MAJID MATHLOUTHI a & FETHI LEBDI a a Laboratoire de Recherche en Sciences et Techniques de l'eau, Institut National

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MAJID MATHLOUTHI a & FETHI LEBDI a a Laboratoire de Recherche en Sciences et Techniques de l'eau, Institut National"

Transcription

1 This article was downloaded by: [ ] On: 23 August 215, At: 8:45 Publisher: Taylor & Francis Informa Ltd Registered in England and Wales Registered Number: Registered office: 5 Howick Place, London, SW1P 1WG Hydrological Sciences Journal Publication details, including instructions for authors and subscription information: Evaluation de la fiabilité de gestion d'un barrage réservoir pour des événements secs / Assessment of the reliability of reservoir dam operation for dry events MAJID MATHLOUTHI a & FETHI LEBDI a a Laboratoire de Recherche en Sciences et Techniques de l'eau, Institut National Agronomique de Tunisie, 43 av. Charles Nicolle, 182, Tunis, Tunisie Published online: 18 Jan 21. To cite this article: MAJID MATHLOUTHI & FETHI LEBDI (28) Evaluation de la fiabilité de gestion d'un barrage réservoir pour des événements secs / Assessment of the reliability of reservoir dam operation for dry events, Hydrological Sciences Journal, 53:6, , DOI: /hysj To link to this article: PLEASE SCROLL DOWN FOR ARTICLE Taylor & Francis makes every effort to ensure the accuracy of all the information (the Content ) contained in the publications on our platform. However, Taylor & Francis, our agents, and our licensors make no representations or warranties whatsoever as to the accuracy, completeness, or suitability for any purpose of the Content. Any opinions and views expressed in this publication are the opinions and views of the authors, and are not the views of or endorsed by Taylor & Francis. The accuracy of the Content should not be relied upon and should be independently verified with primary sources of information. Taylor and Francis shall not be liable for any losses, actions, claims, proceedings, demands, costs, expenses, damages, and other liabilities whatsoever or howsoever caused arising directly or indirectly in connection with, in relation to or arising out of the use of the Content. This article may be used for research, teaching, and private study purposes. Any substantial or systematic reproduction, redistribution, reselling, loan, sub-licensing, systematic supply, or distribution in any form to anyone is expressly forbidden. Terms & Conditions of access and use can be found at

2 1194 Hydrological Sciences Journal des Sciences Hydrologiques, 53(6) Décembre 28 Evaluation de la fiabilité de gestion d un barrage réservoir pour des événements secs MAJID MATHLOUTHI & FETHI LEBDI Laboratoire de Recherche en Sciences et Techniques de l Eau, Institut National Agronomique de Tunisie, 43 av. Charles Nicolle, 182 Tunis, Tunisie Résumé L évaluation de la fiabilité de la politique de gestion d un barrage seul a été investiguée. Cette politique a été établie par la méthode de la programmation dynamique stochastique (PDS) implicite par événements secs. Un certain nombre d indices de performance a été employé. Le nombre de déficits observés a également été considéré. L étude a porté sur les apports en eau de et les chroniques de gestion du barrage Ghézala dans le nord de la Tunisie. Les données pluviométriques journalières de la période ont été utilisées pour identifier les événements secs et pluvieux selon un seuil prédéterminé. Un seuil égal à l évapotranspiration quotidienne moyenne dans la zone a été choisi, calculée à partir des mesures durant la même période. La série chronologique d événements extraits a servi à générer plusieurs séquences d événements. Les séquences d apports au barrage ont été obtenues en couplant les séquences d événements pluvieux avec un modèle pluie ruissellement (fonction de production de la lame ruisselée). Chacune des séquences d apports synthétiques, obtenues à partir des séquences d événements pluvieux synthétiques et à partir de la série chronologique d événements historiques, a été optimisée et une décision optimale a été formulée. Les décisions optimales ont été analysées pour dériver les règles de gestion par événements secs du réservoir. La comparaison des indices de performance (IP) révèle que la fiabilité basée sur l occurrence, IP(3) paraît être un indicateur faible car il renseigne mal sur la situation de la gestion des réservoirs. En outre, cet indice décrit seulement comment les périodes de déficit et de non-déficit sont distribuées dans l horizon entier de simulation. La fiabilité basée sur le temps, IP(2) et le temps moyen de défaillance (longueur moyenne d un événement de déficit), IP(5) paraissent être comparables. La probabilité de ne pas avoir de déficit au cours d un événement pluvieux est d environ.9, alors qu au cours d un événement sec elle est de.81. Les résultats présentés ont clairement illustré le fait que les indicateurs de performance jouent un rôle essentiel dans l évaluation complète de la gestion des réservoirs. Mots clefs Barrage Ghézala; optimisation; événements secs; fiabilité; règle de gestion; indicateurs de performance; nombre de déficits Assessment of the reliability of reservoir dam operation for dry events Abstract Assessment of the reliability of the operation policy of a single dam was investigated. The methodology was based on implicit stochastic dynamic programming (SDP) of dry events. Several performance indices were used and a supplementary indicator, the number of deficits observed, was also considered. This study was carried out on hydrological data of and the chronology of the operation of Ghézala Dam in northern Tunisia. The daily rainfall records for the period were used in the identification of the dry and rainfall events according to a predetermined threshold value. A threshold equal to the average daily evapotranspiration in the area was selected. It was calculated from the data during the same period. The events time series extracted was used to generate several synthetic events time series. The rainfall events sequences were coupled with a rainfall runoff model (production function of the runoff) to obtain synthetic streamflow series. Each synthetic streamflow sequence, obtained from synthetic rainfall events sequences and that derived from the historic rainfall events time series, was optimized and an optimal decision was formulated. These optimal decisions were examined to derive the operating rules of a reservoir for dry events. The comparison among all performance indices (IP) reveals that the occurrence-based reliability, IP(3) seems to be a weak indicator because it informs badly about the situation of the reservoir operation. Moreover, this indices only describes how the deficit and the non-deficit periods are distributed within the entire simulation time period. Time-based reliability, IP(2), and average inter-arrival times (mean length of a failure event), IP(5), seem to be comparable. The probability of not having any deficits during a rainfall event is about.9, whereas during a dry event, it is.81. The results presented clearly demonstrate that performance indicators play an essential role in the complete assessment of reservoir management. Key words Ghézala Dam; optimization; dry events; reliability; operation rule; performance indices; number of deficits PROBLEMATIQUE Le rôle crucial que jouent les réservoirs dans la gestion de la demande en eau, toujours croissante, est un fait incontestable. Cependant, les réservoirs et les systèmes de réservoirs fournissent aussi La discussion concernant cet article est ouverte jusqu au 1er Juin 29

3 Evaluation de la fiabilité de gestion d un barrage réservoir pour des événements secs 1195 des moyens pour alléger les problèmes également croissants liés à l amélioration et au maintien de la qualité de l eau, la préservation de la vie aquatique et la protection de l environnement; conditions, qui ont été dégradées en raison de décennies d actions humaines irresponsables, principalement basées sur la notion que l eau, bien qu indispensable, est toujours une ressource renouvelable qui ne va jamais être épuisée. Finalement, en permettant un contrôle partiel de la distribution temporelle de l eau disponible, les réservoirs nous permettent d atténuer les effets négatifs des sécheresses et, à l inverse, à une autre échelle de temps, d agir dans la protection contre les inondations. Une meilleure gestion des ressources en eau mérite par conséquent la plus haute attention, en particulier à travers une amélioration du fonctionnement des réservoirs et des systèmes de réservoirs existants. Ce domaine de la gestion des ressources en eau relève des analyses de systèmes. Mais, malgré le développement de la technologie informatique et la possibilité d appliquer des procédures mathématiques plus complexes aux analyses de fonctionnement des réservoirs, la planification et la gestion quotidienne des systèmes de réservoirs ne bénéficient pas forcément des méthodes les plus originales d analyse et de simulation des systèmes, ni des optimisations les plus efficientes. A cet égard, plusieurs chercheurs dans le domaine de la gestion des ressources en eau (Rogers & Fiering, 1986; Loucks, 1992; Parker et al., 1995) ont remarqué que l application pratique des méthodes d analyses des systèmes nécessite des modèles plus transparents et moins complexes. Ceci devrait permettre aux utilisateurs finaux de mieux comprendre les modèles et, par conséquent, de les utiliser d une manière plus efficiente et bénéfique. Avec les concepts de l optimisation stochastique (Yeh, 1985) les critères les plus fréquemment utilisés dans l analyse de la gestion des réservoirs incluent (Yeh, 1985; Tai & Goulter, 1987; Kularathna, 1992; Archibald et al., 1997) soit la maximisation de la production hydroélectrique attendue par un gestionnaire de système de réservoirs sur un horizon de planification prédéterminé (annuel ) ou la fonction de bénéfice, soit la minimisation de l espérance d une forme quelconque de la fonction de perte d énergie potentielle de l eau stockée dans des réservoirs. Cette perte d énergie est le résultat de l application d une politique particulière de lâchures. L utilisation de ces types de critères fournit l évaluation de la performance espérée du système de réservoirs considéré sur l horizon de planification. Cependant, ils n informent pas sur la fréquence avec laquelle le système est dans l impossibilité de fournir le service exigé, sur la durée et la sévérité des échecs potentiels, ni sur la capacité du système à revenir à un état de fonctionnement satisfaisant après un échec. L analyste doit répondre à ces questions moyennant l utilisation d indicateurs de performance appropriés qui servent à analyser la politique de gestion. En effet, ces facettes importantes de la performance d un système sont largement connues comme indicateurs de fiabilité (Milutin, 1998). Par conséquent, un effort substantiel a été investi par les chercheurs pour prendre explicitement en compte la fiabilité dans l optimisation de la gestion des réservoirs. Les avancées les plus importantes dans ce champ ont commencé avec le travail sur la programmation à contraintes de chance de ReVelle et al. (1969), qui a été ultérieurement étendu par exemple par ReVelle & Kirby (197), Eastman & ReVelle (1973), ReVelle & Gundelach (1975), Gundelach & ReVelle (1975), Loucks & Dorfman (1975), Houck (1979), Houck & Datta (1981) et plusieurs autres auteurs, incluant les travaux sur la programmation de fiabilité de Simonović & Mariño (198, 1981, 1982). Une autre façon de considérer les aspects liés à la performance d un réservoir est de combiner les décisions issues de l optimisation avec les décisions issues d une évaluation basée sur la simulation subséquente du fonctionnement du réservoir. L optimisation est exécutée en adoptant un critère objectif donné. La simulation de la gestion du réservoir, d après la politique optimale dérivée, est par la suite utilisée pour fournir une base pour l évaluation de l ensemble des critères de fiabilité. Cette approche permet à l analyste de filtrer la gestion du réservoir sur un certain nombre de critères appropriés appelés indicateurs de performance (IPs). Le choix des IPs appropriés pour un problème à analyser est très dépendant du problème lui-même (Hashimoto et al., 1982; Duckstein et al., 1987; Bogardi et al., 1991; Bogardi & Verhoef, 1995; Nandalal & Bogardi, 1996). Cela signifie qu il n y a pas de série d IPs qui puisse être systématiquement

4 1196 Majid Mathlouthi & Fethi Lebdi utilisée, mais que chaque problème présente ses propres particularités, que les IPs considérés doivent refléter. Ce choix peut être fait parmi plusieurs indicateurs de performance, en particulier de fiabilité et de risque. Il est important de noter que le nombre d indices de performance proposés dans la littérature est très important. Plusieurs auteurs ont considéré les aspects de fiabilité dans la gestion d un réservoir seul (Hashimoto et al., 1982; Moy et al., 1986; Budhakooncharoen, 199; Burn & Simonovic, 1996; Nandalal & Bogardi, 1996; Bouchart, 1996). En général, la fiabilité peut être simplement définie comme la probabilité qu un réservoir puisse remplir une fonction exigée adéquatement sous des conditions énoncées pour un temps spécifié. La fiabilité d une politique de gestion d un réservoir décrit donc les capacités de la règle de gestion à maintenir une efficience spécifique sous des contraintes données et pour un but ciblé, pendant une certaine période de temps. Les valeurs de la fonction objective associées à une politique de gestion peuvent ne pas fournir l information suffisante au gestionnaire de barrages. En fait, un gestionnaire de barrages peut être incapable de justifier son choix parmi plusieurs alternatives de solutions à cause du manque de connaissance en termes de fiabilité. A ce niveau il n y a aucune évidence si une politique implique des échecs de gestion. De plus il n y a aucune information disponible sur la sévérité de ces échecs, en cas de survenue. Il est à souligner également que, pour qu un décideur choisisse l alternative de gestion la plus satisfaisante en se basant sur une analyse de fiabilité, il doit considérer simultanément un ensemble d IPs et non pas chaque IP séparément. L objectif de cette étude est d évaluer, a posteriori, en se basant sur un certain nombre d IPs, les défaillances associées à une politique de gestion. Les règles de gestion ont été dérivées par la programmation dynamique stochastique (PDS) implicite par événements secs pour un réservoir uni-objectif unique. La fonction objective choisie pour la PDS est la minimisation de l espérance de la somme pondérée des carrés des écarts entre lâchure et demande. L optimisation est effectuée par séquences d événements secs, où les apports par événement sont calculés par un modèle pluie ruissellement (Mathlouthi & Lebdi, 28). L identification de la cause principale de la défaillance de la politique de gestion est aussi l une des tâches définies dans cette étude. On commence par une brève présentation du cas étudié lors de cette recherche et des données disponibles, suivie par la méthodologie adoptée, une discussion relative aux résultats finaux obtenus et on termine par mettre en relief les principales conclusions pertinentes à tirer de cette recherche. DONNEES Le cas d étude est représenté par le barrage réservoir Ghézala situé dans le bassin d Ichkeul au nord de la Tunisie ( N; E). Le site appartient à l étage bioclimatique semi-aride Sept Oct Nov Déc Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Mois Fig. 1 Apports mensuels moyens au Barrage Ghézala ( ). Apport moyen (1 3 m 3 )

5 Evaluation de la fiabilité de gestion d un barrage réservoir pour des événements secs 1197 La pluviométrie se caractérise par une irrégularité interannuelle et saisonnière. La moyenne des pluies sur 38 ans d observation est de 5 mm. Ces pluies sont à dominance hivernale. Ce barrage, construit en 1984, permet le stockage de 11.7 millions de m 3 et dessert, par gravité, un périmètre irrigué de 11 ha. Les données hydrologiques, de pluviométrie et d évaporation journalières sont disponibles de 1968 à 25, et les chroniques de la gestion du barrage sont de 1985 à 25 à travers la mesure et le calcul par bilan de la hauteur et de la surface du plan d eau de la retenue du barrage, du stock au barrage, du volume d eau perdu par évaporation par bac, du volume d eau lâché pour l irrigation et des autres volumes d eau sortis du barrage (dévasement, déversement). Les moyennes historiques des apports par événement couvrant la période , rapportés à l échelle mensuelle, sont montrées dans la Fig. 1. La demande en eau d irrigation a été calculée par événements et varie au cours de la période d étude. Les lâchures durant la période ont été calculées en fonction des règles de gestion dérivées par un modèle de PDS implicite par séquences d événements. Le stock d eau initial au barrage au début de l année 1985 a été également considéré pour les simulations. METHODOLOGIE Optimisation des règles de gestion du barrage par PDS implicite Dans cette optimisation, on a incorporé implicitement l incertitude hydrologique. La démarche suivie peut être résumée comme suit (Mathlouthi & Lebdi, 28). Génération des séquences d événements secs et pluvieux On a conduit une analyse par événements des périodes sèches à partir des séries d observations de pluies journalières historiques de 38 ans suivant une certaine valeur seuil de pluie journalière. Une limite de 4 mm j -1 a été choisie, quantité d eau correspondant approximativement à l évapotranspiration quotidienne moyenne et indiquant ainsi la limite physique inférieure de la pluie qui peut produire une ressource en eau de surface utilisable. Les paramètres extraits de l analyse par événements sont le nombre d événements par saison humide, la durée de l événement pluvieux ou sec, la hauteur de pluie par événement, la longueur de la saison humide, la hauteur totale de pluie par saison humide et la longueur du cycle climatique (intervalle de temps entre le commencement de deux saisons humides subséquentes) (Mathlouthi & Lebdi, 27, 28). Une analyse de la hauteur de pluie par événement conditionnée par la durée de l événement a été effectuée. On a cherché les meilleurs ajustements de lois de probabilité aux différents paramètres de l analyse par événements (Mathlouthi & Lebdi, 27, 28). Sur cette base on a généré plusieurs séries synthétiques d événements, par simulation de lois de probabilité, complétés par les longueurs du cycle climatique correspondant (Mathlouthi & Lebdi, 27, 28). Un algorithme étape par étape a été adopté (Bogardi et al., 1988). Afin de transformer les hauteurs de pluie par événements en apports au barrage, un modèle global pluie-ruissellement a été développé (Mathlouthi & Lebdi, 28). Optimisation de la gestion du barrage L approche de la PDS implicite est utilisée pour l optimisation de la gestion du barrage (Mathlouthi & Lebdi, 28). Les apports par événements au barrage ont été considérés comme apports déterministes dans l analyse implicite. Les séries chronologiques de demandes adressées au barrage ont également été considérées comme déterministes. En supposant chacun des ensembles d événements générés et historiques comme des séquences déterministes, la gestion du système a été optimisée par séquences d événements secs au moyen de la programmation dynamique incrémentale (PDI) (Larson, 1968). Chaque série est optimisée plusieurs fois à cause de la PDI. L état du réservoir à chaque étape est représenté par le volume du stock et l apport au réservoir. Le volume lâché à partir du réservoir est la décision qui doit être prise à chaque étape du processus d optimisation. La fonction objective choisie pour la PDS implicite est la minimisation de l espérance de la somme pondérée des carrés des écarts lâchure-demande sur tout l horizon de planification.

6 1198 Majid Mathlouthi & Fethi Lebdi Analyse par régression Ayant formulé le schéma de gestion optimum déterministe pour chaque séquence d apports, une analyse par régression multiple aux moindres carrés a été exécutée pour formuler une règle de gestion du fonctionnement du barrage (Mathlouthi & Lebdi, 28). Dans cette analyse par régression, l établissement de la relation entre les décisions de gestion optimale et les états du barrage à chaque événement sec ou pluvieux a été visé. Plusieurs combinaisons de variables indépendantes ont été considérées lors d une analyse préliminaire afin de déterminer les variables significatives pour formuler une politique de gestion. Ces variables indépendantes incluent le stock du barrage initial, l apport au barrage correspondant à l événement présent et précédent, et la demande en eau d irrigation comme des termes linéaires. Leurs produits croisés et les termes quadratiques ont aussi été considérés (Mathlouthi & Lebdi, 28). Pour chacun des cinq intervalles de stock du barrage prédéterminés en fonction du stock utile, une règle de gestion a été dérivée. Cette règle de gestion a une forme linéaire et ne dépend que du stock, de l apport et de la demande de l événement t (Mathlouthi & Lebdi, 28). Evaluation de la performance du barrage La PDS implicite utilisée dans cette recherche compte sur un seul critère pour arriver aux solutions du problème de gestion du réservoir. C est-à-dire que la fonction objective utilisée, dans l approche examinée, prend une certaine forme de pénalité au carré encourue par la lâchure échouant à satisfaire la demande. Puisque l évaluation de la valeur de la fonction objective représente l accomplissement de l objectif escompté, étant donné que le barrage fonctionne selon la politique dérivée pendant un temps indéfiniment long, il est évident qu il ne contient aucune information à propos, par exemple, de la fiabilité, de la résilience et de la vulnérabilité de la performance résultante du barrage. Par conséquent, pour méditer sur ces aspects de la gestion du barrage, l approche d optimisation développée est comparée non seulement sur la base de l accomplissement de la fonction objective optimisée (Mathlouthi & Lebdi, 28) mais également évaluée grâce à un certain nombre d indicateurs de performance basés sur la simulation. A savoir, une fois que les règles de gestion par événements basées sur la PDS implicite ont été dérivées (Mathlouthi & Lebdi, 28), la gestion du barrage est simulée et la performance résultante est évaluée selon un certain nombre de critères. L ensemble d IPs choisi fournit une information additionnelle à propos de la performance du barrage en ce qui concerne, par exemple, la probabilité d occurrence des lâchures insuffisantes, la sévérité probable d une telle défaillance et l évaluation de la durée probable des périodes de fourniture, respectivement suffisante et insuffisante. La non-satisfaction du niveau ciblé de l objectif dans un événement (sec ou pluvieux) implique que l échec survient dans cet événement particulier. En se référant à la recherche de Budhakooncharoen (199), les IPs choisis incluent: Fiabilité basée sur la quantité IP(1) F IP (1) = (1) B où F est la quantité réelle de fourniture produite pendant la période considérée; et B est le niveau de la demande ciblée pendant la période considérée égale à T étapes (durée totale sur laquelle la gestion du barrage est simulée, soit de 1985 à 25). Fiabilité basée sur le temps IP(2) T T ft t = 1 IP (2) = T (2) où f t est la durée du déficit survenant dans l étape temporelle (événement) t; elle vaut 1 quand le déficit survient et quand la demande ciblée peut être satisfaite; et T est le nombre d étapes (événements) considéré.

7 Evaluation de la fiabilité de gestion d un barrage réservoir pour des événements secs 1199 Fiabilité basée sur l occurrence IP(3) Le nombre total de périodes est défini ici comme le nombre total de périodes déficitaires consécutives et non déficitaires consécutives. Supposons qu au cours de T pas de temps d une politique de gestion, il arrive d y avoir I périodes non déficitaires consécutives et J périodes déficitaires consécutives, le nombre total de périodes est égal à I + J. La fiabilité basée sur l occurrence peut être alors calculée comme: I IP (3) = (3) I + J Somme rapportée à la variance de la déviation à la cible au carré IP(4) IP(4) = T t = 1 ( D T t t = 1 S D 2 t t ) 2 1/ 2 où D t est la demande dans l étape t; et S t est la fourniture dans l étape t. Si S t D t alors S t = D t, sinon S t = S t. Temps moyen de défaillance IP(5) N i = 1 f i IP (5) = (5) N où f i est la durée du ième incident de déficit (événement); et N est le nombre total d incidents de déficit dans T étapes. Temps inter-événements moyen IP(6) M i = = 1 n i IP (6) (6) M où n i est la durée du ième incident de non-déficit (événements); et M est le nombre total d incidents de non-déficit dans T étapes. Déficit moyen par événement IP(7) N i = 1 d i IP (7) = (7) N où d i est le volume du ième déficit; et N est le nombre total d incidents de déficit dans une période de temps de T étapes. (4) Résilience IP(8) La résilience est définie comme la plus longue durée d événements de déficits consécutifs (Nandalal & Bogardi., 1996). Dans cette étude, le modèle de planification de la gestion du barrage est dérivé sur la base événementielle. La résilience est ainsi formulée comme le nombre maximum d événements (secs et pluvieux) consécutifs de pénurie. Vulnérabilité IP(9) Les indicateurs de fiabilité présentés précédemment peuvent être adéquats pour l évaluation à long terme de la performance, cependant ils sont insuffisants et inadéquats pour rendre compte d un événement rare ou extrême de déficit qui peut arriver au cours de la durée de vie des réservoirs. La vulnérabilité est la mesure qui décrit l ampleur du plus grand record d événement de déficits.

8 12 IP(9) [ max(, D R )] Majid Mathlouthi & Fethi Lebdi = max (8) t t t où D t est la demande totale imposée au barrage; et R t est la lachûre totale utilisable au pas de temps t. Dans cette recherche, un indicateur de performance sera qualifié de faible s il renseigne mal sur la situation de la gestion des réservoirs. En plus des neuf indices présentés ci-dessus, un autre indice de performance, le nombre de déficits observés, est également considéré pour sa valeur pratique et psychologique. Parallèlement, on étudiera aussi un indice RL de fiabilité, énoncé comme suit: TNF RL = (1 ) 1 (9) T où TNF est le nombre total d événements (secs et pluvieux) déficitaires dans la période simulée; et T est le nombre d étapes (événements) considéré. RESULTATS On s est servi de l apport, de l évaporation et du stock initial (au début de la journée) au barrage Ghézala qui sont disponibles d après un suivi hydraulique quotidien du barrage de 1985 à 22; et de la demande en eau d irrigation ciblée par le projet. Les lâchures par événements ont été calculées par les règles de gestion dérivées par le modèle de PDS implicite. Toutes les données ont été calculées par événements pour pouvoir être utilisées dans la simulation. L analyse de la fiabilité de gestion simulée par événements secs et pluvieux du barrage Ghézala, suivant la politique de gestion dérivée par la programmation dynamique stochastique (PDS) implicite par séquences d événements de pluies synthétiques (Mathlouthi & Lebdi, 28), est investiguée. La Fig. 2 montre le déficit (en %) en eau d irrigation de la politique de gestion, dérivée par la PDS implicite par séquences d événements, simulée pour les années hydrologiques de 1985 à 22. Cette figure montre deux maxima englobant les périodes et expliquées par des années hydrologiques déficitaires. Un pic est observé au niveau de l année hydrologique 21/2, dû à trois années consécutives sèches ( ). Fig. 2 Pourcentage de déficit d irrigation pour les années hydrologiques Indices de performances Les règles de gestion ont été dérivées par la programmation dynamique stochastique (PDS) implicite par séquences d événements. La fonction objective choisie pour la PDS est la minimisation de l espérance de la somme pondérée des carrés des écarts lâcher-demande. Un facteur de pondération de 1 a été choisi, de la même façon, pour un événement pluvieux ou sec (Mathlouthi & Lebdi, 28). La Fig. 3 illustre la comparaison de cette règle de gestion simulée

9 Evaluation de la fiabilité de gestion d un barrage réservoir pour des événements secs 121 Fig. 3 Politique de gestion dérivée par la PDS implicite simulée pour les années pour la période On remarque bien que l écart entre la simulation et la cible est important au niveau des mêmes périodes. Ces périodes se distinguent par une pluviométrie déficitaire et par conséquent par un apport au barrage faible. Le stock initial au barrage est aussi minimum et la demande imposée au barrage est importante. De plus, le large déficit en fin de série est entraîné par la sécheresse qu a connue la Tunisie durant trois années consécutives ( ), ce qui a laissé le stock au niveau du barrage au plus bas niveau. La demande imposée était également grande. Pour subvenir aux besoins de l arboriculture fruitière dans le périmètre irrigué durant les mois de pointes (l été), les gestionnaires du barrage ont eu recours à un picage sur une conduite de transfert d eau d un autre barrage. On examine les simulations sous un œil critique. Les résultats de l analyse de fiabilité sont montrés dans le Tableau 1. Comme cela a été présenté précédemment, un événement pluvieux ou sec est caractérisé par sa durée en jours et sa position chronologique dans l axe du temps (cycle saisonnier). En plus, un événement pluvieux se définit aussi par sa hauteur de pluies accumulée durant sa durée en jours. Pour passer des événements aux jours, on doit cumuler les durées relatives des événements imbriqués dans leur cycle saisonnier respectif. Le lâcher annuel potentiel maximum d eau d irrigation à partir des années hydrologiques est de hm 3. Durant cette période, le volume d eau annuel minimum lâché pour l irrigation était de.861 hm 3. Il importe de souligner qu en réalisant une lâchure de hm 3, la différence entre la fourniture et la demande serait donc la plus grande. Ceci peut être expliqué par le fait que cette lâchure est réalisée au cours de l année qui est la première année de mise en eau du barrage. La demande en eau d irrigation dans le périmètre irrigué desservi par le barrage est encore faible. La satisfaction de la demande ciblée durant toute la période est de.93. La probabilité dans le temps que le système soit capable de satisfaire la pleine demande de l objectif durant toute la période est de.75. Puisque IP(2) est exprimé comme le rapport du Tableau 1 Indices de performance basés sur la politique de gestion dérivée par la PDS implicite pour les années Indices de performance Objectif d irrigation Fiabilité basée sur la quantité IP(1).93 Fiabilité basée sur le temps IP(2).75 Fiabilité basée sur l occurrence IP(3).57 Somme rapportée à la variance de la déviation à la cible au carré IP(4).8 Temps moyen de défaillance IP(5) (événements) 5.4 (a) Temps inter-événements moyen IP(6) (événements) 13.6 (b) Déficit moyen par événement IP(7) (hm 3 ).14 Résilience IP(8) (événements) 46 (c) Vulnérabilité IP(9) (hm 3 ).694 (a) 54.6 jours; (b) 93.7 jours; (c) 361 jours.

10 122 Majid Mathlouthi & Fethi Lebdi nombre total d étapes de temps où la demande ciblée est satisfaite au nombre total d étapes considéré (T), elle indique la fréquence des lâchures d eau d irrigation par événements (secs ou pluvieux) qui peuvent satisfaire leurs demandes ciblées. Une faible valeur de la fiabilité basée sur le temps ne décrit pas réellement la sévérité des déficits d une politique de gestion. Elle décrit seulement avec quelle fréquence le barrage est incapable de satisfaire la pleine demande ciblée de l objectif respectif au cours d une période de temps donnée. Ceci est dû au fait que tous les déficits sont apparemment comptés à l identique, sans regarder les sérieux sous-lâchers. La valeur de la fiabilité basée sur l occurrence est égale à.57. Ce résultat stipule qu approximativement les périodes consécutives de déficit et de non-déficit sont distribuées d une manière égale le long de la période entière en considération. Il est noté que IP(1) est la base pour l estimation de la fourniture nette du barrage quand la demande ciblée est déjà connue. Puisque la fourniture ne peut pas être plus grande que la cible, condition imposée dans la fonction objective du modèle d optimisation, IP(1) est toujours compris entre et 1. IP(4) décrit le degré de sévérité que la lâchure dévie par rapport à la cible. Le terme déviation à partir de la cible est défini dans cette recherche comme le cas de sous-desserte. Il est généralement accepté en statistiques et en gestion que les grands déficits devraient être pénalisés plus sévèrement que les petits déficits. La pondération est faite en élevant au carré la valeur absolue de la déviation à la cible. Si IP(4) =, la performance de la politique de gestion correspondante est parfaite à 1%; quand IP(4) = 1, aucune desserte n est fournie durant la séquence considérée des pas de temps et l indicateur de performance est égal à zéro. Si IP(4) =.2, la règle de gestion est performante à un taux d efficacité moyen (8%) quant à la demande ciblée (Budhakooncharoen, 199). Dans le cas du barrage Ghézala, la valeur de IP(4) est égale à.8, ce qui signifie que la règle de gestion correspondante est performante à un degré d efficacité très satisfaisant (92%) en rapport à la demande ciblée. Le temps de défaillance est la longueur d un incident de déficit (nombre de périodes en mode déficitaire). IP(5) est défini comme la durée moyenne où le barrage demeure en mode défaillant. Il mesure généralement le temps moyen de rétablissement depuis l occurrence du déficit. Il s appelle également recouvrement. D après le Tableau 1, le temps moyen de recouvrement à partir de l occurrence des déficits correspondant à la politique de gestion du barrage est de 5.4 événements; soit 54.6 jours en attribuant à chaque événement sa durée (paramètre définissant l événement) correspondante et en sommant toutes les durées. Le décideur doit savoir qu en moyenne 5.4 événements consécutifs, échouant à satisfaire la demande ciblée, peuvent être attendus en moyenne. Le temps inter-événements est défini comme les périodes consécutives de non-déficit. IP(6) indique la durée moyenne des pas de temps consécutifs (événements dans cette recherche) où le barrage réussit à remplir la condition de l objectif. Les résultats du Tableau 1 montrent que la moyenne des périodes consécutives réussissant à satisfaire les besoins en eau d irrigation est de 13.6 événements (secs et pluvieux). En référence aux durées respectives de ces événements, IP(6) compte 93.7 jours. IP(7) décrit la sévérité moyenne de la magnitude d un déficit qui peut survenir si une règle particulière de gestion est suivie. La sévérité moyenne de la magnitude d un déficit qui peut survenir, si cette règle de gestion est suivie, est de.14 hm 3. La résilience des lâchures d eau d irrigation est de 46 événements (secs et de pluies). Soit en affectant à chaque événement sa durée correspondante, en jours, on obtient une valeur de IP(8) = 361 jours. Si le gestionnaire du barrage choisit cette règle de gestion, les consommateurs de l eau feront face à une longue période de déficit d eau (361 jours). Le temps maximum de rétablissement du mode de défaillance pour satisfaire la demande en eau prend 361 jours. En réalité cette conclusion devrait être traitée avec prudence, puisque la résilience décrit seulement la période du nombre maximum d événements consécutifs de déficit. Elle ne spécifie pas de combien la lâchure actuelle dévie de la cible durant la période de temps en considération (T étapes). Cependant, si le décideur veut choisir l alternative de la politique de gestion la plus satisfaisante en se basant sur un support d analyse de fiabilité, ce n est pas seulement cet indice de performance qui doit être considéré, mais aussi quelques autres indices de performance pouvant être pris en considération simultanément. Le Tableau 2 fait référence à la résilience telle qu obtenue d une politique de gestion du barrage Ghézala dérivée par la programmation dynamique stochastique implicite par séquences

11 Evaluation de la fiabilité de gestion d un barrage réservoir pour des événements secs 123 Tableau 2 Résilience de la fourniture d eau d irrigation: plus longue période de déficit. Nombre d événements Nombre Période Déficit total durant la période de de jours résilience (hm 3 ) Septembre 21 à 2 Septembre d événements secs pour les années hydrologiques On peut noter, d après le Tableau 2, que le déficit total durant la période de résilience de 46 événements secs et de pluies pour la période de temps fixée à T étapes (années hydrologiques ), est de hm 3 d eau d irrigation. Cependant, comme présenté dans le Tableau 2, la période de la résilience a couvert toute la longueur de l année hydrologique En réalité cette année correspond à une année sèche où l apport annuel au barrage n a pas dépassé m 3 et où le stock d eau au barrage simulé a été minimum. Ce déficit est pratiquement égal à la demande en eau maximale ciblée au cours de cette année. La déviation par rapport à la demande est ainsi considérablement sévère. La magnitude du plus large déficit est de.694 hm 3. Il peut être noté, comme attendu, que la vulnérabilité maximale de l irrigation est survenue au mois de Juillet 22. Ceci s explique par les faits que Juillet est un mois de pointe et que l année hydrologique a été une année sèche. La comparaison de tous les indices de performances, IP(1) à IP(9), révèle que IP(3) paraît être un indicateur faible dans la mesure où il ne tient compte que du nombre de périodes nondéficitaires consécutives rapporté au nombre total de périodes. Autrement dit, on compte uniquement le nombre de périodes non-déficitaires et déficitaires consécutives, tout en faisant abstraction de leurs durées. Ceci est dû au fait que cet indice décrit seulement comment les périodes de déficit et non-déficit sont distribuées dans l horizon entier de simulation. La valeur de IP(3) est approximativement égale à.5. IP(4) peut être aussi considéré comme un indicateur faible. De plus, dans cette étude, cet indice est la forme implicite de IP(1). Si nous considérons la fiabilité basée sur la quantité comme un des indicateurs principaux, alors la somme rapportée à la variance de la déviation à la cible au carré peut être abandonnée. IP(2), décrit la probabilité dans le temps que le système soit capable de satisfaire la pleine demande de l objectif durant une période de temps donnée (T); ainsi, une faible valeur obtenue pour cet indice ne décrit pas réellement la sévérité des déficits d une politique de gestion. Il décrit seulement avec quelle fréquence le système est incapable de satisfaire la pleine demande ciblée de l objectif respectif dans la période de temps donnée. Il en est ainsi parce que tous les déficits sont apparemment comptés avec un poids égal sans pénaliser les sérieux sous-lâchers. Dans une telle approche, il n y a aucune différence entre déficits par magnitude, durée et conséquence. Donc, pour évaluer suffisamment la performance d une politique de gestion d un réservoir, il apparaît que d autres indicateurs de performance sont plus essentiels à être pris en considération; en l occurence IP(1), IP(5), IP(6) et IP(7). De plus, IP(8) et IP(9) pourraient être surtout considérés dans le cas du risque du comportement prudent des décideurs, puisque ces deux indices sont des mesures des plus grand et plus sévère déficits. Deux autres indices de performance paraissent être comparables, à savoir IP(2) et IP(5). Logiquement, de grandes valeurs de IP(2) sont associées avec de petites valeurs de IP(5) et vice versa. Le groupe de décideurs peut en abandonner un. Puisque la comparaison de IP(5) et IP(6) peut être d importance, il est attendu que IP(2) sera moins essentiel dans les applications pratiques. Evaluation du nombre de déficits observés Pour évaluer le nombre de déficits observés, on a séparé les résultats de simulation de la gestion du barrage de 1985 à 22 selon la règle de gestion dérivée par la PDS implicite par événements secs, en une série d événements pluvieux et une série d événements secs. Par hypothèse, un événement pluvieux est considéré comme court si sa durée est de 1 3 jours, moyen si sa durée est de 4 6 jours, et long si sa durée dépasse les 6 jours. Les probabilités d occurrence de ces classes sont respectivement de.31,.11 et.3. Par contre un événement sec est court s il dure entre 1 et 6

12 124 Majid Mathlouthi & Fethi Lebdi Tableau 3 Statistiques du nombre de déficits par événement sec et pluvieux. Classes de durée des Probabilité Nombre de déficits: événements d occurrence des Minimum Maximum classes Moyenne Ecart type Evénements pluvieux: Courts (1 3 jours) Moyens (4 6 jours) Longs (>6 jours) Evénements secs: Courts (1 6 jours) Moyens (7 14 jours) Longs (>14 jours) Tableau 4 Indice RL par classe de durées des événements secs et pluvieux. Classes de durée des événements Indice RL (%) Evénements pluvieux: Courts (1 3 jours) Moyens (4 6 jours) Longs (>6 jours) Ensemble des événements Evénements secs: Courts (1 5 jours) Moyens (6 15 jours) Longs (>15 jours) 91.1 Ensemble des événements 81.2 Tableau 5 Statistiques du nombre de déficits par événement sec et pluvieux (série issue de la règle de gestion du barrage). Classes de durée des événements Probabilité d occurrence des classes Nombre de deficits: Minimum Maximum Moyenne Ecart type Evénements pluvieux: Courts (1 3 jours) Moyens (4 6 jours) Longs (>6 jours) Evénements secs: Courts (1 6 jours) Moyens (7 14 jours) Longs (>14 jours) jours, moyen s il s étale sur un à deux semaines et long s il excède les deux semaines. Leurs probabilités d occurrence sont respectivement de.29,.1 et.16. Le Tableau 3 donne les paramètres statistiques et la Fig. 4(a) (f) représente la fréquence des déficits pour chacune de ces classes. L examen de la Fig. 4 fait ressortir que pour des événements de pluie courts à moyens, on n a pas enregistré de déficits dans plus de 6% des cas. Cette fréquence dépasse les 85% dans le cas de longs événements de pluie. Pratiquement, ce sont eux qui enregistrent des apports importants au niveau du barrage. Pour des événements de pluie courts et moyens, les nombres de déficits les plus fréquents, durant la période , sont respectivement 6 (17.6%) et 2 (11.8%). D une façon analogue, on peut remarquer que pour des événements secs courts à moyens, pour environ 6% des cas le nombre de déficits enregistré est zéro; alors que pour des événements secs longs, le nombre de déficits est au moins égal à 1 (11.8% des cas). On constate que plus la durée de l événement sec est longue, plus le nombre de déficits est grand; on enregistre en moyenne 4.24

13 Evaluation de la fiabilité de gestion d un barrage réservoir pour des événements secs (a) 7 6 (b) 5 5 Fréquence (%) 4 3 Fréquence (%) (c) 6 (d) Fréquence (%) Fréquence (%) (e) Fréquence (%) Fréquence (%) (f) Nombre de déficits Nombre de déficits Fig. 4 Fréquence des déficits: (a) événements pluvieux courts; (b) événements pluvieux moyens; (c) événements pluvieux longs; (d) événements secs courts; (e) événements secs moyens; et (f) événements secs longs. déficits dans le cas des événements secs longs. La Fig. 5 montre bien que le nombre de déficits est plus fréquent au niveau des événements secs longs. Les résultats de calcul de l indice RL sont présentés dans le Tableau 4. On déduit que la probabilité de ne pas avoir de déficits au cours d un événement de pluie est d environ.9 alors qu au cours d un événement sec, elle est de.81. Au niveau des classes, la plus grande valeur est celle de la classe des événements de pluie longs (99.38%) et la classe des événements secs moyens (97.38%). Les valeurs minimales sont de 92.76% et 91.2% respectivement pour la classe des événements de pluie courts et celle des événements secs longs.

14 126 Fréquence des déficits (%) Majid Mathlouthi & Fethi Lebdi courts moyens longs Evénements événements secs événements pluvieux Fig. 5 Fréquence des déficits par événements. En analysant de la même manière la série issue de la règle de gestion du barrage, on a obtenu les résultats reportés dans le Tableau 5. Ce tableau nous permet de conclure que la dépendance de la distribution des déficits de la longueur de l événement vient de l hydrologie de la région. Cette conclusion peut aussi être appuyée par un indice RL obtenu par classe d événements qui varie de 8.7 à 98% pour les événements pluvieux et de 85.5 à 9.1% pour ceux secs. CONCLUSIONS Il peut être conclu d après ces résultats d analyse de fiabilité que la défaillance de satisfaire la demande ciblée de l objectif est entre autres causée par le déficit en eau en quelques périodes sèches dans le bassin du barrage Ghézala. La comparaison entre tous les indices de performances, IP(1) à IP(9), a révélé qu il est essentiel de tenir compte de la fiabilité basée sur la quantité IP(1), du temps moyen de défaillance et du temps inter-événements moyen, IP(5) et IP(6), et du déficit moyen par événement IP(7) comme informations pour le décideur dans le domaine de la gestion des barrages réservoirs. En outre, la résilience IP(8) et la vulnérabilité maximale IP(9) pourraient être particulièrement considérées dans le cas du comportement prudent du décideur, puisque ces deux indices sont des mesures du plus grand et du plus sévère déficits. La recherche avec la PDS mène à l optimum. Avec l appui du résultat de l analyse de fiabilité par rapport à chaque alternative de solution, la capacité du décideur de gestion des barrages à prendre la décision finale sera augmentée. En outre, c est un fait largement connu que la gestion d un système de ressources en eau ne peut pas être jugée sur la base d une seule mesure de performance qui a été employée dans l optimisation. Les aspects liés aux divers aspects de fiabilité, de résilience et de vulnérabilité de performance se révèlent être fréquemment essentielles dans le choix final de la stratégie de gestion à utiliser. REFERENCES Archibald, T. W., McKinnon, K. I. M. & Thomas, L. C. (1997) An aggregate stochastic dynamic programming model of multireservoir systems. Water Resour. Res. 33(2), Bogardi, J. J., Duckstein, L. & Rumambo, O. H. (1988) Practical generation of synthetic rainfall event time series in semi-arid climatic zone. J. Hydrol. 13, Bogardi, J. J. & Verhoef, A. (1995) Reliability analysis of reservoir operation. In: New Uncertainty Concepts in Hydrology and Water Resources (ed by Z. W. Kundzewicz) (Proc. Int. Workshop on New Uncertainty Concepts in Hydrology and Water Resources) (Madralin, 199), Cambridge University Press, Cambridge, UK. Bogardi, J. J., He, Q. & Kularathna, M. D. U. P. (1991) What is influencing the operational performance of reservoir systems? In: Advances in Water Resources Technology (ed. by G. Tsakiris), Balkema, Rotterdam, The Netherlands. Bouchart, F. J.-C. (1996) Incorporating risk attitudes in an irrigation reservoir management model. PhD Dissertation, Central Queensland University, Rockhampton, Australia.

15 Evaluation de la fiabilité de gestion d un barrage réservoir pour des événements secs 127 Budhakooncharoen, S. (199) Interactive multi-objective decision making in reservoir operation. Doctor Eng. Thesis, AIT, Bangkok, Thailand. Burn, D. H. & Simonovic, S. P. (1996) Sensitivity of reservoir performance to climatic change. Water Resour. Manage. 1, Duckstein, L., Plate, E. J. & Benedini, M. (1987) Water engineering reliability and risk: a system framework. In: Engineering Reliability and Risk in Water Resources (ed. by L. Duckstein & E. J. Plate), 1 2. Martinus Nijhoff Publishers, The Netherlands. Eastman, J. & ReVelle, C. (1973) Linear decision rule in reservoir management and design. 3. Direct capacity determination and intraseasonal constraints. Water Resour. Res. 9(1), Gundelach, J. & ReVelle, C. (1975) Linear decision rule in reservoir management and design. 5. A general algorithm. Water Resour. Res. 11(2), Hashimoto, T., Stedinger, J. R. & Loucks, D. P. (1982) Reliability, resiliency and vulnerability criteria for water resources system performance evaluation. Water Resour. Res. 18(1), Houck, M. H. (1979) A chance constrained optimization model for reservoir design and operation. Water Resour. Res. 15(5), Houck, M. H. & Datta, B. (1981) Performance evaluation of a stochastic optimization model for reservoir design and management with explicit reliability criteria. Water Resour. Res. 17(4), Kularathna, M. D. U. P. (1992) Application of dynamic programming for the analysis of complex water resources systems: a case study on the Mahaweli River Basin Development in Sri Lanka. Doctoral Dissertation, Wageningen Agricultural University, Wageningen, The Netherlands. Larson, R. E. (1968) State Incremental Dynamic Programming. Elsevier, New York, USA. Loucks, D. P. (1992) Water resources systems models: their role in planning. Water Resour. J. ST/ESCAP/SER.C/175: (Reprint from: J. Water Resour. Plan. Manage. 118(3)). Loucks, D. P. & Dorfman, P. J. (1975) An evaluation of some linear decision rules in chance-constrained models for reservoir planning and operation. Water Resour. Res. 11(6), Mathlouthi, M. & Lebdi, F. (27) Analyse des périodes sèches pour la gestion d un barrage au nord de la Tunisie. In: Quantification and Reduction of Predictive Uncertainty for Sustainable Water Resources Management (Proc. Perugia Symp., July 27) (ed. by E. Boegh, H. Kunstmann, T. Wagener, A. Hall, L. Bastidas, S. Franks, H. Gupta, D. Rosbjerg & J. Schaake), IAHS Publ IAHS Press, Wallingford, UK. Mathlouthi, M. & Lebdi, F. (28) Event in the case of a single reservoir: the Ghèzala dam in Northern Tunisia. Stochast. Environ. Res. Risk Assess. 22, Milutin, D. (1998) Multiunit water resources systems management by decomposition, optimization and emulated evolution: a case study of seven supply reservoirs in Tunisia. Doctoral Dissertation, Wageningen Agricultural University, Wageningen, The Netherlands. Moy, W-S., Cohon, J. L. & ReVelle, C. S. (1986) A programming model for analysis of the reliability, resilience and vulnerability of a water supply reservoir. Water Resour. Res. 22(4), Nandalal, K. D. W. & Bogardi, J. J. (1996) Reliability analysis of a reservoir for salinity control. Proc. Int. Conf. on Water Resources and Environment Research: Towards the 21st Century (Kyoto, 1996), Kyoto University, Japan. Parker, M., Thompson, J. G., Reynolds, R. R., Jr & Smith, M. D. (1995) Use and misuse of complex model: example from water demand management. Water Resour. J. ST/ESCAP/SER.C/185: (Reprint from: Water Resour. Bull. 31(2)). ReVelle, C. & Gundelach, J. (1975) Linear decision rule in reservoir management and design. 4. A rule that minimizes output variance. Water Resour. Res. 11(2), ReVelle, C. & Kirby, W. (197) Linear decision rule in reservoir management and design. 2. Performance optimization. Water Resour. Res. 6(4), ReVelle, C., Joeres, E. & Kirby, W. (1969) The linear decision rule in reservoir management and design. 1. Development of the stochastic model. Water Resour. Res. 5(4), Rogers, P. P. & Fiering, M. B. (1986) Use of systems analysis in water management. Water Resour. Res. 22(9), Simonović, S. P. & Mariño, M. A. (198) Reliability programming in reservoir management: 1. Single multipurpose reservoir. Water Resour. Res. 16(5), Simonović, S. P. & Mariño, M. A. (1981) Reliability programming in reservoir management: 2. Risk-loss functions. Water Resour. Res. 17(4), Simonović, S. P. & Mariño, M. A. (1982) Reliability programming in reservoir management: 3. System of multipurpose reservoirs. Water Resour. Res. 18(4), Tai, F.-K. & Goulter, I. C. (1987) A stochastic dynamic programming based approach to the operation of a multi-reservoirs system. Water Resour. Bull. 23(3), Yeh, W. W-G. (1985) Reservoir management and operations models: a state-of-the-art review. Water Resour. Res. 21, Reçu le 5 Juin 26; accepté le 14 Novembre 27

Analyse des périodes sèches pour la gestion d un barrage au nord de la Tunisie

Analyse des périodes sèches pour la gestion d un barrage au nord de la Tunisie Quantification and Reduction of Predictive Uncertainty for Sustainable Water Resources Management (Proceedings of Symposium HS2004 at IUGG2007, Perugia, July 2007). IAHS Publ. 313, 2007. 487 Analyse des

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons

Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons Sous-menus de Minitab 15 : Stat>Statistiques élémentaires>test de Poisson à 1 échantillon Stat>Statistiques élémentaires>test de Poisson à 2 échantillons

Plus en détail

Méthodes d optimisation stochastique pour la planification à moyen terme de la production d électricité Michel Gendreau

Méthodes d optimisation stochastique pour la planification à moyen terme de la production d électricité Michel Gendreau Méthodes d optimisation stochastique pour la planification à moyen terme de la production d électricité Michel Gendreau Chaire de recherche industrielle CRSNG/Hydro-Québec en optimisation stochastique

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites TP N 57 Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites L objet de ce TP est d optimiser la stratégie de déploiement et de renouvellement d une constellation de satellites ainsi que les

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Analyse statistique des séquences sèches dans un bassin du nord de la Tunisie / Statistical analysis of dry events in a northern Tunisian basin

Analyse statistique des séquences sèches dans un bassin du nord de la Tunisie / Statistical analysis of dry events in a northern Tunisian basin Hydrological Sciences Journal ISSN: 0262-6667 (Print) 2150-3435 (Online) Journal homepage: http://www.tandfonline.com/loi/thsj20 Analyse statistique des séquences sèches dans un bassin du nord de la Tunisie

Plus en détail

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss

Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique. Nguyen Ha- Phong. Section génie civil 2012, Prof. Dr A. Schleiss Exercice 1 Analyse de données de débits et régime hydraulique Nguyen Ha- Phong Section génie civil 212, Prof. Dr A. Schleiss A) Analyse hydrologique 1. Estimation des débits moyens journaliers de la station

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

D un point de vue système, ajuster la mémoire est l une des principales méthodes pour augmenter ou réduire les performances d un processus.

D un point de vue système, ajuster la mémoire est l une des principales méthodes pour augmenter ou réduire les performances d un processus. GESTION DE LA MEMOIRE SOUS UNIX La mémoire est une ressource critique car elle conditionne les temps de traitements. Différentes options SAS sont disponibles pour utiliser au mieux la mémoire de la machine.

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Prévision de la demande

Prévision de la demande But : Pour prendre des décisions relatives à la structure et au fonctionnement opérationnel de tout système logistique; il faut s appuyer sur un système de prévision fiable. Concerne le long, moyen et

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Chapitre II : Gestion des stocks :

Chapitre II : Gestion des stocks : Chapitre II : Gestion des stocks : Section I : Présentation générale de la problématique des stocks I. 1. DEFINITION DES STOCKS : Un stock est une quantité de biens ou d articles mis en réserve pour une

Plus en détail

L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques

L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques L évaluation de systèmes ou de programmes informatiques Congrès 2008 de la Société canadienne d évaluation Valéry Roy-Gosselin Direction de la planification et de l évaluation MInistère des Ressources

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Séance 9. Planification globale Planification détaillée 4-530-03. Gestion des opérations et de la production

Séance 9. Planification globale Planification détaillée 4-530-03. Gestion des opérations et de la production Gestion des opérations et de la production Séance 9 4-530-03 Planification globale Planification détaillée Plan de la présentation La planification globale : Objectifs et principes de base; Stratégies

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Analyse de deux séquences d apprentissage 1

Analyse de deux séquences d apprentissage 1 hs.c om Ce fichier, corrigé du fichier D22, aborde le vaste domaine du traitement de l information, de la gestion de données et des représentations couramment utilisées. Nous vous proposons deux séquences

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCEDURES D EVALUATION DES FONDS D INVESTISSEMENT ALTERNATIFS

POLITIQUE ET PROCEDURES D EVALUATION DES FONDS D INVESTISSEMENT ALTERNATIFS POLITIQUE ET PROCEDURES D EVALUATION DES FONDS D INVESTISSEMENT ALTERNATIFS Novembre 2015 SOMMAIRE I. GOUVERNANCE... 3 1.1 Rôles et responsabilités des personnes concernées... 3 1.2 Indépendance de la

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Qui nous sommes Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Aperçu général À l aide de données démographiques,

Plus en détail

Manuel d'utilisateur et de référence

Manuel d'utilisateur et de référence Manuel d'utilisateur et de référence MobileTogether Client Manuel d'utilisateur et de référence All rights reserved. No parts of this work may be reproduced in any form or by any means - graphic, electronic,

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

Les risques liés aux aléas de la vie humaine dans les modèles internes de Solvabilité II

Les risques liés aux aléas de la vie humaine dans les modèles internes de Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine dans les modèles internes de Solvabilité II Emmanuel Bécache, Esther Schütz 20 ème rendez-vous Réavie 15 octobre 2009 15 octobre 2009 2 Agenda Environnement

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013 3 Dames 3. Objectif Il s agit d écrire un programme jouant aux Dames selon les règles. Le programme doit être le meilleur possible. Vous utiliserez pour cela l algorithme α β de recherche du meilleur coup

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Exercice 2 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché»

Exercice 2 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché» Exercice du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché» La réglementation bancaire impose aux banques de maintenir un niveau de capital minimum pour absorber les pertes dues

Plus en détail

Les métriques de coût et de budget à considérer dans tout projet

Les métriques de coût et de budget à considérer dans tout projet 1 Les métriques de coût et de budget à considérer dans tout projet Par : Abdel YEZZA, Ph.D. Réf. : 90 DAYS TO SUCCESS AS A PROJECT MANAGER, by Paul Sanghera, Ph.D. Sommaire Introduction et notions de base...

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques (605) GESTION DE STOCK À DEMANDE ALÉATOIRE Résumé : Chaque mois, le gérant d un magasin doit

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

Plus en détail

«Quick-Check Asset Management»

«Quick-Check Asset Management» 1 «Quick-Check Asset Management» Audit sur le positionnement des gestionnaires de réseau de distribution en matière de gestion d actifs Septembre 2012 D un régime actuel «Cost +» La plupart des GRD se

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

DOCUMENT FONCTIONNEL Analyse de sensabilité Monte Carlo Niveau 2 R

DOCUMENT FONCTIONNEL Analyse de sensabilité Monte Carlo Niveau 2 R DANS CE DOCUMENT, IL S'AGIT DE : Comment l analyse Monte-Carlo fonctionne-t-elle dans? Comment interpréter les résultats de l analyse de sensibilité Monte-Carlo? L analyse de sensibilité Monte-Carlo est

Plus en détail

Variables aléatoires continues

Variables aléatoires continues IUT Aix-en-Provence Année 204-205 DUT Informatique TD Probabilités feuille n 6 Variables aléatoires continues Exercice (La station-service) Dans une station-service, la demande hebdomadaire en essence,

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Processus et Outils S&OP

Processus et Outils S&OP Technical paper Processus et Outils S&OP 1. Processus et Outils S&OP 1.1 Vocabulaire S&OP désigne «Sales and Operations Planning» en anglais. L équivalent Français est le PIC «Plan Industriel et Commercial».

Plus en détail

Les 6 étapes d une planification efficace basée sur les KPI

Les 6 étapes d une planification efficace basée sur les KPI Management briefing Les 6 étapes d une planification efficace basée sur les KPI Transformez vos objectifs stratégiques en réalités opérationnelles Planification et optimisation de la supply chain Découvrez

Plus en détail

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Version d août 2006 Adoptés par le Comité de l ASA le 1 er septembre 2006 1 Sommaire Page Directives relatives aux provisions

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Méthodes de test. Mihaela Sighireanu

Méthodes de test. Mihaela Sighireanu UFR d Informatique Paris 7, LIAFA, 175 rue Chevaleret, Bureau 6A7 http://www.liafa.jussieu.fr/ sighirea/cours/methtest/ Partie I 1 Propriétés 2 Un peu de génie logiciel de test 3 Eléments Problèmes Point

Plus en détail

Conditions Particulières MULTI-LOTS MULTI-CLIENTS (MLMC)

Conditions Particulières MULTI-LOTS MULTI-CLIENTS (MLMC) Conditions Particulières MULTI-LOTS MULTI-CLIENTS (MLMC) Multi-Lots Multi-Clients est l offre de Fret SNCF pour l acheminement de wagons isolés. 1. Définitions Wagon isolé : envoi constitué d un wagon

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

INFORMATIQUE : LOGICIELS TABLEUR ET GESTIONNAIRE DE BASES DE DONNEES

INFORMATIQUE : LOGICIELS TABLEUR ET GESTIONNAIRE DE BASES DE DONNEES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENRALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE

Plus en détail

Gestion des stocks et des approvisionnements

Gestion des stocks et des approvisionnements Les stocks représentent dans le bilan des entreprises de 20 à 80% du total de l actifs. Engendrent un important besoin de financement. Les stocks remplissent d importantes fonctions. Bien gérer les stocks

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

Use Cases. Introduction

Use Cases. Introduction Use Cases Introduction Avant d aborder la définition et la conception des UC il est bon de positionner le concept du UC au sein du processus de développement. Le Processus de développement utilisé ici

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires UNAIDS/PCB(8)/99. 3 mai 1999 3 mai 1999 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Huitième réunion Genève, 27-28 juin 1999 Point.2 à l ordre du jour provisoire Questions financières et budgétaires Fonds de

Plus en détail

DEFINITIONS NORMES. BFN Conseils. EN 13306

DEFINITIONS NORMES. BFN Conseils. EN 13306 BFN Conseils. (Total Production Management) DEFINITIONS NORMES EN 13306 Management de la maintenance (2.2) Toutes les activités des instances de direction qui déterminent les objectifs, la stratégie et

Plus en détail

WELMEC European cooperation in legal metrology

WELMEC European cooperation in legal metrology WELMEC 4.1 (version 2) WELMEC European cooperation in legal metrology Guide pour l évaluation et le fonctionnement des organismes notifiés pour l établissement de la conformité selon la directive 90/384/EEC

Plus en détail

Comment Elaborer un Plan d Action

Comment Elaborer un Plan d Action Comment Elaborer un Plan d Action Tenant compte du temps et des ressources limités des responsables de mise en œuvre de programmes, les outils de la série Straight to the Point (Droit au But) de Pathfinder

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Alexandre Vial 0 janvier 2009 Les intérêts cumulés Je place 00 e à 4% par an pendant un an. Donc au bout d un an, j ai 00 + 00. 4 = 00 00( + 4 ) =04 e. 00 Cependant,

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Poker. A rendre pour le 25 avril

Poker. A rendre pour le 25 avril Poker A rendre pour le 25 avril 0 Avant propos 0.1 Notation Les parties sans * sont obligatoires (ne rendez pas un projet qui ne contient pas toutes les fonctions sans *). Celles avec (*) sont moins faciles

Plus en détail

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Application des réseaux de neurones au plan de répartition des risques 5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Copyright c

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Méthodes de prévision des ventes

Méthodes de prévision des ventes Méthodes de prévision des ventes Il est important pour toute organisation qui souhaite survivre dans un environnement concurrentiel d adopter des démarches de prévision des ventes pour anticiper et agir

Plus en détail