Transferts thermiques en écoulements oscillants laminaires incompressibles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transferts thermiques en écoulements oscillants laminaires incompressibles"

Transcription

1 Internationa Journa of Refrieration 8 (005) Transferts thermiques en écouements osciants aminaires incompressibes Phiippe Nika*, Yannick Baiy, François Lanzetta Département CREST, Institut FEMTO-ST/UMR CNRS 6174,, Avenue Jean Mouin, Befort 90000, France Reçu e 3 avri04; reçu en forme révisée e 3 juiet 004; accepté e 30 août 004 Avaiabe onine 15 December 004 Résumé Les phénomènes thermiques survenant entre deux paques paraèes infinies traversées par un écouement de fuide osciant à vitesse moyenne nue sont étudiés. Un modèe 1D est présenté, puis adimensionaisé et es paramètres d échee intéressants sont déaés. Le cas particuier d un écouement aminaire d un fuide incompressibe est choisi comme iustration et une discussion concernant es particuarités de échane thermique est menée seon a onueur des paques et en fonction du dépacement du fuide. Des concusions concernant e dimensionnement des échaneurs thermiques de machines Stirin ou de Tubes à Gaz Pusé sont proposées. q 004 Esevier Ltd and IIR. A rihts reserved. Mots cés :Modéisation ; Transfert de chaeur ; Écouement aminaire ; Phénomène périodique ; Cyce thermodynamique ; Stirin ; Tube à pusation ; Cacu Heat transfer durin incompressibe osciatin aminar fow Abstract Phenomena concernin the temperature variations and the heat transfer are studied in the specific case of osciatin fow with nu mean veocity circuatin between two infinite was. A 1D mode is estabished and the interestin scae parameters are deduced from theoretica equations. The particuar case of an osciatin aminar fow for incompressibe fuid is detaied in order to iustrate and to discuss the effects of therma interactions between the fuid and was. Infuence of wa enth comparativey to the fuid dispacement is studied. Concusions for desinin therma heat exchaners of Stirin enines or PTR are proposed. q 004 Esevier Ltd and IIR. A rihts reserved. Keywords: Modein; Heat transfer; Laminar fow; Periodic phenomenon; Thermodynamic; Stirin; Puse tube; Cacuation 1. Introduction * Correspondin author. Te.: C ; fax: C E-mai address: (P. Nika). L étude hydrodynamique des écouements osciants est oin d être nouvee, comme c est souvent e cas pour de nombreux types d écouements. Ee date du début du 0 ème /$35.00 q 004 Esevier Ltd and IIR. A rihts reserved. doi: /j.ijrefri

2 354 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) Nomencature c Capacité caorifique massique isobare (J k K1 K K1 ) C f Facteur de frottement disp Ampitude crête à crête de dépacement du fuide (m) d h Diamètre hydrauique (m) e Epaisseur, distance (m) f Fréquence (Hz) ^f Fonction thermoacoustique Fo Nombre de Fourier F 1, F Fonctions éq. (45) et éq. (50) ^ Fonction thermoacoustique h Coefficient de convection (Wm K K K1 ) _h; _H Densité ocae et moyenne radiae de fux d enthapie (Wm K ) j Compexe imainaire j ZK1 K n Nombre de Knudsen Lonueur (m) Libre parcours moyen (m) M Masse moaire (k mo K1 ) M u Nombre de Mach Nu Nombre de Nusset p Pression (Pa) Pr Nombre de Prandt Q Enerie thermique (J) Re Nombre de Reynods R s Rapport des épaisseurs paroi/écouement R TH Rapport des conductivities thermiques matériau/az R Constante moaire du az parfait (J mo K1 K K1 ) S pass Sections interne transverse (m ) t Temps (s) T Température (K) u, v Vitesses seon x, y (ms K1 ) W om Nombre de Womersey/Stokes x Coordonnée axiae (m) y, z Coordonnées (m) Lettres recques b Paramètre éq. (36b) d Epaisseur de pénétration (m) D Gradient thermique (Km K1 ) D rad Radia T KT K1 (K) D on Lonitudina T 1 KT K1 F e Densité de fux reçu ou cédé par a surface externe (Wm K ) Rapport des capacités caorifique isobare et isochore k Constante queconque i Conductivité thermique de i (Wm K1 K K1 ) Paramètre éq. (36a) L L Dépacement reatif du fuide L e Facteur de forme éométrique m Viscosité dynamique (k m K1 s K1 ) r Masse voumique (k m K3 ) u Pusation (rad s K1 ) x Variabe Laranienne éq. (35a,b) Indices a, a Ampitude premier et second ordre e Extérieur Gaz in, in 0 Entrant en x*zk1 etenx*z1 I1 Partie imainaire de Nu Extrémité en xz R1 Partie réee de Nu rad, on Transversa et onitudina t Paroi du cana 0 Initia, en xz0, de référence out, out 0 Sortant en x*zk1 etenx*z1 p A a paroi 1,K1 Aux extrémités Opérateurs x*, U* Grandeurs normaisées, vitesse = Partie imainaire < Partie réee x Moyenne radiae de x jxj Modue de x hxi Moyenne temporee de x sur une 1/ période sièce et on peut y associer des rands noms tes Stokes, Richardson, Strouha, Womersey, etc. I convient en premier ieu de définir exactement ce que sous-entend cette terminooie: on peut rencontrer des écouements osciants ou pus énéraement «périodiques» à arrière d un obstace par exempe ou bien à échappement de certaines machines thermiques (moteurs); dans ce cas i s ait putôt d écouements qu i faudrait quaifier de «pusés» avec une vitesse moyenne non nue. Le cas qui nous intéresse dans e présent travai concerne es écouements «aternés» à vitesse moyenne nue, tes qu on es rencontre dans es machines Stirin, es tubes à az pusé ou es systèmes thermoacoustiques. Les références [1,] dressent un état de art entre es années pour es deux catéories. Ces écouements sont présents dans de très nombreuses appications: des machines thermiques, pompes, vaves jusqu aux Micro Eectro Mechanica Systems (MEMS) et a microfuidique, en passant par e énie chimique et a biooie. L osciation d un fuide enendre pusieurs effets: effet annuaire dit «de Richardson» sur es profis de vitesse et de température, aumentation artificiee de a conductivité thermique équivaente,

3 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) déphasae entre es fux thermiques échanés et es écarts de température fuide-paroi, entre es coefficients de frottement et a vitesse du fuide. L effet annuaire est sensibe surtout pour es nombres de Stokes/Womersey (défini par a suite) importants. I se caractérise par e fait que a vitesse est maximae putôt près des parois qu au centre de écouement comme c est e cas habitue en réime aminaire et qu ee s inverse en premier ieu près des parois car es forces d inertie y sont moins randes qu au centre de écouement. I en résute une structure particuière de couche imite dont épaisseur dépend de a fréquence d osciation et diminue avec cee-ci. En conséquence es transferts thermiques en réime d écouements périodiques diffèrent de ceux qui surviennent dans es écouements unidirectionnes. Le probème des transferts thermiques orsqu i y a un écouement moyen superposé à écouement pusé est abordé dans es références [3 8] par différentes techniques (numériques [3, 4], anaytiques [5,7,8], expérimentaes [7]) pour différentes confiurations en réime aminaire ou turbuent, en fuide compressibe [3] ou non [4,5]. Les résutats pubiés sont parfois diverents, sûrement en raison de conditions opératoires différentes: des aumentations, des diminutions ou pas d effet sur e transfert thermique sont sinaés. Le cas des fuides incompressibes en réime aminaire, en écouement entre deux pans paraèes, est traité par Gedeon [9], qui donne es reations anaytiques pour es coefficients de transfert thermique et de frottement. Dans es références [10 13] sont déveoppées des soutions anaytiques ou numériques ainsi que des expérimentations; e cas d un chauffae ocaisé est traité dans es références [14,15], ceui d un miieu poreux dans a référence [16] et on trouve un modèe turbuent dans a référence [17]. Les écouements compressibes sont étudiés dans es références [18 ], des renseinements importants (coefficients, corréations, tests, efficacité, etc.) concernant e «desin» des échaneurs ou des réénérateurs de machines Stirin ou de Tubes à az pusé (TGP) se trouvent dans es références [3 3]. I est cependant à noter, qu à notre connaissance, i n existe pas de travai de synthèse, ni une méthodooie bien précise pour dimensionner es échaneurs fonctionnant en «réime osciant»; certains concepteurs ne sembent pas hésiter à empoyer es méthodes et corréations cassiques mises au point pour des appareis industries fonctionnant en réime permanent. Le présent travai a pour objectif de démontrer qu en ce domaine, i y a ieu de prendre certaines précautions quant aux idées préconçues tant a physique des écouements osciants peut parfois paraître surprenante, en tout cas inhabituee. Ee conserve cependant un caractère tout à fait oique, mais ses fondements théoriques restent d un usae difficie, surtout dans e cas des écouements azeux compressibes et avec es conditions réees opératoires des machines Stirin ou des TGP. Dans un souci d expications «pédaoiques», nous serons amenés à introduire de nombreuses simpifications et à discuter des phénomènes à partir d un cas d écoe simpe.. Equations des écouements osciants entre deux pans paraèes infinis Nous envisaeons e cas de deux paques d épaisseur e t, infinies dans a direction z et distantes de e (onueur, Fi. 1), ce qui permet de traiter écouement de fuide en D seon es axes x et y. Les paques peuvent faire partie d un échaneur compact aussi bien qu être bainées par un fuide ambiant de part et d autre. Les parois soides ne sont pas nécessairement à température uniforme, cea enendre des phénomènes de coupae thermique entre e fuide en osciation et es parois. Les évoutions spatio-temporees de a température du fuide vont notamment dépendre de a vaeur des coefficients de transfert thermique fuide/parois ainsi que des phénomènes énérés aux extrémités, e tout en fonction de a vaeur du rapport L L du dépacement axia du fuide à a onueur des paques. Nous considérerons que es propriétés thermophysiques du fuide et des matériaux sont indépendantes de a température sauf a masse voumique qui est cacuée par a oi du az parfait... Paramètres caractéristiques du modèe: adimensionaisation La formuation adimensionnee des équations énéraes est décrite en rapportant chacune des randeurs physiques à une randeur caractéristique ui correspondant (indice de référence 0) et choisie en fonction de a probématique envisaée. Nous ne justifierons pas ici du choix de tee ou tee randeur caractéristique, a forme anaytique des paramètres obtenus en dépendant bien évidemment: x Z x = ; y Z y e= ; t Z ut; U Z u u disp ; p Z p p 0 ; T Z T T 0 ; T t Fi. 1. Géométrie de base étudiée. Z T t T 0 ; r Z r r 0 (1) L hypothèse simpificatrice d une vitesse radiae nue est empoyée par a suite: vz0 () Avec es hypothèses spécifiées, es équations D en variabes réduites, sont es suivantes: Conservation de

4 356 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) a masse: vr CL vr U L vx Z 0 (3) Conservation de a quantité de mouvement: vr U vðr U Þ CL L vx ZK 4L L vr Mu vx C C 1 v U Wom C 3 L e W om x u disp r v U vx (4) Equation d 0 état du az parfait: p Z r T (5) Equation de énerie pour e az: vr T vr U T CL L vx Z K1 vr C K1 L LU vr vx C C 1 v T PrWom C 1 K1 4! M u vu Wom CL vu e vx Equation de énerie pour a paroi: L PrW om v T vx vtt Z v T Fo t CFo L v Tt e vx (7) Les conditions aux imites correspondantes sont: en y vu ðt ; x ; y Þ Z 0; Z 0; y Z0 vt ðt ; x ; y Þ (6) Z 0 (8) y Z0 en y ZG1; U ðt ; x ; y Þ Z 0; T j y Z1 Z Tt vt j y Z1; en y ZG 1 C R s ; vt t y Z1 Z t vt t Z 0 G 1C Rs ðcas de paques a int erieur de echaneurþ o u y ZGð1 CR s Þ; vt t y Z1 (9) Z Nu e ðta KTt j Gð1CRs ÞÞ CF e Gð1CRs Þ ðcas de deux paques en bordure de echaneurþ (10) Le facteur R s est défini dans e Tabeau 1. Pour échane thermique à a paroi externe, on introduit un coefficient d échane de chaeur externe h e (Nusset Nu e ), et un terme F e (Tabeau 1) qui représente a densité de puissance énerétique éventueement cédée par un composant éectronique disposé à a surface externe. Aux extrémités du système (paques), es conditions imposées sont: en x ZK1; p ðt;k1þ Z 1 Cp a0 cosðt Þ; T ðt;k1þ Z 1 CTa0 cosðt K4 T0 Þ si U j K1 O0 vtt vx Z 0ouTt j 0 Z Tt0 0 ðextr emit e adiabatique ou temp erature impos eeþ (11) en x ZK1; p ðt; 1Þ Z 1 Cp L0 cosðt K4 p Þ; T ðt; 1Þ Z 1 CT al0 cosðt K4 T0 Þ si U j K1!0 vt t vx j 10 Z 0 ou T t j 0 Z T t0 ðextr emit e adiabatique ou temp erature impos eeþ (1) Les nombres caractéristiques obtenus au cours de a procédure sont reroupés dans e Tabeau 1, avec eurs ordres de randeur probabes dans e cas d un az circuant dans un échaneur miniature de refroidisseur de composants éectroniques..3. Simpifications des équations D: modèe moyen ID Dans un modèe physique 1D, deux aspects méritent considération: es paramètres de écouement sont moyennés sur a section de passae (direction y) et es équations sont aors exprimées en fonction des variabes moyennes dans cette section; en conséquence, i faut introduire dans e modèe des corréations de pertes de chare et de transferts thermiques aux vaeurs imites: manipuations caractérisées au moyen de coefficients de frottement et de transfert thermique convectif à définir précisément.- D autres simpifications peuvent être introduites. Ainsi, es termes d ordre inférieur aux autres peuvent être éiminés en tenant compte par exempe des ordres de randeur des roupements de nombres expicités dans e Tabeau 1. En «moyennant» es éq. (3) à (7) avec es conditions des éq. (8) à (10), on obtient: Equation moyenne d état du fuide p Z r T (13) Equation moyenne de conservation de a masse: v r CL vr U L vx Z 0 (14) Equation moyenne de quantité de mouvement: Seon a théorie de a thermoacoustique inéaire [34], i

5 Tabeau 1 Nombres sans dimension caractéristiques des écouements osciants issus du modèe D Nombre adimensionne L L Z disp Nom Sinification Ordre de randeur Dépacement particuaire Rapport du dépacement fuide tota à a onueur axiae. Important 1 reatif pour es effect d extrémités si disp est rand devant L e Z e Facteur de forme éométrique Rapport du doube du rayon hydrauique à a onueur axiae. Important pour es canaux «ares» ReZ d h r j uj m Reynods Rapport des forces d inertie et visqueuses 10 K10 4 R s Ze t =e Rapport des épaisseurs Compare épaisseur des paques à cee d un cana de fuide 1 10 spécifiques qffiffiffiffiffiffiffiffiffi r W om Z 0 urh Womerey/Stokes m Rapport du rayon hydrauique à épaisseur de diffusion visqueuse 0, 1 1 M u Z p u ffiffiffiffiffiffiffi disp Mach Rapport de a vitesse acoustique à a vitesse du son. Effects 10 K3 p 0 =r 0 acoustiques, effet de a compressibiité à considérer si M u O0, 1 non inéarité des phénomènes qffiffiffiffiffiffiffiffiffiffiffi FoZ t Fourier Rapport de a onueur de diffusion thermique au rayon hydraique r t c t urh du cana. S i aumente, es osciations de températures sont pus 10 perceptibes dans es parois PrZ c m Prandt Ratio des onueurs de diffusion visqueuse et thermique 1 Z c p c v Coefficient isentropique du az Rapport des capacités caorifiques isobares et isochores 1 x u disp P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) Nombre de pesanteur Rapport de a pesanteur à accéération 10 K Nu e Z eh e Nusset Caractérise e transfert thermique externe par convection par e rapport à a conduction F e ZF e e=t 0 t Fux thermique adimensionne Fux reçu ou cédé par a surface externe 10 K 1 est possibe d exprimer es vitesses ocae u et moyenne u au moyen de fonctions d espace compexes adéquates ^f y et ^ de a variabe y dont a forme dépend de a éométrie de écouement: u Z u 0 ^f y e jut ; u Z u 0 ^e jut (15) En notant que: vu Z u ^f 0 y jue jut ; et: =½uŠ ZK< 1 u vu vu Z u 0 ^f 0 ye jut ; et <½uŠ Z = 1 u v u Z u 0 ^jue jut vu (16) (17) On introduit ensuite dans éq. (4), un coefficient de frottement pariéta C f qui s exprime aussi sous forme compexe de manière à tenir compte de a phase qui existe entre a vitesse et a contrainte pariétae en écouement aterné [35,36]: vu C f ZKm r j p j uj u Z m 0 u 0 ^f p r u Z d h G 0 ^ Re 1 dh avec G 1 Z ^f 0 p ^ (18) Le nombre de Reynods peut être défini par convention, sur e diamètre hydrauique (d h Ze pour deux pans infinis) et avec e modue de a vitesse axiae: Re dh Z d h r j uj (19) m Après queques cacus, on montre que a partie réee «measurabe» de a contrainte de frottement pariétae s exprime par a reation: < vu Z u 0 ð<½e jut Š<½^f pš 0 K=½e jut Š=½^f pšþ 0 p Z Re dh <½C d f Š<½ uš C 1 h u =½C f Š< v u (0) L intération-moyennae du terme visqueux de éq. (4) [35,36] avec introduction de éq. (0) est effectuée de a manière suivante: 1 ð 1 v U K1 dy Z vu Z e vu y Z1 udisp ZK e Re dh C udisp d fr u C 1 h u C v u fi Z Re dh C 8 fr U vu CC fi yze= (1) En toute riueur e produit de Darcy compexe «C f Re dh» dépend de abscisse x et du temps. Les auteurs proposent

6 358 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) de considérer une vaeur moyenne constante de C f Re dh en basant e cacu de C f sur a vitesse moyenne h ui cacuée sur une demi-période. Finaement équation moyennée de quantité de mouvement, en néieant e terme v U * /vx * est: vr U ZK 4L L M u CL L vðr U Þ vx vp vx K Re dh 8W om C fr U vu CC fi () Equations moyennes de énerqie pour e az et e tube. Notons que on empoie encore pour es moyennes transversaes des températures, es reations: ð 1 1 v T K1 dy Z vt et ð 1 1CRs v Tt R s 1 dy Z e R s y Z1 Z e vt (3) yze= vtt K vt t yze=cet yze= (4) De manière tout à fait simiaire à a contrainte de frottement pariétae, on doit exprimer es fux thermiques pariétaux par une reation compexe permettant de faire apparaître es déphasaes entre es fux thermiques et a différence des températures az/paroi. De nombreuses pubications [33] attestent de cette procédure. On écrira donc, avec h pris sous forme compexe: < vt Z <½hŠ<½ T t K T Š C=½hŠ=½ T t K T Š (5) e= Si es variations de températures sont parfaitement sinusoïdaes [34]: =½ T t K T Š Z 1 d u dt <½ T t K T Š (6) On peut donc exprimer a condition d échane thermique à a paroi interne sous a forme suivante: vt vt Z t t e= Z <½hŠð T t K T Þ C =½hŠ e= u dð T t K T Þ dt (7) Le probème réside dans a méconnaissance des expressions des coefficients compexes h (ou des nombres de Nusset Nu) puisque peu d études ont été consacrées à ce sujet. Les mêmes remarques pourraient d aieurs être faites en ce qui concerne e produit C f Re dh, empoyé précédemment dans équation simpifiée de a quantité de mouvement. La Fi. représente es évoutions des nombres Nu et C f Re dh obtenus à partir de a théorie thermoacoustique inéaire simpifiée pour des écouements entre deux pans paraèes isothermes [35,36]. On remarque que aumentation de a fréquence favorise e transfert de chaeur mais aumente aussi considérabement e frottement pariéta. Par aieurs, es déphasaes ne sont véritabement notabes qu aux basses fréquences et tendent rapidement vers a vaeur p/4 dès que a fréquence aumente (partie réee éae à a partie imainaire). Finaement, en néieant a conduction thermique axiae dans e fuide, équation de a température du az s écrit: vr T Z K1 CL L vr U T vx C 1 4PrW om! vp C K1 L LU vp vx " # Nu R1 ðtt KT dðtt KT Þ Þ CNu I1 dt K1 Mu ð 1 Wom K1 vu dy C 1 4 (8) Pour e cas d un profi des températures symétrique dans es paques (paques et écouements aternés): vtt Z Fo L vtt e vx " # K Fo Nu 4R s R R1 ðtt KT dðtt KT Þ Þ CNu I1 TH dt Pour e cas d échanes externes depuis es paques: vtt Z Fo L vtt e vx C Fo F e C Fo Nu R s 4R e ðtamb KTt Þ s " # K Fo Nu R s R R1 ðtt KT dðtt KT Þ Þ CNu I1 TH dt (9) (30) Les nombres adimensionnes suppémentaires introduits par a substitution des conditions aux imites dans e passae au modèe 1D sont résumés dans e Tabeau. 3. Ecouement «sinusoïda» incompressibe entre deux pans paraèes présentant un radient thermique imposé 3.1. Position du probème Dans e cas e pus énéra exposé précédemment, avec un fuide compressibe et des conditions aux imites variabes dans e temps, i n est pas envisaeabe d éaborer une soution anaytique des équations (13),

7 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) Fi.. (a) Evoution en fonction du nombre de Stokes/Womersey pour un écouement aminaire entre deux paques isothermes. (a) Coefficients de convection compexes; (b) coefficients de frottement compexes. (14), (), (8), (9) ou (30). De même une résoution numérique du probème n est pas apte à donner une idée précise de infuence des paramètres qui sont très nombreux et pour esques i faudrait fixer des vaeurs arbitraires. I nous sembe préférabe de décrire es phénomènes à partir d un cas simpifié comme écouement du type «piston» (vitesse imposée sinusoïdae) d un fuide incompressibe (r*z1) en mouvement osciant entre deux pans paraèes infinis, ayant une température imposée par un système de chauffae adéquat. Nous introduisons une hypothèse suppémentaire concernant es moyennes: U zu U et U T zu T (31) Cee-ci sous-entend que es épaisseurs des couches imites visqueuse et thermique soient faibes au reard de a areur des canaux fuides, ce qui est vérifié pour es fréquences d osciations éevées avec des fuides ayant une masse voumique importante (nombre de Womersey assez rand, profis de vitesse et température quasi pats au centre). Les équations caractéristiques de écouement sont aors: Conservation de a quantité de mouvement: 4L L M u vp vx Z 1 C C fire 8Wom sin t K C frre 8Wom cos t (3) Equation de énerie du fuide: 1 C Nu I1 vt 4PrWom CL L cos t vt vx C Z 1 4PrW om Nu R1 T t CNu I1 dðt t Þ dt Température de paroi imposée inéaire: Tt Z T 1 KT K1 x C T 1 CT K1 Conditions aux extrémités imposées: Nu R1 4PrW om T (33) (34) x ZK1 U Z cos t ; T ðt;k1þ Z T K1 (35a) x Z 1 U Z cos t ; T ðt; 1Þ Z 1 (35b) On effectue dans éq. (33) un chanement de variabe (passae d une variabe euérienne x à une variabe de type aranienne): x Z x K sin t (36) En introduisant es deux paramètres suivants: Nu R1 Z 4PrW oml L Nu I1 C4PrWom ; b Z Nu I1 C4PrWom (37) Tabeau Nombres sans dimension suppémentaires en fuide osciant introduits dans e modèe 1D Nombre adimensionne Nom Sinification Ordre de randeur C f R e Produit de Darcy Caractérise e frottement oca aux parois 4 Nu R1 Z e<½hš Nusset rée Caractérise e transfert thermique interne aux parois 10 Nu I1 Z e=½hš Nusset imainaire Caractérise e transfert thermique interne aux parois 0 10 (phase) R TH Z t Rapport des conductivités thermiques matériau/az 100

8 360 on obtient équation: P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) t out de a présence de a particue fuide au sein du système: dt dt CbT Z btt ðx C sin t Þ (38) dont a soution énérae est: T ðt ; xþ Z T ðk; xþe Kbðt KkÞ Cb ð t k e Kbðt KuÞ T t ðx C sin uþdu (39) où k est une constante d intération. L étude du paramètere /L L montre qu i varie assez peu entre 0,835 et 1 orsque e nombre W om aumente. La Fi. 3 représente es évoutions de b en fonction du nombre W om. On note une diminution rapide de b quand W om aumente; dès que W om O1,375, b!. Pour es cacus, es nombres de Nusset Nu R1 et Nu I1,évaués par es reations issues de a thermoacoustique [35,36], sont représentés sur a Fi. (a) pour un nombre de Prandt PrZ0, Cas d une température de paroi constante et uniforme T t Z Profis des températures du fuide En prenant kzt in en x * ZK1 et en posant D rad ðt ; xþzt ðt ; xþkt t, a soution de éq. 39 est simpement: D red ðt ; xþ Z ðt ðt in; xþ K1Þe Kbðt Kt in Þ (40) En énéra, a température du fuide en entrée, à auche (en x * Z1), varie dans e temps et est déphasée par rapport au dépacement du fuide, c est e cas dans es machines de Stirin; nous considérerons que sa vaeur reste constante. L équation (40) représente a modification de écart de température d une particue fuide avec a paroi initiaement en x 0 (au temps t0 ) qui pénètre entre es paques au temps tin, sa position au temps t * étant: x Z x 0 CL L ð1 Csin t Þ (41) L équation (40) est uniquement vaabe entre es temps tin et Fi. 3. Evoution du paramètre b seon W om (PrZ0,7). tin Z Arc sin K1 K ð1 Cx 0 Þ ; tout Z t L 0 Cp Ktin L (4) On obtient donc, en raison des transferts thermiques, une décroissance exponentiee (de paramètre b) de écart de temperature d entrée en fonction de avancement du fuide entre es paques. Les particues fuides de positions initiaes tees que x 0 OK1, situées entre es paques, (si oriine des temps est choisie à t 0 ZKp=, cas pour eque U * Z0) ne passent jamais par x * ZK1, par contre une proportion de ces particues peuvent ressortir en x * ZC1, suivant ampitude du dépacement L L. Pour simpifier a démarche, nous supposerons qu ees pénètrent aors dans un réservoir parfaitement brassé, de dimensions infinies et de température constante T 1 (Fi. 4(a)). Lorsque écouement interpaques s inverse, au temps t Zt 0 Cp, et que es particues entrent de nouveau dans e système, ees présentent par conséquent un écart de température avec a paroi toujours nu (D rad(c1) Z0). Pour es particues qui ne ressortiraient jamais d entre es paques (uniquement dans e cas L L!1, Fi. 4(b)), en vertu de éq. (40), eur difference de température va en s amoindrissant exponentieement dans e temps à chaque aer-retour, si bien qu au bout d un temps suffisant, ces particues se «thermaithermaisent» à a température des parois (dans hypothèse d une conduction axiae néieabe et en absence de turbuence). Cet ensembe de particues forme donc une zone de «bouchon fuide», qui ne joue pus aucun rôe dans es échanes thermiques obaux. Les Fi. 5 représentent es modifications des profis onitudinaux de température du fuide e on des paques pour trois onueurs d échaneurs: courts L L Z1,5 (Fi. 4(c)), de onueur éae au dépacement fuide L L Z1(Fi. 4(a)), ons L L Z0,5 (Fi. 4(b)) et pour trois vaeurs différentes du paramètre thermique b. On remarque bien a propaation atternée d un front de discontinuité thermique qui va en s amoindrissant. Pus b est petit, soit pour es fortes vaeurs du nombre W om, pus e front de température observé depuis entrée du fuide est important, c est-à-dire que a différence de température az/paroi reste éevée et cea aisse penser que es transferts thermiques s effectuent ma. L intensité du front thermique diminue avec aumentation de b (diminution de W om ); i faut peut-être y voir infuence de amoindrissement de a partie imainaire du coefficient d échane h,c est-à-dire de effet du déphasae entre a différence des températures fuide-parois et e fux de chaeur. En effet, ce déphasae tend vers 0 orsque W om tend vers 0 (Nu I1 Z0), sinon i se rapproche de a vaeur p/4 (Nu I1 ZNu R1 ). La rapidité de décroissance du front thermique dépend aussi de L L ;àdépacement de fuide identique, un échaneur trop on (L L Z0,5) possède une zone isotherme inactive du côté x*zc1, un échaneur trop court (L L Z1,5) ne permet pas d extraire un maximum de chaeur,

9 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) Fi. 4. Différentes confiurations d écouement suivant L L. es températures de «sortie» en x*zc1 et de «retour» en x*zk1sontenfaitpuséevées Quantités de chaeur échanées Seues es particues fuides susceptibes de passer aux deux extrémités des paques (en x*zk1et x*z1), peuvent échaner de a chaeur avec es parois au cours de eur mouvement de va et vient. D après éq. (41), orsqu une particue située en x* entre es paques proresse de a distance dx*zl L Cos t*dt* en un temps dt*, sa température chane de sorte que écart de température éémentaire varie suivant éq. (43) (en dérivant éq. (40)): dðd rad ðt ; x ; x 0 ÞÞ ZKD rad ðtin;k1; x 0 Þbe Kbðt Kt in Þ dt (43) La quantité de chaeur éémentaire échanée par une «ceue fuide» de masse dmzrs pass ð =Þdx 0 entre es instants tin et tout pendant son temps de séjour dans échaneur sera donc (à condition qu ee ne ressorte pas en x*z1, soit pour e cas typique L L %1): d Q ZKrc S pass T 0D rad ðt in;k1; x 0 Þbe Kbðt Kt in Þ dt dx 0 (44) Comme sinaé, nous utiiserons hypothèse d une température de fuide constante en entrée donc d un écart D rad(k) constant. Après intération pour toutes es particues durant eur temps de séjour (pour cacuer a puissance thermique échanée i faut mutipier par un facteur u/p), on obtient: Q rad Z 0 ZK1 x 0 ZKL LK1 ð t out t in d Q Z rc S pass T 0D radðk1þ L L F 1 ðbþ (45) où a fonction F 1 utiisée dans éq. (45) est définie par: F 1 ðbþ Z 1 C8b Ke Kbp 1 C4b (46) La Fi. 6 représente es évoutions de cette expression en fonction du paramètre b. On note a présence d une asymptote de vaeur maximae dès que bo (PrZ0,7). En d autres termes cea sinifie, si on observe aussi a Fi. 3, que pour es vaeurs de W om!1,75, a quantité de chaeur échanée entre e fuide et es parois peut être exprimée simpement par e produit de a masse fuide dépacée, de a capacité caorifique et de écart de température qu ee possède avec a paroi en x*zk1: Q rad;wom!1;75 zrc S pass dispt 0 D radðk1þ cas L L %1 (47) Pour W om tendant vers infini, b tend vers 0 et a quantité de chaeur échanée aussi: aux hautes fréquences, es transferts thermiques n ont pus e temps de se faire et i faut donc diminuer a distance inter-paques e si on veut maintenir une

10 36 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) Fi. 5. Evoution temporee des profis des températures adimensionnes en fonction de a onueur de échaneur [K1,C1] et du dépacement reatif du fuide (D rad(k1) Z0,75, PrZ0,7: haut L L Z1, miieu L L Z1,5, bas L L Z0,5). (Nota: es fronts thermiques sont verticaux, apparence incinée provient d imperfections raphiques). vaeur de W om faibe et un échane thermique suffisant (a couche imite thermique diminuant avec a fréquence es échanes radiaux deviennent moins prépondérants que a diffusivité axiae). Si D rad(k1) varie dans e temps de manière sinusoïdae, comme dans e cas de machines de Stirin, intération de éq. (45) est pus compiquée, ainsi que expression de a fonction F 1 (b), qui dépend en pus de a phase entre température «d entrée» et vitesse. Ces aspects sont ons à détaier et mériteront une étude utérieure. Fi. 6. Représentation de a fonction F 1 en fonction de b Cas d un profi de température de paroi inéaire et constant dans e temps Profi des températures du fuide L équation de a temperature de paroi est choisie ainsi: Tt ðx Þ Z T 1 KTK1 x C T 1 CTK1 (48) Les phénomènes de transferts thermiques sont pus compiqués orsqu i existe un radient de température e on des parois des paques. En substituant éq. (48) seon Tt ðc sin uþ, a soution de éq. (39) devient: T ðt ; xþ K T 1 CT K1 Kx T 1 KT K1 C b 1 Cb! T 1 KTK1 ðcos t Kb sin t Þ Z T ðk; xþ K T 1 CTK1 Kx T 1 KTK1 C b 1 Cb T1 KTK1 ðcos k Kb sin kþ e Kbðt KkÞ (49) On choisit toujours a constante k de manière à vérifier équation au temps tin en x * ZK1, es cacus font aors

11 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) intervenir un déphasae 4 défini par: cos 4 Z b 1 Cb ; sin 4 Z 1 1 Cb (50) On exprime es écarts de températures par a notation: D rad Z T ðt ; xþ KTt ðx Þ; D on Z T1 KTK1 (51) Finaement on obtient expression de écart de température oca fuide/paroi en x* et au temps t*: D rad ðt ; x ; x 0 Þ C D on cosðt K4Þ Z D rad ðt ;K1Þ C D on cosðtin K4Þ e Kbðt Kt in Þ (5) Cette reation n est vaide que pour es particues qui ne ressortent jamais en x*z1 et pour es temps t e tin; tout : Deux écarts différents D rad(k1) et D on concourent à a variation du profi de température du fuide; i ya toujours une décroissance exponentiee de paramètre b. Par symétrie, pour e fuide qui retourne dans e système en passant par x*z1 (écart D rad (t*, 1)Z0, côté réservoir par hypothèse), i faut appiquer a reation: D rad ðt ; x ; x 0 Þ ZK D onðcosðtin 0 K4Þe Kbðt Kt 0 in Þ Kcosðt K4ÞÞ (53) Les Fi. 7 montrent es profies de température obtenus au cours du temps dans e fuide, e on des paques, pour deux vaeurs très différentes du paramètre b, et trois vaeurs de L L. Le cas présenté sur es Fi. 7 (T K1 KT 1 Z0,5, D rad Z 0,5) considère hypothèse d un radient néatif, ce qui doit normaement être e cas dans un échaneur si a température «d entrée» en x*zk1 est supérieure à cee de a paroi. On constate que es différences de température paroi-fuide sont inférieures au cas de a Fi. 5 (fronts thermiques moindres). De pus, après inversion du sens de écouement, i circue des particues de fuide, pus froides que a paroi, si bien que es échanes thermiques sont effectivement inversés et que e fuide se réchauffe. Sur une période, cet «effet réénérateur» amoindrit e transfert thermique oba de/vers extérieur: cette situation n est pas désirabe dans e cas d un échaneur de refroidissement par exempe. I faut veier aussi aux sines respectifs de D rad et D on dans es évoutions de température obtenues. Les remarques faites précédemment concernant des paques isothermes et infuence des paramètres L L et b étaient identiques mais dans e cas présent effet «réénérateur» est superposé à a décroissance exponentiee du radient de température «d entrée» Evauation des quantités de chaeur échanées entre e fuide et es paques Pour es particues «entrantes» comprises entre es positions d oriine x 0 ½KL L K1;K1Š, e cacu des quantités de chaeur échanées est mené comme dans e pararaphe 3.., mais i apparaît dans a dérivée de éq. (5) un terme compémentaire ié au radient de température des parois D on (éq. (51)): Q Z Q rad Crc S 0 pass D on 0 ZK1 ð pkt in! ðkbe Kbðt Kt in Þ cosðt x 0 ZKL in K4Þ LK1 t in Csinðt in K4ÞÞdt dx 0 Q Z rc S pass T 0D radðk1þ L L F 1 ðbþ Crc S pass T 0D on L L F ðbþ (54) avec 4 défini par éq. (50) et a fonction F par: F ðbþ Z 1 KeKpb Cpbð1 Cb Þ ð1 Cb Þ (55) Pour a quantité de fuide chassée des paques par a droite, e cacu est identique, mais à son retour, cette quantité «remonte e radient thermique» KD on depuis x*z1, ce qui annue obaement effet compémentaire précédent en F (éq. 55), de tee manière que pour e cas L L Z1 (toujours avec écart D rad (t*, 1)Z0, côté réservoir): Q LL Z1 Z Q rad Z rc S pass T 0D radðk1þ L L F 1 ðbþ (56) Si nous envisaeons e cas L L!1 des échaneurs ons (Fi. 4(b)), comme auparavant, a quantité de fuide qui reste constamment enfermée entre es paques représente obaement un échane thermique nu. La quantité de fuide pénétrant par a auche subit un radient axia ðt R KT K1 Þ pour eque: TR Z T 1 KTK1 ðl L K1Þ C T 1 CTK1 (57) Pour a quantité de az «sortant» à droite, e radient thermique s effectue pour ðtl KT 1 Þ avec: TL Z T 1 KTK1 ðl L K1Þ C T 1 CTK1 Au tota, échane thermique est: Q LL!1 Z rc S 0 pass T 0L L D radðk1þ F 1 ðbþ CF ðbþ ðt R KTK1 CTL KT1 Þ Z Q rad (58) (59) La quantité de chaeur échanée est identique à cee du cas précédent L L Z1 (en effet e second membre de a parenthèse dans éq. (59) s annue maré un échaneur pus on; ainsi (toujours dans hypothèse d un écouement

12 364 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) Fi. 7. Représentation des profis de température seon a onueur et suivant b, (D rad(k1) Z0,5 et D on Z0,5 (trait épais: température de a paroi) haut L L Z1, miieu L L Z1,5, bas L L Z0,5). (Nota: es fronts thermiques sont verticaux, apparence incinée provient d imperfections raphiques). aminaire avec une conductivité axiae nue), a onueur suppémentaire d échane n a servi à rien. Si nous étudions enfin, e cas des échaneurs courts L L O1(Fi. 4(c)), es particues situées dans intervae x 0 ½KL L K1;K1Š, arrivent à ressortir par a droite (x*z1) au temps tout 0 et retournent dans e système au temps t 0 in : tout 0 Z Arc sin K1 C 1 Kx 0 ; tin 0 Z p Ktout 0 (60) L L Pour cette fraction de fuide, a quantité de chaeur échanée dans e sens auche vers droite est: Q 1 Z rc S pass D radðk1þt 0 Q 11 Crc S pass D ont 0 Q 1 (61) avec: Q 11 Z 0 ZK1 x 0 ZKL LC1 ð1 Ke Kbðt outkt in Þ Þdx 0 (6) 0 ZK1 Q 1 Z ðe Kbðt in Kt0 outþ cosð4 KtinÞ Kcosð4 KtoutÞÞdx 0 x 0 Z1KL 0 L (63) Dans autre sens e radient thermique est inversé et a quantité échanée s écrit: Q1 0 ZKrc S 0 pass D ont 0 Q p1 (64) avec: Q p1 Z 0 ZK1 x 0 Z1KL L ðe Kbðt in Kt outþ cosð4 Kt 0 in Þ Kcosð4 Kt outþþdx 0 Z Q 1 (65) Pour a fraction fuide qui ne ressort pas à droite

13 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) (Fi. 4(b)), on a: Q Z rc S pass D radðk1þt 0 Q 1 Crc S 0 pass D ont 0 Q (66) avec: Q 1 Z 0 Z1KL L x 0 ZL LK1 ð1 Ke Kbðt outkt in Þ Þdx 0 (67) 0 Z1KL L Q Z ðe Kbðt outkt in Þ cosð4 KtinÞ Kcosð4 KtoutÞÞdx x 0 ZK1KL 0 L (68) Enfin pour a masse de fuide chassée des paques et comprise dans intervae x 0 ½KL L K1; 1KL L Š, on a: Q 3 ZKrc S 0 pass D ont 0 Q 31 (69) avec: 0 Z1KL L Q 31 Z ðe Kbðt outkt in Þ cosð4 KtinÞ Kcosð4 KtoutÞÞdx x 0 ZK1KL 0 L Z Q (70) Gobaement, i vient Q LL O1ZQ 1 CQ 0 1CQ CQ 3, soit compte tenu des éqs. (61) à (70): Q LL!1 Z rc S pass T 0D radðk1þ ðq 11 CQ 1 Þ Krc S 0 pass T 0 D onðq 1 KQ p1 Þ (71) Cette reation est à comparer à éq. (45): Q rad Z rc S 0 pass T 0 D radðk1þ L L F 1 ðbþ du cas L L %1. Les Fis. 8 et 9 représentent es évoutions des deux termes du second membre de éq. (71). Le terme (Q 11 C Q 1 ) tend évidemment vers a vaeur L L F 1 (b) pour L L Z1, sinon i reste toujours pus faibe et ceci d autant pus que L L aumente et que b diminue (soit W om rand): pour un échaneur trop court, échane thermique n est pas tota. En fonction du sine de a différence des températures az/paque D rad(k1) en x*zk1, e second terme de éq. (71) (D on ) rajoute de a chaeur au fuide si T 1 OT K1, sinon i intervient comme un retrait suppémentaire de chaeur. Ici encore es phénomènes sont ampifiés pour es pus faibes vaeurs de b. Dans hypothèse d un écart D rad(c1) symétrique de D rad(k1) par rapport à a température de paroi, e bian thermique oba devient nu et échaneur se comporte comme un véritabe réénérateur; au contraire si es deux écarts sont du même sine, es échanes thermiques sont doubés. Fi. 8. (Q 11 CQ 1 )/(L L F 1 (b)) en fonction de L L et seon b cas L L O1. 4. Concusions Les équations théoriques d un modèe D ont été adimensionaisées de manière à faire apparaître es paramètres caractéristiques des écouements osciants à vitesse moyenne axiae nue. Neuf roupes principaux ont été ainsi mis en évidence, is sont reportés dans e Tabeau 1 avec eur sinification. Parmi ceux-ci, e rapport du dépacement L L, e nombre W om et e nombre Pr prennent une pace prépondérante. La description des phénomènes de transfert thermique entre une paroi, présentant ou non un radient thermique, et un fuide en écouement osciant, a pu être enaée àpartir du cas simpifié d un écouement aminaire incompressibe avec température d entrée constante. La modéisation introduit a notion de nombre de Nusset compexe (Fi. ) afin de tenir compte de existence d une phase entre transfert thermique et écarts de température. Nous avons pu étabir expression anaytique (éqs. (39), (49)) des écarts de température fuide/paque en fonction du temps et en variabe aranienne (c est-à-dire en suivant es particues fuides) et montrer importance du paramètre L L et des paramètres b et iés au nombre de Nusset compexe (éq. (37)). Une décroissance exponentiee de paramètre b des écarts de température d extrémité fuide-paroi a pu être démontrée. L étude paramétrique (Fi. 5) tend à prouver que a phase entre transfert thermique et écarts de température joue un rôe prépondérant dans es échanes Fi. 9. (Q 1 KQ p1 ) en fonction de L L et seon b, cas L L O1.

14 366 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) thermiques, via e paramètre b et a fonction mutipicative F 1 (b) (éq. (45) et Fi. 6). L étude montre (éq. (51), Fi. 6) qu i faut se imiter à des vaeurs bo, c est-à-dire W om! 1,33 pour obtenir un transfert de chaeur maxima, pour diminuer e déphasae entre a différence de température fuide/paroi et e fux thermique échané (Nu I1 /0). Pour des appareis fonctionnant à des fréquences éevées, i faudra veier à diminuer espace inter-paque ou e diamètre hydrauique afin de respecter ces conditions. En ce qui concerne efficacité des échanes thermiques, e cas idéa correspond à L L Z1: i est inutie d empoyer des onueurs de paques surdimensionnées (L L!1) car effet thermique oba des particues fuides enfermées est nu. Choisir L L O1 ne conduit pas à un échaneur pus performant non pus; des raphiques de correction ont été donnés dans ce dernier cas (Fis. 8 et 9). Notons cependant que es cacus ne prennent pas en compte es onueurs d étabissement des réimes hydrauiques ni es phénomènes de turbuence aux extrémités, i pourrait donc être intéressant d utiiser des vaeurs L L!1. L existence d un radient thermique (D on néatif) e on des parois est un facteur défavorabe pouvant énérer des échanes de chaeur contradictoires avec a paroi entre es périodes d aer et retour du fuide: i se produit aors un «effet de réénération». Une discontinuité de température D rad maximae aux deux extrémités ainsi qu un radient axia D on minimum sont donc nécessaires pour maximiser es échanes de chaeur. I reste dans e futur à se consacrer à étude des températures d entrée variabes, des profis de température non inéaires, (sinusoïdaux en particuier) et surtout aux fuides compressibes de manière à confirmer/infirmer es résutats exposés dans ce travai. References [1] M. Ozdinç, M. Carpiniou, Y. Gundodu, A critica review on pusatin pipe fow studies directin towards future research topics, Fow Meas Instrum 1 (001) [] T.S. Zhao, P. Chen, in: C.-L. Tien (Ed.), Annua review of heat transfer vo. IX (1998) [chapter 7]. [3] J. Batina, R. Creff, Y. Lecointe, Résutats numériques reatifs aux transferts thermiques convectifs instationnaires en écouement compressibe pusé aminaire et turbuent, Rev Gén Therm 35 (1996) [4] H.W. Cho, J.M. Hyun, Numerica soutions of pusatin fow and heat transfer characteristics in a pipe, Int J Heat Fuid Fow 11 (4) (1990) [5] H.N. Hemida, M.N. Sabry, A. Abde-Rahim, H. Mansour, Theoretica anaysis of heat transfer in aminar pusatin fow, Int J Heat Mass Transfer 45 (00) [6] Z. Guo, H.J. Sun, Anaysis of the Nusset number in pusatin pipe fow, Int J Heat Mass Transfer 40 (10) (1997) [7] A.A. A-Haddad, N. A-Binay, Prediction of heat transfer coefficient in pusatin fow, Int J Heat Fuid Fow 10 () (1989) [8] J.W. Paek, B.H. Kan, J.M. Hyun, Transient coo-down of a porous medium in pusatin fow, Int J Heat Mass Transfer 4 (1999) [9] D. Gedeon, Mean-parameter modein of osciatin fow, J Heat Transfer 108 (1986) [10] D.-Y. Lee, S.-J. Park, S.T. Ro, Heat transfer in the thermay deveopin reion of a aminar osciatin pipe fow, Cryoenics 38 (6) (1998) [11] D.-Y. Lee, S.-J. Park, S.T. Ro, Heat transfer by osciatin fow in a circuar pipe with a sinusoida wa temperature distribution, Int J Heat Mass Transfer 38 (14) (1995) [1] T.S. Zhao, P. Chen, Osciatory heat transfer in a pipe subjected to a aminar reciprocatin fow, ASME J Heat Transfer 118 (1996) [13] T.S. Zhao, P. Chen, A numerica soution of aminar forced convection in a heated pipe subjected to a reciprocatin fow, Int J Heat Mass Transfer 38 (6) (1995) [14] P. Li, K.T. Yan, Mechanisms for the heat transfer enhancement in zero-mean osciatory fows in short channes, Int J Heat Mass Transfer 43 (000) [15] I. Karaoz, Variation of momentum and therma boundary ayers for osciatory fows in a channe, Int Commun Heat Mass Transfer 8 (3) (001) [16] Z. Guo, S.Y. Kim, H.J. Sun, Pusatin fow and heat transfer in a pipe partiay fied with a porous medium, Int J Heat Mass Transfer 40 (17) (1997) [17] R.G. Gaiuin, L.A. Timokhina, E.R. Gaiuina, E.I. Peryakov, Mode of turbuent osciatin fows in smooth tubes, J En Phys Thermophys 74 (3) (001) [18] H.L. Fu, K.C. Leon, X.Y. Huan, C.Y. Liu, An experimenta study of heat transfer of a porous channe subjected to osciatin fow, Trans ASME 13 (001) [19] K. Muraidhar, K. Suzuki, Anaysis of fow and heat transfer in a reenerator mesh usin a non Darcy thermay nonequiibrium mode, Int J Heat Mass Transfer 44 (001) [0] M. Nasiri, W.K. Van Moorhem, An investiation of heat and mass transfer in osciatin fows at hih acoustic Reynods numbers, Int Commun Heat Mass Transfer 3 (5) (1996) [1] Y.L. Ju, C. Wan, Y. Zhou, Numerica simuation and experimenta verification of the osciatin fow in puse tube refrierator, Cryoenics 38 () (1998) [] C. Sert, A. Bestok, Numerica simuation of reciprocatin fow forced convection in two dimensiona channe, J Heat Transfer 15 (003) [3] M. Kanzaka, M. Iwabuchi, Study on the heat transfer of heat exchaners for the Stirin enine. Heat transfer in a heated tube under the periodicay condition, JSME Int J Ser II 35 (4) (199) [4] M. Tanaka, I. Yamashita, F. Chisaka, Fow and heat transfer characteristics of the Stirin enine reenerator in an osciatin fow, JSME Int J Series II 33 () (1990) [5] H. Miyabe, S. Takahashi, K. Hamauchi. An approach to the desin of Stirin enine reenerator matrix usin packs of wire auzes. 17th IECEC; 198, p [6] Y. Ju, Y. Jian, Y. Zhou, Experimenta study of the osciatin fow characteristics for a reenerator in a puse tube cryocooer, Cryoenics 38 (1998)

15 P. Nika et a. / Internationa Journa of Refrieration 8 (005) [7] B. Thomas, D. Pittman, Update on the evauation of different correations for the fow friction factor and heat transfer of Stirin enine reenerators, AIAA 000; 813. [8] Y. Jian, Y.L. Ju, Y. Zhou, A study of osciatin fow characteristics of reenerators in a hih frequency puse tube reenerator, Adv Cryo En 43 (1998) [9] T.S. Zhao, P. Chen, The friction coefficient of a fuy deveoped aminar reciprocatin fow in a circuar pipe, Int J Heat Fuid Fow 17 (1996) [30] T.S. Zhao, P. Chen, Osciatory pressure drops throuh a woven screen packed coumn subjected to a cycic fow, Cryoenics 36 (5) (1996) [31] G.T. Lee, B.H. Kan, J.-H. Lee, Effectiveness enhancement of a therma reenerator in an osciatin fow, App Therm En 18 (8) (1998) [3] B.P.M. Hevensteijn, A. Kashani, A.L. Spivak, P.R. Roach, J.M. Lee, P. Kitte, Pressure drop over reenerators in osciatin fow, Adv Cryo En 43 (1998) [33] A.A. Khornauser, J.L. Smith, Appication of a compex Nusset number to heat transfer durin compression and expansion, Trans ASME 116 (1994) [34] G.W. Swift. Thermoacoustics: a unifyin perspective for some enines and refrierators, Fifth draft LA UR ; 001. [35] P. Nika, Y. Baiy, F. Lanzetta. Particuarités des transferts thermiques en écouements aternés à vitesse moyenne nue. COFRET 04 Nancy France; 4 avri04. [36] P. Bouvier. Transferts thermiques en écouement osciant dans une conduite cyindrique: appication aux moteurs Stirin. Thèse, Université de Nantes N8 ED-8-454; 8 juin 000.

Conduction électrique

Conduction électrique Conduction éectrique. Courant éectrique.1. Intensité Dans a première partie de ce cours nous nous sommes intéressés aux charges éectriques immobies (éectrostatique). Or i existe des miieux avec des charges

Plus en détail

Physique générale I Examen Janvier 2014 Prof. J-Ph. Ansermet. A. L anneau et le ressort (4/10 points) 20 janvier 2014-12h15-15h15

Physique générale I Examen Janvier 2014 Prof. J-Ph. Ansermet. A. L anneau et le ressort (4/10 points) 20 janvier 2014-12h15-15h15 Physique générae I Examen Janvier 014 Prof. J-Ph. Ansermet 0 janvier 014-1h15-15h15 Nom : Prénom : N Sciper : A. L anneau et e ressort (4/10 points) Un objet de masse m, considéré comme un point matérie

Plus en détail

ÉCHANGEURS À CHANGEMENT DE PHASE

ÉCHANGEURS À CHANGEMENT DE PHASE Chapitre 5 ÉCHANGEURS À CHANGEMENT DE PHASE Tu gagneras ton pain à a sueur de ton front. Genèse, 3.19 (préfiguration de échangeur à changement de phase) Le chapitre 4 a permis de faire e point sur es coefficients

Plus en détail

Modélisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase

Modélisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase Modéisation du stockage et déstockage d énergie dans un composite chargé avec un matériau à changement de phase Moussa AADMI *1, Mustapha KARKRI 2, Abedewaheb TRIGUI 2, Mimoun ELHAMMOUTI 1, Magai FOI 2

Plus en détail

DESSALEMENT D EAU D L ENERGIE SOLAIRE

DESSALEMENT D EAU D L ENERGIE SOLAIRE DESSALEMEN D EAU D PAR L ENERGIE SOLAIRE Description et Performance des unités piotes instaées à Sfax Habib Ben Bacha Aref Y. Maaej Hamed Ben Dhia Laboratoire des Systèmes Eectromécaniques caniques Laboratoire

Plus en détail

Existe-t-il des métaux à deux dimensions?

Existe-t-il des métaux à deux dimensions? Existe-t-i des métaux à deux dimensions? Geneviève Feury () (Genevieve.Feury@unige.ch) et Xavier Wainta (xavier.wainta@cea.fr) Service de physique de état condensé, DSM/IRAMIS, CEA/Saay, 99 Gif-sur-Yvette

Plus en détail

APPROCHE PLS : UNE HIERARCHIE DES STRATEGIES POUR LA

APPROCHE PLS : UNE HIERARCHIE DES STRATEGIES POUR LA APPROCHE PLS : UE HIERARCHIE DES STRATEGIES POUR LA DETERMIATIO DES VARIABLES LATETES Mohamed HAAFI EITIAA / IRA, Unité de Sensométrie et Chimiométrie. Rue de a Géraudière, 4407 antes cedex 03, France.

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Pendule de Foucault. Frédéric Elie, juillet 2011

Pendule de Foucault. Frédéric Elie, juillet 2011 ACCUEIL Pendue de Foucaut Frédéric Eie, juiet 2011 La reproduction des artices, images ou graphiques de ce site, pour usage coectif, y compris dans e cadre des études scoaires et supérieures, est INTERDITE.

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina

Mesure de facteur de bruit sur analyseur de réseaux vectoriel corrigée en Paramètres-S. Frédéric Molina esure de facteur de bruit sur anayseur de réseaux vectorie corrigée en Paramètres-S Frédéric oina Agenda Rappe : qu est-ce que e facteur de bruit d un composant? éthodes et setup de mesure Etapes de caibrage

Plus en détail

8. Équations aux dérivées partielles

8. Équations aux dérivées partielles 77 8. Équations aux dérivées partiees Beaucoup de probèmes de physique font intervenir a résoution d équations aux dérivées partiees. Nous aons étudier dans ce chapitre es équations es pus utiisées. Ce

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE 1 I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE HERMODYNAMIQUE 4 e semestre Olivier ERRO 2009-2010 able des matières 1 Mathématiques pour la thermodynamique 4 1.1 Dérivées

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES Nous avons souligné au chapitre II, ainsi qu au chapitre III, que pour les écoulements à grande vitesse le modèle continu ne permettait pas de décrire la totalité des

Plus en détail

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude.

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Objectifs du Chapitre Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Adil Ridha (Université de Caen) Analyse Dimensionnelle et Similitude 2009-2010 1 / 31

Plus en détail

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE I Modèle de l oscillateur harmonique (O.H.) I. Exemples Cf Cours I. Définition Définition : Un oscillateur harmonique à un degré de liberté x (X, θ,... ) est un système physique

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs

11 mars 2003 228. 9 Cycles moteurs 11 mars 2003 228 9 Certains générateurs de puissance comme la centrale thermique à vapeur opèrent effectivement selon un cycle, c.-à-d. que le fluide actif retourne à son état initial après avoir subi

Plus en détail

Traitement et Analyse Morphologique de la Structure Interne des Matériaux par la Théorie de la Morphologie Mathématique.

Traitement et Analyse Morphologique de la Structure Interne des Matériaux par la Théorie de la Morphologie Mathématique. SETIT 25 3 rd Internationa Conference: Sciences of Eectronic, Technoogies of Information and Teecommunications March 27-31, 25 TUNISI Traitement et nayse Morphoogique de a Structure Interne des Matériaux

Plus en détail

Récupération d énergie

Récupération d énergie Récupération d énergie Le sujet propose d étudier deux dispositifs de récupération d énergie soit thermique (problème 1) soit mécanique (problème 2) afin de produire une énergie électrique. Chaque problème

Plus en détail

Thermodynamique des gaz parfaits

Thermodynamique des gaz parfaits Chapitre 24 Sciences Physiques - BTS Thermodynamique des gaz parfaits 1 Le modèle du gaz parfait 1.1 Définition On appelle gaz parfait un ensemble de molécules sans interaction entre elles en dehors des

Plus en détail

Utilitaires Scilab pour le calcul et l optimisation d enceintes bass-reflex. Jean Fourcade

Utilitaires Scilab pour le calcul et l optimisation d enceintes bass-reflex. Jean Fourcade <audio@volucres.fr> Utiitaires Sciab pour e cacu et optimisation d enceintes bass-refex Jean Fourcade 18 juin 2016 Tabe des matières 1 Modéisation théorique 5 1.1 Le Haut-Pareur...........................

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Chapitre 5-Thermodynamique des systèmes ouverts. Application à l écoulement des fluides

Chapitre 5-Thermodynamique des systèmes ouverts. Application à l écoulement des fluides 1 Chapitre 5-Thermodynamique des systèmes ouverts. Application à l écoulement des fluides I Premier principe de la thermodynamique pour un système ouvert Certains systèmes échangent avec l extérieur, outre

Plus en détail

Écoulements internes et calcule de h et de température

Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Mettre en évidence les différences entre écoulements externes et internes Calcul de h local et moyen Calcul de température locale

Plus en détail

Signal 3 L oscillateur harmonique

Signal 3 L oscillateur harmonique Signa 3 L osciateur harmonique Lycée Poyvaent de Montbéiard - Physique-Chimie - TSI 1-2016-2017 Contenu du programme officie : Notions et contenus Forces. Mouvement horizonta sans frottement d une masse

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE SESSION 2009 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction

Plus en détail

Projet 1 : Résolution de l équation instationnaire de la chaleur 1D

Projet 1 : Résolution de l équation instationnaire de la chaleur 1D Université Pierre et Marie Curie Paris 6 Projet Informatique scientifique en C++ Soutenance : 9 Mars 25 Nicoas Lantos Juie Panchon. Projet : Résoution de équation instationnaire de a chaeur D Probème physique

Plus en détail

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 Contrôle Continu du 03/11/2010. Durée: 2h00mn Exercice 1 : On suppose que l atmosphère est un gaz réel en équilibre dans le champ de pesanteur. L équation d état de

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Physique générale II Examen Problème 1 Prof. Jean-Philippe Ansermet

Physique générale II Examen Problème 1 Prof. Jean-Philippe Ansermet Physique générale II Examen Problème 1 Prof. Jean-Philippe Ansermet 25 juin 2013-12h15-15h15 Nom : l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 Prénom : l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

La saisonnalité des zones touristiques de Rhône-Alpes

La saisonnalité des zones touristiques de Rhône-Alpes La saisonnaité des zones touristiques de Rhône-Apes Bresse Pays de Gex Haut Chabais Rives du Léman Vaée verte Les Brasses Roanne Pays beaujoais Dombes Bugey Genevois- Abanais-Arve Aravis Bornes Giffre

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION DÉFINITIONS L exergie d un système dans des conditions (T, S, U ) données correspond au travail utile maximal que ce système pourrait fournir en

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Manipulation 1 Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Consignes de sécurité Soyez prudent en utilisant le gaz naturel. Dans le cas d une odeur de gaz, fermez la

Plus en détail

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse

III PRODUCTION DE FROID, POMPE A CHALEUR. Machine à gaz permanent (sans changement de phase) Fonctionne suivant un cycle de Joule inverse III PRODUCION DE FROID, POMPE A CHALEUR Un cycle frigorifique est un système thermodynamique qui permet de transférer de la chaleur d un milieu vers un autre à température plus élevée. D après le second

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Table des matières 1) MISE EN PLACE DU PREMIER PRINCIPE 2 1.1) ENERGIE INTERNE D UN SYSTEME 2 1.2) CADRE DU PROGRAMME 2 1.3) ENONCE DU PREMIER PRINCIPE

Plus en détail

L olivier et les sciences

L olivier et les sciences nseignant 9.1 L oivi et es sciences Les fiches pédagogiques nseignant vous offrent un diaporama des principaes données sur oivi et es sciences. Notes La fiche Les outis nseignant vous propose des excices

Plus en détail

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté CHAPITE IV Oscillations ibres des Systèmes à plusieurs derés de liberté 010-011 CHAPITE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs derés de liberté Introduction : Dans ce chapitre, nous examinons

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

1. INTRODUCTION On voit apparaître depuis quelques années des codes de calcul de tenue à la mer des navires par la méthode des singularités utilisant

1. INTRODUCTION On voit apparaître depuis quelques années des codes de calcul de tenue à la mer des navires par la méthode des singularités utilisant . INTRODUCTION On voit apparaître depuis queques années des codes de cacu de tenue à a mer des navires par a méthode des singuarités utiisant a fonction de Green de diffraction-radiation avec vitesse d

Plus en détail

1. LE MOTEUR THERMIQUE

1. LE MOTEUR THERMIQUE 1. LE MOTEUR THERMIQUE 1.1 Définition Les moteurs thermiques transforment de la chaleur en travail mécanique destiné à équilibrer le travail résistant d un véhicule qui se déplace. Les machines thermiques

Plus en détail

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Revenu Canada Revenue Canada IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Raison sociae de a société Numéro de compte/numéro d'entreprise Fin d'année d'imposition Jour Mois Année À 'usage

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR MICRO-ONDES

CHAUFFAGE PAR MICRO-ONDES A 2005 PHYS. I ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

15 Notions sur les turbomachines

15 Notions sur les turbomachines 16 avril 2004 429 15 Au cours des chapitres précédents, on a maintes fois considéré des machines au sein desquelles s opérait un échange de travail avec le milieu extérieur (compresseurs, turbines). Parmi

Plus en détail

Programmer une expérience en statistiques

Programmer une expérience en statistiques Programmer une expérience en statistiques En casse de seconde, simuation d une expérience aéatoire. On peut utiiser a cacuatrice pour simuer e ancer simutané de deux dés. Puis faire un programme pour que

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques

Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 Thermodynamique Chapitre 6 : Les machines thermiques Nous arrivons à ce qui a véritablement motivé la fondation de la thermodynamique : l étude des machines

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t

On prend comme volume de contrôle l auget en translation. Ce volume de contrôle est donc en translation avec une vitesse U t. U t page 1 Problème 1 : Auget mobile (6 points) Un jet d eau, ayant une vitesse V 1 frappe un auget à une hauteur y 1 comme indiqué sur la figure 1. On considère que le jet incident a un diamètre D et que

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012 Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociae Prof ABDELKADER SALMI 2012 Actuaire L étymoogie du mot "actuaire" est atine (comptabe, rédacteur des ivres de comptes acta), ce terme n'apparaît

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

dtrans Az 01 Indicateur/régulateur à microprocesseur pour les analyses physico-chimiques et autres mesures physiques

dtrans Az 01 Indicateur/régulateur à microprocesseur pour les analyses physico-chimiques et autres mesures physiques Fiche technique 20.2550 Page 1/10 dtrans Az 01 ndicateur/réguateur à microprocesseur pour es anayses physico-chimiques et autres mesures physiques Type 202550 Boîtier à encastrer conforme à a norme DN

Plus en détail

Thermodynamique : les fondamentaux

Thermodynamique : les fondamentaux Thermodynamique : les fondamentaux Extrait du programme Thermodynamique : fondamentaux Notions et contenus Capacités exigibles Énergie interne U d un système Vocabulaire et définitions : système, état

Plus en détail

Simulation de la Convection Naturelle en Régime Permanent dans une Cuve Cylindrique : Cas de l'hydrogène Liquide

Simulation de la Convection Naturelle en Régime Permanent dans une Cuve Cylindrique : Cas de l'hydrogène Liquide Rev. Energ. Ren. : Journées de Thermique (001) 31-36 Simulation de la Convection Naturelle en Régime Permanent dans une Cuve Cylindrique : Cas de l'ydrogène Liquide A. Benkhelifa et M. Belhamel Centre

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ C.1. Prise en mains rapide du logiciel Atelier Théorie Cinétique pour l'enseignant Sauver les deux fichiers Gaz.htm et gaz.jar

Plus en détail

De la caractérisation à l identification des langues

De la caractérisation à l identification des langues De a caractérisation à identification des angues Séection de conférences données ors de a 1 ère journée d étude sur identification automatique des angues, Lyon, 19 janvier 1999 avec e soutien de Association

Plus en détail

MÉCANIQUE DES FLUIDES

MÉCANIQUE DES FLUIDES spé y 2003-2004 DS n 3 rapport MÉCANIQUE DES FLUIDES Rapport du jury CENTRALE 2002 Partie I. Caractérisation d un écoulement I A Ordres de grandeurs I A 1 - Parfois confusion

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

Calcul de Charges. Génie Climatique Préparation à l'agrégation. Michaël Thienpont 30 octobre 2005. présentation de : Michaël Thienpont

Calcul de Charges. Génie Climatique Préparation à l'agrégation. Michaël Thienpont 30 octobre 2005. présentation de : Michaël Thienpont Calcul de Charges présentation de : 1 Plan du cours Introduction Traitement de l'air Calcul de Charges climatiques Éléments de technologie Spécificités de la régulation Approche système et fonctionnelle

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

DONNEES TECHNIQUES 240/N 440/N 440/S

DONNEES TECHNIQUES 240/N 440/N 440/S by S.p.A. Ipura 240/N Ipura 440/N Améiorez vos résutats avec IPURA, a nouvee technoogie du nettoyage à sec, qui utiise un sovant à hydrocarbure aiphatique à impact réduit sur 'environnement. Le processus

Plus en détail

ETUDE DES PHENOMENES THERMOELECTRIQUES PREMIERE PARTIE

ETUDE DES PHENOMENES THERMOELECTRIQUES PREMIERE PARTIE ETUDE DES PHENOMENES THERMOELECTRIQUES Note au candidat. A lire attentivement. Le candidat veillera à respecter impérativement les conventions générales de la thermodynamique : un échange, quelque soit

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

Annexe A Tableaux de développement de l enfant

Annexe A Tableaux de développement de l enfant s 176 Annexe A Tabeaux de déveoppement de enfant Comment utiiser ces tabeaux de déveoppement de enfant Les enfants se déveoppent dans pusieurs domaines principaux: a capacité physique (e corps), a capacité

Plus en détail

Protection incendie OxyReduct - naturellement!

Protection incendie OxyReduct - naturellement! Protection incendie OxyReduct - natureement! Prévention des incendies OxyReduct L innovation en matière de protection incendie Une protection maximae Une sécurité maximae L incendie : un risque pour entreprise

Plus en détail