NKUL BETI. econobeti

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NKUL BETI. econobeti"

Transcription

1 NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain

2 Sans une organisation efficiente des contacts, qui nous servent à localiser les ressources ou à les générer, nous ne pouvons pas avoir l aide nécessaire à la réalisation de nos idées. C est à travers les contacts que nous nous créons dans la vie, que nous sommes en mesure d atteindre nos ambitions. econobeti, un projet qui me tient tant à cœur et dont l idée a vu le jour 5 ans avant celle de la mobilisation des ekang. Je dirais même que c est econobeti qui a donné l impulsion nécessaire pour arriver à ce que nous savons de la mobilisation aujourd hui. Apres avoir compris que le monde ne fonctionne pas sans contacts, j avais alors décidé de créer une plateforme beti pour organiser les contacts professionnels entre-nous. Je n avais malheureusement pas donné assez de priorité dans le passé à cette plateforme de contacts, il s avère donc aujourd hui que je revienne de force à construire cet espace favorable à l organisation de la vie professionnelle entre les ekang. Ma motivation de l époque pour econobeti est encore valable aujourd hui : Sans une organisation efficiente des contacts, qui nous servent à localiser les ressources ou à les générer, nous ne pouvons pas avoir l aide nécessaire à la réalisation de nos idées. C est à travers les contacts, que nous nous créons dans la vie, que nous sommes en mesure d atteindre nos ambitions. Dans le cas du Mouvement Nkul Beti, nous sommes condamnés à se créer des contacts pour une vision un peu plus institutionnelle - je parle d institution ici parce que c est au sein d une structure forte que nous seront en mesure de lier professionnellement les «ekang méfiants» entre eux. Les rapports entre les ekang dans le monde professionnel ne sont pas assez solides, il existe un phénomène de méfiance entre nous qui nous pousse à ne pas intensifier l idée d un partenariat ekang, alors que c est ce partenariat qui constitue la base du développement social. Il nous faut mettre une institution sur pied qui s occupe uniquement de promouvoir le partenariat social et professionnel. Chacun de nous pourrait bien se créer des contacts indépendamment des autres, mais dans l ensemble et pour un mouvement d ensemble, nous avons besoin d une structure unique de son genre qui a pour seule mission de développer un réseau de travail au sein de la communauté ekang. Pour une société comme la notre, dépourvue de toute forme de structures de développement, la seule porte de sortie dans ce monde en pleine évolution est l organisation efficace des contacts entre-nous. Notre grand capital repose sur 2

3 nos ressources humaines, alors notre première exigence devrait consister à savoir «qui fait quoi?». C est en répondant à cette question que nous allons réussir à pratiquer un travail de réseau, et c est dans ce réseau, que j appelle «réseau social d entraides», que nous allons générer toutes les autres formes de ressources dont nous avons besoins pour se développer. En lançant l idée d econobeti, il est question de ramener les ekang travailleurs sur une même table de travail. Il est question aussi de rechercher les ambitieux, les dynamistes et les disciplinés de notre société pour que ensemble on apporte un changement en développant, en créant et produisant. Le monde actuel n évolue que grâce à la fusion des idées et des efforts, et nous les ekang ne sommes pas exceptés du fusionnisme. Je le souligne encore ici, nous devons coordonner les efforts des uns et des autres pour arriver à un résultat commun. De ce fait, le grand défi à relever est de définir, comment est-ce que nous comptons localiser et gérer les efforts et le génie ekang, qui sont repartis dans les quatre coins du monde? Cette question nous ramène à un problème d infrastructure et du savoir-faire, qui est effectivement est à prendre au sérieux et qui nous remet face au point de départ à savoir, comment générer les ressources? Nous ne devons pourtant pas capituler face au manque d infrastructure et du savoir-faire, le plus important est la motivation que nous avons pour organiser les efforts et le génie ekang qui sont éparpillés dans le monde. Nous savons en plus que les moyens technologiques actuels peuvent déjà contribuer directement à l atteint de tout ce que nous envisageons. Récapitulons l idée d econobeti Permettez-moi de revenir sur ce qui a déjà été dit sur econobeti, mais en résumant econobeti représente une institution mixte et internationale qui rassemble au premier plan les spécialistes des métiers, les experts, les artistes, les écrivains, les associations, les entreprises, les porteurs de projets, les développeurs, les chercheurs et sans oublier les politiciens. econobeti préconise d abord la discipline, le travail, le dynamisme et l esprit de changement. C est une plateforme qui nous permet de mobiliser les ressources tant sur le plan humain, matériel que financier. Tout membre de ce réseau social bénéficie des atouts de celui-ci : les marchés qui se créent ; les contacts ; les coopérations ; les financements etc. econobeti représente de ce fait pas seulement un instrument de mobilisation des ressources, mais aussi un espace d échanges d informations et d affaires entre ses membres. 3

4 Toutes les associations ekang peuvent intégrer ce réseau pour avoir plus de moyens, pour entrer en possession des ressources ou trouver des partenaires. econobeti deviendra ainsi la plateforme centrale qui intégrera toutes les associations qui naîtront du Mouvement Nkul Beti ou qui le soutiendront. Il s agit en effet de coordonner les efforts des uns et des autres afin d arriver à un résultat d ensemble. La particularité d econobeti Il existe assez de réseaux sociaux d entraides dans le monde, tant sur un plan virtuel que réel. Afin de faire ressortir la particularité d econobeti, nous devons revenir sur l objectif principal de ce réseau qui est «la gestion des efforts et du génie ekang» et puis faire une approche par rapport à ce que j appelle «institution mixte et internationale». L idée particulière, presque stratégique d econobeti est de l internationaliser pour qu il soit aussi ouvert aux «étrangers». Objectivement nous n avons pas les moyens (infrastructures, les finances, le savoir-faire, la technologie etc.) pour créer un cercle professionnel restreint, alors il faut rendre econobeti flexible, surtout pour attirer les entreprises et associations étrangères à l intégrer. L apport des compagnies et des associations internationales est plus stratégique, dans la mesure où nous voulons par exemple développer les régions dépourvues de chez-nous. Ce but à lui seul demande déjà assez de ressources, que nous sommes obligés d intégrer d autres partenaires dans nos concepts. La manière intelligente d agir ne consiste pas seulement à gérer les efforts et le génie des ekang, mais aussi à gagner des partenaires susceptibles de mettre à notre disposition leurs ressources (infrastructure, équipement, personnels, le savoirfaire, les finances, les chemins de distributions etc.) Vu la composition mixte des membres d econobeti et des intérêts différents au sein de ce réseaux social d entraides, je parle plus du consortium econobeti où chaque membre en fonction des ses ambitions pourra trouver son compte. econobeti se résume ainsi comme un cercle professionnel agissant sur deux pôles : d un côté «le social» et de l autre «l économie». Naturellement que nous devons tenir à ce qu il ait équilibre entre les deux pôles (Win-win Situation). Internet et les réseaux sociaux C est relativement facile aujourd hui de créer un réseau social par le biais des plateformes comme facebook. Il est alors important de savoir, pourquoi on n utilise pas ce qui existe déjà au lieu de recommencer à zéro en créant econobeti 4

5 Je crois l avoir déjà souligné dans un de mes articles, que les plateformes comme facebook ont été pensées pour récompenser la perte de la vie sociale dans les pays développés. La vie sociale dans les pays développés ne se passe plus dans un cadre familial réel : Les gens sont occupés intensément par le travail et ils parlent seulement du travail tout au long de la journée. Facebook par exemple devient alors un instrument important qui ramène un peu cette vie sociale dans le quotidien des gens, même comme ce-ci demeure toujours du virtuel, avec des inconvénients encore plus graves (facebook est un consommateur extrême du temps, ce temps dont a besoin pour innover, créer et produire. Ceux qui se retrouvent régulièrement sur facebook ne sont pas productifs, mon point de vue) Si on regarde plus loin, facebook et autres demeurent des plateformes pour échanger des informations (textes, photos et vidéos). Naturellement qu il y a d autres formes d utilisation qui y naissent, comme par exemple la publicité, la recherche des personnes ou alors la diffusion de l actualité lors d un événement important. Mais en gros nous parlons de l échange d informations. On peut faire aussi de la promotion culturelle sur facebook, par exemple plusieurs groupes existent sur facebook qui présentent la culture ekang. Sur un plan virtuel, on ne peut pas en réalité se servir de facebook par exemple pour gérer les efforts et le génie ekang, car il ne s agit pas seulement de partager les informations au sein de la communauté, mais aussi de doter la communauté avec des outils de communication permettant une gestion et une organisation efficace des activités professionnelles. Sur un plan réel, facebook et autres ont montré leurs défaillances. Il est difficile de transporter complètement ce qui se passe sur facebook dans le monde réel. Notre objectif avec econobeti est autre, car nous voulons effectivement agir sur le terrain en générant des infrastructures, du personnel et du capital. En conclusion, nous apprenons de facebook et autres que c est possible aujourd hui de gérer les informations des millions de personnes. Et si nous tenons compte d un des fondateurs de google qui disait que «l avenir appartient à ceux qui seront en mesure d organiser les informations», alors nous sommes amener à utiliser intelligemment le concept d un réseau social comme facebook. Facebook compte aujourd hui plus de 350 Millions de clients et il a au moins 150 Millions Dollars de revenu par an. Internet peut ainsi jouer un rôle moteur au développement si on reconnaît son potentiel et si on l utilise en notre faveur. Nous allons donc utiliser les mêmes moyens que facebook et autres pour créer un réseau social capable d agir sur le terrain. Nous allons sur les mêmes bases conceptuelles appliquer le NETWORKING de haute performance afin de mieux coopérer entre nous. Le grand défi auquel econobeti fera face, sera de motiver les entreprises et associations détentrices de ressources à intégrer ce consortium. 5

6 Toujours essayer avant d échouer. Ne laissez jamais la peur d échouer vous arrêter. Prière de partager ce document avec toute la communauté beti du monde 6

NKUL BETI. La voix du peuple

NKUL BETI. La voix du peuple NKUL BETI La voix du peuple LE TEMPS DU DIALOGUE LES MOYENS D EXPRESSION LA PROMOTION LES INTERVIEWS Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sommaire 1 Les moyens d expression

Plus en détail

NKUL BETI. La mobilisation dans sa phase de structuration

NKUL BETI. La mobilisation dans sa phase de structuration NKUL BETI La mobilisation dans sa phase de structuration Zemprosys Group, entreprise sociale promoteur du Mouvement Nkul Beti Paru le 11 juillet 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun

Plus en détail

Le MOUVEMENT NKUL BETI 2009-2013

Le MOUVEMENT NKUL BETI 2009-2013 Le MOUVEMENT NKUL BETI 2009-2013 La plateforme sociale de promotion, d entreprenariat et de développement communautaire. L association «Forum International Ekang ou FIE» se repositionne après les retouches

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Notes d allocution. Paul Cantor Président du Conseil d administration

Notes d allocution. Paul Cantor Président du Conseil d administration Notes d allocution Paul Cantor Président du Conseil d administration Assemblée publique annuelle Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Le 10 décembre 2009 Salle Sussex Centre

Plus en détail

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires «L Avenir de l agriculture : l Agriculteur!» Le jeudi 10 novembre 2011 Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires Edith Luc, Ph.D. Consultante et auteure en leadership des personnes

Plus en détail

newsletter 88 sommaire ÉDITORIAL Éditorial La CEC rencontre l eurodéputé Thomas Mann Réunion de la Task Force européenne

newsletter 88 sommaire ÉDITORIAL Éditorial La CEC rencontre l eurodéputé Thomas Mann Réunion de la Task Force européenne newsletter 88 2015 JUILLET - SEPTEMBRE sommaire Éditorial La CEC rencontre l eurodéputé Thomas Mann Réunion de la Task Force européenne La CEC et la crise des migrants Nos membres 1 2 3 4 5 ÉDITORIAL Les

Plus en détail

5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES DE L EDUCATION

5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES DE L EDUCATION 5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE --------- ALLOCUTION DU COMMISSAIRE EN CHARGE DES RESSOURCES HUMAINES, DE LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE DE LA COMMISSION

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Performance et débordements du travail sur la vie personnelle Les enseignements d une étude menée auprès de cadres en France

Performance et débordements du travail sur la vie personnelle Les enseignements d une étude menée auprès de cadres en France Performance et débordements du travail sur la vie personnelle Les enseignements d une étude menée auprès de cadres en France Émilie Genin École de Relations Industrielles Université de Montréal Colloque

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU Monsieur Carlos LOPES, Directeur Général de l UNITAR et Sous-secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Edwin FORLEMU, Secrétaire Exécutif

Plus en détail

Projet d ouverture d un atelier de formation à la musique assistée par ordinateur (MAO) à l école de musique

Projet d ouverture d un atelier de formation à la musique assistée par ordinateur (MAO) à l école de musique Projet d ouverture d un atelier de formation à la musique assistée par ordinateur (MAO) à l école de musique 1- La Musique Assistée par Ordinateur (MAO), ses développements et sa place dans la musique

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PRÉAMBULE Le présent document est la première politique de développement durable du Musée Stewart, développée et mise en œuvre en collaboration avec le Musée McCord.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada Mémoire à l intention

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

LE GRAD & PARTENAIRES

LE GRAD & PARTENAIRES BlogueurJOB Découvrez la manière la plus simple d'entreprendre et de gagner assez bien sa vie en animant un BLOG DE QUOI S AGIT-IL EXACTEMENT? "BlogueurJOB" fait parti des programmes Networking de l association

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs,

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Je suis ravi d' être ici ce soir pour le lancement officiel du programme Horizon 2020 en France. Avec près de 80 milliards d'euros

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication»

Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication» 1 Dossier de recherche Titre : «Les domaines de la communication» Auteurs : Maria Barbara Carroll De Obeso Rocke Rajaofetra Cours OIP 505 A «Sémiotique de la culture et communication interculturelle» INALCO

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

ENTRETIEN : el-atlal, un projet de résidence artistique en Palestine - Clique.tv

ENTRETIEN : el-atlal, un projet de résidence artistique en Palestine - Clique.tv Page 1 sur 7 Radio 27 janvier 2015 ENTRETIEN : el-atlal, un projet de résidence artistique en Palestine El-Atlal est une toute jeune association qui a pour vocation de créer une résidence d'artistes et

Plus en détail

Notre ambition : devenir un acteur principal de l immobilier en France, d ici 5 ans!

Notre ambition : devenir un acteur principal de l immobilier en France, d ici 5 ans! LE MOT DU FONDATEUR : Laurent KOEHLER Depuis 2002, les agences KOEHLER IMMOBILIER n ont cessé de prendre des parts de marché dans un contexte concurrentiel toujours plus difficile, et des exigences clients

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Quatrième grand prix V.I.E Europe du Sud Est

Quatrième grand prix V.I.E Europe du Sud Est Quatrième grand prix V.I.E Europe du Sud Est Grand Prix V.I.E EDSE Innovation Grand Prix V.I.E EDSE Performance commerciale Grand Prix V.I.E EDSE Prix Spécial Nom du candidat : Florent GERARD Responsable

Plus en détail

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Maillage 3D adapté à l écoulement d air à l arrière d un avion supersonique Vous êtes dirigeant de PME de la filière logicielle et conscient que l innovation

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005 Respecter ses engagements Le budget de 2005 Forger une économie productive et durable le 23 février 2005 Les résultats économiques et financiers remarquables du Canada Depuis l élimination du déficit en

Plus en détail

Message du président du conseil

Message du président du conseil 17 Messages du président du conseil et du président et chef de la direction 18 Message du président du conseil Le conseil d administration de la Caisse se réjouit des solides rendements obtenus durant

Plus en détail

De l ombre à la lumière, pour toujours

De l ombre à la lumière, pour toujours De l ombre à la lumière, pour toujours SUITE 800, 10301 SOUTHPORT LANE SUD-OUEST CALGARY (ALBERTA) T2W 1S7 La Commission de la santé mentale du Canada télécopieur : 403-385-4044 courriel : info@commissionsantementale.ca

Plus en détail

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Des heures de remédiations sont organisées dans tous les établissements et présentes dans toutes les

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Kevin G. Lynch Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet Pour l année finissant le 31 mars 2006 Catalogage avant

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n

De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n Caen le 03/04/2015 Pascal RENAUD Stage Chef de projet marketing et conception de site «Face à la vulgarisation des réseaux sociaux et à l audience qu ils entraînent,

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DU COORDONNATEUR

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DU COORDONNATEUR RÔLES ET RESPONSABILITÉS DU COORDONNATEUR Très souvent, la promotion à un poste de gestion s appuie sur une bonne performance au chapitre des opérations. Pourtant, les rôles et les responsabilités liés

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

Carte de la Terre Sainte

Carte de la Terre Sainte Carte de la Terre Sainte Page 1 La Terre Sainte regroupe 8 communes du bout du canton de Vaud, les dernières communes avant le canton de Genève. Elles représentent environ 15'000 habitants. C est une région

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

LES BASES DU MANAGEMENT

LES BASES DU MANAGEMENT LES BASES DU MANAGEMENT Formation Managers Présentation : Le management est art difficile qui s apprend : il s agit toujours d une médiation, d une priorisation, et il est par nature en perpétuel recommencement

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

SOMMAIRE. (Modèle économique) MODULE RÊVER SON PROJET COMPRENDRE TRANSMETTRE

SOMMAIRE. (Modèle économique) MODULE RÊVER SON PROJET COMPRENDRE TRANSMETTRE MODULE RÊVER SON PROJET (Modèle économique) COMPRENDRE LA MAQUETTE DU PROJET Les objectifs de la maquette Les éléments constitutifs de la maquette PENSER SON PROJET A LONG TERME La maquette projet, fixée

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

L achat LOCAL, moi j y participe!

L achat LOCAL, moi j y participe! L achat LOCAL, moi j y participe! Mars 2010 2: 3: L achat local Une tendance, une mode, une façon de vivre, une responsabilité sociale, mais qu est-ce que c est que l achat local? Est-ce que c est : d

Plus en détail

Gérer les talents en temps de crise

Gérer les talents en temps de crise le In People In Aid Mai 2009 People In Aid Mai 2009 Gérer les talents en temps de crise De récents échanges avec des DRH de grandes organisations humanitaires et de développement ont mis en lumière l importance

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

ATELIERS DESTINÉS AUX RESPONSABLES ET COORDONNATEURS (CAMPS DE VACANCES, CAMPS DE JOUR, SERVICE DE GARDE ET PISCINES)

ATELIERS DESTINÉS AUX RESPONSABLES ET COORDONNATEURS (CAMPS DE VACANCES, CAMPS DE JOUR, SERVICE DE GARDE ET PISCINES) ATELIERS DESTINÉS AUX RESPONSABLES ET COORDONNATEURS (CAMPS DE VACANCES, CAMPS DE JOUR, SERVICE DE GARDE ET PISCINES) 2010-1 - Plans d ateliers Rôles et responsabilités des responsables et coordonnateurs

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

case study Pour Pâques, Kiabi vous offre un dressing tout n œuf! www.kontestapp.com

case study Pour Pâques, Kiabi vous offre un dressing tout n œuf! www.kontestapp.com case study Pour Pâques, Kiabi vous offre un dressing tout n œuf! www.kontestapp.com Objectifs Les objectifs de Kiabi s orientaient sur 3 points principaux: Kiabi est l un des leaders du prêt-àporter en

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

MOT DU PRESIDENT DU COMITE D ORGANISATION. Youépéné Hermann NAGALO, Administrateur de Burkinapmepmi.com

MOT DU PRESIDENT DU COMITE D ORGANISATION. Youépéné Hermann NAGALO, Administrateur de Burkinapmepmi.com MOT DU PRESIDENT DU COMITE D ORGANISATION Youépéné Hermann NAGALO, Administrateur de Burkinapmepmi.com Monsieur Damo Justin BARO, parrain de l édition 2011 des «Trophées», Distingués invités en vos rangs

Plus en détail

Rencontre entre jeunes chercheurs & acteurs socio-économiques et culturels 17 ème édition du 4 au 7 avril 2016 à Brest

Rencontre entre jeunes chercheurs & acteurs socio-économiques et culturels 17 ème édition du 4 au 7 avril 2016 à Brest Rencontre entre jeunes chercheurs & acteurs socio-économiques et culturels 17 ème édition du 4 au 7 avril 2016 à Brest 1 PRÉSENTATION LE PROJET LES BUTS OBJECTIFS COOPÉRATION ENTRE L'INDUSTRIE ET LA RECHERCHE

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Au garage Information aux enseignants

Au garage Information aux enseignants Information aux enseignants 1/5 Ordre de travail Quelle est la structure d un garage automobile moderne? En quoi consiste la mission d un garagiste aujourd hui? Lire les informations sur un garage. Objectif

Plus en détail

Communication dans un marché global alimenté par: 1) L Innovation Technique a brisé les limites technologiques, laissant

Communication dans un marché global alimenté par: 1) L Innovation Technique a brisé les limites technologiques, laissant ( première partie) Mr. Le Président, délégués distingués, mes Dames et Messieurs, permettez-moi, au nom de Huawei, Chine, d exprimer mes sincères remerciements au Ministère Algérien de l Information et

Plus en détail

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE LES WAPITIS DEVENEZ AMBASSADEURS POUR WAX www.wax-science.fr wapitis@wax-science.org POURQUOI DES WAPITIS? FORMER LA FUTURE GÉNÉRATION COMBATTRE LES STÉRÉOTYPES FAIRE PASSER

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

1/ Annonce profils acheteur- revendeur

1/ Annonce profils acheteur- revendeur 1/ Annonce profils acheteur- revendeur Vous cherchez à compléter vos revenus à temps choisis avec un partenaire sérieux en intégrant une équipe dynamique? Vous souhaitez travailler à domicile en toute

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Lancer et réussir sa campagne de collecte

Lancer et réussir sa campagne de collecte Lancer et réussir sa campagne de collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Lancer et réussir votre campagne de collecte Étape 1 : Rédiger votre page de collecte - Présenter votre projet

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

2 Forum transfrontalier des professionnels des activités aquatiques, de la glisse et du nautisme

2 Forum transfrontalier des professionnels des activités aquatiques, de la glisse et du nautisme 1 2 Forum transfrontalier des professionnels des activités aquatiques, de la glisse et du nautisme Discours de clôture M. Manuel de LARA Vice-président délégué au développement économique, à l Innovation

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ Nous, responsables des forces du Centre, présidents du MoDem (Mouvement démocrate) et de l UDI (Union des Démocrates et Indépendants), proposons à nos formations de se rassembler. L URGENCE L état réel

Plus en détail

Blankenberge Le 2 octobre 2013. Intervention de VO @calypso

Blankenberge Le 2 octobre 2013. Intervention de VO @calypso Blankenberge Le 2 octobre 2013 Intervention de VO @calypso Europe, Calypso, la mythologie se rappellent à nous à la fois dans son ode aux voyages, mais également dans la symbolique qui sépare et unie.

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total intégrer le climat à notre stratégie - 5 «Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» ENTRETIEN AVEC PATRICK POUYANNÉ Président-Directeur général de Total Le

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail