Pour une approche globale de l addiction à l alcool

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour une approche globale de l addiction à l alcool"

Transcription

1 CURRICULUM Forum Med Suisse N o mai Pour une approche globale de l addiction à l alcool J. Besson Correspondance: Prof Dr J. Besson Division d abus de substances Centre Saint-Martin Rue Saint-Martin 7 CH-1003 Lausanne Introduction Les problèmes liés à la consommation excessive d alcool constituent une préoccupation majeure de santé publique en Suisse. L alcool, comme substance psycho-active, peut engendrer différents comportements de consommation (récréative, à risque, abus et dépendance) impliquant des conséquences dommageables directes ou indirectes sur les patients et leur entourage. Tous les milieux de la société sont concernés à différents degrés et tentent de réagir, chacun selon sa vision du monde. Il en résulte que depuis de nombreuses années se sont développées en Suisse des multitudes d institutions aux approches très variées, ambulatoires ou résidentielles, médicales ou sociales, bénévoles ou professionnelles, etc. Les médecins, pour leur part, sont restés longtemps discrets dans la prise en charge des malades de l alcool. Ils ont longtemps surtout accompagné les conséquences somatiques de la consommation excessive en gardant un sentiment d impuissance et de solitude face à ces malades relationnellement difficiles, les reléguant dans la catégorie des problèmes sociaux, où un jugement moral n était par ailleurs pas exclu. Mais ces dernières années, de nouvelles données ont stimulé l intérêt des médecins pour les problèmes liés à l alcool: découvertes des neurosciences quant aux mécanismes d action de l alcool sur le cerveau, apparition de nouveaux agents pharmacologiques agissant sur l appétence, nouvelles données épidémiologiques sur les comorbidités psychiatriques, nouvelles approches psychothérapeutiques basées sur la motivation. Tout cela, conjugué à une nécessaire réflexion sur les coûts de la médecine et la part importante des coûts liés à l alcool, a fait qu aujourd hui on est à même de préciser le rôle des médecins dans l approche multidisciplinaire de cette nouvelle science qu est l alcoologie. Pour une alcoologie clinique Les cinq dimensions du diagnostic Quand on a dit un «alcoolique», on n a encore rien dit: il faut définir le patient dans toutes les dimensions pertinentes pour une approche clinique globale: Dimension somatique: répercussions de la consommation d alcool sur la santé; Dimension psychiatrique: abus? dépendance? existence d une comorbidité psychiatrique primaire ou secondaire? (Dépression, trouble anxieux etc.); Dimension motivationnelle: à quel stade de processus de changement le patient est-il? Dimension de la crise: pourquoi le patient consulte-t-il maintenant? Quel déséquilibre dans son système familial, professionnel ou social a-t-il eu lieu qui pourrait être l occasion d un levier pour une entrée en traitement? Dimension des ressources: quelles sont les zones saines sur lesquelles le traitement pourra s appuyer (logement, finances, etc.)? Pour faciliter l investigation systématique de ces 5 dimensions, nous avons élaboré un petit questionnaire élaborant un score de gravité (de 1 à 4) pour chacune de ces dimensions, le «Rapid Addiction Profile», qui permet d orienter le praticien sur les priorités à donner au traitement. Les trois axes thérapeutiques L alcoologie représente un paradigme pour l approche bio-psycho-sociale: Un axe biologique: il comprend bien sûr la prise en charge des conséquences somatiques de la consommation excessive. On relèvera l intérêt du bon usage des marqueurs (CDT) pour le suivi. Un débat intéressant a lieu également autour des critères d indication à une transplantation hépatique. Mais l axe biologique comprend aussi la dimension psychopharmacologique: nous disposons maintenant de guidelines pour le traitement du sevrage et nous avons à disposition 2 médications pour le maintien de l abstinence, dont l acamprosate qui a été le plus étudié en Europe, et l étude suisse a montré l intérêt de son association avec le disulfiram. Un axe psychologique: il comprend le dépistage et le traitement des comordités psychiatriques. il se développe sur le terrain des thérapies cognitives-comportementales, auxquelles on peut rattacher l approche motivationnelle, qui vise à entrer en relation

2 CURRICULUM Forum Med Suisse N o mai avec le patient là où il en est et où il peut nous entendre. Les approches psychothérapeutiques classiques sont applicables (thérapies familiales systémiques), mais doivent parfois modifier leur cadre technique pour s adapter à la problématique alcoolique (approche psychodynamique). Un axe socio-éducatif: il inclut les démarches ambulatoires et résidentielles visant à redonner une place dans la communauté aux malades alcoolo-dépendants. En effet, le traitement n est pas une fin en soi, si le patient ne retrouve pas un niveau d autonomie et une place adaptée dans la société. A cet égard, on peut mentionner l utilité de la concertation médicale et légale pour les patients ayant eu des problèmes avec la loi (automobilistes, violences familiales, etc.) Les infractions à la loi sur la circulation routière constituent parfois une occasion unique de rencontrer un spécialiste en alcoologie et de bénéficier d une intervention brève permettant de modifier les comportements à risque. Construire un réseau Comme on s en aperçoit au vu de ce qui précède, les problèmes sont multiples, la gamme de compétences pour y répondre est étendue, et la population avec des problèmes d alcool est très hétérogène. Aucun intervenant ne pourra faire face seul à cette complexité. Le médecin ne fait pas exception, et il devra s entourer de partenaires pour pouvoir suivre son patient au fur et à mesure de ses besoins. Le temps particulier de l hospitalisation à l hôpital général ou psychiatrique est propice à une intervention alcoologique qui profite de la crise pour une remise en question des habitudes du patient. L Unité multidisciplinaire d alcoologie de Lausanne a montré l intérêt d une consultation intégrée, orientant le suivi des patients dans le réseau communautaire régional. Devenue maintenant le Centre de traitement en alcoologie de la Division d abus de substances et rattachée au Département universitaire de médecine et santé communautaire, elle continue à développer une approche médico-psycho-sociale transverse aux diverses institutions, dans une logique de continuité des soins coordonnés autour des médecins de premier recours. Dans le réseau peuvent participer des partenaires judiciaires, à l exemple des Justices de paix, souvent impliqués en matière de tutelle et de placement à des fins d assistance. Enfin, on collaborera avec les mouvements abstinents comme la Croix Bleue et les Alcooliques anonymes, qui offrent pour certains patients un relais et un complément thérapeutique très précieux. Perspectives Quels seront les développements prévisibles de l alcoologie ces prochaines années? Rapprochement des problèmes d alcool et de drogues illégales: On peut observer aujourd hui déjà dans la population jeune un abus concomitant d alcool et de cannabis qui pose de nouveaux problèmes de prévention et de prise en charge, par exemple pour la circulation routière. Mais l association de l alcool avec des drogues dures comme la cocaïne pose des problèmes de résistance au traitement particulièrement difficiles, jusqu au niveau neurobiologique avec la formation dans le cerveau d un nouveau produit, le cocaéthylène. L abus et la dépendance à l alcool sont une complication fréquente des traitements de substitution avec de la méthadone et nécessitent une approche spécifique, si l on peut éviter le remplacement d une dépendance par une autre. La consommation d alcool peut s avérer très dangereuse en absorption simultanée avec les nouvelles drogues comme le GHB, provoquant par potentialisation de graves dépressions respiratoires potentiellement mortelles. Enfin, il faut relever qu actuellement l alcool fait partie avec les benzodiazépines du paysage de plus en plus fréquemment observé de la polytoxicomanie. Cette situation justifie une approche coordonnée des abus de substances psycho-actives dans un projet intégrateur de médecine de l addiction multidisciplinaire, comme en témoignent la naissance en 2000 du Collège romand de médecine de l addiction et de la Société suisse de médecine de l addiction (le 10 novembre à Berne). Développement de la formation des médecins en médecine de l addiction: Cette médecine difficile doit être soutenue par une offre de formation adaptée aux besoins des praticiens. On peut souligner à cet égard les efforts de la Société suisse d alcoologie, du Programme national «ça débouche sur quoi?» et de l Office fédéral de la santé publique qui accorde son soutien à la formation intraprofessionnelle et interprofessionnelle à travers différents projets venant en aide aux praticiens (p.ex: MedRo Tox en Romandie). La Société suisse de médecine de l addiction réfléchit actuellement à un projet d attestation de formation complémentaire compatible avec tous les titres de spécialités FMH, projet qui renforcerait l identité des médecins intéressés par ce domaine et leur offrirait un meilleur soutien et une meilleure reconnaissance auprès des différents décideurs, notamment financiers. Développer la chaîne de soins en alcoologie: En effet, face à l ampleur des problèmes

3 CURRICULUM Forum Med Suisse N o mai Quintessence L alcoologie concerne les médecins par la fréquence des problèmes d alcool à la consultation. Le diagnostic d abus et de dépendance à l alcool sera complété par une approche globale à 5 dimensions (somatique psychiatrique motivationnelle crise ressources). Les traitements se développent sur 3 axes: biologique / psychopharmacologique psychologique / psychothérapeutique adapté socio-éducatif Face aux problèmes liés à l alcool, le médecin n est pas seul: il peut se construire un réseau. De plus, il bénéficie dorénavant d une vie associative (Société suisse d alcoologie, Société suisse de médecine de l addiction). liés à l alcool dans la société en général et en médecine en particulier, on est frappé par le manque de moyens financiers proportionnés à la dimension du problème. A l inverse, on assiste même aujourd hui à une menace sur les financements des institutions spécialisées par l Office fédéral des assurances sociales. Il devient donc impératif de réfléchir à une politique alcoologique suisse où seraient considérés les besoins de la population en matière de prévention, de répression, de thérapie et de réduction des risques, à l image de ce qui a été fait avec succès pour les drogues illégales. A la question «Quel traitement pour quel patient à quel moment?» les médecins devraient pouvoir orienter les malades de l alcool dans un véritable réseau coordonné, qui permette le retour des patients vers l autonomie et la santé dans la communauté. Conseils pratiques Société suisse d alcoologie: Prof Dr J. Besson, Président adresse: SSA c/o Ammann Partner AG Thunstrasse 20 CH-3074 Muri-Berne Tél , Fax Société suisse de médecine de l addiction: Dr R. Hämmig, Président adresse: Dr R. Hämmig Universitäre Psychiatrische Dienste / DSGP Murtenstrasse 21 Postfach 52 CH-3010 Berne Tél , Fax Collège romand de médecine de l addiction Références 1 Prochaska Jo, Di Clemente CC, Narcoss JC: In search of how people change; applications to addictive behaviors. Am Psychol 1992;47: Miller WR, Rollnick S. Motivational interviewing: preparing people to change addictive behaviors. New York, Guildford Press Bonjour M, Schnyder C, Yersin B. Multidisciplinarité et coordination du réseau de soins. Praxis 1999,88: Steinglass P, Bennett LA, Wohin SJ, Reiss D. The alcoholic family. New York; Basic books: Besson J, Aeby F, Kasas A. Combined efficacy of acamprosate and disulfiram in the treatment of alcoholism: a controlled study. Alcohol Clin Exp Res 22: Hingson R, McGovern T, Howland J, Heeren T, Winter M, Zacocs R, et al. Reducing alcohol-impaired driving in Massachusetts: The saving lives program. Am J Public Health 1996; 86:791 7.

4 CURRICULUM Forum Med Suisse N o mai RAP Lausanne, février 2001, J. Besson All rights reserved, Division d abus de substances

5 CURRICULUM Forum Med Suisse N o mai RAP Lausanne, février 2001, J. Besson All rights reserved, Division d abus de substances

Mais où est donc passée l équipe mobile?

Mais où est donc passée l équipe mobile? 12e journée genevoise d addictologie 26 septembre 2013 Mais où est donc passée l équipe mobile? Dr Stéphane Morandi Unité de psychiatrie mobile Service de psychiatrie communautaire D OU VIENT-ELLE? Contexte

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

Training of professionals - formation des professionelles: l exemple du glossaire sur la cocaine

Training of professionals - formation des professionelles: l exemple du glossaire sur la cocaine Training of professionals - formation des professionelles: l exemple du glossaire sur la cocaine Dr. med. Toni Berthel Aerztlicher Co-Direktor, integrierte Psychiatrie Winterthur ipw Swiss society of addiction

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME

SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME I. ANPAA : Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie. SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME I. ANPAA : ASSOCIATION NATIONALE DE PREVENTION EN ALCOOLOGIE ET ADDICTOLOGIE. Coordonnées

Plus en détail

2016 FORMATIONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE

2016 FORMATIONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE 2016 IONS RESAD VAUCLUSE CAMARGUE Réseau Addictions VIH Hépatites Vaucluse Camargue 8 rue Krüger - 84000 AVIGNON - 04 90 16 96 46 resad84@resad84.org N d'organisme de formation : 938 402 897 84 SOMMAIRE

Plus en détail

Le réseau fribourgeois du jeu excessif

Le réseau fribourgeois du jeu excessif Le réseau fribourgeois du jeu excessif Prévention REPER Téléphone : +41 26 322 40 00 Adresse postale : Route du Jura 29 1700 Fribourg projets@reper-fr.ch Description : En réponse aux risques que présentent

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne Jeune, vulnérabilité, société et communication avec l adulte Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne PLAN DE L EXPOSE Concepts: de l

Plus en détail

27/05/2013. Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles. Organisation du dispositif addiction en Valais

27/05/2013. Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles. Organisation du dispositif addiction en Valais Organisation du dispositif addiction en Valais Philippe Vouillamoz directeur secteur AideIPrévention 2011 2012 Nous changeons d image pas de mission Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles

Plus en détail

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud 2 ème rencontre du Réseau Santé Psychique Suisse Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud Charles Bonsack SFr. 4'500'000.00 SFr. 4'000'000.00 SFr. 3'500'000.00

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Prev e -addi d ct t t e t en

prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Prev e -addi d ct t t e t en Introduction Programme d éducation pour la santé, de prévention et de sensibilisation sur le thème des addictions Programme destiné à développer la prévention auprès des jeunes scolarisées, réduire les

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR. Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA

Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR. Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA Plan de la présentation Recommandations de recherche de l expertise INSERM Etat d avancement des

Plus en détail

JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES

JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES Atelier 4 - Accompagnement individuel Mardi 5 février 2013 Genève Dominique Conant CENEA Fondation Neuchâtel Addictions Alcochoix + Le choix de la modération Un programme

Plus en détail

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé de la dépendance du statut légal des substances psychoactives de la responsabilité individuelle de la protection de la

Plus en détail

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS Pourquoi et comment une porte d entrée par la précarité dans une association qui a centré ses activités sur l addictologie? C PEQUART F MOISAN Association CHARONNE 1 logique

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Un site internet pour les consommateurs de cannabis et leur entourage

Un site internet pour les consommateurs de cannabis et leur entourage Un site internet pour les consommateurs de cannabis et leur entourage Grégoire Monney Psychologue UNIGE Institut de Médecine Sociale et Préventive HUG Service d Addictologie Sommaire La consommation de

Plus en détail

Du plaisir à la dépendance Lorsque l alcool devient un problème

Du plaisir à la dépendance Lorsque l alcool devient un problème Du plaisir à la dépendance Lorsque l alcool devient un problème 25 octobre 2012, Hôtel Bellevue, Berne SSPP: demande de reconnaissance des crédits soumise ASMPP: demande de reconnaissance des crédits soumise

Plus en détail

Descriptif du module 13

Descriptif du module 13 Descriptif du module 13 Domaine : Santé Filière : Soins infirmiers Orientation : 1. Addictions, dépendances et changement 2013-2014 Code :S.SI.353.2213F.14 Type de formation : Bachelor Master MAS DAS CAS

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Dossier de concertation multidisciplinaire autour du patient psychiatrique.

Dossier de concertation multidisciplinaire autour du patient psychiatrique. Asbl 873.855.677 INAMI 947-030-78-002 Rue Peltzer de Clermont 73 4800 Verviers Tel : 087/67.87.00 Fax : 087/68.73.00 www.sisdef.be Dossier de concertation multidisciplinaire autour du patient psychiatrique.

Plus en détail

Santé au travail et entreprise

Santé au travail et entreprise Formation postgrade Institut universitaire romand de Santé au Travail Certifiée par la Société Suisse de Médecine du Travail (SSMT) Santé au travail et entreprise Octobre 2015 Novembre 2016 En partenariat

Plus en détail

Maternité et consommation: présentation d une vision intégrée des services

Maternité et consommation: présentation d une vision intégrée des services Maternité et consommation: présentation d une vision intégrée des services Marielle Venne, t.s., chargée de projets Centre des naissances du Centre hospitalier de l Université de Montréal marielle.venne.chum@ssss.gouv.qc.ca

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Les Centres d aide aux victimes d actes criminels au service des

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

Principes de la thérapeutique et des prises en charge en addictologie

Principes de la thérapeutique et des prises en charge en addictologie Fatseas M, Auriacombe M. Principes de la thérapeutique et des prises en charge en addictologie In: Lejoyeux M ed. Abrégé d'addictologie. Paris: Masson; 2009: 62-68 Principes de la thérapeutique et des

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool

Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool Forum PSLA - 6 mars 2014 Présentation d un projet de collaboration autour d une forme de vulnérabilité : tabac et alcool Karin Zürcher, Claudia Véron Chargées de projet CIPRET-Vaud Ligues de la santé Un

Plus en détail

Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale

Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale 20 FEVRIER 2008 Colloque de Médecine Communautaire et Premier Recours MAKRIS Dionysios L apéritif du jour Vignette clinique-unité de l Alcoologie Partager

Plus en détail

Centre d'assistance aux Toxicomanes

Centre d'assistance aux Toxicomanes ::::: ::::: Centre d'assistance aux Toxicomanes Dans l Arrondissement de Villaverde a lieu depuis 2008 un projet multidisciplinaire sous une approche intégrée dans le cadre de l Initiative URBANA et cofinancé

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Jeunes vulnérables : des symptômes aux interventions quels enjeux? Fribourg, 9 mai 2007

Jeunes vulnérables : des symptômes aux interventions quels enjeux? Fribourg, 9 mai 2007 Jeunes vulnérables : des symptômes aux interventions quels enjeux? Fribourg, 9 mai 2007 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne PLAN DE L EXPOSE Concepts Vulnérabilité,

Plus en détail

Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé

Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé Vers un plan National Alcool - Luxembourg - 2012 Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé Professeur Michel Reynaud Chef du Département de Psychiatrie et d Addictologie de l Hôpital

Plus en détail

Des Réseaux, des Réponses. Panorama. Pr Romain Moirand Rennes

Des Réseaux, des Réponses. Panorama. Pr Romain Moirand Rennes Des Réseaux, des Réponses. Panorama Pr Romain Moirand Rennes Objectifs Décrire les actions concrètes proposées par les réseaux existants sur la thématique des addictions Faire le lien entre ces actions

Plus en détail

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement.

L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. Présenté par: Lyne Roberge, chef en réadaptation Rina Dupont, coordonnatrice clinique

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Bruxelles 26 novembre 2010 Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Dr Stéphane Morandi Organisation des soins en santé mentale dans le Canton de Vaud Le Canton de Vaud

Plus en détail

Sondage Ipsos-Reid Résolutions pour 2007. Le respect des consignes de traitement l ampleur du problème

Sondage Ipsos-Reid Résolutions pour 2007. Le respect des consignes de traitement l ampleur du problème Une Introduction à L Entrevue motivationnelle Jean Marc Assaad, psychologue, Ph.D. John Kayser, infirmier, M.Sc.(A) Le respect des consignes de traitement l ampleur du problème Le non-respect des consignes

Plus en détail

Le Contrat Thérapeutique en Catalogne

Le Contrat Thérapeutique en Catalogne Le Contrat Thérapeutique en Catalogne Programme d Aide d Intégrale aux Médecins M Malades de Catalogne Dr. Antoni Arteman Gérant Fondation Galatea Conseil Régional R de l Ordre l des Médecins M Rhône-Alpes

Plus en détail

Passeport. Pôle Addictions. et Précarité. Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures

Passeport. Pôle Addictions. et Précarité. Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures Pôle Addictions et Précarité Passeport Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures Centre Hospitalier Guillaume Régnier www.ch-guillaumeregnier.fr POLE ADDICTIONS

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Dans ce cas, il ne s agit pas d un sevrage simple ambulatoire. Ce protocole tient compte de la sécurité du patient

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

Introduction à l entretien motivationnel chez le malade chronique 8 octobre 2015

Introduction à l entretien motivationnel chez le malade chronique 8 octobre 2015 Introduction à l entretien motivationnel chez le malade chronique 8 octobre 2015 Jean-Bernard Daeppen Service d alcoologie CHUV, Lausanne Pourquoi parler de l entretien motivationnel? Environ 30% des coûts

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport UNIVERSITE ORLEANS 2012 2013 LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES Développement social et médiation par le sport Lieu de la formation : 2 allée du Château BP 6237 45062 ORLEANS CEDEX 2 Tél : 02

Plus en détail

ILLUSTRATION DES CONCEPTS DE PROMOTION ET DE PRÉVENTION EN SANTÉ MENTALE

ILLUSTRATION DES CONCEPTS DE PROMOTION ET DE PRÉVENTION EN SANTÉ MENTALE ILLUSTRATION DES CONCEPTS DE PROMOTION ET DE PRÉVENTION EN SANTÉ MENTALE Projet clinique santé mentale adulte des CSSS Champlain Charles-Le Moyne et Pierre-Boucher Cible 1 Promotion Prévention PERSONNES

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

Commentaires de l Association des intervenants en toxicomanie du Québec à la ministre de l Emploi et de la Solidarité sociale

Commentaires de l Association des intervenants en toxicomanie du Québec à la ministre de l Emploi et de la Solidarité sociale Projet de règlement Loi sur l aide aux personnes et aux familles Chapitre A-13.1.1, a. 131 à 136 et 190 Commentaires de l Association des intervenants en toxicomanie du Québec à la ministre de l Emploi

Plus en détail

conduites addictives en entreprise

conduites addictives en entreprise PRÉVENTION conduites addictives en entreprise GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre entreprise Parce que les comportements addictifs

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

La question du risque en addictologie

La question du risque en addictologie La question du risque en addictologie Dépendance et solitude; le risque d isolement social Karine DEGROND et Estelle PRIMAULT Assistantes sociales Centre Hospitalier de Corbie Centre de Rééducation Fonctionnelle

Plus en détail

Comment la MNT s engage dans la réduction des risques professionnels avec les employeurs publics?

Comment la MNT s engage dans la réduction des risques professionnels avec les employeurs publics? Comment la MNT s engage dans la réduction des risques professionnels avec les employeurs publics? Julie BURSON-Pôle Prévention et Action Sociale LA MNT 1ère mutuelle de la fonction publique territoriale

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Gamme Santé Un remède innovant à vos préoccupations

Gamme Santé Un remède innovant à vos préoccupations Gamme Santé Un remède innovant à vos préoccupations Europ Assistance Santé : des solutions innovantes pour un secteur en mutation Le secteur de la santé fait face à des défis toujours plus nombreux. L

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF

DOSSIER ADMINISTRATIF DOSSIER ADMINISTRATIF (à faire remplir par le patient et à retourner accompagné des renseignements médicaux au Centre d Addictologie d Arzeliers Route d Arzeliers 05300 LARAGNE ) Nom : Prénom : Nom de

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC-IUD) PROGRAMMATION 2013-2014 Formation, consultation et enseignement INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

Vous faites une demande d admission à la clinique des épinettes pour: Hospitalisation complète de 5 semaines Hôpital de jour

Vous faites une demande d admission à la clinique des épinettes pour: Hospitalisation complète de 5 semaines Hôpital de jour 51 bis rue des épinettes, 75017 Paris Tél : 01.84.82.42.42 Fax : 01.84.82.42.43 contact@cliniquedesepinettes.com www.cliniquedesepinettes.com Dossier d admission Madame, Monsieur Vous faites une demande

Plus en détail

ÉQIIP SOL. Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? 2014-11-13

ÉQIIP SOL. Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? 2014-11-13 ÉQIIP SOL Équipe d intervention intensive de proximité Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? Présence d un plateau technique de traitement en santé mentale et en toxicomanie : CHUM

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

FICHE DE RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS ET SOCIAUX HDJ

FICHE DE RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS ET SOCIAUX HDJ FICHE DE RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS ET SOCIAUX HDJ ETAT CIVIL DU PATIENT Nom : Nom de jeune fille : Prénom : Sexe: M F Adresse : Date et lieu de Naissance : Le / / à Nationalité: Code Postal : Ville

Plus en détail

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral

Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Consommation d alcool et de drogues et traumatisme cranio-cérébral Nadia L Espérance, Ph. D. Nadia_lesperance@ssss.gouv.qc.ca Agente de planification, programmation et recherche Chercheure en établissement

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses Informations de base pour les professionnels de la santé Qu est-ce que SwissDRG? SwissDRG (Swiss Diagnosis Related Groups) est le nouveau système tarifaire

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR

BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR Anne-Marie GALLET et Valérie LANGEVIN BURNOUT COMPRENDRE ET AGIR Les Assises du CHSCT, Saint-Denis, 30 septembre 2015 Définitions n Origine du terme Burn + out = combustion totale, «carbonisation psychique»

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC- IUD) Formation, consultation et enseignement PROGRAMMATION 2013-2014 INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

BOÎTE À OUTILS D ÉVALUATION POUR LES RESSOURCES PRIVÉES ET COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT

BOÎTE À OUTILS D ÉVALUATION POUR LES RESSOURCES PRIVÉES ET COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT BOÎTE À TILS D ÉVALUATION PR LES RESSRCES PRIVÉES COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Recherche et intervention sur les substances psychoactives - Québec Septembre 2010 Dans le but de satisfaire aux

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

LA FONDATION. Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle

LA FONDATION. Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle LA FONDATION Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle CHARTE LES OLIVIERS Accueillir Soigner Accompagner Réinsérer l Nous plaçons l être humain avec sa souffrance au centre de notre

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5 Primary Primary 2003;3:270 275 Formation continue Problèmes d alcool P. Gache, E. Sekera, H. Stalder Introduction 85% de la population suisse consomme de l alcool, la majorité sans dommages pour sa santé.

Plus en détail

1/ACTUALITES/INFORMATION :

1/ACTUALITES/INFORMATION : Psychologue en Addictologie Compte-rendu de la réunion Mardi 17 février 2015 Présents: Madame BOUKALLOUCH Laetitia - CHRU CSAPA Le Pari Lille Monsieur FREMINEUR Freddy CSAPA Le Square - Lens Madame GIOVACCHINI

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Le Jeu pathologique. Une prise en charge globale. Dr David METE Service d Addictologied

Le Jeu pathologique. Une prise en charge globale. Dr David METE Service d Addictologied Le Jeu pathologique Une prise en charge globale Dr David METE Service d Addictologied CHR Félix F Guyon 1 - INTRODUCTION Le problème du jeu pathologique concerne entre 1 et 3 % de la population généraleg

Plus en détail

Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse

Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse Marie-Claire Rey-Baeriswyl, professeure Karin Zürcher, collaboratrice scientifique Haute école

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac

Le Centre Emergence - Espace Tolbiac Le Centre Emergence - Espace Tolbiac 6 rue Richemont 75013 Paris Espace Tolbiac est un service spécialisé destiné aux patients souffrant de troubles liés aux drogues. Activités principales : Consultations

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

Le topiramate est-il efficace dans le traitement de la dépendance à l alcool? Julie Robillard, R1 UMF de la Baie-des-Chaleurs

Le topiramate est-il efficace dans le traitement de la dépendance à l alcool? Julie Robillard, R1 UMF de la Baie-des-Chaleurs Le topiramate est-il efficace dans le traitement de la dépendance à l alcool? Julie Robillard, R1 UMF de la Baie-des-Chaleurs Mise en contexte «Connais-tu ça le Revia?» Pourquoi prescrit-on aussi peu de

Plus en détail