Recommandations salariales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandations salariales"

Transcription

1 Recommandations salariales Votre salaire est-il correct? 2014 à savoir

2 Recommandations salariales 2014 Votre salaire est-il correct?

3 Impressum Editeur: SEC Suisse Hans-Huber-Strasse 4 Case postale Zurich Téléphone Téléfax

4 Sommaire 4 Avant-propos 6 Guide de lecture 6 Des salaires transparents et compréhensibles 7 Des données mises à jour 9 L influence des différences régionales sur les salaires 10 L influence de la taille de l entreprise sur les salaires 12 Les classes de fonction 12 L influence de l âge et de l expérience sur les salaires 13 Quel est le salaire adéquat? 15 Les Tableaux de salaires 15 Employés de commerce 17 Explications au sujet des classes de fonction / Aperçu des professions commerciales 18 Assistant de bureau Fonction B 19 Employé de commerce / Diplôme d une école de commerce Fonction C 20 Examen professionnel féd. / Bachelor HES ou Université Fonction D 21 Examen profess. supérieur / Diplôme féd. / Master d une HES ou d une Université Fonction E 22 Spécialiste / Cadre supérieur Fonction F 23 Employés du commerce de détail 25 Assistant du commerce de détail Fonction V 26 Gestionnaire du commerce de détail Fonction W 27 Chef d une succursale moyenne Fonction X 28 Apprentissage, premier emploi et stages 32 Bon à savoir : tout ce qui fait partie du salaire 33 Le salaire au mérite 36 Les systèmes de bonus et de primes 37 13ème salaire, gratifications, bonus 39 La rémunération du travail à temps partiel 42 Allocations familiales : Dispositions légales 43 Calcul du renchérissement 45 Adhérer à la SEC : un investissement pour votre vie professionnelle! 3

5 Chère Lectrice, chère Lecteur Vous tenez entre vos mains les «Recommandations salariales 2014». Les données de base proviennent toujours des informations fournies par l Office fédéral de la statistique (OFS), qui réalise les enquêtes les plus exhaustives sur ce sujet. Nos recommandations salariales visent avant tout à vous donner un aperçu du panorama des salaires et des tendances qui se dessinent dans ce domaine. Sur la base de l enquête suisse sur la structure des salaires, il n est pas possible de déterminer au franc près où votre salaire devrait se situer exactement. Nos indications vous permettent de cerner l ordre de grandeur de votre salaire et de le vérifier. Pour une détermination plus précise, vous devez tenir compte d autres critères qui se rapportent directement à votre place de travail. Nous considérons ces recommandations salariales comme une aide à l orientation et à l argumentation dans le cadre des négociations salariales. Nous mettons ainsi à votre disposition un instrument vous permettant de «vous aider vous-mêmes». En règle générale, les niveaux hiérarchiques des fonctions professionnelles sont liés aux niveaux de formation et de perfectionnement. Il est ainsi possible d évaluer les salaires en restant proche des conditions en vigueur et de donner une image réaliste du marché du travail. Nous avons conservé la répartition des salaires à l intérieur de «four chettes» salariales comprenant des valeurs appelées médiane, quartile inférieur et quartile supérieur. Cela permet de mieux différencier les rémunérations. La prise en compte d une seule valeur prétendument exacte par classe de fonction aurait débouché sur de trop grandes imprécisions. Par ailleurs, les écarts de salaire selon la branche et la taille de l entreprise constituent une réalité sur le marché du travail. 4

6 Dans diverses branches, les salaires minima recensés au moyen des enquêtes statistiques se situent clairement au-dessous des recommandations de la SEC Suisse. Dans nos tableaux, nous avons relevé le niveau de ces rémunérations jusqu à celui qui est fixé par les accords entre partenaires sociaux. Pour nous, cela représente une prise de position politique de notre association. De la même façon, nous avons corrigé dans nos tableaux les évolutions négatives de salaires qui avaient été relevées dans certains cas par l OFS pour des tranches d âge croissantes. Par contre, nous n avons pas tenu compte des composantes variables des salaires. Elles ne doivent pas faire partie du salaire de base. Nos recommandations salariales doivent également permettre d établir, dans les entreprises et les organisations, des systèmes de rémunération transparents et facilement compréhensibles par les employés. Les stages ont gagné en importance et constituent aujourd hui un élément non négligeable d un parcours professionnel. Mais c est justement ici qu il faut absolument que des normes minimales soient respectées. C est pourquoi vous trouverez également dans ce guide des indications concernant ces rapports de travail particuliers. Des questions au sujet de votre salaire ou de vos rapports de travail? La SEC est toujours là pour conseiller et soutenir ses membres. Hans-Ulrich Schütz, Responsable suppléant du département Emploi et Conseils Note du traducteur: Dans le but de faciliter la lecture, nous avons renoncé à la symétrie systématique masculin/féminin. Le lecteur voudra bien considérer que le masculin vaut pour les deux genres, et qu il s applique à la fonction ou au rôle, et non à la personne. 5

7 Guide de lecture Des salaires transparents et compréhensibles Les salaires et les rémunérations doivent correspondre aux qualifications, aux exigences et aux prestations. Ils doivent également être transparents et aisément compréhensibles. Les présentes recommandations salariales vous permettent de vérifier si votre salaire correspond aux recommandations, et de savoir à quelle rémunération vous êtes en droit de vous attendre dans un nouveau poste. Les tableaux indiquent les salaires pour les différentes fonctions dans les professions commerciales et celles de l économie d entreprise, ainsi que pour les métiers du commerce de détail. Les employés des professions commerciales et du commerce de détail peuvent se servir des recommandations salariales comme d une aide à l orientation, et les employeurs comme d une échelle de référence pour une rémunération conforme aux normes actuelles. En règle générale, les salaires augmentent avec l expérience, et les tableaux de salaires donnent également des indications à ce sujet. Enfin, des facteurs tels que la région économique et la taille de l entreprise sont aussi pris en compte. Les recommandations n indiquent pas des salaires précis, mais donnent des fourchettes à l intérieur desquelles les salaires escomptés devraient se situer. Cette brochure d information donne un aperçu de l éventail des sa laires dans les professions retenues. Cependant, pour déterminer précisément où pourrait se situer votre salaire, vous devez tenir compte d autres facteurs, tels que par exemple les exigences concrètes de la place de travail concernée ou encore la situation économique dans laquelle se trouve la branche en question. Les données statistiques mises à disposition sont conçues et présentées de façon à être faciles à utiliser dans la pratique. A la base, les 6

8 recommandations s adressent aux employés de toutes les branches et orientations professionnelles. Mais elles ne sont que partiellement représentatives des salaires des spécialistes hautement qualifiés. 1 La libre circulation des personnes entre la Suisse et l UE a eu pour conséquence une plus grande perméabilité du marché du travail transfrontalier. Du coup, les informations comme celles qu offre ce guide ont pris une importance encore plus grande. Les «Recommandations salariales 2014» pourront aider les commissions paritaires des différentes branches et les commissions tripartites cantonales à s orienter. Elles devraient également contribuer à ce que les salaires minima et les niveaux usuels des salaires soient respectés. Des données mises à jour Les données utilisées dans cette brochure proviennent de «L enquête suisse sur la structure des salaires» de 2010 (ESS 2010) de l Office fédéral de la Statistique (OFS). Conformément à l index suisse des salaires, elles ont été majorées de 1,8 % pour mettre à jour la base de données la plus récente de l OFS. On obtient ainsi un salaire brut annuel standard, basé sur une semaine de travail de 40 heures, qui inclut le 13ème salaire, les suppléments de salaire pour le travail de nuit et pendant les jours fériés ainsi que les allocations spéciales telles que les indemnités pour les services de piquet. Les allocations familiales pour enfants ou pour les études ne sont pas prises en compte. Il n a pas été tenu compte non plus des versements ponctuels de bonus. Les recommandations salariales de la SEC Suisse sont réparties selon les différentes classes de fonction et d âge. Une description détaillée de la classe de fonction concernée se trouve à chaque fois sous le tableau des salaires. L intervalle des âges adopté pour chaque classe de fonction est de 3 ans jusqu à l âge de 30 ans, et de 5 ans au-dessus de 30 ans. Les salaires relevés par l OFS pour une classe d âge sont en outre subdivisés de la façon suivante : premier quartile, médiane et troisième quartile. 1 Il existe des publications spécifiques à ce sujet, comme par exemple celle de la veb.ch (Verband für Rechnungslegung, Controlling und Rechnungswesen» Die aktuellen Gehälter 2012» ou le calculateur des salaires en ligne sur (disponible uniquement en allemand), pour les spécialistes de la comptabilité et du controlling. 2 ESS (Enquête suisse sur la structure des salaires) L évolution des salaires observée depuis 2010 par l OFS a été prise en compte. 7

9 Dans une classe de salaires, le salaire médian correspond à une valeur centrale: cela signifie que, par rapport au salaire médian, il y a exactement autant de personnes qui gagnent davantage que de personnes qui gagnent moins (donc 50 % pour chaque groupe). Par rapport au premier quartile, qui représente une valeur de partage, cela signifie que 25 % des salaires se situent au-dessous de cette valeur, et 75 % au-dessus. Par rapport à la valeur de partage du 3ème quartile, 25 % de l ensemble des salaires recensés se situent au-dessus de cette valeur, et 75 % au-dessous. Les valeurs de partage constituées par le premier quartile, la médiane et le troisième quartile montrent la façon dont les salaires se répartissent à l intérieur d une classe d âge. L exemple ci-dessous montre la répartition des salaires. Alors que la présente brochure indique les 50 % des salaires se situant autour de la médiane, entre le 1er et le Graphique 1: Médiane, 1 er und 3 er quartile Classe de fonction D (Examen professionnel fédéral, Bachelor HES/Université), prise en compte de toutes les classes d âge, régions et tailles d entreprises Salaire annuel en francs Maximum er Quartile Médiane 1 er Quartile Minimum

10 3ème quartile, les 25 % des salaires les plus élevés ainsi que les 25 % les plus bas ne sont pas indiqués dans les tableaux. L influence des différences régionales sur les salaires Les salaires varient également selon les régions. Pour les employés de commerce, les tableaux reprennent les salaires de la région 2 (Espace Mittelland). Pour les employés du commerce de détail, on indique par contre la valeur médiane établie sur la base de toutes les régions. Selon la région d activité (par exemple Zurich, Argovie ou Vaud), il faut donc pondérer les indications des tableaux par un «facteur régional» vers le bas ou vers le haut. Vous trouverez le facteur correspondant à chaque région dans le graphique joint au tableau. Graphique 2 : Représentation des variations salariales au moyen des quartiles Classe de fonction D (Examen professionnel fédéral, Bachelor HES/Université), dès 24 ans, Région 2, sans distinction de taille des entreprises Salaire annuel en francs Catégories d âges en années 1 er Quartile Médiane 3 ème Quartile 9

11 Le graphique 3 donne un exemple saisissant de l ampleur que peuvent atteindre les différences de salaire. Région 1 (salaires élevés) : Genève, Zurich; Région 2 (salaires moyens) : Bâle, Espace Mittelland, Suisse orientale, occidentale et centrale; Région 3 (salaires bas) : Grisons, Tessin, Valais L influence de la taille de l entreprise sur les salaires L expérience montre que la taille d une entreprise exerce une influence sur le niveau des salaires. Dans les présentes recommandations salariales, la SEC Suisse distingue trois catégories d entreprises : Les petites entreprises, avec 20 collaborateurs au plus; Les moyennes entreprises, avec au maximum 249 collaborateurs; Les grandes entreprises, qui emploient 250 personnes et plus. Graphique 3 : Différences de salaire selon les régions Classe de fonction C (Employé de commerce CFC/diplômé école de commerce), dès 24 ans, toutes les tailles d entreprises Salaire annuel en francs Catégories d âges en années Région 1 Région 2 Région 3 10

12 Le graphique 4 montre l influence de la taille d une entreprise sur le niveau des salaires des employés de commerce dans les différentes régions. Pour une petite entreprise de la région 1 (niveau de salaires élevé), la taille de l entreprise influence le niveau des salaires des employés de commerce avec un facteur de 1,02. Dans la région 2 (niveau de salaires moyen), la variation du niveau des salaires correspond à un facteur de 0,92 pour une entreprise de la même taille. Dans la région 3 (niveau de salaires bas), ce facteur est de 0,82. La taille de l entreprise et l implantation régionale influencent de façon conséquente le niveau des salaires des employés de commerce. Graphique 4 : L influence de l implantation régionale et de la taille de l entreprise sur les salaires Données de toutes les classes de fonction réunies Factor Région 1 Région 2 Région 3 < 20 employés employés > 250 employés 11

13 Les classes de fonction En plus de facteurs tels que la taille de l entreprise ou la région, les capacités personnelles et le niveau de formation des employés constituent des facteurs déterminants pour la fixation des salaires. C est pourquoi la SEC Suisse articule ses recommandations salariales sur l ordre hiérarchique des classes de fonction. Ces dernières sont établies sur la base des exigences d une fonction particulière, des capacités et des connaissances professionnelles acquises qu elle réclame. Une promotion dans une classe de fonction supérieure suppose en effet, en plus de l expérience professionnelle nécessaire, que la fonction ait réellement changé et que les exigences soient plus élevées, que ce soit au niveau de la complexité concrète des tâches, dans la conduite du personnel ou du fait d une responsabilité financière accrue dans l exercice d une fonction nouvelle. L influence de l âge et de l expérience sur les salaires Les salaires à l intérieur d une classe de fonction sont répartis selon des intervalles de 3 ou de 5 ans. En effet, un âge plus avancé correspond en règle générale dans le travail à une plus grande expérience, à des connaissances professionnelles plus vastes et approfondies, ainsi qu à des compétences sociales plus affirmées sur la place de travail. Toutes ces qualifications professionnelles devraient se manifester au cours du temps par des augmentations de salaire. Un âge plus avancé correspond à une plus grande expérience professionnelle, et cela devrait se traduire au fil du temps par des augmentations de salaire. Dans les différents tableaux, l approfondissement de l expérience professionnelle est pris en compte pour chaque classe de fonction dans les classes d âge. Il est donc tout à fait possible d augmenter les salaires en tenant compte de l âge, sans qu intervienne un changement de classe de fonction. 12

14 Quel est le salaire adéquat? Afin de déterminer si vous percevez un salaire adéquat, correspondant à votre âge et à votre expérience professionnelle, il convient de vous poser les deux questions suivantes : 1. Quelles fonctions et tâches dois-je assumer effectivement? 2. Quelle est la formation nécessaire pour la place de travail que j occupe? La classe de fonction, les connaissances acquises, le niveau de formation ainsi que l âge respectivement l expérience professionnelle sont donc des points de repère importants pour calculer le salaire approprié au moyen des tableaux de salaire. Pour chaque classe de fonction, vous pouvez tenir compte des différences régionales en procédant de la façon suivante : Pour chaque tableau de salaires des employés de commerce, vous trouverez des valeurs permettant de calculer la variation des salaires dans les régions 1 et 3 par rapport à la région de référence 2. Pour chaque tableau de salaires des employés du commerce de détail, vous trouverez les valeurs permettant de calculer la variation des salaires dans les régions 1, 2 et 3 par rapport à la valeur médiane de l ensemble des régions. Pour calculer le montant du salaire, vous devez donc prendre en compte ce taux. Le montant calculé à l aide du pourcentage indiqué pour chaque région doit être ensuite ajouté ou soustrait pour obtenir le salaire final. Par ailleurs, il est important de prendre en considération l élément suivant: ce n est pas tant votre niveau de formation qui exerce une influence décisive sur la détermination de votre salaire, mais bien plutôt la question si votre formation est requise pour le poste considéré. Dans de nombreuses entreprises, des employés assument des 13

15 tâches qui relèvent de la conduite du personnel, sans pour autant bénéficier forcément des titres ou des droits de signature correspondants. Cet élément doit être absolument pris en compte lors de la détermination de la classe de fonction (voir la question 1, ci-dessus). Les titres professionnels ou les droits de signature ne constituent pas toujours des critères pertinents pour la classification des salaires. En effet, ces deux éléments présentent des variations considérables selon les branches ou les entreprises, et les domaines de responsabilités qui sont liés à ces deux éléments sont de ce fait trop peu comparables entre eux. Pour pouvoir trouver sa position personnelle dans une fourchette sa lariale, il faut connaître les différentes branches et disposer d une certaine expérience dans les questions relatives aux salaires. C est pourquoi il ne faut pas hésiter à recourir au service de conseil téléphonique de la SEC Suisse si quelque chose ne vous paraît pas clair. 14

16 Les Tableaux de salaires Employés de commerce Les tableaux des salaires des employés de commerce sont établis pour 5 catégories différentes. Les classes de fonction qui s y rapportent vont des classes B à F c est-à-dire à peu près de la formation d un assistant de bureau (B) à celle d un spécialiste (F). La médiane (telle qu elle se dégage des données de l OFS) est complétée par les quartiles 1 et 3, et elle est indiquée pour chaque catégorie d âge. Cette démarche permet de prendre en compte dans les tableaux des salaires de la SEC Suisse 50 % de toutes les données salariales collectées par l OFS. Il arrive que les données de l OFS indiquent des salaires inférieurs à ceux qui sont préconisés par la SEC Suisse sur la base du principe des salaires équitables. Dans ce cas, ces salaires ont été relevés dans les tableaux au niveau du salaire minimum convenu par les partenaires sociaux et sont signalés au moyen d un «1». Lorsque les données de l OFS montrent des salaires qui diminuent alors que la classe d âge s élève, les salaires de la classe d âge supérieure concernée ont été relevés au niveau de ceux de la classe d âge immédiatement précédente et sont signalés par un «2». Cette façon de procéder se justifie par le souci de préserver l acquis provenant d une expérience professionnelle accrue. Par ailleurs, un histogramme indique les variations moyennes des salaires de la région 1 (salaires élevés) et de la région 3 (salaires bas) par rapport aux salaires de la région de référence 2. Un exemple chiffré La classe de fonction B (voir p. 18) correspond à une formation initiale de 2 ans en tant qu assistant de bureau. Selon les données de l OFS, dans la région 2 (région de référence), les employés âgés de 24 ans devraient percevoir un salaire compris entre CHF et Dans la région 1, cet éventail des salaires est plus élevé de 8,4 % en moyenne ; à l inverse, dans la région 3 il est en moyenne plus bas de 1,1 %. Par ailleurs, il faut tenir compte de la taille des entreprises. Dans 15

17 cette classe de fonction et par rapport à la médiane, les différences de salaire peuvent aller jusqu à +15,4 % dans les grandes entreprises, et jusqu à -12 % dans les petites. Les facteurs de base dont il convient de tenir compte dans le calcul d un salaire sont : le salaire médian de la classe de fonction et de la classe d âge + / le niveau des salaires selon la région + / la taille de l entreprise. 16

18 Explications au sujet des classes de fonction/ Aperçu des professions commerciales B: Assistant de bureau Les employés de la classe de fonction B sont en règle générale au bé néfice d une formation initiale de 2 ans en tant qu assistant de bureau (AFP). Au terme de la période de mise au courant, les tâches à accomplir sont relativement simples et l autonomie est réduite. Page 18 C: Employé de commerce CFC / diplômé école de commerce Les employés de la classe de fonction C sont en règle générale au bénéfice d une formation initiale de 3 ans en tant qu employé de commerce (CFC) ou d un diplôme d une école de commerce. Les tâches à accomplir correspondent à un niveau de travail spécialisé, elles sont diversifiées et supposent l exercice d une certaine autonomie dans leur accomplissement. Page 19 D: Examen professionnel fédéral, Bachelor HES/Université Les employés de la classe de fonction D détiennent en règle générale un Bachelor d une Université ou d une Haute Ecole spécialisée, ou sont au bénéfice d un brevet pro fessionnel (examen professionnel fédéral). Le travail consiste en des activités spécialisées complexes, et peut éventuellement inclure des tâches de conduite du personnel. Page 20 E: Diplôme fédéral, Master HES/Université Les employés de la classe de fonction E détiennent en règle générale un Master d une Université ou d une Haute Ecole spécialisée et bénéficient d une expérience professionnelle spécifique du domaine de plusieurs années. Ils peuvent également être au bénéfice d un diplôme fédéral (examen professionnel supérieur). La fonction est celle d un expert et/ou d un cadre moyen. Page 21 F: Cadre supérieur / Spécialiste La classe de fonction F est liée la plupart du temps à un poste de cadre supérieur. Il peut également s agir de spécialistes de haut niveau, exerçant éventuellement des tâches de conduite du personnel avec un grand nombre de collaborateurs qualifiés. Page 22 17

19 Eventail des salaires : Assistant de bureau Salaires de la classe de fonction B (Région de référence : région 2) 1 Réajusté sur la base des salaires minima demandés par la SEC Suisse 2 Données de l OFS réajustées en reprenant le salaire de la classe d âge immédiatement précédente Âge 1 er Quartile Médiane 3 eme Quartile Différences régionales Ecart par rapport à la région 2 (Référence) Les employés de la classe de fonction B sont en règle générale au bé néfice d une formation initiale de 2 ans en tant qu assistant de bureau (AFP Attestation fédérale de formation professionnelle). Au terme de la période de mise au courant, les tâches à accomplir sont relativement simples et l autonomie est réduite. Cet état de fait évolue dans une certaine mesure en fonction d une expérience professionnelle accrue. Région 1 Haut salaire 3 Bas salaire Dans cette classe de fonction et par rapport à la médiane, les différences de salaire peuvent aller, selon la branche, jusqu à +15,4 % dans les grandes entreprises, et jusqu à -12 % dans les petites. +8,4 % 1,1 % 18

20 Eventail des salaires : Employé de commerce / Diplôme d une école de commerce Salaires de la classe de fonction C (Région de référence : région 2) Âge 1 er Quartile Médiane 3 eme Quartile Réajusté sur la base des salaires minima demandés par la SEC Suisse 2 Données de l OFS réajustées en reprenant le salaire de la classe d âge immédiatement précédente Les employés de la classe de fonction C sont en règle générale au bé néfice d une formation initiale de 3 ans en tant qu employé de com merce (CFC Certificat fédéral de capacité) ou d un diplôme d une école de commerce. Les tâches à accomplir correspondent à un niveau de travail spécialisé, elles sont diversifiées et requièrent une certaine autonomie dans leur exécution. Cette dernière croît avec l approfondissement de l expérience professionnelle, mais une formation continue est nécessaire. Différences régionales Ecart par rapport à la région 2 (Référence) Les cours de formation continue débouchant sur l obtention d un certificat doivent être pris en compte dans cet éventail des salaires; toutefois, il est vrai, au niveau supérieur. On peut citer comme exemples : assistant en gestion du personnel, comptable spécialisé, assistant import/export, assistant immobilier ou assistant en assurances sociales. Dans cette classe de fonction et par rapport à la médiane, les différences de salaire peuvent aller, selon la branche, jusqu à +10,4 % dans les grandes entreprises, et jusqu à -14 % dans les petites. Région 1 Haut salaire +8,8 % 3 Bas salaire 7,2 % 19

21 Eventail des salaires : Examen professionnel / Bachelor HES ou Université Salaires de la classe de fonction D (Région de référence : région 2) 2 Données de l OFS réajustées en reprenant le salaire de la classe d âge immédiatement précédente * Pas de données pour ces classes d âge Âge 1 er Quartile Médiane 3 eme Quartile * * * * * * Différences régionales Ecart par rapport à la région 2 (Référence) Région 1 Haut salaire +18 % 3 Bas salaire 22,2 % Les employés de la classe de fonction D détiennent en règle générale un Bachelor d une Université ou d une Haute Ecole spécialisée, ou sont au bénéfice d un brevet professionnel (examen professionnel fé déral), par exemple de spécialiste en finance et comptabilité, de planificateur en marketing, de spécialiste en ressources humaines, de spécialiste en communication, de spécialiste des achats, de gérant immobilier ou d assistant de direction. Il faut également inclure dans cet éventail des salaires l agent technico-commercial et l agent fiduciaire. Le travail comprend des activités spécialisées complexes et exige des connaissances professionnelles correspondant à un haut niveau de qualification (par exemple dans les langues ou dans d autres branches), ou bien encore à un diplôme d économiste d entreprise ES (sans expérience professionnelle spécifique du domaine). Cet échelon peut être également justifié par des tâches de conduite de personnel, soit de quelques collaborateurs de la classe C, soit d un groupe plus important de collaborateurs de la classe B. Dans cette classe de fonction et par rapport à la médiane, les différences de salaire peuvent aller, selon la branche, jusqu à +26,5 % dans les grandes entreprises, et jusqu à -26,6 % dans les petites. 20

22 Eventail des salaires : Examen profess. supérieur / Diplôme féd. / Master d une HES ou d une Université Salaires de la classe de fonction E (Région de référence : région 2) Âge 1 er Quartile Médiane 3 eme Quartile * * * * * * Données de l OFS réajustées en reprenant le salaire de la classe d âge immédiatement précédente * Pas de données pour ces classes d âge Les employés de la classe de fonction E détiennent en règle généra le un Master d une Université ou d une Haute Ecole spécialisée et bénéficient d une expérience professionnelle spécifique du domaine de plusieurs années. Ils peuvent également être au bénéfice d un diplôme fédéral (examen professionnel supérieur), par exemple celui de chef du marketing, ou d expert en finance et controlling ou encore de chef des ressources humaines. La fonction est celle d un expert et/ou d un cadre moyen. Cette classe de fonction implique généralement des responsabilités budgétaires relativement étendues. Elle peut également se justifier par des tâches de conduite de personnel comprenant un grand nombre de collaborateurs, tant de la classe de fonction C que B. Dans cette classe de fonction et par rapport à la médiane, les différences de salaire peuvent aller, selon la branche, jusqu à +41,8 % dans les grandes entreprises, et jusqu à -31,2 % dans les petites. Différences régionales Ecart par rapport à la région 2 (Référence) Région 1 Haut salaire +22 % 3 Bas salaire 16,5 % 21

23 Eventail des salaires : Spécialiste / Cadre supérieur Salaires de la classe de fonction F (Région de référence : région 2) 2 Données de l OFS réajustées en reprenant le salaire de la classe d âge immédiatement précédente * Pas de données pour ces classes d âge Âge 1 er Quartile Médiane 3 eme Quartile * * * * * * * * * Différences régionales Ecart par rapport à la région 2 (Référence) Région 1 Haut salaire 3 Bas salaire La classe de fonction F est liée la plupart du temps à un poste de cadre supérieur. Il peut également s agir de spécialistes de haut niveau, comme par exemple un analyste senior en informatique. Ou alors, il peut s agir de spécialistes exerçant des fonctions de conduite de personnel comprenant un très grand nombre de collaborateurs qualifiés. Dans cette classe de fonction et par rapport à la médiane, les différences de salaire peuvent aller, selon la branche, jusqu à +34,5 % dans les grandes entreprises, et jusqu à -27,6 % dans les petites. +22,7 % 13,2 % 22

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur,

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur, Avant-propos Chère lectrice, cher lecteur, En ces temps économiquement difficiles, il est important de savoir ce que je peux exiger comme salaire en tant qu entraîneur ou entraîneuse. En particulier, en

Plus en détail

Etude salariale. Pour le domaine des ressources humaines 2013/2014 www.careerplus.ch

Etude salariale. Pour le domaine des ressources humaines 2013/2014 www.careerplus.ch Pour le domaine des ressources humaines 2013/2014 B Sommaire 1. Editorial... 2 2. «La motivation passe par l égalité salariale»... 3 3. Résumé... 4 4. Faits et chiffres sur le marché suisse... 5/6 5. Méthode...

Plus en détail

Contributions. Edition 2007

Contributions. Edition 2007 Contributions Contributions sur salaires et autres prestations que l'employeur doit payer aux caisses de compensation et aux assurances conformément aux réglementations légales et conventionnelles Edition

Plus en détail

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2012

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2012 Impressum Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2012 Editeur version française GRI Groupement Romand de l'informatique Rte de Genève 88 CH - 1004 Lausanne Internet : www.gri.ch Courriel

Plus en détail

Assurances selon la LAMal

Assurances selon la LAMal Assurances selon la LAMal Règlement Edition 01. 2015 Table des matières I Dispositions communes 1 Validité 2 Affiliation / admission 3 Suspension de la couverture-accidents 4 Effets juridiques de la signature

Plus en détail

Profil B ou profil E? Aide à la décision

Profil B ou profil E? Aide à la décision Employée/Employé de commerce CFC Profil B ou profil E? Aide à la décision Introduction Le présent document sert d aide pour les acteurs qui participent au choix de la voie de formation la plus appropriée

Plus en détail

BUREAUX D ARCHITECTES

BUREAUX D ARCHITECTES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l'emploi Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Document REFLÉTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PRESTATIONS SOCIALES

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

VI. travail et assurances sociales

VI. travail et assurances sociales VI. travail et assurances sociales A quelles règles êtes-vous soumis en tant qu employeur Ce chapitre vous fournit des indications sur les charges sociales obligatoires et sur certains aspects importants

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2013

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2013 Impressum Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2013 Editeur version française GRI Groupement Romand de l'informatique Rte de Genève 88 CH - 1004 Lausanne Internet : www.gri.ch Courriel

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Etude salariale. Dans le domaine de la vente 2013/2014 www.careerplus.ch

Etude salariale. Dans le domaine de la vente 2013/2014 www.careerplus.ch Dans le domaine de la vente 2013/2014 Sommaire 1. Editorial... 2 2. «Importance et utilité d une étude de salaire dans le domaine de la vente» l avis de l expert... 3 3. Résumé... 4 4. Faits et chiffres

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG 2.03 Cotisations Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI)

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Check-list pour la bonne formation continue Voies de formation

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation professionnelle Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L

Plus en détail

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs»

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Les présentes modalités ont pour objectif d interpréter les

Plus en détail

Comité de coordination de l OMPI

Comité de coordination de l OMPI F WO/CC/70/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 22 JUILLET 2014 Comité de coordination de l OMPI Soixante-dixième session (45 e session ordinaire) Genève, 22 30 septembre 2014 STATUT ET RÈGLEMENT DU PERSONNEL :

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Salaires AVS et Suva Valable dès le 1.1.2011 Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Les présentes directives facilitent la déclaration des salaires à l AVS et à la Suva ainsi

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Ressources humaines Certificat d Assistant-e en Gestion du Personnel. (Soirée) «Pour faire les premiers

Ressources humaines Certificat d Assistant-e en Gestion du Personnel. (Soirée) «Pour faire les premiers «Pour faire les premiers pas dans ma vie professionnelle, j ai besoin du bon tremplin.» Lena, 25 ans, souhaite réaliser ses rêves. Ressources humaines Certificat d Assistant-e en Gestion du Personnel (Soirée)

Plus en détail

Spécialiste de la conduite d un groupe. Management et administration. Brevet fédéral

Spécialiste de la conduite d un groupe. Management et administration. Brevet fédéral «La Société des employés de commerce se positionne pour une économie intelligente, orientée vers l avenir et centrée sur l individu.» Gérard, 43 ans, a trouvé son partenaire de confiance. Management et

Plus en détail

interessant JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch

interessant JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch RECHT interessant LORSQUE L EMPLOYEUR SE TRANSFORME EN BAILLEUR DE SERVICES CE QU IL FAUT SAVOIR À PROPOS DE LA LOCATION DE SERVICES 1 Quand sommes-nous en présence d une

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

Directives. de l examen de certificat. pour assistante / assistant en gestion du personnel. Version 2010. Secrétariat des examens

Directives. de l examen de certificat. pour assistante / assistant en gestion du personnel. Version 2010. Secrétariat des examens Directives de l examen de certificat pour assistante / assistant en gestion du personnel Version 2010 Responsables des examens HR Swiss SEC Suisse Union patronale suisse Swissstaffing Association professionnelle

Plus en détail

Digne de confiance. Règlement. Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3

Digne de confiance. Règlement. Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3 Digne de confiance Édition 2012 Assurance obligatoire des soins Règlement Art. I. Dispositions générales Objet 1 Base 2 Formes particulières d assurance 3 II. III. IV. Rapport d assurance Personnes assurées,

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2014

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2014 Impressum Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2014 Editeur version française GRI Groupement Romand de l'informatique Rte de Genève 88 CH - 1004 Lausanne Internet : www.gri.ch Courriel

Plus en détail

Généraliste en assurances sociales. Ressources humaines. Certificat Société des employés de commerce de Lausanne. «Pour faire les premiers

Généraliste en assurances sociales. Ressources humaines. Certificat Société des employés de commerce de Lausanne. «Pour faire les premiers «Pour faire les premiers pas dans ma vie professionnelle, j ai besoin du bon tremplin.» Lena, 25 ans, souhaite réaliser ses rêves. Ressources humaines Généraliste en assurances sociales Certificat Société

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

immigration conséquences positives pour les assurances sociales

immigration conséquences positives pour les assurances sociales immigration conséquences positives pour les assurances sociales Fiche d information 4 : Assurances sociales L essentiel en bref : Seuls ceux qui cotisent aux assurances sociales peuvent bénéficier de leurs

Plus en détail

Conditions générales (CGA)

Conditions générales (CGA) Conditions générales (CGA) Assurance-accidents selon la Loi fédérale du 20.3.1981 (LAA) Edition 08.2006 8000611 10.09 WGR 067 F Table des matières Votre assurance-accidents selon la LAA en bref... 3 1

Plus en détail

Les assurances sociales et le travail à temps partiel

Les assurances sociales et le travail à temps partiel Les assurances sociales et le travail à temps partiel Informations utiles à toutes les personnes qui travaillent à temps partiel et assument la garde d enfants ou l assistance de parents. Informations

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture 7, place de Fontenoy, 75352 Paris 07 SP téléphone : (33.1) 45.68.10.00 télex: 204461 Paris 270602 Paris téléfax UNESCO: (33.1)

Plus en détail

6.01 Prestations des APG et de l allocation de maternité Allocations pour perte de gain

6.01 Prestations des APG et de l allocation de maternité Allocations pour perte de gain 6.01 Prestations des APG et de l allocation de maternité s pour perte de gain Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Toute personne qui sert dans l armée suisse, la protection civile, la Croix- Rouge, le

Plus en détail

1.1.2014 IMPORTANTES INFORMATIONS POUR LES BÉNÉFICIAIRES D UNE RENTE FAR

1.1.2014 IMPORTANTES INFORMATIONS POUR LES BÉNÉFICIAIRES D UNE RENTE FAR 1.1.2014 IMPORTANTES INFORMATIONS POUR LES BÉNÉFICIAIRES D UNE RENTE FAR Sommaire Décision de prestations 1 Formulaire de déclaration définitive 1 Possibilité de faire examiner la décision de prestations

Plus en détail

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi Section des bourses Sommaire Informations générales à propos des aides à la formation Etat au 27 mai 2015 BOURSE, PRÊT D'ÉTUDES ET CONTRIBUTION CANTONALE AUX FRAIS DE FORMATION...3 CONDITIONS REQUISES

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études Version de consultation du 25 octobre 2007 Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études du I. Dispositions générales A. Objectifs et principes Art. 1 But de l accord Le présent

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE commerciale (MPC) La maturité professionnelle complète une formation par apprentissage, afin de permettre l accès aux niveaux supérieurs de formation. Il existe différentes orientations

Plus en détail

Information à l intention du personnel de l Etat de Fribourg

Information à l intention du personnel de l Etat de Fribourg Direction des finances Finanzdirektion Service du personnel et d'organisation Amt für Personal und Organisation CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG Information à l intention du personnel de l Etat de

Plus en détail

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Assurance Base légale de l assurance La loi fédérale sur l assurance-accidents (LAA) du 20 mars 1981 ainsi que les ordonnances qui s y

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir La sécurité financière de votre vie future Prévoir Que nous réserve l avenir? C est une question que chacun de nous se pose de temps en temps sans pouvoir y répondre avec beaucoup d assurance. Quoi qu

Plus en détail

Certificat en Leadership

Certificat en Leadership «La Société des employés de commerce se positionne pour une économie intelligente, orientée vers l avenir et centrée sur l individu.» Gérard, 43 ans, a trouvé son partenaire de confiance. Management et

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Cours de préparation au brevet en assurances sociales

Cours de préparation au brevet en assurances sociales Cours de préparation au brevet en assurances sociales P R O G R A M M E DE FORMATION FORMER INFORMER COORDONNER En collaboration avec Table des matières Chapitre Page I. Renseignements généraux... 3 II.

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

Aperçu de la prévoyance professionnelle.

Aperçu de la prévoyance professionnelle. Aperçu de la prévoyance professionnelle. Tour d horizon de la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP). Sous le signe de la modernisation. 20 ans après

Plus en détail

Séance d information. La loi sur l assurance. assurance-chômage. chômage. mes droits et mes obligations - notions de base

Séance d information. La loi sur l assurance. assurance-chômage. chômage. mes droits et mes obligations - notions de base Séance d information La loi sur l assurance assurance-chômage chômage mes droits et mes obligations - notions de base Séance de 9h à 12h environ (pause de 15 minutes) Intervenants : Caisse de chômage Unia

Plus en détail

ASSURANCES. Votre partenaire formation continue. MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé

ASSURANCES. Votre partenaire formation continue. MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé ASSURANCES MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé CERTIFICAT Généraliste en assurances sociales Votre partenaire formation continue www.virgile.ch tél. 021 921 19

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

4.11. 2 L AI peut, à titre exceptionnel, prendre en charge les frais de. 3 Ces dispositions sont aussi valables pour les frontaliers

4.11. 2 L AI peut, à titre exceptionnel, prendre en charge les frais de. 3 Ces dispositions sont aussi valables pour les frontaliers 4.11 Etat au 1 er janvier 2008 Couverture d assurance en cas de mesures de réadaptation de l AI Couverture d assurance en cas de maladie 1 Toute personne domiciliée en Suisse est couverte par l assurance-maladie

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité (Loi sur l assurance-chômage, LACI) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

Les obligations sociales des employeurs

Les obligations sociales des employeurs Animateur : Benoît BOUMARD Réunion information 28 Mars 2013 Les obligations sociales des employeurs Les formalités incontournables de l embauche Le formalisme des contrats particuliers Les obligations

Plus en détail

HFVESA. Ecole supérieure assurance (ESA) Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance. Une coopération entre l AFA et AKAD Business

HFVESA. Ecole supérieure assurance (ESA) Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance. Une coopération entre l AFA et AKAD Business HFVESA Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance Une coopération entre l AFA et AKAD Business Ecole supérieure assurance (ESA) 2 Selon l Office fédéral de la formation professionnelle et

Plus en détail

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce et réparation de

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

CCNT Hôtellerie & Restauration

CCNT Hôtellerie & Restauration CCNT Hôtellerie & Restauration Expertise succincte concernant l application de la CCNT Hôtellerie & Restauration dans les institutions membres d INSOS Suisse Cette expertise a été réalisée et mise à disposition

Plus en détail

J 1 50.25. du 18 mai 2011 (Entrée en vigueur : 1 er août 2011)

J 1 50.25. du 18 mai 2011 (Entrée en vigueur : 1 er août 2011) Arrêté étendant le champ d application des conventions collectives de travail pour les métiers de la métallurgie du bâtiment soit : CCT pour le métier d installateur en chauffage, ventilation et climatisation,

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

Informations utiles en vue d un séjour en Suisse

Informations utiles en vue d un séjour en Suisse Informations utiles en vue d un séjour en Suisse CH-4501 Soleure Dornacherstrasse 28A Case Postale 246 Téléphone 032 346 18 18 Téléfax 032 346 18 02 info@ch-go.ch www.ch-go.ch Table des matières Introduction...

Plus en détail

2.06 Etat au 1 er janvier 2011

2.06 Etat au 1 er janvier 2011 2.06 Etat au 1 er janvier 2011 Travail domestique Qu est-ce qui est considéré comme travail domestique? 1 On entend par travail domestique, par exemple, l activité des personnes suivantes : nettoyeuse/nettoyeur;

Plus en détail

Garantir le minimum vital

Garantir le minimum vital 1 er pilier, AVS/AI Garantir le minimum vital Par le biais de l AVS/AI, la prévoyance étatique couvre les besoins vitaux de toute la population. 1. Situation initiale La prévoyance vieillesse, survivants

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

4.11 Etat au 1 er janvier 2013

4.11 Etat au 1 er janvier 2013 4.11 Etat au 1 er janvier 2013 Couverture d assurance en cas de mesures de réadaptation de l AI Couverture d assurance en cas de maladie 1 Toute personne domiciliée en Suisse est couverte par l assurance-maladie

Plus en détail

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES CONVENTION COLLECTIVE INTERREGIONALE DES COMMERCES DE QUINCAILLERIE, FOURNITURES INDUSTRIELLES, FERS, METAUX ET EQUIPEMENT DE LA MAISON Accord du 7 octobre 1999 modifié par avenants du 9 octobre 2002 et

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2010. PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2010 PROVITA Conditions générales d assurance (CGA) de l assurance obligatoire des soins selon la LAMal POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Sommaire Page I Généralités Art. 1 Contenu 3 Art. 2 Base

Plus en détail

Secteur principal de la construction en Suisse (convention nationale) CN du 28.03.2012

Secteur principal de la construction en Suisse (convention nationale) CN du 28.03.2012 Secteur principal de la construction en Suisse (convention nationale) CN du 28.03.2012 Dispositions contractuelles générales Durée du contrat: 01.04.2012 jusqu'au 31.12.2015. CAG: Remarques: Par arrêté

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3240 Convention collective nationale IDCC : 1487. HORLOGERIE-BIJOUTERIE (Commerce

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les diisposiittiiffs llégaux au serrviice de lla fforrmattiion prroffessiionnelllle conttiinue De nos jours, les entreprises et leurs collaborateurs doivent entrer

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Assurance collective ASCO/SWICA pour les entreprises affiliées à l ASCO. Edition 2011

Assurance collective ASCO/SWICA pour les entreprises affiliées à l ASCO. Edition 2011 Assurance collective ASCO/SWICA pour les entreprises affiliées à l ASCO Edition 2011 Sommaire Partie 1: Page 4 Assurance obligatoire des soins Partie 2: Page 6 Couverture de l obligation de l employeur

Plus en détail

travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier

travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier 1 Vous exercez votre activité professionnelle, salariée ou indépendante, sur le territoire français mais résidez sur le territoire

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail