terme 1 Les emprunts obligataires

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale COURS 470 Série 07 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

CHAPITRE 6. Les comptes courants

CHAPITRE 6. Les comptes courants CHAPITRE 6 Les comptes courants Le compte courant est un compte ouvert dans une banque dont toues les sommes du débit et du crédit sont productives d intérêt Terminologie Compte courant débiteur on parle

Plus en détail

GMF. Guide comptable et fiscal. Pour techniciens comptables des GMF. Équipe des GMF

GMF. Guide comptable et fiscal. Pour techniciens comptables des GMF. Équipe des GMF GMF Guide comptable et fiscal Pour techniciens comptables des GMF Équipe des GMF NOTE POUR LES LECTEURS Ceci n est un guide et ne remplace pas toute information qui pourrait émaner du ministère du Revenu

Plus en détail

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ

MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ MODÈLE DE CAPITAL-ACTIONS D UNE SOCIÉTÉ PAR ACTIONS DU QUÉBEC CAPITAL-ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ Le capital-actions autorisé de la société se compose de quatre catégories d actions. Les droits et restrictions

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

Crédit : Comment vous êtes coté

Crédit : Comment vous êtes coté Crédit : Comment vous êtes coté Comprendre et gérer votre situation à l égard du crédit à titre de consommateur et d entreprise D-IN0440F-0201 Introduction Nous vivons dans un monde en évolution constante

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Que couvre l Assurance comptes clients?

Que couvre l Assurance comptes clients? GUIDE DE VOTRE ASSURANCE COMPTES CLIENTS PETITES ENTREPRISES Nous vous remercions d avoir assuré vos comptes clients auprès d EDC. Vous pouvez maintenant offrir du crédit à vos clients tout en vous protégeant

Plus en détail

Calcul du versement périodique 2015 GUIDE. www.csst.qc.ca

Calcul du versement périodique 2015 GUIDE. www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2015 GUIDE www.csst.qc.ca Ce guide a pour but de faciliter la compréhension des modalités relatives au calcul du versement périodique. Il n a aucune valeur juridique et ne

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

b. Nom de l établissement/du point de vente (y compris l adresse postale et l adresse municipale)

b. Nom de l établissement/du point de vente (y compris l adresse postale et l adresse municipale) Généralités 1. Dans l organisation du SSPFFC, les services de traitement des cartes de débit et de crédit, à savoir les systèmes électroniques permettant d effectuer ces types de transactions, sont autorisés

Plus en détail

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats,

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Comptabilité Générale - Résumé blocus 08 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Fonds de tiers = Provisions + Dettes. Fonds de tiers à long terme = Provisions + Dettes à plus d un an. Capitaux

Plus en détail

Le Crédit documentaire

Le Crédit documentaire FinancEmEnt En devises Et trade FinancE Le Crédit documentaire que vous exportiez ou importiez des marchandises et/ou des services, vous avez besoin de garanties : garantie du paiement de vos ventes si

Plus en détail

Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés. Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension. La petite caisse 1, 3 3

Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés. Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension. La petite caisse 1, 3 3 3 L encaisse Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments constitutifs 1 de l encaisse La gestion de l encaisse 1 Le contrôle interne

Plus en détail

Plans comptables. PLAN COMPTABLE Chapitres 1 à 4 (entreprises à but lucratif)

Plans comptables. PLAN COMPTABLE Chapitres 1 à 4 (entreprises à but lucratif) Plans comptables PLAN COMPTABLE Chapitres 1 à 4 (entreprises à but lucratif) ACTIF Actif à court terme Banque opérations 1010 Dépôts à terme 1040 Titres négociables 1050 Placements temporaires obligations

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Carrier Enterprise Canada, L.P.

Carrier Enterprise Canada, L.P. Date : DEMANDE DE CRÉDIT Nom du demandeur (Si le demandeur est une société par actions ou une S.A.R.L., inscrire la dénomination indiquée dans les STATUTS CONSTITUTIFS) Énumérer toutes les appellations

Plus en détail

SYSTÈME DE COMPTES CLIENTS

SYSTÈME DE COMPTES CLIENTS SYSTÈME DE COMPTES CLIENTS Direction du développement des entreprises Préparé par André Labelle, en collaboration avec Jacques Villeneuve et Louis Faucher Conseillers en gestion Publié par la Direction

Plus en détail

Les cartes de crédit Acétates

Les cartes de crédit Acétates Huitième leçon Les cartes de crédit Acétates Le choix d une carte de crédit Les coûts Taux annuel ou frais de financement (intérêt) Délai de grâce Frais annuels Frais de transaction Mode de calcul des

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Situation: 01.08.2012

Situation: 01.08.2012 Conditions pour l exécution de travaux sur des véhicules automobiles, des remorques, des agrégats et sur leurs pièces constitutives ainsi que sur des fauteuils roulants et sur leurs pièces constitutives

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES PROVISIONS

CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES PROVISIONS 1 sur 9 30/05/2007 09:42 BANK AL-MAGHRIB -------------------- LE GOUVERNEUR Circulaire n 19/G/2002 Rabat, le 18 Chaoual 1423 23 Décembre 2002 CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

Dictionnaire des termes financiers

Dictionnaire des termes financiers Dictionnaire des termes financiers TABLE DES MATIÈRES Achats (des matières)... 4 Actif... 4 Actif à court terme... 4 Améliorations locatives... 4 Amortissement... 4 Analyse au moyen de ratios... 4 Ancienneté

Plus en détail

www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé

www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé Partenariat avec Revenu Québec Pour permettre l application du nouveau mode de paiement de la prime d assurance instauré le 1 er janvier

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

ORGANISME DE PLACEMENT COLLECTIF DE TYPE A

ORGANISME DE PLACEMENT COLLECTIF DE TYPE A ANNEXE A ORGANISME DE PLACEMENT COLLECTIF DE TYPE A HYPOTHÈSES RELATIVES AUX EXEMPLES N o 1 À N o 4 : Le prix à la date de l opération est de 10 $ la part pour le Fonds d actions et de 11 $ la part pour

Plus en détail

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE L État et la TVA 25 C H A P I T R E8 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE La TVA représente plus de 40 % des recettes de l État. Son importance justifie l étude de son fonctionnement pour lequel les entreprises jouent

Plus en détail

Consommateurs et cartes de débit

Consommateurs et cartes de débit Consommateurs et cartes de débit Code de pratique Canadien des services de cartes de débit Préparé par le Groupe de travail sur le transfert électronique de fonds RÉVISION 2004 Table des matières 1. À

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Traitement comptable de contrats de factoring. Projet d avis

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Traitement comptable de contrats de factoring. Projet d avis COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Traitement comptable de contrats de factoring Projet d avis Introduction Le factoring peut être défini comme une technique qui, en vertu d un contrat conclu avec un organisme

Plus en détail

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA.

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA. CHAPITRE 4 LES BANQUES I. LES COMMISSIONS ET LES AGIOS SUR DECOUVERT Les entreprises doivent surveiller l évolution de leur solde bancaire. Ce suivi permet de prévenir d éventuelles défaillances qui conduiraient

Plus en détail

EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES. Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise.

EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES. Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise. EMPRUNTS OBLIGATAIRES EMIS PAR LES SOCIETES Objectif(s) : o Pré-requis : Conséquences du financement par emprunt obligataire dans le tableau de financement de l'entreprise. o Outils de mathématiques financières

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES 1. GÉNÉRALITÉS Les présentes Règles constituent les lignes directrices générales et la procédure

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Frais de service des comptes d entreprise

Frais de service des comptes d entreprise Pour en savoir plus consultez un conseiller PME CIBC passez au centre bancaire le plus près visitez le site cibc.com/pme appelez au 1 800 465-CIBC (2422) 1 Si le compte ne fait l objet d aucune activité,

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES VIA CAPITALE DU MONT-ROYAL NOM DE L AGENCE DU CRTIER FORMULAIRE

Plus en détail

ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA

ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA I- La comptabilisation de la tva collectée C est une facture normale. Pour indiquer la TVA collectée, le fournisseur utilise le compte 44571 TVA collectée. II- TVA déductible

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

Guide à l usage des tuteurs au mineur qui doivent fournir un rapport annuel

Guide à l usage des tuteurs au mineur qui doivent fournir un rapport annuel Guide à l usage des tuteurs au mineur qui doivent fournir un rapport annuel Ce guide est conçu pour vous accompagner dans la production de votre rapport annuel à titre de tuteur à un mineur. Le rapport

Plus en détail

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.23 J ai mon voyage inc. La société J'ai mon voyage inc., une agence de voyages, a été fondée le 1 er juillet 20-0 par Madame Dodo Michel. Le 20 juin 20-3, le comptable de l'entreprise

Plus en détail

Exercices sur la petite caisse

Exercices sur la petite caisse Exercices sur la petite caisse P1. La gestion d*une petite caisse (15 minutes facile) Afin de régler plus rapidement les menues dépenses, Barbex enr. a créé un fonds de petite caisse de 300 $, le 10 août

Plus en détail

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS Objectif(s) : o Traitement comptable des régularisations des charges et des produits. Pré-requis : o Principes généraux de la comptabilité,

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires Notice d offre Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires Septembre 1999 Imprimé au Canada BCE Inc. Notice d offre Actions ordinaires Régime de réinvestissement

Plus en détail

Oct. 01 Petite caisse 250,00 Banque opérations 250,00 (émission d un chèque à l ordre d Éric Paquin petite caisse pour créer la petite caisse)

Oct. 01 Petite caisse 250,00 Banque opérations 250,00 (émission d un chèque à l ordre d Éric Paquin petite caisse pour créer la petite caisse) CHAPITRE 2 L encaisse chap. 2, n o 1 LES PUBLICITÉS TRANS-QUÉBEC Oct. 01 Petite caisse 250,00 Banque opérations 250,00 (émission d un chèque à l ordre d Éric Paquin petite caisse pour créer la petite caisse)

Plus en détail

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6 Table des matières 1 À noter... 3 2 Demande de prêt REER... 3 3 But du produit... 4 4 Le produit en bref... 5 5 Les principaux avantages... 6 6 Utilisation du prêt REER... 6 6.1 Taux d intérêt... 6 7 Modalités

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

NATHAN La photocopie non autorisée est un délit. 2 - EFFETS DE COMMERCE

NATHAN La photocopie non autorisée est un délit. 2 - EFFETS DE COMMERCE 2 - EFFETS DE COMMERCE 2 EFFETS DE COMMERCE Sommaire du cours 2.1 PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE I Fichiers Page n o 33 II Journaux Page n o 33 2.2 LA LETTRE DE CHANGE I Les effets à recevoir Pages n os

Plus en détail

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Équipe de la vérification et de l évaluation Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Septembre 2003 Table des matières 1. Conclusions...1 2. Résumé des observations...1

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ

Plus en détail

Demande générale de remboursement de la taxe de vente du Québec Loi sur la taxe de vente du Québec

Demande générale de remboursement de la taxe de vente du Québec Loi sur la taxe de vente du Québec Demande générale de remboursement de la taxe de vente du Québec Loi sur la taxe de vente du Québec VD-403 (2012-01) 1 de 6 Ce formulaire s adresse à toute personne qui désire demander un remboursement

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail