SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EMPLOYEUR ET DE L EXPLOITANT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EMPLOYEUR ET DE L EXPLOITANT"

Transcription

1 SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EMPLOYEUR ET DE L EXPLOITANT

2

3 SOMMAIRE PRÉAMBULE... p SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL : OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EMPLOYEUR... p Les obligations de l employeur en matière d hygiène et de sécurité au travail... p L évaluation des risques dans l entreprise... p Obligations de l employeur pour l utilisation des lieux de travail... p Les responsabilités de l employeur en matière d hygiène et de sécurité au travail... p La responsabilité pénale de l employeur... p La responsabilité civile de l employeur... p SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL : OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EXPLOITANT... p Les obligations de l exploitant en matière d hygiène et de sécurité au travail... p La sécurité incendie dans les ERP... p La sécurité incendie dans les IGH... p Les obligations de l exploitant en matière d accessibilité aux personnes handicapées... p L accessibilité aux personnes handicapées dans les ERP... p L accessibilité aux personnes handicapées dans les IGH... p Les responsabilités de l exploitant en matière d hygiène et de sécurité au travail... p Les sanctions administratives encourues en matière d ERP et d IGH... p Les sanctions pénales encourues en matière d ERP et d IGH... p. 17 RENSEIGNEMENTS... p. 18 3

4

5 PRÉAMBULE Les règles d hygiène et de sécurité au travail au sein des lieux de travail ont été mises en place afi n de protéger les salariés contre les risques d accident au travail et de maladie professionnelle. Ces règles se composent, d une part, d un socle commun applicable à l ensemble des entreprises et, d autre part, de règles spécifi ques propres à certaines professions ou lieux de travail. Par ailleurs, dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail, l accent est mis sur la mise en place d une politique de prévention prenant en compte les spécifi cités de l entreprise. Ainsi, deux types d obligations se dégagent en termes d hygiène et de sécurité dans l entreprise. Celles relevant de l employeur et celles relevant de l exploitant ou du constructeur des locaux occupés. Est considéré comme employeur «la personne physique ou morale qui est titulaire de la relation de travail avec le travailleur et qui a la responsabilité de l entreprise ou de l établissement» 1. La jurisprudence a pu préciser que l employeur est «la personne qui dispose du pouvoir de donner des ordres et des directives, d en contrôler l exécution et de sanctionner les manquements de son subordonné» 2. Les obligations de l employeur en termes d hygiène et de sécurité sont régies par le code du travail. L exploitant pour sa part est celui qui a en charge la gestion de l immeuble. Il peut s agir, selon les cas, du propriétaire du bien en question ou du mandataire du propriétaire. Contrairement à l employeur il ne peut donner aucun ordre ou directive aux salariés. Ces obligations sont organisées par le code de la construction et de l habitation. 1 Article 3b Directive 89/391 2 Cass. soc. 13/11/1996 n Société générale c/ Urssaf de la Haute Garonne 5

6 1 - SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL : OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EMPLOYEUR 1.1 Les obligations de l employeur en matière d hygiène et de sécurité au travail Les obligations de l employeur en matière d hygiène et de sécurité au travail sont de deux sortes. L employeur se doit d évaluer les risques dans l entreprise et de respecter les règles spécifi ques pour l utilisation des lieux de travail L évaluation des risques dans l entreprise Dans le domaine de l hygiène et de la sécurité des lieux de travail l employeur se doit d évaluer le bâtiment. Il doit notamment : - s assurer que la structure et la solidité des bâtiments occupés par les lieux de travail sont appropriées à son utilisation. - maintenir l ensemble des installations en bon état de fonctionnement et en assurer régulièrement le contrôle. Cette obligation concerne l ensemble des installations (ventilation et aération, assainissement, éclairage, portes et portails, installations électriques de sécurité). - tenir à la disposition de l inspecteur du travail le dossier de maintenance prévu à l article R du code du travail. Lorsque l entreprise quitte les locaux, l employeur doit soit restituer ce document au propriétaire des locaux, soit le transmettre à l occupant suivant. - évaluer les risques au sein de l immeuble et matérialiser le cas échéant les zones de dangers. L employeur doit en informer le personnel. - organiser et dispenser une information et une formation pratique des travailleurs sur les risques pour la santé et la sécurité. L employeur assure donc la prévention des risques professionnels. Lors de la survenance d un accident, il sera responsable en cas de défaut de prévention. Cette prévention doit se réaliser «dans la mesure du possible». Le document unique d évaluation des risques (articles R à R du code du travail) Chaque entreprise se doit d élaborer un document unique d évaluation des risques mettant en avant les risques spécifi ques à son activité et à son environnement. L employeur a l obligation d identifi er les risques pour chaque poste de travail. Ce document peut être réalisé par l entreprise elle-même ou par un organisme extérieur. Aucun formalisme ne prévaut pour la réalisation de ce document. Après avoir identifi és les risques pour chaque unité de travail, l employeur transmet ce document au comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Ainsi, ce dernier pourra établir son rapport et son programme de prévention des risques en fonction du contenu du document unique. 6

7 Mesures de prévention du danger Enfi n, en présence d un danger grave, imminent et inévitable, l employeur doit prendre les mesures et donner les instructions nécessaires pour permettre aux travailleurs d arrêter leur activité et qu ils puissent se mettre en sécurité en quittant immédiatement leur lieu de travail. L existence d une situation dangereuse autorise l employeur à faire appel à des salariés pour rétablir des conditions d hygiène et de sécurité satisfaisantes dans l établissement. Les modalités de ce recours doivent être fi xées, en amont, par le règlement intérieur Obligations de l employeur pour l utilisation des lieux de travail Les règles spécifi ques d hygiène et de sécurité au sein des lieux de travail sont prévues à la fois par le code du travail et par le code de la santé publique. Défi nition d un lieu de travail On entend par «lieu de travail», les lieux destinés à recevoir des postes de travail situés ou non dans les bâtiments de l établissement, ainsi que tout autre endroit compris dans l aire de l établissement auquel le travailleur a accès dans le cadre de son travail 3. Les lieux de travail doivent être aménagés de manière à garantir la sécurité des travailleurs. Un entretien et une vérifi cation périodique des installations et dispositifs techniques et de sécurité doivent être réalisés. Les travailleurs handicapés tels que défi nis à l article L du code du travail doivent pouvoir accéder aisément à leur poste de travail ainsi qu aux installations sanitaires et aux locaux de restauration. Les obligations spécifi ques aux lieux de travail Aération et assainissement L employeur doit organiser un contrôle périodique des systèmes d aération et d assainissement, afi n de s assurer du bon renouvellement de l air dans les locaux où le personnel est appelé à séjourner. Eclairage Les locaux de travail doivent disposer autant que possible d une lumière naturelle suffi sante. De même dans les zones de travail, le niveau d éclairement doit être adapté à la nature et à la précision des travaux à exécuter. Les règles d entretien périodique du matériel d éclairage sont fi xées par l employeur et consignées dans un document communiqué au CHSCT. Ambiance thermique Pendant la saison froide, le chauffage fonctionne de manière à maintenir une température convenable dans les locaux affectés au travail. L employeur doit également prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la protection des salariés contre le froid et les intempéries. 3 Article R du code du travail 7

8 Protection contre le bruit Lors de l évaluation des risques, l employeur doit évaluer, voire mesurer le niveau sonore. En cas de risque avéré, l employeur prend, après consultation du CHSCT ou, à défaut des délégués du personnel, les mesures visant à les réduire voire les supprimer (adoption de moyens de protection appropriés, modifi cation des procédés de travail, de l agencement des lieux ). Protection contre le tabac Le décret n du 15 novembre 2006 fi xe les conditions d application de l interdiction de fumer dans les locaux à usage collectif. Ainsi, depuis le 1 er février 2007, il est interdit de fumer dans tous les lieux de travail fermés et couverts, qu ils soient affectés à un usage collectif ou individuel. En cas de non-respect de cette législation, l employeur encourt de possibles sanctions pénales. L employeur a la possibilité, et non l obligation, de mettre des emplacements à la disposition des fumeurs, après consultation du CHSCT et du médecin du travail. Installations sanitaires L employeur doit mettre à la disposition un bloc sanitaire par étage pour ses salariés, et maintenir dans un état constant de propreté des moyens d assurer leur propreté individuelle. Ainsi, des vestiaires collectifs équipés d armoires individuelles, des lavabos, des cabinets d aisances, et le cas échéant de douches répondant à des normes techniques précises doivent être disponibles pour les salariés. Ces installations doivent être installées dans des locaux spéciaux isolés des lieux de travail. L ensemble de ces installations doivent être accessibles aux travailleurs handicapés (les douches peuvent éventuellement faire l objet de dérogations). Restauration du personnel L employeur doit, après avis du CHSCT ou des délégués du personnel, aménager et équiper un local de restauration dans l entreprise, si au moins 25 salariés souhaitent prendre habituellement leurs repas dans celle-ci. En deçà de ce seuil, il doit mettre à leur disposition un emplacement permettant de se restaurer dans de bonnes conditions d hygiène et de sécurité. Incendie Les articles R à R du code du travail obligent les employeurs à prendre les mesures nécessaires pour que tout commencement d incendie puisse être rapidement et effi cacement combattu. 8

9 1.2 Les responsabilités de l employeur en matière d hygiène et de sécurité au travail En matière de santé et de sécurité au travail, le code du travail, le code pénal et le code civil ont édicté de nombreuses règles dont le non-respect est sanctionné à la fois au titre de la responsabilité civile et au titre de la responsabilité pénale La responsabilité pénale de l employeur Responsabilité de la personne physique : L employeur est responsable des infractions commises dans l entreprise en matière d hygiène et de sécurité qu elles soient de son fait ou de celles de ses salariés. Ces infractions qui entrent dans le cadre des délits (non-respect de mesures prises par l inspecteur du travail, atteinte à la constitution du CHSCT ) sont sanctionnées par des peines d amende d un montant maximum de euros. En cas de récidive, une peine de prison d un an et euros d amende sont encourues par l employeur. A la suite d un accident du travail, l employeur peut être poursuivi pour homicide ou blessures involontaires s il a commis une faute d imprudence, de négligence ou bien un manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement. Selon la gravité du dommage, les infractions sont qualifi ées de délits non intentionnels ou de contraventions non intentionnelles. Les peines encourues peuvent être aggravées en cas de violation manifestement délibérée d une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement. Par ailleurs, en l absence d accident, le code pénal prévoit un autre délit pour mise en danger d autrui qui peut être sanctionné par un an de prison et euros d amende. Ces infractions peuvent être condamnées à la fois sur la base du code du travail et du code pénal. Responsabilité de la personne morale : De plus, la responsabilité de la personne morale, à savoir la société, peut aussi être recherchée en cas d homicide, de blessures, d atteintes corporelles et de mise en danger d autrui La responsabilité civile de l employeur Champ d application L article 1382 du code civil dispose que «tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». Dans ce cadre, l employeur engagera sa responsabilité civile engagée dès lors qu un dommage a été causé à autrui par sa faute ou par la faute des personnes dont elle répond. L employeur sera ainsi civilement responsable des fautes commises par ses salariés, dans les fonctions auxquelles il les a employés. 9

10 La jurisprudence dite «amiante» 4 a mis en lumière la notion de faute inexcusable qui se qualifi e ainsi : «en vertu du contrat de travail, l employeur est tenu envers le salarié d une obligation de sécurité de résultat. Le manquement à cette obligation prend le caractère d une faute inexcusable dès lors que l employeur avait ou aurait dû avoir conscience du danger auquel était exposé le salarié et qu il n a pas pris les mesures de prévention ou de protection nécessaires pour l en préserver». La faute inexcusable répond à six critères cumulatifs : - la gravité exceptionnelle de la faute, - la conscience du danger, - le caractère volontaire de l acte ou de l omission, - l absence d intention de provoquer le dommage, - l absence de toute cause justifi cative. Par ailleurs, le délai de prescription s établit à deux ans à compter de la reconnaissance du caractère professionnel de l accident du travail. Indépendamment de cette faute inexcusable, le montant de l indemnité due à la victime va varier en fonction des préjudices suivants : - préjudice causé par ses souffrances physiques, - préjudice causé par ses souffrances morales, - préjudice esthétique, - préjudice d agrément, - préjudice entraînant la perte ou la diminution de ses possibilités de promotion professionnelle. Les exonérations Les articles L et L du code du travail, relatifs aux infractions en matière d hygiène et de sécurité au travail visent les préposés qui peuvent être exonérés si l une des conditions suivantes n est pas remplie : - existence d une faute personnelle, - délégation valide de pouvoirs de l employeur, - maladresses, imprudence, inobservation des règlements par le préposé. Ainsi, l employeur doit être en capacité de démontrer qu il a effectivement délégué ses pouvoirs. Cette délégation ne doit contenir aucune forme d ambiguïté et doit être juridiquement valide ce qui signifi e que le préposé est investi et pourvu de l autorité, des compétences et des moyens nécessaires pour veiller effi cacement à l observation des dispositions relatives à la sécurité. Par ailleurs, le délégataire doit avoir les connaissances nécessaires pour analyser la situation de travail, évaluer les risques et pouvoir constater les éventuels manquements aux règles de sécurité. De même il doit disposer de connaissances juridiques lui permettant d appréhender la situation et doit avoir le pouvoir de sanctionner les personnes ne respectant pas ces règles. Toutefois, on peut noter que l exonération totale de la responsabilité de l employeur par le juge demeure exceptionnelle. 4 Cass. soc. 28 février

11 2 - SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL : OBLIGATIONS ET RESPONSABILITÉS DE L EXPLOITANT Alors que les obligations découlant de la notion «d employeur», sont régies par le code du travail, celles découlant de la notion «d exploitant, propriétaire et constructeur», sont organisées par le code de la construction et de l habitation. Ces obligations varient en fonction de l exploitation du bâtiment, notamment si ce dernier est destiné à recevoir du public ou s il relève de réglementations particulières telle celle applicable aux immeubles de grande hauteur. Défi nition d un ERP Constituent des établissements recevant du public, tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation quelconque ou dans lesquels sont tenues des réunions, ouvertes à tout venant, sur invitation, payantes ou non 5. Les ERP font l objet d un double classement, en type, selon la nature de leur exploitation et, en catégorie, selon le niveau de l effectif qui leur est possible d accueillir. La réglementation applicable aux ERP variera ainsi en fonction de ces deux critères. Les ERP des organismes de Sécurité sociale sont classés sous le type «W» qui regroupe les administrations, les banques et les bureaux (à titre d exemple le type «M» regroupe les magasins et les centres commerciaux, le type «Y» les musées ). Par ailleurs les catégories d ERP sont les suivantes : - 1 ère catégorie : au-dessus de 1500 personnes ; - 2 ème catégorie : de 701 à 1500 personnes ; - 3 ème catégorie : de 301 à 700 personnes ; - 4 ème catégorie : 300 personnes et en dessous ; - 5 ème catégorie : en-dessous de 300 personnes et dans les établissements où l effectif du public n atteint pas le chiffre minimum fi xé par le règlement de sécurité pour chaque type d exploitation. NB : la majorité des ERP des organismes de Sécurité sociale sont de 5 ème catégorie. Le code de la construction et de l habitation prévoit ainsi que «les constructeurs, propriétaires et exploitants des établissements recevant du public sont tenus, tant au moment de la construction qu au cours de l exploitation, de respecter les mesures de prévention et de sauvegarde propres à assurer la sécurité des personnes ; ces mesures sont déterminées compte tenu de la nature de l exploitation, des dimensions des locaux, de leur mode de construction, du nombre de personnes pouvant y être admises et de leur aptitude à se soustraire aux effets d un incendie.» 6. Ni la loi ni le règlement ne donnent de défi nition de ce qu est l exploitant au sens de 5 Article R123-2 du code de la construction et de l habitation 6 Article R123-3 du code de la construction et de l habitation 11

12 la réglementation ERP. Les tribunaux considèrent que l exploitant peut être le chef d établissement, qui assure la gestion quotidienne de l établissement, veille à son bon fonctionnement et exerce l autorité hiérarchique sur le personnel 7. NB : Pour les organismes de la Sécurité sociale, l exploitant est le directeur de l organisme en question. Défi nition d un IGH Constitue un Immeuble de Grande Hauteur, tout corps de bâtiment dont le plancher bas du dernier niveau est situé, par rapport au niveau du sol le plus haut utilisable pour les engins des services publics de secours et de lutte contre l incendie 8 : - à plus de 50 mètres pour les immeubles à usage d habitation ; - à plus de 28 mètres pour tous les autres immeubles. Depuis le 1 er octobre 2007, les travaux conduisant à la création, l aménagement, la modifi cation ou le changement de destination d un IGH ne peuvent être exécutés qu après autorisation du préfet délivrée si ces travaux sont conformes : - aux règles d accessibilité aux personnes handicapées ; - aux règles de sécurité incendie. Par ailleurs l entrée en vigueur du décret du 16 septembre 2009 propose une nouvelle classifi cation des Immeubles de Grande Hauteur 9. En cas de location de tout ou partie d un immeuble de bureaux par l employeur, ce dernier devra vérifier dans la convention de bail signée avec le propriétaire des locaux, la répartition des charges. Ainsi, dans le cas où le contrat de bail met à la charge du preneur les travaux nécessaires au respect des évolutions législatives et réglementaires alors il devra prendre en charge l adaptation des ERP et IGH aux évolutions réglementaires en matière d hygiène et sécurité en lieu et place du propriétaire ou de l exploitant. 7 Cass Crim 29 juin Thermes de Barbotant, Commune de Cazauban ; n PF 8 Article R122.2 du code de la construction et de l habitation 9 Article R122-5 du code de la construction et de l habitation : Les immeubles de grande hauteur sont répartis dans les classes suivantes : - GHA : immeubles à usage d habitation ; - GHO : immeubles à usage d hôtel ; - GHR : immeubles à usage d enseignement ; - GHS : immeubles à usage de dépôt d archives ; - GHTC : immeubles à usage de tour de contrôle ; - GHU : immeubles à usage sanitaire ; - GHW 1 : immeubles à usage de bureaux, répondant aux conditions fi xées par le règlement prévu à l article R et dont la hauteur du plancher bas tel qu il est défi ni à l article R est supérieure à 28 mètres et inférieure ou égale à 50 mètres ; - GHW 2 : immeubles à usage de bureaux dont la hauteur du plancher bas tel qu il est défi ni ci-dessus est supérieure à 50 mètres ; - GHZ : immeubles à usage principal d habitation dont la hauteur du plancher bas est supérieure à 28 mètres et inférieure ou égale à 50 mètres et comportant des locaux autres que ceux à usage d habitation ne répondant pas aux conditions d indépendance fi xées par les arrêtés prévus aux articles R et R ITGH : immeuble de très grande hauteur. Constitue un immeuble de très grande hauteur tout corps de bâtiment dont le plancher bas du dernier niveau est situé à plus de 200 mètres par rapport au niveau du sol le plus haut utilisable pour les engins des services publics de secours et de lutte contre l incendie. 12

13 2.1 Les obligations de l exploitant en matière d hygiène et de sécurité au travail La sécurité incendie dans les ERP En matière de sécurité incendie les constructeurs, propriétaires et exploitants des ERP sont tenus à une réglementation particulière qui les oblige à mettre en œuvre des mesures de prévention contre l incendie et facilitant l évacuation du public tout en évitant la panique. Les règles de sécurité et d accessibilité applicables aux ERP sont, pour la plupart, contenues aux articles R et suivants du code de la construction et de l habitation portant sur la protection contre les risques d incendie et de panique dans les immeubles recevant du public et à l arrêté du 25 juin 1980 portant approbation des dispositionsgénérales du règlement de sécurité contre les risques d incendie et de panique dans les ERP. Le règlement de sécurité comprend à la fois des dispositions communes à tous les ERP et des dispositions particulières à chaque type d établissement. De façon générale la nature même des ERP entraine certaines obligations : - faciliter l évacuation rapide et en bon ordre de la totalité des occupants de l ERP 10 ; - mettre en place un service de surveillance et de moyens de secours approprié contre l incendie ; - former le personnel de sécurité 11. Par ailleurs, plusieurs dispositifs existent afin de contrôler le respect des dispositions précitées Les visites de contrôle effectuées par la commission de sécurité 12 Les ERP doivent faire l objet de visites périodiques de contrôle et de visites inopinées effectuées par la commission départementale compétente. Ces visites ont pour objet de : - vérifi er que les réglementations relatives à la sécurité incendie sont respectées et que les appareils de secours contre l incendie ainsi que les appareils d éclairage de sécurité fonctionnent normalement 13 ; - suggérer les améliorations ou modifi cations qu il y a lieu d apporter aux dispositions et à l aménagement de l ERP. A noter : les visites des commissions de sécurité dans les ERP de type W de 5 ème catégorie sont facultatives alors qu elles interviennent obligatoirement tous les trois ans pour ceux de 1 ère et 2 ème catégories et tous les cinq ans pour ceux de 3 ème et 4 ème catégories. Les exploitants sont tenus d assister à la visite de leur établissement ou de s y faire représenter par une personne qualifi ée. A l issue de chaque visite, un procès-verbal est dressé. 10 Article R123-4 du code de la construction et de l habitation 11 Article 1 de l arrêté du 21 février Article R du code de la construction et de l habitation 13 Article R du code de la construction et de l habitation 13

14 Le registre de sécurité L exploitant doit tenir un registre de sécurité 14 au sein des ERP, sur lequel sont reportés les renseignements indispensables à la bonne marche du service de sécurité. Le registre de sécurité doit ainsi préciser : - le personnel chargé du service incendie ; - les consignes à mettre en œuvre en cas d incendie ; - les dates des contrôles et vérifi cations ; - les dates des travaux d aménagement et de transformation. L entretien et la vérifi cation des installations et des équipements Conformément à l article R du code de la construction et de l habitation, l exploitant doit faire procéder par un organisme de contrôle agrée ou par des techniciens compétents aux opérations d entretien et de vérifi cations des installations et des équipements techniques de son établissement (chauffage, moyens de secours et d extinction ). A titre d exemple, l exercice du maniement des extincteurs doit avoir lieu tous les six mois, le dossier technique et le registre de sécurité doivent être examinés tous les ans Des procès-verbaux de vérifi cations doivent être tenus à la disposition de la commission de sécurité et communiqués au maire de la commune, lequel peut, après avis de la commission de sécurité compétente, imposer des essais et des vérifications supplémentaires La sécurité incendie dans les IGH Ces édifi ces doivent respecter un ensemble de règles de construction et d équipement visant à limiter le plus possible la propagation d un feu d un étage à l autre (la durée minimum de sécurité est fi xée à deux heures), et à permettre l évacuation des occupants par des accès protégés, disposant de systèmes antifumées. Ces immeubles sont soumis à des dispositions particulières, prévues aux articles R à R du code de la construction et de l habitation, concernant les risques incendie et de panique. Le propriétaire est tenu de respecter un certain nombre d obligations : - faire procéder par une personne ou un organisme agréé par le Ministre de l Intérieur aux vérifi cations imposées par le règlement de sécurité avant et pendant l occupation des locaux 15 ; - organiser un service de sécurité unique pour l ensemble des locaux de l IGH 16 ; - procéder à des exercices périodiques d évacuation ; - tenir un registre de sécurité sur lequel sont portés les renseignements indispensables au contrôle de la sécurité Article R du code de la construction et de l habitation 15 Article R du code de la construction et de l habitation 16 Article R du code de la construction et de l habitation 17 Article R du code de la construction et de l habitation 14

15 2.2 Les obligations de l exploitant en matière d accessibilité aux personnes handicapées L accessibilité aux personnes handicapées dans les ERP Les établissements recevant du public, nouveaux ou existants, doivent être accessibles aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap, selon les conditions déterminées aux articles L à L du code de la construction et de l habitation. L obligation d accessibilité porte-t-elle sur l ensemble des bâtiments? L obligation d accessibilité porte sur les parties extérieures et intérieures des bâtiments et installations et concerne les circulations, une partie des places de stationnement automobile, les ascenseurs, les locaux et leurs installations. Quand est-ce qu un ERP est considéré comme accessible aux personnes handicapées? Est considéré comme accessible aux personnes handicapées tout bâtiment ou aménagement permettant, dans des conditions normales de fonctionnement, à des personnes handicapées, avec la plus grande autonomie possible, de circuler, d accéder aux locaux et équipements, d utiliser l équipement, de se repérer, de communiquer et de bénéfi cier des prestations en vue desquelles cet établissement ou cette installation a été conçu. Les conditions d accès des personnes handicapées doivent être les mêmes que celles des personnes valides ou, à défaut, présenter une qualité équivalente 18. Cette notion d accessibilité est précisée au sein de l article R du code de la construction et de l habitation pour : - les cheminements praticables par les personnes handicapées ; - les ascenseurs ; - les escaliers ; - les parcs de stationnement automobile, - les cabinets d aisance ; - le téléphone Pour rappel : la loi n du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées pose le principe d une accessibilité généralisée devant permettre à toutes les personnes, quel que soit leur handicap moteur, visuel, auditif, cognitif, ou mental d exercer les actes de la vie quotidienne et de participer à la vie sociale. Un accueil uniquement aménagé aux personnes à mobilité réduite (personnes en fauteuil roulant par exemple) ne répondrait pas aux normes de la loi précitée. Les délais de mise en conformité des ERP existants Les articles R à R du code de la construction et de l habitation imposent la mise en conformité des bâtiments publics existants aux règles d accessibilité des personnes handicapées. 18 Article R du code de la construction et de l habitation 15

16 Catégories 1 à 4 : Les ERP existants classés dans les quatre premières catégories doivent faire l objet, à l initiative de l exploitant d un diagnostic de leurs conditions d accessibilité. Ce diagnostic décrit les travaux nécessaires pour respecter les normes qui doivent être satisfaites avant le 1 er janvier 2015, ainsi qu une estimation du coût de ces mises aux normes. Ce diagnostic devait être établi au plus tard le 1 er janvier 2011 (article 5 décret n du 17 mai 2006). Catégories 5 : Les ERP classés en 5 e catégorie doivent, à compter du 1 er janvier 2015, respecter l ensemble des dispositions de l article R du code de la construction et de l habitation pour les parties de bâtiments où sont réalisés des travaux de modifi cation sans changement de destination. Les nouveaux établissements créés pour accueillir des professions libérales devaient satisfaire à ces obligations avant le 1 er janvier 2011 (article 5 décret n du 17 mai 2006). La construction/création de nouveaux ERP Lors de la construction ou la création d un ERP, la loi du 11 février 2005 impose le principe de l accessibilité généralisée et continue aux handicapés. Cette obligation d accessibilité se traduit notamment par l arrêté du 1 er août 2006 modifi é par l arrêté du 26 juillet 2011 relatif à l accessibilité des personnes handicapées dans les ERP et au décret du 21 octobre 2009 relatif à l accessibilité des lieux de travail aux travailleurs handicapés. Ces nouvelles règles sont applicables immédiatement lors de la construction ou de la création par changement de destination, avec ou sans travaux, d ERP. Les travaux qui conduisent à la création, l aménagement ou la modifi cation d un ERP ne peuvent être exécutés qu après autorisation délivrée par l autorité administrative qui vérifi e le respect de la réglementation sur l accessibilité. La demande d autorisation de travaux doit donc comporter le dossier permettant de vérifi er la conformité du projet avec les règles d accessibilité aux personnes handicapées 19. Ce dossier contient différents plans et une notice expliquant l intégration dans le projet des règles d accessibilité des locaux. La notice peut être accompagnée de quelques pièces complémentaires portant sur l engagement du constructeur en matière d accessibilité de certains ERP et les mesures de substitution qu il envisage de mettre en œuvre en cas de demande de dérogation à la réglementation L accessibilité aux personnes handicapées dans les IGH Les immeubles de grande hauteur ne sont pas soumis à une réglementation spécifi que en matière d accessibilité aux handicapés ; la réglementation générale semble donc s y appliquer. 19 Article R à R du code de la construction et de l habitation 16

Direction de l Expertise Immobilière

Direction de l Expertise Immobilière Direction de l Expertise Immobilière GUIDE DE LA RESPONSABILITE DES EMPLOYEURS EN MATIERE D HYGIENE ET SECURITE DANS LA GESTION IMMOBILIERE SOMMAIRE LA RESPONSABILITE DES EMPLOYEURS EN MATIERE D HYGIENE

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

LES IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR (IGH)

LES IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR (IGH) Roger Cadiergues MémoCad nr11.a LES IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR (IGH) SOMMAIRE nr11.1. Les définitions nr11.2. Les obligations nr11.3. Extraits de textes officiels La loi du 11 mars 1957 n autorisant,

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Fiche technique n 4 LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Sources : CNOM, ANGAK, code de la construction et de l habitation 2010, Ministère de la santé Loi du 11/02/2005 pour l égalité des droits et des chances,

Plus en détail

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles, un magasin, ou vous souhaitez devenir exploitant d un tel établissement, et vous

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent Préambule La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a renforcé l obligation d aménagement des bâtiments recevant du

Plus en détail

LA GESTION DE L HYGIÈNE ET DE LA SÉCURITÉ DANS LA FONCTION PUBLIQUE DES COMMUNES DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE (Mode d emploi)

LA GESTION DE L HYGIÈNE ET DE LA SÉCURITÉ DANS LA FONCTION PUBLIQUE DES COMMUNES DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE (Mode d emploi) République française Polynésie française www.cgf.pf LA GESTION DE L HYGIÈNE ET DE LA SÉCURITÉ DANS LA FONCTION PUBLIQUE DES COMMUNES DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE (Mode d emploi) (Applicable depuis le 15 novembre

Plus en détail

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs.

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. 1 Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. S. ARTIGNAN 1 (1) assistant en médecine du travail, Ecole d application du service de santé des armées, BP n 1, 00466 - Armées

Plus en détail

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Pourquoi et comment remplir son Agenda d Accessibilité Programmée (Ad AP) SYNOPSIS DE RAPPEL DES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES LES 6

Plus en détail

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P

Les responsabilités de l employeur. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Les responsabilités de l employeur APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 10/2012 Différentes responsabilités 1- La Responsabilité Administrative Est relative - au respect des obligations du contrat

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Le terme Etablissement Recevant du Public (ERP), renvoi à l article R123-2 du Code de la construction et de l habitation, au terme duquel «constituent des établissements

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE

LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE A/ Une réglementation et un contrôle spécifiques - une réglementation fondée sur le Code de la Construction et de

Plus en détail

La responsabilité du sauveteursecouriste

La responsabilité du sauveteursecouriste Page 1 sur 5 La responsabilité du sauveteursecouriste du travail Les sauveteurs-secouristes du travail peuvent s'inquiéter de leur responsabilité e et civile s'ils pratiquent les premiers secours. Cependant,

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public.

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public. Conseil Départemental d Ille-et-Vilaine - 16 rue Saint-Hélier - 35000 RENNES 02 99 67 46 27 02 99 67 46 28 ille-et-vilaine@oncd.org www.odcd35.fr Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite,

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP)

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Pour éviter qu un incident ne se transforme en tragédie, les commissions pour la sécurité contre les risques d incendie et de

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 18 mai 1998 relatif à la qualification du personnel permanent des services de sécurité incendie des établissements recevant du public

ARRETE Arrêté du 18 mai 1998 relatif à la qualification du personnel permanent des services de sécurité incendie des établissements recevant du public ARRETE Arrêté du 18 mai 1998 relatif à la qualification du personnel permanent des services de sécurité incendie des établissements recevant du public NOR: INTE9800217A Version consolidée au 26 mai 2005

Plus en détail

Article R.122-3 [Exception au domaine d application] Article R.122-4 [Arrêtés d application] Article R.122-5 [Classes d'immeubles de grande hauteur]

Article R.122-3 [Exception au domaine d application] Article R.122-4 [Arrêtés d application] Article R.122-5 [Classes d'immeubles de grande hauteur] CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION LIVRE 1 - DISPOSITIONS GENERALES TITRE II - Sécurité et protection contre l'incendie Chapitre 2 Disposition de sécurité relative aux immeubles de grande hauteur

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public accessibilité l essentiel > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public Loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste La responsabilité juridique des infirmiers Carine GRUDET Juriste Introduction Dans notre société civile, la responsabilité est un principe juridique selon lequel chacun doit répondre des conséquences de

Plus en détail

Les établissements recevant du public. Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP

Les établissements recevant du public. Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP Les établissements recevant du public Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP Qu'est ce qu'un ERP? A - Définition Art R 123.2 du CCH Constituent

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente

A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente A-22 : Règles de sécurité et accessibilité dans un magasin de vente Mise à jour : Septembre 201 2 I Etablissements recevant du public (ERP) Références réglementaires : Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Les établissements recevant du public (ERP) sont définis aux articles R. 123-1 et suivants du Code de la construction

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET Notions de responsabilité L initiateur responsable! La pratique de la plongée présente des risques particuliers avec des recherches de responsabilité systématiques en cas d accident L initiateur est confronté

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DES HÔTELS ET DES RESTAURANTS. Les procédures administratives

L ACCESSIBILITÉ DES HÔTELS ET DES RESTAURANTS. Les procédures administratives L ACCESSIBILITÉ DES HÔTELS ET DES RESTAURANTS Les procédures administratives LES GRANDS PRINCIPES Sauf rares exceptions, les travaux concernant un ERP sont soumis à autorisation municipale préalable. Tous

Plus en détail

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire.

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire Sensibilisation Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise ou du délégataire 1N 2N Sommaire 1- La réglementation 1-1- La responsabilité

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.)

Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Les Établissements Recevant du Public (E.R.P.) Qu est-ce que c est? L'article R123-2 du Code de la Construction et de l'habitation précise : "... constituent des établissements recevant du public tous

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

La réglementation «accessibilité» en vigueur

La réglementation «accessibilité» en vigueur La réglementation «accessibilité» en vigueur Eric Heyrman Chargé de mission auprès de la déléguée ministérielle à l'accessibilité Ministère de l Écologie, du développement Durable, des Transports et du

Plus en détail

L'assuré est l'organisateur du spectacle

L'assuré est l'organisateur du spectacle Guide technique : Sécurité > Assurances > Les assurances Les assurances L assurance est un contrat entre deux parties (l assuré et l assureur) pour la couverture d un sinistre. En cas de réalisation d

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

PROGRAMME Quelques définitions Les Ad AP pourquoi, comment et les suites Les dérogations possibles Quelques règles techniques de base Les contacts

PROGRAMME Quelques définitions Les Ad AP pourquoi, comment et les suites Les dérogations possibles Quelques règles techniques de base Les contacts La réglementation accessibilité pour les personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap. PROGRAMME Quelques définitions Les Ad AP pourquoi, comment et les suites Les dérogations possibles Quelques

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

De va n t l au g m e n tat i o n

De va n t l au g m e n tat i o n éditorial LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR INDUSTRIEL EN TERME DE FORMATION ET D INFORMATION DES SALARIÉS POUR PRÉVENIR ET ÉVITER LES ACCIDENTS DU TRAVAIL De va n t l au g m e n tat i o n s i g n i f i c

Plus en détail

RESPONSABILITE ET ASSURANCES

RESPONSABILITE ET ASSURANCES RESPONSABILITE ET ASSURANCES 1 CHAPITRES Pages 1 RESPONSABILITE CIVILE 3 2 RESPONSABILITE PENALE 4 3 DIRIGEANTS D ASSOCIATION ET RESPONSABILITE 4 4 OBLIGATION D INFORMATION DES ASSOCIATIONS SUR LES ASSURANCES

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013

REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013 REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013 Introduction Pourquoi? Risques ne sont pas nuls : potentiel calorifique, énergie, air. Extinction n est pas

Plus en détail

LE CONTENTIEUX DE LA RESPONSABILITE DANS L EXECUTION D UN PEDT. 12 et 13 mai 2014

LE CONTENTIEUX DE LA RESPONSABILITE DANS L EXECUTION D UN PEDT. 12 et 13 mai 2014 LE CONTENTIEUX DE LA RESPONSABILITE DANS L EXECUTION D UN PEDT LE CONTEXTE Un projet éducatif territorial (PEDT) des enfants Commune ou communauté de communes Opérateur Opérateur municipal associatif mode

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

1/4. N de l autorisation. Le cas échéant, n de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie :

1/4. N de l autorisation. Le cas échéant, n de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des établissements recevant du public aux règles d accessibilité et de sécurité contre l incendie et la panique

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX 1 OBJET DU DOCUMENT ----------------- Accessibilité des personnes

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale des associations

Responsabilité civile et pénale des associations Responsabilité civile et pénale des associations En engageant une action associative, sachez que le fait de déposer des statuts et donc d adapter les règles de la loi 1901 vous obligent à appliquer la

Plus en détail

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie Guide pratique Règlementation, recommandations et préconisations Préambule 2 Définition d un ERP: Sont considérés comme des Établissements

Plus en détail

Les Établissements recevant du public. La prévention incendie

Les Établissements recevant du public. La prévention incendie Les Établissements recevant du public La prévention incendie 1 Sommaire Partie 1 : Les établissements recevant du public Partie 2 : La prévention incendie Partie 3 : L organisation de la prévention dans

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées et établissements recevant du public. Le dispositif juridique

Accessibilité des personnes handicapées et établissements recevant du public. Le dispositif juridique Logo ministère DDE 48 Accessibilité des personnes handicapées et établissements recevant du public Le dispositif juridique (mise à jour octobre 2008) Support général à adapter en fonction du public auquel

Plus en détail

2- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE

2- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE Modèle de notice explicative accessibilité aux personnes handicapées des établissements et installations ouverts au public (E.R.P. et I.O.P.) à inclure dans le dossier «accessibilité» prévue par les articles

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS TEXTES REGLEMENTAIRES APPLICABLES ERP DU 1 er GROUPE ET DE 5 ème CATEGORIE Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL Principe général : toute personne qui constate un danger pouvant affecter la santé, la sécurité et les conditions de travail doit le signaler sur le registre

Plus en détail

Les attestations. Auxerre, le 19 avril 2012. Fabien AURIAT. Florian SÉMENTA. CETE de Lyon/DLA/GBA/CIBEE. 27 septembre 2010

Les attestations. Auxerre, le 19 avril 2012. Fabien AURIAT. Florian SÉMENTA. CETE de Lyon/DLA/GBA/CIBEE. 27 septembre 2010 Les attestations Auxerre, le 19 avril 2012 Fabien AURIAT Florian SÉMENTA 27 septembre 2010 CETE de Lyon/DLA/GBA/CIBEE Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte Le point de départ L accessibilité

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

NOUVELLE FICHE TECHNIQUE : HAND/ERP/2010-1

NOUVELLE FICHE TECHNIQUE : HAND/ERP/2010-1 NOUVELLE FICHE TECHNIQUE : HAND/ERP/2010-1 «SECURITE DES PERSONNES HANDICAPEES CONTRE LES RISQUES D INCENDIE ET DE PANIQUE» Cette nouvelle fiche tient compte : - de la loi n 2005-102 du 11 février 2005

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

N de l autorisation : AT. N de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie :

N de l autorisation : AT. N de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des établissements recevant du public aux règles d accessibilité et de sécurité contre l incendie et la panique

Plus en détail

Certificat d Aptitude Professionnelle

Certificat d Aptitude Professionnelle REPÈRES POUR LA FORMATION ET L ÉVALUATION Certificat d Aptitude Professionnelle CONDUCTEUR ROUTIER MARCHANDISES Annexe 5 Conditions d utilisation d un véhicule routier dans l enceinte d un EPLE CAP Conducteur

Plus en détail

personnel. Ils sont soumis à des dispositions particulières qui leurs sont propres issues du Règlement de sécurité contre

personnel. Ils sont soumis à des dispositions particulières qui leurs sont propres issues du Règlement de sécurité contre CBRE France ViewPoint www.cbre.fr/fr_fr/etu Mai 2012 Les Établissements Recevant du Public (ERP) Amélie DANNET, Chargée d étus, Étus et Recherche PREAMBULE En France, 650 000 Etablissements Recevant du

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 14 novembre 2012 relative à la protection contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public relevant du secteur public de la direction de la protection

Plus en détail

Handicap et Loi sur l accessibilité

Handicap et Loi sur l accessibilité Les nouvelles règles de l accessibilite en application de la loi du 11 fevrier 2005 La loi n 2005-102 du 11 fevrier 2005 Cette loi - pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Club Sécurité Exploitation Routière

Club Sécurité Exploitation Routière Club Sécurité Exploitation Routière Responsabilité des élus dans le domaine de la sécurité routière Françoise NICOT Responsable juridique et contentieux DIRA Le 05 novembre 2013 à St Médard en Jalles Direction

Plus en détail

2/4. 3 - Auteur du projet ou maître d œuvre

2/4. 3 - Auteur du projet ou maître d œuvre Cer f aavecobl i gat i ondeper mi sdeconst r ui r e 3 - Auteur du projet ou maître d œuvre 2/4 Madame Monsieur Personne morale Nom :... Prénom :... Et/ou : Raison sociale et dénomination de la personne

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur

Modèle de règlement intérieur Modèle de règlement intérieur Article 1 er : Objet Le présent règlement est destiné à organiser la vie et les conditions d exécution du travail dans la collectivité. Il est complété, le cas échéant, par

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

Mise en œuvre du principe d'accessibilité des établissements recevant du public pour les personnes handicapées (octobre 2009)

Mise en œuvre du principe d'accessibilité des établissements recevant du public pour les personnes handicapées (octobre 2009) Mise en œuvre du principe d'accessibilité des établissements recevant du public pour les personnes handicapées (octobre 2009) Le principe d'accessibilité des bâtiments et locaux aux personnes handicapées

Plus en détail

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12 SOMMAIRE Annexe 1 Composition d un dossier à soumettre à l avis des sous-commissions de sécurité et d accessibilité Autorisation de Travaux) ---------------------------- p. 3 à 7 Annexe 2 Modèle de demande

Plus en détail

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP)

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Réunion d information d des maires Le règlement r de sécurits curité contre les risques d incendie d et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Des drames au règlement r 1938 1970 1973

Plus en détail

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 15 Octobre 2010 Infos Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION SOMMAIRE : LES ENJEUX DE LA PREVENTION Introduction

Plus en détail