PROJET POEM ETUDE DE LA PERTINENCE DES OUTILS D EVALUATION MULTIDIMENSIONNELLE DANS LE CADRE DU PLAN NATIONAL ALZHEIMER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET POEM ETUDE DE LA PERTINENCE DES OUTILS D EVALUATION MULTIDIMENSIONNELLE DANS LE CADRE DU PLAN NATIONAL ALZHEIMER"

Transcription

1 PROJET POEM ETUDE DE LA PERTINENCE DES OUTILS D EVALUATION MULTIDIMENSIONNELLE DANS LE CADRE DU PLAN NATIONAL ALZHEIMER SECOND TOUR Dominique Somme pour le Comité Scientifique POEM Etude financée par la Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie et la Fondation de Coopération Scientifique Alzheimer Année

2 SOMMAIRE RESUME 4 MEMBRES DU COMITE SCIENTIFIQUE 6 REMERCIEMENTS 7 1. CONTEXTE 8 2. OBJECTIFS 8 3. METHODOLOGIE 9 4. PRESENTATION DU PANEL DE PROFESSIONNELS BIAIS DE L ETUDE 14 I- REGARDS CROISES SUR LES PRATIQUES DECLAREES ET LE CONTENU DES DOSSIERS DES GESTIONNAIRES DE CAS COMPLETUDE DES DOSSIERS DES USAGERS USAGE DES OUTILS D EVALUATION MULTIDIMENSIONNELLE PERCEPTION DES PROFESSIONNELS DE L EVOLUTION DE LEURS PRATIQUES DEMANDE APA ET RENSEIGNEMENT DU GIR SYNTHESE DES SITUATIONS DANS LES DOSSIERS LE PLAN DE SERVICES INDIVIDUALISE MULTIPLICATION DES INTERVENANTS : UNE COORDINATION INTENSIVE LA REEVALUATION DANS LES DOSSIERS DES USAGERS REPRODUCTIBILITE DES DOSSIERS PAR GESTIONNAIRE DE CAS ET PAR SITE FACTEURS INFLUANT SUR LES PRATIQUES DES GESTIONNAIRES DE CAS 25 II- OPINION DES GESTIONNAIRES DE CAS SUR LA DEMARCHE EVALUATIVE APPRECIATION DES OUTILS LIEN ENTRE LES OUTILS D EVALUATION MULTIDIMENSIONNELLE ET LA REALISATION DE LA SYNTHESE ET DU PSI RAPPORT ENTRE USAGE DES OUTILS ET REPRODUCTIBILITE RAPPORT A LA FORMATION AUX OUTILS RAPPORT A LA STANDARDISATION DES OUTILS RAPPORT A L INFORMATISATION DES OUTILS 36 III- DISCUSSION 40 2

3 IV RECOMMANDATIONS 47 CONCLUSION 49 LEXIQUE 50 BIBLIOGRAPHIE 51 ANNEXES 53 3

4 Résumé Le Plan National Alzheimer prévoit, dans sa mesure 4, l implantation d un dispositif intégratif, cherchant à corriger la fragmentation des systèmes d aide et de soins en France. Ce dispositif appelé MAIA (Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer et maladies apparentées) s appuie entre autre sur un nouveau champ professionnel, celui de la gestion de cas (mesure 5 du Plan National Alzheimer). Selon le modèle, issu de la littérature internationale et afin de coordonner et planifier l accompagnement des usagers, ces professionnels doivent utiliser un outil d évaluation multidimensionnelle standardisé. Depuis 2008, 17 sites MAIA expérimentaux sont répartis sur le territoire français. Chaque site a défini son territoire d action et embauché des gestionnaires de cas. Les pouvoirs publics ont laissé le choix aux sites de choisir un outil d évaluation multidimensionnelle standardisé parmi trois : le GEVA-A (Guide d EVAluation des besoins des personnes âgées), l OEMD-SMAF (l Outil d Evaluation MultiDimensionnel basé sur le Système de Mesure de l Autonomie Fonctionnelle) et le RAI-Domicile (Resident Assessment Instrument version Domicile). La répartition du choix des outils par site s est établie de façon inégale (un seul site utilise le RAI-Domicile, 6 le GEVA-A et 10 l OEMD-SMAF). En 2010, le projet POEM s est intéressé à étudier la pertinence des outils d évaluation multidimensionnelle dans le cadre des MAIA, dans l éventualité de la généralisation d un des trois outils. Ce projet qualitatif reposait sur la réalisation d une étude de cas par outil étant donné les fonctionnements et spécificités propres de chacun. Ce projet non comparatif, cherchait à documenter si chacun des trois outils répondait à des finalités attendues 1. Ainsi, 13 sites volontaires ont participé au projet, soit 57 professionnels (gestionnaires de cas, pilotes de sites MAIA et promoteurs des outils) interrogés. Les résultats de ce projet n étaient qu à un stade précoce d utilisation (environ 6 mois), l appropriation des outils d évaluation multidimensionnelle standardisés et de la démarche évaluative était encore en implantation malgré une réceptivité positive des concepts du modèle intégratif. Les gestionnaires de cas ont mis en avant trois conditions favorables à l usage des outils d évaluation multidimensionnelle standardisés : 1. la formation d une part à la démarche et d autre part à l outil lui-même ponctuée de temps de partage interprofessionnel. 2. la standardisation des outils. 3. l informatisation des outils. Finalement, et malgré des pratiques assez partielles, la construction d une nouvelle identité professionnelle semblait étroitement liée à l usage des outils d évaluation multidimensionnelle standardisés. Aujourd hui, un an après ce premier volet de l étude POEM, nous rapportons les résultats d un second volet. Ce «second tour», s intéresse à étudier les éventuelles évolutions de pratiques au travers non seulement du discours des gestionnaires de cas mais aussi de leurs dossiers. Le recueil de données s est fait par questionnaire et extraction de données 1 A savoir : 1. Le caractère réellement multidimensionnel, 2. La pertinence des dimensions explorées compte tenu de la population cible (importance des comorbidités et du retentissement fonctionnel et social des troubles cognitifs), 3. La capacité d évaluer correctement les situations des personnes atteintes des MAMA malgré la présence de troubles cognitifs, 4. L utilisation en pratique clinique, 5. L utilité dans la pratique de l interdisciplinarité, 6. La capacité à identifier les services requis, 7. La sensibilité au changement, 8. La capacité à suivre les trajectoires d aide et de soin, 9. L utilisation d informations agrégées à des fins managériales ou stratégiques. 4

5 des dossiers (respectant un tirage au sort) des professionnels exerçant dans les 15 MAIA validées fin 2010 pour la poursuite de leur projet. Ce volet, plus quantitatif en termes de recueil de données, ne se suffit pas à lui-même et doit s interpréter au regard du premier volet qualitatif POEM. Il s agit donc d illustrer les faits observés dans le premier volet par le second volet et d évaluer leur persistance. Les résultats du second volet du projet POEM confirment largement les résultats précédents. Il existe globalement une légère évolution de l appropriation des outils d évaluation multidimensionnelle standardisés par les professionnels. Toutefois, un décalage entre pratiques réelles et pratiques déclarées persiste et dénote éventuellement d une difficulté d appréhension des liens entre usage de l outil et dispositif intégrateur. Un besoin d accompagnement des professionnels à l innovation ressort de cette faible évolution des pratiques. Les trois conditions favorables à l usage des outils restent inchangées, voire sont renforcées, notamment le besoin des professionnels à voir leur outil être informatisé. Par ailleurs, on note paradoxalement une utilisation du plan de services individualisé 2 plutôt plus importante que celle de l outil. Aucune formation professionnelle ne parait à elle seule suffisante pour garantir une meilleure implantation des pratiques professionnelles mais les difficultés ne paraissent pas du même ordre (difficulté d appropriation initiale de la démarche évaluative standardisée par les travailleurs sociaux et psychologues, versus, difficulté d appropriation du suivi au long cours chez les infirmiers). La nécessité de constituer des équipes interdisciplinaires de gestionnaires de cas se voit ainsi renforcée. Au moment où les MAIA se déploient progressivement sur le territoire, et en dépit des conditions qui se sont modifiées par le choix unique du GEVA-A pour les futures MAIA, les résultats de l étude POEM permettent de procéder à une série de recommandations précises sur la nécessité de la standardisation, les modalités de la formation et de l informatisation des outils. Ils renseignent au niveau international sur le rythme d adoption des nouvelles pratiques professionnelles des gestionnaires de cas. 2 Aboutissement de la démarche d accompagnement, une fois l outil d évaluation multidimensionnelle complété. 5

6 Membres du comité scientifique Sous la responsabilité de Dominique Somme, Gériatre-Assistance Publique Hôpitaux de Paris-Hôpital Européen Georges Pompidou, Chercheur en Santé Publique-Direction Générale de la Santé, Ministère du Travail, de l'emploi et de la Santé, Chargé d'enseignement à l'université Paris Descartes-Faculté de Médecine. Membres du comité scientifique : Juliette Bloch, Médecin épidémiologiste, Directrice scientifique de la CNSA. Yves Couturier, Ph.D., Chaire de recherche du Canada sur les pratiques professionnelles d'intégration de services en gérontologie, Centre de recherche sur le vieillissement, Université de Sherbrooke. Alain Colvez, Médecin épidémiologiste, directeur de recherche à l Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, Montpellier. Pauline Gervais, Doctorante en gérontologie, Université de Sherbrooke. Réjean Hébert, MD Mphil., Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke. Typhaine Mahé, Sociologue, Chargée de mission études et projets innovants, CNSA. Sylvie Merville, Médecin gériatre, CNSA. Mathilde Nugue, Socio-anthropologue, Ingénieure d études, Fondation Nationale de Gérontologie. Matthieu De Stampa, MD PhD, Laboratoire UPRES-EA 2506, Santé, Environnement, Vieillissement, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines. 6

7 Remerciements Nous souhaitons remercier particulièrement l ensemble des gestionnaires de cas pour leur disponibilité, leur investissement et leur gentillesse. Nous remercions également Frédéric Balard, qui a participé à la création des outils méthodologiques ainsi qu à la collecte des données. Cette étude a été rendue possible grâce à un financement d'une part de la Caisse Nationale de Solidarité pour l'autonomie et d'autre part de la Fondation pour la Coopération Scientifique pour la recherche sur la maladie d'alzheimer et les maladies apparentées. 7

8 Introduction 1. Contexte L étude dont nous proposons les résultats ici fait suite au projet initial POEM qui a étudié la pertinence des outils d évaluation multidimensionnelle dans le cadre des MAIA, mesure 4 du Plan National Alzheimer Ce projet, qui était basé sur une approche qualitative, s est intéressé aux pratiques et représentations des gestionnaires de cas et pilotes des sites MAIA, liées aux trois outils d évaluation multidimensionnelle utilisés : le GEVA-A (Guide d EVAluation des besoins des personnes Agées), l OEMD-SMAF (L Outil d Evaluation MultiDimensionnel basé sur le Système de Mesure de l Autonomie Fonctionnelle) et le RAI- Domicile (Resident Assessment Instrument Home Care). Cette étude a mis en exergue, au terme de six mois d utilisation des outils, un décalage entre pratiques et représentations de la démarche d évaluation multidimensionnelle. Les professionnels possédaient, en effet, une représentation positive de la démarche, la percevant comme innovante, pertinente et en lien étroit avec leur identité professionnelle naissante, mais percevaient leur propre usage des outils comme encore partiel et les pratiques professionnelles qui y étaient associées semblaient, selon leur discours, variées. Le projet POEM a de plus étudié chaque outil d évaluation multidimensionnelle standardisé relativement à des finalités attendues, établies par divers travaux antérieurs. Il a enfin mis en évidence trois conditions favorables à l utilisation des outils d évaluation multidimensionnelle, à savoir un programme de formation complet (démarche évaluative et outil d évaluation multidimensionnelle), la standardisation et l informatisation de ces outils. 2. Objectifs Afin de compléter ces résultats, il est apparu nécessaire d une part de confronter les représentations et discours des professionnels aux contenus des dossiers cliniques, et d autre part de vérifier les résultats après une plus longue durée de pratique de la gestion de cas (et une augmentation de la charge en cas). Ainsi l étude présentée ici vient compléter l étude POEM qualitative précédente. L apport des données quantitatives a pour but de confirmer ou d infirmer les résultats qualitatifs du premier volet. Ce volet plus quantitatif en termes de recueil de données, ne se suffit pas à lui-même et doit s interpréter au regard du premier volet qualitatif POEM. Il s agit donc d illustrer les faits observés dans le premier volet par le second volet et d évaluer leur persistance. L analyse portée sur les données chiffrées présentées ici reste principalement qualitative. Ce «second tour du projet POEM» doit permettre une analyse des pratiques des gestionnaires de cas en fonction des outils choisis. En raison de cette double approche, décrite précédemment, ce second tour ne s est intéressé qu aux gestionnaires de cas. L évaluation n est pas un acte professionnel «déconnecté» et il s agit donc d étudier les 8

9 pratiques d utilisation des outils d évaluation multidimensionnelle dans leur articulation avec celles qui ont été mobilisées lors de la mise en place du Plan de Services Individualisé et de la réalisation de réévaluation. Les thématiques de formation et de représentation de la standardisation et de l'informatisation des outils qui avaient émergées très fortement lors du premier tour ont fait l objet de questions spécifiques afin de préciser leur importance et de vérifier la stabilité de ces facteurs dans le temps. 3. Méthodologie Le second tour du projet POEM s appuie sur un questionnaire standardisé fermé et l extraction de données issues des dossiers-usagers des gestionnaires de cas. Visites sur site Comme il avait été constaté lors du projet POEM qualitatif, les sites expérimentaux MAIA sont énormément sollicités, d une part dans le cadre «normal» (équipe de pilotage nationale et expertise), mais aussi par des chercheurs extérieurs. Afin de ne pas multiplier les visites et d améliorer la représentativité des résultats, le recueil de données pour le second tour POEM s est déroulé lors des visites sur site pour l expertise MAIA, prévues de longue date et conventionnelles. Les ingénieurs d étude ont ainsi accompagné les experts en visite sur site. Les visites ont donc comporté un entretien par questionnaire avec le pilote et un avec le promoteur ainsi qu une observation du guichet intégré, mais les résultats de cette expertise ainsi que ceux se rapportant à l interdisciplinarité dans le questionnaire ne sont pas détaillés ici car relevant de la mission confiée aux experts MAIA. En 2010, le premier volet POEM avait porté sur 13 des 17 sites MAIA (volontaires pour participer) dont 1 RAI-domicile, 7 OEMD-SMAF et 5 GEVA-A. Le second volet porte sur les 15 MAIA qui ont été validées fin 2010 pour la poursuite de l expérimentation soit 1 RAIdomicile, 8 OEMD-SMAF et 6 GEVA-A. Au moment de ces deux tours et sur les sites MAIA expérimentaux, seul le RAI-Domicile était informatisé. L OEMD-SMAF était partiellement informatisé (seulement la partie SMAF) et le GEVA-A n était pas du tout informatisé. Questionnaire standardisé Le questionnaire standardisé a cherché à documenter les pratiques des gestionnaires de cas liées à l évaluation et notamment l usage de l outil d évaluation multidimensionnelle standardisé qu ils utilisent. Ce questionnaire a été construit afin de pouvoir mesurer une possible évolution des pratiques professionnelles depuis un an d utilisation. Les deux experts (Dominique Somme et Matthieu de Stampa) et l ingénieur d étude (Mathilde Nugue) ont coélaboré le questionnaire en tenant compte de l avis d experts en sciences humaines et sociales qui les entouraient (Frédéric Balard, Isabelle Vedel notamment). Les thématiques qui devaient être abordées étaient fixées par les objectifs de l étude POEM d une part (usage des outils, formation, standardisation, informatisation, articulation avec les pratiques de mise en place d un plan de services et de la réévaluation) et avec les impératifs de l expertise MAIA d autre part (rapport au pilotage, interdisciplinarité notamment). Seules les premières 9

10 thématiques sont développées ci-dessous. La contrainte était que l ensemble du questionnaire devait être passé en 30 minutes environ pour des raisons de faisabilité de l étude (disponibilité des gestionnaires de cas). Trois questionnaires ont été élaborés : un pour les utilisateurs du GEVA-A (annexe 1), un pour les utilisateurs de l OEMD-SMAF (annexe 2) et un pour les utilisateurs du RAI-Domicile (annexe 3). Le questionnaire a été administré de manière individuelle auprès de 59 gestionnaires de cas sur 62 en poste par l ingénieur d étude responsable du projet POEM. La durée de passation du questionnaire était d environ 30 minutes. Notons que trois gestionnaires de cas n ont pas répondu au questionnaire pour des raisons d emploi du temps (congé maternité et congé). Extraction de données des dossiers L extraction de données issues des dossiers des usagers, tenus par les gestionnaires de cas, s est faite à partir d une grille d indicateurs (cf. annexe 4). Cette extraction permettait de rendre compte des pratiques effectives des professionnels et de l existence de pratiques communes entre gestionnaires de cas au sein d un même site MAIA. Rappelons qu il est demandé aux gestionnaires de cas de réaliser une évaluation complète à l aide d un outil d évaluation multidimensionnelle standardisé afin de rédiger une synthèse de la situation de l usager pour bien cerner ses besoins. Cette évaluation complète permet ensuite de mettre en place un plan de services individualisé et adapté à la situation évaluée. Les données qui ont été extraites avaient donc trait : 1. à l usage des outils (présence de l outil, d une synthèse, et d un plan de services) ; 2. aux pratiques relatives à l outil (usage systématiquement complet ou partiel avec un focus sur un usage détourné qui était paru émergeant lors du premier tour : évaluation uniquement sous l angle de la perte d autonomie fonctionnelle) ; 3. aux pratiques en lien avec la mise en place du plan de services (calcul du GIR, demande APA, présence d un PSI, nombre d intervenants au PSI) ; 4. aux pratiques de réévaluation par l outil. Un dossier est considéré complet sur le plan de l évaluation lorsqu il contient à la fois un outil d évaluation multidimensionnelle standardisé complet et une synthèse. L outil est considéré comme étant complet si aucune «dimension» ou aucun «volet» selon les terminologies n est laissé vide. L outil est considéré comme étant «utilisé» lorsqu au moins une section d une dimension a été renseignée. L évaluation de la complétude a été réalisée de façon visuelle par l extracteur selon le nombre d items remplis sur le nombre d items présents en catégorie de complétude (les différentes catégories possibles étaient 0%, 1-25%, 26-50%, 51-75%, 76-99% et 100%). L ensemble du dossier était examiné en recherchant l information relative au groupe GIR ou à une demande d APA. Le (ou les) plan(s) de services et la présence d une réévaluation ont été examinés dans un second temps. Le calcul du nombre d intervenants s est fait pour un seul PSI par dossier (le dernier en date) et en identifiant les personnes selon leur nom et pas seulement selon le type de service. Notons que l analyse de la réévaluation a été considérée à la fois pour les dossiers de plus de 6 mois et sur 10

11 l ensemble des dossiers (quelle que soit leur ancienneté) étant donné qu elle peut être requise de façon précoce (avant 6 mois) en fonction de l instabilité de la situation. Les notes évolutives étaient exclues du champ d analyse des dossiers. L homogénéité du contenu des dossiers entre gestionnaires de cas et sur les différents sites était évaluée en tenant compte de l ensemble du dossier : la façon dont le dossier était rempli (par exemple toujours telle ou telle partie de l évaluation manquante), et la manière dont il était organisé (des pochettes ou intercalaires séparant de façon reproductible les différentes parties du dossier (demande, évaluation, psi, notes évolutives, etc.) Sur chaque site un petit nombre de dossiers (entre 2 et 4 dossiers par site) était analysé par les deux experts pour permettre d évaluer si des différences de jugement avaient pu émerger ce qui n a jamais été le cas. Cinq dossiers par gestionnaires de cas ont été étudiés, répondant à une répartition temporelle précise : - 1 dossier récent : c est-à-dire dont la première évaluation a été faite depuis 1 à 6 mois, ceci nous permettant de regarder les pratiques liées à la première évaluation de la situation de l usager ; - 3 dossiers intermédiaires : entre 6 et 12 mois après la première évaluation, dans le but de comprendre les pratiques en routine ; - 1 dossier ancien : de plus de 1 an, afin de mettre en exergue le suivi des trajectoires dans l évaluation et une éventuelle évolution des pratiques professionnelles au cours du suivi d un même dossier. En respectant cette condition d ancienneté, 283 dossiers ont été choisis par tirage au sort à partir de la liste de dossiers fournie par le pilote du site MAIA concerné. Le tirage au sort a été réalisé à partir de la liste des dossiers ouverts par gestionnaire de cas et avec les dates d entrée en gestion de cas. Le tirage au sort s est fait par une routine informatique sur Excel (ALEA.ENTRE.BORNES). Notons que les dossiers des trois gestionnaires de cas n ayant pas répondu au questionnaire font aussi partie de ces 283 dossiers. De plus, le nombre de dossiers par gestionnaire de cas pouvait varier en fonction de son ancienneté dans la fonction, il arrive donc que nous ayons étudié moins de cinq dossiers par professionnel (absence de dossier suivi depuis plus de 6 ou 12 mois). L ensemble des questionnaires et des extractions de données des dossiers usagers a été anonymisé. 4. Présentation du panel de professionnels Le panel de gestionnaires de cas se compose majoritairement de femmes (55 soit 93%) et de professionnels issus du secteur social (assistant social et conseiller en éducation sociale et familiale) (24 soit 40,7%). Viennent ensuite les infirmiers (16 soit 27,1%) puis les psychologues (11 soit 18,6%). Les professionnels issus d autres formations sont très peu nombreux (3 soit 5,1%). Ces formations regroupent celles qui n ont pas de contexte professionnel reconnu en lien avec l accompagnement des personnes âgées dans leur maintien à domicile, on y trouve ainsi une juriste, une personne ayant une licence professionnelle en gérontologie ou une éducatrice spécialisée. 11

12 Tableau 1 : Répartition des gestionnaires de cas par sexe et par profession initiale Sexe Formation initiale F H Total général Autre (n=3) 5,5% (3) 0% (0) 5,1% Ergothérapeute (n=5) 5,5% (3) 50% (2) 8,5% Infirmier (n=16) 25,5% (14) 50% (2) 27,1% Psychologue (n=11) 20% (11) 0% (0) 18,6% Travailleur Social (n=24) 43,6% (24) 0% (0) 40,7% Total général (n=59) 100% (55) 100% (4) 100% Les professionnels interrogés sont plutôt jeunes (30,5% ont moins de 30 ans et 35,6% ont entre 30 et 40 ans) et avec une expérience professionnelle qualifiante 3 pour la gestion de cas généralement de moins de 10 ans. A noter que la fiche de poste, fournie par l équipe projet nationale demandait le recrutement de professionnels expérimentés dans l accompagnement des personnes âgées par les sites MAIA. Cependant, 30,5% des gestionnaires de cas ont moins de 30 ans et 6,8% n ont aucune expérience. Ces recrutements peuvent s expliquer par le caractère précaire de la mission de gestion de cas induit par le cadre expérimental (la grande majorité des gestionnaires de cas ont été recrutés en CDD), ce qui a entraîné sur certains sites quelques difficultés de recrutement. 3 Le cahier des charges des MAIA stipule que cette expérience qualifiante réside en «une formation d auxiliaire médical, d assistant de service social ou de psychologue et une expérience professionnelle dans le soin, l aide ou l accompagnement des personnes» 12

13 Tableau 2 : Part des professionnels par nombre d années d expérience professionnelle qualifiante auprès des personnes âgées pour la gestion de cas Expérience prof qualifiante % Aucune expérience (n=4) 6,8% moins de 10 ans (n=26) 44,1% 10 à 20 (n=16) 27,1% plus de 20 (n=13) 22,0% Total (n=59) 100% Tableau 3 : Répartition des professionnels par tranche d âge Tranche d âge % moins de 30 ans (n=18) 30,5% ans (n=21) 35,6% ans (n=11) 18,6% plus de 50 ans (n=9) 15,3% Total (n=59) 100% Une large majorité des professionnels (74,6%) travaille à temps plein. Parmi les gestionnaires de cas travaillant à temps partiel, tous ont un temps de travail égal ou supérieur à 50%. Tableau 4 : Répartition des professionnels par temps partiel (%) Temps partiel % 50% (n=10) 66,7% 60% (n=1) 6,7% 80% (n=3) 20% 90% (n=1) 6,6% Total (n=15) 100% Il était attendu d un gestionnaire de cas qu il accompagne entre 35 et 40 usagers en même temps. A un an de l expérimentation des MAIA, ce sont 12,1% (soit 4 professionnels) des 13

14 professionnels à temps plein, qui suivent une telle file active. Globalement, les professionnels à temps plein ont une file active plutôt entre 21 et 35 usagers. Tableau 5 : File active des professionnels à plein temps 4 Nombre de personnes en file active % moins ou égal à 20 PA (n=7) 21,2% PA (n=22) 66,7% 36 PA et plus (n=4) 12,1% Total (n=33) 100% A temps partiel, toujours supérieur ou égal à 50%, le phénomène est le même puisque la plupart des professionnels concernés suit une file active inférieure à 20 usagers. Tableau 6 : File active des professionnels à temps partiel (supérieur ou égal à 50%) Nombre de personnes en file active % Moins de 20 personnes âgées (n=9) 81,8% Plus de 20 PA (n=2) 18,2% Total (n=11) 100% Notons par ailleurs, qu il n existe pas de critères d éligibilité nationaux à l entrée en gestion de cas communs à tous les sites MAIA. Il peut donc exister des profils d usagers différents selon les sites étudiés. 5. Biais de l étude Tout d abord, il existait une grande disparité dans la répartition des professionnels par outil utilisé. Les interrogés étaient 36 utilisateurs de l OEMD-SMAF (soit 61% des gestionnaires de cas), 20 utilisateurs du GEVA-A (soit 33,9%) et 3 utilisateurs du RAI-Domicile (5,1%). De la même manière, cette disparité se retrouve dans le nombre de dossiers étudiés par outil : 191 pour l OEMD-SMAF (soit 67,5% des dossiers), 79 pour le GEVA-A (soit 27,9%) et 13 pour le RAI-Domicile (soit 4,6%). Cette inégale répartition, fruit d un choix laissé aux sites expérimentaux comme explicité dans le rapport POEM du premier tour, explique qu il parait impossible de faire une comparaison des résultats entre les différents outils, mais permet une analyse outil par outil 4 Notons que 4 sites (soit 15 gestionnaires de cas) n ont pas été comptabilisés dans le recueil des files actives car la question a émergé au cours de l enquête de terrain 14

15 des résultats en tenant compte de la fragilité de ceux-ci pour ce qui concerne le RAI- Domicile. De la même manière, ce sont les porteurs des sites MAIA qui ont effectué le recrutement de leurs gestionnaires de cas. L inégale répartition des fonctions initiales chez les gestionnaires de cas constitue ainsi un biais, toutefois assez faible, dans l observation des pratiques globales des professionnels. Il est enfin important de noter que lors de la réalisation du second volet du projet POEM, la CNSA a annoncé la décision de généraliser un outil d évaluation multidimensionnelle standardisé parmi les trois déjà utilisés. Cette annonce a pu influencer les réponses des gestionnaires de cas (notamment lors de la passation du questionnaire) dans une logique de défendre «son outil» utilisé. En revanche, les dossiers paraissent peu sujets à avoir été modifiés, leur analyse ne nous paraît pas biaisée en ce sens. 15

16 I- Regards croisés sur les pratiques déclarées et le contenu des dossiers des gestionnaires de cas 16

17 I - Regards croisés sur les pratiques déclarées et le contenu des dossiers des gestionnaires de cas Il s agit dans cette partie de croiser les pratiques telles qu observées dans les données issues des extractions de dossiers et les pratiques déclarées par les gestionnaires de cas lors de la passation du questionnaire. 1. Complétude des dossiers des usagers 83,4% des dossiers étudiés ne possèdent pas à la fois l outil d évaluation multidimensionnelle standardisé complet et la synthèse. 80,2% des dossiers ne comportent pas d outil d évaluation multidimensionnelle standardisé rempli de manière exhaustive et 53,7 % ne contiennent pas de synthèse. Tableau 7 : Complétude des dossiers des usagers Synthèse Pas de synthèse Total Dossier complet (n=47) Dossier incomplet (n=236) 100% (n=47) 0% (n=0) 16,6% 35,6% (n=84) 64,4% (n=152) 83,4% Outil complet (n=56) 83,9% (n=47) 16,1% (n=9) 19,8% Outil incomplet (n=184) 42,9% (n=79) 57,1% (n=105) 65,0% Pas d outil (n=43) 11,6% (n=5) 88,4% (n=38) 15,2% Total (n=283) 46,3% (n=131) 53,7% (n=152) 100% Près de la moitié (47,5%) des gestionnaires de cas estiment «plutôt bien remplir» leurs dossiers. Ainsi, même si aucun gestionnaire de cas ne considère «toujours bien remplir» ses dossiers, il semble exister un contraste entre l opinion des gestionnaires de cas et le contenu de leurs dossiers. 17

18 Tableau 8 : Perception des professionnels du remplissage de leurs dossiers Dossiers bien remplis % Oui, toujours 0% Oui, plutôt 47,5% Oui, souvent 13,5% Oui, un peu 33,9% Rarement 5,1% Total 100% 2. Usage des outils d évaluation multidimensionnelle o Délai nécessaire à la réalisation d une évaluation complète La diversité des pratiques se note dans les délais de réalisation d une évaluation complète (à l aide de l outil d évaluation multidimensionnelle standardisé et aboutissant à une synthèse). En effet, même si 20,3% des gestionnaires de cas réalisent une évaluation complète en une journée, 23,7% des professionnels nécessitent 2 à 7 jours et 39% des professionnels un mois ou plus. Tableau 9 : Délai nécessaire à la réalisation d'une évaluation complète Délais Effectif % 1 jour 12 20,3 De 1 jour à 1 semaine 7 11,9 De 2 à 3 semaines 14 23,7 1 mois ou plus Ne sait pas 3 5,1 Total o Usage du GEVA-A Dans les sites où l outil GEVA-A est utilisé, le GEVA-A est souvent complété au-delà de 50% des items, la complétion totale de l outil étant cependant une pratique minoritaire (36,7%). Néanmoins, 11,4% des gestionnaires de cas utilisateurs du GEVA-A accompagnent les usagers sans faire d évaluation multidimensionnelle de leur situation. 18

19 Tableau 10 : Taux de remplissage du GEVA-A dans les dossiers Taux de remplissage GEVA-A Effectif % 0% 9 11,4% 1%-25% 3 3,8% 26%-50% 5 6,3% 51%-75% 10 12,7% 76%-99% 23 29,1% 100% 29 36,7% Total % Malgré un usage majoritaire, lorsque des données manquent dans l évaluation, ce sont plus souvent les données issues du volet 6 du GEVA-A qui renseigne l autonomie fonctionnelle. Tableau 11 : Utilisation des volets du GEVA-A Volet 6 utilisé Autres volets utilisés Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage Oui 58 73,4% 68 86,1% Non 21 26,6% 11 13,9% Total % % o Usage de l OEMD-SMAF Les pratiques liées à l OEMD-SMAF semblent également variées. Ainsi, 17,8% des dossiers des sites pour lesquels l outil OEMD-SMAF a été choisi, ne contiennent pas d outil d évaluation multidimensionnelle standardisé et seuls 7,3% des dossiers contiennent un OEMD-SMAF complet. A noter que 35,1% des dossiers contiennent un OEMD-SMAF complété entre 1 à 25% de sa totalité, ce qui revient à ne remplir que la partie SMAF. Ainsi, les dossiers où manquent les données SMAF sont de 26,7% alors que dans 48,7% des dossiers, les données issues du reste de l outil manquent. 19

20 Tableau 12 : Part du taux de remplissage de l OEMD-SMAF dans les dossiers % remplissage OEMD- SMAF Effectif % 0% 34 17,8% 1%-25% 67 35,1% 26%-50% 30 15,7% 51%-75% 21 11,0% 76%-99% 25 13,1% 100% 14 7,3% Total % Tableau 13 : Utilisation des parties SMAF et OEMD dans l OEMD-SMAF SMAF utilisé OEMD utilisé Effectif Pourcentage Effectif Pourcentage Oui ,3% 98 51,3% Non 51 26,7% 93 48,7% Total ,0% % o Usage du RAI-Domicile Le RAI-Domicile contrairement aux deux autres outils est totalement informatisé. Cette version informatisée utilisée par les gestionnaires de cas impose un remplissage complet et exhaustif de l outil d évaluation multidimensionnelle standardisé pour mettre en place l accompagnement. L ensemble des dossiers (100%) du site ayant choisi le RAI-Domicile contient des outils complets. 3. Perception des professionnels de l évolution de leurs pratiques Les gestionnaires de cas sont 56% à dire utiliser de plus en plus leur outil et 39% jugent l utiliser autant qu à leur début en gestion de cas (5% disent l utiliser de moins en moins). Par ailleurs, les gestionnaires de cas jugent globalement (69,5%) plus rapide leur utilisation des outils d évaluation multidimensionnelle. 20

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Licence professionnelle Éditeur

Licence professionnelle Éditeur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Éditeur Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA BILAN D ETAPE 1 MATERIEL MEDICAL : UN CHAMP D INTERVENTION QUI SUSCITE DES ATTENTES FORTES RESUME Au printemps 2013, l URPS

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question

Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question Fiche n 1 Le projet de rénovation des EHPAD «les Camélias» et «les Glycines» de Dax remis en question Origine du projet Le CCAS de Dax est gestionnaire de deux établissements qui étaient à l origine des

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

PROJET POEM ETUDE DE LA PERTINENCE DES OUTILS D EVALUATION MULTIDIMENSIONNELLE DANS LE CADRE DU PLAN NATIONAL ALZHEIMER

PROJET POEM ETUDE DE LA PERTINENCE DES OUTILS D EVALUATION MULTIDIMENSIONNELLE DANS LE CADRE DU PLAN NATIONAL ALZHEIMER PROJET POEM ETUDE DE LA PERTINENCE DES OUTILS D EVALUATION MULTIDIMENSIONNELLE DANS LE CADRE DU PLAN NATIONAL ALZHEIMER RAPPORT D ETUDE Comité scientifique réuni par le Dr Dominique Somme Décembre 2010

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Licence professionnelle Bibliothécaire

Licence professionnelle Bibliothécaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Bibliothécaire Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Sondage Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité VIAVOICE «Mieux comprendre l opinion pour agir» Études et conseil en opinions 9 rue Huysmans

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Cahier méthodologique, tableau récapitulatif 2009-2013 et Matrices importance/performance Mars 2014 Service Études et Statistiques Table

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Nous avons envoyé nos questionnaires à 697 associations susceptibles de fournir une information ou un accompagnement aux personnes

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Laurence Touré Juin 2010

Laurence Touré Juin 2010 Laurence Touré Juin 2010 Introduction Enquêtes quantitatives, quantitatives, mixtes Protocole d une recherche qualitative Définition de la population d enquête Méthodes d enquête qualitatives La technique

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités Synthèse des résultats de l enquête menée par le Groupe accueil des bibliothèques

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Des études pour un emploi

Des études pour un emploi Consultation «Universités entreprises» http://www.universites-entreprises.com Des études pour un emploi Premiers résultats filière par filière Mai 6 Union nationale interuniversitaire 8 rue de Musset 7516

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques

Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coordinateur de projets en gestion des risques Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Top 10 des fonctionnalités sur une page produit

Top 10 des fonctionnalités sur une page produit Top 10 des fonctionnalités sur une page produit une étude Sur un site e-commerce, c est notamment sur une fiche produit que se décide l acte d achat. Cette page importante va souvent permettre de convertir

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Les Français et la chute de cheveux

Les Français et la chute de cheveux Les Français et la chute de cheveux Sondage Ifop pour Oxygen et Norgil Contacts Ifop : Romain Bendavid - Directeur de Clientèle Thomas Simon Chargé d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Programme "Conception et simulation" COSINUS Edition 2009. Projet

Programme Conception et simulation COSINUS Edition 2009. Projet Projet Numéro d'ordre du projet : Acronyme du projet : Titre du projet : Coordonnateur du projet (nom/laboratoire) : Thématique principale : Montant total de l'aide demandée (en k ) : Durée du projet :

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion d'actifs financiers back et middle offices de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011

Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011 Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011 Remarque préliminaire : les dates d arrêt de la Cifre s étalent sur toute l année 2011, ce qui entraîne

Plus en détail

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Septembre 2005 Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Cette étude permet de quantifier ce qui avait été mis en évidence par l étude qualitative

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

Les cadres sont-ils présents sur les réseaux sociaux professionnels? Comment perçoivent-ils ces outils? Les jugent-ils utiles? C est notamment à ces

Les cadres sont-ils présents sur les réseaux sociaux professionnels? Comment perçoivent-ils ces outils? Les jugent-ils utiles? C est notamment à ces LES CADRES ET les réseaux sociaux LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE NOVEMBRE 2012 SYNTHÈSE Les cadres sont-ils présents sur les réseaux sociaux professionnels? Comment perçoivent-ils ces outils? Les jugent-ils

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4 FM N 111499 Contact Ifop : Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d'entreprise prenom.nom@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION

COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION CIG Service Prestataire COMPTE RENDU DU QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION Enquête effectuée du 1 er janvier au 31 août 2013 Madame Bara Responsable du Service Prestataire Janvier 2014 Version du 05/03/2014

Plus en détail

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES Brigitte Fillion Chargée de projets, CRLB Virtuel Nicole Beaudoin Conseillère aux affaires cliniques, AERDPQ Colloque Aides techniques 2.0 12 mai 2011

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 Octobre 2012 JALMA N 110750 Contact Damien Philippot Directeur de clientèle Département Opinion damien.philippot@ifop.com L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 1 La méthodologie 2 NOTE MÉTHODOLOGIQUE

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE

ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE LE CONTEXTE L Agence du patrimoine immatériel de l État (APIE) promeut depuis sa création en 2007 une meilleure prise en compte du patrimoine

Plus en détail

Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement

Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement Mission EDUC2 (Bilan démarche qualité) RAPPORT FINAL 2 Juillet 2008

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Psychologie de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestionnaire des ressources humaines (GRH) de l Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail