Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques"

Transcription

1 Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Bruxelles, le 22 octobre 2014 Claude MODART

2 Plan de l'exposé Introduction aux statistiques des finances publiques Définition du périmètre des administrations publiques dans le SEC 2010 Autres modifications importantes affectant les comptes publics de la Belgique dans le SEC 2010 Présentation des grands agrégats des finances publiques : recettes, dépenses, soldes et dette publique 2 / 43

3 Introduction aux statistiques des finances publiques

4 Introduction Les finances publiques sont un «sujet sensible» et les règles statistiques peuvent avoir un impact sur la vie quotidienne «La dette belge va gonfler de 16 milliards d euros» 7 sur 7 28/05/2014 «La dette belge va croître de 18 milliards d euros en raison de nouvelles normes comptables européennes» Le Soir 23/09/2014 «La dette publique monte à 104,5 % du PIB» Le Soir 01/10/2014. Les réformes des règles sont très suivies et l'importance de statistiques comparables au niveau international est très grande 4 / 43

5 Références méthodologiques pour les comptes des administrations publiques Règlement 549/2013 du 26 juin 2013 : le Système européen des comptes (SEC 2010) Règlement 479/2009 relatif à l'application du protocole sur la procédure concernant les déficits excessifs annexé au traité instituant la Communauté européenne Jurisprudence d'eurostat principe général : «la réalité économique» 5 / 43

6 Délimitation du secteur des administrations publiques 3 questions : L'unité est-elle une unité institutionnelle (= autonomie de décision et comptabilité complète)? L'unité est-elle une unité publique (contrôlée par une administration publique)? L'unité est-elle marchande? Critère qualitatif : entité indépendante et motivée par la concurrence du marché et Critère quantitatif : ventes > 50 % des coûts? Trois réponses affirmatives l'unité n appartient pas au secteur des administrations publiques : l'unité est une société publique (non financière / financière) 6 / 43

7 Séquence des comptes Transactions I. Production VAB II. Distribution et utilisation du revenu Épargne III.1.1 Transferts en capital Stocks Autres flux Stocks IV.1 Bilan d'ouverture Actifs non financiers Actifs et passifs financiers III.1.2 Formation du capital Capacité / besoin de financement = solde de financement III.2 Transactions financières III.3.1 Autres changements de volume III.3.2 Réévaluations IV.3 Bilan de clôture Actifs non financiers Actifs et passifs financiers IV.2 Variations du patrimoine 7 / 43

8 Statistiques des finances publiques SEC 2010 recettes et dépenses solde de financement : capacité (+) / besoin (-) de financement = solde du compte de capital = recettes - dépenses = solde du compte financier = solde de la variation des créances et de la variation des engagements dues aux opérations financières en pratique => ajustement entre le solde du compte de capital et le solde du compte financier 8 / 43

9 Procédure concernant les déficits excessifs (PDE) Déficit des administrations publiques = solde de financement SEC 2010 < 3 % du PIB Dette des administrations publiques passif financier et valeur nominale < 60 % du PIB Variation de la dette = - déficit + autres facteurs (acquisitions nettes d'actifs financiers, moins variation des autres comptes à payer, différences de change sur la dette en devises, etc.) 9 / 43

10 Dette brute consolidée (définition Maastricht) = somme des engagements des administrations publiques envers les autres secteurs, évalués à la valeur faciale et représentés par du numéraire et des dépôts, des titres autres que des actions, à l'exclusion des produits financiers dérivés, et des crédits. ne comprend pas les instruments financiers suivants : droits nets des ménages sur les fonds de pension non autonomes constitués par les administrations publiques et autres comptes à payer passif financier SEC 2010 (tous les instruments + évaluation aux prix du marché) 10 / 43

11 Définition du périmètre des administrations publiques dans le SEC 2010

12 Market test pour les unités publiques : Critère qualitatif et quantitatif La classification sectorielle des unités d administration publique au sens strict ne soulève pas de difficulté unités engagées dans la production de biens et services non marchands unités engagées dans la redistribution du revenu et de la richesse Pour les autres producteurs opérant sous le contrôle d une administration publique, une évaluation de leur activité et de leurs ressources est nécessaire : Critère qualitatif Critère quantitatif 12 / 43

13 Critères marchand / non marchand Importance de d abord opérer une distinction entre les entreprises financières et non financières Sociétés financières : déterminer le degré d exposition au risque Sociétés non financières : examiner si les prix sont économiquement significatifs 13 / 43

14 Critère marchand / non marchand : sociétés financières Importance de l exposition au risque Quels indicateurs pour l exposition au risque? Indicateur pertinent Indicateur non pertinent S.13 rembourse les dettes S.13 est un actionnaire dominant S.13 compense les pertes S.13 octroie des garanties sur les actifs (= couverture des pertes) S.13 octroie des garanties sur les passifs (= «passifs conditionnels»), peu importe l importance de celles-ci car ces garanties sont conditionnelles à un défaut de paiement de l entité garantie* * Indicateur pertinent pour les institutions financières captives 14 / 43

15 Market test pour les unités publiques non financières : critère qualitatif et quantitatif Afin de décider si ce sont des unités marchandes, vendant à des prix économiquement significatifs, il faut examiner si les conditions suivantes sont remplies : Ventes aux administrations publiques < 50 % des ventes totales? Ventes aux administrations publiques > 50 % des ventes totales et producteur en concurrence avec des producteurs privés (appel d offres)? Critère quantitatif habituel (critère des 50 %) Ratio des ventes aux coûts de production > 50 % => producteur marchand Les «ventes» doivent couvrir au moins 50 % de ses «coûts» au cours d une période continue de plusieurs années Définitions de ventes et de coûts 15 / 43

16 Market test pour les unités publiques non financières : ventes < 50 % des coûts => producteur non marchand => S.13 Ventes = SEC 1995 ventes courantes de biens et services produits (hors subsides, sauf si liés au volume / à la valeur de la production) Coûts = rémunération des salariés + consommation intermédiaire + consommation de capital fixe + autres impôts sur la production - production pour compte propre Ventes = SEC 2010 ventes courantes de biens et services produits (hors subsides, sauf si liés au volume / à la valeur de la production) Coûts = rémunération des salariés + consommation intermédiaire + consommation de capital fixe + autres impôts sur la production - production pour compte propre + charges nettes d'intérêts 16 / 43

17 Arbre de décision: sociétés non financières 17 / 43

18 Autres modifications importantes affectant les comptes publics de la Belgique dans le SEC 2010

19 Reprise de fonds de pensions Dans le SEC 1995, les versements d'une entreprise à l'état dans le cadre d'un transfert d'obligations au titre de régimes de pension sont considérés comme des recettes de transferts en capital au moment de la reprise des obligations de pensions = opération non financière Dans le SEC 2010, les recettes obtenues sont considérées comme un prépaiement de transferts courants futurs = opération financière => Impact sur le solde pour les opérations de 2003, 2004 et 2005 (négatif les années des opérations et positif les années ultérieures) 19 / 43

20 Révision du Règlement 479/2009: Amendé par le Règlement 220/2014 de la Commission du 7 mars 2014 => Suppression du traitement réservé aux swaps et FRA's => Impact généralement négatif sur le solde => Un seul déficit Pas de modification de la définition de la dette brute consolidée ou dette Maastricht 20 / 43

21 Traitement des PPP Remboursement avantageux en cas de résiliation à l initiative du partenaire privé Règle de partage des bénéfices Financement public sous la forme d instruments financiers plus risqués que ceux du partenaire privé Garanties octroyées => réexamen de tous les PPP où l actif et la dette ont été enregistrées dans les comptes du partenaire privé 21 / 43

22 Aides conditionnelles à l investissement En Belgique, une série de situations donnent lieu à l utilisation d aides à l investissement conditionnelles ; le niveau annuel des aides à l investissement pouvant dépendre de paramètres tels que le degré d occupation des actifs. Le caractère conditionnel de ces aides a été avancé comme argument pour étaler dans le temps leur comptabilisation dans les comptes des administrations publiques. De facto, une faible conditionnalité correspond davantage, dans la réalité économique, à l obligation de paiement, dans le chef des administrations publiques, dès que l investissement sous-jacent a été réalisé, l aide à l investissement devant alors être comptabilisée dans son intégralité (hors bonification d intérêts) avec un impact négatif sur le solde de financement et l enregistrement d une dette reprise. => Impact sur le solde et la dette 22 / 43

23 Capitalisation de la R & D Dans le SEC 1995 les achats de R & D sont traités en achats de biens et services courants Dans le SEC 2010 les dépenses publiques de R & D sont capitalisées => Pas d'impact sur le solde Impact sur le niveau des recettes / dépenses 2013 : + 2,2 milliards 23 / 43

24 Capitalisation des dépenses en systèmes d arme Dans le SEC 1995 les achats de systèmes d armes sont traités en achats de biens militaires durables (à la livraison) Dans le SEC 2010 ces dépenses sont traitées en investissement (à la livraison) => Pas d'impact sur le solde Pas d impact sur le solde et le niveau des recettes / dépenses 24 / 43

25 Déficit : table de passage entre le SEC 1995 et le SEC 2010 détails En millions d euros Changements méthodologiques liés uniquement au SEC 2010, dont : Versements des entreprises à l'état dans le cadre du transfert à l État de leurs obligations de pension 184,7-149,2 128,5 260,5 305,9 327,3 349,3 371,0 Révision du Règlement n 479/2009 (swaps) -321,8-501,8-233,2-189,0 Changements méthodologiques liés au SEC 2010 et à un réexamen de certaines questions, dont : -937,6-520,8-646, ,3 Traitement des partenariats public-privé -35,2-76,9-66,3-70,7 Aides «conditionnelles» à l investissement -887,8-340,4-652, ,9 Autres changements (mises à jour de données et correction d erreurs) -162,9-50,9-168,8-227,3 Total -915,9-720,9-687, ,0 25 / 43

26 Dette : table de passage entre le SEC 1995 et le SEC 2010 détails En millions d euros Changements méthodologiques liés uniquement au SEC ,4 26,1 0,0 0,0 Changements méthodologiques liés au SEC 2010 et à un réexamen de certaines question, dont: , , , ,7 Sectorisation , , , ,6 Traitement des partenariats public-privé 162,1 247,6 344,5 461,2 Aides «conditionnelles» à l investissement 4.436, , , ,8 26 / 43

27 Déficit et Dette SEC 1995 EDP Déficit mln , , , ,5 % PIB -3,8-3,8-4,1-2,6 Dette mrd 343,7 366,2 380,2 387,2 % PIB 96,6 99,2 101,1 101,2 SEC 2010 EDP Déficit mln , , , ,5 % PIB -4,0-3,9-4,1-2,9 Dette mrd 364,1 388,1 403,7 413,2 % PIB 99,6 102,1 104,0 104,5 27 / 43

28 Solde de financement des administrations publiques (% du PIB) 1% 0% -1% -2% -3% -4% -5% -6% Déficit EDP SEC 1995 Déficit SEC / 43

29 Dette publique (% du PIB) 140% 130% 120% 110% 100% 90% 80% 70% 60% Dette EDP SEC 1995 Dette EDP SEC / 43

30 Premier communiqué de presse d'eurostat sur les finances publiques dans le cadre du SEC 2010 (21 /10 /2014) Comparaison internationale des révisions entre la notification d'avril 2014 (basée sur le SEC 1995) et celle d'octobre 2014 (basée sur le SEC 2010) 30 / 43

31 Présentation des grands agrégats : recettes, dépenses, soldes et dette publique

32 Recettes des administrations publiques (en millions d'euros) p.m. : en % du PIB Recettes ,5 Recettes fiscales et parafiscales ,8 Impôts directs ,7 Impôts indirects ,9 Cotisations sociales effectives ,2 Impôts en capital ,0 Cotisations sociales imputées ,4 Intérêts reçus ,2 Autres revenus de la propriété ,9 Transferts courants en provenance des autres secteurs ,8 Ventes courantes de biens et services produits ,3 Transferts en capital en provenance des autres secteurs ,1 32 / 43

33 Dépenses et solde de financement des administrations publiques (en millions d'euros) p.m. : en % du PIB Dépenses ,4 Rémunérations des salariés ,5 Consommation intermédiaire et impôts payés ,0 Subventions aux entreprises ,9 Prestations sociales ,2 Transferts courants aux autres secteurs ,7 Charges d'intérêts ,2 Formation brute de capital fixe ,2 Autres acquisitions nettes d'actifs non financiers ,0 Transferts en capital aux autres secteurs ,9 Capacité (+) / besoin (-) de financement ,9 p.m.: solde de financement en % du PIB -4,0-3,9-4,1-2,9 33 / 43

34 Recettes, dépenses et soldes annuels (pourcentages du PIB) Recettes Dépenses Solde Solde primaire 34 / 43

35 Recettes publiques trimestrielles (en millions d'euros) 70000, , , , ,0 recettes cvs-cjo recettes brutes 20000, ,0 0,0 mars-99 nov.-99 juil.-00 mars-01 nov.-01 juil.-02 mars-03 nov.-03 juil.-04 mars-05 nov.-05 juil.-06 mars-07 nov.-07 juil.-08 mars-09 nov.-09 juil.-10 mars-11 nov.-11 juil.-12 mars-13 nov / 43

36 Dépenses publiques trimestrielles (en millions d'euros) 60000, , , , ,0 dépenses cvs-cjo dépenses brutes 10000,0 0,0 mars-99 nov.-99 juil.-00 mars-01 nov.-01 juil.-02 mars-03 nov.-03 juil.-04 mars-05 nov.-05 juil.-06 mars-07 nov.-07 juil.-08 mars-09 nov.-09 juil.-10 mars-11 nov.-11 juil.-12 mars-13 nov / 43

37 Solde trimestriel (en millions d'euros) 10000,0 5000,0 0,0-5000,0 solde cvs-cjo solde brut , ,0 mars-99 oct.-99 mai-00 déc.-00 juil.-01 févr.-02 sept.-02 avr.-03 nov.-03 juin-04 janv.-05 août-05 mars-06 oct.-06 mai-07 déc.-07 juil.-08 févr.-09 sept.-09 avr.-10 nov.-10 juin-11 janv.-12 août-12 mars-13 oct.-13 mai / 43

38 Soldes des communautés et régions (en millions d'euros) Communauté flamande Communauté française Région wallonne Région de Bruxelles-Capitale Communauté germanophone 1 Y compris l'emprunt de soudure à charge de la Région wallonne et de la Commission communautaire française. 38 / 43

39 Comparaison : passif financier (SEC) et dette brute consolidée (EDP) Année 2013 En milliards d euros Engagements financiers Dette brute consolidée Or monétaire et DTS 0,0 - Numéraire et dépôts 1,4 1,4 Titres de créances 376,7 341,0 Crédits 71,0 70,9 Actions et parts de fonds d investissement 0,0 (*) - Droits sur les provisions techniques d assurance, sur les fonds de pensions et sur les réserves des garanties standardisées 0,7 - Produits financiers dérivés (si actif négatif) 0,0 (*) - Autres comptes à payer 15,1 - Total 465,0 413,2 (*) instruments financiers actuellement non recensés 39 / 43

40 Trois agrégats publiés dans Belgostat : à ne pas confondre Dette EDP SEC2010 Total des passifs financiers Patrimoine financier net (x (-1)) / 43

41 Dette Maastricht par contreparties (en millions d'euros) , , ,0 40,0 20, , Reste du Monde Ménages (échelle de gauche) Sociétés financières Sociétés non financières Dette détenue par le RdM en pourcentage de la dette totale (échelle de droite) 41 / 43

42 Dettes des communautés et régions (en millions d'euros) Communauté flamande Communauté française Région wallonne Région de Bruxelles-Capitale Communauté germanophone 1 Y compris l'emprunt de soudure à charge de la Région wallonne et de la Commission communautaire française. 42 / 43

43 Merci pour votre attention

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

La séquence des comptes

La séquence des comptes La séquence des comptes Comptes des institutions sans but lucratif au service des ménages I: Compte de production P.2 Consommation intermédiaire B.1b Valeur ajoutée brute P.51c Consommation de capital

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

SEC 2010 et finances publiques

SEC 2010 et finances publiques SEC 2010 et finances publiques Claude Modart Banque nationale de Belgique Plan de l'exposé Définition du périmètre des administrations publiques Autres modifications importantes affectant les comptes publics

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Lettre de demande de données pour l Annuaire des SFP 2014 RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Récapitulatif des modifications apportées au système de classification

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

La dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques

La dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques Note Méthodologique Dernière mise à jour : le 26/03/2015 La dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques La dette trimestrielle couvre, comme la dette annuelle, l ensemble des administrations

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 mars 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE BALANCE DES PAIEMENTS DE LA ZONE EURO (Janvier 2014) En janvier 2014, le compte de transactions courantes de la zone euro a enregistré,

Plus en détail

LA DETTE WALLONNE: DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS. DAMIEN PIRON (FNRS ULg) BENOÎT BAYENET (ULB ULg)

LA DETTE WALLONNE: DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS. DAMIEN PIRON (FNRS ULg) BENOÎT BAYENET (ULB ULg) Association pour la fondation internationale de finances publiques (FONDAFIP) Colloque - La décentralisation financière en Belgique et en France Mons, 11 mars 2015 LA DETTE WALLONNE: DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS

Plus en détail

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales Présentation des RÉSULTATS ANNUELS 2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales 26 février 2014 32 Hoche - Paris Table des matières GROUPE BOUYGUES...2 Bilan consolidé...2 Compte de résultat consolidé...3

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Comptabilité nationale

Comptabilité nationale Comptabilité nationale Cours L2 2015-2016 Chapitre 3 signification terme? NOMenclature : nommer pour classer et compter CN = construction CN = photographie de la réalité mais avec un instrument donné et

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Gestion de Placements TD FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Période close le 30 juin 2015 Table des matières Responsabilité de la direction en matière d information financière.................................

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 La profession comptable... 1 I. Les différents statuts de la profession comptable... 1 A. La profession comptable libérale... 1 B. La profession comptable salariée... 7 II.

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement Loi du 5 septembre 2001 portant garantie d'une réduction continue de la dette publique et création d'un Fonds de vieillissement (Moniteur belge du 14 septembre 2001), modifiée par la loi du 20 décembre

Plus en détail

Aperçu méthodologique des comptes financiers de la Belgique

Aperçu méthodologique des comptes financiers de la Belgique Version intégrale Aperçu méthodologique des comptes financiers de la Belgique Les comptes financiers offrent un aperçu détaillé de l évolution des créances et des dettes financières entre les secteurs

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Bamako - Mali. Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat. et Plan de Trésorerie. Mme Ayawovi Demba Tignokpa

Bamako - Mali. Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat. et Plan de Trésorerie. Mme Ayawovi Demba Tignokpa AFRITAC de louest l Ouest Bamako - Mali Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat Lomé, du 07 au 11 février 2011 Tableau des opérations financières de l Etat actuel (TOFE) et Plan de Trésorerie

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier abcdefg Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 20 novembre 2009 Patrimoine des ménages en 2008 Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse

Plus en détail

Fiche d'information sur le modèle SFP de la statistique financière

Fiche d'information sur le modèle SFP de la statistique financière Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Politique budgétaire, péréquation financière, statistique financière Section Statistique financière Fiche d'information sur

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 CHAPITRE 14 LES SERVICES D'INTERMÉDIATION FINANCIÈRE INDIRECTEMENT MESURÉS (SIFIM) LE CONCEPT DE SIFIM ET L'INCIDENCE SUR LES PRINCIPAUX AGRÉGATS

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... TABLE DES MATIÈRES PAGES Sommaire... 5 Introduction générale... 7 PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... 16 SECTION 1. Autoriser... 16 SECTION

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE BOUYGUES

COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE BOUYGUES BILAN CONSOLIDE AU 30 SEPTEMBRE 2008 ACTIF 09/2008 12/2007 09/2007 Net Net Net Immobilisations corporelles 5 948 5 564 5 271 Immobilisations incorporelles 1 166 1 073 1 013 Goodwill 5 164 5 123 5 086 Entités

Plus en détail

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT Jean-Paul Milot Patrick Soury Lionel Vareille 2003 - DRB [Minéfi] La nouvelle architecture du budget de l État Une structuration en trois niveaux Discussion

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise»

Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise» Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Population déclarante...

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité...

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité... 3 SOMMAIRE Introduction: Des origines de la comptabilité...17 Partie I Les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

Mise en place des normes IPSAS, l'expérience de l'etat de Genève

Mise en place des normes IPSAS, l'expérience de l'etat de Genève Mise en place des normes IPSAS, l'expérience de l'etat de Genève Présentation de l'inspection cantonale des finances de Genève Séminaire international EURORAI à BAD-HOMBURG Acteurs de la normalisation

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit 6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2008 89 Dettes envers la clientèle 6.8. Actifs financiers détenus jusqu

Plus en détail

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Guide pour la lecture des comptes communaux Claude Jeanrenaud, Institut de recherches économiques, Université de Neuchâtel Espace Perrier

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001 Banque de la République d Haïti Janvier - Mars 2001 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10 Tableau 1.2 Situation

Plus en détail

La nouvelle version du compte satellite des ISBL

La nouvelle version du compte satellite des ISBL Version intégrale La nouvelle version du compte satellite des ISBL Cette note présente les développements récents apportés au compte satellite des institutions sans but lucratif (ISBL). Le lecteur est

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

127 milliards Chf. 1,3 milliards de Chf d intérêts par jour Soit 4,3 Chf par habitant et par jour

127 milliards Chf. 1,3 milliards de Chf d intérêts par jour Soit 4,3 Chf par habitant et par jour 6. La Dette Dette de la France 1'600 milliards Chf 166 millions Chf d intérêts par jour Soit 2,6 Chf par habitant et par jour Dette USA 10'500 milliards Chf 1,3 milliards de Chf d intérêts par jour Soit

Plus en détail

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés Glossaire Activité principale L activité principale exercée (APE) est déterminée en fonction de la ventilation des différentes activités de l unité légale. C est la ventilation du chiffre d affaires dans

Plus en détail

Finances publiques. Année académique 2015-2016

Finances publiques. Année académique 2015-2016 Année académique 2015-2016 Benoît Bayenet Email : bbayenet@ulb.ac.be Site : http://www.bayenet.be 1 Chapitre II : Les finances de l Etat fédéral B. Les dépenses publiques Plan 1. Le budget général des

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

CLASSE 0 COMPTES DE SYNTHESE ECONOMIQUES ET BUDGETAIRES DROITS ET ENGAGEMENTS HORS BILAN 00. COMPTES DE SYNTHESE ECONOMIQUES ET BUDGETAIRES

CLASSE 0 COMPTES DE SYNTHESE ECONOMIQUES ET BUDGETAIRES DROITS ET ENGAGEMENTS HORS BILAN 00. COMPTES DE SYNTHESE ECONOMIQUES ET BUDGETAIRES ANNEXE 1 A L ARRETE ROYAL FIXANT LE PLAN COMPTABLE APPLICABLE A L ETAT FEDERAL, AUX COMMUNAUTES, AUX REGIONS ET A LA COMMISSION COMMUNAUTAIRE COMMUNE CLASSE 0 COMPTES DE SYNTHESE ECONOMIQUES ET BUDGETAIRES

Plus en détail

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères

11 170.511. 10038 Placements à court terme sur le marché monétaire. en monnaies étrangères 11 170.511 Annexe 1: Plan comptable: bilan Les groupes de matières de 1 à 4 chiffres ont une portée obligatoire générale. Les groupes de matières de 5 chiffres indiqués ci-dessous sont obligatoires. 5

Plus en détail

mis à jour le 2 juin 2014

mis à jour le 2 juin 2014 mis à jour le 2 juin 2014 Réponses aux questions fréquemment posées sur le passage au 6 ème Manuel de balance des paiements et de la position extérieure globale (BPM6) et sur la disponibilité des données

Plus en détail

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique

Perspectives économiques 1999-2004. Annexe statistique Perspectives économiques 1999-2004 Annexe statistique Avril 1999 Le Bureau fédéral du Plan Le Bureau fédéral du Plan (BFP) est un organisme d intérêt public. Le BFP réalise des études sur les questions

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat

Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat Chapitre 5 : Le tableau des opérations financières de l'etat Plan Champ couvert par le TOFE Les entités du TOFE Les opérations du TOFE Mode d'enregistrement des données Classification des opérations dans

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 11 septembre 2013 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX ÉMISSIONS DE TITRES DE LA ZONE EURO JUILLET 2013 Le taux de variation annuel

Plus en détail

La révision du SCN93 : un point de vue financier

La révision du SCN93 : un point de vue financier La révision du SCN93 : un point de vue financier Dominique Durant 12 ème Colloque de l Association de Comptabilité nationale 4-6 juin 2008 Introduction et plan 1. La comptabilité privée permet de décrire

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Dominique Durant. CNIS 20 octobre 2005

Dominique Durant. CNIS 20 octobre 2005 Dominique Durant CNIS 20 octobre 2005 Plan de l intervention 1. Principes de construction des comptes financiers trimestriels 1.1 adossement aux comptes annuels 1.2 des méthodes d estimation et de contrôle

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

9. Transactions sur actifs financiers et passifs

9. Transactions sur actifs financiers et passifs 9. Transactions sur actifs financiers et passifs Ce chapitre décrit les transactions sur actifs financiers et passifs et leur classification. A. Introduction 9.1 Le chapitre 7 décrit le compte de patrimoine

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Swiss GAAP RPC. Recommandations relatives à la présentation des comptes. www.pwc.ch

Swiss GAAP RPC. Recommandations relatives à la présentation des comptes. www.pwc.ch www.pwc.ch Swiss Recommandations relatives à la présentation des comptes Check-list relative à la publication des comptes consolidés et des comptes individuels Edition 2013 Introduction En Suisse, les

Plus en détail

COMPTES SEMESTRIELS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005

COMPTES SEMESTRIELS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 COMPTES SEMESTRIELS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 (En millions d'euros) ACTIF I. - Bilan consolidé (IFRS) PASSIF RUBRIQUES 30/06/2005 31/12/2004 30/06/2004 RUBRIQUES 30/06/2005 31/12/2004 30/06/2004 IFRS

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro ANALYSE Comptes financiers des agents non financiers 3ème trimestre 213 mise à jour 28/2/214 Contact : DGS-DSMF sesof@banque-france.fr Sociétés non financières : financement Les flux nets d emprunts bancaires

Plus en détail

DIRECTIVE N 10/2009/CM/UEMOA PORTANT TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT (TOFE) AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 10/2009/CM/UEMOA PORTANT TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT (TOFE) AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 10/2009/CM/UEMOA PORTANT TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES DE L ETAT (TOFE) AU SEIN DE L UEMOA

Plus en détail

BILAN (Exprimé en dinars) Exercice clos au 31 décembre Notes n n-1

BILAN (Exprimé en dinars) Exercice clos au 31 décembre Notes n n-1 Modèle du Bilan (ntreprise)... BILAN (xprimé en dinars) xercice clos au 31 décembre Notes n n-1 Actifs Actifs non courants Actifs immobilisés Immobilisations incorporelles Moins : amortissements () ()

Plus en détail

Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.)

Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.) Médecins Sans Frontières Luxembourg (a.s.b.l.) Comptes annuels révisés au 31 décembre 2013 68, rue de Gasperich L-1617 Luxembourg R.C.S. Luxembourg : F4090 Bilan au 31 décembre 2013 (exprimé en Euros)

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

Reporting statistique des établissements de crédit

Reporting statistique des établissements de crédit Reporting statistique des établissements de crédit Foire aux questions (FAQ) Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction... 3 2 Double reporting CSSF / BCL... 4 3 Définitions et concepts... 5

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre Communiqué de presse 27 mai 2003 SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre La compagnie aérienne SWISS a réalisé un chiffre d affaires de 1 044 milliards de francs suisses au cours

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E CENTRE SOCIAL DE CHAMPVERT 204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E NOTE SUR LES COMPTES ANNUELS 1 BILAN 2 3 COMPTE DE RESULTAT 4 5 ANNEXE Informations

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail