HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE"

Transcription

1 EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc suisse Europe : la couronne danoise résistera-t-elle aux attaques? États-Unis : l emploi et les salaires sont au rendez-vous, comme toujours MARCHES COMPTES D APOTHICAIRE AUTOUR DU FRANC SUISSE La Banque Nationale Suisse (BNS) a publié le montant de ses réserves de change à fin janvier. Elles ont augmenté de 3.3 milliards de francs seulement, à milliards. Depuis cette annonce, chacun y va de ses petits calculs pour comprendre si cette progression est importante ou pas? Si oui, cela signifie que la BNS est déterminée à empêcher le franc de s apprécier outrageusement mais, paradoxalement, cela démontre aussi que son activisme ne pourra pas durer éternellement. Si non, cela prouve que le marché des changes s est stabilisé de manière autonome, prenant tardivement conscience de la valeur excessive du franc. Alors, 3.3 milliards, est-ce beaucoup ou pas? 8% 7% SNB Foreign Currency Investments 73% 63% 6% 5% 46% 4% 3% 2% 1% 29% 8% 6% 4% 7% 15% 12% 22% 1% 5% % EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 1/1

2 Pour bien comprendre, faisons le calcul. La BNS a assuré que le maintien du taux plancher aurait pu lui coûter 1 milliards de francs durant le mois de janvier. Au prorata temporis, cela signifie que ses réserves avaient déjà augmenté de quelque 45 milliards entre le 1 er et le 14 janvier, pour atteindre 54 milliards. Ensuite, en abandonnant son floor, elle a laissé le franc s apprécier de 15% contre l euro qui représente 46% de ses réserves de change, 8% contre le dollar qui représente 29% de ses réserves, 6% contre le yen pour 8% des réserves, 12% contre la livre sterling pour 6% des réserves, etc. (cf. graphique en première page). Ainsi, l appréciation du franc a mécaniquement généré l évaporation de 52 milliards de réserves de change, pour les ramener à 488 milliards (cf. graphique de gauche). Les 1 milliards qui manquent, pour nous rapprocher du chiffre officiel de 498 milliards, correspondent aux interventions effectuées par la BNS après l abolition du floor. Les comptes d apothicaire sont terminés SNB Forex Reserves (bns CHF) without CHF appreciation SNB Forex Reserves (%GDP - R.H.S.) EUR/CHF Exchange Rate Au final, la BNS n aurait donc pas injecté 3.3 milliards mais 55 milliards : 45 milliards entre le 1 er et le 14 janvier, puis 1 milliards entre le 15 et le 31 janvier. Un autre moyen de vérifier cet ordre de grandeur, provient de l analyse des comptes de virement des banques auprès de la BNS. Or, les dépôts y ont augmenté de 54 milliards de francs suisses depuis le début de l année. La boucle est bouclée. La BNS n est donc clairement pas restée les bras croisées après l abolition du cours plancher. Malheureusement, le marché des changes ne s est pas stabilisé tout seul. Depuis, les rumeurs de marché vont bon train. La BNS souhaiterait défendre un taux de change compris entre 1.5 et 1.1. Pour notre part, nous continuons de penser qu une fourchette entre 1. et 1.1 est plus réaliste (cf. graphique de droite). Il y a trois semaines, nous écrivions déjà que "une hausse de l euro audelà de 1.1 franc semble peu probable tant les investisseurs étaient collés au floor jusqu au 14 janvier. À l inverse, une hausse additionnelle du franc parait économiquement inconcevable, si la BNS veut éviter la récession et la déflation". 2/1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

3 Les réserves de change de la Suisse sont désormais équivalentes aux trois quarts du Produit Intérieur Brut (cf. graphique de gauche en page précédente). D aucuns relancent l idée de créer un fonds souverain, qui accueillerait une part des réserves de la BNS, à l image de la Chine ou de Singapour, qui y affectent les excédents de devises issus d une balance courante excédentaire, et de la Norvège, du Koweït, d Abu Dhabi ou du Qatar, qui ont choisi de pérenniser leurs richesses actuelles dans des fonds destinés à faire face à un futur moins luxuriant. Pourquoi la Suisse ne pourrait-elle pas se constituer un fonds souverain? Pour l instant, les dirigeants de la BNS ne semblent pas séduits par cette idée mais ils pourraient changer d avis. Le débat mérite d être ouvert. Concrètement, il serait possible de mettre de côté la part excédentaire accumulée par la BNS, afin de l investir en titres d entreprises étrangères et en immobilier international. Pour mémoire, la banque centrale a déjà placé près de 15% de ses actifs en actions étrangères (cf. graphique en première page). Le défi consisterait principalement à s assurer que cette décision n entrave pas l indépendance de la BNS pour mener à bien ses objectifs premiers de politique monétaire. EUROPE LA COURONNE DANOISE RESISTERA-T-ELLE AUX ATTAQUES? Ce début d année a mis en exergue la difficulté pour une banque centrale de contrôler le cours de sa monnaie. Les marchés sont en train de chercher le prochain taux de change à tester. En Europe, il y a trois cibles potentielles : la couronne tchèque, le lev bulgare et la couronne danoise (cf. graphique de gauche). Les deux premières n ont vraisemblablement pas les caractéristiques économiques et financières pour attirer massivement les capitaux. En revanche, la question se pose pour la troisième. Le Danemark et sa couronne sont-ils dans une situation similaire à la Suisse et son franc? Danish National Bank FX Interventions & DKK/EUR Exchange Rate Bonds Amounts (bns EUR) Moody's Fitch S&P Dagong Australia 244 Aaa AAA AAA AAA Singapore 148 Aaa AAA AAA AAA Denmark 13 Aaa AAA AAA AAA Switzerland 9 Aaa AAA AAA AAA Norway 48 Aaa AAA AAA AAA Luxemb. 6 Aaa AAA AAA AAA Germany 1'145 Aaa AAA AAA AA+ Canada 468 Aaa AAA AAA AA+ Sweden 119 Aaa AAA AAA AA+ Source: Capital Economics United States 11'77 Aaa AAA AA+ A- U-Kingdom 1'877 Aa1 AA+ AAA A+ France 1'546 Aa1 AA AA A+ Netherl. 36 Aaa AAA AA+ AA+ Austria 28 Aaa AAA AA+ AA+ Finland 98 Aaa AAA AA+ AAA Hong-Kong 12 Aa1 AA+ AAA AAA New-Zealand 52 Aaa AA AA AAA Total 17'693 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 3/1

4 Tout comme la Suisse, le Danemark peut être considéré comme un investissement "refuge". Ses obligations souveraines sont notées de la meilleure manière qui soit, le fameux AAA que les agences de notation délivrent désormais au compte-gouttes (cf. graphique de droite en page précédente). Suite à la décision de la BCE d accélérer sa création monétaire, la perspective d un large afflux de capitaux en couronne danoise ne doit pas être sous-estimée. La Banque Nationale du Danemark (DNB) devra donc batailler ardemment si elle veut défendre le taux de change fixe qui lie la couronne danoise à l euro. Il existe, toutefois, des différences entre la Suisse et le Danemark. Premièrement, à la différence de la Suisse qui avait décrété un cours plancher "temporaire" trois ans auparavant, le Danemark a arrimé sa monnaie au deutschemark il y plus de trois décennies, dans le but d importer la crédibilité de la Bundesbank. Lors de la création de l euro, Copenhague a mis en place un peg "permanent" entre la couronne et la monnaie unique. Ce peg est établi au taux de change de 7.46 DKK pour 1 EUR +/-2.25%. Le deuxième point qui différencie les deux situations est que la DNB a encore une large marge de manœuvre pour intervenir. Ses réserves de change ne représentent "que" 29% du Produit Intérieur Brut (PIB), contre 77% pour la BNS (cf. graphique de gauche). 8 7 Danish Forex Reserves (% of GDP) Swiss Forex Reserves (% of GDP) Danish National Bank target Rate Swiss National Bank Target Rate ECB Target rate Quoiqu il en soit, pour maintenir son peg dans un contexte d afflux de capitaux, la DNB n a que deux options, les mêmes que la BNS : intervenir massivement sur le marché des changes et/ou réduire ses taux directeurs. Au cours du seul mois de janvier, elle a déboursé 16 milliards de couronnes, soit 6% de son PIB, pour stabiliser la couronne danoise. En 212, durant la crise de la dette européenne, la Banque Nationale du Danemark avait déjà réduit ses taux à -.2%. Elle les avait ensuite ramenés en territoire positif en avril /1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

5 Aujourd hui, elle a dû aller beaucoup plus loin dans la dissuasion, puisqu elle a abaissé ses taux à -.75% (cf. graphique de droite en page précédente). Enfin, sur conseil de la banque centrale, le gouvernement vient de décider de suspendre temporairement ses émissions obligataires. L Etat dispose déjà de fonds suffisants pour couvrir ses besoins en 215. En rationnant l offre de papiers, la DNB espère faire baisser les taux longs et, ainsi, enrayer les positions spéculatives sur sa monnaie. Ces investissements spéculatifs peuvent vite devenir influents dans le cas de la couronne, car c est une devise peu traitée. D après la Banque des Règlements Internationaux (BRI), la devise danoise arrive au 21 ème rang mondial en termes de volumes. Les transactions avoisinent 2 milliards de dollars par jour, contre 13 milliards pour le franc suisse. En conclusion, la couronne danoise devrait résister aux assauts des investisseurs mais tous les facteurs détaillés ici tendent à démontrer que le risque d une appréciation, non souhaitée, n est pas complètement nul en 215. ETATS-UNIS L EMPLOI ET LES SALAIRES SONT AU RENDEZ-VOUS La croissance mondiale continue d être emmenée par la puissante locomotive américaine. Le dernier Produit Intérieur Brut (PIB) a, pourtant, été perçu comme décevant par une partie des économistes, car il a été publié au-dessous des estimations du consensus, +2.6% contre +3.% en rythme annualisé. Les investisseurs surestiment régulièrement le potentiel de croissance de l économie américaine, notamment les composantes relatives aux dépenses publiques et au commerce extérieur. 1 %QoQ 8 Private Consumption Public Spending Capex Inventories 1 %QoQa United States : Contributions to GDP 12-Q1 12-Q2 12-Q3 12-Q4 13-Q1 13-Q2 13-Q3 13-Q4 14-Q1 14-Q2 14-Q3 14-Q EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 5/1

6 Cependant, une analyse un peu plus fine de ce chiffre global permet de mettre en exergue le dynamisme de la consommation des ménages (cf. graphique ci-dessus). Cette dernière a généré l essentiel de l activité économique entre octobre et décembre 214. Une bonne nouvelle n arrivant jamais seule, les créations d emplois ont progressé de 257' en janvier, tandis que le chiffre de décembre a été révisé de 252' à 329'. Au cours des 12 derniers mois, 1 de ces publications ont été meilleures que prévues. Les investisseurs sous-estiment chroniquement la santé des ménages américains. La progression de l emploi et, désormais, des salaires (cf. graphique cidessous), renforcent le climat de confiance des consommateurs. Ces derniers, qui représentent 67% du PIB, constituent le poumon de l économie. En bref, la croissance américaine est moins forte, mais plus pérenne, que prévu Wages & Salaries (Private Industry Workers, R.H.S.) Companies Planning to Raise Workers Compensation Toutes ces informations confirment que l inflation recule uniquement à cause des prix de l énergie. L inflation de base, celle liée à l activité domestique et à l équilibre entre l offre et la demande sur le marché du travail, est en phase d accélération. La Réserve Fédérale américaine, emmenée par Janet Yellen, n aura pas d autre choix que de durcir sa politique monétaire cet été, en augmentant ses taux directeurs. Que les investisseurs ne se méprennent pas, la Fed est déjà clairement en retard sur le cycle économique. 6/1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

7 PREVISIONS ECONOMIQUES Contributions à la croissance de l'activité économique mondiale Economic Activity GDP 213 GDP 214 Economist Estimates GDP 215 Economist Estimates Country Weights Contribution 214 United States 1.9% 2.4% 3.2% 21.8%.52% Canada 1.8% 2.4% 2.3% 2.1%.5% Euro Area -.4%.8% 1.1% 15.4%.12% United Kingdom 1.8% 2.6% 2.6% 3.7%.9% Switzerland 1.9% 1.8% 1.3%.7%.1% Russia 1.3%.5% -4.% 2.6%.1% Japan 1.7%.2% 1.1% 5.4%.1% China 7.7% 7.4% 7.% 15.3% 1.13% India 5.% 5.4% 5.5% 3.1%.17% Brazil 2.2%.1%.6% 2.9%.% Mexico 1.2% 2.1% 3.4% 1.7%.4% Others 4.9% 4.4% 4.8% 25.4% 1.13% WORLD 3.3% 3.3% 3.5% 1% 3.3% Source : Bloomberg Momentum (vs Last Estimates) Performance (Over \ Under) Remarques : Croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) en 213 et 214. Prévisions en 215. Le poids de chaque pays est calculé à partir de son PIB en USD, sur la base des chiffres de la Banque Mondiale. La contribution à la croissance mondiale est calculée de la manière suivante : croissance du PIB de chaque pays multiplié par son poids. La somme des contributions donne 3.5%, soit une bonne estimation de la progression du PIB mondial en 215. EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 7/1

8 MARCHES FINANCIERS Performances des principaux indices internationaux Markets Performances (local currencies) Last Price 1-Week (%) 1-Month (%) Year-to-Date (%) Last Year (%) Equities World (MSCI) % 4.2% 1.% 4.8% United States (S&P 5) 2'53 3.1% 2.8%.% 13.7% Euro Area (DJ EuroStoxx) % 13.1% 8.9% 5.% United Kingdom (FTSE 1) 6' % 7.8% 4.5% 1.% Switzerland (SMI) 8' % -3.2% -4.4% 12.% Japan (NIKKEI) 17' % 4.5% 1.1% 8.9% Emerging (MSCI) % 4.7% 2.4% -1.9% Bonds (Bloomberg/EFFAS) United States (7-1 Yr) 1.92% -2.3%.2% 2.% 8.9% Euro Area (7-1 Yr) 1.44% -.6%.5% 1.4% 14.% Germany (7-1 Yr).35% -.5%.4% 1.% 12.% United Kingdom (7-1 Yr) 1.59% -2.1% -.6%.7% 11.7% Switzerland (7-1 Yr) -.9%.% 2.3% 3.3% 7.2% Japan (7-1 Yr).35% -.5% -.5% -.2% 5.% Emerging (5-1 Yr) 4.46%.3% 2.4% 1.7% 7.7% United States (IG Corp.) 2.97% -1.4%.4% 1.6% 7.6% Euro Area (IG Corp.).83%.%.6%.9% 8.1% Emerging (IG Corp.) 4.56%.1% 1.4%.8% 5.7% United States (HY Corp.) 6.62% 1.% 2.2% 1.4% 1.6% Euro Area (HY Corp.) 3.87%.5% 1.2% 1.2% 5.5% Emerging (HY Corp.) 1.19% 1.7% 1.9% -.3% -2.6% United States (Convert. Barclays) % 1.7%.2% 7.7% Euro Area (Convert. Exane) 7'321.7% 5.7% 5.1% 4.5% Real Estate World (MSCI) 24.3% 4.2% 4.9% 15.2% United States (MSCI) % 1.9% 4.6% 28.1% Euro Area (MSCI) % 18.8% 18.% 19.1% United Kingdom (FTSE) 6'8.8% 1.7%.9% 19.7% Switzerland (DBRB) 3' % 5.8% 6.7% 14.6% Japan (MSCI) %.4% -2.4% -6.3% Emerging (MSCI) %.2% 2.% -1.7% Hedge Funds (Dow Jones) Hedge Funds Industry 554 n.a..% n.a. 4.1% Distressed 768 n.a. -.5% n.a. 2.6% Event Driven 633 n.a. -.6% n.a. 1.6% Fixed Income 31 n.a. -.1% n.a. 4.4% Global Macro 883 n.a. -.3% n.a. 3.1% Long/Short 654 n.a..4% n.a. 5.6% Managed Futures (CTA's) 32 n.a. 1.7% n.a. 18.4% Market Neutral 265 n.a. -.7% n.a. -1.2% Multi-Strategy 52 n.a..4% n.a. 6.1% Short Bias 3 n.a..9% n.a. -5.6% Commodities Commodities (CRB) % -3.4% -2.9% -11.9% Gold (Troy Ounce) 1'24-3.% 1.8% 4.4% -1.1% Oil (Brent, Barrel) % 14.5% 3.2% -49.7% Currencies USD 94.5.% 2.8% 4.7% 12.8% EUR % -4.3% -6.4% -12.% GBP %.4% -2.3% -5.9% CHF.92.5% 9.8% 7.6% -1.2% JPY % -.2%.9% -12.1% Source : Bloomberg Momentum (1-week / 1-month / 3-month) Performance (Negative \ Positive) 8/1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

9 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER 9/1

10 INFORMATION JURIDIQUE IMPORTANTE La présente brochure a été élaborée par Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., 18 rue de Hesse, 124 Genève, Suisse. Edmond de Rothschild (Europe), établie au 2 boulevard Emmanuel Servais, 2535 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg et placée sous la supervision de la Commission de Surveillance du Secteur Financier à Luxembourg, ainsi que Edmond de Rothschild (France), Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de euros, soumise au contrôle de L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dont le siège social est situé 47, rue du Faubourg Saint-Honoré 758 PARIS, se contentent de mettre à disposition de leurs clients ladite brochure dans leurs propres locaux ou dans les locaux de leurs succursales. Les données chiffrées, commentaires, analyses et les travaux de recherche en investissement figurant dans cette brochure reflètent le sentiment d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., quant à l évolution des marchés compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations en sa possession à ce jour. Les données chiffrées, commentaires, analyses les travaux de recherche en investissement figurant dans cette brochure peuvent s avérer ne plus être actuels ou pertinents au moment où l investisseur prend connaissance de la brochure, notamment eu égard à la date de publication de cette dernière ou encore en raison de l évolution des marchés. Chaque analyste mentionné dans le présent document certifie que les points de vue qui y sont exprimés à l endroit des entreprises et des titres qu il est amené à évaluer reflètent précisément son opinion personnelle. Sa rémunération n est pas liée directement ou indirectement à des recommandations et opinions particulières émises dans ce document. Des détails sur la méthodologie de notation de Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. sont disponibles gratuitement sur simple demande. En aucun cas, la responsabilité d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., ou d Edmond de Rothschild (Europe) ou d Edmond de Rothschild (France) ne saurait être engagée par une décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base desdits commentaires et analyses. Par ailleurs, la responsabilité d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., ou d Edmond de Rothschild (Europe) ou d Edmond de Rothschild (France) ne saurait être engagée en raison d un dommage subi par un investisseur et résultant du contenu ou de la mise à disposition de cette brochure. En effet, cette brochure a vocation uniquement à fournir des informations générales et préliminaires aux investisseurs qui la consultent et ne saurait notamment servir de base à une quelconque décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation. Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. recommande dès lors à chaque investisseur de se procurer les différents descriptifs réglementaires de chaque produit financier avant tout investissement, pour analyser son risque et forger sa propre opinion indépendamment, en s entourant au besoin, de l avis de tous les conseils spécialisés dans ces questions afin de s assurer de l adéquation de cet investissement à sa situation financière et fiscale. Les performances et les volatilités passées ne préjugent pas des performances et des volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps. Ces données ne peuvent être reproduites ni utilisées en tout ou partie. EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. Rue de Hesse GENÈVE Suisse - T Avenue Agassiz 2 13 LAUSANNE Suisse T Rue de Morat FRIBOURG Suisse T /1 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 11 AVRIL 2016 CONCLUSIONS : Marchés : le franc suisse peut-il chuter "naturellement"? La BNS a pris le relais des entreprises suisses, qui ont cessé de

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 04 JUILLET 2016 CONCLUSIONS : Actualité économique : L après Brexit L activisme des banques centrales en cas d envolée de l incertitude politique liée

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 MARS 215 CONCLUSIONS : Marchés : le dollar règne sans partage sur le marché des devises MARCHES LE REGNE SANS PARTAGE DU ROI DOLLAR Les mois passent et le dollar

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 2 JANVIER 215 CONCLUSIONS : Suisse : la BNS déterre la hache de guerre Marchés : comment en profiter? SUISSE LA BNS DETERRE LA HACHE DE GUERRE Le 15 janvier 215, la

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 18 JUILLET 2016 CONCLUSIONS : Actualité économique : Une stabilisation de la croissance émergente Malgré un rendement marginal décroissant, la Chine peut

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 25 JUILLET 2016 CONCLUSIONS : Actualité économique : Quand macro et profits se rencontrent Un plafonnement des profits des entreprises est visible depuis

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE World (MSCI) USA (S&P 500) EMU (DJ EuroStoxx) UK (FTSE 100) Switz. (SMI) Japan (NIKKEI) Emerg. (MSCI) USA (7-10 Yr) EMU (7-10 Yr) Germany (7-10 Yr) UK (7-10 Yr) Switz. (7-10 Yr) Japan (7-10 Yr) Emerg.

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU JUILLET 15 CONCLUSIONS : Marchés : une nouvelle source d énergie pour soutenir le Bull Market Royaume-Uni : l Europe qui performe Iran : irremplaçable?

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 13 JUILLET 2015 CONCLUSIONS : Marchés : à l issue d un week-end grexténuant, un accord se profile États-Unis : quid de la croissance américaine? Chine

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 11 JUILLET 2016 CONCLUSIONS : Actualité économique : Ne perdons pas le yuan de vue Oublié par le vote du Brexit, le yuan devrait se rappeler au bon souvenir

Plus en détail

Indicateur avancé de l OCDE et sa variation mensuelle en %

Indicateur avancé de l OCDE et sa variation mensuelle en % HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 11 NOVEMBRE 13 CONCLUSIONS : Seuls les États-Unis tirent leur épingle du jeu Historique la BCE a pris les devants! La chevauchée fantastique de l'eurostoxx nécessite, désormais,

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 5 AVRIL 16 CONCLUSIONS : Marchés : Le Nikkei fait du yo-yo La bonne tenue des cours de bourse japonais ne s'expliquent que par la dépréciation du yen

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 31 AOUT 215 CONCLUSIONS : Marchés : l attentisme des Japonais profite au Nikkei Japon : la croissance est là, malgré les apparences Thaïlande : trop tôt

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE CONCLUSIONS SOMMET DU G20 : PLUS DE CROISSANCE? OUI, MAIS COMMENT? 24 FEVRIER 2014

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE CONCLUSIONS SOMMET DU G20 : PLUS DE CROISSANCE? OUI, MAIS COMMENT? 24 FEVRIER 2014 HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 24 FEVRIER 2014 CONCLUSIONS Le G20 s'engage à plus de croissance, à l'heure où les pays émergents inquiètent L'Or, une pépite en portefeuille Le dollar chuterait de nouveau si le

Plus en détail

L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 29 AOUT 2016

L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 29 AOUT 2016 BANQUE PRIVÉE L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 29 AOUT 2016 CONCLUSIONS : L œil des économistes : Porte ouverte à une hausse des taux aux Etats-Unis Une voire deux hausse de taux est attendue d ici la fin 2016.

Plus en détail

1.7 1.6 1.5 1.4 1.3 1.2 1.1

1.7 1.6 1.5 1.4 1.3 1.2 1.1 EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 07 MARS 2016 CONCLUSIONS : Marchés : les craintes de déflation sont une aubaine Etats-Unis : la déflation menace-t-elle? Chine : et si nous nous trompions

Plus en détail

L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 31 OCTOBRE 2016

L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 31 OCTOBRE 2016 BANQUE PRIVÉE L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 31 OCTOBRE 2016 CONCLUSIONS : L œil des économistes : La BNS surprend, les perspectives s améliorent aux US et en zone euro Pour T. Jordan, le taux de la BNS de

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 3 MAI 16 CONCLUSIONS : Marchés : regard macroéconomique sur le secteur bancaire Le cercle vertueux du crédit devrait permettre une amélioration des profits

Plus en détail

L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 3 OCTOBRE 2016

L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 3 OCTOBRE 2016 BANQUE PRIVÉE L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 3 OCTOBRE 2016 CONCLUSIONS : L œil des économistes : Un trophée pour le yuan L inclusion du yuan dans les devises composant les droits de tirage spéciaux du FMI

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 15 FEVRIER 16 CONCLUSIONS : Marchés : Faut-il craindre une récession ou une crise bancaire? Royaume-Uni : Messieurs les anglais, ne vous "tirez" pas les

Plus en détail

L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 26 SEPTEMBRE 2016

L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 26 SEPTEMBRE 2016 BANQUE PRIVÉE L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 26 SEPTEMBRE 2016 CONCLUSIONS : L œil des économistes : La semaine des banques centrales Les banques centrales ont rappelé leur inquiétude à propos de la croissance

Plus en détail

L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 24 OCTOBRE 2016

L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 24 OCTOBRE 2016 BANQUE PRIVÉE L HEBDO ECO HEBDOMADAIRE DU 24 OCTOBRE 2016 CONCLUSIONS : L œil des économistes : Chine Short-term gain, long-term pain La stabilisation de la croissance du PIB à 6.7% devrait réduire le

Plus en détail

JANVIER 2018 PHILIPPE UZAN DIRECTEUR DES GESTIONS

JANVIER 2018 PHILIPPE UZAN DIRECTEUR DES GESTIONS ASSET MANAGEMENT JANVIER 2018 PHILIPPE UZAN DIRECTEUR DES GESTIONS ASSET MANAGEMENT (FRANCE) ANTICIPATIONS DE CROISSANCE POUR 2018 Forte hausse de croissance vs. 2017 Hausse modérée de la croissance vs.

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE Turkey US Taiwan Canada Japan India Indonesia UK Australia Korea Euro Area World Brazil China Norway LatAm Mexico Mid. East Russia BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 12 JANVIER 2015 CONCLUSIONS : Marchés

Plus en détail

Stratégie d investissement 2017 PAVILLON GABRIEL MARDI 10 JANVIER 2017

Stratégie d investissement 2017 PAVILLON GABRIEL MARDI 10 JANVIER 2017 Stratégie d investissement 2017 PAVILLON GABRIEL MARDI 10 JANVIER 2017 PERFORMANCES DES MARCHÉS ACTIONS (EUR ET DEVISE LOCALE) Perf. EUR PERFORMANCES DES MARCHÉS OBLIGATAIRES (DEVISE LOCALE) Perf. Devise

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVEE SEPTEMBRE 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Conjoncture internationale... 5 Obligations...

Plus en détail

Stratégie d investissement 2017 PAVILLON GABRIEL MARDI 10 JANVIER 2017

Stratégie d investissement 2017 PAVILLON GABRIEL MARDI 10 JANVIER 2017 Stratégie d investissement 2017 PAVILLON GABRIEL MARDI 10 JANVIER 2017 PERFORMANCES DES MARCHÉS ACTIONS (EUR ET DEVISE LOCALE) Perf. EUR PERFORMANCES DES MARCHÉS OBLIGATAIRES (DEVISE LOCALE) Perf. Devise

Plus en détail

Créations mensuelles d emplois (bleu) et taux de chômage aux Etats-Unis

Créations mensuelles d emplois (bleu) et taux de chômage aux Etats-Unis HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 DECEMBRE 2013 CONCLUSIONS : États-Unis : nette amélioration conjoncturelle Europe : les agences de notation sont-elles trop complaisantes? NETTE AMÉLIORATION CONJONCTURELLE AUX

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 17 th November Interconnection BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 23 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs regardent la bourse chinoise avec des lunettes roses Chine : l économie ralentit

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 27 JUIN 2016 CONCLUSIONS : Marchés : Brexit la voie de l incertitude La persistance de l incertitude politique devrait favoriser les comportements d aversion

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 20 JUIN 2016 CONCLUSIONS : États-Unis : Crédit d entreprise un risque persistant? L endettement élevé des entreprises correspond à une économie américaine

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 FEVRIER 15 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs sont-ils en phase avec la croissance? Europe : faut-il croire au miracle? Japon : que reste-t-il dans le carquois?

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVEE OCTOBRE 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale... 5 Obligations...

Plus en détail

Balance des paiements trimestrielle et position extérieure globale de la zone euro (quatrième trimestre 2017)

Balance des paiements trimestrielle et position extérieure globale de la zone euro (quatrième trimestre 2017) COMMUNIQUÉ DE PRESSE 6 avril 2018 Balance des paiements trimestrielle et position extérieure globale de la zone euro (quatrième trimestre 2017) Le compte des transactions courantes de la zone euro a affiché

Plus en détail

-2.5% Marchés d actions

-2.5% Marchés d actions Marchés d actions -2.5% MSCI EMU en juin Les marchés d actions ont évolué dans une marge relativement étroite en juin. L indice américain S&P500 a encore inscrit un nouveau record historique sur les tablettes

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 15 JUIN 2015 CONCLUSIONS : Marchés : la Grèce et la stratégie du "mauvais flic" Emergents : tableau de bord synthétique Chine : soutien monétaire et lutte

Plus en détail

Les perspectives économiques et financières en Janvier 2013 Dr. Yves Wagner, Directeur Claude Hirtzig, CFA, Directeur

Les perspectives économiques et financières en Janvier 2013 Dr. Yves Wagner, Directeur Claude Hirtzig, CFA, Directeur Les perspectives économiques et financières en 2013 Janvier 2013 Dr. Yves Wagner, Directeur Claude Hirtzig, CFA, Directeur Environnement économique international 1. Environnement économique international

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 14 MARS 2016 CONCLUSIONS : Marchés : le dollar peut-il encore s apprécier face à l euro? Chine : le jeu de piste Devises émergentes : le Mexique vaut-il

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 5 OCTOBRE 15 CONCLUSIONS : États-Unis : aurons-nous droit à la révolution d octobre? Emergents : comparaison est raison ÉTATS-UNIS AURONS-NOUS DROIT A

Plus en détail

BONDPARTNERS S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D INFORMATION (No 108)

BONDPARTNERS S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D INFORMATION (No 108) BONDPARTNERS S.A. Avenue de l Elysée 22-24 Case postale / CH-1001 Lausanne Tél. 021 613 43 43 / fax: 021 617 97 15 Web: wwwbpl-bondpartners.ch Lausanne, le 13 mars 2014 CP/HP/c-presse.doc/cp COMMUNIQUE

Plus en détail

Taux d intérêt directeurs négatifs : les enseignements de l expérience européenne

Taux d intérêt directeurs négatifs : les enseignements de l expérience européenne RECHERCHE ÉCONOMIQUE 11 mai 16 Johannes Gareis Taux d intérêt directeurs négatifs : les enseignements de l expérience européenne L expérience montre qu en Europe, l adoption de taux d intérêt directeurs

Plus en détail

Combien de temps durera la crise économique et financière? Quelles sont les perspectives pour l architecture économique mondiale?

Combien de temps durera la crise économique et financière? Quelles sont les perspectives pour l architecture économique mondiale? Combien de temps durera la crise économique et financière? Quelles sont les perspectives pour l architecture économique mondiale? Philippe Ledent 19/03/2009 Plan de la présentation Quelques mots de présentation

Plus en détail

Performances de la Gamme Complémentaire au 28 mars 2013

Performances de la Gamme Complémentaire au 28 mars 2013 OPCVM Gamme Complémentaire Performances au 28/03/2013 1 an A risque A risque Actions Europe et zone Euro HSBC Euro Actions C MSCI EMU (NR) FR000091319 21,89 2,80 % 2,28 % 12,5 % 11,21 % 0,34 % 5,38 % 9,4

Plus en détail

Nowhere to hide The Economist, oct 2011

Nowhere to hide The Economist, oct 2011 Nowhere to hide The Economist, oct 2011 Questions que l on peut se poser Pourquoi une telle situation? Quels signes précurseurs? Que dois-je faire dans ce contexte? 2 Pourquoi une telle situation? Un manque

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Juin 2017

Conjoncture économique et marchés financiers. Juin 2017 Conjoncture économique et marchés financiers Juin 2017 Page 1 l 06/06/2017 Une croissance mondiale révisée en hausse par le FMI La croissance mondiale a été révisée en hausse par le FMI à 3,5% pour 2017

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 24 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : l épineuse question d acheter ou vendre Chine : vent de panique, vente panique États-Unis : attendons la Fed, pour

Plus en détail

Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique

Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique 2016-09-01 Enquête triennale sur le marché des changes et le marché des produits dérivés: résultats pour la Belgique En avril 2016, cinquante-deux banques centrales et autorités monétaires, dont la Banque

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Novembre 2017

Conjoncture économique et marchés financiers. Novembre 2017 Conjoncture économique et marchés financiers Novembre 2017 Page 1 l 07/11/2017 Une croissance mondiale révisée en hausse par le FMI La croissance mondiale a été révisée en hausse par le FMI à 3,6% pour

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 11 MAI 2015 CONCLUSIONS : Marchés : Janet Yellen dans les pas d Alan Greenspan Obligations : comment expliquer la récente hausse des taux? Emergents : la relation

Plus en détail

OBLIGATAIRE SYNTHESE DE GESTION. Valeur Liquidative (VL) : 37,6016 ( EUR ) Date de VL et d'actif géré : 29/03/2018

OBLIGATAIRE SYNTHESE DE GESTION. Valeur Liquidative (VL) : 37,6016 ( EUR ) Date de VL et d'actif géré : 29/03/2018 31/03/2018 Données clés (source : Amundi) Valeur Liquidative (VL) : 37,6016 ( EUR ) Date de VL et d'actif géré : 29/03/2018 Actif géré : 32,35 ( m illions EUR ) de référence : 92.5% FTSE MTS 3-5 YEARS

Plus en détail

Les obligations suisse confrontées au défi des taux négatifs. Banque Cantonale Vaudoise. Conférence Coninco des 2 et

Les obligations suisse confrontées au défi des taux négatifs. Banque Cantonale Vaudoise. Conférence Coninco des 2 et Les obligations suisse confrontées au défi des taux négatifs Banque Cantonale Vaudoise Conférence Coninco des 2 et 3.11.2016 0 Messages 1 Univers obligataire suisse: vue par maturité le rôle des obligations

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

Vers l union de stabilité L état de la zone euro

Vers l union de stabilité L état de la zone euro Des chiffres et des faits 06.09.2013 Vers l union de stabilité L état de la zone euro L euro : une monnaie stable Grâce à notre monnaie unique, les prix sont moins sujets à des fluctuations qu à l époque

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 14 DECEMBRE 215 CONCLUSIONS : Marchés : l heure du dénouement approche Chine : le yuan s affranchit progressivement du dollar États-Unis : l investissement

Plus en détail

BANQUE CENTRALE. ADRIEN PICHOUD, CHEF ECONOMISTE GÉRANT DE PORTEFEUILLE Réservé aux investisseurs professionnels, qualifiés et institutionnels

BANQUE CENTRALE. ADRIEN PICHOUD, CHEF ECONOMISTE GÉRANT DE PORTEFEUILLE Réservé aux investisseurs professionnels, qualifiés et institutionnels 20 BANQUE CENTRALE ADRIEN PICHOUD, CHEF ECONOMISTE GÉRANT DE PORTEFEUILLE Réservé aux investisseurs professionnels, qualifiés et institutionnels 2-3 Novembre 2016 LA BANQUE CENTRALE NE CRÉE PAS LA MONNAIE

Plus en détail

Il faut malgré la crise européenne de la dette préférer les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat

Il faut malgré la crise européenne de la dette préférer les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU ER JUIN 5 CONCLUSIONS : Suisse : un pied en récession, l autre en expansion Emergents : les revers d une devise forte SUISSE UN PIED EN RÉCESSION, L AUTRE

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD LA RÉSERVE FÉDÉRALE DEVRAIT RELEVER SON TAUX DIRECTEUR EN DÉCEMBRE, MAIS ADOPTER UNE APPROCHE PROGRESSIVE EN 016 Faits saillants La vigueur persistante de

Plus en détail

OBLIGATAIRE SYNTHESE DE GESTION. Valeur Liquidative (VL) : 37,6364 ( EUR ) Date de VL et d'actif géré : 30/11/2017

OBLIGATAIRE SYNTHESE DE GESTION. Valeur Liquidative (VL) : 37,6364 ( EUR ) Date de VL et d'actif géré : 30/11/2017 30/11/2017 Données clés (source : Amundi) Valeur Liquidative (VL) : 37,6364 ( EUR ) Date de VL et d'actif géré : 30/11/2017 Actif géré : 33,03 ( m illions EUR ) de référence : 92.5% FTSE MTS 3-5 YEARS

Plus en détail

Point de vue conjoncturel

Point de vue conjoncturel Point de vue conjoncturel FEV 2018 Une croissance forte en 2017 De la croissance mais toujours pas d inflation Une accélération des salaires et de l inflation à relativiser ÉTATS-UNIS La hausse des prix

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Septembre 2010

MMR Monthly Market Report Septembre 2010 Contexte économique mondial Un ralentissement de l économie mondiale Les experts penchés au chevet de l économie mondiale réservent leur jugement. Celle-ci montre des signes de ralentissement, notamment

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Septembre Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Septembre Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500. Analyses du Mercredi 08 Juillet 2015

OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500. Analyses du Mercredi 08 Juillet 2015 EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 Analyses du Mercredi 08 Juillet 2015 Devises L'euro dispose d'un potentiel de hausse limité face au dollar mercredi, après avoir reculé

Plus en détail

L HEBDO ECO ÉDITION SPÉCIALE ÉLECTIONS AMÉRICAINES 14 NOVEMBRE 2016

L HEBDO ECO ÉDITION SPÉCIALE ÉLECTIONS AMÉRICAINES 14 NOVEMBRE 2016 BANQUE PRIVÉE L HEBDO ECO ÉDITION SPÉCIALE ÉLECTIONS AMÉRICAINES 14 NOVEMBRE 2016 CONCLUSIONS : Focus Etats-Unis : Donald J. Trump, président des Etats-Unis D. Trump devrait être élu président le 19 décembre

Plus en détail

Les Webinaires Cortal Consors

Les Webinaires Cortal Consors Les Webinaires Cortal Consors Des formations gratuites! Échangez en direct avec des experts Un large choix de formations Accessibles et interactives Tout au long de l'année La conjoncture économique et

Plus en détail

Allianz, un Groupe solide

Allianz, un Groupe solide Allianz, un Groupe solide Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 15 avril 2015 Allianz, un Groupe solide Allianz, un acteur financier majeur Le Groupe Allianz est aujourd'hui

Plus en détail

PERFORMANCE DES CLASSE D ACTIFS EN 2013

PERFORMANCE DES CLASSE D ACTIFS EN 2013 Diane Patrimoine PERFORMANCE DES CLASSE D ACTIFS EN 2013 Les années se suivent et ne se ressemblent pas, mais pour les actions, cela semble néanmoins être le cas! Faisons un tour des différentes classes

Plus en détail

Balance des paiements trimestrielle et position extérieure globale de la zone euro (quatrième trimestre 2016)

Balance des paiements trimestrielle et position extérieure globale de la zone euro (quatrième trimestre 2016) COMMUNIQUÉ DE PRESSE 6 avril 2017 Balance des paiements trimestrielle et position extérieure globale de la zone euro (quatrième trimestre 2016) Le compte des transactions courantes de la zone euro a affiché

Plus en détail

Avril Place financière suisse Chiffres-clés

Avril Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2016 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS DU FIDA POUR LE PREMIER

RAPPORT SUR LE PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS DU FIDA POUR LE PREMIER Distribution: Restreinte EB 2000/69/R.4 3 mai 2000 Original: Anglais Point 3 b) ii) de l ordre du jour Français FIDA Conseil d administration Soixante-neuvième session Rome, 3-4 mai 2000 RAPPORT SUR LE

Plus en détail

PIB américain (bleu) et demande intérieure (sans les stocks), trimestre/trimestre annualisé, %

PIB américain (bleu) et demande intérieure (sans les stocks), trimestre/trimestre annualisé, % HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 3 FÉVRIER 2014 CONCLUSIONS États-Unis : poursuite du «tapering», en dépit de la crise émergente Europe : la BCE se sentira-t-elle sommée d'agir? Royaume-Uni : Mark Carney est-il

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 2 JANVIER 215 CONCLUSIONS : Suisse : la BNS déterre la hache de guerre Marchés : comment en profiter? SUISSE LA BNS DETERRE LA HACHE DE GUERRE Le 15 janvier 215, la

Plus en détail

L INFLATION EN ZONE EURO DE NOUVEAU EN TERRITOIRE NEGATIF. Perf. Depuis le 31/12/15 ECONOMIE. Depuis le 31/12/15. Perf. Depuis le 31/12/15 MARCHÉS

L INFLATION EN ZONE EURO DE NOUVEAU EN TERRITOIRE NEGATIF. Perf. Depuis le 31/12/15 ECONOMIE. Depuis le 31/12/15. Perf. Depuis le 31/12/15 MARCHÉS Edition du 7 mars 2016 Actualités du 29 février au 4 mars 2016 L INFLATION EN ZONE EURO DE NOUVEAU EN TERRITOIRE NEGATIF Marchés Actions 04/03/16 CAC 40 4459 3,4% 5,5% -3,8% Eurostoxx 50* 3038 3,7% 4,6%

Plus en détail

EN QUOI DEVRAIT CONSISTER LA SURVEILLANCE MACROPRUDENTIELLE DE LA ZONE EURO?

EN QUOI DEVRAIT CONSISTER LA SURVEILLANCE MACROPRUDENTIELLE DE LA ZONE EURO? EN QUOI DEVRAIT CONSISTER LA SURVEILLANCE MACROPRUDENTIELLE DE LA ZONE EURO? EN QUOI DEVRAIT CONSISTER LA SURVEILLANCE MACROPRUDENTIELLE DE LA ZONE EURO? PATRICK ARTUS * La proposition faite aujourd hui

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 17 janvier 13 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2013 Independent Asset Managers since 1982 Positionnement stratégique - indice MSCI AC World (en US$) Légère réduction du risque Inquiétudes

Plus en détail

Interrogations sur le système dollar

Interrogations sur le système dollar Interrogations sur le système dollar Michel Aglietta, CEPII et France Stratégie Virginie Coudert, Banque de France, Université de Paris-Ouest Nanterre et CEPII Globalisation financière hors contrôle :

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Novembre 2010

MMR Monthly Market Report Novembre 2010 Contexte économique mondial Le risque de dévaluations compétitives augmente mais tous les pays semblent conscients des dangers Face à l essoufflement de la reprise économique, plusieurs pays tentent actuellement

Plus en détail

ACTUALITÉ ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

ACTUALITÉ ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE ACTUALITÉ ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Information aux enseignants, décembre 2017 Lycée Maillol de Perpignan - Banque de France de Montpellier Lycée Hemingway de Nîmes PHILIPPE SAIGNE-VIALLEIX - DÉCEMBRE 2017

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 1er février 2012 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Septembre 2017

Conjoncture économique et marchés financiers. Septembre 2017 Conjoncture économique et marchés financiers Septembre 2017 Page 1 l 05/09/2017 Une croissance mondiale révisée en hausse par le FMI La croissance mondiale a été révisée en hausse par le FMI à 3,5% pour

Plus en détail

Credit Suisse Indice des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2017

Credit Suisse Indice des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2017 Credit Suisse Indice des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2017 2017 (à ce jour): 5,84% 3 e trimestre 2017: 1,82% Évolution toujours positive de l indice des caisses de pension avec un nouveau record

Plus en détail

1. Solution d assurance auquel le fonds peut être liée :

1. Solution d assurance auquel le fonds peut être liée : Family Office Exclusive Investment Best Alternative 29/12/2017 1 1. Solution d assurance auquel le fonds peut être liée : Le fonds interne Family Office Exclusive Investment Best Alternative (ci-après

Plus en détail

Perspectives économiques 2015 :

Perspectives économiques 2015 : Cercle finance du Québec 22 janvier 2015 Perspectives économiques 2015 : Outre-mer et États-Unis François Dupuis Vice-président et économiste en chef du Mouvement Desjardins Économie internationale Principaux

Plus en détail

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ Analyses du Vendredi 16 Octobre 2015 Les marchés d'actions attendus en nette hausse après le bond de Wall Street Devises

Plus en détail

NOTARIAT EQUILIBRE DIVERSIFIÉ SYNTHESE DE GESTION

NOTARIAT EQUILIBRE DIVERSIFIÉ SYNTHESE DE GESTION DIVERSIFIÉ 31/08/2017 Données clés (source : Amundi) Valeur Liquidative (VL) : 17,667 ( EUR ) Date de VL et d'actif géré : 31/08/2017 Actif géré : 3,78 ( m illions EUR ) de référence : 50% EURO STOXX 50

Plus en détail

Calendrier des publications économiques octobre 22, octobre 28, 2017

Calendrier des publications économiques octobre 22, octobre 28, 2017 Calendrier des publications économiques octobre 22, 2017 - octobre 28, 2017 www.dailyfx.com/francais research@dailyfx.com AUD 1.50% NZD 1.75% EUR 0.00% CAD 1.00% GBP 0.25% USD 1.25% CHF -0.75% JPY -0.10%

Plus en détail

Le marché des émissions obligataires internationales en 2000 : place et caractéristiques du compartiment de l euro

Le marché des émissions obligataires internationales en 2000 : place et caractéristiques du compartiment de l euro Le marché des émissions obligataires internationales en 2000 : place et caractéristiques du compartiment de l euro Dans un contexte marqué par une stabilité du montant brut des émissions obligataires internationales

Plus en détail

LE CRÉPUSCULE DES GOUVERNEURS. Politiques monétaires d aujourd hui et de demain

LE CRÉPUSCULE DES GOUVERNEURS. Politiques monétaires d aujourd hui et de demain LE CRÉPUSCULE DES GOUVERNEURS Politiques monétaires d aujourd hui et de demain Jean-Pierre Béguelin Novembre 2013 Différents objectifs et politiques des banques centrales DE PAR LE MONDE, LES AUTORITÉS

Plus en détail

Rapport trimestriel - Classe P & I

Rapport trimestriel - Classe P & I Rapport trimestriel - Classe P & I Fondation Pictet de libre passage (2 e Pilier) Mars 2016 LPP/BVG-Short-Mid Term Bonds Commentaire du gérant Evolution du marché Le premier trimestre s'est montré très

Plus en détail

Normalisation du bilan de la Fed : Questions/Réponses

Normalisation du bilan de la Fed : Questions/Réponses Normalisation du bilan de la Fed : Questions/Réponses Lors de la crise économique et financière de 2008/2009, la Fed a pris des mesures exceptionnelles pour rendre sa politique monétaire très accommodante

Plus en détail

PERFORMANCE DES CLASSE D ACTIFS EN 2014

PERFORMANCE DES CLASSE D ACTIFS EN 2014 Diane Patrimoine PERFORMANCE DES CLASSE D ACTIFS EN 2014 Peu de perdants en 2014 mais il fallait encore une fois être sélectif dans son allocation générale et à l intérieur de chaque classe d actifs. Ainsi

Plus en détail

Prévisions conjoncturelles 2007/2008

Prévisions conjoncturelles 2007/2008 Croisé automne 2006 Prévisions conjoncturelles 2007/2008 www.kof.ethz.ch Situation économique en Suisse Situation économique en Suisse Conjoncture favorable et croissance soutenue Progression dynamique

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

PREMIERE PARTIE ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL 1 PREMIERE PARTIE ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Avec un taux de croissance de 5,1 contre 4,9 p.c. en 2005,

Plus en détail

E C O F L A S H DIRECTION DES ETUDES ECONOMIQUES

E C O F L A S H DIRECTION DES ETUDES ECONOMIQUES E C O F L A S H DIRECTION DES ETUDES ECONOMIQUES 16 août 2011 Crise de la dette et ses impacts sur les marchés financiers page 1/7 Les craintes de contagion de la crise de la dette dans la zone Euro, conjuguées

Plus en détail

Pictet Asset Management Les points clés. Janvier 2013

Pictet Asset Management Les points clés. Janvier 2013 Les points clés Janvier 213 Le groupe Pictet Banque privée fondée en 185 EUR 39.7 milliards d actifs sous contrôle (incl. Global Custody) 8 associés-gérants indéfiniment et solidairement responsables impliqués

Plus en détail

ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE INTERNATIONALE AU 1 er SEMESTRE 1994

ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE INTERNATIONALE AU 1 er SEMESTRE 1994 ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ BANCAIRE ET FINANCIÈRE INTERNATIONALE AU 1 er SEMESTRE 1994 Seront analysées successivement les deux composantes de l activité bancaire et financière internationale, à savoir :

Plus en détail

TARIFICATION TRADER ACTIF

TARIFICATION TRADER ACTIF La Tarification Trader Actif est conditionnée à la réalisation de 100 transactions ou plus par mois calendaire. Elle vous donne accès à l ensemble des tarifs présentés dans ce document. Si vous ne respectez

Plus en détail