Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages"

Transcription

1 Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A.

2 TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS 1.1. Le taux d'épargne Le taux d'épargne financière Le taux de recours au crédit Les placements financiers des ménages... 7 II. LES CHOIX DE PLACEMENT DES MENAGES 2.1. Composition des flux de placements financiers Niveau du patrimoine financier Composition du patrimoine financier Le patrimoine non financier Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

3 I. COMPORTEMENTS D'ÉPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MÉNAGES EUROPÉENS 1.1 Le taux d'épargne Graphique 1 - Evolution du taux d'épargne brut (en pourcentage du Revenu Disponible Brut) 18% 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% France 15.9% 14.8% 16.0% 15.5% 15.2% 15.6% 16.0% 16.6% 15.7% Zone euro* 17.5% 17.1% 16.5% 15.6% 14.7% 14.4% 15.0% 15.4% 15.3% Royaume-Uni 10.2% 9.6% 9.8% 6.6% 5.4% 5.6% 7.0% 5.9% 6.1% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg Le taux d épargne rapporte l épargne des ménages à leur Revenu Disponible Brut annuel. Cette épargne est constituée des placements financiers et non financiers (logement et investissements professionnels des entrepreneurs individuels) diminués du recours au crédit. Le taux d épargne des ménages dans la zone euro s est maintenu depuis 1995 à un niveau élevé, compris entre 15% et 17,5%. A l exception de l Espagne, aucun des grands pays de la zone euro ne s est éloigné de cette moyenne. L importance exceptionnelle du recours au crédit par les Espagnols explique que leur taux d épargne soit plus bas que la moyenne de la zone euro : entre 10% et 11% depuis Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

4 La France ne se distingue pas des autres grands pays de la zone euro. Le taux d épargne des ménages français, qui a baissé de près d un point en 2003, est très proche de la moyenne de la zone. Les comportements d épargne au Royaume-Uni ont été très différents : partie d un niveau déjà plus bas que la zone euro en 1995, l épargne des ménages britanniques rapportée à leur revenu disponible a été divisée par deux à la fin des années 90 pour remonter très légèrement au début du siècle. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

5 1.2 Le taux d'épargne financière Graphique 2 - Evolution du taux d'épargne financière (en pourcentage du Revenu Disponible Brut) 11% 9% 7% 5% 3% 1% -1% -3% France 10.0% 9.6% 10.5% 8.4% 9.0% 5.8% 6.3% 9.9% 7.4% Zone euro* 8.7% 7.7% 7.5% 6.3% 6.7% 5.7% 6.9% 7.6% 6.8% Royaume-Uni 6.3% 5.5% 5.0% -0.3% -0.2% -1.5% -0.5% -2.2% -2.2% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg Le taux d'épargne financière rapporte le solde net des acquisitions d'actifs financiers et de la variation de l'endettement, au Revenu Disponible Brut. Le taux d épargne financière des ménages de la zone euro oscille autours de 7% depuis la fin des années 90. Le taux français est en général légèrement supérieur, mais il a baissé de 2,5 points en Au Royaume-Uni, depuis 1998 les acquisitions nettes d'actifs financiers par les ménages sont inférieures à la hausse de leur endettement : leur épargne financière est négative. Ce phénomène est très rarement observé dans la zone euro: il ne l a été qu aux Pays-Bas en 2000 et en Finlande depuis Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

6 1.3 Le taux de recours au crédit Graphique 3 - Evolution du taux de recours au crédit (en pourcentage du Revenu Disponible Brut) 18% 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 0% France 1.1% 1.9% 2.3% 2.3% 3.5% 3.4% 3.3% 3.2% 4.0% Zone Euro* 3.9% 4.4% 4.5% 5.3% 6.3% 5.1% 3.7% 4.2% 4.9% Royaume-Uni 4.8% 5.6% 6.9% 7.5% 10.5% 10.4% 10.9% 15.1% 16.8% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg Le taux de recours au crédit rapporte le flux net de crédits (nouveaux crédits diminués des remboursements de crédits anciens) des ménages à leur Revenu Disponible Brut. Il est moins important en France que dans le reste de la Zone euro, mais il a augmenté de manière significative à la fin des années 90, et à nouveau depuis 2003 comme dans une majorité de pays européens. Parti d un niveau équivalent à celui de la zone euro, le taux de recours au crédit des ménages britanniques a connu une véritable envolée au cours des dernières années : il a été 3,5 fois plus important en 2003 qu en Cette envolée est principalement imputable au crédit hypothécaire, qui au Royaume-Uni sert non seulement à financer le logement, mais aussi des dépenses de consommation sans rapport avec le bien hypothéqué (ce mécanisme est appelé «extraction hypothécaire»). Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

7 1.4 Les placements financiers des ménages Graphique 4 - Evolution du taux de placement financier (en pourcentage du Revenu Disponible Brut) 18% 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 0% France 12.3% 11.4% 12.9% 11.5% 14.2% 8.6% 14.8% 9.5% 11.6% Zone Euro* 13.2% 12.4% 12.4% 12.2% 13.8% 11.1% 12.1% 11.2% 12.0% Royaume-Uni 12.1% 11.7% 12.4% 7.7% 10.5% 8.7% 11.5% 14.4% 15.6% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg La part du revenu des ménages investie en produits financiers est restée stable dans la zone euro depuis Le taux français est comparable à la moyenne de la zone euro. Il est nettement supérieur dans les pays ayant développé un système de fonds de pension qui pré-financent la retraite : 21,6% au Pays-Bas en 2003 par exemple. Le Royaume-Uni a aussi développé des fonds de pension, mais l excédent des cotisations et des revenus des fonds de pension sur les prestations y est beaucoup plus faible qu aux Pays-Bas. Le taux de placements financiers des ménages britanniques, après avoir été inférieur à celui observé dans la zone euro, est remonté depuis 2000 pour atteindre en 2003 un niveau supérieur à celui de la zone euro. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

8 II. LES CHOIX DE PLACEMENT DES MENAGES 2.1 Composition du flux de placements financiers Graphique 5 Part du Revenu Disponible Brut placée en monnaie et dépôts (en pourcentage du Revenu Disponible Brut) 10% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% France 7.8% 3.8% 5.3% 3.6% 3.6% 0.4% 2.4% 2.9% 4.3% Zone Euro* 5.3% 4.0% 1.8% 2.3% 3.0% 1.5% 3.6% 4.8% 4.7% Royaume-Uni 6.3% 6.1% 6.8% 5.6% 5.3% 5.5% 6.8% 7.1% 8.4% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg La faible aversion aux risques des ménages européens dans la deuxième partie des années 90 les a incités à diminuer la part de leur revenu consacrée aux placements en liquidités, comptes de dépôt à terme et comptes d épargne. En 2000, les flux nets de placements des ménages français sur ces produits rapportés à leur revenu ont même été presque nuls. L éclatement de la bulle spéculative a entraîné dans tous les pays un mouvement inverse à partir de Au Royaume-Uni, les placements en monnaie et dépôts sont relativement plus importants. Ils ont également été plus stables sur la période. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

9 Graphique 6 Part du Revenu Disponible Brut placée en obligations (en pourcentage du Revenu Disponible Brut) 3% 2% 1% 0% -1% -2% -3% -4% France 0.7% -0.4% -2.3% -0.4% -0.2% -0.5% 0.5% 0.0% -0.6% Zone Euro* 2.4% 0.6% -0.6% -3.1% -0.8% 0.9% 1.9% 1.7% 0.4% Royaume-Uni 0.7% -0.5% -0.1% -0.9% 0.5% -0.4% 0.3% 0.0% 1.1% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg Les investissements directs des ménages européens en obligations et autres produits de taux sont très faibles dans la plupart des pays. Traditionnellement, les Portugais, les Italiens et les Belges sont les seuls à consacrer une part significative de leur épargne à ces produits. Ces derniers ont cependant allégé leur portefeuille presque tous les ans depuis La volatilité de ce flux dans l'ensemble de la Zone euro est principalement déterminée par l'importance des investissements obligataires des ménages italiens. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

10 Graphique 7 Part du Revenu Disponible Brut placée en actions (en pourcentage du Revenu Disponible Brut) 2% 1% 0% -1% -2% -3% -4% -5% -6% France 1.2% 1.6% 1.7% 0.9% 0.1% -0.5% 0.5% 1.3% 1.1% Zone Euro* 0.5% 0.5% 1.1% 0.8% 0.9% 0.7% -0.5% -0.9% 0.1% Royaume-Uni -2.3% -2.3% -1.5% -5.7% -4.0% -3.3% -1.6% 0.5% 1.0% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg Les investissements directs des ménages européens en actions cotées et non cotées ne représentent qu une part marginale de leur revenu. Il est intéressant de noter que les Britanniques ont été vendeurs nets pendant la bulle spéculative. Pour la première fois depuis 1995, les nouveaux placements en actions dépassent les retraits au Royaume-Uni en 2002 et En 2003, seuls les Allemands, et dans une moindre mesure les Finlandais et les Italiens ont été vendeurs nets d actions. Les ménages de tous les autres pays européens ont été soit neutres, soit acheteurs nets. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

11 Graphique 8 Part du Revenu Disponible Brut placée en fonds d investissement (en pourcentage du Revenu Disponible Brut) 7% 5% 3% 1% -1% -3% -5% France -4.4% -1.8% -1.6% 0.5% 1.8% 1.6% 1.6% 0.6% 0.3% Zone Euro* -0.6% 2.0% 4.0% 6.8% 4.1% 2.2% 1.8% 0.9% 1.7% Royaume-Uni 0.2% 0.9% 0.9% 1.5% 1.5% 1.0% 1.1% 0.4% 1.0% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg Globalement, les ménages européens ont en général été acheteurs nets de parts d OPCVM tous les ans, toutefois les Français étaient vendeurs nets avant Mais ces flux de placement ont surtout représenté une part importante du revenu des ménages de 1997 à 1999, au plus fort de la bulle spéculative. Le niveau exceptionnel de ces placements en 1999 est imputable en très grande partie aux Italiens, qui ont consacré cette année là près de 23% de leur revenu à acheter des parts d OPCVM. Les trois-quarts des ventes nettes d OPCVM par les ménages français de 1995 à 1997 portent sur des OPCVM monétaires, et ces ventes nettes ont à nouveau été importantes en 1998, 2000 et A l inverse, les Français achètent des parts d OPCVM «généraux» investis majoritairement en actions ou en obligations tous les ans depuis Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

12 Graphique 9 Part du Revenu Disponible Brut placée auprès des sociétés d'assurance vie et des fonds de pension (en pourcentage du Revenu Disponible Brut) 10% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% France 7.3% 8.0% 9.3% 6.7% 7.6% 7.3% 6.5% 5.7% 6.0% Zone Euro* 5.2% 5.2% 5.8% 5.4% 6.1% 5.8% 5.2% 4.7% 4.9% Royaume-Uni 6.6% 7.4% 5.5% 6.8% 5.9% 4.7% 4.2% 5.6% 3.6% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg Dans la zone euro, les ménages européens consacrent une part importante et assez stable de leur revenu à épargner en produits d assurance-vie et en fonds de pension. Grâce aux produits d assurance-vie, les Français ont plus investi sur ces produits que les autres Européens en moyenne, surtout jusqu en Les Hollandais sont nettement au dessus de la moyenne grâce à leurs fonds de pension. Les Britanniques, dont les retraites reposent pourtant pour une grande part sur les fonds de pension, ont eu tendance à faire baisser leurs investissements nets sur ces produits d épargne longue. Mais, comme cela a été mentionné précédemment, l excédent de leurs cotisations et des revenus des fonds sur les prestations versées aux retraités tend à diminuer. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

13 Graphique 10 Composition du flux de placements financiers en 1995 (en pourcentage du flux annuel) 100% 80% Autres 60% 40% Assurance vie et fonds de pension OPCVM 20% 0% -20% France Zone Euro* Royaume-Uni Actions Obligations Monnaie et dépôts -40% Monnaie & dépôts Obligations Actions OPCVM Assurance vie & fonds de pension Autres Total France 63.4% 5.4% 9.6% -35.7% 59.0% -1.8% 100.0% Zone Euro* 40.2% 18.0% 3.8% -4.3% 39.4% 3.0% 100.0% Royaume-Uni 52.0% 5.5% -19.2% 1.8% 54.9% 5.0% 100.0% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg Ce graphique, montre la répartition des flux d investissement des ménages en Comme les trois suivants, il permet d analyser le comportement d épargne des ménages, indépendamment des effets de valorisation ou de dépréciation des actifs. En 1995, la composition du flux net de placements financiers des ménages français se différencie par la part importante des ventes d OPCVM et, corrélativement, par l augmentation des dépôts en banque. Cette particularité s explique en partie par les ventes d OPCVM monétaires (qui ont représenté cette année-là 57% des ventes d OPCVM par les Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

14 ménages français), que les particuliers ont transformés en dépôts à terme ou comptes sur livret. Dans la zone euro, les obligations représentent une part assez importante des placements, sous l influence des achats importants réalisés cette année-là en Allemagne et en Italie. En France, plus encore que dans le reste de la zone euro et au Royaume-Uni, les investissements nets en produits d assurance-vie et en droits sur les fonds de pension, rapportés à l'épargne financière nette, sont au plus haut. Enfin, les Britanniques se singularisent par l importance des ventes d actions dans leurs opérations financières de l année. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

15 Graphique 11 Composition du flux de placements financiers en 1999 (en pourcentage du flux annuel) 100% 80% Autres 60% 40% Assurance vie et fonds de pension OPCVM 20% 0% -20% France Zone Euro* Royaume-Uni Actions Obligations Monnaie et dépôts -40% Monnaie & dépôts Obligations Actions OPCVM Assurance vie & fonds de pension Autres Total France 25.6% -1.4% 0.5% 13.0% 53.3% 9.1% 100.0% Zone Euro* 21.6% -5.5% 6.6% 29.5% 44.6% 3.2% 100.0% Royaume-Uni 49.9% 4.3% -37.5% 14.1% 55.8% 13.3% 100.0% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg En 1999, nous sommes au sommet de la bulle spéculative. Les Britanniques, apparemment peu influencés par le climat de l époque, vendent massivement leur portefeuille d actions, au plus haut ou presque, et ils placent le produits de ces ventes sur des comptes de dépôt en banque. A l inverse, la part de la monnaie et des dépôts est à son plus bas dans la zone euro, et en particulier en France. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

16 Les achats d OPCVM sont aussi une composante très importante des placements dans la zone euro, surtout en Italie. La France suit le mouvement, mais de façon plus modérée. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

17 Graphique 12 Compostion du flux de placements financiers en 2003 (en pourcentage du flux annuel) 100% 80% Autres 60% 40% Assurance vie et fonds de pension OPCVM Actions 20% Obligations Monnaie et dépôts 0% France Zone Euro* Royaume-Uni -20% Monnaie & dépôts Obligations Actions OPCVM Assurance vie & fonds de pension Autres Total France 37.3% -5.3% 9.8% 2.4% 52.1% 3.7% 100.0% Zone Euro* 39.5% 3.0% 1.1% 14.2% 41.0% 1.1% 100.0% Royaume-Uni 53.8% 7.1% 6.2% 6.2% 23.1% 3.7% 100.0% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg En 2003, le marché boursier est reparti à la hausse. Les ménages achètent des actions. Néanmoins, au Royaume-Uni, la monnaie et les dépôts en banque restent la composante la plus importante des placements financiers. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

18 Les placements en OPCVM sont à nouveau repartis à la hausse dans une majorité de pays de la zone euro, mais de manière plus modérée au Royaume-Uni et surtout en France. Les Français continuent d acheter des OPCVM par l intermédiaire de contrats en assurancevie. Les investissements nets en produits d assurance-vie et en droits sur les fonds de pension sont au plus bas au Royaume-Uni et dans une moindre mesure dans la zone euro. En France, ils restent la composante majoritaire des flux de placement. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

19 Graphique 13 Composition du flux cumulé de placements financiers de 1995 à 2003 (en pourcentage du flux cumulé de placements entre 1995 et 2003) 100% 80% Autres 60% 40% Assurance vie et fonds de pension OPCVM Actions 20% Obligations Monnaie et dépôts 0% France Zone Euro* Royaume-Uni -20% Monnaie & dépôts Obligations Actions OPCVM Assurance vie & fonds de pension Autres Total France 31.2% -3.0% 7.2% -0.4% 59.8% 5.1% 100.0% Zone Euro* 28.3% 3.3% 2.6% 20.7% 43.9% 1.2% 100.0% Royaume-Uni 55.4% 0.8% -16.8% 8.0% 46.5% 6.1% 100.0% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg Le graphique ci-dessus représente la répartition entre les grandes catégories de produits, du flux cumulé d investissement des ménages pendant les années 1995 à En raison de l attrait qu exerce sur eux l assurance-vie, les Français, plus encore que les ménages des autres pays de la zone euro et que les ménages britanniques, ont affecté une part prépondérante de leurs placements financiers aux produits d épargne longue. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

20 Les Français ont été, au total sur la période, légèrement vendeurs nets d OPCVM, alors que les Britanniques, et surtout les ménages de la zone euro, ont été acheteurs nets. En réalité, beaucoup de ménages français ont acheté des OPCVM à travers des contrats d assurance-vie, en raison de l attrait fiscal de ces produits et du dynamisme de l offre. L addition de la part relative des produits d assurance-vie, des fonds de pension et des OPCVM rapproche la France de la moyenne de la zone euro et du Royaume-Uni (respectivement : 59,4%, 64,6% et 54,5%) Il semble que les Français aient été acheteurs nets d actions sur la période, que les Britanniques aient été vendeurs nets et que les ménages de la zone euro aient été en moyenne presque neutres. Cependant, cette statistique doit être interprétée prudemment car des incertitudes pèsent sur les estimations d achats d actions non cotées. Les Français ont été vendeurs nets d obligations en directs, alors que les ménages de la zone euro ont été en moyenne acheteurs nets, mais pour 3,3% de leurs placements seulement. Enfin, il est remarquable que plus de la moitié des placements financiers des Britanniques aient été des dépôts en banque, alors que ce type d épargne financière n a représenté, en France comme en moyenne dans la zone euro, qu un peu moins du tiers des placements. Au total, les Britanniques se différencient surtout par leurs ventes d actions remplacée, au sein de leur patrimoine, par des dépôts en banque. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

21 2.2 Le niveau du patrimoine financier Graphique 14 Patrimoine financier des ménages (en milliers d'euro par habitant) France Zone Euro* Royaume-Uni * hors Grèce, Irlande et Luxembourg A fin 2003, les Britanniques étaient, par leur seul patrimoine financier, 4,5 fois plus riches que les Français et près de cinq fois plus que les habitants de la zone euro. Cette différence s explique par l importance des droits acquis sur les fonds de pension. Même si les flux nets d investissement sur les fonds de pension se sont ralentis au cours des années récentes, l actif accumulé reste important, et il a été revalorisé jusqu en 2000 par la hausse du prix des actions. Au sein de la zone euro, d importantes différences subsistent entre les pays : les Portugais sont les moins riches ( euros par habitant) et les Hollandais, grâce à leurs fonds de pension sont les plus riches ( euros) Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

22 2.3 Composition du patrimoine financier 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% Graphique 16 Zone euro* Composition du patrimoine financier (en % du patrimoine financier total) 0% Monnaie et dépôts 39% 38% 35% 32% 30% 30% 31% 33% 32% Obligations 13% 13% 12% 10% 9% 9% 10% 11% 10% Actions 16% 17% 19% 22% 25% 24% 20% 17% 18% OPCVM 8% 8% 9% 11% 12% 12% 11% 11% 11% Ass. vie et F. de P. 22% 22% 22% 22% 22% 24% 25% 27% 27% Autres 3% 3% 3% 2% 3% 2% 3% 2% 2% Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% * hors Grèce, Irlande et Luxembourg La part de la monnaie et des dépôts dans le patrimoine financiers des ménages de la zone euro a régulièrement diminué jusqu en Après l éclatement de la bulle spéculative en 2000, elle a à nouveau augmenté modérément, sans toutefois atteindre les niveaux de Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

23 Les obligations détenues en direct ont connu la même évolution, mais leur part dans le patrimoine des ménages est trois fois plus faible que celle de la monnaie et des dépôts. Les actions et les fonds d investissement ont connu une évolution symétrique, qui reflète à la fois l augmentation de l aversion aux risques après l éclatement de la bulle boursière et l évolution de la valeur des actions. La reprise du marché en 2003 s est traduite par une légère augmentation de la part des actions en La part de l assurance-vie et des fonds de pension est restée stable, à 22%, de 1995 à 1999, puis elle a augmenté pour se stabiliser à 27% en 2002 et Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

24 Graphique 17 France Composition du patrimoine financier hors actions non cotées (en % du patrimoine financier total) 100% 80% 60% 40% 20% 0% Monnaie et dépôts 44% 43% 43% 41% 40% 39% 39% 40% 39% Obligations 6% 6% 4% 4% 3% 3% 3% 3% 2% Actions cotées 5% 6% 6% 6% 6% 5% 4% 3% 3% OPCVM 14% 13% 12% 13% 13% 13% 13% 12% 12% Ass. vie et F. de P. 26% 28% 30% 32% 33% 35% 36% 37% 39% Autres 5% 5% 5% 5% 5% 4% 5% 5% 5% Total* 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% * Hors actions non cotées et autres participations Le graphique ci-dessus n est pas directement comparable au précédent, relatif à la zone euro, car nous avons analysé la composition du patrimoine financier des ménages français hors actions non cotées et autres participations, pour ne retenir que les actions cotées. En effet l estimation des avoirs des ménages en titres non cotés nous paraît trop incertaine. Les actions cotées détenues en direct, quant à elles, représentent une part relativement faible du patrimoine financier des Français. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

25 La part de la monnaie et des dépôts en banque a connu en France la même évolution que la moyenne de la zone euro. période. La part des obligations détenues en direct est restée faible et déclinante sur la Enfin, comme dans le reste de la zone euro, la part de l assurance-vie est restée constante jusqu en 1999 et a augmenté sensiblement depuis cette date. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

26 100% Graphique 18 Royaume-Uni Composition du patrimoine financier (en % du patrimoine financier total) 80% 60% 40% 20% 0% Monnaie et dépôts 24% 24% 22% 21% 19% 20% 23% 27% 27% Obligations 2% 2% 2% 2% 1% 1% 1% 1% 1% Actions 16% 15% 17% 16% 18% 18% 13% 11% 11% OPCVM 4% 4% 4% 4% 5% 5% 5% 4% 4% Ass. vie et F. de P. 51% 52% 53% 54% 54% 53% 54% 53% 53% Autres 4% 3% 3% 3% 3% 3% 3% 3% 3% Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% A la différence de la zone euro, la part de la monnaie et des dépôts en banque des ménages britanniques dans leur patrimoine financier est en 2003 à niveau plus élevé que celui de Mais ce niveau reste plus faible que celui observé dans la zone euro. En revanche, la part des actions a nettement diminué, et celle des OPCVM est restée à un niveau stable, mais relativement faible. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

27 La part de l assurance-vie et des fonds de pension a augmenté modérément, grâce à l augmentation des cours boursiers jusqu en 1999, et celà malgré un flux net d investissement sur ces supports qui est allé en diminuant sur la période. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

28 2.4 Le patrimoine non financier Graphique 19 Patrimoine non financier des ménages français (en milliers d'euros par habitant) Logements Terrains bâtis Autres Total Source : INSEE Comptes de patrimoine La principale composante du patrimoine non financier des ménages est le patrimoine résidentiel dont ils sont propriétaires. Celui-ci est composé d'une part des logements et autres bâtiments proprement dits (actifs fixes corporels "produits") et des terrains sur lesquels sont construits ces actifs «produits» (actifs fixes corporels "non produits"). L augmentation de la valeur du patrimoine non financier des ménages s accélère depuis Depuis 2001, le patrimoine non financier des ménages français est plus important, en moyenne que leur patrimoine financier. L immobilier repréente à fin 2002 près de 85% de ce patrimoine non financier, le reste étant pour l essentiel constitué d actifs professionnels appartenant aux entrepreneurs individuels. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

29 Graphique 20 Patrimoine non financier des ménages allemands (en milliers d'euros par habitant) Logements & terrains Autres Total Source : Deutsche Bundesbank Les prix de l immobilier n ont pas connu en Allemagne l accélération observée dans beaucoup d autres pays européens. En effet, l effort de construction consenti dans l ouest du pays, et l abandon de nombreux logements à l est ont conduit à une offre excédentaire. La valeur moyenne du patrimoine non financier des Français est passée devant celle du patrimoine des Allemands en Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

30 Graphique 21 Patrimoine résidentiel des ménages espagnols (en milliers d'euros par habitant) Logements Source : "La vivienda en el patrimonio de los hogares" - José Manuel Naredo, Carmen Marcos y Óscar Carpintero, dans le Les prix de l immobilier se sont envolés en Espagne depuis 1998 et de plus en plus d Espagnols se sont endettés pour devenir propriétaires de leur logement. Le montant total du patrimoine immobilier rapporté au nombre d habitants est cependant poussé à la hausse par l importante détention de résidences secondaires en Espagne par des non résidents. Rapport de OEE-Etudes pour le F.F.S.A. Mai

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Placements financiers des ménages français : comparaisons européennes (1995-2004)

Placements financiers des ménages français : comparaisons européennes (1995-2004) Placements financiers des ménages français : comparaisons européennes (1995-24) Denis MARIONNET Direction générale des Études et des Relations internationales Direction des Études et Statistiques monétaires

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Tableau de bord de l Epargne en Europe

Tableau de bord de l Epargne en Europe STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Avril 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Tableau de bord de l Epargne en Europe

Tableau de bord de l Epargne en Europe STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Juin 2014 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits, ou

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Septembre 2007 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003.

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003. Pauline GIRARDOT Responsable de l enquête à l INSEE Attachée de l INSEE Diplômée de l ENSAI Denis MARIONNET Adjoint de direction à la Banque de France Magistère d Economie et Finance Internationales (Université

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Généralités sur l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur l immobilier Statistiques de l immobilier L immobilier

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

Epargne longue: l intérêt des ménages

Epargne longue: l intérêt des ménages Epargne longue: l intérêt des ménages Didier Davydoff Entretiens de la FAIDER, 6 avril 2009 I A quoi sert l épargne longue? II Volumétrie de l épargne longue III Les produits d épargne longue 3 Motivations

Plus en détail

Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE?

Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE? Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE? mercredi 21 avril 2004 Rapport final Table des matières Résumé 3 Introduction 4 Première partie : la France en Europe, cadrage macro-économique

Plus en détail

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier abcdefg Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 20 novembre 2009 Patrimoine des ménages en 2008 Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse

Plus en détail

COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION

COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION Association régie par la loi 1901 4, place Richebé 59 000 LILLE www.nordeuroperetraite.fr CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 19 MARS 2012 DE L'ASSOCIATION NORD EUROPE RETRAITE COMPTE RENDU D'ACTIVITE DE L'ASSOCIATION

Plus en détail

La primo accession à la propriété en Lot-et-Garonne (avec PTZ) de 2002 à nos jours

La primo accession à la propriété en Lot-et-Garonne (avec PTZ) de 2002 à nos jours La primo accession à la propriété (avec PTZ) de 22 à nos jours ADIL 47 Etude réalisée en avril 213 par l ADIL 47 1 Historique de l accession aidée Depuis 1995 (en substitution des prêts PAP), le Prêt à

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000 Commission financière de l AFEP Structure de l épargne et financement des économies européennes 2 juin 2000 Jacques de Larosière Président de l Observatoire de l Epargne Européenne Le bouclage classique

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Octobre 2000 Où va finalement l épargne des ménages européens? Détention directe et indirecte de produits financiers en France, en Italie, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas Le patrimoine financier des particuliers

Plus en détail

Didier Davydoff 19 avril 2012

Didier Davydoff 19 avril 2012 Didier Davydoff 19 avril 2012 60 50 49 51 55 40 33 30 20 20 2009 2010 2011 10 8 0 Collecte nette de l'assurance vie Collecte nette de l'épargne bancaire 2 3 4 5 6 7 Où va la fuite de cotisations d assurance

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater?

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? Maurice N. Marchon Professeur, Institut d économie appliquée HEC Montréal 29 septembre 2008 Toute reproduction

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Décembre 2008 Synthèse Cette étude souligne les effets positifs de l investissement

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 DYNAMISME CONFIRME MALGRE LA FAIBLESSE CHRONIQUE DE L EPARGNE LONGUE EN ACTIONS 1 En France, les encours globaux sous gestion (mandats et OPC)

Plus en détail

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG

Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Encadré 3 : L ENDETTEMENT DES MÉNAGES AU LUXEMBOURG Au Luxembourg, deux associations (la Ligue médico-sociale et Inter-Actions ) fournissent des informations et conseils financiers aux ménages en matière

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Octobre 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des n 20 octobre Suivi de la collecte et des placements Suivi de des la collecte 12 principaux et des assureurs-vie placements à fin des mars 12 2015 principaux assureurs-vie à fin mars 2015 n XX n 49 mars

Plus en détail

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro ANALYSE Comptes financiers des agents non financiers 3ème trimestre 213 mise à jour 28/2/214 Contact : DGS-DSMF sesof@banque-france.fr Sociétés non financières : financement Les flux nets d emprunts bancaires

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale Le traitement des services de logement aux propriétaires occupant leur logement est

Plus en détail

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014 Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 11 Diffusé à 8 h 3, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 14 Le taux d'épargne s'entend du rapport entre l'épargne brute et le

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Les assurances de personnes en 2013

Les assurances de personnes en 2013 Club Est-France 18 octobre 2013 1 Situation fin août 2013 Une collecte nette vie de 9,7 Mds (cotisations en hausse de 8 %, prestations en baisse de 13 %) Un encours de 1 436 Mds (+ 4 % sur un an) Des prestations

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003

La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003 La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003 Pauline Girardot, Denis Marionnet* Au cours de la période 1997-2003, les ménages ont vu leur patrimoine globalement s accroître, principalement

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999

LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999 LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999 Etude effectuée pour le compte de l'observatoire de l'epargne Européenne SEPTEMBRE 2000 André Babeau Mathilde Lainé Niamh Mc Cabe - 2 - LES

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

SECTION 1 : Connaissances et expérience

SECTION 1 : Connaissances et expérience SECTION 1 : Connaissances et expérience Question 1 : Vos connaissances en matière d investissements sont o plutôt faibles 0,0 o moyennes 5,0 o très bonnes 10,0 Question 2 : ACTIONS : Connaissez-vous ce

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

EPARGNE ET INVESTISSEMENT EN EUROPE 1995-2000

EPARGNE ET INVESTISSEMENT EN EUROPE 1995-2000 EPARGNE ET INVESTISSEMENT EN EUROPE 1995-2000 Etude subventionnée par la Commission des Communautés européennes André Babeau Décembre 2001 Auguste Mpacko Priso 33 rue de Miromesnil 75008 Paris France Tel.

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Infos financières Décembre 2014

Infos financières Décembre 2014 Infos financières Décembre 14 Évolutions monétaires à Saint-Pierre-et-Miquelon au septembre 14 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Conséquence d une activité mondiale plus faible que prévu

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Chiffres clés du marché français

Chiffres clés du marché français Chiffres clés du marché français Version présentée lors de la conférence de presse du 27 janvier 2011 Conférence de presse du 27 janvier 2011 1 L environnement économique et financier Une croissance modérée

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004

La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise. 17 janvier 2004 La comptabilité d entreprise Deuxième partie: Les notions élémentaires de la comptabilité d entreprise 17 janvier 2004 1. Distinction stocks et flux 2. Une situation financière 3. Le bilan 4. Le compte

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Les pratiques d épargne en Europe

Les pratiques d épargne en Europe Les pratiques d épargne en Europe Didier Davydoff (directeur) et Laetitia Gabaut Observatoire de l Épargne Européenne Selon les données rassemblées par l OCDE, le taux d épargne net des ménages a été,

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 Direction de la Balance des paiements Service des Opérations internationales des banques et des administrations

Plus en détail

Target Invest Plan 1

Target Invest Plan 1 Target Invest Plan 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle comprenant deux volets : un volet Constitution de capital avec taux d intérêt garanti (branche 21) et un volet Capital Plus, dont le

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Octobre 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Point presse Crédit Foncier Nicolas Pécourt Directeur Communication externe et RSE 24 Mai 2016 Plan de présentation

Plus en détail

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Résumé L assurance-vie est une composante essentielle du patrimoine financier des ménages. Les encours d assurance-vie atteignaient 1 391 milliards

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI

France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI France : enquête de trésorerie sur les grandes entreprises et ETI 12 juin 215 Résultats de l enquête - Juin 215 Graphique du mois... Les délais de paiement des clients tendent à remonter Soldes : 18 4

Plus en détail

La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande. 1 9 m a i 2 0 1 5

La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande. 1 9 m a i 2 0 1 5 La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande 1 9 m a i 2 0 1 5 Intervenants Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président

Plus en détail